Sommaire
Introduction
	 1. Respecter les règles de base d’un e-mailing performant
		 A. Priorité N°1 : atteindre la boîte ...
Introduction
Alors que les internautes sont de plus en plus sollicités, chaque détail d’un e-mailing compte. Avec le conte...
1ère partie
Respecter les règles
performant
de base d’un e-mailing
1.	Respecter les règles de base d’un e-mailing performant
	 A. Priorité N°1 : atteindre la boîte de réception
Aujourd’hui,...
Zoom sur l’adresse expéditrice
Jusqu’à présent, la grande majo-
rité des Real Black List (RBL) in-
dexait la réputation su...
Personnaliser l’objet
Il est conseillé de privilégier la personnalisation de l’objet du message pour augmenter le taux d’o...
Pour lire la suite :
http://www.np6.fr/ressources/livres-blancs/
Ce livre blanc est disponible
gratuitement sur notre site...
Livre blanc performance et design en email marketing
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Livre blanc performance et design en email marketing

851 vues

Publié le

Avec le contenu et la segmentation, le design est l’un des volets fondamentaux pour renforcer l’impact de vos emailings.

Vous souhaitez tirer profit des dernières tendances graphiques ? Différencier vos messages dans le respect des bonnes pratiques propres à l’email marketing ?
Découvrez les clés d’une campagne email réussie dans le 1er livre blanc dédié au Design emailing.

http://www.np6.fr/ressources/livres-blancs/

Publié dans : Marketing
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Livre blanc performance et design en email marketing

  1. 1. Sommaire Introduction 1. Respecter les règles de base d’un e-mailing performant A. Priorité N°1 : atteindre la boîte de réception B. L’objet, du teasing à la personnalisation C. Contenu, un formatage adapté à chaque typologie d’e-mail D. L’appel au clic ( ou Call to ACtion ), l’objectif final E. Alléger les codes HTML des e-mails 2. S’attacher au design A. La charte graphique en e-mail marketing B. L’intéraction des éléments graphiques sur l’humain : les principes de la Gestalt C. Choix d’une image : selon la fonction souhaitée et le type de message D. Contexte et évolution du web design E. La couleur phare en 2013 : Vert Emeraude F. Les tendances graphiques phares en 2012 - 2013 G. Les tendances graphiques appliqués à l’e-mail marketing 3. Exemples concrets A. Les e-mails verticaux B. Les e-mails horizontaux Conclusion Sources A propos de NP6 p. 02 p. 04 p. 05 p. 06 p. 08 p. 19 p. 21 p. 23 p. 24 p. 26 p. 35 p. 37 p. 38 p. 39 p. 49 p. 52 p. 53 p. 61 p. 62 p. 64 p. 65 2
  2. 2. Introduction Alors que les internautes sont de plus en plus sollicités, chaque détail d’un e-mailing compte. Avec le contenu et la segmentation, le gra- phisme constitue l’un des volets fondamentaux pour renforcer l’impact d’un courrier électronique. En effet, il doit : • Mettre en valeur des contenus de plus en plus riches, • Simplifier la navigation et la lecture, • Mettre en avant des liens vers des pages importantes, • Valoriser l’identité visuelle qui est l’image de marque, • Maximiser les taux de clics. Pour autant, sans prise en compte des paramètres techniques et des bonnes pratiques de composition d’un e-mailing, les efforts effec- tués sur le graphisme sont vains. Si l’e-mailing n’est pas délivré, s’il atteint la boîte de réception mais ne suscite aucune ouverture ou encore s’il est ouvert mais ne motive aucun clic, tout l’investissement réalisé au préalable sur le travail de création graphique sera perdu. D’autre part, selon l’étude EMA (Email Marketing Attitude) 2012, 82% des internautes interrogés affirment effacer les e-mails commerciaux dont les images ne s’affichent pas. En premier lieu, c’est donc la pertinence de l’offre et le respect des règles de base en e-mailing qui incitent les internautes à lire les e-mai- lings, puis en second lieu le graphisme qui devient un véritable accélérateur de clic, et donc de ROI. A travers ce Livre Blanc, nous allons transmettre les règles de base à respecter en e-mailing puis présenter les principes et dernières ten- dances graphiques pour rendre les e-mails encore plus impactants. 3
  3. 3. 1ère partie Respecter les règles performant de base d’un e-mailing
  4. 4. 1. Respecter les règles de base d’un e-mailing performant A. Priorité N°1 : atteindre la boîte de réception Aujourd’hui, la réputation de l’expéditeur de l’e-mail est le critère primordial à optimiser pour atteindre la boîte de réception de l’internaute. Cette réputation dépend de plusieurs facteurs : les règles de filtrages des FAI (Fournisseur d’accès à Internet), la pertinence du contenu de l’e- mail ou encore la pression commerciale exercée. Ces règles ne sont aujourd’hui pas toujours respectées. Effectivement, selon une étude Return Path effectuée sur le dernier semestre 2011, seulement 76.5% des e-mails légitimes dans le monde atteignent effectivement la boîte de réception des internautes1 . L’en-tête des messages : personnalisé et cohérent L’entête des messages correspond aux informations à l’intention des destinataires, c’est-à-dire le nom de l’expéditeur, l’objet et l’adresse e-mail expéditrice. Tous ces paramètres peuvent être personnalisés pour gagner en visibilité et diminuer considérablement les suspicions de phishing. 1 http://www.e-marketing.fr/Breves/e-mails-commerciaux-la-france-premier-pays-europeen-45159.htm En 2012, selon l’étude EMA (Email Marketing Attitude), 34% des internautes interrogés ré- pondaient que ne pas reconnaître le nom de l’expéditeur de l’e-mail était un indicateur de spam. 5
  5. 5. Zoom sur l’adresse expéditrice Jusqu’à présent, la grande majo- rité des Real Black List (RBL) in- dexait la réputation sur l’adresse IPV4 émettrice des envois. L’épui- sement des adresses IP change la donne. La plus grande souplesse permise par le nouveau protocole IPV6 offre des milliards de combi- naisons rendant l’indexation im- possible par les RBL sur la seule adresse IP. Le nom de domaine émetteur de l’envoi est donc au- jourd’hui de plus en plus pris en compte et doit faire l’objet de toutes les attentions. Ce critère est déjà adopté par Gmail ou Yahoo. B. L’Objet, du teasing à la personnalisation Jouer avec les mots pour créer l’attente La conception de l’objet est une étape fondamentale pour optimiser le taux d’ouverture des e-mails. En une trentaine de signes, le défi est de susciter l’ouverture de l’e-mail et le télé- chargement des images, en particulier si les lecteurs reçoivent les e-mails pour la première fois. Parmi les fonctions du langage identifiées par le linguiste Roman Jakobson1 , certaines peuvent nous être particulièrement utiles dans cette optique : • Fonction expressive (ou émotive) : le message est centré sur l’émetteur et sa singularité. L’objet sera différenciant • Fonction conative : le message est centré sur le destinataire. L’objet sera personnalisé • Fonction phatique : le message cherche à établir ou à maintenir le contact. Par exemple : « Allô ? », « n’est-ce pas ? », etc. supposent une réaction en retour. L’objet sera interactif • Fonction poétique : le message est centré sur lui-même, sur sa forme esthétique. Le lan- gage joue sur son propre code. L’objet sera original1 Miser sur la ponctuation La ponctuation rythme la phrase, suggère les intona- tions, traduit les nuances de la pensée et facilite la lec- ture. Elle n’a cependant pas qu’une valeur mélodique : elle répond autant à un besoin de logique qu’à un be- soin de rythme. L’objet ayant pour objectif de séduire, la ponctuation sert à évoquer des nuances affectives, à produire des effets de style. Ce sont les rôles que jouent notamment le point d’exclamation, le point d’interroga- tion et les points de suspension en créant le doute, la surprise ou l’attente.1 1 Essais de linguistique générale, 1963. 6
  6. 6. Personnaliser l’objet Il est conseillé de privilégier la personnalisation de l’objet du message pour augmenter le taux d’ouverture de l’e-mailing. Pour cela, il faut se mettre à la place des internautes. Afin d’être plus convaincant, il s’agit de créer une ligne d’objet attractive capable de répondre à la question : « De quoi parle ce message ? ». L’idée est d’adapter ensuite l’objet pour que celui-ci soit précis, reflète la réalité du contenu du message et corresponde aux intérêts des abonnés. Il ne faut pas hésiter non plus à sélectionner les mots pertinents du message e-mail pour les inclure dans l’objet. Cela améliorera la crédibilité de la marque émettrice et apportera une plus grande cohérence entre le contenu et l’objet. Attention aux spam words Une ligne d’objet contenant des mots interdits tels que « gratuit », « argent » ou encore « promotion » peut avoir un impact négatif sur le taux d’ouverture du message. En effet, il faut éviter leur utilisation afin que les messages ne soient pas considérés comme du spam par les FAI. Il est préférable de créer un sentiment d’urgence pour stimuler le taux d’ouverture avec un message du type « Dans 3 jours, il sera trop tard ». Tester, tester, tester Afin que l’objet soit le plus percutant possible, il convient d’élaborer différents objets et de les tester, en utilisant notamment dans ce cadre, la méthode du split testing. Cette dernière consiste à tester chacun des objets sur environ 10% de la base de contacts de l’émetteur. L’objet à l’origine du taux d’ouverture le plus élevé est ensuite choisi pour être envoyé au reste des abonnés. 7
  7. 7. Pour lire la suite : http://www.np6.fr/ressources/livres-blancs/ Ce livre blanc est disponible gratuitement sur notre site ! 8

×