SlideShare une entreprise Scribd logo

Vers le bâtiment à énergie positive

Ce cours de perfectionnement professionnel sur les bâtiments écoénergétiques discute de leur rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique, de leurs certifications et de leur justification financière en faisant référence à plusieurs études de cas. Visitez notre site Web pour vous inscrire à ce cours: www.ipolytek.com

1  sur  50
Cours no.1 de 3 :
Les bâtiments écoénergétiques
et leurs rôles dans la lutte contre le réchauffement climatique
BÂTIMENT À ÉNERGIE POSITIVE
VERS LE
Cours de développement professionnel en ingénierie
Formation iPolytek | 2018 | www.ipolytek.com | support@ipolytek.com
Durée : 2 heures
par : Marianne Salama, ing., MBA
2 Title of the book
18
Introduction
Le bâtiment, l’énergie et l’environnement
Les GES et le changement climatique
La pertinence des bâtiments écoénergétiques dans la lutte contre les
changements climatiques au Québec
Le plan d’action du Gouvernement du Canada
Les systèmes de notation des bâtiments écoénergétiques
La rentabilité d’une maison écoénergétique au Québec
La rentabilité d’un bâtiment commercial écoénergétique
Conclusion - Les bâtiments écoénergétiques en bref
Page Couverture: Ville Solaire, Fribourg, Allemagne
SOURCE: Andrewglaser
Table des matières
3
11
15
2
20
31
35
38
Introduction
2
ous y vivons, nous y travaillons, nous y jouons. Les bâtiments sont la toile de fond de nos vies. Mais
peu d’entre nous réalisent l’impact qu’ils ont sur le climat, et en conséquence, sur notre propre
existence. Les bâtiments bouffent près d’un tiers de l’énergie secondaire mondiale et émettent
environ un tiers des émissions totales de gaz à effet de serre (GES) (IEA 2013). Que pouvons-nous
En Europe, les bâtiments hyper-efficaces, tels que les bâtiments à consommation énergétique nette zéro (NZ) et les
bâtiments à énergie positive (BÉPOS), deviennent rapidement la norme. Les bâtiments NZ produisent autant
d’énergie qu’ils en consomment à partir de ressources renouvelables et les BÉPOS produisent un surplus d’énergie
qu’ils exportent vers les réseaux électriques auxquels ils sont reliés. Grâce à leur conception bien pensée, ces
bâtiments consomment moins d’énergie et ont une empreinte carbone plus petite que les bâtiments
conventionnels. De plus, en produisant de l’énergie propre, ils aident à former un réseau électrique décentralisé
basé sur des ressources renouvelables.
Dans ce premier cours d’une série de trois, nous répondrons aux questions suivantes :
1. Quels sont les impacts environnementaux des bâtiments à l’échelle mondiale, au Canada et dans la province du
Québec?
2. Quelle est la pertinence environnementale des bâtiments écoénergétiques au Québec, étant donné que plus
de 95 % de l’approvisionnement électrique de la province provient des ressources renouvelables?
3. Quel est le plan d’action du Gouvernement du Canada concernant les émissions de gaz à effet de serre?
Comment le secteur du bâtiment est-il impliqué dans ce plan?
4. Quels systèmes de notation de bâtiments écoénergétiques existent au Canada?
5. Est-ce qu’une maison écoénergétique est rentable au Canada étant donné les prix d’électricité relativement
faibles?
6. Comment déterminer la rentabilité d’un bâtiment écoénergétique commercial?
faire pour améliorer la situation?
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
Le bâtiment, l’énergie et l’environnement
Nous façonnons nos bâtiments; ce sont eux qui nous façonnent ensuite.
-Winston Churchill,
Premier ministre du Royaume-Uni, 1940-1945
Quand Winston Churchill prononça ces mots en octobre 1943, il plaidait pour que la Chambre des communes du
Royaume-Uni soit reconstruite dans sa forme rectangulaire traditionnelle après avoir été détruite dans le Blitz de
Londres. Il ne pouvait pas imaginer à quel point ses mots sonneraient vrai aujourd’hui.
3
Les bâtiments ont des incidences importantes sur l’environnement. Ils consomment près d’un tiers de l’énergie
secondaire de la planète, et, en conséquence, sont des sources d’émissions de gaz à effet (GES) de serre
considérables (Figures 1 à 3).
SOURCE: Compilation d’après IEA 2013
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
4
En 2010, le secteur du bâtiment représentait 10 % des émissions directes de GES à l’échelle mondiale (Figure 3). Les
émissions directes proviennent de la production d’énergie sur place à partir de combustibles fossiles. Les émissions
indirectes, soient les émissions produites par de la consommation d’électricité dans les bâtiments pour fin du
chauffage, de la climatisation et de l’éclairage, ne figurent pas dans les pourcentages montrés dans la Figure 3.
Lorsque les émissions indirectes sont prises en considération, la contribution des bâtiments aux émissions
mondiales des GES s’élève à 33 % (IEA 2013).
SOURCE: Ritchie, H. et Roser, M. Traduction par iPolytek.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
5
Définitions :
Énergie (industries de l’énergie, de la fabrication et de la construction et émissions fugitives) : les émissions
comprennent la production publique de chaleur et d’électricité; autres industries de l’énergie; émissions fugitives
provenant des combustibles solides, du pétrole et de l’essence, des industries manufacturières et de la
construction.
Transport: aviation domestique, transport routier, transport ferroviaire, navigation intérieure, autres moyens de
transport.
Industrie (procédés industriels et utilisation des produits) : production de minéraux, de produits chimiques, de
métaux, de pâtes/papier/aliments/boissons, d’halocarbures, de réfrigération et de climatisation; aérosols et
solvants; fabrication de semi-conducteurs/électronique; équipement électrique.
Déchets : élimination des déchets solides; la manipulation des eaux usées; incinération des déchets; autre
manutention des déchets.
Agriculture : émissions de méthane et d’oxyde nitreux provenant de la fermentation entérique; gestion du fumier;
la culture du riz; engrais synthétiques; fumier appliqué aux sols; le fumier laissé dans les pâturages; les résidus de
récolte; l’incinération des résidus de récolte, savane et culture de sols organiques.
Utilisation des terres : émissions provenant de la conversion nette de la forêt; terres cultivées; l’incinération des
terres et biomasses pour l’agriculture ou d’autres utilisations.
Autres sources : feux causer par des combustibles fossiles; les émissions indirectes d’oxyde nitreux provenant des
NOx non agricoles et de l’ammoniac; autres sources anthropiques.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
6
Au Canada, 27 % de l’énergie secondaire totale du pays en 2013 a été utilisée dans les bâtiments résidentiels,
commerciaux et institutionnels. Vingt-trois pour cent (23 %) des émissions nationales de gaz à effet de serre (GES)
provenaient des bâtiments. (Figure 4)
Le secteur résidentiel a consommé 17 % de l’énergie secondaire du Canada et a produit 14 % des émissions de GES
en 2013. La grande majorité de la consommation énergétique, à savoir 82 %, des bâtiments résidentiels était
attribuable au chauffage des pièces (63 %) et au chauffage de l’eau (19 %). Les appareils ménagers représentaient
12 % de l’énergie utilisée dans les ménages canadiens. Le gaz naturel et l’électricité ont fourni 82,5 % de l’énergie
consommée par ce secteur. (Figure 5)
SOURCE: Figures 4 et 5, Compilation d’après RNCan 2016
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
7
On trouve le même phénomène dans le secteur commercial et institutionnel où le chauffage des locaux (55 %) et le
chauffage de l’eau (8 %) ont consommé 63 % de l’énergie utilisé dans les bâtiments en 2013. Le gaz naturel et
l’électricité étaient les principales sources d’énergie utilisées dans le secteur, fournissant respectivement 54 % et
39 % de la consommation d’énergie totale (Figure 6). L’électricité était la principale source d’énergie pour
l’éclairage et la climatisation ainsi que pour les équipements et les moteurs auxiliaires, alors que le gaz naturel et les
autres combustibles servaient principalement au chauffage des locaux et de l’eau. Le gaz naturel et le propane
étaient également utilisés, dans une plus petite proportion, pour alimenter l’équipement auxiliaire, tels que les
fours (propane) et les systèmes de climatisation (gaz naturel).
SOURCE: Compilation d’après RNCan 2016
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
8
SOURCE: Compilation d’après HEC 2015
SOURCE: Compilation d’après HEC 2015
Au Québec, le secteur du bâtiment représentait
30 % de la consommation totale d’énergie de la
province en 2013. Le secteur résidentiel comptait
pour 19 % de cette consommation et le secteur
commercial et institutionnel pour 11 %. (Figure 7)
La répartition de la consommation d’énergie des
ménages québécois est similaire à celle retrouvée à
l’échelle nationale. Le chauffage des locaux et le
chauffage de l’eau ont les plus grandes demandes
énergétiques, soient, 63 % et 15 % respectivement.
(Figure 8)
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
9
En 2013, 46 % de l’énergie utilisée dans le secteur commercial et institutionnel québécois était attribuable au
chauffage et à la climatisation des locaux ainsi qu’au chauffage de l’eau. L’éclairage était aussi une utilisation
importante, représentant 17 % de la consommation énergétique de ce secteur. Selon les données de 2012, ce
secteur consommait principalement de l’électricité (63 %) et du gaz naturel (32 %) surtout pour le chauffage des
bâtiments. (Figure 9)
SOURCE: Compilation d’après HEC 2015
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
10
SOURCE: Compilation d’après MDDELCC 2016
En termes environnementaux, la
consommation de l’énergie par le secteur du
bâtiment au Québec en 2013 a fait en sorte
que les bâtiments résidentiels, commerciaux
et institutionnels étaient responsable pour
9,5 % des émissions de GES de la province.
(Figure 10)
À partir de ces statistiques, nous pouvons
conclure que les bâtiments écoénergétiques
sont non seulement plus économiques à
opérer comparativement aux bâtiments
classiques, mais constituent une nécessité
environnementale à l’échelle provinciale,
nationale et mondiale. Les incidences sur
l’environnement des concentrations
croissantes des gaz à effet de serre au Canada
sont abordées dans la section suivante.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
LesGESetlechangementclimatique
L’Accord de Paris, qui a été élaboré en décembre 2015 par des délégués de
196 pays, appelle à freiner l’augmentation de la température moyenne de la
Terre à «bien en dessous de 2 o C des niveaux préindustriels».
11
On peut déjà observer les effets du changement climatique sur l’environnement à travers le monde : la diminution de
la couverture de neige, de glaces de mer et de glaciers, une élévation du niveau de la mer, une augmentation des
inondations côtières, et des vagues de chaleur plus longues et plus intenses. Une grande partie du réchauffement est
causée par les émissions cumulatives de CO2 qui sont actuellement à 65 % (ECCC 2015) de la limite de carbone
permise. Cette limite, aussi appelée le budget de carbone, est la quantité estimée de dioxyde de carbone que le monde
peut émettre dans l’atmosphère tout en ayant une chance probable d’atteindre l’objectif de l’Accord de Paris. La
communauté scientifique internationale a fixé cette limite à 1000 milliards de tonnes de carbone. Au rythme actuel, le
budget de carbone sera dépassé d’ici 2045. Pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, il est essentiel que les
émissions mondiales annuelles atteignent leurs sommets d’ici 2020 et diminuent rapidement par la suite en sorte que
les émissions de GES en 2040 soient 50 % de celles de l’année 2020. (WRI 2017)
SOURCE: Pialot, D.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
12
La Figure 12 montre la contribution de différents gaz aux émissions totales de gaz à effet de serre. Ceux-ci
sont mesurés en fonction de leurs valeurs équivalentes en dioxyde de carbone. Dans l’ensemble, nous
constatons que le dioxyde de carbone représente environ les trois quarts des émissions totales de gaz à
effet de serre. Cependant, le méthane (CH4) et l’oxyde nitreux (N2O) sont également des sources
importantes, représentant respectivement 17 % et 7 % des émissions.
SOURCE: Ritchie, H. et Roser, M.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
13
L’effet de serre est un phénomène naturel qui permet le réglage de la température de la Terre. Les rayons du soleil
pénètrent l’atmosphère et réchauffent la surface de notre planète. Comme tout corps chaud, la Terre rayonne sa
chaleur vers l’espace. Une partie de cette chaleur est capté par les GES et les nuages. En absorbant ces
rayonnements, les GES emprisonnent l’énergie thermique près de la surface du globe où elle réchauffe
l’atmosphère basse. Sans cet effet de serre de l’atmosphère, la température moyenne à la surface de la Terre serait
inférieure à -15oC au lieu des +15oC que nous connaissons. (NASA 2017a)
Par contre, les humains augmentent artificiellement la concentration de GES dans l’atmosphère à un rythme de plus
en plus rapide, principalement par l’utilisation massive de combustibles fossiles et par la déforestation. Depuis le
début de la révolution industrielle (en environ 1750) jusqu’en 2009 les niveaux de dioxyde de carbone ont
augmenté de près de 38 % et les concentrations de méthane ont augmenté de 148 %. La température moyenne de
la surface de la Terre a augmenté de 0,6 à 0,9 oC entre 1906 et 2005. Au cours des 50 dernières années, le taux
d’augmentation de la température a presque doublé. (NASA 2017b)
L’effet de serre
SOURCE: Ritchie, H. et Roser, M.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
14
La vitesse de réchauffement climatique au Canada est environ deux fois plus rapide que celle à l’échelle mondiale, en
conséquence, une augmentation de la température moyenne de la Terre de 2 oC signifierait une augmentation
d’environ 3 oC à 4 oC au Canada (ECCC 2015). Au Québec, la croissance des concentrations des GES dans l’atmosphère
pourrait se traduire, d’ici 2050, par une hausse des températures pouvant atteindre 5 oC au sud et 9 oC au nord,
principalement en hiver. Des précipitations plus abondantes et des pluies diluviennes pourraient notamment être à
l’origine d’inondations et de problèmes d’érosion. (MDDELCC 2017)
Depuis 1948, les températures augmentent dans l’ensemble du pays. En 2012, la
température moyenne dans le nord du Canada était de 3oC supérieurs à celle
mesurée en 1948. Dans le reste du Canada, elle a augmenté de 1oC et plus selon la
région.
Le changement climatique au Canada
SOURCE: (ECCC 2015)
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
Lapertinencedesbâtiments
écoénergétiquesdanslaluttecontreles
changementsclimatiques auQuébec
15
Le Québec est dans une situation particulière puisque pratiquement toute l’électricité de la province,
à savoir >95 %, est produite à partir de sources renouvelables.
SOURCE: ONÉ 2017
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
De plus, la majorité des ménages québécois comptent sur
l’électricité pour se chauffer (Figure 16). Compte tenu de ces faits, il
est raisonnable de remettre en question le rôle des bâtiments
écoénergétiques dans la lutte contre le réchauffement climatique au
Québec. Greenpeace, dans leur rapport intitulé «Le potentiel des
énergies solaires au Québec», explique les bénéfices potentiels pour
la province :
« L’incorporation du solaire thermique ou passif aux
nouvelles constructions permettrait de réduire les pics de la
demande d’électricité durant les journées les plus froides de
l’hiver. Ceci réduirait donc l’importation d’électricité dont une
partie provient du charbon ou du nucléaire, et aussi d’économiser
des investissements de plus en plus coûteux dans des barrages
hydroélectriques supplémentaires. Une solution permettant
également de réduire encore, voire d’éliminer totalement le
chauffage des bâtiments aux énergies fossiles. Une partie de
l’électricité ainsi économisée dans le chauffage des bâtiments
pourrait alors être utilisée, par exemple, pour l’électrification des
transports, une des autres grandes priorités dans la réduction de
nos émissions de gaz à effet de serre (GES) tout en diminuant
notre dépendance aux énergies fossiles. » (page 6)
16
Le potentiel des énergies solaires
au Québec, publié par Greenpeace
AUTEURS
Diane Bastien, candidate au doctorat de
génie du bâtiment, civil et
environnemental à l’Université Concordia
Andreas Athienitis, Ph.D., Eng., FCAE,
professeur à l’Université Concordia,
titulaire de la chaire de recherche sur
l’énergie solaire
Est-ce que l’efficacité énergétique des bâtiments au Québec pourrait accélérer l’électrification du transport?
Pour répondre à cette question, nous devons d’abord prendre en considération la demande en électricité des modes
de transport électrique. Prenons les voitures, par exemple. Selon le site web d’Hydro-Québec, un million de voitures
électriques auraient une demande d’électricité équivalente à environ 2 % de la consommation au Québec en 2015
(Hydro-Québec 2017), soit 4 TWh. Ces voitures éviteraient la production de 3,4 millions de tonnes de gaz à effet de
serre (GES) par année.
SOURCE: Compilation d’après Couture
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
On se demande, alors, si les bâtiments
écoénergétiques pourraient fournir
cette demande d’énergie de 4 TWh.
La réponses est « oui ». Selon le site
web d’Écohabitation, 30 TWh
pourraient être économisés au
Québec si les propriétaires des
maisons unifamiliales à travers la
province entreprenaient les travaux
illustrés dans la Figure 17 (Duchaine).
Cette énergie serait amplement
suffisante pour alimenter les 5,1
millions de voitures immatriculées au
Québec si toutes celles-ci étaient
remplacées par des voitures
électriques.
17
On peut conclure que même dans la province de Québec où l’électricité provient presque entièrement de
ressources renouvelables, les bâtiments écoénergétiques pourraient jouer un rôle important dans la
lutte contre les changements climatiques en libérant de l’électricité qui pourrait alors être utilisée pour
l’électrification des transports.
Les cibles visées par le Plan d’action du gouvernement du
Québec en électrification des transports, 2015 à 2020
1. Atteindre un nombre de 100 000 véhicules électriques et
hybrides rechargeables immatriculés au Québec.
2. Réduire de 150 000 tonnes les émissions annuelles de GES
produites par les transports.
3. Réduire de 66 millions le nombre de litres de carburant
consommés annuellement au Québec.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
Lepland’actionduGouvernement du
Canada
18
Le Canada est l’un des principaux producteurs et exportateurs d’énergie, ce qui entraîne des émissions de GES
considérables. À l’échelle mondiale, le Canada est parmi les 10 principaux émetteurs de gaz à effet de serre,
produisant 1,6 % des émissions. Encore plus alarmant, le Canada a un des taux d’émission de GES par habitant les plus
élevés dans le monde (Figure 13)!
Dans le but de réduire ses émissions de GES, le Canada a adopté le Cadre pancanadien le 9 décembre 2016. Les
mesures décrites dans ce plan ont pour but de permettre au Canada de réduire l’ensemble des émissions de GES liées
à son économie à 30 % en deçà des niveaux de 2005. La Figure 18 montre que le total des émissions de GES au Canada
devrait s’établir à 742 mégatonnes en 2030 selon les projections de décembre 2016 si aucune mesure n’est
implémentée. La cible du Canada est de réduire ces émissions à 523 mégatonnes.
SOURCE: GCan 2016
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
Le rôle du secteur du bâtiment Le bâtiment à consommation énergétique
nette zéro
19
La maison nette zéro Riverdale.
La bibliothèque de la Ville de Varennes, Québec
Le premier bâtiment institutionnel à énergie nette zéro
au Canada.
Consommation énergétique : 53 kWh/m²/année
Le Cadre pancanadien comprend les éléments
suivants :
1. Adopter, dès 2020, des codes de construction de
plus en plus stricts afin d’augmenter l’efficacité
énergétique des nouveaux bâtiments.
2. Adopter dès 2030 un code de construction «prêt à
la consommation énergétique nette zéro».
3. Moderniser les bâtiments existants en élaborant
un code exemplaire d’ici 2022 et exiger dès 2019
l’étiquetage de la consommation énergétique des
bâtiments.
4. Augmenter le rendement énergétique des
appareils ménagers et des équipements de
chauffage par l’établissement de nouvelles
normes plus exigeantes.
SOURCE: Google Maps
Un bâtiment «à consommation énergétique nette zéro»
(NZ) combine de faibles besoins d’énergie à des moyens
de production d’énergie sur place. Sa production
énergétique sur une base d’une année équilibre sa
consommation, son bilan énergétique net annuel est
donc nul.
Les coûts de construction des bâtiments à
consommation énergétique nette zéro ont diminué de
40 % depuis une décennie, et ils continuent de chuter.
Les maisons NZ sont aussi
bénéfiques pour l’environnement que pour les
portefeuilles de leurs propriétaires. Les frais
d’exploitation d’une maison à consommation
énergétique nette zéro sont de 30 % à 55 % inférieurs à
ceux d’une maison ordinaire, selon la région, le type de
source d’énergie et le comportement des occupants.
Par exemple, par un froid de -32oC la maison nette zéro
Riverdale (un duplex jumelé à Edmonton, en Alberta) ne
nécessite que 6 500 W pour le chauffage – l’équivalent
de quatre grille-pains. (GCan 2016)
SOURCE: Rodier, D. Google Maps.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
Lessystèmesdenotation desbâtiments
écoénergétiques
20
Les systèmes de notation des bâtiments écoénergétiques continuent d’être développés et adoptés au Canada et à
l’étranger. En général, ces normes appartiennent à une ou plusieurs des catégories suivantes :
1. Prescriptif : Les systèmes prescriptifs définissent les méthodes de réalisation. Les matériaux et les équipements
doivent répondre à certains niveaux de rigueur, qui sont quantifiés dans des tableaux.
2. Performance : Les standards basés sur les performances sont conçus pour obtenir des résultats particuliers, plutôt
que de répondre aux exigences prescrites pour les composants individuels du bâtiment. Ils visent à permettre aux
concepteurs de choisir les moyens pour atteindre une efficacité énergétique.
3. Résultats : Les standards axés sur les résultats établissent un niveau d’utilisation énergétique cible et prévoient des
méthodes d’évaluation de la consommation d’énergie du bâtiment achevé afin d’assurer qu’il fonctionne à un niveau
prédéfini.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
21
* Bâtiment à énergie positive (BÉPOS) : Ce bâtiment producteur d’énergie dépasse le niveau «zéro énergie» : il
produit globalement plus d’énergie qu’il n’en consomme. Ces bâtiments sont raccordés à un réseau de
distribution d’électricité vers lequel ils peuvent exporter le surplus de leur production d’électricité. Un
bâtiment BÉPOS peut être certifié par le International Living Future Institute à travers leur programme intitulé
Living Building Challenge ou obtenir une certification LEED.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
22
LEED
LEED (Leadership in Energy and Environmental
Design) est un système nord-américain de
standardisation de bâtiment de haute qualité
environnementale créé par le US Green Building
Council en 1998. Le système a été adapté au
marché canadien par le Conseil du bâtiment
durable du Canada (CBDCa). Un bâtiment peut
atteindre quatre niveaux : certifié, argent, or ou
platine.
Les critères d’évaluation incluent : l’efficacité
énergétique, l’efficacité de la consommation
d’eau, l’efficacité du chauffage, et l’utilisation et la
réutilisation de matériaux de provenance locale.
BoMA BESt
BoMA BESt (Building Owners and Managers
Association Building Environmental Standards) est
le programme de notation des immeubles
commerciaux et institutionnels de l’Association
des propriétaires et des administrateurs
d’immeubles du Canada. La certification BOMA
BESt est octroyée aux établissements faisant
preuve d’une performance élevée en gestion
énergétique et environnementale.
Energy Star
Energy Star est un programme établi en 1992 par
l’EPA (Environmental Protection Agency) afin de
promouvoir l’efficacité énergétique et réduire les
émissions de GES aux États-Unis. Le programme
est également reconnu au Canada, en Australie et
dans l’Union européenne. La certification Energy
Star prend plusieurs formes, la plus reconnue
étant celle d’une étiquette apposée sur des
appareils électroménagers et électroniques qui
respectent certaines normes environnementales.
La certification Energy Star peut aussi être
décernée à des bâtiments industriels, des bureaux
et des maisons particulières. Un total de 32 686
bâtiments aux États-Unis sont actuellement
certifiés Energy Star, ce qui représente une
surface de plancher total 441 004 710 mètres
carrés (4 746 935 191 pieds carrés). (Energy Star)
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
23
EnerGuide
ÉnerGuide est un programme d’étiquetage et de
cote de rendement énergétique conçu par le
gouvernement fédéral canadien. Ce standard
s’applique à des biens de consommation clés tels
que les maisons, les véhicules légers et certains
produits. Dans le cadre de la certification d’une
maison, la consommation d’énergie annuelle est
estimée et affichée sur une étiquette sur laquelle
on retrouve aussi une cote énergétique. La cote
EnerGuide varie de 0 à 100. Plus que la cote est
élevée plus que la maison est efficace sur le plan
énergétique. Une cote de 100 indique que la
maison est auto suffisante et ne nécessite aucune
entrée nette extérieure d’énergie.
SOURCE: Compilation d’après RNCan 2017b
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
24
R2000 2012
R-2000 est une norme nationale volontaire
comprenant des mesures d’efficacité énergétique,
d’amélioration de la qualité d’air intérieur et de
protection de l’environnement lors des stades de
la construction et de l’exploitation d’une maison.
NovoClimat 2.0
Le programme NovoClimat 2.0, développé par
l’Agence de l’efficacité énergétique du Québec,
spécifie des normes de construction supérieures
au code dans les catégories suivantes : le niveau
d’isolation, l’enveloppe et l’étanchéité, les portes
et fenêtres, la qualité de l’air intérieur, les
systèmes de chauffage, le chauffage de l’eau, les
appareils à combustible, l’usage de l’eau,
l’éclairage et autres charges, et la ventilation. Les
habitations homologuées Novoclimat 2.0
permettent de réaliser des économies estimées de
20 % sur les coûts d’énergie par rapport aux
Le AGC Glass Building en Belgique, un bâtiment à
consommation énergétique quasi nulle.
Certifié BREEAM «Excellent».
SOURCE: Simon Schmitt
maisons construites selon le Code de construction
du Québec.
BREEAM
BREEAM (Building Research Establishment
Environmental Assessment Method) est le
système de notation de bâtiments
écoénergétiques le plus ancien et le plus utilisé au
monde. Développé par l’organisme britannique,
The Building Research Establishment, près de
100 000 bâtiments ont été certifié BREEAM depuis
sa création en 1990.
HQE
La haute qualité environnementale (HQE) est un
programme volontaire de certification d’origine
française datant de 2004. Cette étiquette
représente un ensemble de 14 cibles visant la
performance environnementale dans les phases
de la construction et de l’usage du bâtiment.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
Maison Passive et l’Indice Solaire Passif (ISP)
L’ISP est un programme de reconnaissance des bâtiments qui réussissent à atteindre un niveau de performance
énergétique qui dépasse largement les exigences des codes de construction régionale. Le secret se trouve
principalement dans la conception de l’enveloppe du bâtiment qui minimise les pertes de chaleur en étant aussi
étanche que possible et très bien isolé. Une stratégie supplémentaire consiste à orienter la maison en sorte que la
chaleur gratuite du soleil puisse être exploitée pour le chauffage. Le système ISP est inspiré par les exigences du
standard Passivhaus établi en Allemagne. La certification Passivhaus requiert que la consommation annuelle d’énergie
ne dépasse pas 15 kWh/m² de plancher habitable pour le chauffage, le refroidissement et la ventilation. Par contre, la
cote ISP s’étale de 0 à 50 kWh/m², 0 correspondant à la Maison Purement Passive. Une maison unifamiliale moyenne
certifiée ISP 50 kWh/m² est une amélioration énergétique de plus de 50 % par rapport aux normes de construction
actuellement en vigueur au Québec. Il est à noter que la cote ISP 0 n’est pas équivalente à une Maison à énergie Nette
Zéro, laquelle pourrait avoir un grand besoin de chauffage pourvu qu’il soit entièrement compensé par la production
d’énergie.
25
SOURCE: Passivhaus Institut
La Maison Passive : Une innovation Canadienne!
Les origines de la conception de maisons passives remontent à plus de 40
ans, à la Saskatchewan Conservation House, construite en 1977 à Regina
par une équipe de chercheurs du Conseil national de recherches Canada
(CNRC) et du Saskatchewan Research Council. La Saskatchewan
Conservation House est dotée d’une excellente isolation thermique,
d’une enceinte hermétique et d’un des premiers systèmes de ventilation
à récupération de chaleur au monde. Testée 30 ans plus tard,
l’étanchéité à l’air n’a pas beaucoup changé et les murs ne montrent
aucun signe d’accumulation d’humidité. Les principes de conception de
maisons passives ont été codifiés et systématisés par Bo Adamson et Wolfgang Feist, qui ont fondé l’Institut de la
Maison Passive (Passivhaus Institut) en 1996 à Darmstadt, Allemagne.
La thermographie montre dans
l’infrarouge que la construction
passive (à droite) perd beaucoup
moins d’énergie (couleurs chaudes)
qu’une construction classique (au
fond).
Saskatchewan Conservation House
SOURCE: Dodge et Thompson
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
Maison Nette Zéro (MNZ) et Maison prête pour le Net Zéro (MpNZ)
Les certifications MNZ et MpNZ ont été établies le 2 mai 2017, par l’Association canadienne des constructeurs
d’habitations (Canadian Home Builders Association). La maison nette zéro a un bilan annuel de zéro consommation
d’énergie puisque l’énergie consommée est compensée par des systèmes de production d’électricité, souvent des
panneaux solaires photovoltaïques. Puisque ces maisons sont raccordées au réseau électrique, leur surplus de
production d’électricité peut être exporté à celui-ci (sous des contrats d’achat ou de facturation nette) ou bien stocké
dans des batteries pour usage antérieur. La maison prête pour le net zéro (MpNZ) est une maison énergétiquement
efficace dans laquelle des systèmes d’énergies renouvelables n’ont pas encore étaient intégré, mais qui pourraient
l’être facilement. Le programme du CHBA repose sur les principes retrouvés dans les standards R-2000 2012 (version
actuelle), EnergyStar, NovoClimat 2.0 et EnerGuide.
26
L’Énergie nette zéro : Pas juste pour les maisons!
Ce bâtiment à énergie nette zéro de 10 000 mètres carrés
inclut :
- Récupération de chaleur des eaux usées voisines
- Une installation solaire photovoltaïque qui génère assez
d’énergie pour alimenter 25 maisons par an
- Technologies intelligentes qui permettent de régler les
systèmes de chauffage et de refroidissement en
fonction du temps et de la position du soleil
- Une ventilation sur demande des ateliers
SOURCE: Okanagan College
EcoTerra est une maison à consommation énergétique
nette zéro située dans la ville d’Eastman, Québec. La
résidence de 1517 pi2 (141 m2) comprend deux étages,
et deux chambres à coucher. Sa demande d’énergie
pour le chauffage est 17 % de la moyenne des
ménages canadiens. Plusieurs technologies d’énergie
renouvelable ont été incorporées dans la conception
de la maison, notamment, l’énergie solaire passive, la
récupération de la chaleur de l’eau, le chauffageSOURCE: SCHL b
géothermique et la génération d’électricité à partir de panneaux solaires photovoltaïques.
The Trades Complex du College Okanagan à Kelowna,
Colombie britannique, Canada
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
27
Accéder à cette carte interactive sur le site :
(Si vous êtes en ligne : Cliquez avec le bouton droit de la souris, puis sélectionnez Ouvrir le lien dans un nouvel onglet,
NB: Le lien est parfois désactivé) : https://batchgeo.com/map/net-zero-energy-buildings.
Par contre, une base de données détaillant les noms, emplacements et caractéristiques de plusieurs bâtiments à
énergie nette zéro en Amérique du Nord se trouve sur le site du New Buildings Institute : (Si vous êtes en ligne :
Cliquez avec le bouton droit de la souris, puis sélectionnez Ouvrir le lien dans un nouvel onglet) :
https://newbuildings.org/resource/getting-to-zero-database/
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
Bâtiment à Énergie Positive (BÉPOS) : Un exemple canadien
Le bâtiment Evolv1, dont la construction a débuté en juin 2017, devrait être un des immeubles de bureaux les plus
écoénergétiques au Canada. Situé dans la ville de Waterloo en Ontario, le coût de ce bâtiment à énergie positive est
estimé à 35 millions $ pour une surface de plancher de 10 000 mètres carrés. Son surplus de production d’électricité,
générée par 1,5 acre de panneaux solaires placé sur le toit, pourrait être vendu au réseau électrique de la ville ou
utilisé pour alimenter les 14 bornes de charge de véhicules électriques du bâtiment.
28
SOURCE: Arnold Plesse
Le quartier Vauban dans la ville allemande de
Fribourg-en-Brisgau est la première
communauté résidentielle à énergie nette
positive dans le monde. Ses 59 maisons BÉPOS,
munies de panneaux solaires et construites
selon les normes Passivhaus, produisent toutes
plus d’énergie qu’elles n’en consomment.
Chaque maison réalise un profit en revendant
son excédent d’énergie au réseau d’électricité
de la ville.
Malgré son climat rigoureux, le Canada reçoit
suffisamment d’ensoleillement pour justifier
l’utilisation de panneaux solaires comme
source d’énergie. Dans la plupart du pays, le
potentiel de production d’électricité moyen
sur une période d’une année est plus élevé
qu’en Allemagne qui est, pourtant, un des pays
pionniers de l’énergie solaire. Les cartes à
droite montrent le nombre de kilowattheures
par année pouvant être produit par chaque
kilowatt nominal de panneau solaire installé
au Canada et en Allemagne (avec une
orientation au sud et un angle d’inclinaison
égale à la latitude).
SOURCE: SESCI
L’énergie solaire au Canada?
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
29
Accéder à cette carte interactive sur le site :
(Si vous êtes en ligne : Cliquez avec le bouton droit de la souris, puis sélectionnez Ouvrir le lien dans un nouvel onglet ):
https://www.observatoirebbc.org/bepos.
En 2017, le nombre de bâtiments certifié BÉPOS s’élevait à 437 selon le site de l’Agence de l’Environnement et la
Maîtrise de L’Énergie, France.
La France ne construira que des bâtiments neufs à
énergie positive dès 2020.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
30
(1) Données à titre d’exemple tirées du projet Écoterra, Eastman Qc, SOURCE : SCHLc
(2) Données à titre d’exemple tiré du projet Abondance Montréal : le Soleil – Montréal (Québec), SOURCE : SCHLd
(3) Plancher situé au-dessus d’un espace non chauffé ou en contact avec l’air extérieur.
(4) incluant un recouvrement des ponts thermiques
SOURCES: Compilation d’après RBQ 2012, TÉQ 2014, Passivhaus 2016, SCHLc, SCHLd
R: hr·pi²·oF/Btu, U: W/(m2K), RE: Rendement énergétique, sans unité
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
Larentabilitéd’unemaisonécoénergétique
auQuébec
31
La consommation d’énergie d’un bâtiment est grandement définie par le code selon lequel il a été construit. (Un autre
facteur critique est le comportement des occupants.) La Figure 23 donne un aperçu de la consommation d’énergie
d’une maison unifamiliale, d’environ 2000 pi2 (198 m2), construite selon divers standards.
SOURCE: Compilation d’après ONÉ 2008, Bastien, D. (2013), CHBA 2017
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
32
Il va de soi que le coût de construction d’une maison écoénergétique augmente à mesure que sa consommation
d’énergie diminue, car elle nécessite un niveau d’isolation plus élevée, des techniques de construction spécialisées,
etc. Il devient alors nécessaire de poser la question suivante : les coûts énergétiques plus faibles des maisons
écoénergétiques justifient-ils leurs coûts en capital plus élevés?
Selon l’étude d’Écohabitation intitulé Étude de faisabilité et plan de mise en œuvre d’une maison écologique misant
sur les ressources, il existe un niveau d’isolation optimale, après lequel les économies supplémentaires diminuent
progressivement, c’est-à-dire un point de rendements décroissants. Leur analyse (Tableau 3) démontre qu’une
maison d’une consommation énergétique de 49 kWh/m2/année (ISP 49) est plus rentable qu’une maison ISP 12
(12 kWh/m2/année) selon les hypothèses suivantes :
- Maison unifamiliale de 1800 m2
- Chauffage par plinthes électriques
- Coût d’électricité : $ 0.08/kWh
- Taux hypothécaire : 3,94 %
- Mise de fonds : 70 000 $
- Période d’amortissement : 25 ans
SOURCE: Compilation d’après Écohabitation
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
33
La Figure 24 reprend cette analyse avec différents taux hypothécaires et coûts d’électricité. Elle démontre que
dans la majorité des cas la maison ISP 49 est plus rentable que la maison ISP 12. Afin que la résidence ISP 12 soit
équivalente à celle d’ISP 49 le taux hypothécaire doit chuter à 2 % et le coût d’électricité doit augmenter à $ 0.22/kWh.
Par contre, afin d’être complète, l’analyse devrait prendre en considération les aides financières
gouvernementales qui sont disponibles à ceux qui prévoient construire ou acheter une maison écologique. Le site de
Ressources naturelles Canada décrit tous les programmes applicables aux projets reliés à l’efficacité énergétique à
l’échelle résidentielle, commerciale et industrielle. (Si vous êtes en ligne : Cliquez avec le bouton droit de la souris, puis
sélectionnez Ouvrir le lien dans un nouvel onglet) :
http://www.rncan.gc.ca/energie/financement/efficacite/4948
Nous concluons qu’il est toujours nécessaire de faire une analyse financière complète avant
d’entreprendre la construction d’un bâtiment écoénergétique afin d’optimiser sa conception et sa
rentabilité.
SOURCE : Auteure
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
34
Saviez-vous que…
À 0,08 $/kWh taxes comprises, les Montréalais bénéficient du tarif d’électricité résidentiel le moins cher en
Amérique du Nord. La Figure 25 montre le coût comparatif de l’électricité dans 22 grandes villes du continent.
SOURCE : Hydro-Québec (2016)
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
35
Larentabilitéd’unbâtimentcommercialécoénergétique
Les projets d’efficacité énergétique offrent des avantages financiers aux entreprises au-delà des économies sur les
coûts d’énergies. Ils produisent des avantages supplémentaires substantiels qui sont généralement ignorés :
l’amélioration de la santé des occupants, la productivité et la satisfaction des employés, le soutient d’une image de
leadership et de savoir-faire, l’accès aux crédits d’impôt, aux finances et aux subventions, l’amélioration de la
gestion des risques, la réduction des coûts d’exploitation hors énergie, et l’augmentation des taux d’occupations, de
loyers et de prix de vente d’immeuble. De tels avantages non énergétiques ne sont pas intangibles, mais créent des
opportunités commerciales quantifiables. Afin d’établir la rentabilité d’un projet écoénergétique à l’échelle
commerciale les professionnels et les gestionnaires peuvent consulter le Guide publié par le Ministère de
l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, intitulé : Comment calculer et présenter la valeur d’une
rénovation écoénergétique complète (RÉC). Voir le résumé des facteurs discutés dans ce guide ci-dessous.
Consulter aussi l’étude Canada Green Building Trends Report publiée par le Canada Green Building Council sur le
marché canadien de bâtiments écoénergétiques incluant des données sur les coûts et la rentabilité de ces
projets. (Si vous êtes en ligne : Cliquez les lien ci-dessus avec le bouton droit de la souris, puis sélectionnez
Ouvrir le lien dans un nouvel onglet ).
SOURCE: Compilation d’après Bendewald, M. Hutchinson, R. Muldavin, S. et Torbert, R
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
36
Dans les phases initiales du développement du projet, il est recommandé de sélectionner les éléments de valeur les
plus prometteurs compte tenu du type de bâtiment en question et de passer ensuite aux autres éléments, si
possible, pour une analyse plus complète.
Le Tableau 4 ci-dessous énumère les éléments prioritaires pour les trois types de propriétés les plus courants.
SOURCE: Compilation d’après Bendewald, M. Hutchinson, R. Muldavin, S. et Torbert, R
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
F
A
I
T
S
S
A
I
L
L
A
N
T
S
37
SOURCE : Ho, L. Google Maps
Le Mosaic Centre situé en Edmonton, Alberta
et le premier bâtiment commercial à énergie
nette zéro au Canada. Ce bâtiment a aussi la
prestigieuse distinction d’être le bâtiment à
énergie nette zéro le plus nordique au monde.
(Alberta Emerald Green Foundation)
SOURCE: Spencer, S. Google Maps.
Du Mosaic
Centre
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
Conclusion
Lesbâtimentsécoénergétiquesenbref
38
Au début du cours, nous avons entrepris de répondre à six questions précises. Les voici de nouveau
avec ce que nous avons trouvé.
1
2
Quel est l'impact environnemental des bâtiments à l'échelle mondiale, au Canada et dans la
province du Québec?
Selon une étude publiée par l’International Energy Agency (IEA), trente-trois pour cent (33 %)
des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’échelle mondiale proviennent des bâtiments
lorsqu’on considère les émissions directes et indirectes de ceux-ci. Au Canada, les bâtiments
sont l’origine de 17 % des émissions GES du pays. Au Québec, les bâtiments résidentiels,
commerciaux et institutionnels représentent 9,5 % des émissions de GES.
Quelle est la pertinence environnementale des bâtiments écoénergétiques au Québec étant
donné que plus de 95 % de l’approvisionnement électrique de la province provient des
ressources renouvelables?
Les bâtiments au Québec utilisent principalement de l’électricité pour leur plus grand besoin
d’énergie, le chauffage. Sachant que plus de 95 % de l’électricité au Québec provient de
sources renouvelables, à savoir l’hydroélectricité et l’éolienne, il est raisonnable de contester
la motivation environnementale derrière la transition vers des bâtiments écoénergétiques
dans la province. Par contre, selon une étude de Greenpeace, écrite par Diane Bastien,
candidate au doctorat de génie du bâtiment, civile et environnementale à l’Université
Concordia et Andreas Athienitis, Ph.D., Eng., professeur à l’Université Concordia, et titulaire
de la chaire de recherche sur l’énergie solaire, « Une partie de l’électricité ainsi économisée
dans le chauffage des bâtiments pourrait alors être utilisée, par exemple, pour l’électrification
des transports, une des autres grandes priorités dans la réduction de nos émissions de gaz à
effet de serre (GES) tout en diminuant notre dépendance aux énergies fossiles. » .
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
39
Il est important de noter que le secteur du transport était responsable de 43 % des émissions
de GES de la province en 2013. Selon le site web Écohabitation, si les propriétaires des
maisons unifamiliales (isolées, jumelées et en rangés) au Québec entreprenaient des travaux
d’amélioration de la performance énergétique de leur maison, avec un objectif de
rentabilisation de 5 ans, le Québec pourrait économiser 30 TWh, ce qui serait amplement
suffisant pour alimenter les 5,1 millions de voitures immatriculées au Québec si toutes celles-
ci étaient remplacées par des voitures électriques.
Dans cette optique, la conception de bâtiments écoénergétiques résidentiels, commerciaux
et institutionnels pourrait réduire d’une façon importante les émissions de GES au Québec.
Quel est le plan d’action du Gouvernement du Canada concernant les émissions de gaz à effet
de serre? Comment le secteur du bâtiment est-il impliqué dans ce plan?
3
Le Canada a adopté le Cadre pancanadien le 9 décembre 2016. Les mesures décrites dans ce
plan permettront au Canada de réduire l’ensemble des émissions de GES liées à son économie
à 30 % en deçà des niveaux de 2005, la cible étant 523 mégatonnes d’équivalent de CO2. Dès
2020, des codes de construction de plus en plus stricts seront mis en œuvre afin que
l’ensemble des provinces et des territoires adoptent dès 2030 un code de construction «prêt à
la consommation énergétique nette zéro».
4 Quels sont les systèmes de notations qui s’appliquent aux bâtiments écoénergétiques?
Au Canada on trouve les certifications suivantes : LEED, BoMA BESt, Energy Star, ÉnerGuide, R-
2000, NovoClimat 2.0, Passivhaus, Indice Solaire Passif, Maison Nette Zéro, Maison prête pour le
Net Zéro, Living Building Challenge, BREEAM et HQE.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
40
5
6
Est-ce qu’une maison écoénergétique est rentable au Canada, où le coût d’électricité est
relativement faible?
Oui, mais il existe un point de rendements décroissants. Étant donné les coûts des matériaux de
construction, d’électricité et des taux hypothécaires actuels il n’est généralement pas rentable
de construire une maison avec une intensité énergétique très inférieure à 49 kWh/m2/année.
Ceci dit, il est important de toujours faire une analyse financière complète incluant tous les
subventions, crédits d’impôt et taux hypothécaires préférentiels disponibles avant
d’entreprendre tout projet écoénergétique.
Comment déterminer la rentabilité d’un bâtiment écoénergétique commercial?
Il faut considérer tous les coûts capitaux associés avec le projet et les économies réalisables en
termes de coûts d’électricité et de combustible. D’un autre côté, il faut aussi prendre en compte
tous les bénéfices non reliés à l’énergie notamment l’amélioration de la santé des occupants, la
productivité et la satisfaction des employés, le soutient d’une image de leadership et de savoir-
faire, l’accès aux crédits d’impôt, aux finances et aux subventions, l’amélioration de la gestion
des risques, la réduction des coûts d’exploitation hors énergie, et l’augmentation des taux
d’occupations, de loyers et de prix de vente d’immeuble.
En bref…
Les bâtiments écoénergétiques sont devenus une nécessité environnementale. Les
gouvernements à travers le monde développent des réglementations afin d’exiger la
construction des bâtiments à énergie nette zéro. En Europe, les bâtiments à énergie positive
seront bientôt la norme. Au stade de la conception d’un bâtiment écoénergétique, les ingénieurs
et les architectes doivent effectuer une analyse financière complète afin de s’assurer que la
période de rentabilité est raisonnable.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
41
Merci d’avoir pris ce cours !
J’espère que vous l’avez aimé. N’hésitez pas à m’envoyer vos commentaires.
VEUILLEZ PASSER L’EXAMEN AFIN DE RECEVOIR VOTRE CERTIFICAT DE FORMATION.
IL ATTESTERA QUE VOUS AVEZ COMPLÉTÉ 2 HEURES DE FORMATION CONTINUE.
BONNE CHANCE !
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
42
Références
Ce document est disponible sous licence CC BY NC SA 4.0 par iPolytek.
(https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/).
Les documents et les images de référence sont les propriétés de leurs auteurs respectifs.
1. Alberta Emerald Green Foundation. Cuku's Nest Enterprises Ltd. – The Mosaic Centre for
Conscious Community and Commerce. Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=wZyy32inVoU
(page consultée le 12 décembre 2017).
2. Arnold Plesse (Self-photographed) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY 3.0
(http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons
3. Andrewglaser sur Wikipedia anglais [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-
sa/3.0) ou GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html)], via Wikimedia Commons
4. Bastien, D. (2013). Mémoire sur le potentiel des énergies solaires au Québec. Mémoire présenté à
la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec.
https://www.mern.gouv.qc.ca/energie/politique/memoires/20130927_210_DBastien_M.pdf (page
consultée le 17 novembre 2017).
5. Bastien, D. et Anthienitis, A. (2011). Le potentiel des énergies solaires au Québec. Greenpeace.
http://www.greenpeace.org/canada/Global/canada/report/2011/09/Le%20potentiel%20des20%C3
%A9nergies%20solaires%20au%20Qu%C3%A9bec.pdf (page consulté le 30 novembre 2017).
6. Bendewald, M. Hutchinson, R. Muldavin, S. et Torbert, R. (2016). GUIDE À L’INTENTION DES
PROPRIÉTAIRESOCCUPANTS, COMMENT CALCULER ET PRÉSENTER LA VALEUR D’UNE
RÉNOVATION ÉCOÉNERGÉTIQUE COMPLÈTE. Ministère de l’Énergie et des Ressources
naturelles Bureau de l’efficacité et de l’innovation énergétiques.
http://www.transitionenergetique.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/institutions/guide-calculer-la-
valeur-renovation-ecoenergetique.pdf (page consultée le 18 decembre 2017).
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
43
7. Canada. Environnement et Changement climatique Canada (ECCC 2015). La science des
changements climatiques, 24 pages, http://publications.gc.ca/collections/collection_2017/eccc/En4-
303-2015-fra.pdf (page consultée le 2 novembre 2017).
8. Canada. Gouvernement du Canada (GCan 2016). Cadre Pancanadien sur la croissance propre et
les changements climatiques.
https://www.canada.ca/content/dam/themes/environment/documents/weather1/20170125-fr.pdf
(page consultée 18 novembre 2017).
9. Canada. Gouvernement du Canada (GCan 2017). Émissions de gaz à effet de serre : facteurs et
incidences. https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/indicateurs-
environnementaux/emissions-gaz-effet-serre-facteurs-incidences.html (page consultée le 13
novembre 2017).
10. Canada. Office national de l’énergie (ONÉ 2008). Codes, règlements et normes influençant la
demande énergétique. https://www.neb-
one.gc.ca/nrg/ntgrtd/mrkt/archive/2008cdstndrdrgltn/cdstndrdrgltn-fra.pdf (page consultée le 10
décembre 2017).
11. Canada. Office national de l’énergie (ONÉ 2017). Avenir énergétique du Canada en 2016 –
Perspectives provinciales et territoriales. https://www.neb-one.gc.ca/nrg/ntgrtd/ftr/2016pt/prvnc-
trrtrl-cmprsn-eng.html (page consultée le 19 novembre 2017).
12. Canada. Ressources naturelles Canada, (RNCan 2016). Évolution de l’efficacité énergétique au
Canada de 1990 à 2013,
http://www.rncan.gc.ca/sites/www.nrcan.gc.ca/files/energy/pdf/evolution2013.pdf (page consultée
le 10 novembre 2017).
13. Canada. Ressources naturelles Canada, (RNCan 2017a). Cote, service, étiquette et rapports
ÉnerGuide - Maisons Neuves. http://www.rncan.gc.ca/energie/efficacite/habitations/nouvelles-
maisons/18704 (page consultée 15 novembre 2017).
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
44
14. Canada. Ressources naturelles Canada, (RNCan 2017b). Échelle de cotes Énerguide 0 à 100.
http://www.rncan.gc.ca/energie/efficacite/habitations/maisons-ameliorees/18683 (page consultée
15 novembre 2017).
15. Canada. Ressources naturelles Canada, (RNCan 2017c). Maisons R-2000.
https://www.rncan.gc.ca/energie/efficacite/habitations/nouvelles-maisons/5086 (page consultée 15
novembre 2017).
16. Canadian Consulting Engineering Awards (CCEA 2016). Varennes Net-Zero Library.
https://www.canadianconsultingengineer.com/cce/awards/2016/A15_Stantec_VarennesNetZeroLib
rary_English.pdf. (page consultée le 12 janvier 2018).
17. Canadian Home Builders Association (CHBA 2017). CHBA Net Zero Home Labelling Program.
http://www.chba.ca/CHBA/HousingCanada/Net_Zero_Energy_Program/CHBA/Housing_in_Canad
a/Net_Zero_Energy_Program/NZE_Program_Landing_Page.aspx?hkey=4af3da17-b4da-42ef-
bf20-261a9cfbe39f (page consultée l1 31 janvier 2018).
18. Conseil du bâtiment durable du Canada. (CBDC). Conférence Net Zéro à Québec.
http://batimentdurable.ca/activites-et-formations/conference-netzero (page consultée le 6 décembre
2017).
19. Couture, P. (2016, 12 décembre). Plus cher pour se chauffer. Le journal de Québec.
http://www.journaldequebec.com/2016/12/12/plus-cher-pour-se-chauffer (page consultée le 19
novembre 2017).
20. Dodge, D. et Thompson, D. 139. The first certified passive house in Saskatchewan Green Energy
Futures. http://www.greenenergyfutures.ca/episode/saskatchewans-first-certified-passive-house
(page consultée le 17 novembre 2017).
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
45
21. Duchaine, P. (2017, 17 février). Potentiel de négawatts des habitation québecoises: Économiser
l’équivalent de la consommation électrique de tous les résidents du grand Montréal!
Écohabitations. http://www.ecohabitation.com/actualite/nouvelles/potentiel-negawatts-habitations-
quebecoises-economiser-equivalent-consommation-e (page consultée le 21 novembre 2017).
22. Écohabitation. Portrait Financier: Est-ce payant de construire des bâtiments passifs? Comprendre
la rentabilité de la haute performance énergétique. http://www.ecohabitation.com/indice-solaire-
passif/portrait-financier (page consultée le 23 décembre 2017).
23. Energy Star. ENERGY STAR Certified Buildings and Plants.
https://www.energystar.gov/index.cfm?fuseaction=labeled_buildings.locator (page consultée le 19
janvier 2018).
24. HEC Montréal, (HEC 2015). État de l’énergie au Québec, http://energie.hec.ca/wp-
content/uploads/2014/12/EEQ2015_FINAL_2015.pdf (page consultée le 10 novembre 2017).
25. Hydro-Québec (2016). Comparison des prix de l’électricité dans les grandes villes nord-
américaines. Tarifs en vigueur le 1er avril 2016. http://www.hydroquebec.com/electrification-
transport/ (page consultée le 2 décembre 2017).
26. Hydro-Québec (2017). L’énergie et le savoir-faire d’Hydro-Québec révolutionnent le secteur des
transports. http://www.hydroquebec.com/electrification-transport/ (page consultée le 2 décembre
2017).
27. International Energy Agency, (IEA 2013). Transition to Sustainable Buildings Strategies and
Opportunities to 2050,
https://www.iea.org/publications/freepublications/publication/Building2013_free.pdf (page consultée
le 2 novembre 2017).
28. Lionel Allorge (Own work) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html), CC BY-SA 3.0
(https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or FAL], via Wikimedia Commons.
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
46
29. NASA. (NASA 2017a). The Atmosphere’s Energy Budget.
https://earthobservatory.nasa.gov/Features/EnergyBalance/page6.php (page consultée le 5
décembre 2017).
30. NASA. (NASA 2017b). Global Warming.
https://earthobservatory.nasa.gov/Features/GlobalWarming/page2.php (page consultée le 5
décembre 2017).
31. Okanagan College. College’s green buildings earn gold. Okanagan College Media Release.
http://www.okanagan.bc.ca/Campus_and_Community/employees/publicaffairs/news.html?BlogEntr
yID=38116 (page consultée l2 1 décembre 2017).
32. Passivhaus Institut [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC-BY-SA-3.0
(http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/)], via Wikimedia Commons.
33. Passivhaus Institut (Passivhaus 2016). Criteria for the Passive House, EnerPHit and PHI Low
Energy Building Standard. http://www.passiv.de/downloads/03_building_criteria_en.pdf (page
consultée le 13 décembre 2017).
34. Pialot, D. (1 juin 2017). Accord de Paris : le retrait des États-Unis est-il si dramatique ? La Tribune.
https://www.latribune.fr/economie/international/accord-de-paris-le-retrait-des-etats-unis-est-il-si-
dramatique-728790.html (page consultée 16 janvier 2018).
35. Québec. Régie du bâtiment du Québec (RBQ 2012). Guide du participant. Présentation sur le
règlement modifiant le Code de construction pour favoriser l’efficacité énergétique. Partie 11 «
Efficacité énergétique » du chapitre Bâtiment du Code de construction du Québec.
https://www.rbq.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/Publications/francais/guide-participant-reglement-
efficacite-energetique.pdf. (page consultée le 20 novembre 2017).
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
47
36. Québec. Transition énergétique du Québec (TÉQ 2014). Exigences Techniques volets
« Maison »et « Petit bâtiment multilogement », Novoclimat 2.0.
http://www.transitionenergetique.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/novo2/exigences_novoclimat2_m
aison-PBM.pdf. (page consulté 22 décembre 2017).
37. Québec. Ministère du développement durable, de l’environnement et de la lutte contre les
changement climatiques (MDDELCC 2016). Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de
serre en 2014 et leur évolution depuis 1990, 2016, 32 pages.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/ges/2014/Inventaire1990-2014.pdf (page consultée
le 8 janvier 2018).
38. Québec. Ministère du développement durable, de l’environnement et de la lutte contre les
changement Climatiques (MDDELCC 2017). Les gaz à effet de serre.
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/air/questce-ges.htm (page consulté le 13 novembre 2017).
39. Québec. Transports du Québec (TdQ 2015). Propulser le Québec par l’Électricité, Plan d’action en
électrification des transports 2015 >2020. http://transportselectriques.gouv.qc.ca/wp-
content/uploads/CIAO-050-LG2-MTQ-Rapport2016FRv2.1_.pdf (page consultée le 15 novembre
2017).
40. Ritchie, H. et Roser, M. CO₂ and other Greenhouse Gas Emissions. Our World in Data.
https://ourworldindata.org/co2-and-other-greenhouse-gas-emissions (page consultée le 6
décembre 2017).
41. Simon Schmitt, AGC Glass Building, https://www.flickr.com/photos/agcglasseurope/16305965844
(page consultée 19 janvier 2018).
42. Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHLa). Maison nettezéro Riverdale.
https://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/prin/dedu/maeq/manezeri/manezeri_004.cfm (page consultée le 24
novembre 2017).
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
48
43. Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHLb). Maison nette zéro EcoTérra.
https://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/prin/dedu/maeq/ecte/ecte_004.cfm (page consultée le 24 novembre
2017).
44. Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHLc). Caractéristiques du concept :
ÉcoTerraMC – Eastman (Québec). https://www.cmhc-schl.gc.ca/odpub/pdf/65595.pdf (page
consultée le 14 novembre 2017).
45. Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHLd). Caractéristiques du concept :
Abondance Montréal : le Soleil – Montréal (Québec). https://www.cmhc-
schl.gc.ca/odpub/pdf/66940.pdf (page consultée le 14 novembre 2017).
46. Solar Solar Energy Society of Canada (SESCI). THE DEVELOPMENT OF PHOTOVOLTAIC
RESOURCE MAPS FOR CANADA. https://www.nrcan.gc.ca/sites/www.nrcan.gc.ca/files/
canmetenergy/files/pubs/2006-046_OP-J_411-SOLRES_PV%2Bmap.pdf (page consultée le 10
décembre 2017).
47. Sustainable Architecture and Building Magazine (SABMag). The Mosaic Center.
http://www.sabmagazine.com/blog/2016/09/29/the-mosaic-centre/ (page consultée le 11 décembre
2017).
48. Thompson, C. (le 16 février 2017). An office building so green it actually produces energy.
Waterloo Region Record. https://www.therecord.com/news-story/7145313-an-office-building-so-
green-it-actually-produces-energy/ (page consultée 25 novembre 2017).
49. Webber, B. Green to the Max: Mosaic Centre for Conscious Community and Commerce. Canadian
Architect. https://www.canadianarchitect.com/features/1003730699/ (page consultée le 11
décembre 2017).
50. World Resources Institute. (WRI 2017). The Global Carbon Budget. http://www.wri.org/sites/default
/files/WRI13-IPCCinfographic- FINAL_web.png (page consultée le 5 décembre 2017).
Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
Également
dans la série
« Vers le
bâtiment à
énergie
positive »…
Cours no 2 : La conception bioclimatique et
passive
Cours no 3 : La production d’énergie dans le
bâtiment
Formation iPolytek inc. | Formation continue pour ingénieurs | www.ipolytek.com

Recommandé

Aménagements intérieurs et de surveillance
Aménagements intérieurs et de surveillanceAménagements intérieurs et de surveillance
Aménagements intérieurs et de surveillanceOuaret Yahia
 
Isolation et etancheite
Isolation et etancheiteIsolation et etancheite
Isolation et etancheiteSami Sahli
 
Gianluca Racana (Zha Hadid Architects): StreamCity Vision Masterplan 2030
Gianluca Racana (Zha Hadid Architects): StreamCity Vision Masterplan 2030Gianluca Racana (Zha Hadid Architects): StreamCity Vision Masterplan 2030
Gianluca Racana (Zha Hadid Architects): StreamCity Vision Masterplan 2030Ragne Soosalu
 
Ville et développement durable centre urbain septembre 2011
Ville et développement durable centre urbain septembre 2011Ville et développement durable centre urbain septembre 2011
Ville et développement durable centre urbain septembre 2011Centre Urbain - Stadswinkel
 
ZERO ENERGY BUILDING (senthil)
ZERO ENERGY BUILDING (senthil)ZERO ENERGY BUILDING (senthil)
ZERO ENERGY BUILDING (senthil)SENTHIL PANDI
 
[Cours ENAU]: Chapitre 1 Enveloppes verticales .v.f
[Cours ENAU]: Chapitre 1 Enveloppes verticales .v.f[Cours ENAU]: Chapitre 1 Enveloppes verticales .v.f
[Cours ENAU]: Chapitre 1 Enveloppes verticales .v.fMed Amine Henteti
 
Initiation à UML: Partie 1
Initiation à UML: Partie 1Initiation à UML: Partie 1
Initiation à UML: Partie 1DIALLO Boubacar
 

Contenu connexe

Tendances

Utilisation treillis
Utilisation treillisUtilisation treillis
Utilisation treillisFayçal Nofal
 
Maitrise d'ouvrage et maitrise d'oeuvre
Maitrise d'ouvrage et maitrise d'oeuvreMaitrise d'ouvrage et maitrise d'oeuvre
Maitrise d'ouvrage et maitrise d'oeuvreSami Sahli
 
Eclairage et electricité
Eclairage et electricitéEclairage et electricité
Eclairage et electricitéSami Sahli
 
recherche thématique sur les banques avec des exemples
recherche thématique sur les banques avec des exemples recherche thématique sur les banques avec des exemples
recherche thématique sur les banques avec des exemples laroui fahed
 
Cprps d'etat secondaire
Cprps d'etat secondaireCprps d'etat secondaire
Cprps d'etat secondaireSami Sahli
 
Les réseaux électriques intelligents
Les réseaux électriques intelligentsLes réseaux électriques intelligents
Les réseaux électriques intelligentsbabiso
 
Forme et-densités-urbaines-
Forme et-densités-urbaines-Forme et-densités-urbaines-
Forme et-densités-urbaines-BOUZIDA Djihene
 
Classes du solaire thermique
Classes du solaire thermiqueClasses du solaire thermique
Classes du solaire thermiqueNidhal Ammar
 
Sustainable architecture
Sustainable architecture Sustainable architecture
Sustainable architecture Shubh Cheema
 
Chapitre 2-fondations
Chapitre 2-fondationsChapitre 2-fondations
Chapitre 2-fondationsmodeste dotou
 
La ventilation naturelle dans les longements
La ventilation naturelle dans les longementsLa ventilation naturelle dans les longements
La ventilation naturelle dans les longementsYahia El Hadj Billal
 
Quand utiliser MongoDB … Et quand vous en passer…
Quand utiliser MongoDB	… Et quand vous en passer…Quand utiliser MongoDB	… Et quand vous en passer…
Quand utiliser MongoDB … Et quand vous en passer…MongoDB
 
cours de construction Généralités
cours de construction Généralitéscours de construction Généralités
cours de construction GénéralitésSami Sahli
 
Eclairage dans les maisons
Eclairage dans les maisonsEclairage dans les maisons
Eclairage dans les maisonsSami Sahli
 

Tendances (20)

Utilisation treillis
Utilisation treillisUtilisation treillis
Utilisation treillis
 
Confort 03
Confort 03Confort 03
Confort 03
 
Maitrise d'ouvrage et maitrise d'oeuvre
Maitrise d'ouvrage et maitrise d'oeuvreMaitrise d'ouvrage et maitrise d'oeuvre
Maitrise d'ouvrage et maitrise d'oeuvre
 
Expose
ExposeExpose
Expose
 
Eclairage et electricité
Eclairage et electricitéEclairage et electricité
Eclairage et electricité
 
recherche thématique sur les banques avec des exemples
recherche thématique sur les banques avec des exemples recherche thématique sur les banques avec des exemples
recherche thématique sur les banques avec des exemples
 
Cprps d'etat secondaire
Cprps d'etat secondaireCprps d'etat secondaire
Cprps d'etat secondaire
 
Maison écolo.maison energie passive,matériaux
Maison écolo.maison energie passive,matériauxMaison écolo.maison energie passive,matériaux
Maison écolo.maison energie passive,matériaux
 
Les réseaux électriques intelligents
Les réseaux électriques intelligentsLes réseaux électriques intelligents
Les réseaux électriques intelligents
 
Forme et-densités-urbaines-
Forme et-densités-urbaines-Forme et-densités-urbaines-
Forme et-densités-urbaines-
 
Classes du solaire thermique
Classes du solaire thermiqueClasses du solaire thermique
Classes du solaire thermique
 
Sustainable architecture
Sustainable architecture Sustainable architecture
Sustainable architecture
 
Ma memoire
Ma memoire Ma memoire
Ma memoire
 
Chapitre 2-fondations
Chapitre 2-fondationsChapitre 2-fondations
Chapitre 2-fondations
 
La ventilation naturelle dans les longements
La ventilation naturelle dans les longementsLa ventilation naturelle dans les longements
La ventilation naturelle dans les longements
 
Quand utiliser MongoDB … Et quand vous en passer…
Quand utiliser MongoDB	… Et quand vous en passer…Quand utiliser MongoDB	… Et quand vous en passer…
Quand utiliser MongoDB … Et quand vous en passer…
 
cours de construction Généralités
cours de construction Généralitéscours de construction Généralités
cours de construction Généralités
 
Eclairage dans les maisons
Eclairage dans les maisonsEclairage dans les maisons
Eclairage dans les maisons
 
Expose dlimi (1)
Expose dlimi (1)Expose dlimi (1)
Expose dlimi (1)
 
Confort thérmique
Confort thérmiqueConfort thérmique
Confort thérmique
 

Similaire à Vers le bâtiment à énergie positive

140506 présentation ppt eden maj 06 mai 2014
140506 présentation ppt eden maj 06 mai 2014140506 présentation ppt eden maj 06 mai 2014
140506 présentation ppt eden maj 06 mai 2014sebjolie
 
Bâtiment et mobilité électrique face au défi climatique
Bâtiment et mobilité électrique face au défi climatiqueBâtiment et mobilité électrique face au défi climatique
Bâtiment et mobilité électrique face au défi climatiqueequilibre_des_energies
 
Bioenergies en Allemagne/Germany
Bioenergies en Allemagne/GermanyBioenergies en Allemagne/Germany
Bioenergies en Allemagne/GermanyJulie Rochefort
 
Introduction au "Green IT" IGRETEC 29-9-2011
Introduction au "Green IT" IGRETEC 29-9-2011Introduction au "Green IT" IGRETEC 29-9-2011
Introduction au "Green IT" IGRETEC 29-9-2011DorotheeJ
 
Énergies renouvelables et quartiers durables
Énergies renouvelableset quartiers durablesÉnergies renouvelableset quartiers durables
Énergies renouvelables et quartiers durablesAdrian Koss
 
L'AVENIR DE L'ÉNERGIE REQUIS POUR LE MONDE.pdf
L'AVENIR DE L'ÉNERGIE REQUIS POUR LE MONDE.pdfL'AVENIR DE L'ÉNERGIE REQUIS POUR LE MONDE.pdf
L'AVENIR DE L'ÉNERGIE REQUIS POUR LE MONDE.pdfFaga1939
 
L'importance de la politique climat-énergie pour le nouveau Parlement européen
L'importance de la politique climat-énergie pour le nouveau Parlement européenL'importance de la politique climat-énergie pour le nouveau Parlement européen
L'importance de la politique climat-énergie pour le nouveau Parlement européenRAC-F
 
FEDIE-Mai-Juin-2023-actualites-energie
FEDIE-Mai-Juin-2023-actualites-energie FEDIE-Mai-Juin-2023-actualites-energie
FEDIE-Mai-Juin-2023-actualites-energie BRAUX STUDIO
 
Technologies de l’énergie - Scénarios à l’horizon 2050
Technologies de l’énergie - Scénarios à l’horizon 2050Technologies de l’énergie - Scénarios à l’horizon 2050
Technologies de l’énergie - Scénarios à l’horizon 2050GreenFacts
 
Livret 100% énergies renouvelables
Livret 100% énergies renouvelablesLivret 100% énergies renouvelables
Livret 100% énergies renouvelablesdavid zentao
 
La transition énergétique dans le Bâtiment - Cahier d'acteur EdEn PPE
La transition énergétique dans le Bâtiment - Cahier d'acteur EdEn PPELa transition énergétique dans le Bâtiment - Cahier d'acteur EdEn PPE
La transition énergétique dans le Bâtiment - Cahier d'acteur EdEn PPEequilibre_des_energies
 
Idées reçues - Transition énergétique
Idées reçues - Transition énergétiqueIdées reçues - Transition énergétique
Idées reçues - Transition énergétiqueRAC-F
 
L'usage de l'énergie
L'usage de l'énergieL'usage de l'énergie
L'usage de l'énergiejlealleon
 
COMMENT LE GOUVERNEMENT DU BRÉSIL PEUT RENDRE LE SECTEUR DE L'ÉNERGIE DURABLE...
COMMENT LE GOUVERNEMENT DU BRÉSIL PEUT RENDRE LE SECTEUR DE L'ÉNERGIE DURABLE...COMMENT LE GOUVERNEMENT DU BRÉSIL PEUT RENDRE LE SECTEUR DE L'ÉNERGIE DURABLE...
COMMENT LE GOUVERNEMENT DU BRÉSIL PEUT RENDRE LE SECTEUR DE L'ÉNERGIE DURABLE...Faga1939
 
A PROPOS D’UN BBC A TRAVERS UN SCENARIO PASSIF Cas d’étude : Skikda
A PROPOS D’UN BBC A TRAVERS UN SCENARIO PASSIF  Cas d’étude : SkikdaA PROPOS D’UN BBC A TRAVERS UN SCENARIO PASSIF  Cas d’étude : Skikda
A PROPOS D’UN BBC A TRAVERS UN SCENARIO PASSIF Cas d’étude : SkikdaToubaBenterki
 
Chiffres clés du batiment 2013 ADEME
Chiffres clés du batiment 2013 ADEMEChiffres clés du batiment 2013 ADEME
Chiffres clés du batiment 2013 ADEMENovabuild
 

Similaire à Vers le bâtiment à énergie positive (20)

140506 présentation ppt eden maj 06 mai 2014
140506 présentation ppt eden maj 06 mai 2014140506 présentation ppt eden maj 06 mai 2014
140506 présentation ppt eden maj 06 mai 2014
 
Bâtiment et mobilité électrique face au défi climatique
Bâtiment et mobilité électrique face au défi climatiqueBâtiment et mobilité électrique face au défi climatique
Bâtiment et mobilité électrique face au défi climatique
 
Chiffres clés des énergies renouvelables - Édition 2014
Chiffres clés des énergies renouvelables - Édition 2014Chiffres clés des énergies renouvelables - Édition 2014
Chiffres clés des énergies renouvelables - Édition 2014
 
Bioenergies en Allemagne/Germany
Bioenergies en Allemagne/GermanyBioenergies en Allemagne/Germany
Bioenergies en Allemagne/Germany
 
BS EXPO.pptx
BS EXPO.pptxBS EXPO.pptx
BS EXPO.pptx
 
Introduction au "Green IT" IGRETEC 29-9-2011
Introduction au "Green IT" IGRETEC 29-9-2011Introduction au "Green IT" IGRETEC 29-9-2011
Introduction au "Green IT" IGRETEC 29-9-2011
 
Énergies renouvelables et quartiers durables
Énergies renouvelableset quartiers durablesÉnergies renouvelableset quartiers durables
Énergies renouvelables et quartiers durables
 
L'AVENIR DE L'ÉNERGIE REQUIS POUR LE MONDE.pdf
L'AVENIR DE L'ÉNERGIE REQUIS POUR LE MONDE.pdfL'AVENIR DE L'ÉNERGIE REQUIS POUR LE MONDE.pdf
L'AVENIR DE L'ÉNERGIE REQUIS POUR LE MONDE.pdf
 
D'où provient l'énergie verte ?
D'où provient l'énergie verte ?D'où provient l'énergie verte ?
D'où provient l'énergie verte ?
 
L'importance de la politique climat-énergie pour le nouveau Parlement européen
L'importance de la politique climat-énergie pour le nouveau Parlement européenL'importance de la politique climat-énergie pour le nouveau Parlement européen
L'importance de la politique climat-énergie pour le nouveau Parlement européen
 
FEDIE-Mai-Juin-2023-actualites-energie
FEDIE-Mai-Juin-2023-actualites-energie FEDIE-Mai-Juin-2023-actualites-energie
FEDIE-Mai-Juin-2023-actualites-energie
 
Technologies de l’énergie - Scénarios à l’horizon 2050
Technologies de l’énergie - Scénarios à l’horizon 2050Technologies de l’énergie - Scénarios à l’horizon 2050
Technologies de l’énergie - Scénarios à l’horizon 2050
 
Livret 100% énergies renouvelables
Livret 100% énergies renouvelablesLivret 100% énergies renouvelables
Livret 100% énergies renouvelables
 
La transition énergétique dans le Bâtiment - Cahier d'acteur EdEn PPE
La transition énergétique dans le Bâtiment - Cahier d'acteur EdEn PPELa transition énergétique dans le Bâtiment - Cahier d'acteur EdEn PPE
La transition énergétique dans le Bâtiment - Cahier d'acteur EdEn PPE
 
Idées reçues - Transition énergétique
Idées reçues - Transition énergétiqueIdées reçues - Transition énergétique
Idées reçues - Transition énergétique
 
Fiches thématique réussir la transition énergétique
Fiches thématique réussir la transition énergétiqueFiches thématique réussir la transition énergétique
Fiches thématique réussir la transition énergétique
 
L'usage de l'énergie
L'usage de l'énergieL'usage de l'énergie
L'usage de l'énergie
 
COMMENT LE GOUVERNEMENT DU BRÉSIL PEUT RENDRE LE SECTEUR DE L'ÉNERGIE DURABLE...
COMMENT LE GOUVERNEMENT DU BRÉSIL PEUT RENDRE LE SECTEUR DE L'ÉNERGIE DURABLE...COMMENT LE GOUVERNEMENT DU BRÉSIL PEUT RENDRE LE SECTEUR DE L'ÉNERGIE DURABLE...
COMMENT LE GOUVERNEMENT DU BRÉSIL PEUT RENDRE LE SECTEUR DE L'ÉNERGIE DURABLE...
 
A PROPOS D’UN BBC A TRAVERS UN SCENARIO PASSIF Cas d’étude : Skikda
A PROPOS D’UN BBC A TRAVERS UN SCENARIO PASSIF  Cas d’étude : SkikdaA PROPOS D’UN BBC A TRAVERS UN SCENARIO PASSIF  Cas d’étude : Skikda
A PROPOS D’UN BBC A TRAVERS UN SCENARIO PASSIF Cas d’étude : Skikda
 
Chiffres clés du batiment 2013 ADEME
Chiffres clés du batiment 2013 ADEMEChiffres clés du batiment 2013 ADEME
Chiffres clés du batiment 2013 ADEME
 

Plus de MarianneSalama

Introduction à l'énergie solaire photovoltaïque
Introduction à l'énergie solaire photovoltaïqueIntroduction à l'énergie solaire photovoltaïque
Introduction à l'énergie solaire photovoltaïqueMarianneSalama
 
Solar Energy Course 2020
Solar Energy Course 2020Solar Energy Course 2020
Solar Energy Course 2020MarianneSalama
 
L'efficacité énergétique: Un investissement rentable
L'efficacité énergétique: Un investissement rentableL'efficacité énergétique: Un investissement rentable
L'efficacité énergétique: Un investissement rentableMarianneSalama
 
Positive Energy Buildings - Professional Development Course for Engineers
Positive Energy Buildings - Professional Development Course for EngineersPositive Energy Buildings - Professional Development Course for Engineers
Positive Energy Buildings - Professional Development Course for EngineersMarianneSalama
 
Energy Efficiency: An Investment Opportunity
Energy Efficiency: An Investment OpportunityEnergy Efficiency: An Investment Opportunity
Energy Efficiency: An Investment OpportunityMarianneSalama
 
Solar Power Sustainability - Professional Development Course for Engineers
Solar Power Sustainability - Professional Development Course for EngineersSolar Power Sustainability - Professional Development Course for Engineers
Solar Power Sustainability - Professional Development Course for EngineersMarianneSalama
 

Plus de MarianneSalama (6)

Introduction à l'énergie solaire photovoltaïque
Introduction à l'énergie solaire photovoltaïqueIntroduction à l'énergie solaire photovoltaïque
Introduction à l'énergie solaire photovoltaïque
 
Solar Energy Course 2020
Solar Energy Course 2020Solar Energy Course 2020
Solar Energy Course 2020
 
L'efficacité énergétique: Un investissement rentable
L'efficacité énergétique: Un investissement rentableL'efficacité énergétique: Un investissement rentable
L'efficacité énergétique: Un investissement rentable
 
Positive Energy Buildings - Professional Development Course for Engineers
Positive Energy Buildings - Professional Development Course for EngineersPositive Energy Buildings - Professional Development Course for Engineers
Positive Energy Buildings - Professional Development Course for Engineers
 
Energy Efficiency: An Investment Opportunity
Energy Efficiency: An Investment OpportunityEnergy Efficiency: An Investment Opportunity
Energy Efficiency: An Investment Opportunity
 
Solar Power Sustainability - Professional Development Course for Engineers
Solar Power Sustainability - Professional Development Course for EngineersSolar Power Sustainability - Professional Development Course for Engineers
Solar Power Sustainability - Professional Development Course for Engineers
 

Dernier

Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 4 leviers agronomiques
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 4 leviers agronomiquesJournée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 4 leviers agronomiques
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 4 leviers agronomiquesInstitut de l'Elevage - Idele
 
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 1 système bas carbone
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 1 système bas carbone Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 1 système bas carbone
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 1 système bas carbone Institut de l'Elevage - Idele
 
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génisses
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génissesJournée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génisses
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génissesInstitut de l'Elevage - Idele
 
Présentation de la station de Trévarez - 20 Février 2024
Présentation de la station de Trévarez - 20 Février 2024Présentation de la station de Trévarez - 20 Février 2024
Présentation de la station de Trévarez - 20 Février 2024Institut de l'Elevage - Idele
 
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 2 Réduire l’âge au vêl...
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 2 Réduire l’âge au vêl...Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 2 Réduire l’âge au vêl...
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 2 Réduire l’âge au vêl...Institut de l'Elevage - Idele
 
Rapport de fin d'étude en sur le dimensionnement solaire .pdf
Rapport de fin d'étude en sur le dimensionnement solaire .pdfRapport de fin d'étude en sur le dimensionnement solaire .pdf
Rapport de fin d'étude en sur le dimensionnement solaire .pdfZakaria156221
 
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 5 groupes-projets
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 5 groupes-projetsJournée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 5 groupes-projets
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 5 groupes-projetsInstitut de l'Elevage - Idele
 

Dernier (7)

Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 4 leviers agronomiques
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 4 leviers agronomiquesJournée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 4 leviers agronomiques
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 4 leviers agronomiques
 
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 1 système bas carbone
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 1 système bas carbone Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 1 système bas carbone
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 1 système bas carbone
 
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génisses
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génissesJournée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génisses
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génisses
 
Présentation de la station de Trévarez - 20 Février 2024
Présentation de la station de Trévarez - 20 Février 2024Présentation de la station de Trévarez - 20 Février 2024
Présentation de la station de Trévarez - 20 Février 2024
 
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 2 Réduire l’âge au vêl...
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 2 Réduire l’âge au vêl...Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 2 Réduire l’âge au vêl...
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 2 Réduire l’âge au vêl...
 
Rapport de fin d'étude en sur le dimensionnement solaire .pdf
Rapport de fin d'étude en sur le dimensionnement solaire .pdfRapport de fin d'étude en sur le dimensionnement solaire .pdf
Rapport de fin d'étude en sur le dimensionnement solaire .pdf
 
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 5 groupes-projets
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 5 groupes-projetsJournée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 5 groupes-projets
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 5 groupes-projets
 

Vers le bâtiment à énergie positive

  • 1. Cours no.1 de 3 : Les bâtiments écoénergétiques et leurs rôles dans la lutte contre le réchauffement climatique BÂTIMENT À ÉNERGIE POSITIVE VERS LE Cours de développement professionnel en ingénierie Formation iPolytek | 2018 | www.ipolytek.com | support@ipolytek.com Durée : 2 heures par : Marianne Salama, ing., MBA
  • 2. 2 Title of the book 18 Introduction Le bâtiment, l’énergie et l’environnement Les GES et le changement climatique La pertinence des bâtiments écoénergétiques dans la lutte contre les changements climatiques au Québec Le plan d’action du Gouvernement du Canada Les systèmes de notation des bâtiments écoénergétiques La rentabilité d’une maison écoénergétique au Québec La rentabilité d’un bâtiment commercial écoénergétique Conclusion - Les bâtiments écoénergétiques en bref Page Couverture: Ville Solaire, Fribourg, Allemagne SOURCE: Andrewglaser Table des matières 3 11 15 2 20 31 35 38
  • 3. Introduction 2 ous y vivons, nous y travaillons, nous y jouons. Les bâtiments sont la toile de fond de nos vies. Mais peu d’entre nous réalisent l’impact qu’ils ont sur le climat, et en conséquence, sur notre propre existence. Les bâtiments bouffent près d’un tiers de l’énergie secondaire mondiale et émettent environ un tiers des émissions totales de gaz à effet de serre (GES) (IEA 2013). Que pouvons-nous En Europe, les bâtiments hyper-efficaces, tels que les bâtiments à consommation énergétique nette zéro (NZ) et les bâtiments à énergie positive (BÉPOS), deviennent rapidement la norme. Les bâtiments NZ produisent autant d’énergie qu’ils en consomment à partir de ressources renouvelables et les BÉPOS produisent un surplus d’énergie qu’ils exportent vers les réseaux électriques auxquels ils sont reliés. Grâce à leur conception bien pensée, ces bâtiments consomment moins d’énergie et ont une empreinte carbone plus petite que les bâtiments conventionnels. De plus, en produisant de l’énergie propre, ils aident à former un réseau électrique décentralisé basé sur des ressources renouvelables. Dans ce premier cours d’une série de trois, nous répondrons aux questions suivantes : 1. Quels sont les impacts environnementaux des bâtiments à l’échelle mondiale, au Canada et dans la province du Québec? 2. Quelle est la pertinence environnementale des bâtiments écoénergétiques au Québec, étant donné que plus de 95 % de l’approvisionnement électrique de la province provient des ressources renouvelables? 3. Quel est le plan d’action du Gouvernement du Canada concernant les émissions de gaz à effet de serre? Comment le secteur du bâtiment est-il impliqué dans ce plan? 4. Quels systèmes de notation de bâtiments écoénergétiques existent au Canada? 5. Est-ce qu’une maison écoénergétique est rentable au Canada étant donné les prix d’électricité relativement faibles? 6. Comment déterminer la rentabilité d’un bâtiment écoénergétique commercial? faire pour améliorer la situation? Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 4. Le bâtiment, l’énergie et l’environnement Nous façonnons nos bâtiments; ce sont eux qui nous façonnent ensuite. -Winston Churchill, Premier ministre du Royaume-Uni, 1940-1945 Quand Winston Churchill prononça ces mots en octobre 1943, il plaidait pour que la Chambre des communes du Royaume-Uni soit reconstruite dans sa forme rectangulaire traditionnelle après avoir été détruite dans le Blitz de Londres. Il ne pouvait pas imaginer à quel point ses mots sonneraient vrai aujourd’hui. 3 Les bâtiments ont des incidences importantes sur l’environnement. Ils consomment près d’un tiers de l’énergie secondaire de la planète, et, en conséquence, sont des sources d’émissions de gaz à effet (GES) de serre considérables (Figures 1 à 3). SOURCE: Compilation d’après IEA 2013 Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 5. 4 En 2010, le secteur du bâtiment représentait 10 % des émissions directes de GES à l’échelle mondiale (Figure 3). Les émissions directes proviennent de la production d’énergie sur place à partir de combustibles fossiles. Les émissions indirectes, soient les émissions produites par de la consommation d’électricité dans les bâtiments pour fin du chauffage, de la climatisation et de l’éclairage, ne figurent pas dans les pourcentages montrés dans la Figure 3. Lorsque les émissions indirectes sont prises en considération, la contribution des bâtiments aux émissions mondiales des GES s’élève à 33 % (IEA 2013). SOURCE: Ritchie, H. et Roser, M. Traduction par iPolytek. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 6. 5 Définitions : Énergie (industries de l’énergie, de la fabrication et de la construction et émissions fugitives) : les émissions comprennent la production publique de chaleur et d’électricité; autres industries de l’énergie; émissions fugitives provenant des combustibles solides, du pétrole et de l’essence, des industries manufacturières et de la construction. Transport: aviation domestique, transport routier, transport ferroviaire, navigation intérieure, autres moyens de transport. Industrie (procédés industriels et utilisation des produits) : production de minéraux, de produits chimiques, de métaux, de pâtes/papier/aliments/boissons, d’halocarbures, de réfrigération et de climatisation; aérosols et solvants; fabrication de semi-conducteurs/électronique; équipement électrique. Déchets : élimination des déchets solides; la manipulation des eaux usées; incinération des déchets; autre manutention des déchets. Agriculture : émissions de méthane et d’oxyde nitreux provenant de la fermentation entérique; gestion du fumier; la culture du riz; engrais synthétiques; fumier appliqué aux sols; le fumier laissé dans les pâturages; les résidus de récolte; l’incinération des résidus de récolte, savane et culture de sols organiques. Utilisation des terres : émissions provenant de la conversion nette de la forêt; terres cultivées; l’incinération des terres et biomasses pour l’agriculture ou d’autres utilisations. Autres sources : feux causer par des combustibles fossiles; les émissions indirectes d’oxyde nitreux provenant des NOx non agricoles et de l’ammoniac; autres sources anthropiques. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 7. 6 Au Canada, 27 % de l’énergie secondaire totale du pays en 2013 a été utilisée dans les bâtiments résidentiels, commerciaux et institutionnels. Vingt-trois pour cent (23 %) des émissions nationales de gaz à effet de serre (GES) provenaient des bâtiments. (Figure 4) Le secteur résidentiel a consommé 17 % de l’énergie secondaire du Canada et a produit 14 % des émissions de GES en 2013. La grande majorité de la consommation énergétique, à savoir 82 %, des bâtiments résidentiels était attribuable au chauffage des pièces (63 %) et au chauffage de l’eau (19 %). Les appareils ménagers représentaient 12 % de l’énergie utilisée dans les ménages canadiens. Le gaz naturel et l’électricité ont fourni 82,5 % de l’énergie consommée par ce secteur. (Figure 5) SOURCE: Figures 4 et 5, Compilation d’après RNCan 2016 Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 8. 7 On trouve le même phénomène dans le secteur commercial et institutionnel où le chauffage des locaux (55 %) et le chauffage de l’eau (8 %) ont consommé 63 % de l’énergie utilisé dans les bâtiments en 2013. Le gaz naturel et l’électricité étaient les principales sources d’énergie utilisées dans le secteur, fournissant respectivement 54 % et 39 % de la consommation d’énergie totale (Figure 6). L’électricité était la principale source d’énergie pour l’éclairage et la climatisation ainsi que pour les équipements et les moteurs auxiliaires, alors que le gaz naturel et les autres combustibles servaient principalement au chauffage des locaux et de l’eau. Le gaz naturel et le propane étaient également utilisés, dans une plus petite proportion, pour alimenter l’équipement auxiliaire, tels que les fours (propane) et les systèmes de climatisation (gaz naturel). SOURCE: Compilation d’après RNCan 2016 Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 9. 8 SOURCE: Compilation d’après HEC 2015 SOURCE: Compilation d’après HEC 2015 Au Québec, le secteur du bâtiment représentait 30 % de la consommation totale d’énergie de la province en 2013. Le secteur résidentiel comptait pour 19 % de cette consommation et le secteur commercial et institutionnel pour 11 %. (Figure 7) La répartition de la consommation d’énergie des ménages québécois est similaire à celle retrouvée à l’échelle nationale. Le chauffage des locaux et le chauffage de l’eau ont les plus grandes demandes énergétiques, soient, 63 % et 15 % respectivement. (Figure 8) Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 10. 9 En 2013, 46 % de l’énergie utilisée dans le secteur commercial et institutionnel québécois était attribuable au chauffage et à la climatisation des locaux ainsi qu’au chauffage de l’eau. L’éclairage était aussi une utilisation importante, représentant 17 % de la consommation énergétique de ce secteur. Selon les données de 2012, ce secteur consommait principalement de l’électricité (63 %) et du gaz naturel (32 %) surtout pour le chauffage des bâtiments. (Figure 9) SOURCE: Compilation d’après HEC 2015 Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 11. 10 SOURCE: Compilation d’après MDDELCC 2016 En termes environnementaux, la consommation de l’énergie par le secteur du bâtiment au Québec en 2013 a fait en sorte que les bâtiments résidentiels, commerciaux et institutionnels étaient responsable pour 9,5 % des émissions de GES de la province. (Figure 10) À partir de ces statistiques, nous pouvons conclure que les bâtiments écoénergétiques sont non seulement plus économiques à opérer comparativement aux bâtiments classiques, mais constituent une nécessité environnementale à l’échelle provinciale, nationale et mondiale. Les incidences sur l’environnement des concentrations croissantes des gaz à effet de serre au Canada sont abordées dans la section suivante. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 12. LesGESetlechangementclimatique L’Accord de Paris, qui a été élaboré en décembre 2015 par des délégués de 196 pays, appelle à freiner l’augmentation de la température moyenne de la Terre à «bien en dessous de 2 o C des niveaux préindustriels». 11 On peut déjà observer les effets du changement climatique sur l’environnement à travers le monde : la diminution de la couverture de neige, de glaces de mer et de glaciers, une élévation du niveau de la mer, une augmentation des inondations côtières, et des vagues de chaleur plus longues et plus intenses. Une grande partie du réchauffement est causée par les émissions cumulatives de CO2 qui sont actuellement à 65 % (ECCC 2015) de la limite de carbone permise. Cette limite, aussi appelée le budget de carbone, est la quantité estimée de dioxyde de carbone que le monde peut émettre dans l’atmosphère tout en ayant une chance probable d’atteindre l’objectif de l’Accord de Paris. La communauté scientifique internationale a fixé cette limite à 1000 milliards de tonnes de carbone. Au rythme actuel, le budget de carbone sera dépassé d’ici 2045. Pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, il est essentiel que les émissions mondiales annuelles atteignent leurs sommets d’ici 2020 et diminuent rapidement par la suite en sorte que les émissions de GES en 2040 soient 50 % de celles de l’année 2020. (WRI 2017) SOURCE: Pialot, D. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 13. 12 La Figure 12 montre la contribution de différents gaz aux émissions totales de gaz à effet de serre. Ceux-ci sont mesurés en fonction de leurs valeurs équivalentes en dioxyde de carbone. Dans l’ensemble, nous constatons que le dioxyde de carbone représente environ les trois quarts des émissions totales de gaz à effet de serre. Cependant, le méthane (CH4) et l’oxyde nitreux (N2O) sont également des sources importantes, représentant respectivement 17 % et 7 % des émissions. SOURCE: Ritchie, H. et Roser, M. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 14. 13 L’effet de serre est un phénomène naturel qui permet le réglage de la température de la Terre. Les rayons du soleil pénètrent l’atmosphère et réchauffent la surface de notre planète. Comme tout corps chaud, la Terre rayonne sa chaleur vers l’espace. Une partie de cette chaleur est capté par les GES et les nuages. En absorbant ces rayonnements, les GES emprisonnent l’énergie thermique près de la surface du globe où elle réchauffe l’atmosphère basse. Sans cet effet de serre de l’atmosphère, la température moyenne à la surface de la Terre serait inférieure à -15oC au lieu des +15oC que nous connaissons. (NASA 2017a) Par contre, les humains augmentent artificiellement la concentration de GES dans l’atmosphère à un rythme de plus en plus rapide, principalement par l’utilisation massive de combustibles fossiles et par la déforestation. Depuis le début de la révolution industrielle (en environ 1750) jusqu’en 2009 les niveaux de dioxyde de carbone ont augmenté de près de 38 % et les concentrations de méthane ont augmenté de 148 %. La température moyenne de la surface de la Terre a augmenté de 0,6 à 0,9 oC entre 1906 et 2005. Au cours des 50 dernières années, le taux d’augmentation de la température a presque doublé. (NASA 2017b) L’effet de serre SOURCE: Ritchie, H. et Roser, M. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 15. 14 La vitesse de réchauffement climatique au Canada est environ deux fois plus rapide que celle à l’échelle mondiale, en conséquence, une augmentation de la température moyenne de la Terre de 2 oC signifierait une augmentation d’environ 3 oC à 4 oC au Canada (ECCC 2015). Au Québec, la croissance des concentrations des GES dans l’atmosphère pourrait se traduire, d’ici 2050, par une hausse des températures pouvant atteindre 5 oC au sud et 9 oC au nord, principalement en hiver. Des précipitations plus abondantes et des pluies diluviennes pourraient notamment être à l’origine d’inondations et de problèmes d’érosion. (MDDELCC 2017) Depuis 1948, les températures augmentent dans l’ensemble du pays. En 2012, la température moyenne dans le nord du Canada était de 3oC supérieurs à celle mesurée en 1948. Dans le reste du Canada, elle a augmenté de 1oC et plus selon la région. Le changement climatique au Canada SOURCE: (ECCC 2015) Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 16. Lapertinencedesbâtiments écoénergétiquesdanslaluttecontreles changementsclimatiques auQuébec 15 Le Québec est dans une situation particulière puisque pratiquement toute l’électricité de la province, à savoir >95 %, est produite à partir de sources renouvelables. SOURCE: ONÉ 2017 Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 17. De plus, la majorité des ménages québécois comptent sur l’électricité pour se chauffer (Figure 16). Compte tenu de ces faits, il est raisonnable de remettre en question le rôle des bâtiments écoénergétiques dans la lutte contre le réchauffement climatique au Québec. Greenpeace, dans leur rapport intitulé «Le potentiel des énergies solaires au Québec», explique les bénéfices potentiels pour la province : « L’incorporation du solaire thermique ou passif aux nouvelles constructions permettrait de réduire les pics de la demande d’électricité durant les journées les plus froides de l’hiver. Ceci réduirait donc l’importation d’électricité dont une partie provient du charbon ou du nucléaire, et aussi d’économiser des investissements de plus en plus coûteux dans des barrages hydroélectriques supplémentaires. Une solution permettant également de réduire encore, voire d’éliminer totalement le chauffage des bâtiments aux énergies fossiles. Une partie de l’électricité ainsi économisée dans le chauffage des bâtiments pourrait alors être utilisée, par exemple, pour l’électrification des transports, une des autres grandes priorités dans la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre (GES) tout en diminuant notre dépendance aux énergies fossiles. » (page 6) 16 Le potentiel des énergies solaires au Québec, publié par Greenpeace AUTEURS Diane Bastien, candidate au doctorat de génie du bâtiment, civil et environnemental à l’Université Concordia Andreas Athienitis, Ph.D., Eng., FCAE, professeur à l’Université Concordia, titulaire de la chaire de recherche sur l’énergie solaire Est-ce que l’efficacité énergétique des bâtiments au Québec pourrait accélérer l’électrification du transport? Pour répondre à cette question, nous devons d’abord prendre en considération la demande en électricité des modes de transport électrique. Prenons les voitures, par exemple. Selon le site web d’Hydro-Québec, un million de voitures électriques auraient une demande d’électricité équivalente à environ 2 % de la consommation au Québec en 2015 (Hydro-Québec 2017), soit 4 TWh. Ces voitures éviteraient la production de 3,4 millions de tonnes de gaz à effet de serre (GES) par année. SOURCE: Compilation d’après Couture Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 18. On se demande, alors, si les bâtiments écoénergétiques pourraient fournir cette demande d’énergie de 4 TWh. La réponses est « oui ». Selon le site web d’Écohabitation, 30 TWh pourraient être économisés au Québec si les propriétaires des maisons unifamiliales à travers la province entreprenaient les travaux illustrés dans la Figure 17 (Duchaine). Cette énergie serait amplement suffisante pour alimenter les 5,1 millions de voitures immatriculées au Québec si toutes celles-ci étaient remplacées par des voitures électriques. 17 On peut conclure que même dans la province de Québec où l’électricité provient presque entièrement de ressources renouvelables, les bâtiments écoénergétiques pourraient jouer un rôle important dans la lutte contre les changements climatiques en libérant de l’électricité qui pourrait alors être utilisée pour l’électrification des transports. Les cibles visées par le Plan d’action du gouvernement du Québec en électrification des transports, 2015 à 2020 1. Atteindre un nombre de 100 000 véhicules électriques et hybrides rechargeables immatriculés au Québec. 2. Réduire de 150 000 tonnes les émissions annuelles de GES produites par les transports. 3. Réduire de 66 millions le nombre de litres de carburant consommés annuellement au Québec. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 19. Lepland’actionduGouvernement du Canada 18 Le Canada est l’un des principaux producteurs et exportateurs d’énergie, ce qui entraîne des émissions de GES considérables. À l’échelle mondiale, le Canada est parmi les 10 principaux émetteurs de gaz à effet de serre, produisant 1,6 % des émissions. Encore plus alarmant, le Canada a un des taux d’émission de GES par habitant les plus élevés dans le monde (Figure 13)! Dans le but de réduire ses émissions de GES, le Canada a adopté le Cadre pancanadien le 9 décembre 2016. Les mesures décrites dans ce plan ont pour but de permettre au Canada de réduire l’ensemble des émissions de GES liées à son économie à 30 % en deçà des niveaux de 2005. La Figure 18 montre que le total des émissions de GES au Canada devrait s’établir à 742 mégatonnes en 2030 selon les projections de décembre 2016 si aucune mesure n’est implémentée. La cible du Canada est de réduire ces émissions à 523 mégatonnes. SOURCE: GCan 2016 Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 20. Le rôle du secteur du bâtiment Le bâtiment à consommation énergétique nette zéro 19 La maison nette zéro Riverdale. La bibliothèque de la Ville de Varennes, Québec Le premier bâtiment institutionnel à énergie nette zéro au Canada. Consommation énergétique : 53 kWh/m²/année Le Cadre pancanadien comprend les éléments suivants : 1. Adopter, dès 2020, des codes de construction de plus en plus stricts afin d’augmenter l’efficacité énergétique des nouveaux bâtiments. 2. Adopter dès 2030 un code de construction «prêt à la consommation énergétique nette zéro». 3. Moderniser les bâtiments existants en élaborant un code exemplaire d’ici 2022 et exiger dès 2019 l’étiquetage de la consommation énergétique des bâtiments. 4. Augmenter le rendement énergétique des appareils ménagers et des équipements de chauffage par l’établissement de nouvelles normes plus exigeantes. SOURCE: Google Maps Un bâtiment «à consommation énergétique nette zéro» (NZ) combine de faibles besoins d’énergie à des moyens de production d’énergie sur place. Sa production énergétique sur une base d’une année équilibre sa consommation, son bilan énergétique net annuel est donc nul. Les coûts de construction des bâtiments à consommation énergétique nette zéro ont diminué de 40 % depuis une décennie, et ils continuent de chuter. Les maisons NZ sont aussi bénéfiques pour l’environnement que pour les portefeuilles de leurs propriétaires. Les frais d’exploitation d’une maison à consommation énergétique nette zéro sont de 30 % à 55 % inférieurs à ceux d’une maison ordinaire, selon la région, le type de source d’énergie et le comportement des occupants. Par exemple, par un froid de -32oC la maison nette zéro Riverdale (un duplex jumelé à Edmonton, en Alberta) ne nécessite que 6 500 W pour le chauffage – l’équivalent de quatre grille-pains. (GCan 2016) SOURCE: Rodier, D. Google Maps. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 21. Lessystèmesdenotation desbâtiments écoénergétiques 20 Les systèmes de notation des bâtiments écoénergétiques continuent d’être développés et adoptés au Canada et à l’étranger. En général, ces normes appartiennent à une ou plusieurs des catégories suivantes : 1. Prescriptif : Les systèmes prescriptifs définissent les méthodes de réalisation. Les matériaux et les équipements doivent répondre à certains niveaux de rigueur, qui sont quantifiés dans des tableaux. 2. Performance : Les standards basés sur les performances sont conçus pour obtenir des résultats particuliers, plutôt que de répondre aux exigences prescrites pour les composants individuels du bâtiment. Ils visent à permettre aux concepteurs de choisir les moyens pour atteindre une efficacité énergétique. 3. Résultats : Les standards axés sur les résultats établissent un niveau d’utilisation énergétique cible et prévoient des méthodes d’évaluation de la consommation d’énergie du bâtiment achevé afin d’assurer qu’il fonctionne à un niveau prédéfini. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 22. 21 * Bâtiment à énergie positive (BÉPOS) : Ce bâtiment producteur d’énergie dépasse le niveau «zéro énergie» : il produit globalement plus d’énergie qu’il n’en consomme. Ces bâtiments sont raccordés à un réseau de distribution d’électricité vers lequel ils peuvent exporter le surplus de leur production d’électricité. Un bâtiment BÉPOS peut être certifié par le International Living Future Institute à travers leur programme intitulé Living Building Challenge ou obtenir une certification LEED. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 23. 22 LEED LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) est un système nord-américain de standardisation de bâtiment de haute qualité environnementale créé par le US Green Building Council en 1998. Le système a été adapté au marché canadien par le Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCa). Un bâtiment peut atteindre quatre niveaux : certifié, argent, or ou platine. Les critères d’évaluation incluent : l’efficacité énergétique, l’efficacité de la consommation d’eau, l’efficacité du chauffage, et l’utilisation et la réutilisation de matériaux de provenance locale. BoMA BESt BoMA BESt (Building Owners and Managers Association Building Environmental Standards) est le programme de notation des immeubles commerciaux et institutionnels de l’Association des propriétaires et des administrateurs d’immeubles du Canada. La certification BOMA BESt est octroyée aux établissements faisant preuve d’une performance élevée en gestion énergétique et environnementale. Energy Star Energy Star est un programme établi en 1992 par l’EPA (Environmental Protection Agency) afin de promouvoir l’efficacité énergétique et réduire les émissions de GES aux États-Unis. Le programme est également reconnu au Canada, en Australie et dans l’Union européenne. La certification Energy Star prend plusieurs formes, la plus reconnue étant celle d’une étiquette apposée sur des appareils électroménagers et électroniques qui respectent certaines normes environnementales. La certification Energy Star peut aussi être décernée à des bâtiments industriels, des bureaux et des maisons particulières. Un total de 32 686 bâtiments aux États-Unis sont actuellement certifiés Energy Star, ce qui représente une surface de plancher total 441 004 710 mètres carrés (4 746 935 191 pieds carrés). (Energy Star) Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 24. 23 EnerGuide ÉnerGuide est un programme d’étiquetage et de cote de rendement énergétique conçu par le gouvernement fédéral canadien. Ce standard s’applique à des biens de consommation clés tels que les maisons, les véhicules légers et certains produits. Dans le cadre de la certification d’une maison, la consommation d’énergie annuelle est estimée et affichée sur une étiquette sur laquelle on retrouve aussi une cote énergétique. La cote EnerGuide varie de 0 à 100. Plus que la cote est élevée plus que la maison est efficace sur le plan énergétique. Une cote de 100 indique que la maison est auto suffisante et ne nécessite aucune entrée nette extérieure d’énergie. SOURCE: Compilation d’après RNCan 2017b Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 25. 24 R2000 2012 R-2000 est une norme nationale volontaire comprenant des mesures d’efficacité énergétique, d’amélioration de la qualité d’air intérieur et de protection de l’environnement lors des stades de la construction et de l’exploitation d’une maison. NovoClimat 2.0 Le programme NovoClimat 2.0, développé par l’Agence de l’efficacité énergétique du Québec, spécifie des normes de construction supérieures au code dans les catégories suivantes : le niveau d’isolation, l’enveloppe et l’étanchéité, les portes et fenêtres, la qualité de l’air intérieur, les systèmes de chauffage, le chauffage de l’eau, les appareils à combustible, l’usage de l’eau, l’éclairage et autres charges, et la ventilation. Les habitations homologuées Novoclimat 2.0 permettent de réaliser des économies estimées de 20 % sur les coûts d’énergie par rapport aux Le AGC Glass Building en Belgique, un bâtiment à consommation énergétique quasi nulle. Certifié BREEAM «Excellent». SOURCE: Simon Schmitt maisons construites selon le Code de construction du Québec. BREEAM BREEAM (Building Research Establishment Environmental Assessment Method) est le système de notation de bâtiments écoénergétiques le plus ancien et le plus utilisé au monde. Développé par l’organisme britannique, The Building Research Establishment, près de 100 000 bâtiments ont été certifié BREEAM depuis sa création en 1990. HQE La haute qualité environnementale (HQE) est un programme volontaire de certification d’origine française datant de 2004. Cette étiquette représente un ensemble de 14 cibles visant la performance environnementale dans les phases de la construction et de l’usage du bâtiment. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 26. Maison Passive et l’Indice Solaire Passif (ISP) L’ISP est un programme de reconnaissance des bâtiments qui réussissent à atteindre un niveau de performance énergétique qui dépasse largement les exigences des codes de construction régionale. Le secret se trouve principalement dans la conception de l’enveloppe du bâtiment qui minimise les pertes de chaleur en étant aussi étanche que possible et très bien isolé. Une stratégie supplémentaire consiste à orienter la maison en sorte que la chaleur gratuite du soleil puisse être exploitée pour le chauffage. Le système ISP est inspiré par les exigences du standard Passivhaus établi en Allemagne. La certification Passivhaus requiert que la consommation annuelle d’énergie ne dépasse pas 15 kWh/m² de plancher habitable pour le chauffage, le refroidissement et la ventilation. Par contre, la cote ISP s’étale de 0 à 50 kWh/m², 0 correspondant à la Maison Purement Passive. Une maison unifamiliale moyenne certifiée ISP 50 kWh/m² est une amélioration énergétique de plus de 50 % par rapport aux normes de construction actuellement en vigueur au Québec. Il est à noter que la cote ISP 0 n’est pas équivalente à une Maison à énergie Nette Zéro, laquelle pourrait avoir un grand besoin de chauffage pourvu qu’il soit entièrement compensé par la production d’énergie. 25 SOURCE: Passivhaus Institut La Maison Passive : Une innovation Canadienne! Les origines de la conception de maisons passives remontent à plus de 40 ans, à la Saskatchewan Conservation House, construite en 1977 à Regina par une équipe de chercheurs du Conseil national de recherches Canada (CNRC) et du Saskatchewan Research Council. La Saskatchewan Conservation House est dotée d’une excellente isolation thermique, d’une enceinte hermétique et d’un des premiers systèmes de ventilation à récupération de chaleur au monde. Testée 30 ans plus tard, l’étanchéité à l’air n’a pas beaucoup changé et les murs ne montrent aucun signe d’accumulation d’humidité. Les principes de conception de maisons passives ont été codifiés et systématisés par Bo Adamson et Wolfgang Feist, qui ont fondé l’Institut de la Maison Passive (Passivhaus Institut) en 1996 à Darmstadt, Allemagne. La thermographie montre dans l’infrarouge que la construction passive (à droite) perd beaucoup moins d’énergie (couleurs chaudes) qu’une construction classique (au fond). Saskatchewan Conservation House SOURCE: Dodge et Thompson Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 27. Maison Nette Zéro (MNZ) et Maison prête pour le Net Zéro (MpNZ) Les certifications MNZ et MpNZ ont été établies le 2 mai 2017, par l’Association canadienne des constructeurs d’habitations (Canadian Home Builders Association). La maison nette zéro a un bilan annuel de zéro consommation d’énergie puisque l’énergie consommée est compensée par des systèmes de production d’électricité, souvent des panneaux solaires photovoltaïques. Puisque ces maisons sont raccordées au réseau électrique, leur surplus de production d’électricité peut être exporté à celui-ci (sous des contrats d’achat ou de facturation nette) ou bien stocké dans des batteries pour usage antérieur. La maison prête pour le net zéro (MpNZ) est une maison énergétiquement efficace dans laquelle des systèmes d’énergies renouvelables n’ont pas encore étaient intégré, mais qui pourraient l’être facilement. Le programme du CHBA repose sur les principes retrouvés dans les standards R-2000 2012 (version actuelle), EnergyStar, NovoClimat 2.0 et EnerGuide. 26 L’Énergie nette zéro : Pas juste pour les maisons! Ce bâtiment à énergie nette zéro de 10 000 mètres carrés inclut : - Récupération de chaleur des eaux usées voisines - Une installation solaire photovoltaïque qui génère assez d’énergie pour alimenter 25 maisons par an - Technologies intelligentes qui permettent de régler les systèmes de chauffage et de refroidissement en fonction du temps et de la position du soleil - Une ventilation sur demande des ateliers SOURCE: Okanagan College EcoTerra est une maison à consommation énergétique nette zéro située dans la ville d’Eastman, Québec. La résidence de 1517 pi2 (141 m2) comprend deux étages, et deux chambres à coucher. Sa demande d’énergie pour le chauffage est 17 % de la moyenne des ménages canadiens. Plusieurs technologies d’énergie renouvelable ont été incorporées dans la conception de la maison, notamment, l’énergie solaire passive, la récupération de la chaleur de l’eau, le chauffageSOURCE: SCHL b géothermique et la génération d’électricité à partir de panneaux solaires photovoltaïques. The Trades Complex du College Okanagan à Kelowna, Colombie britannique, Canada Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 28. 27 Accéder à cette carte interactive sur le site : (Si vous êtes en ligne : Cliquez avec le bouton droit de la souris, puis sélectionnez Ouvrir le lien dans un nouvel onglet, NB: Le lien est parfois désactivé) : https://batchgeo.com/map/net-zero-energy-buildings. Par contre, une base de données détaillant les noms, emplacements et caractéristiques de plusieurs bâtiments à énergie nette zéro en Amérique du Nord se trouve sur le site du New Buildings Institute : (Si vous êtes en ligne : Cliquez avec le bouton droit de la souris, puis sélectionnez Ouvrir le lien dans un nouvel onglet) : https://newbuildings.org/resource/getting-to-zero-database/ Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 29. Bâtiment à Énergie Positive (BÉPOS) : Un exemple canadien Le bâtiment Evolv1, dont la construction a débuté en juin 2017, devrait être un des immeubles de bureaux les plus écoénergétiques au Canada. Situé dans la ville de Waterloo en Ontario, le coût de ce bâtiment à énergie positive est estimé à 35 millions $ pour une surface de plancher de 10 000 mètres carrés. Son surplus de production d’électricité, générée par 1,5 acre de panneaux solaires placé sur le toit, pourrait être vendu au réseau électrique de la ville ou utilisé pour alimenter les 14 bornes de charge de véhicules électriques du bâtiment. 28 SOURCE: Arnold Plesse Le quartier Vauban dans la ville allemande de Fribourg-en-Brisgau est la première communauté résidentielle à énergie nette positive dans le monde. Ses 59 maisons BÉPOS, munies de panneaux solaires et construites selon les normes Passivhaus, produisent toutes plus d’énergie qu’elles n’en consomment. Chaque maison réalise un profit en revendant son excédent d’énergie au réseau d’électricité de la ville. Malgré son climat rigoureux, le Canada reçoit suffisamment d’ensoleillement pour justifier l’utilisation de panneaux solaires comme source d’énergie. Dans la plupart du pays, le potentiel de production d’électricité moyen sur une période d’une année est plus élevé qu’en Allemagne qui est, pourtant, un des pays pionniers de l’énergie solaire. Les cartes à droite montrent le nombre de kilowattheures par année pouvant être produit par chaque kilowatt nominal de panneau solaire installé au Canada et en Allemagne (avec une orientation au sud et un angle d’inclinaison égale à la latitude). SOURCE: SESCI L’énergie solaire au Canada? Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 30. 29 Accéder à cette carte interactive sur le site : (Si vous êtes en ligne : Cliquez avec le bouton droit de la souris, puis sélectionnez Ouvrir le lien dans un nouvel onglet ): https://www.observatoirebbc.org/bepos. En 2017, le nombre de bâtiments certifié BÉPOS s’élevait à 437 selon le site de l’Agence de l’Environnement et la Maîtrise de L’Énergie, France. La France ne construira que des bâtiments neufs à énergie positive dès 2020. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 31. 30 (1) Données à titre d’exemple tirées du projet Écoterra, Eastman Qc, SOURCE : SCHLc (2) Données à titre d’exemple tiré du projet Abondance Montréal : le Soleil – Montréal (Québec), SOURCE : SCHLd (3) Plancher situé au-dessus d’un espace non chauffé ou en contact avec l’air extérieur. (4) incluant un recouvrement des ponts thermiques SOURCES: Compilation d’après RBQ 2012, TÉQ 2014, Passivhaus 2016, SCHLc, SCHLd R: hr·pi²·oF/Btu, U: W/(m2K), RE: Rendement énergétique, sans unité Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 32. Larentabilitéd’unemaisonécoénergétique auQuébec 31 La consommation d’énergie d’un bâtiment est grandement définie par le code selon lequel il a été construit. (Un autre facteur critique est le comportement des occupants.) La Figure 23 donne un aperçu de la consommation d’énergie d’une maison unifamiliale, d’environ 2000 pi2 (198 m2), construite selon divers standards. SOURCE: Compilation d’après ONÉ 2008, Bastien, D. (2013), CHBA 2017 Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 33. 32 Il va de soi que le coût de construction d’une maison écoénergétique augmente à mesure que sa consommation d’énergie diminue, car elle nécessite un niveau d’isolation plus élevée, des techniques de construction spécialisées, etc. Il devient alors nécessaire de poser la question suivante : les coûts énergétiques plus faibles des maisons écoénergétiques justifient-ils leurs coûts en capital plus élevés? Selon l’étude d’Écohabitation intitulé Étude de faisabilité et plan de mise en œuvre d’une maison écologique misant sur les ressources, il existe un niveau d’isolation optimale, après lequel les économies supplémentaires diminuent progressivement, c’est-à-dire un point de rendements décroissants. Leur analyse (Tableau 3) démontre qu’une maison d’une consommation énergétique de 49 kWh/m2/année (ISP 49) est plus rentable qu’une maison ISP 12 (12 kWh/m2/année) selon les hypothèses suivantes : - Maison unifamiliale de 1800 m2 - Chauffage par plinthes électriques - Coût d’électricité : $ 0.08/kWh - Taux hypothécaire : 3,94 % - Mise de fonds : 70 000 $ - Période d’amortissement : 25 ans SOURCE: Compilation d’après Écohabitation Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 34. 33 La Figure 24 reprend cette analyse avec différents taux hypothécaires et coûts d’électricité. Elle démontre que dans la majorité des cas la maison ISP 49 est plus rentable que la maison ISP 12. Afin que la résidence ISP 12 soit équivalente à celle d’ISP 49 le taux hypothécaire doit chuter à 2 % et le coût d’électricité doit augmenter à $ 0.22/kWh. Par contre, afin d’être complète, l’analyse devrait prendre en considération les aides financières gouvernementales qui sont disponibles à ceux qui prévoient construire ou acheter une maison écologique. Le site de Ressources naturelles Canada décrit tous les programmes applicables aux projets reliés à l’efficacité énergétique à l’échelle résidentielle, commerciale et industrielle. (Si vous êtes en ligne : Cliquez avec le bouton droit de la souris, puis sélectionnez Ouvrir le lien dans un nouvel onglet) : http://www.rncan.gc.ca/energie/financement/efficacite/4948 Nous concluons qu’il est toujours nécessaire de faire une analyse financière complète avant d’entreprendre la construction d’un bâtiment écoénergétique afin d’optimiser sa conception et sa rentabilité. SOURCE : Auteure Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 35. 34 Saviez-vous que… À 0,08 $/kWh taxes comprises, les Montréalais bénéficient du tarif d’électricité résidentiel le moins cher en Amérique du Nord. La Figure 25 montre le coût comparatif de l’électricité dans 22 grandes villes du continent. SOURCE : Hydro-Québec (2016) Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 36. 35 Larentabilitéd’unbâtimentcommercialécoénergétique Les projets d’efficacité énergétique offrent des avantages financiers aux entreprises au-delà des économies sur les coûts d’énergies. Ils produisent des avantages supplémentaires substantiels qui sont généralement ignorés : l’amélioration de la santé des occupants, la productivité et la satisfaction des employés, le soutient d’une image de leadership et de savoir-faire, l’accès aux crédits d’impôt, aux finances et aux subventions, l’amélioration de la gestion des risques, la réduction des coûts d’exploitation hors énergie, et l’augmentation des taux d’occupations, de loyers et de prix de vente d’immeuble. De tels avantages non énergétiques ne sont pas intangibles, mais créent des opportunités commerciales quantifiables. Afin d’établir la rentabilité d’un projet écoénergétique à l’échelle commerciale les professionnels et les gestionnaires peuvent consulter le Guide publié par le Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, intitulé : Comment calculer et présenter la valeur d’une rénovation écoénergétique complète (RÉC). Voir le résumé des facteurs discutés dans ce guide ci-dessous. Consulter aussi l’étude Canada Green Building Trends Report publiée par le Canada Green Building Council sur le marché canadien de bâtiments écoénergétiques incluant des données sur les coûts et la rentabilité de ces projets. (Si vous êtes en ligne : Cliquez les lien ci-dessus avec le bouton droit de la souris, puis sélectionnez Ouvrir le lien dans un nouvel onglet ). SOURCE: Compilation d’après Bendewald, M. Hutchinson, R. Muldavin, S. et Torbert, R Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 37. 36 Dans les phases initiales du développement du projet, il est recommandé de sélectionner les éléments de valeur les plus prometteurs compte tenu du type de bâtiment en question et de passer ensuite aux autres éléments, si possible, pour une analyse plus complète. Le Tableau 4 ci-dessous énumère les éléments prioritaires pour les trois types de propriétés les plus courants. SOURCE: Compilation d’après Bendewald, M. Hutchinson, R. Muldavin, S. et Torbert, R Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 38. F A I T S S A I L L A N T S 37 SOURCE : Ho, L. Google Maps Le Mosaic Centre situé en Edmonton, Alberta et le premier bâtiment commercial à énergie nette zéro au Canada. Ce bâtiment a aussi la prestigieuse distinction d’être le bâtiment à énergie nette zéro le plus nordique au monde. (Alberta Emerald Green Foundation) SOURCE: Spencer, S. Google Maps. Du Mosaic Centre Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 39. Conclusion Lesbâtimentsécoénergétiquesenbref 38 Au début du cours, nous avons entrepris de répondre à six questions précises. Les voici de nouveau avec ce que nous avons trouvé. 1 2 Quel est l'impact environnemental des bâtiments à l'échelle mondiale, au Canada et dans la province du Québec? Selon une étude publiée par l’International Energy Agency (IEA), trente-trois pour cent (33 %) des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’échelle mondiale proviennent des bâtiments lorsqu’on considère les émissions directes et indirectes de ceux-ci. Au Canada, les bâtiments sont l’origine de 17 % des émissions GES du pays. Au Québec, les bâtiments résidentiels, commerciaux et institutionnels représentent 9,5 % des émissions de GES. Quelle est la pertinence environnementale des bâtiments écoénergétiques au Québec étant donné que plus de 95 % de l’approvisionnement électrique de la province provient des ressources renouvelables? Les bâtiments au Québec utilisent principalement de l’électricité pour leur plus grand besoin d’énergie, le chauffage. Sachant que plus de 95 % de l’électricité au Québec provient de sources renouvelables, à savoir l’hydroélectricité et l’éolienne, il est raisonnable de contester la motivation environnementale derrière la transition vers des bâtiments écoénergétiques dans la province. Par contre, selon une étude de Greenpeace, écrite par Diane Bastien, candidate au doctorat de génie du bâtiment, civile et environnementale à l’Université Concordia et Andreas Athienitis, Ph.D., Eng., professeur à l’Université Concordia, et titulaire de la chaire de recherche sur l’énergie solaire, « Une partie de l’électricité ainsi économisée dans le chauffage des bâtiments pourrait alors être utilisée, par exemple, pour l’électrification des transports, une des autres grandes priorités dans la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre (GES) tout en diminuant notre dépendance aux énergies fossiles. » . Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 40. 39 Il est important de noter que le secteur du transport était responsable de 43 % des émissions de GES de la province en 2013. Selon le site web Écohabitation, si les propriétaires des maisons unifamiliales (isolées, jumelées et en rangés) au Québec entreprenaient des travaux d’amélioration de la performance énergétique de leur maison, avec un objectif de rentabilisation de 5 ans, le Québec pourrait économiser 30 TWh, ce qui serait amplement suffisant pour alimenter les 5,1 millions de voitures immatriculées au Québec si toutes celles- ci étaient remplacées par des voitures électriques. Dans cette optique, la conception de bâtiments écoénergétiques résidentiels, commerciaux et institutionnels pourrait réduire d’une façon importante les émissions de GES au Québec. Quel est le plan d’action du Gouvernement du Canada concernant les émissions de gaz à effet de serre? Comment le secteur du bâtiment est-il impliqué dans ce plan? 3 Le Canada a adopté le Cadre pancanadien le 9 décembre 2016. Les mesures décrites dans ce plan permettront au Canada de réduire l’ensemble des émissions de GES liées à son économie à 30 % en deçà des niveaux de 2005, la cible étant 523 mégatonnes d’équivalent de CO2. Dès 2020, des codes de construction de plus en plus stricts seront mis en œuvre afin que l’ensemble des provinces et des territoires adoptent dès 2030 un code de construction «prêt à la consommation énergétique nette zéro». 4 Quels sont les systèmes de notations qui s’appliquent aux bâtiments écoénergétiques? Au Canada on trouve les certifications suivantes : LEED, BoMA BESt, Energy Star, ÉnerGuide, R- 2000, NovoClimat 2.0, Passivhaus, Indice Solaire Passif, Maison Nette Zéro, Maison prête pour le Net Zéro, Living Building Challenge, BREEAM et HQE. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 41. 40 5 6 Est-ce qu’une maison écoénergétique est rentable au Canada, où le coût d’électricité est relativement faible? Oui, mais il existe un point de rendements décroissants. Étant donné les coûts des matériaux de construction, d’électricité et des taux hypothécaires actuels il n’est généralement pas rentable de construire une maison avec une intensité énergétique très inférieure à 49 kWh/m2/année. Ceci dit, il est important de toujours faire une analyse financière complète incluant tous les subventions, crédits d’impôt et taux hypothécaires préférentiels disponibles avant d’entreprendre tout projet écoénergétique. Comment déterminer la rentabilité d’un bâtiment écoénergétique commercial? Il faut considérer tous les coûts capitaux associés avec le projet et les économies réalisables en termes de coûts d’électricité et de combustible. D’un autre côté, il faut aussi prendre en compte tous les bénéfices non reliés à l’énergie notamment l’amélioration de la santé des occupants, la productivité et la satisfaction des employés, le soutient d’une image de leadership et de savoir- faire, l’accès aux crédits d’impôt, aux finances et aux subventions, l’amélioration de la gestion des risques, la réduction des coûts d’exploitation hors énergie, et l’augmentation des taux d’occupations, de loyers et de prix de vente d’immeuble. En bref… Les bâtiments écoénergétiques sont devenus une nécessité environnementale. Les gouvernements à travers le monde développent des réglementations afin d’exiger la construction des bâtiments à énergie nette zéro. En Europe, les bâtiments à énergie positive seront bientôt la norme. Au stade de la conception d’un bâtiment écoénergétique, les ingénieurs et les architectes doivent effectuer une analyse financière complète afin de s’assurer que la période de rentabilité est raisonnable. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 42. 41 Merci d’avoir pris ce cours ! J’espère que vous l’avez aimé. N’hésitez pas à m’envoyer vos commentaires. VEUILLEZ PASSER L’EXAMEN AFIN DE RECEVOIR VOTRE CERTIFICAT DE FORMATION. IL ATTESTERA QUE VOUS AVEZ COMPLÉTÉ 2 HEURES DE FORMATION CONTINUE. BONNE CHANCE ! Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 43. 42 Références Ce document est disponible sous licence CC BY NC SA 4.0 par iPolytek. (https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/). Les documents et les images de référence sont les propriétés de leurs auteurs respectifs. 1. Alberta Emerald Green Foundation. Cuku's Nest Enterprises Ltd. – The Mosaic Centre for Conscious Community and Commerce. Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=wZyy32inVoU (page consultée le 12 décembre 2017). 2. Arnold Plesse (Self-photographed) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons 3. Andrewglaser sur Wikipedia anglais [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by- sa/3.0) ou GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html)], via Wikimedia Commons 4. Bastien, D. (2013). Mémoire sur le potentiel des énergies solaires au Québec. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec. https://www.mern.gouv.qc.ca/energie/politique/memoires/20130927_210_DBastien_M.pdf (page consultée le 17 novembre 2017). 5. Bastien, D. et Anthienitis, A. (2011). Le potentiel des énergies solaires au Québec. Greenpeace. http://www.greenpeace.org/canada/Global/canada/report/2011/09/Le%20potentiel%20des20%C3 %A9nergies%20solaires%20au%20Qu%C3%A9bec.pdf (page consulté le 30 novembre 2017). 6. Bendewald, M. Hutchinson, R. Muldavin, S. et Torbert, R. (2016). GUIDE À L’INTENTION DES PROPRIÉTAIRESOCCUPANTS, COMMENT CALCULER ET PRÉSENTER LA VALEUR D’UNE RÉNOVATION ÉCOÉNERGÉTIQUE COMPLÈTE. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles Bureau de l’efficacité et de l’innovation énergétiques. http://www.transitionenergetique.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/institutions/guide-calculer-la- valeur-renovation-ecoenergetique.pdf (page consultée le 18 decembre 2017). Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 44. 43 7. Canada. Environnement et Changement climatique Canada (ECCC 2015). La science des changements climatiques, 24 pages, http://publications.gc.ca/collections/collection_2017/eccc/En4- 303-2015-fra.pdf (page consultée le 2 novembre 2017). 8. Canada. Gouvernement du Canada (GCan 2016). Cadre Pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques. https://www.canada.ca/content/dam/themes/environment/documents/weather1/20170125-fr.pdf (page consultée 18 novembre 2017). 9. Canada. Gouvernement du Canada (GCan 2017). Émissions de gaz à effet de serre : facteurs et incidences. https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/indicateurs- environnementaux/emissions-gaz-effet-serre-facteurs-incidences.html (page consultée le 13 novembre 2017). 10. Canada. Office national de l’énergie (ONÉ 2008). Codes, règlements et normes influençant la demande énergétique. https://www.neb- one.gc.ca/nrg/ntgrtd/mrkt/archive/2008cdstndrdrgltn/cdstndrdrgltn-fra.pdf (page consultée le 10 décembre 2017). 11. Canada. Office national de l’énergie (ONÉ 2017). Avenir énergétique du Canada en 2016 – Perspectives provinciales et territoriales. https://www.neb-one.gc.ca/nrg/ntgrtd/ftr/2016pt/prvnc- trrtrl-cmprsn-eng.html (page consultée le 19 novembre 2017). 12. Canada. Ressources naturelles Canada, (RNCan 2016). Évolution de l’efficacité énergétique au Canada de 1990 à 2013, http://www.rncan.gc.ca/sites/www.nrcan.gc.ca/files/energy/pdf/evolution2013.pdf (page consultée le 10 novembre 2017). 13. Canada. Ressources naturelles Canada, (RNCan 2017a). Cote, service, étiquette et rapports ÉnerGuide - Maisons Neuves. http://www.rncan.gc.ca/energie/efficacite/habitations/nouvelles- maisons/18704 (page consultée 15 novembre 2017). Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 45. 44 14. Canada. Ressources naturelles Canada, (RNCan 2017b). Échelle de cotes Énerguide 0 à 100. http://www.rncan.gc.ca/energie/efficacite/habitations/maisons-ameliorees/18683 (page consultée 15 novembre 2017). 15. Canada. Ressources naturelles Canada, (RNCan 2017c). Maisons R-2000. https://www.rncan.gc.ca/energie/efficacite/habitations/nouvelles-maisons/5086 (page consultée 15 novembre 2017). 16. Canadian Consulting Engineering Awards (CCEA 2016). Varennes Net-Zero Library. https://www.canadianconsultingengineer.com/cce/awards/2016/A15_Stantec_VarennesNetZeroLib rary_English.pdf. (page consultée le 12 janvier 2018). 17. Canadian Home Builders Association (CHBA 2017). CHBA Net Zero Home Labelling Program. http://www.chba.ca/CHBA/HousingCanada/Net_Zero_Energy_Program/CHBA/Housing_in_Canad a/Net_Zero_Energy_Program/NZE_Program_Landing_Page.aspx?hkey=4af3da17-b4da-42ef- bf20-261a9cfbe39f (page consultée l1 31 janvier 2018). 18. Conseil du bâtiment durable du Canada. (CBDC). Conférence Net Zéro à Québec. http://batimentdurable.ca/activites-et-formations/conference-netzero (page consultée le 6 décembre 2017). 19. Couture, P. (2016, 12 décembre). Plus cher pour se chauffer. Le journal de Québec. http://www.journaldequebec.com/2016/12/12/plus-cher-pour-se-chauffer (page consultée le 19 novembre 2017). 20. Dodge, D. et Thompson, D. 139. The first certified passive house in Saskatchewan Green Energy Futures. http://www.greenenergyfutures.ca/episode/saskatchewans-first-certified-passive-house (page consultée le 17 novembre 2017). Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 46. 45 21. Duchaine, P. (2017, 17 février). Potentiel de négawatts des habitation québecoises: Économiser l’équivalent de la consommation électrique de tous les résidents du grand Montréal! Écohabitations. http://www.ecohabitation.com/actualite/nouvelles/potentiel-negawatts-habitations- quebecoises-economiser-equivalent-consommation-e (page consultée le 21 novembre 2017). 22. Écohabitation. Portrait Financier: Est-ce payant de construire des bâtiments passifs? Comprendre la rentabilité de la haute performance énergétique. http://www.ecohabitation.com/indice-solaire- passif/portrait-financier (page consultée le 23 décembre 2017). 23. Energy Star. ENERGY STAR Certified Buildings and Plants. https://www.energystar.gov/index.cfm?fuseaction=labeled_buildings.locator (page consultée le 19 janvier 2018). 24. HEC Montréal, (HEC 2015). État de l’énergie au Québec, http://energie.hec.ca/wp- content/uploads/2014/12/EEQ2015_FINAL_2015.pdf (page consultée le 10 novembre 2017). 25. Hydro-Québec (2016). Comparison des prix de l’électricité dans les grandes villes nord- américaines. Tarifs en vigueur le 1er avril 2016. http://www.hydroquebec.com/electrification- transport/ (page consultée le 2 décembre 2017). 26. Hydro-Québec (2017). L’énergie et le savoir-faire d’Hydro-Québec révolutionnent le secteur des transports. http://www.hydroquebec.com/electrification-transport/ (page consultée le 2 décembre 2017). 27. International Energy Agency, (IEA 2013). Transition to Sustainable Buildings Strategies and Opportunities to 2050, https://www.iea.org/publications/freepublications/publication/Building2013_free.pdf (page consultée le 2 novembre 2017). 28. Lionel Allorge (Own work) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html), CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or FAL], via Wikimedia Commons. Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 47. 46 29. NASA. (NASA 2017a). The Atmosphere’s Energy Budget. https://earthobservatory.nasa.gov/Features/EnergyBalance/page6.php (page consultée le 5 décembre 2017). 30. NASA. (NASA 2017b). Global Warming. https://earthobservatory.nasa.gov/Features/GlobalWarming/page2.php (page consultée le 5 décembre 2017). 31. Okanagan College. College’s green buildings earn gold. Okanagan College Media Release. http://www.okanagan.bc.ca/Campus_and_Community/employees/publicaffairs/news.html?BlogEntr yID=38116 (page consultée l2 1 décembre 2017). 32. Passivhaus Institut [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/)], via Wikimedia Commons. 33. Passivhaus Institut (Passivhaus 2016). Criteria for the Passive House, EnerPHit and PHI Low Energy Building Standard. http://www.passiv.de/downloads/03_building_criteria_en.pdf (page consultée le 13 décembre 2017). 34. Pialot, D. (1 juin 2017). Accord de Paris : le retrait des États-Unis est-il si dramatique ? La Tribune. https://www.latribune.fr/economie/international/accord-de-paris-le-retrait-des-etats-unis-est-il-si- dramatique-728790.html (page consultée 16 janvier 2018). 35. Québec. Régie du bâtiment du Québec (RBQ 2012). Guide du participant. Présentation sur le règlement modifiant le Code de construction pour favoriser l’efficacité énergétique. Partie 11 « Efficacité énergétique » du chapitre Bâtiment du Code de construction du Québec. https://www.rbq.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/Publications/francais/guide-participant-reglement- efficacite-energetique.pdf. (page consultée le 20 novembre 2017). Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 48. 47 36. Québec. Transition énergétique du Québec (TÉQ 2014). Exigences Techniques volets « Maison »et « Petit bâtiment multilogement », Novoclimat 2.0. http://www.transitionenergetique.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/novo2/exigences_novoclimat2_m aison-PBM.pdf. (page consulté 22 décembre 2017). 37. Québec. Ministère du développement durable, de l’environnement et de la lutte contre les changement climatiques (MDDELCC 2016). Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en 2014 et leur évolution depuis 1990, 2016, 32 pages. http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/ges/2014/Inventaire1990-2014.pdf (page consultée le 8 janvier 2018). 38. Québec. Ministère du développement durable, de l’environnement et de la lutte contre les changement Climatiques (MDDELCC 2017). Les gaz à effet de serre. http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/air/questce-ges.htm (page consulté le 13 novembre 2017). 39. Québec. Transports du Québec (TdQ 2015). Propulser le Québec par l’Électricité, Plan d’action en électrification des transports 2015 >2020. http://transportselectriques.gouv.qc.ca/wp- content/uploads/CIAO-050-LG2-MTQ-Rapport2016FRv2.1_.pdf (page consultée le 15 novembre 2017). 40. Ritchie, H. et Roser, M. CO₂ and other Greenhouse Gas Emissions. Our World in Data. https://ourworldindata.org/co2-and-other-greenhouse-gas-emissions (page consultée le 6 décembre 2017). 41. Simon Schmitt, AGC Glass Building, https://www.flickr.com/photos/agcglasseurope/16305965844 (page consultée 19 janvier 2018). 42. Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHLa). Maison nettezéro Riverdale. https://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/prin/dedu/maeq/manezeri/manezeri_004.cfm (page consultée le 24 novembre 2017). Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 49. 48 43. Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHLb). Maison nette zéro EcoTérra. https://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/prin/dedu/maeq/ecte/ecte_004.cfm (page consultée le 24 novembre 2017). 44. Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHLc). Caractéristiques du concept : ÉcoTerraMC – Eastman (Québec). https://www.cmhc-schl.gc.ca/odpub/pdf/65595.pdf (page consultée le 14 novembre 2017). 45. Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHLd). Caractéristiques du concept : Abondance Montréal : le Soleil – Montréal (Québec). https://www.cmhc- schl.gc.ca/odpub/pdf/66940.pdf (page consultée le 14 novembre 2017). 46. Solar Solar Energy Society of Canada (SESCI). THE DEVELOPMENT OF PHOTOVOLTAIC RESOURCE MAPS FOR CANADA. https://www.nrcan.gc.ca/sites/www.nrcan.gc.ca/files/ canmetenergy/files/pubs/2006-046_OP-J_411-SOLRES_PV%2Bmap.pdf (page consultée le 10 décembre 2017). 47. Sustainable Architecture and Building Magazine (SABMag). The Mosaic Center. http://www.sabmagazine.com/blog/2016/09/29/the-mosaic-centre/ (page consultée le 11 décembre 2017). 48. Thompson, C. (le 16 février 2017). An office building so green it actually produces energy. Waterloo Region Record. https://www.therecord.com/news-story/7145313-an-office-building-so- green-it-actually-produces-energy/ (page consultée 25 novembre 2017). 49. Webber, B. Green to the Max: Mosaic Centre for Conscious Community and Commerce. Canadian Architect. https://www.canadianarchitect.com/features/1003730699/ (page consultée le 11 décembre 2017). 50. World Resources Institute. (WRI 2017). The Global Carbon Budget. http://www.wri.org/sites/default /files/WRI13-IPCCinfographic- FINAL_web.png (page consultée le 5 décembre 2017). Vers le bâtiment à énergie nette positive, No. 1 de 3 www.ipolytek.com
  • 50. Également dans la série « Vers le bâtiment à énergie positive »… Cours no 2 : La conception bioclimatique et passive Cours no 3 : La production d’énergie dans le bâtiment Formation iPolytek inc. | Formation continue pour ingénieurs | www.ipolytek.com