Aristote : L’éthique à Nicomaque Première partie : vie active et vie contemplative Philippe  SICE Term ES1 Stanislas
Définition de l’éthique et définition de la politique comme éthique suprême Tout art Toute investigation Toute action Tout...
<ul><li>Le  Souverain Bien  est  la seule chose que nous voulons pour elle-même. </li></ul><ul><li>Toutes les autres chose...
Le souverain Bien de l’homme <ul><li>Le bonheur est donc ce Souverain Bien auquel tous les hommes aspirent. L’homme l’atte...
Et pourtant, il y a le malheur… <ul><li>Aristote est le premier à faire entrer des facteurs extérieurs dans l’acquisition ...
La vie théorétique <ul><li>L’intellect est ce qui nous différencie des animaux, son activité est donc la plus haute, la pl...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Philippe S. Aristote

734 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
734
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Philippe S. Aristote

  1. 1. Aristote : L’éthique à Nicomaque Première partie : vie active et vie contemplative Philippe SICE Term ES1 Stanislas
  2. 2. Définition de l’éthique et définition de la politique comme éthique suprême Tout art Toute investigation Toute action Tout choix Tend vers LE BIEN « Le Bien est ce à quoi toutes choses tendent »
  3. 3. <ul><li>Le Souverain Bien est la seule chose que nous voulons pour elle-même. </li></ul><ul><li>Toutes les autres choses voulues ne sont que des moyens de parvenir au Souverain Bien. </li></ul><ul><li>Or, le Bonheur est la seule chose qui constitue une fin en soi , il est donc le Souverain Bien. </li></ul>Dans ces conditions, le Souverain Bien ne peut dépendre que d’une science telle que la politique car la fin de la politique est le bien humain. La politique est définie comme l’éthique suprême .
  4. 4. Le souverain Bien de l’homme <ul><li>Le bonheur est donc ce Souverain Bien auquel tous les hommes aspirent. L’homme l’atteint en remplissant sa fonction. Aristote va donc chercher à « déterminer la fonction de l’homme » </li></ul>Vivre, se nourrir, croître Vie sensitive Commun avec les animaux Reste la vie pratique : L’homme est heureux quand il est apte à changer le cours des choses : la pratique d’une vie « active » et « douée de raison » « Le bonheur est une activité de l’âme conforme à la vertu. Et s’il y a plusieurs vertus à la plus excellente et la plus parfaite d’entre elles et cela dans une vie accomplie jusqu’à son terme . » Le bonheur serait donc un état durable qui s’oppose à la joie dont elle ne partage pas le caractère fugace et éphémère.
  5. 5. Et pourtant, il y a le malheur… <ul><li>Aristote est le premier à faire entrer des facteurs extérieurs dans l’acquisition du bonheur. Certaines vicissitudes et fortunes viennent selon lui corrompre le bonheur. </li></ul>Disgrâce Origine sociale défavorable Solitude Mort ou corruption de proches Dans ces conditions, même les vertueux sont malheureux
  6. 6. La vie théorétique <ul><li>L’intellect est ce qui nous différencie des animaux, son activité est donc la plus haute, la plus noble. Elle consiste à «  contempler  » d’où son nom de «  vie théorétique  ». </li></ul><ul><li>La vie théorétique est faite d’ activités plaisantes : elle apporte donc le bonheur car le plaisir participe au bonheur. </li></ul><ul><li>La vie théorétique est une vie de loisir or le loisir est un état abouti, c’est une fin en soi : « [nous] ne faisons la guerre qu’afin de vivre en paix » </li></ul><ul><li>Un homme qui se livre à la théorétique vit en autarcie , il est donc affranchi des besoins économiques. </li></ul><ul><li>En contemplant, l’homme élève son âme car il exerce la partie la plus noble de lui-même. </li></ul>La vie théorétique est selon Aristote le moyen d’arriver au bonheur.

×