SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  36
Promotion2017 /2019
DÉPARTEMENT D’INFORMATIQUE ET GESTION
FILIÈRE DUT AM
Année Universitaire 2018-2019
RAPPORT DE STAGE De FIN D’ETUDE
DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE
<ASSISTANT MANAGER>
Par
NOUR ABBAS ATTAR
Titre :
DIFFICULTE DES PME AU MAROC
Effectué du 01/04/2019 au 31/05/2019
A GESTAF FIDUCIAIRE DE KENITRA
Suivi par le directeur de la Fiduciaire GESTAF Mr THAMI MKHARBECH.
 Soutenue le JUIN 2019 devant l’examinateur et le chef de filière :
- Mr RAFAOUI ABDELAALI
Nourabbasattar
Avant-propos
La périodede stage est unevéritable opportunitépour l’étudiantafin de
tracer son chemin et savoir choisir après la spécialité qui lui convient. En
effet, les stages facilitent l’orientation et permettent dediriger le futur
lauréat versla carrière adéquate., pour ça j’ai choisi de passer mon stage au
sein deGESTAF fiduciaire à KENITRA, pendantlapériode de 2 mois de
combler mes lacunesadministrativeset plusprécisémenten matière des
finances, de comptabilité et gestion.
Nourabbasattar
SOMMAIRE
_ Dédicace ……………………………………………………….. 3
_ Remerciement ……………………………………………….. 4
_ Introduction …………………………………………………... 5
_ Partie 1 ………………………………………………………… 6
- Présentation du fiduciaire :
 Identification du cabinet
 Fiche Signalétique
 Organigramme
- DIVERS TRAVEAUX EFFECTEUES :
 ENREGISTREMENT AU LIVRE JOURNAL.
 LA SAISIE DU JOURNAL.
 TVA (la taxe sur la valeur ajoutée).
Nourabbasattar
_ Partie 2 …………………………………………………………………………… 7
Deuxième partie : Projet de fin d’étude PFE
Chapitre 1 : Cadre théorique
LES PME AU MAROC
 Présentation générale des PME au Maroc
 Caractéristiques des PME marocaines
 La répartition géographique
 Les PME dans l’économie nationale
 Le rôle de la PME dans l’économie nationale
Chapitre 2 : Cadre pratique (Problématique)
- ETUDE DE CAS : difficulté des PME au Maroc :
1-L’analyse de la difficulté des PME au Maroc
2- Solutions proposées
- CONCLUSION .
Nourabbasattar
♣ A mes parents :
Je dédie ce travail, comme preuve de respect, de gratitude, et de
reconnaissance à ma chère famille, pour son affectation, sa patience
et ses prières.
Veuillez accepter ce modeste travail comme un symbole de
remerciement, de gratitude et d’amour. Et Aussi au gérant de
GESTAF MR MOHSSINE MKHARBECH et aussi à mes collègues Dans
la période de stage soukaina et Nouhaila et abdelwaffi
Nourabbasattar
Merci
infinimen
t
Je tiens à remercier en particulier mes tuteurs de stage ; Mr MOHCINE
MKHARBECH, et Mr THAMI MKHARBECH, directeur administratifs et
financiers de la société GESTAF, pour leur confiance, leur conseils ; leurs
expérience, leur disponibilité rendant tout mon stage et pour m’avoir
permis d’effectuer ce stage dans les meilleures conditions et pour
m’avoir apporté de nombreuses connaissance.
Je profite cette occasion pour exprimer mes grands remerciements à
monsieur Abdelaali RAFAOUI mon encadrant pédagogique et Le chef
de filière Assistant Manager pour ses remarques, ses directives et
l’intérêt qu’il apporte à ses étudiants ainsi pour son suivi et ses
orientations.
Nourabbasattar
Le Projet de Fin d’Études est obligatoire pour tous les étudiants
de l’ENS en DUT. Il a pour objectif premier de nous immerger dans le
monde professionnel pour une durée plus importante que le stage
précédent d’initiation. Le second est de mener une mission concrète
venant d’un besoin exprimé par l’entreprise accueillante. Ce projet
permet d’acquérir une formation professionnelle demandant de la
rigueur, de la méthode et de l’organisation. Ce dernier stage, avant
l’obtention du Diplôme Universitaire de Technologie de la filière
Assistant Manager, permet de vivre pendant deux mois la vie d’un
professionnel avec ses moments de réflexion, de réussite et de
doute.
C’est pour ces objectifs et dans le cadre de ma formation en filière
Assistant manager, Jai effectuée un stage durant de 2 mois au sein du
fiduciaire GESTAF
Ainsi je présente mon rapport qui comporte deux grands parties ,
le premier qui est consacré à la présentation de fiduciaire GESTAF à la
présentation des travaux effectuées au sein de la fiduciaire GESTAF , et
le deuxième est consacré le projet de fin d’étude PFE .
Nourabbasattar
PARTIE I :
PRESENTATIONDELAFIDUCIAIRE
Identificationducabinet
1. Définition :
CABINET COMPTABLE comme son nom l’indique, c’est
un établissement de confiance qui s’occupe de
l’organisationcommercial,comptable et fiscal de personne
physique et morale.
2. activité de’ GESTAF’
 Au niveau comptable :
 Le contrôle de la déclarationfiscal .
 Le classement des documents .
 L’imputation au journal .
 La saisie sur l’ordinateur .
Nourabbasattar
 Au niveau fiscal et social :
 Calcul du TVA .
 Calcul de CNSS .
 Conseil juridique et fiscale .
 Les déclarations aux impôts .
 L’affiliation et les dépôts à la CNSS .
 Dossier d’investissement .
 Le dépôt et l’immatriculation et
la modification au registre de commerce.
Nourabbasattar
 Nom de L’entreprise : GESTAF
 Adresse : 26, Av Youssef Ibn Tachfine-
N-5 KENITRA
 Téléphone / FAX : 05.37.36.07.25
 GSM : 06.00.60.60.84
 E-MAIL : C.gestaf@gmail.com
 FORME JURIDIQUE : PERSONNE PHISYQUE
 N° Du RC : 32622
 PATENTE : 20874580
 CNSS : 2252302
 PERIODE DE STAGE : 01/04/2019 au 31/05/2019
FICHE SIGNALETIQUE
Nourabbasattar
Les moyens techniques de GESTAF :
La fiduciaire est bien équipée en matériel informatique,
imprimantes les fournitures nécessaires mises à la
disposition du personnel et des stagiaires pour leurs
facilité l’exécutiondes taches et de gagner le temps
La clientèle de cabinet comptable :
Comme toute entreprise, cabinet comptable possède une
clientèle dans les différents domaines d’activités. Parmi ses
clients on trouve :
 Les sociétés des travaux divers
 Les cafés
 Les cybers
 Les agents des immobilisations
 Les docteurs et les pharmacies
Nourabbasattar
Le cabinet comptable cherche toujours à fidéliser sa
clientèle par la qualité de son travail, car elle offre, à temps
à chacun de ces clients sa situation patrimoniale par
l’établissement des comptables, tel que le bilan, C.P.C et
d’autres documents.
Présentationdes différents travaux réalisés :
Les principales fonctions des activités du cabinet
peuvent être résumées comme suit :
 Recevoir et transmettre des communications
téléphoniques.
 Accueillirles visiteurs
 La passation des écritures comptables
 Déclaration fiscale de tous genres (TVA, IS ;
IR..).
 Déclarationsociale (CNSS, CIMR ;..)
 Vérificationcomptable.
 Divers travaux juridique (constitution de
sociétés. Modification de statut, conseils
d’administration…)
Nourabbasattar
ORGANIGRAMME :
GESTAF
SECRETARIAT DE
DIRECTION :
MERYEME OUHARGUE
DIRECTEUR GENERAL :
Mr. THAMI MKHARBECH
GERANT :
Mr. MOHCINE
MKHARBECH
Nourabbasattar
DIVERSTRAVEAUXEFFECTEUES.
I-ENREGISTREMENT AU LIVRE JOURNAL :
Pour l’enregistrementdes opérationscomptable la fiduciaireGESTAF
utilise un logiciel appelé ‘OMAG’
Cet enregistrement doit se faire ; dansles journauxauxiliaires
correspondants(journald’achat ; vente ; banque; caisse ; opération
divers), Ces journauxsefait avant manuellement àtravers nousles
stagiaires.
Les journaux auxiliaires
Journal des Achats : Dans ce journal, on enregistre
toutes les opérations d’achats quel que soit le mode de
règlement par espèce ou à crédit.
Exemple:
Date N° de compte Libelle Débit Crédit
01/05/2018 6110 Fact 202/ achat 8125.00
01/05/2018 34552 TVA R/ Charge 1625.00
Nourabbasattar
JOURNAL DE VENTE : c’est un journal qui regroupe
toutes les opérations concernant les ventes réalisées
dans une période déterminée ainsi que TVA
facturées.
Exemple:
Date N° de compte Libelle Débit Crédit
15/04/2018 3421 CLIENT 36580.00
15/04/2018 7111 FAC N°040/VENTE 30488.33
15/04/2018 5141 E.TVA FACTURE 6096.67
Nourabbasattar
JOURNAL DE BANQUE:c’est un journal ou sont
enregistrées les opérations des banques ; c’est-à-
dire les règlements effectuée, ainsi que les remises
de chèques et les dépôts des espèces.
Exemple:
Date N° de compte Libelle Débit Crédit
01/04/2018 6110 Fact 202/ achat 8125.00
01/04/2018 34552 TVA R/ Charge 1625.00
01/04/2018 4411 Fournisseur 9750.0
Nourabbasattar
2. Les avantages des journaux auxiliaires :
Le systèmecentralisateur à des avantages très importantscar il est utilisé
Par toutes les entreprises, puisquela fonction journalpeutêtre divisée en
autant delivres auxiliaires nécessaires.
Dans ce système l'établissement des documentsnenécessite pas des grands
efforts.
II. LA SAISIE DE JOURNAL :
1. définition :
La saisie de journal est un tableau qui permet d'enregistrer des diverses
opérations (achat, vente, caisse,...) surun logiciel OMAG praticable par la
fiduciaire.
2. procédure de saisie d'un journal :
On enregistre chaque pièce d'après son classement dans une saisie (achat,
vente, ...) on lui donnant un numéro d'ordre selon sa situation dans la saisie.
Dans un journal en enregistre chaque pièce suivant sa nature on passant par
les étapes suivantes :
Numéro de la pièce
Date
Libellé
Numéro de compte au débit avec le montant
Numéro du compte au crédit avec le montant
Nourabbasattar
3. EXEMPLES DES JOURNAUX :
a. Dossier des ventes :
Ce dossiercontient les factures de vente et les bons ... l'opération vente met en
jeu les différents comptes (soit le compte client, soit un ou plusieurs comptes
de trésorerie) qui sont débités pour le montant des ventes et le compte « vente
de marchandises » et celui de la TVA crédit de la même somme.
b. Dossier des achats :
Ce dossiercontient les factures d'achats et les bons de livraison avant toute
comptabilisation des opérations d'achats il est nécessaire d'établir un état
d'achat de chaque mois.
Après le classement de toutes les factures et les bons, on procède à
l'enregistrement de l'opération dans le journal d'achat.
Le compte achat de marchandises et celui de la TVA est débité, en conte partie, on
crédité le compte fournisseurs ou en autre compte de trésorerie.
c. Dossier de banque :
Au journal, on inscrit toutes les opérations payées par chèque ou virement ainsi
que les virements de fond.
Après avoir reçu le relevé bancaire, on procède la vérification des écritures ou
journal et les écritures qui sont passées par la banque.
Nourabbasattar
III – TVA (la taxe sur la valeur ajoutée) :
a. Définition :
La TVA est un impôt indirect qui concernenon les revenus des contribuables
mais leur dépense dans le temps.
La TVA est applique pour les entreprises commerciales, industrielles de
présentation de serviceartisanales et aux opérations d'importation.
b. Les taux de TVA au Maroc :
7 % : Eau, électricité, produits pharmaceutiques, opérations bancaires.
14 % : Travauximmobiliers, transports devoyages ....
20 % : Tous autres produits et services, c'est le taux normal.
c. Les types de déclaration (TVA) :
Déclaration mensuelle : lorsquele chiffred'affaires est > 1000000 DH
Déclaration trimestrielle : lorsquele chiffre d'affaires est < 1000000 DH
D. CALCUL DE LA TVA :
Etat TVA due = Etat TVA facturé - Etat TVA récupérable
Nourabbasattar
PARTIE 2 : CADRE THEORIQUE LES PME AU MAROC
1- Présentation générale des PME au maroc
Au Maroc, comme dans tous autres pays en voie de développement, les PME
constituent la basedu tissu économique. Elles participent de manière positive à
la croissanceéconomique, à la création d'emplois et au développement local,
régional et national.
Et cela est dû aux différentes difficultés rencontrées par les PME, et aux
problèmes, surtoutceux liés au financement, qui entravent leurs
développements , Toute comme autres entreprises, la Pme est une entité
économique qui produit un bien ou un serviceau but de satisfaireun besoin au
marché et maximiser son profit.
La définition « officielle » de la Pme au Maroc a, clairement, varié selon les
diverses approches, au niveau d’effectifs et du chiffre d’affaire. « Toutefois,
depuis la loi 53-00 formant"Chartedela PME" du 23 juillet 2002, cette
catégorie d'entreprise a une définition "officielle". Selon l'article premier de
cette loi, la PME est une entreprise gérée et/ou administrée directement par
les personnes physiques quien sontles propriétaires, copropriétaires ou
actionnaires et qui n'est pas détenue à plus de 25% du capital ou des droits de
vote par une entreprise, ou conjointement par plusieurs entreprises, ne
correspondantpas à la définition de la P.M.E. (ce seuil peut, toutefois, être
dépassélorsquel'entreprise est détenue par des fonds collectifs
d'investissement, des sociétés d'investissementen capital, des organismes de
capital risque, des organismes financiers habilités à faire appel à l'épargne
publique - à condition que ceux-ci n'exercent, à titre individuel ou
conjointement, aucun contrôle sur l'entreprise). Par ailleurs, les PME doivent
répondreaux deux conditions suivantes :
Nourabbasattar
- avoir un effectif permanent ne dépassantpas 200 personnes .
- avoir réalisé, au cours des deux derniers exercices, soit un chiffred’affaires
hors taxes inférieur à 75 millions de DH, soit un total de bilan inférieur à 50
millions de DH.
Cette même charte proposeégalement des critères spécifiques aux
entreprises nouvellement créées (c'est à dire celles qui ont moins de deux
années d'existence) : sont considérées comme PME les entreprises ayant
engagé un programmed’investissementinitial inférieur à 25 millions de DH
et respectantun ratio d’investissementpar emploi inférieur à 250 000 DH.
La nouvelle définition de la PME élaborée par l’ANPMEtient compte
uniquement du critère du chiffre d’affaires et fait abstraction de l’effectif de
l’entreprise. Selon cette définition, trois types d’entreprises sontdistingués :
• La très petite entreprise : moins de 3 millions de dhs.
• La petite entreprise : entre3 et 10 millions de dhs.
• La moyenne entreprise : entre 10 et 175 millions de dhs.
Nourabbasattar
2- caractéristiques des PME au Maroc .
Une PME est tout d'abord caractériséepar sa taille comme le suggèrele
sigle même les désignant(Petites et Moyennes Entreprises).
En outre, et dans un contexte théorique en général, les PME se caractérisent
par :
- Un systèmed'information simple .
- Une innovation rapide .
- Une proximité entre employés et patrons .
- Souplessede gestion .
- Rapidité de réaction.
Ces particularités donnent aux PME des avantages en termes de résistance
contre les alias climatiques de l'environnement au détriment des grandes
entreprises.
Au Maroc, la visibilité sur le comportement des PME reste très limitée pour
causede la faiblesse des données et dispositifs statistiques disponibles, et le
poids important de l'économie informelle. Pour juger l'efficacité de cette
classeparticulière d'entreprises que constituent les Petites et Moyennes
entreprises, et les mettre dans leur juste contexte, plusieurs critères entrent
en jeu à savoir : la répartition géographique, la spécificité comportementale
et managériale et le domaine d'activités des PME.
Nourabbasattar
3- La répartition géographique des PME marocaines :
Figure 1 : la répartitiongéographique des PMEauMaroc
Source: Direction dela PolitiqueÉconomiqueGénérale « ministre de finance»
Dominé, désarticuléet appauvrià l'extrême, le Maroc a hérité d'une économie
et d'une société duales marquée par la désarticulation complète des structures,
la déconnection parfaite entre le moderneet le traditionnel, l'utile et
l'inutile...etc.
Ce legs historique est si lourd qu'aucune politique régionale et d'aménagement
du territoire n'a pu éradiquer ou au moins minimiser les disparités socio-
économiques et spatiales flagrantes. L'examen de la répartition des PME par
région reflète cette situation en dégageant une très forte concentration des
PME dans les régions du centre (Maroc utile).
De même la répartition régionale des créations des personnes morales
immatriculées au registre du commerceconfirme la concentration des sociétés
commerciales dans la région du grand Casablanca qui représente 33% de
l'ensemble des immatriculations.
Nourabbasattar
4-Le rôle des PME dans l’économie nationale :
Selon l’ANPME, la PME est présente dans tous les secteurs d'activité
économique avec un taux de 98% : l'industrie, l'artisanat et le BTP, les
commerces et enfin les services qui englobent le tourisme, les communications,
le transport, les services financiers. D'après le graphique ci-dessous, la part des
PME est de plus de 90% dans toutes les branches d'activité sauf celle de la
production et de la distribution d'électricité, gaz et eau, où cette participation
est uniquement de 50%.
Cependant la participation des PME dans la création de la valeur ajoutée
globale est de 21%. Cette participation est très variable allant de 0.2% pour la
branche de la production et de distribution d'électricité, gaz et eau, à 73% pour
la branche de l'immobilier et des services et de 20% dans le cas des industries
manufacturières comme présentele graphique ci-dessous.
Nourabbasattar
- Cadrepratique : difficulté despmeau maroc
-ETUDE DE CAS : Difficulté des PME au Maroc
1-L’Analyse Difficulté des PME au Maroc : une alerte à défaillance
Les PME sont une composante principaledu tissu économiquede la plupart
des économies, qu’elles soient développées ou en voie de développement ,
Mais, Un ensemble de contraintes se dressent devant l’évolution des PME
marocaines. Ces contraintes pourraient être classées en deux catégories : des
facteurs intrinsèques à l’entreprise elle-même et des facteurs externes .
 Facteurs Intrinsèques
Dans la première famille on pourrait lister plusieurs facteurs qui n’encouragent
pas le développent des PME locales. Il s’agit en premier lieux de la fragilité de
leurs structures et d’une sous-capitalisation presque généralisée. De plus, les
PME manquent de moyens techniques et financiers et elles ont souvent un
capital humain en manque d’encadrement, de formation et de compétences.
Ceci se traduit le plus souvent par une sous-performance des PME marocaines,
un manque de compétitivité et un taux d’échec élevé.
 Facteurs externes
S’agissant de la deuxième catégorie, les sources de faiblesse des PME
pourraient également être dues aux lourdeurs administratives et à la fiscalité
désavantageuse dont souffrent ces entreprises. Les problématiques liées aux
financements sont également très importantes et souvent citées parmi les
premiers challenges face aux développements des PME au Maroc. Ces défis
rendent le développement de la PME et son évolution très difficiles, et la
poussent à se focaliser sur la survie à la place de l’innovation contrairement aux
pays développés.
Nourabbasattar
Le problème de financement constitue la contrainte la plus visible des PME
marocaines, et un important élément de blocage de leur croissance. Plusieurs
facteurs expliquent cette situation :
 Le premier est lié à la prudence des banques à financer les PME dans un
contexte de manque de liquidité et de concurrence élevés pour les crédits
surtout s’il s’agit de financer les PME lors de la phase de création ou
d’expansion.
 Le second est en rapport avec la méconnaissance des entrepreneurs et
dirigeants de PME de la palette des produits financiers disponible dans notre
pays.
 Un troisième facteur pourrait être le manque d’adaptation de ces produits
financiers aux besoins d’une grande population de PME, d’autant plus que la
grande majorité des PME marocaines sont en effet des TPE (très petites
entreprises).
 Un autre facteur qui contribuerait négativement aux financements des PME
serait lié à l’existence d’une forte asymétrie d’information entre
l’investisseur et la PME et le manque de transparence souvent lié à la
fragilité de la structurede cette dernière.
Nourabbasattar
-LA SITUATION DES SALARIES DANS LES ENTREPRISES EN DIFFICULTE
Dans l’entreprise en difficulté, les salariés occupent une place à part, dans la
mesure où la loi se donne comme objectif, de protéger les emplois, et
subordonne les licenciements collectifs au redressement de l’entreprise. De
façon générale, il faut constater que la sécurité que procure le cadre
législatif marocain aux salariés des entreprises en difficulté est en réalité
très limitée. Plusieursraisonssont derrièrecette affirmation1 :
Premièrement, les salariés au Maroc ne sont pas informés et consultés
avant toutes les décisions concernant leur situation pendant les
procédures collectives par le biais de comités d’entreprise, ou à défaut, des
délégués du personnel. Ceci constitue une lacune juridique qu’il faut
combler ;
Deuxièmement, la loi concernant l’entreprise en difficulté n’a pas posé des
dispositions claires concernant les licenciements envisagés au cours de la
période d’observation en vue d’orienter le tribunal de commerce pour
prendreunetelle décision .
Le législateur marocain est resté muet sur ce point, ce qui signifie l’absence
d’une volonté d’accorder la priorité de paiement aux créances salariales par
rapport aux autres créances au cours de cette procédure. Il paraît que le
Nourabbasattar
législateur reste attaché au principe d’égalité des créanciers. Ainsi, si le
législateur marocain a apporté quelques dispositions pertinentes
concernant la protection des salariés au cours de la procédure collective
notamment dans le plan de cession dans le but d’assurer le maintien
d’activité, tout ou partie des emplois qui y sont attachés et d’apurer le
passif, il n’apas, cependant, insisté sur le principede la continuité
du contrat de travail, ce qui constitue pour les repreneurs un prétexte pour
ne pas respecter leurs engagements, tel que le maintien d’emploi et
l’ancienneté acquise par les salariés.
Par ailleurs, le législateur marocain n’a pas instauré d’une manière claire et
détaillée le rang de paiement des créances prioritaires, soit antérieures ou
postérieures au jugement d’ouverture, ce qui constitue une autre lacune
juridique. En l’absence des garanties juridiques, les salariés risquent de ne
pas percevoir leurs droits malgré le privilège accordé par la loi (en
référence à l’article 382 du code de travail). C’est le cas où les sommes
résultant de la liquidation ou le prix de cession ne suffiraient pas pour
payer tous les créanciers parmieux les salariés.
Il semble, en conséquent, important d’accorder aux salariés un champ plus
large d’intervention soit avant ou au cours de la procédure collective par le
biais du comité d’entrepriseou à défautpar les déléguésdu personnel.
L’expérience française dans ce domaine, pourrait nous guider sur les pistes
les pluspertinentesà suivrepour remédier àcette situation délicate.
Nourabbasattar
-SITUATION ACTUELLE DES PME : DES DEFAILLANCES EN CROISSANCE DEPUIS
2011
Les statistiques récentes en 2013 sont alarmantes2. Au 1er semestre, plus de 1.990 entreprises
marocaines ont été enregistrées comme défaillantes. Cette accélération du nombre de
défaillances constatées depuis 2011 est aujourd’hui d’autant plus inquiétante que la tendance
risque de se poursuivre en 2014. Cette même année verra une augmentation du nombre
d’entreprises défaillantes de plus de 10%, contre 8% en 2013. Plus encore, ce
dysfonctionnement devrait se ressentir lors de la création même des entreprises. Pour les
experts, une piste de sortie de crise est aujourd’hui avancée pour le cas du Maroc, à savoir
«l’ouverture de nouvelles options de financement pour les entreprises». Cette piste n’est pas
nouvelle, au vu des différents efforts déployés ces dernières années pour pallier au manque de
financement des PME nationales.
La conjoncture laisse en effet entendre, selon la même étude, une prudence affichée du
secteur bancaire qui opère un net ralentissement de l’octroi de crédit aux entreprises. Face à
cette réalité, de nombreuses structures entrepreneuriales sont donc contraintes d'annoncer leur
défaillance, ne pouvant plus honorer leurs dettes.
L’évolution de la défaillance depuis 20093
Certaines analyses notent la tendance qu'ont certaines entreprises à annoncer délibérément
leur défaillance pour mieux relancer leur activité. Dans le cas précis du Maroc et selon les
2
Selon l’enquête menée par le cabinet Euler- Hermes sur la défaillantes au Maroc en 2013
3 SOURCE : INFORISK, EULER HERME
2009 2010 2011 2012 2013 2014
Nombrede défaillance 4011 4501 5157 6172 6666 7332
0
1000
2000
3000
4000
5000
6000
7000
8000
Nom
bre
de…
Nourabbasattar
différents témoignages, la conjoncture est réellement difficile au regard du resserrement de
marge.
Tous ces éléments, malgré les différentes manœuvres gouvernementales, sont à l'origine de la
mauvaise passe que traverse le secteur privé. Les indicateurs et études internationales 4
semblent à leur tour confirmer la poursuite de cette morosité constatée. En tout cas, l’une des
difficultés qui subsiste à l’heure actuelle réside dans la modélisation économique des profils
disparates des PME marocaines, dominées à 97% par les micro-entreprises dont plus de 60%
sont occultées dans le secteur informel selon les statistiques du ministère de l’Économie et des
Finances en 2010.
Il en ressort, en conséquent, deux types de problématiques. En amont, plusieurs individus,
désireux d’échapper à la précarité de leur situation et à la médiocrité de leur rémunération
dans le secteur informel, se lancent dans l’entrepreneuriat sans évaluation préalable et du
marché et de l’étendu de la demande latente. En aval, la survie de l’entreprise tient de son
interaction avec son environnement et son adaptation à un paysage concurrentiel en constante
mutation conditionné par un certain nombre de contraintes.
Concernant le marché boursier, la création du 3ème compartiment dès l’an 2000, aussi
ambitieuse qu’elle puisse paraître, n’a pas produit tous les effets escomptés à cause du
manque d’adéquation entre les impératifs de communication et de bonne gouvernance dictés
par le CDVM5 et la capacité des PME à répondre aux standards attendus. Force est de
constater que les investisseurs, averses de nature au risque, engagent peu ou pas de fonds dans
des structures économiques offrant peu de visibilité sur leurs états financiers.
En effet, rares sont les entreprises marocaines qui communiquent spontanément leurs résultats
annuels. Les données publiques gratuites sont, quant à elles, livrées avec parcimonie et bien
en retard : les dernières statistiques de l’Observatoire de l’Entrepreneuriat, par exemple,
datent du 1er semestre 2011.
4 Le rapport Doing Business 2013 l’économie marocaine
5 Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières
Nourabbasattar
2- SOLUTION PROPOSEE
 LES SUBVENTIONS ET AIDES PUBLIQUES ET COLLECTIVES .
Les collectivités territoriales, les organismes nationaux et européens prévoient un
panel de subventions pour soutenir les entreprises en créations et en
développement .
 LA MISE EN PLACE DES PROGRAMMES D’ASSISTANCE TECHNIQUE ET DE
RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ENTREPRENEURS .
 LE CODEFI : (pour le financement )
Le comité départemental d’examen des problèmes de financement des
entreprises peut, quand il est sollicité par une PME en difficulté,et
bien souvent après audit, réaliser des prêts pour financer un audit
(jusqu’à 40 000€) et/ouun plan de restructuration(jusqu’à800 000€)
visant à aider la PME en difficulté à se relever.
 LA TITRISATION :
un financement qui s’adresse aux PME-PMI. Il est questionde
vendre des créances clients à des investisseurs sur les marchés ,
Cela apporte plus de cash aux entreprises.
Nourabbasattar
 CREDITSBAIL :
il s’agit pour certaines entreprises de faire appel au crédit-bail immobilier
ou mobilier. Il est donc question d’un contrat réalisé avec une entreprise
qui met un bien à la dispositiond’un client où ce dernier s’engage à la
location sur une durée déterminée,en contrepartie de loyers.
 L’AFFACTURAGE :
’est unesolution de financementàcourt terme. La banque reprend la
facture client à son compteen y appliquantunecommission. Celle-ci est en
général assez élevée, dansla mesureoù les contraintes réglementaires sont
minimes, et qu’avec la vente, l’entreprisen’a plusderesponsabilité sur la
facture, en cas denon-paiement.
Nourabbasattar
Liste des abréviations :
S.A.R.L : société à responsabilitélimitée
TVA : la taxe sur la valeur ajoutée
OD : opérations diverses
CA : chiffre d’affaire
PME : petite et moyenne entreprise
ANPME : agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne
entreprise
CGEM : confédération générale des entreprises du Maroc
BTP : bâtiment et travauxpublics
CDVM : conseil déontologique des valeurs mobilières
CCSF : commission des chefs de services financiers
CODEFFI : comité départemental d’examen de profil de financement des
entreprises
CIRI : comité interministériel de restructuration industrielle
Nourabbasattar
Références :
Les statistiques sur la situation actuelle des PME :
https://telquel.ma/2018/02/02/8-000-entreprises-fait-faillite-en-
2017_1578834
Le profil de l’entreprenariat sociale de la région TTA :
https://www.britishcouncil.ma/sites/default/files/semana_en_francais_30-11-
2017_0.pdf
des exemples solutions pour les PME :
https://www.petite-entreprise.net/P-430-87-G1-4-solutions-de-financement-
de-pme-en-difficultes.html
https://www.captaincontrat.com/articles-gestion-entreprise/solutions-de-
financement-pme
Nourabbasattar
CONCLUSION:
Mon stage au sein « de GESTAF FIDUCIAIR» a été très instructif.
Au cours de ces deux mois, j’ai ainsi pu observer le
fonctionnement d’une Bureau comptable . Au-delà, de l’activité de
chacun des services, j’ai pu apprendre comment s’articulent les
différents départements d’une telle entreprise. Par ailleurs, les
relations humaines entre les différents employés de la société,
indépendamment de l’activité exercée par chacun d’eux, m’ont
appris sur le comportement à avoir en toute circonstance. La
circulation de l’information est ainsi un des points forts que j’ai
retenu de cette société, tant au niveau du travail collaboratif, que
dans l’implication de tous dans le bon fonctionnement de la
société. L’apport le plus important que j’ai pu retirer de cette
formation et de ce stage de fin d’étude est : Sur le plan théorique :
Approfondir mes connaissances dans le domaine de comptabilité .
Sur le plan pratique : De mettre en pratique mes connaissances
théoriques que j’ai apprises au niveau de ma formation de Gestion
Administrative.
Et sans oublier la principale cause d’effectuer ce stage
professionnel, c’est de trouver une problématique pour mon PFE.
Et après un certain temps que j’ai passé au sein du cabinet et
d’après une analyse de plusieurs sociétés dont j’ai effectué mes
tâches au service comptable, et de plus avec l’aide de mon
encadrant professionnel Thami , nous avons décidé de parler sur
Nourabbasattar
les PME au Maroc, ce qui m’a poussé à choisir comme
problématique de mon projet de fin d’études :
La difficulté des PME au Maroc : une alerte à défaillance.

Contenu connexe

Tendances

Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...YanisAHMEDALI
 
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMAProjet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMABEL MRHAR Mohamed Amine
 
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROC
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROCPFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROC
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROCBEL MRHAR Mohamed Amine
 
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...proviseur
 
Rapport de stage d’initiation: Fiduciaire
Rapport de stage d’initiation: FiduciaireRapport de stage d’initiation: Fiduciaire
Rapport de stage d’initiation: FiduciaireJadroun Sofiane
 
Rapport de stage Attijariwafa bank
Rapport de stage Attijariwafa bankRapport de stage Attijariwafa bank
Rapport de stage Attijariwafa bankRapport de Stage
 
Rapport de stage (holding marjane) sur le théme le tableau de bord (1)
Rapport de stage (holding marjane) sur le théme le tableau de bord (1)Rapport de stage (holding marjane) sur le théme le tableau de bord (1)
Rapport de stage (holding marjane) sur le théme le tableau de bord (1)Moussaoui Abdellah
 
La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...
La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...
La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...Badr Mouhaid
 
Soutenance stage banque populaire : Audit de conformité des procédures
Soutenance stage banque populaire : Audit de conformité des procédures Soutenance stage banque populaire : Audit de conformité des procédures
Soutenance stage banque populaire : Audit de conformité des procédures Yassine BAKMOU
 
Rapport de stage coca cola (final)
Rapport de stage coca cola (final)Rapport de stage coca cola (final)
Rapport de stage coca cola (final)and1remixboy
 
Audit fiscal cours/1er Chapitre: Démarche de l'Audit Fiscal
Audit fiscal cours/1er Chapitre: Démarche de l'Audit FiscalAudit fiscal cours/1er Chapitre: Démarche de l'Audit Fiscal
Audit fiscal cours/1er Chapitre: Démarche de l'Audit Fiscalbouchra elabbadi
 
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE IIIPFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE IIIAñas El'Mezabi
 
Présentation du rapport de stage: Fiduciaire
Présentation du rapport de stage: FiduciairePrésentation du rapport de stage: Fiduciaire
Présentation du rapport de stage: FiduciaireJadroun Sofiane
 
Rapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestionRapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestionabdeloahed hamdi
 
Rapport de stage societe commerciale
Rapport de stage societe commercialeRapport de stage societe commerciale
Rapport de stage societe commercialesalek abdeljabar
 

Tendances (20)

Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
 
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMAProjet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
 
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROC
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROCPFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROC
PFE L’ENTREPRENEURIAT ET LES JEUNES AU MAROC
 
Financement des PME
Financement des PMEFinancement des PME
Financement des PME
 
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
 
Rapport de stage d’initiation: Fiduciaire
Rapport de stage d’initiation: FiduciaireRapport de stage d’initiation: Fiduciaire
Rapport de stage d’initiation: Fiduciaire
 
Rapport de stage Attijariwafa bank
Rapport de stage Attijariwafa bankRapport de stage Attijariwafa bank
Rapport de stage Attijariwafa bank
 
Rapport de stage (holding marjane) sur le théme le tableau de bord (1)
Rapport de stage (holding marjane) sur le théme le tableau de bord (1)Rapport de stage (holding marjane) sur le théme le tableau de bord (1)
Rapport de stage (holding marjane) sur le théme le tableau de bord (1)
 
La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...
La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...
La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...
 
Soutenance stage banque populaire : Audit de conformité des procédures
Soutenance stage banque populaire : Audit de conformité des procédures Soutenance stage banque populaire : Audit de conformité des procédures
Soutenance stage banque populaire : Audit de conformité des procédures
 
Rapport de stage coca cola (final)
Rapport de stage coca cola (final)Rapport de stage coca cola (final)
Rapport de stage coca cola (final)
 
Rapport ms des PME
Rapport  ms des PMERapport  ms des PME
Rapport ms des PME
 
Audit fiscal cours/1er Chapitre: Démarche de l'Audit Fiscal
Audit fiscal cours/1er Chapitre: Démarche de l'Audit FiscalAudit fiscal cours/1er Chapitre: Démarche de l'Audit Fiscal
Audit fiscal cours/1er Chapitre: Démarche de l'Audit Fiscal
 
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE IIIPFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
 
Rapport gestion-relation-client-grc
Rapport gestion-relation-client-grcRapport gestion-relation-client-grc
Rapport gestion-relation-client-grc
 
Présentation du rapport de stage: Fiduciaire
Présentation du rapport de stage: FiduciairePrésentation du rapport de stage: Fiduciaire
Présentation du rapport de stage: Fiduciaire
 
Rapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestionRapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestion
 
Rapport de stage Bmce
Rapport de stage Bmce Rapport de stage Bmce
Rapport de stage Bmce
 
Rapport de stage societe commerciale
Rapport de stage societe commercialeRapport de stage societe commerciale
Rapport de stage societe commerciale
 
Cours résumé-de-fiscalite
Cours résumé-de-fiscaliteCours résumé-de-fiscalite
Cours résumé-de-fiscalite
 

Similaire à PFE sur PME au maroc

Rapport de stage ccp said achehboun
Rapport de stage ccp  said achehbounRapport de stage ccp  said achehboun
Rapport de stage ccp said achehbounACHEHBOUN
 
Brochure Journée de l'expert comptable du 05/07/2017
Brochure Journée de l'expert comptable du 05/07/2017Brochure Journée de l'expert comptable du 05/07/2017
Brochure Journée de l'expert comptable du 05/07/2017Ndongo Camara
 
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudesSara Làtif
 
BDO-FITEC catalogue des formations 2014
BDO-FITEC catalogue des formations 2014BDO-FITEC catalogue des formations 2014
BDO-FITEC catalogue des formations 2014ElisabethBDO
 
1. DROIT COMPTABLE ET CADRE CONCEPTUEL NOUVELLE VERSION [Enregistrement autom...
1. DROIT COMPTABLE ET CADRE CONCEPTUEL NOUVELLE VERSION [Enregistrement autom...1. DROIT COMPTABLE ET CADRE CONCEPTUEL NOUVELLE VERSION [Enregistrement autom...
1. DROIT COMPTABLE ET CADRE CONCEPTUEL NOUVELLE VERSION [Enregistrement autom...DsireAttmn
 
538c44359b311jjjjjjjjjjjjjjjjjj
538c44359b311jjjjjjjjjjjjjjjjjj538c44359b311jjjjjjjjjjjjjjjjjj
538c44359b311jjjjjjjjjjjjjjjjjjtinonom
 
Manuel procédures-financièresetcomptables
Manuel procédures-financièresetcomptablesManuel procédures-financièresetcomptables
Manuel procédures-financièresetcomptablesAZOUZ HASNAOUI
 
Rapport de stage Fiduciaire1
Rapport de stage Fiduciaire1Rapport de stage Fiduciaire1
Rapport de stage Fiduciaire1Rapport de Stage
 
Module 08-tsge-comptabilite des-operations_courantes_et_travaux_de_fin_d-exer...
Module 08-tsge-comptabilite des-operations_courantes_et_travaux_de_fin_d-exer...Module 08-tsge-comptabilite des-operations_courantes_et_travaux_de_fin_d-exer...
Module 08-tsge-comptabilite des-operations_courantes_et_travaux_de_fin_d-exer...Noureddine Amerouane
 
Convention agefice-of-mallette du dirigeant-2015 validée
Convention agefice-of-mallette du dirigeant-2015 validéeConvention agefice-of-mallette du dirigeant-2015 validée
Convention agefice-of-mallette du dirigeant-2015 validéeMP CONSULTANTS
 
Rapport de stage Centre Régional d'Investissement Nador
Rapport de stage Centre Régional d'Investissement NadorRapport de stage Centre Régional d'Investissement Nador
Rapport de stage Centre Régional d'Investissement NadorElHassan Laachach
 
Cours-concepts-de-base.pdf
Cours-concepts-de-base.pdfCours-concepts-de-base.pdf
Cours-concepts-de-base.pdfFootballLovers9
 
Formation comment constituer la déclaration sociale nominative (dsn) juris ...
Formation comment constituer la déclaration sociale nominative (dsn)   juris ...Formation comment constituer la déclaration sociale nominative (dsn)   juris ...
Formation comment constituer la déclaration sociale nominative (dsn) juris ...JURIS PAYE
 

Similaire à PFE sur PME au maroc (20)

Rapport de stage ccp said achehboun
Rapport de stage ccp  said achehbounRapport de stage ccp  said achehboun
Rapport de stage ccp said achehboun
 
Brochure Journée de l'expert comptable du 05/07/2017
Brochure Journée de l'expert comptable du 05/07/2017Brochure Journée de l'expert comptable du 05/07/2017
Brochure Journée de l'expert comptable du 05/07/2017
 
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes
 
Fannan
FannanFannan
Fannan
 
CEFORE (Burkina Faso) Presentation CRF 2009
CEFORE (Burkina Faso) Presentation CRF 2009CEFORE (Burkina Faso) Presentation CRF 2009
CEFORE (Burkina Faso) Presentation CRF 2009
 
BDO-FITEC catalogue des formations 2014
BDO-FITEC catalogue des formations 2014BDO-FITEC catalogue des formations 2014
BDO-FITEC catalogue des formations 2014
 
1. DROIT COMPTABLE ET CADRE CONCEPTUEL NOUVELLE VERSION [Enregistrement autom...
1. DROIT COMPTABLE ET CADRE CONCEPTUEL NOUVELLE VERSION [Enregistrement autom...1. DROIT COMPTABLE ET CADRE CONCEPTUEL NOUVELLE VERSION [Enregistrement autom...
1. DROIT COMPTABLE ET CADRE CONCEPTUEL NOUVELLE VERSION [Enregistrement autom...
 
Fudiciare rapport
Fudiciare rapportFudiciare rapport
Fudiciare rapport
 
538c44359b311jjjjjjjjjjjjjjjjjj
538c44359b311jjjjjjjjjjjjjjjjjj538c44359b311jjjjjjjjjjjjjjjjjj
538c44359b311jjjjjjjjjjjjjjjjjj
 
Manuel procédures-financièresetcomptables
Manuel procédures-financièresetcomptablesManuel procédures-financièresetcomptables
Manuel procédures-financièresetcomptables
 
Rapport de stage Fiduciaire1
Rapport de stage Fiduciaire1Rapport de stage Fiduciaire1
Rapport de stage Fiduciaire1
 
Rapport stage SOFA Maroc
Rapport stage SOFA MarocRapport stage SOFA Maroc
Rapport stage SOFA Maroc
 
Module 08-tsge-comptabilite des-operations_courantes_et_travaux_de_fin_d-exer...
Module 08-tsge-comptabilite des-operations_courantes_et_travaux_de_fin_d-exer...Module 08-tsge-comptabilite des-operations_courantes_et_travaux_de_fin_d-exer...
Module 08-tsge-comptabilite des-operations_courantes_et_travaux_de_fin_d-exer...
 
Convention agefice-of-mallette du dirigeant-2015 validée
Convention agefice-of-mallette du dirigeant-2015 validéeConvention agefice-of-mallette du dirigeant-2015 validée
Convention agefice-of-mallette du dirigeant-2015 validée
 
Rapport de stage Centre Régional d'Investissement Nador
Rapport de stage Centre Régional d'Investissement NadorRapport de stage Centre Régional d'Investissement Nador
Rapport de stage Centre Régional d'Investissement Nador
 
Cours-concepts-de-base.pdf
Cours-concepts-de-base.pdfCours-concepts-de-base.pdf
Cours-concepts-de-base.pdf
 
Formation comment constituer la déclaration sociale nominative (dsn) juris ...
Formation comment constituer la déclaration sociale nominative (dsn)   juris ...Formation comment constituer la déclaration sociale nominative (dsn)   juris ...
Formation comment constituer la déclaration sociale nominative (dsn) juris ...
 
Coaching Création d'entreprise: le soutien pour votre lancement
Coaching Création d'entreprise: le soutien pour votre lancementCoaching Création d'entreprise: le soutien pour votre lancement
Coaching Création d'entreprise: le soutien pour votre lancement
 
Rapport de stage BMCI
Rapport de stage BMCIRapport de stage BMCI
Rapport de stage BMCI
 
Plan (réparé)
Plan (réparé)Plan (réparé)
Plan (réparé)
 

PFE sur PME au maroc

  • 1. Promotion2017 /2019 DÉPARTEMENT D’INFORMATIQUE ET GESTION FILIÈRE DUT AM Année Universitaire 2018-2019 RAPPORT DE STAGE De FIN D’ETUDE DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE <ASSISTANT MANAGER> Par NOUR ABBAS ATTAR Titre : DIFFICULTE DES PME AU MAROC Effectué du 01/04/2019 au 31/05/2019 A GESTAF FIDUCIAIRE DE KENITRA Suivi par le directeur de la Fiduciaire GESTAF Mr THAMI MKHARBECH.  Soutenue le JUIN 2019 devant l’examinateur et le chef de filière : - Mr RAFAOUI ABDELAALI
  • 2. Nourabbasattar Avant-propos La périodede stage est unevéritable opportunitépour l’étudiantafin de tracer son chemin et savoir choisir après la spécialité qui lui convient. En effet, les stages facilitent l’orientation et permettent dediriger le futur lauréat versla carrière adéquate., pour ça j’ai choisi de passer mon stage au sein deGESTAF fiduciaire à KENITRA, pendantlapériode de 2 mois de combler mes lacunesadministrativeset plusprécisémenten matière des finances, de comptabilité et gestion.
  • 3. Nourabbasattar SOMMAIRE _ Dédicace ……………………………………………………….. 3 _ Remerciement ……………………………………………….. 4 _ Introduction …………………………………………………... 5 _ Partie 1 ………………………………………………………… 6 - Présentation du fiduciaire :  Identification du cabinet  Fiche Signalétique  Organigramme - DIVERS TRAVEAUX EFFECTEUES :  ENREGISTREMENT AU LIVRE JOURNAL.  LA SAISIE DU JOURNAL.  TVA (la taxe sur la valeur ajoutée).
  • 4. Nourabbasattar _ Partie 2 …………………………………………………………………………… 7 Deuxième partie : Projet de fin d’étude PFE Chapitre 1 : Cadre théorique LES PME AU MAROC  Présentation générale des PME au Maroc  Caractéristiques des PME marocaines  La répartition géographique  Les PME dans l’économie nationale  Le rôle de la PME dans l’économie nationale Chapitre 2 : Cadre pratique (Problématique) - ETUDE DE CAS : difficulté des PME au Maroc : 1-L’analyse de la difficulté des PME au Maroc 2- Solutions proposées - CONCLUSION .
  • 5. Nourabbasattar ♣ A mes parents : Je dédie ce travail, comme preuve de respect, de gratitude, et de reconnaissance à ma chère famille, pour son affectation, sa patience et ses prières. Veuillez accepter ce modeste travail comme un symbole de remerciement, de gratitude et d’amour. Et Aussi au gérant de GESTAF MR MOHSSINE MKHARBECH et aussi à mes collègues Dans la période de stage soukaina et Nouhaila et abdelwaffi
  • 6. Nourabbasattar Merci infinimen t Je tiens à remercier en particulier mes tuteurs de stage ; Mr MOHCINE MKHARBECH, et Mr THAMI MKHARBECH, directeur administratifs et financiers de la société GESTAF, pour leur confiance, leur conseils ; leurs expérience, leur disponibilité rendant tout mon stage et pour m’avoir permis d’effectuer ce stage dans les meilleures conditions et pour m’avoir apporté de nombreuses connaissance. Je profite cette occasion pour exprimer mes grands remerciements à monsieur Abdelaali RAFAOUI mon encadrant pédagogique et Le chef de filière Assistant Manager pour ses remarques, ses directives et l’intérêt qu’il apporte à ses étudiants ainsi pour son suivi et ses orientations.
  • 7. Nourabbasattar Le Projet de Fin d’Études est obligatoire pour tous les étudiants de l’ENS en DUT. Il a pour objectif premier de nous immerger dans le monde professionnel pour une durée plus importante que le stage précédent d’initiation. Le second est de mener une mission concrète venant d’un besoin exprimé par l’entreprise accueillante. Ce projet permet d’acquérir une formation professionnelle demandant de la rigueur, de la méthode et de l’organisation. Ce dernier stage, avant l’obtention du Diplôme Universitaire de Technologie de la filière Assistant Manager, permet de vivre pendant deux mois la vie d’un professionnel avec ses moments de réflexion, de réussite et de doute. C’est pour ces objectifs et dans le cadre de ma formation en filière Assistant manager, Jai effectuée un stage durant de 2 mois au sein du fiduciaire GESTAF Ainsi je présente mon rapport qui comporte deux grands parties , le premier qui est consacré à la présentation de fiduciaire GESTAF à la présentation des travaux effectuées au sein de la fiduciaire GESTAF , et le deuxième est consacré le projet de fin d’étude PFE .
  • 8. Nourabbasattar PARTIE I : PRESENTATIONDELAFIDUCIAIRE Identificationducabinet 1. Définition : CABINET COMPTABLE comme son nom l’indique, c’est un établissement de confiance qui s’occupe de l’organisationcommercial,comptable et fiscal de personne physique et morale. 2. activité de’ GESTAF’  Au niveau comptable :  Le contrôle de la déclarationfiscal .  Le classement des documents .  L’imputation au journal .  La saisie sur l’ordinateur .
  • 9. Nourabbasattar  Au niveau fiscal et social :  Calcul du TVA .  Calcul de CNSS .  Conseil juridique et fiscale .  Les déclarations aux impôts .  L’affiliation et les dépôts à la CNSS .  Dossier d’investissement .  Le dépôt et l’immatriculation et la modification au registre de commerce.
  • 10. Nourabbasattar  Nom de L’entreprise : GESTAF  Adresse : 26, Av Youssef Ibn Tachfine- N-5 KENITRA  Téléphone / FAX : 05.37.36.07.25  GSM : 06.00.60.60.84  E-MAIL : C.gestaf@gmail.com  FORME JURIDIQUE : PERSONNE PHISYQUE  N° Du RC : 32622  PATENTE : 20874580  CNSS : 2252302  PERIODE DE STAGE : 01/04/2019 au 31/05/2019 FICHE SIGNALETIQUE
  • 11. Nourabbasattar Les moyens techniques de GESTAF : La fiduciaire est bien équipée en matériel informatique, imprimantes les fournitures nécessaires mises à la disposition du personnel et des stagiaires pour leurs facilité l’exécutiondes taches et de gagner le temps La clientèle de cabinet comptable : Comme toute entreprise, cabinet comptable possède une clientèle dans les différents domaines d’activités. Parmi ses clients on trouve :  Les sociétés des travaux divers  Les cafés  Les cybers  Les agents des immobilisations  Les docteurs et les pharmacies
  • 12. Nourabbasattar Le cabinet comptable cherche toujours à fidéliser sa clientèle par la qualité de son travail, car elle offre, à temps à chacun de ces clients sa situation patrimoniale par l’établissement des comptables, tel que le bilan, C.P.C et d’autres documents. Présentationdes différents travaux réalisés : Les principales fonctions des activités du cabinet peuvent être résumées comme suit :  Recevoir et transmettre des communications téléphoniques.  Accueillirles visiteurs  La passation des écritures comptables  Déclaration fiscale de tous genres (TVA, IS ; IR..).  Déclarationsociale (CNSS, CIMR ;..)  Vérificationcomptable.  Divers travaux juridique (constitution de sociétés. Modification de statut, conseils d’administration…)
  • 13. Nourabbasattar ORGANIGRAMME : GESTAF SECRETARIAT DE DIRECTION : MERYEME OUHARGUE DIRECTEUR GENERAL : Mr. THAMI MKHARBECH GERANT : Mr. MOHCINE MKHARBECH
  • 14. Nourabbasattar DIVERSTRAVEAUXEFFECTEUES. I-ENREGISTREMENT AU LIVRE JOURNAL : Pour l’enregistrementdes opérationscomptable la fiduciaireGESTAF utilise un logiciel appelé ‘OMAG’ Cet enregistrement doit se faire ; dansles journauxauxiliaires correspondants(journald’achat ; vente ; banque; caisse ; opération divers), Ces journauxsefait avant manuellement àtravers nousles stagiaires. Les journaux auxiliaires Journal des Achats : Dans ce journal, on enregistre toutes les opérations d’achats quel que soit le mode de règlement par espèce ou à crédit. Exemple: Date N° de compte Libelle Débit Crédit 01/05/2018 6110 Fact 202/ achat 8125.00 01/05/2018 34552 TVA R/ Charge 1625.00
  • 15. Nourabbasattar JOURNAL DE VENTE : c’est un journal qui regroupe toutes les opérations concernant les ventes réalisées dans une période déterminée ainsi que TVA facturées. Exemple: Date N° de compte Libelle Débit Crédit 15/04/2018 3421 CLIENT 36580.00 15/04/2018 7111 FAC N°040/VENTE 30488.33 15/04/2018 5141 E.TVA FACTURE 6096.67
  • 16. Nourabbasattar JOURNAL DE BANQUE:c’est un journal ou sont enregistrées les opérations des banques ; c’est-à- dire les règlements effectuée, ainsi que les remises de chèques et les dépôts des espèces. Exemple: Date N° de compte Libelle Débit Crédit 01/04/2018 6110 Fact 202/ achat 8125.00 01/04/2018 34552 TVA R/ Charge 1625.00 01/04/2018 4411 Fournisseur 9750.0
  • 17. Nourabbasattar 2. Les avantages des journaux auxiliaires : Le systèmecentralisateur à des avantages très importantscar il est utilisé Par toutes les entreprises, puisquela fonction journalpeutêtre divisée en autant delivres auxiliaires nécessaires. Dans ce système l'établissement des documentsnenécessite pas des grands efforts. II. LA SAISIE DE JOURNAL : 1. définition : La saisie de journal est un tableau qui permet d'enregistrer des diverses opérations (achat, vente, caisse,...) surun logiciel OMAG praticable par la fiduciaire. 2. procédure de saisie d'un journal : On enregistre chaque pièce d'après son classement dans une saisie (achat, vente, ...) on lui donnant un numéro d'ordre selon sa situation dans la saisie. Dans un journal en enregistre chaque pièce suivant sa nature on passant par les étapes suivantes : Numéro de la pièce Date Libellé Numéro de compte au débit avec le montant Numéro du compte au crédit avec le montant
  • 18. Nourabbasattar 3. EXEMPLES DES JOURNAUX : a. Dossier des ventes : Ce dossiercontient les factures de vente et les bons ... l'opération vente met en jeu les différents comptes (soit le compte client, soit un ou plusieurs comptes de trésorerie) qui sont débités pour le montant des ventes et le compte « vente de marchandises » et celui de la TVA crédit de la même somme. b. Dossier des achats : Ce dossiercontient les factures d'achats et les bons de livraison avant toute comptabilisation des opérations d'achats il est nécessaire d'établir un état d'achat de chaque mois. Après le classement de toutes les factures et les bons, on procède à l'enregistrement de l'opération dans le journal d'achat. Le compte achat de marchandises et celui de la TVA est débité, en conte partie, on crédité le compte fournisseurs ou en autre compte de trésorerie. c. Dossier de banque : Au journal, on inscrit toutes les opérations payées par chèque ou virement ainsi que les virements de fond. Après avoir reçu le relevé bancaire, on procède la vérification des écritures ou journal et les écritures qui sont passées par la banque.
  • 19. Nourabbasattar III – TVA (la taxe sur la valeur ajoutée) : a. Définition : La TVA est un impôt indirect qui concernenon les revenus des contribuables mais leur dépense dans le temps. La TVA est applique pour les entreprises commerciales, industrielles de présentation de serviceartisanales et aux opérations d'importation. b. Les taux de TVA au Maroc : 7 % : Eau, électricité, produits pharmaceutiques, opérations bancaires. 14 % : Travauximmobiliers, transports devoyages .... 20 % : Tous autres produits et services, c'est le taux normal. c. Les types de déclaration (TVA) : Déclaration mensuelle : lorsquele chiffred'affaires est > 1000000 DH Déclaration trimestrielle : lorsquele chiffre d'affaires est < 1000000 DH D. CALCUL DE LA TVA : Etat TVA due = Etat TVA facturé - Etat TVA récupérable
  • 20. Nourabbasattar PARTIE 2 : CADRE THEORIQUE LES PME AU MAROC 1- Présentation générale des PME au maroc Au Maroc, comme dans tous autres pays en voie de développement, les PME constituent la basedu tissu économique. Elles participent de manière positive à la croissanceéconomique, à la création d'emplois et au développement local, régional et national. Et cela est dû aux différentes difficultés rencontrées par les PME, et aux problèmes, surtoutceux liés au financement, qui entravent leurs développements , Toute comme autres entreprises, la Pme est une entité économique qui produit un bien ou un serviceau but de satisfaireun besoin au marché et maximiser son profit. La définition « officielle » de la Pme au Maroc a, clairement, varié selon les diverses approches, au niveau d’effectifs et du chiffre d’affaire. « Toutefois, depuis la loi 53-00 formant"Chartedela PME" du 23 juillet 2002, cette catégorie d'entreprise a une définition "officielle". Selon l'article premier de cette loi, la PME est une entreprise gérée et/ou administrée directement par les personnes physiques quien sontles propriétaires, copropriétaires ou actionnaires et qui n'est pas détenue à plus de 25% du capital ou des droits de vote par une entreprise, ou conjointement par plusieurs entreprises, ne correspondantpas à la définition de la P.M.E. (ce seuil peut, toutefois, être dépassélorsquel'entreprise est détenue par des fonds collectifs d'investissement, des sociétés d'investissementen capital, des organismes de capital risque, des organismes financiers habilités à faire appel à l'épargne publique - à condition que ceux-ci n'exercent, à titre individuel ou conjointement, aucun contrôle sur l'entreprise). Par ailleurs, les PME doivent répondreaux deux conditions suivantes :
  • 21. Nourabbasattar - avoir un effectif permanent ne dépassantpas 200 personnes . - avoir réalisé, au cours des deux derniers exercices, soit un chiffred’affaires hors taxes inférieur à 75 millions de DH, soit un total de bilan inférieur à 50 millions de DH. Cette même charte proposeégalement des critères spécifiques aux entreprises nouvellement créées (c'est à dire celles qui ont moins de deux années d'existence) : sont considérées comme PME les entreprises ayant engagé un programmed’investissementinitial inférieur à 25 millions de DH et respectantun ratio d’investissementpar emploi inférieur à 250 000 DH. La nouvelle définition de la PME élaborée par l’ANPMEtient compte uniquement du critère du chiffre d’affaires et fait abstraction de l’effectif de l’entreprise. Selon cette définition, trois types d’entreprises sontdistingués : • La très petite entreprise : moins de 3 millions de dhs. • La petite entreprise : entre3 et 10 millions de dhs. • La moyenne entreprise : entre 10 et 175 millions de dhs.
  • 22. Nourabbasattar 2- caractéristiques des PME au Maroc . Une PME est tout d'abord caractériséepar sa taille comme le suggèrele sigle même les désignant(Petites et Moyennes Entreprises). En outre, et dans un contexte théorique en général, les PME se caractérisent par : - Un systèmed'information simple . - Une innovation rapide . - Une proximité entre employés et patrons . - Souplessede gestion . - Rapidité de réaction. Ces particularités donnent aux PME des avantages en termes de résistance contre les alias climatiques de l'environnement au détriment des grandes entreprises. Au Maroc, la visibilité sur le comportement des PME reste très limitée pour causede la faiblesse des données et dispositifs statistiques disponibles, et le poids important de l'économie informelle. Pour juger l'efficacité de cette classeparticulière d'entreprises que constituent les Petites et Moyennes entreprises, et les mettre dans leur juste contexte, plusieurs critères entrent en jeu à savoir : la répartition géographique, la spécificité comportementale et managériale et le domaine d'activités des PME.
  • 23. Nourabbasattar 3- La répartition géographique des PME marocaines : Figure 1 : la répartitiongéographique des PMEauMaroc Source: Direction dela PolitiqueÉconomiqueGénérale « ministre de finance» Dominé, désarticuléet appauvrià l'extrême, le Maroc a hérité d'une économie et d'une société duales marquée par la désarticulation complète des structures, la déconnection parfaite entre le moderneet le traditionnel, l'utile et l'inutile...etc. Ce legs historique est si lourd qu'aucune politique régionale et d'aménagement du territoire n'a pu éradiquer ou au moins minimiser les disparités socio- économiques et spatiales flagrantes. L'examen de la répartition des PME par région reflète cette situation en dégageant une très forte concentration des PME dans les régions du centre (Maroc utile). De même la répartition régionale des créations des personnes morales immatriculées au registre du commerceconfirme la concentration des sociétés commerciales dans la région du grand Casablanca qui représente 33% de l'ensemble des immatriculations.
  • 24. Nourabbasattar 4-Le rôle des PME dans l’économie nationale : Selon l’ANPME, la PME est présente dans tous les secteurs d'activité économique avec un taux de 98% : l'industrie, l'artisanat et le BTP, les commerces et enfin les services qui englobent le tourisme, les communications, le transport, les services financiers. D'après le graphique ci-dessous, la part des PME est de plus de 90% dans toutes les branches d'activité sauf celle de la production et de la distribution d'électricité, gaz et eau, où cette participation est uniquement de 50%. Cependant la participation des PME dans la création de la valeur ajoutée globale est de 21%. Cette participation est très variable allant de 0.2% pour la branche de la production et de distribution d'électricité, gaz et eau, à 73% pour la branche de l'immobilier et des services et de 20% dans le cas des industries manufacturières comme présentele graphique ci-dessous.
  • 25. Nourabbasattar - Cadrepratique : difficulté despmeau maroc -ETUDE DE CAS : Difficulté des PME au Maroc 1-L’Analyse Difficulté des PME au Maroc : une alerte à défaillance Les PME sont une composante principaledu tissu économiquede la plupart des économies, qu’elles soient développées ou en voie de développement , Mais, Un ensemble de contraintes se dressent devant l’évolution des PME marocaines. Ces contraintes pourraient être classées en deux catégories : des facteurs intrinsèques à l’entreprise elle-même et des facteurs externes .  Facteurs Intrinsèques Dans la première famille on pourrait lister plusieurs facteurs qui n’encouragent pas le développent des PME locales. Il s’agit en premier lieux de la fragilité de leurs structures et d’une sous-capitalisation presque généralisée. De plus, les PME manquent de moyens techniques et financiers et elles ont souvent un capital humain en manque d’encadrement, de formation et de compétences. Ceci se traduit le plus souvent par une sous-performance des PME marocaines, un manque de compétitivité et un taux d’échec élevé.  Facteurs externes S’agissant de la deuxième catégorie, les sources de faiblesse des PME pourraient également être dues aux lourdeurs administratives et à la fiscalité désavantageuse dont souffrent ces entreprises. Les problématiques liées aux financements sont également très importantes et souvent citées parmi les premiers challenges face aux développements des PME au Maroc. Ces défis rendent le développement de la PME et son évolution très difficiles, et la poussent à se focaliser sur la survie à la place de l’innovation contrairement aux pays développés.
  • 26. Nourabbasattar Le problème de financement constitue la contrainte la plus visible des PME marocaines, et un important élément de blocage de leur croissance. Plusieurs facteurs expliquent cette situation :  Le premier est lié à la prudence des banques à financer les PME dans un contexte de manque de liquidité et de concurrence élevés pour les crédits surtout s’il s’agit de financer les PME lors de la phase de création ou d’expansion.  Le second est en rapport avec la méconnaissance des entrepreneurs et dirigeants de PME de la palette des produits financiers disponible dans notre pays.  Un troisième facteur pourrait être le manque d’adaptation de ces produits financiers aux besoins d’une grande population de PME, d’autant plus que la grande majorité des PME marocaines sont en effet des TPE (très petites entreprises).  Un autre facteur qui contribuerait négativement aux financements des PME serait lié à l’existence d’une forte asymétrie d’information entre l’investisseur et la PME et le manque de transparence souvent lié à la fragilité de la structurede cette dernière.
  • 27. Nourabbasattar -LA SITUATION DES SALARIES DANS LES ENTREPRISES EN DIFFICULTE Dans l’entreprise en difficulté, les salariés occupent une place à part, dans la mesure où la loi se donne comme objectif, de protéger les emplois, et subordonne les licenciements collectifs au redressement de l’entreprise. De façon générale, il faut constater que la sécurité que procure le cadre législatif marocain aux salariés des entreprises en difficulté est en réalité très limitée. Plusieursraisonssont derrièrecette affirmation1 : Premièrement, les salariés au Maroc ne sont pas informés et consultés avant toutes les décisions concernant leur situation pendant les procédures collectives par le biais de comités d’entreprise, ou à défaut, des délégués du personnel. Ceci constitue une lacune juridique qu’il faut combler ; Deuxièmement, la loi concernant l’entreprise en difficulté n’a pas posé des dispositions claires concernant les licenciements envisagés au cours de la période d’observation en vue d’orienter le tribunal de commerce pour prendreunetelle décision . Le législateur marocain est resté muet sur ce point, ce qui signifie l’absence d’une volonté d’accorder la priorité de paiement aux créances salariales par rapport aux autres créances au cours de cette procédure. Il paraît que le
  • 28. Nourabbasattar législateur reste attaché au principe d’égalité des créanciers. Ainsi, si le législateur marocain a apporté quelques dispositions pertinentes concernant la protection des salariés au cours de la procédure collective notamment dans le plan de cession dans le but d’assurer le maintien d’activité, tout ou partie des emplois qui y sont attachés et d’apurer le passif, il n’apas, cependant, insisté sur le principede la continuité du contrat de travail, ce qui constitue pour les repreneurs un prétexte pour ne pas respecter leurs engagements, tel que le maintien d’emploi et l’ancienneté acquise par les salariés. Par ailleurs, le législateur marocain n’a pas instauré d’une manière claire et détaillée le rang de paiement des créances prioritaires, soit antérieures ou postérieures au jugement d’ouverture, ce qui constitue une autre lacune juridique. En l’absence des garanties juridiques, les salariés risquent de ne pas percevoir leurs droits malgré le privilège accordé par la loi (en référence à l’article 382 du code de travail). C’est le cas où les sommes résultant de la liquidation ou le prix de cession ne suffiraient pas pour payer tous les créanciers parmieux les salariés. Il semble, en conséquent, important d’accorder aux salariés un champ plus large d’intervention soit avant ou au cours de la procédure collective par le biais du comité d’entrepriseou à défautpar les déléguésdu personnel. L’expérience française dans ce domaine, pourrait nous guider sur les pistes les pluspertinentesà suivrepour remédier àcette situation délicate.
  • 29. Nourabbasattar -SITUATION ACTUELLE DES PME : DES DEFAILLANCES EN CROISSANCE DEPUIS 2011 Les statistiques récentes en 2013 sont alarmantes2. Au 1er semestre, plus de 1.990 entreprises marocaines ont été enregistrées comme défaillantes. Cette accélération du nombre de défaillances constatées depuis 2011 est aujourd’hui d’autant plus inquiétante que la tendance risque de se poursuivre en 2014. Cette même année verra une augmentation du nombre d’entreprises défaillantes de plus de 10%, contre 8% en 2013. Plus encore, ce dysfonctionnement devrait se ressentir lors de la création même des entreprises. Pour les experts, une piste de sortie de crise est aujourd’hui avancée pour le cas du Maroc, à savoir «l’ouverture de nouvelles options de financement pour les entreprises». Cette piste n’est pas nouvelle, au vu des différents efforts déployés ces dernières années pour pallier au manque de financement des PME nationales. La conjoncture laisse en effet entendre, selon la même étude, une prudence affichée du secteur bancaire qui opère un net ralentissement de l’octroi de crédit aux entreprises. Face à cette réalité, de nombreuses structures entrepreneuriales sont donc contraintes d'annoncer leur défaillance, ne pouvant plus honorer leurs dettes. L’évolution de la défaillance depuis 20093 Certaines analyses notent la tendance qu'ont certaines entreprises à annoncer délibérément leur défaillance pour mieux relancer leur activité. Dans le cas précis du Maroc et selon les 2 Selon l’enquête menée par le cabinet Euler- Hermes sur la défaillantes au Maroc en 2013 3 SOURCE : INFORISK, EULER HERME 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Nombrede défaillance 4011 4501 5157 6172 6666 7332 0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000 Nom bre de…
  • 30. Nourabbasattar différents témoignages, la conjoncture est réellement difficile au regard du resserrement de marge. Tous ces éléments, malgré les différentes manœuvres gouvernementales, sont à l'origine de la mauvaise passe que traverse le secteur privé. Les indicateurs et études internationales 4 semblent à leur tour confirmer la poursuite de cette morosité constatée. En tout cas, l’une des difficultés qui subsiste à l’heure actuelle réside dans la modélisation économique des profils disparates des PME marocaines, dominées à 97% par les micro-entreprises dont plus de 60% sont occultées dans le secteur informel selon les statistiques du ministère de l’Économie et des Finances en 2010. Il en ressort, en conséquent, deux types de problématiques. En amont, plusieurs individus, désireux d’échapper à la précarité de leur situation et à la médiocrité de leur rémunération dans le secteur informel, se lancent dans l’entrepreneuriat sans évaluation préalable et du marché et de l’étendu de la demande latente. En aval, la survie de l’entreprise tient de son interaction avec son environnement et son adaptation à un paysage concurrentiel en constante mutation conditionné par un certain nombre de contraintes. Concernant le marché boursier, la création du 3ème compartiment dès l’an 2000, aussi ambitieuse qu’elle puisse paraître, n’a pas produit tous les effets escomptés à cause du manque d’adéquation entre les impératifs de communication et de bonne gouvernance dictés par le CDVM5 et la capacité des PME à répondre aux standards attendus. Force est de constater que les investisseurs, averses de nature au risque, engagent peu ou pas de fonds dans des structures économiques offrant peu de visibilité sur leurs états financiers. En effet, rares sont les entreprises marocaines qui communiquent spontanément leurs résultats annuels. Les données publiques gratuites sont, quant à elles, livrées avec parcimonie et bien en retard : les dernières statistiques de l’Observatoire de l’Entrepreneuriat, par exemple, datent du 1er semestre 2011. 4 Le rapport Doing Business 2013 l’économie marocaine 5 Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières
  • 31. Nourabbasattar 2- SOLUTION PROPOSEE  LES SUBVENTIONS ET AIDES PUBLIQUES ET COLLECTIVES . Les collectivités territoriales, les organismes nationaux et européens prévoient un panel de subventions pour soutenir les entreprises en créations et en développement .  LA MISE EN PLACE DES PROGRAMMES D’ASSISTANCE TECHNIQUE ET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ENTREPRENEURS .  LE CODEFI : (pour le financement ) Le comité départemental d’examen des problèmes de financement des entreprises peut, quand il est sollicité par une PME en difficulté,et bien souvent après audit, réaliser des prêts pour financer un audit (jusqu’à 40 000€) et/ouun plan de restructuration(jusqu’à800 000€) visant à aider la PME en difficulté à se relever.  LA TITRISATION : un financement qui s’adresse aux PME-PMI. Il est questionde vendre des créances clients à des investisseurs sur les marchés , Cela apporte plus de cash aux entreprises.
  • 32. Nourabbasattar  CREDITSBAIL : il s’agit pour certaines entreprises de faire appel au crédit-bail immobilier ou mobilier. Il est donc question d’un contrat réalisé avec une entreprise qui met un bien à la dispositiond’un client où ce dernier s’engage à la location sur une durée déterminée,en contrepartie de loyers.  L’AFFACTURAGE : ’est unesolution de financementàcourt terme. La banque reprend la facture client à son compteen y appliquantunecommission. Celle-ci est en général assez élevée, dansla mesureoù les contraintes réglementaires sont minimes, et qu’avec la vente, l’entreprisen’a plusderesponsabilité sur la facture, en cas denon-paiement.
  • 33. Nourabbasattar Liste des abréviations : S.A.R.L : société à responsabilitélimitée TVA : la taxe sur la valeur ajoutée OD : opérations diverses CA : chiffre d’affaire PME : petite et moyenne entreprise ANPME : agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise CGEM : confédération générale des entreprises du Maroc BTP : bâtiment et travauxpublics CDVM : conseil déontologique des valeurs mobilières CCSF : commission des chefs de services financiers CODEFFI : comité départemental d’examen de profil de financement des entreprises CIRI : comité interministériel de restructuration industrielle
  • 34. Nourabbasattar Références : Les statistiques sur la situation actuelle des PME : https://telquel.ma/2018/02/02/8-000-entreprises-fait-faillite-en- 2017_1578834 Le profil de l’entreprenariat sociale de la région TTA : https://www.britishcouncil.ma/sites/default/files/semana_en_francais_30-11- 2017_0.pdf des exemples solutions pour les PME : https://www.petite-entreprise.net/P-430-87-G1-4-solutions-de-financement- de-pme-en-difficultes.html https://www.captaincontrat.com/articles-gestion-entreprise/solutions-de- financement-pme
  • 35. Nourabbasattar CONCLUSION: Mon stage au sein « de GESTAF FIDUCIAIR» a été très instructif. Au cours de ces deux mois, j’ai ainsi pu observer le fonctionnement d’une Bureau comptable . Au-delà, de l’activité de chacun des services, j’ai pu apprendre comment s’articulent les différents départements d’une telle entreprise. Par ailleurs, les relations humaines entre les différents employés de la société, indépendamment de l’activité exercée par chacun d’eux, m’ont appris sur le comportement à avoir en toute circonstance. La circulation de l’information est ainsi un des points forts que j’ai retenu de cette société, tant au niveau du travail collaboratif, que dans l’implication de tous dans le bon fonctionnement de la société. L’apport le plus important que j’ai pu retirer de cette formation et de ce stage de fin d’étude est : Sur le plan théorique : Approfondir mes connaissances dans le domaine de comptabilité . Sur le plan pratique : De mettre en pratique mes connaissances théoriques que j’ai apprises au niveau de ma formation de Gestion Administrative. Et sans oublier la principale cause d’effectuer ce stage professionnel, c’est de trouver une problématique pour mon PFE. Et après un certain temps que j’ai passé au sein du cabinet et d’après une analyse de plusieurs sociétés dont j’ai effectué mes tâches au service comptable, et de plus avec l’aide de mon encadrant professionnel Thami , nous avons décidé de parler sur
  • 36. Nourabbasattar les PME au Maroc, ce qui m’a poussé à choisir comme problématique de mon projet de fin d’études : La difficulté des PME au Maroc : une alerte à défaillance.