Genérateur de dialyse

12 266 vues

Publié le

Générateur de dialyse

Publié dans : Santé & Médecine
3 commentaires
20 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
12 266
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
18
Actions
Partages
0
Téléchargements
302
Commentaires
3
J’aime
20
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Genérateur de dialyse

  1. 1. GENERATEURS DE DIALYSE Service de Néphrologie-Hémodialyse et Transplantation rénale CHU Ibn Rochd Casablanca Casablanca,18 Juin 2013. Néphrologie-Hémodialyse Transplantation rénale Dr. Mohamed Amine KHALFAOUI
  2. 2. PLAN I- INTRODUCTION : II- HISTORIQUE : III- PREPARATION DU DIALYSAT : IV- MAITRISE DE L’ULTRAFILTRATION : V- CIRCULATION EXTRACORPORELLE : VI- MONITORAGE ET RETROCONTROLE : - Paramètre physiologique : - Quantification et amélioration de l’éfficacité de dialyse : VII- DÉSINFECTION DU CIRCUIT DE DIALYSAT : VIII- CONCLUSION :
  3. 3. I- Introduction Le générateur d’hémodialyse a pour fonction : → De préparer et d’assurer le débit du dialysat dans l’hémodialyseur → D’assurer le débit du sang dans le circuit extracorporel et dans l’hémodialyseur → D’assurer la maîtrise de l’ultrafiltration (contrôle de l’extraction d’excès d’eau donc de la perte de poids du patient) → De contrôler les paramètres de la dialyse pour assurer la sécurité du patient → La désinfection et le contrôle de la qualité du traitement
  4. 4. II- Historique
  5. 5. • 1900: • John Jacob Abel: Le Premier Rein Artificiel • le traitement de l’insuffisance rénale par le passage du sang à travers un circuit extracorporel dans lequel le sang serait filtré de façon sélective Un peu d’histoire
  6. 6. Un peu d’histoire • 1915: ● Georg Haas: Première dialyse humaine avec système d’Abel et Hirudine purifiée • Première dialyse durera 30 min, bien tolérée, mais inefficace.
  7. 7. Un peu d’histoire • 1943: Willem Johan Kolff: - Premier rein artificiel fonctionnel " Tambour rotatif membrane cellophane héparine purifiée " : - Accès vasculaire délabrant (dénudation) - Cas d’IRA seulement • 1945: Première survie par hémodialyse pour intoxication: 11 heures de dialyse
  8. 8. Le rein artificiel de Kolff-Brigham 1948
  9. 9. Machine à hémodialyse de Murray 1952
  10. 10. Machine à hémodialyse KingMed 1967
  11. 11. Les générateurs entre 1970-1989
  12. 12. Générateurs des années 90
  13. 13. Générateurs d’aujourd’hui!
  14. 14. Le schéma de principe d’un générateur-moniteur : Diagramme du circuit sanguin en haut et du circuit du dialysat en bas avec indication des dispositifs de surveillance et de régulation correspondants.
  15. 15. Eau osmosée
  16. 16. Eau osmosée BA Pompe A Pompe B
  17. 17. Eau osmosée BA Chauffage Pompe A Pompe B
  18. 18. Eau osmosée BA Chauffage Dégazage Régulation T° Air Pompe A Pompe B
  19. 19. Eau osmosée BA Chauffage Dégazage Régulation T° Air Mesure T° By-pass Vidange Mesure CD Pompe A Pompe B
  20. 20. Eau osmosée BA Chauffage Dégazage Régulation T° Air Mesure T° By-pass Débimètre Vidange Mesure CD Pompe A Pompe B
  21. 21. Eau osmosée BA Chauffage Dégazage Régulation T° Air Mesure T° By-pass Débimètre Maîtriseur d’UF Dialyseur Vidange Mesure CD Pompe A Pompe B Pompe de débit Ed Sd V A
  22. 22. Eau osmosée BA Chauffage Dégazage Régulation T° Air Mesure T° By-pass Débimètre Maîtriseur d’UF Dialyseur Vidange Détecteur de fuite de sang Pression sortie dialysat Mesure CD Pompe A Pompe B Pompe de débit Ed Sd V A
  23. 23. III- Préparation du dialysat
  24. 24. 1-Préparation du dialysat La préparation peut être effectuée de façon : • Volumétrique : - L’acide est dilué au trente-cinquième et le bicarbonate au vingtième. La sonde de conductivité placée après chaque zone de mélange contrôle la composition globale du fluide en ions (et non la concentration en Na+) ; • Conductimétrique (Asservie) : - La mesure des sondes pilote le débit d’alimentation des pompes. Il y a généralement deux mesures de conductivité (préparation + contrôle) après chaque mélange.
  25. 25. 1- Préparation volumétrique • C’est le mélange de volumes prédéterminés de concentré Acide et Bicarbonate avec l’eau traitée. • Acide 1/35 : 1ml concentré + 34 ml eau traitée. • Bicarbonate : poudre ou en solution concentrée 1/28,6 : 1ml + 27,6 ml eau traitée. • Générateurs : Contrôle assuré par la mesure de la conductivité.
  26. 26. A B 1/28,6 1 1 34 27,6 Préparation volumétrique 1/35 1/45 44Eau traitée Chauffage Dégazage
  27. 27. A B 1/35 1/28,6 11 34 27,6 CD T° BY-PASS Préparation volumétrique 44 1/45 Eau traitée
  28. 28. 1- Préparation volumétrique: La mesure de la conductivité • Seule mesure pour vérifier, en ligne, la conformité du dialysat produit par le générateur. • Elle dépend de l’ensemble des ions présents. • C’est une valeur électrique, exprimée en milli Siemens par cm : mS/cm. • Pas de relation linéaire entre teneur en chlorure de sodium du dialysat et conductivité en mS/cm.
  29. 29. 1- Préparation volumétrique La conductivité • Dialyse conventionnelle : 13.9  conductivité  14.3 • La « variation de sodium ». • Toute sortie de la valeur de conductivité du domaine assigné se traduit par une alarme et une mise en dérivation du dialysat.
  30. 30. 2- Préparation conductimétrique  Le mélange des concentrés Acide et Bicarbonate avec l’eau est réalisé par des pompes d’aspiration pilotées par des sondes de conductivité.  Sécurité assurée par la vérification concomitante d’un autre paramètre : mesure du pH (Hospal, Sorin-Bellco, Gambro Artis), ou comptage du nombre d’éjections des pompes d’aspiration des concentrés (A et B) (Gambro AK 100/200).
  31. 31. A B 1/35 1/28,6 10 mS/cm 14 mS/cm Préparation conductimétrique 1/45
  32. 32. A B 1/35 1/28,6 10 mS/cm 14 mS/cm CD T° Préparation conductimétrique 1/45 pH
  33. 33. 3- Chauffage du dialysat • Confort du dialysé = 37° • Réglage assuré par une résistance pilotée par une sonde de régulation de température • Une 2ème sonde, vérifie et affiche la t° • Marges d’alarme • Toute dérive = alarme + mise en dérivation du dialysat
  34. 34. 4- Dégazage du dialysat • Nécessité d’utiliser un dialysat contenant peu de gaz dissous : maîtriseur d’ultrafiltration • Dégazage effectué par un système de dépression : pas d’alarme spécifique, mais si présence d’air au niveau du dialyseur et du circuit de maîtrise : alarme spécifique de présence d’air
  35. 35. 5- Vérification de la conformité du dialysat • Se fait en amont du dialyseur • Conductimètre + sonde de température vérifient la conformité et pilotent le fonctionnement du by-pass • Normes : - Conductivité : ±5% ( ± 0.7mS/cm) - Température : de 35 à 40°C
  36. 36. 6- Circulation du dialysat • Assurée dans le circuit hydraulique par une des pompes de circulation. • Défaut de fonctionnement = alarme d’absence de débit. • Débit dialysat : réglable, en général 500ml/min. • Le débit dialysat influe directement sur la clairance des petites molécules
  37. 37. Préparation du dialysat • De plus certains moniteurs sont équipés de sondes pH pour assurer un contrôle supplémentaire de la teneur en acide. • Une fois contrôlé, le dialysat passe dans un à deux ultrafiltres, notamment si l’HDF on line est pratiquée. Le rôle de ce(s) filtre(s) est la rétention de bactéries ou d’endotoxines qui pourraient se développer au sein du générateur, malgré les procédures de désinfection mises en place.
  38. 38. IV- Maîtrise de l’ultrafiltration
  39. 39. PSe PSs PDs PDe PTM = PSe + PSs – PDe +PDs 2 2 UFml/h = [ KUF ml/h/mmHg ] x PTM MECANISMES DE L’ULTRAFILTRATION KUF
  40. 40. Maîtrise de l’ultrafiltration • Le débit d’ultrafiltration assure la perte de poids (en eau) du patient. Cette perte est gérée par un élément clé du générateur : ʺ Le maîtriseur d’ultrafiltration ʺ • Intérêt: - Introduction au début des années 70 - Permet de résoudre le problème de la précision de perte de poids - Permet l’utilisation des membranes à haute perméabilité • Deux principes de maîtrise d’UF peuvent être utilisés : - Maîtrise volumétrique: Repose sur l’emploi d’électrovannes et de deux chambres généralement séparées par une membrane - Maîtrise débitmétrique: Repose sur l’emploi de débitmètres et sur le principe suivant : (QD out = QD in + UF)
  41. 41. MAÎTRISEUR VOLUMETRIQUE Patient Pompe de circulation Volume fixe Non compliant PRINCIPE : • Circuit de volume fixe, non compliant incluant le dialyseur et le patient.
  42. 42. MAÎTRISEUR VOLUMETRIQUE Patient Pompe UF Pompe de circulation UF - Avec une pompe d’ UF, on prélève un certain volume de liquide; ce qui soumet l’ensemble du circuit à une dépression égale au volume de liquide soustrait - Cette dépression entraîne la soustraction, au patient, d’une UF qui vient compenser à volume égal le liquide soustrait par la pompe d’ UF ; Il suffit alors de piloter/régler la pompe d’ UF pour piloter la perte de poids du patient
  43. 43. Trois types de Maîtriseurs volumétriques • Monocompartimental circuit commun au dialysat frais et au dialysat usé : HOSPAL Monitral, BAXTER Miroclav • Monocompartimental sans contact entre le dialysat frais et le dialysat usé : FRESENIUS 2008/4008, BAXTER (ALTHIN) système 1000, BRAUN, NIPRO • Bicompartimental à débit dialysat alternatif NIKKISO
  44. 44. Maîtriseur Volumétrique monocompartimental sans contact (circuit ouvert) UF Dialysat frais Dialysat usé 31 2 4
  45. 45. Maitriseur Volumétrique Monocompartimental, sans contact Df/Du D usé D frais Membrane souple Une chambre contient du dialysat frais (chambre 1) et l’autre du dialysat usagé (chambre 2) 1 2
  46. 46. Maitriseur Volumétrique Monocompartimental, sans contact df/du Pendant que le dialysat usagé est évacué de la chambre 2 vers l’égout et remplacé par du frais, produit par le générateur, celui de la chambre 1 passe dans le dialyseur 1 2 égout
  47. 47. Maitriseur Volumétrique Monocompartimental, sans contact df/du Pompe UF la pompe d’ultrafiltration prélève un certain volume. Le système étant fermé, un apport d’eau plasmatique, du sang vers le dialysat, est donc nécessaire pour compenser cette perte, suivant le même débit UF ;le dialysat qui sort du dialyseur est alors usagé et retourne dans la chambre 1 ; 1 2
  48. 48. MAITRISEUR VOLUMETRIQUE Monocompartimental, sans contact df/du Quand la chambre 1 est remplie de dialysat usagé et la chambre 2 de dialysat frais, il y a un switch des électrovannes et la dialyse est réalisée à partir de la chambre 2. 1 1 2 2
  49. 49. 2- Maîtrise débimétrique • Cette maîtrise repose sur l’emploi de débitmètres et sur le principe suivant : le débit du dialysat en sortie du générateur est égal à la somme du débit dialysat en entrée et du débit d’ultrafiltration (QDout = QDin + UF) • À partir de ce principe, deux procédés sont envisageables : - On utilise une pompe UF et le maîtriseur doit alors assurer que le débit d’entrée est strictement égal au débit de sortie ( Hospal, avec deux débitmètres à ailettes, Bellco avec un débitmètre de Coriolis ) - On n’utilise pas de pompe UF car la mesure de la différence des deux débits est suffisamment précise pour obtenir les résultats attendus ( Gambro avec un débitmètre électromagnétique couplant les débits d’entrée et de sortie qui génèrent des forces électromotrices opposées )
  50. 50. QE QS Δ QS-QE = UF Pompe de dépression Contrôle debimétrique Repose sur l’emploi de débitmètres et sur le principe suivant : le débit du dialysat en sortie du générateur est égal à la somme du débit dialysat en entrée et du débit d’ultrafiltration (QDs = QDe + UF)
  51. 51. Contrôleur Debimétrique Préparation dialysat Mesure débit Dialysat entrant QDe Pompe entrée Mesure débit Dialysat sortant QDs QDs = QDe Pompe UF Pompe de sortie
  52. 52. CONTRÔLEUR DEBIMETRIQUE Effet Coriolis - Pour la détermination de l'écoulement, un tube en U oscillant est utilisé à travers lequel passe le fluide qui va suivre un mouvement proportionnel à la vitesse d'écoulement qui est provoqué par la force de Coriolis agissant sur le tube. - L'entité de La force de Coriolis dépend de la masse déplacée, sa vitesse dans le système et par conséquent le débit d'écoulement de masse.
  53. 53. CONTRÔLEUR DEBIMETRIQUE Effet Coriolis
  54. 54. Les avantage du maitrisuer à effet Coriolis • Pas de pièces en mouvement • Mesure de masses - Taux d’UF élevée possible - Pas d’erreur due à l’air • Autocalibration • Circuit ouvert à débit constant
  55. 55. 3- Sécurités liées au maîtriseur d’UF • Le maîtriseur fonctionne en suivant les paramètres introduits par l’utilisateur • Bon fonctionnement vérifié par un séquençage programmé de mesures de contrôle • La pression qui règne dans l’enceinte du maîtriseur est sous contrôle
  56. 56. 3- Sécurités liées au maîtriseur d’UF • UF demandée trop importante pour le dialyseur utilisé dépression dialysat importante PTM élevée (ou PD très négative)  arrêt de l’ UF • Faible UF demandée pour un dialyseur à forte pente / plicature de la ligne veineuse à la sortie du dialyseur PTM devient négative  arrêt de l’UF
  57. 57. V- Le circuit extracorporel
  58. 58. Support de l’hémodialyseurTémoins lumineux ( pressions, PTM, Conductivité, UF) Seringue auto-pousseuse Cannes pour aspiration des concentré acide et bicarbonate orifice pour cartouche de bicarbonate Blood Pressure Monitor (BPM), Pompe à sang Détecteur d’air Écran d’affichage Eelectroclamp Capteur de pression Alarmes Dialock( raccords du dialysat)
  59. 59. Circulation extracorporelle
  60. 60. Circulation extracorporelle Les générateurs peuvent fonctionner en uni- ou biponcture: • Dans le cas de la biponcture : - Une seule pompe à sang - Deux sites d’aspiration et de réinjection • Dans le cas de l’uniponction : - Il n’y a qu’une seule aiguille et le générateur alterne les phases d’aspiration et de réinjection. - Soit il y a deux pompes à sang, une pour le prélèvement et une pour la réinjection, soit il y a un système composé d’une seule pompe et de deux clamps placés sur les lignes artérielle et veineuse.
  61. 61. Le Circuit Extracorporelle
  62. 62. Circulation extracorporelle • Les débits des pompes à sang peuvent aller selon les générateurs jusqu’à 500–700 mL/min, le débit doit être adapté à chaque patient. Il s’agit de pompes péristaltiques à deux ou trois galets • Leur débit est fonction de la pression amont et aval. Certains générateurs en tiennent compte pour calculer le débit sanguin réel : celui-ci est plus faible si la dépression en amont est forte • Des démarches ont été entreprises pour faciliter le montage des lignes, jusqu’à les rendre captives du matériel : - Cassettes prémontées sur l’Innova (Hospal) - Lignes préadaptées aux corps de pompe spécifiques (Fresenius 5008)
  63. 63. MONITEURS DE PRESSIONS DANS LE CIRCUIT SANGUIN Régime de pressions dans le circuit sanguin: • La pression hydrostatique (PH) est négative dans le segment artériel: - La résistance au niveau de l’abord vasculaire et de la ligne - L’effet exercé par la pompe à sang • La PH est positive au-delà de la pompe à sang avec un niveau de pression dépendant : - La géométrie du dialyseur (perte de charge dans le dialyseur) - Le diamètre et de la longueur de l’aiguille veineuse - La résistance au niveau du retour veineux (sténose)
  64. 64. PA PV
  65. 65. PA PV 16G 300 mml/min
  66. 66. PA PV 10/15mmHg
  67. 67. PA PV -75mmhg 10/15mmHg
  68. 68. PA PV -150mmhg 10/15mmHg -75mmhg
  69. 69. PA PV +200mmhg 10/15mmHg -75mmhg -150mmhg
  70. 70. PA PV 170mmhg 10/15mmHg -75mmhg -150mmhg +200mmhg
  71. 71. PA PV 140mmhg 10/15mmHg -75mmhg -150mmhg +200mmhg 170mmhg
  72. 72. PA PV 100mmhg -75mmhg 10/15mmHg -150mmhg +200mmhg 170mmhg 140mmhg
  73. 73. PA PV 75mmhg -75mmhg 10/15mmHg -150mmhg +200mmhg 170mmhg 140mmhg 100mmhg
  74. 74. PA PV -75mmhg 10/15mmHg -150mmhg +200mmhg 170mmhg 140mmhg 100mmhg 75mmhg 10/15mmHg
  75. 75. Les différents moniteurs • Capteur de pression artérielle: Placé en amont de la pompe à sang, permettant de détecter une pression négative excessive: - Débit insuffisant au niveau de l’abord vasculaire - Ligne artérielle coudée - Chute de débit secondaire à une chute de tension artérielle du patient • Moniteur de pression veineuse: Mesure la pression hydrostatique dans le piège à bulle veineux et détecte toute variation de pression sur le retour veineux: - Sténose de l’abord vasculaire - Ligne veineuse coudée - Caillots dans les filtres - Chute de pression du côté artériel, coagulation dans le dialyseur, déconnexion accidentelle N.B: Les capteurs de pression doivent être munis d’un double isolateur, isolant la prise de pression du générateur du sang du malade, du fait du risque de contamination virale lorsque des souillures sont présentes à ce niveau, d’autant qu’il est difficile de nettoyer parfaitement le générateur à ce niveau.
  76. 76. Les différents moniteurs • Détecteur d’air: • C’est un composant essentiel du circuit sanguin, ayant permis une nette diminution du risque d’embolie gazeuse qui peut survenir en cas de déconnexion accidentelle de la ligne artérielle, en raison de la pression hydrostatique négative dans ce segment • Le détecteur d’air idéal doit répondre à la mousse aussi bien qu’à l’air mais pas au sérum salé. En situation d’alarme (visuelle et sonore), il stoppe la pompe à sang et active un électroclamp situé immédiatement en dessous du détecteur d’air • L’électroclamp: • L’électroclamp idéal doit être occlusif vis-à-vis des pressions les plus élevées que l’on peut rencontrer dans le circuit sanguin sans altérer la ligne veineuse.
  77. 77. Circulation extracorporelle Détecteur d’air Plus sensible ++++
  78. 78. Les différents moniteurs • Détecteur de fuite de sang: • Il permet de détecter le passage de sang dans le dialysat en raison d’une rupture de membrane. • Pompe à héparine: • Elle sert à administrer l’héparine nécessaire à l’anticoagulation du circuit sanguin. Il s’agit le plus souvent d’un pousse-seringue électrique incorporés au niveau du générateur. • La pompe à héparine est située sur la ligne artérielle, de préférence après la pompe à sang où la pression hydrostatique est positive afin d’éviter le risque d’aspiration brutale du contenu de la seringue. Les seringues doivent être capables d’infuser le débit adéquat contre cette pression positive.
  79. 79. Monitorage et rétrocontrôle
  80. 80. Les différents paramètres monitorés sur un générateur d’hémodialyse
  81. 81. Paramètres physiologiques
  82. 82. 1- Paramètres physiologiques: Tension artérielle • Son suivi doit permettre premièrement de prévenir une chute de tension, et éventuellement de générer un profil d’UF adapté à chaque patient. Tous les générateurs sont actuellement équipés de tensiomètres en série ou en option. • Le module Blood Pressure Monitor (BPM), qui permet l’affichage de la tension artérielle (pressions systolique, diastolique, moyenne) et du pouls, équipe un certain nombre de moniteur
  83. 83. • La variation de la température corporelle du patient a un impact sur la tolérance de la dialyse puisque les échanges thermiques dans le dialyseur vont dépendre du gradient de température entre le sang et le dialysat • L’enregistrement des ces échanges est important puisqu’il va permettre de mesurer et d’envisager des modifications de la température corporelle par le biais d’une mesure de la température de la ligne artérielle et de la température du dialysat • Le module Blood Temperature Monitor (BTM) permet de contrôler les échanges thermiques durant la séance de dialyse à partir de l’enregistrement en ligne de la température du sang en amont et en aval du dialyseur. Elle permet aussi de moduler parfaitement ces échanges et de définir un niveau de température centrale optimum du patient durant la séance 2- Paramètres physiologiques: Température
  84. 84. Le module Blood Temperature Monitor (BTM)
  85. 85. • L’ultrafiltration engendre une réduction du volume plasmatique (hypovolémie) et donc une hémoconcentration • De nombreux générateurs fournissent soit une estimation en temps réel de cette variation du volume sanguin, soit une variation de l’hématocrite, soit les deux • Le suivi de l’hémoconcentration peut reposer: 1- sur un système infrarouge : capteur Blood Volume Sensor (BVS) (Gambro) ; Hemoscan (Hospal) ; VS (Nikkiso). 2- sur la mesure de densités optiques : Hemavision (Baxter) ;Hemox (Bellco). 3- sur une mesure par ultrasons : Blood Volume Monitor (BVM) (Fresenius). 3- Paramètres physiologiques: Volume sanguin
  86. 86. Quantification et amélioration de l’efficacité de dialyse
  87. 87. 1- Dose de dialyse (Clairance et KT/V) • Pour mesurer le KT/V de façon directe, il est nécessaire de calculer la clairance de l’urée. • A l’aide de la mesure de la concentration de l’urée dans le dialysat à partir d’une électrode spécifique placée sur le dialysat efférent. Le module DQM proposé par Gambro pour cette dernière mesure n’est actuellement plus commercialisé. • Actuellement, certains générateurs apprécient de façon approchée la clairance de l’urée par la mesure de la dialysance ionique, du fait de la proximité de masses molaires entre ions (notamment Na+) et urée. • Le transfert des ions est donc assimilé à celui de l’urée, le principe de mesure de la dialysance ionique repose sur une variation de la conductivité du dialysat durant un temps précis et sur la mesure de la conductivité à l’entrée et à la sortie du dialysat. • Cette mesure est disponible sur les générateurs Hospal (Innova–Integra) et Gambro, par le biais du module Diascan, et sur les générateurs Fresenius par le modèle OCM. • Sur les générateurs Fresenius la dialysance ionique est improprement appelée clairance de l’urée.
  88. 88. 2- Pression transmembranaire (PTM) • Une élévation importante de la pression transmembranaire signale un colmatage important de la membrane qui perd alors ses propriétés de transfert d’eau et de solutés. • En l’absence de capteur de pression à l’entrée du filtre côté sang, la valeur proposée n’est qu’estimée, puisque au mieux, elle estime la pression d’entrée en ajoutant une perte de charge dépendant du filtre à la pression veineuse
  89. 89. 3- Taux de recirculation • La présence potentielle de ce phénomène peut être évaluée, soit par conductimétrie (bolus de NaCl), soit par mesure des variations de la température artérielle sous l’influence d’une variation de la température du dialysat (BTM - Fresenius ) : refroidissement du dialysat puis mesure de la température au niveau artériel. Si celle-ci diminue, il y a recirculation. • De même, sur les générateurs disposant de la mesure de la dialysance ionique (Hospal, Gambro) la recirculation peut être appréciée indirectement par une baisse des valeurs de référence de la dialysance ionique.
  90. 90. Taux de recirculation total par variation thermique
  91. 91. VII- La désinfection du circuit de dialysat
  92. 92. Désinfection du circuit de dialysat et prévention du Biofilm - La contamination microbienne du dialysat est à l’origine du développement d’un biofilm sur la surface du circuit hydraulique du générateur. - Le biofilm est constitué d’une matrice, le glycocalyx, qui forme une carapace protectrice pour les micro-organismes contre les agressions du milieu extérieur
  93. 93. Formation du biofilm à la surface des matériaux
  94. 94. Traitement du circuit hydraulique 4 opérations nécessaires Nettoyage, détartrage ,désinfection et rinçage des circuits hydrauliques selon un rythme défini par le fabricant
  95. 95. Principe actif Désinfection Détartrage Détergence Action/fer Ac. peracétique +++ + 0 0 H2O2 ++ 0 + 0 Ac. hypochloreux +++ 0 ++ 0 Dioxyde de Chlore +++ 0 ++ 0 Ac. acétique 0 ++ + 0 Ac. citrique 0 +++ + + Ac. lactique 0 +++ + + Ac. oxalique 0 ++ + +++ Désinfection chimique Les principes actifs
  96. 96. Produit Désinfection Détartrage Détergence Dialox +++ + (0.14%) 0 Oxagal +++ + (0.17%) + Puristéril +++ + + Javel +++ 0 + Citrique/125°C +++ +++ + Désinfection chimique Les produits(marquage CE)
  97. 97. Désinfection thermique • Physique (thermique) – Pasteurisation : T° > 85 °C – Stérilisation : 125 °C – 2 méthodes: - Circulation eau chaude > 85°C - Vapeur eau >121° • Fabricants doivent préciser couples temps/température • Température maintenue en tous points du circuits
  98. 98. Désinfection thermochimique - Thermo - chimique : Association produit chimique + chaleur • acide citrique à 80° • Acide hydroxyacétique à 85° - Efficacité évaluée: • Couple temps - température • Activité anti-microbienne du produit
  99. 99. Désinfection du circuit de dialysat et prévention du biofilm • Les agents désinfectants séjournent dans les circuits hydrauliques jusqu’à la dialyse suivante, où ils doivent être éliminés par rinçage. La présence éventuelle de traces résiduelles dans le dialysat doit être soigneusement recherchée à l’aide de tests appropriés: l’iodure de potassium pour l’hypochlorite et l’acide acétique. • Le remplacement périodique des tubulures du circuit de dialysat et des lignes de dialysat est recommandé pour éviter la formation d’un biofilm. • De même, les connecteurs rapides, qui sont sujets à la surinfection bactérienne et à la formation d’un biofilm, doivent être désinfectés séparément et pendant une durée d’au moins 24 heures.
  100. 100. Désinfection du circuit de dialysat et prévention du biofilm • Au Maroc : – Arrêté du ministère de la santé n° 808-02 du 25 dol hija 1423 ( 27 février 2003) fixant les normes techniques des centres d’hémodialyse – chapitre II : normes d’équipement médico- techniques et règles relatives à la pratique des séances de d’hémodialyse – article 10 : La pratique des séances d’hémodialyse est soumise aux règles suivantes : • Désinfection des générateurs entre deux séances • Désinfection trimestrielle de la boucle de distribution avec changement régulier de filtre.
  101. 101. CONCLUSION • Le générateur de dialyse = Pilier du traitement de l’épuration extrarénal • Actuellement en pleine évolution technologique • Un générateur de qualité : - un traitement adéquat - une sécurité maximale - et bien évidemment écologique
  102. 102. HU un chinois survit depuis 14 ans en se dialysant sur une machine qu'il a fabriquée lui même !
  103. 103. Merci de votre attention ! Merci de votre Attention !

×