SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  15
EMPOWERMENT
ARIANNE POULIN, MATHIEU CARRIER ET MÉLISA LANGEVIN
AU COMMENCEMENT
• Les professionnels sont devenus les experts des enfants que
les parents n’ont jamais pu égaler en matière de
connaissances
• En 1970, les parents ont commencés à se sentir moins
compétents, envers leur enfant, que les experts.
LE RÉSULTAT
• Les parents ont une diminution de leur sentiment de
compétence parental.
• L’augmentation des connaissances (les études, les
connaissances extérieurs et les professionnels) ainsi que
l’augmentation des critères de normalisation font en sorte
qu’ils ont peur d’être de mauvais parents
• sentiment de compétence des parents + des connaissances +
des critères de normalisation = peur d’être de mauvais parents
• On propose alors aux parents de faire LE MIEUX et non PAS de
LEUR MIEUX
PRATIQUE PARTICIPATIVE
• Ce n’est pas une technique d’intervention mais bien une
«posture» d’intervention. C’est une manière d’agir. Le processus
d’intervention peut être très long, mais nous devons prendre le
temps, selon le client. Il faut voir avec ce qu’il est prêt à faire.
• On lui offre des possibilités en lui donnant les informations
nécessaire (temps, durée, relation, rencontre, endroit,..). On
remet tout le pouvoir dans les mains du client.
PRATIQUE PARTICIPATIVE (SUITE)
• On doit nourrir les forces de chaque personne
tout en respectant le rythme de chaque
personne en essayant de faire déployer ses
forces.
• On travaille étapes par étapes sans en sauté
une!
1
NOTRE POINT DE VUE COMME
INTERVENANT
• Nous possédons chacun une «tresse». Les trois composantes de notre
«tresse» sont les suivantes; nos connaissances, nos croyances et nos
expériences qui diffère d’une personne à une autre.
• Les connaissances: aucune connaissance ne vient modifier nos croyances.
Ex: Je sais que quand on texte au volant, nous avons X% de chance de faire
un accident.
• Les croyances: ce qui donne du sens. Nous faisons tout ce que l’on peut
pour se conforter dans nos croyances. Ex: Rien n’arrive pour rien, pour moi
consommer 3 bières ne me fait pas péter la balloune, ..)
• Nos expériences: c’est ce qui viennent modifier nos connaissances et nos
croyances. Ex: Pub choc nous font vivent des expériences indirectes, quand
on se fait arrêter par la police parce que nous avons trop bu.
• Le problème avec ça, c’est lorsque le client a des croyances, des
NOTRE POINT DE VUE COMME
INTERVENANT (SUITE)
• Chaque composantes a la même valeur, il n’y en a pas une de plus
importantes que les autres.
• Si nous essayons d’imposer notre «tresse» à notre client, nous sommes dans
un rôle d’expert.
• On doit arriver à comprendre la «tresse» de notre client. Lui poser des
questions pour comprendre. Qu’est-ce qui marche pour toi? Explique moi.
• Exemple: une femme battue retourne avec son mari. On lui demande
pourquoi, elle nous répond qu’elle est marié pour le meilleur et pour le pire.
Cela nous permet donc de mieux comprendre.
• C’est eu leur propre expert
COMMENT DONNER LE POUVOIR?
• Pour que les parents arrivent à faire des choix éclairés, qui conviennent
à leur réalité, ils ont besoin de toutes les informations.
• Notre rôle est de donner toutes les pistes possibles et leur laisser faire
leur choix. Parfois, il faut expliquer les termes que nous employons
pour les aider à mieux comprendre.
• On peut installer des repères, des pistes de réflexions. On les aider à se
développer sans prendre les décisions à leur place.
• Il est important de se rappeler que leurs compétences sont aussi
importantes que les nôtres.
SCHÉMA
SAVOIR CHOISI
R
DÉCIDE
R
AGIR
• CHOISIR: FAIRE DES CHOIX, AVOIR LE POUVOIR
• DÉCIDER: EST-CE QUE TU PASSES À LA PROCHAINE ÉTAPE?, EST-
CE QUE TU PEUX FAIRE QUELQUE CHOSE?
• AGIR: PRENDRE ACTION
COMMENT ON S’Y PREND POUR DONNER
DU POUVOIR?
• Comme intervenant, il y a souvent des contraintes avec lesquelles il faut
s’adapter. Les contraintes peuvent provenir de différents endroits ce qui
peut nous empêcher de laisser le pouvoir au client.
• Il est important de nommer les contraintes aux clients dès le départ, par
exemple que nous avons seulement 10 semaines d’allouées pour lui. Lui
dire la vérité, les options qui s’offrent à lui et poser des questions pour
comprendre leurs décisions.
• Nous avons le pouvoir de mettre certaines choses en place, comme du
déplacement.
• Celui qui contrôle les éléments, c’est celui qui a le pouvoir!
LES 4 ASPECTS
• L’espace
• Le non-verbal
• Le verbal
• Temps
L’ESPACE
• Est-ce que l’on peut se déplacer?
• Est-ce que l’endroit est assez grand et bien équipé?
• Est-ce que le client avait la possibilité de quitter aisément?
• Est-ce que les deux chaises sont confortables? Si l’intervenant à une chaise
plus confortable, le client peut penser qu’il est moins important.
LE NON-VERBAL
• Est-ce que je le souris, je les regarde dans les yeux?
• Est-ce que mon corps dit que je suis intéressé? (Ma position assise, les bras
croisés,…)
• Lors de notre première rencontre, est-ce que je me suis présenté au
complet? Est-ce que nous avons désigner nos tâches?
• Est-ce que je lui ai serré la main?
• Si nous sommes en remplacement lui dire et se présenter si nous sommes
de retour d’un congé
LE VERBAL
• Est-ce que je lui ai dit bonjours?
• Il faut croire ce que le client nous dit, si on doute revalider l’information
avec lui
• Entendre: il faut lui demander son point de vu et en tenir compte
• Confidentialité: on garde les informations pour nous
• On peut terminer la rencontre en lui demandant: quel effet ça a eu sur
vous cette rencontre? C’est une bonne manière de savoir si on s’est pris
de la bonne manière avec lui.
• Quand on perd le pouvoir, on se taie. C’est un bon indice.
LE TEMPS
• Le client va sentir qu’il a le pouvoir, qu’il est important si:
• On ne le fait pas attendre
• On lui laisse le choix du déroulement
• On lui laisse décider de l’échéance

Contenu connexe

Similaire à Empowerment.ppt

1 etapes de_vente_pour_fermer_une_facture_rev
1 etapes de_vente_pour_fermer_une_facture_rev1 etapes de_vente_pour_fermer_une_facture_rev
1 etapes de_vente_pour_fermer_une_facture_rev
Patrick Langlois
 

Similaire à Empowerment.ppt (20)

PERSUASION
PERSUASIONPERSUASION
PERSUASION
 
#PortraitDeStartuper #69 - Linka International - Natalia Fernandez
#PortraitDeStartuper #69 - Linka International - Natalia Fernandez#PortraitDeStartuper #69 - Linka International - Natalia Fernandez
#PortraitDeStartuper #69 - Linka International - Natalia Fernandez
 
L'art de la vente
L'art de la venteL'art de la vente
L'art de la vente
 
Tendances emploi 2017
Tendances emploi 2017Tendances emploi 2017
Tendances emploi 2017
 
Personal branding 2 sur 5 créer son profil de marque personnelle
Personal branding 2 sur 5   créer son profil de marque personnellePersonal branding 2 sur 5   créer son profil de marque personnelle
Personal branding 2 sur 5 créer son profil de marque personnelle
 
Roue de hudson - ICF synergie - Sylvie Timmers - nov 2019
Roue de hudson - ICF synergie  - Sylvie Timmers - nov 2019 Roue de hudson - ICF synergie  - Sylvie Timmers - nov 2019
Roue de hudson - ICF synergie - Sylvie Timmers - nov 2019
 
Atelier NUDGE
Atelier NUDGE Atelier NUDGE
Atelier NUDGE
 
La Communication au service du Projet
La Communication au service du ProjetLa Communication au service du Projet
La Communication au service du Projet
 
Nouveaux modes d'organisation - comment accepter et accompagner le changement ?
Nouveaux modes d'organisation - comment accepter et accompagner le changement ?Nouveaux modes d'organisation - comment accepter et accompagner le changement ?
Nouveaux modes d'organisation - comment accepter et accompagner le changement ?
 
Conference estime de soi, Gilles Payet,15 janvier 2018
Conference estime de soi, Gilles Payet,15 janvier 2018Conference estime de soi, Gilles Payet,15 janvier 2018
Conference estime de soi, Gilles Payet,15 janvier 2018
 
Conference estime de soi, 15 janvier 2018
Conference estime de soi, 15 janvier 2018Conference estime de soi, 15 janvier 2018
Conference estime de soi, 15 janvier 2018
 
Nos valeurs: piliers de notre marque employeur
Nos valeurs: piliers de notre marque employeurNos valeurs: piliers de notre marque employeur
Nos valeurs: piliers de notre marque employeur
 
1 etapes de_vente_pour_fermer_une_facture_rev
1 etapes de_vente_pour_fermer_une_facture_rev1 etapes de_vente_pour_fermer_une_facture_rev
1 etapes de_vente_pour_fermer_une_facture_rev
 
#PortraitDeStartuper #95 - Cook Angels - Charlotte Sieradzki & Joy Solal
#PortraitDeStartuper #95 - Cook Angels - Charlotte Sieradzki & Joy Solal#PortraitDeStartuper #95 - Cook Angels - Charlotte Sieradzki & Joy Solal
#PortraitDeStartuper #95 - Cook Angels - Charlotte Sieradzki & Joy Solal
 
Content & Community Management (IHECS) - Cours 2
Content & Community Management (IHECS) - Cours 2Content & Community Management (IHECS) - Cours 2
Content & Community Management (IHECS) - Cours 2
 
2022-01-14-Live-Goflash-Networking-8-postures.pdf
2022-01-14-Live-Goflash-Networking-8-postures.pdf2022-01-14-Live-Goflash-Networking-8-postures.pdf
2022-01-14-Live-Goflash-Networking-8-postures.pdf
 
Boostez votre estime professionnelle :3 régles d’or !
Boostez votre estime professionnelle :3 régles d’or !Boostez votre estime professionnelle :3 régles d’or !
Boostez votre estime professionnelle :3 régles d’or !
 
Créez de la valeur ou devenez une commodité
Créez de la valeur ou devenez une commoditéCréez de la valeur ou devenez une commodité
Créez de la valeur ou devenez une commodité
 
Petit Livre Bleu de la Vente - 20 citations pour motiver, convaincre et vendre
Petit Livre Bleu de la Vente - 20 citations pour motiver, convaincre et vendrePetit Livre Bleu de la Vente - 20 citations pour motiver, convaincre et vendre
Petit Livre Bleu de la Vente - 20 citations pour motiver, convaincre et vendre
 
11 secrets pour réussir son internat
11 secrets pour réussir son internat11 secrets pour réussir son internat
11 secrets pour réussir son internat
 

Plus de MlisaLangevin

Plus de MlisaLangevin (9)

Composante_meta._audio.pptx
Composante_meta._audio.pptxComposante_meta._audio.pptx
Composante_meta._audio.pptx
 
LE-NANISME-1.pptx
LE-NANISME-1.pptxLE-NANISME-1.pptx
LE-NANISME-1.pptx
 
Dilemme Éthique.pptx
Dilemme Éthique.pptxDilemme Éthique.pptx
Dilemme Éthique.pptx
 
Les-clowns-thérapeutiques-2.ppt
Les-clowns-thérapeutiques-2.pptLes-clowns-thérapeutiques-2.ppt
Les-clowns-thérapeutiques-2.ppt
 
Les-clowns-thérapeutiques.ppt
Les-clowns-thérapeutiques.pptLes-clowns-thérapeutiques.ppt
Les-clowns-thérapeutiques.ppt
 
Le-curateur-public.pptx
Le-curateur-public.pptxLe-curateur-public.pptx
Le-curateur-public.pptx
 
Module_2_Stades_de_developpement_1re_partie_ete2017_sans_figure.pptx
Module_2_Stades_de_developpement_1re_partie_ete2017_sans_figure.pptxModule_2_Stades_de_developpement_1re_partie_ete2017_sans_figure.pptx
Module_2_Stades_de_developpement_1re_partie_ete2017_sans_figure.pptx
 
Trouble_de_l'érection_(dysfonction_érectile)_1diapo_par_page.pptx
Trouble_de_l'érection_(dysfonction_érectile)_1diapo_par_page.pptxTrouble_de_l'érection_(dysfonction_érectile)_1diapo_par_page.pptx
Trouble_de_l'érection_(dysfonction_érectile)_1diapo_par_page.pptx
 
La sexualité (gobalité).pptx
La sexualité (gobalité).pptxLa sexualité (gobalité).pptx
La sexualité (gobalité).pptx
 

Empowerment.ppt

  • 1. EMPOWERMENT ARIANNE POULIN, MATHIEU CARRIER ET MÉLISA LANGEVIN
  • 2. AU COMMENCEMENT • Les professionnels sont devenus les experts des enfants que les parents n’ont jamais pu égaler en matière de connaissances • En 1970, les parents ont commencés à se sentir moins compétents, envers leur enfant, que les experts.
  • 3. LE RÉSULTAT • Les parents ont une diminution de leur sentiment de compétence parental. • L’augmentation des connaissances (les études, les connaissances extérieurs et les professionnels) ainsi que l’augmentation des critères de normalisation font en sorte qu’ils ont peur d’être de mauvais parents • sentiment de compétence des parents + des connaissances + des critères de normalisation = peur d’être de mauvais parents • On propose alors aux parents de faire LE MIEUX et non PAS de LEUR MIEUX
  • 4. PRATIQUE PARTICIPATIVE • Ce n’est pas une technique d’intervention mais bien une «posture» d’intervention. C’est une manière d’agir. Le processus d’intervention peut être très long, mais nous devons prendre le temps, selon le client. Il faut voir avec ce qu’il est prêt à faire. • On lui offre des possibilités en lui donnant les informations nécessaire (temps, durée, relation, rencontre, endroit,..). On remet tout le pouvoir dans les mains du client.
  • 5. PRATIQUE PARTICIPATIVE (SUITE) • On doit nourrir les forces de chaque personne tout en respectant le rythme de chaque personne en essayant de faire déployer ses forces. • On travaille étapes par étapes sans en sauté une! 1
  • 6. NOTRE POINT DE VUE COMME INTERVENANT • Nous possédons chacun une «tresse». Les trois composantes de notre «tresse» sont les suivantes; nos connaissances, nos croyances et nos expériences qui diffère d’une personne à une autre. • Les connaissances: aucune connaissance ne vient modifier nos croyances. Ex: Je sais que quand on texte au volant, nous avons X% de chance de faire un accident. • Les croyances: ce qui donne du sens. Nous faisons tout ce que l’on peut pour se conforter dans nos croyances. Ex: Rien n’arrive pour rien, pour moi consommer 3 bières ne me fait pas péter la balloune, ..) • Nos expériences: c’est ce qui viennent modifier nos connaissances et nos croyances. Ex: Pub choc nous font vivent des expériences indirectes, quand on se fait arrêter par la police parce que nous avons trop bu. • Le problème avec ça, c’est lorsque le client a des croyances, des
  • 7. NOTRE POINT DE VUE COMME INTERVENANT (SUITE) • Chaque composantes a la même valeur, il n’y en a pas une de plus importantes que les autres. • Si nous essayons d’imposer notre «tresse» à notre client, nous sommes dans un rôle d’expert. • On doit arriver à comprendre la «tresse» de notre client. Lui poser des questions pour comprendre. Qu’est-ce qui marche pour toi? Explique moi. • Exemple: une femme battue retourne avec son mari. On lui demande pourquoi, elle nous répond qu’elle est marié pour le meilleur et pour le pire. Cela nous permet donc de mieux comprendre. • C’est eu leur propre expert
  • 8. COMMENT DONNER LE POUVOIR? • Pour que les parents arrivent à faire des choix éclairés, qui conviennent à leur réalité, ils ont besoin de toutes les informations. • Notre rôle est de donner toutes les pistes possibles et leur laisser faire leur choix. Parfois, il faut expliquer les termes que nous employons pour les aider à mieux comprendre. • On peut installer des repères, des pistes de réflexions. On les aider à se développer sans prendre les décisions à leur place. • Il est important de se rappeler que leurs compétences sont aussi importantes que les nôtres.
  • 9. SCHÉMA SAVOIR CHOISI R DÉCIDE R AGIR • CHOISIR: FAIRE DES CHOIX, AVOIR LE POUVOIR • DÉCIDER: EST-CE QUE TU PASSES À LA PROCHAINE ÉTAPE?, EST- CE QUE TU PEUX FAIRE QUELQUE CHOSE? • AGIR: PRENDRE ACTION
  • 10. COMMENT ON S’Y PREND POUR DONNER DU POUVOIR? • Comme intervenant, il y a souvent des contraintes avec lesquelles il faut s’adapter. Les contraintes peuvent provenir de différents endroits ce qui peut nous empêcher de laisser le pouvoir au client. • Il est important de nommer les contraintes aux clients dès le départ, par exemple que nous avons seulement 10 semaines d’allouées pour lui. Lui dire la vérité, les options qui s’offrent à lui et poser des questions pour comprendre leurs décisions. • Nous avons le pouvoir de mettre certaines choses en place, comme du déplacement. • Celui qui contrôle les éléments, c’est celui qui a le pouvoir!
  • 11. LES 4 ASPECTS • L’espace • Le non-verbal • Le verbal • Temps
  • 12. L’ESPACE • Est-ce que l’on peut se déplacer? • Est-ce que l’endroit est assez grand et bien équipé? • Est-ce que le client avait la possibilité de quitter aisément? • Est-ce que les deux chaises sont confortables? Si l’intervenant à une chaise plus confortable, le client peut penser qu’il est moins important.
  • 13. LE NON-VERBAL • Est-ce que je le souris, je les regarde dans les yeux? • Est-ce que mon corps dit que je suis intéressé? (Ma position assise, les bras croisés,…) • Lors de notre première rencontre, est-ce que je me suis présenté au complet? Est-ce que nous avons désigner nos tâches? • Est-ce que je lui ai serré la main? • Si nous sommes en remplacement lui dire et se présenter si nous sommes de retour d’un congé
  • 14. LE VERBAL • Est-ce que je lui ai dit bonjours? • Il faut croire ce que le client nous dit, si on doute revalider l’information avec lui • Entendre: il faut lui demander son point de vu et en tenir compte • Confidentialité: on garde les informations pour nous • On peut terminer la rencontre en lui demandant: quel effet ça a eu sur vous cette rencontre? C’est une bonne manière de savoir si on s’est pris de la bonne manière avec lui. • Quand on perd le pouvoir, on se taie. C’est un bon indice.
  • 15. LE TEMPS • Le client va sentir qu’il a le pouvoir, qu’il est important si: • On ne le fait pas attendre • On lui laisse le choix du déroulement • On lui laisse décider de l’échéance