www.stop-hunger.org
Rapport d’activités 2015
Engage. Innovate. Share.
Ne vous souciez jamais du nombre.
Aidez une personne à la fois
et commencez toujours
par la plus proche.
Mère Teresa
SOMMA...
Engager, notre moteur
Innover, notre conviction
Partager, notre force
Depuis près de 20 ans, l’action de Stop Hunger
avanc...
Qui
sommes-nous ?
Des repas gratuits pour des écoliers défavorisés
jusqu’à l’aide d’urgence : depuis près de 20 ans,
nous ...
DÉPLOIEMENT
GLOBAL
DES ACTIONS
STOP HUNGER
ET MESURE
DE L’EFFICACITÉ
COORDINATION
ET DÉPLOIEMENT
DES ACTIONS
STOP HUNGER
D...
Entretien avec
Clodine Pincemin
Directrice Générale Stop Hunger
Vous pensez réellement
que nourrir tout le monde
est possi...
100 %Dons=Actions
100 % des dons faits à Stop Hunger
vont directement au financement
des projets rigoureusement sélectionn...
Nos3domainesd’intervention 6 actions
communes
pour un
engagement
total
Le Servathon, collecte annuelle
mondiale mobilisant...
Le saviez-vous ?
795 millionsde personnes dans le monde
ne mangent pas à leur faim.
L’Indeest le pays où vivent le plus
de...
Lutter contre
la faim et contre
le gaspillage
alimentaire
Chaque année, 1,3 milliard de
tonnes de nourriture sont gas-
pil...
Contre la faim, au jour le jour
En finir avec la faim, c’est faire
des dons alimentaires et collecter
des fonds, c’est fin...
Le soutien à des
entrepreneurs sociaux
Le saviez-vous ?
2 à 3 % du PIB des pays
C’est le coût économique de la faim,
selon...
L’aide d’urgence3.
Le saviez-vous ?
2,50 $permettent de nourrir pendant
un jour une famille de 5 personnes
211 millionsde ...
merci !
à nos 65 000 volontaires
à travers le monde
pour leur énergie, leur bonne humeur,
leur passion et leur esprit d’éq...
www.stop-hunger.org
Cocoon Silk est un papier
100 % recyclé, fabriqué
sans chlore.
Pour en savoir plus : www.stop-hunger.o...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

StopHunger_RA_2015

215 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
215
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

StopHunger_RA_2015

  1. 1. www.stop-hunger.org Rapport d’activités 2015 Engage. Innovate. Share.
  2. 2. Ne vous souciez jamais du nombre. Aidez une personne à la fois et commencez toujours par la plus proche. Mère Teresa SOMMAIRE L’ACTION CONTINUE EN LIGNE Témoignages, quizz, vidéos… Partageons nos histoires sur le site de Stop Hunger Message de Michel LANDEL Représentant de Sodexo SA, Président du Conseil d’Administration du Fonds de dotation Stop Hunger 02 Qui sommes-nous ? 04 Une coordination globale pour un impact local 06 Entretien avec Clodine Pincemin Directrice Générale Stop Hunger 08 Nos actions Nos 3 domaines d’intervention - L’aide locale aux plus démunis - Le soutien à des entrepreneurs sociaux - L’aide d’urgence Restons connectés Merci ! 10 www.stop-hunger.org Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 – 01
  3. 3. Engager, notre moteur Innover, notre conviction Partager, notre force Depuis près de 20 ans, l’action de Stop Hunger avance en même temps que la faim recule. L’histoire de Stop Hunger commence en 1996, à Boston, aux États-Unis, où des collaborateurs de Sodexo, leader des services de restauration, refusent d’accepter que des personnes souffrent de faim. Ils décident d’agir et créent Stop Hunger. Cette initiative prendra rapidement de l’importance, et d’autres équipes dans d’autres pays s’engageront progressivement dans la lutte contre la faim et la malnutrition. Aujourd’hui, Stop Hunger est une organisation indépendante qui a choisi trois domaines d’intervention : 1. l’aide locale aux plus démunis, 2. le soutien à des entrepreneurs sociaux, 3. l’assistance en cas d’urgence. Une stratégie et une mesure de l’efficacité des actions entreprises dans 48 pays ont été mises en place. Fondée sur l’écosystème du groupe Sodexo : collaborateurs, clients, consommateurs, fournisseurs et actionnaires, Stop Hunger n’a qu’une ambition : être un acteur majeur de la lutte contre la faim et la malnutrition. Nous avons au moins deux bonnes raisons de nous mobiliser : 1. La qualité de vie passe d’abord par la satisfaction des besoins primaires. Permettre à chaque personne de manger à sa faim, c’est assurer un besoin vital et un droit fondamental de l’humanité. C’est aussi se battre contre le problème de santé n° 1 dans le monde. Fondé sur la mission de Sodexo – améliorer la qualité de vie – Stop Hunger est là pour aider les plus démunis. 2. La faim est un problème solvable. Depuis 20 ans, la courbe de la faim est à la baisse. C’est un formidable message d’espoir, cela signifie que toutes les actions, programmes et autres initiatives ont porté, portent et porteront leurs fruits. C’est ce qui motive au quotidien tous nos volontaires et tous nos donateurs. Parce qu’il y a encore beaucoup à faire, beaucoup d’énergie à mobiliser, de partenariats et d’actions à inventer, de nourriture et de dons à collecter, de repas à servir pour nourrir les familles les plus démunies… Stop Hunger s’est fixé trois objectifs : • ENGAGER tout l’écosystème de Sodexo et faciliter les dons privés ou publics grâce à des fondations Stop Hunger (Belgique, États-Unis, France, Pays-Bas, Pérou, Roumanie, Royaume-Uni et bientôt Inde et Brésil…) capables d’effectuer des levées de fonds, de faire profiter les donateurs d’avantages fiscaux comme de leur rendre des comptes. • INNOVER, inventer des solutions pratiques et concrètes. Exemples : jardins communautaires, distribution de chèques alimentation en situation d’urgence… • PARTAGER les meilleures pratiques entre les pays et avec nos partenaires/ONG : Ashoka (1er réseau mondial d’entrepreneurs sociaux) ou le Programme Alimentaire Mondial (la plus grande agence humanitaire de lutte contre la faim et la malnutrition), mais aussi partager les denrées, les dons d’argent, l’expertise et le temps. J’espère que ce rapport d’activité vous donnera toutes les raisons de soutenir Stop Hunger – ou de continuer à le faire. Il vous prouve que notre – votre – mobilisation porte ses fruits mais qu’il faut encore aller plus loin. En finir avec la faim, c’est construire un monde plus éthique, plus solidaire et plus heureux. Michel LANDEL Représentant de Sodexo SA, Président du Conseil d’Administration du Fonds de dotation Stop Hunger 03Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 –
  4. 4. Qui sommes-nous ? Des repas gratuits pour des écoliers défavorisés jusqu’à l’aide d’urgence : depuis près de 20 ans, nous agissons pour que les plus démunis mangent à leur faim. 1996Le point de départ : Boston, Massachusetts, aux États-Unis. Des collaborateurs de Sodexo créent Stop Hunger, refusant d’accepter que des personnes souffrent de faim. Aujourd’hui Stop Hunger agit dans trois domaines : 1. L’aide locale aux plus démunis 2. Le soutien aux entrepreneurs sociaux 3. L’aide d’urgence en s’appuyant sur des partenariats internationaux tels que le Programme Alimentaire Mondial (World Food Programme) et le réseau mondial Ashoka, comme sur 860 ONG locales. 2003 2013Cette initiative prend d’autres formes, et d’autres équipes Sodexo dans d’autres pays, en Europe et en Amérique Latine notamment, s’engagent progressivement dans la lutte contre la faim et la malnutrition sous la bannière de Stop Hunger. 126 131heures de volontariat 860ONG partenaires 5millions de dollars US collectés 3,9millions de repas donnés ou équivalent 65 000volontaires* 48pays 2013 2014Une envergure caritative internationale : plus que jamais soutenu par l’engagement et les compétences des collaborateurs du Groupe Sodexo, dans 48 pays, Stop Hunger cible ses actions et mesure leurs progrès. Un fonds de dotation est créé en France. « Notre conférence nationale annuelle a non seulement été l’occasion d’organiser une tombola dont les fonds ont permis d’offrir 22 500 repas pour le Backpack Food Program, mais surtout de recruter les 100 participants et de les transformer en volontaires pour trier plus de 12 tonnes d’aliments ! » Arie BALL, directeur recrutement Sodexo États-Unis « Le Servathon est plus qu’une collecte. Outre deux tonnes de nourriture, nous avons apporté un peu de gaîté et d’amour aux enfants et à tous ceux que recueille le foyer d’Accueil des Béatitudes, situé au sud de Lima. » Claudia LUCIONI, responsable qualité Sodexo Pérou « Je mets mes compétences au service de la Croix-Rouge pour faire avancer les choses. Il y a de plus en plus de personnes qui vivent dans la rue, à chaque tournée de nuit, ce sont 20 à 40 personnes. Avec le don de Stop Hunger, nous leur offrons une nourriture plus variée que des soupes et du café. » Marie-Nelly ANNETTE, conseillère d’orientation professionnelle Sodexo France Justice Services Chiffres clés 2015 * Volontaires : collaborateurs Sodexo, membres de leurs familles et amis, fournisseurs, consommateurs et bénéficiaires 05Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 –
  5. 5. DÉPLOIEMENT GLOBAL DES ACTIONS STOP HUNGER ET MESURE DE L’EFFICACITÉ COORDINATION ET DÉPLOIEMENT DES ACTIONS STOP HUNGER DANS LES PAYS VOLONTAIRES ENGAGÉS POUR MENER LES ACTIONS STOP HUNGER SUR LE TERRAIN Les directeurs des 4 zones géographiques animent un réseau de Stop Hunger Leaders qui, dans chaque pays, relaie la mise en œuvre des actions, organise les collectes de dons alimentaires et de fonds à la fois au profit des ONG locales de leur choix et des partenaires internationaux. Chaque Leader fédère et anime une équipe de volontaires sur le terrain, les Stop Hunger Champions. COORDINATION INTERNATIONALE LEADERS CHAMPIONS Une coordination globale pour un impact local au plus près des personnes démunies Organisée en quatre grandes zones géographiques, l’équipe Stop Hunger de coordination internationale assure la mise en œuvre du programme d’actions et en mesure l’efficacité. En un an, avec 6 nouveaux pays engagés, le nombre des volontaires a progressé de près de 50 %. Et avec eux, le montant des fonds collectés est en augmentation de 20 % cette année. Fabien AUJEAN Directeur Stop Hunger Afrique,Asie, Australie et Moyen-Orient Shondra JENKINS Directrice Stop Hunger Amérique du Nord Mathilde LOING Directrice Stop Hunger Europe Carolina ROUILLON Directrice Stop Hunger Amérique Centrale et du Sud Clodine PINCEMIN Directrice générale Stop Hunger Mélanie MASSEY Assistante Direction Stop Hunger Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 – 07
  6. 6. Entretien avec Clodine Pincemin Directrice Générale Stop Hunger Vous pensez réellement que nourrir tout le monde est possible ? Sur quoi vous basez-vous ? Aujourd’hui, la faim tue encore des millions de personnes à commencer par les enfants. 795 millions de personnes dans le monde en souffrent. C’est le problème de santé n° 1. Si ce n’est pas nouveau, en revanche, on constate depuis peu que la faim sévit maintenant partout, y compris dans les pays les plus développés. Pour exemples, elle touche 48 millions d’Américains, 3 millions de Britanniques et 4 millions de Français. Mais la faim n’est pas une fatalité. La bonne nouvelle c’est que la courbe de la faim régresse depuis 20 ans : 19 % de la population mondiale dans les années 1990 contre un peu plus de 10 % aujourd’hui*. Je considère que nous pouvons enrayer totalement la faim d’ici à 15 ans. Concrètement, quels sont les moyens et actions mis en place par Stop Hunger pour contribuer à cette baisse ? Pour agir concrètement, nous disposons de trois moyens complémentaires qui constituent aussi nos forces : – le volontariat grâce aux 420 000 employés de Sodexo, notre partenaire fondateur, qui constituent un vivier inégalable de volontaires, la co-construction de partenariats avec des ONG locales et internationales et – enfin la collecte de fonds. Vous parlez de partenaires ONG, qui sont-ils et comment les choisissez-vous ? Compte tenu de notre ambition d’être un acteur majeur, nous choisissons des partenaires qui, comme je l’ai dit, agissent directement sur le terrain au contact des populations défavorisées et avec lesquels les 65 000 volontaires de Stop Hunger co-construisent des projets. C’est le cas du Programme Alimentaire Mondial, la plus grande agence humanitaire de lutte contre la faim. C’est aussi le cas d’Ashoka dont les entrepreneurs travaillent à nourrir et à contribuer à l’insertion sociale des personnes les plus démunies. Actuellement, nous aidons un chef d’entreprise français et un polonais, l’un à la tête d’un réseau d’épiceries sociales et solidaires, l’autre de la Fédération polonaise des banques alimentaires. C’est un autre mode de coopération, innovant, tourné vers la société du futur. Aux États-Unis, nous collaborons avec Share Our Strength® pour nourrir des enfants défavorisés, avec The Campus Kitchen Project et Food Recovery Network, et avec le réseau des banques alimentaires de Feeding America. C’est aussi le cas avec FareShare au Royaume-Uni, Un kilo de Ayuda® au Mexique ou SOS Villages d’Enfants au Chili et au Pérou. Stop Hunger organise des levées de fonds, notamment lors de soirées de donateurs. C’est le cas aux États-Unis et en France. Comment sont-ils utilisés ? D’abord, il est important de rappeler que 100 % des dons collectés Nourrir tout le monde, c’est possible VOLONTARIAT Don de temps libre Mécénat de compétences LEVÉES DE FONDS Collectes Sodexo Collectes via autres donations PARTENARIATS WFP, Ashoka Restos du Cœur Restaurants sans Frontières + 860 ONG AIDE LOCALE AUX PLUS DÉMUNIS tous partenariats AIDE D’URGENCE WFP SOUTIEN ENTREPRENEURS SOCIAUX ASHOKA 3 DOMAINES D’INTERVENTION 3 MOYENS PARTENAIRE FONDATEUR sont mis au service de la lutte contre la faim. Tous les frais de fonctionnement sont pris en charge par notre partenaire fondateur, Sodexo. Aux États-Unis, les fonds levés vont soutenir dans plusieurs domaines l’impact local de Share Our Strength® . À travers ce partenariat, l’objectif est d’inspirer la jeune génération pour que No Kid Hungry soit une réalité. En France, ces fonds ont déjà permis de financer une aide d’urgence au Népal, un projet expérimental de serre bioclimatique des Restos du Cœur à Montreuil, des nouvelles cuisines dans deux écoles de Brazzaville accueillant des enfants de familles très pauvres avec Restaurants sans Frontières et cinq entrepreneurs européens d’Ashoka. Au nom de tous ceux qui ont bénéficié cette année de ces dons qu’ils soient financiers ou en nature, je tiens à remercier tous nos donateurs ainsi que tous nos volontaires pour leur soutien. Ensemble, nourrir tout le monde, oui c’est possible ! * Rapport SOFI sur l’état de l’insécurité alimentaire dans le monde – mai 2015 – www.fao.org Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 – 09
  7. 7. 100 %Dons=Actions 100 % des dons faits à Stop Hunger vont directement au financement des projets rigoureusement sélectionnés pour leur impact concret auprès des populations les plus démunies. L’ensemble des coûts de fonctionnement de Stop Hunger (salaires, bureaux, frais de déplacement, honoraires conseil…) sont totalement pris en charge par Sodexo, son partenaire fondateur. 11Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 –
  8. 8. Nos3domainesd’intervention 6 actions communes pour un engagement total Le Servathon, collecte annuelle mondiale mobilisant le plus grand nombre de volontaires Les dons sur salaires Les produits partage Le volontariat et le mécénat de compétences Les dons d’excédents alimentaires Les jardins potagers solidaires Initiatives Page 17 En plus des collectes alimentaires,les excédents alimentaires collectés notamment aux États-Unis,en France et au Royaume-Uni,ainsi que les jardins potagers urbains sont des solutions économiques et locales pour nourrir davantage de personnes et améliorer leurs habitudes alimentaires. L’aide locale aux plus démunis Nourrir un enfant, un parent, une famille, une communauté… près de chez soi, et montrer qu’une personne peut faire la différence, que chacun peut le faire, c’est encourager la mobilisation de dizaines d’autres… pour en nourrir des milliers. Témoignage Page 23 Jay Aldous, Directeur des partenariats Entreprises du WFP : « Le partenariat avec Stop Hunger va concrètement nous permettre de fiabiliser la distribution des millions de coupons d’alimentation aux populations. » L’urgence Fournir assistance et aide alimentaire vitales aux populations victimes d’une catastrophe naturelle. En savoir plus Page 21 Le partage de compétences avec les équipes Sodexo : un levier d’action et de progrès pour le président de la Fédération polonaise des banques alimentaires. L’entreprenariat social Soutenir des entrepreneurs sociaux qui développent des solutions innovantes et durables contre la malnutrition et le gaspillage alimentaire. 13Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 –
  9. 9. Le saviez-vous ? 795 millionsde personnes dans le monde ne mangent pas à leur faim. L’Indeest le pays où vivent le plus de personnes sous-alimentées, soit 195 millions. 100%desdonspour3domainesd’intervention L’aide locale aux plus démunis 1. Au cœur des priorités de Stop Hunger, cette aide aux communautés locales se caractérise de trois manières : • l’assistance alimentaire, avec les dons de produits alimentaires et de repas, • la collecte de fonds, • la formation, avec le partage de compétences et le transfert de savoir-faire entre les équipes de Sodexo et celles des ONG, des écoles, des entreprises et organisations sociales... L’assistance alimentaire L’action majeure de mobilisation mondiale de Stop Hunger est le Servathon Sodexo. Chaque printemps, davantage de volontaires s’engagent : + 47 % rien que cette année, avec 395 000 dollars US collectés et 633 000 repas donnés, soit de quoi nourrir un an 150 familles de 4 personnes. • En France, 2 400 bénévoles ont collecté 30 tonnes de produits essentiels aux bénéficiaires des Restos du Cœur, soit l’équivalent de 55 000 repas. • À Oman, en collaboration avec les représentants d’un petit village au nord-est de Muscat, 17 volontaires ont collecté et distribué à 40 familles une tonne de riz, farine, sucre, sel, biscuits… • En Inde, l’ONG India FoodBanking Network a pu nourrir 6 250 personnes durant un mois grâce à la mobilisation de plus d’un millier de volontaires. Outre les habituelles collectes de produits alimentaires, la distribution de repas dans les associations, les écoles, les orphelinats… le Servathon est aussi l’occasion : • de collectes de fonds. Par exemple, en Irlande, consommateurs, clients et équipes Sodexo sur 200 sites ont tous participé à une vente de gâteaux et collecté 20 000 dollars US en un jour. • d’éducation à la santé et à la nutrition auprès des écoliers défavorisés et de leurs familles. • de création de jardins communautaires. C’est le cas notamment au Pérou, au Chili, au Brésil et au Mexique. À côté du Servathon, d’autres actions d’aide alimentaire existent comme le Stop Hunger Day au Royaume-Uni, l’opération Bébés du Cœur en France à Marseille, ainsi que le Backpack Food Program et Feeding Our Future© – le programme phare des États-Unis – qui illustrent le choix nord-américain de lutter contre la faim des plus jeunes. En 2015, au cours de son 19e été, Feeding Our Future© a permis de distribuer plus de 400 000 repas dans 24 villes des États-Unis, portant ainsi à près de 4,5 millions le total de repas servis à ce jour. À ceux-ci s’ajoutent plus de 103 200 repas préparés dans 6 villes du Canada. Ce programme alimentaire est une vraie solution pour les 15 millions d’enfants défavorisés qui ne profitent pas de repas gratuits ou à bas prix l’été. À la clé de cette longévité : un partenariat stable entre Sodexo, ses clients, ses fournisseurs et les ONG locales, soutenu par 364 volontaires. Le Backpack Food Program est une alternative pour nourrir gratuitement les écoliers chaque week-end et congé scolaire. Avec près de 473 000 sacs à dos, garnis d’aliments énergétiques, faciles à préparer et à manger, c’est l’équivalent de plus de 1,9 million de repas qui a été distribué au cours de l’année scolaire 2014-2015. Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 – 15
  10. 10. Lutter contre la faim et contre le gaspillage alimentaire Chaque année, 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont gas- pillées, dont 60 millions aux États-Unis. La distribution des excédents alimentaires permet aussi de servir des repas équi- librés aux personnes défavori- sées. • Les États-Unis soutiennent Food Recovery Network depuis sa création en 2011,sur le campus de l’Université du Maryland,près deWashington. C’est aujourd’hui la plus grande association d’étudiants contre la faim et le gaspillage alimen- taire du pays. Sa mission : collecter les excédents ali- mentaires dans les restau- rants universitaires pour les distribuer aux plus démunis. Au cours de l’année scolaire 2014-2015, 210 tonnes de nourriture ont été collectées auprès de 150 campus, équi- valant à 350 000 repas. « Si nous réduisions le gaspil- lage alimentaire de 15 %,nous pourrions diviser par deux le nombre d’Américains souf- frant de faim », affirme Camila Pascual,directrice de l’innova- tion et cofondatrice du réseau Food Recovery Network. • La France a notamment signé en 2014 une Convention nationale tripartite avec la Fédération Française des Banques Alimentaires et les Restos du Cœur, pour faire don des excédents alimen- taires avec l’appui d’un réseau national de 70 cuisines cen- trales. • Le Royaume-Uni collabore avec FareShare, membre de la Fédération Européenne des Banques Alimentaires. La collecte de fonds Outre les soirées de levée de fonds qui ont lieu aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en France, les actions originales se multiplient : • des courses, à vélo ou à pied, virtuelles ou non, aux États-Unis, au Royaume-Uni et bientôt en France, associent bonne action et activité physique ; • Mango Mania en Inde, une vente de mangues bio auprès de clients et consommateurs ; • l’opération Chèque du Cœur en France invite les bénéficiaires des chèques-restaurant à en offrir un au profit des Restos du Cœur. Près de 360 000 dollars US ont été collectés en 2015. « Nous avons pu nourrir durant un mois 6 250 personnes, grâce au Servathon Sodexo du printemps. À Bangalore et Chennai au sud, à Dehli au nord, plus d’un millier de volontaires ont collecté du riz, de la farine et des légumineuses. En parallèle de ces dons alimentaires, nous étudions avec Stop Hunger la possibilité de créer la banque alimentaire de Mumbai (Bombay), en faisant appel à l’expertise technique de Sodexo et de ses partenaires sur l’approvisionnement local, la sécurité alimentaire et la qualité. » Vandana SINGH, Directrice de l’India Food Banking Network 100%desdonspour3domainesd’intervention Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 – 17
  11. 11. Contre la faim, au jour le jour En finir avec la faim, c’est faire des dons alimentaires et collecter des fonds, c’est financer des ONG locales reconnues, mais c’est aussi permettre aux familles avec de faibles revenus de manger mieux avec des produits plus sains et mieux cuisinés, en les formant. C’est aussi inscrire les enfants dans des programmes nutritionnels, comme le fait l’association Share Our Strength® et sa campagne No Kid Hungry, que nous soutenons depuis plus de dix ans. L’expérience de jardins potagers urbains est aussi poursuivie en France, à Montreuil-sous-Bois, par les Restos du Cœur qui forment des salariés en situation de précarité pour nourrir localement d’autres personnes défavorisées. Stop Hunger leur apporte son soutien financier. À ce jour, trois tonnes de légumes ont pu être récoltées. Sur un autre registre, ce sont les salariés de la Fédération polonaise des banques alimentaires qui sont formées par les équipes de Sodexo sur place, et la distribution des millions de coupons d’alimentation du Programme Alimentaire Mondial qui va être maîtrisée et fiabilisée grâce au travail et aux compétences techniques des collaborateurs de l’activité Services Avantages et Récompenses de Sodexo dans plusieurs pays. « Les Restos du Cœur, c’est un sésame pour nous. À Montreuil, on a la possibilité d’avoir des légumes frais qui ont été cultivés au Jardin du Cœur tout près d’ici : des tomates, des courgettes, des aubergines, des potimarrons... C’est très important de manger des fruits et des légumes. Ceux-là sont naturels et beaucoup plus fermes. Ils tiennent mieux à la cuisson. C’est autre chose que tous les légumes avec des pesticides… » Patricia et Placide, bénéficiaires des Restos du Cœur à Montreuil-sous-Bois La formation Dans la banlieue de Santiago du Chili, au village SOS Madreselvas – l’un des 14 de l’ONG SOS Villages d’Enfants au Chili – l’expérience d’un jardin potager urbain fonctionne depuis un an, en collaboration avec trois ingénieurs agronomes de l’Université Catholique. C’est une véritable petite ferme maraîchère qui a ainsi vu le jour, produisant des légumes frais et des herbes aromatiques bio, mais aussi des plantes médicinales, pour nourrir et soigner 60 enfants et leurs familles. Quatorze mères de famille ont ainsi reçu une formation diplômante sur les techniques de culture biologique : organisation du jardin, planning et rotations des cultures, préparation du compost, enrichissement des sols et tailles des parcelles selon les cultures, etc. « Avec ce projet, nous montrons qu’une petite production agricole dans les zones urbaines est possible, avec un impact positif sur l’environnement et ses ressources, et qu’on peut tirer parti de la biodiversité des cultures, avec des produits frais de saison, pour assurer une assistance alimentaire équilibrée aux familles qui les produisent », déclare Patricio Fernández, Directeur Communication et Responsabilité d’Entreprise Sodexo Chili. Bien manger s’apprend aussi en cuisine entre les enfants et le chef Francisco Layera. « Les actions de volontariat et les jardins communautaires sont les initiatives qui auront les plus forts impacts sociaux dans les années à venir et qui seront également les plus faciles à dupliquer en Amérique Latine. Nous privilégions la formation à la nutrition et à l’amélioration des habitudes alimentaires pour les populations les plus démunies, par exemple à travers les jardins bio. » Carolina ROUILLON, Directrice Stop Hunger Amérique Centrale et Amérique du Sud « En cuisinant avec les jeunes de SOS Villages d’Enfants le basilic qu’ils font pousser, nous avons appris beaucoup les uns des autres comme le respect, la reconnaissance et le plaisir de faire soi-même une recette pour la partager ensemble. » Francisco LAYERA, chef de cuisine Sodexo Chili 100%desdonspour3domainesd’intervention VolontairesFeedingOurFuture© –LosAngeles,Californie Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 – 19
  12. 12. Le soutien à des entrepreneurs sociaux Le saviez-vous ? 2 à 3 % du PIB des pays C’est le coût économique de la faim, selon la Banque Mondiale. Dans certains pays, il peut même dépasser 11 % du PIB selon certaines études. L’entrepreneuriat social est un modèle économique d’intérêt général. Impacts sociaux et environnementaux vérifiés. Notre action Pour ceux qui n’ont pas ou très peu de moyens, se nourrir signifie souvent s’approvisionner auprès d’une organisation caritative ou pouvoir faire ses courses facilement et à prix réduits. Des réseaux responsables et solidaires existent, dirigés par des entrepreneurs sociaux. Dans ce domaine, Stop Hunger soutient le développement de deux entrepreneurs sociaux du réseau mondial Ashoka. Au programme :mécénat de compétences et financement. Un coup de pouce pour les aider à devenir des acteurs économiques plus performants. Lutte contre le gaspillage alimentaire, nutrition et alimentation, au total cinq entrepreneurs innovants seront soutenus par le Fonds de dotation Stop Hunger. Pour le moment, deux d’entre eux bénéficient du soutien des équipes de Sodexo : le français Guillaume Bapst a créé l’Association Nationale de Développement des Épiceries Solidaires (ANDES) et ses 260 épiceries. Le polonais MarekBorowskidirige30banquesalimentairesréuniesenfédération. 2. Marek BOROWSKI, membre d’Ashoka en Pologne, est un pionnier des banques alimentaires en Pologne. Sa priorité est de lutter contre le gaspillage alimentaire qui représente 9 millions de tonnes de nourriture par an dans son pays, alors que 13 % de ses compatriotes souffrent d’une pauvreté extrême. Lobbying, partenariats avec des distributeurs et des producteurs de l’industrie alimentaires, campagnes publicitaires, expositions, programmes éducatifs dans les écoles… Marek déploie tous les moyens pour réduire le gaspillage alimentaire. Guillaume BAPST, membre d’Ashoka en France, avec ses épiceries solidaires en France, permet à des personnes précaires de faire des achats alimentaires variés et de qualité entre 10 et 30 % de la valeur marchande. Son réseau d’animateurs en régions soutient la création d’épiceries, fait le lien entre les collectivités territoriales, les entreprises de l’agro-alimentaire, les producteurs locaux… développe des outils (logiciels, formations sur la gestion d’équipe ou normes d’hygiène, newsletter…) et encourage la mise en commun de bonnes pratiques. Notre partenaire Avec 3 000 entreprises en 30 ans,Ashoka est devenu le 1er réseau mondial d’entrepreneurs sociaux, et s’affirme comme un acteur de changement. Il choisit des activités capables de changer le système dans leur domaine avec des idées originales de mise en œuvre, et multiplie les partenariats entre ses membres et avec des grandes entreprises. Économiquement rentables,les entreprises solidaires et sociales sont engagées vis-à-vis de la société et de l’environnement, en répondant à des besoins très variés :accès aux soins,à l’énergie, limitation du gaspillage, lutte contre le chômage, etc. Portraits 100%desdonspour3domainesd’intervention « Prévenir le gaspillage alimentaire est devenu urgent et essentiel pour moi. Les possibilités de collaboration avec Sodexo Pologne sont considérables ! Ensemble, nous mettons en place des actions de formation pour les équipes d’une partie des banques alimentaires et entreprises sociales. Il est notamment important que ces apports de compétences s’adressent aux responsables comme aux employés des banques alimentaires. Des perspectives de coopération sur le plan des dons d’excédents alimentaires, des conseils sur les équipements de cuisine et la possibilité de bénéficier des tarifs préférentiels des fournisseurs de Sodexo ont aussi beaucoup d’importance pour moi. J’ajoute que l’expertise de Sodexo Pologne va contribuer de façon significative à améliorer la qualité du travail au sein des banques alimentaires et des autres entreprises sociales, et permettre aux personnes dans le besoin de s’intégrer véritablement dans la société. » Marek BOROWSKI, Président de la Fédération polonaise des banques alimentaires Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 – 21
  13. 13. L’aide d’urgence3. Le saviez-vous ? 2,50 $permettent de nourrir pendant un jour une famille de 5 personnes 211 millionsde personnes sont directement touchées chaque année par les catastrophes naturelles (source ONU) Notre action Pour soutenir son partenaire le Programme Alimentaire Mondial (World Food Programme), le Fonds de dotation Stop Hunger a créé un fonds d’urgence. Objectif :fournir en quelques heures assistance et aide alimentaire vitales aux populations victimes d’une catastrophe naturelle. Depuis la livraison immédiate de biscuits énergétiques à la distribution de coupons d’alimentation, en passant par la préparation de repas,ce fonds d’urgence intervient pour contribuer à nourrir les survivants,comme au Népal, au Vanuatu après le cyclone Pam, ou moins récemment aux Philippines après le typhon Haiyan et le séisme de 2014 au nord du Chili. En situations d’urgence,leWFP est l’agence des Nations Unies en première ligne avec les communautés et les ONG locales. Le WFP est aussi en charge de coordonner l’action logistique et alimentaire des gouvernements, ONG et institutions internationales. Notre partenaire LE WFP, C’EST QUOI ? La plus grande agence humanitaire de lutte contre la faim dans le monde, créée par les Nations Unies il y a plus de 50 ans. Son action : l’urgence alimentaire en cas de catastrophe naturelle, conflit, épidémie… et plus largement, la prévention contre la faim auprès des communautés locales : soutien au développement des agriculteurs et des commerçants locaux, fourniture de repas aux enfants scolarisés pour encourager l’éducation,coupons d’alimentation,jardins communautaires… Ses chiffres : 80 millions de bénéficiaires – 75 pays – plus de 3 millions de tonnes de produits alimentaires distribués chaque année dont 50 % achetés dans les pays d’interventions – un réseau de 1 350 ONG locales. … sur le terrain acheminer 3 millionsde biscuits énergétiques en sachets. Riz et aliments sans cuisson distribués. 10 000 eurosde dons versés. Près de 100 000 eurosde dons versés ont contribué à 1 tonnede denrées non périssables et de première nécessité collectées = riz, farine, sucre… Venir en aide à 2 millionsde rescapés dans 67 villages avec l’intervention de 14 000 sherpas. « Les entreprises jouent un rôle crucial dans le travail du WFP. Outre les levées de fonds, les compétences professionnelles de leurs équipes nous apportent l’expertise technique recherchée, source d’innovation. Par exemple, le partenariat avec Stop Hunger va concrètement nous permettre d’améliorer au niveau global la gestion, le contrôle et la fiabilité des coupons d’alimentation distribués aux populations en situation d’urgence. Sur un autre plan, nous travaillons ensemble pour renforcer l’impact nutritionnel et le contrôle qualité de notre programme durable de cantines scolaires dont les repas sont directement préparés avec des produits cultivés localement. » Jay ALDOUS, Directeur des partenariats Entreprises du Programme Alimentaire Mondial VANUATUmars 2015 NÉPALavril 2015 100%desdonspour3domainesd’intervention Stop Hunger – Rapport d’activités 2015 – 23
  14. 14. merci ! à nos 65 000 volontaires à travers le monde pour leur énergie, leur bonne humeur, leur passion et leur esprit d’équipe à nos fidèles donateurs pour leur générosité qui nous permet de financer des actions et aller plus loin à nos partenaires pour leur engagement à vouloir nourrir le monde, tout le monde, tous les jours à tous pour nous aider à construire un monde plus éthique, plus solidaire et plus heureux. restons connectés Le news magazine « Share » vous renseigne régulièrement sur l’actualité de Stop Hunger. www.stop-hunger.org Parce que nous croyons que nourrir tout le monde est possible, Stop Hunger vous invite : - à mieux connaître les réalités de la faim dans le monde, - à découvrir ses nombreuses actions auprès des communautés et des ONG locales ou internationales, - à vérifier l’impact de son engagement comme celui de ses volontaires, - à faire un don pour les soutenir. @stophungerww pour multiplier simplement vos contacts avec Stop Hunger, pour partager nos actions avec vous, et pour échanger ensemble et avec ceux qui luttent contre la faim et la malnutrition à travers le monde. https://twitter.com/stophungerww
  15. 15. www.stop-hunger.org Cocoon Silk est un papier 100 % recyclé, fabriqué sans chlore. Pour en savoir plus : www.stop-hunger.org Pour nous contacter : Stop Hunger 255 quai de la Bataille de Stalingrad, 92866 Issy-les-Moulineaux cedex 9 +33 (0)1 57 75 80 46 contact.group@stop-hunger.org Créditsphotos:Fotolia/TheFinalMiracle-YannArthus-Bertrand/Badao-ChristopheAudebert-PhilippeCastaño-IFBN-FrédéricJoly-GaëlKerbaol-GregoireKorganow-StéphaneLavoué- GillesLefauconnier-PolskaFederacjaBankówŻywnościArchive-SodexoLibrary-WFP/GMBAkash,WFP/MarcoFrattini,WFP/DavidOrr,WFP/ReinSkullerud,WFP/ShebabUddin, WFP/KyawZawTun•

×