Aristote: L’éthique a Nicomaque
Brève Biographie d’ Aristote
Aristote est né en 384 avant J-C à STAGIRE ( aujourd'hui Stav...
TROISIEME PARTIE de L’Ethique à Nicomaque
CHAPITRE 1: Etude de l’Involontaire , du Volontaire et de leurs composantes
-I- ...
CHAPITRE DEUX: La délibération et le souhait
I la délibératioD
-II- le Souhait
A) Théorie
B) Application a la Délibération
-I- Introduction a la Vertu morale
Aristote, dans le premier point qu’il développe dans la 3ème partie du premier chapitre...
Est dit involontaire …
… Ce qui est Fait par/dans
ignorance
(fait l’objet d’une étude
ultérieure)
… Ce qui est fait sous l...
B)De l’Involontaire et de l’Ignorance
• Par la suite, Aristote établit une distinction entre deux formes d’Involontaire, d...
Acte fait par Ignorance … Acte fait dans l’Ignorance …
… Est excuse, car la personne ayant
fait cet acte ne l’a pas fait
s...
-I-
Involontaire
Acte non
volontaire
… ce qui suscite remord ou
repentir, et est issus de …
… ce qui ne suscite ni remord ...
-III- L’acte volontaire et le choix
Dans cet extrait, Aristote, s’etant tout d’abord interroger quant a la nature de l’inv...
B) Comment définir le Choix ?( Introduction au chapitre deux)
Afin de définir ce qu’est le choix, Aristote met en relation...
-I- La Délibération et le Choix
On peut délibérer de …. On ne peut délibérer …
… Des entités éternelles
… Des phénomènes s...
Fin, quête, but
Moyen 4
Moyen 2
Moyen 3
Moyen 1
Moyen 5
L’homme choisit ensuite le moyen
le plus facilement réalisable ou ...
-II- Analyse du souhait
raisonne
Souhait
Qui a pour objet la fin elle même
Si objet est le bien
véritable, alors …
Si obje...
Il faut en réalité considérer le rapport entre l’home et le souhait, et non pas le
souhait comme l’objet de la finalité d’...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Axel H.. Ethique à Nicomaque Partie III

1 699 vues

Publié le

Publié dans : Formation, Technologie, Business
  • Soyez le premier à commenter

Axel H.. Ethique à Nicomaque Partie III

  1. 1. Aristote: L’éthique a Nicomaque Brève Biographie d’ Aristote Aristote est né en 384 avant J-C à STAGIRE ( aujourd'hui Stavros ) en Macédoine (sur les bords de la mer Egée). A 18 ans, Aristote entreprend de poursuivre sa formation a Athenes .Il quitte alors l'école d’Isocrate , et entre dans l’Académie de Platon, dirigé à ce moment par le Mathématicien et Astronome EUDOXE ( Platon étant alors en Sicile ). Aristote se distingue par sa logique, et l'étendue de ses connaissances . Platon le surnommera « le lecteur » ou « l'intelligence ».Malade, Il meurt à l'âge de 62 ans en laissant Théophraste à la tête du Lycée Introduction de l’Ethique à Nicomaque L’ethique à nicomaque est un ouvrage d'analyses, il est même considéré par certains comme le premier traité de la philosophie du droit. Cet ouvrage, bien que d’une extraordinaire richesse du point de vue de l’analyse, se comprend comme un traité pratique qui doit guider le politique dans son travail. Éthique et politique sont en effet inséparables, la vertu, n'étant possible que dans le cadre de la cité, est une vertu fondamentalement politique.
  2. 2. TROISIEME PARTIE de L’Ethique à Nicomaque CHAPITRE 1: Etude de l’Involontaire , du Volontaire et de leurs composantes -I- Introduction à la Vertu morale -II- Actes Involontaires procédant de l’Ignorance A) Etude du caractère Involontaire d’une action/affection B) De l’involontaire et de l’Ignorance 1) de L’Involontaire 2)de L’Ignorance C) Schéma bilan première partie -III- L’acte Volontaire et le Choix A)La Volonté, ou l’Introduction au Choix B) Comment définir le Choix ? (introduction chapitre deux) Vers le chapitre 2
  3. 3. CHAPITRE DEUX: La délibération et le souhait I la délibératioD -II- le Souhait A) Théorie B) Application a la Délibération
  4. 4. -I- Introduction a la Vertu morale Aristote, dans le premier point qu’il développe dans la 3ème partie du premier chapitre des Lectures philosophiques, qui s’apparente d’ailleurs plus a un paragraphe introductif qu’a une véritable partie, s’interesse aux constituants de la Vertu morale, afin d’en préciser les contours : Vertu morale ActionsAffections -III- Volontaire … le blâme … l’éloge … l’Indulgence -II- Involontaire … la Pitié L’action faite in/volontairement suscite : … Selon Aristote, la vertu morale se caractérise par l’action et l’affection, volontaire ou involontaire Retour au plan CHAPITRE 1: ETUDE DE L’INVOLONTAIRE , DU VOLONTAIRE ET DE LEURS COMPOSANTES
  5. 5. Est dit involontaire … … Ce qui est Fait par/dans ignorance (fait l’objet d’une étude ultérieure) … Ce qui est fait sous la contrainte = principe hors de nous -II- Actes involontaires procédant de l’ignorance Aristote voue l’importance de l’etude du caractère l’involontaire d’une action dans l’exercice de la justice, de laquelle il tire l’utilité de sa réflexion dans son caractère pratique. Exécutée par crainte Dans l’exercice de la justce,, l’étude de l’acte exécuté dans la crainte est à approfondir, car il peut être volontaire ou involontaire Sans aucun concours de l’agent ou du patient Retour au plan A) Définition concrète de l’Involontaire CE QUI A SON PRINCIPE HORS DE NOUS
  6. 6. B)De l’Involontaire et de l’Ignorance • Par la suite, Aristote établit une distinction entre deux formes d’Involontaire, dépendant uniquement du sentiment de repentir que l’action Involontaire peut susciter : est Involontaire … est Non volontaire … … ce qui suscite remord ou repentir, et est issus de … … ce qui ne suscite ni remord ni repentir, et est issus de … L’Ignorance Mais la encore, Aristote distingue deux « types » d’Ignorance, l’une ayant l’Ignorance pour cause, l’autre pour objet ... Retour au plan 1) De l’Involontaire
  7. 7. Acte fait par Ignorance … Acte fait dans l’Ignorance … … Est excuse, car la personne ayant fait cet acte ne l’a pas fait sciemment, et est de ce fait dans la contrainte. L’acte est donc Involontaire … rend l’action Volontaire, car l’agent s’est mis Volontairement dans cette situation d’ignorance, dont il n’ignore pas les conséquences. L’acte fait dans l’ignorance ne serait donc pas involontaire, mai bel et bien volontaire … est Involontaire … est Volontaire Retour au plan De l’ignorance 2) De l’ignorance
  8. 8. -I- Involontaire Acte non volontaire … ce qui suscite remord ou repentir, et est issus de … … ce qui ne suscite ni remord ni repentir … L’Ignorance Par ignoranceDans ignorance SCHÉMAS BILAN DEUXIEME PARTIE: NOUS POUVONS ALORS BIEN CERNER LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE LA VERTU MORALE contrainte Vers le -III- L’acte volontaire et le choix Retour au plan
  9. 9. -III- L’acte volontaire et le choix Dans cet extrait, Aristote, s’etant tout d’abord interroger quant a la nature de l’involontaire, s’interésse maintenant au volontaire. Mais il n’y consacre pourtant pas l’essentiel de sa réflexion, et se préoccupe surtout du choix, en définissant tout d’abord le volontaire pour ensuite en extraire l’essence du choix ( ces deux notions semblant liées). Comme l’Involontaire … … Alors le Volontaire … …a son principe hors de nous …, … a son principe en nous A)La volonté, ou l’introduction au choix Aristote détermine ici la définition de la volonté afin d’introduire celle du choix. En effet, il vient à lier le choix et la volonté, la volonté ayant un domaine d’application plus restreint que le choix. Retour au plan
  10. 10. B) Comment définir le Choix ?( Introduction au chapitre deux) Afin de définir ce qu’est le choix, Aristote met en relation deux mots que l’on prend usuellement pour synonymes, mais qui ont en fait deux significations bien distinctes. Afin de définir le choix, Aristote commence tout d’abord par comparer ces deux notions: Le Choix … Le Souhait… … porte une action à notre portée ( choix de vie) … peut porter sur des choses que l’on ne peut achever par soi même ( hors de notre portée) …porte sur des actions que l’on pense réalisable … porte sur une action irréalisable (ex: souhait être immortel) … porte sur les moyens pour parvenir a nos fins … porte plutôt sur la fin Retour au plan Aristote pose alors les fondements d’une nouvelle étude portée sur le choix et le souhait, étude a laquelle viendra se mêler une nouvelle notion: la délibération.
  11. 11. -I- La Délibération et le Choix On peut délibérer de …. On ne peut délibérer … … Des entités éternelles … Des phénomènes se répétant a l’indentiques, par nature, par nécessité ou par autres causes …Sur les choses issus de la Fortune, du Hasard Ce qui n’est pas de notre ressort, ce qui est hors de nous, ce qui ne dépend pas de nous Tout ce qui peut être réalisé par nous même • Les causes •La Nature des choses •Necessite •Fortune •L’intellect A) Théorie On délibère sur les moyens d’atteindre nos fins, ce qui nous rappelle ce qu’est le choix ( les moyens d’atteindre nos fins). La relation entre la délibération et le choix et alors établie CHAPITRE DEUX: LA DÉLIBÉRATION ET LE SOUHAIT Retour au plan
  12. 12. Fin, quête, but Moyen 4 Moyen 2 Moyen 3 Moyen 1 Moyen 5 L’homme choisit ensuite le moyen le plus facilement réalisable ou le plus accessible afin de parvenir a sa fin Avant de s’engager dans une quelconque entreprise, l’homme détermine d’abord le but de son projet Il réitère cette réflexion jusqu'a déterminer la cause de sa quête Première étape dans la réflexionDeuxième étape dans la réflexionTroisième étape dans la réflexion Dernière étape dans l’actionAvant-dernière étape dans l’action Avant avant dernière étape dans l’action Les délibérations successives nous amenant a nos fins, déterminent nos choix; LE CHOIX EST DONC UN MOYEN QUI NOUS PERMET D’ACCEDER AUX FINS DESIREES B) Application a la délibération Retour au plan
  13. 13. -II- Analyse du souhait raisonne Souhait Qui a pour objet la fin elle même Si objet est le bien véritable, alors … Si objet est le bien apparent, alors … … la fin qui en découle ne peut qu’être juste … la fin qui en découle a pour vocation d’être juste, justice qui est subjective et propre a chacun Est ce que le bien réel ne serait pas l’unique objet du souhait ? Retour au plan
  14. 14. Il faut en réalité considérer le rapport entre l’home et le souhait, et non pas le souhait comme l’objet de la finalité d’une action. On distingue alors : Homme de bien, honnête homme Autres hommes ( y compris l’homme malhonnête) Juge avec rectitude ------------------------------------------------- Prend les choses comme elles sont réellement Ne prennent que les choses agréables comme étant un bien ( bien qui n’est pas réel, mais factuel) Perçois la vérité en toute chose Ne peuvent discerner le vrai du faux Le souhait serait il donc dépendant de la personnalité de l’être humain, et donc relative a chacun? Est il possible d’en discerner cependant une caractéristique essentielle ? Si le souhait ne dépend que de ce que l’homme pense être bon ou juste, comme ce dernier est faillible, le souhait ne crée t-il pas une fatalité inexorable qui attire l’individus vers une fin illusoire, et qui ne révèle finalement que l’accomplissement d’une vie malheureuse issue d’une vie qui n’a pas été vécu selon la nature ? C’est sur ces interrogations que s’achéve cette troisième partie …

×