1
Introduction et définition
L’Internet des objets a connu un développement
exponentiel ces dernières années et il ne s’ag...
2
Selon IDC, d'ici 2020 les industries qui adopteront
l'Internet des objets seront les produits manufacturiers, la
santé e...
3
4. Bluetooth. Ce protocole est déjà connu via notre
utilisation des appareils mobiles. Dans le domaine
d’IdO, il est uti...
4
Les entreprises intelligentes
Dans le secteur industriel, les objets connectés sont de plus
en plus profitables pour per...
5
plateformes, il s’agit entre autres, des systèmes
d’exploitation propres à l’Internet des objets. En effet,
contrairemen...
6
Bibliographie
Adler, L. (2015). The Urban Internet of Things. Harvard
Kennedy School.
http://datasmart.ash.harvard.edu/n...
7
http://www.cio.com/article/2981481/healthcar
e/how-the-Internet-of-things-is-changing-
healthcare-and-transportation.htm...
8
Zigbee. (s.d.). Wikipedia.
https://en.wikipedia.org/wiki/ZigBee
Z-Wave. (s.d.). Wikipedia.
https://en.wikipedia.org/wiki...
9
Annexe 1. Évolution du nombre de produits connectés
par individu
Source : Cisco
Annexe 2. Ville Intelligente – Parking i...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

InternetdesObjets

28 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
28
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

InternetdesObjets

  1. 1. 1 Introduction et définition L’Internet des objets a connu un développement exponentiel ces dernières années et il ne s’agit que de la pointe de l’iceberg. Comme le démontre notre rapport, l’Internet des objets (IdO) est en train de transformer plusieurs industries au même titre que l’a fait le World Wide Web (Angelidis, 2015). Commençons par définir ce que nous entendons par IdO. Conceptuellement, il s’agit d’un écosystème comprenant des objets identifiés de manière unique, des utilisateurs, des systèmes et des données, le tout servant de passerelle entre le monde physique et le monde virtuel (Futura-Science). 1. Les objets. Grâce à l’IdO, une grande variété d’objets peut être connectée à Internet, il suffit de leur assigner une adresse IP avec la capacité de transférer la donnée sur un réseau (Rouse). 2. Les utilisateurs. Les utilisateurs sont en fait les usagers finaux qui interagissent avec les objets, souvent via une application mobile. 3. Les systèmes. L’Internet des objets n’est pas une technologie en soit, mais regroupe plusieurs solutions technologiques permettant d’identifier des objets, de capter, stocker, traiter, et transférer des données dans les environnements physiques (Bureau, 2008). 4. Les données. En connectant à l’Internet une multitude d’objets inimaginables et en leur appliquant des capteurs, nous avons maintenant accès à une imposante quantité de données. Evolution de l’Internet des objets En effet, le marché de l'IdO s'annonce foisonnant, grâce à l'expansion de nouvelles technologies, dont : - l’analytique, l’entreposage des données dans le cloud et leur traitement en temps réel (Andy Noronha, 2014); - l'augmentation de l'interconnectivité des périphériques intelligents personnels, et ; - la multiplicité d'applications permettant la connectivité entre les chaînes d'approvisionnement, les partenaires et les clients, et ce, spécifiquement dans le cadre des entreprises intelligentes. Ceci offre un réel potentiel de croissance non seulement pour les grandes entreprises, mais aussi pour les PME et les start-ups. À ce titre, selon Cisco, le nombre d'appareils connectés atteindra les 50 milliards d'ici 2020 (Remotemx), et ce, à raison de 6 à 7 objets connectés par individu (Annexe 1). Pour ce qui est du marché canadien, la firme IDC estime qu’il représentera plus de 6,5 milliards de dollars d’ici 2018 (Direction informatique). De plus, suivant une enquête nationale concernant l’attrait des Canadiens envers l’Internet des objets, celle-ci révèle que 83 % d'entre eux sont prêts à l’essayer pour autant que l’IdO rendre leur vie plus facile (Fisher). Sans contredit, l’IdO sera un domaine porteur. Toujours selon Cisco, l'Internet des objets va générer 8 billions de dollars d’ici les dix prochaines années, soit 6,4 billions provenant du secteur privé et 1,6 billions provenant du secteur public. Ces résultats seront impactés par la capacité des organisations, autant privées que publiques, à exploiter l'Internet des objets au cours des prochaines années. Plusieurs facteurs influenceront leur capacité, dont entre autres, leur faculté d’innover, de réinventer la chaîne d'approvisionnement et de logistique, et finalement d’adapter les expériences utilisateurs en conséquence (Cisco). Internet des Objets Maha Abdelrahman Florence Lussier-Lejeune Line Bourbonnais Fatima Zohra Zemir
  2. 2. 2 Selon IDC, d'ici 2020 les industries qui adopteront l'Internet des objets seront les produits manufacturiers, la santé et le transport. (IT business). Technologies utilisées Avant de détailler les technologies utilisées, il est important d’identifier et comprendre les défis de l’IdO (Baum, 2015). Il en existe quatre principaux. 1. La sécurité. La connectivité, l’authentification et la sécurité de la communication sont primordiales. Un des défis actuellement rencontrés est l’intrusion d’accès non autorisé et l’attaque par force brute permettant aux pirates informatiques d’accéder aux systèmes en outrepassant les mots de passe. 2- L’encryption. Ce problème existe à cause de la nécessité du chiffrement pour renforcer la sécurité. Cependant, ces méthodes de chiffrement augmentent la consommation d’énergie. 3- L’adressage. Afin d’assurer la connectivité entre les périphériques, ils doivent être identifiés par une adresse IP. En découle deux problématiques : la croissance rapide du nombre d’appareils exigeant qu’une quantité considérable d’adresses IP soit disponible et leur compatibilité incompatibilité avec les adressages existants. 4- La capacité de traitement des données. Finalement, il est critique d’avoir les ressources capables de supporter le trafic volumineux des données, leur traitement et leur analyse. Les composants de l’écosystème de l’IdO Les composants qui nous intéressent dans notre travail sont : - l’Internet, sans laquelle il n’y aura pas de connexion; - les objets de l’IdO ; - le cloud permettant le stockage des données et; - les dispositifs avec lesquels les objets sont contrôlés. Les objets prennent leur connexion de l’Internet à travers une passerelle (gateway) et transmettent leurs données de la même façon. Par la suite, celles-ci sont transmises dans le cloud qui, grâce à un système d’analyse, effectue et envoie les analyses aux dispositifs de contrôle via l’Internet (Business Insider, 2015). Protocoles de communication Le choix du protocole de communication dépend des aspects physiques de l’environnement. Par exemple, une maison faite de ciment et de béton ne peut pas avoir les mêmes protocoles utilisés qu’une maison en bois. De plus, le choix aussi dépend de la distance qui doit être couverte par les capteurs, leur densité et les données. Il existe 6 types de communication sans fil : 1. WiFi. Il est le plus utilisé par les entreprises sur le marché. Par contre, à cause du grand nombre de périphériques connectés à un seul point d’accès, un nouveau standard a été implémenté, le IEEE WiFi 802.11ah utilisant une bande de 900 MHz qui peut connecter 8 000 périphériques à l’intérieure d’un périmètre de 1 km. En outre, ce standard permet une plus faible consommation d’énergie grâce à d’autres innovations établies autour du WiFi avec rétrodiffusion ou ‘backscatter WiFi’ permettant une communication sans alimentation ou avec une consommation minime de batterie. (Malik, 2015) 2. Z-wave. Un des protocoles les plus utilisés dans le domaine. Il permet la minimisation de la consommation d’énergie faisant de lui le protocole préféré pour les périphériques avec batteries. Quant à son fonctionnement, il utilise une technologie radio de faible puissance dans la bande de fréquence de 868.42 MHz. Il est optimisé pour les échanges à faible bande passante, entre 9 et 40 kbits/s. En ce qui concerne le protocole, il définit les couches radio et les couches applicatives permettant l’interopérabilité des équipements en précisant le type d’équipement à l’aide de la notion de classe. De plus, chaque nœud agit comme un répéteur dans un réseau de 232 appareils. Il est aussi important à noter qu’il est facile à intégrer dans les produits électroniques. (Z-Wave, n.d.) 3. ZigBee. Un des protocoles basé sur la norme IEEE 802.15.4 ayant une faible consommation d’énergie et un coût faible qui fonctionne dans un réseau maillé (Wireless Mesh Network). Ce type permet le routage des messages à deux niveaux, soit au niveau de la couche réseau et de la couche applicative. (Zigbee, n.d.) Source : Globe and Mail
  3. 3. 3 4. Bluetooth. Ce protocole est déjà connu via notre utilisation des appareils mobiles. Dans le domaine d’IdO, il est utilisé avec la même contrainte de proximité. Ce qui le diffère du ZigBee et Z-wave est son utilisation de bande passante plus élevée. La nouvelle version Bluetooth LE permet une faible consommation d’énergie en comparant avec le WiFi. (Bluetooth, n.d.) 5. LoRa. Ce protocole permet la communication à bas débit basé sur LPWAN (Low-Power Wide Area Network). Il permet la communication machine à machine (M2M), et ce, particulièrement dans le secteur industriel et des villes intelligentes (Tech Target, n.d.). Il est caractérisé par son pouvoir de couvrir un plus grand périmètre grâce à sa forte capacité et son réseau en étoile. Sa consommation d’énergie est aussi faible que celle du ZigBee et Z-wave. Il a plusieurs avantages dont sa facilité, la traçabilité des objets et la sécurité. (LoRa, n.d.) (SemTech) 6. IPv4 vs. IPv6. Il existe 4,3 milliards d’adresse IPv4, un nombre déjà inférieur à la quantité d’appareils connectés à l’Internet. D’ailleurs, selon l’annonce de l’ARIN (American Registry for Internet Numbers), l’Amérique du nord n’a plus d’IPv4 depuis septembre 2015. Dans le cas où une adresse IPv4 serait requise, l’ARIN devra demander à l’IANA. Dans le cas où quelqu’un retourne une adresse ancienne, l’ARIN a aussi annoncé qu’elle a déjà une longue liste d’attente. La migration vers l’IPv6 est une problématique pour certaines organisations. Pendant que certains fournisseurs de contenu attendent que les utilisateurs commencent à utiliser IPv6, les utilisateurs attendent que ces derniers rendre disponible l’IPv6. Nous faisons face au même dilemme de causalité de l’œuf ou la poule (Lawson, 2015). Étant donné que l’IPv6 est de 128 bits, le nombre d’adresse disponible est de 340 undécillions d’adresses (36 zéros), elle pourrait donc couvrir le nombre croissant d’objets connectés tel qu’envisagé par Gartner et Cisco (Google). Domaines d’application Les objets connectés sont utilisés dans plusieurs domaines et vont se multiplier au fil des années. Les domaines observés pour ce rapport sont : la maison intelligente, les objets portables, les entreprises intelligentes, la santé et la ville intelligente. La maison intelligente Différents appareils intelligents peuvent faire gagner du temps à l’utilisateur. Le contrôle de l’énergie, tels que le chauffage, la climatisation centrale, les lumières connectés, est aussi amélioré. Les occupants de la maison profitent aussi d’une meilleure communication, par exemple avec un interphone audio-visuel. La sécurité est aussi accrue avec les détecteurs, pour le feu et le vol, qui se trouvent dans la maison. Ce domaine d’application est en très grande croissance. La quantité d’objets connectés devrait avoir doublé en 2020 (Klein, 2016). D’ici 2019, selon Cisco Systems, les compagnies vont investir 1,9 milliard $ dans les appareils pour la maison intelligente, rapportant près de 490 milliards $ en recettes. Google et Samsung ont déjà commencé à investir dans ce domaine. Google a fait l’acquisition du fabricant de thermostats connectés, Nest Labs, l’année dernière, pour la somme de 3,2 milliards $ et Samsung a acheté l’entreprise de maison connectée, SmartThings, pour 200 millions $ (Marie, 2015). Plusieurs nouveaux objets connectés ont été remarqués, en janvier 2016, au dernier Consumer Electronic Show (CES) à Las Vegas (Crist, 2016). Entre autres, le nouveau réfrigérateur intelligent de Samsung, le Samsung Family Hub Refrigerator, propose de nouvelles caractéristiques innovatrices, par rapport au modèle sorti en 2012. Il est muni d’un écran HD Super AMOLED sur la porte avant qui peut être utilisé de différentes façons. Les trois caméras, intégrées à l’intérieur de ce réfrigérateur, prennent des photos du contenu à chaque fois que nous fermons la porte, et ces photos peuvent être transmises au téléphone intelligent. Par exemple, cette information peut être utile pour savoir quoi acheter lorsque nous sommes à l’épicerie. Une autre application permet aussi de contrôler les lumières, le thermostat, et d'autres produits connectés de la maison. Un autre exemple intéressant présenté au CES, est le « SR20 router and IOT hub » de marque TP-Link. Muni d’un écran tactile et d’une application mobile, il utilise les technologies ZigBee et Z-Wave. Cet appareil est un « tout- en-un » pour relier les objets connectés et fournir un contrôle centralisé pour la maison intelligente. Il peut interfacer avec une gamme complète de dispositifs domotiques pour la sécurité, l'éclairage et la gestion de l'énergie. Comme par exemple, une caméra HD, qui fonctionne jour et nuit, des ampoules Led Wifi connectés, des prises et un commutateur intelligents avec surveillance de l'énergie (Kumbhar, 2016). Les objets portables Le marché global, des objets connectés portables, devrait atteindre environ 53,2 milliards $ en 2019, soit plus de dix fois sa valeur d’il y a cinq ans. Ce marché comprend différents objets tels que des accessoires pour le sport et l’entraînement, des lunettes, des vêtements et des montres intelligentes. Ces dernières, en plus des autres accessoires pour l’entraînement permettant la traçabilité des données, devraient représenter 70 % du marché des objets connectés portables en 2016 (Statistica).
  4. 4. 4 Les entreprises intelligentes Dans le secteur industriel, les objets connectés sont de plus en plus profitables pour permettre une gestion et un contrôle optimisé par un réseau central. Pour y parvenir, les entreprises utilisent des capteurs de différents types d’objets connectés sur un réseau IP. Dans l’industrie du transport, on retrouve des capteurs dans les camions qui utilisent le GPS pour la géolocalisation. Cette information est ensuite envoyée par le réseau sans fil mobile au serveur du client, pour leur application de logistique (Harpham B. , 2015). Dans le domaine de l’aviation, un autre exemple est intéressant : Les ingénieurs de la compagnie Japan Airlines expérimentent actuellement les Google Glass, pour la maintenance, et les images capturées par ces lunettes informent les experts techniques (Patrizio, 2014). Dans le commerce de détail, en plus d’utiliser l’étiquetage avec puces RFID, le magasin futur, possiblement d’ici 2025, sera composé de plusieurs éléments connectés tels que des chariots intelligents avec GPS, des capteurs pour informer sur les produits en temps réel. Il sera aussi possible de connaître l’inventaire d’un produit avec le mobile et les technologies Bluetooth, QR-Code et NFC. Le magasin pourra obtenir de l’information sur un client dès son entrée et lui offrir des promotions ciblées en temps réel. Le consommateur pourra choisir et payer ses produits avec son téléphone intelligent, sans même passer par la caisse (Gregory, 2015). Le secteur de la santé Le marché des objets connectés, dans le domaine de la santé, devrait croître de 38 % d’ici 2020 (PRNewswire, 2016). Il devrait atteindre un marché de 117 milliards $ (TJ, 2015). Cependant, les objets connectés ne font pas l’unanimité dans ce secteur, en raison des données personnelles qui sont collectées. Par contre, la numérisation et la rationalisation du partage des données du dossier d’un patient peut procurer des économies importantes, en temps et en argent, au système de santé (Harpham B. , 2015). Plusieurs objets sont utilisés dans les Centres de santé et les hôpitaux, mais aussi à la maison pour suivre la condition du patient. Par exemple, une entreprise américaine travaille sur une gélule qui, une fois avalée, se positionne dans l'estomac sans être digérée et détecte si le traitement a bien été pris. À l’aide de l’émetteur et du cloud, l’information se rend jusqu’au médecin. En raison de la prolifération des objets connectés dans les industries, nous pouvons parler aujourd’hui « d’Internet de tout » (IOE). La ville intelligente Le concept de ville intelligente (Smart city) a vu le jour dans les années 2000. Il est né de la convergence entre l’évolution des nouvelles technologies et l’augmentation des enjeux croissants vécus par les villes (Montréal, 2014). Le concept fondamental derrière la ville intelligente est d’avoir une intégration harmonieuse entre les infrastructures physiques et celles numériques (ADLER, 2015). Les initiatives entourant la ville intelligente sont multiples et touchent plusieurs domaines dont, entre autres, la consommation énergétique, la gestion de l’eau et des déchets et l’optimisation des transports collectifs. De nombreuses grandes villes, dont Montréal (Montréal, 2014), ont lancé leurs initiatives respectives en matière de ville intelligente. À l’échelle planétaire, une des initiatives les plus en vogue est la gestion de place de stationnement (ADLER, 2015). Réel casse-tête pour les automobilistes et source de revenus substantielle pour les villes, plusieurs start-up se sont données comme objectif d’améliorer l’expérience autour de la recherche d’une place de stationnement, dont la Californienne StreetLine (Streetline) (Annexe 2). L’analyse de la compétition Pour faire une analyse de la compétition des différents acteurs de l’industrie en place, étant donné la panoplie de ceux-ci, nous proposons de les subdiviser en deux grandes catégories : les objets et l’Internet. Les objets Comme nous venons de le voir, les objets connectés peuvent avoir des utilisations multiples. Pour chacune de ces utilisations spécifiques, il y a des concurrents en place. Bien que, tel que décrit plus haut, les grandes compagnies technologiques (Apple, Google, Samsung) prennent une position très agressive dans le marché des maisons intelligentes, la compétition est loin de se limiter à ce domaine. Elle concerne tous les domaines inimaginables, comme par exemple celui des automobiles intelligentes ou encore celui des jouets intelligents pour enfants. L’Internet Dans la catégorie Internet, nous retrouvons trois principales sous-catégories, soit les plateformes, les API et les infrastructures matérielles (hardware). En termes de
  5. 5. 5 plateformes, il s’agit entre autres, des systèmes d’exploitation propres à l’Internet des objets. En effet, contrairement au monde des ordinateurs où existent un nombre limité d’OS, étant donné ces diverses applications possibles, l’Internet des objets offre beaucoup plus de choix en la matière (Froehlich, 2016). Des marques établies comme Apple, Windows, Google, Linux (Fondation, 2016), font partie de la course, mais aussi des compagnies moins connues comme MessageSight, Riot et WindRiver VxWorks. Du côté des API, comme elles permettent aux objets connectés d’appeler leur serveur, d’envoyer des données et de récupérer des instructions (Montcheuil, 2016), et ce, la plupart du temps sur le cloud, elles sont essentielles au développement de l’Internet des objets. C’est pourquoi plusieurs fournisseurs proposent des solutions en la matière dont par exemple, Cloudera ou encore Nordic API (video). Finalement, beaucoup de joueurs se trouvent aussi dans le domaine matériel pour l’IdO. Entrent dans cette catégorie toutes les structures physiques qui permettent d’activer l’Internet des objets, comme par exemple, l’infrastructure, les réseaux et les centres de données. Problèmes de sécurité Les problèmes de sécurité sont corrélés avec l’augmentation du nombre de périphériques connectés. Avec le volume énorme des données collectées et étant donné la sensibilité de celles-ci, il est devenu primordial de mettre en place des mesures et des protocoles de sécurité afin de les protéger. Des experts dans le domaine stipule que la sécurité doit commencer par la mise en place des mesures appropriées dans chaque phase du cycle de vie du périphérique, depuis son design jusqu’à son environnement opérationnel (Wind Driver White Paper). Il existe 5 phases : 1- Secure Booting. Ce principe incite sur la sécurité dès le premier démarrage. Lorsque le périphérique reçoit de l’électricité pour la première fois, l’authentification et l’intégrité du logiciel installé dans le périphérique sont vérifiées à l’aide d’une signature digitale encryptée afin d’assurer que c’est le bon logiciel qui a été autorisé d’opérer le périphérique. 2- Contrôle d’accès. Dans cette phase, différentes formes de ressources et de contrôle d’accès sont implémentées. En donnant des accès basés sur le rôle de chaque composant et chaque application, nous nous assurons que même si un composant est compromis, le pirate informatique n’aura qu’un accès limité aux autres composants. Le but du principe du privilège restreint est d’assurer que seul l'accès minimal requis pour exécuter une fonction est autorisé afin de minimiser les risques de violation de sécurité. 3- Authentification du périphérique. De même que l’authentification de l’utilisateur lors de son accès au réseau, les périphériques sont aussi authentifiés, leurs informations d’identification sont stockées dans un endroit sécuritaire et elles sont vérifiées avant de donner l’accès au réseau. 4- Firewall et IPS. Chaque périphérique a besoin de faire un contrôle sur le trafic qui lui est destiné. Par la suite, il a besoin d’un firewall ou « deep packet inspection capability ». Ceux qui ont ces capacités possèdent un protocole distinct des autres qui leur permettent d’identifier les charges malveillantes (malicious payloads). 5- Mise à jour et patches. Dans cette phase, c’est l’assurance de l’opérabilité sécuritaire qui est importante. Le périphérique doit être capable d’authentifier les MAJ et les correctifs envoyés d’une manière qui ne consomme pas beaucoup de bandes passantes et qui élimine la possibilité de compromettre sa sécurité fonctionnelle. Conclusion Malgré les enjeux de sécurité associés à l’Internet des objets, il ne fait aucun doute que nous sommes aux balbutiements d’une nouvelle révolution numérique. Toutefois, pour que celle-ci prenne complètement forme, certains auteurs avancent qu’elle devra être intégrée à l’intelligence artificielle, donnant ainsi naissance à une nouvelle terminologie, The Internet of Intelligent Things (Sullivan, Janvier 2016). En effet, aucune capacité humaine ne sera en mesure d’analyser et de faire sens en temps réel de l’ensemble des données accumulées via l’Internet des objets. Sans l’intelligence artificielle, les objets connectés ne sont pas en mesure d’apprendre des expériences passées, d’anticiper celles du futur, ni de prendre l’initiative de communiquer avec d’autres objets connectés de façon pertinente. Ainsi l’intelligence artificielle nous permettrait d’amener l’IdO à un autre niveau, soit celui où notre brosse à dents détecte une carie et prend rendez-vous chez notre dentiste à l’heure qui nous convient le mieux pendant que notre frigo nous propose une recette avec le reste des aliments qu’il contient. Autrement dit, un monde fascinant est à nos portes.
  6. 6. 6 Bibliographie Adler, L. (2015). The Urban Internet of Things. Harvard Kennedy School. http://datasmart.ash.harvard.edu/news/article/t he-urban-Internet-of-things-727 Andy Noronha, R. M. (2014). Attaining IoT Value: How To Move from Connecting Things to Capturing Insights. Cisco. http://www.cisco.com/c/dam/en/us/products/co llateral/cloud-systems-management/data- analytics/iot-whitepaper.pdf Angelidis, E. (2015). The Internet of things is as important as the world wide web. The Guardian. http://www.theguardian.com/media- network/2015/jan/09/Internet-of-things- important-world-wide-web Baum, S. (2015). Challenges facing Internet things infographic breaks. Med City News. http://medcitynews.com/2015/03/challenges- facing-Internet-things-infographic-breaks/ Bluetooth. (s.d.). Wikipedia. https://en.wikipedia.org/wiki/Bluetooth Bureau, P.-J. B. (2008). Étude - L’Internet des objets. Pôle de recherche en Économie et Gestion de l’École Polytechnique. Business Insider. (2015). Internet of things 2015 forecasts of the industrial IOT connected-home. Business Insider. http://www.businessinsider.com/Internet-of- things-2015-forecasts-of-the-industrial-iot- connected-home-and-more-2015-10 Casey, K. (s.d.). 10 Leaders In Internet Of Things Infrastructure. Network Comupting. Cisco. (s.d.). iot data analytics white paper. Cisco. http://www.cisco.com/c/dam/en_us/solutions/tre nds/iot/docs/iot-data-analytics-white-paper.PDF Crist, R. (2016). Samsung swings for the fences with a new smart fridge at CES. cnet.com, http://www.cnet.com/products/samsung-family- hub-refrigerator/. Direction informatique. (s.d.). Internet des objets un marché en devenir de plus 65 milliards au canada. Direction informatique. http://www.directioninformatique.com/Internet- des-objets-un-marche-en-devenir-de-plus-65- milliards-au-canada/35435 Fisher, B. (s.d.). Canada Internet of things. Huffington Post. http://www.huffingtonpost.ca/brad- fisher/canada-Internet-of- things_b_7638268.html Fondation, T. L. (2016). The Linux Foundation Announces Project to Build Real-Time Operating System for Internet of Things Devices. http://www.linuxfoundation.org/news- media/announcements/2016/02/linux- foundation-announces-project-build-real-time- operating-system. French connection. (s.d.). Kapitalium. https://kapitalium.com/2015/05/04/french- connection-billet-hebdomadaire-de-kapitalium/ Froehlich, A. (2016). 8 IoT Operating Systems Powering The Future. InformationWeek. http://www.informationweek.com/iot/8-iot- operating-systems-powering-the-future/d/d- id/1324464 Futura-Science. (s.d.). http://www.futura- sciences.com/magazines/high- tech/infos/dico/d/Internet-Internet-objets- 15158/. Google. (s.d.). Google IP v6. Google http://www.google.ca/intl/en/ipv6/ Gregory, J. (2015). The IOT: Revolutionizing the Retail Industry. Accenture. https://www.accenture.com/_acnmedia/Accentur e/Conversion- Assets/DotCom/Documents/Global/PDF/Dualpu b_14/Accenture-The-Internet-Of- Things.pdf#zoom=50. Harpham, B. (2015). How the Internet of Things is changing healthcare and transportation. cio.com, http://www.cio.com/article/2981481/healthcar e/how-the-Internet-of-things-is-changing- healthcare-and-transportation.html. Harpham, B. (2015). How the Internet of Things is changing healthcare and transportation. cio.com,
  7. 7. 7 http://www.cio.com/article/2981481/healthcar e/how-the-Internet-of-things-is-changing- healthcare-and-transportation.html. IT business. (s.d.). IDC forecasts canadian Internet of things market worth 6.5 billion by 2018. IT business. http://www.itbusiness.ca/news/idc-forecasts- canadian-Internet-of-things-market-worth-6-5- billion-by-2018/55194 Klein, C. (2016). 2016 predictions for IOT and smart homes. TNW. http://thenextweb.com/insider/2015/12/23/20 16-predictions-for-iot-and-smart-homes/. Kumbhar, S. (2016). All-in-one smart home router and IoT hub from TP-LINK to control Wi-Fi, ZigBee and Z- Wave devices. Iot-Now http://www.iot-now.com/2016/03/01/43487- all-in-one-smart-home-router-and-iot-hub-from- tp-link-to-contro. Lawson, S. (2015). It's official: North America is out of new IPv4 addresses. PC World. http://www.pcworld.com/article/2986292/netw orking-hardware/its-official-north-america-is-out- of-new-ipv4-addresses.html LoRa. (s.d.). Wikipedia. https://en.wikipedia.org/wiki/LoRaWAN Malik, A. (2015). Why Wi-Fi will be the technology of choice for the Internet of Things. Network World. http://www.networkworld.com/article/2917793 /Internet-of-things/is-wi-fi-going-to-be-the- technology-of-choice-for-iot.html Marie, C. (2015). Des statistiques IOT stupéfiantes et pourtant inconnues. Objetconnecte.com. http://www.objetconnecte.com/statistiques-iot- stupefiantes-inconnues-121314/. Montcheuil, Y. D. (2016). Journal du Net. http://www.journaldunet.com/solutions/expert/6 3593/l-Internet-des-objets-est-le-moteur-du- developpement-des-infrastructures-d-api.shtml. Montréal, V. d. (2014). Enjeux que nous pouvons regrouper en trois catégories : gouvernance, physiques et sociaux. Patrizio, A. (2014). Google Glass get put to work by an airline. itworld.com, http://www.itworld.com/article/2698916/googl e-glasses-get-put-to-work-by-an-airline.html. PRNewswire. (2016). Global Internet of things (iot) in healthcare market expected to grow with 38% CAGR during 2015 – 2020. IoT World Congress, http://www.iotsworldcongress.com/global- Internet-of-things-iot-in-healthcare-market-expec. Remotemx. (s.d.). Unlock the Power. Remotemx. http://remotemx.com/?p=88&lang=en Rouse, M. (s.d.). Definition - Internet of Things (IoT). Agenda IoT. SemTech. (s.d.). LoRa FAQ. SemTech. http://www.semtech.com/wireless-rf/lora/LoRa- FAQs.pdf Statistica. (s.d.). Statistica.com. http://www.statista.com/topics/2637/Internet- of-things/. Streetline. (s.d.). http://www.streetline.com/manage- parking/for-cities/. Sullivan, F. &. (2016). The Internet of Intelligent Things. Tech Target. (s.d.). What is LoRa Alliance. Tech Target. http://whatis.techtarget.com/definition/LoRa- Alliance The Globe and Mail. (2015). Internet of things. http://www.theglobeandmail.com/technology/Int ernet-of-things/article24668935/ TJ, M. (2015). $117 Billion Market For Internet of Things In Healthcare By 2020. Forbes. http://www.forbes.com/sites/tjmccue/2015/04/ 22/117-billion-market-for-Internet-of-things-in- healthcare-by-2020/#216fda924711. video, N. (s.d.). https://www.youtube.com/watch?v=sbh3Q- 0uXyo. Wind Driver White Paper. (s.d.). Security in the Internet of things. Wind Driver. http://www.windriver.com/whitepapers/security- in-the-Internet-of-things/wr_security-in-the- Internet-of-things.pdf
  8. 8. 8 Zigbee. (s.d.). Wikipedia. https://en.wikipedia.org/wiki/ZigBee Z-Wave. (s.d.). Wikipedia. https://en.wikipedia.org/wiki/Z-Wave Z-wave. (s.d.). About Z-WAVE. Z-wave http://www.z-wave.com/about
  9. 9. 9 Annexe 1. Évolution du nombre de produits connectés par individu Source : Cisco Annexe 2. Ville Intelligente – Parking intelligent Source : Deutsche Telekom

×