Eastrategies Page 1
Actualité macro-économique en Roumanie
Population : 19,947 millions d’habitants
PIB en 2014 : 151,47 m...
Eastrategies Page 2
Actualité politico-économique en Roumanie
La Roumanie souhaite rejoindre la BAII : Le gouvernement rou...
Eastrategies Page 3
Harlem Désir en Roumanie pour parler de coopération bilatérale : Le Secrétaire d’Etat français chargé ...
Eastrategies Page 4
Forum d’entreprises Vietnam-Roumanie à Ho Chi Minh-Ville : « Les entreprises vietnamiennes peuvent che...
Eastrategies Page 5
NOUVEAUTES Juin 2016
Correspondant Bretagne Commerce International,
Fédération des Industries Mécaniqu...
Eastrategies Page 6
NOUVEAUTES Juin 2016
Correspondant Bretagne Commerce International,
Fédération des Industries Mécaniqu...
Eastrategies Page 7
Actualité macro-économique en Moldavie
Population : 3,551 millions d’habitants
Population active en 20...
Eastrategies Page 8
NOUVEAUTES Juin 2016
Correspondant Bretagne Commerce International,
Fédération des Industries Mécaniqu...
Eastrategies Page 9
NOUVEAUTES Juin 2016
Correspondant Bretagne Commerce International,
Fédération des Industries Mécaniqu...
Eastrategies Page 10
NOUVEAUTES Juin 2016
Correspondant Bretagne Commerce International,
Fédération des Industries Mécaniq...
Avec nous vers la réussite à l’international !
Conseil en affaires, appui aux entreprises – prospection
du marché, implant...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les actualités de la Roumanie et de la Moldavie pour le Mois de Juin 2016 de Eastrategies

865 vues

Publié le

Eastrategies, est une société d’accompagnement à l’international spécialiste de l’Europe centrale et  orientale. Cabinet conseil international, créé en Roumanie en 1992, en Bulgarie en 2000 et Moldavie en 2008.

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
865
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
541
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les actualités de la Roumanie et de la Moldavie pour le Mois de Juin 2016 de Eastrategies

  1. 1. Eastrategies Page 1 Actualité macro-économique en Roumanie Population : 19,947 millions d’habitants PIB en 2014 : 151,47 milliards EUR PIB par habitant en 2014 : 7.500 EUR/habitant Croissance en 2014 : +2,8 % Croissance prévisionnelle en 2015 : +4 % Flux net d’IDE en 2013 : 2,71 milliards EUR Salaire minimum brut garanti à partir du 1er mai 2016 : 280 EUR (1.250 RON) Salaire moyen brut mensuel, en avril 2016 : 643 EUR (2.879 RON) Taux d’inflation en 2014 : 1,1 % Taux de chômage en juillet 2015 : 4,9 % Place de la France dans les échanges commerciaux : 3ème client, 4ème fournisseur Stock IDE français en 2011 : env. 7 milliards EUR, France – 3ème rang parmi les investisseurs étrangers Cours EUR/RON au 30.06.2016 : 1 EUR = 4,5210 RON NOUVEAUTES Juin 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis
  2. 2. Eastrategies Page 2 Actualité politico-économique en Roumanie La Roumanie souhaite rejoindre la BAII : Le gouvernement roumain a approuvé le début des discussions concer- nant l'adhésion du pays à la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII) proposée par la Chi- ne. Un protocole a été adopté à cet égard par le cabinet, a annoncé le porte-parole du gouvernement Dan Suciu. L'adhésion du pays à la banque permettrait à la Roumanie d'emprunter pour des investissements, a précisé le por- te-parole. « C'est l'une des organisations nouvellement établies qui facilitent les investissements pour les pays asiatiques, mais il y a également de nombreux pays européens qui sont déjà membres de cette banque, construite autour des réserves financières rendues disponibles par la Chine », a-t-il ajouté. La BAII a été proposée par le pré- sident chinois Xi Jinping en 2013 et a été officiellement établie en fin d'année dernière. Avec un capital autorisé de 100 milliards de dollars, c'est une banque de développement multilatérale qui se concentre sur le développement des infrastructures et d'autres secteurs productifs en Asie. Plusieurs pays de l'Union européenne, dont l'Allema- gne, l'Autriche, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne et le Royaume-Uni font partie des 57 membres fonda- teurs de la BAII. Le mois dernier, la BAII a atteint un accord avec la Banque européenne d'investissement et la Ban- que européenne pour la reconstruction et le développement afin de promouvoir le développement économique et les investissements à travers les pays où ces banques sont actives. (Source : peopledaily.com.cn) Agriculture : Le ministre de l’Agriculture Achim Irimescu a déclaré dans une interview que la création d’une Agen- ce de suivi des prix s’avérait nécessaire, dans un contexte où la Roumanie avait enregistré des pertes faute de ne pas avoir contrôlé les prix des importations. Le ministre a affirmé que les aides de minimis agricoles étaient por- tées à 15.000 euros et que le projet des mutuelles dans l’agriculture était repris, les fermiers devant contribuer de 35% du capital. Selon le ministre, les premiers appels d’offres en vue de la réfection du système d’irrigation al- laient être lancés en 2016. (Source : Jurnalul national) François Hollande attendu en Roumanie cet automne : Le président français a communiqué au Premier ministre roumain son intention de venir en Roumanie cet automne, accompagné d'une délégation de chefs d'entreprises. Cette annonce a été faite dans le cadre de la visite du Premier ministre roumain en France. Reléguée en second plan derrière le match d'ouverture de l'Euro entre la France et la Roumanie – les Bleus ont gagné 2 à 1 –, la visite de deux jours à Paris de Dacian Cioloș a été fructueuse. « Il y a plusieurs projets d’investissement, en termes d’in- frastructures, d’énergie qui nous intéressent, Roumanie et France, ensemble », a déclaré François Hollande lors d'une conférence de presse commune. La Défense, la sécurité des frontières et l'entrée de la Roumanie dans l'es- pace Schengen sont des sujets qui ont également été développés. Dacian Cioloș a ensuite rencontré son homolo- gue, Manuel Valls, avec lequel il a signé une nouvelle feuille de route dans le cadre du Partenariat stratégique en- tre les deux pays. L'immigration, l'énergie et la lutte contre le terrorisme sont quelques uns des sujets qui y figu- rent. L’agenda de Dacian Cioloş a encore comporté des rencontres avec le ministre français de la Défense, Jean- Yves Le Drian, et des représentants de l’Académie française d’agriculture. (Source : Lepetitjournal.com/Bucarest) NOUVEAUTES Juin 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis
  3. 3. Eastrategies Page 3 Harlem Désir en Roumanie pour parler de coopération bilatérale : Le Secrétaire d’Etat français chargé des Affai- res européennes, Harlem Désir, était en Roumanie, à l'invitation du ministre roumain des Affaires étrangères, Lazăr Comănescu. Les deux hommes ont parlé du partenariat stratégique entre la France et la Roumanie, récem- ment mis à jour, de l'adhésion de la Roumanie à l'espace Schengen et du laser ELI-NP. « L'entrée de la Roumanie dans l'espace Schengen consoliderait la capacité de l'Union européenne de sécuriser ses frontières externes », a insisté M. Comănescu, lors d'une conférence de presse commune. Quelques heures plus tôt, les deux diplomates avaient visité le siège très moderne de la Police des frontières roumaine. M. Désir s'est dit « impressionné » par les instruments utilisés par Bucarest pour surveiller ses frontières terrestres, maritimes et aériennes. Il a toutefois estimé que la question de l'entrée de la Roumanie dans Schengen se posait dans un contexte particulièrement difficile pour l'Union européenne, notamment avec la crise des migrants et les attaques terroristes. MM. Comă- nescu et Désir ont par ailleurs rappelé que les Premiers ministres roumain et français avaient signé une nouvelle feuille de route dans le cadre du partenariat stratégique entre les deux pays, qui renforçait la collaboration sur des sujets comme l'immigration, l'énergie et la lutte contre le terrorisme. Enfin, ils ont chacun réitéré l'engagement de leurs deux pays dans la continuité du projet du laser scientifique de Măgurele, le plus puissant du monde, et qui a été baptisé ELI-NP. Les deux hommes sont ensuite partis pour Chișinău, la capitale moldave. (Source : Lepetitjournal.com/Bucarest) Déclin démographique : Le président de l’Institut national des statistiques (INS), Tudorel Andrei, a évoqué les perspectives démographiques de la Roumanie lors de la cérémonie de lancement du projet « Etat de la nation. Construction d’un système innovant visant à renforcer les politiques publiques ». Il a déclaré que la Roumanie en- registrerait dans 30-40 ans, une baisse de la population pouvant aller jusqu’à 14-15 millions d’habitants. Le prési- dent de l’INS a également évoqué la démographie vieillissante de la Roumanie, sur fond de l’émigration et de la baisse du taux de natalité, signalant qu’en Roumanie le taux de la mortalité infantile (de 9 à 1 000 décès de nou- veau-nés) était trois fois supérieur à la moyenne européenne. (Source : Economica) Les hypermarchés devront proposer au moins 50% de produits roumains : La Chambre des députés a adopté une loi qui oblige les enseignes de la grande distribution à proposer au moins 50% de produits roumains dans leurs rayons pour favoriser les circuits courts. Le texte concerne les aliments suivants : viande, œufs, fruits et légumes, miel et produits laitiers et boulangers. Cette prévision ne concerne toutefois que les réseaux de grande distribu- tion qui enregistrent un profit de plus de deux millions d'euros. (Source : Lepetitjournal.com/Bucarest) Toujours plus de cash utilisé en Roumanie : Ce sont les spécialistes du quotidien économique et financier Ziarul Financiar qui ont donné cette statistique intéressante concernant le volume de liquide en circulation en Rouma- nie. Son montant total dépasse les 48 milliards de lei (10,6 millions d'euros) sur les quatre premiers mois de l'an- née 2016. Soit 17% de plus que sur la même période pour l'année dernière. Il s'agit tout simplement d'un nouveau record. En comparaison avec l'année 2008 et le début de la crise, ce volume de cash dans l'économie a doublé (plus de 5 millions d'euros à l'époque sur la même période). Même si les paiements électroniques ont eux-aussi augmenté, les Roumains sont toujours plus enclins à utiliser du liquide dans leur vie quotidienne. (Source : Lepetitjournal.com/Bucarest) NOUVEAUTES Juin 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis
  4. 4. Eastrategies Page 4 Forum d’entreprises Vietnam-Roumanie à Ho Chi Minh-Ville : « Les entreprises vietnamiennes peuvent chercher des opportunités d’investissement dans des secteurs de fort potentiel de la Roumanie dont les hautes technolo- gies, l’agriculture, le pétrole et le gaz ». C’est ce qu’a déclaré Oana Bizgan, conseillère du ministère roumain de l’Économie, du Commerce et des Relations avec le milieu des affaires lors du forum d’entreprises Vietnam- Roumanie organisé à Ho Chi Minh-Ville. Elle a présenté des potentialités de développement économique de la Roumanie qui, selon elle, est une destination d'investissement attrayante et une porte d’accès à l’Union euro- péenne avec plus de 130 lignes aériennes directes vers ses pays membres, des infrastructures modernes, une main-d’œuvre qualifiée et bon marché, un système fiscal transparent, etc. Les échanges commerciaux Vietnam- Roumanie ont atteint 175,6 millions de dollars en 2015 et 46 millions de dollars durant les quatre premiers mois de cette année. Le Vietnam exporte vers la Roumanie pour l’essentiel café, produits aquatiques, textile- habillement, chaussures et sandales, produits électroniques, ordinateurs et importe en retour farine, machines, produits chimiques, acier et fer. Vo Tan Thanh, directeur de l’antenne de la Chambre de commerce et d’industrie du Vietnam à Ho Chi Minh-Ville, a demandé aux entreprises des deux pays d’établir un partenariat direct, de ren- forcer la promotion de leurs produits ainsi que de chercher des opportunités de coopération dans les secteurs d'excellence de chaque pays. (Source : vietnamplus.vn) Sécurité dans la région de la mer Noire - déclarations d’Eduard Hellvig, directeur du Service roumain de rensei- gnements (SRI) : Les médias reprennent les déclarations faites par Eduard Hellvig à la conférence «Sécurité dans la région de la mer Noire. Défis communs, avenir soutenable», qui s’est déclaré inquiet au sujet de la « difficulté rencontrée par certains pays riverains de sortir de la logique belliqueuse des siècles passés ». Il a précisé qu’un effort accru, immédiat et préventif, de découragement contre tout recours à la force armée dans la région de la mer s’avérait nécessaire. Dans un contexte marqué par le terrorisme et le fondamentalisme, le mer Noire « peut et doit devenir une plateforme de stabilité, tandis que les intérêts en matière de sécurité sont prioritaires devant toute dispute ». Après avoir passé en revue les menaces à l’adresse du voisinage de la mer Noire, à savoir le terro- risme, la criminalité transfrontalière, le trafic d’êtres humains, d’armes et de drogues, le chef du SRI a plaidé en faveur d’une coopération plus étroite entre les services de renseignements de la région et entre les structures membres de l’OTAN. (Source : Agerpres) NOUVEAUTES Juin 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis L’Annuaire de la Compétitivité Mondiale 2016 - La compétitivité de la Roumanie Le Centre de la compétitivité mondiale de l'IMD de Lausanne vient de dévoiler son classement annuel des pays les plus compétitifs. La Roumanie a enregistré une tendance de stabilité en ce qui concerne l'efficacité de l'environne- ment des affaires (49ème place) et l'infrastructure (42ème place), mais aussi une augmentation de la performance économique (de la 47ème place en 2015, à la 42ème place en 2016) et l'efficacité du gouvernement (de la 46ème place en 2015, à la 43ème place en 2016).
  5. 5. Eastrategies Page 5 NOUVEAUTES Juin 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis Malgré ces augmentations, d’autres pays ont enregistré une meilleure évolution des facteurs auxquels la Rouma- nie a enregistré une stagnation (l'efficacité de l'environnement des affaires et l'infrastructure), et cela a conduit à une baisse de la position de la Roumanie au classement général avec deux positions par rapport à 2015 (49ème place en 2016, par rapport à 47ème place en 2015). Selon les informations fournies par l’Annuaire de la Compétitivité Mondiale 2016, l’amélioration de la performan- ce économique a été grandement générée par les croissances réelles enregistrées par le Produit intérieur brut de la Roumanie en 2015 (6ème place), la consommation des ménages (7ème place), le capital fixe (8ème place), les exportations de services (6ème place) ainsi que par le taux d'inflation faible (9ème place), l’indice du coût de la vie (4ème place) et le coût des loyers (5ème place). Pour améliorer l'efficacité du gouvernement ont contribué de manière significative le niveau du déficit budgétaire (15ème place), les taxes collectées auprès des entreprises et de la population (19ème place), les subventions gou- vernementales allouées aux entreprises publiques et privées (10ème place) et la répartition relativement équili- brée des revenus (9ème place). Ont eu une influence négative l'efficacité des affaires, la productivité globale (48ème place), notamment la pro- ductivité agricole (55ème place), la disponibilité de la main-d'œuvre bien formée (47ème place), notamment en ce qui concerne la formation financière (54ème place), les actifs du secteur bancaire (57ème place), le faible niveau des paiements effectués avec des cartes bancaires (54ème place), le sous-développement de la législation bancai- re (60ème place) et l'indisponibilité élevée des crédits pour les entreprises (49ème place), la résilience de l'envi- ronnement des affaires (52ème place), la mise en œuvre de l'éthique des affaires (57ème place), la crédibilité des dirigeants dans la société (47ème place), la mise en œuvre des pratiques de l'audit financier - comptabilité dans l'environnement des affaires (58ème place), les préoccupations des dirigeants des entreprises pour la santé, la sécurité des employés et la protection de l'environnement (60ème place), les différences entre le systèmes de valeurs des entreprises et celui des employés (56ème place). En ce qui concerne la chapitre « Infrastructure », un effet négatif ont eu l'infrastructure de base, où la Roumanie a perdu quatre places par rapport à 2015 (50ème place en 2016), l’infrastructure de recherche, où la Roumanie perd deux places par rapport à 2015 (44ème place en 2016) et l’infrastructure de santé et environnementale, un place perdu (45ème place en 2016), tandis que l'infrastructure technologique s’est améliorée (la Roumanie a grim- pé de la 40ème position en 2015 à la 34ème position en 2016). Les résultats de l’Annuaire de la Compétitivité Mondiale 2016 sont encourageants, si l'on considère la performan- ce économique et l'efficacité du gouvernement, mais ils provoque également la société roumaine à prendre des mesures pour transformer la croissance économique dans un développement durable, nous montrant que nous devons porter notre attention sur l'environnement des affaires et l’infrastructure. Celles-ci sont les clés de la transformation de la croissance économique enregistrée par la Roumanie au cours des dernières années dans un développement durable. Pour aboutir à cette transformation, nous devons prendre soin de la santé, l'éducation et de l'environnement, des valeurs des entreprises et des employés, du développement de l'éthique dans l'environnement des affaires, de la recherche pour accroître la compétitivité par l'innovation, de l’administration locale qui doit encourager l'environ- nement des affaires et doit être préoccupée par l’augmentation de la qualité de la vie, mais aussi d'autres facteurs qui sont portés à notre attention par les résultats de l’Annuaire. (Source : CIT–IRECSON Centrul de Informare Tehnologică)
  6. 6. Eastrategies Page 6 NOUVEAUTES Juin 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis Incubateurs d’entreprises - régime juridique et aides financières : Un incubateur d’entreprise est une structure visant à aider le développement des jeunes entrepreneurs en leur offrant le support logistique et les ressources managériales nécessaires. Quelques dizaines d’incubateurs existent déjà en Roumanie, certains étant destinés par exemple aux entreprises du secteur IT (Cluj) ou à la production de biens/prestations de services (Timisoara). La Loi n° 102/2016, qui est entrée en vigueur depuis le 22 juin, fixe le régime juridique des incubateurs d’entre- prises et prévoit que les fondateurs de ces structures peuvent bénéficier de certaines facilités fiscales. Conformément à cette Loi , l’incubateur d’entreprise est une structure visant à aider les entrepreneurs, celle-ci s’organisant sous la forme d'une infrastructure dans un espace adéquat où sont localisés les résidents de l’incu- bateur, tout en leur offrant des facilités communes et le support managérial nécessaire afin de stimuler leur po- tentiel de développement et leur viabilité. Selon la Loi, le statut de résident peut être obtenu par toute PME rou- maine et/ou étrangère nouvellement créée qui réalise une activité économique au sein de l’incubateur, ce statut s'obtenant pour un période maximale de 3 ans. Pour obtenir le statut de résident de l’incubateur, les entreprises doivent remplir les conditions suivantes : - être des personnes morales ayant 3 années d’ancienneté au maximum ; - être des PME autonomes (conformément à la Loi n° 346/2004) ; - réaliser des activités incluses dans le domaine spécifique de l’incubateur (ex : incubateur technologique, agro- incubateur – visant les sociétés agricoles, incubateur mixte) ; - ne pas être en situation de dissolution, réorganisation judiciaire, liquidation, procédure collective, faillite ou suspension temporaire de l’activité ; - ne pas se trouver dans la catégorie des entreprises en difficulté. Le résident peut utiliser l’infrastructure de l’incubateur et bénéficier de ses services, ainsi que des allocations fi- nancières obtenues par l’administrateur de l’incubateur. En revanche, il doit payer le montant prévu dans le contrat d’incubation (conclu entre le résident et l’administrateur de l’incubateur et qui régit les droits et obliga- tions des parties). De plus, il doit créer au moins un nouveau poste de travail dans un délai de 6 mois comme sui- te à son admission dans l’incubateur, celui-ci devant être maintenu tant qu’il est résident de l’incubateur. Le rési- dent doit respecter le Règlement d’organisation de l’incubateur et d’utiliser l’infrastructure comme un bon pro- priétaire. Peut fonder un incubateur d’entreprise, entre autres, toute personne morale, autorité de l’administration publi- que locale, institution ou consortium d’institutions d’enseignement supérieur accréditées, les centres de recher- che ou les chambres de commerce. Le fondateur d’un incubateur d’entreprises peut bénéficier des facilités suivantes : - exemption du paiement de l’impôt sur le terrain afférent à l’infrastructure de l’incubateur ; - exemption du paiement de l’impôt sur les bâtiments faisant partie de l’infrastructure de l’incubateur ; - exemption du paiement de toute taxe due au budget local pour la délivrance des certificats d’urbanisme, per- mis de construire pour les terrains et bâtiments de l’incubateur. (Source : Lepetitjournal.com/Bucarest, Cabinet Gruia Dufaut) Bulletin financier
  7. 7. Eastrategies Page 7 Actualité macro-économique en Moldavie Population : 3,551 millions d’habitants Population active en 2015 : 1,265 million de personnes Croissance en 2014 : + 4,6 % PIB en 2015 : 6.188 milliards USD PIB par habitant en 2015 : 4.177 USD PIB par secteur en 2013 : agriculture - 12,2%, industrie -13,8%, services - 58,9% IDE en 2012 : 3.224 milliards dollars Salaire moyen brut mensuel en juin 2016 : 231 EUR (5.050 MDL) Salaire minimum brut garanti : 96 EUR (2.100 MDL) Taux d'inflation en 2015 : 9,7% Taux de chômage en 2015 : 4,9 % Cours EUR/MDL au 30.06.2016 : 1 EUR = 22,0325 MDL Principaux investisseurs : UE et CEI (dont Allemagne, Espagne, France, Italie, Pays Bas, Roumanie, Russie et Ukraine) NOUVEAUTES Juin 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis
  8. 8. Eastrategies Page 8 NOUVEAUTES Juin 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis Activité : La production agricole a augmenté de 4% en g.a. au T1 2016. Le secteur agricole représente près d’un sixième du PIB moldave et emploie le quart de la population active. Salaires : Les salaires réels ont diminué de 0,5% en g.a. en février 2016, contre une baisse de 3,4% en janvier 2016. Inflation : L’inflation s’est élevée à 9,4% en g.a. en mars 2016, contre 10,3% en février 2016. Politique commerciale : Le gouvernement a instauré des taxes à l’importation temporaires de 10-15% sur la vian- de, les produits laitiers et le ciment en provenance de l’Ukraine. Ces mesures prennent effet immédiatement et doivent rester en vigueur jusqu’à la fin de l’année. Budget : Au T1, les revenus du budget national 2016 ont baissé de 25% à 9,9 Mds MDL. L’excédent du budget a été de 90,5 M MDL contre 343,3 M MDL sur la même période de l’année précédente. (Source : tresor.economie.gouv.fr) De nouveaux investissements de 10 millions d’euros pourraient être injectés dans l’économie de la République de Moldavie : L’entreprise Autrichienne, Gebauer&Griller a l’intention d’ouvrir une nouvelle usine de production de câbles électriques dans la Zone Economique Libre “Bălți”. Selon le directeur exécutif de l’entreprise Ge- bauer&Griller, Eva Schinkinger, la valeur des investissements atteindra 10 millions d’euros. De la même manière, dès la première étape du développement, l’entreprise créera 400 emplois. Plus tard, ce nombre pourrait croître et atteindre jusqu’à 1 000 postes disponibles. Le Premier Ministre de la République de Moldavie, Pavel Filip a salué l’intention de l’entreprise autrichienne, d’étendre ses investissements en République de Moldavie, appréciant grandement le rôle du milieu des affaires dans le développement du pays. “Les investissements représentent un des trois pylônes de base du développement économique dans le pays, placés au même rang que la suprématie de la loi et les mesures anti-corruption”, a souligné le Premier Ministre Moldave. Les interlocuteurs ont discutés de beaucoup d’aspects du développement économique de la République de Moldavie, plus particulièrement ceux qui concernent les mesures entreprises par le Gouvernement en vue d’améliorer le climat d’investissement. Dans ce contexte, le Premier Ministre s’est référé à la réforme des organismes de contrôle et les efforts d’optimisation du cadre normatif par la réduction du nombre d’autorisations décernées pour le développement des affaires en Moldavie. L’entreprise Gebauer&Griller est en activité en République de Moldavie depuis 2013, étant l’un des plus importants producteurs de câbles et de câblages pour l’industrie de l’automobile sur le marché international. À l’heure actuelle, l’entreprise compte plus de 3 200 employés et son chiffre d’affaires annuel dépasse les 425 mil- lions d’euros. (Source : agora.md) La compétitivité dans le secteur de l’agriculture en Moldavie : Les secteurs de l’agriculture et de l’agro- alimentaire sont un des principaux moteurs de la compétitivité à l’export et aux échanges internationaux en Répu- blique de Moldavie. Les fruits, les légumes ainsi que les fruits à coque représentaient 33 pour-cent des exports de la Moldavie entre 2011 et 2013. La Moldavie est le deuxième exportateur de noix dans l’UE après les Etats-Unis. Actualité politico-économique en Moldavie
  9. 9. Eastrategies Page 9 NOUVEAUTES Juin 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis M. Marc Pascal HUOT sera présent et disponible pour des rendez-vous. Coordonnées de contact : +40.747.01.36.50 (Ro) ; +33.6.43.51.3008 (Fr) ; marc.huot@eastrategies.fr * BIFE-SIM (14-18.09.2016) : www.bife-sim.ro Salon international de mobilier, produits en bois, accessoires, décorations intérieures, machines et équipements pour l’exploitation forestière et la transformation du bois Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo PACK EXPO (27-30.09.2016) : www.pack-expo.ro Salon balkanique pour l'industrie de l'emballage Lieu et organisateur : Bucarest, Romexpo Evénements Les exports ont augmentés de manière significative, passant de 90 millions de dollars (81M €) en 2000-02 à pres- que 460 millions de dollars (415M €) en moyenne en 2011-13. L’amélioration de la compétitivité de la Moldavie, en matière d’agriculture, est un élément clef afin de faciliter l’accès aux produits agro-alimentaires Moldaves sur le marché de l’Union Européenne et de capitaliser sur les bénéfices potentiels qui découlent de l’Accord d’Asso- ciation, incluant la Zone de Libre-Echange Approfondi et Complet (DCFTA). Afin que des exports importants vers l’Union Européenne deviennent une réalité, Les fermiers ainsi qui les entreprises exportatrice, devront adhérer aux standards élevés de qualités et de traçabilité qui sont exigés sur ces marchés. Il faut augmenter la qualité des emballages et dans certains cas, ajuster les spécifications d’évaluation. Atteindre ce résultat requiert des actions afin d’améliorer les pratiques durant le les phases de croissance et de récolte; améliorer prise en main post- récolte et les infrastructures; ainsi que l’amélioration des flux d’information sur le marché et les exigences adres- sées aux producteurs. De façon à améliorer la compétitivité du marché de l’agriculture en Moldavie, le pays doit améliorer son processus de production, en utilisant par exemple des fertilisants ainsi que des pesticides à bon escient. Deuxièmement, la qualité de production doit être améliorée, lors des étapes de récoltes ainsi que celles de post-récoltes. Dernièrement, il est nécessaire d’améliorer l’habilité des producteurs à pouvoir concurrencer les producteurs étrangers, principalement par la compréhension des exigences du marché Européen. (Source : worldbank.org)
  10. 10. Eastrategies Page 10 NOUVEAUTES Juin 2016 Correspondant Bretagne Commerce International, Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et BNP Paribas Fortis Usine à vendre en Roumanie, près de Brasov, libre pour activité industrielle, logistique, commerciale. • Ex-usine d’emballages située dans le comté de Covasna (à 30 Kms. de Brasov) • Terrain de 41.100 m², sortie à RN12 • Bâtiment neuf, en panneaux, modern, 2008 • Surface construite 6.000 m² • Surface aménagée 17.000 m² (parking, plateformes logistiques) • Terrain disponible pour extension 24.100 m² • Emplacement visible, sur la route nationale • Bon état, en conservation depuis Mars 2014 • Utilités industrielles (deux postes trafo de 1600 et 1000 KVA, deux groups refroidissement, compresseurs etc.). • Trois ateliers de production, entrepôt de stockage, atelier maintenance, plateforme de chargement camions • Réfectoires, vestiaires, sanitaires pour 150-200 salaries • Bureaux open space et compartimentés sur 540 m² • System de surveillance vidéo et détection mouvements périmétraux • Control accès et post de garde • Propriété libre de dettes, Registre Foncier • Impôts locaux 15.000 euro/an (terrain + construction) • Espace propre, aucune pollution • Bureaux meublés • Prix de vente : 2.000.000 euro + TVA (négociable) A vendre
  11. 11. Avec nous vers la réussite à l’international ! Conseil en affaires, appui aux entreprises – prospection du marché, implantation, délocalisation, sous- traitance, recherche partenaires, exportations … en Roumanie, Moldavie et Bulgarie La société Eastrategies, relais pour la FIM, Bretagne Commerce International et BNP Paribas Fortis, est présente sur le marché roumain depuis 20 ans et son activité consiste à proposer aux entreprises roumaines et étrangères des services de conseil de la plus haute qualité. Cabinet de Conseil faisant parti d'un groupe de sociétés dont le dirigeant français est industriel en Roumanie, Moldavie, Bulgarie et République tchèque, nous mettons à votre disposition une suite de services qui comprend : · Conseil en développement à l’international · Etudes marketing, prospection du marché · Recrutement · Assistance implantation, délocalisation · Recherche de partenaires export/import, joint-venture · Recherches de sites de production · Recherche de sous traitants · Assistance Juridique · Assistance personnalisée aux PME · Recherche de synergie entre PME et grands groupes Marc Pascal HUOT Fondateur de Eastrategies, Directeur Général – Associé 17, rue C.A Rosetti Secteur 2, Bucarest Roumanie PO BOX 22 - 103 Téléphone : +4021527016 Télécopie: +40215270310 Email : office@eastrategies.ro Site web : www.eastrategies.ro

×