Les CARNETS_27
AtelierMmmmh!
40nanasaupetitdéjeuner
L’EFFERVESCENCE DES FOURNEAUX Philippe Fiévet
C’est à l’initiative de ...
P
AtelierMmmmh!
On mange aussi
avec les yeux !
C’est Carlo de Pascale qui donne le
coup d’envoi, répartissant les filles
e...
C’est dans la poche !
Trois fois 35 minutes plus tard, il est
temps de lever la tête. Les filles sont
excitées. Thibaut no...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

40 nanas au petit déjeuner: L'effervescence des fourneaux

2 873 vues

Publié le

40 Girls Geek se sont retrouvées le dimanche 14/11/2010 pour un brunch chez Mmmm! en compagnie de NESCAFÉ Dolce Gusto lors de la sortie de la dernière née, la Piccolo! (Article issu du supplément du Paris Match n°481 du 25 novembre 2010)

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 873
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
101
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

40 nanas au petit déjeuner: L'effervescence des fourneaux

  1. 1. Les CARNETS_27 AtelierMmmmh! 40nanasaupetitdéjeuner L’EFFERVESCENCE DES FOURNEAUX Philippe Fiévet C’est à l’initiative de Nescafé Dolce Gusto et du lancement de sa nouvelle machine Piccolo, qu’un groupe de 40 jeunes ‘Geeks’, adeptes de bons plans, se sont retrouvées chez Mmmmh! pour suivre, tôt matin, un triple atelier dominical chapeauté par trois chefs maison: l’un dévolu aux jus et aux salades de fruits, l’autre aux biscuits et le troisième à la pâtisserie. Concentrée, gourmande et avide d’appendre, chacune a mis la main à la pâte pour une expérience stimulante, avec ses anecdotes, ses surprises, ses cadeaux, et, surtout, de délicieuses bouchées, encore toutes chaudes, à se mettre sous la dent. UN DIMANCHE PAS COMME LES AUTRES ET UN DÉJEU- NER AUX AROMES ‘CAFÉ DOLCE’ DES PLUS PARFAITS.
  2. 2. P AtelierMmmmh! On mange aussi avec les yeux ! C’est Carlo de Pascale qui donne le coup d’envoi, répartissant les filles en trois groupes distincts, - les tabliers orange, les verts et les mauves, chaque groupe s’agglutinant autour de son mentor respectif avant de se lancer à l’eau, le tout en 35 minutes chronos afin de suivre une rotation complète dans le sens des aiguilles d’un petit ‘dej’ aussi parfait que complet. Donc, Carlo harangue la foule qui pépie déjà d’impatience, non sans déguster un dernier Nescafé Dolce Gusto dont les machines tournent à plein régime. Trois fois 35 minutes, et c’est parti ! Les chefs en noir rassemblent leurs ouailles ; on explore le thème, on soupèse les marchandises et on s’émerveille de voir tous les ingré- dients fins prêts, non loin des usten- siles en ordre de bataille. Ici, on découpe les fruits, là on émiette les spéculoos, là encore on fait chauffer le beurre. Les premières effluves sucrent l’atmosphère tandis que Chris rappelle le mot d’ordre : de la créativité quant à la présentation car on mange d’abord avec les yeux ! Il faut dire que pour l’occasion Mmmmh! c’est mis aux couleurs Nescafé Dolce Gusto et que ces petits machines à café se sont glis- sées à merveille partout dans le décor moderne des cuisines. Alerte au nuage de farine ! A l’étage, là où officie l’atelier fruits exotiques, on admire le beau matos. L’ambiance est concentrée – normal pour des jus ! La plupart travaillent à deux, d’autres interpellent le boss. On pèle, on presse, on pile, l’homme en noir passe de l’une à l’autre, ins- pecte, rectifie, conseille… pendant que les robots mènent la danse. Le moindre bug fait évidemment rire les officiantes. Au moment d’incor- porer la farine dans le robot en mou- vement, un nuage épais oblige la malheureuse à s’interrompre. Le nuage blanc se dissipe, le temps que sa voisine coupe l’alimentation pour verser le reste de farine, puis la rota- tion repart sans autre dommage. Plus loin, une main se secoue vigou- reusement. “Vous vous êtes brûlée ?” “Trop gourmande !” répond son amie. Sans gravité, mais cela fait mal. On voudrait souffler sur le bobo, mais c’est déjà oublié et d’ailleurs le temps presse. 5,4,3,2,1… Changez ! Brouillement de couleurs, froisse- ment de tabliers. Les ateliers se dis- persent et se recomposent aussi vite. Pendant ce temps, de petites mains s’occupent de la vaisselle et reconsti- tuent le décor initial. Ordre et pro- preté. A peine l’occasion de repren- dre un petit Nescafé Dolce Gusto, d’en savoir toujours plus sur le fonc- tionnement de ces machines au de- sign accrocheur que çà repart !... Pas évident de prendre possession de toutes ces filles dans la fleur de l’âge ce matin-là ! En tablier noir, ils étaient tous trois côte à côte en les regardant arriver les unes après les autres, frémissant à l’idée de prendre en charge un public aussi exclusivement fémi- nin. Mais déjà les trois chefs font connais- sance dans les trois langues nationales: Thibaut Cousin, aura la responsabilité de diriger non seulement les financiers – ces petits biscuits en forme de lingot vert – mais aussi les cookies de même que ces petits triangles de pâte à brick farcis de chèvre frais et de miel, “les filles adorent” souligne-t-il d’un air gourmand et sûr de son effet. Chris Verbelen, aujourd’hui, il pilotera l’atelier smooties, assorti d’une foule de jus de fruits exotiques ainsi qu’en témoignent les papayes, les mangues et la future soupe d’agrumes à la badiane et à l’absinthe. Enfin, Philippe Lepla se voit confier la direction de la frangipane aux pommes et du cheese cake au spéculoos. A peine le temps de siroter un bon café pour le petit kick du matin et de découvrir le nouveau modèle Nescafé Dolce Gusto Piccolo, au centre de toutes attentions que les chefs prennent la main. Ne la quittant pas des yeux, elles sont décidées à en savoir plus et à en gouter toujours plus. Atelier pâtisserie. Philipe Leplae a fort à faire face à un auditoire aussi attentif. Après ce studieux écolage sortiront, tout chauds, frangipane aux pommes et cheese cake au speculoos. Haro sur la Nescafé® Dolce Gusto® Piccolo Moment intense d’émotion avec la découverte en avant- première de la nouvelle machine à café Nescafé® Dolce Gusto® Piccolo Concours oeufs brouillés. C'est sous la direction de Carlo de Pascale que chaque groupe s'est lancé dans la réalisation du défi du jour, oeufs brouillés à l'huile de truffe blanche.
  3. 3. C’est dans la poche ! Trois fois 35 minutes plus tard, il est temps de lever la tête. Les filles sont excitées. Thibaut nous fait un clin d’œil signifiant quelque chose comme “c’est dans la poche” tout en dispensant un dernier conseil, dis- poser les pépites de chocolat dans les cookies en fin de cuisson pour qu’ils ne brûlent pas. Les élèves ne perdent pas une miette. Elles sont décidément insatiables. Il faut dire qu’elles n’hésitent pas à se laisser surprendre par la qualité du café ainsi que la variété des boissons. Latte Macchiato, Cappuccino, Espresso, elles veulent tout savoir et tout essayer. Carlo, lui, reprend la main. Et lance un ultime défi, le temps que les pâtisseries refroidissent et que la mise en place s’effectue en coulisse, presque par magie. Après avoir découpé lui-même le pain Poilâne et disposé les mini baguettes croustillantes, il lance le thème : ‘œufs brouillés à l’huile de truffe!.’ Chaque camp avance sa championne. Les trois couleurs s’avancent, les encourage- ments fusent, les œufs s’entrechoquent sur les bols. Et l’on entend distinctement une voix de Stentor, celle de Carlo, rappe- ler : “On travaille proprement, cela fait aussi partie de la compétition !” Reçu 5 sur 5. Quelques pincées de fleur de sel plus tard, les trois fouets entrent en action. Allez, les filles ! Chez les Orange, la cuisson s’éternise. Zut! Quelqu’un a touché au minuteur de l’induction. Carlo intervient. Les œufs peuvent commencer à se brouiller genti- ment. Lisses et onctueux. Une à une, les rivales terminent leur travail sur une pointe d’huile de truffe blanche. Ni trop, ni trop peu. On verse dans des coupelles. Les chefs dégustent. Quelques hésitations et conciliabules plus tard, la gagnante est annoncée : bravo pour les Mauve ! Les commentaires iront bon train en dégus- tant les œufs brouillés que les trois chefs approvisionnent pour que chacune puisse se régaler. Ensuite, on fait le tour des coo- kies, des triangles de chèvre, des jus, de la frangipane et du cheese cake, avec une mention particulière pour ce dernier. Les sujets de conversation fusent mais c’est la Nescafé Dolce Gusto Piccolo qui remporte tous les suffrages. Son design épuré, son système à haute pression de 15 bars, les 20 variétés de boissons sont tant d’atouts dont les girl geeks sont folles, non vrai- ment, elles sont toutes conquises. Manifestement, les filles sont devenues des nouvelles adeptes de ce système à cap- sules pratique et fiable. Chez l’organisa- teur de cette matinée, Nescafé Dolce Gusto, on est conquis par l’enthousiasme Nescafé Dolce Gusto Le nirvana du café Une idée de cadeau par excellence, le système de capsules exclusif NESCAFÉ® Dolce Gusto® innovant et simple d'utilisation vous garantit la fraîcheur d’un bon café à chaque tasse. Les capsules étanches optimisent la pression d'extraction pour chaque variété de saveur, offrant une texture irréprochable et une qualité optimale des meilleurs Arabicas torréfiés. La machine NESCAFÉ® Dolce Gusto® se démarque par sa pression professionnelle de 15 bars, garantissant un café et une mousse de lait parfaits à chaque utilisation. Elle prépare toute une variété de boisson en moins d'une minute et est disponible en trois modèles différents, la Melody, la Circolo et maintenant la Piccolo. Enfin, côté saveurs, le choix est particulièrement vaste et disponible dans toutes les grandes surfaces, Lungo, Caffé Crema Grande, Latte Macchiato, Espresso Intenso, Nesquik® et même Cappuccino Ice, faîtes votre choix. Plus d’informations sur : www.dolce-gusto.be Arômes exquis. Florent Henry, de Nescafé Dolce Gusto, initie quelques novices à l'art de déguster un bon café. Convivialité des fourneaux. Thibaut Cousin et Philippe Leplae, les deux autres chefs de Mmmmh! encouragent et conseillent leurs élèves lors du concours œufs brouillés. de ces quelques privilégiées… et on fait les comptes : plus de 150 cafés en quelques heures. Et comme elles ont bien bossé, elles ne reparti- ront pas les mains vides. On a beau dire, mais une telle marée féminine chez Mmmmh!, un dimanche matin, il y a pire comme réveil !

×