Faculté de Lettres et Civilisations
Département Information et Communication
Master Sciences Humaines et Sociales
Mention ...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
2
Remerciements
Pour écrire c...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
3
Je remercie mes proches,
Vi...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
4
Résumé
Le public des séries...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
5
REMERCIEMENTS 2
RÉSUMÉ 4
AB...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
6
CONCLUSION 59
RÉFÉRENCES 60...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
7
Introduction
Les séries tél...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
8
Dans une première partie, n...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
9
1. Des séries produites par...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
10
Les networks sont les cinq...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
11
Les séries dites « de qual...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
12
Aux États-Unis, l’importan...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
13
injures sont systématiquem...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
14
1.2. Les stratégies de pro...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
15
1.2.2. Historique de la pr...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
16
La Cinq, par le catalogue ...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
17
En 1989, TF1 et Antenne 2 ...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
18
ABC) et Sliders : Les Mond...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
19
lancées la même année par ...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
20
Audiences FBI : Portés Dis...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
21
troisième partie de soirée...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
22
Audiences séries prime-tim...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
23
avec 111 soirées de prime-...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
24
1.2.7. Politique d’acquisi...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
25
gratuites. Pour ces séries...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
26
(AMC). Il faut également n...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
27
seconde partie de soirée p...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
28
Les grands succès d’audien...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
29
séries dans ces conditions...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
30
2. La consommation délinéa...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
31
La numérisation a conduit ...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
32
2.1. Offre illicite
La Had...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
33
Le référencement sur ce si...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
34
2.1.1. Le fansubbing, une ...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
35
Sur ces sites revendiquant...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
36
Il y a un véritable effort...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
37
le travail est concerté au...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
38
Ces sites de téléchargemen...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
39
En 2008, les séries téléch...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
40
Classement des séries les ...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
41
2.2. Offre légale
2.2.1. P...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
42
Nous constatons une nette ...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
43
2.2.2. Quand la VOD se met...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
44
Le Baromètre GfK – NPA Con...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
45
octobre 2012, la VOD d’Ora...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani
46
2.2.4. L’offre légale grat...
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.

720 vues

Publié le

Master's Thesis in French that analyzes the consumption of American scripted television France on TV and online.

Publié dans : Données & analyses
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
720
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet.

  1. 1. Faculté de Lettres et Civilisations Département Information et Communication Master Sciences Humaines et Sociales Mention Information et Communication Spécialité Scénarisation de Contenus Audiovisuels Multi-support Année Universitaire 2012-2013 Myriam Louzani Tuteur universitaire : Catherine Dessinges SÉRIES AMÉRICAINES : LE NOUVEAU RAPPORT DE FORCE ENTRE TÉLÉVISION ET INTERNET
  2. 2. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 2 Remerciements Pour écrire ce mémoire, j’ai eu la chance de bénéficier de l’aide de professionnels attentifs et concernés qui se sont mobilisés pour me fournir les informations dont j’avais besoin. Tout d’abord, je remercie également les professionnels qui m’ont consacré du temps en m’accordant des entretiens très constructifs, Marie-Aurélie, Julie, Alice, Karine, Olivier et Georgetta des services d’acquisitions de TF1 et Canal + pour leur aide concernant la politique d’acquisitions de ces chaînes, d’autant plus vu le caractère confidentiel et stratégique de leur activité, Matthieu, responsable du développement de MyTF1VOD et Matthieu, responsable éditorial de la P-VOD, qui se sont montrés disponibles et m’ont expliqué le fonctionnement de la plateforme MyTF1VOD et du marché de la VOD. Je remercie les membres du service de la Direction du Marketing et de la Prospective de Programmes de TF1 qui ont toujours répondu à mes nombreuses questions et, par leur contribution, ont grandement participé à ce mémoire, Thomas, mon binôme estival, qui a suivi l’élaboration de ce mémoire au plus près, et s’est montré d’une patience infinie. Ses conseils m’ont beaucoup facilité l’exercice, Alexandre, pour ses informations chiffrées sans lesquelles je n’aurais pas pu travailler. Le temps qu’il a passé à m’aider pour ce mémoire est à la hauteur de sa gentillesse, Clément, qui m’a apporté son analyse d’expert et m’a aidée à rendre ce mémoire le plus précis et le plus juste possible, Richard, pour sa créativité et son soutien, Marion, pour ses remarques constructives et pertinentes, Françoise, Christophe, François et Nicolas, qui ont chacun apporté des informations ayant permis d’écrire ce mémoire, Carole et Sophie, pour leur aide logistique. et enfin, Hugues et Jeremy, mes responsables, qui se sont montrés compréhensifs pour le temps consacré au mémoire sur mon temps de travail.
  3. 3. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 3 Je remercie mes proches, Vincent, dont l’aide m’a été indispensable, je lui suis extrêmement reconnaissante du temps passé sur ce mémoire, Cindy, pour ses conseils artistiques, Fatiha et Anaïs, pour leur soutien et leur coaching, et enfin mes parents, pour leur soutien et leurs souvenirs télévisuels qui m’ont été précieux. Je tiens à remercier les enseignants que j’ai eu lors de mes six années d’études supérieures et de mes 18 années passées dans le système scolaire, une page se tourne et c’est grâce à leurs enseignements que j’ai pu atteindre cet objectif. Pour finir, je tiens à remercier ma tutrice universitaire, Catherine Dessinges, dont les conseils avisés m’ont permis de cadrer mes idées afin d’aboutir à ce mémoire de fin d’études universitaires.
  4. 4. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 4 Résumé Le public des séries américaines en France a adopté deux modes de consommation : la télévision et internet. À la télévision, les séries américaines sont largement programmées aux heures de grande écoute et attirent un public de masse. Les internautes ont créé de nouvelles pratiques de consommation se différenciant des pratiques télévisuelles imposées par les diffuseurs. De plus, la typologie des séries consommées montre une grande variation selon le mode de diffusion. Sur internet, l’offre légale ne représente pas encore une alternative viable face à l’offre illicite. Dans quelle mesure est-il possible de ramener ce public consommant des séries américaines illégalement sur internet vers une offre légale ? Abstract American television shows are watched both ways in France: television broadcasting and the Internet. On television, American television shows are widely broadcast on primetime and reach a massive audience. Internet users created new consumption habits that differ from television broadcasting. Furthermore, people don’t watch the same series depending on how they watch them. Online, the legal market doesn’t offer a service sustainable enough to quit the illegal market. How the legal market might get back the American television show online audience? Mots clés Séries américaines – Programmation – Téléchargement – Streaming – Offre légale Key Words US TV Shows – Broadcasting – Downloading – Streaming – On-demand service
  5. 5. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 5 REMERCIEMENTS 2 RÉSUMÉ 4 ABSTRACT 4 MOTS CLÉS 4 KEY WORDS 4 INTRODUCTION 7 1. DES SÉRIES PRODUITES PAR ET POUR LA TÉLÉVISION 9 1.1. LES SÉRIES SUR LA TÉLÉVISION AMÉRICAINE 9 1.2. LES STRATÉGIES DE PROGRAMMATION DES SÉRIES AMÉRICAINES EN FRANCE 14 1.2.1. LE PAYSAGE AUDIOVISUEL FRANÇAIS 14 1.2.2. HISTORIQUE DE LA PROGRAMMATION DES SÉRIES AMÉRICAINES EN FRANCE 15 1.2.3. FOCUS SUR LES SOAPS 16 1.2.4. LA DIFFUSION EN PRIME-TIME : L’AVÈNEMENT D’UN GENRE 17 1.2.5. LES SÉRIES BLOCKBUSTERS DE JERRY BRUCKHEIMER 20 1.2.6. LE TOURNANT DES ANNÉES 2000 20 1.2.7. POLITIQUE D’ACQUISITION DES CHAÎNES 24 1.2.8. DES SÉRIES DE QUALITÉ EN FRANCE 25 1.2.9. FOCUS SITCOMS 27 1.2.10. LES CHAÎNES THÉMATIQUES 28 2. LA CONSOMMATION DÉLINÉARISÉE PAR INTERNET 30 2.1. OFFRE ILLICITE 32 2.1.1. LE FANSUBBING, UNE PRATIQUE DE MÉDIATION CULTURELLE 34 2.1.2. LA PRATIQUE COLLECTIVE PAR INTERNET 37 2.1.3. QUAND LE TÉLÉSPECTATEUR EST SON PROPRE CONSEILLER EN PROGRAMMATION 38 2.2. OFFRE LÉGALE 41 2.2.1. PRÉSENTATION DE L’OFFRE LÉGALE EN FRANCE 41 2.2.2. QUAND LA VOD SE MET À L’HEURE AMÉRICAINE 43 2.2.3. LES OFFRES PAR ABONNEMENT 44 2.2.4. L’OFFRE LÉGALE GRATUITE SUR LA TÉLÉVISION DE RATTRAPAGE 46 2.2.5. L’OFFRE LÉGALE GRATUITE PAR LA MISE EN LIGNE SUR LES UGC 46 3. DES OFFRES COMPLÉMENTAIRES OU CONCURRENTES ? 47 3.1. L’OFFRE LÉGALE EN LIGNE : UNE ALTERNATIVE À LA TÉLÉVISION ? 47 3.1.1. DE NOUVELLES HABITUDES DE CONSOMMATION 49 3.1.2. UNE OFFRE LIMITÉE À UN PRIX PROHIBITIF 51 3.1.3. LA S-VOD AUX ÉTATS-UNIS, UN EXEMPLE À SUIVRE ? 52 3.1.4. ESSAYEZ AVANT D’ACHETER ! 53 3.1.5. FIN DES DRMS, UNE EXPÉRIENCE DANS L’ÉDITION D’E-BOOKS 54 3.1.6. L’EXEMPLE DE L’ANIMATION JAPONAISE (PÉPIN, 2013) 55 3.2. QUAND LES ACTEURS D’INTERNET CONÇOIVENT LEUR PROPRES SÉRIES 56
  6. 6. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 6 CONCLUSION 59 RÉFÉRENCES 60 BIBLIOGRAPHIE 60 PUBLICATIONS 60 WEBOGRAPHIE 61 ÉTUDES 61 TABLEAUX ET FIGURES 63 ANNEXES 65 ANNEXE N°1 : GRILLE DE PRIME-TIME SUR LES NETWORKS AMÉRICAINS À LA RENTRÉE 2013 (EN GRIS LES CASES DE PROGRAMMATION LOCALE) 66 ANNEXE N°2 : EXTRAIT DU RAPPORT DU DÉPARTEMENT RECHERCHE ÉTUDES ET VEILLE DE L’HADOPI SUR L’ACCÈS AUX ŒUVRES SUR INTERNET – CSA – JUILLET 2013 67 ANNEXE N°3 : CLASSEMENT DES TÉLÉCHARGEMENTS ILLÉGAUX – SOURCE : TORRENTFREAK 72 ANNEXE N°4 : OFFRE SÉRIES MYTF1VOD 73 ANNEXE N°5 : OFFRE PASS M6VOD 74 ANNEXE N°6 : OFFRE SÉRIES P-EST ITUNES STORE EN FRANCE 75 ANNEXE N°7 : OFFRE SÉRIES T-EST ITUNES STORE EN FRANCE 75 ANNEXE N°8 : OFFRE SÉRIES US+24 SUR OCS 76 ANNEXE N°9 : CATALOGUE SÉRIES S-VOD SUR OCS 77 ANNEXE N°10 : OFFRE SÉRIES GRATUITES SUR DAILYMOTION 78
  7. 7. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 7 Introduction Les séries télévisées américaines occupent massivement les grilles de programmes de la télévision depuis près de 10 ans1 . Que ce soit en prime-time ou en journée, la majeure partie des chaînes généralistes en programment2 . En 2012, plus de 3000 épisodes de séries américaines ont été programmés en prime-time ou en deuxième partie de soirée sur les chaînes gratuites françaises3 . Le public français est un grand consommateur de séries américaines. Parmi les meilleures audiences de l’année 20124 , nous retrouvons en neuvième position Mentalist qui a réuni 10,1 millions de téléspectateurs le 12 décembre 2012. La série réalise également les cinq meilleures audiences de fiction de l’année. Le classement est composé à 38% de séries américaines. Cette hégémonie de la fiction télévisée américaine est décrite dans l’étude que mène chaque année le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), l’office de régulation des médias en France, sur les audiences de la fiction dans les grands pays européens et aux États-Unis5 . Le CSA constate que la France, contrairement aux États-Unis, à l’Espagne, à l’Italie, au Royaume-Uni et à l’Allemagne ne montre pas une domination de sa production de fiction nationale parmi les meilleures audiences de fiction. Au contraire, la majorité des meilleures audiences de fiction sont à mettre au profit de fictions étrangères et surtout américaines. Les séries sont un enjeu stratégique pour les chaînes car elles permettent de fidéliser l’audience au sein de rendez-vous hebdomadaires. Elles « répondent aux désirs des enfants d’entendre toujours la même histoire, à notre besoin d’être rassuré par le retour de l’identique, très superficiellement modifié » (Eco, 1987). Dans un mouvement d’explosion du numérique pour les contenus et une augmentation du taux d’équipement des ménages à internet, une partie du public est devenue adepte de la consommation de séries en ligne. L’offre légale pour visionner des séries en ligne est jugée insuffisante par le rapport Lescure6 qui souligne l’attente « élevée » du public dans ce domaine. Face à une offre pléthorique gratuite sans restriction de diffusion, le public d’internet s’est créé de nouvelles « pratiques intermédiatiques » (Gil & Renard, 2008). Dans quelle mesure est-il possible de ramener ce public consommant des séries américaines illégalement sur internet vers une offre légale ? 1 Étude du CSA sur la fiction sur les chaînes nationales gratuites - Chiffres-clés 2005-2010 – Juillet 2011 2 Médiamétrie – Médiamat. 3 ibid. 4 Top 100 des meilleures audiences 2012 - Source : Médiamétrie - Mediamat 5 Etude CSA Fiction en Europe pour 2010 – 2011 – 2012. 6 Rapport de la mission « Acte II de l’exception culturelle » menée par Pierre Lescure – Mai 2013, pp. 6 ; 49-50 ; 57-68.
  8. 8. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 8 Dans une première partie, nous étudierons la diffusion télévisée des séries américaines aux États-Unis et en France. Puis, nous étudierons la consommation des séries américaines en ligne. Enfin, nous analyserons les liens entre les deux modes de consommation.
  9. 9. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 9 1. Des séries produites par et pour la télévision 1.1. Les séries sur la télévision américaine Networks Chaîne publique Câble Premium Câble Basic Chaînes généralistes Chaînes thématiques Chaînes ne produisant pas de séries originales Chaînes produisant des séries originales Chaînes féminines ou masculines Chaînes jeunesse Chaînes communautaires Chaînes documentaires Chaînes divertissement Chaînes d'information Chaînes thématiques Plateformes de VOD Organisation des principales chaînes américaines (sans leurs déclinaisons)
  10. 10. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 10 Les networks sont les cinq plus grosses chaînes américaines, leur canal est partagé entre les antennes nationales et les antennes locales (Annexe n°1). Ce sont des chaînes gratuites, cependant, pas de comparaison avec la France, 90,4%7 des foyers américains ont un accès à la télévision payante et donc au Basic Cable et ses nombreuses chaînes (le nombre change localement). Les networks et les chaînes du Basic Cable sont des chaînes commerciales financées par la publicité. Les programmes sont entrecoupés de cinq coupures publicitaires par heure, ce qui a un impact sur la production de séries originales. En effet, une série qui occupe une case d’une heure a une durée de 42 minutes et une série qui occupe une case d’une demi-heure a une durée de 20 min. La publicité occupe 30% du temps d’antenne et, comme pour toute chaîne commerciale, les revenus qu’elle apporte sont primordiaux pour assurer la pérennité de la chaîne. L’écriture des séries américaines produites pour des chaînes commerciales est liée à ces coupures publicitaires. Les scènes précédant une coupure publicitaire apportent un suspense nécessaire pour conserver le téléspectateur devant les publicités car il ne veut pas manquer la reprise de son programme. L’audience américaine est particulièrement volatile car les programmes occupent des cases qui commencent à heure fixe sur toutes les chaînes et le téléspectateur peut facilement passer d’une chaîne à l’autre à tout moment du programme, les coupures étant également synchrones. Il existe deux types de séries :  Les séries bouclées : le développement de l’histoire est terminé en un épisode. Ce type de séries appartient principalement au genre policier. Parfois, un arc narratif secondaire se déroule sur plusieurs épisodes ou la saison, dans ce cas, la série est semi-bouclée, un seul arc narratif sera conclu à la fin de l’épisode.  Les séries feuilletonnantes : le développement de l’arc narratif principal dure plusieurs épisodes ou une saison, nous suivons plutôt des personnages et leur évolution au fil de l’histoire. Esquenazi (2010) distingue les séries par l’évolution de leur histoire. Les séries sont « immobiles » ou « évolutives ». Toutefois, cette classification est trop manichéenne pour les séries récentes qui ne sont plus comme Columbo, par exemple, où le développement des personnages secondaires est presque inexistant. La série ne repose que sur son personnage principal. 7 Cross Platform Report - Nielsen - 3ème trimestre 2011.
  11. 11. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 11 Les séries dites « de qualité » ont connu un développement parallèle aux autres séries télévisées. Parmi les plus anciennes, nous retrouvons Alfred Hitchcock Presents dont la diffusion a été partagée entre CBS et NBC entre 1955 et 1965 et The Twilight Zone qui a commencé sa première diffusion sur CBS en 1959. Ces deux séries sont présentes dans le classement des séries les mieux écrites pour le syndicat de scénaristes Writers Guild of America8 . Dans les années 90, avec la création de la chaîne premium HBO, les chaînes américaines produisent de plus en plus de séries dites « d’auteur ». ABC lance Twin Peaks en 1990, écrite par David Lynch, HBO Dream On écrite par David Crane et Martha Kauffman, auteurs de la série culte Friends (NBC). Ces séries s’adressent principalement à un public de niche qui doit être fidèle au rendez-vous de la diffusion. Face à ces séries d’auteur, les networks principalement, produisent des séries écrites pour plaire au plus grand nombre, au public de masse comme définit par Bourdieu et Adorno. La télévision est un reflet de l’industrie culturelle qui doit réunir l’audience la plus large pour vendre les publicités le plus cher possible aux annonceurs. Depuis la saison 2006/2007, le network CBS a supprimé sa case cinéma du dimanche soir au profit de séries et programmes de télé-réalité. Ces séries de networks sont composées d’une vingtaine d’épisodes par saison, alors que sur le câble, les saisons sont le plus souvent découpées en 10 ou 12 épisodes. Toutefois, certaines chaînes du câble comme ABC Family offrent des saisons de 24 épisodes découpées en deux parties de 12 épisodes diffusées séparément. FX quant à elle, produit actuellement une série, Anger Management qui après le succès des premiers épisodes, a été renouvelée directement pour la syndication. La broadcast syndication permet à une série d’être rediffusée sur une autre chaîne, le plus souvent sur le câble ou les antennes locales pour des séries de networks, après avoir atteint un certain nombre d’épisodes. Cette possibilité de vendre les droits de diffusion à une autre chaîne assure des revenus au producteur et au studio distribuant la série. Dans le cas d’Anger Management, après une première saison de dix épisodes diffusée à l’été 2012 avec succès réunissant en moyenne 3 millions de téléspectateurs dont 4% de PDA sur la cible commerciale des 18-49 (PDA Moyenne 2012 sur les 2+ : 1,2%)9 , FX commande une seconde saison 90 épisodes supplémentaires diffusés à partir de janvier 2013 de manière hebdomadaire. Cette sitcom, qui est composée d’épisodes bouclés, est diffusée sans respecter l’ordre de production par FX car l’histoire ne le nécessite pas. Ainsi, le network FOX a diffusé quatre épisodes (deux inédits et deux rediffusions) de cette série du câble en juin 2013, FX faisant partie du même groupe. 8 http://wga.org/content/default.aspx?id=4925 9 Nielsen.
  12. 12. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 12 Aux États-Unis, l’importance des revenus publicitaires est telle que les performances qui sont prises en compte pour le renouvellement d’une série sont celles de la cible commerciale. Cette cible commerciale est composée des individus sans distinction de sexe de 18 à 49 ans. Pour la saison écoulée 2012/2013, la série la plus regardée par cette cible est pour la première fois une série du câble, The Walking Dead, dont la saison 3 a été diffusée sur AMC en octobre et novembre 2012 pour la première partie et février et mars 2013 pour la seconde. Ce classement des séries les plus regardées par la cible publicitaire est complété par deux sitcoms The Big Bang Theory et Modern Family. Séries les plus regardées Live par les 18-49 pour la saison 2012/2013 – Source : Nielsen Titre Chaîne Nb tlsp. 2+ PdA 2 ans + Nb tlsp. 18-49 PdA 18-49 THE WALKING DEAD - Saison 3 AMC 10,8 8% 7,0m 13% THE BIG BANG THEORY - Saison 6 CBS 16,8 15% 6,7m 16% MODERN FAMILY - Saison 4 ABC 11,1 9% 5,3m 11% Séries les plus regardées Live par les 2 ans et + pour la saison 2012/2013 – Source : Nielsen Titre Chaîne Nb tlsp. 2+ PdA 2 ans + Nb tlsp. 18-49 PdA 18-49 NCIS - Saison 10 CBS 19,3m 17% 4,2m 10% THE BIG BANG THEORY - Saison 6 CBS 16,8m 15% 6,7m 16% NCIS : LOS ANGELES - Saison 4 CBS 15,9m 13% 3,6m 7% PERSON OF INTEREST - Saison 2 CBS 14,4m 12% 3,7m 8% TWO AND A HALF MEN - Saison 10 CBS 13,2m 11% 4,8m 11% En revanche, le classement des séries les plus regardées par la totalité du public américain diffère et nous remarquons une domination du network CBS qui, avec ses soirées du mardi (NCIS et son spin-off NCIS : Los Angeles) et du jeudi pour le reste du classement, montre la puissance de sa programmation ; ces séries hors Person of Interest, ayant un public fidèle depuis plusieurs années. Le public américain, excepté pour The Walking Dead, montre une préférence pour les séries bouclées où il n’est pas obligé d’être présent à chaque instant sous peine de ne plus suivre la narration. Au cours de la saison 2012/2013, une autre série du câble a réuni un large public : The Bible sur History Channel (PDA Moyenne 2012 : 1,6%)10 dont les droits ont été rachetés par le network NBC pour une suite. Cette série est sous la forme d’un docu-fiction pour illustrer la Bible. Certaines séries à succès du câble peuvent donc poursuivre leur vie sur les networks. Audience saison 1 The Bible (History) – Source : Nielsen Titre Nb tlsp. 2+ PdA 2 ans + Nb tlsp. 18-49 PdA 18-49 THE BIBLE 11,4m 9% 3,6m 7% Les chaînes américaines ne sont pas soumises à la même réglementation audiovisuelle, la Federal Communications Commission (FCC) contrôle plus strictement les networks et le basic cable où les 10 Nielsen.
  13. 13. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 13 injures sont systématiquement bipées et la nudité ou les gestes obscènes floutés. Sur les chaînes premium en revanche, la réglementation ne s’applique pas et la nudité et la violence sont plus explicites.
  14. 14. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 14 1.2. Les stratégies de programmation des séries américaines en France 1.2.1. Le paysage audiovisuel Français Le paysage audiovisuel français est composé depuis décembre 2012 de 25 chaînes de TNT gratuites. La réception des chaînes payantes ne concerne que 33,1%11 des foyers, ce qui est très faible par rapport aux 90,4%12 de foyers équipés de la télévision payante aux États-Unis. Ainsi, les chaînes spécialisées séries que sont SerieClub et Jimmy réunissent respectivement 16 000 et 9 500 téléspectateurs en audience moyenne au premier semestre 201313 ce qui représente à peine 0,3% des téléspectateurs de la concurrence étendue, c’est-à-dire les personnes ayant accès aux offres payantes et la télévision par ADSL soit 70% des téléspectateurs. 11 Médiamétrie / Gfk.- référence des équipements multimédias - T2 2013 12 Nielsen. 13 Médiamétrie – Mediamat Thematik. Organisation des principales chaînes françaises
  15. 15. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 15 1.2.2. Historique de la programmation des séries américaines en France La première série américaine programmée en France est Rintintin (The Adventures of Rin Tin Tin, ABC) diffusée à partir de 1958 sur la RTF Télévision, chaîne unique de l’époque. La même chaîne diffusera pour la première fois une série américaine en prime-time14 avec la série Au Nom de la Loi (Wanted: Dead or Alive, CBS) avec Steve McQueen. Par la suite, Zorro (ABC), série créée en 1957 par Disney, est diffusée en France dès 1965 sur l’ORTF et l’est encore à ce jour sur France 3. C’est seulement à partir des années 60 que les séries vont occuper des cases de programmation régulières qui leurs sont dédiées (Chaniac, 1989). Suite au démantèlement de l’ORTF avec la création de TF1, Antenne 2 et FR3 ; les chaînes de télévision françaises, alors publiques, offrent de plus en plus de séries étrangères, surtout américaines pour combler le manque de productions nationales. Des séries marquantes occuperont les grilles en journée telles que La Petite Maison dans la Prairie (Little House on the Prairie, NBC) programmée dès 1976 par TF1 puis par M6 et lancée à l’été 2013 sur 6ter ou encore des séries cultes telles que Starsky et Hutch (ABC), Drôles de Dames (Charlie's Angels, ABC), Wonder Woman (ABC / CBS) ou Les Jours Heureux (Happy Days, ABC). Cette progression de la fiction audiovisuelle étrangère sur les antennes a conduit les autorités de régulation de l’époque à instaurer un quota de programmation de 60 % d’œuvres de fiction d’origine française (ou à participation française majoritaire) par an. Ce principe sera inscrit dans la loi de régulation de l’audiovisuel du 30 septembre 1986. L’article 13 du décret n° 90-66 fixe ainsi l’obligation de diffusion de 60% d’œuvres européennes dont au moins 40% d’œuvres d’expression originale française. Par ailleurs, la loi du 30 septembre 1986 interdit aux chaînes généralistes de programmer du cinéma les mercredis et vendredis soir, les samedis et les dimanches avant 20h30, ce qui ouvre une fenêtre de programmation à la fiction télévisuelle et donc aux séries américaines. En 1987, avec la privatisation de TF1 et la création de M6, l’offre du paysage audiovisuel français prend la forme qu’il conservera jusqu'à l’avènement de la TNT avec ce que nous appelons communément les « chaînes historiques ». Seule, La Cinq, du groupe Mediaset, qui disparaîtra en 1992, sera remplacée par France 5 et Arte qui partageront le même canal jusqu’en 2005 avant d’avoir leurs propres canaux. De 1987 à 1992, TF1, Antenne 2, FR3, Canal +, La Cinq et M6 constituent donc l’offre de chaînes en France, avec une concurrence accrue entre les chaînes privées à la recherche d’annonceurs publicitaires. 14 http://www.toutelatele.com/au-nom-de-la-loi-30267
  16. 16. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 16 La Cinq, par le catalogue de droits du groupe Mediaset, offre durant cette période un large choix de fictions étrangères. C’est sur La Cinq que le public a pu, entre autres, découvrir la série allemande de la ZDF Inspecteur Derrick. L’offre de fictions étrangères sur La Cinq est en majeure partie constituée de fictions américaines inédites ou en rediffusion, la plupart cultes aujourd’hui. Ces séries constituent déjà une grande partie de la grille de la chaîne qui les diffuse à toute heure, même en prime-time. La chaîne diffuse également des séries d’auteur comme Twin Peaks (ABC) en prime-time en 1991 qui ne réunit que 8% du public en moyenne avec 1,3 million de téléspectateurs15 (PDA moyenne La Cinq en 1990 : 11,7%)16 . 1.2.3. Focus sur les Soaps Un genre de séries américaines marque un tournant dans la programmation de celles-ci en France dans les années 80, le soap opera, fictions quotidiennes initialement financées par les marques de lessive à destination du public féminin. Ce genre de séries représente à présent une forme de narration dramatique pour des fictions quotidiennes ou hebdomadaires. Le 24 janvier 1981, TF1 lance Dallas (CBS) sur sa case du samedi soir consacrée aux séries américaines. Cette série va être emblématique de la case durant cette décennie, programmée dans un premier temps à 21h30 puis à 20h30 dès 1983. « Dallas transporte au prime-time le pouvoir fidélisant du feuilleton quotidien de type chronique familiale en lui donnant une portée mythologique » (Chaniac, 1989). La série est diffusée jusqu’en 1988 après plusieurs changements de case, en finissant par une diffusion quotidienne. TF1 diffuse la suite de la série à un rythme quotidien dès 1995 et la série est rediffusée sur France 3 dans les années 2000. La série est un véritable rendez-vous de la décennie des années 80 et quand la chaîne du câble américain TNT relance la série avec un spin-off à l’été 2011, TF1 acquiert les droits de diffusion. La programmation de la première saison de Dallas, le samedi soir en prime-time, dès le 22 juin 2013, pour reprendre la case historique, a été un échec pour la chaîne. Déprogrammée après deux soirées de trois épisodes durant lesquelles la série a réuni une audience moyenne de 3,3 millions de téléspectateurs avec une PDA de 17% sur les 4+17 , ce qui est 5 points en dessous de la moyenne de la chaîne en 2012 et 26% de femmes de moins de 50 ans, ce qui est égal à la moyenne. La fin de la saison a ensuite été programmée de 23h30 à 02h le 6 juillet 2013 où elle a réuni une audience moyenne de 1,1 million de téléspectateurs. Dallas reste un soap et le genre est programmé en journée, sur une base quotidienne, il attire un public féminin, ce qui se vérifie par les audiences qui ne sont pas mauvaises sur la cible commerciale mais insuffisantes pour la chaîne sur les individus. 15 Médiamétrie – Mediamat. 16 Ibid. 17 Ibid.
  17. 17. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 17 En 1989, TF1 et Antenne 2 commencent la diffusion de soap en journée, Les Feux de l’Amour (The Young and The Restless, CBS) pour TF1 après le journal télévisé de 13h et son spin-off Amour, Gloire et Beauté (The Bold and The Beautiful, CBS) pour Antenne 2 diffusé après Télématin. Ces soaps sont toujours diffusés à ce jour et rassemblent un public fidèle de 2 millions de téléspectateurs pour Les Feux de l’Amour et 600 000 téléspectateurs pour Amour, Gloire et Beauté pour la saison 2012/201318 . TF1 a commencé la diffusion en ne diffusant pas les 13 premières saisons de la série qui avait commencé 15 ans auparavant sur CBS. Antenne 2 ne diffuse qu’un demi-épisode chaque jour, couplé avec un autre soap. Ces séries sont programmées horizontalement, chaque jour à la même heure, après des rendez-vous identifiés d’information. Cette programmation est réellement spécifique au genre, calquée sur la diffusion américaine également quotidienne en journée, avec un nombre impressionnant d’épisodes, une série comme Les Feux de l’Amour existe depuis 40 ans aux États-Unis. 1.2.4. La diffusion en prime-time : l’avènement d’un genre Dès 1992, TF1 programme la série de téléfilms policiers Columbo (NBC / ABC) en prime- time. La diffusion rencontre un grand succès avec 8,5 millions de téléspectateurs en moyenne soit 41% du public pendant les diffusions irrégulières de la fiction jusqu’en 2001. La série a réuni jusqu’à 11,3 millions de téléspectateurs soit plus d’un téléspectateur pour deux sur certaines diffusions19 . Elle est toujours diffusée en prime-time sur TV Breizh, chaîne payante du groupe TF1. La diffusion régulière en prime-time permet aux chaînes d’engranger la majeure partie de leurs revenus publicitaires. Cette case est stratégique pour les chaînes. À partir de la rentrée 1992, M6 propose en prime, Le mardi c’est permis, au cours de laquelle la chaîne programme des séries jeunesse ou soap pour rassembler la famille devant le petit écran à la veille du « jour des enfants », le mercredi, chômé à cette période. La première année, les fictions programmées sont des téléfilms jeunesse. Cette case est inspirée de la case TGIF – Thank god It’s Friday lancée aux États-Unis par ABC en 1989 où ont été programmées des sitcoms familiales qui ont contribué à l’image de marque de M6 comme Notre Belle Famille (Step by Step) ou La vie de Famille (Family Matters). À la rentrée 1993, au sein de la case Le mardi c’est permis, M6 programme Docteur Quinn, femme médecin (Dr. Quinn, Medicine Woman) série lancée sur CBS en janvier de la même année. Cette série dramatique sera emblématique de la chaîne et multidiffusée par la suite. Sur la même case, M6 programme les séries américaines Lois et Clark (Lois & Clark: The New Adventures of Superman, 18 Médiamétrie – Mediamat. 19 Ibid.
  18. 18. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 18 ABC) et Sliders : Les Mondes Parallèles (Sliders, FOX / Sci Fi Channel). Cette case s’adresse à une cible féminine, la cible commerciale de la ménagère de moins de 50 ans, et a pour objectif de réunir toute la famille devant l’écran. Par cette stratégie de programmation, M6 qui n’est encore que « la petite chaîne qui monte » participe à se créer une image innovante et jeune. La chaîne poursuit sa stratégie avec la création de deux autres cases de fiction, Les jeudis de l’angoisse, lancée début 1993 le jeudi en 2ème partie de soirée, avec une programmation de films, téléfilms et séries d’horreur dont Les Contes de la crypte (Tales from the Crypt, HBO), la première série originale de HBO. M6 lance aussi une case qui va devenir emblématique de la chaîne, une case où elle programme encore aujourd’hui des séries, la case du samedi en prime-time. Lancée à la rentrée 1996, la case Les Samedis Fantastiques qui s’appellera dès l’année suivante La Trilogie du Samedi va continuer jusqu’en 2008. Sur cette case, M6 programme la série culte fantastique, X-Files : Aux frontières du réel (FOX) avec plusieurs épisodes chaque soir. C’est un grand succès pour la chaîne qui double ses performances habituelles. Audience Les Samedis Fantastiques 1996/1997 – Source : Médiamétrie – PDA M6 1996 : 11.9% Titre Nb tlsp. PdA 4 ans+ PdA Fem<50 X-FILES : AUX FRONTIERES DU REEL 3,6m 22% 30% Le 6 décembre 1997, au lancement de La Trilogie du Samedi, M6 parie sur une stratégie de programmation qui a été testée par TF1 durant l’été précédent, en programmant trois séries différentes pendant la même soirée. En effet, pendant l’été 1997, TF1 lance 1,2,3 Séries le vendredi en prime-time, où sont diffusés Walker Texas Ranger (CBS), Les dessous de Palm Beach (Silk Stalkings, CBS / USA Network) et High Secret City, la ville du grand secret (Picket Fences, CBS). Audiences 1, 2, 3 Séries été 1997 – Source : Médiamétrie – PDA TF1 1997 : 35% Titre Horaire Nb tlsp. PdA 4 ans+ PdA Fem<50 WALKER TEXAS RANGER 20:55 6,2m 37% 39% -12% LES DESSOUS DE PALM BEACH 21:40 5,4m 35% 39% -31% HIGH SECRET CITY 22:30 3,8m 37% 43% Par les audiences de cette première salve estivale, nous observons une décote de 12% entre Walker Texas Ranger et Les dessous de Palm Beach et de 31% entre Les dessous de Palm Beach et High Secret City, la ville du grand secret (Picket Fences, CBS).et 31% entre les différentes séries, cependant, les résultats restent satisfaisant pour la chaîne. TF1 conserve cette case, uniquement pour la saison estivale, jusqu’en 1999 et inspire M6 qui, pour La Trilogie du Samedi, va programmer trois séries différentes : Le Caméléon (The Pretender, NBC), Dark Skies : L'Impossible Vérité (NBC) et Profiler (NBC). Les séries Le Caméléon et Profiler,
  19. 19. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 19 lancées la même année par NBC, connaissent plusieurs crossovers dans les saisons 3 et 4, dans lesquels les personnages des deux séries se rencontrent et partagent une intrigue commune. Les audiences sont moins élevées que pour X-Files : Aux frontières du réel mais M6 souhaite installer un rendez-vous emblématique pour son image de marque. Audiences La Trilogie du Samedi 1997/1998 (18 premières semaines) – Source : Médiamétrie Titre Horaire Nb tlsp. PdA 4 ans+ PdA Fem<50 LE CAMELEON 20:55 3,3m 15% 21% - 26% DARK SKIES L’IMPOSSIBLE VERITE 21:45 2,4m 12% 16% - 15% PROFILER 22:40 2,0m 15% 21% Au sein de cette case, M6 programme des séries cultes comme Buffy contre les vampires (Buffy the Vampire Slayer, The WB / UPN) ou Alias (ABC), une des premières séries créées par J.J. Abrams, qui depuis Lost en 2004, parvient à lancer au moins une nouvelle série par an sur les networks américains. M6 conserve la programmation de trois séries différentes à chaque soirée jusqu’en 2002 où la chaîne commence la diffusion de plusieurs épisodes de la même série (avec des rediffusions en fin de soirée) et finit par ne plus appeler la case La Trilogie du Samedi en 2008. En 1996, France 2 lance la série Urgences (ER, NBC) en prime-time à raison de deux épisodes par soirée puis trois en 1999. La programmation de séries d’un format de 42 minutes permet à la chaîne publique d’avoir des coupures publicitaires entre les épisodes comme elle n’est pas autorisée à couper ses programmes pour de la publicité. Lancée un jeudi soir durant l’été, Urgences change de jour de diffusion plusieurs fois, elle n’obtient pas une case fixe dans la grille de programmation, elle sera même diffusée quotidiennement sur France 2 et France 4. Ce manque d’identification pour une case de fiction américaine en prime-time est symptomatique de France Télévision qui en diffuse peu par rapport aux chaînes commerciales comme TF1 et M6. Ces dernières années ses acquisitions sont principalement des rachats de droits aux autres chaînes : Castle (ABC), Heroes (NBC) et Private Practice (ABC) ont toutes trois été rachetées à TF1. En prime-time, France 3 ne diffuse que des mini-séries américaines événement, France 4 diffuse majoritairement des séries britanniques ou rediffuse des séries américaines, France 5 n’en diffuse pas. France Ô diffuse quant à elle des séries exigeantes comme celle de David Simon The Wire (HBO) et Treme (HBO) et des telenovelas, la ligne éditoriale n’est pas clairement indentifiée. Les plus gros succès de France 2 pour des séries américaines en prime-time sont FBI : Portés Disparus (Without a Trace, CBS) et Cold Case : Affaires classées (CBS) toutes deux produites par Jerry Bruckheimer.
  20. 20. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 20 Audiences FBI : Portés Disparus et Cold Case : Affaires Classées – Source : Médiamétrie Titre Année Config.soirée Jour diff. Nb tlsp. PdA 4 ans+ PdA Fem<50 FBI : Portés Disparus Saison 1 2004 2 inédits/soirée Mercredi 6,0m 31% 38% Saison 2 2005 2 inédits/soirée Mercredi 6,5m 30% 38% Saison 3 2006 2 inédits + 1 rediff. Dimanche 6,7m 29% 37% Cold Case : Affaires classées Saison 2 2006 1 inédit + 2 rediff. Dimanche 4,5m 23% 34% Saison 3 P.1 2007 1 inédit + 2 rediff. Mercredi 5,4m 25% 32% Saison 3 P.2 1 inédit + 2 rediff. Lundi 6,9m 26% 33% 1.2.5. Les séries blockbusters de Jerry Bruckheimer Jerry Bruckheimer est un producteur américain de films à gros budget communément appelés blockbusters et qui se lance, dès 2000, dans la production de séries télévisées. Sa première production est une série toujours en cours de diffusion Les Experts : Las Vegas (CSI : Crime Scene Investigation, CBS). Cette série policière ultra-réaliste connaît deux spin-offs Les Experts : Miami (CSI : Miami, CBS) en 2002 et Les Experts : Manhattan (CSI : Manhattan, CBS) en 2004. Ces trois séries appartiennent au catalogue de TF1 qui les diffuse jusqu’à cinq soirées (prime-time ou deuxième partie de soirée) par semaine, la franchise étant également diffusée en journée le week- end. Certains épisodes ont été diffusés jusqu’à huit fois et l’audience reste satisfaisante pour la chaîne leader car le public est toujours au rendez-vous. Jerry Bruckheimer, en apportant son expérience du cinéma à gros budget, transpose cette économie aux séries. Les séries qu’il produit bénéficient de budgets importants qui les rapprochent de certains films à gros budget au niveau de la production, ce qui attire, de fait, un public plus large. Ces séries policières d’un nouveau genre marquent la décennie des années 2000. Aux États-Unis, les networks proposent de plus en plus de fictions policières de ce type et principalement CBS. En France, les chaînes françaises sont friandes de ces formats, le public français étant particulièrement fidèle aux fictions policières françaises ou étrangères. 1.2.6. Le tournant des années 2000 La franchise des Experts ou NCIS marque un tournant pour les séries policières américaines qui renouent avec le succès d’audience d’un Columbo. Ces nouvelles séries policières se montrent plus modernes qu’une autre franchise, plus classique, en matière de séries policières, New York, police judiciaire (Law & Order) dont la série originale a été diffusée de 1990 à 2010 sur NBC. Dick Wolf, le créateur, a développé plusieurs spin-offs de la franchise : New York, unité spéciale (Law and Order: Special Victims Unit), New York, section criminelle (Law & Order: Criminal Intent), New York, cour de justice (Law and Order: Trial by Jury) et Los Angeles, police judiciaire (Law and Order: Los Angeles) toutes diffusées en France par TF1 mais avec l’exposition moindre de la deuxième ou
  21. 21. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 21 troisième partie de soirée, la narration de ces séries étant moins grand public. Dick Wolk a également exporté la franchise à Londres avec Londres, police judiciaire (Law and Order: UK) et à Paris, toujours pour TF1, avec Paris, enquêtes criminelles. Avec la programmation des déclinaisons d’une même franchise, les téléspectateurs savent qu’ils vont retrouver des séries très proches et cela réduit le risque d’échec d’audience (Petitjean, 2008). Par cette logique de marque, la chaîne s’assure la fidélité de l’audience. TF1 veut attirer le public le plus large, et le genre policier est particulièrement propice aux succès d’audiences. En effet, ces séries permettent « la déclinaison (quasi infinie) d’un prototype de départ qui donne pour fixes (invariables) un (des) schéma(s) narratif(s), ainsi qu’un certain nombre de paramètres sémantiques (axiologiques et idéologiques) et temporels (trames, temps diégétiques et rythmes narratifs semblables d’une occurrence à l’autre) » (Bénassi, 2004). Les téléspectateurs sont « rassurés sur la qualité du programme qu’ils s’apprêtent à regarder » (Petitjean, 2008). Par la programmation d’une série qui a conquis une partie du public, la chaîne assure une promesse, elle crée des habitudes ce qui contribue à fidéliser le public (Chaniac, 2001). Ainsi, avec un public fidèle, la chaîne s’assure des audiences stables ce qui permet de rassurer les annonceurs et les revenus qu’ils apportent. De plus, la durée d’une série permet un nombre de coupures publicitaires plus important que pour n’importe quel autre type de programme, en gardant le public plus longtemps avec des soirées où la chaîne programme deux ou trois épisodes en prime-time et au moins deux en seconde partie de soirée. Cette configuration se reproduit sur plusieurs semaines et donc permet de stabiliser l’audience sur une longue période. Avec une programmation de plusieurs épisodes de la même série, la chaîne ne prend pas le risque de la décote entre plusieurs séries comme c’était le cas au sein de la Trilogie du Samedi ou de 1,2,3 Séries. Cependant, cela limite le nombre de séries différentes programmées sur la même période. Toutefois, les chaînes lancent toujours des nouveautés, lors de la saison 2012/2013, TF1 a proposé Unforgettable et Person of Interest toutes deux diffusées sur CBS. France 2 a lancé Rizzoli & Isles (TNT). M6 lance également très régulièrement de nouvelles séries.
  22. 22. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 22 Audiences séries prime-time TF1 (hors Les Experts) – Saison 2012/2013 – Source : Médiamétrie Titre Jour diff. Nb tlsp. PdA 4 ans+ PdA Fem<50 Âge moyen MENTALIST CBS Saison 4 Mardi 8,8m 32% 40% 51 ans ESPRITS CRIMINELS CBS Saison 7 Mercredi 7,4m 30% 39% 49 ans UNFORGETTABLE CBS Saison 1 Mercredi 7,3m 30% 36% 51 ans DR. HOUSE FOX Saison 8 Mardi 7,2m 26% 39% 46 ans PERSON OF INTEREST CBS Saison 1 Mercredi 6,5m 29% 34% 50 ans GREY'S ANATOMY ABC Saison 8 Mercredi 5,6m 23% 42% 43 ans Les meilleurs résultats d’audience de la saison en séries sont tous sur TF1 et montrent le succès sur les individus des séries bouclées policières comme Mentalist. Cependant, en France, le succès d’un programme sur une chaîne commerciale se mesure avec la part d’audience sur la cible commerciale des femmes responsables des achats de moins de 50 ans, la fameuse « ménagère ». Cette cible a privilégié Grey’s Anatomy cette saison, qui malgré une audience individus plus faible, reste un succès pour la chaîne. Les téléspectateurs de ces séries sont âgés en moyenne de 48 ans et le public est en majorité féminin pour toutes ces séries. Mapping Séries TF1 - Source : Médiamétrie TF1 arrive à réunir son public massivement sur les séries américaines dépassant largement la moyenne de la chaîne qui est de 24,6% de PdA 4+ en prime-time et 25,5% de PdA sur les femmes de moins 50 ans. TF1 propose donc plusieurs soirées de séries américaines par semaine,
  23. 23. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 23 avec 111 soirées de prime-time et 235 secondes parties de soirée en 2012, c’est la deuxième chaîne du PAF après M6 et ses 141 prime-time de séries américaines en 201220 . Offre de séries américaines par chaîne en nombre de soirées en 2010 et 2011 – Source : CSA Les nouveautés lancées cette saison sont, par leur contenu, peu différentes des séries déjà proposées par la chaîne. Comme l’explique Edgar Morin (1961), dans les industries culturelles comme la télévision, le public veut des œuvres nouvelles pour ne pas se lasser mais il ne faut pas que la chaîne cherche trop à innover pour ne pas effrayer le public. En témoigne la baisse significative des audiences de la série Les Experts : Las Vegas suite à l’arrivée d’un nouveau chef, D.B. Russell, incarné par Ted Danson qui amène un changement de ton de la série durant la 12ème saison. Audiences Les Experts : Las Vegas (CBS) en inédit sur TF1 entre 2010 et 2013 – Source : Médiamétrie Titre Année Jour diff. Nb tlsp. PdA 4 ans+ PdA Fem<50 Les Experts : Las Vegas Saison 9 2010 Dimanche 7,1m 29% 43% Les Experts : Las Vegas Saison 10 2011 Dimanche 6,7m 28% 41% Les Experts : Las Vegas Saison 11 2012 Mercredi 6,9m 27% 32% Les Experts : Las Vegas Saison 12 P.1 2013 Mardi 5,5m 22% 27% Parmi les chaînes gratuites, NT1 a un positionnement de cible plutôt jeune et programme des séries, souvent inédites, en prime-time et en VM. Les séries programmées comme Falling Skies (TNT) ou Grimm (NBC) sont moins grand public que sur les grandes chaînes, offrant une alternative aux séries policières. D8, depuis le rachat par Canal + fin 2012, développe également une politique de programmation ambitieuse en prime-time en bénéficiant du catalogue de Canal +. 20 Médiamétrie – Mediamat.
  24. 24. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 24 1.2.7. Politique d’acquisition des chaînes Suite à un entretien avec le service des acquisitions artistiques de fictions étrangères de TF1, les conseillers artistiques m’ont indiqué qu’ils cherchaient les fictions qui segmentent le moins possible afin d’attirer le public le plus large. Ils privilégient les formats bouclés pour faciliter les rediffusions. En cela, séries de networks sont privilégiées face aux séries du câble à cause des moyens plus importants dont bénéficient les productions (les séries blockbusters), et pour la durée des saisons qui permettent de construire des salves plus longues, surtout en cas de diffusion de plusieurs inédits au sein d’une même soirée. Avec ces salves, la notion de nouvelle saison est mise en avant pour renforcer l’évènement autour de la série. Parfois, seul un épisode sur trois est inédit mais cela permet d’installer un rendez-vous pour les téléspectateurs et de prolonger la diffusion sur plusieurs semaines. Les acquisitions de fictions étrangères fonctionnent avec des deals conclus entre les chaînes et les studios américains distribuant les séries. La distribution n’est pas liée à la chaîne de diffusion originale. Le choix des séries programmées n’est pas seulement artistique mais répond aussi à des contraintes économiques et contractuelles, les chaînes n’ont pas accès à toutes les séries de la même manière. Elles paient en effet des droits de diffusion selon leur audience potentielle, les coûts d’acquisitions par une chaîne payante ne sont pas les mêmes que ceux d’une chaîne gratuite, il y a des droits spécifiques à chaque type de diffusion. TF1 a signé un deal avec Warner, Sony et Universal et M6 a actuellement un deal avec Disney, CBS et FOX. Ces majors représentent 90% du marché21 . Les détails de ces deals sont confidentiels car il y a plusieurs sortes de deals : l’output deal et le volume deal. Dans le cadre d’un volume deal, la chaîne doit prendre un minimum de séries chaque année au studio et le prix de l’acquisition est variable selon la série et sa durée de production. Si une chaîne se positionne sur une série qui est renouvelée pendant plusieurs années, l’acquisition lui coûtera une grosse somme d’argent qui peut ne pas être rentabilisée si le public n’est pas au rendez-vous lors de la diffusion sur son antenne. Dans le cadre d’un output deal, la chaîne achète tout ce que distribue le studio. Certaines séries appartiennent à des studios indépendants et ne font pas partie de deals, cela concerne majoritairement des séries du câble distribuées par des studios indépendants comme Shine (The Bridge US, FX), Lionsgate (Mad Men, AMC), Sierra (Siberia, NBC). HBO distribue elle-même ses propres séries, en France, OCS a signé un deal pour l’exclusivité des séries HBO en diffusion payante et VOD, cependant, les droits sont rarement achetés par les chaînes 21 Étude du CSA sur la Production de Fiction aux États-Unis – Commission de réflexion sur l’évolution des programmes – Juillet 2012.
  25. 25. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 25 gratuites. Pour ces séries distribuées hors des majors de la distribution, les chaînes peuvent faire un choix plus artistique et acheter hors deal. J’ai également pu m’entretenir avec une conseillère artistique de Canal + qui cherche, quant à elle, des séries innovantes qui justifient une première fenêtre de diffusion payante. En tant que chaîne premium, Canal + souhaite, par sa programmation, attirer de nouveaux abonnés qui trouveront des contenus exclusifs sur les différentes chaînes du bouquet. À la rentrée 2013, le groupe Canal + ajoute une nouvelle chaîne à son bouquet, Canal + Séries. Cette nouvelle chaîne proposera Scandal (ABC) et Revenge (ABC) en parallèle de la diffusion américaine et des séries inédites en France comme Hannibal (NBC). Le slogan de cette chaîne est de diffuser « les séries dont on parle ». Peu de détails ont été communiqués hormis la mise en ligne d’un site internet présentant la chaîne22 . Les chaînes qui n’ont pas de deal achètent hors deal les séries qui restent disponibles ou rachètent aux autres chaînes des séries qu’elles ne souhaitent pas diffuser. De cette manière, France 2 a racheté Castle (ABC) à TF1 qui lui assure de bonnes audiences le lundi en prime-time. 1.2.8. Des séries de qualité en France Quelques séries du câble sont programmées en prime-time mais ce sont des séries policières comme The Closer (TNT) ou les séries d’USA Network programmées sur M6 dont la structure narrative est similaire à des séries policières de networks, les différences se situent au niveau des budgets de production et de la durée des saisons. Le ton différencie également USA Network qui produit plutôt des comédies policières, genre qui sied à l’image de marque de M6. La programmation de séries du câble américain en France est le plus souvent en seconde partie de soirée pour cause de réglementation du CSA inscrite dans les conventions des chaînes. Canal +, avec son statut de chaîne premium, peut diffuser ces fictions en prime-time. Pour prendre l’exemple des séries HBO, les chaînes gratuites n’ayant pas de deal avec la chaîne qui distribue ses propres séries, elles sont rarement achetées hors deal car chères (à cause des importants coûts de production pour certaines comme pour Game of Thrones) et difficile à rentabiliser avec une diffusion quasi systématique en seconde partie de soirée. Ce fut le cas pour Rome ou Sex and The City qui ont eu leurs premières diffusions gratuites en seconde partie soirée sur M6. D8 a programmé Rome en prime-time à l’été 2013 et l’a déprogrammé faute d’audiences satisfaisantes après deux semaines de diffusion23 . D8 étant la troisième chaîne gratuite à programmer la série après M6 et Arte, les droits n’étaient pas un frein. Toutefois le public n’a pas répondu présent, ce qui fut le également le cas pour The Borgias (Showtime) et Hells on Wheels 22 http://www.canalplus.fr/pid6149-c-canal-series.html 23 http://www.toutelatele.com/la-serie-rome-deprogrammee-par-d8-51443
  26. 26. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 26 (AMC). Il faut également noter que la typologie de la série Rome n’est pas adaptée à du prime-time en période de congés scolaires. D8 pourrait recevoir une mise en garde du CSA, s’il est saisi, comme ce fut le cas pour Braquo (Canal +) en fin d’année 201224 . De par leur faible exposition, les audiences des séries du câble sont plus modestes que les séries de prime-time. La série de câble la mieux exposée actuellement est Dexter (Showtime) en seconde diffusion sur TF1 après une diffusion payante sur Canal +. Un délai contractuel est imposé entre la diffusion payante et la diffusion gratuite, ce qui explique en partie l’écart entre la diffusion Canal + et la diffusion TF125 . Comme expliqué précédemment, la convention signée entre le CSA et les chaînes concernant la protection du jeune public autorise Canal + à diffuser Dexter en prime-time mais pas TF1. Dexter est une série feuilletonnante dont l’ordre de diffusion doit respecter l’ordre de production. Beaucoup d’épisodes de cette série sont interdits au moins de 12 ans26 ce qui est un obstacle supplémentaire pour créer un rendez-vous de prime-time pour TF1, la série est ainsi diffusée en seconde-partie de soirée. La différence de case horaire explique le faible écart en nombre de téléspectateurs entre la diffusion Canal + et la diffusion TF1, estivale pour certaines saisons avec moins de téléspectateurs devant leur poste. Le succès d’un programme dépend principalement des parts d’audience qui sont satisfaisantes pour les deux chaînes (PDA moyenne PT Canal + en 2012 : 3,7%27 - 17,6% de foyers équipés en France soit 4,9m de téléspectateurs potentiels28 ). Audiences Dexter (Showtime) sur TF1 et Canal + – Source : Médiamétrie Année diff. Chaîne Saison Nb tlsp. PdA 4 ans+ PdA Fem<50 2007 C+ Saison 1 0,8m 3,4% 4,4% 2010 TF1 1,3m 27% 36% 2009 C+ Saison 2 0,9m 3,5% 5,2% 2011 TF1 1,6m 26% 33% 2009 C+ Saison 3 0,8m 3,4% 4,8% 2012 TF1 1,4m 21% 28% 2010 C+ Saison 4 0,7m 2,8% 3,7% 2012 TF1 1,4m 23% 29% 2011 C+ Saison 5 1,0m 3,9% 5,4% 2013 TF1 0,9m 23% 29% Diff. Estivale 2012 C+ Saison 6 1,1m 4,1% 6,2% 2013 C+ Saison 7 1,0m 3,9% 5,8% En ce qui concerne les chaînes gratuites, Arte prend le parti de diffuser des séries d’auteur, européennes ou américaines. La chaîne programme Breaking Bad (AMC) depuis 2010, en 24 http://www.csa.fr/Espace-juridique/Decisions-du-CSA/Braquo-Le-13e-guerrier-intervention-aupres-de-D8 25 TF1 a débuté la diffusion de la série le même jour que le lancement de la saison 4 sur Canal +. 26 Interdits de diffusion avant 22h sauf cas exceptionel. 27 Médiamétrie – Mediamat. 28 Médiamétrie / Gfk.- référence des équipements multimédias - T2 2013
  27. 27. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 27 seconde partie de soirée pour les mêmes raisons de protection du jeune public que TF1 avec Dexter. Audiences Breaking Bad (AMC) sur Arte – Source : Médiamétrie – PDA Arte 2012 : 1,8% Titre Saison Nb tlsp. PdA 4 ans+ PdA Fem<50 Breaking Bad Saison 1 257 000 1,8% 1,7% Breaking Bad Saison 2 280 000 1,8% 1,8% Breaking Bad Saison 3 183 000 1,6% 1,2% Breaking Bad Saison 4 208 000 1,6% 1,7% Les audiences sont tout juste satisfaisantes pour la chaîne mais Arte n’étant pas une chaîne commerciale comme TF1 ou M6, l’importance de l’audience est relative et programmer ce type de fiction participe à renforcer l’image de marque de la chaîne en diffusant une série de qualité reconnue en tant que telle29 . 1.2.9. Focus sitcoms Le genre sitcom, apprécié du public américain, est peu diffusé en France. Le service des acquisitions artistiques de TF1 mentionne un problème de segmentation du genre humoristique. De plus, avec le doublage en français qui est utilisé par une grande partie du public, les dialogues sont difficilement adaptables, le public perd ainsi une partie de l’humour, qui, s’il contient trop de références culturelles américaines, ne sera pas compris par le grand public visé par les grandes chaînes. France 2 a testé la programmation de sitcoms en prime-time le 25 juin 199730 . Dans cette interview, le directeur des acquisitions de la chaîne mentionne déjà une distribution alternative pour Friends (NBC), série déjà culte. Audience soirée sitcom 25/06/1997 – France 2 – Source : Médiamétrie – PDA France 2 1997 : 23,7% Titre Nb tlsp. PdA 4 ans+ PdA Fem<50 FRIENDS 3,7m 18% 20% FRIENDS 3,3m 17% 19% UNE FILLE A SCANDALES 2,6m 14% 15% Par rapport à l’audience moyenne de l’époque, ce test se solde par un échec pour la chaîne qui n’a pas renouvelé la programmation de la série en prime-time et poursuit une programmation quotidienne en journée. La chaîne aura une case de sitcoms dans les années 2000 en 3ème partie de soirée le dimanche durant l’été où elle programmera entre autres That ’70s Show (FOX). 29 Breaking Bad est 13ème du classement WGA pré-cité. 30http://www.liberation.fr/medias/0101218005-avec-friends-france-2-tate-le-marche-le-directeur-des- programmes-detaille-l-enjeu-d-une-diffusion-des-sitcoms-en-prime-time
  28. 28. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 28 Les grands succès d’audience aux États-Unis que sont Modern Family (M6), How I Met Your Mother (Canal + en clair/NT1) et The Big Bang Theory (NRJ 12) sont diffusés en France en journée ou seconde partie de soirée mais jamais en prime-time. Leurs audiences ne sont donc pas très importantes car elles n’atteignent pas le grand public car non diffusées à des heures de grande écoute. La chaîne de la TNT gratuite Numéro 23 lancée en décembre 2012 prend le parti de diffuser de la sitcom en prime-time à son lancement en programmant Community (NBC) série ayant une communauté de fans importante sur internet. Toutefois, la chaîne diffuse la série ultra- référencée seulement en version doublée ce qui peut repousser une partie du public d’internet. La série ne réalise pas des audiences satisfaisantes pour la nouvelle chaîne et elle est donc déprogrammée sur une nouvelle case puis supprimée de la grille31 . La chaîne Numéro 23 fait partie du panel Mediamat Thematik qui ne communique pas l’audience exacte des programmes. Il faut noter qu’avec l’arrêt de la diffusion analogique en 2011, toutes les chaînes en France sont diffusées en numérique et que, sous réserve d’en acquérir les droits et de s’affranchir des frais de diffusion inhérents, les chaînes peuvent diffuser en version multilingue (VM) les œuvres de fiction étrangère sans soumettre le public au doublage systématique. Au début de la TNT en 2004, FranceTélévisions rediffusait FBI : Portés Disparus en troisième partie de soirée sur France 4 en version originale sous-titrée. Elle ne diffuse ses séries américaines de prime-time en VM que depuis fin 2012 alors que les téléspectateurs de la plupart des autres chaînes le peuvent depuis les débuts du numérique. 1.2.10. Les chaînes thématiques Jimmy et SerieClub sont deux chaînes payantes à l’origine de la première diffusion en France de beaucoup de séries cultes. À présent, Jimmy (groupe Canal +) n’offre plus une programmation de séries américaines susceptible d’attirer un public de sériphiles32 mais dans les années 90, la chaîne a diffusé des séries cultes telles que Friends (NBC), The Sopranos (HBO) ou encore la mini-série Profit (FOX). La chaîne offrait déjà une diffusion en VM, pratique innovante à l’époque. SerieClub (groupes M6 et TF1) propose toujours une programmation de séries innovantes et exclusives. Toutefois, la programmation verticale peut décourager certains téléspectateurs. En effet, la chaîne diffuse entre trois et six épisodes de la même série à la suite33 . SerieClub programme certaines séries d’auteur comme Mad Men (AMC) qui n’ont pas un rythme de narration permettant de les apprécier lors de « mini-marathons » hebdomadaires. Suivre des 31 http://www.toutelatele.com/pour-jr-today-numero-23-deprogramme-a-nouveau-community-48727 32 http://www.jimmy.fr/mth-jimmy/pid5708-grille-tv.html# 33 http://www.serieclub.fr/grille/
  29. 29. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 29 séries dans ces conditions est chronophage pour le téléspectateur, à la limite de la contrainte qui efface le pendant divertissant de la télévision.
  30. 30. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 30 2. La consommation délinéarisée par internet L'exposition de la production et de la programmation de séries américaines est parallèle à l'explosion du taux d'équipement à internet. L’équipement des ménages augmente avec 71,2 % des foyers équipés d’une connexion haut débit en 201334 . Taux équipement des ménages – Source : INSEE Taux d’équipement des foyers français – Source : Médiamétrie/GfK 34 Médiamétrie/GfK 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0 80,0 90,0 100,0 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Téléviseur couleur Magnétoscope ou lecteur DVD Téléphone portable Micro-ordinateur (y compris portable) Internet
  31. 31. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 31 La numérisation a conduit à la progression de l'usage de biens culturels dématérialisés en ligne. D'après une étude OpinionWay35 publiée en juin 2013 pour l’Hadopi, la Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet, 37% des internautes interrogés ont consommé au moins une série en ligne pendant la semaine. Comme indiqué dans une étude d’Hadopi conduite par l’Ifop36 , les français consomment des séries sur internet et 88% de cette consommation est gratuite. Ce chiffre ne signifie pas qu’elle est illégale car ce chiffre inclut la télévision de rattrapage et les webséries (si celles-ci ne sont pas comptabilisées dans les autres catégories vidéo). L’étude OpinionWay37 révèle que 71% des téléchargements de séries télévisées sont illicites et seulement 37% des actes de streaming et ils concernent à 80% des fictions étrangères. Sans distinction de licité, le téléchargement est une pratique qui concerne un public plutôt masculin à 60% et âgé entre 18 et 39 ans alors que le streaming est une pratique mixte qui concerne les 18/39 ans. Les 18-24 ans sont les plus gros consommateurs avec trois épisodes ou plus consommés par semaine pour la moitié d’entre eux38 . La consommation de séries télévisées en ligne est donc une pratique répandue des internautes français qui se retrouvent face à deux choix, celui d'une offre légale proposée par les ayants-droit et une autre illégale, où les ayants-droit ne sont pas rémunérés. Nous allons présenter les deux offres. 35 Étude du volume de consommation des biens et services culturels dématérialisés – Étude Carnets de Consommation. OpinionWay – Juin 2013. 36 Biens culturels et usages d'Internet : pratiques et perceptions des internautes français. Ifop – Janvier 2013. 37 Étude du volume de consommation des biens et services culturels dématérialisés – Étude Carnets de Consommation. OpinionWay – Juin 2013. 38 Ibid. Consommation de biens culturels en ligne selon le coût de la consommation (gratuit ou payant) – Source : étude Ifop pour l’Hadopi
  32. 32. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 32 2.1. Offre illicite La Hadopi, via son Département Recherche Études et Veille (DREV) (Annexe n°2) a publié une cartographie des accès illicites aux œuvres sur internet. Avec cette étude menée par l’institut CSA39 , nous constatons que les principaux outils pour accéder à du contenu illégal sont le streaming et les cyberlockers, les newsgroups et les plate-formes P2P, principalement en torrent. Selon l’enquête OpinionWay de juin 201340 , les internautes privilégient le streaming pour leur consommation de séries sur internet : 46% des répondants à l’enquête utilisent du streaming contre 18% qui téléchargent. Le streaming est considéré comme étant « moins impliquant et associé à du licite (pas de stockage)»41 . Les épisodes de séries sont disponibles en ligne quelques minutes seulement après leur diffusion télévisée aux États-Unis. Dans un premier temps, nous trouvons des des rip TV, étiquetés « HDTV », encodés par la « scene », des équipes d'encodeurs qui se livrent une course contre la montre pour être les premiers à poster un épisode en haute définition (HD) et en définition standard (SD). Les épisodes conservent les marques d'une diffusion télévisée américaine avec l’habillage de la chaîne et des retours de coupures publicitaires. Par la suite, d'autres personnes encodent des versions «WEB-DL» issues des épisodes téléchargés légalement sur l’iTunes Store42 américain pour les séries des networks et du basic cable ou stream-rippés sur les plate-formes de rattrapage des chaînes premium. 39 Rapport du DREV sur l’accès aux œuvres sur Internet – CSA – Juillet 2013. 40 Étude du volume de consommation des biens et services culturels dématérialisés – Étude Carnets de Consommation. OpinionWay – Juin 2013. 41 Perceptions et pratiques de consommation des "Digital Natives" en matière de biens culturels dématérialisés. CSA – Janvier 2013. 42 Plateforme de VOD d’Apple. Capture d'un tracker privé de torrents spécialisé dans les séries
  33. 33. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 33 Le référencement sur ce site est clair, bien organisé par épisode avec le choix de toutes les releases, tous les fichiers existants pour un même épisode. Cet exemple étant celui d’un tracker privé téléchargeant un fichier torrent de l’épisode. Ce fichier permet le téléchargement de l’épisode via un client suivant un protocole de P2P. Les fichiers sont en langue originale, avec parfois des sous-titres dans cette même langue muxés au fichier, c’est-à-dire disponibles si besoin via le lecteur utilisé mais facultatifs. Des sites à destination du public français proposent des versions sous-titrées ou doublées. Ces sites suivent les mêmes protocoles que les sites internationaux, l’offre est uniformément la même, les releases disponibles le sont pour le monde entier, il y a une organisation à l’échelle mondiale des équipes de release, un effort commun pour proposer l’offre la plus exhaustive possible à destination de tous les publics. Une version d’épisode sous-titrée en français sur un site français sera la release internationale retravaillée à destination du public français avec incrustation du sous-titre et non une version captée par une équipe française. Toutefois, pour les fictions françaises, des équipes françaises sont chargées de la mise en ligne des épisodes qui seront téléchargés, à moindre échelle que les séries américaines, dans le monde entier. Par cette organisation rigoureuse des « pirates », la quasi-totalité de ce qui est diffusé aux États-Unis, en flux ou fiction, est disponible en ligne quelques minutes après la première diffusion. Les fictions des autres pays anglophones, des pays scandinaves, entre autres, sont également disponibles peu de temps après la diffusion sur ces sites de référencement que sont les trackers ou les annuaires de streaming, de cyberlockers ou de newsgroups. Il est donc très facile de télécharger puis regarder illégalement le fichier dans la langue originale. Comme indiqué précédemment, des versions sous-titrées ou doublées sont mises à disposition du public français pour satisfaire ceux qui n’ont pas un niveau suffisant en anglais pour suivre la série en version originale. Le sous-titrage en français des séries non-anglophones est une pratique marginale, la demande étant principalement à destination des séries américaines et anglaises. Capture du même tracker privé pour une série originale de Canal +, Les Revenants
  34. 34. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 34 2.1.1. Le fansubbing, une pratique de médiation culturelle Le fansub (Dagiral & Tessier, 2008) est la contraction de subtitle (sous-titre) et fan, soit la pratique du sous-titrage par les fans. C’est la mutation participative des fans (Jenkins, 2006). Ces mêmes fans apportent une porte d’accès aux séries étrangères à d’autres fans n’ayant pas les connaissances en langues étrangères suffisantes pour suivre leurs séries préférées en version originale. C’est un mouvement dit de bottom-up qui permet, grâce à l’intelligence collective, une démocratisation de la culture en combinant l’expertise combinée de certains membres de la communauté (Levy, 1997). Cette pratique a commencé avec l’engouement pour les séries américaines en France, tout d’abord sur le site Forom en 2004. Des membres de ce site créent Subway en 2006, devenu depuis Subfactory, qui est une référence dans le milieu du fansub car ils instaurent des normes pour que les sous-titres créés se rapprochent du travail de sous-titreurs professionnels. Le sous-titre doit accompagner le visionnage de l’épisode mais en aucun cas ne le perturber. Ainsi, un grand soin est apporté à la qualité de l’adaptation, son orthographe et surtout à la synchronisation qui ne doit pas dépasser un nombre déterminé de caractères par ligne et pas plus de deux lignes affichées. D’autres sites suivent ces mêmes objectifs qualitatifs dont les principaux sont SeriesSub et U-Sub. Aujourd’hui, il n’y a plus d’activité de sous-titrage officiellement sur Subfactory, les fichiers étant centralisés entre ces divers sites sur un site commun, Subfactory est maintenant un forum et une base de données sur les séries. Capture du site centralisant les sous-titres
  35. 35. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 35 Sur ces sites revendiquant une certaine qualité de travail, les séries sont sous-titrées par des équipes de deux à huit personnes qui téléchargent la vidéo originale et la transcription des dialogues en anglais ou le sous-titre pour malentendants quand il est disponible. La méthode de travail ci-après est celle utilisée par une grande partie des équipes de sous-titrage de ces sites, mais l’organisation peut différer. Cependant, toutes les équipes qui suivent ces normes utilisent le même logiciel, VSS, amélioré par les fansubbers en y intégrant les normes qu’ils utilisent. Un membre de l’équipe nettoie le fichier des indications spécifiques aux sous-titres pour malentendants. L’équipe se répartit l’épisode selon le nombre de membres. Le sous-titre est dans un premier temps synchronisé avec le débit de parole des acteurs, il est ensuite traduit par les membres de l’équipe. Ces mêmes membres procèdent à la relecture de la partie d’un autre membre de l’équipe et créent ensuite des fichiers appelés « Comparo » pour discuter des corrections. Capture du logiciel VSS Extrait de Comparo
  36. 36. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 36 Il y a un véritable effort collectif pour trouver la meilleure adaptation possible des dialogues pour conserver le niveau de langue et les spécificités du personnage en version originale. Pour terminer, une relecture globale est effectuée par un membre de l’équipe pour harmoniser les parties et retoucher la synchronisation en fonction de la version française. Ce travail met entre quelques heures et quelques jours, la majeure partie des sous-titres sortant dans la semaine suivant la mise en ligne de l’épisode. Les sous-titres sont mis à disposition du public sur des fichiers srt/ssa qui sont lus par le lecteur vidéo avec la vidéo en langue originale, mais non incrustés sur la vidéo, pour être mis à jour autant de fois que nécessaire. En 2009, un professionnel a étudié un sous-titre produit par Subway/Subfactory et a commenté : « J'ai deux impressions qui prévalent : primo, c'est du travail très correct pour des gens dont ce n'est pas le métier (du moins pas encore ;p), mais secundo, c'est râlant de se dire que ça passe à un poil de fion d'un travail professionnel. Tout ça pour dire que c'est propre, tu verras que les modifs que j'ai apportées ne révolutionnent pas le fichier, mais ça peaufine juste un peu le boulot.» La médiation apportée par ces fansubbers tire la pratique culturelle de visionnage de séries vers le haut en apportant un support de qualité au public non-anglophone. Ces sous-titreurs sont le plus souvent des passionnés de séries mais pas seulement des séries sur lesquelles ils travaillent. Les sous-titreurs sont organisés en une communauté qui cherche à se renouveler en permanence car le travail sur un épisode est chronophage et, rappelons-le, complètement bénévole. Le site propose des formations pour recruter de nouveaux sous-titreurs. Les équipes déjà formées souhaitant voir leur travail reconnu par la communauté voient leurs sous-titres évalués et certifiés comme respectant les normes fixées. Cette organisation s’apparente à un « véritable réseau de distribution alternatif de qualité » qui offre une solution « plus performante que les modèles classiques de distribution» (Morin, 2008). Par ailleurs, il existe une autre offre de sous-titrage, le fast-sub qui, là, ne cherche pas la qualité mais la rapidité. Comme pour les releases de la « scene » qui veulent sortir leur captation de l’épisode en premier, certaines équipes veulent être les plus rapides à sortir le sous-titre d’un épisode car c’est celui-là qui sera incrusté sur les versions VOSTFR des sites français et donc vu par le plus grand nombre. La méthode de travail est assez différente car là, il est concevable d’utiliser Google Traduction, d’utiliser une orthographe incertaine et d’avoir plusieurs lignes. Les normes n’existant pas, le rendu final du sous-titre est à l’appréciation de son créateur. Sur le site de référence des fast-subs, Addic7ed, il est possible de retoucher au fichier posté par un autre membre du site, le sous-titre est ici collaboratif. Les utilisateurs, plus ou moins organisés, améliorent sans concertation le travail d’autrui. Cette pratique diverge du fansubbing normé, dont
  37. 37. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 37 le travail est concerté au sein de l’équipe et avec une harmonisation planifiée pour chaque épisode. Cette capture du site Addic7ed montre l’engouement du public français pour les séries américaines, le sous-titre français pour cet épisode et cette release de la « scene » a été téléchargé 6512 fois soit presque autant que la version originale du fichier de sous-titre. Le sous-titre a également été modifié 714 fois par 22 utilisateurs différents, ce qui, d’une manière, démontre une volonté des fast-subbeurs de sortir un sous-titre le plus « propre » possible. Ce chiffre est à mettre en corrélation avec la faible importance du téléchargement de séries qui ne concerne que 18% des personnes interrogées43 . Le public se tourne massivement vers cette offre rapide, sans se soucier de la qualité qui, est celle utilisée sur les versions en streaming et téléchargement VOSTFR où le sous-titre est incrusté en dur sur la vidéo. 2.1.2. La pratique collective par internet Les sites français de téléchargement proposent également des versions doublées des séries américaines dès la diffusion télévisée en Belgique ou en Suisse Romande, généralement quelques mois avant une diffusion sur les chaînes françaises. En effet, ces territoires reçoivent également la plupart des chaînes françaises et pour résister à la concurrence, les chaînes francophones doivent alors de programmer les séries dont ils ont acheté les droits avant la France. Ce sont ces épisodes qui sont disponibles sur les plate-formes illégales avant même la diffusion en France. L’offre de séries est donc complète et similaire à l’offre télévisée en termes de confort de visionnage (HD, doublé ou VOST). 43 Étude du volume de consommation des biens et services culturels dématérialisés – Étude Carnets de Consommation. OpinionWay – Juin 2013. Capture d’écran du sous-titre de l’épisode 1 de la saison 6 de True Blood
  38. 38. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 38 Ces sites de téléchargement, de streaming ou de sous-titrage, en offrant des forums, participent à l’organisation de la communauté « sériphile ». La pratique de visionnage sur internet est individualisée car chronophage et difficilement suivie par les proches (Combes, 2011). Ainsi les internautes sériphiles transforment la pratique en une pratique collective, les internautes partagent leurs critiques des épisodes au rythme de la diffusion américaine principalement sur les réseaux sociaux, blogs et forums (généralistes, sur une série, un acteur, de fans-subbers, sur un tracker). La diffusion étant personnelle à chacun, internet offre un espace de partage hors du cercle des proches. Jenkins (1992) avance même le concept que « la réception d’un fan ne peut et ne doit pas rester isolée car elle est façonnée par les autres fans ». Les autres fans jouent également un rôle de prescription. L’offre de fictions étrangères et particulièrement américaine est importante chaque année avec pas moins de 25 nouvelles séries lancées sur les networks américains pour la rentrée automnale (Annexe n°1). De plus, certaines n’ont une durée de vie que de quelques épisodes, le rôle de la prescription est donc primordial pour que les sériphiles fassent un choix parmi les nouveautés tout en limitant la chronophagie de la pratique de visionnage. 2.1.3. Quand le téléspectateur est son propre conseiller en programmation Chaque année, le site TorrentFreak44 publie un classement des séries les plus téléchargées dans le monde (Annexe n°3) qui est repris par les médias comme valeur de référence. Ce classement est compilé à partir d’estimations de nombre de téléchargements par épisode sur les trackers publics de torrent (The Pirate Bay, Eztv). Comme l’indique TorrentFreak, ces chiffres n’intègrent pas les visionnages en streaming et les téléchargements via un cyberlocker qui, comme indiqué dans le rapport du DREV (Annexe n°2), concernent une forte part des pratiques illégales en France. Selon l’étude OpinionWay45 précitée, les internautes consomment principalement par streaming donc leur consommation n’est pas prise en compte dans ces classements. Cependant, ils montrent une tendance mondiale des séries plébiscitées par les internautes qui téléchargent illégalement des séries. Une nette préférence des internautes pour les séries feuilletonnantes est visible car même les sitcoms How I met Your Mother ou The Big Bang Theory ont un arc narratif secondaire feuilletonnant. Le classement du printemps 2013 ne prend en compte que les téléchargements de mars à juin 2013, période pendant laquelle certaines séries ne sont pas diffusées, sa pertinence n’est donc que relative en tant que classement mais indique une tendance pour 2013. 44 http://torrentfreak.com/ 45 Étude du volume de consommation des biens et services culturels dématérialisés – Étude Carnets de Consommation. OpinionWay – Juin 2013.
  39. 39. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 39 En 2008, les séries téléchargées illégalement sont produites à 80% par les networks. La nette domination des séries de networks se poursuit en 2009 (90%) et en 2010 (80%). En 2011, les séries du câble occupent la moitié du classement et inversent une tendance qui se poursuit en 2012 portée par des succès comme Game of Thrones, The Walking Dead, Dexter et Breaking Bad. Pour la France uniquement, l’étude OpinionWay46 établit un classement des séries les plus streamées et téléchargées. Cependant, la distinction entre consommation licite et illicite n’étant pas intégrée à cette partie de l’étude qui mélange donc la VOD payante, les plate-formes de télévision de rattrapage et les consommations illégales, ce classement n’est pas pertinent. En effet, la série en tête du classement pour le streaming est le soap quotidien de France 3, Plus Belle la Vie. Cette série peut être consommée en ligne légalement sur Pluzz47 ou avec une offre illicite provenant des enregistrements de la diffusion en Belgique et en Suisse, une semaine avant la diffusion en France. Il est donc difficile de différencier les différents publics. De plus, le nombre d’épisodes (cinq par semaine) rend la consommation mathématiquement plus importante que pour une série diffusée hebdomadairement. Le site de streaming le plus utilisé par les internautes (14% des personnes interrogées) selon cette même étude OpinionWay48 est le site Dpstream qui lui-même établit un classement. Cependant, celui-ci est un classement du nombre total de visionnages par série et fait donc la part belle aux séries de networks composées du double d’épisodes par rapport à une série du câble en général. Toutefois, le classement hebdomadaire, en prenant en compte les séries en cours de diffusion aux États-Unis, dégage une tendance de la consommation en France en temps réel. Ce classement n’est pas établi sur des moyennes par épisode comme ceux de TorrentFreak. 46 Étude du volume de consommation des biens et services culturels dématérialisés – Étude Carnets de Consommation. OpinionWay – Juin 2013. 47 Plateforme de télévision de rattrapage de FranceTélévision. 48 Étude du volume de consommation des biens et services culturels dématérialisés – Étude Carnets de Consommation. OpinionWay – Juin 2013.
  40. 40. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 40 Classement des séries les plus visionnées sur Dpstream du 12 au 18 août 2013 Dpstream - Semaine 33 – 2013 1 Dexter Showtime 455 000 En cours de diffusion 2 Breaking Bad AMC 404 000 En cours de diffusion 3 Pretty Little Liars ABC Fam. 345 000 En cours de diffusion 4 Grey's Anatomy ABC 315 000 Hiatus 5 Teen Wolf MTV 258 000 En cours de diffusion 6 True Blood HBO 238 000 En cours de diffusion 7 How I Met Your Mother CBS 222 000 Hiatus 8 The Simpsons FOX 194 000 Hiatus 9 Game of Thrones HBO 181 000 Hiatus 10 Suits USA 169 000 En cours de diffusion Avec seulement deux séries de networks, nous constatons une domination des séries du câble pour cette semaine du mois d’août. Il faut toutefois nuancer cette affirmation car les networks américains proposent peu d’inédits dans leurs grilles estivales comparativement aux chaînes du câble. Nous retrouvons les succès mondiaux des classements de TorrentFreak que sont Game of Thrones, Dexter et Breaking Bad. Il faut noter que le nombre de vues sur le seul site Dpstream en une semaine pour Breaking Bad dépasse largement le nombre de téléspectateurs sur Arte lors de la diffusion télévisée (cf. 1.1.8. Des séries de qualité en France)
  41. 41. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 41 2.2. Offre légale 2.2.1. Présentation de l’offre légale en France L’offre légale sur internet peut être associée à plusieurs modes de consommation gratuits ou payants :  La Video On Demand (VOD), Vidéo à la Demande (VàD) à l’unité - P-VOD : Offre de VOD des séries en direct des États-Unis (US+24) - T-VOD : Offre de VOD transactionnelle, achat après diffusion télévisée  S-VOD : Offre de VOD par abonnement (Subscription Video on Demand), pour un abonnement mensuel/annuel, l’utilisateur a accès au portail en illimité  F-VOD : Offre de VOD gratuite, financée par la publicité. - La catch-up TV ou télévision de rattrapage, le programme est disponible en streaming gratuit durant les 7 jours qui suivent la diffusion télévisée sur ordinateur, en IPTV et sur les appareils connectés (sous réserve d’une application dédiée). - La mise en ligne sur les User Generated Contents (UGC) ou plate-formes de vidéo en ligne (YouTube, Dailymotion, Vimeo) par les ayants-droit.  L’Electronic Sell-Through (EST) est l’achat définitif d’un contenu, avec un paiement à l’unité ou en package. Le P-EST est l’offre d’achat d’épisodes de série en direct des États-Unis. Pour consommer ces diverses formes d’offre légale, le public a le choix entre un usage sur son ordinateur (PC) et un usage IPTV via sa box fournie par son fournisseur d’accès internet (FAI) connectée à internet et branchée à sa télévision. Mode de consommation de la VOD Payante – Source : CNC – Publixiné – Harris Interactive
  42. 42. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 42 Nous constatons une nette domination de la consommation via la télévision. Selon le Baromètre Digital GfK-NPA Conseil, la consommation se fait à 97,9% en SD contre 2,1% en HD, qui nécessite un surcoût. Il faut noter que le Baromètre Digital GfK-NPA Conseil qui tient lieu de référence pour les ventes VOD en France ne comprend pas iTunes dans son panel. iTunes qui domine le marché de l’EST aux États-Unis. Ventes EST à l’unité aux États-Unis en 2012 - Source: The NPD Group, VideoWatch Digital Le baromètre indique pour 2012, 99,8% de locations en streaming ou téléchargement temporaire contre 0,2% de ventes définitives. La consommation de fiction TV est le troisième genre le plus consommé en VOD après le cinéma et les films « pour adultes ». Consommation en VOD selon le genre en France en 2012 – Source : GfK, NPA Conseil
  43. 43. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 43 2.2.2. Quand la VOD se met à l’heure américaine TF1 lance à la rentrée 2007 la deuxième saison d’Heroes (NBC) en VOSTFR en P-VOD via sa plate-forme TF1 Vision. La chaîne annonce le succès du lancement avec 50 000 locations du premier épisode49 . Avec les DRMs (Digital Management Rights), chaque épisode est loué pour 30 jours et utilisable en illimité pendant 48H à compter de la première lecture pour 2,99€ (des packs de plusieurs épisodes sont également proposés). Il faut noter que suite au lancement de cette offre légale les fansubbeurs sous-titrant Heroes ont cessé la publication des sous-titres de cette série50 . Depuis, TF1, qui a renommé sa plate-forme MYTF1VOD, a étendu l’offre de séries disponibles et est devenu un acteur majeur du marché de la P-VOD de séries américaines, suivi par M6 qui a lancé une offre similaire avec ses propres séries. J’ai pu m’entretenir avec les responsables de cette offre chez TF1 Vidéo. Le choix des séries disponibles sur la plate-forme se fait dans le catalogue de la chaîne et selon le potentiel de rentabilité de la série. En effet, entre le coût des droits spécifiques à la VOD, les frais techniques et structurels, l’investissement pour un épisode est en moyenne de 1000€. Les tarifs de location sont actuellement de 1,99€ par épisode sans possibilité de forfait. Un épisode doit dépasser les 500 locations pour atteindre son seuil de rentabilité. Les droits actuellement pour la P-VOD sont de huit semaines suivant la diffusion américaine, ainsi, un téléspectateur n’a pas toujours accès à la saison complète. Le responsable éditorial de la plate-forme négocie actuellement pour prolonger les droits de P-VOD jusqu’à la diffusion sur une des chaînes du groupe TF1 (TF1, TMC, NT1, HD1). Pour atteindre ce délai de sortie très rapide, les sous-titres sont réalisés outre- Atlantique par des sociétés de sous-titrage disposant des épisodes avant la diffusion. Les épisodes sont proposés avec des DRMs pour garantir un niveau de protection suffisant pour les studios. Ainsi, un épisode loué sur sa télévision, ne peut pas être transféré sur son ordinateur et inversement. Le service de TF1 Vidéo travaille actuellement à développer le multi-écrans pour améliorer l’expérience des consommateurs. La plate-forme de VOD de TF1 proposait jusqu’à l’année 2012 de l’EST et après une année d’arrêt des téléchargements, suite à une refonte technique de la plate-forme, va de nouveau proposer cette possibilité. La chaîne M6 propose quant à elle des pass pour 7,99€ par mois pour accéder en illimité à sa P-VOD (Annexe n°5). Il faut noter que le Pass M6 n’est pas disponible en IPTV chez tous les FAI et l’offre de VOD de M6 n’est pas mesurée par le baromètre Gfk - NPA Conseil. 49 http://www.01net.com/editorial/357283/mise-a-jour-50-000-internautes-ont-loue-le-premier-episode-de-la- nouvelle-saison-de-heroes/ 50 https://www.subfactory.fr/forum.html#thread/6922/1
  44. 44. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 44 Le Baromètre GfK – NPA Conseil identifie le public de ces offres de P-VOD comme étant majoritairement féminin, entre 15 et 35 ans, plutôt urbain et CSP+. La saison 8 de Grey’s Anatomy a atteint 247 000 unités vendues en 201251 , la saison comprenant 24 épisodes, cela donne une moyenne de 10 000 unités vendues par épisode. Cette saison est la neuvième meilleure vente de l’année 2012. Les autres meilleures ventes de la plate- forme MyTF1VOD sont The Vampire Diaries (CW) et Gossip Girl (CW). Ces séries ont en commun de correspondre à la cible identifiée comme étant le public de ces offres de P-VOD. La plate-forme MyTF1VOD a réalisé 2,5 millions d’actes de vente en 201252 . En respectant la chronologie des médias, MyTF1VOD suspend la mise à disposition des épisodes d’une saison en cours de diffusion. Les épisodes sont remis en ligne après la diffusion télévisée, ceux-ci sont disponibles en T-VOD et en VM. Ce mode de distribution s’apparente à la sortie en DVD physique au même moment. Il arrive parfois que le distributeur souhaite décaler la sortie en T-VOD pour ne pas concurrencer les ventes physiques. Toutefois, l’essentiel des revenus digitaux est assuré par la P-VOD selon les responsables de la plate-forme. En France, iTunes est un acteur de la P-EST en proposant certaines séries en téléchargement définitif également en direct des États-Unis. L’offre d’iTunes ne dépend pas des catalogues de droits liés à une politique d’acquisition et aux divers deals signés avec les majors comme pour les chaînes de télévision. De plus, de par sa position dominante pour l’EST aux États-Unis53 , iTunes bénéficie d’une situation favorable à la négociation avec ces mêmes majors. L’offre de séries en avant-première sur iTunes propose certains titres déjà disponibles sur la plate- forme MyTF1VOD et d’autres séries qui sont diffusées en France sur d’autres chaînes ou inédites comme Wilfred (FX) (Annexe n°6). Le catalogue d’iTunes est conséquent indépendamment de l’offre en avant-première (Annexe n°7). Les séries proposées sont variées allant de Rectify diffusée au printemps sur la chaîne confidentielle Sundance Channel aux blockbusters de network comme Person of Interest (CBS) ou du câble comme The Walking Dead (AMC). Le catalogue comprend des séries anglaises, scandinaves ou israéliennes, pays reconnus pour la qualité de leurs productions de séries télévisées. La plate-forme propose un achat par épisode ou par saison, en SD ou en HD. 2.2.3. Les offres par abonnement En 2012, 33,2% des unités vendues en VOD sont consommées dans le cadre d’un abonnement de S-VOD54 . Comme 97% de ces consommations se font en IPTV55 , les fournisseurs d’accès internet sont en première ligne pour proposer leurs forfaits. Ainsi, en 51 Baromètre Digital GfK – NPA Conseil – Décembre 2012 (diffusion limitée). 52 Ibid. 53 The NPD Group, VideoWatch Digital. 54 Baromètre Digital GfK – NPA Conseil – Décembre 2012 (diffusion limitée). 55 Ibid.
  45. 45. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 45 octobre 2012, la VOD d’Orange est la plate-forme la plus prisée avec 43,2% des utilisateurs payants de VOD interrogés déclarant l’avoir utilisée dans le mois précédent56 . Cette plate-forme permet d’accéder aux offres concurrentes et offre un accès privilégié à la propre plate-forme d’Orange. En novembre 2008, Orange a développé un bouquet de cinq chaînes intégrant une plate- forme de VOD, OCS (Orange Cinéma Séries), distribué non seulement à ses clients internet mais également aux clients de SFR, Numéricable et CanalSat57 . L’abonnement est facturé 12€/mois sans engagement. L’opérateur a signé un accord sur les droits exclusifs du catalogue HBO et offre les séries de la chaîne en P-VOD en VOST le lendemain de la diffusion américaine (Annexe n°8). Ces séries sont programmées quelques semaines plus tard en VM sur une des chaînes du bouquet. OCS propose également les séries de la chaîne premium Starz et certains titres à succès comme The Walking Dead (AMC). Le positionnement éditorial de la plate-forme se porte sur des séries du câble, principalement premium. Pour accentuer cette thématique série, OCS a produit une série documentaire sur les séries et leurs showrunners, les créateurs et scénaristes à l’origine des plus grands succès critiques de ces dernières années58 . OCS propose un service de télévision de rattrapage de 30 jours pour les séries diffusées sur son bouquet et qui, pour certaines, ne font pas partie de la P-VOD comme la saison 5 de Breaking Bad dont la première partie de la saison est diffusée sur OCS quand la seconde est diffusée sur AMC et n’est pas disponible au sein du bouquet. OCS proposé également un service inclus dans l’abonnement au bouquet de S-VOD (à la demande uniquement) similaire à CanalPlay, Free Home Video. Néanmoins, le catalogue est composé de séries plutôt anciennes (Annexe n°9), les saisons proposées ayant été pour la plupart déjà été diffusées gratuitement à la télévision et hormis Mentalist (TF1), aucune n’a rencontré un succès d’audience en France. Les séries proposées ne restent pas disponibles indéfiniment ce qui a pour conséquence de ne pas mettre à disposition toutes les saisons d’une série (Annexe n°9). De plus, les séries ont pour la plupart déjà été diffusées sur des chaînes gratuites. Cette offre ne permet pas de se créer une vidéothèque complète de séries. 56 Étude CNC – Harris Interactive publiée dans le Guide des chaînes numériques. 57 http://cinema-series.orange.fr/offre 58 http://cinema-series.orange.fr/programme/magazine/SHOWRUNNEPAW0054349/showrunners/
  46. 46. Séries américaines : le nouveau rapport de force entre télévision et internet Myriam Louzani 46 2.2.4. L’offre légale gratuite sur la télévision de rattrapage Suite à la diffusion télévisée d’une série, les épisodes sont disponibles pendant sept jours gratuitement sur la plate-forme de catch-up de la chaîne que ce soit sur PC, tablette, mobile ou en IPTV. Dans le cadre d’une série feuilletonnante, cette offre de catch-up permet d’être à jour pour la diffusion des épisodes suivants, cela permet aux chaînes de ne pas de limiter la perte des téléspectateurs non-assidus au fil de la saison. Ces plates-formes de télévision de rattrapage remplacent les enregistrements sur VHS de l’époque de Dallas dans les années 80. Elles sont financées par la publicité présente sur le site et dans la vidéo. Aux États-Unis, les chaînes offrent également cette possibilité de rattraper les programmes pendant sept jours et les audiences de la catch-up et des enregistrements sur Tivo59 sont comptabilisées en une audience J+7. Les apports d’audience en J+7 montrent que les séries les plus rattrapées sont celles qui ont changé de case ou sont situées à une case concurrentielle face à un aspirateur d’audience (id. tableau des meilleures audiences américaines de la saison). Certaines séries doublent leur audience par le rattrapage comme Smash (NBC) dont la seconde et dernière saison a été déprogrammée de sa case du mardi au samedi, case peu propice au succès d’audience. Sa progression en J+7 est de 63% sur les 2 ans et + et de 92% sur la cible commerciale des 18-4960 . Au premier semestre 2013, la catch-up sur ordinateur uniquement n’apporte que 1,4% d’audience en plus pour les séries étrangères sur TF161 . L’offre de séries américaines sur la chaîne ne nécessite pas cette pratique car elles ne demandent pas une assiduité entre les épisodes, qui sont pour moitié des rediffusions. 2.2.5. L’offre légale gratuite par la mise en ligne sur les UGC La plate-forme de vidéos Dailymotion a mis en ligne gratuitement et légalement plusieurs séries en mai 2013 (Annexe n°10). Ces séries sont disponibles en VOSTFR. Hormis The Booth at the End, les autres séries sont anglaises. Même si ces séries ne sont pas des blockbusters, The Booth at the End a été repérée par la communauté des fansubbeurs qui, avant la mise en ligne sur Dailymotion, a publié des sous-titres français de cette série62 . Cet essai est encourageant et montre que des modes de diffusion légaux et gratuits sont possibles. 59 Enregistreur numérique sur disque dur. 60 Nielsen. 61 Médiamétrie / eStat Streaming – Janvier-Juin 2013 (diffusion limitée). 62 http://www.sous-titres.eu/series/the_booth_at_the_end.html

×