Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

dds-144.pdf

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Consultez-les par la suite

1 sur 100 Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus récents (20)

Publicité

dds-144.pdf

  1. 1. Publikationen der kaiserl, Akademie der Wissenschaflen. Feriodische Publikationen. Schrlften derNSprachenkommission. Band I. Das personliche Furwort und die Vefbalflexion in den chamito semitischen Sprachen von Léo Reinisch. 8°. l( .)09. 7 K - 7 M. — Band II. La langue Tapïhïya dite Tupï ou Neèïigata (Belle Langue). Grammaire, dictionnaire et texts par le P. S. Ta te vin, C. Sp. S. 8°. 1910. y 6 K — 6 M. — Band III. Die sprachliche Stellung des Niiba. Von Léo Reinisch. 8°. 19,11. 3K80h — 3 M. 80 Pf. Schrlften der sHdarabischen Expédition. L Band. Die Somalisprache von Léo Reinisch. I. Texte. 4°. 1900. 20 K — 18 M. — II. Band. Die Somalisprache von Léo Reinisch., II. Wôrterbuch. 4°. 1902. i 50 K — 45 M. — III. Band. Die Mehrisprache in Sudarabien von Alfred Jahn. Texte und Wôrterbuch. 4°. 1902. 24 K — 22 M. — IV, Band. Die Mehri- und Soqotrisprache von Dav. Heinr. Miiller. I. Texte. 4°. 1902. 24 K — 21 M. — V. Band. Teil 1. Die Somalisprache von Léo Reinisch. III. Gram- matik. 4°. 1903. 12 K — 10 M. 40 Pf. — VI. Band. Die Mehri- und Soqotrisprache. IL Soqotritexte. 4°. 1905. 48 K — 42 M. — VII. Band. Die Mehri- und Soqotrisprache. III. §bauri-Texte. 4°. 1907. 17 K 50 h — 15 M. — VIII. Band. Der vulgârarabische Dialekt im Dofâr (?fâr) von N. Rho- .dokanakis. 4°. 1908. " 17 K — 14 M. 60 Pf. — IX. Band. Mehri- und Hadi ami -Texte, gesamrhelt im Jahre 1902 in Gischin von Dr. Wilheliu Hein, bearbeitet und herausgegeben von Dav. Heinr. MQller. 4°. 1909. 20 K — 20 M. — X. Band. Der vulgârarabisçha Dialekt im Dofâr (?fâr) von N. Rho- dokanakis. 4°. 1910. ~ 20 K — 20 M. Sehriften der Balkankommission. Linguistische Abthejlung. I. Band. Die serbokroatische Betonung sudwestlicher Mundarten von Milan Resefar. 4°. 1900. 10 K — 9 M. — — IL Band. Das Ostbulgarische von Lj. MiletiS. 4°. 1903. 14 K 50 h — 13 M. III. Band. Die Dialekte des stidlichsten Serbiens von Olaf Broch. 4°. 1903. 16 K 40 h — 14 M. IV. und V. Band. Das Dalmatische von M. G. Bartoli. 4°. 1906. 40 K — 36 M. — — VI. Band. Der heutige lesbische Dialekt verglichen mit den ûbrigen nordgriechischen Mundarten von Paul Kretschmer. 4°. 1905. 30K — 25 M. — — VII. Band. Sprache und»Volksuberlieferungen der sudlichen Sporaden im Vergleich mit denen der tibrigen Insein des âgàischen Meeres von Karl Dieterich. 4°. 1908. 24 K — 24 M VIII. Band. Der Stokavische Dialekt von Milan Resetar. (Mit ^ K ) V - — - 1 _ - IQ K =± s M. 60 P t — — IX. Band. Die serbokroatischen Kolonien Siiditaliens. Von Milan _Reietar.(Mit22Abbildung«inimTexte.)40 . 1911. l2K50h,-- 12 M. 50 Pf. — — X. Band. Die Rhodopenmundarten der bulgarischen Sprache. Von Prof. Dr. L. Miletic. (Mit 1 Karte.) 4°. 1912. 9 K 20 h
  2. 2. KAISERLICHE AKADEMIE DER WISSENSCHAFTEN SCHRIFTEN DER SPRACHENKOMMISSION BAND IV EX-HEREDITATE KMEFHI'TREITL WIEN, 1912 IN KOMMISSJON BEI ALFRED HÔLDER K. U. K. HOF-UND UN1VEE8ITÂTS-BUCHHÂHDLER """" DUCIIHANDLKR DER KAI8ERL1CHEN AKADEMIE DER WISSEKSfHAFTEN LAyLANGUE DES KEMANT EN ABYSSINIE PAR C A R L O C O N T I R O S S I N I / WIEN, 1912 . IN KOlVfMI.SSION BEI ALFRED HÔLDER K. U. K. HOF- UND UNIVERSITÂTS-BUCHHÂNDLER BUCHUÀNDLKtt DER KAISERL1CHEN AKADEMIE DER WISSENSCHAFTEN
  3. 3. % t Druck vnn Adolf Holzbausen, k. a, k. Hof- and UrtiveraiUU-Buchdrueker in Wien. A MA FILLETTE N I N A PIC CI (VITTORINA) . . . E LA MIMMA HA AVUTO PAURA . . . 9 FÉVRIER 1911 1027497
  4. 4. INDEX. page Noté préliminaire IX Les Kemant 1 Aperçu des langues agaw 25 Grammaire. ' I. Notes phonétiques 37 le • (§ 1) . 3 8 le ' (§ 2) 38 le g (§ 3) 38 le h, le h et le h (§ 4) ' 39 le fc, le q, le q (§5) . . 39 le n, le n (§ 6) 40 le 9, le t (§ 7) • • ^O le é, le c, le i, le g, le j (§ 8) 42 autres phonèmes (§9) 43 II. Pronoms 44 pronoms personnels: a) sujet (§§ 10 et 11) 44 h) objet (§ 12) 45 „ „ possessifs (§13) 46 suffixes (§§ H et 15) 47 t autres pronoms : le refléchi (§§ 16 et 17) 48 le relatif (§18) 49 les démonstratifs (§19) 49 les interrogatifs (§§ 20—22) 51 les indéfinis (§ .23) 52 ni. Verbes 53 Thème verbal : verbes primitifs (§ 24) 53 — . •• -- --—^ ^ v e r b e s 4 i é n o m i n a t i f 8 - j [ § 2 5 } •-_._• • S A _ * • ^ v e r b e s c o m p o s é s ( § 2 6 ) . . . 5 5
  5. 5. IV page Formes dérivées du verbe (§ 27) 57 intensif et extensif (§28) 57 causatif (§29) 59 réflexif (§30) 62 passif (§ 31) • . 63 réciproque (§32) 64 formations dérivées et secondaires (§§ 33-42) . . . G5 Conjugaisons (§ 43) 67 Flexion (§44) 68 imparfait de l'indicatif (§ 45) 69 parfait de l'indicatif (§46) 70 futur (§48) 72 impératif (§50) 73 jussif (§51) 73 subjonctif (§ 52) . 74 conditionnel (§ 53) 75 consécutif (§54) 77 relatif (§ 55) : 78 „ I imparfait (§56) 79 „ I parfait (§57) 80 „ II,imparfait (§58) 80 „ II parfait (§59) 81 participe (§ 60) 81 gérondif (§61) 82 contemporain (§ 62) . . . 84 parfait subordonné (§ 63) 84 infinitif et noms verbaux (§ 64) 86 Flexion négative . 87 imparfait de l'indicatif (§65) 87 parfait de l'indicatif (§ C6) 87 subjonctif (§67) 88 impératif (§ 68) ^ 89 jussif (§69) 89 conditionnel (§70) ^ . 89 relatif I imparfait (§71) 91 „ I parfait (§72) 91 „ II imparfait (§73) 92 „ II parfait (§74) 92 participe (§ 75). . 93 --•—•- g é r o n d i f - f ^ 7 - - " r r - : ~ „ . . . ——94r contemporain (§77) 94 page parfait subordonné (§ 78) . 94 infinitif (§79) 94 Interrogation (§ 80) 94 Le verbe substantif (§81): 95 1. gan (§82). . . . 2- ag (§ 83) . . . . 3. wân (§ 84) . . . 4. sém (semb) (§ 85) 95 96 96 96 IV. Le substantif: 9g noms primitifs (§ 86) 98 noms dérivés (§ 87) 9g en -à (§ 88) 99 en -ë, -a (§ 89) JOO en -* (§ 90) 100 en -5 (§ 91) ' 101 • en -o (§ 92) . 1 0 2 en -nâ (§ 93) ] 0 2 en -ni (§ 94) 103 en -an (§ 95) 103 en -ne, -(i)nî (§96) 104 en -?>, -in (§97) 105 en -anâ (§ 98) . . . 105 en -inâ, -inl (§ 99) 105 en -at (§ 100) 106 en -ta (§ 101) 106 en -râ (§ 102) 107 en -nât, -nar, -ne (§ 103) 108 en -antâ (§104) 108 en -itâ (§ 105) 109 en -âg, -dgâ (§ 106) -r~~"." . . . . 109 en -sa (§ 107) HO en -ay (§ 108) n o en -ar (§ 109) 110 en -dm (§110) 111 Genre des noms (§111) 111 Pluriel des noms: 113 pluriels par réduplication (§ 112) 113 „ par abréviation (§113) 115 „ formés par des suffixes (§ 114) 117 par -u (§ 119
  6. 6. VI page IV. Le substantif. pluriels formés par des suffixes: par -an, -an, -in (§§ 117 et 118) 120 par -t, -d (§ 119) 121 par -te, -ta, -H (§ 120) . . . . . . . . . 122 par -tôt, -t*t, -Ut (§ 121) 122 par -ton, -tan, -âtan, -dan, -tun (§ 122) . . . 123 par -ta (§ 123) . 124 par -ant (§ 124) 1 2 4 par -tây (§ 125) 12* par -k, -ak (§ 126) 125 par -kâ, ka (§ 127) 126 . par -ki (§ 128) !26 par -kan (§ j.29) 126 par -H (§ 130) . V ,• • . 1 2 7 par -là, -H (§§ 131 et 132) 127 par -lan (§ 133) 128 pluriels par modification intérieure du nom (§ 134) 128 brisés (§ 135) 129 „ de forme anomale (§ 136) 129 Déclinaison (§ 137) 1 3 ° nominatif (§ 138) . • • • . ' 1 3 ° génitif (§§ 139-142) 130 datif (§ 143) i 3 4 accusatif (§§ 144-145) 1 3 5 vocatif (§ 146) . . ' 1 3 5 ablatif (§ 147) . . .- 136 V. L'adjectif (§§ 148-150) I 3 6 Comparatif (§ 151) . i 1 3 7 Superlatif (§ 152) l 3 7 VI. Les noms de nombre (§ 153) 1 3 8 Nombres cardinaux (§ 154) I 3 8 Nombres ordinaux (§ 155) 1 4 ^ Autres numéraux (§§ 156 et 157) J42~ VII. Postpositions (§§ 158 et 159) u 3 VIII. Conjonctions (§ 160) • • • • • 1 4 4 IX. Adverbes (§§ 161-164) 1 4 5 X. Interjections (§ 165) 1 4 7 Textes 149 Vocabulaire kemant-fra nçais l 5 4 VII Petites questions d'histoire et de philologie traitées dans le voeabulaire. Origine de l'agriculture chez les Abyssins. . . . v. le mot goz „ de l'andropoghonsorghum chez les Abyssins „ „ du cèdre chez les Abyssins „ terungô „ de Teleusine tocusso chez les Abyssins . „ dâwiâ „ du lin chez les Abyssins „ tirbâ v d e l ' o i g n o n c h e z l e s A b y s s i n s . . . . . „ sartâ „ de la poa abessinica chez les Abyssins . „ tâv „ d u p o i s c h i c h e c h e z l e s A b y s s i n s . . . . „ azar „ de l'âne chez les Abyssins „ dohuarâ „ du bœuf chez les Abyssins " * „ birâ „ des brebis chez les Abyssins „ b&g „ du cheval chez les Abyssins „ fârzâ „ de la chèvre chez les Abyssins „ fintarâ „ du poulet domestique chez les Abyssins . „ dirwô Sur l'arc „ qant S u r l a boisson fermentée b e r z „ birz Sur l'ancien habillement des Agaw „ marfâ Sur la justice „ makuanan S u r l ' é m a s c u l a t i o n d e s e n n e m i s e n g u e r r e . . . . „ salahâ Sur la désinence arwà dans les noms propres de lieux „ amvà Sur le nom des Amhara „ bilâg „ des musulmans „ haéyâ „ des Tigré. . . .- v ëilyà Sur le mot aàënâ «roi» „ aëënâ „ kântibâ titre d'un chef „ kemâ „ kuâdarê, titre d'une charge „ ktiâdarë page Vocabulaire francais-kemant . 277 Liste de localités habitées par les Kemant 312
  7. 7. NOTE PRÉLIMINAIRE. 1 Parmi les nombreux indigènes, que je fis défiler devant mon bureau d'Asmara, pour des raisons d'étude, lorsque j'étais directeur des affaires civiles de l'Erythrée, il y eut un nommé Wâlde Amlâk, jeune homme des en- virons de Gondar, venu dans nos possessions k la recherche de travail, et qui me dit de connaître la langue des Ke- mant ou këmântnay. Je cherchai de saisir la bonne aubaine pour étudier un peu cette langue inconnue, qui m'intéressait encore de plus, parce que, doutant de la précision des renseignements recueillis sur les Kemant par les voyageurs, il ne me semblait pas impossible que les Kemant, les premiers possesseurs du sol au nord du lac Tsana, nous donnassent quelques indices sur une race pré-agaw; malheureusement, après la première séance, mon homme disparut. La chose m'arrivait fréquemment: l'idée de se trouver dans la maison du Gouvernement, la vue des carabiniers, qui par leur service de police étaient un objet de craintes perpétuelles pour tout Je monde indigène, les questions posées par un fonctionnaire blanc bien connu, questions qu'on ne s'expliquait guère, suffisaient k troubler ces pauvres hères, qui, renonçant à mes pour- boirs et k mes gages, jugeaient plus prudent de s'effacer dans la foule des ouvriers de la construction des chemins de fer ou des paysans. Les notes que j'avai prises étaient si peu de chose, que je n'y songeai plus et j'en oubliai même l'existence. ^ M«n«i pftndjm^r-^tt^Ht^^gattrk PariSj jga dftrniftra mois hélas!, le plus heureux des hazards me. mit en présence
  8. 8. X des cahiers de voyage d'Antoine d'Abbadie. On savait que le célèbre voyageur français avait recueilli de nom- breux matériaux sur les langues éthiopiennes, indépen- damment de son lexique de la langue amharinna; mais on n'en savait plus long, et tout portait à craindre que les résultats de ces travaux fussent péris. Ce fut avec une véritable émotion que, en fouillant dans les cahiers, écrits avec des caractères très fatiguants, mais riches en notes et en renseignements de tout genre, je découvris qu'une partie assez importante était occupée par des notes de philologie. C'étaient bien des matériaux sur une foule de langues, surtout de langues non sémitiques, de l'Ethiopie; c'était un véritable trésor enfoui, qu'on venait de reporter k la lumière. Avant de partir de Paris, je fis une copie des parties, qui m'intéressaient de plus au point de vue philologique ou par leurs rapports avec les matériaux recueillis par moi même pendant mes années d'Erythrée. Je me pro- pose de faire photographier, d'ici peu, tout le reste. C'est bon que ces matériaux sortent de leur oubli, et que la science puisse en disposer librement. Il faut ajouter qu'une grande partie d'entre eux appartient aux languages Si- dama, parlés au sud du Schoa : la conquête abyssine a accompli d'effroyables ravages dans ces pays, depuis vingt ou trente ans, et on m'assure que des peuplades, que des voyageurs modernes y trouvèrent dans un état assez florissant, ont été entièrement détruites, sont dis- parues : peut-être, Antoine d'Abbadie nous en a sauvé des documents linguistiques, autant plus intéressants qu'on ne pourrait plus les recueillir k présent. Voila ce qui m'a servi pour bâtir l'étude que je vais présenter sur la langue kemant. Les notes d'Abbadie sont des notes telles qu'un voyageur, un explorateur, même très soigneux et assez rompu aux recherches linguistiques, peut les écrire au fond de l'Abyssinie : des longues suites de mots, en caractères éthiopiens ou en transcription, assez XI soignée et d'après le système adopté dans le dictionnaire amharique de ce voyageur, mais sans aucune critique, rien : ce sont purement et simplement des éléments pour étudier plus tard. Mais cela nous assure de l'authenticité de la fraîcheur de ce qu'il écrivait. L'écriture est très petite, quelquefois même difficile k lire, tout en étant assez nette. Je viens de dire que les cahiers que je viens de retrouver sont un trésor de renseignements linguistiques. Mais quelle en est la valeur? est-ce du métal noble? ou est-ce du vieux fer rouillé? A présent, je ne pourrais répondre que pour le kemant. Un écrivain très spirituel a écrit que le savant doit avoir l'esprit douteur. En doutant, on est presque sûr de ne pas se tromper en croyant quelque chose; encore, le doute est le père de l'esprit de recherche, ou, du moins, du désir de la recherche. Mais je dois avouer que, arrivé k la fin de mon étude, je crois que les matériaux d'Ab- badie méritent assez de confiance. Nous avons, pour les contrôler, les matériaux recueillis par le missionnaire Martin Flad, et l'excellente étude de Léo Reinisch sur la langue quara, qui a avec le kemant les liens les plus étroits; malheureusement, il m'a été impossible d'étendre mes comparaisons aux matériaux recueillis par J. Halévy sur un autre dialecte, qui est avec le kemant dans des rapports non moins intimes, le dembia, parce que la publi- cation de M. Halévy est devenue des plus rares; mais ce que j'ai pu obtenir par les comparaisons avec les maté- riaux Flad et Reinisch est tout k l'avantage de la con- fiance dans les notes d'Ant. d'Abbadie. Je m'empresse d'ajouter que ce n'est pas la perfection. Antoine d'Ab- badie, qui parlait couramment l'amliarinna, pouvait se passer d'interprètes dans ses rapports avec les Kemant; par son étude et par sa connaissance de la langue offi- cielle du pays, il s'était mis k même de saisir des nuances délicates de la prononciation, et il s'est appliqué k les
  9. 9. XII rendre, autant que possible, dans ôa transcription. Mais là, où la phonétique agaw s'écarte de la phonétique sémi- tique, il se trouve moins bien placé; il ne sait bien tran- scrire et distinguer les sons particuliers de l'agaw, tels que n, g, $, et le lecteur peut rester incertain et indécis à classer le signe. Encore, il y a des équivoques, voir des erreurs évidentes, et nous en donnerons des épreuves lorsque nous parlerons des flexions verbales; sans doute, il y en aura d'autres, surtout dans la traduction des mots, qu'il est bien difficile ou impossible d'établir en l'état actuel de nos connaissances. A côté des méprises, il y a les lacunes, que la pauvreté des matériaux recueillis par moi même ne laisse pas combler. Ce n'est pas la per- fection, je l'ai déjà déclaré; mais est-ce qu'on peut s'attendre à la perfection dans des recherches de ce genre? Tous ceux, qui, pendant leurs voyages africains, se sont appliqués à des recherches linguistiques, connaissent com- bien est-il pénible et difficile de travailler autour d'une langue inconnue avec des indigènes ayant bien souvent une intelligence bornée, incapables d'avoir la plus petite idée de la rigueur et de la précision dans les réponses indispensable dans un travail de ce genre, et qui ne réus- sissent pas même à comprendre pourquoi nous nous intéres- sons de leur idiome, regardé par leurs maîtres comme une raison de mépris. Il ne s'agit pas de Minerve, qui sortit armée de pied en cap du cerveau de Jupiter; et, encore, par suite des importunités de Vulcain, la Pan- athénos aux yeux bleus donna le jour à Erichtonius, qui était un monstre. Les matériaux recueillis hier pourront être rectifiés et complétés demain. Mais dès à présent il me semble que cette collection de deux mille deux cent ou deux mille trois cent mots et d'une quantité assez riche de formes grammaticales viendra prendre une place hono- rable dans l'histoire des études agaw. Rome, 16 juin 1911. LES KEMANT. Sans doute, les Abyssins commencèrent à faire des incursions dans les pays au nord du lac Tsana depuis des temps reculés. Mais la terrible barrière des montagnes, qui s'élèvent à l'occident du Takkazê en séparant le Tigré du Wagarâ et du Dambyà, et les tribus Juives, qui dé- fendaient sur ces montagnes escarpées leur autonomie avec un acharnement toujours sur ses gardes, empêchaient aux rois d'Aksoum d'établir leur domination sur ces pays d'une façon durable et effective. Plus tard, lorsque le siège et le centre de l'Etat passèrent dans l'Amhara, l'activité abyssine commença à serrer de plus près ees régions, pourtant sans qu'il y eut une véritable annexion. Elles étaient encore assez éloignées de la capitale, et le sud, musulman et païen, réclamait les soins et les efforts des rois. Elles devaientjouer, vis-à-vis des grands chefs chrétiens, un rôle analogue à celui que les Kounama, les Baria etc. jouaient vis-à-vis des chefs du Tigré avant que ces tribus eussent la protection armée de l'Italie. C'était un pays bon pour les razzias, pour les impositions, pour faire des esclaves, pour donner à la noblesse militaire abyssine le moyen d'accomplir des faciles exploits qu'on célébrera dans les èïffarâ ou danses guerrières, pendant que se» frontières, ses îles, voir ses pics pourront donner aux moines combattifs la place pour ériger des couvents et des églises qui seront un défi continuel pour les infidèles. Les premiers documents, que nous avons sur la' dynastie Amhara, nous parlent déjà d'expéditions abyssines Conti Eossinï. 1
  10. 10. dans ces régions. L'histoire des guerres du roi c Amda Syon I contre les musulmans, en 1332, a des allusions a une guerre précédente contre les Juifs, et un corps des troupes royales porte le nom de Gondar. Un document du même siècle, la Vie de Yâfqeranna Egzi', un moine du Tigré, qui fonda le couvent de Gueguebên1 sur les bords orientaux du Tsana, et qui excerça une grande influence sur les couvents des îles de ce lac,2 nous donne quelques détails sur la région s'étendant au nord du lac. Elle dépendait d'un chef local, qui portait le titre de kantibâ, ou de kantibâ du Dambyâ.3 On ne dit pas quelle était sa religion : mais les chrétiens n'y étaient pas re- gardés par les paysans avec mépris ni haine, car un soldat du chef va se renseigner en ami de la santé de Yâfqeranna Egzi', qui s'était retiré en l'île de Galilâ, jusqu'alors déserte et abandonnée. Quelques années plus tard, les Juifs du Semiên et du Sallamt, excités contre les chrétiens, s'avan- cent contre le kantibâ, qui s'était refusé sans doute de les suivre, le battent et l'obligent a se joindre avec eux dans une suite d'expéditions et de razzias dans les pays chré- 1 Nom évidemment agaw: gug, guguë «voie, sentier» et bên, bian «division»; guguë-bën «division des voies», «chemin forchu». * Texte inédit du ms. n. 56 de la collection D'Abbadie. Ce gadl a des renseignements très intéressants sur la région orientale du Sânâ et sur ses îles. Les bords orientaux du lac dépendaient non du chef du Bêgamder, comme on aurait cru, mais du chef du Godjam ; nous y trouvons les noms de deux chefs de ce pays, le plus ancien, Zânâ- kemer, qui semble avoir été en révolte contre le roi (Amda §yon I ou son prédécesseur?), et Wedem. Le couvent de §ânâ était très vénéré et puissant : les autres en reconnaissaient l'autorité. Un voyage au couvent de §ânâ était si dangereux et méritoire qu'un voyage à Jéru- salem. Il y avait une infiltration continuée de gens du Tigré dans ces pays et leurs couvents. 3 On sait que le titre de Kantibâ était réservé au chef de Gondar, lorsque cette ville devint la capitale du règne. L'existence de ce chef dans les temps anciens est assez remarquable; mais la part qu'il prend aux événements du temps du roi Dâwit, du roi Zar'a Yâ'qob etc., exclue qu'il était un simple chef Abyssin. tiens : enfin, le gouverneur du Tigré, envoyé par le roi Dâwit, leur inflige une défaite sanglante et décisive à Genâzâ. Peu après, un autre moine, Zakâryâs, peut s'é- tablir paisiblement à Galilâ, sur les bords du Dambyâ. C'est bien vraisemblable que les sujets du kantibâ pro- fessaient, au moins en partie, le judaïsme; cela explique les mouvements des habitants du Semên pour les entraîner contre les chrétiens : mais leur judaïsme, sur lequel je n'ai pas de doutes, devait être tempéré par des nombreux élé- ments païens, peut-être déjà par quelques groupes chré- tiens. — On parlait dans le pays une langue particulière.1 Mais le nom des indigènes nous est passé sous silence. Le roi Dâwit, le même qui avait envoyé Akhadom pour dompter les Falâsâ du grand massif central, aurait poussé ses armes jusqu'au Quârâ. Plus tard, le roi Yeshaq conquit le Wagarâ. Le chef du Dambyâ s'associa encore aux Falâsâ lorsqu'ils reprirent les armes contre le roi Zar'a Yâ'qob; mais la révolte fut étouffée par les soldats du successeur de ce roi, Ba'eda Mâryâm. En tout cas, le rapport du chapelain Portugais, Francisco Alvarez, qui demeura en Abyssinie de 1520 à 1527, fait arrêter le royaume du negous au Bêgamder. Ce fut seulement dans la seconde moitié du XVIme siècle que l'occupation éthiopienne devint définitive. Les guerres de Grân avaient démontré tout le parti qu'on pouvait tirer de ces bons pâturages, de ces champs fertiles et bien arrosés, de ce pays, enfin, qui est un des meilleurs de l'Ethiopie. Musulmans et chrétiens y avaient campé, y avaient passé des saisons de grandes pluies. Mais une nouvelle catastrophe allait pousser les Abyssins à chercher des nouveaux établissements plus au nord. L'invasion des Galla allait rendre trop dangereux les pays du sud. La Cour royale, qui pendant plus d'un siècle avait siégé dans «fit des lamentations F 9 v : e dans la langue de son pays». 1*
  11. 11. les provinces du Schoa ou du Wag, est obligée de se porter au nord. Le premier, qui s'établit solidement dans les régions au nord du $ànà, et qui y choisit sa demeure définitive, semble avoir été IJarbo, un des grands chefs du roi Malak Sagad, qui fixa sa résidence a Taquesà. La richesse du pays lui permettait d'y nourrir ses parti- sans, et de les attacher toujours mieux a son sort; encore, il y était très bien placé pour conserver ses allures auto- nomes, voir presque indépendantes vis-à-vis du roi. A la mort de ce feudataire, c'est le roi même qui fait occuper par ses troupes le pays. Pour l'ancien Dambyà, c'est fini. Des colonies militaires y sont établies. Mais on va y trans- férer la capitale même du règne : Danqaz, Gorgorà, enfin Gondar, ville bâtie — dit-on — en 1680.1 Les édifices grandioses, que Fâsiladas y fait construire par les descen- dants des colons Portugais, et la grande facilité d'appro- visionner la ville par le Dambyâ, le Quârâ, l'Agawmeder renderont fixe désormais le siège du pouvoir royal, au moins pour deux siècles. Des gens très nombreux y af- fluent de tous les endroits de l'Ethiopie. L'ancienne popu- lation y reste comme submergée. On n'a aucune indication sur l'accueil réservé par les indigènes aux envahisseurs. Mais il ne semble pas qu'ils essayèrent d'opposer une résistance sérieuse. Avant tout, ils devaient connaître trop bien, par une ancienne expérience, les systèmes des conquérants abyssins et com- ment ils étouffaient les révoltes; le terrain était trop peu accidenté pour permettre des défenses comparables à celles du Semièn ou des pays voisins; et, encore, l'établissement des colonies militaires suivit de près une époque de grands troubles, pendant laquelle la région avait été parcourue en long et en large par des armées chrétiennes et musul- manes. Le pays devait être extrêmement affaibli, au bout 1 J. Bruce, Voyage en Abyssinie, vol. II, p. 537; mais la date ne semble pas exacte. de forces. Le fait que les indigènes purent conserver leurs terres, leurs mœurs, leurs croyances démontre qu'ils acceptèrent sans trop d'hostilité le vasselage qui allait s'imposer. Quels étaient-ils, ces indigènes? leurs tribus, leurs peuplades, comment s'appelaient-elles? C'étaient des Agaw, frères des Agaw du Quârâ et des Agaw du Semiên. Les textes sont très laconiques sur eux : on dirait qu'ils de- vaient chercher de s'effacer devant les nouveaux venus. Mais nous en voyons encore les représentants dans les Kemants, qui sont éparpillés dans des petits villages à partir du Wagarâ jusqu'au district de Çelgâ, et de Gondar à Wahni : jadis, ils devaient arriver jusqu'aux dernières frontières septentrionales du pays agaw, où commençait le pays inhabité et dangereux qui séparait les Agaw des Kounama. — D'autres représentants des anciens indigènes sont les Wayto, gens qui vivent de la pêche ou chassant l'hippopotame sur les bords du lac Sânà, et les Zalân, no- mades pasteurs qui arrivent jusqu'au bord oriental du lac; mais sur la race et sur les langues anciennes de ceux-ci nous n'avons aucune indication. Tandis que pour les Wayto nous trouvons, si non le nom, au moins des allusions dans les écrivains portugais du commencement du XVIIe siècle,1 il est étonnant de n'y trouver rien sur les Kemant, qui habitaient des pays où les missions des Jésuites avaient cherché de s'établir, comme, p. ex., Danqaz. Les documents éthiopiens gardent 1 Les Zalân de VHistoire de» guerres d1 'Amda Syon, éd. Per- ruchon, p. 52 et 53, n'ont rien à voir avec ceux du Çânâ; la chro- nique du roi Susenyos, éd. Pereira, chapp. XLIII et LIV, parle des Zalân près de l'Angot. Les Wayto semblent être les pêcheurs décrits par E. de Almeida, Hist. Aeth., vol. I, p. 28; mais les Wayto de l'hi- stoire de Susenyos, chap. LVI, sont ceux du Kafa, au sujet desquels v. la note (5) à p. 16 du Kafa-Sprache de L. Reinisch. Une telle existence de peuplades homonymes et Ayant même des mœurs com- munes (p. ex. les Wayto), en pays si éloignas, qui ont eu des rapports bien rares entre eux, est une source troublante de questions insolubles.
  12. 12. le même silence.1 Pour trouver le nom des Kemant dans une source éthiopienne, il faut descendre jusqu'à la fin de 1726 : le roi Bakaffa fait mettre aux fers et pendre le jour suivant, k un gibet planté sur le marché k la viande, pour que tout le monde pût voir, un tel qemant Kàsft, dont il avait connu la méchanceté. En réalité, pour avoir des renseignements sur les Kemant, il faut se fonder exclusivement sur les données des voyageurs européens. Je vais rapporter ce que disent les principaux. Le premier, qui parle de notre peuple, est un malheu- reux capucin italien, Liberato da San Lorenzo, préfet apo- stolique d'Ethiopie, qui réussit k arriver k Gondar avec trois compagnons, mais pour payer avec sa vie la trop cou- rageuse tentative d'y réorganiser les missions catholiques. Dans un rapport8 au Préfet de Propaganda fide, rapport daté de Gondar, le 28 mai 1714, après avoir donné un résumé des événements, il expose la situation religieuse du pays et les croyances des quatre sectes principales, les moines du Takla Hâymânot, les moines de Ewostatëwos, les disciples du Zar'a Buruk, «qui, tout en suivant les erreurs de ces derniers, croient qu'on doit baptiser tout, jusqu'aux bêtes, et toute autre chose comestible, qu'ils regardent comme impure avant qu'elle soit baptisée», et enfin les Cornant. «Les Cornant, dit-il, croient que manger les poissons soit un péché grave, et que toute sorte de sorcellerie soit permise».3 1 Ludolf, Hiêt. aeth., I, c. 15, dit : «Dembea sermone utitur ab aethiopico prorsus diverso» : le mot qu'il en donne, yguyà «mon maître>, revient dans les matériaux de L. Reinisch pour le quara et de J. Halévy pour le dembia. 1 Camillo Beccari, Notizle e saggi di opère e doeumenti inediti riguardanti la storia d7 Etiopia durante i secoli XVI, XVII e XVIII, Rome 1903, p. 470. a En effet, le ms. n. 192 de la collection d'Abbadie, con- , tenant un grand rouleau de charmes, a, au n° 4, une prière Jft«*'|* l Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, James Bruce parle des Kemant, qu'il appelle Kemmouts,1 dans la relation de son voyage de Gondar k Cerqin, lorsqu'il partait de l'Ethiopie pour rentrer en Europe. Il en parle assitôt qu'il est sorti de la ville royale, où il avait été témoin de la sanglante épopée de râs Mikà'êl Sehul :2 «A quatre heures un quart, nous arrivâmes sur les bords de la rivière de Toom Aredo, qui prend sa source dans le pays de Kemmouts, peuple habitant les montagnes au sud-ouest, et va ensuite se jetter dans une autre rivière nommée Mahaanah. Les Kemmonts professoient jadis la même religion que les Falacha, mais ils furent baptisés * U^a Ti't' * e *c - 'Pr >ère pour les noms magiques de elgum et fegën, des Falàsâ et guedâlë, des Qemânt» etc. J'ajouterai que les mots si incompréhensibles, qui remplissent les charmes éthiopiens et qui servent à les rendre si vénérés à cause de ce caractère mysté- rieux, sont puisés quelques fois à l'agaw : p. ex. voici un charme ajouté au ms. n. 202 D'Abbadie f. 2 v. : flfttfD : ft-fl : flA •' MM '-l0 ^ M1 • HiSi&l (?) • h9°& • A CVfl (?) • Hïf1 ' » Q;f-ft£CA • KahTno-V (!) * flMl • • aito 1A. 17*A ï i n i rf<*>* • f M A, : n A.+ • rfC » ÏÏWC » h A fï-1* i ll<»!W#V* • Mica* • A-MI/. « Mn.HH [rh.C] i Jlfl'ï : flrtA"D (!) : flA !! Évidemment le gamâmâna qui suit le mot anbasâ «lion» est une corruption de gamanâ, le mot qui signifie «lion» dans les parlers agaw de l'ouest. La croyance à la puissance des Falâsâ comme sorciers (peut-être, parce qu'ils travaillent le fer) est très ré- pandue : la source mirifique de Goppa, dans le Schakka, dépendance du Kafa, tue ou du moins mutile les FalàSîî et hudâ qui s'y baignent. 1 Evidemment, il s'agit d'une erreur dans la lecture des notes de voyage, Kemmonts au lieu de Kemmouts. s James Bruce, Voyage en Nttfne et en Abyssinie, Paris 1790, vol. IV, p. 315—316.
  13. 13. sous le règne de Faciladas,1 et ils ont resté depuis séparés de leurs frères; malgré cela, ils conservent la plupart de leurs anciennes pratiques, ce qui prouve qu'on n'a pas pris beaucoup de peine pour les instruire dans le christianisme. Ils mangent bien la chair des animaux tués par des chré- tiens, mais non la chair de ceux qui sont tués par des Ma}iometans, ou même par des Falacha. Un de leurs prin- cipes est que, quand on est baptisé, et qu'on a communié une fois, on n'a plus besoin de prier Dieu ni de s'occuper d'aucune espèce de culte. Ils se lavent de la tête jusqu'aux pieds toutes les fois qu'ils reviennent du marché ou de quelqu'autre endroit où ils ont pu toucher quelque per- sonne qui n'est pas de leur secte, parce qu'ils regardent quiconque n'en est pas comme immonde. Ils se renferment chez eux le samedi et s'abstiennent de travailler; mais, en revanche, le dimanche on les voit moudre leur blé et faire beaucoup de travaux pareils. «Leurs femmes se percent les oreilles, et y suspen- dent des poids afin de les faire tomber très-bas et d'en aggrandir les trous, dans lesquels elles passent des anneaux aussi gros que les portent les Arabes Bédouins de la Syrie ou de la Palestine. Les Kemmouts parlent, a très peu de chose près, le même language que les Falacha;2 ils ont 1 II régna de septembre 1632 à octobre 1667. C'est lui qui fixa la capitale à Gondar. Son règne fut marqué par une violente réaction du christianisme abyssin contre le catholicisme importé par les missions portugaises. C'est donc bien vraisemblable que le clergé fanatique et tout puissant, qui peuplait «a Cour, voulut imposer sa religion aux paysans non chrétiens des environs de la ville. — La rivière Ma- haanah est la rivière Mâhna de notre liste des localités Kemant. 2 J. Bruce demeura assez longtemps chez les Agaw des sources du Nil Bleu et reporta d'Ethiopie plusieurs textes agaw, que j'espère de publier incessamment; mais il n'avait aucune idée sur les langues agaw. Dans le vol. III, p. 295, il dit : «Kuara dans la langue des Shan- gallas signifie le soleil, et Beja, qui est le nom qu'on a donné à l'Atbara, pays adjacent, tomprenant les terres basses du Sennar, ou la contrée des Pasteurs, signifie la lune. Ces noms sont des restes des une horreur singulière du poisson, et ils ne s'abstiennent pas seulement de le manger, ils ne peuvent en supporter la vue : la raison qu'ils donnent de cela, c'est qu'une ba- leine, ou quelqu'autre gros poisson, avala le prophète Jonas, dont ils se vantent de descendre. Les Kemmouts servent à charrier de l'eau et à fendre du bois à Gondar, et les Abyssiniens les méprisent excessivement.> Le Dr. Edouard Rtippel, dont on connaît l'esprit observateur, s'occupe des Kemant, qu'il rencontre sur la route de Kerker au district de Jânfaqarâ; et il donne ces renseignements :1 «Tous les habitants des environs se connaissent comme membres d'une secte religieuse spéciale, qui s'est étendue dans plusieurs provinces de l'Abyssinie occidentale et méri- dionale et même dans les pays du Schoa.8 On appelle Gamant les membres de cette secte. Ils sont méprisés au dernier degré par les chrétiens et les musulmans d'Abys- sinie, qui les regardent comme des véritables païens dé- noués de toute religion. J'ai pu recevoir seulement des renseignements incomplets sur leurs croyances religieuses : voici les plus essentiels. Les Gamant croient dans un seul Dieu et dans l'immortalité, et reconnaissent Moïse comme un prophète inspiré par Dieu; mais ils n'acceptent aucun livre religieux. Ils n'ont aucun jour spécial de fête; toute- fois, ils s'abstiennent de labourer les champs pendant le samedi. Ils n'observent aucune sorte de jeûne, et ils man- gent indifféremment la viande tuée par les chrétiens, les anciennes superstitions de ces peuples». Kuara «soleil» est un mot agaw, les langues hamitiques parlées dans les pays au nord de l'Abys- sinie ont, pour «soleil», des mots tout à fait différents. J. Bruce ne se doutait pas que le Quârâ était un pays Agaw. 1 Eduard Riippel, Beise in Abyssinien, Francfort sur le Mein, 1838—1840, vol. II, p. 148—160. 2 II y a une confusion évidente avec les Falâsâ : les Kemant ne sont pas sortis de leurs pays, tandis que les FalàSâ voyagent par- tout pour travailler.
  14. 14. 10 juifs ou les mahométains, quoique ils détestent également toutes ces trois religions. Le jour, que le père, chef d'une communauté, vient de mourir, tous les habitants d'une localité se réunissent dans une hutte particulière, où le fils du défunt doit leur donner a boire de & bière. Au point de vue du caractère, les Gamant se montrent des gens aimables, paisibles et travailleurs, malgré les despotiques provocations et persécutions desquelles ils sont victimes par œuvre des membres des autres croyances religieuses. Chez cette secte religieuse il y a une coutume étonnante des femmes, qui, après leur premier accouchement, se percent les oreilles et rendent le trou toujours plus large en y figeant des morceanx de bois toujours plus gros, jusqu'à former un grand anneau de chair, qui mesure trois pouces et plus en largeur et qui tombe jusque sur les épaules;1 c'est une singulière conception de l'embellissement corporel, qui a, toutefois, des analogies chez les Botocudes du Brésil et chez quelques tribus des îles Murray, au dé- troit de Torres. La forme de la tête et les traits physio- nomiques particuliers des membres de cette secte sont caractéristiques et toujours les mêmes : ils sont parfaite- 1 Une habitude analogue a été observée par MM. Maurice Potter et Favre chez une peuplade habitant le haut-plateau de Kamérou, trois journées à l'est du M. Badjella à l'extrémité SW de l'empire Ethiopien : «Les habitants du Kamérou ne sont pas des Adjibbas. Ils ont la peau cuivrée comme les Gallas, mais les lèvres lippues et le nez épaté. Les hommes se font des tatouages énormes sur le tronc, les bras, le front, et se distendent le lobe de l'oreille avec un disque de bois, à ce point qu'il pend parfois jusque sur l'épaule! Tandis que le sexe fort s'abandonne à cette débauche d'ornementation, les femmes, dédaigneuses de ces frivolités, n'ont ni tatouages, ni vêtements.» Charles Michel, Mission de Bouchamps; Vers Fachoda, p. 458. — Dans ses notes sur le lexique kemant, A. D'Abbadie appelle ïnkâ kânâ «bois de l'oreille» ces boucles incommodes, et ajoute que ce bois est fourré dans les oreilles aux femmes pour empêcher à elles de fréquenter les Ainhara : évidemment, il s'agit d'une explication traditionnelle et vul- gaire, probablement d'origine non-kemant, de cette coutume étrange, qui n'est pas suivie par d'autres peuplades abyssines. 11 ment pareils à ceux des anciens Ethiopiens, et consistent dans une tête légère, ovale, nez légèrement courbé, bouche petite et aux lèvres un peu prominentes, yeux grands, beaux et vifs, cheveux bien arrangés et un peu frisés. La taille des hommes est à peu près de cinq pieds fran- çais et demi. La langue des Gamant est identique à celle des Falacha ou Juifs indigènes. D'après le témoignage de Lik Atkoum, les Gamant étaient anciennement des Juifs, et leur secte se forma vers la fin du XIIIe siècle, c'est-à-dire lorsque les Israélites furent persécutés si fière- ment par les chrétiens abyssiniens. Je n'ai pu constater comment ils agissent à propos de la circoncision et de l'excision; mais on m'a nié qu'ils pratiquent toutes les deux. Aucun Gamant ne demeure en Gondar; mais tous les jours des femmes de cette secte y viennent, pour offrir en vente du bois à brûler et de l'herbe pour les bêtes.» Ed. Riippel insiste davantage sur les caractères phi- siques de notre peuple. Dans son résumé sur les races habitant Ethiopie, il note que la partie principale de la population abyssine appartient à une race qu'il appelle caucasique, et qu'il dit avoir les mêmes caractères des Bédouins d'Arabie : visage oval, nez fin et bien marqué, bouche bien proportionnée avec des lèvres régulières et pas trop prononcées, yeux vifs, dents régulières, cheveux un peu frisés ou même lisses, taille moyenne. «La plus grande partie des habitants du haut-plateau du Semen et des pays près du lac Sana, aussi bien que les Falacha ou Juifs, les Gamant païens, et les Agaw appartiennent à ce type, malgré leurs différences dialectales.»* C'est bien une pareille rassemblance qu'on signale entre les Kemant et les Wayto, au moins ceux du Sânâ. Cela explique pour- quoi les voyageurs semblent avoir même confondu les deux peuples, quoique les Wayto se distinguent très nette- ment par leurs habitudes, qui les faisaient regarder jadis 1 Ruppel, op. cit., p. 323—324.
  15. 15. 12 comme des véritables païens; ils ne pratiquent ni la circon- cision ni aucune autre cérémonie religieuse, et ils mangent toute sorte de viande, que les autres Abyssins considèrent défendue, telle que les oiseaux d'eau, le porc sauvage, et les hippopotames, qu'ils chassent avec des javelots de bois à la pointe infectée de venin. Ed. Rûppel ajoute que seulement J. Bruce a signalé les Wayto avant lui; mais, pendant que Bruce déclare que le language des Wayto est absolument différent de tous les autres languages usités en Abyssinie,1 Ed. Riippel, tout en confirmant que les Kemant se servent du language des Falacha, déclare que, d'après ses renseignements, les Wayto n'ont pas un lan- guage particulier et parlent l'amharinna.2 Le savant voyageur de Francfort se plaint de plu- sieurs erreurs, qui se sont glissés dans le rapport du mis- sionnaire protestant Samuel Gobât, qui fut a Gondar en 1830.3 Mais celui-ci, tout en donnant des renseignements qui me semblent mériter d'être comparés avec ceux des autres, déclare sincèrement qu'il ne les a pas puisés a la source directe:4 «Les chrétiens, les musulmans et les juifs ne sont pas les seuls habitants de l'Abyssinie; on y trouve encore deux petits peuples, dont l'un, nommé Camaountes, entière- ment composé d'agriculteurs, habite les montagnes des environs de Gondar. Les femmes, dont les oreilles trouées pendent jusque sur leurs épaules, fournissent de bois les marchés de cette ville. Je n'ai pas pu visiter leurs villages parce que je n'ai trouvé personne qui voulût m'accom- pagner. J'ai vu quelquefois chez moi quelques-uns de ces 1 Bruce, op. cit., vol. III, p. 456. — A présent, les Wayto du Çânâ sont musulmans. * Riippel, ib., p. 205—206 et n. 2. Aujourd'hui, c'est absolu- ment ainsi. 3 Kiippel, ib., n. 1 à p. 149. * Samuel Gobât, Journal (Vun séjour en Ahysêinie pendant les années 1830, 1831 et 1832, Paris 1835, p. 112-113. 13 indigènes; mais je n'ai rien pu savoir de leur religion. Je crois que ce sont des déistes, qui, satisfaits de l'idée qu'il existe un Dieu, ne s'inquiètent point des rapports qu'il entretient avec les hommes; il en résulte que l'on peut rarement se fier a eux. Quand on leur adresse des questions sur quelque sujet et surtout sur leur religion, ils repondent d'une manière équivoque et bouffonne. Ils ont cependant une espèce de prêtres, et ils se réunissent dans des maisons particulières, où ils prennent en commun un repas qu'ils appellent Corban, communion ou eucha- ristie. Ils mangent de la viande avec les chrétiens et les musulmans, pourvu que l'animal n'ait pas été tué le samedi; mais ils ne mangent jamais de poisson.» Dans un autre passage de son livre, le rev. Gobât parle des croyances superstitieuses dans l'influence des sorciers (^boudas = budà). Les Abyssins croient que les Falacha ou Juifs, plusieurs musulmans, et quelques chré- tiens sont des sorciers; cependant les musulmans et assez souvent les Falacha craignent autant les boudas que les chrétiens : «On regarde1 encore comme boudas un petit peuple païen appelé Camaouentes, qui habite les montagnes des environs de Gondar. Les hommes ne viennent que très rarement à Gondar; les femmes y apportent du bois le samedi. Elles ont d'immenses pendans d'oreilles de fer et d'autres métaux, quand elles sont jeunes; mais ensuite leurs oreilles leur pendent jusqu'aux épaules. On ne sait rien des secrets de leur religion, non plus que des Druses du mont Liban. Ce qu'il y a de singulier, c'est que dans leur langue le mot druse* veut dire seigneur. Ils parlent presque tous l'amharique. J'ai déjà voulu aller les voir, aussi bien que les Falacha; mais personne ne veut m'accom- pagner a cause des brigands, répandus dans les environs de Gondar.» 1 Gobât, ib., p. 247, n. 1. * Peut-être, une erreur pour adarâ'i Coinp. aussi dalla jarsâ, Gourag. t»CH ? vieillard.
  16. 16. 14 Si le rev. Gobât nous donne des informations si maigres et incertaines, c'est surtout dans les écrits de ses compagnons de la mission protestante, qu'il faut chercher les reinseignements plus abondants et moins douteux sur le peuple, qui nous intéresse. Le missionnaire John Martin Flad, qui demeura assez longtemps (1857—1863) dans le village falacha de Gendà, dans les environs de Gondar, recueillit ces renseignements sur les Falacha et les Kemant, auxquels ils dédia une petite étude particulière:1 «Sur l'ancienne histoire des Falacha c'est vraiment difficile de tirer quelques informations valuables de ceux qu'ils appellent leurs savants. Plusieurs d'eux ont la foi des Abyssins chrétiens dans le récit que la plupart des voyageurs dans ce pays ont toujours reporté : que le roi Salomon eut de la reine du Midi un enfant, auquel il donna le nom de Menîlek. Plus tard cet enfant fut en- voyé par Salomon en Abyssinie comme roi d'Ethiopie. Ils ajoutent que, les Juifs de Palestine ayant pressé Sa- lomon a envoyer son fils bien-aimé Menîlek dans un pays si éloigné, il prit sa revanche sur eux, en ordonnant que tout père dût envoyer son premier né avec Menîlek en Abyssinie. La légende ajoute qu'ils épousèrent des femmes du pays et qu'ils se naturalisèrent par conséquent avec les Abyssins. «Une autre opinion, professée par plusieurs Falacha, c'est que leurs ancêtres vinrent de l'Egypte en remontant le Nil et qu'ils s'établirent dans la province de Quara, dans l'ouest de l'Abyssinie. Ils soutiennent que c'est seule- ment depuis une époque assez récente, à peu près 250 ans, que les Falacha hasardèrent de laisser leur pays origi- 15 naire1 et se dispersèrent dans les autres provinces. Ils ont leurs établissements seulement dans les districts de Alafa, Dagousa, Djelga, Armatchoho, Wogghéra et Semién. Pour des raisons de travail, ils vont jusque dans les pro- vinces les plus reculées de l'empire, et ils font exclusive- ment les charpentiers, les forgerons, les maçons et les tisserands pour l'empire tout entier; lorsque leur travail est fini, ils reviennent a leurs établissements. En temps de détresse extraordinaire ils cherchent un asyle dans le Quara. — Que ces derniers renseignements puissent mé- riter plus de confiance que les premiers, c'est évident par le fait que le language particulier des Falacha et la langue vulgaire des chrétiens du Quara sont absolument identiques. «Dans un ancien livre éthiopien, qui contient l'hi- stoire des anciens rois d'Ethiopie, j'ai trouvé cette note, que je donne mot à mot : ,325 ans après la naissance de J.-Chr., le christianisme fut introduit dans le pays par abbâ Salâmâ, dont le premier nom était Fremenatos. Alors, les rois éthiopiens demeuraient à Aksoum. Avant que le christianisme fût introduit, la moitié du peuple était juive et avait pris les commandements de l'Ancien Testament, tandis que l'autre moitié du peuple adorait Zando (le dragon)'2 «Tous ceux qui ont visité l'Abyssinie ont été frappés par les nombreuses cérémonies et habitudes juives que se rencontrent parmi les chrétiens, non seulement dans la vie de tous les jours, mais aussi, et sourtout, dans les idées religieuses et les institutions ecclésiastiques. Tout cela 1 Martin Flad, A short description of the Falasha and Kamants in Abyssinia, together with an outline of the éléments and a vocabulary of the Falasha language, tdited by dr. L. Krapf. Clirishona, 186G. 1 Ce n'est pas vrai. Dès que les sources éthiopiennes nous per- mettent de voir les Falacha, c'est-à-dire depuis le XIVe siècle, nous les trouvons établis dans le Semên et le Çallamt, c'est-à-dire jusqu'au Takkazë. 1 II est de toute évidence qu'il s'agit des renseignements tradi- tionnels qu'on trouve dans la chronique abrégée des rois d'Ethiopie et dans les listes royales modernes : le mot zando, pour ancê, confirme l'époque récente du document vu par l'auteur.
  17. 17. 16 démontre que les affirmations de l'Histoire éthiopienne peuvent avoir quelque chose de vrai. La province de Quara a été depuis les anciens temps1 — et elle l'est même à présent — le lieu où l'on envoyait les exilés; il semble donc être bien probable que, lorsque le christianisme fut répandu dans le pays, ceux des Juifs, qui ne voulurent pas adopter la religion chrétienne, furent envoyés en exil dans le Quara. «Il y a une étroite rassemblance entre les Falacha et les Kemant; seulement, ces derniers se trouvent dans une ignorance et une obscurité encore plus profonde que les premiers. Il y a seulement quelques petites différences dialectales dans leurs languages, de sorte que les uns peuvent comprendre parfaitement les autres. «Tout n'ayant pas de livres, ils regardent le Penta- teuque comme leur religion. Ils ont des prêtres qui peu- vent se marier, qui sont appelés Kamassana, et qui fonctionnent comme médiateurs entre le peuple et Dieu. Ils ont leurs pères confesseurs : si le prêtre est absent, sa femme est autorisée a recevoir la confession et à donner l'absolution.2 — Ils ont des sacrifices, qui consistent en un coq et en blé, et certaines lois de purification, qu'ils observent très strictement. «Ils appellent Korban3 leurs sacrifices. Le blé est dispersé sur les tertres et les rochers pour les oiseaux,4 1 Le Quârâ semble avoir été annexé à l'Abyssinie dans une époque assez moderne, ainsi que j'ai déjà exposé. s Au commencement du XVe siècle le couvent de Dabra Bizan et ses nombreuses dépendances, aussi bien que Dabra Màryâm du Quahayn etc., admettaient la confession des religieuses par l'abbesse de la communauté où elles vivaient. 3 Ge'ez querbân «sacrifice eucharistique», mot emprunté à l'araméen. * Comparez l'usage des Sidama de l'Enâryâ au XVIe siècle dans mon Historia régis Sarça Dengel, p. 142: «Ensuite, le roi ordonna au chef de l'Enâryâ de cesser de sacrifier à Verawyâ, qui est le vautour; car, chaque semaine, il sortait un jour dans la campagne et y égor- 17 et alors on l'appelle un korban pour les morts. Ils ont cette coutume à l'instar des Falacha. Ils n'ont pas de maisons pour la prière : les jours de fêtes, ils se réunissent sur le sommet d'une colline sous des arbres ombreux.1 Ils sont accusés d'avoir des habitudes vraiment barbares, par les Abyssins chrétiens aussi bien que par les Falacha. L'inceste est commun entre eux. On dit qu'ils ne laissent jamais mourir une personne de mort naturelle : si quelqu'un de leurs proches est près d'expirer, ils appellent le prêtre du village, qui lui coupe la gorge; ils croient que, si cela est omis, l'âme du mort ne pourra pas entrer dans la de- meure des bienheureux. — Les plus riches tuent une vache, les plus pauvres une chèvre, ou une brebis, ou au moins un coq sur le tombeau de leurs parents, ce qu'ils appellent tazkâr (souvenir),2 et qu'ils ont en commun avec les Falacha et les Chrétiens; seulement, ces deux derniers geait un veau ou, -sinon, un bœuf très gras; aussitôt, beaucoup de vautours se réunissaient; alors lui et ses compagnons coupaient en morceaux la viande qu'on venait d'abattre et la tenaient dans leurs mains étendues, et ces vautours la prenaient avec leurs becs et la dévoraient.» 1 Probablement, c'est une ancienne coutume du paganisme : comp. mes Note sugli Âgaw : II. Appunti sulla lingua Awiyâ del Dan- ghelà, p. 16—17. 2 Tazkâr = «commémoration», et, dans l'usage courant, aussi = le festin funèbre, qui suit les funérailles on la commémoration du défunt. Récemment, K. Jàger, dans son étude sur les miracles de Zar'a Buruk, a comparé le tazkâr abyssin à une coutume analogue de l'an- cienne église chrétienne. Mais l'usage de cette sorte de réjouissances funèbres est très répandu dans le pays, même en dehors du christia- nisme, et je crois que c'est une habitude locale pré-chrétienne : du reste, il serait facile d'y trouver des faits comparables dans tout recueil ethnographique. — I. Guidi, d'après les renseignements du savant Kefla Giyorgis, dit : «Les Kemant sont baptisés par des prêtres chrétiens, mais n'ont pas la communion. La prêtrise est héréditaire, même entre femmes. On dit que dans le banquet funéraire celui qui donne le banquet crie à la fin : (àddagan al(àddaqan? ,est-il entré au Paradis ou non?'; si le banquet a été bon, ou répond tùddaqa; si non, le maître pleure et donne un autre banquet le jour après» (Voc. am. s. v. C o n t i R o s s i n i . 2
  18. 18. 18 ne le tuent pas sur le tombeau.1 — Du reste, je ne me rends pas responsable de la vérité de ces rapports. Les chrétiens du pays, de même que les Falacha, excellent dans l'art de calomnier tous leurs compatriotes qui n'ap- partiennent pas à leur confession religieuse; les Kemant ont une fermeté absolue a empêcher qu'on puisse écouter ou voir quelque chose de leurs pratiques religieuses, et cela aurait bien pu donner origine a de telles accusations monstrueuses. — Du reste, Chrétiens, Falacha et Kemant ont des pratiques assez semblables, qu'il serait malaisé de ne pas regarder comme démoniaques. «Les Kemant vivent surtout dans les environs de Gondar, dans le Wogghéra, Kerker et Tchelga. Ceux qui sont près de Gondar sont généralement pauvres, et tirent leur subsistance du travail de leurs mains, les hommes fournissant l'herbe et le foin pour le bétail de Gondar, les femmes portant du bois au marché. Dans le Tchelga et le Kerker, ils s'appliquent généralement a l'agriculture, ils sont plus riches. Ils ont un gouverneur à eux mêmes et paient l'impôt au roi, comme l'autre population d'Abys- sinie. Depuis que le roi actuel a commencé à régner, plusieurs Kemant ont adopté le christianisme, mais ils l'ont fait exclusivement par des raisons matérielles, pour plaire au roi et obtenir des charges gouvernementales. — On dit que jadis ils portaient leurs enfants a Gondar pour les faire baptiser; mais, depuis dix ans au moins, ils ont cessé de le faire. Aussi bien que j'ai pu les connaître à Gondar et a Tchelga, ils sont un peuple actif et intelligent, qui recevrait — je n'en doute pas — avec joie un mission- naire protestant si la liberté religieuse était assurée. Comme les Falacha, ils abhorrent le culte des images. Ils obser- qeniânt). Peut-être, une habitude de ce genre a été le fondement du récit à p. 42—43 de mes Studi su popolazioni deW Etiopia. 1 Les Kemant mangent toujours leur tazkar sur le tombeau du défunt. Les Falacha célèbrent leur tazkar dans leurs mesgid, et les chrétiens dans leurs maisons particulières (Note de M. Flad). — 19 vent le samedi, mais pas si strictement que les Falacha. Ils mangent toute sorte de mets des chrétiens, hormis la viande d'une bête abattue le samedi et le pain fait avec du blé moissonné le même jour.1 De même, les chrétiens mangent tout ce qui a été cuisiné par les Kemant, à l'exception de la viande d'une bête tuée par ceux-ci. Cela dépend de la différence des bénédictions et des noms qu'ils invoquent. Les chrétiens abattent la bête dans le nom de la sainte Trinité. Les Falacha disent : ,Soit-il béni, le Dieu d'Israël'. Les Kemant disent : ,Besek beseksek*. «Les Kemant se divisent en deux classes. La haute s'appelle kebert,2 l'inférieure est nommée yetanti.3 Les membres de ces deux classes ne pouvent pas se marier l'un avec l'autre. Les prêtres sont toujours choisis parmi les Kebert. — La polygamie est reconnue. Ils ont aussi le divorce : une femme divorcée peut épouser le frère de son ancien mari.4 Les mêmes séparations mensuelles rigou- 1 Le roi Zar'a Yâ'qob (a. 1434—1468), dans ses lois, recueillies dans le Maphafa Meslir, défend de moissonner an sankat, tandis qu'il déclare licite de tuer des animaux pour en manger la viande et célébrer ainsi la fête. Mais cette dernière disposition était fort con- testée déjà de son temps, même par le clergé chrétien : les Actes de Takla IJawâryât, son contemporain, contiennent un épisode pour soutenir qu'on ne pouvait pas abattre des bêtes le sanbat ; et un épi- sode semblable se trouve dans les Actes de Takla Hàymânot, qui furent rédigés à Dabra Libânos pendant la 2me moitié du XVme siècle. * Evidemment un pluriel sémitique de kebur. Cette distinction des Kemant en deux classes doit être expliquée, vraisemblablement, par l'assujettissement des indigènes à d'autres gens du dehors. Le fait qu'on donne à l'aristocratie un nom sémitique pourrait faire croire qu'elle est d'origine abyssinienne, peut-être des soldats fçavcâ) établis par le roi ou des chefs, qui adoptèrent, avec le temps, la langue et les mœurs de leurs sujets : il y a seulement la question religieuse, qui pourrait s'opposer à ce point de vue. — C'est à noter que kebert est un pluriel ge'ez ou tigraï. * Peut-être, un pluriel de yet-antù, participe du verbe yet être petit. * Cela semble avoir été admis généralement par l'ancien droit couturaier de l'Abyssinie. 2*
  19. 19. 20 reuses, que les femmes Falacha sont forcées d'observer pendant sept jours, sont habituelles aussi parmi les femmes des Kemant. «Tous les ans, ils ont un jour d'expiation. On se réunit sur une colline.1 Le père de chaque famille porte un coq, qui est tué comme sacrifice pour toute la famille. Lorsque les sacrifices sont achevés, le reste de la journée est regardé comme une fête de grande réjouissances Un compagnon de mission et de malheurs de J. M. Flad, le rev. Henry A. Stem, donne la description suivante des Kemant, qu'il approcha dans le Tchelga.2 «La nouvelle que des Francs venaient d'arriver mit aussitôt le marché en mouvement, et Kosagui, le tertre que nous avions occupé, devint en quelques heures le centre d'attraction pour les Juifs, les chrétiens et les Kemant. Cette dernière secte, qui vit presque exclusivement dans le Tchelga, est très méprisée et mal présentée a cause de son indifférence pour des préjugés religieux qu'un système superstitieux avait copiés de l'autre. J'interrogeais un grand nombre de personnes sur leur connaissance de Dieu et leurs espérances dans la vie éternelle; mais au delà d'une croy- ance dans un Etre Suprême et dans l'existence d'une vie future, ils avaient si peu à dire que la question la plus simple était pour eux une cause de la plus profonde mer- veille et surprise. Ils ont quelques prêtres, et, dans cer- taines époques, ils se retirent sur certains rochers pour accomplir des actes secrets de dévotion; mais, du reste, leur système de croyance est dénoué de tout élément humain et de toute révélation divine, de tout objet sen- 1 On pourrait y comparer les banquets funèbres des Bilin, tout près des grands tombeaux blancs, qui sont sur les coteaux et sur le sommet des montagnes. 1 Rev. Henry A. Stem, Wandering» among the Falashaa in Abys- êinia, London, 1862. — Stem fit le voyage de Wahni à Tchelga avec un chef Kemant, envoyé par balambaras Guelmont, gouverneur de Tchelga. 21 sible d'adoration capable d'impressionner les sens, et de toute foi spirituelle pour toucher le cœur. Leur langue est l'amharique, mais entre eux ils parlent la langue Fa- lacha; et les traits étonnamment juifs de plusieurs hommes et femmes de leur peuple nous porteraient a accepter le récit qui leur donne une origine juive. «D'après la tradition abyssine, le roi du Tigré passa le Takkazë peu après sa conversion au christianisme et envahit le Semièn et l'Amhara. Il y trouva un peuple qui n'était ni chrétien ni païen, une chose étonnante qui excita la curiosité du roi; il s'enquérit de ce qu'ils croyaient; dans un style laconique, ils répondirent dans leur propre dialecte kamant ou ham ant, ce qui signifie «comme toi».1 C'est de là qu'ils tirèrent leur nom actuel. «Au point de vue matériel, ils sont une race indu- strieuse, énergique et active, demeurant dans des districts, où ils ont des excellents pâturages pour leur bétail et une terre fertile pour récompenser leurs labours. Plusieurs femmes vont chaque jour à Gondar pour y vendre le bois : à première vue, c'était bien curieux de voir ces jeunes femmes, habillées avec un simple jupon de cuir et avec des boucles en bois, qui, d'après la mode orthodoxe, de- vraient être si lourdes que les bouts des oreilles devraient arriver en peu d'années jusqu'aux épaules, pendant qu'elles marchent à travers le marché ou gémissent sous un fardeau accablant de bois, indifférentes à toute chose, hormis le gracieux ornement qui pend autour de leur cou. 1 Pour l'origine de cette légende, on peut remarquer que cette explication ne repose ni sur des langues agaw, ni sur ramharinîia («comme» se traduit enda en amh.), mais sur le ge'ez. C'est donc une légende littéraire, vraisemblablement inventée par le clergé chrétien. — Une explication traditionnelle agaw (probablement falâSâ) est rap- portée dans les notes kemant d'Ant. d'Abbadie : «kamàgau-toku ,il est revenu sans profit'; de là dérive — dit-on — le nom des kïmânt, parce qu'ils n'ont pas de livres sacrés, et ils n'ont profité en rien : point de messe ou service. J'aimerais mieux le dériver de kamd ,vache'; kamânlà serait le nom de vacher».
  20. 20. 22 cil y a quelques années, le roi Théodore, excité par ses victoires et par son zèle religieux, voulait obliger cette race inoffensive a adopter la religion chrétienne; mais, lorsqu'on exposa ce projet dans une grande assemblée, plusieurs chefs firent remarquer a Sa Majesté que, si cette proposition était approuvée, les Kemant allaient devenir un peuple guerrier et qu'ils n'auraient plus porté le com- bustible à Gondar; c'était une chose si importante que l'idée fut abandonnée, et ce pauvre peuple fut sauvé par son travail pénible et par son activité du danger d'une persécution ou d'accepter une croyance haïe et super- stitieuse.> C'est vraiment dommage que J. Halévy1 n'ait pas étudié les Kemant pendant son voyage chez les Falacha. Son rapport sur les Falacha n'a pas perdu son intérêt ni sa fraîcheur, quarante ans après sa publication. Malheu- reusement, sur les Kemant nous y trouvons à peine quel- ques observations à la hâte: «Au premier abord, rien ne distingue les Falacha des Abyssins chrétiens. Ils s'habillent comme eux, leurs prêtres portent des turbans comme les prêtres chrétiens, ils bâtissent leurs maisons de la même manière, ils em- ploient les mêmes ustensiles, et parlent l'amharique avec autant de pureté et de facilité qu'eux; mais un examen attentif nous persuade qu'ils diffèrent beaucoup entre eux. Les Falacha sont, en général, plus corpulents et plus foncés que les Amharas; leurs cheveux sont plus courts et souvent crépus; leurs yeux sont moins dilatés, leur visage moins long. En les voyant, je me suis rappelé plusieurs traits des Bogos, descendants d'une colonie des Agaws du Lasta, et lorsque j'ai fait la connaissance des Qemantes, peuplade déiste, d'origine agaou, habitant de- puis Wahni jusqu'à Djanfankara, j'ai été frappé de la 1 Joseph Halévy, Excursion chez les Falacha en Abyssinie; dans le Bull, de la Soc. de Géogr. de Paris, t. XVII, 1869, p. 283—284. 23 rassemblance qui existe entre eux et les Falacha relative- ment a la physionomie et au dialecte. Car les Falacha parlent en famille un dialecte de l'idiome agaou; il leur est si particulier, qu'on le dénote dans le pays par le nom de falachina ou kaïlina;1 le language usité en Kuara a une prononciation particulière.» Le cardinal Massaia a ces notes:2 «La province de Tchelga, appelée aussi des Camant, est une des plus fertiles de toute l'Abyssinie : sa hauteur moyenne n'est pas au delà de 2000 m. sur le niveau de la mer; on y a donc une température modérée, un climat doux, et une belle végétation. Cette province est habitée par une race particulière, qui a conservé et conserve son originalité. Robuste, hardie, d'un caractère sérieux, elle s'applique volontier au travail des champs, et sait, à l'occa- sion, se montrer vaillante et guerrière. Sa religion est un mystère : les Abyssins disent que les Camant sont païens, et ce nom leur sied, au moins sous quelques points de vue, car ils ne sont ni chrétiens, ni juifs, ni musulmans, tout en conservant quelques pratiques des uns et des autres. Ils croient toujours en Dieu; ils ne sont ni ido- lâtres, ni fétichistes. Ils sont très aimables et accueillants; ils n'ont pas de mœurs trop dépravées.» 1 A propos de ce nom, J. Halévy ajoute, p. 287: «Un autre nom, rapporté et expliqué pour la première fois par M. d'Abbadie, est kaïla, signifiant ,ne traverse pas', et qui fait allusion à leur manière rigide de ne pas passer un courant d'eau le jour du Sabbat. En Walqaït et en Thégadié, on les nomme aussi foggara, et les Ilmormas ou Gallas les connaissent sous la dénomination de fendja. Ces deux dénomina- tions paraissent avoir une origine historique.» Je ne sais pas si M. Halévy ait jamais donné une suite à ces hypothèses : Foggarâ est aussi le nom d'un district, qui occupe les bords NE du Çâng, entre le torrent Arno Garno et le torrent Waynarâb, et Fangâ est un village du district d'Arabyâ, à SW de Gondar. 2 Guglielmo Massaia, I miei trentacinque aimi di mùsione nelV alta Etiopia, Rome 1886, vol. II, p. 118.
  21. 21. 24 Les autres voyageurs, au moins ceux dont je connais les publications, n'ajoutent rien, ou bien peu, a ce que nous venons de voir. On ne pourrait pas dire que la situation religieuse et historique des Kemant soit bien claire. Le mystère, dont ce peuple a toujours cherché de recouvrir ses croyances et ses pratiques, sans doute pour se dérober au fanatisme du clergé chrétien, continue de l'envelopper. J'ai questionné inutilement sur ce sujet des Européens, qui demeurent en Gondar depuis un temps assez long. C'est pour cela quej'ai préféré de rapporter les différents témoignages, tels qu'ils sont, au lieu de chercher d'en tirer un résumé, qui aurait été d'une confiance très douteuse. On pourrait même se demander si le nom de Kemant indique une peuplade spéciale, une famille bien nette des Agaw, ou tout simplement une secte religieuse. Probable- ment, les deux termes de la question se confondent. Peut- être, les Agaw de plusieurs districts du nord-ouest de l'Ethiopie durent accepter plusieurs principes du christia- nisme, sous l'influence des maîtres; mais leur conversion au christianisme ne fut pas complète, et ce qu'ils avaient accepté fut mélangé avec leurs croyances anciennes, juives et païennes. Une nouvelle religion se forma, assez éloignée du judaïsme des autres Agaw et du christianisme des Abyssins. Cette religion fut un élément de cohésion pour ceux qui la suivaient, et leur donna le moyen et la force d'empêcher leur absorption par leurs frères ou par leurs maîtres. Une phrase rapportée par M. d'Abbadie nous montre que les Kemant repoussent la fraternité des Falàsâ : ce mot est devenu pour eux une injure. Une autre phrase, que nous verrons également dans les textes, nous dit qu'ils prétendent d'être originaires du Schoa : c'est une blague, une invention récente pour ennoblir leur peuple, en lui donnant pour patrie le pays d'où venaient les conquérants et les colonies militaires du XVIe siècle. Leur langue nous révèle, a elle seule, leur race et leurs rapports avec les autres peuplades. APERÇU DES LANGUES AGAW. On sait que les Agaw représentent les anciens habi- tants des haut-plateaux de l'Abyssinie avant les émigrations des Sémites, qui traversèrent la Mer Rouge en venant de l'Arabie méridionale et colonisèrent le pays appelé, encore de nos jours, par le nom d'une de leurs tribus, les IJabasàt. Avec le temps, dans le cours de presque trois millénaires, les immigrés et les indigènes, les maîtres et les sujets se confondirent ensemble, et le mélange fut la source du peuple abyssin, tel que nous le connaissons : à langue sémi- tique, et au type ethnique prédominamment couschitique. Mais les Agaw purent se maintenir plus purs, ou moins altérés, dans plusieurs contrées, séparées les unes des autres par d'autres contrées habitées par des véritables Abyssins, et ils y conservèrent leur langue originale, qu'ils emploient dans leurs rapports familiers, tandis qu'ils se servent de la langue sémitique de la région dans leurs relations extérieures.1 Ce sont des îles linguistiques de la plus haute importance pour les études éthiopiennes. En l'état actuel de nos connaissances, les langues et les dialectes agaw peuvent être distribués en quatre groupes, qui tirent leurs noms de la place occupée par les peuplades parlant ces langues et dialectes. On a donc : 1. langues du nord de l'Abyssinie; 2. langues du centre de l'Abyssinie; 1 Voyez C. Conti Rossini, Note sugli Agaw : I. Appunti sulla Ungua khamta delV Averghellé (extr. du Giornale délia Soc. As. lt., vol. XVII, 2m e partie), Florence 1905, pp. 1—6; Notes sur l'Abyssinie avant les Sémites, dans le Florilegium de Vogué, pp. 137 — 138.
  22. 22. 26 3. langues de l'ouest ou, mieux encore, du nord-oueBt; 4. langues du sud. Probablement, on devra ajouter un 5me groupe, pour y classer l'ancien gafat, qui s'est altéré dans un dialecte amharinna, et qui est disparu a présent, absorbé par l'amharique : j'espère que, d'ici peu, on sera mieux documenté sur ce sujet par des textes du XVIIIme siècle, que je compte de pouvoir publier pro- chainement. Le groupe du nord comprend aujourd'hui seulement le bilin. C'est bien sûr que l'agaw était jadis parlé dans toutes ou presque toutes les provinces abyssines de l'Ery- thrée : Sarâwë, Hamâsên et Bur, appelé, ce dernier, à pré- sent Akkélé Gouzaï. Il y eut, en effet, des considérables immigrations d'Agaw. J'ai trouvé des noms de lieu par- faitement agaw dans des régions, qui sont éloignées, actuellement, de deux, trois, quatre journées de marche des pays parlant encore l'agaw. Un dialecte agaw était parlé, encore récemment, dans le Dembesan. Mais le tigraï ou le tigré s'est substitué partout à la langue couschitique. Celle-ci est restée seulement dans la vallée moyenne du fleuve Anseba, où quelques milliers des Bogos ont réussi k la sauver jusqu'à nos jours. Les Bilin, Bilen ou Bogos sont originaires du Lasta, d'où ils auraient émigré k la fin du Xe ou au commence- ment de l'XIe siècle. On pourrait donc considérer le groupe du nord et celui du centre comme deux branches d'un groupe central plus ancien : les deux branches nous donnent le moyen de suivre le développement des deux dialectes, jadis très proches, pendant 10 siècles. Anciennement, les Bogos occupaient un territoire étendu. Le développement des peuplades tigraï les a ré- duits au Senhit et aux montagnes qui le dominent. Leur fierté, leur esprit d'indépendance, leur amour aux armes ont pu conserver leur physionomie, leur langue. Mais la paix et la sûreté sous le drapeau italien sont des ennemis plus formidables que les razzias des Abyssins et des Bédja. 27 On travaille : le chemin de fer va sillonner les prairies et les champs des fils de Jarqê. La civilisation, le progrès économique vont donner le dernier coup de pioche k leur individualité, et les assimiler aux peuplades plus fortes et envahissantes, qui sont à la frontière de leur pays. C'est fatal. La langue bilin a conservé un certain cachet archaïque, qui la caractérise. Le pays se prêtait admirablement a la protection du language : c'est un coin éloigné de tous les grands centres politiques et commerciaux, écarté de toutes les grandes routes caravanières du passé, un coin qui n'est pas entouré par un seul peuple, qui, par force d'attraction, pouvait absorber ses habitants; les Abyssins des provinces k langue tigraï, les tribus de pasteurs a langue tigré, les Bédja de la vallée du Barca, les Saho et les autres no- mades du Samhar, touchent, tous, les frontières de ce petit territoire; dans leur hétérogénéité, ils ont paralysé, au moins jusqu'k un certain point, leur influence. Mais les Bilen n'ont pas réussi seulement k conserver leur idiome; ils ont pu l'imposer k une autre population, d'origine abys- sine, les Bêt T^quë, qui vinrent plus tard s'établir au nord-ouest de leur pays. Peut-être, c'est un exemple'unique de passage k la langue agaw. Le caractère archaïque du bilin se révèle dans la phonétique, qui conserve toutes les nuances des sons de l'agaw; dans le lexique, où le trésor linguistique de cette race a pu se soutenir assez bien, sans être noyé par les infiltrations des mots empruntés aux autres langues; dans la grammaire, qui a gardé soigneusement des formes vrai- ment anciennes. Un des traits caractéristiques du bilin est la substitution du son r au son t p. ex. comme élément déterminatif des verbes dénominatifs et du réflexif, dans les flexions verbales k la 2me pers. sing. (au pluriel le t devient d, tout en passant k r p. ex. dans la flexion du cond. II), dans la formation du génitif, dans les suffixes des nombres ordinaux etc. Le bilin a des nomina uni- ; Sf§
  23. 23. 28 tatis en -râ. Autres phénomènes importants de cette langue sont le féminin de plusieurs substantifs et deB adjectifs pri- mitifs par le suffixe -l, le causatif des verbes en • 8, -d etc. Le bilin se présente en deux dialectes, qui se distin- guent surtout par des nuances de prononciation et par l'usage de quelques mots particuliers à l'un ou k l'autre: le dialecte des Bët Tarqë ou descendants de Gabra Tarqë, les vrais Bilen, et le dialecte des Bët Taquë, ou descen- dants de Taquë, o u Halhal, établis au nord-ouest des pre- miers. La distinction peut aller jusqu'à la grammaire: p. ex, les Bët Tarqë ont trois conjugaisons verbales, tandis que le Bët Taquë ont assimilé la 2me et la 3me conju- gaison a la première. Les langues du centre sont parlées dans les pays méridionaux du Tigré (Averghellé, Borâ Salawâ etc.) et dans le pays compris entre ces distrits et le Schoa, qu'on appelle Lasta, en général. Les Agaw de l'Averghellé se donnent le nom de Qamtà, ceux du Lasta Haniir ou Hamit, prob. un plur. de Hamtâ; mais même dans le Karnéschim, district septentrional du Hamâsën, peu loin des Bilen, on trouve encore une peuplade qui porte le nom de Ham. Les langues ou dialectes agaw du centre ont été influencées sensiblement par l'élément sémitique, qui s'établit dans le pays depuis des temps assez reculés. On sait que le Lasta fut le centre du royaume et le siège d'une dynastie d'ori- gine Agaw — les Zâguë —, renversée vers 1268 par une autre dynastie originaire de l'Amhara et qui prétendait d'être issue du roi Salomon et de la reine de Saba. Au point de vue phonétique, les parlers agaw du centre de l'Abyssinie présentent des altérations très sensibles. Le khamir a une tendance marquée k abréger les mots en assimilant les groupes de consonnes, surtout si la première est m ou n, et k transformer le d en j , le k en ë, ç, j , le s en s ou, k travers un ancien s, en c, le t en #, le t en ç, surtout si la consonne est suivie par i, e, et même si la syllabe ainsi formée se trouve k l'intérieur du mot: 29 p. ex. le mot qui signifie «chèvre» et qui se dit Jlntîrâ en bilin, finterâ dans les dialectes de l'ouest, montre assez bien cette double tendance, en devenant fiçerâ en khamir. Un autre phénomène intéressant et répandu est la trans- formation de k en y, surtout sous l'influence d'un r ou d'une gutturale. C'est incontestable que les parlers agaw du centre sont d'une dureté étrange; Ant. d'Abbadie l'a bien noté, en observant que la fréquence des ç. et des q et les fines distinctions des voyelles en rendent la pro- nonciation assez difficile, comme on peut juger p. ex. par la phrase khamir açnay-z-mà gasaç sa$ «prends le sabre et le bouclier». Le khamir pousse plus loin que le bilin le changement de t, d en r dans les flexions des suffixes verbaux de temps et de mode; mais il garde presque tou- jours le t comme exponent du génitif, et n'a plus, si ce n'est par exception, des nomina unitatis en -râ. — Autres particularités communes des langues du centre sont la perte de l'ancien pronom personnel sujet de la 2me pers., anti, pi. antan, qui a été remplacé par des dérivés du pronom personnel indirect, ku le renforcement du n des pronoms de la 3mc pers. dans l'explosif n; les nomina agentis au suffixe -atâ pour -antâ etc. Le khamir nous est connu en deux dialectes présen- tant des petites différences : un dialecte méridional, parlé k Soqota et dans les districts voisins du Lasta, et un dia- lecte septentrional, parlé dans le Wâg. P. ex. le premier préfère les pluriels nominaux en -an où le second préfère le suffixe -tân; la postposition du datif est s dans le pre- mier, s dans l'autre, qui continue toutefois d'employer le -s k l'accusatif etc. — Le khamta de l'Averghellé a une physionomie spéciale. Il a subi plus profondément l'in- fluence du tigraï, tandis que dans le Lasta c'est surtout l'amnarinna qui a influencé les éléments du pays. Le lexique khamta est tout plein de mots empruntés au tigraï; la grammaire khamta semble se ressentir elle même de la grammaire tigraï. L'histoire de l'Averghellé nous explique 4 Ai
  24. 24. 30 31 tout cela. Dans la phonétique, la langue de ce pays montre une tendance marquée aux sons plus durs, et c'est encore une influence du tigraï. Assez souvent le khamta remplace par un q le k du khamir et des autres langues agaw; le /, (j y devient g, et cela, avec la facilité du khamta a renforcer les gutturales, nous porte k trouver un q pour un j , <]; le c remplace fréquemment le §, j , et devient lui-même " q : p. ex. le mot khamir fiçerâ «chèvre», que nous venons de voir, devient fiqra en khamta. Une nou- velle épreuve de la tendance du khamta aux sons plus durs nous est donnée par les passages fréquents de s en « et de t, d en t. Encore, le khamta se rapproche des lan- gues de l'ouest, en changeant le t en y, au lieu de r, dans la flexion des suffixes verbaux de temps. J'appelle langues agaw de l'ouest celles qui sont parlées k l'ouest du fleuve Takkazë après sa sortie du Lasta, jusqu'k l'ouest du lac Sânâ. Le Semên devait être l'anneau reliant ces langues au khamta et au khamir; mais son dialecte nous est inconnu. L'agaw a disparu du Sallamt, où il était parlé jadis. On le retrouve dans le Wagarâ : le kâylïnûâ ou langue des Kâylâ, qui sont Fa- lâsâ, serait originaire du Wagarâ. Peut-être le dialecte étudié par J. Halévy et qui est donné sous le nom de dembia dans les études de M. Reinisch et dans les miens, est le dialecte de ces Falâsâ, Dans les alentours de Gon- dar, et dans des villages du Çalgâ, de l'Armâôoho, du Jânfaqarâ, du Wagarâ et du Kuallâ Wagarâ jusqu'k Wahni et aux frontières nord-ouest de la véritable Abyssinie, il y a les Kemant, qui parlent leur idiome agaw appelé këmântnay. Enfin, le Quârâ, k l'ouest du Sânâ, a un agaw particulier, nommé quârasâ, et qui est parlé aussi par des nombreux Falâàà : encore, le quârasâ serait la langue offi- cielle de la religion et du clergé Juif d'Abyssinie. Le kemant et le quara, plus que des véritables langues, peu- vent être envisagés entre eux comme deux ctfalectes: quara et kâylâ sont parlés même en Gondar. Enfin, nous trouvons ces dialectes parlés dans les mêmes districts; ils doivent donc subir une tendance k se rapprocher tou- jours plus. Les pays qui sont habités par les peuplades k langue quara et kemant purent garder leur autonomie jusqu'k une époque assez récente, comme nous venons d'exposer; mais, après, les éléments amhara se précipitèrent sur eux, les envahirent, s'y établirent avec la capitale, la Cour royale, une foule de couvents et d'églises. L'existence du kemant, dans un pays si sujet k l'influence des nouveaux maîtres, dans un pays plat et si parcouru, ne cesse pas de nous étonner. Probablement, le quara et le kemant doivent leur vie au fait qu'ils étaient et sont la langue d'un groupe religieux bien défini, et qui cherche de se tenir bien k l'écart de la religion des maîtres. Au point de vue philologique, les langues de l'ouest semblent se rapprocher du bilin plus que des langues du centre. Elles n'aiment pas les sons durs. Le s y est rem- placé assez souvent par un s, comme en bilin; tandis que le passage de la dentale t, d k la liquide r, si commun en bilin, y est très rare. Le g s'atténue sensiblement, le yn disparaît. Mais le fait plus caractéristique est l'impor- tance qui y prend un phénomène, a peine ébauché dans les parlers du centre : la tendance de la dentale t k de- venir y dans les suffixes de la flexion des temps et des modes verbaux, surtout k la 2me pers., dans le suffixe formant le réflexif et le passif des verbes, k la fin des mots, quelques fois même dans l'intérieur des mots : p. ex. le mot ge'ez f âmat «an» devient amarâ en bilin, amrâ en khamir, amiyâ en quara et amay en kemant. Une tendance analogue, mais moins forte, a été remarquée pour le k. La grammaire se rapproche assez sensiblement k la grammaire bilin; mais présente des particularités assez nombreuses, p. ex. les pluriels nominaux en an, -tan, les autres, ' qui sont nombreux, en -k, encore les autres en -lâ} ~li} -lan, qui n'ont pas été signalés dans les autres langues
  25. 25. 32 agaw, le causatif des verbes formé par le suffixe ê. Le lexique, tout en étant influencé notablement par l'amha- rinna, nous conserve des véritables v£i[iéXia linguistiques : p. ex. le mot aéênd «roi>. Les langues que j'appelle du sud sont celles qui sont parlées au sud du lac §ânâ, a l'ouest du Nil Bleu. Ce sont i'awiyâ, parlé dans l'Agawmeder, où les Agaw ont le nom d'Awâ, Awawâ, et le damot. Le Dâmot semble avoir été annexé au royaume d'Abyssinie par le roi c Amda Syon I (1314—1343), et aurait reçu dès les premiers temps des colonies militaires. Mais il put garder assez bien son caractère agaw, aidé probablement par les frères de l'Agawmeder, qui durent se plier à la conquête abys- sine seulement pendant le XVIe et le XVIIe siècle. L'awiya a été la première langue agaw étudiée par un Européen : en effet, le missionnaire italien Fr. A. de Angelis, qui mourut en 1622, et qui séjourna longtemps en Agaw- meder, savait parler dans la langue du pays. Sur le damot on a des matériaux encore inédits du XVIIIe siècle : les renseignements sur cette langue, qu'on trouvera plus tard, sont puisés de mes notes sur le dialecte parlé à Mankusâ notes que je publierai prochainement avec ces matériaux du XVIIIe siècle. Les langues du sud ont une allure tout à fait spé- ciale, s'étant développées d'une façon entièrement indépen- dante des autres, et ayant eu moins à souffrir — surtout l'awiya — des langues sémitiques. Leur importance pour- rait être comparée seulement à celle du bilin; sous plu- sieurs égards, elles semblent s'imposer davantage a notre attention. Elles ne repoussent pas les sons durs g, q, t, ?, comme les langues de l'ouest, mais elles n'ont pas la dureté des langues du centre; au contraire, l'awiya me rappelait par sa douceur le tigré, si différent du tigraï sous ce point de vue. Le 'ayn- a disparu. En awiya, au moins dans le dialecte du Danghela, le t a une tendance très accentuée à devenir s : le fait est intéressant, car le même phéno- 33 mène se vérifie dans le dialecte amharique parlé dans le pays plus voisin, le Godjam, où, antérieurement a l'amha- riûîia, on devait parler un dialecte agaw très proche de l'awiya. Le t n'a pas la tendance, que nous avoDS vue dans les autres groupes, à se transformer en d, r, y dans la flexion de la 2me pers. des suffixes verbaux, ou l'a moins accentuée : p. ex. la 2me pers. sing. du parfait a le suffixe -tohuâ en awiya, -to<juâ en damot, -duh en bilin, -rû en khamir, -îg en kemant; elle a donc conservé, presque toujours, l'ancienne consonne dans sa pureté. Une foule de mots change radicalement, même pour exprimer des idées prinlitives : p. ex. «soleil» se dit awâ dans le sud, kuarâ dans les autres langues agaw; «père» se dit italâ dans le sud, eger ou abba ailleurs; «mère» est yirfi et ganâ, respectivement, etc. La grammaire, tout en étant encore connue imparfaitement, nous montre déjà des côtés caractéristiques. Sans parler des flexions verbales, on peut signaler p. ex. le pronom interrogatif ayâ dans le sud, comme en sémitique, tandis que les autres langnages agaw ont awâ, aie; les nomina agentis prennent la finale -ïnï, le suffixe -antd des autres langues venant réservé aux participes; on fait le féminin des noms à l'aide d'un suf- fixe -d: le pluriel des noms par réduplication est usité plus couramment; les pluriels nominaux se forment surtout avec le suffixe -kd, inconnu aux langues du nord et du centre, très rare dans l'ouest; le suffixe du causatif, qui semble être un des signes les plus marqués du groupement des différents idiomes agaw, est -s, etc. Il serait absolument superflu d'insister sur l'intérêt de tout premier ordre, que l'agaw a pour les études de philologie et d'histoire, visant l'Ethiopie. Mais l'agaw a une importance assez considérable au point de vue de la linguistique générale. Les études de Léo Reinisch viennent de jeter une lumière inattendue sur ce sujet. En effet, c'est dans les langues agaw que le savant Autrichien a trouvé assez souvent la clef pour résoudre ou pour mieux C o n t i l t o s s i n i . M
  26. 26. 34 éclaircir les problèmes formidables de philologie hamito- sémitique, qu'il s'était posés, et qu'il vient de traiter en maître dans un volume des plus remarquables. En cherchant de tirer, des matériaux a ma disposition, les lignes de la grammaire kemant, il m'a paru désirable, aux fins de la science, et surtout pour les philologues qui ne se sont pas spécialisés dans l'étude des langues hamito- éthiopiennes, de recueillir, en l'occasion, nos principales connaissances de la grammaire agaw en général. Je m'em- presse d'ajouter que je ne me suis pas proposé d'esquisser une grammaire comparée des langues agaw : non seule- ment je ne me suis pas occupé de la phonologie, qui pourra être étudiée plus tard, lorsque auront paru tous les riches matériaux que j'espère d'avoir d'ici peu a ma disposition; mais je me suis défendu a dessein de franchir les fron- tières troublantes, mais pourtant si séduisantes, des re- cherches sur les origines; si la matière m'a entraîné a rappeler des faits linguistiques des Sémites, ou d'autres Hamites, ou parfois des peuples du Haut Nil, ce sont des simples rapprochements, ou les souvenirs des recherches heureuses d'autres savants plus autorisés que moi. En me bornant a mettre à côté les unes des autres les différentes formes des différents languages, mon but a été simplement d'ébaucher, a côté du kemant, un précis de morphologie des langues modernes agaw, telles qu'on les connaît à présent, afin de donner une sorte de tableau de l'état actuel; de donner aux autres un point de départ et un élément de travail; enfin, pour mettre les non-spécialistes à même de jeter un coup d'oeil sûr et rapide sur cette importante famille linguistique. M M AI R E. 3*
  27. 27. I. Notes phonétiques. Le kemant n'a jamais été écrit. C'est le sort de toutes les langues agaw, qui n'ont pas de littérature; et, encore, puisqu'elles sont condamnées à disparaître dans un temps plus ou moins lointain, on a tous les droits de croire qu'elles resteront toujours, tant qu'elles vivront, à l'état de simples parlers vulgaires. Les Agaw demeurèrent tou- jours dans un état assez rudimentaire de civilisation. Les seuls qui auraient pu avoir une littérature nationale, auraient été les Falâsâ : hé bien, ils se montrèrent dé- * pourvus de toute originalité littéraire, et empruntèrent tout aux Abyssins chrétiens, à partir de l'alphabet jusqu'à la langue écrite et à la Bible, voir jusqu'à leur nom. M. J. Halévy vient de faire paraître des prières juives, où le texte ge'ez est coupé par des expressions et des périodes agaw, qui semblent être — au moins, au premier coup d'oeil — en langue quara; mais il faudrait savoir si elles ont été tirées d'un manuscrit assez ancien, la rédaction duquel n'ait pas été influencée par des éléments étrangers au pays, ou si elles sont passées de l'état oral, traditionnel a l'état de document écrit par les soins ou sur la demande du voyageur Polonais, qui les a reportées, M. Faïtlowitch. En effet, tout ce qui a paru, tout ce qu'on connaît en langue agaw a été écrit pour le compte d'Européens. Peut- être, quelque manuscrit éthiopien pourra nous révéler un jour une de ces petites notes, qu'on trouve surtout dans les codes de la collection de Magdala, ayant pour objet d expliquer en ge'ez ou en amharinna de petits recueils Ï-SÏ
  28. 28. 38 de mots étrangers, et qui contiendra des explications de l'agaw; mais ce sera une chose bien courte. L'espérance de trouver pour l'agaw un document correspondant au Nagara Gâlla, que j'ai édité d'après le ms. n° 185 de la collection d'Abbadie, ne semblerait avoir aucune chance de se vérifier. Nous allons passer en revue les signes et les sons particuliers de la langue kemant. § 1. Il est incertain si l'agaw ancien connaissait l'explosion glottale, qui pouvait accompagner en sémitique la voyelle initiale d'un mot. S'il la connaissait, cette attaque brusque s'est toujours adoucie. Ni le kemant ni les autres langues agaw ont le son ' (elif) au commencement des mots. Mais il existe à l'intérieur du mot, au moins en quelques langues : nous en avons des exemples, que je crois douteux, en kemant, tels que ams'i jeudi, ad'i di- manche, sill'a homme du Tigré, mot'l charge, subst., samb'l poumon, et des preuves tout k fait sûres dans les langues du nord et du centre. § 2. Le son c ayn n'existe pas en kemant, ni dans les autres dialectes de l'ouest. Il n'existe non plus dans les langues du sud : quelques fois, on le trouve remplace par h en khamir. Bref, il n'existe pas là où les langues agaw sont en contact avec l'amharinna, qui l'a perdu lui aussi. Mais il se trouve en bilin et en khamta, c'est-k- dire dans des langues parlées tout près du pays k langue tigraï, où le 'ayn a conservé toute sa dureté; encore, il s'y trouve surtout dans des mots empruntés au sémitique ou communs au tigraï et au tigré, tout en se montrant plus rarement dans des mots vraiment agaw, comme p. ex. bil. l awq eau, bil. 'il, kmt. 'al œil. — La double coïn- cidence, que nous venons de relever, ne saurait pas être regardée comme accidentelle. § 3. L'agaw possède un son g, qui a beaucoup de rassemblance avec le £ sémitique, tout en étant moins dur. 39 En kemant, il B'est radouei considérablement; il reste plus fort en awiya que dans toutes les autres langues agaw. Une tendance générale de tous les parlers agaw porte k changer le g en h : le kemant ne fait pas d'exception, p. ex. int-og et int-oh il vint. Il sied ici de rappeler un fait, qui ne me semble pas sans importance. L'éthiopien a transformé son ghaïn en < ayn) tandis que le sabéen continuait à le garder. Si la transformation est arrivée sous l'influence des langues hami- tiques du pays (ou pourrait en douter, le même phéno- mène s'étant vérifié dans les langues sémitiques du nord), il faudrait en conclure que les anciens îlabaèât ne se trouvèrent pas en rapport immédiat avec les Agaw, chez lesquels le son g existe toujours : ce serait, peut-être, un nouveau indice, tout-k-fait imprévu, en faveur de l'hypo- thèse, que j'ai avancée ailleurs, que les hauts-plateaux de l'Erythrée, où les anciens Sémites durent commencer a se mêler avec les éléments indigènes, étaient occupés jadis par les Kounama ou les Baria. § 4. Le kemant possède deux aspirées, h et h : cette dernière correspond k celle que les Ethiopiens écrivaient *, et que de nos jours, après la confusion de 0, rh> "i e n amharinïïa, les copistes modernes préfèrent d'exprimer par un signe nouveau, *fi. Dans les notes d'Abbadie, on trouve aussi une troisième aspirée, h : je l'ai gardée dans le lexique, mais je ne crois pas qu'elle existe vraiment. Je crois que c'est la même chose pour toutes les autres lan- gues agaw, auxquelles je ne reconnaîtrerais que deux seules aspirées, une faible et une très forte. Il faut ajouter que même la consonne aspirée plus forte a souvent la ten- dance k s'affaiblir et k se confondre avec l'autre; d'autres fois elle disparaît, p. ex. quara ahwë et awê tête, awiya hamberï et emberï rêve. § 5. Le kemant change assez fréquemment le k en h. C'est un phénomène des plus ordinaires aussi dans les autres langues agaw et en tigraï. Le lexique nous M
  29. 29. 40 41 montrera, à la lettre h, une foule de mots commençants par cette consonne, substituée à un k. Plus importante est la confusion, en kemant, de k et de q. Les notes d'Abbadie nous donnent une certaine quantité de mots qui ont le 3; et je les publie tels que le voyageur les a transcrits. Mais, lui-même, il déclare que les Kemant n'ont pas le 9; et les renseignements de Kefla Giyorgis k M. Guidi confirment qu'ils confondent, dans leur prononciation, les deux sons. C'est l'occlusive palatale ordinaire qui l'emporte sur l'explosive sourde vélaire; c'est un fait opposé à celui que j'ai noté en khamta : le khamta a une tendance a substituer le k par le q. Le kemant semble connaître le son q, quoique les notes d'Abbadie ne soient pas bien claires k cet égard. Le q existe dans les autres langues agaw, au moins dans celles du nord et du centre, aussi bien qu'en tigraï. Il s'agit d'un son très sourd, prononcé par les organes pro- fonds du larynx; l'explosion emphatique du q dispa- raît. Il représente, pour moi, le passage physiologique de q k § 6. Le n est un son nasal emphatique, suivi par un arrêt brusque, déterminé par le larynx, après l'explosion. Il est commun k toutes les langues agaw, quoique il n'ait pas eu la puissance de s'imposer aux langues sémitiques locales. En kemant on le trouve au commencement, a l'intérieur ou k la fin du mot : c'est le même dans les autres languages, hormis le bilin, qui le substitue par la nasale simple au commencement du mot. P. ex. kemant fias khamir, damot was, awiya hasi, bilin nàz os. Le n se trouve seulement dans des mots empruntés k l'amharinna. § 7. Le s semble très rare en kemant : kasëlselât chair enlevée au col du cheval, qasbat instant, mas cri pour exciter une mule, masâdir mal lent et intermittent. On pourrait s'attendre a le voir substitué par t, d'après ce qui arrive k plusieurs dialectes amhariques. Mais Ant. d'Abbadie remarque dans ses notes que le kemant n'a ni q ni t. C'est vrai qu'il donne plusieurs mots avec un /, p. ex. alagat-og il se joua de q. u., lankuâtâ s. d'arbre, amalat échappe-toi, datanâ qui ajourne, qataqat frappe à coups redoublés, mârtâ queu d'éléphant portée comme trophée, matwât charité, tênâ santé etc.; mais ce sont sur- tout des mots empruntés k l'amharinna. Le s et le t donnent lieu k un problème assez in- téressant. D'après l'opinion courante, on est porté k considérer ces deux sons comme étrangers k la phonétique agaw primitive, et k les croire plutôt empruntés au sémitique: cela serait prouvé par le fait qu'on les trouve surtout dans des mots d'emprunt. Je n'en suis pas entièrement convaincu. Le son s est assez fréquent en khamir, et, plus encore, en khamta. On pourrait croire qu'il s'agisse d'une mani- festation de la tendance de ces langues aux sons plus durs, tendance que nous avons déjà signalée. Mais on trouve que le $ des langues du centre correspond k un s des langues de l'ouest; non seulement, mais les langues du nord et de l'ouest nous donnent, k la place de ce s qu'elles n'aiment pas, non un s simple, mais un s, qui y représente tout justement un ancien s. P. ex. khamir saqû, awiya suq, damot seq et quara sag, bilin saqù, sâicq cuire, bouillir; khamta, awiya, damot seqâ, khamir, dembia sikâ, et quara, bilin sikâ dix. Ce dernier mot suffirait k établir la pré- sence de s en des mots purement agaw; mais il serait facile d'augmenter la liste, surtout avec les langues du sud : damot sella, awiya sellî petit, dam. aw. sân langue, mnih lion, aw. sarql} dam. sarkl noir, aw. siarwï arc, flèche, aw. dam. sisifi cheveu, aw. syaganâ sanglier. Mais on peut ajouter un autre fait. Le causatif des verbes est formé avec le suffixe -.s dans les langues du sud : il ne serait pas vraisemblable qu'on ait adopté un son étranger ï
  30. 30. 42 43 dans une fonction si importante et liée si intimement avec l'essence même de la langue.1 On est moins documenté sur le t. Mais, si l'on admet pour le s une origine agaw indépendante de l'influence sémitique, on serait porté tout naturellement à admettre une égale solution pour sa correspondante explosive den- tale. En tout cas, on pourrait signaler des parallélismes remarquables entre le centre - agaw et le sud - agaw au sujet du t, comme au sujet du .? : p. ex. damot tow, awiya tu, khamta taw et quara, dembia; khamir, bilin tuw entrer. § 8. Le kemant possède les deux sons c et ç, qu'on connaît très bien par l'amharinna; mais le second semble l'emporter sur le premier et le substituer jusque dans les mots d'emprunt, ce qui rappellerait le bilin, qui, d'après L. Reinisch, aurait seulement le c : p. ex. kem. Çïkko im- portun = amh. ^fi :, qabaraççô sorte de plante = amh. qabarïcco. Il faut ajouter que, avec de très rares excep- tions (p. ex. çïkâ dix), les mots kemant qui ont un c ou un ç sont communs avec l'amharinna. On sait que, d'ordinaire, le c et le ç dérivent de t, /; c'est assez curieux de voir cet avantage du ç dans le kemant, qui repousse le t Mais, assez souvent, ils corres- pondent k un k qui s'est palatalisé : p. ex. khamir cisih champ = bil. klsin, damot et awiya v,ô passer la nuit = khamir ci, quara, dembia, bilin ki, kemant hançal étrangler = ge. hanqala. Le S ne semble pas donner lieu k des observations particulières. Le kemant suit la tendance des langues du nord et de l'ouest, qui porte k remplacer par ce son le c, 1 On pourrait croire que l'ancien caus. sud-agaw était en .s comme dans les langues de l'ouest; le s aurait été transformé en * par ana- logie à une loi "phonétique générale, par laquelle assez souvent le * du sud-agaw a comme correspondant un s dans l'agaw de l'ouest et du nord. le ç, voir le j et le j/ : p ex. sïltta petite outre = amh. dïnïsâ s. de topinambour = amh. JC""}6 ^ :, quâqïêâ s. de maladie = amh. ^«fe^ », etc. Le g et le j semblent se confondre toujours en j dans l'idiome que nous allons étudier. D'Abbadie transcrit constamment j et abandonne d'une manière absolue le g : je n'exclue pas qu'il ait cédé a une suggestion des Amhara lettrés et cultivés, qui jugent plus correct et de bon ton l'emploi de Tf, au lieu de j£. Tandis que le c, c semble d'origine assez récente (la comparaison du khamir et du bilin ferait croire que ce son était bien moins ré- pandu qu'aujourd'hui dans l'Abyssinie centrale a l'époque de la migration des Bogos), le ; semble, au contraire, pénétré dans la phonétique agaw depuis un temps très reculé, et apparaît dans des mots communs k tous ou k presque tous les groupes, ce qui prouve son ancienneté: p. ex. bilin, khamir, dembia, quara jib, khamta giw acheter et awiya gew-nâ propriété; bil. jlgâ, khmr. jigâ, aw. jegd pauvre; bil. kem. demb. qua. jâb partie antérieure: bil. demb. qua. hern. jâg insulter etc. § 9. Les autres sons ne me semblent pas nécessiter d'explications spéciales. Ce qu'on a dit pour le quara et pour l'amharique peut très bien s'appliquer au kemant, p. ex. k propos de la prononciation des voyelles, du son a qui prend l'a bref, du son ë ou ï du sâdis, de l'aspira- tion du h qui passe assez souvent k v, etc. Le kemant ne donne aucun exemple du son p, qui existe dans les langues du centre et du sud (p. ex. khamir de Soqota pabâ s. de sycomore = bâmbâ et pfdlimtd vache d'une couleur blanchâtre; damot, awiya pag-s rompre, fendre, pipi cadavre), et qui a été constaté aussi en quara (arp tombeau, anpô aisselle, sapar se camper, sânp sandale, pëlêâ puce, kanper lèvre, sanap seul), dans des mots, où les autres parlers agaw ont b ou /. Enfin, le kemant suit toutes ses langues sœurs dans leur répugnance k com mencer les mots par r. n* W* y* à

×