Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

MAIORINO

135 vues

Publié le

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

MAIORINO

  1. 1. UNIVERSITÉ PARIS – EST MARNE-LA-VALÉE RESP. DU COUR: PROF. ING. GÉRALD GARRY INSTITUT FRANCILIEN D’INGÉNIERIE MASTER GÉO-ENVIRONNEMENT MASTER 2 GÉORISQUES ÉTUDIANT: MAIORINO MATTEO ANNEE 2010 - 2011 COUR : RISQUES NATURELS – MODULE I LE SÉISME DU 6 AVRIL 2009 QUI A FRAPPÉ LA VILLE DE L’AQUILA: L’ÉVALUATION DU RISQUES PRÉCÉDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE
  2. 2. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO PLAN DE L’EXPOSÉE 1. ENCADREMENT DU TERRITOIRE 2. LE CADRE RÈGLEMENTAIRE PRÉCÉDENT LE SÉISME 3. LE SÉISME DU 6 AVRIL 2009 QUI A FRAPPÉ L’AQUILA ET SES ENVIRONS 3.1 MESURES MISE EN PLACE À COURT ET LONG TERME 4. LA RECONSTRUCTION APRÈS LE SÉISME 4.1 LE MIRCO-ZONAGE [MS] SUR L’AQUILA ET SES ENVIRONS – MESURES MISE EN PLACE 4.4 LE PLAN C.A.S.E. 5. LES CONCLUSIONS
  3. 3. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO GÉOMORPHOLOGIE ET GÉOLOGIE COUPURE DE LA RÉGION DUE À LA CHAÎNE DES APENNINS (SEGMENT CENTRAL) TECTONIQUE ALPINE MOUVEMENT DE LA CHAÎNE EN DIRECTION NORD – EST  SUD - OUEST MASSIFS MONTAGNEUX PLAINES COTE
  4. 4. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LE CADRE RÈGLEMENTAIRE PRÉCÉDENT LES SÉISME DU 6 AVRIL 2009 QUI A FRAPPÉ LA VILLE DE L’AQUILA CLASSIFICATION SISMIQUE DU TERRITOIRE NATIONAL DEPUIS 2003 NIVEAU NATIONAL NIVEAU RÉGIONAL NIVEAU DÉPARTEMENTAL NIVEAU COMMUNAL CLASSIFICATION SISMIQUE DU TERRITOIRE NATIONAL 1984 N.C. 3° CATÉGORIE 2° CATÉGORIE 1° CATÉGORIE CLASSIFICATION FONDÉE SUR L’INTENSITÉ ET LA FRÉQUENCE DES SÉISME HISTORIQUES ETABLIR DES RÈGLEMENTS SUR LA CONSTRUCTION DANS LES ZONES SISMIQUES DIFFÉRENTES NIVEAUX DE « SÉVÉRITÉ SISMIQUE » DÉCROISSANTES NIVEAU À SÉVÉRITÉ SISMIQUE NULLE
  5. 5. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO CLASSIFICATION SISMIQUE DU TERRITOIRE NATIONAL DEPUIS 2003 ZONE 1 ZONE 2 ZONE 3 ZONE 4 PROBABILITÉ DE SURVENUE D’UN SÉISME D’INTENSITÉ ET MAGNITUDE SUPÉRIEURE À UN SÉISME DE RÉFÉRENCE DIFFÉRENTES NIVEAUX DE DANGEROSITÉ SISMIQUE CROISSANTES ZONE LA PLUS DANGERUESE, OÙ DES SÉISME TRÈS FORTS ONT EU LIEU, EN ENGENDRANT DES DOMMAGES TRÈS GRAVES ZONE DES COMMUNES OÙ DES SÉISMES ASSEZ FORTS ONT EU LIEU EN ENGENDRANT DES DOMMAGES D'ENTITÉ MOYENNE ZONE QUI ONT EU PEU DE DOMMAGES PENDANT LES ANNÉES PASSÉES. IL Y A DES SECOUSSES QUI PRODUISENT DES DOMMAGES NON NÉGLIGEABLES ZONE LA MOINDRE DANGEREUSE RÈGLEMENTATION ACTUELLEMENT EN VIGUEUR UNE INNOVATION: OBLIGATION À LA SÉCURISATION DES OUVRAGE STRATÉGIQUES
  6. 6. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LES ÉVÉNEMENTS LE 6 AVRIL 2009 3H32 UN TREMBLEMENT DE TERRE DE MAGNITUDE 5.8 (MAGNITUDE D’ÉNERGIE MW = 6.2) A ÉTÉ ENREGISTRÉ SUR LA VILLE DE L’AQUILA ET SES ENVIRON (LAT 42,33N ; LONG 13,33E ; À UNE PROFONDEUR DE 8.8 KM) … … IL A ÉTÉ CARACTÉRISÉ PAR UN MÉCANISME SISMIQUE DE TYPOLOGIE EXTENSIVE SÉQUENCE SISMIQUE ENTRE LE 6 AVRIL 2009 ET LE 4 JUIN 2009 L’ÉVÉNEMENT A ÉTÉ PRÉCÉDÉ PAR UNE FORTES SECOUSSES LE 4 MARS 2009
  7. 7. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LES MESURES PRISE EN COMPTE À COURT TERME ET À LONG TERME PHASE PRÉALABLE À LA MISE EN PLACE DE TOUTES LES MESURES PRÉVUES LE PLAN D’ÉMERGENCE POUR IDENTIFIÉ LES OBJECTIF À ATTEINDRE AFIN BIEN GÉRER L’ÉMERGENCE DANS L’ESPACE LES ENJEUX DANS LE TEMPS PLUSIEURS SCÉNARIO DE DÉGÂT HISTORICITÉ DES SÉISME CONFRONTATION AVEC DES ZONES AYANT ÉTÉ LES MÊMES DÉGÂTS CONTRÔLE SYSTÉMATIQUE DU MOUVEMENT DU TERRAIN ANALYSE DE LA VULNÉRABILITÉ RÉDUIRE LE TEMPS D’INTERVENTION AU MINIMUM I.N.G.V TRANSMET AU D.P.C. LES PARAMÈTRES DU FOYER, TOUT EN ACTIVANT UNE PROCÉDÉE AUTOMATIQUE VISANT À RENDRE UN RAPPORT DU SÉISME, DANS 10 MINUTES ET CONCERNANT UN RAYON DE 100 KM DE L’ÉPICENTRE. ANALYSE DE LA EXPOSITION ANALYSE PRÉALABLE DES DÉGÂTS ET DES PERTES ANALYSE DE LA DANGEROSITÉ SISMIQUE: DESCRIPTION DU TERRITOIRE INTÉRESSÉ SYSTÈME G.I.S: CAPABLE DE VISUALISER EN TEMPS RÉEL UN SCENARIO DE SIMULATION DE CONSÉQUENCE DU SÉISME
  8. 8. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LES MESURES PRISE EN COMPTE À COURT TERME ET À LONG TERME CONTRÔLE SYSTÉMATIQUE DE DÉGÂTS DÉCLARATION DE PRATICABILITÉ RECENSER TOUS LES BÂTIMENTS VIS-À-VIS LEUR ÉTAT STRUCTURAL CLASSIFICATION DE CODE PRATICABILITÉ Code Description A ouvrage praticable B ouvrage temporairement non-praticable, mais praticable une fois avoir mise en place les interventions de mise en praticabilité C ouvrage partialement non-praticable D ouvrage temporairement non-praticable, approfondir la vérification E ouvrage non-praticable F ouvrage non-praticable à cause d'un risque externe DÉMARCHE DU CONTRÔLE SYSTÉMATIQUE 1. CONNAISSANCE DE L’OUVRAGE: RECENSEMENT ET ENQUÊTES 2. ANALYSE DE L’OUVRAGE AFIN D’ÉVALUER SON CLASSE DE PRATICABILITÉ 3. CONCEPTION DU PROJET: TOUTES LES INTERVENTIONS À METTRE EN ŒUVRE
  9. 9. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LES MESURES PRISE EN COMPTE À COURT TERME ET À LONG TERME LES DONNÉES DU RECENSEMENT ONT ÉTÉ CLASSÉES PAR TYPOLOGIE D’OUVRAGE ET NIVEAU DE PRATICABILITÉ PRIVEE PUBLIQUE HOPITAUX CASERNE ECOLE ACTIVITES PRODUCTIVES TOTALE A 52,1% 54,3% 48,9% 74,1% 54,7% 60,4% 52,5% B 13,5% 16,1% 24,4% 19,4% 25,9% 17,1% 13,8% C 2,9% 4,1% 13,3% 2,2% 2,2% 3,9% 2,9% D 1,1% 2,2% 2,2% 3,3% 0,7% 1,1% E 25,5% 20,3% 11,1% 4,3% 12,3% 14,1% 24,9% F 4,9% 3,1% 1,5% 3,9% 4,8% TOTALE 39853 938 45 139 455 1194 EXEMPLE DE RAPPORT DE CONTRÔLE D’UNE ÉCOLE DES ENVIRONS DE L’AQUILA
  10. 10. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO À LA BASE IL Y A LE CONCEPT DE NIVEAU DE DANGEROSITÉ SISMIQUE: LE SÉISME SE PROPAGE DIFFÉREMMENT LE MICRO-ZONAGE SISMIQUE [MS] LE SOL TRAVERSÉ EST CARACTÉRISÉ PAR DE DIFFÉRENTS ÉTATS D’INSTABILITÉ ONDE DE VOLUME ONDE DE SURFACE LEUR VITESSE DE PROPAGATION DÉPEND DE CARACTÉRISTIQUES INTRINSÈQUE DU SOL AINSI QUE DE L’ÉLASTICITÉ  2 PV      SV    LES DÉGÂTS PROVOQUÉS PAR CE TYPE D’ONDES SONT MAJEURS POUR LE 4 TYPE D’ONDES, LORSQU’ON A UNE DISCONTINUITÉ, IL Y A RÉFLEXION ET RÉFRACTION D’ONDE. POSSIBILITÉ DE GRAVES DOMMAGES DANS ZONES BIEN LOINTAINES DE L’ÉPICENTRE IL FAUT, DONC, CONNAITRE LES ALTÉRATIONS SISMIQUES EN SURFACE
  11. 11. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO OBJECTIF MS COLLECTER DES INFORMATIONS À L’AIDE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE LE MICRO-ZONAGE SISMIQUE [MS] PHASE PRÉALABLE AU PLAN D’ÉMERGENCE LA RECONSTRUCTION CHOISIR LES ZONE DESTINÉES À LA MISE EN PLACE DES NOUVELLES IMPLANTATIONS TOUTES LES ENQUÊTES À METTRE EN PLACE ET LEURS NIVEAU D’APPROFONDISSEMENT TOUTES LES INTERVENTIONS À METTRE EN PLACE POUR LES ZONES URBANISÉS L’OBJECTIF : CONNAITRE LES ALTÉRATIONS SISMIQUES EN SURFACE ZONES VISANT À ACCUEILLIR LES STRUCTURES EN CAS D’ÉMERGENCE INDIVIDUATION DES POINTS FAIBLES DES TOUTES LES VOIE/MOYENS DE COMMUNICATION IDENTIFIER LES ZONES VISANT À ACCUEILLIR LES MAISON TEMPORAIRE IDENTIFIER LES ZONES RÉSIDENTIELLES QUI NE SERONT PLUS PRATICABILITÉ PRÉVENTION PROTECTION
  12. 12. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LES NIVEAUX D’APPROFONDISSEMENT NIVEAU 1 LE MICRO-ZONAGE SISMIQUE [MS] NIVEAU 2 NIVEAU 3 INFORMATIONS POUR L’IDENTIFICATION DES ZONES HOMOGÈNES QUANTIFICATION DE L’HOMOGÉNÉITÉ DES ZONES CARTE DE MS DÉFINITION DE LA CARTE DE MS APPROFONDISSEMENTS SUR DES ZONES PARTICULIÈRES COLLECTER DES INFORMATIONS À L’AIDE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE PHASE PRÉALABLE AU PLAN D’ÉMERGENCE LA RECONSTRUCTION L’OBJECTIF : CONNAITRE LES ALTÉRATIONS SISMIQUES EN SURFACE
  13. 13. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LE MICRO-ZONAGE SISMIQUE [MS] SUR LE TERRITOIRE DE L’AQUILA ET SES ENVIRONS LES PRINCIPES DU MICRO-ZONAGE SISMIQUE DÉFINITION DES BASES DE DONNÉES LES NIVEAUX D’APPROFONDISSEMENT ETABLIR UNE CARTE DES MICRO-ZONES HOMOGÈNES (MÊMES EFFETS DES ONDES SISMIQUES) ETABLIR UNE CARTE DES ENQUÊTES 1 :10000 APPROFONDISSEMENT ET ÉVENTUEL RÉVISION DE LA GÉOMÉTRIE DES ZONES DU NIVEAU 1 APPROFONDISSEMENT POUR DES ZONES GÉOLOGIQUEMENT COMPLEXES DONNÉES HISTORIQUES PLAN D’ENQUÊTES SUR LE TERRAIN DANGEROSITÉ DE BASE - AMPLIFICATION INSTABILITÉ DES VERSANTS SUSCEPTIBILITÉ À LA LIQUÉFACTION AFFAISSEMENTS DIFFÉRENTIELS NIVEAU 1 NIVEAU 2 NIVEAU 3
  14. 14. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LE MICRO-ZONAGE SISMIQUE [MS] SUR LE TERRITOIRE DE L’AQUILA ET SES ENVIRONS L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ECHELLE DE LA COMMUNEÉCHELLE DE LA RÉGION / DÉPARTEMENT NIVEAU 1 STADE STRUCTURALE •IDENTIFIER LA STRUCTURE DE LA COMMUNE. •SI NÉCESSAIRE APPROFONDIR L’ANALYSE AUX NIVEAUX 2 OU 3 STADE OPÉRATIONNEL •ACCUEILLIR FORMELLEMENT TOUT CE QUI A ÉTÉ ÉTABLIE AU STADE STRUCTURALE STADE EXÉCUTIF •DÉFINIR LES NIVEAUX D’APPROFONDISSEMENT, •LES RESPONSABLES DE LA MISE EN PLACE DES ÉTUDES DE MS. •ÉTABLIR LES INDICATIONS POUR L’EXÉCUTION DES STRATÉGIES. ZONES STABLE, SUSCEPTIBLES À AMPLIFICATION ZONES INSTABLES ZONES STABLES
  15. 15. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LE MICRO-ZONAGE SISMIQUE [MS] SUR LE TERRITOIRE DE L’AQUILA ET SES ENVIRONS LA PLANIFICATION DE L’ÉMERGENCE PROCESSUS DE PRÉVISION DES RISQUE SE RACCORDER AVEC L’AMÉNAGEMENT TERRITORIALE EXPLICITER LES DISPONIBILITÉS DE RESSOURCES EN STRUCTURE FA = 1.2 AMPLIFICATION DU SOL À FRÉQUENCES FAIBLES – A=0.3G FA = 1 L’AQUILA ZONES STABLES ZONES STABLES SUSCEPTIBLES D’AMPLIFICATION LOCALES FA = 1.3 FA = 1.7 FA = 1.8 FA = 1.9 FA = 2.0 ZONES INSTABLES NIVEAUX 2-3
  16. 16. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO DIFFÉRENT ALTIMÉTRIE DU TERRITOIRE DANS L’AQUILA ET SES ENVIRONS 0 – 500 M 500 – 1000 M 1000 – 1500 M PLUS DE 1500 M AGGLOMÉRATIONS URBAINES FRONTIÈRE COMMUNALE AGRICULTURE COMMERCE INDUSTRIE CONSTRUCTION CRÉDIT SERVICES DISTRIBUTION DES SECTEURS ÉCONOMIQUES DANS CHACUNE PROVINCE PAYSAGE ET MILIEUX NATURELS LES OBJECTIFS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE HIÉRARCHISATION TERRITORIALE VALORISATION DU MILIEUX NATURELS ET DU PATRIMOINE CULTUREL PROJETS SUR LE TERRITOIRE LE « CRATÈRE » DANS L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE À L’ÉCHELLE NATIONALE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE AU NIVEAU RÉGIONAL
  17. 17. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE DE LA VILLE DE L’AQUILA ET SES ENVIRONS PÉRIMÈTRE E LA VILLE ANCIENNE ZONES DE FRONTIÈRE DU CENTRE HISTORIQUE ZONES PROCHES AU CENTRE ANCIENNE ZONES CONCERNANT [P.I.R]
  18. 18. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LE PLAN C.A.S.E. METTRE EN PLACE DES STRUCTURES CABALE DE DONNER UN LOGEMENT STABLE E DÉFINITIF METTRE EN PLACE UN DES CRITÈRE DE PRÉVENTION LES PLUS MODERNE LES INTERVENTIONS DU PLAN C.A.S.E.
  19. 19. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO UNE TECHNOLOGIE INNOVANTE LES ISOLATEURS SISMIQUES À PENDULE ROULANT DEPLACEMENT DE LA PERIODE PROPRE DIMINUTION DE L’ACCÉLÉRATION TRANSMIT À LA STRUCTURE  AUGMENTATION DU DÉPLACEMENT RELATIF ENTRE FONDATIONS ET STRUCTURE DISSIPATION D’ÉNERGIE AUGMENTATION DES EFFETS ENGENDRÉS PAR LE DÉPLACEMENT DE LA PÉRIODE PROPRE LES EFFETS DES ISOLATEURS SISMIQUES À PENDULE ROULANT L’INCLINAISON DE LA STRUCTURE EST PRESQUE NULLE
  20. 20. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO UNE UTILISATION DE L’ESPACE INTELLIGENTE TOPOLOGIE CONSTRUCTIVE À TROIS ÉTAGES PLUS DE STABILITÉ POUR LA STRUCTURE EN ÉLÉVATION, FACILITÉ D’ÉVACUATION EN CAS D’ÉMERGENCE, ESPACE POUR LE STATIONNEMENT DES VÉHICULES L’EMPLOI DES ÉLÉMENTS NON STRUCTURAUX PRÉFABRIQUÉS, A PERMIS D’ABAISSER LES TEMPS DE MISE EN ŒUVRE LES ÉLÉMENTS NON STRUCTURAUX
  21. 21. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LES M.U.S.P. INSERTION DANS LE TERRITOIRE DE LA ZONE D’OCCUPATION DE LA STRUCTURE RELATION DE LA STRUCTURE À METTRE EN PLACE PAR RAPPORT AUX AUTRES INDIVIDUATION DE LA PARCELLE CHOISIE POUR LA STRUCTURE (1:2000) FICHE DES BESOINS À SATISFAIRE POUR LA STRUCTURE À METTRE EN PLACE
  22. 22. COUR:RISQUESNATURELS–IMODULE PROF.ING.GARRYÉTUDIANT:MAIORINO LE MICRO-ZONAGE SISMIQUE PEUT-IL ÊTRE UN OUTIL DE PRÉVENTION DIFFUSÉ AU NIVEAU NATIONAL, AINSI QU'À CHAQUE RÉGION EN MESURE DU CLASSEMENT SISMIQUE QUI LUI A ÉTÉ ATTRIBUÉ ? LA PRÉVENTION EST-ELLE UN ÉLÉMENT À RETENIR LORS DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, AFIN DE DEVANCER LES CONDITIONS D’ÉMERGENCE ? AUJOURD’HUI L’INFORMATION AU PUBLIC EN MATIÈRE DE RISQUES NATURELS PEUT-ELLE ÊTRE RÉPUTÉE ADÉQUATE OU BIEN DOIT-ELLE ÊTRE INTENSIFIÉE ?
  23. 23. M&M

×