LES FONDATIONLES FONDATION
Réaliser par :Réaliser par : -- ELEL--HDIRI OussamaHDIRI Oussama
-- ALILOU JamalALILOU Jamal
11...
PLANPLAN
 DéfinitionDéfinition
CHOISIR UN TYPE DE FONDATIONADAPTECHOISIR UN TYPE DE FONDATIONADAPTE
TYPES DES FONDAT...
DéfinitionDéfinition
 Les fondations d’un ouvrage sont les éléments assurant la
transmission des efforts de cette structu...
CHOISIR UNTYPE DE FONDATION ADAPTE
En fonction de tous les critères définis précédemment il convient de
choisir le mode de...
Exemples :
 Largeur semelle = 1,20 m Profondeur de fouille = 2,40 m.
Soit D = 2,4 m & B = 1,2 m graphique La fondation es...
TYPES DES FONDATIONTYPES DES FONDATION
 Fondation superficielle:
Les semelles isoléesLes semelles isolées..
Les semelles ...
 Les semelles filantes ou continu.
Les semelles filantes sont les fondations des voiles.
La hauteur H est définie comme p...
 Dimensionnement des fondations superficielles.
 La surface de la semelle doit être suffisante pour répartir sur le sol,...
 NuNu représente l’effort ultime apporter par l’ouvrage,
 qq représente la contrainte (capacité portante) du sol.
La v...
 Le radier :Le radier :
système de fondation constitué d’une dalle épaisse en béton
armé, réalisé sous l’ensemble de la ...
Radier plan épaisRadier plan épais
 C’est une dalle d’épaisseur constante <0,30 m, coffrée sur son
pourtour, fortement ar...
Radier plan nervuréRadier plan nervuré
 C’est une dalle mince renforcée par des nervures et des poutres
espacées de 2,50 ...
Tassement des fondations.Tassement des fondations.
 On distingue deux types de tassements : On distingue deux types de t...
Liaisons des fondations.Liaisons des fondations.
 Les massifs de fondations peuvent être isolés ou reliés entre eux pour
...
o Joint de rupture :
Lorsque des tassements sont à craindre, les fondations doivent être
fractionnées (voir cas 1).
o Join...
REALISATION DE FONDATIONS SUPERFICIELLESREALISATION DE FONDATIONS SUPERFICIELLES
Béton de propreté
 C’est un béton maigre...
Mise en place du ferraillageMise en place du ferraillage
 Afin de respecter l’enrobage, les armatures sont positionnées s...
Conclusion :
 Les aciers principaux porteurs sont placés dans les sens de
la largeur de la semelle Les aciers placés dans...
Remarque:
 GLACIS :
Dans le cas de fondations très larges (à partir de 1,50 m ou 2,00
m), on peut réaliser un glacis pour...
 SEMELLE EXCENTREE.
Dans le cas de bâtiment construit contre un bâtiment existant, on ne
peut pas créer de semelle symétr...
FONDATIONS PROFONDESFONDATIONS PROFONDES
 Définition:
il s’agit d’élément d’élancement généralement supérieur à 5 ou 6 (r...
Définitions d’un pieuDéfinitions d’un pieu
 Un pieu est une fondation élancée qui reporte les charges
de la structure sur...
 Le pieu :Le pieu :
un fondation spéciale constituée d’un élément de grande
longueur, de forme généralement cylindrique,...
Méthode de mise en œuvre
 Le puits :Le puits :
fondation profonde (jusqu’à 6 mètres environ) de forme
parallélépipédique ou cylindrique, de 1 mèt...
Fondation..
Fondation..
Fondation..
Fondation..
Fondation..
Fondation..
Fondation..
Fondation..
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Fondation..

13 544 vues

Publié le

cours de 1er annee batiment en bts

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
12 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
13 544
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
925
Commentaires
0
J’aime
12
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fondation..

  1. 1. LES FONDATIONLES FONDATION Réaliser par :Réaliser par : -- ELEL--HDIRI OussamaHDIRI Oussama -- ALILOU JamalALILOU Jamal 11erer année bâtiment BTSannée bâtiment BTS
  2. 2. PLANPLAN  DéfinitionDéfinition CHOISIR UN TYPE DE FONDATIONADAPTECHOISIR UN TYPE DE FONDATIONADAPTE TYPES DES FONDATIONTYPES DES FONDATION TASSEMENT DES FONDATIONS.TASSEMENT DES FONDATIONS. LES JOINTLES JOINT LIAISONS DES FONDATIONS.LIAISONS DES FONDATIONS. FONDATIONS PROFONDESFONDATIONS PROFONDES  DéfinitionDéfinition CHOISIR UN TYPE DE FONDATIONADAPTECHOISIR UN TYPE DE FONDATIONADAPTE TYPES DES FONDATIONTYPES DES FONDATION TASSEMENT DES FONDATIONS.TASSEMENT DES FONDATIONS. LES JOINTLES JOINT LIAISONS DES FONDATIONS.LIAISONS DES FONDATIONS. FONDATIONS PROFONDESFONDATIONS PROFONDES  DéfinitionDéfinition CHOISIR UN TYPE DE FONDATIONADAPTECHOISIR UN TYPE DE FONDATIONADAPTE TYPES DES FONDATIONTYPES DES FONDATION TASSEMENT DES FONDATIONS.TASSEMENT DES FONDATIONS. LES JOINTLES JOINT LIAISONS DES FONDATIONS.LIAISONS DES FONDATIONS. FONDATIONS PROFONDESFONDATIONS PROFONDES  DéfinitionDéfinition CHOISIR UN TYPE DE FONDATIONADAPTECHOISIR UN TYPE DE FONDATIONADAPTE TYPES DES FONDATIONTYPES DES FONDATION TASSEMENT DES FONDATIONS.TASSEMENT DES FONDATIONS. LES JOINTLES JOINT LIAISONS DES FONDATIONS.LIAISONS DES FONDATIONS. FONDATIONS PROFONDESFONDATIONS PROFONDES
  3. 3. DéfinitionDéfinition  Les fondations d’un ouvrage sont les éléments assurant la transmission des efforts de cette structure sur le sol. Les fondations reportent les charges permanentes G (poids propres) et les charges d’exploitation Q à un niveau convenable et les répartissent sur une couche de terrain plus ou moins étendue et de résistance adéquate en assurant la stabilité et la sécurité de la fondation. Les critères influant le choix d’une fondations sont donc :  - La qualité du sol.  - Les charges amenées par la construction.  - Le coût d’exécution. DéfinitionDéfinition  Les fondations d’un ouvrage sont les éléments assurant la transmission des efforts de cette structure sur le sol. Les fondations reportent les charges permanentes G (poids propres) et les charges d’exploitation Q à un niveau convenable et les répartissent sur une couche de terrain plus ou moins étendue et de résistance adéquate en assurant la stabilité et la sécurité de la fondation. Les critères influant le choix d’une fondations sont donc :  - La qualité du sol.  - Les charges amenées par la construction.  - Le coût d’exécution. DéfinitionDéfinition  Les fondations d’un ouvrage sont les éléments assurant la transmission des efforts de cette structure sur le sol. Les fondations reportent les charges permanentes G (poids propres) et les charges d’exploitation Q à un niveau convenable et les répartissent sur une couche de terrain plus ou moins étendue et de résistance adéquate en assurant la stabilité et la sécurité de la fondation. Les critères influant le choix d’une fondations sont donc :  - La qualité du sol.  - Les charges amenées par la construction.  - Le coût d’exécution. DéfinitionDéfinition  Les fondations d’un ouvrage sont les éléments assurant la transmission des efforts de cette structure sur le sol. Les fondations reportent les charges permanentes G (poids propres) et les charges d’exploitation Q à un niveau convenable et les répartissent sur une couche de terrain plus ou moins étendue et de résistance adéquate en assurant la stabilité et la sécurité de la fondation. Les critères influant le choix d’une fondations sont donc :  - La qualité du sol.  - Les charges amenées par la construction.  - Le coût d’exécution.
  4. 4. CHOISIR UNTYPE DE FONDATION ADAPTE En fonction de tous les critères définis précédemment il convient de choisir le mode de fondations le mieux adapté pour limiter les tassements :  FONDATIONS SUPERFICIELLESFONDATIONS SUPERFICIELLES - Rigoles en gros béton. - Semelles en béton armé. - Semelles en béton armé rigidifiées par des longrines. - Radier.  FONDATIONS PROFONDESFONDATIONS PROFONDES - Puits. - Pieux.  La distinction entre fondations superficielles et profondes se fait selon la valeur du rapport de la hauteur du sol d’assise D sur la largeur de la fondation B. CHOISIR UNTYPE DE FONDATION ADAPTE En fonction de tous les critères définis précédemment il convient de choisir le mode de fondations le mieux adapté pour limiter les tassements :  FONDATIONS SUPERFICIELLESFONDATIONS SUPERFICIELLES - Rigoles en gros béton. - Semelles en béton armé. - Semelles en béton armé rigidifiées par des longrines. - Radier.  FONDATIONS PROFONDESFONDATIONS PROFONDES - Puits. - Pieux.  La distinction entre fondations superficielles et profondes se fait selon la valeur du rapport de la hauteur du sol d’assise D sur la largeur de la fondation B. CHOISIR UNTYPE DE FONDATION ADAPTE En fonction de tous les critères définis précédemment il convient de choisir le mode de fondations le mieux adapté pour limiter les tassements :  FONDATIONS SUPERFICIELLESFONDATIONS SUPERFICIELLES - Rigoles en gros béton. - Semelles en béton armé. - Semelles en béton armé rigidifiées par des longrines. - Radier.  FONDATIONS PROFONDESFONDATIONS PROFONDES - Puits. - Pieux.  La distinction entre fondations superficielles et profondes se fait selon la valeur du rapport de la hauteur du sol d’assise D sur la largeur de la fondation B. CHOISIR UNTYPE DE FONDATION ADAPTE En fonction de tous les critères définis précédemment il convient de choisir le mode de fondations le mieux adapté pour limiter les tassements :  FONDATIONS SUPERFICIELLESFONDATIONS SUPERFICIELLES - Rigoles en gros béton. - Semelles en béton armé. - Semelles en béton armé rigidifiées par des longrines. - Radier.  FONDATIONS PROFONDESFONDATIONS PROFONDES - Puits. - Pieux.  La distinction entre fondations superficielles et profondes se fait selon la valeur du rapport de la hauteur du sol d’assise D sur la largeur de la fondation B.
  5. 5. Exemples :  Largeur semelle = 1,20 m Profondeur de fouille = 2,40 m. Soit D = 2,4 m & B = 1,2 m graphique La fondation est dite superficielle  Diamètre fondation = Ø 0,90 m Profondeur de fouille = 5,00 m Soit D = 5 m & B = 0.9 m graphique La fondation est dite profonde Exemples :  Largeur semelle = 1,20 m Profondeur de fouille = 2,40 m. Soit D = 2,4 m & B = 1,2 m graphique La fondation est dite superficielle  Diamètre fondation = Ø 0,90 m Profondeur de fouille = 5,00 m Soit D = 5 m & B = 0.9 m graphique La fondation est dite profonde Exemples :  Largeur semelle = 1,20 m Profondeur de fouille = 2,40 m. Soit D = 2,4 m & B = 1,2 m graphique La fondation est dite superficielle  Diamètre fondation = Ø 0,90 m Profondeur de fouille = 5,00 m Soit D = 5 m & B = 0.9 m graphique La fondation est dite profonde Exemples :  Largeur semelle = 1,20 m Profondeur de fouille = 2,40 m. Soit D = 2,4 m & B = 1,2 m graphique La fondation est dite superficielle  Diamètre fondation = Ø 0,90 m Profondeur de fouille = 5,00 m Soit D = 5 m & B = 0.9 m graphique La fondation est dite profonde
  6. 6. TYPES DES FONDATIONTYPES DES FONDATION  Fondation superficielle: Les semelles isoléesLes semelles isolées.. Les semelles isolées sont les fondations des poteaux. Leurs dimensions de surface sont homothétiques à celles du poteau que la fondation supporte : Semelles rectangulaires. les semelles isolées  Fondation superficielle: Les semelles isoléesLes semelles isolées.. Les semelles isolées sont les fondations des poteaux. Leurs dimensions de surface sont homothétiques à celles du poteau que la fondation supporte : Semelles rectangulaires. les semelles isolées  Fondation superficielle: Les semelles isoléesLes semelles isolées.. Les semelles isolées sont les fondations des poteaux. Leurs dimensions de surface sont homothétiques à celles du poteau que la fondation supporte : Semelles rectangulaires. les semelles isolées  Fondation superficielle: Les semelles isoléesLes semelles isolées.. Les semelles isolées sont les fondations des poteaux. Leurs dimensions de surface sont homothétiques à celles du poteau que la fondation supporte : Semelles rectangulaires. les semelles isolées
  7. 7.  Les semelles filantes ou continu. Les semelles filantes sont les fondations des voiles. La hauteur H est définie comme pour les semelles isolées  Profondeur hors gel des semelles de fondation. Pour éviter que le sol d’assise des semelles ne soit déstructuré par les cycles de gel et de dégel du sol, le niveau d’assise des fondations doit être descendu à un niveau suffisant : profondeur hors gel. Cette profondeur varie selon la zone climatique et l’altitude :  Les semelles filantes ou continu. Les semelles filantes sont les fondations des voiles. La hauteur H est définie comme pour les semelles isolées  Profondeur hors gel des semelles de fondation. Pour éviter que le sol d’assise des semelles ne soit déstructuré par les cycles de gel et de dégel du sol, le niveau d’assise des fondations doit être descendu à un niveau suffisant : profondeur hors gel. Cette profondeur varie selon la zone climatique et l’altitude :  Les semelles filantes ou continu. Les semelles filantes sont les fondations des voiles. La hauteur H est définie comme pour les semelles isolées  Profondeur hors gel des semelles de fondation. Pour éviter que le sol d’assise des semelles ne soit déstructuré par les cycles de gel et de dégel du sol, le niveau d’assise des fondations doit être descendu à un niveau suffisant : profondeur hors gel. Cette profondeur varie selon la zone climatique et l’altitude :  Les semelles filantes ou continu. Les semelles filantes sont les fondations des voiles. La hauteur H est définie comme pour les semelles isolées  Profondeur hors gel des semelles de fondation. Pour éviter que le sol d’assise des semelles ne soit déstructuré par les cycles de gel et de dégel du sol, le niveau d’assise des fondations doit être descendu à un niveau suffisant : profondeur hors gel. Cette profondeur varie selon la zone climatique et l’altitude :
  8. 8.  Dimensionnement des fondations superficielles.  La surface de la semelle doit être suffisante pour répartir sur le sol, les charges apportées par les porteurs verticaux. Répartir une force sur une surface, c’est exercer une pression : pression [Pa] = Force [N]/ Surface [m²] La capacité portante du sol doit être supérieure à la pression exercée par les fondations. La surface S d’une semelle s’exprime : S[mm²] ≥Nu en [N] /q en [MPa]  Dimensionnement des fondations superficielles.  La surface de la semelle doit être suffisante pour répartir sur le sol, les charges apportées par les porteurs verticaux. Répartir une force sur une surface, c’est exercer une pression : pression [Pa] = Force [N]/ Surface [m²] La capacité portante du sol doit être supérieure à la pression exercée par les fondations. La surface S d’une semelle s’exprime : S[mm²] ≥Nu en [N] /q en [MPa]  Dimensionnement des fondations superficielles.  La surface de la semelle doit être suffisante pour répartir sur le sol, les charges apportées par les porteurs verticaux. Répartir une force sur une surface, c’est exercer une pression : pression [Pa] = Force [N]/ Surface [m²] La capacité portante du sol doit être supérieure à la pression exercée par les fondations. La surface S d’une semelle s’exprime : S[mm²] ≥Nu en [N] /q en [MPa]  Dimensionnement des fondations superficielles.  La surface de la semelle doit être suffisante pour répartir sur le sol, les charges apportées par les porteurs verticaux. Répartir une force sur une surface, c’est exercer une pression : pression [Pa] = Force [N]/ Surface [m²] La capacité portante du sol doit être supérieure à la pression exercée par les fondations. La surface S d’une semelle s’exprime : S[mm²] ≥Nu en [N] /q en [MPa]
  9. 9.  NuNu représente l’effort ultime apporter par l’ouvrage,  qq représente la contrainte (capacité portante) du sol. La valeur de qq est identifiée par une campagne de reconnaissance de sol (essais en laboratoire).  NuNu représente l’effort ultime apporter par l’ouvrage,  qq représente la contrainte (capacité portante) du sol. La valeur de qq est identifiée par une campagne de reconnaissance de sol (essais en laboratoire). Nature du sol q-Capacité portant du sol [Mpa] Argile, limons 0,15 à 0.30 Alluvions anciennes, sable, gravier 0.60 à 0.90 craie 0.90 à 1.00  NuNu représente l’effort ultime apporter par l’ouvrage,  qq représente la contrainte (capacité portante) du sol. La valeur de qq est identifiée par une campagne de reconnaissance de sol (essais en laboratoire).  NuNu représente l’effort ultime apporter par l’ouvrage,  qq représente la contrainte (capacité portante) du sol. La valeur de qq est identifiée par une campagne de reconnaissance de sol (essais en laboratoire). craie 0.90 à 1.00 calcaire grossier, roches 1.80 à 4.50
  10. 10.  Le radier :Le radier : système de fondation constitué d’une dalle épaisse en béton armé, réalisé sous l’ensemble de la construction. Ce type d’ouvrage, peu utilisé en maison individuelle, est réservé aux sols instables.  Il est utilisé :Il est utilisé :  Quand la contrainte admissible du sol d’assise est faible, la surface de semelles obtenue est supérieure à la moitié de la surface au sol du bâtiment.  Quand le sol n’est pas homogène et risque de provoquer des tassements différentiels.  Le radier :Le radier : système de fondation constitué d’une dalle épaisse en béton armé, réalisé sous l’ensemble de la construction. Ce type d’ouvrage, peu utilisé en maison individuelle, est réservé aux sols instables.  Il est utilisé :Il est utilisé :  Quand la contrainte admissible du sol d’assise est faible, la surface de semelles obtenue est supérieure à la moitié de la surface au sol du bâtiment.  Quand le sol n’est pas homogène et risque de provoquer des tassements différentiels.  Le radier :Le radier : système de fondation constitué d’une dalle épaisse en béton armé, réalisé sous l’ensemble de la construction. Ce type d’ouvrage, peu utilisé en maison individuelle, est réservé aux sols instables.  Il est utilisé :Il est utilisé :  Quand la contrainte admissible du sol d’assise est faible, la surface de semelles obtenue est supérieure à la moitié de la surface au sol du bâtiment.  Quand le sol n’est pas homogène et risque de provoquer des tassements différentiels.  Le radier :Le radier : système de fondation constitué d’une dalle épaisse en béton armé, réalisé sous l’ensemble de la construction. Ce type d’ouvrage, peu utilisé en maison individuelle, est réservé aux sols instables.  Il est utilisé :Il est utilisé :  Quand la contrainte admissible du sol d’assise est faible, la surface de semelles obtenue est supérieure à la moitié de la surface au sol du bâtiment.  Quand le sol n’est pas homogène et risque de provoquer des tassements différentiels.
  11. 11. Radier plan épaisRadier plan épais  C’est une dalle d’épaisseur constante <0,30 m, coffrée sur son pourtour, fortement armée, mais réservée à de petits bâtiments vu l’importance du béton l’importance du béton qui surcharge la structure.  C’est une dalle d’épaisseur constante <0,30 m, coffrée sur son pourtour, fortement armée, mais réservée à de petits bâtiments vu l’importance du béton l’importance du béton qui surcharge la structure.  C’est une dalle d’épaisseur constante <0,30 m, coffrée sur son pourtour, fortement armée, mais réservée à de petits bâtiments vu l’importance du béton l’importance du béton qui surcharge la structure.  C’est une dalle d’épaisseur constante <0,30 m, coffrée sur son pourtour, fortement armée, mais réservée à de petits bâtiments vu l’importance du béton l’importance du béton qui surcharge la structure.
  12. 12. Radier plan nervuréRadier plan nervuré  C’est une dalle mince renforcée par des nervures et des poutres espacées de 2,50 à 3,50 m, son coffrage et son ferraillage sont compliqués et son coût est important, mais sa faible masse par rapport au précédent le réserve à des bâtiment plus importants.  C’est une dalle mince renforcée par des nervures et des poutres espacées de 2,50 à 3,50 m, son coffrage et son ferraillage sont compliqués et son coût est important, mais sa faible masse par rapport au précédent le réserve à des bâtiment plus importants.  C’est une dalle mince renforcée par des nervures et des poutres espacées de 2,50 à 3,50 m, son coffrage et son ferraillage sont compliqués et son coût est important, mais sa faible masse par rapport au précédent le réserve à des bâtiment plus importants.  C’est une dalle mince renforcée par des nervures et des poutres espacées de 2,50 à 3,50 m, son coffrage et son ferraillage sont compliqués et son coût est important, mais sa faible masse par rapport au précédent le réserve à des bâtiment plus importants.
  13. 13. Tassement des fondations.Tassement des fondations.  On distingue deux types de tassements : On distingue deux types de tassements : On distingue deux types de tassements : On distingue deux types de tassements :
  14. 14. Liaisons des fondations.Liaisons des fondations.  Les massifs de fondations peuvent être isolés ou reliés entre eux pour rigidifier l’ensemble de l’infrastructure (ou pour des raisons mécaniques particulières - semelles excentrées). Ces éléments de liaison sont des longrines. Ce sont des semelles filantes qui peuvent ou non supporter des voiles porteurs.  Les massifs de fondations peuvent être isolés ou reliés entre eux pour rigidifier l’ensemble de l’infrastructure (ou pour des raisons mécaniques particulières - semelles excentrées). Ces éléments de liaison sont des longrines. Ce sont des semelles filantes qui peuvent ou non supporter des voiles porteurs.  Les massifs de fondations peuvent être isolés ou reliés entre eux pour rigidifier l’ensemble de l’infrastructure (ou pour des raisons mécaniques particulières - semelles excentrées). Ces éléments de liaison sont des longrines. Ce sont des semelles filantes qui peuvent ou non supporter des voiles porteurs.  Les massifs de fondations peuvent être isolés ou reliés entre eux pour rigidifier l’ensemble de l’infrastructure (ou pour des raisons mécaniques particulières - semelles excentrées). Ces éléments de liaison sont des longrines. Ce sont des semelles filantes qui peuvent ou non supporter des voiles porteurs.
  15. 15. o Joint de rupture : Lorsque des tassements sont à craindre, les fondations doivent être fractionnées (voir cas 1). o Joint de dilatation : Au droit des joints de dilatation (le joint de dilatation du bâtiment descend jusqu’aux fondations), la semelle n’est pas fractionnée. o Joint de rupture : Lorsque des tassements sont à craindre, les fondations doivent être fractionnées (voir cas 1). o Joint de dilatation : Au droit des joints de dilatation (le joint de dilatation du bâtiment descend jusqu’aux fondations), la semelle n’est pas fractionnée. o Joint de rupture : Lorsque des tassements sont à craindre, les fondations doivent être fractionnées (voir cas 1). o Joint de dilatation : Au droit des joints de dilatation (le joint de dilatation du bâtiment descend jusqu’aux fondations), la semelle n’est pas fractionnée.
  16. 16. REALISATION DE FONDATIONS SUPERFICIELLESREALISATION DE FONDATIONS SUPERFICIELLES Béton de propreté  C’est un béton maigre (dosage minimum de 150 kg/m³ de ciment. Son épaisseur est > 4 cm et sa largeur supérieure, en général, à celle de la semelle. Il n’est jamais coffré. Il peut être remplacer par un film plastique (polyane) en fond de fouille. Béton de propreté  C’est un béton maigre (dosage minimum de 150 kg/m³ de ciment. Son épaisseur est > 4 cm et sa largeur supérieure, en général, à celle de la semelle. Il n’est jamais coffré. Il peut être remplacer par un film plastique (polyane) en fond de fouille. Béton de propreté  C’est un béton maigre (dosage minimum de 150 kg/m³ de ciment. Son épaisseur est > 4 cm et sa largeur supérieure, en général, à celle de la semelle. Il n’est jamais coffré. Il peut être remplacer par un film plastique (polyane) en fond de fouille. Béton de propreté  C’est un béton maigre (dosage minimum de 150 kg/m³ de ciment. Son épaisseur est > 4 cm et sa largeur supérieure, en général, à celle de la semelle. Il n’est jamais coffré. Il peut être remplacer par un film plastique (polyane) en fond de fouille.
  17. 17. Mise en place du ferraillageMise en place du ferraillage  Afin de respecter l’enrobage, les armatures sont positionnées sur le béton de propreté par l’intermédiaire de cales pour armatures (acier en barres) ou de distancier ou écarteurs (treillis soudé).  Coffrage et bétonnageCoffrage et bétonnage La semelle peut être coffrée latéralement ou bien coulée directement dans la fouille, selon ses dimensions et la tenue des terres. Le bétonnage est effectué en 1 seule fois sans reprise de bétonnage. Mise en place du ferraillageMise en place du ferraillage  Afin de respecter l’enrobage, les armatures sont positionnées sur le béton de propreté par l’intermédiaire de cales pour armatures (acier en barres) ou de distancier ou écarteurs (treillis soudé).  Coffrage et bétonnageCoffrage et bétonnage La semelle peut être coffrée latéralement ou bien coulée directement dans la fouille, selon ses dimensions et la tenue des terres. Le bétonnage est effectué en 1 seule fois sans reprise de bétonnage. Mise en place du ferraillageMise en place du ferraillage  Afin de respecter l’enrobage, les armatures sont positionnées sur le béton de propreté par l’intermédiaire de cales pour armatures (acier en barres) ou de distancier ou écarteurs (treillis soudé).  Coffrage et bétonnageCoffrage et bétonnage La semelle peut être coffrée latéralement ou bien coulée directement dans la fouille, selon ses dimensions et la tenue des terres. Le bétonnage est effectué en 1 seule fois sans reprise de bétonnage. Mise en place du ferraillageMise en place du ferraillage  Afin de respecter l’enrobage, les armatures sont positionnées sur le béton de propreté par l’intermédiaire de cales pour armatures (acier en barres) ou de distancier ou écarteurs (treillis soudé).  Coffrage et bétonnageCoffrage et bétonnage La semelle peut être coffrée latéralement ou bien coulée directement dans la fouille, selon ses dimensions et la tenue des terres. Le bétonnage est effectué en 1 seule fois sans reprise de bétonnage.
  18. 18. Conclusion :  Les aciers principaux porteurs sont placés dans les sens de la largeur de la semelle Les aciers placés dans la longueur de la semelle sont les aciers de répartition.Ils servent à maintenir les armatures principales et à réaliser un ceinturage (chaînage) bas de l’ouvrage. Dans le cas d’une semelle isolée les aciers sont porteurs dans les 2 sens.  Les aciers principaux porteurs sont placés dans les sens de la largeur de la semelle Les aciers placés dans la longueur de la semelle sont les aciers de répartition.Ils servent à maintenir les armatures principales et à réaliser un ceinturage (chaînage) bas de l’ouvrage. Dans le cas d’une semelle isolée les aciers sont porteurs dans les 2 sens.  Les aciers principaux porteurs sont placés dans les sens de la largeur de la semelle Les aciers placés dans la longueur de la semelle sont les aciers de répartition.Ils servent à maintenir les armatures principales et à réaliser un ceinturage (chaînage) bas de l’ouvrage. Dans le cas d’une semelle isolée les aciers sont porteurs dans les 2 sens.  Les aciers principaux porteurs sont placés dans les sens de la largeur de la semelle Les aciers placés dans la longueur de la semelle sont les aciers de répartition.Ils servent à maintenir les armatures principales et à réaliser un ceinturage (chaînage) bas de l’ouvrage. Dans le cas d’une semelle isolée les aciers sont porteurs dans les 2 sens.
  19. 19. Remarque:  GLACIS : Dans le cas de fondations très larges (à partir de 1,50 m ou 2,00 m), on peut réaliser un glacis pour économiser du béton mais sa mise en œuvre est plus difficile. La hauteur de la semelle aux extrémités est au moins égale à 6 Ø+ 6 cm, Ø étant le diamètre des armatures en cm.  GLACIS : Dans le cas de fondations très larges (à partir de 1,50 m ou 2,00 m), on peut réaliser un glacis pour économiser du béton mais sa mise en œuvre est plus difficile. La hauteur de la semelle aux extrémités est au moins égale à 6 Ø+ 6 cm, Ø étant le diamètre des armatures en cm.  GLACIS : Dans le cas de fondations très larges (à partir de 1,50 m ou 2,00 m), on peut réaliser un glacis pour économiser du béton mais sa mise en œuvre est plus difficile. La hauteur de la semelle aux extrémités est au moins égale à 6 Ø+ 6 cm, Ø étant le diamètre des armatures en cm.  GLACIS : Dans le cas de fondations très larges (à partir de 1,50 m ou 2,00 m), on peut réaliser un glacis pour économiser du béton mais sa mise en œuvre est plus difficile. La hauteur de la semelle aux extrémités est au moins égale à 6 Ø+ 6 cm, Ø étant le diamètre des armatures en cm.
  20. 20.  SEMELLE EXCENTREE. Dans le cas de bâtiment construit contre un bâtiment existant, on ne peut pas créer de semelle symétrique car il est interdit d’empiéter sur le terrain voisin. Cette fondation risque donc de pivoter si on ne prend aucune précaution, d’où la mise en place d’un buton, bloquant cette rotation contre la semelle voisine.  SEMELLE EXCENTREE. Dans le cas de bâtiment construit contre un bâtiment existant, on ne peut pas créer de semelle symétrique car il est interdit d’empiéter sur le terrain voisin. Cette fondation risque donc de pivoter si on ne prend aucune précaution, d’où la mise en place d’un buton, bloquant cette rotation contre la semelle voisine.  SEMELLE EXCENTREE. Dans le cas de bâtiment construit contre un bâtiment existant, on ne peut pas créer de semelle symétrique car il est interdit d’empiéter sur le terrain voisin. Cette fondation risque donc de pivoter si on ne prend aucune précaution, d’où la mise en place d’un buton, bloquant cette rotation contre la semelle voisine.  SEMELLE EXCENTREE. Dans le cas de bâtiment construit contre un bâtiment existant, on ne peut pas créer de semelle symétrique car il est interdit d’empiéter sur le terrain voisin. Cette fondation risque donc de pivoter si on ne prend aucune précaution, d’où la mise en place d’un buton, bloquant cette rotation contre la semelle voisine.
  21. 21. FONDATIONS PROFONDESFONDATIONS PROFONDES  Définition: il s’agit d’élément d’élancement généralement supérieur à 5 ou 6 (rapport de la longueur utile à la largeur de l’élément ).voir la figure. la fondation profonde et caractérisée par la manière dont le sol est sollicite pour résister aux charges appliquées : -résistance en pointe -par frottement latérale H longueur de fondation enterrée dans le sol. D largeur de fondation ou diamètre.  Définition: il s’agit d’élément d’élancement généralement supérieur à 5 ou 6 (rapport de la longueur utile à la largeur de l’élément ).voir la figure. la fondation profonde et caractérisée par la manière dont le sol est sollicite pour résister aux charges appliquées : -résistance en pointe -par frottement latérale H longueur de fondation enterrée dans le sol. D largeur de fondation ou diamètre.  Définition: il s’agit d’élément d’élancement généralement supérieur à 5 ou 6 (rapport de la longueur utile à la largeur de l’élément ).voir la figure. la fondation profonde et caractérisée par la manière dont le sol est sollicite pour résister aux charges appliquées : -résistance en pointe -par frottement latérale H longueur de fondation enterrée dans le sol. D largeur de fondation ou diamètre.  Définition: il s’agit d’élément d’élancement généralement supérieur à 5 ou 6 (rapport de la longueur utile à la largeur de l’élément ).voir la figure. la fondation profonde et caractérisée par la manière dont le sol est sollicite pour résister aux charges appliquées : -résistance en pointe -par frottement latérale H longueur de fondation enterrée dans le sol. D largeur de fondation ou diamètre.
  22. 22. Définitions d’un pieuDéfinitions d’un pieu  Un pieu est une fondation élancée qui reporte les charges de la structure sur des couches de terrain de caractéristiques mécaniques suffisantes pour éviter la rupture du sol et limiter les déplacements à des valeurs très faibles. Le mot pieu désigne aussi bien les pieux, les puits et les barrettes.  On désigne par pieu, une fondation profonde réalisée mécaniquement et par puits une fondation profonde creusée à la main sous la protection d’un blindage. Une barrette est un pieu foré de section allongée ou composite. Les 3 parties principales d’un pieu sont la tête, la pointe, et le fût compris entre la tête et la pointe.  Un pieu est une fondation élancée qui reporte les charges de la structure sur des couches de terrain de caractéristiques mécaniques suffisantes pour éviter la rupture du sol et limiter les déplacements à des valeurs très faibles. Le mot pieu désigne aussi bien les pieux, les puits et les barrettes.  On désigne par pieu, une fondation profonde réalisée mécaniquement et par puits une fondation profonde creusée à la main sous la protection d’un blindage. Une barrette est un pieu foré de section allongée ou composite. Les 3 parties principales d’un pieu sont la tête, la pointe, et le fût compris entre la tête et la pointe.  Un pieu est une fondation élancée qui reporte les charges de la structure sur des couches de terrain de caractéristiques mécaniques suffisantes pour éviter la rupture du sol et limiter les déplacements à des valeurs très faibles. Le mot pieu désigne aussi bien les pieux, les puits et les barrettes.  On désigne par pieu, une fondation profonde réalisée mécaniquement et par puits une fondation profonde creusée à la main sous la protection d’un blindage. Une barrette est un pieu foré de section allongée ou composite. Les 3 parties principales d’un pieu sont la tête, la pointe, et le fût compris entre la tête et la pointe.  Un pieu est une fondation élancée qui reporte les charges de la structure sur des couches de terrain de caractéristiques mécaniques suffisantes pour éviter la rupture du sol et limiter les déplacements à des valeurs très faibles. Le mot pieu désigne aussi bien les pieux, les puits et les barrettes.  On désigne par pieu, une fondation profonde réalisée mécaniquement et par puits une fondation profonde creusée à la main sous la protection d’un blindage. Une barrette est un pieu foré de section allongée ou composite. Les 3 parties principales d’un pieu sont la tête, la pointe, et le fût compris entre la tête et la pointe.
  23. 23.  Le pieu :Le pieu : un fondation spéciale constituée d’un élément de grande longueur, de forme généralement cylindrique, en métal ou en béton. On distingue deux principaux types de pieux : le pieu battu (pièce préfabriquée en béton enfoncée verticalement dans le sol) et le pieu foré et moulé (après forage à l’aide d’un tube métallique spécial, l’excavation est remplie de béton frais). Les pieux sont essentiellement réservés aux bâtiments à plusieurs niveaux édifiés sur des sols très peu résistants.  Le pieu :Le pieu : un fondation spéciale constituée d’un élément de grande longueur, de forme généralement cylindrique, en métal ou en béton. On distingue deux principaux types de pieux : le pieu battu (pièce préfabriquée en béton enfoncée verticalement dans le sol) et le pieu foré et moulé (après forage à l’aide d’un tube métallique spécial, l’excavation est remplie de béton frais). Les pieux sont essentiellement réservés aux bâtiments à plusieurs niveaux édifiés sur des sols très peu résistants.  Le pieu :Le pieu : un fondation spéciale constituée d’un élément de grande longueur, de forme généralement cylindrique, en métal ou en béton. On distingue deux principaux types de pieux : le pieu battu (pièce préfabriquée en béton enfoncée verticalement dans le sol) et le pieu foré et moulé (après forage à l’aide d’un tube métallique spécial, l’excavation est remplie de béton frais). Les pieux sont essentiellement réservés aux bâtiments à plusieurs niveaux édifiés sur des sols très peu résistants.  Le pieu :Le pieu : un fondation spéciale constituée d’un élément de grande longueur, de forme généralement cylindrique, en métal ou en béton. On distingue deux principaux types de pieux : le pieu battu (pièce préfabriquée en béton enfoncée verticalement dans le sol) et le pieu foré et moulé (après forage à l’aide d’un tube métallique spécial, l’excavation est remplie de béton frais). Les pieux sont essentiellement réservés aux bâtiments à plusieurs niveaux édifiés sur des sols très peu résistants.
  24. 24. Méthode de mise en œuvre
  25. 25.  Le puits :Le puits : fondation profonde (jusqu’à 6 mètres environ) de forme parallélépipédique ou cylindrique, de 1 mètre de diamètre environ, généralement en gros béton, employée lorsque le sol résistant est loin de la surface.  Le puits :Le puits : fondation profonde (jusqu’à 6 mètres environ) de forme parallélépipédique ou cylindrique, de 1 mètre de diamètre environ, généralement en gros béton, employée lorsque le sol résistant est loin de la surface.  Le puits :Le puits : fondation profonde (jusqu’à 6 mètres environ) de forme parallélépipédique ou cylindrique, de 1 mètre de diamètre environ, généralement en gros béton, employée lorsque le sol résistant est loin de la surface.  Le puits :Le puits : fondation profonde (jusqu’à 6 mètres environ) de forme parallélépipédique ou cylindrique, de 1 mètre de diamètre environ, généralement en gros béton, employée lorsque le sol résistant est loin de la surface.

×