MINISTÈRE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE,
DE L’EDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

LIVRET REFERENTIEL DE FORMATION
D...
INTRODUCTION
En préservant l’architecture des diplômes du sport et de l’animation le ministère des sports, de la
jeunesse,...
REMERCIEMENTS
L’équipe qui a élaboré le Certificat de Spécialisation « Environnement numérique et
Réseaux » et le présent ...
SOMMAIRE

I - Données générales et institutionnelles

5

II – Un Certificat de spécialisation complémentaire aux diplômes ...
I - Données générales et institutionnelles
La formation du public à l'usage des technologies numériques de l'information e...
II – Un Certificat de spécialisation complémentaire aux diplômes des
champs de l’animation socio culturelle et de l'éducat...
vidéos, sons, diaporamas, animations, quizz, cours, FAQ, etc.),
 collaborer et échanger (forums, wikis, blogs, etc.)
 re...
III - Référentiel professionnel
"Environnement Numérique et Réseaux"

des

tâches

et

activités

du

CS

Ce référentiel p...
 Il sait classer et vérifier les ressources multimédias en rapport avec sa mission
pédagogique;


Il propose des support...
IV- Principes méthodologiques de la formation
Les méthodes actives de formation professionnelle et l’individualisation des...
A partir des référentiels professionnels et de certification, les formateurs définissent le plan de
formation et les conte...
Il comprend :
- une phase de présentation de la formation (compétences visées, organisation pédagogique d’une
formation en...
V - La formation

Cette partie rappelle les compétences visées, présente les principes organisateurs de la
formation et un...
3- Contenus de formation

A partir d’un travail sur le cahier des charges associé au développement d’un environnement
numé...
-

initier ou perfectionner les stagiaires à l’utilisation de logiciels et/ou de solutions
numériques

-

de l’accompagnem...
A – Parcours de formation en OF et en entreprise.

Positionnement des stagiaires et construction du parcours de formation
...
-

Construction de la boite à outil numérique de l’animateur et de l’éducateur:
o production et diffusion de ressources vi...
B – Dispositifs FOAD : quelques conseils et spécifications…
1 - Contenus
Les contenus de formations sont identiques mais l...


aider le stagiaire à s’organiser et à prendre en charge son parcours de formation. Une des
problématiques de la formati...
4 - Exemple de séquence 1 « Concevoir un environnement numérique » en mode FOAD
Les temps de formation en FOAD corresponde...
- d’un travail d’exploration sur internet à partager
- d’interviews ou des témoignages. (Images, son, vidéo, cours…)
- pro...
Activité 4 : La notion d’identité numérique (travail qui peut être intégré à l’activité 2)


Recherche documentaires + mi...
VI - le tutorat et le rôle du tuteur
Il s’agit de construire un projet de formation global et négocié entre les différents...
Le rôle du tuteur peut-être défini comme suit :


Il met en relation les contenus de formation en centre et les situation...
VII - Le dispositif d’habilitation
Constitution du dossier d’habilitation
L’habilitation est la procédure qui vise à autor...
Ces agents de l’Etat peuvent pour cela demander des précisions ou faire modifier des propositions
qui ne seraient pas conf...
VIII - La certification
1 - REFERENTIEL DE CERTIFICATION
(Annexe de l'arrêté du 15 octobre 2012 BOJSVA N°9 de octobre 2012...
La certification se fera :
-

Pour moitié par l’évaluation continue mise en place tout au long de la formation.
Cela impli...
validation d'UC formulées conformément au référentiel de certification du CS
Environnement numérique et réseaux qui compor...
La validation est effectuée par le jury du CS Environnement numérique et réseaux dont la
composition garantit la présence ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Livret référentiel CS environnement numérique & reseaux

1 124 vues

Publié le

Document de présentation du Certificat de Spécialisation Environnement Numérique et Réseaux pour les diplomes jeunesse et sport

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 124
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
535
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Livret référentiel CS environnement numérique & reseaux

  1. 1. MINISTÈRE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE, DE L’EDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE LIVRET REFERENTIEL DE FORMATION DU CERTIFICAT DE SPECIALISATION ENVIRONNEMENT NUMERIQUE ET RESEAUX Octobre 2013 1
  2. 2. INTRODUCTION En préservant l’architecture des diplômes du sport et de l’animation le ministère des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative a impulsé une stratégie intégrant l’environnement numérique et les réseaux dans un certificat de spécialisation rattaché à tous les diplômes des champs de l’animation et du sport. L’usage des environnements numériques est devenu incontournable dans le fonctionnement quotidien des structures de ces champs faisant émerger le besoin de nouvelles compétences. Il est apparu opportun de proposer les compléments de formation utiles aux professionnels pour accompagner le développement des structures de l’animation et du sport (associations, clubs, entreprises, établissements…) et également pour communiquer et collaborer avec, et entre, les membres, valoriser leurs actions auprès du public, organiser des espaces de travail collaboratif, former leurs cadres par exemple. La mise en œuvre du certificat de spécialisation « environnement numérique et réseaux » s’accompagne de ce livret référentiel de formation qui intègre les éléments des textes de référence et propose des présentations techniques et pédagogiques. Il a vocation de permettre à chaque équipe pédagogique d’élaborer son projet de formation en prenant en compte les spécificités territoriales, celles des publics concernés et les compétences professionnelles à acquérir par les futurs diplômés et d’aider les services du ministère en charge des sports et de la jeunesse à l’agrément des formations. Ce document a donc été conçu pour permettre une articulation de ce C.S. à tous les niveaux de diplômes. Il prend de ce fait, un caractère novateur. Il offre une souplesse dans son utilisation permettant son adaptation aux évolutions des contextes et des secteurs professionnels. Il pourra aussi bien compléter un diplôme en formation initiale qu’en temps que formation continue qualifiante. Que chacun, formateur ou employeur, appartenant à un organisme privé ou public, service d’Etat en charge de l’habilitation, trouve dans ce livret référentiel les repères et les références qui lui permettront de construire ou valider des cursus adaptés aux besoins des publics dans le respect des principes qui fondent la formation professionnelle. Vianney SEVAISTRE Sous direction de l’emploi et des formations Direction des sports 2
  3. 3. REMERCIEMENTS L’équipe qui a élaboré le Certificat de Spécialisation « Environnement numérique et Réseaux » et le présent livret comprend : - Ascensio GARCIA, Inspecteur Coordonnateur Technique d'Information et de Communication; - Claude RIGOUSTE, Conseiller Technique et Pédagogique Supérieur JEP au CREPS de Toulouse – Midi-Pyrénées; - Olivier LEROUGE, Professeur de Sport à L'Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques (ENVSN) située à St Pierre Quiberon. Animée par Joëlle GELLERT, DSC1 au ministère des Sports, de la Jeunesse, de l'Education Populaire et de la Vie Associative Qu’ils soient vivement remerciés ainsi que toutes les personnes qu’ils ont associées à leurs travaux. 3
  4. 4. SOMMAIRE I - Données générales et institutionnelles 5 II – Un Certificat de spécialisation complémentaire aux diplômes des champs de l’animation socio culturelle et de l’éducation sportive 6 1 - Les besoins de formation en Techniques d'Information et de Communication 2 - But de ce certificat de spécialisation 3 - Définition de l’environnement numérique 4 - Les enjeux de ce certificat 5 - Les intérêts pour la structure 6 - La place du CS dans les filières de diplômes III 9 - Référentiel professionnel des tâches et activités du CS "Environnement Numérique et Réseaux" 1 - Utiliser des environnements numériques et les adapter au projet de l’activité ou de la structure 2 - Appréhender, en tant qu'acteur éducatif, la notion d'identité numérique 3 - Exploiter les ressources de l'internet et des réseaux sociaux dans le cadre de ses missions éducatives 4 - Constituer une boite à outils numériques adaptés au projet de la structure IV – Principes méthodologiques de la formation 10 1 - L’alternance 2- La formation 3 - Le parcours individualisé 4- L’entrée en formation – le positionnement V – La formation 13 1 - Compétences visées 2 - Principes organisationnels de la formation 3 - Contenus de la formation 4 - Durée de la formation 5 - Exemples de ruban pédagogique A - Parcours de formation en OF et en entreprise : Séquences 1 à 6 et Validation B - Dispositifs FOAD : quelques conseils et spécifications 1 - Contenus 2 - Démarches pédagogiques dans un dispositif FOAD 3 - Quels types d’activités d’apprentissage proposer ? 4 - Exemple de séquence 1 « Concevoir un environnement numérique » en mode FOAD C - Evaluation – Validation – Certification VI –Le tutorat et le rôle du tuteur 23 VII - Le dispositif d’habilitation 25 VIII - La certification 27 1 - Référentiel de certification (Annexe de l’Arrêté du CS) 2 - Modalités de certification 3 - Par la voie de la VAE 4
  5. 5. I - Données générales et institutionnelles La formation du public à l'usage des technologies numériques de l'information et de la communication a fait l'objet de plusieurs programmes nationaux et territoriaux ces 20 dernières années : le plan informatique pour tous (1985), le plan d'action gouvernementale pour la société de l'information (1998) souvent décliné dans les régions en PARSI, le programme national très haut débit (2010), etc. Dans un premier temps ces plans ou programmes ont surtout visé à favoriser l'accès matériel à la technologie informatique et numérique : mise à disposition d'ordinateurs, développement du haut débit, création de lieux d'accès gratuit à l'internet ("points cyb" du réseau "information jeunesse" par exemple). Les formations, mises en place pour les animateurs et les formateurs, tel le Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l'Education Populaire et du Sport, spécialité Technique d'Information et de Communication, ont contribué à la traduction en compétences attendues. A l'heure où nous écrivons ce texte les choses ont évolué. La maîtrise de base des matériels n'est plus un besoin prépondérant même si l'adaptation aux outils nés du développement de la portabilité n'est pas toujours évidente pour tous les publics. La diffusion de matériel, la simplification d'utilisation de nombre de logiciels, la baisse des coûts, la démocratisation de l’internet haut débit dans les foyers et sa présence indispensable dans la sphère professionnelle font émerger toujours plus d’usages, stimulés par une offre en débit croissante. Selon le CREDOC, en 2009, trois Français sur quatre avaient un ordinateur à domicile et deux foyers sur trois avaient une connexion internet haut-débit. Davantage encore aujourd’hui et dans une logique de développement durable. Les inégalités d’accès aux technologies de l’information et de la communication (TIC) entre catégories socioprofessionnelles diminuent régulièrement. Il ne faut cependant pas ignorer que, comme dans d'autres domaines, des publics en difficulté puissent avoir du mal à y accéder. L’environnement numérique et les réseaux, lorsqu’ils sont mis en œuvre au sein des sportives et de l’animation socio éducative et culturelle, peuvent contribuer à l’appropriation par citoyen des savoirs, développer son autonomie, son pouvoir et son libre arbitre, et l’accompagnement de la transformation sociale. C’est bien là une démarche dite d’éducation qu’elles peuvent mettre en œuvre par l’intégration des outils numériques. structures l’individu favoriser populaire Il est désormais nécessaire et important d'orienter la formation dans une perspective de meilleure pratique des usages des outils numériques et des matériels. Par exemple la question de l'adaptation aux outils trouve souvent ses réponses sur internet à travers les modes d'emplois en ligne et les multiples forums mais il est important d'en être un utilisateur critique et responsable.. 5
  6. 6. II – Un Certificat de spécialisation complémentaire aux diplômes des champs de l’animation socio culturelle et de l'éducation sportive. 1 - Les besoins de formation en Techniques d'Information et de Communication. On constate, chez les diplômés BPJEPS (hors TIC), DEJEPS et DESJEPS, une demande de formation complémentaire dans le domaine des outils numériques et des réseaux. En effet les titulaires de ces diplômes, tant du champ sport que de celui de l'animation socio éducative ou culturelle, sont souvent démunis face à trois demandes : - l'usage des TIC comme outils pédagogiques et techniques; - la responsabilité des sites (d'association, de structures,…); - l'usage des réseaux sociaux la prévention des risques internes. Dans ces 3 domaines les connaissances sont souvent partielles, empiriques ou autodidactes, parfois déconnectées avec les usages professionnels. Si elles ont été abordées dans des formations, cela n'a souvent été que de manière rapide et peu approfondie. Il ne s'agit pas de former des techniciens mais bien des professionnels qui, dans les métiers du champ du sport et de l'animation socio éducative ou culturelle, qui dans leurs fonctions, maîtrisent les outils numériques et en réseaux dans les champs indiqués. 2 - Le but de ce certificat de spécialisation Ce CS vise à permettre aux animateurs, éducateurs, formateurs et entraîneurs de développer leur compétence professionnelle au service de la place et de l'usage de leur structure de travail en matière d'environnement numérique et de réseaux. Parmi les contenus de ce CS ont peut évoquer : - Le contexte législatif et réglementaire de la communication à travers les réseaux numériques qui doit aussi être connu des personnels à qui est destiné ce CS (Loi relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information DADVSI – 2006, Loi pour la confiance dans l'économie numérique - 2004, …etc.) - les services en ligne, la visioconférence, E-learning, le télé-enseignement qui contribuent également à une profonde modification des métiers et ne peuvent être ignorés. - la connaissance et la mise en œuvre de démarches citoyennes et éco-responsables dans ce domaine, en lien avec la "net étiquette" (charte de comportement social volontaire sur Internet), sont également nécessaires. 3 - La définition de l’environnement numérique Par environnement numérique, il faut comprendre ici un outil, ou un ensemble d’outils numériques qui constitue un point d'entrée pour accéder aux supports d'information d’une structure. C’est un dispositif global fournissant à un usager un point d'accès, à travers les réseaux, à l'ensemble des ressources et des services numériques en rapport avec son activité. En respect avec les réglementations, un environnement numérique de travail est une plateforme collaborative respectant un cahier des charges réalisé par l'équipe d'administration et d'animation. Il doit permettre de :  mettre à disposition des ressources multimédias référencées de différents types (documents, 6
  7. 7. vidéos, sons, diaporamas, animations, quizz, cours, FAQ, etc.),  collaborer et échanger (forums, wikis, blogs, etc.)  recueillir et diffuser de l’information (réseaux sociaux, notifications, liste de diffusion, etc.) 4 - Les enjeux de ce certificat Ce CS vise à former des acteurs capables de créer une dynamique visant à développer l’usage d’internet dans les processus d’encadrement. éducatif. Il offre aux structures employeuses une ressource professionnelle, une reconnaissance et une légitimité à exploiter les TIC. Le titulaire de ce CS développe une approche transversale visant à la création de lien entre la structure et les usagers. Il contribue à la construction et au développement d’un projet numérique adapté. 5 - Les intérêts pour la structure Pour la structure, ce CS permet de devenir plus performant dans son utilisation des outils numérique pour :  Offrir des prestations complémentaires aux usagers;  Mieux faire connaitre son activité (développement de l’identité numérique);  Optimiser sa communication interne et externe;  Gagner en qualité et en efficience en utilisant les opportunités offertes par internet. Cela a pour conséquence d’ouvrir de nouvelles perspectives de développement d’activité et d’organisation pour la structure. Ce CS prend en compte les rôles respectifs des acteurs privés, publics ou associatifs qui sont en évolution constante. Les enjeux que cette certification propose sont d'actualité et supposent en amont des outils de mesure et d'évaluation adaptés à chaque structure dans laquelle travaillent les éducateurs sportifs ou les animateurs. 6 – La place du CS dans les filières de diplômes Ce CS est complémentaire et, transversalement, rattaché à tous les diplômes du champ de l’animation et du sport, du niveau IV au niveau II. Il participe de la construction d’une culture commune dans l’utilisation des environnements numériques et des réseaux au sein des structures de ce champ. Il convient de souligner que ce CS constitue une approche transversale, c'est-à-dire qu’il repose sur la mise en lien des uns avec les autres. 7
  8. 8. III - Référentiel professionnel "Environnement Numérique et Réseaux" des tâches et activités du CS Ce référentiel professionnel sera évoqué tout au long de ce livret. Tout comme le référentiel de compétences décrit dans l’Arrêté du 15ocotbre 2012 portant création du certificat de spécialisation « environnement numérique et réseaux » associé aux spécialités et mentions du brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport, du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport et du diplôme d'Etat supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire dont il est issu. C’est le référentiel de Compétences qui servira de référentiel de certification. (cf. partie VIII). On constatera que si le CS est organisé en 3 unités de certification, ce référentiel professionnel est lui ordonné en 4 types de compétences attendues de savoirs, savoir-faire et savoir- être. en fonction des compétences de référence. 1 - Utiliser des environnements numériques et les adapter au projet de l’activité ou de la structure  Il identifie les besoins de la structure en environnement numérique;  Il établit un cahier des charges clarifiant les objectifs visés par l'environnement numérique;  Il propose et fait valider par sa structure les modalités de création et/ou d'évolution envisagées d'un environnement numérique;  Il anime ou pilote l'environnement numérique;  Il évalue l'impact pour sa structure au regard du cahier des charges en fonction du diplôme de référence; 2) Appréhender, en tant qu'acteur éducatif, la notion d'identité numérique  Il identifie et permet la compréhension des enjeux historiques, sociaux et économiques de l'Internet;  Il participe à la construction et la gestion de l'identité numérique de sa structure;  Il prend en compte les droits et devoirs relatifs à l'usage de l'environnement numérique dont droit d'auteur, droit à l'image et licence de diffusion;  Il prévient les risques liés à l'usage des environnements numériques; 3) Exploiter les ressources de l'internet et des réseaux sociaux dans le cadre de ses missions éducatives  Il sait trouver les informations en lien avec sa spécialité ou sa mention;  Il conçoit un système de veille personnel et organise un système de veille collectif; 8
  9. 9.  Il sait classer et vérifier les ressources multimédias en rapport avec sa mission pédagogique;  Il propose des supports de diffusion pertinents. 4) Constituer une boite à outils numériques adaptés au projet de la structure (Logiciels, Outils collaboratifs et participatifs).  Il mobilise des outils multimédias, au service d'un projet, dans les champs du sport, de l'animation socio-éducative ou de l'information jeunesse,  Il favorise l'utilisation des outils numériques dans les situations liées à son activité sportive, socio-éducative ou culturelle,  Il met en œuvre des actions permettant au public d'expérimenter l'activité en réseau et les terminaux nomades;  Il évalue les effets induits par l’utilisation de ces outils. 9
  10. 10. IV- Principes méthodologiques de la formation Les méthodes actives de formation professionnelle et l’individualisation des apprentissages ont démontré, dans les champs de l’animation socio culturelle et du sport, leur efficacité. Elles seront systématiquement recherchées comme outils de formation pour la mise en œuvre de ce CS. Complétées par une formation alternant regroupements et mises en situation en entreprise, elles favorisent, dans le même temps, un réel accompagnement de l’évolution des structures vers un environnement numérique adapté. 1 - L’alternance Le cursus de formation respecte le principe de l’alternance sous tutorat pédagogique. Autrement dit la formation se déroule dans plusieurs lieux distincts dont au moins l’organisme de formation et la structure d’accueil du stagiaire. La mise en œuvre d’une pédagogie de l’alternance réclame une liaison très étroite entre l’organisme de formation et ses formateurs avec la structure d’accueil, le tuteur et le stagiaire. Dans ce contexte, la structure d’accueil est, comme le centre de formation, l’un des lieux ressources de la construction de la formation du stagiaire. Il est essentiel de : - mettre en adéquation les contenus de formation entre l’organisme de formation et la structure d’accueil du stagiaire ; - coordonner les actions des différents acteurs de la formation (formateurs et tuteurs) ; - donner des repères aux tuteurs pour qu’ils puissent évaluer les acquis du stagiaire en rapport avec le référentiel du métier ; - prendre en compte dans le ruban pédagogique les allégements et les équivalences pour les rendre pertinents pour les stagiaires. Une information et une formation des tuteurs sur leurs rôles, leurs fonctions et tâches sont indispensables. Elles seront intégrées au projet de formation d’autant plus aisément que les OPCA en prennent en charge le financement. Dans certains cas, en fonction des choix pédagogiques retenus, les tuteurs pourront participer directement à une partie de la formation. Ces tuteurs étant fréquemment eux-mêmes au sein de la structure, ils pourront bénéficier des apprentissages et collaborer au projet du stagiaire. 2 - La formation Avant d’entamer, avec les stagiaires, les contenus de formation, il est indispensable de leur présenter les compétences auxquelles ils se préparent, les pré-requis indispensables, les compétences attendues (référentiel de certification) et les contenus de formation qu’ils vont suivre. 10
  11. 11. A partir des référentiels professionnels et de certification, les formateurs définissent le plan de formation et les contenus prévisionnels de formation afin que le stagiaire puisse développer des compétences dans trois grands champs en interaction dynamique : champ pédagogique, champ technique et sécuritaire et champ relatif à la gestion, l’organisation et la réglementation. Le plan de formation est constitué d’un ensemble de séquences articulées de façon logique et progressive. La séquence de formation s’élabore à partir du référentiel professionnel. Elle se caractérise par un objectif opérationnel ; - des modalités d’acquisition ; - une stratégie d’évaluation formative ; - un volume horaire défini. Le plan de formation comprend entre autres : - les volumes horaires pour chaque séquence de formation ; - la répartition des séquences de formation entre l’organisme de formation et la structure d’accueil ; - la planification de l’évaluation certificative avec le calendrier prévisionnel. 3 - Le parcours individualisé Le dispositif prévoit des parcours de formation individualisés prenant en compte les démarches de positionnement à l’entrée en formation et de validation des acquis de l’expérience. Appliqué au champ de la formation professionnelle pour adulte, le processus d’individualisation suppose : - de valider en amont de la formation, un plan individuel de formation élaboré avec l’équipe des formateurs et s’appuyant sur l’évaluation de départ. Il doit être validé par l’engagement du stagiaire à le respecter (double signature OF et stagiaire) - De mettre en œuvre au cours de la formation, les pratiques favorisant l’autonomie et la responsabilité du formé et, à partir des bilans et validation d’acquis, une définition de l’itinéraire de formation le plus adapté à la personne. 4 - L’entrée en formation – le positionnement Quand le positionnement a eu lieu, le candidat est déjà devenu un stagiaire de la formation. L’objectif du positionnement est d’analyser plus finement sa situation avant son entrée effective en formation de vérifier ses acquis actuels et de les comparer aux compétences requises par le référentiel de certification, pour déterminer le chemin à parcourir. Ce positionnement conduit à l’élaboration d’un parcours individualisé de formation. 11
  12. 12. Il comprend : - une phase de présentation de la formation (compétences visées, organisation pédagogique d’une formation en alternance, unités ou modules de formation et précisions sur les contenus, dispositif de certification et critères d’évaluation etc.) ; - une phase d’identification des compétences déjà acquises par les candidats en vue de l’élaboration d’un plan individuel de formation (P.I.F). Cette phase permet l’appropriation individuelle des contenus et des attendus certificatifs par le stagiaire lui-même. - un entretien qui permettra d’acter et d’identifier les compétences et connaissances mobilisables en ce début de formation. - une phase de validation du Plan de formation. au cours de laquelle l’équipe pédagogique propose éventuellement au stagiaire un renforcement de tout ou partie de la formation. L’équipe pédagogique peut proposer éventuellement au stagiaire une adaptation des modalités de formation. Cette phase permet un ajustement éventuel en amont des contenus de formation par une bonne compréhension du groupe de stagiaires. L’organisme de formation fournit, dès le dépôt de son dossier d’habilitation, les modalités précises de ce positionnement, c’est à dire son organisation et ses outils, la façon de faire pour déterminer les aménagements de la formation, sa durée et les dates du positionnement. Remarque : le positionnement n’est pas un bilan de compétences tel que l’institue l’article L900-2 du code du travail, ni une procédure de validation des acquis de l’expérience (VAE). 12
  13. 13. V - La formation Cette partie rappelle les compétences visées, présente les principes organisateurs de la formation et un exemple de ruban pédagogique. 1 - Compétences visées Pour rappel, le certificat de spécialisation « environnement numérique et réseaux » atteste de la capacité du titulaire à utiliser des environnements numériques et les adapter au projet de l’activité ou de la structure. 2 - Principes organisationnels de la formation Les méthodes actives d’apprentissage sont l’outil pédagogique à privilégier. Les compétences à développer dans le dispositif de formation s’appuient sur la création, le développement et l’administration par le stagiaire d’un environnement numérique qui vient compléter ses moyens d’intervention « traditionnels ». Pour accompagner son parcours de formation, plusieurs modalités d’intervention sont à considérer : - des séquences de formation en organisme de formation (présentiel) - des temps de formation en entreprise (alternance et tutorat) - des séquences de formation en FOAD (centre de ressources numérique, accompagnement et activité de formation à distance). Ces trois modalités de formations sont complémentaires. Dans le cadre de l’alternance, le stagiaire doit être accompagné par un tuteur issu du secteur sport ou de l’animation capable d’orienter la structuration de l’environnement numérique et, dans la mesure du possible, de l’accompagner techniquement. Pour les temps en organisme de formation ou en FOAD, il convient d’adapter le ruban pédagogique aux besoins des stagiaires. Bien entendu, l’organisme de formation, en charge de la mise en œuvre de ce CS, mettra à disposition des stagiaires un environnement numérique associé au parcours de formation (site web, blog, plateforme d'enseignement à distance, etc.) 13
  14. 14. 3- Contenus de formation A partir d’un travail sur le cahier des charges associé au développement d’un environnement numérique pour le stagiaire et sa structure, il est nécessaire de prévoir : a) des apports théoriques sur : - les champs législatifs et réglementaires associés à ce CS - le fonctionnement d’internet et les évolutions actuelles - les modèles économiques associés et les solutions payantes - la question de l’identité numérique et les questions de référencement - les stratégies de développement - l’ergonomie des environnements numériques - la révolution numérique et son impact sur la société, la formation, la production de contenus, - etc. b) les questions de préventions et le versant éducatif c) les retours d’expériences de personnes ressources qui développent dans les secteurs d’activité concernés des environnements numériques : - identification des besoins auxquels répondent ces environnements - présentation et évaluation des stratégies de développement mises en œuvre - choix technologiques. d) des travaux pratiques pour : - construire un cahier des charges des environnements numériques des stagiaires - favoriser la maîtrise des outils numériques associés à la création, au développement et à l’animation des environnements numériques des stagiaires : - • utilisation d’internet • identification des réseaux sociaux de « stockage », « d’agrégation » et de « diffusion » • personnalisation des environnements numériques • initiation ou perfectionnement à l’utilisation de logiciels produire, diffuser et partager des productions multimédias (vidéos, photos, audio, textes, sondage et quizz, etc.) 14
  15. 15. - initier ou perfectionner les stagiaires à l’utilisation de logiciels et/ou de solutions numériques - de l’accompagnement et/ou de la formation à distance au travers d’un environnement numérique dédié au CS. 4 – Durée de la Formation Une formation au CS Environnement numérique et réseaux peut varier : - selon qu’elle se réalise en présentiel ou en FOAD; - selon le niveau de compétence des stagiaires; - en fonction de l’ambition des projets engagés au sein de la structure. Compte tenu de l’importance des compétences déclinées pour ce CS et des contenus de formation portés dans ce livret la durée de formation "théorique", en présentiel comme en FOAD, ainsi que le travail personnel attendu des stagiaires ne semble guère pouvoir être inférieure à 90 H. Il convient de ne pas sous estimer la durée du temps en entreprise qui doit permettre une ou des interventions pertinentes du stagiaire ainsi que la réalisation des tâches et activités (CF III Référentiel professionnel). S’ajoutent les temps de positionnement, de remise à niveau technique éventuelle, d’évaluation et de certification. 5 - Exemples de ruban pédagogique Chaque séquence de formation doit être ponctuée d’apports théoriques de travaux pratiques, et de retours d’expérience. Entre chaque séquence des productions personnelles sont à réaliser et à diffuser sur l’environnement numérique du stagiaire. Bien entendu, l’organisme de formation en charge de la mise en œuvre de ce CS mettra à disposition des stagiaires un environnement numérique associé au parcours de formation (site web, blog, plateforme e-learning, etc.…) Nous vous proposons à titre indicatif un exemple de parcours qui associe des séquences de formation en OF et en entreprise avec un suivi individualisé. Nous apportons ensuite quelques conseils et spécifications concernant les parcours ou les séquences de formation en FOAD. 15
  16. 16. A – Parcours de formation en OF et en entreprise. Positionnement des stagiaires et construction du parcours de formation Séquence 1 : Concevoir un environnement numérique - Présentation d’environnements numériques du champ des structures - Construction du cahier des charges et de la structure initiale de l’environnement de chaque stagiaire o L’apport de ces environnements dans les démarches éducatives au sein de la structure o La fonction de l’environnement au sein du projet éducatif de la structure o Notion d’identité numérique avec un travail sur :  Le concept d’identité numérique  Le web 2.0 et l’intégration des environnements numériques dans les réseaux sociaux  L’identité numérique initiale des structures des stagiaires Séquence 2 : Formation en entreprise (Travail à distance en lien avec les structures et les tuteurs) - Validation et finalisation du cahier des charges avec la structure professionnelle - Finalisation de l’architecture de l’environnement (structure et personnalisation du site, présentation de l’objet et des auteurs, définition des mots clés et des catégories, etc.) - Publication des premiers articles / ressources - Réalisation d’interview en lien avec le projet. - Accompagnement individualisé / collectif par l’OF Séquence 3 : Développer des ressources multimédias et des outils pour communiquer et collaborer avec son public (en OF) - Retour sur les temps de formation en entreprise et mise en place de TP pour aider les stagiaires et leur permettre de se perfectionner 16
  17. 17. - Construction de la boite à outil numérique de l’animateur et de l’éducateur: o production et diffusion de ressources vidéo / son / images / documents… o utilisation de réseaux sociaux de « stockage », « d’agrégation » et de « diffusion » - Apports théoriques sur la thématique « Environnement numérique et réglementation » : o propriété intellectuelle, o droits d’auteur, o licences, o etc. - Exploiter internet et les réseaux sociaux pour faire de la veille numérique et utiliser les ressources disponibles sur le web au sein de son environnement numérique - Internet et pédagogie Séquence 4 : Travail à distance en lien avec les structures et les tuteurs - production et diffusion de ressources multimédia – mise en place d’une stratégie de communication et de partage avec les publics cibles - Accompagnement individualisé / collectif par l’OF Séquence 5 : Perspectives d’évolutions… et perfectionnement techniques - Retour sur les temps de formation en entreprise et mise en place de TP pour aider les stagiaires et leurs permettre de se perfectionner - Les modèles économiques sur internet – gratuit / libre / payant, place de la publicité… - Les forces et faiblesses d’internet : quelle prévention auprès des publics utilisateurs ? - Préparation de la certification et soutenances formatives (échange et débat sur les stratégies développées, les perspectives d’évolutions) Séquence 6 : Travail à distance en lien avec les structures et les tuteurs - préparation de l’évaluation et finalisation du support de communication (à diffuser) - accompagnement individualisé 17
  18. 18. B – Dispositifs FOAD : quelques conseils et spécifications… 1 - Contenus Les contenus de formations sont identiques mais la démarche de formation diffère. Trois éléments à considérer :  les temps de formation générés par l’OF en FOAD vont s’entremêler à ceux en entreprise.  Il est utile, selon les publics, de prévoir des temps de formation en présentiel pour ponctuer la formation  Il est également nécessaire de prévoir au moins une visite de l'OF dans l’entreprise. 2 - Démarches pédagogiques dans un dispositif FOAD - Favoriser une entrée en formation en présentiel Il nous parait important que cette étape soit réalisée en présentiel sur une à deux journées pour permettre d’une part aux stagiaires de se rencontrer mais surtout pour présenter et vérifier la bonne maîtrise des outils qui seront utilisés pour conduire la FOAD. Ce sera également l’occasion de présenter le parcours de formation et de créer la structure initiale de l’environnement numérique du stagiaire - Proposer des activités de formation organisées Il ne suffit pas de mettre en ligne des ressources pour qu’il y ait apprentissage ou formation. En conséquence, il convient d’adapter les outils pédagogiques aux conditions et contraintes de la formation à distance. Voici quelques principes qu’il nous parait important de prendre en considération pour assurer l’opérationnalité du dispositif :  mettre à disposition un espace de travail collaboratif qui permet : o Au stagiaire : - De trouver les informations relatives à son parcours de formation - De réaliser des activités de formation (cours, quizz, TP, débats, recherches, productions collectives et individuelles) - De partager et d’échanger avec les autres stagiaires - De trouver des aides et d’interpeller la communauté de formation (formateurs, tuteurs, intervenants, anciens stagiaires, etc.) o Aux formateurs, tuteurs, intervenants : - De proposer des activités de formation - De suivre l’activité et d’accompagner les travaux des stagiaires 18
  19. 19.  aider le stagiaire à s’organiser et à prendre en charge son parcours de formation. Une des problématiques de la formation à distance est la capacité de l’apprenant à organiser le temps nécessaire à son apprentissage. En conséquence une aide effective peut consister à proposer : o des séquences bornées dans le temps qui aboutissent à des productions à minima partagées au sein du groupe via la plateforme FOAD de l’OF (et publiées pour certaines sur l’environnement numérique du stagiaire) o des règles de certifications extrêmement précises. Par exemple, il est intéressant de ne donner l’accès à la certification terminale que si le stagiaire a satisfait aux évaluations intermédiaires échelonnées.  Organiser des temps de travail synchrones et/ou asynchrones mais où l’interaction entre stagiaires, formateurs et tuteurs est fortement incitée  Le parcours de formation du stagiaire est collégialement suivi par le formateur, le tuteur et l’entreprise selon des modalités organisés par l’OF. 3- Quels types d’activités d’apprentissage proposer ? De manière plus forte qu’en présentiel, il est important de mettre en activité le stagiaire. Plusieurs outils sont susceptibles d’être mobilisé :  Ecouter, visionner, commenter, critiquer, compléter, corriger, s’approprier etc. des bases de données multimédias, des cours, des conférences en ligne ou podcast  Débattre sur des forums autour de sujets proposés par les formateurs (ou les stagiaires)  Produire des travaux individuels ou collectifs au travers de wikis, à diffuser via les blogs. A noter que ces travaux peuvent prendre différentes formes (document écrit, vidéos, interviews, etc.)  Réaliser et partager des travaux de recherches sur internet  Travailler collectivement via des visioconférences et tables rondes en ligne  Répondre et se former au travers de questionnaires d’auto-formation / évaluation… A noter qu’il est possible d’adjoindre au questionnaire : o Des aides o Les corrections o des contenus en lien avec les questions posées. 19
  20. 20. 4 - Exemple de séquence 1 « Concevoir un environnement numérique » en mode FOAD Les temps de formation en FOAD correspondent à l’équivalent en organisme de formation. Ils sont à répartir dans le temps. Dans les dispositifs de formation en OF, on distingue 3 temps de formation :  Le temps de formation en présentiel (cours, TP, etc.)  Le temps de travail personnel (approfondissement, recherche, production, etc.)  Le temps de formation en entreprise. En FOAD, ces trois temps s’entremêlent en permanence. Il appartient aux OF d’en tenir compte. Présentation de la séquence et des modalités de validation avec présentation :  Des activités à réaliser et production à rendre, à partager, etc.  Des échéances et des RDV  Du niveau d’exigence attendu Pour chacune des activités proposées au sein de cette séquence sont à mettre à disposition des stagiaires:  Des bases de données de ressources multimédias et des questionnaires d’autoformation / évaluation pour leur permettre : - De trouver les informations nécessaires à la construction des compétences visées - D’inciter le questionnement, la réflexion et la recherche de pistes de solution (intérêt notamment de l’outil questionnaire)  Des espaces d’échanges où stagiaires, intervenants, formateurs, tuteurs, pourront débattre sur les problématiques rencontrés par les stagiaires Activité 1 : « Environnement numérique… De quoi parle-t-on ? »  Présentation et études de cas autour de plusieurs environnements numériques existant au travers : - de retours d’expérience consultable dans la base de données de l’OF sous forme de cours, diffusion pour baladeur, etc.… 20
  21. 21. - d’un travail d’exploration sur internet à partager - d’interviews ou des témoignages. (Images, son, vidéo, cours…) - production d’une synthèse à partager Activité 2 : Construction du cahier des charges et de la structure initiale de l’environnement numérique de chaque stagiaire  Production de l’état des lieux numérique de la structure et d’un cahier des charges à rendre et/ou construction collective d’un cahier des charges type (travaux de groupe). Ce travail est accompagné de : - ressources multimédias sur la thématique « cahier des charges » - Présentation d’exemple de cahier des charges - apports méthodologiques - interview du tuteur, des dirigeants, des utilisateurs potentiels sur les besoins perçus…  Construction de la structure initiale de l’environnement numérique de chaque stagiaire. Pour ce travail, il sera proposé au stagiaire: - Une base de données de tutoriels et de questionnaires associés - Des étapes de productions à respecter au travers du cahier des charges fourni par les formateurs concernant : o La structure de l’Environnement Numérique (outil, présentation) o Une liste d’articles et de pages à produire avec des contraintes particulières (insertion d’une vidéo, d’un diaporama, d’un document, etc.) o Le mode de classification interne à l’environnement (tag, catégories, etc.) - De produire des retours critiques sur les environnements produits par chacun Activité 3 : Environnement numérique et projet éducatif  Conférence d’un intervenant en visioconférence sur la démarche éducative au sein d’une structure + débat  Organisation d’un débat sous forme de forum sur la place des outils numériques dans le projet éducatif de la structure 21
  22. 22. Activité 4 : La notion d’identité numérique (travail qui peut être intégré à l’activité 2)  Recherche documentaires + mises à dispositions de ressources à explorer et étudier  Questionnaires  Travaux de présentation de l’identité numérique de chaque stagiaire ou de la structure un (groupe de) stagiaire  Fin de la séquence 1 de formation : Evaluation des activités produites et validation de la séquence de formation si et seulement si :  L’ensemble des activités de formation ont été réalisées  Les productions satisfont au niveau d’exigence fixé par l’OF C- Evaluation – Validation - Certification L’évaluation du candidat sera formative tout au long de la période de formation. Elle sera prévue au projet de formation conduisant à l’homologation de la formation. La validation de la période de formation, se fera en fonction de la participation effective du candidat aux travaux théoriques comme à la conduite du projet en entreprise : présence physique en présentiel ou en entreprise par l’émargement de fiche de présence ou présence effective en ligne par signature en ligne sur site, forum… L’attitude durant la formation, constructive, participative, contributive et respectueuse sera également un élément de validation de la période de formation. L’allégement de formation n’est pas envisageable : ce CS est de courte durée. Dans le cas de compétences importantes préalables, celles-ci seront identifiées lors de la période de positionnement et pourront conduire à une procédure de validation des acquis de l’expérience. L’établissement de comptes-rendus d’entretiens en structure et de rapports d’évaluation en formation théorique ou en FAOD constitueront des outils d’évaluation et de notation du candidat. Les modalités de certification sont en partie VIII. 22
  23. 23. VI - le tutorat et le rôle du tuteur Il s’agit de construire un projet de formation global et négocié entre les différents partenaires. Les acquisitions effectives en centre ou en structure sont de natures différentes, mais ne peuvent se résumer à une application théorie/pratique, car, dans le principe de formation en alternance, on acquiert dans les deux lieux des éléments de théorie et des éléments de pratique. La différence essentielle tient au fait que dans le centre de formation sont enseignées des capacités et des savoirs relatifs au travail prescrit (celui du référentiel professionnel) alors que dans la structure, le stagiaire est confronté au travail réel. Il appartient donc au stagiaire de construire son propre référentiel professionnel à partir des apports de ces deux moment enrichis par ses recherches ou acquisitions : conférences, lectures, … On veillera, dans la construction, à ce que les apports en centre de formation soient en phase avec l’émergence des nouvelles compétences du stagiaire et de sa professionnalisation. Il paraît important de partir des problèmes rencontrés en situation professionnelle pour construire des situations de formation en centre. C’est au travers de l’analyse individuelle ou collective des pratiques professionnelles, de la liaison avec les tuteurs, et des différents outils de suivi que pourra s’effectuer une réelle mise en relation des différentes séquences d’apprentissage.  Dès le début de la formation, une mise en question/projet des modes de fonctionnement des stagiaires sur le cœur du métier sera nécessaire. De même que l’inscription des stagiaires dans un processus de transformation et la contractualisation avec eux de l’engagement dans ce processus tout en garantissant la sécurité nécessaire à l’activité ;  La prise de recul est recherchée dans le processus de professionnalisation, en centre de formation comme en entreprise, parce qu’elle doit permettre l’analyse de l’exercice de la compétence. Il faudra donc veiller à offrir aux stagiaires des outils d’analyse des situations vécues, par nature complexes dans le champ de l’environnement numérique. Il s’agira ainsi d’aider le stagiaire à se construire une véritable identité professionnelle en évitant la construction stéréotypée de recettes.  Pour construire des compétences, il semble qu’il faille se centrer sur l’acquisition des connaissances, la mobilisation de ressources et sur le vécu d’expériences, avec analyse in situ ou rétrospective de celles-ci. Le dispositif de formation en alternance doit pouvoir témoigner de ces articulations. L’organisme de formation a une responsabilité dans la construction de ce lien, les formateurs ont des techniques et du temps, les tuteurs n’ayant eux pas forcément les moyens réguliers d’organiser ce lien parce qu’ils sont en situation contraignante de travail. Le dossier d’habilitation doit pouvoir faire apparaître les modalités et outils concrets de la construction de ce lien connaissance/expérience/compétences. 23
  24. 24. Le rôle du tuteur peut-être défini comme suit :  Il met en relation les contenus de formation en centre et les situations professionnelles concrètes proposées au stagiaire ;  Il aide le stagiaire à s’insérer dans l’activité professionnelle ;  Il le met en situation d’accueillir et d’informer le public ;  Il l’associe puis le responsabilise dans l’animation des environnements numériques ;  Il l’associe aux actions d’encadrement et d’enseignement pratique ;  Il le responsabilise progressivement à l’utilisation des moyens logistiques de la structure ;  Il conduit des temps de bilan à l’issue d’une ou plusieurs activités du stagiaire ;  Il rend compte de l’activité du stagiaire et l’évalue au moyen d’un livret de formation ;  Il signale à l’organisme de formation les difficultés éventuelles rencontrées par le stagiaire ;  Il émet opportunément en fin de formation tout avis utile à l’acquisition des compétences dans l’ensemble du dispositif de formation. Le réseau de tuteurs en environnement numérique Le tuteur pour la FOAD doit disposer des compétences dans le domaine des environnements numériques utiles à sa fonction et en particulier lui permettant d’accompagner le stagiaire tout au long de son parcours. En d’autres termes, le tuteur est le garant que l’environnement numérique corresponde à la commande et aux besoins de la structure. Si son niveau de compétence en TIC n’est pas maximal, il doit être capable de juger si l’outil, la démarche, le projet, proposés… par le stagiaire sont opérationnels ou non et répondent effectivement au cahier des charges de la structure. Pour la partie « tutorat » technique, elle est assurée par les formateurs dans le cadre de la FOAD et lors des séquences en présentiel. L’organisme de formation aura une attention particulière pour cette modalité de formation. La convention de formation doit prévoir le positionnement du stagiaire et cette forme de tutorat. 24
  25. 25. VII - Le dispositif d’habilitation Constitution du dossier d’habilitation L’habilitation est la procédure qui vise à autoriser un organisme de formation à mettre en œuvre une formation au CS. C’est le DRJSCS qui la délivre au vu du dossier de demande. L’organisme de formation propose dans le dossier de demande d’habilitation l’ensemble de la démarche conduisant à la certification même dans le cas de FOAD ou de présence de stagiaires en parcours VAE bénéficiant de parcours allégés. Un travail d’appropriation des deux référentiels, professionnel et de certification, est donc indispensable pour permettre à l’équipe pédagogique (formateurs et tuteurs) de construire une organisation pédagogique pertinente. Les séquences de formation, en organisme de formation, en FOAD et en structure professionnelle, visent à développer les capacités nécessaires à la construction des compétences professionnelles. Concevoir un dossier d’habilitation Les organismes de formations préparant aux diplômes du ministère en charge du sport et de la jeunesse, doivent présenter au directeur régional du lieu de la formation une demande d’habilitation. L’organisme de formation, pour être habilité, doit comprendre au moins une personne, responsable pédagogique, ayant suivi le cycle de formation relatif à la méthodologie en dispositif en unités capitalisables ou reconnue compétente dans ladite méthodologie. Le sens du dossier d’habilitation La conception du dossier d’habilitation, au-delà de la mise en conformité d’un dispositif de formation dans un cadre réglementaire, implique un travail d’équipe avec tous les formateurs. Il est important d’être précis sur les intentions comme sur les moyens de les réaliser, lors de la rédaction de ce dossier. Plus qu’un document administratif, c’est donc un projet de formation et de certification à décliner et à expliciter à des administrateurs, pour la plupart inspecteurs jeunesse et sports, professeurs de sport ou professionnels de la formation, compétents pour le comprendre et légitimes à l'amender. Leur mission est de tenter de garantir ainsi l’équité des futurs professionnels face à la formation à un diplôme d’Etat et la qualité de formation dont ils ont besoin pour exercer en toute sécurité leur métier. 25
  26. 26. Ces agents de l’Etat peuvent pour cela demander des précisions ou faire modifier des propositions qui ne seraient pas conformes au cadre réglementaire (Arrêté et livret méthodologique) ou qui seraient jugées trop décalées avec les usages de la formation professionnelle. Des avenants pourront venir compléter le dossier d’habilitation en cours de formation, mais s’ils sont motivés par la progression pédagogique, ils ne peuvent concerner une modification des épreuves d’évaluation, que seul le jury peut valider et uniquement lors d’une nouvelle période d’habilitation. Enfin, rappelons que celle-ci peut être retirée par le directeur régional pour manquements au dispositif annoncé et habilité. La période d’expérimentation des formations au présent CS Pour l’instruction des 3 premiers dossiers de demande d’habilitation du CS Environnement Juridique et Réseaux, le Directeur Régional de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale pourra solliciter l’avis de l’inspecteur coordonateur en particulier si la formation est de type FOAD. 26
  27. 27. VIII - La certification 1 - REFERENTIEL DE CERTIFICATION (Annexe de l'arrêté du 15 octobre 2012 BOJSVA N°9 de octobre 2012) UC1 OTI : EC de construire un environnement numérique au service d'un projet d'activité ou de structure  OI 1 1 EC d'identifier les besoins en matière d'environnement numérique;  OI 1 2 EC de proposer des supports numériques de diffusion pertinents;  OI 1 3 EC d'animer ou piloter la construction ou le développement d'un environnement numérique adapté;  OI 1 4 EC de participer ou piloter la construction et la gestion de l'identité numérique de sa structure;  OI 1 5 EC d'évaluer l'usage de l'environnement numérique par sa structure. UC2 OTI : EC de mettre en œuvre des axes de communication adaptés aux besoins des publics concernés  OI 2 1 EC de prendre en compte les droits et devoirs relatifs à l'usage de l'environnement numérique dont les droits d'auteur, le respect de la net-étiquette, les licences;  OI 2 2 EC d'identifier et prévenir les risques associés à l'environnement numérique;  OI 2 3 EC d'inciter le public à s'exprimer sur les environnements numériques;  OI 2 4 EC d’anticiper les besoins de modération associés aux expressions numériques. UC3 OTI : EC Exploiter les ressources de l'internet et des réseaux sociaux dans le cadre de ses missions éducatives  OI 3 1 EC de mobiliser des outils multimédias et les réseaux sociaux au service du sport, de l'animation socio-éducative ou de l'information jeunesse;  OI 3 2 EC de produire des ressources multimédia;  OI 3 3 EC de partager l'utilisation des outils numériques dans les situations éducatives au sein de sa structure;  OI 3 4 EC d’évaluer l'évolution de l'usage d'outils numériques liés à son action. 2 – Modalités de certification 27
  28. 28. La certification se fera : - Pour moitié par l’évaluation continue mise en place tout au long de la formation. Cela implique l’existence de supports des réalisations conduites par le stagiaires et d’appréciations portées sur des fiches d’évaluation provenant des différents évaluateurs de la formation et des tuteurs en s’appuyant sur le référentiel de compétences (III-2) et de certification. du CS environnement numérique et réseaux constitué de 3 UC. L'Organisme de formation assurera une synthèse de ces évaluations pour la présentation au jury. - Pour moitié par une épreuve finale, en présentiel, devant au moins 2 personnes, membres du jury du CS environnement numérique et réseaux ou experts, composant une commission certificative. Cette épreuve sera constituée de la soutenance d’un rapport d’expérience, à l’aide d’un support de communication, qui présente le cahier des charges et les besoins associés à la création ou au développement d’un environnement numérique et réseaux, les choix réalisés, les ressources développées et les orientations envisagées. Au cours de la soutenance l’argumentaire du stagiaire ou le questionnement des examinateurs devront faire référence à l’ensemble des critères de certification portés au référentiel de compétences indiqué en III et au référentiel de certification du CS constitué de 3 UC. Cette évaluation se déroulera au plus tard 3 semaines après la fin de la formation. La date pourra être fixée avec le candidat. Durée de l’épreuve :  15’ à 20' de présentation  30’ à 45' d'entretien La commission certificative attribuera au candidat, sur un document conçu par l'OF, une évaluation des compétences correspondantes à cette soutenance. L'OF présentera au jury, à partir des 2 évaluations mentionnées ci-dessus, une fiche indiquant les compétences acquises et celles non acquises, et donc les propositions de 28
  29. 29. validation d'UC formulées conformément au référentiel de certification du CS Environnement numérique et réseaux qui comporte 3UC. Cela permettra d’indiquer les UC acquises par le candidat en cas de non admission. Au vu du rapport du jury, le DRJSCS établira le document (attestation ou diplôme) de certification, portant les UC acquises, qu’il remettra au candidat dans les meilleurs délais. 3 - Certification par la voie de la VAE Le cas particulier de la Validation des Acquis de l’Expérience Définition et généralités La validation des acquis de l’expérience produit les mêmes effets que les autres modes de certification c'est-à-dire l’obtention d’un diplôme. L’ensemble des compétences acquises dans l’exercice d’une activité salariée ou bénévole en rapport direct avec le contenu et le niveau du diplôme peut être pris en compte au titre de la validation. C’est une démarche individuelle du candidat qui le situe à égalité avec ceux issus de la formation et qui y associe les professionnels. La durée minimale d’activité requise ne peut être inférieure à 2400 heures sur une durée minimum de 36 mois cumulés. On ne peut présenter qu’une seule demande pour un même diplôme au cours d’une même année civile sur l’ensemble du territoire. La procédure de dépôt de dossier est la suivante : - accueil et information des candidats par la DRJSCS ou les points relais conseils ; - le candidat adresse la première partie du dossier à la DRJSCS du lieu de résidence ; - vérification des 2400 heures sur une durée minimum de 36 mois cumulés ; - vérification que la nature des activités réalisées est en rapport avec le diplôme visé ; - notification de la recevabilité du dossier ; Accompagnement du candidat qui le sollicite ; Rédaction de la seconde partie du dossier ; Dépôt de l’ensemble du dossier (partie 1 et 2) deux mois avant la date du jury ; Examen du dossier par une commission VAE issue du jury du CS Environnement Numérique et réseaux –entretien éventuel ; Notification au candidat de la décision de recevabilité par le DRJSCS. Le dossier du candidat est présenté au jury du diplôme sollicité qui valide tout ou partie du CS demandé. En l’espèce, le jury précisera les UC acquises en s’appuyant sur le référentiel de compétences indiqué en VIII et du référentiel « professionnel » porté en III. 29
  30. 30. La validation est effectuée par le jury du CS Environnement numérique et réseaux dont la composition garantit la présence de représentants qualifiés de la branche professionnelle. Le jury se prononce sur le dossier constitué par le candidat. Un entretien, à l’initiative du jury ou du candidat peut être envisagé. Le jury se prononce sur le dossier constitué par le candidat. Le candidat ne peut présenter qu’une seule demande pour un même diplôme au cours d’une même année civile sur l’ensemble du territoire. En cas de validation partielle, le candidat pourra solliciter un allégement de formation auprès de l’OF qui respectera les modalités de certification telles que décrites précédemment. 30

×