SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  61
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
1
LA TRANSFORMATION DIGITALE DES PME A L’ERE
DE L’INNOVATION
Présenté par Mohamed ASHTEWY
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
2
Abstract :
L’économie numérique offre pleines d’opportunités à tous sans discrimination et sans
favoritisme. Elle offre plus de possibilités à l’inclusion de personnes marginalisées à
exprimer leurs opinions, à se connecter avec la société, à se former, à devenir des
entrepreneurs, etc. Pourtant, ceux qui les saisissent sont seulement les personnes
prêtes (soit physiques ou morales). La personne prête, c’est celle qui est consciente
de l’ampleur des effets de l’économie numérique donc elle se prépare toujours à
toute évolution technologique liée à son secteur et son métier.
De nouvelles technologies et de nouveaux modèles économiques sont issus de
l’économie numérique. Elle bouleverse constamment la société et l’économie.
L’entreprise est bien disruptée par cette vague de révolution digitale innovante.
Les entreprises ne sont pas épargnées de cette disruption. Leurs fonctionnements
de support, leurs relations avec les parties prenantes, leurs moyens d’entrée au
marché, leurs stratégies, etc. L’économie numérique bouleverse aussi d’ailleurs, les
entreprises qui ne s’y adaptent pas et y résistent ne trouveront plus leur place dans
le marché. Des PME ont de fausses croyances à l’égard des nouvelles technologies.
La principale, c’est leurs coûts élevés et leur accessibilité exclusive aux grandes
entreprises.
D’ailleurs, les individus sont aussi affectés. Leurs modes de vie, leurs
comportements d’achat, leurs moyens de communication, leurs façons de travail,
leurs plans de voyages, etc. sont complétement changés qu’il y a 10 ans. Cela
évoque aussi des conséquences aux entreprises qui se compétèrent, à cette ère
numérique, d’offrir l’expérience client la plus captivante. L’économie numérique a
évolué de nouveaux modèles économiques, comme l’économie collaborative, qui
donnent plus d’avantage à la société. Ils ont permis de démocratiser des services et
produits au grand public. Ede surcroît, ils ont réussi à démocratiser les opportunités.
Les récentes technologies se développent tellement vites qu’elles ont créé des
marchés susceptibles de leurs actions. C’est, pourquoi, des lois et des directifs sont
promulgués ces dernières années pour encadrer cette révolution numérique.
L’Alsace est la terre d’innovation en France. L’innovation et l’entrepreneuriat sont
incarnés dans son ADN. L’histoire, sa composition démographiques et sa position
géographique font d’elle un territoire accueillant l’innovation et l’entrepreneuriat. Les
pouvoirs publics ont mise en place des dispositifs et des politiques qui encourage la
transformation digitale des PME et leur aident à profiter de ça. La transformation
digitale est un processus continu, par conséquent l’économie numérique pourrait être
nommé aussi l’économie de la transformation digitale.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
3
Abstract:
The digital economy is spreading at a fast pace. There are digital revolutions within
the digital economy that disrupted the society. The 1st was the dot bubble and the
last is infinite ongoing digital revolution. Since 2006, the lifestyles of people are
changed drastically. In the recent years, there are technological innovations that will
contribute heavily to the world’s economy and to the societies
The organisations have been facing a huge disruption that pushed a lot of players out
of the field because of their incapacity to adapt themselves into this disruption. As the
market has itself disrupted and the consumers’ preferences and behaviour changed
as well, the organisations face a huge demand of transformation. The support
functions are disrupted intensively, that led the organisations to focus on its
competitive advantage (which is an advantage).
Other business models have emerged due to the digital economy; as a matter of fact,
they depend on the digital economy. Those gave the power to the clients to decide
what they want and need. So, the organisations must adapt their strategies, business
models and tools to survive in a highly competitive and fast paced market.
These technological advancements have led to a lot of worries among the
individuals. That’s why, laws are implemented to organise them & their ecosystem.
Alsace is known historically for its innovation. The entrepreneurship is rooted in the
Alsace land. It has the culture, the history, the traditions and the environment that
accelerate the digital transformation of small and medium businesses. The public
authorities motivate and incite the innovation among all the regional economy’s
members in a permanent way. Welcome to a review about the tendencies and
obstacles that small and medium enterprises face in the digital transformation
economy.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
4
Introduction :
« Si la vitesse du changement dans l’environnement externe dépasse celle de
l’environnement intérieur, s’approchera la fin de l’entreprise » Jack WELCH
L’économie numérique propose constamment des solutions à des problématiques
dans la société. L’évolution des technologies est rapide, et il faut que les
entrepreneurs et les PME en profitent en vue d’avoir une proposition de valeur
durable.
La transformation numérique est plus large que celle des outils, c’est plutôt la
transformation des business models, de la production, des fonctions de l’entreprise,
de l’organisation du travail, etc. Selon l’AFUN (Association Francophone des
utilisateurs du Net), la transformation numérique des entreprises est la transformation
de toutes les composantes de l'entreprise sous l'influence des TIC. La transformation
numérique promet plus de revenus, une meilleure expérience clientèle, une
augmentation de la productivité des entreprises et la réduction des coûts.
Dans un sondage Cesi – Ipsos – Le Figaro, chefs d’entreprise et salariés sont peu
nombreux à juger essentielle la transformation numérique. Ce qui entrave
essentiellement les TPE et PME à bénéficier du numérique, ce sont la résistance
organisationnelle, le manque d’une vision claire, la collecte et l'analyse inefficace de
données, et le rattachement à un business model traditionnel. Ex : la résistance
organisationnelle à l'invention de la caméra digitale a conduit Kodak à déclarer sa
faillite. Le changement requiert du challenge et de l’apprentissage.
Si les grandes entreprises ont réussi à adopter la transformation numérique, certes
les TPE et PME ont plus de flexibilité à s’y adapter. Des solutions qui émergent avec
pour objectif d'aider les entreprises à accroître leurs chiffres d’affaires. Une nouvelle
industrie telle que les solutions As-A-Service évolue grâce à ses solutions digitales
aidant efficacement les entreprises dans leur prise de décisions et à améliorer leurs
fonctions. Celles-ci facilitent également la transformation numérique des TPE et
PME.
L’économie numérique met à disposition aux entreprises des solutions qui leur
permettent d'intégrer des outils digitaux les aidant à une prise de décision pertinente
et rapide et optimisant ses activités en toute efficacité.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
5
1)L'évolution de l'économie numérique et son
impact sur les PME :
L’économie numérique a réussi à trouver des solutions à des problématiques dans la
société. L’évolution des technologies est rapide, et il faut que les entrepreneurs et les
PME en profitent en vue d’avoir une proposition de valeur durable et de créer un
avantage concurrentiel dans une conjecture économique très concurrentielle.
L’apparition de l’économie numérique s’est débutée par la découverte de WWW et
l’utilisation de l’internet par le grand public. La naissance de l’économie numérique
est commencée par le Web 1.0, de 1990 à 2001, qui a permis un accès libre à
l’information à tout le public, ex. les sites web, Bases de données, Moteurs de
Recherche prématurés. Sa 2eme phase d’évolution est le Web 2.0 ou le web social,
de 2000 à 2010. Il a donné du pouvoir à l’internaute et aux consommateurs, ex.
Email, E-Commerce, Réseaux Sociaux, Moteurs de Recherches avancés,
Plateformes de vidéos en ligne, Blogs, Généralisation du Smartphone Connecté. La
croissance ultra rapide de 1999 à 2001 a évoqué la bulle de l’Internet (Dot-com
Bubble) qui a fait chuter beaucoup d’entreprises digitales natives et d’acteurs du
secteur de la technologie d’information et de la communication. Puis, nous
témoignons depuis 2010 une évolution incessante et rapide de l’économie
numérique grâce aux avancés technologiques constante. Le web 3.0, depuis 2010, a
émergé le web sémantique qui permet l’émergence de la recherche sémantique, de
l’intelligence artificielle, des bots, de l’assistant personnel. Ces technologies seront
avancées avec le Web 4.0 qui émergera également de nouvelles technologies, telles
que : Biogiciels, Reconnaissance vocale et faciale, les analyses avancées de
données, Machine Learning, Industry 4.0, IoT.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
6
Avec la 1ere révolution industrielle, beaucoup de TPE et de producteurs industriels
de textiles se sont clos puis qu’ils ne sont pas adaptés à cette transformation et ont
attaché aux méthodes traditionnelles dans la fabrication de leurs produits. Ceci se
produit actuellement aux entreprises qui sont pas encore compris et entamé la
révolution digitale actuelle, à titre d’exemple Kodak.
L’internet a révolutionné notre manière de communiquer, de travailler, de consommer
et de former, et de fabriquer. L’aventure poursuivit : les technologies de la 3eme
plateforme bouleversent la société et s’évoluent. D’après un rapport de France
Stratégie publiée en 2015, l’internet des objets devrait relier 80 milliards d’objets d’ici
2020. Grâce à ses technologies, des domaines comme l’électronique, le transport,
l’industrie, et la santé ont d’ores et déjà fait des progrès spectaculaires. Exemple de
la révolution numérique ; l’industrie automobile est déjà entrée dans un changement
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
7
de paradigme. Les progrès des capteurs et des capacités de traitement numériques
rendent les voitures de plus en plus autonomes et font de l’interface homme-machine
un enjeu principal. Le développement de l’intelligence artificielle est une étape clé et
indispensable pour assurer une sécurité et fonctionnement optimal des véhicules
autonomes. Et ces technologies composantes de la futur véhicule dépendent de la
baisse latence, et de la sécurité de données ce qu’offrent l’Edge computing qui sera
la boucle de cette révolution et ses inquiétudes pour la sécurité de données.
La rapidité des avancées technologiques et digitales a conduit les entreprises à
encourager l’innovation ouverte pour pouvoir s’adapter à la disruption des digital
natives. L’économie numérique a changé aussi le comportement des
consommateurs/utilisateurs. Ce changement a orienté les évolutions technologiques
vers un nouveau modèle économique ‘l’économie de partage’. Blablacar,
Couchsurfing et Airbnb sont des exemples de l’évolution de ce modèle. Le contact
avec le client et son expérience deviennent des sujets centriques pour l’entreprises,
autour desquelles l’entreprise conçoit et raffine son produit ou service. Par le passé,
le marketing commençait par imaginer un produit/service puis cherchait les clients
qui correspondent à cette offre. Maintenant, l’entreprise est obligée à s’approcher de
ses clients et de prendre en considération leurs retours et leur expérience de cette
offre, afin de survivre dans un tel marché.
Le changement de termes digitaux d’une évolution web à une autre :
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
8
https://flatworldbusiness.wordpress.com/flat-education/previously/web-1-0-vs-web-2-0-vs-web-3-0-
a-bird-eye-on-the-definition/
La question se repose sur la fiabilité et l’adaptation de la qualité des logiciels aux
enjeux des fonctionnalités de technologies innovantes, telles que le vote
électronique, le pilotage automatique des automobiles et des avions, les solutions de
l’as-a-Service. C’est pourquoi, des secteurs d’activité et certaines entreprises (Intel,
Oracle, SAP) investissent énormément dans le développement et la sécurité
informatique. Néanmoins, les PME d’informatiques spécialisées dans la
transformation digitale ne puissent pas investir autant dans la sécurité de leurs
logiciels ou progiciels tels que les géants fournisseurs de solutions progicielles sur le
cloud.
Le secteur des technologies de l’information et de la communication peut être divisé
à trois activités : la fabrication des TIC, le commerce de TIC, et les services des TIC.
Selon l’OECD, le secteur des technologies de l’information et de la communication a
employé 685 600 salariés en 2014. Près de 85% de ces emplois sont dans les
activités de services des technologies de l’information et de la communication, et la
moitié des emplois de ce secteur sont dans des entreprises de programmation et
conseil. 4% des emplois en France sont dans le secteur des technologies de
l’information et de la communication. L’inspection générale des finances a
développé une méthodologie pour compléter l’approche de l’OCDE. Cette
méthodologie se fonde sur un indice global de recours au TIC de chaque secteur de
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
9
l’économie., selon l’intensité de l’usage du numérique qui est appelée le cœur de
l’économie numérique. Donc, l’IGF a estimé que 80% de l’économie est concernée
par l’économie numérique.
L’explosion de données, de la connectivité, et la baisse dans les coûts du processus
d’énergie et son stockage conduisent les entreprises, et surtout les industriels, à
prendre en compte les transformations technologiques afin d’améliorer sa
performance et sa croissance. Il est prévu que l’utilisation des appareils connectés
serait doublée d’ici à 3 ans. Par conséquent, de nouvelles sources de données
seront générées et de nouveaux insights dans un temps réel ce qui évoquera la
création de nouveaux business modèles, et des produits et services innovants.
• La nouvelle révolution industrielle (Numérique) :
La globalisation des systèmes productifs et des marchés, l’accélération de la
diffusion des innovations et l’arrivée en force du numérique et des
télécommunications. L’écosystème de l’innovation exige de plus en plus la prise
de risques. Le Lean startup a été développé dans cet écosystème puisqu’’il faut
essayer et réessayer plusieurs fois jusqu’à la production du prototype convenable
au marché. Il est recommandé que les PME soient souples au changement et
s’adaptent aux solutions utiles et innovantes qui aide à augmenter l’efficacité de
l’entreprise et améliorer son avantage concurrentiel face à une conjoncture
économique sévère et compétitive.
• Les pouvoirs publics et l’économie numérique :
Il ne faut pas négliger savoir le rôle des pouvoirs publics dans l’écosystème de
l’innovation, et la croissance de l’économie numérique. L’état pourvoit des avantages
fiscaux pour stimuler l’innovation, tels que le crédit impôt recherche et le crédit impôt
innovation. La France possède tous les atouts, des recherches, des formations de qualité
et des infrastructures pour redevenir un acteur majeur de l’innovation à l’ère de
l’économie numérique. Il faut modifier les environnements réglementaire et culturel afin
de les adapter à l’écosystème de l’innovation, rendre efficace le système et faire profiter
des avantages de l’économie numérique.
Les freins rencontrés par les acteurs de l’économie numérique peuvent être résumés
à 4 points :
a) Les freins réglementaires au transfert de technologies et à l’innovation des
entreprises.
b) L’ambiguïté du cadre fiscal, et le manque d’récompenses pour les PME
impliquées dans l’économie numérique et la transformation digitale.
c) Des politiques fiscales et réglementaires instables puisqu’elles dépendent du
gouvernement élu et des personnes au poste.
d) Le manque de partenariat entre les établissements d’enseignement et le
monde du travail / les entreprises.
e) L’état d’esprit procédurier des acteurs publiques.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
10
L’innovation est en pleine croissance incessant qui a changé le paradigme et l’état
d’esprit en France. Les parties prenantes dans le pays sont maintenant en faveur de
l’innovation, et de la création d’entreprises.
2) La transformation digitale & les PME :
Les entreprises compétitives rendent bien compte de l’importance de la technologie
dans l’amélioration de la chaîne de valeur et du produit. A l’ère digital, il est
primordial que les entreprises utilisent la technologie pour s’innover et développer de
nouveaux produits et services. Les tendances des entreprises, ce sont l’amélioration
de leurs produits ou services via les données et le logiciel, et la transformation de
leurs produits d’un produit fabriqué de matériels à un produit digitalisé. Par
conséquent, le changement rapide des technologies a un impact sur les décisions
d’entreprises, avec la conjecture et la situation économique.
Les technologies qui contribuent à la transformation digitale sont le cloud (surtout,
Software-as-a-Service), les méga données et ses analyses, logiciels d’engagement
clientèle, l’internet des objets, & l’intelligence artificielle.
D’après un sondage mené par Forrester auprès de 1700 cadres en technologie et
d’affaires, ils trouvent que leurs efforts en transformation digitale rencontrent des
barrières et des obstacles accompagnés de sentiments de confusion, et de la
résistance au changement. 21% de ces cadres trouvent qu’ils ont achevé la
transformation digitale au sein de leurs entreprises. La conclusion de ce sondage de
Forrester ;
1) ce n’est pas toutes les entreprises entament la transformation digitale, car si c’était
si facile toutes les entreprises auraient pu l’achever avec succès ;
2) la résistance au changement est un de défis de l’implication de l’entreprise à la
transformation digitale, ce qui est la nature humaine ;
3) la transformation digitale est un processus continu ; c’est devenu une norme au
sein des entreprises.
• Les démarches d’entreprises dans la transformation digitale :
L’évolution de l’économie expérientielle tourne la page de la production en masse.
Les entreprises doivent s’orienter vers la personnalisation en masse et l’engagement
clientèle individuelle. Les entreprises doivent se restructurer physiquement et
virtuellement afin de se permettre de faire des économies d’échelle, et de s’adapter
aux changements technologiques en étant agile.
A titre d’exemple, dans le secteur d’automobiles, il est prévu que la majorité des
bénéfices de ce secteur proviendrait des offres disruptés tels que la mobilité
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
11
partagée, la connectivité et l’automation. Cela est très évident avec l’évolution d’un
nouveau modèle de transports Mobility as a Service.
La transformation digitale est omniprésente, et est centrée sur les modèles du client
et de l’employé de l’entreprise afin qu’elles puissent réorganiser leurs modes de
fonctionnement.
En fait, la plupart des démarches de la transformation digitale des PME se concentre
sur leurs modes de fonctionnement internes. Comme c’est illustré dans l’image ci-
dessus de ZDNet, les experts de la transformation digitale suggèrent que la
transformation est plutôt un processus de réorganisation de fonctions traditionnelles
(Marketing, Ventes, RH, etc.) à trois expériences continues qui sont plus souples,
flexibles et adaptables dans un monde qui change constamment. Ces trois
expériences suggérées sont : L’expérience clientèle, l’expérience des employés, et
l’expérience fournisseur.
Il y des PME qui ont compris que la transformation digitale ne concerne pas
uniquement la technologie, mais aussi une nouvelle proposition de valeur aux clients,
et une nouvelle façon de faire les choses par la réorganisation de la structure de
l’entreprise et par la création d’une culture d’entreprise encourageant à l’innovation et
flexible. D’ailleurs, elles élargissent leurs écosystèmes en associant ou en faisant du
partenariat avec les startups, les incubateurs et les organismes d’innovation. Par
conséquent, la digitalisation de l’entreprise passe facilement. Elles constatent que les
technologies les plus compliquées à adapter, comme l’IA et Machine Learning ne
sont pas faisables à les entamer, vu leurs ressources. Donc, elles se dirigent vers le
partenariat avec les acteurs de ce domaine. Elles focalisent leurs efforts sur
l’amélioration de l’expérience clientèle en étant omnicanal et en redéfinissant
l’organisation de l’entreprise pour l’objectif d’offrir une expérience clientèle peaufinée.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
12
• La disruption des fonctionnements internes des entreprises :
Lego est un exemple d’une entreprise qui s’est réinnovée pour sortir d’une crise
financière qui l’aurait amené à une faillite. Lego est connue pour “Apple de Jeux”, à
la suite de sa stratégie digitale qui l’a sauvée de la faillite en 2004. Les parties
importantes de cette stratégie : Une app de réseau social, Crowdsourcing design, la
réconciliation entre le monde physique et digital (appli de gaming avec ses cubes),
Intégration du codage dans ses jeux, et sa conquête à l’industrie de jeux en
collaboration avec Warner Bros, ce qui lui a permis de créer des jeux compatibles
avec Wii, Xbox et Playstation. Cette venture audacieuse nécessite la réallocation des
ressources de l’entreprise, et une culture ouverte et agile à accepter d’objectifs
ambitieux, à comprendre la valeur de l’innovation et à accepter d’échouer rapidement
et se relever.
Lego ici a réussi sa transformation digitale et s’est sortie des bords de la faillite grâce
à l’adaptation des outils digitaux et au partenariat avec les entreprises. Elle a
commencé par la digitalisation des services internes pour améliorer l’expérience
clientèle.
La disruption de nouvelles technologies et d’outils innovants rend obsolètes des
secteurs d’activité, des fonctions d’entreprise, et des usages d’un produit ou d’un
service. L’expérience cliente (UX), une interface facile à naviguer, proposition de
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
13
valeur complète, la communication publique et institutionnelle, le management par
des objectifs, la collaboration entre les collaborateurs, etc. sont des exemples de
fonctions des entreprises qui sont de plus en plus digitalisée, voire automatisée. La
digitalisation des fonctions de l’entreprise sont menées par des startups et des
solutions proposées par des entreprises tierces.
A titre d’exemple, le Chatbot a bouleversé la fonction du service clients, un de ses
leaders en France c’est Orange Business Services. L’intelligence artificielle et
Machine Learning l’évoluent. Cette technologie a commencé déjà à faire disparaître
une fonction comme celle du service client.
Les petites et moyennes entreprises recourent maintenant à d’entreprises externes
telles que :
Zenefits, PeopleWork Oracle pour gérer les ressources humaines ;
Salesforce, HubSpot, Albatross pour gérer le service du marketing et ventes ;
Javelo, FrontApp, ERP SAP HANA pour augmenter et améliorer la productivité de
l’entreprise ;
LegalixAvocat, Stautentreprise pour gérer le côté juridique ;
Dynacom, KissKissbankbank pour le côté finance ; #Transition énergique ;
Tanium, Github.afin de faciliter les tâches de développeurs de l’entreprise.
Dans le sujet suivant, ,nous allons découvrir le rôle de startups à accélérer la
transformation digitale des PME et à disrupter des secteurs d’activité.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
14
3)Le rôle de startups et leur écosystème dans la
transformation digitale :
L’économie numérique contribue à changer la donne dans tous les aspects de la vie.
Nous témoignons la 4eme révolution économique et industrielle, ou la première
révolution numérique, comme d’autres experts la nomment. Elle donne constamment
l’opportunité aux gens, comme ceux qui ont l’esprit d’entrepreneuriat de se lancer,
présenter leurs idées et de prendre le risque à l’offrir au marché. Nous ne pouvons
absolument pas négliger que les Startups tech sont le pilier principal de l’évolution de
cette économie, par la disruption qu’elles font à nos modes de consommation, de
penser, de se former, de travailler, etc. Elles bouleversent même le mode de
fonctionnement au sein des entreprises. Cette disruption fait partie de la
transformation digitale. La transformation digitale n’est pas exclusive à la conception
d’une nouvelle technologie, c’est aussi une nouvelle proposition de valeur aux
clients, et une nouvelle approche de travailler et faire les choses. La disruption ne
peut jamais être prévue ; qui aurait prévu les effets de Airbnb & Uber !
• Comment les PME tirent leur épingle du jeu pour profiter au mieux de
cette révolution numérique ?
Une des premiers obstacles à adopter les nouvelles innovations et technologies
de la révolution digitale par les entreprises est le manque de compréhension
totale de l’exploitation et l’extraction optimale et efficace de la valeur de ces
technologies, soit par les grandes entreprises ou les PME. Donc, il faut investir
une stratégie ou approach Go-to-Market. Les entreprises qui réussissent à
proposer de plus en plus des produits connectés ou des services basés sur les
données, savent repérer où se fait créer la valeur, à titre d’exemple par des
clients directs, des partenaires, des utilisateurs ; et comment est-elle créée, via
moindre coûts de transaction, amélioration de la sûreté de produits/services, la
diminution des défauts. Dès que l’entreprise comprend le point de création de la
valeur et les moyens de le faire, elle sera capable de développer un business
model innovant et approprié, et de quantifier la création de valeur. L’entreprise
doit comprendre que c’est l’utilisateur final qui est la source de valeur créée. Par
conséquent, la collaboration et/ou le partenariat entre les différents acteurs de la
chaîne de valeur est important pour créer de la valeur appropriée et durable.
Puis, les entreprises peuvent trouver un business model flexible qui leur permet
de délivrer cette valeur de façon adaptable aux changements du marché et à
l’expérience client.
• Les Startups B2B deviennent plus sexy :
L’outil de messagerie professionnel Slack a commencé d’abord en tant qu’une
entreprise de jeux avant qu’il se soit pivoté vers le marché B2B. De plus en plus,
les startups B2C se réorientent vers B2B, où elles réussissent. Parmi elles qui se
réorientent vers B2B après un échec dans le modèle B2C. La principale raison
pour cette réorientation, c’est la psychologie humaine. Les gens se penchent
toujours sur les produits et services éphémères et populaires, très peu de gens
qui préfèrent plutôt à se différencier des autres. La conformité sociale est dans
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
15
l’A.D. N humain. Alors que les entreprises recherchent souvent à se différencier
d’autres afin d’offrir une proposition de valeur unique et efficace. Les clients
aiment toujours à consommer un produit ou service simple à l’utilisation et qui leur
convainquent de son utilité dès la 1ere seconde du contact. Tandis que les
entreprises veulent toujours un processus de vente classique qui leur permettent
de comprendre et d’examiner les bénéfices de ce produit ou service via un canal
de communication direct avec l’entreprise. Mark Zuckerberg a dit que ce n’est pas
faisable qu’on monétise un produit B2C sauf avoir un milliard clients. C’est plus
compliqué de monétiser un produit/service B2C, d’un autre côté, les entreprises
n’achète jamais un produit ou service gratuit. Il y a un seul réseau social mondial
comme Facebook, mais il y a plusieurs solutions logicielles basée sur le cloud
telle que CRM. Cela donne plus de chances et d’opportunités de prospection aux
startups B2B. Les startups B2B voient également que les feedbacks et leur
fiabilité sont plus facile que ceux de B2C, ce qui leur permettent d’améliorer leur
produit / service. Dans le marché B2B, l’entrepreneur peut comprendre
communiquer mieux avec une entreprise qu’avec un consommateur, comme les
deux ont, plus ou moins, la même mentalité d’entrepreneuriat. Les
consommateurs sont beaucoup plus hétérogènes psychologiquement. A Silicon
Valley, les ventures capitaux de startups se concentrent plutôt vers le marché
B2B et y injectent des millions d’euros d’investissements. Selon PitchBook ; un
cabinet de recherches sur les ventures capitaux, affirme cette tendance par la
publication de son sondage qui confirme que les investissements de VC
s’orientent vers les startups B2B. Il a constaté 3 billions de dollars
d’investissement dans les startups B2B basées sur le cloud, comme les
applications as-s-Service, par les ventures capitaux. Les startups qui sont déjà
positionnées dans le marché B2C ont compris l’importance de ce marché B2B,
donc elles ont commencé à intégrer une autre part du marché. C’est le cas pour
la startup @Foursquare qui fait des partenariats avec les entreprises en profitant
des données qu’elle cumul de ses utilisateurs, du marché B2C, qui sont plus de
33 millions d’abonées. @Slack, qui a été utilisé d’abord en tant qu’un outil de
collaboration, basé sur le cloud, au sein des équipes de la startup @Glitch, et
développé par son fondateur, Stewart Battlefield. A la suite d’énormes bugs et
erreurs provenant de l’application de jeux Glitch, ses fondateurs ont décidé
d’exploiter leur outil interne pour le proposer dans le marché B2B. Ils ont rendu
compte de l’attractivité d’un tel marché après leur expérience dans le B2C.
@Slack devient maintenant l’outil de messagerie et de collaboration de plusieurs
grandes sociétés et de PME. L’entreprise @Slack Technologies a réussi à
récolter des centaines de millions de dollars de financement de venture capitaux
et fonds d’investissements. Elle est devenue une Licorne qui se prépare son
Initial Public Offering ; son introduction en bourse dans le 1er semestre de 2019.
Les données issues de l’utilisation de Slack sont stockées dans des serveurs de
cloud sécurisés et managés par Slack. Cette licorne américaine a disrupté le
marché B2B et le mode de fonctionnement interne des entreprises dès son 1er
jours de son lancement qui s’est vu l’inscription de 8000 clients. Cette application
et plateforme de collaboration en temps réel a été le 1er sur la liste de Forbes
Cloud 100 en 2016, et a remporté le prix de la meilleure startup en 2017 par
TechCrunch (une magazine Tech en ligne américaine).
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
16
Comment disruptent-elles le fonctionnement et la productivité d’entreprise ? :
Avec l’évolution rapide de l’économie numérique, Les entreprises traditionnelles sont
confrontées à une nouvelle concurrence, celle de startups qui changent la donne du
marché typique. Les startups sont fameuses par leur agilité et innovation qui leur ont
permises de présenter de nouveaux modèles économiques et de bouleverser la
chaîne de valeur proposées par les entreprises traditionnelles. A l'ère digitale, le
numérique est mis au service de gens. La disruption peut être avérée par les
conséquences d’Airbnb sur le marché de l'hôtellerie, d’Uber sur le marché de VTC, et
de Blablacar sur le marché du transport en commun. Les startups ont redéfini la
culture et la valeur du travail, et la structure organisationnelle. Elles ont compris qu’il
faut, elles aussi, se challenger, se renouveler, innover et s’adapter constamment à la
disruption que font elles. Les startups intègrent dans leur mentalité, le fait qu'elles
pourraient mourir demain. La création de valeur est primordiale pour elles, donc elles
mettent en avant leurs ressources humaines.
La transformation digitale incite les entreprises à accélérer les prises de décisions,
les processus de développement, à modifier les fonctionnements internes (tels que le
marketing, comptabilité, logistique, etc), et à stimuler la transversalité des métiers.
L’impact des startups B2B sont bien considérables et de grande envergure. La
majorité d’elles sont basées sur le cloud, elles se présentent comme as-a-Service.
Ces startups offrent des applications et/ou des plateformes basées sur le cloud et qui
intègrent le service sur la demande. Ces applications bouleversent le marché, soit
B2C ou B2B, par leur simplicité, efficacité et leur sécurité. Elles ont donné la
naissance de nouveaux modèles économiques ; on-the-demand économie,
l’économie collaborative et le Gig économie. Elles réussissent à révolutionner des
différents secteurs d’activité et même l’attitude de consommateurs. Ces startups qui
partagent, plus ou moins, le même modèle économique sont telles que Airbnb, Uber,
Slack, Salesforce, Just Eat, Udemy, et des autres centaines.
Elles ont tellement effet dans le marché que les grandes entreprises, telles que
Microsoft, Amazon et Google, ont commencé à créer des services dédiés aux
entreprises. Les entreprises B2B Tech ont, plus ou moins, une mission générale
commune, et c’est l’amélioration de la productivité de l’entreprise cliente. Le marché
de la demande sur le service est valorisé à 57 millions de dollars en 2018, selon une
étude de BIA/Kelsey.
Comme Airbnb et Uber ont disrupté des industries de l’hôtellerie et de la
transportation dans le marché B2C, il y a aussi des startups qui disruptent le mode
de fonctionnement des entreprises et qui ont créée l’entreprise digitale. L’exemple le
plus simple est celui des plateformes de freelances qui a démocratisé le marché
d’emploi, tel que Uber dans le B2C. Celles-ci contribuent dans l’augmentation des
opportunités d’emploi (la réduction du chômage), et inspirent également les
employés à être plus indépendant en offrant leurs services (compétences) sur ces
plateformes auxquelles les entreprises recourent, surtout les startups et PME.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
17
Les entreprises B2B sont aussi impactées par la transformation digitale de leur
environnement, de leur communication avec les clients et de leurs processus. Les
entreprises B2B sont adaptées différemment à la transformation digitale, selon les
particularités de leurs publics et de leurs marchés. Les publics d’entreprises B2B
sont différentes, selon leur profil ; prescripteur, acheteur, décideur, utilisateur, et les
types d’entreprises sont aussi variées, B2B de masse, B2B d’affaires, B2B Industriel.
• Les technologies et les startups qui disruptent le marché B2B :
- Chatbot : qui devient un outil efficace pour une interaction facile entre les
entreprises et leurs clients. Ils sont plus présents dans le marché B2C et dans
les secteurs de Banques, Voyages et de commerce. Cet outil se développe
dans les entreprises de TIC qui proposent le service de dépannage
informatique aux entreprises. Il leur permet de répondre en temps réel aux
entreprises en cas d’une panne informatique. Les chatbots deviennent un outil
simple à utiliser et pas cher. Il est intégré maintenant dans presque toutes les
applications populaires. Il est suffi que l’utilisateur écrit ou parle via un bot
pour recevoir la réponse et la solution souhaitée. Gartner prévoit que 25% des
entreprises intégreront le chatbot dans leur approche du service clientèle.
Orange est une des sociétés qui envahi le marché B2B en proposant des
solutions innovantes et compétitives grâce à leurs expériences. @Orange
Business Services propose aux entreprises un chatbot développé par
l’intelligence artificielle et le machine learning qui leur permettent d’offrir un
service client simple et intelligent. Le chatbox peut aussi être intégré à un
appareil IoT pour l’ordonner à distance.
- Blockchain : D’après Wall Street Journal, Price Waterhouse Cooper, une
grande société de comptabilité et d’audit, investissent dans de nombreux
projets de Blockchain. @PWC vient d’annoncer qu’elle propose un service
d’audit basé sur le Blockchain. Cette annonce encouragerait les entreprises à
utiliser de plus en plus le Blockchain. Selon Blockchain France, La blockchain
est une technologie de stockage et de transmission d’informations,
transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central contrôle (sans
intermédiaire). Chaque Block est une base de données sécurisée et distribuée
qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
18
depuis sa création. Cette technologie se présente de plus en plus dans le
secteur de la finance (surtout les transactions financières et l’audit), de la
logistique et de l’immobilier. Les applications blockchains orientées « B2B »
reposent sur des applications permissionnées ou privées, c’est-à-dire dont les
membres sont connus. Smart Contracts sont concrètement des programmes
informatiques conçus pour exécuter les termes d’un contrat de façon
automatique lorsque certaines conditions sont réunies. Le but est toujours le
même : désintermédier.
- Le service de technologies et d’information : Il est totalement disrupté, au point
que les très petites entreprises, et les petites et moyennes entreprises
peuvent avoir accès à des services et produits qui étaient exclusifs à des
grandes entreprises. Grâce au cloud, il y des solutions et d’applications qui
remplacent une infrastructure coûteuse, main-d’œuvre et de la maintenance
continue. Cela aide principalement les PME à acquérir les bons outils pour se
démarquer de leurs concurrents et d’offrir une bonne expérience clientèle.
OKTA : cloud logiciel- management d’identité ; il permet la gestion unique de
tous les mots de passe sur un cloud privé ou public, selon les conditions de
l’entreprise ;
PagerDuty: SaaS cloud computing company, qui offre au service TIC
l’avantage de règler les problématiques informatiques et réseaux simples sans
l’intervention de techniciens ;
Swiftype (un logiciel de Swiftype), Optimizely (customer experience
optimization software);
Onshape (CAD software system-SaaS);
Tanium: un logiciel spécialisé dans le management de systèmes informatiques
et de la sécurité de points finaux, spécialisation la cybersécurité;
Distelli : un logiciel d’automatisation informatique, SaaS solution pour les
développeurs de logiciels.
- Scientifique : Le milieu scientifique voit aussi que c’est leur chance pour
adapter les nouvelles technologies de startups afin de créer une liaison entre
l’innovation technologique, et les inventions & découvertes technologiques.
D’où, le Deeptech a évolué. Les applications de Deeptech se focalisent sur les
secteurs de science de la vie, d’agri tech, aérospatial, énergétique et clean-
tech, de technologies industrielles, de la chimie, de l’informatique. Leur but
commun, c’est d’impacter la vie quotidienne des gens et de contribuer au
progrès de l’humanité en basant toujours sur les découvertes scientifiques et
les innovations génies. La France devient leader mondial dans les valeurs et
l’ampleur de ses startups Deeptech.
- Marketing et ventes : iProspect Entreprise évalue à 89% le pourcentage des
clients B2B utilisant le digital pendant leur parcours d’achat. La transformation
digitale et la proposition d’une expérience cliente optimale et unique ont incité
les entreprises à améliorer l’efficacité des dispositifs d’activation, de
conversion et de fidélisation des cibles des entreprises. Le digital est un
accélérateur de la performance des entreprises. Par conséquent, le marketing
est devenu plus agile et plus client-centric. Le marketing ne s’agit pas
d’accompagnement des forces de vente. Le marketing est devenu un des
catalyseurs de la transformation digitale des entreprises à travers des
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
19
technologies impactant les processus, à travers des données, des moteurs
d’adaptation et un mindset (état d’esprit) agile. Ex : Automation Marketing,
Inbound Marketing, etc. Même les nouveaux moyens digitaux en marketing
sont utilisés par les grandes entreprises pour améliorer son positionnement
dans le marché, telle que Oui SNCF qui a eu recours à la vidéo digitale pour
son rebranding.
Les progiciels et les applications qui disruptent une fonction si importante
comme le marketing sont en pleine croissance et niche pour satisfaire les
différents besoins du marketing. Le marketing devient un outil important et
essentiel pour le succès de projets.
@Salesforce, @Microsoft Dynamics CRM ;
@Babbler ; une startup spécialisée dans la RP et la communication digitale
des entreprises,
@B-Reputation ; spécialisée dans la gestion de la réputation en ligne des
PME. @Pixelme ; startup dans le marketing spécialisée dans le management
de URL & UTM en Saas afin d’augmenter le taux de clics et abaisser le coût
par clic ; @Abileo; marketing des services, Développement commercial B2B,
et génération des leads B2B (c’est vraiment l’externalisation complète du
service du marketing).
- Achats : L’e-commerce prend de plus en plus une part dans des échanges
marchands. La FEVA, fédération du e-commerce et de la vente à distance, a
constaté, en 2016, à plus de 480 milliards d’euros le montant des transactions
e-commerce inter-entreprises. L’e-commerce B2B a progressé cette année
environ 16%. Les rôles des acheteurs, des utilisateurs, des décideurs et des
prescripteurs sont décloisonnés à la suite de la révolution digitale. Voici des
exemples des startups qui contribuent au développement du commerce B2B :
@HubGrade qui propose le même modèle d’Airbnb mais à l’audience
professionnelle B2B ; @HelloBill qui rassemble tous les facteurs de
l’entreprise sur un seul outil ; @Silex qui assure aux entreprises une
recherche personnalisée de prestataires ; @Stokkly Une marketplace (place
de marché) B2B pour la vente de sur-stock et elle aide les marques, fabricants
et distributeurs à augmenter la rentabilité de leur réseau de distribution
d’invendus. Intérêt pour les acheteurs : « sourcer » gratuitement des produits
de qualités à des tarifs compétitifs ; @07ZR.com ; une plateforme e-
commerce B2B spécialisée dans le pneumatique.
- Comptabilité : @Business-story.biz ; qui met en relation avec l’un de 4 200
cabinets d’experts-comptables. @ BlackLine
- Juridique : @Start You Up et @ Statutentreprise ; ce sont des plateformes
d’information et de conseils juridiques aux entreprises.
- Finance : @KissKissbankbank ; une plateforme du financement participatif,
@France_Barter; une Fintech qui propose l’échange interentreprises de biens
ou de services via le troc, sans toucher à la trésorerie des entreprises.
- Ressources Humaines : @Wework, @OpenWork : une plateforme de
recrutement des freelancers ; la plateforme de Zenefits qui gère la quasi-
totalité des démarches et missions du service des ressources humaines. Elle
a réussi à faire des partenariats avec Slack, Salesforce, Microsoft office,
Google, et d’autres entreprises renommées afin d’intégrer leurs applications
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
20
sur sa plateforme ; TalentSoft : Plateforme RH distribuée en mode SaaS.
@Pixie services spécialisé au recrutement de profils informatiques via une
application innovante en mode SaaS qui est mis à disposition aux entreprises
qui rencontrent des difficultés à recruter des profils compétents dans
l’informatique. @Thrivemap : un outil de recrutement qui détermine le degré
de correspondance entre une candidature et l’entreprise grâce à l’intelligence
artificielle.
- Production & Opérations : @ConcordNow ; une plateforme de management
de contrats basée sur le Cloud. Elle gère le cycle de vie du contrat de la
négociation en ligne à la signature électronique et son suivi. @Frontapp ; un
outil du management des boîtes à courriels sur un seul outil, @Javelo.
@Flexciton utilise l’IA pour construire un planning de production puissant et
une solution de scheduling aux industriels, ce qui rend le processus 30 fois
plus rapide. @Guild est le messagerie, WhatsApp B2B, des entreprises ;
@Slack est devenu un outil de collaboration fiable et facilitateur de
communication entre les différents membres de l’entreprise, quel que soit sa
taille.
- Logistique : transchain ; startup strasbourgeoise spécialisée dans la logistique
à l’appui de la technologie de Blockchain.
D’ailleurs, les startups disruptent les secteurs d’activité et leurs modes de
fonctionnement traditionnels. Celles-ci innovent et améliorent les façons du travail
des entreprises / organisations.
- E-Commerce : Lengow, une solution d’e-commerce automation qui permet
aux sites marchands d’optimiser leur visibilité et leur rentabilité sur tous
canaux de distribution.
- La transition énergétique : La transition énergétique est devenue un secteur
attirant à la fois aux investisseurs et aux startups. 921 millions d’euros ont été
investis en 2017 dans les startups Cleantech françaises. Ce secteur peut être
divisé en 3 : L'Énergie Renouvelable, L’Efficacité Énergétique et l’Ecomobilité.
Ses startups Cleantech B2B sont comme LightOn ; objectif : réduire la
consommation électrique des serveurs, Tiamat, et Enerbee. La transition
énergétique nécessite d’utiliser des outils numériques comme les outils
simples à utiliser pour aider les gens à réduire leur consommation d’énergie.
Donc, les grandes entreprises mettent une stratégie d’open innovation afin de
cocréer avec les startups les outils nécessaires.
Santé : Lucine : outil destiné à la fois aux professionnels de santé et aux patients.
Il permet de mesurer et de soulager la douleur chronique, en s’appuyant sur les
nouvelles technologies). En France, les startups de la Health Tech et de la Deep
Tech rencontrent toujours de la difficulté à la croissance et au financement, car
elles récoltent les fruits d’investissements et de leurs efforts à long terme, il n’y a
pas de résultats immédiats, ou à court ou moyen terme. Ce sont de types de
startups disrutpeuses de leurs secteurs à long terme.
La digitalisation de l’économie a conduit les différentes fonctions de l’entreprise à
se collaborer et de travailler ensemble de près.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
21
• Coopération entre les startups et les grands groupes :
Les grands groupes et les startups travaillent main dans la main. Ce partenariat ou
alliance permet aux entreprises de bénéficier de la créativité des startups et de
découvrir des méthodes plus rapides de mise au point. D’un autre côté, Cette
approche permet aux startups d’accéder plus rapidement aux marchés, de se
confronter à des approches industrielles et d’améliorer leur visibilité.
L’esprit startup est maintenant adopté par les entreprises dans leur transformation
digitale. Les grandes sociétés ont compris la nécessité de la transformation digitale
des entreprises et les retours positifs à l’entreprise d’une telle transformation. Une
entreprise telle que Microsoft a réussi à reprendre la croissance de son chiffre
d’affaires grâce au développement de son marché B2B, une politique stratégique
conçue et menée par son PDG Satya Nadella. Les grandes entreprises poussent et
motivent l’innovation digitale par les hackathons, les partenariats gagnants-gagnants
avec de startups, & la création d’un service dédié à la transformation digitale et
laboratoires d’innovations.
• Les caractéristiques des entreprises qui réussissent à l’ère numérique :
Depuis quelques années, la tendance d’adopter les codes de l’économie numérique,
d’utiliser les technologies avancées, de travailler en mode agile comme les start ups,
d’adopter des postures managériales cool, etc. émergent considérablement.
Pourtant, cette période est déjà passée depuis que nous sommes entrés dans la
période de disruption digitale massive. La disruption oblige les entreprises à faire
disparaître le système hérité par un nouveau en utilisant la technologie ; cela veut
dire que la proposition de transformation digitale est remplacée celle de disruption.
La disruption est en train de tout changer depuis les racines d’une entreprise jusqu’à
l’expérience clientèle de sa proposition de valeur. Ce n’est plus transformer un
service d’une entreprise en adoptant un nouveau logiciel. Personne et aucune
entreprise est à l’abri de cette disruption ; elle pourra se faire remplacer
soudainement par une plateforme, par exemple. Les disrupteurs remplacent les
anciens usages en créant d’autres. Ils rendent obsolètes des secteurs de l’économie,
des fonctions de l’entreprise, des usages d’un produit ou d’un service. Contrairement
à la croyance générale que les experts d’un métier ou d’un secteur économique sont
les plus qualifiés à anticiper la nouvelle disruption, ceux-ci sont les moins capables à
la prévoir. A titre d’exemple, Airbnb n’est pas conçu par des experts de l’hôtellerie,
LinkedIn n’est pas créé par des experts des RH, Amazon n’est pas fondé par un
commerçant. La disruption vient toujours de l'extérieur. Il est indispensable que les
entreprises voient leurs valeurs ajoutées dans le futur pour bien préparer à la
prochaine disruption.
Des entreprises tech bouleversent le marché, malgré les idées répétitives :
L’idée d’Airbnb se voit refuser par beaucoup d’investisseurs pour une raison
sécuritaire ; qu’est ce qui incite qqn à dormir chez inconnu ou comment une
personne peut accepter inconnu de dormir chez lui ?
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
22
Ce n’était pas la 1ere idée, il y avait Couchsurfing et Craiglist avant le lancement de
Airbnb. La spécialité qui a fait réussir le modèle de location de logements d’Airbnb
sur celui de Craiglist, qui est un site d’annonces générales sans aucune spécialité.
En plus, le design (UX) d’Airbnb a été plus avancé et développé que celui de
Craiglist ; il dispose d’un moteur de recherche sur la plateforme facilitant la
navigation de l’utilisateur. Couchsurfing a un design développé, et une interface
moderne et facile à naviguer. Pourtant, la confusion de ses fondateurs d’avoir un
modèle rentable ne les ont pas empêchés à poursuivre la mise en œuvre de leur
idée. A l’application, ils ont repéré les bons moyens pour générer du profit.
Gmail n’a pas été la 1ère boîte aux méls, et Apple n’a pas été le1er smartphone.
Uber n’a pas été également la 1ere application du déplacement/transportation
partagé dans la ville de San Francisco qui avait déjà plusieurs applis de la même
catégorie. Celles-ci ont utilisé les mêmes techniques de sociétés de taxis et n’avait
pas un modèle innovant ayant une base forte ce qui leur a poussé à s'effondrer
devant l’entrée d’Uber. Et elles ont offert une solution incomplète ; elles ont offert à
l’utilisateur la possibilité de trouver un taxi mais sans la possibilité de trouver un
moyen de paiement.
Le système d’évaluation de l’utilisateur, soit sur Airbnb ou Uber, a fait l’utilisateur
donner de la confiance à l’inconnu ; il a résolu le problématique de sécurité
persistante que Craiglist n’a pas fait.
La saisie d’opportunités provient de l’essai du développement et l’amélioration de la
réalité. L’existence de Facebook n’a pas empêché l’émergence d’Instagram pour se
spécialiser dans le partage de photos, et l’existence de boîtes mails n’a pas entravé
l’évolution de Slack qui facilite la communication et le partage parmi les membres de
la même équipe.
Les 7 étapes du cycle de vie d’une startup ou du business :
Les PME expérimentent des différentes phases de développement., elles rencontrent des
différents cycles de vie. Il faut anticiper chaque étape du cycle de vie du business et
comment y répondre. Les objectifs, les priorités et stratégies de l’entreprise se changent ou
s’adaptent selon la cycle de vie du business.
Seed: C’est l’idée ou la pensée. La challenge, c’est de se spécialiser ou de se nicher
et surmonter le problème de l’acceptation du marché. A cette phase, il faut se
concentrer sur la mise en relation d’opportunités avec mes compétences,
expériences et passions, puis trouver des mentors/conseillers et business planning,
et les étapes premières de la création d’une entreprise (statut juridique, capital, etc.).
Le financement provient de l’entourage, des fournisseurs, des clients, des aides
gouvernementales. Il n’y a pas trop de choix puisqu’il n’y a pas de clients ou un
marché déjà établi.
Start up : L'entreprise est déjà établie, produits/services sont en production et les
1ers clients sont déjà là. Surestimation du besoin de financement (d’argent). A cette
phase, la startup est nécessaire de créer une base de clients et une présence dans
le marché, tout en contrôlant le cash-flow (liquidité). C’est important de prendre en
considération les retours de clients sur le produit/service. 25% de startups ne
parviennent pas à leur 5eme année à cause des erreurs et des fautes qui sont
produites lors la phase de Startup.
Growth : les revenus et les clients s’augmentent et les opportunités et les problèmes
de concurrence émergent. Afin de gérer mieux le temps et les ressources (l’argent), il
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
23
faut avoir un management efficace et peut être un nouveau business plan. Ici,
L’entreprise peut recourir aux banques et faire du partenariat pour se financer, à part
de ses profits.
Established : Une place établie dans le marché et une base de clients fidèles. La vie
quotidienne au sein de l’entreprise devient une routine. Dans cette phase, il faut se
focaliser sur l’amélioration de la productivité, donc il faut trouver des pratiques plus
utiles destinées à produire mieux et s’améliorer, par l’automation et l’outsourcing. Ici,
l’entreprise attirera des investisseurs.
Expansion : La poursuite de croissance par l’expansion à de nouveaux marchés et
chaînes de distribution. L’expansion à de nouveaux marchés requiert du planning et
de recherches. Il faut se focaliser sur les affaires/opportunités qui sont relatives à
mon expérience et capacités. L’expansion peut être par l’ajout d’un nouveau produit
ou service dans le marché établi, ou par conquérir de nouveaux marchés et types de
clients. Ici, on pourra faire des joint-ventures et partenariats.
Decline : Le changement ou bouleversement dans l’économie, la société, ou la
situation du marché accélèrent la fin précoce de PME à cause de la baisse de ventes
et de bénéfices. Ici, le challenge c’est pour combien de temps l’entreprise peut
supporter cash-flow négatif. La solution, c’est rechercher de nouvelles opportunités
de business et de ventures, et réduire les coûts.
Exit : Si vous décidez de clôturer/abandonner votre business en la vendant ou en
déclarant la faillite, il faudra savoir surmonter les conséquences psychologiques et
financières après cette perte. Ici, Prendre les conseils du comptable et d’un conseiller
pro financier pour repérer la meilleure stratégie de vente/achat de l’entreprise et une
méthode optimale d’imposition.
Afin de se pérenniser, les startups et TPE consacrent du temps et du budget dans la
relation publique ; la construction de leur réseau et leur image. Elles renforcent leur
place dans l’écosystème digital, afin d’atteindre leurs objectifs PR, par la création de
stratégies réseaux et média sociaux, et la mise en relation avec des
influenceurs, des acteurs publics et des médias.
Les licornes et la Scaleup :
• Scale up:
Scale up, c’est d’augmenter les activités les activités d’une entreprise. C’est
également la 2eme phase après Start up. Beaucoup d'entreprises échouent devenir
Scale up puisqu’elles disparaissent dans les 1ers cinq ans de sa création. Mr. Robert
SUTTON trouve que les challenges de scale up est le problématique de mettre en
disposition des entreprises Plus de Processus, d’Opérations, d’Employés, et de
Décisions. Les mots relatifs à Scale up sont Augmenter, Étendre, Élargir, Incuber,
Multiplier, Accélérer, Intensifier. C’est aussi le problématique de Réunions à taille
humaine, de Prise de décisions collective, d’ambiance familiale et Intime, etc. Une
phase de Scale up réussit dépend de trouver des moyens pour limiter les choses sur
lesquelles les employés doivent se focaliser et mettre en œuvre. La leçon de 5
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
24
Roches de Stephen COVEY est une leçon pour les startups qui envisagent de
persister dans le marché en tant que scaleup.
Cette méthode est le suivant : mettre 5 roches, du sable et des cailloux dans un
bocal à poissons, il faut mettre d’abord les 5 roches. Les 5 roches sont les 5 priorités
qui guident les pensées et les actions de chacun. Donc, chaque employé dans un
startup suggère d’abord les roches sur lesquelles l’entreprise base ses actions. Puis,
les 5 roches choisies seront les directives pour 3 mois. La 2eme étape, c’est le jeu de
soustraction. Les collaborateurs peuvent exprimer une ou deux choses peuvent être
éliminées pour augmenter l’efficacité au travail ou qui aide à augmenter les activités
du Start up afin de devenir Scale up. Un de piliers de devenir Scale up, c’est l’état
d’esprit (mind set). Le fait d’adapter le même mindset au sein de l’entreprise joue un
rôle important dans le développement de ses activités et sa croissance. Les
collaborateurs adaptent les valeurs, la vision, la mission, les croyances, les tabous et
le mindset de l’entreprise.
A la suite des phases de conception & recherche, la validation, et du raffinement
dans le développement de startups, la phase de scale up a lieu dès 2eme ou 3eme
année et cela pourra endurer plusieurs années. Améliorer, développer, et optimiser
les processus, les stratégies marketing, la structure organisationnelle &
technologique et les ressources humaines & matérielles.
• Quelle est la valeur de la transformation numérique ?
La transformation numérique va juste donner le droit à vivre à l’entreprise, et être
capable de se rivaliser avec ses concurrents. Le périmètre et la profondeur des
projets varient selon l’entreprise. Il faut que l’entreprise débute cette transformation
par sa stratégie puis sa mise en œuvre en projets numériques ; la stratégie est
l’étape importante où se décolle la transformation, et son exécution est le numérique.
Les projets de transformation digitale des entreprises se réorientent des approches
projets traditionnels pour des approches d’agilité, ce qui signifie que ceux-ci
deviennent des activités permanentes dans un environnement qui change
constamment.
Selon une étude réalisée par CIGREF (l’association de grandes entreprises et
administrations publiques françaises), Les 7 critères qui qualifient un projet
numérique :
A. La Vision : Toute démarche doit être accompagnée par une vision qui sera
visualisé devant chaque personne impliquée dans cette transformation.
B. La transformation du métier : Comme c’est cité précédemment, il faut, à l’ère
numérique, renforcer les métiers d’entreprise par des outils digitaux qui améliorera sa
productivité et l’aidera à atteindre ses objectifs de manière efficace et optimale. La
transformation des fonctions de l’entreprise est effectuée par l’approche de
processus. Elle ne peut pas être exécutée, par un seul processus, sur toutes les
fonctions.
C. Les méthodes : La vie est maintenant à grande vitesse. L’évolution de
technologies et l’émergence de nouvelles sont en plein essor et rapides. Donc, cela
exige aux entreprises d’aujourd’hui d’être tolérant avec les fautes et erreurs pour le
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
25
but de devenir une entreprise de demain. La transformation digitale leur incite à
tester, à apprendre, à expérimenter, à réessayer, à se collaborer et à être agile.
D. Pilotage : elle mise en place d’un pilotage du risque adapté. L’innovation exige
l’acceptation du risque.
E. Les données : Une composante importante qui devient le catalyseur de
beaucoup d’entreprises. Il faut qu’elles soient valorisées
F. Les technologies : d’après le rapport, elles ne sont que des catalyseurs, donc
la transformation ne doit pas les concerner seulement. Les grands axes sont : social,
mobile, cloud, Analytics.
G. L’appropriation par les utilisateurs : c’est l’intuitivité des technologies & la
conduite du changement.
La transformation digitale est menée par des modes de fonctionnement alternatifs, comme
nous démontre le schéma ci-dessous.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
26
La mentalité d’entreprises réussit leur transformation est changée à la suite de la
révolution digitale. Elles s’orientent vers l’utilisateur, et vers la création de la valeur
pour lui et non plus pour l’organisation, car si elle offre une expérience utilisateur elle
dégagera la valeur pour les parties prenantes (entreprise, collaborateur et le cas
échéant les partenaires). Le rapport a constaté que le changement doit avoir une
proposition de valeur claire et significative pour fédérer et convaincre les parties
prenantes de cette transformation. Si l’entreprise essaie de contourner ses intentions
de la transformation, cela sera une problématique au cœur de la transformation des
outils et processus métier, surtout dans le cadre de l’expérience employé.
Le Cigref estime que la valeur de la transformation digitale, aspect finalité client, se
mesure à :
- Proposer un parcours client permettant la fidélisation en créant un lien de
confiance ;
- Mieux connaître et personnaliser l’expérience client ;
- Proposer des services connexes au-delà̀ de l’offre cœur de l’entreprise ;
- Améliorer la vitesse de mise à disposition des offres.
Selon le rapport, la transformation digitale peut se mesurer au travers d’indicateurs
non économiques. Il suggère des indicateurs organisés autour de quatre thèmes
principaux (Données, Marketing, Opérations, Ressources humaines). Ceux-ci sont
déclinés en sous thèmes.
Il faut affirmer que la technologie n’est que le catalyseur de valeur. Donc, le
changement de business model, d’organisation, et de ressources humaines en
appuyant sur le partage de la vision.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
27
Malgré les bonnes intentions, le dur travail et les idées solides, beaucoup de projets
de transformation digitales et du nouveau produit, voire des startups, créent des
produits inutiles, et des projets échoués. Ces problématiques ont inquiété le milieu
d’affaires et d’innovation, c’est pourquoi ils ont réussi à trouver des approches
innovantes et convenables au marché de l’économie numérique. Ce sont l’agile et
design thinking. Celles-ci offrent une approche différente et efficace pour le
développement du produit et pour l’avancement d’un processus de transformation
digitale. Cette approche est louée par le rapport du CIGREF et ce qui est mentionné
dans la figure 2, ci-dessus.
Les grandes entreprises françaises sont incitées davantage à l’open innovation et le
partenariat avec les startups (TPE et PME) pour y acheter ses produits et services.
Elles investissent également dans des fonds de Corporate venture et créent leurs
propres fonds d’investissement dans les startups innovants. Leurs Intérêts aux
startups leur a même conduit à racheter des jeunes pousses, cette pratique reste
drastiquement moins que leurs homologues en outre-Atlantique.
4)Les problématiques de la transformation digitale au
sein des PME :
La transformation digitale ne s’applique pas d’un jour au lendemain sans entraves
et barrières. Tout ce qui est du changement est difficile à le mettre en place
aussitôt et ne réalisera pas ces objectifs à court terme. Le changement requit de
compétences spécifiques et de personnalité d’un fédérateur afin de le conduire
efficacement. En général, la conduite du changement est devenue un sujet, voire
une discipline, indispensable que les cadres imposés apprendre dans les grands
groupes.
La transformation digitale rencontre des barrières ce qui font le chemin vers la
digitalisation ne sera jamais facile. Les humains ne supportent pas le
changement, et c’est plus pour les entreprises comme elles sont composées
d’hommes et de tas de règles et de procédures.
La transformation digitale requiert de la discipline et de la conscience de
l’environnement du marché, d’après Forrester 21% d’entreprises interrogées
croient qu’elles ont terminé la transformation digitale (l’illusion) ; 15% recherchent
sur le sujet (la confusion) ; 7 % améliorent leur héritage informatique mais elles se
transforment pas (résistance au changement) ; 56% sont dans le processus de la
transformation mais celles-ci croient que la transformation n’est pas un processus
permanent ; voire un processus temporel (l’illusion). La confusion, l’illusion et la
résistance au changement sont répandues dans l’environnement du changement
de l’entreprise. Les facteurs influant les décisions de cadres sont 38% le
changement technologique, 31% la conjoncture économique, 16% la politique, et
15% la disruption dans leur marché. Les technologies sur lesquelles se focalisent
les politiques des cadres qui ont entamé la transformation digitale sont Saas, les
applications mobiles, les données et les analyses, les logiciels de l’engagement
client, IoT et l’IA.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
28
La transformation digitale ne sera pas adaptée par toutes les entreprises, car
celle-ci n’est pas tellement facile que les entreprises y’échouent. La résistance
au changement est un facteur sensible pour toutes les entreprises.
A l’ère du tout numérique, les bugs informatiques peuvent avoir des
conséquences graves sur les activités de l’entreprise. Notre vie est tellement
digitalisée que la nécessité d’offrir un logiciel fiable et sécurisé est devenu absolu.
A titre d’exemple, la panne d’un logiciel informatique pourrait induire des pertes
financières à des entreprises qui l’exploitent. Donc, les bugs informatiques prend
une place importante dans la vue stratégique des dirigeants de PME envers les
nouvelles technologies.
La dette technique est une barrière à toutes les entreprises envisager de se
franchir le pas pour s’adapter au marché. Les PME sont plus concernées par
cette dette, vu les coûts élevés de changer de l’héritage d’infrastructure
informatique d’une PME. La dette technique, selon Accenture, entrave la
capacité des entreprises à innover et à adapter les nouvelles technologies. La
difficulté d’assimilation est due à l’infrastructure, au processus existants, à la
sécurité et la confidentialité des données, et au budget. Il faut avoir du temps
pour résoudre ce problème en suivant la stratégie de découplage :
a) Découpler les données des systèmes existants ;
b) Découpler les applications de l’héritage de l’infrastructure ;
c) Découpler les systèmes de processus métier.
d) Découpler les talents et le budget du service ICT des silos traditionnels.
La transformation digitale des entreprises sont échouées dans d’autres entreprises
puisqu’elles pensent devoir adapter toutes les nouvelles technologies et innovations
telles que l'intelligence artificielle, Machine Learning, services de cloud et d’autres
pour profiter pleinement des innovations de l’économie numérique. Cette croyance
est fausse et une des causes de l’échec de leur transformation digitale. Il est donc
recommandé de sélectionner les technologies correspondantes aux objectifs et à la
proposition de valeur des entreprises.
Le délai de la réaction des entreprises vis-à-vis la révolution digitale affecte
considérablement les gains perçus de l’adaptation des dernières technologies.
L’entreprise est susceptible même d’avoir des répercussions négatives, en cas du
retard ou de l’ignorance de l'évolution digitale de son marché voire la perte des parts
du marché au profit d’autres concurrents.
L’institut mondial de McKinsey a constaté, à la suite d’un sondage, que les
entreprises qui entament rapidement la transformation digitale bénéficient d’une
augmentation de leurs revenus par 7% alors que celles qui sont lentes dans leurs
démarches de transformation et d’adaptation au changement du marché en
bénéficient de 3% seulement. Et ici s’avère une des problématiques d’entreprises
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
29
envers la transformation digitale et les nouvelles technologies, c’est celle de la
rapidité de réaction. Il faut se réagir rapidement, voire être proactives pour disrupter
leurs marchés avant qu’elles se voient disparues par de nouveaux entrants
disrupteurs au marché.
Une autre problématique, c’est celle de la propriété intellectuelle. Comme c’est
mentionné auparavant, l’héritage ou le patrimoine peut être problématique, si
l’entreprise a du mal à le gérer bien et de l’intégrer, dès le début, de son installation
au sein de l’entreprise, à un processus de transformation digitale continue. Logiciels,
bases de données, applis mobiles crées par l’entreprise constituent son patrimoine
digital. C’est pourquoi, il faut que les entreprises regardent à ce patrimoine d’une
vue différente, c’est de le protéger. La valeur de l’entreprise s’accroît en le
protégeant. Ce sujet sera abordé dans la partie de défis juridiques de la
transformation digitale des entreprises.
La stratégie digitale, qui doit être une partie intégrante de la stratégie générale de
l’entreprise, ne se fait pas par un simple shot, elle est incrémentale. L’ignorance est
une des barrières qui entravent l’entreprise à réussir sa transformation digitale. Les
dirigeants et les responsables qui ignorent ou qui n’ont pas de connaissances
digitales fiables peuvent se faire tomber dans la piège d’investir dans des
technologies digitales variantes, qui sont la tendance du marché. Cette mentalité est
néfaste pour l’état financier et productif de l’entreprise, car elle va juste acheter de
nouvelles technologies sans savoir leurs retours sur l’investissement et leurs
bénéfices productives pour l’entreprise. La solution, c’est d’intégrer un examen d’IQ
sur les technologies. Il faut que les dirigeants, même les employés, passent ce test et
de leur apprendre et leur cultiver sur les dernières tendances digitales et
technologiques dans un contexte de communication ouverte. Cette démarche est
stratégique parce que cela accélérera l’acceptation de parties prenantes d’intégrer
un processus permanent de la transformation digitale. Le changement de la
mentalité holistique de l’entreprise à l’égard de l’écosystème digital doit être flexible
au changement et adaptée à un tel écosystème. Le paradigme doit être changé pour
intégrer cette transformation à l’organisation de l’entreprise pour en faire partie de
l’écosystème au lieu d’un invité qui veut saisir une opportunité puis elle s’en part. A
titre d’exemple, une compagnie d’assurance doit maintenant penser comment elle
offrira une assurance adaptée au véhicule autonome au lieu de penser comment elle
vend ses offres en ligne, ce qui est devenu une réalité et une obligation depuis
longtemps et démodée. Le partenariat avec les startups est une étape importante
pour les PME pour s’immerger dans l’écosystème digital. La dialogue via une chaîne
de communication ouverte, et la formation sont primordiales pour la prise de
conscience de collaborateurs aux nouvelles technologies et tendances digitales, et
pour les former aux nouvelles compétences digitales relatives à leurs fonctions. Cette
politique aider l’entreprise à diminuer la peur associée aux nouvelles technologies,
ce qui facilitera sa transformation digitale.
Les entreprises tombent aussi dans l’illusion de ses dirigeant lors la formulation de
stratégie de l’entreprise, surtout la partie digitale. Ils la formulent en anticipant ce qui
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
30
seront les résultats de cette transformation. Il faut qu’ils formulent leur stratégie
digitale en basant sur des études chiffrées qui anticipent le retour sur investissement
de cette transformation. Ils peuvent bénéficier de données pour expérimenter les
nouvelles technologies sur l’entreprise, avant de les adapter aveuglement basant sur
les souhaits.
Les entreprises sont recommandées à tester & apprendre, lancer de nouveaux
prototypes, et affiner les résultats en temps réel.
Les entreprises, même PME, doivent accroître les compétences de ses
collaborateurs en analyses, et en nouvelles technologies relatives à leurs fonctions.
L’institut de McKinsey propose 5 étapes pour profiter efficacement de la
transformation digitale :
Ecouter à ses clients ;
Se challenger ;
Adopter développement du produit en agile ;
Construire son propre écosystème ;
Etablir les capacités Go-to-Market adéquates.
D'ailleurs, la transformation d’information est au cœur de la transformation digitale ;
la transformation des données à des informations qui seront transformées à des
connaissances qui sont un capital important pour toutes les organisations, que les
entreprises doivent maîtriser son savoir-faire.
Comment les organisations gèrent efficacement leur transformation digitale ?
Comment aider les entreprises à Scale up leur transformation digitale ?
Selon ma lecture sur le sujet, les solutions peuvent être résumées à :
a) Dédier ou Créer des groupes spécialisés dans la transformation digitale et
l’innovation ;
b) Recruter des développeurs compétents en transformation digitale dans les
technologies de la 3eme plateforme (Big data, Cloud, Analytics, IoT and IA)
afin de créer de nouvelles offres digitales ;
c) Connecter ses développeurs et services digitaux aux plateformes industrielles.
La transformation digitale requiert une mentalité d’un preneur de risque audace, et
un challenger Cette venture nécessite la réallocation de ressources, et une culture
agile et ouverte qui entame les objectifs durs et la compréhension de l’innovation et
de l’échec rapide.
5)Les nouvelles technologies & les derniers projets
innovants :
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
31
Les plateformes digitales et les disrupteurs bouleversent les business models, voire
les écosystèmes de leurs industries. Les entreprises s’adaptent et redéfinissent leurs
business models selon ces disrupteurs en entrant dans leurs nouveaux écosystèmes
innovants. Les épiceries et les magasins pensent maintenant comment peuvent-elles
s’intégrer à la plateforme d’Amazon, et les conducteurs de taxis se réorientent vers
Uber. Les traditionnels se réorientent vers les nouvelles écosystèmes tech. Avec
l’évolution d’Apple Pay, les banques traditionnelles développent de plus en plus le
paiement via les téléphones portables. Les disupteurs bouleversent même les
principes de l’économie. Qui aurait pu apercevoir que le fait d’offrir un produit ou
service de bonne qualité et à un prix abordable avec un service clientèle
personnalisé est devenu une réalité ? Facebook est devenu récemment un acteur
majeur en tant qu’une plateforme de vidéos en ligne qui compétent avec YouTube.
Uber est la plus grande entreprise dans le monde qui détient de véhicules, sans
posséder aucun véhicule, et Airbnb détient les plus grands nombres de chambres
d’hôtels et d’immobilier, sans posséder aucun patrimoine immobilier. Les nouvelles
technologies et les disrupteurs changent les règles de demande et d’offre.
L’internet des objets (IoT) combiné des analyses avancées permet aux industriels de
prédire les besoins de maintenance de biens capitaux, ce qui prolongera leur durée
de vie et créera une nouvelle piste pour la productivité industrielle. Le RPA (le
processus d’automation robotique) a digitalisé de 50% à 80% des opérations du
back-office dans quelques secteurs. L’intelligence artificielle et la réalité augmentée a
déjà permis à améliorer la qualité et la productivité industrielle. Nous témoignons
aussi l’évolution du Blockchain et sa capacité à rendre la vérification des transactions
digitale ce qui révolutionne le processus bureaucratique composé de tas de papiers.
Les PME profitent meilleures que les grandes sociétés de la transformation digitale,
comme elles peuvent profiter de services du cloud et les infrastructures offertes par
les spécialistes. Cela va leur faire économiser énormément les coûts d’une
infrastructure informatique fiable.
La transformation digitale de la comptabilité et de la finance. Cette transformation est
due à l’évolution de l’IA, de la robotique, et de la machine learning. Ces technologies
redéfinissent le fonctionnement des entreprises et restructure les modèles d’affaire.
l’IA, des robotiques, les services du cloud, les analyses de données, le média social,
la cybersécurité et le machine learning ont un impact sur la comptabilité et la finance.
Digital Quotient est une nouvelle méthode d'évaluation de la capacité et des
connaissances des nouvelles technologies et tendances digitales. La capacité
relationnelle et l'intelligence émotionnelle sont les clés compétences de l’employé du
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
32
futur, car c’est ça qui sépare les technologies de l’humain. Les compétences clés
essentielles pour réussir dans le monde d’affaires actuel sont critical thinking,
decision making, leadership and communications. Dans l'âge de la disruption totale
de l’économie de la transformation digitale, les compétences suivantes qui doivent
être développées: strategic thinking, decision-making, business partnering and
influencing skills.
Marketing: Déjà la disruption digitale a conduit à la création de nouveaux domaines
du marketing et des disciplines innovées et créatives. Il y a maintenant Search
engine marketing, social media marketing, content marketing, influencer marketing,
mobile marketing, data marketing, Marketing Omnicanal, et d’autres. L’expérience
client est devenue le coeur de toute stratégie du marketing digital, voire de la
transformation digitale de l’entreprise. Pour les marketeurs, l’IA, le Big data et le
cloud sont les technologies qui avancent leur domaine. Les compétences clés dans
le marketing actuel et du futur sont le marketing de croissance (hacking), les
compétences de données et de MarTech, le management du produit, et le chef de
projet expérience client. Le domaine de l'expérience client est un des piliers du
marketing modern. Il contient personas, le customer journey mapping, les
analytiques digitales et conversion rate optimisation, les façons de mesures de
l'expérience clientèle et les compétences de design et d’UX. Google a créé Google
Marketing Plateforme qui aide les professionnels d’exercer leurs fonctions marketing
selon les nouveux règles du marché et les nouvelles technologies. La monétisation
de recherches vocales s’évolue rapidement.
En 2025, 20 milliards appareils seront connectés, les 3 quarts des habitants de la
terre, selon le cabinet de conseil McKinsey. Le fait d’avoir la capacité de miner ces
données par des analyses avancées et en tirer les plus bénéfiques deviennent
essentielle pour adapter au marché mené par des disruptions digitales constantes. A
titre d’exemple, les compagnies d’assurance de véhicules pourront récolter des
informations en temps réel à partir du véhicule connecté sur le comportement de
conduite du client. Ces informations leur permettront de fixer le prix et les risques
associée individuellement de chaque client.
Cloud, Fog et Edge computing, le cœur de la transformation digitale :
International Data Corporation a rapporté que les dépenses mondiales sur les
technologies de la transformation digitale a atteint 1,3 trillion de dollars en 2018. Ces
dépenses ont eu principalement l’objectif de rendre leurs opérations plus efficace et
flexible au changement. Les secteurs qui ont investi le plus en 2018 dans la
transformation digitale sont le secteur industriel, les services professionnels, et la
transportation. Son rapport prévoit dans les 5 prochaines années que les secteurs
les plus investisseurs dans la transformation digitale sont le BTP, le commerce en
détail, et les fournisseurs de soins de santé.
En EMEA, les investissements dans la transformation digitale ont atteint 280 billion
de dollars, et aux états unis ils ont atteint 440 billions de dollars.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
33
Selon Forrester, confusion, illusion de la transformation digitale et résistance au
changement sont devenus les principales barrières dans la transformation digitale
des entreprises.
La transformation digitale comprend plusieurs technologies dont le cloud pour le but
de rendre l’organisation plus efficace. Les technologies les plus répandues, qui
deviennent des préoccupations pour d’entreprises et une opportunité à saisir pour
d’autres, sont le Cloud, IA, Big data, and IoT.
L’IA et le computing cognitif est la technologie la plus compliquée pour se faire
adapter par les entreprises. Alors que le cloud est la 1ere étape pour tout qui veut
s’adapter au marché et aux nouvelles technologies. L’hébergement de l’infrastructure
IT de l’entreprise chez un cloud sécurisé est le 1er pas dans sa transformation
digitale. Via le cloud, les entreprises peuvent présenter de nouvelles méthodes et
modèles économiques à leurs clients ; elles améliorent leurs opérations, processus
et services. Les entreprises se posent la question pourquoi dédier une portion
importante du budget à créer, à maintenir et à sécuriser leurs plateformes digitales
alors qu’il y a des prestataires spécialisés dans la provision d’une plateforme cloud
sécurisée qui permet à l’entreprise de se concentrer sur son avantage concurrentiel.
Le cloud donne à l’organisation plus de souplesse et d’agilité. Les entreprises qui
envisagent des réductions de coûts (matériels et personnels) se penchent sur les
solutions on-premises et cloud computing.
Ex : Les applications traditionnelles doivent être mis à jour et maintenues en
permanence alors que les applications basées sur le cloud sont modifiables,
personnalisables, et changeables ce qui rend l’entreprise plus agile et donc plus prêt
au changement technologique.
Le cloud est une des technologies de la 3eme plateforme : Cloud, Big Data, Social,
and Mobile sont connectés et déployable à travers les plateformes. Les
accélérateurs de l’innovation technologique sont : 3D printing, IoT, IA Cognitive ,
Augmented & Virtual Reality, Robotiques, Next generation Security, Voice
recognition, Blockchain, Analyses prédictives, Machine Learning dépendent de la
3eme plateforme.
En 2020, 70% des dépenses sur la plateforme de tierce sera destinées à la
transformation digitale.
Le cloud est le cœur des technologies de la 3eme plateforme de l’économie de la
transformation digitale. Par conséquent, il est aussi la base de l’évolution des
accélérateurs de l’innovation technologique. A titre d’exemple, le fonctionnement de
l’écosystème de l’IoT dépend du cloud computing pour sa performance en stockant
et traitant les données captées par les solutions de l’IoT.
Définition :
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
34
C’est un réseau de serveurs central à distance qui permet à l’entreprise d’y stocker,
d’y manager, d’y analyser et d’y traiter les données, plutôt qu’un serveur local ou un
ordinateur personnel.
Le modèle du Cloud / Applications sur le cloud :
Les applications de tiers basées sur le cloud permettent à l’entreprise de se focaliser
sur sa fonction de base et sur le développement de son avantage concurrentiel, au
lieu de se distrait mentalement et financièrement sur des fonctions de support
délégables. Il permet à l’entreprise aussi à réduire ou supprimer les coûts de
l’infrastructure IT de l’entreprise.
Le cloud facilite le management des applications, nécessite moins de maintenance et
rend les applications plus maniables et plus responsives (souplesse). Les principaux
services proposés en cloud computing sont Software as a Service, Platform as a
Service, & Infrastructure as a Service.
Les serveurs sont loués par tanche d’utilisation selon des critères technique
(puissance, bande passante, etc.). Le cloud computing a changé le paradigme des
entreprises, de l’utilisation des serveurs éparpillés partout à l’utilisation des serveurs
centralisés à distance dans des centres de données qui regroupent la plupart des
activités informatiques et logicielles.
C’est le modèle du paiement à l’usage qui s’applique.
Le 1er cloud créé est Microsoft Windows Azure, en 2008.
Les géants informatiques, GAFA, Alibaba, IBM, Oracle, Cisco, HP, GE, investissent
dans le développement du cloud computing pour mettre à sa disposition et offrir à
ses clients particuliers et professionnels la puissance de calcul et les services du
management de données.
Ce quoi le Cloud native ?
De plus en plus, des logiciels deviennent « Cloud native» ; qui sont désignées pour
le cloud. Ils sont pas convertis en Virtual machine image pour les déployer à travers
les serveurs, ni installés en permanence dans un centre de traitement de données.
Fournisseur de services cloud: c’est une entreprise qui offrent des composants du
cloud computing; Iaas, PaaS ou SaaS, à d’autres entreprises. Les entreprises qui
dominent le cloud : Amazon, Microsoft, IBM, Google, et Alibaba. Amazon, Apple,
Salesforce et Citrix développent leurs services basés sur le cloud via la Machine
Learning, l’IA et la containerisation.
Quels sont les critères du choix d’un fournisseur de services cloud ?
Les critères principaux sont : Les coûts dépendent du modèle de paiement/utilisation.
Les coûts, la localisation de leurs centres de traitement de données, et les mesures
de sécurité garanties.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
35
Afin d’établir des critères de sécurité aux services cloud, beaucoup d’organisations,
telle que Cloud Security Alliance, sont fondées pour assurer le minimum des
mesures de sécurité en donnant un certificat aux fournisseurs de cloud qui
appliquent les critères de sécurité et renforcent la sécurité de leurs services.
Entreprise Data Center :
Un centre composé de multiples centres de données que chacun s’occupe d’une
fonction particulière. Ils sont classifiés à 3 types ; Internet, Extranet, et Intranet.
Internet Data center : soutien les serveurs et appareils nécessaires pour les
applications web du commerce électronique au sein du réseau de centre de
données.
Extranet data center : Soutien les transactions B2B dans le réseau de l’entreprise.
Ses services sont accessibles via une connexion VPN sécurisée, ou via des liens
WAN privés.
Intranet Data centre : Manage les application et services dans le réseau de
l’entreprise qui sont souvent les fonctions de support telles que le marketing, RH,
R&D, et d’autres.
De plus en plus les fonctions et les composants de logiciels et d’applications sont
automatisés, ce qui lilmite le risque de perte de données et fonctions établies lors la
mise à jour d’un logiciel traditionnel installé sur un ordinateur
L’évolution de Private et Public cloud permet aux entreprises de louer ou d’acheter
des serveurs dans des centre de traitement de données. D’un autre côté, il y a des
entreprises qui adaptent la politique de « Pas de serveurs, ou de microservices,
comme Netflix. Ce genre de politique améliore le fonctionnement de l’entreprise et
fait d’elle une organisation dynamique.
Quels sont les types du cloud ?
Public cloud
Private Cloud
Hybrid Cloud
Quels sont les services fournis sur le cloud ?
Infrastructure as a Service : Comme Open Stack qui est un ensemble d’outils de
logiciels destiné à créer et à manager des plateformes de cloud computing.
Messaging as a Platform : c’est une solution de messagerie basée sur le cloud par
l’utilisation du Rich Communication Services.
Ce genre de service est en voie de développement et de croissance. Il s’évolue avec
la création du nouveau protocole de messagerie, RCS, qui remplacera le protocole
SMS. Ce nouveau protocole qui permettra aux entreprises de personnaliser leurs
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
36
messages et offres à leurs clients et plus d’engagement avec eux, et aux opérateurs
de dégager des revenus supplémentaires d’une nouvelle source.
Le RCS se développe par l’IA et la Machine Learning pour créer des chats bots
réactifs dans la nouvelle messagerie hors ligne.
Communications Platform as a Service (CP-as-a-Service) : C’est une plateforme qui
permet aux développeurs d’ajouter des fonctionnalités de communication en temps
réel à leurs applications, sans la nécessité de créer des infrastructures backend de A
à Z. Sa croissance est liée aux tendances et à la volonté des entreprises de
s’engager de manière personnelle avec leurs clients, avec l’objectif d’améliorer
l’expérience clientèle. Elle permet aux entreprises de créer des applications
communication-enable
Elle est aussi utilisée pour renforcer les mesures de sécurité dans les secteurs
bancaire et de santé afin de minimiser la fraude et le vol de données personnelles.
Data as a Service, Software as a Service, Transport as a Service, et Platforms as a
Service : Maintenant, chaque infrastructure cloud est accompagnée d’une
plateforme d’applications. Le développeur maintenant peut programmer sans
prendre en compte les caractéristiques du disque dur de l’ordinateur sur lequel il
travaille. Ex : OpenShift Container Plateforme, c’est une PaaS.
Le cloud est devenu plus flexible grâce aux microservices. La création d’applications
et leurs utilisations deviennent très agile grâce à la méthode de microservices dans
le développement d’applications sur le cloud, au lieu de l’application monolithique.
Ses avantages : l’indépendance du développeur, l’isolation & la résilience des
composants de l’application, la scalabilité grâce à ses petits composants,
L’automation du cycle de vie de l’appli, les architectures de micro services sont
assignées à des différents domaines et fonctions de l’entreprise ce qui rendre
l’application plus responsive et adaptable à l’environnement de chacun.
Exemples du cloud : CMS (CMS est un exemple evident des capacités du cloud.
Tout le monde peut maintenat créér un site ou une boutique simple en ligne sans
être professionnel du domaine.) CRM, SCM, AWS, Azure, Oracle Business kit.
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
37
2) Edge computing :
Un exemple évident de l’Edge computing est Predix Plateforme créée par GE et
destinée ua secteur industrielle, l’IoT industriel. Elle est composée de Predix Edge et
Predix Cloud et Predix Private Cloud.
Predix Edge est spécialisée à collecter, stocker, analyser, traiter les données
générées dans l’usine en temps réel et en toute sécurité.
Le cloud a révolutionné la façon dont les organisations stockent et exploitent les
données. Toutefois, le cloud est limité dans quelques domaines. La latence, la
largeur de bande, la sécurité et la condition de la connexion à l’internet peuvent être
des problématiques aux organisations. Pour les résoudre, les utilisateurs ont besoin
d’une robuste on-premise (sur site) infrastructure sécurisée et intelligente. Lors que
les données sont proches de son utilisateur, l’information peut être partagée en
sécurité et sans latence. En quelques secteurs, la faible latence est essentielle pour
pourvoir une adéquate expérience clientèle digitale (Finance, Santé, Détail, industrie,
Jeux).
Il accélère le traitement de données en temps réel sans latence, et permet aux
applications et appareils intelligents à répondre aux données instantanément. Il
permet aussi aux larges quantités de données d’être traitées efficacement, et assure
le fonctionnement d’applications dans des lieux désertés et lointains (remote). Le
traitement et l’analyse de données peuvent être effectuées sans les transmettre au
cloud, ce qui lui rendre plus sécurisé.
Donc, c’est quoi l’edge computing qui présente ces avantages essentiels à
l’entreprise de demain ?
La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY
38
Edge computing est une architecture IT distribuée et ouverte qui offre une puissance
de calcul centralisée qui permet les technologies de mobile computing et IoT. La
donnée est traitée par l’appareil lui-même, par un ordinateur ou un serveur, plutôt
qu’elle soit transmise au centre de donnée.
Edge computing c’est la pratique de traitement de données aux bords du réseau de
l’organisation où les données sont générées au lieu de les traiter dans un centre de
données central, le cloud.
Edge computing : c’est (un concept) le rapprochement des processus du traitement
de données de leurs émetteurs sources. Donc, cela évoque l’amélioration de la
vitesse et de la performance du transport de données ainsi que les appareils et les
applications. Exemples de son application : IoT.
D’après IDC, en 2019 45% de données générées par IoT seront stockées, traitées,
analysées et utilisées via l’Edge computing (au bord du réseau).
Le véhicule automate, l’usine connectée, l’hôpital intelligent, l’avion connecté, et
d’autres ont eu lieu grâce au cloud, et seront mises en œuvre et développées par
l’Edge computing.
Les capacités de stockage, de calcul et d’analyses peuvent être effectuées sur site, à
côté du réseau et des appareils de l’entreprise.
Avec l’évolution de nouvelles technologies, la prise de décision doit être en temps
réel donc la latence devra être faible, comme dans un véhicule autonome, ou dans
une usine connectée.
Les avantages de l’Edge Computing sont la faible latence, la vitesse du traitement de
données, la disponibilité sur site, la confidentialité et la sécurité, la scalabilité et la
réduction des coûts.
L’augmentation de l’utilisation d’appareils digitaux et connectés crée de large
quantité de données que le cloud ne peut pas les traiter ou même les stocker. Donc,
l’Edge computing sera primordial pour l’économie de demain où tout sera connecté
et automatisé (véhicule connecté, avion connecté, ville intelligente, etc.).
Quels sont le contexte idéal pour développer l’Edge Computing ?
Selon Mark Skarpness, afin d’atteindre ces objectifs de l’Edge computing, nous
avons besoin de containerisation & orchestration, IA & Machine Learning, 5G, de la
sécurité fonctionnelle, Secure Device Onboarding (dispositif sécurisé en bord), et
Time-Sensitive Networking qui jouera un rôle primordial, surtout dans la
communication entre les véhicules automatisés.
L’IoT industriel créerait en 2025 7,5 trillions de dollars, selon une étude de McKinsey
& Co. L’IoT industriel jouera un rôle essentiel dans la transformation digitale des
Usines. Cet énorme marché n’aurait pas existé, si l’Edge computing n’a pas été
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation
Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation

Contenu connexe

Tendances

Les clés de la transformation digitale
Les clés de la transformation digitaleLes clés de la transformation digitale
Les clés de la transformation digitaleFrederic CAVAZZA
 
Transformation digitale de la fonction rh
Transformation digitale de la fonction rhTransformation digitale de la fonction rh
Transformation digitale de la fonction rhAntoine ANGLADE
 
Présentation digitalisation des entreprises, évolution ou révolution
Présentation digitalisation des entreprises, évolution ou révolutionPrésentation digitalisation des entreprises, évolution ou révolution
Présentation digitalisation des entreprises, évolution ou révolutiontpillon
 
Le Digital et ses outils - Comment se préparer à cette transformation ?
Le Digital et ses outils - Comment se préparer à cette transformation ?Le Digital et ses outils - Comment se préparer à cette transformation ?
Le Digital et ses outils - Comment se préparer à cette transformation ?Olivier PIOU
 
Formation Transformation Digitale 2016
Formation Transformation Digitale 2016Formation Transformation Digitale 2016
Formation Transformation Digitale 2016Guillaume Eouzan
 
CMBernard_TransformationDigitale_Memoire_KedgeBS
CMBernard_TransformationDigitale_Memoire_KedgeBSCMBernard_TransformationDigitale_Memoire_KedgeBS
CMBernard_TransformationDigitale_Memoire_KedgeBSClaire-Marie BERNARD
 
Digitalisation de l'entreprise : un impératif de performance
Digitalisation de l'entreprise : un impératif de performanceDigitalisation de l'entreprise : un impératif de performance
Digitalisation de l'entreprise : un impératif de performanceGCX Conseil
 
Chapitre iii le processus entrepreneurial
Chapitre iii le processus entrepreneurialChapitre iii le processus entrepreneurial
Chapitre iii le processus entrepreneurialKoffi KONAN
 
Transformation digitale
Transformation digitaleTransformation digitale
Transformation digitaleAmeniBoubaker2
 
Entrepreneuriat fst
Entrepreneuriat fstEntrepreneuriat fst
Entrepreneuriat fstSanae HANINE
 
Masterclass sur la Transformation digitale des services postaux
Masterclass sur la Transformation digitale des services postauxMasterclass sur la Transformation digitale des services postaux
Masterclass sur la Transformation digitale des services postauxChloé Chavanon
 
Etude de cas - Transformation numérique du groupe de cinéma MK2
Etude de cas - Transformation numérique du groupe de cinéma MK2Etude de cas - Transformation numérique du groupe de cinéma MK2
Etude de cas - Transformation numérique du groupe de cinéma MK2Philippe Albert
 
Transformation Digitale et Performances Economiques des Banques en Zone CEMAC
Transformation Digitale et Performances Economiques  des Banques en Zone CEMACTransformation Digitale et Performances Economiques  des Banques en Zone CEMAC
Transformation Digitale et Performances Economiques des Banques en Zone CEMAClancedafric.org
 
De l'idée à l'opportunité entrepreneuriale
De l'idée à l'opportunité entrepreneurialeDe l'idée à l'opportunité entrepreneuriale
De l'idée à l'opportunité entrepreneurialeBruno M. Wattenbergh
 
1. Entrepreneuriat vert pourquoi faire ?
1. Entrepreneuriat vert pourquoi faire ?1. Entrepreneuriat vert pourquoi faire ?
1. Entrepreneuriat vert pourquoi faire ?WAFIA BOUBGUIRA
 
Entrepreneuriat moteur de développement économique
Entrepreneuriat moteur de développement économiqueEntrepreneuriat moteur de développement économique
Entrepreneuriat moteur de développement économiqueRéda ALLAL
 
Construire l'entrepreneuriat
Construire l'entrepreneuriatConstruire l'entrepreneuriat
Construire l'entrepreneuriatRéda ALLAL
 
Entrepreneur et entrepreneuriat de quoi s'agit t il
Entrepreneur et entrepreneuriat de quoi s'agit t ilEntrepreneur et entrepreneuriat de quoi s'agit t il
Entrepreneur et entrepreneuriat de quoi s'agit t illancedafric.org
 

Tendances (20)

Les clés de la transformation digitale
Les clés de la transformation digitaleLes clés de la transformation digitale
Les clés de la transformation digitale
 
Transformation digitale de la fonction rh
Transformation digitale de la fonction rhTransformation digitale de la fonction rh
Transformation digitale de la fonction rh
 
Présentation digitalisation des entreprises, évolution ou révolution
Présentation digitalisation des entreprises, évolution ou révolutionPrésentation digitalisation des entreprises, évolution ou révolution
Présentation digitalisation des entreprises, évolution ou révolution
 
Le Digital et ses outils - Comment se préparer à cette transformation ?
Le Digital et ses outils - Comment se préparer à cette transformation ?Le Digital et ses outils - Comment se préparer à cette transformation ?
Le Digital et ses outils - Comment se préparer à cette transformation ?
 
Digitalisation v.1.1
Digitalisation v.1.1Digitalisation v.1.1
Digitalisation v.1.1
 
Formation Transformation Digitale 2016
Formation Transformation Digitale 2016Formation Transformation Digitale 2016
Formation Transformation Digitale 2016
 
CMBernard_TransformationDigitale_Memoire_KedgeBS
CMBernard_TransformationDigitale_Memoire_KedgeBSCMBernard_TransformationDigitale_Memoire_KedgeBS
CMBernard_TransformationDigitale_Memoire_KedgeBS
 
Digitalisation de l'entreprise : un impératif de performance
Digitalisation de l'entreprise : un impératif de performanceDigitalisation de l'entreprise : un impératif de performance
Digitalisation de l'entreprise : un impératif de performance
 
Chapitre iii le processus entrepreneurial
Chapitre iii le processus entrepreneurialChapitre iii le processus entrepreneurial
Chapitre iii le processus entrepreneurial
 
Transformation digitale
Transformation digitaleTransformation digitale
Transformation digitale
 
Entrepreneuriat fst
Entrepreneuriat fstEntrepreneuriat fst
Entrepreneuriat fst
 
Masterclass sur la Transformation digitale des services postaux
Masterclass sur la Transformation digitale des services postauxMasterclass sur la Transformation digitale des services postaux
Masterclass sur la Transformation digitale des services postaux
 
Etude de cas - Transformation numérique du groupe de cinéma MK2
Etude de cas - Transformation numérique du groupe de cinéma MK2Etude de cas - Transformation numérique du groupe de cinéma MK2
Etude de cas - Transformation numérique du groupe de cinéma MK2
 
Transformation Digitale et Performances Economiques des Banques en Zone CEMAC
Transformation Digitale et Performances Economiques  des Banques en Zone CEMACTransformation Digitale et Performances Economiques  des Banques en Zone CEMAC
Transformation Digitale et Performances Economiques des Banques en Zone CEMAC
 
De l'idée à l'opportunité entrepreneuriale
De l'idée à l'opportunité entrepreneurialeDe l'idée à l'opportunité entrepreneuriale
De l'idée à l'opportunité entrepreneuriale
 
1. Entrepreneuriat vert pourquoi faire ?
1. Entrepreneuriat vert pourquoi faire ?1. Entrepreneuriat vert pourquoi faire ?
1. Entrepreneuriat vert pourquoi faire ?
 
Entrepreneuriat moteur de développement économique
Entrepreneuriat moteur de développement économiqueEntrepreneuriat moteur de développement économique
Entrepreneuriat moteur de développement économique
 
Construire l'entrepreneuriat
Construire l'entrepreneuriatConstruire l'entrepreneuriat
Construire l'entrepreneuriat
 
Transformation Digitale
Transformation DigitaleTransformation Digitale
Transformation Digitale
 
Entrepreneur et entrepreneuriat de quoi s'agit t il
Entrepreneur et entrepreneuriat de quoi s'agit t ilEntrepreneur et entrepreneuriat de quoi s'agit t il
Entrepreneur et entrepreneuriat de quoi s'agit t il
 

Similaire à Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation

Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)
Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)
Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)FrenchWeb.fr
 
Transformer l'industrie par le numérique
Transformer l'industrie par le numériqueTransformer l'industrie par le numérique
Transformer l'industrie par le numériqueFrédéric GASNIER
 
Du rattrapage à la transformation : L’aventure numérique, une chance pour la ...
Du rattrapage à la transformation : L’aventure numérique, une chance pour la ...Du rattrapage à la transformation : L’aventure numérique, une chance pour la ...
Du rattrapage à la transformation : L’aventure numérique, une chance pour la ...polenumerique33
 
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impacts
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impactsL’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impacts
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impactscours fsjes
 
Les 10 propositions de syntec numérique
Les 10 propositions de syntec numériqueLes 10 propositions de syntec numérique
Les 10 propositions de syntec numériqueXavier Biseul
 
Magazine "Entreprise du Futur" 2016 1ère édition 2016 - Lite
Magazine "Entreprise du Futur" 2016 1ère édition 2016 - LiteMagazine "Entreprise du Futur" 2016 1ère édition 2016 - Lite
Magazine "Entreprise du Futur" 2016 1ère édition 2016 - LiteVisiativ
 
Axelle Lemaire - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Le numérique a...
Axelle Lemaire - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Le numérique a...Axelle Lemaire - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Le numérique a...
Axelle Lemaire - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Le numérique a...Sébastien Bourguignon
 
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...Sébastien Bourguignon
 
Booster d'innovation - En entreprise, la transition digitale passe par le cha...
Booster d'innovation - En entreprise, la transition digitale passe par le cha...Booster d'innovation - En entreprise, la transition digitale passe par le cha...
Booster d'innovation - En entreprise, la transition digitale passe par le cha...Bruno A. Bonechi
 
Livre Blanc - Atelier de la compétitivité numérique - Sept. 2012
Livre Blanc - Atelier de la compétitivité numérique - Sept. 2012Livre Blanc - Atelier de la compétitivité numérique - Sept. 2012
Livre Blanc - Atelier de la compétitivité numérique - Sept. 2012Solocal
 
Chiffres cles 2014 L’aventure numérique, une chance pour la France
Chiffres cles 2014 L’aventure numérique, une chance pour la FranceChiffres cles 2014 L’aventure numérique, une chance pour la France
Chiffres cles 2014 L’aventure numérique, une chance pour la Francepolenumerique33
 
Programme Numerique NS2012 par N.Princen
Programme Numerique NS2012 par N.PrincenProgramme Numerique NS2012 par N.Princen
Programme Numerique NS2012 par N.PrincenNicolas Princen
 
Les tic et la société d'aujourd'hui
Les tic et la société d'aujourd'huiLes tic et la société d'aujourd'hui
Les tic et la société d'aujourd'huiGenel MILEROSE
 
Mook paroles d'elus 2015 préface e. macron
Mook paroles d'elus 2015 préface e. macronMook paroles d'elus 2015 préface e. macron
Mook paroles d'elus 2015 préface e. macronparoles d'élus
 
Cae economie numérique
Cae economie numériqueCae economie numérique
Cae economie numériqueNetPME
 
Les conférences de 15marches
Les conférences de 15marchesLes conférences de 15marches
Les conférences de 15marchesStéphane Schultz
 

Similaire à Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation (20)

Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)
Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)
Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)
 
Transformer l'industrie par le numérique
Transformer l'industrie par le numériqueTransformer l'industrie par le numérique
Transformer l'industrie par le numérique
 
pfe.pdf
pfe.pdfpfe.pdf
pfe.pdf
 
Du rattrapage à la transformation : L’aventure numérique, une chance pour la ...
Du rattrapage à la transformation : L’aventure numérique, une chance pour la ...Du rattrapage à la transformation : L’aventure numérique, une chance pour la ...
Du rattrapage à la transformation : L’aventure numérique, une chance pour la ...
 
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impacts
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impactsL’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impacts
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impacts
 
Les 10 propositions de syntec numérique
Les 10 propositions de syntec numériqueLes 10 propositions de syntec numérique
Les 10 propositions de syntec numérique
 
Magazine "Entreprise du Futur" 2016 1ère édition 2016 - Lite
Magazine "Entreprise du Futur" 2016 1ère édition 2016 - LiteMagazine "Entreprise du Futur" 2016 1ère édition 2016 - Lite
Magazine "Entreprise du Futur" 2016 1ère édition 2016 - Lite
 
Ne lâche surtout pas ce portable, mon fils
Ne lâche surtout pas ce portable, mon filsNe lâche surtout pas ce portable, mon fils
Ne lâche surtout pas ce portable, mon fils
 
Axelle Lemaire - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Le numérique a...
Axelle Lemaire - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Le numérique a...Axelle Lemaire - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Le numérique a...
Axelle Lemaire - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Le numérique a...
 
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...
 
Booster d'innovation - En entreprise, la transition digitale passe par le cha...
Booster d'innovation - En entreprise, la transition digitale passe par le cha...Booster d'innovation - En entreprise, la transition digitale passe par le cha...
Booster d'innovation - En entreprise, la transition digitale passe par le cha...
 
Transformation numerique-livre-blanc
Transformation numerique-livre-blancTransformation numerique-livre-blanc
Transformation numerique-livre-blanc
 
Livre Blanc - Atelier de la compétitivité numérique - Sept. 2012
Livre Blanc - Atelier de la compétitivité numérique - Sept. 2012Livre Blanc - Atelier de la compétitivité numérique - Sept. 2012
Livre Blanc - Atelier de la compétitivité numérique - Sept. 2012
 
Chiffres cles 2014 L’aventure numérique, une chance pour la France
Chiffres cles 2014 L’aventure numérique, une chance pour la FranceChiffres cles 2014 L’aventure numérique, une chance pour la France
Chiffres cles 2014 L’aventure numérique, une chance pour la France
 
Programme Numerique NS2012 par N.Princen
Programme Numerique NS2012 par N.PrincenProgramme Numerique NS2012 par N.Princen
Programme Numerique NS2012 par N.Princen
 
Les tic et la société d'aujourd'hui
Les tic et la société d'aujourd'huiLes tic et la société d'aujourd'hui
Les tic et la société d'aujourd'hui
 
Mook paroles d'elus 2015 préface e. macron
Mook paroles d'elus 2015 préface e. macronMook paroles d'elus 2015 préface e. macron
Mook paroles d'elus 2015 préface e. macron
 
Cae economie numérique
Cae economie numériqueCae economie numérique
Cae economie numérique
 
Newsletter n°11
Newsletter n°11Newsletter n°11
Newsletter n°11
 
Les conférences de 15marches
Les conférences de 15marchesLes conférences de 15marches
Les conférences de 15marches
 

Transformation Digitale des PME à l'ère de l'innovation

  • 1. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 1 LA TRANSFORMATION DIGITALE DES PME A L’ERE DE L’INNOVATION Présenté par Mohamed ASHTEWY
  • 2. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 2 Abstract : L’économie numérique offre pleines d’opportunités à tous sans discrimination et sans favoritisme. Elle offre plus de possibilités à l’inclusion de personnes marginalisées à exprimer leurs opinions, à se connecter avec la société, à se former, à devenir des entrepreneurs, etc. Pourtant, ceux qui les saisissent sont seulement les personnes prêtes (soit physiques ou morales). La personne prête, c’est celle qui est consciente de l’ampleur des effets de l’économie numérique donc elle se prépare toujours à toute évolution technologique liée à son secteur et son métier. De nouvelles technologies et de nouveaux modèles économiques sont issus de l’économie numérique. Elle bouleverse constamment la société et l’économie. L’entreprise est bien disruptée par cette vague de révolution digitale innovante. Les entreprises ne sont pas épargnées de cette disruption. Leurs fonctionnements de support, leurs relations avec les parties prenantes, leurs moyens d’entrée au marché, leurs stratégies, etc. L’économie numérique bouleverse aussi d’ailleurs, les entreprises qui ne s’y adaptent pas et y résistent ne trouveront plus leur place dans le marché. Des PME ont de fausses croyances à l’égard des nouvelles technologies. La principale, c’est leurs coûts élevés et leur accessibilité exclusive aux grandes entreprises. D’ailleurs, les individus sont aussi affectés. Leurs modes de vie, leurs comportements d’achat, leurs moyens de communication, leurs façons de travail, leurs plans de voyages, etc. sont complétement changés qu’il y a 10 ans. Cela évoque aussi des conséquences aux entreprises qui se compétèrent, à cette ère numérique, d’offrir l’expérience client la plus captivante. L’économie numérique a évolué de nouveaux modèles économiques, comme l’économie collaborative, qui donnent plus d’avantage à la société. Ils ont permis de démocratiser des services et produits au grand public. Ede surcroît, ils ont réussi à démocratiser les opportunités. Les récentes technologies se développent tellement vites qu’elles ont créé des marchés susceptibles de leurs actions. C’est, pourquoi, des lois et des directifs sont promulgués ces dernières années pour encadrer cette révolution numérique. L’Alsace est la terre d’innovation en France. L’innovation et l’entrepreneuriat sont incarnés dans son ADN. L’histoire, sa composition démographiques et sa position géographique font d’elle un territoire accueillant l’innovation et l’entrepreneuriat. Les pouvoirs publics ont mise en place des dispositifs et des politiques qui encourage la transformation digitale des PME et leur aident à profiter de ça. La transformation digitale est un processus continu, par conséquent l’économie numérique pourrait être nommé aussi l’économie de la transformation digitale.
  • 3. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 3 Abstract: The digital economy is spreading at a fast pace. There are digital revolutions within the digital economy that disrupted the society. The 1st was the dot bubble and the last is infinite ongoing digital revolution. Since 2006, the lifestyles of people are changed drastically. In the recent years, there are technological innovations that will contribute heavily to the world’s economy and to the societies The organisations have been facing a huge disruption that pushed a lot of players out of the field because of their incapacity to adapt themselves into this disruption. As the market has itself disrupted and the consumers’ preferences and behaviour changed as well, the organisations face a huge demand of transformation. The support functions are disrupted intensively, that led the organisations to focus on its competitive advantage (which is an advantage). Other business models have emerged due to the digital economy; as a matter of fact, they depend on the digital economy. Those gave the power to the clients to decide what they want and need. So, the organisations must adapt their strategies, business models and tools to survive in a highly competitive and fast paced market. These technological advancements have led to a lot of worries among the individuals. That’s why, laws are implemented to organise them & their ecosystem. Alsace is known historically for its innovation. The entrepreneurship is rooted in the Alsace land. It has the culture, the history, the traditions and the environment that accelerate the digital transformation of small and medium businesses. The public authorities motivate and incite the innovation among all the regional economy’s members in a permanent way. Welcome to a review about the tendencies and obstacles that small and medium enterprises face in the digital transformation economy.
  • 4. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 4 Introduction : « Si la vitesse du changement dans l’environnement externe dépasse celle de l’environnement intérieur, s’approchera la fin de l’entreprise » Jack WELCH L’économie numérique propose constamment des solutions à des problématiques dans la société. L’évolution des technologies est rapide, et il faut que les entrepreneurs et les PME en profitent en vue d’avoir une proposition de valeur durable. La transformation numérique est plus large que celle des outils, c’est plutôt la transformation des business models, de la production, des fonctions de l’entreprise, de l’organisation du travail, etc. Selon l’AFUN (Association Francophone des utilisateurs du Net), la transformation numérique des entreprises est la transformation de toutes les composantes de l'entreprise sous l'influence des TIC. La transformation numérique promet plus de revenus, une meilleure expérience clientèle, une augmentation de la productivité des entreprises et la réduction des coûts. Dans un sondage Cesi – Ipsos – Le Figaro, chefs d’entreprise et salariés sont peu nombreux à juger essentielle la transformation numérique. Ce qui entrave essentiellement les TPE et PME à bénéficier du numérique, ce sont la résistance organisationnelle, le manque d’une vision claire, la collecte et l'analyse inefficace de données, et le rattachement à un business model traditionnel. Ex : la résistance organisationnelle à l'invention de la caméra digitale a conduit Kodak à déclarer sa faillite. Le changement requiert du challenge et de l’apprentissage. Si les grandes entreprises ont réussi à adopter la transformation numérique, certes les TPE et PME ont plus de flexibilité à s’y adapter. Des solutions qui émergent avec pour objectif d'aider les entreprises à accroître leurs chiffres d’affaires. Une nouvelle industrie telle que les solutions As-A-Service évolue grâce à ses solutions digitales aidant efficacement les entreprises dans leur prise de décisions et à améliorer leurs fonctions. Celles-ci facilitent également la transformation numérique des TPE et PME. L’économie numérique met à disposition aux entreprises des solutions qui leur permettent d'intégrer des outils digitaux les aidant à une prise de décision pertinente et rapide et optimisant ses activités en toute efficacité.
  • 5. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 5 1)L'évolution de l'économie numérique et son impact sur les PME : L’économie numérique a réussi à trouver des solutions à des problématiques dans la société. L’évolution des technologies est rapide, et il faut que les entrepreneurs et les PME en profitent en vue d’avoir une proposition de valeur durable et de créer un avantage concurrentiel dans une conjecture économique très concurrentielle. L’apparition de l’économie numérique s’est débutée par la découverte de WWW et l’utilisation de l’internet par le grand public. La naissance de l’économie numérique est commencée par le Web 1.0, de 1990 à 2001, qui a permis un accès libre à l’information à tout le public, ex. les sites web, Bases de données, Moteurs de Recherche prématurés. Sa 2eme phase d’évolution est le Web 2.0 ou le web social, de 2000 à 2010. Il a donné du pouvoir à l’internaute et aux consommateurs, ex. Email, E-Commerce, Réseaux Sociaux, Moteurs de Recherches avancés, Plateformes de vidéos en ligne, Blogs, Généralisation du Smartphone Connecté. La croissance ultra rapide de 1999 à 2001 a évoqué la bulle de l’Internet (Dot-com Bubble) qui a fait chuter beaucoup d’entreprises digitales natives et d’acteurs du secteur de la technologie d’information et de la communication. Puis, nous témoignons depuis 2010 une évolution incessante et rapide de l’économie numérique grâce aux avancés technologiques constante. Le web 3.0, depuis 2010, a émergé le web sémantique qui permet l’émergence de la recherche sémantique, de l’intelligence artificielle, des bots, de l’assistant personnel. Ces technologies seront avancées avec le Web 4.0 qui émergera également de nouvelles technologies, telles que : Biogiciels, Reconnaissance vocale et faciale, les analyses avancées de données, Machine Learning, Industry 4.0, IoT.
  • 6. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 6 Avec la 1ere révolution industrielle, beaucoup de TPE et de producteurs industriels de textiles se sont clos puis qu’ils ne sont pas adaptés à cette transformation et ont attaché aux méthodes traditionnelles dans la fabrication de leurs produits. Ceci se produit actuellement aux entreprises qui sont pas encore compris et entamé la révolution digitale actuelle, à titre d’exemple Kodak. L’internet a révolutionné notre manière de communiquer, de travailler, de consommer et de former, et de fabriquer. L’aventure poursuivit : les technologies de la 3eme plateforme bouleversent la société et s’évoluent. D’après un rapport de France Stratégie publiée en 2015, l’internet des objets devrait relier 80 milliards d’objets d’ici 2020. Grâce à ses technologies, des domaines comme l’électronique, le transport, l’industrie, et la santé ont d’ores et déjà fait des progrès spectaculaires. Exemple de la révolution numérique ; l’industrie automobile est déjà entrée dans un changement
  • 7. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 7 de paradigme. Les progrès des capteurs et des capacités de traitement numériques rendent les voitures de plus en plus autonomes et font de l’interface homme-machine un enjeu principal. Le développement de l’intelligence artificielle est une étape clé et indispensable pour assurer une sécurité et fonctionnement optimal des véhicules autonomes. Et ces technologies composantes de la futur véhicule dépendent de la baisse latence, et de la sécurité de données ce qu’offrent l’Edge computing qui sera la boucle de cette révolution et ses inquiétudes pour la sécurité de données. La rapidité des avancées technologiques et digitales a conduit les entreprises à encourager l’innovation ouverte pour pouvoir s’adapter à la disruption des digital natives. L’économie numérique a changé aussi le comportement des consommateurs/utilisateurs. Ce changement a orienté les évolutions technologiques vers un nouveau modèle économique ‘l’économie de partage’. Blablacar, Couchsurfing et Airbnb sont des exemples de l’évolution de ce modèle. Le contact avec le client et son expérience deviennent des sujets centriques pour l’entreprises, autour desquelles l’entreprise conçoit et raffine son produit ou service. Par le passé, le marketing commençait par imaginer un produit/service puis cherchait les clients qui correspondent à cette offre. Maintenant, l’entreprise est obligée à s’approcher de ses clients et de prendre en considération leurs retours et leur expérience de cette offre, afin de survivre dans un tel marché. Le changement de termes digitaux d’une évolution web à une autre :
  • 8. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 8 https://flatworldbusiness.wordpress.com/flat-education/previously/web-1-0-vs-web-2-0-vs-web-3-0- a-bird-eye-on-the-definition/ La question se repose sur la fiabilité et l’adaptation de la qualité des logiciels aux enjeux des fonctionnalités de technologies innovantes, telles que le vote électronique, le pilotage automatique des automobiles et des avions, les solutions de l’as-a-Service. C’est pourquoi, des secteurs d’activité et certaines entreprises (Intel, Oracle, SAP) investissent énormément dans le développement et la sécurité informatique. Néanmoins, les PME d’informatiques spécialisées dans la transformation digitale ne puissent pas investir autant dans la sécurité de leurs logiciels ou progiciels tels que les géants fournisseurs de solutions progicielles sur le cloud. Le secteur des technologies de l’information et de la communication peut être divisé à trois activités : la fabrication des TIC, le commerce de TIC, et les services des TIC. Selon l’OECD, le secteur des technologies de l’information et de la communication a employé 685 600 salariés en 2014. Près de 85% de ces emplois sont dans les activités de services des technologies de l’information et de la communication, et la moitié des emplois de ce secteur sont dans des entreprises de programmation et conseil. 4% des emplois en France sont dans le secteur des technologies de l’information et de la communication. L’inspection générale des finances a développé une méthodologie pour compléter l’approche de l’OCDE. Cette méthodologie se fonde sur un indice global de recours au TIC de chaque secteur de
  • 9. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 9 l’économie., selon l’intensité de l’usage du numérique qui est appelée le cœur de l’économie numérique. Donc, l’IGF a estimé que 80% de l’économie est concernée par l’économie numérique. L’explosion de données, de la connectivité, et la baisse dans les coûts du processus d’énergie et son stockage conduisent les entreprises, et surtout les industriels, à prendre en compte les transformations technologiques afin d’améliorer sa performance et sa croissance. Il est prévu que l’utilisation des appareils connectés serait doublée d’ici à 3 ans. Par conséquent, de nouvelles sources de données seront générées et de nouveaux insights dans un temps réel ce qui évoquera la création de nouveaux business modèles, et des produits et services innovants. • La nouvelle révolution industrielle (Numérique) : La globalisation des systèmes productifs et des marchés, l’accélération de la diffusion des innovations et l’arrivée en force du numérique et des télécommunications. L’écosystème de l’innovation exige de plus en plus la prise de risques. Le Lean startup a été développé dans cet écosystème puisqu’’il faut essayer et réessayer plusieurs fois jusqu’à la production du prototype convenable au marché. Il est recommandé que les PME soient souples au changement et s’adaptent aux solutions utiles et innovantes qui aide à augmenter l’efficacité de l’entreprise et améliorer son avantage concurrentiel face à une conjoncture économique sévère et compétitive. • Les pouvoirs publics et l’économie numérique : Il ne faut pas négliger savoir le rôle des pouvoirs publics dans l’écosystème de l’innovation, et la croissance de l’économie numérique. L’état pourvoit des avantages fiscaux pour stimuler l’innovation, tels que le crédit impôt recherche et le crédit impôt innovation. La France possède tous les atouts, des recherches, des formations de qualité et des infrastructures pour redevenir un acteur majeur de l’innovation à l’ère de l’économie numérique. Il faut modifier les environnements réglementaire et culturel afin de les adapter à l’écosystème de l’innovation, rendre efficace le système et faire profiter des avantages de l’économie numérique. Les freins rencontrés par les acteurs de l’économie numérique peuvent être résumés à 4 points : a) Les freins réglementaires au transfert de technologies et à l’innovation des entreprises. b) L’ambiguïté du cadre fiscal, et le manque d’récompenses pour les PME impliquées dans l’économie numérique et la transformation digitale. c) Des politiques fiscales et réglementaires instables puisqu’elles dépendent du gouvernement élu et des personnes au poste. d) Le manque de partenariat entre les établissements d’enseignement et le monde du travail / les entreprises. e) L’état d’esprit procédurier des acteurs publiques.
  • 10. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 10 L’innovation est en pleine croissance incessant qui a changé le paradigme et l’état d’esprit en France. Les parties prenantes dans le pays sont maintenant en faveur de l’innovation, et de la création d’entreprises. 2) La transformation digitale & les PME : Les entreprises compétitives rendent bien compte de l’importance de la technologie dans l’amélioration de la chaîne de valeur et du produit. A l’ère digital, il est primordial que les entreprises utilisent la technologie pour s’innover et développer de nouveaux produits et services. Les tendances des entreprises, ce sont l’amélioration de leurs produits ou services via les données et le logiciel, et la transformation de leurs produits d’un produit fabriqué de matériels à un produit digitalisé. Par conséquent, le changement rapide des technologies a un impact sur les décisions d’entreprises, avec la conjecture et la situation économique. Les technologies qui contribuent à la transformation digitale sont le cloud (surtout, Software-as-a-Service), les méga données et ses analyses, logiciels d’engagement clientèle, l’internet des objets, & l’intelligence artificielle. D’après un sondage mené par Forrester auprès de 1700 cadres en technologie et d’affaires, ils trouvent que leurs efforts en transformation digitale rencontrent des barrières et des obstacles accompagnés de sentiments de confusion, et de la résistance au changement. 21% de ces cadres trouvent qu’ils ont achevé la transformation digitale au sein de leurs entreprises. La conclusion de ce sondage de Forrester ; 1) ce n’est pas toutes les entreprises entament la transformation digitale, car si c’était si facile toutes les entreprises auraient pu l’achever avec succès ; 2) la résistance au changement est un de défis de l’implication de l’entreprise à la transformation digitale, ce qui est la nature humaine ; 3) la transformation digitale est un processus continu ; c’est devenu une norme au sein des entreprises. • Les démarches d’entreprises dans la transformation digitale : L’évolution de l’économie expérientielle tourne la page de la production en masse. Les entreprises doivent s’orienter vers la personnalisation en masse et l’engagement clientèle individuelle. Les entreprises doivent se restructurer physiquement et virtuellement afin de se permettre de faire des économies d’échelle, et de s’adapter aux changements technologiques en étant agile. A titre d’exemple, dans le secteur d’automobiles, il est prévu que la majorité des bénéfices de ce secteur proviendrait des offres disruptés tels que la mobilité
  • 11. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 11 partagée, la connectivité et l’automation. Cela est très évident avec l’évolution d’un nouveau modèle de transports Mobility as a Service. La transformation digitale est omniprésente, et est centrée sur les modèles du client et de l’employé de l’entreprise afin qu’elles puissent réorganiser leurs modes de fonctionnement. En fait, la plupart des démarches de la transformation digitale des PME se concentre sur leurs modes de fonctionnement internes. Comme c’est illustré dans l’image ci- dessus de ZDNet, les experts de la transformation digitale suggèrent que la transformation est plutôt un processus de réorganisation de fonctions traditionnelles (Marketing, Ventes, RH, etc.) à trois expériences continues qui sont plus souples, flexibles et adaptables dans un monde qui change constamment. Ces trois expériences suggérées sont : L’expérience clientèle, l’expérience des employés, et l’expérience fournisseur. Il y des PME qui ont compris que la transformation digitale ne concerne pas uniquement la technologie, mais aussi une nouvelle proposition de valeur aux clients, et une nouvelle façon de faire les choses par la réorganisation de la structure de l’entreprise et par la création d’une culture d’entreprise encourageant à l’innovation et flexible. D’ailleurs, elles élargissent leurs écosystèmes en associant ou en faisant du partenariat avec les startups, les incubateurs et les organismes d’innovation. Par conséquent, la digitalisation de l’entreprise passe facilement. Elles constatent que les technologies les plus compliquées à adapter, comme l’IA et Machine Learning ne sont pas faisables à les entamer, vu leurs ressources. Donc, elles se dirigent vers le partenariat avec les acteurs de ce domaine. Elles focalisent leurs efforts sur l’amélioration de l’expérience clientèle en étant omnicanal et en redéfinissant l’organisation de l’entreprise pour l’objectif d’offrir une expérience clientèle peaufinée.
  • 12. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 12 • La disruption des fonctionnements internes des entreprises : Lego est un exemple d’une entreprise qui s’est réinnovée pour sortir d’une crise financière qui l’aurait amené à une faillite. Lego est connue pour “Apple de Jeux”, à la suite de sa stratégie digitale qui l’a sauvée de la faillite en 2004. Les parties importantes de cette stratégie : Une app de réseau social, Crowdsourcing design, la réconciliation entre le monde physique et digital (appli de gaming avec ses cubes), Intégration du codage dans ses jeux, et sa conquête à l’industrie de jeux en collaboration avec Warner Bros, ce qui lui a permis de créer des jeux compatibles avec Wii, Xbox et Playstation. Cette venture audacieuse nécessite la réallocation des ressources de l’entreprise, et une culture ouverte et agile à accepter d’objectifs ambitieux, à comprendre la valeur de l’innovation et à accepter d’échouer rapidement et se relever. Lego ici a réussi sa transformation digitale et s’est sortie des bords de la faillite grâce à l’adaptation des outils digitaux et au partenariat avec les entreprises. Elle a commencé par la digitalisation des services internes pour améliorer l’expérience clientèle. La disruption de nouvelles technologies et d’outils innovants rend obsolètes des secteurs d’activité, des fonctions d’entreprise, et des usages d’un produit ou d’un service. L’expérience cliente (UX), une interface facile à naviguer, proposition de
  • 13. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 13 valeur complète, la communication publique et institutionnelle, le management par des objectifs, la collaboration entre les collaborateurs, etc. sont des exemples de fonctions des entreprises qui sont de plus en plus digitalisée, voire automatisée. La digitalisation des fonctions de l’entreprise sont menées par des startups et des solutions proposées par des entreprises tierces. A titre d’exemple, le Chatbot a bouleversé la fonction du service clients, un de ses leaders en France c’est Orange Business Services. L’intelligence artificielle et Machine Learning l’évoluent. Cette technologie a commencé déjà à faire disparaître une fonction comme celle du service client. Les petites et moyennes entreprises recourent maintenant à d’entreprises externes telles que : Zenefits, PeopleWork Oracle pour gérer les ressources humaines ; Salesforce, HubSpot, Albatross pour gérer le service du marketing et ventes ; Javelo, FrontApp, ERP SAP HANA pour augmenter et améliorer la productivité de l’entreprise ; LegalixAvocat, Stautentreprise pour gérer le côté juridique ; Dynacom, KissKissbankbank pour le côté finance ; #Transition énergique ; Tanium, Github.afin de faciliter les tâches de développeurs de l’entreprise. Dans le sujet suivant, ,nous allons découvrir le rôle de startups à accélérer la transformation digitale des PME et à disrupter des secteurs d’activité.
  • 14. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 14 3)Le rôle de startups et leur écosystème dans la transformation digitale : L’économie numérique contribue à changer la donne dans tous les aspects de la vie. Nous témoignons la 4eme révolution économique et industrielle, ou la première révolution numérique, comme d’autres experts la nomment. Elle donne constamment l’opportunité aux gens, comme ceux qui ont l’esprit d’entrepreneuriat de se lancer, présenter leurs idées et de prendre le risque à l’offrir au marché. Nous ne pouvons absolument pas négliger que les Startups tech sont le pilier principal de l’évolution de cette économie, par la disruption qu’elles font à nos modes de consommation, de penser, de se former, de travailler, etc. Elles bouleversent même le mode de fonctionnement au sein des entreprises. Cette disruption fait partie de la transformation digitale. La transformation digitale n’est pas exclusive à la conception d’une nouvelle technologie, c’est aussi une nouvelle proposition de valeur aux clients, et une nouvelle approche de travailler et faire les choses. La disruption ne peut jamais être prévue ; qui aurait prévu les effets de Airbnb & Uber ! • Comment les PME tirent leur épingle du jeu pour profiter au mieux de cette révolution numérique ? Une des premiers obstacles à adopter les nouvelles innovations et technologies de la révolution digitale par les entreprises est le manque de compréhension totale de l’exploitation et l’extraction optimale et efficace de la valeur de ces technologies, soit par les grandes entreprises ou les PME. Donc, il faut investir une stratégie ou approach Go-to-Market. Les entreprises qui réussissent à proposer de plus en plus des produits connectés ou des services basés sur les données, savent repérer où se fait créer la valeur, à titre d’exemple par des clients directs, des partenaires, des utilisateurs ; et comment est-elle créée, via moindre coûts de transaction, amélioration de la sûreté de produits/services, la diminution des défauts. Dès que l’entreprise comprend le point de création de la valeur et les moyens de le faire, elle sera capable de développer un business model innovant et approprié, et de quantifier la création de valeur. L’entreprise doit comprendre que c’est l’utilisateur final qui est la source de valeur créée. Par conséquent, la collaboration et/ou le partenariat entre les différents acteurs de la chaîne de valeur est important pour créer de la valeur appropriée et durable. Puis, les entreprises peuvent trouver un business model flexible qui leur permet de délivrer cette valeur de façon adaptable aux changements du marché et à l’expérience client. • Les Startups B2B deviennent plus sexy : L’outil de messagerie professionnel Slack a commencé d’abord en tant qu’une entreprise de jeux avant qu’il se soit pivoté vers le marché B2B. De plus en plus, les startups B2C se réorientent vers B2B, où elles réussissent. Parmi elles qui se réorientent vers B2B après un échec dans le modèle B2C. La principale raison pour cette réorientation, c’est la psychologie humaine. Les gens se penchent toujours sur les produits et services éphémères et populaires, très peu de gens qui préfèrent plutôt à se différencier des autres. La conformité sociale est dans
  • 15. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 15 l’A.D. N humain. Alors que les entreprises recherchent souvent à se différencier d’autres afin d’offrir une proposition de valeur unique et efficace. Les clients aiment toujours à consommer un produit ou service simple à l’utilisation et qui leur convainquent de son utilité dès la 1ere seconde du contact. Tandis que les entreprises veulent toujours un processus de vente classique qui leur permettent de comprendre et d’examiner les bénéfices de ce produit ou service via un canal de communication direct avec l’entreprise. Mark Zuckerberg a dit que ce n’est pas faisable qu’on monétise un produit B2C sauf avoir un milliard clients. C’est plus compliqué de monétiser un produit/service B2C, d’un autre côté, les entreprises n’achète jamais un produit ou service gratuit. Il y a un seul réseau social mondial comme Facebook, mais il y a plusieurs solutions logicielles basée sur le cloud telle que CRM. Cela donne plus de chances et d’opportunités de prospection aux startups B2B. Les startups B2B voient également que les feedbacks et leur fiabilité sont plus facile que ceux de B2C, ce qui leur permettent d’améliorer leur produit / service. Dans le marché B2B, l’entrepreneur peut comprendre communiquer mieux avec une entreprise qu’avec un consommateur, comme les deux ont, plus ou moins, la même mentalité d’entrepreneuriat. Les consommateurs sont beaucoup plus hétérogènes psychologiquement. A Silicon Valley, les ventures capitaux de startups se concentrent plutôt vers le marché B2B et y injectent des millions d’euros d’investissements. Selon PitchBook ; un cabinet de recherches sur les ventures capitaux, affirme cette tendance par la publication de son sondage qui confirme que les investissements de VC s’orientent vers les startups B2B. Il a constaté 3 billions de dollars d’investissement dans les startups B2B basées sur le cloud, comme les applications as-s-Service, par les ventures capitaux. Les startups qui sont déjà positionnées dans le marché B2C ont compris l’importance de ce marché B2B, donc elles ont commencé à intégrer une autre part du marché. C’est le cas pour la startup @Foursquare qui fait des partenariats avec les entreprises en profitant des données qu’elle cumul de ses utilisateurs, du marché B2C, qui sont plus de 33 millions d’abonées. @Slack, qui a été utilisé d’abord en tant qu’un outil de collaboration, basé sur le cloud, au sein des équipes de la startup @Glitch, et développé par son fondateur, Stewart Battlefield. A la suite d’énormes bugs et erreurs provenant de l’application de jeux Glitch, ses fondateurs ont décidé d’exploiter leur outil interne pour le proposer dans le marché B2B. Ils ont rendu compte de l’attractivité d’un tel marché après leur expérience dans le B2C. @Slack devient maintenant l’outil de messagerie et de collaboration de plusieurs grandes sociétés et de PME. L’entreprise @Slack Technologies a réussi à récolter des centaines de millions de dollars de financement de venture capitaux et fonds d’investissements. Elle est devenue une Licorne qui se prépare son Initial Public Offering ; son introduction en bourse dans le 1er semestre de 2019. Les données issues de l’utilisation de Slack sont stockées dans des serveurs de cloud sécurisés et managés par Slack. Cette licorne américaine a disrupté le marché B2B et le mode de fonctionnement interne des entreprises dès son 1er jours de son lancement qui s’est vu l’inscription de 8000 clients. Cette application et plateforme de collaboration en temps réel a été le 1er sur la liste de Forbes Cloud 100 en 2016, et a remporté le prix de la meilleure startup en 2017 par TechCrunch (une magazine Tech en ligne américaine).
  • 16. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 16 Comment disruptent-elles le fonctionnement et la productivité d’entreprise ? : Avec l’évolution rapide de l’économie numérique, Les entreprises traditionnelles sont confrontées à une nouvelle concurrence, celle de startups qui changent la donne du marché typique. Les startups sont fameuses par leur agilité et innovation qui leur ont permises de présenter de nouveaux modèles économiques et de bouleverser la chaîne de valeur proposées par les entreprises traditionnelles. A l'ère digitale, le numérique est mis au service de gens. La disruption peut être avérée par les conséquences d’Airbnb sur le marché de l'hôtellerie, d’Uber sur le marché de VTC, et de Blablacar sur le marché du transport en commun. Les startups ont redéfini la culture et la valeur du travail, et la structure organisationnelle. Elles ont compris qu’il faut, elles aussi, se challenger, se renouveler, innover et s’adapter constamment à la disruption que font elles. Les startups intègrent dans leur mentalité, le fait qu'elles pourraient mourir demain. La création de valeur est primordiale pour elles, donc elles mettent en avant leurs ressources humaines. La transformation digitale incite les entreprises à accélérer les prises de décisions, les processus de développement, à modifier les fonctionnements internes (tels que le marketing, comptabilité, logistique, etc), et à stimuler la transversalité des métiers. L’impact des startups B2B sont bien considérables et de grande envergure. La majorité d’elles sont basées sur le cloud, elles se présentent comme as-a-Service. Ces startups offrent des applications et/ou des plateformes basées sur le cloud et qui intègrent le service sur la demande. Ces applications bouleversent le marché, soit B2C ou B2B, par leur simplicité, efficacité et leur sécurité. Elles ont donné la naissance de nouveaux modèles économiques ; on-the-demand économie, l’économie collaborative et le Gig économie. Elles réussissent à révolutionner des différents secteurs d’activité et même l’attitude de consommateurs. Ces startups qui partagent, plus ou moins, le même modèle économique sont telles que Airbnb, Uber, Slack, Salesforce, Just Eat, Udemy, et des autres centaines. Elles ont tellement effet dans le marché que les grandes entreprises, telles que Microsoft, Amazon et Google, ont commencé à créer des services dédiés aux entreprises. Les entreprises B2B Tech ont, plus ou moins, une mission générale commune, et c’est l’amélioration de la productivité de l’entreprise cliente. Le marché de la demande sur le service est valorisé à 57 millions de dollars en 2018, selon une étude de BIA/Kelsey. Comme Airbnb et Uber ont disrupté des industries de l’hôtellerie et de la transportation dans le marché B2C, il y a aussi des startups qui disruptent le mode de fonctionnement des entreprises et qui ont créée l’entreprise digitale. L’exemple le plus simple est celui des plateformes de freelances qui a démocratisé le marché d’emploi, tel que Uber dans le B2C. Celles-ci contribuent dans l’augmentation des opportunités d’emploi (la réduction du chômage), et inspirent également les employés à être plus indépendant en offrant leurs services (compétences) sur ces plateformes auxquelles les entreprises recourent, surtout les startups et PME.
  • 17. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 17 Les entreprises B2B sont aussi impactées par la transformation digitale de leur environnement, de leur communication avec les clients et de leurs processus. Les entreprises B2B sont adaptées différemment à la transformation digitale, selon les particularités de leurs publics et de leurs marchés. Les publics d’entreprises B2B sont différentes, selon leur profil ; prescripteur, acheteur, décideur, utilisateur, et les types d’entreprises sont aussi variées, B2B de masse, B2B d’affaires, B2B Industriel. • Les technologies et les startups qui disruptent le marché B2B : - Chatbot : qui devient un outil efficace pour une interaction facile entre les entreprises et leurs clients. Ils sont plus présents dans le marché B2C et dans les secteurs de Banques, Voyages et de commerce. Cet outil se développe dans les entreprises de TIC qui proposent le service de dépannage informatique aux entreprises. Il leur permet de répondre en temps réel aux entreprises en cas d’une panne informatique. Les chatbots deviennent un outil simple à utiliser et pas cher. Il est intégré maintenant dans presque toutes les applications populaires. Il est suffi que l’utilisateur écrit ou parle via un bot pour recevoir la réponse et la solution souhaitée. Gartner prévoit que 25% des entreprises intégreront le chatbot dans leur approche du service clientèle. Orange est une des sociétés qui envahi le marché B2B en proposant des solutions innovantes et compétitives grâce à leurs expériences. @Orange Business Services propose aux entreprises un chatbot développé par l’intelligence artificielle et le machine learning qui leur permettent d’offrir un service client simple et intelligent. Le chatbox peut aussi être intégré à un appareil IoT pour l’ordonner à distance. - Blockchain : D’après Wall Street Journal, Price Waterhouse Cooper, une grande société de comptabilité et d’audit, investissent dans de nombreux projets de Blockchain. @PWC vient d’annoncer qu’elle propose un service d’audit basé sur le Blockchain. Cette annonce encouragerait les entreprises à utiliser de plus en plus le Blockchain. Selon Blockchain France, La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central contrôle (sans intermédiaire). Chaque Block est une base de données sécurisée et distribuée qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs
  • 18. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 18 depuis sa création. Cette technologie se présente de plus en plus dans le secteur de la finance (surtout les transactions financières et l’audit), de la logistique et de l’immobilier. Les applications blockchains orientées « B2B » reposent sur des applications permissionnées ou privées, c’est-à-dire dont les membres sont connus. Smart Contracts sont concrètement des programmes informatiques conçus pour exécuter les termes d’un contrat de façon automatique lorsque certaines conditions sont réunies. Le but est toujours le même : désintermédier. - Le service de technologies et d’information : Il est totalement disrupté, au point que les très petites entreprises, et les petites et moyennes entreprises peuvent avoir accès à des services et produits qui étaient exclusifs à des grandes entreprises. Grâce au cloud, il y des solutions et d’applications qui remplacent une infrastructure coûteuse, main-d’œuvre et de la maintenance continue. Cela aide principalement les PME à acquérir les bons outils pour se démarquer de leurs concurrents et d’offrir une bonne expérience clientèle. OKTA : cloud logiciel- management d’identité ; il permet la gestion unique de tous les mots de passe sur un cloud privé ou public, selon les conditions de l’entreprise ; PagerDuty: SaaS cloud computing company, qui offre au service TIC l’avantage de règler les problématiques informatiques et réseaux simples sans l’intervention de techniciens ; Swiftype (un logiciel de Swiftype), Optimizely (customer experience optimization software); Onshape (CAD software system-SaaS); Tanium: un logiciel spécialisé dans le management de systèmes informatiques et de la sécurité de points finaux, spécialisation la cybersécurité; Distelli : un logiciel d’automatisation informatique, SaaS solution pour les développeurs de logiciels. - Scientifique : Le milieu scientifique voit aussi que c’est leur chance pour adapter les nouvelles technologies de startups afin de créer une liaison entre l’innovation technologique, et les inventions & découvertes technologiques. D’où, le Deeptech a évolué. Les applications de Deeptech se focalisent sur les secteurs de science de la vie, d’agri tech, aérospatial, énergétique et clean- tech, de technologies industrielles, de la chimie, de l’informatique. Leur but commun, c’est d’impacter la vie quotidienne des gens et de contribuer au progrès de l’humanité en basant toujours sur les découvertes scientifiques et les innovations génies. La France devient leader mondial dans les valeurs et l’ampleur de ses startups Deeptech. - Marketing et ventes : iProspect Entreprise évalue à 89% le pourcentage des clients B2B utilisant le digital pendant leur parcours d’achat. La transformation digitale et la proposition d’une expérience cliente optimale et unique ont incité les entreprises à améliorer l’efficacité des dispositifs d’activation, de conversion et de fidélisation des cibles des entreprises. Le digital est un accélérateur de la performance des entreprises. Par conséquent, le marketing est devenu plus agile et plus client-centric. Le marketing ne s’agit pas d’accompagnement des forces de vente. Le marketing est devenu un des catalyseurs de la transformation digitale des entreprises à travers des
  • 19. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 19 technologies impactant les processus, à travers des données, des moteurs d’adaptation et un mindset (état d’esprit) agile. Ex : Automation Marketing, Inbound Marketing, etc. Même les nouveaux moyens digitaux en marketing sont utilisés par les grandes entreprises pour améliorer son positionnement dans le marché, telle que Oui SNCF qui a eu recours à la vidéo digitale pour son rebranding. Les progiciels et les applications qui disruptent une fonction si importante comme le marketing sont en pleine croissance et niche pour satisfaire les différents besoins du marketing. Le marketing devient un outil important et essentiel pour le succès de projets. @Salesforce, @Microsoft Dynamics CRM ; @Babbler ; une startup spécialisée dans la RP et la communication digitale des entreprises, @B-Reputation ; spécialisée dans la gestion de la réputation en ligne des PME. @Pixelme ; startup dans le marketing spécialisée dans le management de URL & UTM en Saas afin d’augmenter le taux de clics et abaisser le coût par clic ; @Abileo; marketing des services, Développement commercial B2B, et génération des leads B2B (c’est vraiment l’externalisation complète du service du marketing). - Achats : L’e-commerce prend de plus en plus une part dans des échanges marchands. La FEVA, fédération du e-commerce et de la vente à distance, a constaté, en 2016, à plus de 480 milliards d’euros le montant des transactions e-commerce inter-entreprises. L’e-commerce B2B a progressé cette année environ 16%. Les rôles des acheteurs, des utilisateurs, des décideurs et des prescripteurs sont décloisonnés à la suite de la révolution digitale. Voici des exemples des startups qui contribuent au développement du commerce B2B : @HubGrade qui propose le même modèle d’Airbnb mais à l’audience professionnelle B2B ; @HelloBill qui rassemble tous les facteurs de l’entreprise sur un seul outil ; @Silex qui assure aux entreprises une recherche personnalisée de prestataires ; @Stokkly Une marketplace (place de marché) B2B pour la vente de sur-stock et elle aide les marques, fabricants et distributeurs à augmenter la rentabilité de leur réseau de distribution d’invendus. Intérêt pour les acheteurs : « sourcer » gratuitement des produits de qualités à des tarifs compétitifs ; @07ZR.com ; une plateforme e- commerce B2B spécialisée dans le pneumatique. - Comptabilité : @Business-story.biz ; qui met en relation avec l’un de 4 200 cabinets d’experts-comptables. @ BlackLine - Juridique : @Start You Up et @ Statutentreprise ; ce sont des plateformes d’information et de conseils juridiques aux entreprises. - Finance : @KissKissbankbank ; une plateforme du financement participatif, @France_Barter; une Fintech qui propose l’échange interentreprises de biens ou de services via le troc, sans toucher à la trésorerie des entreprises. - Ressources Humaines : @Wework, @OpenWork : une plateforme de recrutement des freelancers ; la plateforme de Zenefits qui gère la quasi- totalité des démarches et missions du service des ressources humaines. Elle a réussi à faire des partenariats avec Slack, Salesforce, Microsoft office, Google, et d’autres entreprises renommées afin d’intégrer leurs applications
  • 20. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 20 sur sa plateforme ; TalentSoft : Plateforme RH distribuée en mode SaaS. @Pixie services spécialisé au recrutement de profils informatiques via une application innovante en mode SaaS qui est mis à disposition aux entreprises qui rencontrent des difficultés à recruter des profils compétents dans l’informatique. @Thrivemap : un outil de recrutement qui détermine le degré de correspondance entre une candidature et l’entreprise grâce à l’intelligence artificielle. - Production & Opérations : @ConcordNow ; une plateforme de management de contrats basée sur le Cloud. Elle gère le cycle de vie du contrat de la négociation en ligne à la signature électronique et son suivi. @Frontapp ; un outil du management des boîtes à courriels sur un seul outil, @Javelo. @Flexciton utilise l’IA pour construire un planning de production puissant et une solution de scheduling aux industriels, ce qui rend le processus 30 fois plus rapide. @Guild est le messagerie, WhatsApp B2B, des entreprises ; @Slack est devenu un outil de collaboration fiable et facilitateur de communication entre les différents membres de l’entreprise, quel que soit sa taille. - Logistique : transchain ; startup strasbourgeoise spécialisée dans la logistique à l’appui de la technologie de Blockchain. D’ailleurs, les startups disruptent les secteurs d’activité et leurs modes de fonctionnement traditionnels. Celles-ci innovent et améliorent les façons du travail des entreprises / organisations. - E-Commerce : Lengow, une solution d’e-commerce automation qui permet aux sites marchands d’optimiser leur visibilité et leur rentabilité sur tous canaux de distribution. - La transition énergétique : La transition énergétique est devenue un secteur attirant à la fois aux investisseurs et aux startups. 921 millions d’euros ont été investis en 2017 dans les startups Cleantech françaises. Ce secteur peut être divisé en 3 : L'Énergie Renouvelable, L’Efficacité Énergétique et l’Ecomobilité. Ses startups Cleantech B2B sont comme LightOn ; objectif : réduire la consommation électrique des serveurs, Tiamat, et Enerbee. La transition énergétique nécessite d’utiliser des outils numériques comme les outils simples à utiliser pour aider les gens à réduire leur consommation d’énergie. Donc, les grandes entreprises mettent une stratégie d’open innovation afin de cocréer avec les startups les outils nécessaires. Santé : Lucine : outil destiné à la fois aux professionnels de santé et aux patients. Il permet de mesurer et de soulager la douleur chronique, en s’appuyant sur les nouvelles technologies). En France, les startups de la Health Tech et de la Deep Tech rencontrent toujours de la difficulté à la croissance et au financement, car elles récoltent les fruits d’investissements et de leurs efforts à long terme, il n’y a pas de résultats immédiats, ou à court ou moyen terme. Ce sont de types de startups disrutpeuses de leurs secteurs à long terme. La digitalisation de l’économie a conduit les différentes fonctions de l’entreprise à se collaborer et de travailler ensemble de près.
  • 21. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 21 • Coopération entre les startups et les grands groupes : Les grands groupes et les startups travaillent main dans la main. Ce partenariat ou alliance permet aux entreprises de bénéficier de la créativité des startups et de découvrir des méthodes plus rapides de mise au point. D’un autre côté, Cette approche permet aux startups d’accéder plus rapidement aux marchés, de se confronter à des approches industrielles et d’améliorer leur visibilité. L’esprit startup est maintenant adopté par les entreprises dans leur transformation digitale. Les grandes sociétés ont compris la nécessité de la transformation digitale des entreprises et les retours positifs à l’entreprise d’une telle transformation. Une entreprise telle que Microsoft a réussi à reprendre la croissance de son chiffre d’affaires grâce au développement de son marché B2B, une politique stratégique conçue et menée par son PDG Satya Nadella. Les grandes entreprises poussent et motivent l’innovation digitale par les hackathons, les partenariats gagnants-gagnants avec de startups, & la création d’un service dédié à la transformation digitale et laboratoires d’innovations. • Les caractéristiques des entreprises qui réussissent à l’ère numérique : Depuis quelques années, la tendance d’adopter les codes de l’économie numérique, d’utiliser les technologies avancées, de travailler en mode agile comme les start ups, d’adopter des postures managériales cool, etc. émergent considérablement. Pourtant, cette période est déjà passée depuis que nous sommes entrés dans la période de disruption digitale massive. La disruption oblige les entreprises à faire disparaître le système hérité par un nouveau en utilisant la technologie ; cela veut dire que la proposition de transformation digitale est remplacée celle de disruption. La disruption est en train de tout changer depuis les racines d’une entreprise jusqu’à l’expérience clientèle de sa proposition de valeur. Ce n’est plus transformer un service d’une entreprise en adoptant un nouveau logiciel. Personne et aucune entreprise est à l’abri de cette disruption ; elle pourra se faire remplacer soudainement par une plateforme, par exemple. Les disrupteurs remplacent les anciens usages en créant d’autres. Ils rendent obsolètes des secteurs de l’économie, des fonctions de l’entreprise, des usages d’un produit ou d’un service. Contrairement à la croyance générale que les experts d’un métier ou d’un secteur économique sont les plus qualifiés à anticiper la nouvelle disruption, ceux-ci sont les moins capables à la prévoir. A titre d’exemple, Airbnb n’est pas conçu par des experts de l’hôtellerie, LinkedIn n’est pas créé par des experts des RH, Amazon n’est pas fondé par un commerçant. La disruption vient toujours de l'extérieur. Il est indispensable que les entreprises voient leurs valeurs ajoutées dans le futur pour bien préparer à la prochaine disruption. Des entreprises tech bouleversent le marché, malgré les idées répétitives : L’idée d’Airbnb se voit refuser par beaucoup d’investisseurs pour une raison sécuritaire ; qu’est ce qui incite qqn à dormir chez inconnu ou comment une personne peut accepter inconnu de dormir chez lui ?
  • 22. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 22 Ce n’était pas la 1ere idée, il y avait Couchsurfing et Craiglist avant le lancement de Airbnb. La spécialité qui a fait réussir le modèle de location de logements d’Airbnb sur celui de Craiglist, qui est un site d’annonces générales sans aucune spécialité. En plus, le design (UX) d’Airbnb a été plus avancé et développé que celui de Craiglist ; il dispose d’un moteur de recherche sur la plateforme facilitant la navigation de l’utilisateur. Couchsurfing a un design développé, et une interface moderne et facile à naviguer. Pourtant, la confusion de ses fondateurs d’avoir un modèle rentable ne les ont pas empêchés à poursuivre la mise en œuvre de leur idée. A l’application, ils ont repéré les bons moyens pour générer du profit. Gmail n’a pas été la 1ère boîte aux méls, et Apple n’a pas été le1er smartphone. Uber n’a pas été également la 1ere application du déplacement/transportation partagé dans la ville de San Francisco qui avait déjà plusieurs applis de la même catégorie. Celles-ci ont utilisé les mêmes techniques de sociétés de taxis et n’avait pas un modèle innovant ayant une base forte ce qui leur a poussé à s'effondrer devant l’entrée d’Uber. Et elles ont offert une solution incomplète ; elles ont offert à l’utilisateur la possibilité de trouver un taxi mais sans la possibilité de trouver un moyen de paiement. Le système d’évaluation de l’utilisateur, soit sur Airbnb ou Uber, a fait l’utilisateur donner de la confiance à l’inconnu ; il a résolu le problématique de sécurité persistante que Craiglist n’a pas fait. La saisie d’opportunités provient de l’essai du développement et l’amélioration de la réalité. L’existence de Facebook n’a pas empêché l’émergence d’Instagram pour se spécialiser dans le partage de photos, et l’existence de boîtes mails n’a pas entravé l’évolution de Slack qui facilite la communication et le partage parmi les membres de la même équipe. Les 7 étapes du cycle de vie d’une startup ou du business : Les PME expérimentent des différentes phases de développement., elles rencontrent des différents cycles de vie. Il faut anticiper chaque étape du cycle de vie du business et comment y répondre. Les objectifs, les priorités et stratégies de l’entreprise se changent ou s’adaptent selon la cycle de vie du business. Seed: C’est l’idée ou la pensée. La challenge, c’est de se spécialiser ou de se nicher et surmonter le problème de l’acceptation du marché. A cette phase, il faut se concentrer sur la mise en relation d’opportunités avec mes compétences, expériences et passions, puis trouver des mentors/conseillers et business planning, et les étapes premières de la création d’une entreprise (statut juridique, capital, etc.). Le financement provient de l’entourage, des fournisseurs, des clients, des aides gouvernementales. Il n’y a pas trop de choix puisqu’il n’y a pas de clients ou un marché déjà établi. Start up : L'entreprise est déjà établie, produits/services sont en production et les 1ers clients sont déjà là. Surestimation du besoin de financement (d’argent). A cette phase, la startup est nécessaire de créer une base de clients et une présence dans le marché, tout en contrôlant le cash-flow (liquidité). C’est important de prendre en considération les retours de clients sur le produit/service. 25% de startups ne parviennent pas à leur 5eme année à cause des erreurs et des fautes qui sont produites lors la phase de Startup. Growth : les revenus et les clients s’augmentent et les opportunités et les problèmes de concurrence émergent. Afin de gérer mieux le temps et les ressources (l’argent), il
  • 23. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 23 faut avoir un management efficace et peut être un nouveau business plan. Ici, L’entreprise peut recourir aux banques et faire du partenariat pour se financer, à part de ses profits. Established : Une place établie dans le marché et une base de clients fidèles. La vie quotidienne au sein de l’entreprise devient une routine. Dans cette phase, il faut se focaliser sur l’amélioration de la productivité, donc il faut trouver des pratiques plus utiles destinées à produire mieux et s’améliorer, par l’automation et l’outsourcing. Ici, l’entreprise attirera des investisseurs. Expansion : La poursuite de croissance par l’expansion à de nouveaux marchés et chaînes de distribution. L’expansion à de nouveaux marchés requiert du planning et de recherches. Il faut se focaliser sur les affaires/opportunités qui sont relatives à mon expérience et capacités. L’expansion peut être par l’ajout d’un nouveau produit ou service dans le marché établi, ou par conquérir de nouveaux marchés et types de clients. Ici, on pourra faire des joint-ventures et partenariats. Decline : Le changement ou bouleversement dans l’économie, la société, ou la situation du marché accélèrent la fin précoce de PME à cause de la baisse de ventes et de bénéfices. Ici, le challenge c’est pour combien de temps l’entreprise peut supporter cash-flow négatif. La solution, c’est rechercher de nouvelles opportunités de business et de ventures, et réduire les coûts. Exit : Si vous décidez de clôturer/abandonner votre business en la vendant ou en déclarant la faillite, il faudra savoir surmonter les conséquences psychologiques et financières après cette perte. Ici, Prendre les conseils du comptable et d’un conseiller pro financier pour repérer la meilleure stratégie de vente/achat de l’entreprise et une méthode optimale d’imposition. Afin de se pérenniser, les startups et TPE consacrent du temps et du budget dans la relation publique ; la construction de leur réseau et leur image. Elles renforcent leur place dans l’écosystème digital, afin d’atteindre leurs objectifs PR, par la création de stratégies réseaux et média sociaux, et la mise en relation avec des influenceurs, des acteurs publics et des médias. Les licornes et la Scaleup : • Scale up: Scale up, c’est d’augmenter les activités les activités d’une entreprise. C’est également la 2eme phase après Start up. Beaucoup d'entreprises échouent devenir Scale up puisqu’elles disparaissent dans les 1ers cinq ans de sa création. Mr. Robert SUTTON trouve que les challenges de scale up est le problématique de mettre en disposition des entreprises Plus de Processus, d’Opérations, d’Employés, et de Décisions. Les mots relatifs à Scale up sont Augmenter, Étendre, Élargir, Incuber, Multiplier, Accélérer, Intensifier. C’est aussi le problématique de Réunions à taille humaine, de Prise de décisions collective, d’ambiance familiale et Intime, etc. Une phase de Scale up réussit dépend de trouver des moyens pour limiter les choses sur lesquelles les employés doivent se focaliser et mettre en œuvre. La leçon de 5
  • 24. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 24 Roches de Stephen COVEY est une leçon pour les startups qui envisagent de persister dans le marché en tant que scaleup. Cette méthode est le suivant : mettre 5 roches, du sable et des cailloux dans un bocal à poissons, il faut mettre d’abord les 5 roches. Les 5 roches sont les 5 priorités qui guident les pensées et les actions de chacun. Donc, chaque employé dans un startup suggère d’abord les roches sur lesquelles l’entreprise base ses actions. Puis, les 5 roches choisies seront les directives pour 3 mois. La 2eme étape, c’est le jeu de soustraction. Les collaborateurs peuvent exprimer une ou deux choses peuvent être éliminées pour augmenter l’efficacité au travail ou qui aide à augmenter les activités du Start up afin de devenir Scale up. Un de piliers de devenir Scale up, c’est l’état d’esprit (mind set). Le fait d’adapter le même mindset au sein de l’entreprise joue un rôle important dans le développement de ses activités et sa croissance. Les collaborateurs adaptent les valeurs, la vision, la mission, les croyances, les tabous et le mindset de l’entreprise. A la suite des phases de conception & recherche, la validation, et du raffinement dans le développement de startups, la phase de scale up a lieu dès 2eme ou 3eme année et cela pourra endurer plusieurs années. Améliorer, développer, et optimiser les processus, les stratégies marketing, la structure organisationnelle & technologique et les ressources humaines & matérielles. • Quelle est la valeur de la transformation numérique ? La transformation numérique va juste donner le droit à vivre à l’entreprise, et être capable de se rivaliser avec ses concurrents. Le périmètre et la profondeur des projets varient selon l’entreprise. Il faut que l’entreprise débute cette transformation par sa stratégie puis sa mise en œuvre en projets numériques ; la stratégie est l’étape importante où se décolle la transformation, et son exécution est le numérique. Les projets de transformation digitale des entreprises se réorientent des approches projets traditionnels pour des approches d’agilité, ce qui signifie que ceux-ci deviennent des activités permanentes dans un environnement qui change constamment. Selon une étude réalisée par CIGREF (l’association de grandes entreprises et administrations publiques françaises), Les 7 critères qui qualifient un projet numérique : A. La Vision : Toute démarche doit être accompagnée par une vision qui sera visualisé devant chaque personne impliquée dans cette transformation. B. La transformation du métier : Comme c’est cité précédemment, il faut, à l’ère numérique, renforcer les métiers d’entreprise par des outils digitaux qui améliorera sa productivité et l’aidera à atteindre ses objectifs de manière efficace et optimale. La transformation des fonctions de l’entreprise est effectuée par l’approche de processus. Elle ne peut pas être exécutée, par un seul processus, sur toutes les fonctions. C. Les méthodes : La vie est maintenant à grande vitesse. L’évolution de technologies et l’émergence de nouvelles sont en plein essor et rapides. Donc, cela exige aux entreprises d’aujourd’hui d’être tolérant avec les fautes et erreurs pour le
  • 25. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 25 but de devenir une entreprise de demain. La transformation digitale leur incite à tester, à apprendre, à expérimenter, à réessayer, à se collaborer et à être agile. D. Pilotage : elle mise en place d’un pilotage du risque adapté. L’innovation exige l’acceptation du risque. E. Les données : Une composante importante qui devient le catalyseur de beaucoup d’entreprises. Il faut qu’elles soient valorisées F. Les technologies : d’après le rapport, elles ne sont que des catalyseurs, donc la transformation ne doit pas les concerner seulement. Les grands axes sont : social, mobile, cloud, Analytics. G. L’appropriation par les utilisateurs : c’est l’intuitivité des technologies & la conduite du changement. La transformation digitale est menée par des modes de fonctionnement alternatifs, comme nous démontre le schéma ci-dessous.
  • 26. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 26 La mentalité d’entreprises réussit leur transformation est changée à la suite de la révolution digitale. Elles s’orientent vers l’utilisateur, et vers la création de la valeur pour lui et non plus pour l’organisation, car si elle offre une expérience utilisateur elle dégagera la valeur pour les parties prenantes (entreprise, collaborateur et le cas échéant les partenaires). Le rapport a constaté que le changement doit avoir une proposition de valeur claire et significative pour fédérer et convaincre les parties prenantes de cette transformation. Si l’entreprise essaie de contourner ses intentions de la transformation, cela sera une problématique au cœur de la transformation des outils et processus métier, surtout dans le cadre de l’expérience employé. Le Cigref estime que la valeur de la transformation digitale, aspect finalité client, se mesure à : - Proposer un parcours client permettant la fidélisation en créant un lien de confiance ; - Mieux connaître et personnaliser l’expérience client ; - Proposer des services connexes au-delà̀ de l’offre cœur de l’entreprise ; - Améliorer la vitesse de mise à disposition des offres. Selon le rapport, la transformation digitale peut se mesurer au travers d’indicateurs non économiques. Il suggère des indicateurs organisés autour de quatre thèmes principaux (Données, Marketing, Opérations, Ressources humaines). Ceux-ci sont déclinés en sous thèmes. Il faut affirmer que la technologie n’est que le catalyseur de valeur. Donc, le changement de business model, d’organisation, et de ressources humaines en appuyant sur le partage de la vision.
  • 27. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 27 Malgré les bonnes intentions, le dur travail et les idées solides, beaucoup de projets de transformation digitales et du nouveau produit, voire des startups, créent des produits inutiles, et des projets échoués. Ces problématiques ont inquiété le milieu d’affaires et d’innovation, c’est pourquoi ils ont réussi à trouver des approches innovantes et convenables au marché de l’économie numérique. Ce sont l’agile et design thinking. Celles-ci offrent une approche différente et efficace pour le développement du produit et pour l’avancement d’un processus de transformation digitale. Cette approche est louée par le rapport du CIGREF et ce qui est mentionné dans la figure 2, ci-dessus. Les grandes entreprises françaises sont incitées davantage à l’open innovation et le partenariat avec les startups (TPE et PME) pour y acheter ses produits et services. Elles investissent également dans des fonds de Corporate venture et créent leurs propres fonds d’investissement dans les startups innovants. Leurs Intérêts aux startups leur a même conduit à racheter des jeunes pousses, cette pratique reste drastiquement moins que leurs homologues en outre-Atlantique. 4)Les problématiques de la transformation digitale au sein des PME : La transformation digitale ne s’applique pas d’un jour au lendemain sans entraves et barrières. Tout ce qui est du changement est difficile à le mettre en place aussitôt et ne réalisera pas ces objectifs à court terme. Le changement requit de compétences spécifiques et de personnalité d’un fédérateur afin de le conduire efficacement. En général, la conduite du changement est devenue un sujet, voire une discipline, indispensable que les cadres imposés apprendre dans les grands groupes. La transformation digitale rencontre des barrières ce qui font le chemin vers la digitalisation ne sera jamais facile. Les humains ne supportent pas le changement, et c’est plus pour les entreprises comme elles sont composées d’hommes et de tas de règles et de procédures. La transformation digitale requiert de la discipline et de la conscience de l’environnement du marché, d’après Forrester 21% d’entreprises interrogées croient qu’elles ont terminé la transformation digitale (l’illusion) ; 15% recherchent sur le sujet (la confusion) ; 7 % améliorent leur héritage informatique mais elles se transforment pas (résistance au changement) ; 56% sont dans le processus de la transformation mais celles-ci croient que la transformation n’est pas un processus permanent ; voire un processus temporel (l’illusion). La confusion, l’illusion et la résistance au changement sont répandues dans l’environnement du changement de l’entreprise. Les facteurs influant les décisions de cadres sont 38% le changement technologique, 31% la conjoncture économique, 16% la politique, et 15% la disruption dans leur marché. Les technologies sur lesquelles se focalisent les politiques des cadres qui ont entamé la transformation digitale sont Saas, les applications mobiles, les données et les analyses, les logiciels de l’engagement client, IoT et l’IA.
  • 28. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 28 La transformation digitale ne sera pas adaptée par toutes les entreprises, car celle-ci n’est pas tellement facile que les entreprises y’échouent. La résistance au changement est un facteur sensible pour toutes les entreprises. A l’ère du tout numérique, les bugs informatiques peuvent avoir des conséquences graves sur les activités de l’entreprise. Notre vie est tellement digitalisée que la nécessité d’offrir un logiciel fiable et sécurisé est devenu absolu. A titre d’exemple, la panne d’un logiciel informatique pourrait induire des pertes financières à des entreprises qui l’exploitent. Donc, les bugs informatiques prend une place importante dans la vue stratégique des dirigeants de PME envers les nouvelles technologies. La dette technique est une barrière à toutes les entreprises envisager de se franchir le pas pour s’adapter au marché. Les PME sont plus concernées par cette dette, vu les coûts élevés de changer de l’héritage d’infrastructure informatique d’une PME. La dette technique, selon Accenture, entrave la capacité des entreprises à innover et à adapter les nouvelles technologies. La difficulté d’assimilation est due à l’infrastructure, au processus existants, à la sécurité et la confidentialité des données, et au budget. Il faut avoir du temps pour résoudre ce problème en suivant la stratégie de découplage : a) Découpler les données des systèmes existants ; b) Découpler les applications de l’héritage de l’infrastructure ; c) Découpler les systèmes de processus métier. d) Découpler les talents et le budget du service ICT des silos traditionnels. La transformation digitale des entreprises sont échouées dans d’autres entreprises puisqu’elles pensent devoir adapter toutes les nouvelles technologies et innovations telles que l'intelligence artificielle, Machine Learning, services de cloud et d’autres pour profiter pleinement des innovations de l’économie numérique. Cette croyance est fausse et une des causes de l’échec de leur transformation digitale. Il est donc recommandé de sélectionner les technologies correspondantes aux objectifs et à la proposition de valeur des entreprises. Le délai de la réaction des entreprises vis-à-vis la révolution digitale affecte considérablement les gains perçus de l’adaptation des dernières technologies. L’entreprise est susceptible même d’avoir des répercussions négatives, en cas du retard ou de l’ignorance de l'évolution digitale de son marché voire la perte des parts du marché au profit d’autres concurrents. L’institut mondial de McKinsey a constaté, à la suite d’un sondage, que les entreprises qui entament rapidement la transformation digitale bénéficient d’une augmentation de leurs revenus par 7% alors que celles qui sont lentes dans leurs démarches de transformation et d’adaptation au changement du marché en bénéficient de 3% seulement. Et ici s’avère une des problématiques d’entreprises
  • 29. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 29 envers la transformation digitale et les nouvelles technologies, c’est celle de la rapidité de réaction. Il faut se réagir rapidement, voire être proactives pour disrupter leurs marchés avant qu’elles se voient disparues par de nouveaux entrants disrupteurs au marché. Une autre problématique, c’est celle de la propriété intellectuelle. Comme c’est mentionné auparavant, l’héritage ou le patrimoine peut être problématique, si l’entreprise a du mal à le gérer bien et de l’intégrer, dès le début, de son installation au sein de l’entreprise, à un processus de transformation digitale continue. Logiciels, bases de données, applis mobiles crées par l’entreprise constituent son patrimoine digital. C’est pourquoi, il faut que les entreprises regardent à ce patrimoine d’une vue différente, c’est de le protéger. La valeur de l’entreprise s’accroît en le protégeant. Ce sujet sera abordé dans la partie de défis juridiques de la transformation digitale des entreprises. La stratégie digitale, qui doit être une partie intégrante de la stratégie générale de l’entreprise, ne se fait pas par un simple shot, elle est incrémentale. L’ignorance est une des barrières qui entravent l’entreprise à réussir sa transformation digitale. Les dirigeants et les responsables qui ignorent ou qui n’ont pas de connaissances digitales fiables peuvent se faire tomber dans la piège d’investir dans des technologies digitales variantes, qui sont la tendance du marché. Cette mentalité est néfaste pour l’état financier et productif de l’entreprise, car elle va juste acheter de nouvelles technologies sans savoir leurs retours sur l’investissement et leurs bénéfices productives pour l’entreprise. La solution, c’est d’intégrer un examen d’IQ sur les technologies. Il faut que les dirigeants, même les employés, passent ce test et de leur apprendre et leur cultiver sur les dernières tendances digitales et technologiques dans un contexte de communication ouverte. Cette démarche est stratégique parce que cela accélérera l’acceptation de parties prenantes d’intégrer un processus permanent de la transformation digitale. Le changement de la mentalité holistique de l’entreprise à l’égard de l’écosystème digital doit être flexible au changement et adaptée à un tel écosystème. Le paradigme doit être changé pour intégrer cette transformation à l’organisation de l’entreprise pour en faire partie de l’écosystème au lieu d’un invité qui veut saisir une opportunité puis elle s’en part. A titre d’exemple, une compagnie d’assurance doit maintenant penser comment elle offrira une assurance adaptée au véhicule autonome au lieu de penser comment elle vend ses offres en ligne, ce qui est devenu une réalité et une obligation depuis longtemps et démodée. Le partenariat avec les startups est une étape importante pour les PME pour s’immerger dans l’écosystème digital. La dialogue via une chaîne de communication ouverte, et la formation sont primordiales pour la prise de conscience de collaborateurs aux nouvelles technologies et tendances digitales, et pour les former aux nouvelles compétences digitales relatives à leurs fonctions. Cette politique aider l’entreprise à diminuer la peur associée aux nouvelles technologies, ce qui facilitera sa transformation digitale. Les entreprises tombent aussi dans l’illusion de ses dirigeant lors la formulation de stratégie de l’entreprise, surtout la partie digitale. Ils la formulent en anticipant ce qui
  • 30. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 30 seront les résultats de cette transformation. Il faut qu’ils formulent leur stratégie digitale en basant sur des études chiffrées qui anticipent le retour sur investissement de cette transformation. Ils peuvent bénéficier de données pour expérimenter les nouvelles technologies sur l’entreprise, avant de les adapter aveuglement basant sur les souhaits. Les entreprises sont recommandées à tester & apprendre, lancer de nouveaux prototypes, et affiner les résultats en temps réel. Les entreprises, même PME, doivent accroître les compétences de ses collaborateurs en analyses, et en nouvelles technologies relatives à leurs fonctions. L’institut de McKinsey propose 5 étapes pour profiter efficacement de la transformation digitale : Ecouter à ses clients ; Se challenger ; Adopter développement du produit en agile ; Construire son propre écosystème ; Etablir les capacités Go-to-Market adéquates. D'ailleurs, la transformation d’information est au cœur de la transformation digitale ; la transformation des données à des informations qui seront transformées à des connaissances qui sont un capital important pour toutes les organisations, que les entreprises doivent maîtriser son savoir-faire. Comment les organisations gèrent efficacement leur transformation digitale ? Comment aider les entreprises à Scale up leur transformation digitale ? Selon ma lecture sur le sujet, les solutions peuvent être résumées à : a) Dédier ou Créer des groupes spécialisés dans la transformation digitale et l’innovation ; b) Recruter des développeurs compétents en transformation digitale dans les technologies de la 3eme plateforme (Big data, Cloud, Analytics, IoT and IA) afin de créer de nouvelles offres digitales ; c) Connecter ses développeurs et services digitaux aux plateformes industrielles. La transformation digitale requiert une mentalité d’un preneur de risque audace, et un challenger Cette venture nécessite la réallocation de ressources, et une culture agile et ouverte qui entame les objectifs durs et la compréhension de l’innovation et de l’échec rapide. 5)Les nouvelles technologies & les derniers projets innovants :
  • 31. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 31 Les plateformes digitales et les disrupteurs bouleversent les business models, voire les écosystèmes de leurs industries. Les entreprises s’adaptent et redéfinissent leurs business models selon ces disrupteurs en entrant dans leurs nouveaux écosystèmes innovants. Les épiceries et les magasins pensent maintenant comment peuvent-elles s’intégrer à la plateforme d’Amazon, et les conducteurs de taxis se réorientent vers Uber. Les traditionnels se réorientent vers les nouvelles écosystèmes tech. Avec l’évolution d’Apple Pay, les banques traditionnelles développent de plus en plus le paiement via les téléphones portables. Les disupteurs bouleversent même les principes de l’économie. Qui aurait pu apercevoir que le fait d’offrir un produit ou service de bonne qualité et à un prix abordable avec un service clientèle personnalisé est devenu une réalité ? Facebook est devenu récemment un acteur majeur en tant qu’une plateforme de vidéos en ligne qui compétent avec YouTube. Uber est la plus grande entreprise dans le monde qui détient de véhicules, sans posséder aucun véhicule, et Airbnb détient les plus grands nombres de chambres d’hôtels et d’immobilier, sans posséder aucun patrimoine immobilier. Les nouvelles technologies et les disrupteurs changent les règles de demande et d’offre. L’internet des objets (IoT) combiné des analyses avancées permet aux industriels de prédire les besoins de maintenance de biens capitaux, ce qui prolongera leur durée de vie et créera une nouvelle piste pour la productivité industrielle. Le RPA (le processus d’automation robotique) a digitalisé de 50% à 80% des opérations du back-office dans quelques secteurs. L’intelligence artificielle et la réalité augmentée a déjà permis à améliorer la qualité et la productivité industrielle. Nous témoignons aussi l’évolution du Blockchain et sa capacité à rendre la vérification des transactions digitale ce qui révolutionne le processus bureaucratique composé de tas de papiers. Les PME profitent meilleures que les grandes sociétés de la transformation digitale, comme elles peuvent profiter de services du cloud et les infrastructures offertes par les spécialistes. Cela va leur faire économiser énormément les coûts d’une infrastructure informatique fiable. La transformation digitale de la comptabilité et de la finance. Cette transformation est due à l’évolution de l’IA, de la robotique, et de la machine learning. Ces technologies redéfinissent le fonctionnement des entreprises et restructure les modèles d’affaire. l’IA, des robotiques, les services du cloud, les analyses de données, le média social, la cybersécurité et le machine learning ont un impact sur la comptabilité et la finance. Digital Quotient est une nouvelle méthode d'évaluation de la capacité et des connaissances des nouvelles technologies et tendances digitales. La capacité relationnelle et l'intelligence émotionnelle sont les clés compétences de l’employé du
  • 32. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 32 futur, car c’est ça qui sépare les technologies de l’humain. Les compétences clés essentielles pour réussir dans le monde d’affaires actuel sont critical thinking, decision making, leadership and communications. Dans l'âge de la disruption totale de l’économie de la transformation digitale, les compétences suivantes qui doivent être développées: strategic thinking, decision-making, business partnering and influencing skills. Marketing: Déjà la disruption digitale a conduit à la création de nouveaux domaines du marketing et des disciplines innovées et créatives. Il y a maintenant Search engine marketing, social media marketing, content marketing, influencer marketing, mobile marketing, data marketing, Marketing Omnicanal, et d’autres. L’expérience client est devenue le coeur de toute stratégie du marketing digital, voire de la transformation digitale de l’entreprise. Pour les marketeurs, l’IA, le Big data et le cloud sont les technologies qui avancent leur domaine. Les compétences clés dans le marketing actuel et du futur sont le marketing de croissance (hacking), les compétences de données et de MarTech, le management du produit, et le chef de projet expérience client. Le domaine de l'expérience client est un des piliers du marketing modern. Il contient personas, le customer journey mapping, les analytiques digitales et conversion rate optimisation, les façons de mesures de l'expérience clientèle et les compétences de design et d’UX. Google a créé Google Marketing Plateforme qui aide les professionnels d’exercer leurs fonctions marketing selon les nouveux règles du marché et les nouvelles technologies. La monétisation de recherches vocales s’évolue rapidement. En 2025, 20 milliards appareils seront connectés, les 3 quarts des habitants de la terre, selon le cabinet de conseil McKinsey. Le fait d’avoir la capacité de miner ces données par des analyses avancées et en tirer les plus bénéfiques deviennent essentielle pour adapter au marché mené par des disruptions digitales constantes. A titre d’exemple, les compagnies d’assurance de véhicules pourront récolter des informations en temps réel à partir du véhicule connecté sur le comportement de conduite du client. Ces informations leur permettront de fixer le prix et les risques associée individuellement de chaque client. Cloud, Fog et Edge computing, le cœur de la transformation digitale : International Data Corporation a rapporté que les dépenses mondiales sur les technologies de la transformation digitale a atteint 1,3 trillion de dollars en 2018. Ces dépenses ont eu principalement l’objectif de rendre leurs opérations plus efficace et flexible au changement. Les secteurs qui ont investi le plus en 2018 dans la transformation digitale sont le secteur industriel, les services professionnels, et la transportation. Son rapport prévoit dans les 5 prochaines années que les secteurs les plus investisseurs dans la transformation digitale sont le BTP, le commerce en détail, et les fournisseurs de soins de santé. En EMEA, les investissements dans la transformation digitale ont atteint 280 billion de dollars, et aux états unis ils ont atteint 440 billions de dollars.
  • 33. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 33 Selon Forrester, confusion, illusion de la transformation digitale et résistance au changement sont devenus les principales barrières dans la transformation digitale des entreprises. La transformation digitale comprend plusieurs technologies dont le cloud pour le but de rendre l’organisation plus efficace. Les technologies les plus répandues, qui deviennent des préoccupations pour d’entreprises et une opportunité à saisir pour d’autres, sont le Cloud, IA, Big data, and IoT. L’IA et le computing cognitif est la technologie la plus compliquée pour se faire adapter par les entreprises. Alors que le cloud est la 1ere étape pour tout qui veut s’adapter au marché et aux nouvelles technologies. L’hébergement de l’infrastructure IT de l’entreprise chez un cloud sécurisé est le 1er pas dans sa transformation digitale. Via le cloud, les entreprises peuvent présenter de nouvelles méthodes et modèles économiques à leurs clients ; elles améliorent leurs opérations, processus et services. Les entreprises se posent la question pourquoi dédier une portion importante du budget à créer, à maintenir et à sécuriser leurs plateformes digitales alors qu’il y a des prestataires spécialisés dans la provision d’une plateforme cloud sécurisée qui permet à l’entreprise de se concentrer sur son avantage concurrentiel. Le cloud donne à l’organisation plus de souplesse et d’agilité. Les entreprises qui envisagent des réductions de coûts (matériels et personnels) se penchent sur les solutions on-premises et cloud computing. Ex : Les applications traditionnelles doivent être mis à jour et maintenues en permanence alors que les applications basées sur le cloud sont modifiables, personnalisables, et changeables ce qui rend l’entreprise plus agile et donc plus prêt au changement technologique. Le cloud est une des technologies de la 3eme plateforme : Cloud, Big Data, Social, and Mobile sont connectés et déployable à travers les plateformes. Les accélérateurs de l’innovation technologique sont : 3D printing, IoT, IA Cognitive , Augmented & Virtual Reality, Robotiques, Next generation Security, Voice recognition, Blockchain, Analyses prédictives, Machine Learning dépendent de la 3eme plateforme. En 2020, 70% des dépenses sur la plateforme de tierce sera destinées à la transformation digitale. Le cloud est le cœur des technologies de la 3eme plateforme de l’économie de la transformation digitale. Par conséquent, il est aussi la base de l’évolution des accélérateurs de l’innovation technologique. A titre d’exemple, le fonctionnement de l’écosystème de l’IoT dépend du cloud computing pour sa performance en stockant et traitant les données captées par les solutions de l’IoT. Définition :
  • 34. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 34 C’est un réseau de serveurs central à distance qui permet à l’entreprise d’y stocker, d’y manager, d’y analyser et d’y traiter les données, plutôt qu’un serveur local ou un ordinateur personnel. Le modèle du Cloud / Applications sur le cloud : Les applications de tiers basées sur le cloud permettent à l’entreprise de se focaliser sur sa fonction de base et sur le développement de son avantage concurrentiel, au lieu de se distrait mentalement et financièrement sur des fonctions de support délégables. Il permet à l’entreprise aussi à réduire ou supprimer les coûts de l’infrastructure IT de l’entreprise. Le cloud facilite le management des applications, nécessite moins de maintenance et rend les applications plus maniables et plus responsives (souplesse). Les principaux services proposés en cloud computing sont Software as a Service, Platform as a Service, & Infrastructure as a Service. Les serveurs sont loués par tanche d’utilisation selon des critères technique (puissance, bande passante, etc.). Le cloud computing a changé le paradigme des entreprises, de l’utilisation des serveurs éparpillés partout à l’utilisation des serveurs centralisés à distance dans des centres de données qui regroupent la plupart des activités informatiques et logicielles. C’est le modèle du paiement à l’usage qui s’applique. Le 1er cloud créé est Microsoft Windows Azure, en 2008. Les géants informatiques, GAFA, Alibaba, IBM, Oracle, Cisco, HP, GE, investissent dans le développement du cloud computing pour mettre à sa disposition et offrir à ses clients particuliers et professionnels la puissance de calcul et les services du management de données. Ce quoi le Cloud native ? De plus en plus, des logiciels deviennent « Cloud native» ; qui sont désignées pour le cloud. Ils sont pas convertis en Virtual machine image pour les déployer à travers les serveurs, ni installés en permanence dans un centre de traitement de données. Fournisseur de services cloud: c’est une entreprise qui offrent des composants du cloud computing; Iaas, PaaS ou SaaS, à d’autres entreprises. Les entreprises qui dominent le cloud : Amazon, Microsoft, IBM, Google, et Alibaba. Amazon, Apple, Salesforce et Citrix développent leurs services basés sur le cloud via la Machine Learning, l’IA et la containerisation. Quels sont les critères du choix d’un fournisseur de services cloud ? Les critères principaux sont : Les coûts dépendent du modèle de paiement/utilisation. Les coûts, la localisation de leurs centres de traitement de données, et les mesures de sécurité garanties.
  • 35. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 35 Afin d’établir des critères de sécurité aux services cloud, beaucoup d’organisations, telle que Cloud Security Alliance, sont fondées pour assurer le minimum des mesures de sécurité en donnant un certificat aux fournisseurs de cloud qui appliquent les critères de sécurité et renforcent la sécurité de leurs services. Entreprise Data Center : Un centre composé de multiples centres de données que chacun s’occupe d’une fonction particulière. Ils sont classifiés à 3 types ; Internet, Extranet, et Intranet. Internet Data center : soutien les serveurs et appareils nécessaires pour les applications web du commerce électronique au sein du réseau de centre de données. Extranet data center : Soutien les transactions B2B dans le réseau de l’entreprise. Ses services sont accessibles via une connexion VPN sécurisée, ou via des liens WAN privés. Intranet Data centre : Manage les application et services dans le réseau de l’entreprise qui sont souvent les fonctions de support telles que le marketing, RH, R&D, et d’autres. De plus en plus les fonctions et les composants de logiciels et d’applications sont automatisés, ce qui lilmite le risque de perte de données et fonctions établies lors la mise à jour d’un logiciel traditionnel installé sur un ordinateur L’évolution de Private et Public cloud permet aux entreprises de louer ou d’acheter des serveurs dans des centre de traitement de données. D’un autre côté, il y a des entreprises qui adaptent la politique de « Pas de serveurs, ou de microservices, comme Netflix. Ce genre de politique améliore le fonctionnement de l’entreprise et fait d’elle une organisation dynamique. Quels sont les types du cloud ? Public cloud Private Cloud Hybrid Cloud Quels sont les services fournis sur le cloud ? Infrastructure as a Service : Comme Open Stack qui est un ensemble d’outils de logiciels destiné à créer et à manager des plateformes de cloud computing. Messaging as a Platform : c’est une solution de messagerie basée sur le cloud par l’utilisation du Rich Communication Services. Ce genre de service est en voie de développement et de croissance. Il s’évolue avec la création du nouveau protocole de messagerie, RCS, qui remplacera le protocole SMS. Ce nouveau protocole qui permettra aux entreprises de personnaliser leurs
  • 36. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 36 messages et offres à leurs clients et plus d’engagement avec eux, et aux opérateurs de dégager des revenus supplémentaires d’une nouvelle source. Le RCS se développe par l’IA et la Machine Learning pour créer des chats bots réactifs dans la nouvelle messagerie hors ligne. Communications Platform as a Service (CP-as-a-Service) : C’est une plateforme qui permet aux développeurs d’ajouter des fonctionnalités de communication en temps réel à leurs applications, sans la nécessité de créer des infrastructures backend de A à Z. Sa croissance est liée aux tendances et à la volonté des entreprises de s’engager de manière personnelle avec leurs clients, avec l’objectif d’améliorer l’expérience clientèle. Elle permet aux entreprises de créer des applications communication-enable Elle est aussi utilisée pour renforcer les mesures de sécurité dans les secteurs bancaire et de santé afin de minimiser la fraude et le vol de données personnelles. Data as a Service, Software as a Service, Transport as a Service, et Platforms as a Service : Maintenant, chaque infrastructure cloud est accompagnée d’une plateforme d’applications. Le développeur maintenant peut programmer sans prendre en compte les caractéristiques du disque dur de l’ordinateur sur lequel il travaille. Ex : OpenShift Container Plateforme, c’est une PaaS. Le cloud est devenu plus flexible grâce aux microservices. La création d’applications et leurs utilisations deviennent très agile grâce à la méthode de microservices dans le développement d’applications sur le cloud, au lieu de l’application monolithique. Ses avantages : l’indépendance du développeur, l’isolation & la résilience des composants de l’application, la scalabilité grâce à ses petits composants, L’automation du cycle de vie de l’appli, les architectures de micro services sont assignées à des différents domaines et fonctions de l’entreprise ce qui rendre l’application plus responsive et adaptable à l’environnement de chacun. Exemples du cloud : CMS (CMS est un exemple evident des capacités du cloud. Tout le monde peut maintenat créér un site ou une boutique simple en ligne sans être professionnel du domaine.) CRM, SCM, AWS, Azure, Oracle Business kit.
  • 37. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 37 2) Edge computing : Un exemple évident de l’Edge computing est Predix Plateforme créée par GE et destinée ua secteur industrielle, l’IoT industriel. Elle est composée de Predix Edge et Predix Cloud et Predix Private Cloud. Predix Edge est spécialisée à collecter, stocker, analyser, traiter les données générées dans l’usine en temps réel et en toute sécurité. Le cloud a révolutionné la façon dont les organisations stockent et exploitent les données. Toutefois, le cloud est limité dans quelques domaines. La latence, la largeur de bande, la sécurité et la condition de la connexion à l’internet peuvent être des problématiques aux organisations. Pour les résoudre, les utilisateurs ont besoin d’une robuste on-premise (sur site) infrastructure sécurisée et intelligente. Lors que les données sont proches de son utilisateur, l’information peut être partagée en sécurité et sans latence. En quelques secteurs, la faible latence est essentielle pour pourvoir une adéquate expérience clientèle digitale (Finance, Santé, Détail, industrie, Jeux). Il accélère le traitement de données en temps réel sans latence, et permet aux applications et appareils intelligents à répondre aux données instantanément. Il permet aussi aux larges quantités de données d’être traitées efficacement, et assure le fonctionnement d’applications dans des lieux désertés et lointains (remote). Le traitement et l’analyse de données peuvent être effectuées sans les transmettre au cloud, ce qui lui rendre plus sécurisé. Donc, c’est quoi l’edge computing qui présente ces avantages essentiels à l’entreprise de demain ?
  • 38. La Transformation Digitale des PME à l’ère de l’innovation – Mohamed ASHTEWY 38 Edge computing est une architecture IT distribuée et ouverte qui offre une puissance de calcul centralisée qui permet les technologies de mobile computing et IoT. La donnée est traitée par l’appareil lui-même, par un ordinateur ou un serveur, plutôt qu’elle soit transmise au centre de donnée. Edge computing c’est la pratique de traitement de données aux bords du réseau de l’organisation où les données sont générées au lieu de les traiter dans un centre de données central, le cloud. Edge computing : c’est (un concept) le rapprochement des processus du traitement de données de leurs émetteurs sources. Donc, cela évoque l’amélioration de la vitesse et de la performance du transport de données ainsi que les appareils et les applications. Exemples de son application : IoT. D’après IDC, en 2019 45% de données générées par IoT seront stockées, traitées, analysées et utilisées via l’Edge computing (au bord du réseau). Le véhicule automate, l’usine connectée, l’hôpital intelligent, l’avion connecté, et d’autres ont eu lieu grâce au cloud, et seront mises en œuvre et développées par l’Edge computing. Les capacités de stockage, de calcul et d’analyses peuvent être effectuées sur site, à côté du réseau et des appareils de l’entreprise. Avec l’évolution de nouvelles technologies, la prise de décision doit être en temps réel donc la latence devra être faible, comme dans un véhicule autonome, ou dans une usine connectée. Les avantages de l’Edge Computing sont la faible latence, la vitesse du traitement de données, la disponibilité sur site, la confidentialité et la sécurité, la scalabilité et la réduction des coûts. L’augmentation de l’utilisation d’appareils digitaux et connectés crée de large quantité de données que le cloud ne peut pas les traiter ou même les stocker. Donc, l’Edge computing sera primordial pour l’économie de demain où tout sera connecté et automatisé (véhicule connecté, avion connecté, ville intelligente, etc.). Quels sont le contexte idéal pour développer l’Edge Computing ? Selon Mark Skarpness, afin d’atteindre ces objectifs de l’Edge computing, nous avons besoin de containerisation & orchestration, IA & Machine Learning, 5G, de la sécurité fonctionnelle, Secure Device Onboarding (dispositif sécurisé en bord), et Time-Sensitive Networking qui jouera un rôle primordial, surtout dans la communication entre les véhicules automatisés. L’IoT industriel créerait en 2025 7,5 trillions de dollars, selon une étude de McKinsey & Co. L’IoT industriel jouera un rôle essentiel dans la transformation digitale des Usines. Cet énorme marché n’aurait pas existé, si l’Edge computing n’a pas été