L’Ethique  à Nicomaque   Aristote Seconde Partie : La vertu Dans cet ouvrage constitué de sept parties Aristote expose sa ...
I. Vertus intellectuelles et vertus morales <ul><li>Le bonheur est une activité de l’âme en accord avec une vertu parfaite...
De même, il y a division de la vertu en deux parties: les vertus morales : libéralité, modération Les vertus intellectuell...
II. La vertu et le plaisir <ul><li>C’est en elles-mêmes que les actions conformes à la vertu doivent être des plaisirs. </...
III.Conditions de l’acte moral Dispositions dans lesquels un homme doit être pour accomplir des actions faites selon la ve...
IV. La vertu est une habitude(définition générique) La vertu intellectuelle dépend de l’enseignement reçu, et demande de l...
V. La vertu est une médiété (définition spécifique) Ainsi, la vertu de l’homme est une disposition par laquelle l’homme de...
<ul><li>En tout ce qui est continu et divisible, il est possible de discerner le plus, le moins et l’égal, soit dans la ch...
VI. Définition complète de la vertu morales et précisions supplémentaires Défaut Excès Vertu Juste milieu
<ul><li>Cependant, toute action ni toute affection d’admet de médiété. Elles sont en elles seules perverses par nature (ex...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Charles P.

1 607 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 607
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 148
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Charles P.

  1. 1. L’Ethique à Nicomaque Aristote Seconde Partie : La vertu Dans cet ouvrage constitué de sept parties Aristote expose sa vision de la vertu comme l’aboutissement d’une vie menant au bonheur. Et de manière résumée, celle-ci consiste à la pratique de la nature de chacun. Si ma nature est d’être charpentier ou homme de cité, ma vertu est de le devenir, et de bien l’être. Plus spécifiquement dans cette partie de l’ouvrage, Aristote va s’attarder pour définir le plus précisément la vision qu’il possède de la vertu. Après avoir définie l’éthique, qui semble être l’objet particulier de l’ouvrage, comme le désir du souverain Bien, Aristote entreprend de définir la vertu comme moyen d’éspèrer atteindre ce Bien suprême.
  2. 2. I. Vertus intellectuelles et vertus morales <ul><li>Le bonheur est une activité de l’âme en accord avec une vertu parfaite, il faut donc chercher la nature de la vertu. </li></ul><ul><li>Or nous cherchons un bien humain et un bonheur humain, la vertu qui nous intéresse est dès lors une vertu humaine. </li></ul><ul><li>De plus, la vertu humaine n’est pas celle du corps , mais bien celle de l’âme, et le bonheur est pour nous une activité de l’âme. </li></ul><ul><li>Des discussions ésotériques qui traitent aussi de l’âme, nous admettons qu’il y a dans l’âme la partie rationnelle et la partie irrationnelle. </li></ul>
  3. 3. De même, il y a division de la vertu en deux parties: les vertus morales : libéralité, modération Les vertus intellectuelles : intelligence, prudence. L’âme Partie irrationnelle Partie rationnelle Partie végétative: cause de la nutrition et de l’accroissement Partie appétitive ou désirante: écoute et obéit au principe raisonnable. Partie possédant la raison Partie obéissant à la raison
  4. 4. II. La vertu et le plaisir <ul><li>C’est en elles-mêmes que les actions conformes à la vertu doivent être des plaisirs. </li></ul><ul><li>Plaisirs et peine sont ainsi, en fait, ce que quoi roule la vertu morale. </li></ul><ul><li>Ainsi l’éducation joue un rôle primordiale en ce qu’elle doit d’une façon ou d’une autre amener à trouver nos plaisirs et nos peines là où il convient; </li></ul><ul><li>De plus, la vertu concernant les actions et les passions, elles-mêmes s’accompagnant logiquement de plaisir ou de peine, la vertu aura par conséquent rapport aux plaisirs et aux peines. </li></ul><ul><li>Chaque disposition de l’âme est en rapport avec les choses qui peuvent la rendre meilleure ou pire. Or, ce sont les plaisirs et les peines qui font devenir un homme méchant, parce qu’il les poursuit ou les évite, alors qu’elle ne doivent pas être poursuivies ni évitées. Par conséquent, certaines établissent la vertu comme des états d’impassibilité et de repos. </li></ul><ul><li>Mais en vérité,, la vertu morale est celle qui tend à agir de la meilleur façon au regard des plaisirs et des peines. </li></ul><ul><li>Enfin, l’aptitude au plaisir est présente chez chacun de nous depuis l’enfance, c’est pourquoi il est si difficile de s’en débarrasser. </li></ul>
  5. 5. III.Conditions de l’acte moral Dispositions dans lesquels un homme doit être pour accomplir des actions faites selon la vertu Il doit: Choisir l’acte librement et en vue de l’acte lui-même L’accomplir dans une disposition d’esprit ferme et inébranlable. Savoir ce qu’il fait
  6. 6. IV. La vertu est une habitude(définition générique) La vertu intellectuelle dépend de l’enseignement reçu, et demande de l’expérience et du temps. La vertu morale est-elle le produit de l’habitude. Ainsi, aucune des vertus morales n’est engendrée en nous naturellement.car rien de ce qui existe par nature ne peut être rendu autre par l’habitude. Ainsi, la nature nous a donné la capacité de recevoir les vertus, et cette capacité est amenée à maturité par l’habitude. En effet, c’est en pratiquant les actions justes que nous devenons justes, les actions modérées que nous devenons modérés, les actions courageuses que nous devenons courageux, en bref, les actions vertueuses que nous devenons vertueux.
  7. 7. V. La vertu est une médiété (définition spécifique) Ainsi, la vertu de l’homme est une disposition par laquelle l’homme devient bon et grâce à laquelle son œuvre sera rendue bonne. La vertu, pour chose dont elle est vertu: Met cette chose en bon état Lui permet de bien accomplir son oeuvre
  8. 8. <ul><li>En tout ce qui est continu et divisible, il est possible de discerner le plus, le moins et l’égal, soit dans la chose même, soit par rapport à nous, l’égal étant quelque moyen entre l’excès et le défaut. </li></ul><ul><li>Par moyen dans la chose, on entend ce qui s'écarte à égale distance des deux extrêmes, point identiques à tous les hommes </li></ul><ul><li>Par moyen par rapport à nous, on entend ce qui n’est ni trop, ni trop peu, et c’est la une chose qui n’est ni une, ni identique pour tout le monde. </li></ul><ul><li>Ainsi, l’homme versé dans une discipline évite le défaut et l’excès par le moyen qu’il recherche et choisit, n’étant pas celui de la chose, mais relatif à tout un chacun. </li></ul><ul><li>Donc, toute science aboutit à la perfection en fixant le regard sur le moyen et en y ramenant ses œuvres. Or la vertu, comme la nature, dépasse en exactitude et en valeur tout autre art, alors c’est vers le moyen qu’elle devra tendre. J’entends ici la seule vertu morale, car c’est elle qui a trait à des affections et des actions, matières en lesquelles peuvent se trouver excès défauts et moyens. </li></ul><ul><li>Or dans ces actions et affectations, l’excès est erreur et le défaut objet de blâme, tandis que le moyen est objet de louange et de réussite. </li></ul><ul><li>La vertu est donc une sort de médiété, en ce sens qu’elle vise le moyen. </li></ul>
  9. 9. VI. Définition complète de la vertu morales et précisions supplémentaires Défaut Excès Vertu Juste milieu
  10. 10. <ul><li>Cependant, toute action ni toute affection d’admet de médiété. Elles sont en elles seules perverses par nature (ex: adultère, vol, homicide) </li></ul><ul><li>Par conséquent, il n’est pas possible de se tenir dans ces actions dans la voie droite, car elles constituent toujours des fautes </li></ul><ul><li>Il est aussi impossible de dire à propos de telle chose que le bien ou le mal dépendent des circonstances. </li></ul><ul><li>De même, commettre une action injuste ou lâche ou déréglée ne comporte ni médiété, ni excès, ni défaut. </li></ul><ul><li>En effet, il n’existe ni médiété d’excès et de défaut, ni excès et défaut de médiété. </li></ul>

×