2. verbo tonal et_articulatoire

1 501 vues

Publié le

La méthode articulatoire en phonétique corrective appliquée au français langue étrangère (FLE) comparée à l'autre méthode de correction phonétique par le système verbo-tonal.
Correspond à un cours pour formateurs de formateurs, étudiants et (futurs) professeurs de FLE ou d'une autre langue vivante.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 501
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
42
Actions
Partages
0
Téléchargements
41
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

2. verbo tonal et_articulatoire

  1. 1. Michel BILLIÈRES LA PHONÉTIQUE CORRECTIVE PAR LE SYSTÈME VERBO-TONAL Site web de référence: http://w3.uohprod.univ-tlse2.fr/UOH-PHONETIQUE-FLE/ L’APPROCHE ARTICULATOIRE EN PHONÉTIQUE CORRECTIVE lacunes et insuffisances à la lumière de la méthode verbo-tonale
  2. 2. Plan général 1. présentation de l’approche articulatoire (MA) 2. lacunes et insuffisances de la MA à la lumière de la MVT 3. conclusion 2
  3. 3. 1. présentation de la méthode articulatoire (MA) 2. lacunes et insuffisances de la MA à la lumière de la MVT 3. conclusion 3
  4. 4. Rappel en toile de fond: quelques grands principes de la MVT  Principe de « crible » phonologique en L2  Notion d’optimale  Relation corps / phonation  Perception polysensorielle  Fonctionnement structuro-global en perception et en production 4
  5. 5. approche articulatoire : postulats de base Pour bien prononcer un son, il faut savoir comment il s’articule Conscientisation de la matière sonore Explications plus ou moins poussées 5
  6. 6. approche articulatoire : travail phonétique CONSCIENTISATION INTELLECTUALISATION COMPARAISON « BASES ARTICULATOIRES » L 1 et L2 GYMNASTIQUE EXERCICES ARTICULATOIRE allant du + simple vers le + compliqué Canal visuel Canal kinesthésique Canal auditif 6
  7. 7. L’utilisation de schémas Charliac, Motron, 1998 7
  8. 8. Explications plus ou moins poussées  comparaison des [i] du russe et du français « Lors de la production de /i/, la langue est avancée d’une façon extrême  et la partie médiane de son dos s’élève fortement en direction du palais dur,  laissant ainsi un passage assez étroit pour l’air.  La pointe de la langue s’appuie contre les incisives inférieures,  ses bords se pressent fortement contre les dents du bas (jusqu’aux canines).  La partie postérieure du dos de la langue n’occupe pas une position neutre  dans la bouche comme en russe mais se tend énergiquement en avant,  presque à la verticale ;  il se crée un vaste espace libre dans la partie postérieure de la cavité buccale.  La forte tension de la langue provoque l’apparition d’un petit creux  sur la partie antérieure de son dos. Les commissures des lèvres sont fortement écartées ;  en outre, la lèvre supérieure est dégagée comme pendant un sourire,  découvrant les dents du haut ;  les dents supériures sont au contraire dissimulées.  La distance entre les dents est d’environ 2 mm » 8
  9. 9. Exercices: du simple vers le complexe Mercier, 1976 9
  10. 10. Exercices: du simple vers le complexe 10
  11. 11. Exercices: du simple vers le complexe Pagniez-Delbart, 1990 11
  12. 12. Exercices: du simple vers le complexe 12
  13. 13. Exercices: du simple vers le complexe 13
  14. 14. Exercices: du simple vers le complexe 14
  15. 15. La phonétique au service du code linguistique Léon, 1976 15
  16. 16. La phonétique au service du code linguistique 16
  17. 17. La phonétique au service du code linguistique 17
  18. 18. 1. présentation de l’approche articulatoire (MA) 2. lacunes et insuffisances de la MA à la lumière de la MVT 3. conclusion 18
  19. 19. Le risque de démotivation  Conscientisation et intellectualisation nécessaires en L 2?  Que penser des exercices? • Gymnastique articulatoire • Démarche sémasiologique • Absence de contexte  Comment la MVT envisage l’apprentissage phonétique • Diffus tout au long de la leçon • Organisation de séances / d’ateliers La correction phonétique ne s’impose pas, elle se négocie • Leçon zéro • Piqûres de rappel 19
  20. 20. Les facteurs auditivo-perceptifs sont négligés  MA travaille exclusivement sur l’articulation et ne s’intéresse pas aux mécanismes et processus perceptifs  Travail sur sons isolés: [y] vs [u]  sons pouvant appartenir à n’importe quelle langue  Travail sur syllabes: [su] [ty] [vy] [by]…  le timbre vocalique est différent à chaque fois  la MVT intègre les facteurs auditivo-perceptifs par une patiente rééducation de l’oreille progression phonétique 20
  21. 21. [y] son cible [y] son cible progression par approximations successives [u] son erroné [u] son erroné principe de progression / régression 21
  22. 22. La prosodie n’est pas prise en compte  Cf. manuels de MA  Prosodie et MVT (Terminologie: prosodie et intonation) ”L’intonation qui résulte de la structure des sons est un élément essentiel de chaque son et elle relie en même temps tous les éléments de la phrase. Les éléments de l’intonation sont: sons, fréquences , intensité, tension, temps de la phrase et pause. Tous ces éléments forment la structure interne de l’intonation au cours des groupes rythmiques. Voici pourquoi nous pouvons dire que l’intonation forme la réalisation structurale de l’enemble du langage” (Guberina, 2003/1965, p. 151). 22
  23. 23. Relation corps / phonation laissée de côté  MA: vision très restrictive de l’acte phonatoire  Gymnastique articulatoire: action sur les organes dits de la phonation  corps immobile 23
  24. 24.  MVT: la parole, c’est du mouvement macro-motricité  Relation naturelle entre micro-motricité "la façon de prononcer est un langage phono-gestuel. Les organes de la parole gesticulent à l'instar des mains, des bras, du corps. Ce qui distingue le langage phono-gestuel des gestes visibles, c'est leur dimension réduite d'une part, et leur intégration parfaite à la parole non gestuelle d'autre part. Ils nous échappent non parce qu'ils échappent à l'oeil nu, mais parce qu'ils sont convertis, masqués, par les mots qu'ils véhiculent » (Fonagy, 1990). 24
  25. 25. Ignorance de certains phénomènes liés à la parole MA: risque d »’une vision très angélique et complètement faussée de la production sonore Car classement statique et complètement atomisé  sons • « figés » • se succédant comme les perles d’un collier 25
  26. 26. 26
  27. 27. 27
  28. 28. Ignorance de certains phénomènes liés à la parole  Le phénomène de compensation MA: réflexe articulatoire unique Or, même résultat acoustique obtenu par différentes configurations du chenal vocal Explication: boucle audio-phonatoire on parle aussi avec son oreille 28
  29. 29. Ignorance de certains phénomènes liés à la parole  La coarticulation Exemple de brusque les commandes motrices pour les différents sons ne sont pas envoyées sequenciellement aux articulateurs  les sons successifs sont co-articulés : ils se chevauchent sur l’axe temporel => les caractéristiques acoustiques et articulatoires des sons varient en fonction des sons en contexte MVT tient compte de la coarticulation dans le procédé dit des entourages facilitants 29
  30. 30. En guise de conclusion… 30
  31. 31. Les raisons du succès de la méthode articulatoire en didactique des langues étrangères  C’est la plus connue  Méthode intemporelle  Repose sur des connaissances figées et simplistes  N’effarouche personne: didacticiens, enseignants… sauf peut-être les apprenants.  MA: Enseignement centré sur le maître ≠ MVT: enseignement centré sur l’élève 31
  32. 32. MA ne doit pas être négligée dans une perspective de MVT  la perspective physiologiste est nécessaire au praticien  le principe de tension repose sur l'articulatoire  quid des théories motrices de la parole? 32
  33. 33. La Motor theory de Liberman  l’auditeur perçoit correctement les sons paroliers et leurs différentes combinaisons car il est capable d’extraire les gestes articulatoires correspondants du signal acoustique émis par le locuteur.  l’enfant n’a pas à « apprendre » dans sa L1 les correspondances entre sonorités parolières perçues et mouvements articulatoires associés. Le couplage s’acquiert naturellement au fur et à mesure du développement de son expérience langagière  Intérêt de la théorie motrice: établit le lien entre perception et production Ce que la MA ne fait pas… 33
  34. 34. Modèle des théories motrices de la perception phonétique signal acoustique forme sensorielle écho proprioceptif forme perceptive comparateur forme motrice sortie catégorisation 34
  35. 35. Annexe: conseils donnés pour travailler sur l’articulation du son « je » Mercier, 1976 35
  36. 36. 36

×