Mémoire de recherche
La classe politique et l'opinion publique tchèque face à la crise du
projet européen.
Markéta Pospěch...
Sommaire
Introduction
I/ Parti citoyens démocrates face à la crise de la dette de la zone euro, une politique européenne t...
La naissance de l'Etat démocratique tchèque date d 1er janvier 1993.
Le gouvernement de Václav Havel instaure l'intégratio...
I/ Parti citoyens démocrates face à la crise de la dette de la zone euro, une politique
européenne tchèque inexistante ?
1...
renforcement de discours politique contre la mise en place de la monnaie unique, d'où le discours du
Premier Ministre Petr...
tchèque. Nous pouvons également constater que depuis les années 2010, l'économie tchèque s'est
rétablie de manière fluide ...
Le discours politique tchèque sur l'adhésion à la zone euro dès l’entrée dans l'Union européenne
restait tout au long des ...
en tant que euro réaliste alors que le programme politique contenait des opinions critiques sur
l'intégration européenne c...
que les décisions sur le plan européen vont en faveur de la République tchèque. Mais en 2016 le
taux de désaccord reste su...
Il faut souligner que depuis le seul référendum sur l'adhésion à l'Union européenne, avec la
campagne pro européenne intit...
voie de migration majeure. Bien que cet Etat ne fait pas partie des principaux pays de destination
des migrants, la crise ...
sur sa nouvelle stratégie pour la politique migratoire.
Sur le plan de l'opinion publique, les Tchèques sont en désaccord ...
La stratégie de la politique migratoire est fortement liée pour les citoyens tchèques avec la
chancelière Angela Merkel. E...
an, le Cabinet du Premier ministre Bohuslav Sobotka a réussi à changer le cours de la politique
européenne tchèque, qui on...
incontestables de l'adhésion à la zone euro, qui va jusque dans les dizaines de milliards de
couronnes par an pour l'écono...
politique tchèque. ODS a exigé que l'adoption éventuelle du Pacte précède à l'exécution des
institutions financières contr...
Plus de 154 000 euros d'aide financière aux agences européennes dont Frontex et l'envoi de 60
experts sur le terrain, spéc...
réfugiés. Lors de son discours annuel à Noël 2015, le Président s'est prononcé : '' Je n'accepte pas le
fait que les jeune...
Le discours de l'élite politique reste très uni sur le refus de la mise en place de stratégie de la
politique migratoire e...
tchèques ne sont pas très actives au Royaume-Uni. En général, parmi les principales raisons nous
trouvons la cherté de l'e...
reçoivent en République tchèques.
Le Brexit a apporté un approfondissement du groupe Visegrad. Mais dans le contexte de la...
Peu après l'adhésion à l'Union européenne, la présence des gouvernements eurosceptiques sur la
scène politique tchèque sou...
Nous devons constater que les crises consécutives du projet européen ont eu un impacte positif sur
la médiatisation des su...
Annexe
Sources
VELISEK Zdenek, O Evropě, Evropske noviny, Praha, 2015
KLAUS Václav et COLECTIF IVK, Česká republika na roz...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

POSPECHOVA Marketa, La classe politique et l'opinion publique face à la crise du projet européen (1)

16 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
16
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

POSPECHOVA Marketa, La classe politique et l'opinion publique face à la crise du projet européen (1)

  1. 1. Mémoire de recherche La classe politique et l'opinion publique tchèque face à la crise du projet européen. Markéta Pospěchová Directeur de recherche: Professeur Hans Stark Université Paris IV Sorbonne LEA-Master des affaires européennes Paris, 5 septembre 2016 1
  2. 2. Sommaire Introduction I/ Parti citoyens démocrates face à la crise de la dette de la zone euro, une politique européenne tchèque inexistante ? 1. Crise de la zone euro vers le blocage de la mise en place de la monnaie unique 2. Stabilité de l'économie tchèque, argument pour l'euroscepticisme. II/ L'opinion publique tchèque, vers une europhobie héréditaire 1. Manque de sentiment d'appartenance à l'Union européenne. 2. La crise migratoire cause d'une l'islamophobie tchèque III/ Gouvernement Sobotka, remise en place de la politique européenne tchèque 1. Débat pro-européenne pour la mise en place de la monnaie unique 2. Une politique migratoire contradictoire 3. Brexit, quelles motivations pour la classe politique tchèque ? Conclusion Annexe 2
  3. 3. La naissance de l'Etat démocratique tchèque date d 1er janvier 1993. Le gouvernement de Václav Havel instaure l'intégration à l'Union Européenne comme objectif principal de la politique étrangère. ''Notre plus grand objectif est de devenir le membre de la communauté européenne, et ceci à long terme'' 1 et le 4 octobre 1993, la République tchèque et l'Union européenne signent un Accord d'association. La politique pro-européenne de la présidence Havel conclut son sommet avec la campagne référendaire intitulé Back to Europe ! Le 14 juin 2003 confirme clairement l'attitude positive du public tchèque, qui vote pour l'adhésion à l'Union européenne. 55% des inscrits votent à 77% pour l'adhésion à l'Union. La spécificité des années 2000 se traduit par l'arrivé au pouvoir du Parti des citoyens démocrates, ODS2 , et par des crises consécutives au sein de l'Union européenne. Il devient plus que politiquement impossible d'instaurer une stratégie de la politique européenne étrangère tchèque avec un gouvernement eurosceptique au pouvoir dans une ambiance des crises du projet européen. A cela s'ajoute une absence du traditionalisme européen et le manque de la médiatisation du débat européen. En 2007, 60% de la population sont favorables à l'intégration de l'Union européenne. Quand la population se prononce en 2016, il ne reste plus que 36%. Aujourd'hui, malgré la position de la deuxième croissance économique la plus rapide de l'Union européenne, avec une croissance annuelle du PIB 4,3%, et une augmentation continuelle de niveau de vie, les citoyens tchèques restent très sceptiques sur le sujet européen. Nous nous demandons alors quelles sont les causes du l'euroscepticisme tchèque et quel est l’impact de la crise du projet européen sur la politique européenne étrangère tchèque ? 1Discours au Parlement européen en mars 1991 2 Občanská demokratická strana 3
  4. 4. I/ Parti citoyens démocrates face à la crise de la dette de la zone euro, une politique européenne tchèque inexistante ? 1. Crise de la zone euro vers le blocage de la mise en place de la monnaie unique Après une intégration réussie de la République tchèque dans l'Union européenne en 2004, la droite s’est installée au pouvoir pour une décennie. Les gouvernements consécutifs du Parti des citoyens démocrates, ont été fortement soutenus par un président se prononçant euro-réaliste mais qui s’incline vers une forte europhobie, Václav Klaus. L'environnement de la crise du projet européen dans lequel le pays affronte dès son entrée jusqu'à nos jours, sans parler de la politique eurosceptique du parti ODS, vont avoir des conséquences importantes sur la politique étrangère tchèque et l'opinion publique. Quelles étaient les conséquences des actions de la représentation politique tchèque face aux crises, et quel est l'impact des crises sur le pays ? Après le premier événement en 2010, qui marque le début de la crise de la dette grecque et donc de la menace pour la zone euro, le gouvernement tchèque reste préoccupé par l'application et la ratification de Traité de Lisbonne. En 2011, la situation va changer. "Je suppose que surtout la Grèce elle-même doit démontrer la volonté d'effectuer certaines mesures d'austérité" 3 La représentation politique tchèque et Petr Nečas, en tant que seul pays avec la Grande Bretagne représentée par David Cameron, se prononcent contre la mise en place de l'aide à la Grèce, grâce au Fond européen de stabilité financière. Sur le plan de la politique national tchèque, la crise de la dette de zone euro a pour conséquence le 3Petr Nečas, discours lors du Sommet européen à Bruxelles le 3.6.2011 4
  5. 5. renforcement de discours politique contre la mise en place de la monnaie unique, d'où le discours du Premier Ministre Petr Nečas: '' La République tchèque n'adoptera l'euro seulement si le coût du maintien de la couronne sera plus élevé que le coût de l'introduction de la monnaie unique européenne." Par la suite, le Premier ministre annonce que son gouvernement ne va pas instaurer la date d'adhésion à la monnaie unique. Le discours clair contre la mise en place de la monnaie unique, qui était fortement influencé par la situation de la crise de la zone euro a atteint son paroxysme avec le refus du Pacte de stabilité budgétaire en février 2012. Lors d'un sommet informel le 30 janvier 2012, 25 chefs d'États de gouvernements européens sur 27 se sont mis d'accord sur un « Traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l'Union économique et monétaire ». Comme aboutissement et la preuve de sa politique eurosceptique, le gouvernement du Premier Ministre Petr Nečas, refuse de signer l'accord. "Jusqu'à ce qu'on précisera la méthode de ratification du présent traité, et en même temps la façon de décider son entrée en vigueur, à savoir le moment de l'adoption de l'euro, je ne pourrai pas signer.", a déclaré le Premier ministre Petr Nečas. Le gouvernement Nečas, majoritairement constitué des représentants politiques du Parti des citoyens démocrates, a eu pour conséquence une politique eurosceptique sur la mise en place de la monnaie unique. Ce refus de tout manœuvre vers l'euro s'est traduit par les refus consécutifs de la politique monétaire européenne et par la présence d'une crise forte de la dette de la zone euro. Mais nous nous demandons quel était l'impact de la crise de la zone euro sur l'économie tchèque ? 2. Stabilité de l'économie tchèque, argument pour l'euroscepticisme A part une stagnation économique et la baisse importante du PIB en 2009 à moins de 0,5%, la crise de la dette dans la zone euro qui a débuté en 2010 n'a pas eu un impact dramatique sur l’économie 5
  6. 6. tchèque. Nous pouvons également constater que depuis les années 2010, l'économie tchèque s'est rétablie de manière fluide à un PIB de 4,3% en 2015. Le taux de chômage a continué de baisser malgré la crise dans la zone euro : en 2012, le taux était à 7,5% contre 5,9% en 2014.4 Dans le deuxième trimestre de l'année 2016, le taux de chômage dans le groupe d'âge 15-64 ans a encore diminué à 4,9%. Ce qui est sur l'échelle de l'Union européenne le deuxièmement taux de chômage le plus bas après Malte. Sur le plan économique, les investissements étrangers en République tchèque n'ont cessé d'augmenter. En témoignent les chiffre suivants : les investissements d'importation en 2009 ont été de 50 milliards d'euro, contre 200 milliards d'euro d'import en 2012. Cela est dû au maintien de la politique d'export et d'import. La République tchèque est très dépendante de l'industrie automobile, qui est le secteur dominant du pays. Son statut de « petit pays » contient le principe de la poursuite de la politique des grandes puissances. Tout individualisme reste rare. L'économie tchèque est très liée à celle de l'Allemagne et de l’Autriche et à cause de sa petite ampleur, il est préférable de suivre les partenaires avec lesquels on commercialise. En 2015, 82,9% d'export tchèque se dirigeait dans l'Union européenne et 32% vers l'Allemagne. La République tchèque est très similaire à l'Allemagne et l'Autriche car ils partagent le même environnement. Les firmes et sociétés tchèques fonctionnent dans la logique des firmes allemandes et autrichiennes. L'attente de la population tchèque active est plus proche des visions socio-démocratiques allemandes et autrichiennes que celles des Britanniques. La structure économique est plus tournée vers l'industrie qu'aux services. Nous devons constater qu'il s'agit également de la bonne résistance de l'économie à la crise de la zone euro qui a mené l'opinion publique tchèque et le parti traditionaliste de la droite ODS vers le renforcement de la méfiance envers la zone euro et la mise en place de la monnaie unique. 4Commission européenne, Eurobarométre, Standard 83, Printemps 2015 6
  7. 7. Le discours politique tchèque sur l'adhésion à la zone euro dès l’entrée dans l'Union européenne restait tout au long des années 2000 très négatif et il est souvent argumenté par le fait que le pays n'est pas encore prêt d'accueillir la monnaie unique. La politique du gouvernement influence fortement le débat public. Sur le plan d’une Union économique plus approfondie et plus éligible, les Tchèques font partie des nations les plus sceptiques sur le sujet. Ils restent en effet très peu connectés avec le principe de la monnaie unique dans l'Union européenne. 73% d’entre eux sont contre la monnaie unique. L’adhésion à la zone euro reste impopulaire. Les plus grands adversaires sont principalement ceux qui ne comprennent pas l'Union européenne et qui ne lui font pas confiance. Ce sont généralement des personnes appartenant à une génération plus âgée, moins instruits et avec un statut socio-économique plus faible. Selon le Centre de recherche sur l'opinion publique, ce n'est que 17% de la population qui est favorable à l'intégration dans la Zone Euro.5 II/ L'opinion publique tchèque, vers une europhobie héréditaire 1. Manque de sentiment d'appartenance à l'Union européenne Depuis la création de la République tchèque démocratique, le pays a connu 13 gouvernements. La durée moyenne d'un gouvernement tchèque est de 600 jours, la moyenne européenne monte à 1030 jours et le pays avec la moyenne plus basse est l'Italie, à 580 jours. Ceci montre que la République tchèque fait partie des pays membres avec une plus grande instabilité gouvernementale. Cette instabilité est propre au système politique tchèque. Ce qui a le plus marqué à la fois dans la politique étrangère européenne tchèque et dans l'opinion publique, était le paradoxe de la présidence Klaus. Le Parti des citoyens démocrates se prononçait 5 Le journal populaire, Lidové noviny, 4.5.2016 7
  8. 8. en tant que euro réaliste alors que le programme politique contenait des opinions critiques sur l'intégration européenne comme par exemple refus de la ratification du Traité de Lisbonne. Dans la pratique, ce sont les quatre gouvernements eurosceptiques menés consécutivement par ODS qui ont amené la République tchèque en dehors du courant européen. Les Tchèques se sont retrouvés dans la position de ceux qui ne proposent pas les solutions adéquates et qui cherchent plutôt à approfondir le débat europhobe. Certain politiciens ODS, comme Václav Klaus ou Jiří Weigl, sont même allés jusqu’à dire que dans une période d'une possible l'Europe à deux vitesse, la République tchèque ne ferai pas nécessairement partie du noyau dur de l'Union européenne. La continuité des difficultés subies par l'Union européenne a eu pour conséquence une opinion publique mitigée sur le sujet européen mais il faut essentiellement souligner que dans le cas de la République tchèque, c'est la présence des gouvernements eurosceptiques consécutifs qui sont la cause de l'euroscepticisme tchèque. Suite à l'adhésion à l'Union européenne en 2004, les citoyens tchèques n'ont pu connaître majoritairement qu'une Europe sous les crises consécutives. Cela peut paraître comme la raison majeure de méfiance envers l'Union. Malgré les crises, dont notamment celle de la zone euro, le pays n'a pas subi des chocs économiques importants, la croissance annuelle de PIB étant de 4,3% par an et le pays compte parmi les premières croissances économiques le plus rapides dans l'Union européenne. Nous nous demandons alors comment expliquer l'antipathie croissante envers l'Union européenne et s'agit-il des crises du projet européen qui ont renforcé l'euroscepticisme tchèque ? Selon l'étude de l’Eurobaromètre, en 2016, 62% des Tchèques se considèrent comme des citoyens européens. Depuis l'adhésion à l'Union européenne, le manque de confiance envers la politique européenne et l'Union européenne reste stagnante, ce que prouve notamment l'étude du Centre d'étude de l'opinion publique6 qui informe qu’en 2004, 48% de la population ne pensent pas 6 CVVM, Centrum výzkumu veřejného mínění 8
  9. 9. que les décisions sur le plan européen vont en faveur de la République tchèque. Mais en 2016 le taux de désaccord reste sur 48%. L'opinion publique tchèque, majoritairement eurosceptique, n'est pas uniquement causée par les crises du projet européen. Selon l'intellectuel et politologue Zdeněk Velíšek, la République tchèque, n'a pas une histoire européenne ancrée dans les pensées publiques comme peut avoir la France ou la Belgique. Le pays n'a pas signé le Traité de Rome, ni le Traité de Maastricht et n'était pas présent en tant que membre au moment d'introduction de la monnaie unique sur le marché européen. Très peu de Tchèques gardent un esprit européen, probablement à cause d'une intégration tardive. La République tchèque n'était pas présente lors des événements historiques de l'unification européenne et d'approfondissement du projet européen. Le pays voit l'Europe comme une entité non sécurisée. Selon CVVM, 61% de la population tchèque voudrait une armée européenne. Pour la population des pays post communistes, dont la République tchèque, il est difficile, après l'expérience de totalitarisme, de comprendre l'idée de souveraineté partagée. Il existe une méfiance forte vers toute organisation politique qui pourrait influencer la liberté de la nation. Mais le manque d'appartenance historique n'est pas le seul facteur. Il faut constater que la population tchèque n'est pas entièrement eurosceptique mais beaucoup de réactions sont dues à une méconnaissance du sujet. Les statistiques de la Commission européenne démontrent que 69% de Tchèques voudraient en savoir plus sur leurs droits européens. Ici, nous revenons à la responsabilité des gouvernements eurosceptiques des années 2006-2014. La position incertaine envers l'Union européenne de la représentation politique tchèque a abouti à l'absence d'un programme d'information d'opinion publique. La preuve se traduit lors du sondage sur la politique de Jean-Claude Juncker, selon l'étude, 16% des référents se prononcent positivement et 41% ne connaissent pas son personnage. 9
  10. 10. Il faut souligner que depuis le seul référendum sur l'adhésion à l'Union européenne, avec la campagne pro européenne intitulée Back to Europe !, les débuts des années 2000 sont marqués par une absence totale d'information à l’égard de l’opinion publique sur la législative européenne, la monnaie unique, l'économie européenne. Cela a pour conséquence, une participation extrêmement basse aux élections européennes. Notamment le 25.5. 2014, uniquement 18% d'électorat tchèque s'est prononcé, contre la moyenne européenne qui a atteint 42%. Le problème d'une abstention importante est lié à l'absence d'intérêt médiatique et politique tchèque et sa communication avec la population. Pour l’euroscepticisme tchèque, il est symptomatique d’une demande qui n'a pas encore été soumis à un test du vote populaire. Premièrement, nous pouvons donc constater qu'une absence de la République tchèque dans la mise en place historique du projet européen a eu pour conséquence une opinion publique tchèque méfiante envers le projet européen, bien avant que l'Union européenne ne soit secouée par les crises. Une forte influence de l'euroscepticisme des partis politiques, un manque de médiatisation des sujets européens et l’absence de politique européenne tchèque des années 2000 ont rendu l’opinion publique tchèque eurosceptique. La crise de la zone euro a renforcé l'impopularité de la monnaie unique. Nous nous demandons quelle est la crise qui a plus marqué l'opinion publique tchèque ? 2. La crise migratoire cause d'une l'islamophobie tchèque Avant de préciser la position du gouvernement tchèque envers la politique migratoire de l'Union européenne, soulignons les conséquences de la crise migratoire sur l'opinion publique tchèque. Sur le plan de la crise migratoire européenne, la République tchèque à long terme ne subit aucune 10
  11. 11. voie de migration majeure. Bien que cet Etat ne fait pas partie des principaux pays de destination des migrants, la crise migratoire est devenu l'un des sujets les plus importants sur scène politique tchèque, ce qui renforce le discours des partis eurosceptiques. Le thème de la crise migratoire en République tchèque est devenu depuis 2015 l'une des grandes questions politiques. La crise migratoire a eu pour conséquence l'apparition des mouvements politiques islamophobes, auparavant absolument inexistants sur la scène politique tchèque. Notamment le mouvement Bloc contre Islam, dirigé par l’ethnologue Martin Konvička. Les partis les plus actifs contre la politique migratoire sont ''L'Aube-coalition nationale'' 7 ou Liberté, et Démocratie directe8 de Tomio Okamura. Les Verts et le gouvernement de Bouslav Sobotka restent modérés sur le sujet. La République tchèque est pour les migrants, dans la plupart des cas, seulement un pays de transit et il n'y a pas une forte augmentation des demandes d'asile contrairement à certains pays d'Europe occidentale. Pour l'année 2015, 1.525 applications ont été déposées, ce qui est près de 50% de plus qu'en 2014. Le nombre de demandeurs d'asile en 2015 s’est élevé à 1,239 migrants. Depuis l'introduction de mesures d'urgence à la mi-juin 2015 jusqu'à la fin de 2015, la République tchèque a arrêté près de 3.300 migrants illégaux. En 2015, 71 personnes ont obtenu asile. Malgré la position de la République tchèque en tant que pays de transit, l'opinion publique reste très hostile. La société tchèque perçoit l'immigration très négativement, pratiquement plus que tout autre pays de l'Union européenne. Depuis l'année 2015, le Bloc contre Islam a organisé six manifestations contre la politique migratoire de l'Union européenne et contre la politique d'asile tchèque. La plus grande manifestation date du 6 février 2016 et a rassemblé 16 000 protestants selon le Ministère de l’Intérieur. Le plus grand clivage s'est annoncé, en mai 2015 avec la présentation de la Commission européenne 7 Úsvit- Národní koalice 8 Svoboda a přímá demokracie 11
  12. 12. sur sa nouvelle stratégie pour la politique migratoire. Sur le plan de l'opinion publique, les Tchèques sont en désaccord sur la politique migratoire européenne commune et préfèrent les solutions au niveau national. Donc depuis la mise en place des quotas obligatoires, la République tchèque s'enflamme dans le discours islamophobe. Selon le Centre d'étude d'opinion publique, l’idée selon laquelle les réfugiés sont bénéfiques pour la République tchèque ne rencontre que 9% d’avis favorable du public tchèque. Dans l'opinion tchèque, les deux plus grandes menaces pour l'Union européenne sont l'immigration (44%) et le terrorisme (30%). Pour 55% de la population, l'arrivée des étrangers en République tchèque constitue un problème. Généralement, environ 30% de la population pense que les migrants représentent des menaces de nature médicale, criminelle, et qu’ils renforcent le chômage. Il faut souligner que la République tchèque est un pays qui n'a jamais fait face aux diversités culturelles et il s'agit d'un Etat laïque. A part la vague des Vietnamiens dans les années 1990 et des Ukrainiens suite à la crise d'Ukraine, où ils sont dans le pays 36 903 citoyens d''origine vietnamienne et 87 834 citoyens d'origine ukrainienne, la population n'a jamais pu ressentir une présence importante des autres minorités. Dans l'enquête de mars 2016, 37% des citoyens sont pour l’accueil des réfugiés en provenance d'Ukraine. Sur l'adoption des réfugiés du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, seulement 17% des citoyens s'est prononcé positivement. Trois cinquièmes de la population sont d'avis que la République tchèque ne devrait pas accepter les réfugiés et environ un tiers de la population sont pour leur adoption jusqu'à ce qu'ils soient en mesure de retourner dans leur pays d'origine. Seule une très petite partie des citoyens tchèques d'environ 2 % sont d'avis que la République tchèque devrait accueillir réfugiés et de leur permettre de s'installer définitivement dans le pays. La prise en charge de l'accueil des réfugiés est légèrement supporté par les citoyens ayant suivi un plus haut niveau de scolarité et bénéficiant un bon niveau de vie. 12
  13. 13. La stratégie de la politique migratoire est fortement liée pour les citoyens tchèques avec la chancelière Angela Merkel. En 2013, Madame Merkel a été dans les sondages mentionnée positivement pour 72% des Tchèques. ''Aujourd'hui, en réponse à la crise des réfugiés, les notes ont baissé de façon spectaculaire'' a déclaré STEM. La chancelière allemande est acceptée par 24% des Tchèques. Suite à l'analyse de l'opinion publique tchèque, nous avons pu constater que la crise qui a eu le plus grand impact sur la scène politique tchèque est la politique migratoire de la Commission européenne. Suite au trois quarts de la population tchèque qui se prononce négativement vers l'accueil des réfugiés, notamment envers toute personne en provenance de Moyen-Orient et la création des mouvements islamophobes, nous pouvons constater que la Crise migratoire a déclenché une vague d'islamophobie tchèque qui, avant, était pratiquement inexistante. Nous nous demandons alors comment le gouvernement actuel de Bohuslav Sobotka fait face à la période des crises et exprime-t-il le retour de la politique européenne tchèque avant inexistante? III/ Gouvernement Sobotka, remise en place de la politique européenne tchèque 1. Débat pro-européenne pour la mise en place de la monnaie unique Les sociaux-démocrates, qui sont depuis sept ans dans l'opposition, ont promis le changement dans la politique étrangère et en particulier dans la politique européenne. La victoire lors des élections en 2014 leur a donné l'occasion de procéder à un changement. Le chef du ministère des Affaires étrangères est Lubomír Zaorálek, qui tout au long de cette attente s'est préparé dans l'ombre. En un 13
  14. 14. an, le Cabinet du Premier ministre Bohuslav Sobotka a réussi à changer le cours de la politique européenne tchèque, qui ont sorti un certain nombre de mesures concrètes. Nous nous demandons quelles sont ces mesures et comment se profile la politique européenne tchèque lors de la crise du projet européen ? Nous avons pu voir que le discours négatif des gouvernements eurosceptiques de la droite tchèque ont été très claires sur l'adoption de la monnaie unique, et que la crise de la zone euro n'a servi que dans le but d'éloigner l'adhésion à la zone euro. Généralement l'opinion publique tchèque s'est prononcé sous l'inquiétude dans la perte de la souveraineté, et l'unification obligatoire des systèmes sociaux, fiscaux, dans la marche vers un Etat fédéral. A côté, cette résistance envers la fédéralisation du projet européen, un autre argument apparaît. Quelle est cette peur de la perte possible des avantages comparatifs de l'économie tchèque aux autres pays membres, avec de vastes systèmes sociaux, les impôts élevés, des hauts prix de la main- d'œuvre et les coûts indirects du travail. Le Secrétaire d'Etat pour les affaires européennes a mentionné un bilan nécessaire dans l'adhésion à la zone euro. Dans tous les cas, la République tchèque est obligée d'entrer dans la zone euro, cette entrée va apporter des bénéfices à long terme. La stratégie gouvernementale considère également la rentrée dans la zone euro comme la priorité clef, sur le plan économique. Pour le gouvernement, il est inévitable de travailler sur le renforcement de médiatisation du débat européen dans l'opinion publique. Le débat a été renforcé avec des professionnels et avec les partenaires sociaux, parmi lesquels il y a prise de conscience générale sur les avantages 14
  15. 15. incontestables de l'adhésion à la zone euro, qui va jusque dans les dizaines de milliards de couronnes par an pour l'économie tchèque. Il faut intensifier le débat avec le grand public. Comme nous avons précisé précédemment, les enquêtes montrent que les citoyens manquent d'informations objectives en quantités suffisantes, en particulier sur les effets à long terme de l'adhésion à l'euro. Ici un premier constat positif sur la propagation de la politique européenne se traduit par la date du 13 novembre 2014 et la création de Convention nationale (Národni konvent) qui est une nouvelle agence gouvernementale pour les affaires européennes et qui a pour but la médiatisation de tous les sujets politiques sur la scène européenne. Le gouvernement Sobotka n'a pas instauré une date officielle pour la mise en place de la monnaie unique. Mais grâce au nouveau gouvernement, la République tchèque s'est engagée à adopter l'euro. Toutefois, il a noté que le gouvernement ouvre la voie à l'introduction de l'euro, à condition que l'euro évolue comme un projet significatif. Le passage ne sera possible que si elle est appliquée avec la consolidation des finances publiques de la République tchèque. Cette nouvelle politique européenne tchèque s'est notamment traduit par la signature du Pacte budgétaire européen en mars 2014 et la ratification de Mécanisme européen de stabilité. Le Premier ministre Bohuslav Sobotka a déclaré en février 2016: ''Je vois cela comme une expression de l'évolution du taux de change européen et efforts pour participer à toutes les discussions sur la forme de l'intégration européenne ". Egalement, le Président de la République Milos Zeman a dit que le problème serait de ne pas signer cet accord et de ne pas accepter une plus grande intégration. L’analyste de la banque UniCredit, Pavel Sobisek, a déclaré que «L'adhésion au pacte budgétaire tchèque serait la bienvenue. Pour l'avenir il faudrait se prémunir contre les gouvernements fiscalement irresponsables qui voudraient des pays trop endettés ". Le pacte budgétaire au cours des dernières années a évoqué les différents débats sur la scène 15
  16. 16. politique tchèque. ODS a exigé que l'adoption éventuelle du Pacte précède à l'exécution des institutions financières contre la dette des finances publiques et qu'il faut voter une nouvelle loi constitutionnelle sur le référendum pour arriver à l'adoption de l'euro. Bohuslav Sobotka a affirmé que le seul but des institutions financières est une tentative de détourner l'attention de la dette publique des milliards de couronnes tchèques, qui selon lui ont été ajoutées pour le gouvernement de Mirek Topolanek (ODS), Jan Fischer(ODS) et Petr Necas (ODS). La signature du Pacte budgétaire, et la politique favorable à la monnaie unique ont permis d'affirmer une politique pro-européenne de gouvernement Sobotka et essentiellement de mettre fin à la politique étrangère européenne inexistante issu des gouvernements précédents. Dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement des sociaux-démocrates devait également, comme les gouvernements précédents, faire face aux différentes crises du projet européen. Notamment la crise migratoire en Europe et plus récemment le départ de Royaume-Uni de l'Union européenne. Suite à une remise en place de la politique étrangère européenne tchèque, quel était la position du gouvernement Sobotka en pleine crises du projet européen ? 2. Une politique migratoire contradictoire Nous avons pu voir que l'opinion publique tchèque reste très négative sur les nouveaux principes de la politique migratoire et notamment avec l'accueil imposé des réfugiés. Le gouvernement garde une position contradictoire. D'un côté le gouvernement a pour objectif la lutte contre le trafic des migrants et le renforcement de la coopération avec les pays membres, en particulier avec les pays à la frontière sud de l'Europe. Pour affirmer cette politique le gouvernement a déployé des effectifs d'aide opérationnelle. 16
  17. 17. Plus de 154 000 euros d'aide financière aux agences européennes dont Frontex et l'envoi de 60 experts sur le terrain, spécialisés sur la migration et asile. Et l'aide technique. D'un autre côté fortement influencé par l'opinion publique défavorable, le gouvernement refuse la politique migratoire européenne de redistribution des réfugiés selon les quotas. Politiquement, la République tchèque a côté du groupe de Visegrad, estime que le nombre de réfugiés à accueillir ne devait pas être décidé de manière centrale, mais qu'il devait être décidé en fonction des capacités d’accueil. Le gouvernement est de l'opinion que les quotas divisent les pays membres et il ne les trouve pas efficaces. En mai 2015, le Premier ministre Bohuslav Sobotka, a dit qu'il va continuer de refuser les quotas : ''Chaque pays est responsable de la protection de ses frontières et de la mise en œuvre de la procédure d'asile. Le système actuel d'asile et de l'espace Schengen se base sur les règles de ses valeurs, et donc il est nécessaire d’adhérer à ces principes et faire respecter " Jusqu'en 2017, la République tchèque devrait accueillir 2978 réfugiés, ce qui représente 3 réfugiés pour 10000 habitants, sur une population de 10, 52 millions d'habitants. Le gouvernement a voté pour, l'accueil de 1500 migrants jusqu'à 2017. Le ministre de l'Intérieur Milan Chovanec a assuré que la République tchèque ne va accepter aucun migrant jusqu'à la fin de l'année 2016. La position du gouvernement contre les quotas se traduit par un opportunisme politique de répondre à la demande de l'opinion publique qui reste très islamophobe sur la question. En juin 2016, Lubomír Zaorálek, ministre tchèque des Affaires étrangères, accuse l'Union européenne de diviser l'Europe avec sa politique d'immigration. Il avance qu'un système de quotas est absurde. « Le sentiment qui règne ici en République tchèque est : Pourquoi devrions-nous être tolérants avec quelqu'un qui à ce jour ne montre aucune tolérance envers nous ? » Le Président de la République, Milos Zeman a également exprimé sa position sceptique envers les 17
  18. 18. réfugiés. Lors de son discours annuel à Noël 2015, le Président s'est prononcé : '' Je n'accepte pas le fait que les jeunes hommes plein de force quittent leurs pays pour attendre les aides sociales dans un pays d'accueil au lieu de se battre pour la paix de leur nation''. Lors de la visite officielle de la chancelière Angela Merkel en République tchèque en août 2016, le Premier ministre Sobotka s'est exprimé très sévèrement contre la politique migratoire de l'Allemagne en argumentant : ‘‘Dans le même temps, nous voyons des exemples d'intégration inefficace des immigrés d'origine musulmane en Europe occidentale et il arrive à ces immigrants de se radicaliser une fois accueillis'' Au début du mois d’août 2016, et après les attaques terroristes ayant eu lieu en Europe, le porte- parole de la présidence tchèque précise que ''Le président s'oppose à tout accueil des migrants sur le territoire tchèque. Notre pays ne peut pas se permettre de risquer des attaques terroristes comme celles qui ont été perpétrées en France et en Allemagne'' La politique européenne de la République tchèque se prononce également par le soutien du projet d'une armée européenne commune, défendu par le gouvernement Sobotka. La crise migratoire et la menace terroriste ont provoqué sur la scène politique tchèque une vision de renforcement de la politique de sécurité et de la défense commune avec la création de l'armée européenne. C’est ce qu’a souligné le Premier ministre lors de son discours pendant la rencontre annuelle avec les ambassadeurs tchèques en août 2016 au Palais Černín. Cette vision est soutenue par le Président de la République Miloš Zeman, qui s'est prononcé en tant que euro-fédéraliste, lors de son discours au Parlement européen en 2013. ''Nous avons besoin de la politique de défense commune soutenu par une armée européenne commune, je suis pour la politique fiscale commune, je suis pour la fédération européenne et pas pour un état européen unitaire. Intégration oui, unification, non. '' 18
  19. 19. Le discours de l'élite politique reste très uni sur le refus de la mise en place de stratégie de la politique migratoire européenne et le gouvernement Sobotka profite de l'opinion publique tchèque négative sur accueil des réfugiés pour promouvoir sa politique sur la scène européenne. Cela provoque la division des Etats membres sur ce sujet. Malgré la domination de sujet de la crise migratoire sur le plan de la politique étrangère tchèque, le gouvernement a fait face à la sortie de la Grande Bretagne de l'Union européenne. S'agit-il d'une motivation d'un probable référendum sur le Czexit ? 3. Brexit, quelles motivations pour la classe politique tchèque ? Le 24 juin 2016, la Grande-Bretagne a voté pour la sortie de l'Union européenne. Selon les sondages de l'opinion publique, 60% des Tchèques étaient contre le Brexit. Le lien entre la Grande-Bretagne et la République tchèque est historique et démocratique. Sur le plan économique en 2015, la République tchèque était pour le Royaume-Uni le 21ème plus grand marché d'importation, ce qui présente 1,1% des importations britanniques et 28éme plus grand marché d’exportation, soit 0,6% des exportations britanniques. Ces chiffres restent une preuve d'un lien de commerce économique minoritaire si on compare par exemple avec une autre puissance européenne comme Allemagne où notre export représente 30% de l'export du pays. Selon les dernières statistiques de l'année 2015, 5966 britanniques vivent en République tchèque, ce nombre ne cesse d'augmenter depuis 2010 car entre les années 2010-2015 il y avait une augmentation de 1,610 personnes. Les Tchèques vivant officiellement à long terme au Royaume- Uni sont au nombre de 41 605. Selon les données non officielles, le nombre peut atteindre jusqu' à 100.000 citoyens tchèques. Dans le domaine des investissements étrangers directs, les sociétés 19
  20. 20. tchèques ne sont pas très actives au Royaume-Uni. En général, parmi les principales raisons nous trouvons la cherté de l'entrée sur le marché britannique et un meilleur retour sur investissement. Le montant des investissements directs des entreprises britanniques en République tchèque à la fin de 2014 s’élève à 2,5 milliards d'euros. La Grande-Bretagne occupe dans le classement des plus grands investisseurs à la 11e place. La République tchèque accueille aujourd'hui près de 300 entreprises britanniques. Parmi elles figurent Vodafone, Tesco, HSBC, Marks & Spencer, Mott MacDonald, AMEC, BAE Systems, Rolls-Royce, John Crane, Smith médicale, GSK et Ricardo. Les entreprises britanniques en République tchèque emploient environ 65.000 personnes. Selon les derniers sondages de juillet 2016, ni le gouvernement ni le président de la République ne prévoient un référendum sur la sortie de la République tchèque de l'Union européenne. Il existait dans la proposition du gouvernement le nouveau projet de la loi sur la création d'un référendum populaire depuis le gouvernement Nečas en 2013. Le Président de la république Miloš Zeman a déclaré que, même dans le cas où la population choisirait le référendum sur le ''Czexit'', son vote sera contre. Essentiellement parce que le pays reçoit des sommes plus importantes qu'il ne verse à l'Union européenne. Dans l'ensemble la République tchèque a depuis l'adhésion à l'Union européenne livré 16 milliards d'euros à l'Union contre 30,6 milliards reçus. Soit une différence de 22,9 milliards.9 L'opinion politique tchèque reste d’avis que le pays ne peut surtout pas se permettre de rester en dehors du courant d'intégration européenne. Cette décision semble trop dangereuse, et aurait un impact dramatique sur la stabilité de l'économie tchèque et sur la sécurité du pays. Le gouvernement exige uniquement le maintien des mêmes conditions de travail pour les 41 000 citoyen tchèques travaillant officiellement en Grande-Bretagne, comme les citoyens britanniques 9 Lidové Noviny 29.7.2016 20
  21. 21. reçoivent en République tchèques. Le Brexit a apporté un approfondissement du groupe Visegrad. Mais dans le contexte de la politique européenne actuelle, il est difficile de considérer le groupe Visegrad comme un potentiel groupe politique en dehors de l'Union européenne. Il faut tenir en compte l'instabilité démocratique d'actuels gouvernements slovaques, polonais et hongrois. Suite à une absence totale d'un projet référendaire de la part du gouvernement tchèque, nous pouvons constater qu'une proposition d'un référendum sur la sortie de la République tchèque de l'Union européenne reste dans ces circonstances inexistantes. Mais il y a également d'autre voix de la sphère politique tchèque qui se sont prononcé sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne comme l'ex président Václav Klaus. Dans son dernier interview à la Radio nationale le 16 mai 2016, il fait l'éloge aux Britanniques qui ont réussi de se détacher de l'impérium. Il considère le Brexit comme la victoire de tous les démocrates européens. ''Le référendum donne aux milliers des personnes l'espoir. Le berceau de la démocratie et du capitalisme a encore pour une fois sauvé l'Europe d'une menace. Cette fois ci il ne s'agit ni de Napoléon ni de Hitler mais du monstre bruxellois.'' Pour Klaus, le Brexit ne peut qu’affaiblir l'Europe, qui se retrouve déjà au sommet de sa faiblesse. Il ne considère pas la République tchèque touché par le Brexit. Puisque, selon lui, Bruxelles n'est pas la République tchèque et la voix des députés européens tchèques à Bruxelles reste insignifiante.10 10 La radio Nationale 16.5. 2016 21
  22. 22. Peu après l'adhésion à l'Union européenne, la présence des gouvernements eurosceptiques sur la scène politique tchèque soutenu par les diverses crises du projet européen a eu pour conséquence une absence absolue de la politique étrangère européenne tchèque. Dix années de présence du Parti des citoyens démocrates au pouvoir ont renforcé le manque de médiatisation des sujets européens mais essentiellement le blocage de la mise en place de la monnaie unique. Dans la pratique, ce sont les quatre gouvernements eurosceptiques menés consécutivement par ODS qui ont amené la République tchèque en dehors du courant européen. La crise de la dette dans la zone euro n'a pas eu un impacte dramatique sur économie tchèque. Mais la crise de la dette de zone euro a servi comme argument de blocage de processus d'adhésion à la zone euro et elle a renforcé le criticisme de l'opinion publique sur le sujet. Aujourd'hui la question est de savoir si la représentation politique tchèque à l'avenir va être prête à organiser un référendum et de fixer une date pour l'adhésion à la zone euro. Le gouvernement Sobotka a bien confirmé qu'il ne compte pas de préciser le moment d'adhésion. Les crises consécutives du projet européen ne sont pas l'unique cause d'un euroscepticisme tchèque. Les sondages et études approfondies ont montré que la méfiance envers le projet européen restait ancrée dans l'opinion publique bien avant l'adhésion à l'Union européenne faute d'une absence historique lors d'approfondissement du projet européen et de sa création. Aujourd'hui uniquement 36% de la population est favorable à la fédéralisation du projet européen. Malgré les nombreuses crise du projet européen, il s'agit de la crise migratoire en Europe qui a le plus marqué l'opinion publique tchèque et la politique étrangère du gouvernement. La crise migratoire a donné la naissance aux mouvements politiques islamophobes tchèques avant complètement inexistants, et a montré un refus catégorique de la population envers les réfugiés. Suite a cette position de l'opinion publique, le gouvernement Sobotka dans l'opportunisme politique, a déclaré une politique migratoire tchèque contre les quotas de la Commission européenne. 22
  23. 23. Nous devons constater que les crises consécutives du projet européen ont eu un impacte positif sur la médiatisation des sujets européens sur la scène politique et publique tchèque. Suite au crises du projet européen, le gouvernement Sobotka a réussi de défendre pour la première fois depuis l'adhésion de la République tchèque à l'Union européenne, une politique pro- européenne, avant complètement inexistante. Cela se traduit par la signature du Pacte budgétaire, la mise en place de Convent national et le refus de référendum sur le Czexit. Nous pouvons alors constater que les crises ont eu également un impacte positif, d'où le retour d'un politique européenne tchèque et la médiatisation du sujet européen, mais malheureusement les Tchèque restent dans la position de ceux qui ne proposent pas de solutions adéquates aux crises du projet européen. 23
  24. 24. Annexe Sources VELISEK Zdenek, O Evropě, Evropske noviny, Praha, 2015 KLAUS Václav et COLECTIF IVK, Česká republika na rozcestí, Fragment, Prague, 2013, p.103,151, 160 FIALA Petr, Politika jak nemá být, CDK, 2010,p.16-17 KUDRNA Zdenek, Česká republika a Evropká unie, Hebdomadaire Respect, 18.7.2016, p.46-47 POTÚČEK Martin, Cesty z krize, Slon, Prague, 2011, p.34-52 RIEGEL Karel, Eu Češi a Skepse, ISV, Prague, 2004, p.23, p.42-55 Discours Petr Nečas, discours lors du Sommet européen à Bruxelles le 3.6.2011 http://www.vlada.cz/cz/evropske-zalezitosti/aktualne/summit-eu-cesko-se-na-pomoci-recku-podilet- nebude-85236/ Discours devant le parlement national Aout 2011 http://www.vlada.cz/cz/evropske-zalezitosti/aktualne/necas-urcovat-termin-prijeti-eura-ted-pro- cesko-neni-dobre-86734/ La conférence de presse novembre 2011 http://www.vlada.cz/cz/evropske-zalezitosti/aktualne/proc-se-cr-nezavazala-k-ratifikaci-smlouvy-o- fiskalni-unii-92547/ Statistiques Statistical Yearbook of Czech Republic 2014, Czech Statistical office Centre d'étude pour l'opinion publique (CVVM), Evaluation de l'intégration EU, Avril 2016 Commission européenne, Eurobarométre, Standard 83, Printemps 2015 24

×