Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
Banque Européenne pour la
Reconstruction et le Développement
Plan d’Amélioration de la Compétitivité des Services
Le cas d...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 2
Ce rapport a été préparé par Colombus Consulting à l’attention de la Banque Européenne po...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 3
Sommaire
1 Contexte général.................................................................
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 4
TABLE DES ILLUSTRATIONS
GRAPHIQUE 1 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LEURS EFFECTIFS ....
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 5
LISTE DES ABREVIATIONS
ALECA : Accords de Libre Echange Complet et Approfondi
ATTT : Agen...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 6
1 Contexte général
Avec la proximité du marché Européen, l’économie tunisienne est confro...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 7
2 Objectifs de l'étude
2.1 Les objectifs spécifiques de l’étude
Afin de développer le sec...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 8
3 Monographie sectorielle
3.1 Principales caractéristiques du secteur T&L (marchandises)
...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 9
3.2 Indicateurs clés du secteur T&L en Tunisie
Source Banque Mondiale. Notation : de 1 (t...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 10
3.3 La subdivision du secteur T&L
La subdivision actuelle du secteur « Transport et Logi...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 11
3.4 Instances de gouvernance et organisations professionnelles
Le secteur T&L tel qu’il ...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 12
- En tant qu’autorité portuaire, le traitement dans les meilleures conditions de délai, ...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 13
importations de services Transport qui se sont maintenues jusqu’en 2014, avant d’accuser...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 14
3.5.3 Le sous-secteur Transport aérien
 Un réseau d’infrastructures aéroportuaires comm...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 15
face à un déficit financier chronique
 Coût de l'insécurité routière, qui représente 4,...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 16
4 Potentiel de développement du secteur T&L
Un système logistique performant et intercon...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 17
Ces investissements doivent émaner d’un plan stratégique national associant le secteur p...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 18
10 La définition et la mise en œuvre d’un plan de désenclavement de régions défavorisées...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 19
5 La notion de secteur de services « Backbone »
Dans une étude sur les réformes à engage...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 20
 Cluster des services « Support » : qui regroupent les activités qui permettent la supe...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 21
6 ANALYSE STRATEGIQUE DU SECTEUR
6.1 PANORAMA DES PRINCIPAUX ACTEURS TUNISIENS DU SECTEU...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 22
6.2.2 Restitution de l’enquête exploratoire
 Indications les Profils et caractéristique...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 23
Graphique 4 : Répartition des entreprises selon la couverture géographique cible
 La pl...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 24
 Indications sur les problèmes rencontrés par les entreprises interviewées
Graphique 6 ...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 25
Graphique 9 : Répartition des entreprises selon les contraintes fiscales
 Selon les rép...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 26
 Près de 50% des entreprises interviewées ont un besoin de financement compris entre 1
...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 27
Graphique 15 : Répartition des entreprises selon les besoins en conseil
 Près de 80 % d...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 28
PESTEL Facteurs Positifs Facteurs Négatifs Points sensibles / défis
Politiques
• Une vol...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 29
6.4 Analyse ROAD©
La matrice ROAD© (Risques, Obstacles, Atouts, Défis)8 repose sur une d...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 30
6.4.3 Analyse ROAD© du cluster services affaires
Défis Risques
 Développer les activité...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 31
7 Feuille de route et traduction en plan opérationnel
7.1 Feuille de route pour une mise...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 32
Actions qui découlent de l’analyse du cluster des services de support :
Actions sui déco...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 33
2 TA H1 / M
Critères de
sélection
Une référence au moins pour chaque domaine citée dans ...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 34
Lot 2 du plan opérationnel du programme PACS pour le secteur T&L
Profil des
experts
Cons...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 35
Critères de
sélection
Une référence dans les spécialités mentionnées
10 ans d'expérience...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 36
Profil des
experts
Gestion de projet Spécialité PPP
Conseil ou Formation professionnelle...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 37
Profil des
experts
Juriste spécialisé en T&L
Stratège et policy advisor en T&L
Critères ...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 38
Lot 3 du plan opérationnel du programme PACS du secteur T&L
Profil des
experts
Spécialis...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 39
In fine, et afin de réunir toutes les conditions de succès pour une mise en œuvre optima...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 40
8 Annexes
8.1 Données macro-économiques
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 41
8.2 La liste des répondants au questionnaire
Entreprise Principales Activités Cluster
Ag...
DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 42
CONTACT COLOMBUS CONSULTING
ADRESSE (SIEGE SOCIAL)
RUE DU LAC VICTORIA LES BERGES DU LAC...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Plan d'amélioration de la compétitiivité du secteur Transport & Logistique en Tunisie

3 565 vues

Publié le

Monographie du secteur Transport & Logistique
Enquête exploratoire des besoins des acteurs du secteur
Plan de mise à niveau

Publié dans : Économie & finance

Plan d'amélioration de la compétitiivité du secteur Transport & Logistique en Tunisie

  1. 1. Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement Plan d’Amélioration de la Compétitivité des Services Le cas du Secteur Transport et Logistique en Tunisie Rapport final Août 2016 Expert : Mondher KHANFIR Directeur de l’étude Mondher KHANFIR Colombus Consulting khanfir@colombus-consulting.com
  2. 2. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 2 Ce rapport a été préparé par Colombus Consulting à l’attention de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement. Il a été établi sur la base d’un travail de recherche et de consultation de publications publiques, d’articles et de notes, ainsi que des études communiquées par différents Ministères et agences gouvernementales et non gouvernementales. La multitude de sources d’informations et la non exhaustivité des données sectorielles prouvent que le secteur des services est mal appréhendé par la comptabilité nationale tunisienne. Les tableaux et schémas présentés dans ce document ont été élaborés sur la base des seules informations collectées.
  3. 3. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 3 Sommaire 1 Contexte général.................................................................................................................................... 6 2 Objectifs de l'étude................................................................................................................................. 7 2.1 Les objectifs spécifiques de l’étude..............................................................................................7 2.2 La démarche adoptée ..................................................................................................................7 3 Monographie sectorielle........................................................................................................................ 8 3.1 Principales caractéristiques du secteur T&L (marchandises) ....................................................8 3.2 Indicateurs clés du secteur T&L en Tunisie ...................................................................................9 3.3 La subdivision du secteur T&L...................................................................................................... 10 3.4 Instances de gouvernance et organisations professionnelles ............................................... 11 3.5 Constats préliminaires et principaux défis par sous-secteur................................................... 12 3.5.1 Le sous-secteur Transport terrestre.................................................................................13 3.5.2 Le sous-secteur Transport maritime ...............................................................................13 3.5.3 Le sous-secteur Transport aérien....................................................................................14 3.5.4 Le sous-secteur Transport logistique..............................................................................14 3.5.5 Le Livre Blanc sur le T&L comme socle d’une politique publique ambitieuse.........14 5 La notion de secteur de services « Backbone »................................................................................ 19 5.1 Profilage du secteur T&L.............................................................................................................. 19 5.2 Mettre les secteurs « Backbone » au cœur du modèle de Développement ...................... 20 6 ANALYSE STRATEGIQUE DU SECTEUR.................................................................................................... 21 6.1 PANORAMA DES PRINCIPAUX ACTEURS TUNISIENS DU SECTEUR T&L PAR CLUSTER .............. 21 6.2 Enquête terrain exploratoire et analyse qualitative ................................................................ 21 6.2.1 Approche méthodologique et objectifs......................................................................21 6.2.2 Restitution de l’enquête exploratoire ...........................................................................22 6.3 Analyse PESTEL .............................................................................................................................. 27 6.4 Analyse ROAD©............................................................................................................................. 29 6.4.1 Analyse ROAD© du cluster des services d’infrastructure ............................................29 6.4.2 Analyse ROAD© du cluster des services de support....................................................29 6.4.3 Analyse ROAD© du cluster services affaires .................................................................30 7 Feuille de route et traduction en plan opérationnel......................................................................... 31 7.1 Feuille de route pour une mise à niveau systémique du secteur T&L.................................... 31 7.2 Traduction en plan opérationnel et recommandations......................................................... 32 8 Annexes.................................................................................................................................................. 40
  4. 4. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 4 TABLE DES ILLUSTRATIONS GRAPHIQUE 1 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LEURS EFFECTIFS .............................................................22 GRAPHIQUE 2 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LEUR CHIFFRE D'AFFAIRES (EN MDT)...........................22 GRAPHIQUE 3 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LA COUVERTURE GEOGRAPHIQUE ACTUELLE..........22 GRAPHIQUE 4 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LA COUVERTURE GEOGRAPHIQUE CIBLE .................23 GRAPHIQUE 5 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LES CANAUX DE DISTRIBUTION ENVISAGES...............23 GRAPHIQUE 6 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LES PROBLEMES RENCONTRES LIE AU MARCHE .......24 GRAPHIQUE 7 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LES CONTRAINTES REGLEMENTAIRES..........................24 GRAPHIQUE 8 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LES CONTRAINTES MACRO-ECONOMIQUES ............24 GRAPHIQUE 9 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LES CONTRAINTES FISCALES.........................................25 GRAPHIQUE 10 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LES BESOINS DE FINANCEMENT.................................25 GRAPHIQUE 11 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON L’HORIZON DES BESOINS DE FINANCEMENT...........25 GRAPHIQUE 12 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LEURS BESOIN EN FINANCEMENT EN DINARS..........26 GRAPHIQUE 13 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LA DUREE DE FINANCEMENT SOUHAITEE.................26 GRAPHIQUE 14 : REPARTITION DES ENTREPRISES AYANT UN BESOIN D'ACCOMPAGNEMENT ........................26 GRAPHIQUE 15 : REPARTITION DES ENTREPRISES SELON LES BESOINS EN CONSEIL ...........................................27
  5. 5. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 5 LISTE DES ABREVIATIONS ALECA : Accords de Libre Echange Complet et Approfondi ATTT : Agence Technique des Transports Terrestres BERD : Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement CONECT : CONfédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie ITCEQ : Institut Tunisien de la Compétitivité et de l’Analyse Qualitative OACA : Office de l'Aviation Civile et des Aéroports OMMP : Office de la Marine Marchande et des Ports PACS : Programme d'Appui à la Compétitivité des Services PIB : Produit Intérieur Brut PME : Petites et Moyennes Entreprises R&D : Recherche et Développement SNCFT : Société Nationale des Chemins de Fer Tunisiens TIC : Technologies de l'Information et de la Communication T&L : Transport et Logistique UE : Union Européenne UTICA : L'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat
  6. 6. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 6 1 Contexte général Avec la proximité du marché Européen, l’économie tunisienne est confrontée à la fois à de nouvelles opportunités mais aussi à des défis induits par la globalisation des échanges et la libre concurrence. Comme la croissance est essentiellement portée par les PMEs, le renforcement des capacités et la mise à niveau de ces dernières est décisif pour réussir l’intégration du pays dans l’économie mondiale. En prélude à la mise en œuvre des Accords de Libre Echange Complet et Approfondi (ALECA), la Tunisie et l’Union Européenne ont engagé des programmes de soutien à l’intégration régionale et le renforcement de la compétitivité, avec à la clef une prospérité partagée entre le Nord et le Sud. Cet accord dépasse dans son champ d’application, les aspects tarifaires pour toucher les aspects non tarifaires particulièrement ceux liés à l’accès au marché, comme le droit de propriété intellectuelle ainsi que l’environnement des affaires et la mise à niveau normative par l’adoption des standards internationaux. L’accord vise en particulier l'inclusion de la Tunisie dans l'économie mondiale grâce à une meilleure compétitivité du secteur des services. La Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) va aider les petites et moyennes entreprises (PME) à se développer en devenant de véritables catalyseurs pour leurs économies locales et régionales. A cet égard, l'Union Européenne lui a accordé en Juin 2015 un montant de 10 millions d'euros à la BERD pour implémenter le Programme d'Appui à la Compétitivité des services (PACS) notamment dans deux secteurs clefs, à savoir, les technologies de l'information et de la communication (TIC) et le Transport & Logistique. La BERD, en étroite coopération avec les autorités tunisiennes, fournira des services de conseil sur mesure à 475 entreprises, dont 80 seront des PMEs dirigées par des femmes, avec comme ultime finalité de renforcer l’investissement dans les secteurs des services cibles, en mettant l'accent sur la capacité d’accéder à de nouveaux marchés et générer de la croissance et des emplois pérennes. Selon la dernière note de l’ITCEQ1, le secteur des services en Tunisie représente 62% de la valeur ajoutée, 52% de l’investissement, 22% des exportations et 51,4% de la population occupée. En dépit de cette contribution apparente importante, les performances compétitives du secteur demeurent encore modestes en dessous de ses potentialités, et cela serait dû à plusieurs facteurs structurels et conjoncturels. Si on retire la part du Tourisme, les services dégringolent à moins de 10% du total des exportations, dont seulement 7,6 % sont assurés par le secteur du Transport et Logistique. Comment réaliser le potentiel de développement du secteur T&L, dans un contexte de libéralisation et concurrence acharnée sur les marchés internationaux, sans l’essor d’un vrai marché local basé sur la libre concurrence ? Le PACS aura ainsi à contribuer, non seulement à renforcer la compétitivité sectorielle, mais aussi à une meilleure appréhension des enjeux et des défis auxquels font face les opérateurs économiques, et la formulation d’une démarche structurée dans une feuille de route détaillée, au profit des acteurs clefs opérant dans chacun des secteurs cibles, et qui sera l’aboutissement de cette étude sur le secteur T&L. 1 « Performances compétitives des services » Juin 2016
  7. 7. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 7 2 Objectifs de l'étude 2.1 Les objectifs spécifiques de l’étude Afin de développer le secteur T&L et le mettre à niveau, il y a lieu de bien comprendre sa physionomie, ainsi que les attentes et besoins des acteurs économiques du secteur dans le contexte de transition actuel. Après un travail méthodique de description, cette étude proposera une feuille de route pour la mise à niveau sectorielle, déclinée en plan opérationnel pour chaque partie prenante, et définie pour assurer un saut qualitatif de la compétitivité aussi bien à l’échelle individuelle que globale. 2.2 La démarche adoptée
  8. 8. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 8 3 Monographie sectorielle 3.1 Principales caractéristiques du secteur T&L (marchandises) Le secteur Transport et Logistique comprend des entités économiques et des établissements dont l'activité principale consiste à transporter, entreposer des produits et offrir des services dans la chaine logistique, comme les services postaux, la manutention et le stockage. Le secteur englobe quatre modes de transport, à savoir routier, ferroviaire, aérien et maritime. La demande de services de Transport et Logistique émane de tous les secteurs de l'économie et est directement affectée par les fluctuations de l'activité économique et la structure des échanges. En 2015, le secteur Transport et Logistique représentait 7 % du PIB national et affichait un taux de croissance moyen de 3% entre 2012 et 2015. Ce secteur emploie 140.000 personnes, dont 40.000 dans le secteur privé. Le transport intérieur de marchandises s'effectue principalement par camion et par chemin de fer. Le transport international de marchandises s'effectue principalement par voie maritime et aérienne. Le transport terrestre de marchandises pour compte d’autrui est dominé par les quelques 2000 transporteurs de petite taille travaillant en sous-traitance, des propriétaires-exploitants, qui représentent plus de 80% des entités formelles. Le nombre d’entreprises qui sont à même d’offrir des services de logistique intégrés et qui disposent d’un parc avec un tonnage supérieur à 300 Tonnes (seuil officiellement requis depuis 2009 pour les sociétés de transport de marchandises) reste limité et essentiellement confiné dans l’off-shore ou quelques secteurs relevant de marchés publics (transport de carburant, minerais, ciments, céréales, etc.). Cette industrie compte également la SNCFT (Société nationale des chemins de fer tunisiens) qui dessert la majeure partie du marché national. La Tunisie compte 22 chemins de fer de courtes lignes et chemins de fer régionaux, mais qui ne sont pas ou très peu utilisés pour le fret ou la messagerie. Huit grands ports assurent 99 % du trafic international par conteneurs : Radès, La Goulette, Sousse, Bizerte- Menzel Bourguiba, Sfax, Gabès, Skhira et Zarzis. Le transport aérien est principalement utilisé pour le transport de passagers. Les 4 plus grands aéroports du pays (Tunis-Carthage, Monastir, Djerba-Zarzis, Enfidha) accueillent environ 90 % de l'ensemble du trafic. En 2014, le secteur du transport aérien a déplacé 7,3 millions de passagers commerciaux. Le fret aérien n’a pas encore décollé, malgré l’existence d’une demande pour le transport de produits fragiles, ou pour des destinations non reliées par voie maritime ou encore pour envoyer des commandes urgentes. L'industrie comptent sur un réseau de transport et de logistique pour fournir des solutions rapides, intégrées et sûres pour optimiser les chaînes d'approvisionnement mondiales. Certaines entreprises prennent en charge à l'interne ces activités, d'autres sous-traitent ces services à des entreprises qui peuvent fournir le transport, l'entreposage, le stockage, expéditions consolidation, l'emballage, l'étiquetage, de courtage, de dédouanement, et des services internationaux d'expédition de fret. Une réglementation et des mesures de sécurité strictes visant le fret international et la complexité croissante de la chaîne d'approvisionnement ont contribué à l'essor de la demande des services de logistiques, mais l’offre n’a pas l’air de suivre.
  9. 9. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 9 3.2 Indicateurs clés du secteur T&L en Tunisie Source Banque Mondiale. Notation : de 1 (très bas) à 5 (très élevé)
  10. 10. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 10 3.3 La subdivision du secteur T&L La subdivision actuelle du secteur « Transport et Logistique » est définie par mode de transport, ce qui rend l’activité logistique ou les opérateurs du transport multimodal difficile à classer, avec des risques de sur-contraintes réglementaires et chevauchement des données statistiques. Ce regroupement des entreprises ne permet pas non plus la distinction entre les activités On-shore et Off-shore qui n’obéissent pas à un même cadre réglementaire. Le secteur T&L est ainsi subdivisé comme suit : terrestre, maritime et aérien.
  11. 11. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 11 3.4 Instances de gouvernance et organisations professionnelles Le secteur T&L tel qu’il est défini plus haut est éclaté sous plusieurs tutelles gouvernementales, et n’est pas regroupé dans une rubrique spécifique dans la comptabilité nationale2. Seuls les activités de transport sont recensées, et encore, d’une manière incomplète, car le transport captif réalisé pour compte propre ne figure pas dans les statistiques de l’Etat. Encore moins les activités hors transport qui demeurent un « no man’s land ». Ce qui explique en partie le retard pris dans ce domaine par la Tunisie. En termes de compétitivité, le secteur reste conditionné par l’intervention de 3 principaux ministères :  Le Ministère du Transport en charge de la conception des politiques futures et de la planification des investissements et la gestion des services d’infrastructures.  Le Ministère des Finances qui a la charge de la fluidité des transactions monétaires et des services douaniers. Il interfère directement dans la performance des chaines logistiques internationales en supervisant en particulier Tunisia Trade Net (TTN), la plateforme électronique collaborative de gestion de la « Liasse Transport ».  Le Ministère du Commerce qui intervient sur le volet réglementaire et contrôle technique à la frontière. Nous avons recensé 3 types d’acteurs majeurs dans le secteur du T&L :  Les structures publiques sous la tutelle du ministère du transport  L’UTICA avec les 20 chambres syndicales du secteur du T&L : Entrepreneurs de Manutention, Experts Maritimes et Commissaires d'Avaries, Consignataires de Navires, Armateurs, Services Portuaires, Ravitailleurs de Navires, Transitaires, Commissionnaires en douane, Transport International Routier, Transport de Marchandises pour le Compte d'Autrui, Louage, Taxis individuels, collectifs et touristiques, Auto-Ecoles, Centres de Formation Domaine du Transport Routier, Transport Rural, Loueurs de voitures, Transport Rural, Services Logistiques, Services Express et Agents de Fret Aérien  CONECT, notamment le groupement professionnel des Transporteurs Le secteur est organisé par mode de transport. Chaque mode dispose d’une agence de supervision ou de règlementation, en doublon avec une Direction Générale du même titre, à l’exception de la logistique qui ne figure que dans l’organigramme du Ministère du Transport, et ne dispose pas d’une agence d’exécution. Les agences ou offices qui opèrent en Tunisie sont ainsi : L’Agence Technique des Transports Terrestres (ATTT) est un établissement public à caractère non administratif considérée comme entreprise publique. Ses principales missions : - La réalisation des formalités et des opérations techniques relatives aux véhicules, conformément à la législation et à la réglementation en vigueur, - La réalisation des formalités et des opérations relatives aux permis de conduire, - La création, l’aménagement, l’entretien, l’équipement et l’exploitation des gares routières. L’Office de la Marine Marchande et des Ports (OMMP) est un établissement public de l’Etat, doté de l’autonomie financière et de la personnalité civile. L’OMMP gère et exploite des installations riches et diverses : des ports pétroliers, des terminaux conteneurs, un terminal à passagers, des terminaux minéraliers, des installations spécialisées, des ports maritimes de commerce tunisiens. Ses principales missions : 2 HTTP://DATAPORTAL.INS.TN/FR/DASHBOARDS
  12. 12. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 12 - En tant qu’autorité portuaire, le traitement dans les meilleures conditions de délai, de coût et de sécurité, de l'ensemble des navires et des marchandises transitant par les ports tunisiens ; - En tant qu'autorité maritime, l'administration des navires, des gens de mer et la sécurité de la navigation maritime. L'Office de l'aviation civile et des aéroports (OACA) est une société tunisienne de droit public à caractère industriel et commercial sous la tutelle du ministère du transport, qui est chargé de gérer des aéroports du pays, dont Tunis, Sfax, Djerba, Tozeur, Tabarka et Gafsa. Ses principales missions : - L'exploitation, l'aménagement et le développement des aéroports ainsi que l'accomplissement de toutes les opérations et services nécessaires aux voyageurs, au public, aux avions, au fret et au courrier ; - Le contrôle régional et local de la navigation aérienne et la participation à l'exécution des plans de recherches et de sauvegarde ; - La délivrance de tous les documents requis pour le personnel aéronautique, les avions et la navigation aérienne conformément à la législation en vigueur. Les principales entreprises publiques du secteur T&L sous la tutelle du ministère du transport sont : 3.5 Constats préliminaires et principaux défis par sous-secteur La conjoncture difficile que connait la Tunisie depuis 2011, a impacté directement les activités exportatrices, et le secteur T&L n’y échappe pas. D’après les statistiques de l’OMC3, les services commerciaux de Transport exportés depuis la Tunisie n’ont cessé de baisser depuis 2012, avec des 3 HTTP://STAT.WTO.ORG/STATISTICALPROGRAM/WSDBVIEWDATA.ASPX?LANGUAGE=E TRANSPORT TERRESTRE TRANSPORT MARITIME TRANSPORT AERIEN INFRASTRUCTU RE FERROVIAIRE INFRASTRUCTU RE ROUTIERE PORTS NAVIGATION AEROPORT COMPAGNIE • SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER TUNISIENS (SNCFT) • SOCIETE DES TRAVAUX FERROVIAIRES (SOTRAFER) • SOCIETE DU RESEAU FERROVIAIRE RAPIDE • AGENCE TECHNIQUE DU TRANSPORT Terrestre (ATTT) • OFFICE DE LA MARINE MARCHANDE ET DES PORTS (OMMP) • COMPAGNIE TUNISIENNE DE NAVIGATION (CTN) • OFFICE DE L'AVIATION CIVILE ET DES AEROPORTS (OACA) • SOCIETE TUNISIENNE DE L'AIR (TUNISAIR) INTERURBAIN URBAIN • SOCIETE NATIONALE DE TRANSPORT interurbain (SNTRI) • SOCIETE DES TRANSPORT DE TUNISIE (TRANSTU) • SOCIETE TUNISIENNE D'ACCONAGE ET DE MANUTENTION (STAM) • SOCIETE NOUVELLE DE TRANSPORT DE KERKENNAH (SONOTRAK) AUTRES
  13. 13. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 13 importations de services Transport qui se sont maintenues jusqu’en 2014, avant d’accuser une forte baisse de 20% en 2015, comme indiqué dans le tableau ci-après : Tableau 1 : évolution des échanges extérieurs de services Transport Ceci s’est accompagné d’une dégradation des services de Commerce extérieur, notamment au Port de Radès, qui n’arrive pas à retrouver ses performances d’avant 2011, malgré tous les efforts concentrés sur sa réorganisation. La consultation des études disponibles sur le secteur T&L fait valoir plusieurs obstacles qui empêchent le développement du secteur. Voici les principaux constats par sous-secteur, sachant qu’ils restent limitatifs pour assurer la compétitivité sectorielle globale. 3.5.1 Le sous-secteur Transport terrestre  Un réseau de transport permettant de minimiser la durée des déplacements vers les grands centres urbains comme Tunis, Sfax et Sousse  Une industrie de camionnage tenue par des petites et moyennes entreprises privées  Des coûts de transport routier intérieur élevés de 0.22 US$ par tonne-kilomètre, contre 0.06 US$ en Inde par exemple, favorisant le recours au transport pour compte propre  Une absence de système de consolidation des chargements des marchandises (retour à vide élevé)  Une réglementation introduisant des obligations d’investissements strictes pour les nouveaux opérateurs et limitant les opérateurs étrangers en les obligeant à des partenariats avec des entreprises tunisiennes 3.5.2 Le sous-secteur Transport maritime  Un réseau d’infrastructures portuaires commerciales dense, couvrant l’ensemble de la côte méditerranéenne, avec 8 ports (Bizerte, La Goulette, Radès, Sousse, Sfax, La Skhira, Gabès et Zarzis) gérés par l’Office de la marine marchande et des ports (OMMP), et par lesquels transitent 90% des échanges commerciaux en volume avec l’extérieur  Des formalités douanières fastidieuses, des réglementations très contraignantes, et un manque de fluidité des échanges impactant notamment les projets transversaux d’intégration technologique, telle que TTN ou la Liasse Transport (la généralisation de l'exploitation électronique des documents de la Liasse unique)  Des performances opérationnelles dégradées dans les ports depuis 2011, allongeant les délais d’opérations et constituant un goulot d’étranglement immédiat pour le fonctionnement de l’économie tunisienne. Le « lead time » pour se fournir en matières premières importées est désormais de 3 à 4 mois en Tunisie, contre un mois en Egypte.  Un manque d’infrastructures spécialisées (absence de port en eaux profonde, de plateformes logistiques…)  Une absence de clusters industriels, logistiques et maritimes, et une Offre de services logistiques incomplètes (absence de 3PL, 4PL…) Services Transport 2012 2013 2014 2015 Import 1 632 1 676 1 659 1 347 Export 1 468 1 274 1 164 807 en millions de US $
  14. 14. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 14 3.5.3 Le sous-secteur Transport aérien  Un réseau d’infrastructures aéroportuaires commerciales dense, couvrant tout le territoire, avec 8 Aéroports internationaux (Djerba-Zarzis, Enfida-Hammamet, Gabes-Matmata, Gafsa-Ksar, Monastir, Sfax-Thyna, Tabarka, Tozeur-Nefta, Tunis-Carthage) et deux aéroports nationaux  Des infrastructures de desserte aériennes dans les régions largement sous utilisées, voire abandonnées  Une absence de hubs logistico-industriels autour des aéroports  Un cadre réglementaire Tunisien suffisamment solide et développé pour envisager un rapprochement rapide des législations avec l'UE, avec une sécurité aéronautique proche des meilleurs niveaux européens  Un fret aérien peu développé 3.5.4 Le sous-secteur Transport logistique  Absence d’une agence institutionnelle en charge du développement de la Logistique et du développement de projets PPP  Une législation mal adaptée, avec un manque de compréhension des besoins et contraintes du marché (par exemple l’import de biens sans déclaration de destinataire final n’est pas autorisé par le code des douanes)  Une absence de zones d’activité logistique en Tunisie, excepté des zones pilotes  Une absence d’organisation de pôles de compétitivité autour de chaines de valeurs spécifiques pour faire baisser les couts logistiques globaux (développement d’avantages comparatifs bases sur la chaine de valeur).  Un ratio « Trade per Freight Weight »* de 382 US $ par tonne pour la Tunisie, très faible en contre 1091 US $ au Maroc et 861 US $ en Algérie. 3.5.5 Le Livre Blanc sur le T&L comme socle d’une politique publique ambitieuse Du fait de sa criticité dans l’achèvement de la performance économique globale, le secteur T&L fait régulièrement l’objet d’articles et d’études mettant en exergue ces déficiences. La dernière publication date de Février 2016, à travers un « Livre blanc sur les transports et la logistique en Tunisie » qui a identifié les obstacles au développement du secteur et recommande un plan d'action pour le moderniser. Ce Livre Blanc, élaboré par des spécialistes tunisiens, en collaboration avec des experts de la Banque Mondiale a révélé 6 déficiences majeurs :  Recul de la performance logistique nationale, qui vaut à la Tunisie d'être classée au 110e rang mondial, comparé au Maroc qui occupe le 50e.  Manque de performance du secteur portuaire qui coûte au pays près de 150 millions de dinars (MD) par an  Recul du transport public, dont la part s'écroule progressivement au profit de la voiture personnelle  Mauvaise gouvernance au niveau des entreprises publiques de transport, qui doivent faire
  15. 15. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 15 face à un déficit financier chronique  Coût de l'insécurité routière, qui représente 4,5% du PIB  Montée des émissions de gaz par les différents moyens de transport Le livre blanc propose concrètement 10 actions : 1. La mise en œuvre de la stratégie de développement de la logistique pour stabiliser le système logistique en Tunisie, dans le but de créer de la richesse et de l’emploi. 2. L’identification et le développement des plateformes d’échange entre divers modes de transport sur l’ensemble du territoire dans le cadre du Partenariat Public Privé. 3. L’intensification du plan d’urgence initié en 2014 pour améliorer la performance opérationnelle de la Stam au port de Radès et développer la logistique en Tunisie. 4. La finalisation des plans de développement du port de Radès et sa réalisation par le biais de partenariat public-privé ou en association avec la Stam. 5. La refonte du mode de fonctionnement des entreprises publiques placées sous la tutelle du ministère du Transport en passant d’un mode de contrôle a priori à un mode de contrôle a posteriori. 6. La publication des décrets d’application de la loi 2004 sur l’organisation des transports publics qui permet notamment aux opérateurs du secteur de bénéficier de compensation du manque à gagner induit par «la gratuité ou certaines réductions ». 7. La mise en place d’un plan d’action pour l’amélioration de la gestion de la sécurité routière. 8. La promotion du rôle de la SNCFT dans le transport du fret et des personnes en provenance ou à destination des zones défavorisées : l’objectif étant de désenclaver les régions intérieures. 9. La prise de mesures spécifiques pour faciliter le transport public des personnes à destination ou en provenance des zones défavorisées : le livre blanc suggère en effet au gouvernement d’envisager un régime de subvention en direction des zones défavorisées. 10. La définition et la mise en œuvre d’un plan de désenclavement de régions défavorisées comportant un programme national de développement de pistes rurales. Principaux défis pour la mise en place d'une stratégie sectorielle.
  16. 16. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 16 4 Potentiel de développement du secteur T&L Un système logistique performant et interconnecté est un atout primordial pour le développement économique de la Tunisie. Dans l'environnement actuel des affaires mondialisé et en évolution rapide, une performance supérieure de la chaîne logistique globale est une condition préalable pour attirer l’investissement, regagner des parts de marché et renforcer la compétitivité du pays. La façon dont seront acheminées les marchandises, présente une grande importance sur le plan des coûts, des délais de livraison, de la sureté des expéditions et sur l’image de marque de l’entreprise. Réduire les obstacles pesant sur les chaînes logistiques pourrait amplifier la croissance du PIB et le commerce mondial 6 fois plus vite que la réduction de tous les tarifs à l’importation selon un nouveau rapport du World Economic Forum4. Ceci exige de passer d’une vision instrumentale du Transport et Logistique, à une vision stratégique de la chaine logistique globale (ou encore la Supply Chain). 4.1 Les orientations politiques nationales : d’une vision instrumentale à une vision stratégique du secteur T&L  Pour faire de son secteur T&L un vecteur de croissance, la Tunisie doit basculer d’un système Logistique « passif » à un système logistique « actif » qui tire le développement simultané de l’industrie et du commerce. Les enjeux d’intégration territoriale sont aussi décisifs que la compétitivité économique. C’est pour cela que devront être pris en compte les exigences d’une planification à long terme -à horizon 25 à 30 ans- et multidimensionnelle, comportant des changements structurels aussi bien au niveau du secteur T&L, que les secteurs recourant au système logistique local et international. Le positionnement de la Tunisie sur des filières « Near Shore », moins sensibles aux augmentations des prix des carburants, travaillant à flux tendus et des cycles courts, en volumes réduits (comme le « fast fashion » dans le textile ou les « fleurs » dans le marché des produits frais) nécessitent des services logistiques de plus en plus sophistiqués, qui n’ont pas connu un grand développement en Tunisie à ce jour. Comme repris par la Banque Mondiale, les besoins futurs de l’économie domestique doivent aussi être pleinement considérés et intégrés dans la vision T&L, incluant les flux d’importation et de distribution destinés au marché domestique, ou encore le transport et stockage de la production agricole locale – secteurs qui historiquement ont été desservis par de petits acteurs locaux, peu compétitifs, pénalisant l’économie domestique. Il s’agit ici de mettre fin à la dichotomie entre l’activité « transport et logistique » pour les besoins de l’industrie offshore, et l’activité logistique de distribution pour le marché domestique, qui affiche un très grand retard. Il convient de rappeler que les infrastructures de transport et logistiques relèvent de la responsabilité de l’Etat, et représentent des investissements à la fois extrêmement lourds et structurants à long terme pour le tissu industriel. L’amélioration de la connectivité - axes routiers nationaux et internationaux, port en eaux profonde interconnecté, mais aussi aéroports (lignes desservies, passagers et fret,..), développement des « hinterlands » et hubs logistique-industriels, passera nécessairement par des politiques étatiques claires et engagées. 4 Lafargue, Yves. « L’économie de la Logistique ». Conférence organisée par le Ministère du Transport et l’UTICA à Tunis. Mai 2014.
  17. 17. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 17 Ces investissements doivent émaner d’un plan stratégique national associant le secteur privé, dans un cadre de PPP, pour mieux engager le secteur dans une bonne gouvernance. Rappelons que le budget de l’Etat pour le secteur T&L a pesé 9.4 Milliards de TND5 entre 2010 et 2014, dont 27,4% pour le transport maritime, 26,7% pour le secteur ferroviaire, 19,7% pour le transport inter urbain, 18.6% pour le transport aérien et 7,5% dans la logistique. En progression timide de 3% en moyenne par an. Les besoins en financement et en investissement ne sont que partiellement couverts. 4.2 Libérer le potentiel du secteur T&L pour renforcer la compétitivité globale Des objectifs ambitieux mais réalistes ont été avancés dans la feuille de route du Ministère du Transport en 2014, et qui se déclinent sur 5 ans comme suit: - Multiplier la capacité logistique par 2 et passer à un taux global d’utilisation des actifs à plus de 70% - Multiplier la valeur ajoutée dans les échanges par 4 - Diviser par 2 les coûts logistiques (passer de 20% à 10%) - Investir dans l’infrastructure 8 Milliards de TND et encourager le secteur privé à développer une offre de services de qualité - Générer 100 000 emplois Ce potentiel ne pourra être réalisé sans engager un plan global de mise à niveau, qui a été esquissé dans un livre blanc du Ministère du Transport et publié en février 2016, dont les principales recommandations sont : 1 La mise en œuvre de la stratégie de développement de la logistique pour stabiliser le système logistique en Tunisie, dans le but de créer de la richesse et de l’emploi. 2 L’identification et le développement des plateformes d’échange entre divers modes de transport sur l’ensemble du territoire dans le cadre du Partenariat Public Privé. 3 L’intensification du plan d’urgence initié en 2014 pour améliorer la performance opérationnelle de la Stam au port de Radès et développer la logistique en Tunisie. 4 La finalisation des plans de développement du port de Radès et sa réalisation par le biais de partenariat public-privé ou en association avec la Stam. 5 La refonte du mode de fonctionnement des entreprises publiques placées sous la tutelle du ministère du Transport en passant d’un mode de contrôle a priori à un mode de contrôle à posteriori. 6 La publication des décrets d’application de la loi 2004 sur l’organisation des transports publics qui permet notamment aux opérateurs du secteur de bénéficier de compensation du manque à gagner induit par «la gratuité ou certaines réductions ». 7 La mise en place d’un plan d’action pour l’amélioration de la gestion de la sécurité routière. 8 La promotion du rôle de la SNCFT dans le transport du fret et des personnes en provenance ou à destination des zones défavorisées : l’objectif étant de désenclaver les régions intérieures. 9 La prise de mesures spécifiques pour faciliter le transport public des personnes à destination ou en provenance des zones défavorisées : le livre blanc suggère en effet au gouvernement d’envisager un régime de subvention en direction des zones défavorisées. 5 Source Ministère du Transport. Novembre 2014
  18. 18. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 18 10 La définition et la mise en œuvre d’un plan de désenclavement de régions défavorisées comportant un programme national de développement de pistes rurales. Principaux défis pour la mise en place d'une stratégie sectorielle. Ces actions sont réparties par mode et fixent des objectifs en matière de politique publique sectorielle résumés dans le tableau suivant : Figure 1 : Plan d’actions du « Livre blanc sur les transports et la logistique en Tunisie » La mise en œuvre de ce plan d’actions exige un engagement fort et un changement culturel radical du secteur public, qui empêche l’essor du secteur T&L en assurant le monopole sur les services d’infrastructure, et en maintenant les entreprises publiques dans une position de dominateurs faibles sur les marchés de libre concurrence.
  19. 19. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 19 5 La notion de secteur de services « Backbone » Dans une étude sur les réformes à engager en Tunisie pour réaliser son potentiel insuffisamment exploité dans le secteur des services 6, la Banque Mondiale a avancé la notion de services « Backbone » pour les activités telles que les télécommunications, les services bancaires et le transport, du fait de leur impact multidimensionnel sur la compétitivité. Nous proposons dans cette étude d’inclure d’une manière plus large la notion de cluster « Backbone » qui sera défini comme suit : Un cluster de services « Backbone » est un ensemble d’activités contribuant à la production et commercialisation d’une offre de prestations verticales sur des chaînes de valeurs diversifiées, par des acteurs développant une complémentarité de métiers, et exerçant depuis un territoire donné, soumis à un domaine de droit formel. 5.1 Profilage du secteur T&L La présentation conventionnelle du secteur des services T&L en rubriques groupées par classe d’activité ne permet pas d’appréhender d’une manière évidente les opérateurs T&L, qui souvent opèrent dans plusieurs registres, ni de mesurer leur contribution d’une manière distinctive dans le développement du PIB, et encore moins d’évaluer leur impact sur le développement des autres industries. Comme la stratégie globale de la Tunisie est l’intégration des chaines de valeurs mondiales, il nous est apparu opportun de nous appuyer sur la décomposition présentée dans le rapport sur l’impact de la libéralisation sur le secteur des services7, et qui propose une articulation autour des 3 clusters suivants : Schéma 1 : Découpage d’un secteur « Backbone » par clusters  Cluster des services « Infrastructure » : qui sont les services qui fournissent une plate-forme (physique ou immatérielle) pour l‘exécution d’activités économiques ou des transactions intra ou inter chaîne de valeur. 6 Banque Mondiale « Intégration mondiale de la Tunisie. « Une nouvelle génération de réformes pour booster la croissance et l’emploi » 2008 7 Khanfir & Visentin. « Etude d’impact de la libéralisation du secteur des services dans le cadre des négociations avec l’UE et l’OMC ». Étude pour le compte de l’UTICA. 2005
  20. 20. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 20  Cluster des services « Support » : qui regroupent les activités qui permettent la supervision ou l’assurance qualité, conformité ou sécurité dans l’exécution de prestations, selon des standards et normes établies, ou encore de renforcer et dynamiser l’offre de services fournis.  Cluster des Services « Affaires » : qui regroupent les activités économiques qui délivrent des services aux clients finaux à travers des propositions de valeurs clairement identifiées. De ce point de vue, les services d’Infrastructure comportent les ports, aéroports et les infrastructures routières. Les services Support peuvent être illustrés par les instituts de formation ou de certification, ou encore les bureaux d’études et de conseil qui ont une offre de prestations en relation avec les T&L. Enfin, le cluster des services d’affaires regroupe les opérateurs économiques aussi bien dans le transport et la logistique que dans la distribution de matériels. 5.2 Mettre les secteurs « Backbone » au cœur du modèle de Développement Lors du Forum de l’Investissement de 2014, le gouvernement a présenté une approche pour la construction du futur modèle de développement de la Tunisie autour de trois secteurs « Backbone » qui permettrait un développement inclusif, avec un meilleur aménagement territorial et une plus forte intégration dans les chaines de valeurs mondiales. Ces trois secteurs sont la Finance, le Transport & Logistique et les TIC. Par conséquent, il y a lieu, non seulement de développer les capabilités intrinsèques de ces trois secteurs, mais aussi de développer les synergies intersectorielles par une fertilisation croisée entre les secteurs « Backbone » dans la réalisation de la compétitivité globale. Le futur modèle économique devra définir d’une manière précise au minimum les propositions suivantes :  Des projets innovants et structurants clairement identifiés, avec des véhicules et modalités de financement adaptés pour chaque cluster.  Une meilleure gouvernance sur les chaines d’approvisionnement avec une intégration technologique plus marquée pour améliorer les services et réduire les coûts des transactions  Une plus grande transparence (e-Government) pour une meilleure inclusion par les services publics  Une stratégie de financement favorisant l’innovation et un accès plus facile au marché du capital pour les PMEs En ces temps incertains, l’intégration des chaines de valeurs internationales parait être l’apanage pour se libérer des avantages compétitifs exclusivement basés sur des privilèges et des avantages offerts par le pays, et passer à des facteurs de compétitivité basés sur la performance et l’innovation des entreprises. Nous montrerons DANS CHAPITRES SUIVANTS comment mettre en œuvre une stratégie « créationniste » à même de drainer des investissements majeurs dans le domaine de la Logistique et générer ainsi des emplois à grande échelle, tout en s’insérant dans une logique de développement durable basée sur une nouvelle logique relationnelle entre les secteurs public et privé. Grâce au profilage sectoriel défini précédemment, nous allons analyser les besoins des prestataires de l’offre de services, pour une meilleure adéquation avec la demande locale et internationale.
  21. 21. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 21 6 ANALYSE STRATEGIQUE DU SECTEUR 6.1 PANORAMA DES PRINCIPAUX ACTEURS TUNISIENS DU SECTEUR T&L PAR CLUSTER 6.2 Enquête terrain exploratoire et analyse qualitative 6.2.1 Approche méthodologique et objectifs Dans l’optique de confirmer les principaux défis identifiés plus haut pour secteur T&L, et d’identifier et faire valoir les attentes des futurs bénéficiaires du programme PACS, en particulier en matière de conseil, formation et accompagnement, des échanges ont eu lieu avec différentes parties prenantes, appuyées par des interviews structurées via la transmission d’un questionnaire à une liste ciblée d’entreprises couvrant les trois clusters de services selon la décomposition proposée plus haut. Les réponses au questionnaire (liste des répondants en annexe), tout en restant à un niveau exploratoire, ont permis de mesurer l’intérêt de notre démarche, et faire une analyse qualitative des enjeux et des besoins des opérateurs du secteur T&L. Cette enquête pourrait, si besoin, servir de base à une enquête quantitative plus large, hors du périmètre de la présente étude. Comme les principaux acteurs du secteur T&L ont été sollicités, soit directement soit indirectement via leurs organisations représentatives, nous pouvons affirmer que la réticence à répondre à l’enquête et le faible nombre de répondants au questionnaire traduisent d’une certaine manière un faible intérêt pour le programme PACS.
  22. 22. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 22 6.2.2 Restitution de l’enquête exploratoire  Indications les Profils et caractéristiques des entreprises interviewées Graphique 1 : Répartition des entreprises selon leurs effectifs Graphique 2 : Répartition des entreprises selon leur chiffre d'affaires (en MDT)  Indications sur les stratégies d’expansion adoptées par les entreprises interviewées Graphique 3 : Répartition des entreprises selon la couverture géographique actuelle 29% 21% 36% 14% Moins de 20 Entre 20 et 50 Entre 50 et 250 Plus de 250 43% 29% 14% 14% Entre 1 et 5 Entre 5 et 20 Entre 20 et 50 Plus de 50 2% 4% 7% 7% 11% 13% 16% 16% 24% Amérique latine Moyen Orient Amérique du Nord Asie Europe Afrique Régionale - Intérieur de la… Maghreb Nationale
  23. 23. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 23 Graphique 4 : Répartition des entreprises selon la couverture géographique cible  La plupart des répondants sont des entreprises opérant dans le cluster affaires avec une couverture géographique principalement nationale. Ils ambitionnent en majorité à développer les marchés à l’export au détriment du marché local dans les prochaines années. Graphique 5 : Répartition des entreprises selon les canaux de distribution envisagés  Les développements futurs sur les marchés cibles reposent sur des stratégies de distribution diversifiées à l’exception des Joint-Ventures qui n’a pas l’air d’attirer les répondants. 5% 5% 5% 5% 13% 17% 12% 18% 20% Amérique latine Moyen Orient Amérique du Nord Asie Europe Afrique Régionale - Intérieur de… Maghreb Nationale 8% 27% 31% 35% Joint-Venture Bureaux en propre Fusion/acquisition Partenariat
  24. 24. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 24  Indications sur les problèmes rencontrés par les entreprises interviewées Graphique 6 : Répartition des entreprises selon les problèmes rencontrés lié au marché  Des facteurs exogènes à l’entreprise, comme la guerre des prix, le manque de régulation, les positions de monopole et la concurrence déloyale empêchent la majorité des répondants de faire de la croissance sur le marché local. Graphique 7 : Répartition des entreprises selon les contraintes règlementaires Exemples de contraintes réglementaires citées par les entreprises :  Une administration contre les initiatives personnelles  Un manque de structuration des différentes professions du secteur T&L Graphique 8 : Répartition des entreprises selon les contraintes macro-économiques 5% 5% 10% 19% 24% 38% Collusion avec le secteur public Marché parallèle Faible marché Monopole Manque de régulation Guerre des prix 13% 20% 27% 40% Licences commerciales Litiges commerciaux Besoins d'agrément Réglementation douanière 3% 6% 12% 18% 26% 35% Manque de liquidité bancaire Corruption Troubles sociaux Recouvrement des créances Lourdeur administrative Instabilité politique
  25. 25. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 25 Graphique 9 : Répartition des entreprises selon les contraintes fiscales  Selon les répondants, l’instabilité politique, la lourdeur administrative et fiscale sont les principales contraintes qui impactent négativement la compétitivité sectorielle.  Les besoins en termes de financement Graphique 10 : Répartition des entreprises selon les besoins de financement Graphique 11 : Répartition des entreprises selon l’horizon des besoins de financement  La priorité des répondants est de développer le business (18%) et d’acquérir du matériel (16%), et il y a très peu de besoins en financement pour des études, conseil et expertises techniques (8%). 21% 37% 42% Taux d'imposition Complexité fiscale Relation avec l’administration fiscale 8,0% 10,0% 10,0% 12,0% 12,0% 14,0% 16,0% 18,0% Etudes, conseils et… Immobilier Investissement en R&D Systèmes d'information Ressources humaines Efficacité opérationnelle Acquisition de matériel Business Development 21% 36% 43% Urgent (<3 mois) Court terme (< 9 mois) Moyen terme (> 9 mois)
  26. 26. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 26  Près de 50% des entreprises interviewées ont un besoin de financement compris entre 1 et 10 MTND Graphique 12 : Répartition des entreprises selon leurs besoin en financement en dinars Graphique 13 : Répartition des entreprises selon la durée de financement souhaitée  75 % des entreprises interviewés visent une durée de financement supérieure à 5 ans.  Les besoins en termes d'accompagnement et de conseil Graphique 14 : Répartition des entreprises ayant un besoin d'accompagnement 14% 29% 50% 7% Non établi Moins de 1 millions de dinars Entre 1 et 10 millions de dinars Plus de 10 millions de dinars 21% 36% 43% 3 ans 5 ans 7 ans 79% 21% Oui Non
  27. 27. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 27 Graphique 15 : Répartition des entreprises selon les besoins en conseil  Près de 80 % des répondants estiment avoir besoin d’accompagnement pour la préparation de leur plan de mise à niveau, qui doit être axé principalement sur le développement à l’export, car le marché tunisien n’est pas attractif. 6.3 Analyse PESTEL L'analyse PESTEL (Politique, Economique, Sociologique, Technologique, Ecologique, Légal) repose sur un cadre conceptuel permettant d'identifier l'influence (positive ou négative) que peuvent exercer, sur un système homogène formellement identifié, des facteurs macro-environnementaux. Dans le cas de notre analyse sectorielle, nous proposons une matrice d’analyse qui distinguera six facteurs macro-environnementaux qui peuvent influencer l’industrie du T&L, à savoir : - Politiques : stabilité gouvernementale, politique fiscale, protection sociale, projets structurants et programmes publiques, commerce extérieur, etc. - Economiques : cycle économique, évolution du PIB, accès au marché, financement, etc. - Sociologiques : démographie, mobilité sociale, emploi, niveau d'éducation, etc. - Technologiques : investissements technologiques, brevets et propriété intellectuelle, etc. - Écologiques : protection de l'environnement, retraitement de l’information, relation entre les parties prenantes, etc. - Légaux : Droit et règlementation, position de monopole, législation sur la santé, normes de sécurité, etc. 9,1% 18,2% 18,2% 18,2% 36,4% Intégration de SI Certification Planification stratégique Marketing Développement à l'export
  28. 28. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 28 PESTEL Facteurs Positifs Facteurs Négatifs Points sensibles / défis Politiques • Une volonté de mettre le T&L comme secteur prioritaire dans le futur modèle de développement économique et d’intégration territoriale • Une Loi sur la Taxe Transport prête et qui attend juste le décret d’application • Les polémiques autour des grands projets structurants, tels que le Port en Eau Profondes ou les Zones Logistiques, qui empêchent leur mise en œuvre • Un code d’investissement qui traine depuis 5 ans et qui freinent les investissements du secteur privé et les IDEs • Suppression de la dichotomie Off-Shore on- Shore pour libérer le potentiel de développements des entreprises, réaliser des économies d’échelles et réduire l’impact environnemental. Economiques • Une tendance marquée par l’externalisation des activités logistiques à même de réduire les coûts de transaction • Une production industrielle en déclin entrainant la baisse de la demande et la mise en difficulté des opérateurs. • Positions des syndicats vis-à-vis de la sous-traitance et l’outsourcing • Amélioration de la qualité de service et des marges du secteur T&L • Renforcement de l'infrastructure de base et la clusterisation Sociologiques • Un secteur T&L vital comme levier d’intégration territoriale • Des gisements importants d’emplois et des filières de formation existantes à renforcer • Climat social délétère et risque sécuritaire accrue. • Une gouvernance sectorielle à renforcer par le dialogue social et la communication • Des enjeux de sécurité globale à prendre en compte Technologiques • Généraliser TTN à l’ensemble des ports et intégration du Système de contrôle douanier • De nouveaux modèles économiques rendus possibles par les TIC en faveur du Transport Intelligent • Faible interconnexion entre les services d’infrastructures • Des obstacles aux activités innovantes • Une intégration des chaines de valeurs mondiales par les TIC • Développement de Start-ups technologiques innovantes Ecologique • Des Zones d’Activités Logistiques pilotes identifiés qui apporteront des solutions d’économies d’énergie et réduction de l’impact environnemental • Des taxes environnementales (Taxe Carbone pour l’aérien) non encore implémentées faute de Décret d’application • Mesurer la performance globale et l’impact sociétal du secteur T&L Légaux • Des aspects réglementaires en termes de risque et sécurité dans l’aérien à généraliser dans les autres sous-secteurs. • Distorsions sur les marchés et expansion de l’informel avec une impunité pour les pratiques déloyales ou dangereuses. • Une normalisation des pratiques par filière • Diminution des contraintes réglementaires et fiscales et administratives pesant sur les entreprises
  29. 29. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 29 6.4 Analyse ROAD© La matrice ROAD© (Risques, Obstacles, Atouts, Défis)8 repose sur une démarche d’analyse itérative qui permet de mesurer les risques qui guettent un système homogène formellement identifié, à partir d’un recensement des défis, et la mise en exergue des atouts et obstacles qui les sous-tendent. Dans notre analyse du secteur T&L, nous partons des défis relevés dans l’enquête exploratoire avec quelques reformulations et ajustements issus des échanges informels avec les parties prenantes du secteur. 6.4.1 Analyse ROAD© du cluster des services d’infrastructure Défis Risques  Renforcement de l'infrastructure de base et la clusterisation des activités logistiques  Des enjeux de sécurité globale à prendre en compte  Une gouvernance sectorielle à renforcer par le dialogue social et la communication  La majorité des entreprises publiques du secteur T&L sont en difficulté financière.  Faibles ressources de financement pour de nouvelles lignes pour accompagner le développement du commerce extérieur Atouts Obstacles  Position géostratégique avantageuse  Nombre de ports important  Une Loi sur les PPP qui a été votée.  Non adéquation de l’infrastructure avec les normes internationales  Pas d'installation de transfert intermodal  Faible maintenance et vétusté des équipements 6.4.2 Analyse ROAD© du cluster des services de support Défis Risques  Planification et exécution de projets Partenariat Public Privé  Mesure de la performance et normalisation des pratiques par filière  Développement de Start-ups innovantes dans le secteur T&L grâce à des véhicules de financement adaptés  Cadre juridique sur les PPP non supporté par des décrets d’application  Informations publiques sur le T&L non structurées et indisponibles  Multiplication des tutelles et des vis-à-vis  Manque d’expérience dans le domaine PPP et défiance des parties prenantes Atouts Obstacles  Maîtrise technologique et expérience réussie d’une intégration d'une plateforme collaborative (Tunisia Trade Net).  Vide juridique et éclatement des tutelles  Saturation et lourdeur administrative  Concentration des contrôles aux frontières et procédures contraignantes générant des goulets d’étranglement et réduisant la capacité de l’infrastructure. 8 Copyright2012@Mondher Khanfir
  30. 30. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 30 6.4.3 Analyse ROAD© du cluster services affaires Défis Risques  Développer les activités et l’offre des services T&L  L’émergence de champions locaux de taille critique par restructuration des entreprises en difficulté, et Fusion- Acquisition pour le renforcement des capabilités et le positionnement sur les marchés internationaux  L’intégration des chaines de valeurs mondiales par l’innovation technologique (IoT, e-Logistique, etc…)  Une faible demande locale essentiellement guidée par le prix  Surcoût généré par l'intégration des normes internationales et qui ne sera jugulé que s’il a atteinte d’une masse critique dans les échanges  Le non accès aux marchés internationaux pour les opérateurs locaux pour non accord sur le libre-échange. Atouts Obstacles  Présence de grands opérateurs mondiaux du secteur T&L dans l’Off-shore à encourager à investir dans l’On-Shore  Difficulté d'accès au Financement pour les start-ups  Faible productivité globale et lourdeurs administratives pénalisant les PMEs  Un cadre réglementaire bloquant pour les investisseurs étrangers
  31. 31. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 31 7 Feuille de route et traduction en plan opérationnel 7.1 Feuille de route pour une mise à niveau systémique du secteur T&L En mettant en perspective les différents enseignements de cette étude, et en rassemblant les actions à engager pour affronter les défis identifiés pour chaque cluster, et auxquels font face l’ensemble des acteurs du secteur T&L, nous obtenons une matrice d’initiatives articulées autour des trois lots d’actions, et qui forment le socle de la feuille de route d’amélioration de la compétitivité globale du secteur T&L. Afin de faciliter la lecture, nous avons défini 4 catégories d’actions qui entrent dans le cadre de la mise à niveau, comme suit : TA Technical Assistance & studies TR Training & capacity building SW Seminars & workshops BC Business Consulting Et pour l’ordonnancement temporel, nous avons défini 3 horizons temporels et 3 tailles de missions selon le tableau suivant : H1 à engager de suite H2 à engager dans quelques semaines H3 à engager dans quelques mois S Mission de moins de 10hj M Mission supérieure à 11 hj et de moins de 50hj L Mission de plus de 50 hj Voici donc les Actions qui découlent de l’analyse du cluster des services d’infrastructures : Cluster 1 Type d'action Horizon / Sizing 1 TA H1 / L 2 TA H1 / M 3 TA + TR H1 / M 4 TR H2 / S 5 TR H2 / S 6 SW H2 / M 7 SW H2 / M 8 TA H3/ M Consolider et/ou connecter les services d'infrastructure Etude de la demande en services d'infrastructure T&L sur 20 ans. Management de projets complexe et d'envergure Formulation d'une Politique publique et adapter la fiscalité au secteur T&L Stratégie de renforcement de la compétitivité logistique Renforcement de l'Observatoire T&L et mise en place d'une instance de gouvernance Valorisation et gestion des actifs (infrastructures matérielles et immatérielles) Renforcement des systèmes de sécurité et management du risque global Mise en cohérence des données statistiques et du référentiel des classes de services T&L
  32. 32. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 32 Actions qui découlent de l’analyse du cluster des services de support : Actions sui découlent de l’analyse du cluster des services d’affaires 7.2 Traduction en plan opérationnel et recommandations En détaillant et reclassant les initiatives proposées dans cette matrice, selon l’horizon temporel, nous obtenons plan opérationnel qui pourra être engagée sur plusieurs fronts, mais qui ne donnera son plein résultat, qu’une fois arrivé à la concrétisation des 20 actions proposées, et qui peuvent se poursuivre au- delà du programme PACS. Lot 1 du plan opérationnel du programme PACS du secteur T&L Cluster 2 Type d'action Horizon / Sizing 9 TR H1 / S 10 TR H1 / S 11 TR H2 / M 12 TR H2 / M 13 SW H2 / M 14 TA H2 / L Améliorer la qualité des services de support et/ou réduire les coûts de transaction Accélérer la restructuration des entreprises en difficulté, privées ou "privatisables" Développer les stratégies de fusion-acquisition Appui à l'intégration des normes et standards internationaux Conférence nationale sur l'impact de la digitalisation sur le secteur T&L Création d'un corps d'Auditeurs en Sécurité et Gestion du Risque Global Formation d'Experts en PPP Cluster 3 Type d'action Horizon / Sizing 15 BC H1 / L 16 BC H2 / M 17 BC H2 / M 18 SW H2 / L 19 TR H3 / M 20 SW H3 / S Renforcer le potentiel de croissance des opérateurs et favoriser l'Innovation et l'internationalisation Séminaire sur le tableau de bord logistique Formation aux "Normes Internationales & Bonnes Pratiques dans le T&L" Stratégie d’innovation par essaimage-absorption de startups digitales Audit RH et préparation d'un plan de gestion d'emplois et de carrières Etablissement de partenariats en vue d'une expansion à l'international Réalisation de Plans de Développement Stratégiques Profil des experts Etude de marché Stratégie et compétitivité logistique spécialité PPP dans le secteur T&L Critères de sélection Une référence dans chaque domaine cité 10 à 15 ans d'expérience Etude du marché des services T&L (infrastructure) Elaboration de recommandations pour soutenir / orienter la demande Livrables Cartographie de la demande et identification des facteurs impactants élaboration de scénarii pour chaque catégorie de demande et traduction en évolution volumétrique et financière Un plan d'interopérabilité des services d'infrastructures et des projets PPP à favoriser 1 Etude de la demande en services d'infrastructure T&L sur 20 ans. TA H1 / L Bénéficiairepotentiel:organisation professionnelle/syndicat Résultats attendus Projections des besoins en capacités et en services d'infrastructure sur 20 ans. identification des projets de services d'infrastructures à développer notamment en PPP Activités à réaliser
  33. 33. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 33 2 TA H1 / M Critères de sélection Une référence au moins pour chaque domaine citée dans les livrables 5 à 10 ans d'expérience dans le conseil Livrables Manuel des besoins en indicateurs d'activité et de performance Un référentiel de l'information statistique à fournir dans le cadre du eGov une proposition de classification des services T&L Profil des experts Business intelligence et logistique Statistiques et en système décisionnel juriste spécialisé dans le domaine T&L Mise en cohérence des données statistiques et du référentiel des classes de services T&L Bénéficiairepotentiel:organisation professionnelle/syndicat Résultats attendus Tableau de bord avec l'ensemble des données statistiques et les indicateurs nécessaires à une gouvernance globale Recensement, Analyse et Ajustement des classes de services T&L Activités à réaliser Recensement des activités T&L et des données statistiques y afférantes disponibles et manquantes Revue des classes de services et benchmarking avec des pays avancés en matière logistique proposition d'une nomenclature pour les activités T&L en concordance avec les référentiels de l'UE et de l'OMC 3 TA + TR H1 / M Profil des experts Management du risque global dans le domaine T&L Stratégie de développement et analyse systémique Formation en Management des Risques Critères de sélection Deux références au moins dans les domaines précités 10 à 15 ans d'expérience Activités à réaliser Audit sécurité dans les principaux sites et relevés des écarts et des défaillances Formulation d'une stratégie de management du risque global et traduction en initiatives Court, Moyen et Long Termes Formation d'une Task Force Public/Privée dédiée en charge du suivi et la pérénisation de l'action Livrables Rapport d'Audit du système de gestion des risques actuel dans le domaine T&L Proposition de scénarii pour la stratégie de renforcement du système de gestion des risques Plan de mise en œuvre et budgétisation Renforcement des systèmes de sécurité et management du risque global Bénéficiairepotentiel:organisation professionnelle/syndicat Résultats attendus Elaboration d'une stratégie de management de la sécurité et du risque global Renforcement des systèmes de sécurité globale Profil des experts Consultant formateur spécialiste en restructuration d'entreprise Critères de sélection 3 références au moins dans le domaine connaissance du contexte local Elaboration d'un programme de formation Elaboration d'une étude de cas réalisation de l'action de formation Livrables sessions de formation sur la restructuration des entreprises en difficulté Etude de cas dans le domaine T&L 9 Accélérer la restructuration des entreprises en difficulté, privées ou "privatisables" TR H1 / S Bénéficiairepotentiel:CabinetsConseils/ consultantsindépendants Résultats attendus Renforcement de capacité pour les consultants spécialisés en redressement des entreprises en difficulté Etudes de cas Activités à réaliser
  34. 34. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 34 Lot 2 du plan opérationnel du programme PACS pour le secteur T&L Profil des experts Consultant formateur spécialiste en fusion acquisition Critères de sélection 3 références au moins dans le domaine connaissance du contexte local Elaboration d'un programme de formation Elaboration d'une étude de cas réalisation de l'action de formation Livrables sessions de formation sur les stratégies de fusion acquisition Etude de cas dans le domaine T&L 10 Développer les stratégies de fusion-acquisition TR H1 / S Bénéficiairepotentiel:CabinetsConseils/ Consultantsindépendants Résultats attendus Renforcement de capacité pour des consultants spécialisés en fusion acquisition Etudes de cas Activités à réaliser Profil des experts Conseil en développement d'affaires Expert Métier / connaisseur du marché de l'entreprise Spécialiste en investment advisory et levée de fonds. Critères de sélection 3 références au moins pour les domaines cités 5 ans d'expérience Cadrage stratégique Analyse du marché, du positionnement, du potentiel de croissance et des avantages compétitifs de l'entreprise Plan d'investissement et projections des besoins en financement. Livrables Plan de développement stratégique avec les éléments qui justifient l'investissement. Plan et stratégie de financement 15 Réalisation de Plans de Développement Stratégiques BC H1 / L Bénéficiairepotentiel:Entreprise Résultats attendus Rédaction de plan de développement stratégique pour l'entreprise Activités à réaliser 4 TR H2 / S Critères de sélection Une référence au moins dans chaque domaine cité 10 à 15 ans d'expérience dans le conseil ou formation professionnelle Livrables Etre capable d'inventorier des actifs physiques et immatériels en particulier dans le cluster infrastructure T&L Savoir rédiger un rapport d'Audit Comptable, Financier & Industriel Savoir comment élaborer un Plan de maintenance général (préventif et curatif) et budgétisation Profil des experts Audit Comptable, Financier et Industriel Spécialiste en Total Productive Maintenance Infrastructure T&L Valorisation et gestion des actifs (infrastructures matérielles et immatérielles) Bénéficiairepotentiel:Institutdeformation /grapped'entreprises Résultats attendus Maîtrise de l'évaluation et la valorisation des services d'infrastructure physiques et immatériels Savoir mesurer la capacité installée et évaluer les coûts des services rendus Appréhender les systèmes de gestion des actifs Activités à réaliser Session de formation sur l'inventaire des actifs physiques et immatériels et audit général (Comptable, Financier & Industriel) Formation sur l'Audit Comptable, Financier et Industriel Formation sur le Plan de maintenance général (préventif et curatif) et budgétisation
  35. 35. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 35 Critères de sélection Une référence dans les spécialités mentionnées 10 ans d'expérience dans le conseil ou la formation Sessions de formation sur la planification stratégique des projets complexe et d'envergure Sessions de formation sur le management de projets d'infrastructure T&L Elaboration d'études de cas T&L pris dans le contexte tunisien Profil des experts Gestion de projet complexe Spécialité Infrastructure T&L Conseil ou Formation professionnelle dans le domaine T&L Bénéficiairepotentiel:Institutde Formation/grappesd'entreprises Résultats attendus Renforcement des capacités à gérer des projets complexe et d'envergure dans le domaine T&L Savoir planifier stratégiquement des projets complexe et d'envergure Activités à réaliser Elaboration d'un cas d'étude dans le domaine T&L Assurer la formation d'une population de professionnels en exercice mesurer la satisfaction des bénéficiaire et rédiger un rapport post formation Livrables 5 Management de projets complexe et d'envergure TR H2 / S Critères de sélection une référence au moins dans les domaines précités expérience de plus de 10 ans dans le conseil aux gouvernements et organisations internationales Une note de politique publique avec un focus sur la simplification administrative et fiscale Des recommandations pour l'implémentation et la mesure d'impact Profil des experts Policy Advisor Juriste et Fiscaliste Stratège et formateur en T&L Bénéficiairepotentiel:organisation professionnelle/syndicat Résultats attendus Un travail collégial de rédaction d'une note de politique publique validée par l'ensemble des parties prenantes en vue d'une simplification administrative et fiscale pour les acteurs du secteur T&L Activités à réaliser réunir les informations nécessaires à la rédaction d'une note de politique publique visant la simplification administrative et fiscale Former les parties prenantes à la rédaction de note de politique publique rédiger la note de politique publique en matière de T&L Livrables 6 Formulation d'une Politique publique et adapter la fiscalité au secteur T&L SW H2 / M Critères de sélection 3 références dans l'organisation de séminaires internationaux plus de 10 ans d'expérience dans la stratégie logistique, la communication et la relation publique connaissance du tissu local et international Un plan de renforcement des principales chaines logistiques en Tunisie Un plan de renforcement de l'investissement privé Un plan d'interopérabilité entre les différents modes Profil des experts Stratégie et compétitivité Logistique Organisation de séminaires internationaux Communication et relation publique Bénéficiairepotentiel:organisation professionnelle/syndicat Résultats attendus Stratégie de développement de la compétitivité logistique Assurer une meilleure intégration dans les chaines de valeurs mondiales Activités à réaliser Organisation d'un séminaire de haut niveau sur l'Economie de la logistique Cas d'étude Supply Chain du Ciment, du phosphate, des céréales,…etc. Livrables 7 Stratégie de renforcement de la compétitivité logistique SW H2 / L
  36. 36. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 36 Profil des experts Gestion de projet Spécialité PPP Conseil ou Formation professionnelle dans le domaine T&L Critères de sélection Une référence au moins dans chacune des spécialités mentionnées 5 ans d'expérience dans le conseil ou la formation Elaboration d'un cas d'étude PPP dans le domaine T&L Assurer la formation d'un pool d'experts PPP Mesurer la qualification des bénéficiaires et rédiger un rapport post formation Livrables Sessions de formation sur la planification stratégique de projets PPP Sessions de formation sur le financement de projets PPP Elaboration d'études de cas PPP pris dans le contexte tunisien 11 Formation d'Experts en PPP TR H2 / M Bénéficiairepotentiel:cabinetsconseils/ consultantsindépendants Résultats attendus Renforcement des capacités à formuler des projets PPP dans le domaine T&L Savoir planifier stratégiquement des projets PPP Activités à réaliser Profil des experts Formateur en Sécurité et Gestion du risque global Auditeur en Sécurité et gestion des risques dans le domaine T&L Critères de sélection Une référence au moins dans chacune des spécialités mentionnées 10 ans d'expérience dans l'Audit ou la formation Elaboration d'une méthodologie d'Audit de la sécurité dans le domaine T&L Assurer la formation d'un pool d'auditeurs en sécurité et gestion du risque global Mesurer la qualification des bénéficiaires et rédiger un rapport post formation Livrables Sessions de formation sur la méthodologie de gestion du risque global Sessions de formation sur l'audit des systèmes de gestion des risques Réalisation d'exercices sur le terrain et communication aux parties prenantes 12 Création d'un corps d'Auditeurs en Sécurité et Gestion du Risque Global TR H2 / M Bénéficiairepotentiel:Institutde Formation/cadresd'entreprises Résultats attendus Développer et renforcer les systèmes de gestion des risques dans le domaine T&L Savoir auditer l'intégrité et l'efficacité des systèmes de gestion des risques Concevoir et améliorer des dispositifs de gestion des risques Activités à réaliser Profil des experts Spécialité Digital Economy, e-Logistique, Supply Chain Management,… Organisation de conférence Stratégie et planification de projets Critères de sélection Trois références au moins dans chaque domaine cité 5 à 10 ans d'expérience Conférence nationale sur la digitalisation dans le domaine T&L Appel à projets et présentation de cas d'étude Identifier et formuler des projets mobilisateurs structurants Livrables réalisation d'une conférence nationale liste de projets de Digitalisation mobilisateurs et structurants dans le domaine T&L Une communication sur le résultat des travaux et recommandations pour la mise en œuvre des projets identifiés 13 Conférence nationale sur l'impact de la digitalisation sur le secteur T&L SW H2 / M Bénéficiairepotentiel:organisation professionnelle/syndicat Résultats attendus Développer une vision du potentiel de la Digitalisation sur l'économie en général et le secteur T&L en particulier Mobilisation du secteur privé pour investir dans la digital economy Réunir l'ensemble des parties prenantes autour de projets mobilisateurs structurants Activités à réaliser
  37. 37. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 37 Profil des experts Juriste spécialisé en T&L Stratège et policy advisor en T&L Critères de sélection une référence au moins par domaine cité plus de 10 ans d'expérience Recensement des normes et standards tunisiens et européens dans le secteur T&L analyse des écarts entre les normes européennes et le droit tunisien proposition d'un plan de convergence normatif et réglementaire Livrables liste des normes européennes et tunisiennes en matière de T&L Identification des écarts critiques par rapport à l'intégration régionale et le libre échange Plan de convergence normatif et réglementaire avec des recommandations pour la mise en œuvre 14 Appui à l'intégration des normes et standards internationaux TA H2 / L Bénéficiairepotentiel:organisation professionnelle/syndicat Résultats attendus rapprochement normatif et réglementaire entre la Tunisie et l'UE dans le domaine des T&L Activités à réaliser Profil des experts Marketing et Développement des Affaires Connaisseur des marchés du T&L à l'international Critères de sélection 3 références au moins dans les domaines cités 10 ans d'expérience dans le conseil Développement d'une plateforme de mise en relation et de partenariat dans le domaine T&L Promotion des appels à partenariats dans les circuits internationaux accompagnement dans la concrétisation des conventions de partenariats Livrables Objectifs et stratégie de partenariat Plan de travail et plateforme de mise en relation et de partenariat convention de partenariat signée 16 Etablissement de partenariats en vue d'une expansion à l'international BC H2 / M Bénéficiairepotentiel:Entreprise Résultats attendus Recherche et mise en relation avec des partenaires stratégiques internationaux dans le domaine T&L Activités à réaliser Profil des experts Consultant en Organisation et Performance Opérationnelle Spécialiste GRH et Capital Humain Critères de sélection 5 références au moins dans chaque domaine cité 10 ans d'expérience Cadrage stratégique et Audit de l'organisation et de la fonction GRH en particulier Analyse des écarts et élaboration d'un plan de renforcement de la fonction GRH comme Business Partner Développement et mise en place d'un système de gestion des emplois et carrières Livrables Audit stratégique et organisationnel Plan de renforcement de la fonction RH comme Business Partner Mise en place d'un système de gestion des emplois et carrières 17 Audit RH et préparation d'un plan de gestion d'emplois et de carrières BC H2 / M Bénéficiairepotentiel:Entreprise Résultats attendus Renforcement du capital humain dans les entreprises du secteur T&L Activités à réaliser
  38. 38. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 38 Lot 3 du plan opérationnel du programme PACS du secteur T&L Profil des experts Spécialiste du Transport Intelligent, Digital Economy Startups maîtrisant les technologies IoT, BigData, Blockchain,… Investment Advisory & levée de fonds Critères de sélection 1 référence au moins dans chaque domaine cité 5 ans d'expérience Appel à projets dans le cadre d'un concours sur les Technologies au service du T&L Orientation / Accompagnement des projets de startups Stratégie de financement et acquisition de startups digitales Livrables Plan d'accompagnement de startups digitales avec un budget arrêté et le financement assuré Liste de startups dans le domaine T&L éligibles à l'accompagnement 18 Stratégie d’innovation par essaimage-absorption de startups digitales SW H2 / L Bénéficiairepotentiel:organisation professionnelle/syndicat Résultats attendus Favoriser l'émergence de startups technologiques dans le secteur T&L par essaimage ou sponsoring de programmes renforcer l'intégration technologique par le parrainage / absorption de startups digitales (IoT, Big Data,…etc) Activités à réaliser 8 TA H3/ M Profil des experts Stratégie Transport & Logistique, Modélisation économétrique et statistiques Business Intelligence & Data Analyst Critères de sélection Une référence au moins pour chaque domaine citée 5 à 10 ans d'expérience dans le conseil La connaissance du contexte tunisien serait un plus. Activités à réaliser Analyse des besoins en matière de suivi de la performance et de l'impact à partir des politiques publiques T&L Analyse des tableaux de bord existants p/p aux besoins et proposition d'un plan d'actions Identification des écarts par rapport aux références normatives et standards internationaux en matière de T&L Livrables Modèle d'audit et mesure de la performance et évaluation des bases de données statistiques existantes Modèle et structure organisationnelle de l'instance de gouvernance sectorielle public-privée Etude de faisabilité et recommandations pour la mise en place d'une instance de gouvernance sectorielle public-privée Renforcement de l'Observatoire T&L et mise en place d'une instance de gouvernance Bénéficiairepotentiel:organisation professionnelle/syndicat Résultats attendus Renforcement de l'Observatoire T&L (Ressources, outils de travail, procédures,...) Mise en place d'une instance de gouvernance paritaire Public- Privée Profil des experts Expert en normalisation et bonnes pratiques internationales dans le domaine T&L Conseil ou Formation professionnelle dans le domaine T&L Critères de sélection Une référence au moins dans chacune des spécialités mentionnées 5 ans d'expérience dans le conseil ou la formation Elaboration d'un cas d'étude "Normes & Bonnes Pratiques" dans le domaine T&L Assurer la formation d'un pool de spécialités issus de l'entreprise Mesurer la qualification des bénéficiaires et rédiger un rapport post formation Livrables Sessions de formation sur l'intégration des normes internationales et les bonnes pratiques Sessions de formation sur la mesure de la performance "normative" Elaboration d'études de cas pris dans le contexte tunisien 19 Formation aux "Normes Internationales & Bonnes Pratiques dans le T&L" TR H3 / M Bénéficiairepotentiel:entreprise Résultats attendus Renforcement des capacités et appréhension des normes internationales et bonnes pratiques dans le domaine T&L Savoir aligner les contraintes normatives avec les impératifs de compétitivité de l'entreprise Activités à réaliser
  39. 39. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 39 In fine, et afin de réunir toutes les conditions de succès pour une mise en œuvre optimale du plan opérationnel proposé dans cette étude pour le secteur T&L, nous appelons à tenir compte des recommandations suivantes : 1) La rédaction des termes de référence pour l’ensemble des 20 actions est à confier de préférence à une seule personne ou équipe, afin de garder la cohérence globale et éviter les redondances ou de débordement du périmètre d’actions. 2) Associer dès le départ de l’implémentation du plan opérationnel, l’ensemble des parties prenantes, aussi bien du secteur privé que public, afin de garantir une contribution effective et un engagement de convergence des objectifs et des intérêts. 3) Assurer une bonne communication sur le programme PACS, ses tenants et aboutissants, ses réalisations au fur et à mesure de sa mise en œuvre, et enfin bien mettre en avant ce qu’il apporte en termes de solutions de financement pour les entreprises du secteur. Profil des experts Spécialité Performance logistique, Supply Chain Management,… Organisation de conférences de haut niveau Système d'information et Décisionnel Critères de sélection Trois références au moins dans chaque domaine cité 5 à 10 ans d'expérience Conférence nationale sur la compétitivité logistique et le tableau de bord sectoriel Appel à projets et présentation de cas d'étude Identifier et formuler un projet de plateforme décisionnelle sectorielle Livrables réalisation d'une conférence nationale cahier des charges du tableau de bord avec la définition de chaque indicateurs Communication du résultat des travaux et recommandations pour la mise en œuvre du tableau de bord Logistique 20 Séminaire sur le tableau de bord logistique SW H3 / S Bénéficiairepotentiel:organisation professionnelle/syndicat Résultats attendus Développer une vision commune du Tableau de Bord sectoriel T&L Incitation des parties prenantes à fournir les informations nécessaires au tableau de bord sectoriel Activités à réaliser
  40. 40. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 40 8 Annexes 8.1 Données macro-économiques
  41. 41. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 41 8.2 La liste des répondants au questionnaire Entreprise Principales Activités Cluster Agence Maritime Mohab Transit et transport multimodal Affaires TTRI Transport et Logistique Affaires GREEN TUNISIE Transport international Affaires Ste de transport collectif Transport routier urbain Affaires AACC SINDBAD Group Transport et Logistique Affaires ALL SEAS SHIPPING AGENCY Services portuaires et consignation Support STAM Services et Logistique portuaire Infrastructure Institut Méditerranéen de Formations aux métiers maritimes Formation transport et logistique Support EXPRESS LOGISTIC Transport aérien & Logistique Affaires SAROST SA Travaux et Logistiques maritimes Affaires VECTORYS Transport international et Logistique Affaires GENERAL TRANSPORT AND LOGISTICS- GTL SARL Transport et logistique Affaires STE TIMAR TUNISIE ON SHORE SARL Transport international et logistique Affaires Computer Distribution Distribution et logistique Affaires 8.3 Proposition d’une liste de bénéficiaires potentiels du programme PACS Cf. répertoire en annexe sous format Excel. 8.4 Bibliographie OMC « statistiques du commerce international » https://www.wto.org/french/res_f/statis_f/tradeserv_stat_f.htm www.wto.org Ministère du Transport http://www.snt.com.tn/ Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat http://www.utica.org.tn/Fr/ Banque Mondiale http://www.worldbank.org/en/country/tunisia http://lpi.worldbank.org/report
  42. 42. DIFFUSION RESTREINTE AOUT 2016 42 CONTACT COLOMBUS CONSULTING ADRESSE (SIEGE SOCIAL) RUE DU LAC VICTORIA LES BERGES DU LAC – 1053 TUNIS IMMEUBLE LAC DES CYGNES BLOC A SITE WEB WWW.COLOMBUS-CONSULTING.COM NOM, PRENOM ET FONCTION DU RESPONSABLE MONDHER KHANFIR, SENIOR ASSOCIATE PARTNER MAIL : KHANFIR@COLOMBUS-CONSULTING.COM

×