ASSISTANTE Chargée du Dévelopement de projets au Centre Régional de documentation et
l’information pour le développement e...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 2
Sommaire
Remerciements........................................................................
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 3
Remerciements
Le présent travail n’aurait pas été possible sans les personnes qui ont consa...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 4
Introduction
En tant qu'étudiante en Master de Relations Interculturelles et coopération
in...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 5
Je poursuivrai par la déclinaison ou description de chaque mission, j’évoquerai les
difficu...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 6
Centre régional de documentation et l’information pour le
développement et la solidarité in...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 7
soutien des collègues du réseau RITMO aux niveaux local et national en ce qui
concerne la f...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 8
1.2 Niveau régional: le réseau de Lianes Coopération
Le réseau régional multi-acteurs de co...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 9
le monde car chaque situation, condition sociale et humaine peut trouver sa place et
le thè...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 10
même le sol. Les jeux de la famille de « compter et capturer » appartiennent à la
famille ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 11
Nous avons passé toute la journée dans la salle pour le tournoi, je faisais parti des
obse...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 12
concerner deux ou plusieurs personnes prétendant aux mêmes avantages et utilisant
divers m...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 13
1.2 Animation au centre social Turgot : Une girafe sous la pluie
Le conte de la girafe
Exp...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 14
problématique liée aux « signes ostentatoires » visibles sur la service civique (à
savoir ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 15
Et nous avons eu les réponses comme « c’est en Afrique parce que les gens sont
pauvres et ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 16
étant un état dans lequel se trouve un organisme menacé de déséquilibre sous
l’action d’ag...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 17
 Gérer les émotions: contrairement à la première définition, les élèves de ce
centre étai...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 18
1.3 Préparation de la Semaine de la solidarité Internationale
La semaine de la solidarité ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 19
 Réflexion:
Planification d’un événement es tune étape importante, même si la semaine de ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 20
 La formation de retour a pour objectif l’évaluation la réalisation des objectifs et
de f...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 21
 Les points forts de la mission pour Florentin:
 Il a réalisé son objectif de départ et ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 22
notre zone de confort. En tant que futur manager, le témoignage de Florentin m’a
appris qu...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 23
Une petite diversion sur la question d’un bon vendeur, l’expert de vente dit « un bon
vend...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 24
 une conférence, plutôt un échange-débat : « Boko Haram : un mouvement
terroriste ou une ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 25
people, typically via the Internet » par contre « crowd-lending is a form of
crowdfunding ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 26
 Un projet pérenne : c’est un projet où le participant cherche à maximiser son
impact et ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 27
 Difficultés
Le temps de la formation: la formation s’est déroulée le soir après le temps...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 28
développement des actions du CRDTM. L’alternative de trouver les fonds via ce
modèle de fi...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 29
speakers and Microphones, I demanded for more chairs and tables which would
make the lectu...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 30
that he has made a good life in France and going back home might not be his best
option. O...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 31
2.3 Réunion de travail avec David Delhommeau
Cette réunion a eu lieu le 30-06-2016 en fin ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 32
 Réflexion, au niveau national et international, sur le rôle de l’information
comme vecte...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 33
 Un appui sur la place de l’information dans la société;
 Un appui sur l’actualité et da...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 34
adulte aux enjeux des relations sociales économiques et culturelles des pays du sud
et l’i...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 35
3. LA COMMISION DOCUMENTATION
« Contrairement aux autres commissions, la commission docume...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 36
Les bénévoles viennent de temps en temps au CRDTM pour faire l’inventaire des
livres dans ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 37
 Réflexion
Patience : la patience est une vertu.J’ai appris qu’avec les bénévoles âgés, i...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 38
4. LA VIE ASSOCIATIVE
La vie associative s’articule autour de trois points :
 La gouverna...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 39
 Analyse :
J’ai apprécié le fait que je puisse bien expliquer la formation aux membres de...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 40
Conclusion
Mon stage au CRDTM en tant qu'assistante chargée de projets fut une riche
expér...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 41
gouvernementale (ONG, afin de pouvoir y mettre en pratique mes connaissances et
compétence...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 42
Références
 CRDTM: Rapport d’Activités 2015
 Cours de Management: Professeur Khoa Le de ...
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 43
Annexes
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 44
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 45
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 46
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 47
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 48
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 49
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 50
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 51
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 52
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 53
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 54
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 55
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 56
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 57
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 58
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 59
RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 60
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport de Stage

140 vues

Publié le

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Rapport de Stage

  1. 1. ASSISTANTE Chargée du Dévelopement de projets au Centre Régional de documentation et l’information pour le développement et la solidarité internationale (CRDTM) Lille, France. Présenté par : POPOOLA Oluwabukola Omolola Responsable de stage : Madame Selly Racine BAL Tuteur Pédagogique : Monsieur Yannick LECHEVALLIER Année 2015/2016 Rapport de stage pour le Master 1 Relations Interculturelles et Coopération Internationale
  2. 2. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 2 Sommaire Remerciements...........................................................................................................................3 Introduction ................................................................................................................................4 Centre régional de documentation et l’information pour le développement et la solidarité internationale (CRDTM)............................................................................................................6 1.1 Niveau national: le réseau Ritimo............................................................................7 1.2 Niveau régional: le réseau de Lianes Coopération...................................................8 1.3 Niveau local: le réseau de la MRES ........................................................................8 Les services du CRDTM............................................................................................................8 1 LA COMMISSION EDUCATION A LA CITOYENNETE ET A LA SOLIDARITE INTERNATIONALE (ECSI).............................................................................................8 1.1 L’organisation de tournoi d’Awale..........................................................................9 1.2 Animation au centre social Turgot : Une girafe sous la pluie................................13 2. LA COMMISSION CONFERENCE ....................................................................23 2.1 Formation sur le financement participatif Hello Asso...........................................24 2.2 Conférence: Pratique de l’intelligence Négociationnelle.......................................28 2.3 Réunion de travail avec David Delhommeau ........................................................31 3. LA COMMISION DOCUMENTATION..............................................................35 3.1 Travail avec les bénévoles .....................................................................................35 4. LA VIE ASSOCIATIVE .......................................................................................38 Conclusion................................................................................................................................40 Références ................................................................................................................................42 Annexes....................................................................................................................................43
  3. 3. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 3 Remerciements Le présent travail n’aurait pas été possible sans les personnes qui ont consacré leurs temps et services pour la réalisation de ce rapport. Merci à l’équipe CRDTM pour sa confiance et sonn soutien durant cette période de stage. Merci à mon tuteur pédagoqique Monsieur LECHEVALLIER, pour ses bons conseils et pour sa disponibilité. Je vous remercie, IDOWU ET BIMBOLA POPOOLA pour les sacrifices et les efforts que vous avez déployés pour mon encadrement. Je remercie mon tuteur Monsieur Antoine KOUBEMBA pour son soutien, sa patience, ses conseils pértinents et sortout sa disponibilité. Merci à vous, Madame Selly Racine BAL, vous avez été d’un interêt inestimable dans mes projets et recherches. Merci mes chers amis : Cece, Feyi, Eva, Fanny, Arame, Ij, Sai, Ruth, Philippe, Claude, Rahma, Lanre et Drissa. Vous êtes magnifiques !!! Merci à toutes les personnes qui m’ont soutenues de près ou de loin à la réalisation de ce travail. Je ne peux pas terminer sans rémercier Dieu qui me donne la chance et la force de continuer mes études.
  4. 4. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 4 Introduction En tant qu'étudiante en Master de Relations Interculturelles et coopération internationale, promouvoir la solidarité Internationale est une cause importante dans notre formation. En effet, dans le monde agité actuel, face à des situations terribles de conflit, ex la guerre sans fin en Syrie, les récents attentats en France, en Turquie et même au Nigeria, cette thématique est de plus en plus récurrente et significative. De ce fait, pour former les futurs acteurs de la solidarité internationale, il devient nécessaire de s'intégrer dans les Institutions relevant du Ministère des affaires étrangères (ambassades, consulats, centres culturels, instituts français, centres de coopération linguistique, alliances françaises), des centres culturels non rattachés aux ambassades de l'union européenne, des organisations internationales, des administrations publiques, nationales et territoriales, des associations et ONG, des missions économiques et entreprises ; afin de découvrir le monde professionnel et d’envisager plus clairement les besoins réels et les enjeux pour la solidarité internationale. Les associations peuvent parfois être considérées comme les moins importantes dans la hiérarchie des organisations pour la solidarité internationale, mais je me permets d’avancer que les associations sont la partie la plus significative, car elles sont en contact direct avec la société civile. C’est par mon implication au sein de l’Association collectif journée mondiale de l’Afrique (JMA), en tant que bénévole pour l’organisation de cet événement, que je me suis rapprochée des responsables du centre régional de documentation et l’information pour le développement et la solidarité internationale (CRDTM.). Le CRDTM est l’Association qui m’a accueillie dans le cadre de mon stage pour une durée de deux mois en tant qu'assistante au développement de projets. Le CRDTM est le lieu par excellence qui traite de ces questions et surtout qui promeut ces questions auprès de la population de la Région des Hauts de France. Pour la suite de cet exposé, je vais vous présenter mon travail de stage qui porte sur la découverte du fonctionnement d’une structure. Dans un premier temps, je vais présenter la structure qui m’a accueillie, puis mes missions au sein de la structure. Celles-ci vont de l’organisation des animations pour les enfants aux conférences - débats pour les adultes, en passant par la recherche de moyens de financement pour une association.
  5. 5. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 5 Je poursuivrai par la déclinaison ou description de chaque mission, j’évoquerai les difficultés que j’ai rencontrées, et les enseignements que j’en ai tirés. Enfin, je conclurai mon propos par un point de vue personnel sur mon orientation professionnelle (choix du domaine et poursuite des études), les conditions de réussite d’une bonne intégration au sein d’une structure, et sur le rôle des associations pour faire avancer la question de la solidarité internationale auprès de différents publics et notamment les jeunes et les scolaires ; sur la question de la diminution des finances publiques ou celle de la recherche des financements alternatifs pour le développement des actions associatives.
  6. 6. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 6 Centre régional de documentation et l’information pour le développement et la solidarité internationale (CRDTM) Le Centre régional de documentation et d’information pour le développement et la solidarité internationale « CRDTM », a été créé en 1983 à Lille et est situé au sien de la Maison régionale de l’environnement et la solidarité internationale (MRES). Les objectifs principaux du CRDTM sont :  contribuer à une meilleure prise de conscience des enjeux de développement et la solidarité internationale ;  organiser des débats sur les thèmes d’actualité ;  outiller les porteurs de projets et appuyer les initiatives régionales en faveur de la solidarité internationale et du développement ;  mettre en synergie les différentes associations membres. La création du «Centre Régional de Documentation Tiers monde» avait été imaginée en 1983 par plusieurs associations de Lille qui, constatant que « les associations ont du mal à se faire entendre et les personnes qui connaissent peu ou pas ce secteur ne savent pas où s’adresser », ont souhaité « se doter d’un outil d’information sur leur action et sur le tiers mode en général ». Au fil des années, le CRDTM s’est vu reconnaître comme un interlocuteur de référence en matière non seulement de documentation, mais aussi d’informations et de ressources sur les thèmes de la solidarité internationale, de l’éducation au développement ou de la citoyenneté dans le monde. En 2008, le CRDTM s’est engagé dans une phase de transition. En effet, outre le fait d’être un centre de documentation et d’information, il s’agissait de développer un nouvel axe à savoir mener des missions d’éducation au développement et à la solidarité internationale. Le CRDTM est géré par un conseil d’administration et un bureau. Son équipe est composée : • De 2 salariés : chargé de mission et un chargé de projets. Les difficultés actuelles de financement font qu’un seul poste est pourvu. C’est grâce à leur implication et leur professionnalisme que le CRDTM fonctionne bien qu’ils ne sont que 2 physiquement, ils peuvent néanmoins compter sur le
  7. 7. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 7 soutien des collègues du réseau RITMO aux niveaux local et national en ce qui concerne la formation, et d’autres questions auxquelles ils sont confrontés. • De bénévoles : leur participation aux activités du CRDTM est significative. Is sont considérés comme le cœur de l’équipe du CRDTM. Plus de 50 personnes effectuent du bénévolat. Les actions menées par les bénévoles sont diverses et variées. Certains aident tout au long de l’année, d’autres interviennent pour des tâches précises dans des domaines précis ex les tâches administratives, financières et dans l’organisation et la planification des événements. • De volontaires : depuis 2014, le CRDTM a eu l’opportunité d’accueillir des volontaires en service civique. Les volontaires sont très privilégiés car le CRDTM met un accent sur leur orientation et insertion professionnelles, en les accompagnant dans la découverte de leurs talents, capacités et potentiels. • Accueil de stagiaires : les stagiaires sont les bienvenues au CRDTM, les années précédentes, il y a eu des stagiaires venant d’Italie, du Gabon. Cette année par ex, j’ai pu y effectuer mon stage. Le CRDTM est un lieu de formation pour les stagiaires car nous avons une grande latitude pour apprendre et nous former. Aussi, grâce à son réseau associatif, nous avons également la possibilité de bénéficier des formations dispensées par les partenaires. Le CRDTM fait partie intégrante de différents réseaux aussi bien au niveau national, régional que local qui vont être décrit de manière très succincte. 1.1 Niveau national: le réseau Ritimo Ritimo est le réseau national des centres de documentation et d’information pour le développement et la solidarité internationale. Il a été créé en 1985, le CRDTM fait partie des fondateurs de ce réseau. Le réseau comptait, en 2014, 93 membres, qui se distinguent en « centre » et « relais ». Le CRDTM est le centre Ritimo de Lille, comme une trentaine d’autres en France. (Voir plus de détails dans le rapport).
  8. 8. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 8 1.2 Niveau régional: le réseau de Lianes Coopération Le réseau régional multi-acteurs de coopération internationale en Nord-Pas de Calais. Lianes coopération est née en 1997, qui cherche à favoriser de réflexion et d’échanges sur les pratiques de coopération des divers acteurs de développement. Les activités de Lianes coopération visent à : Rendre visibles et promouvoir les pratiques régionales en matière de solidarité internationale ; Optimiser la gestion des compétences régionales au service des projets et du développement local ici et là-bas ; Animer une réflexion collective autour du renouvellement permanent des pratiques de coopération et d’éducation au développement. 1.3 Niveau local: le réseau de la MRES La Maison Régionale de l’Environnement et des Solidarités (MRES) est une association régie par la loi du 1er juillet 1901, créée en 1978 sous le nom de Maison de la Nature et de l’Environnement. Au nombre d’une centaine, ses adhérents sont des associations intervenant dans les domaines de la nature, de l’environnement, des solidarités et des droits de l’Homme. Donc le CRDTM fait partie des associations situé à la maison.Aussi le bureau de travail du CRDTM est partagé avec les travailleurs de l’MRES. Les services du CRDTM Les services principaux du CRDTM sont repartis en différentes commissions : 1 LA COMMISSION EDUCATION A LA CITOYENNETE ET A LA SOLIDARITE INTERNATIONALE (ECSI) La mission de cette commission consiste à éveiller la conscience du monde sur certaines thématiques très récurrentes et importantes, par exemple le vivre ensemble, la diversité culturelle, l’interdépendance des territoires et aussi les inégalités mondiales. Ce sont des sujets qui permettent à tous les citoyens de posséder une information riche et de lui donner la possibilité de poser une réflexion sur ces thématiques. Par conséquent, il n’y a pas de public cible, cela concerne tout
  9. 9. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 9 le monde car chaque situation, condition sociale et humaine peut trouver sa place et le thème qui le concerne. Le point important de cette commission est de créer des initiatives en matière d’éducation au développement sur le territoire et de mettre en place des démarches dans ce sens. La commission ECSI au sein du CRDTM est composée d’un réseau d’acteurs, de compétences, d’activités, de partenaires au service de l’éducation au développement et à la solidarité internationale. C’est un lieu vivant, d’échanges et de diffusion pour imaginer ensemble les actions à conduire dans le futur et les outils à mobiliser.  Les Objectifs forts de cette commission au sein du CRDTM sont : • de soutenir tous les acteurs de l’ECSI dans leurs démarches en tout ce qui concerne l’organisation et la planification des activités et des événements ; • mobiliser et former des experts sur les projets développés dans ce sens. Quelques illustrations : C’est ainsi que le 10 juillet 2015, la commission a organisé un événement : une balade engagée dénommé « ô-tour de la solidarité ». Cette action partenariale a engagé 11 structures : Cap solidarités, Ch’ti Terangua, CRDTM, FAM, France Volontaires, la Fondation de Lille, le GRDR, le GREF, Le Partenariat / Gaïa, Lianes coopération, Okarina. Toutes ces structures œuvrent dans le domaine de la solidarité internationale. L’idée de cette balade est de faire découvrir des lieux alternatifs tels que : un espace de co-working « la co-routine », la Maison Régionale de l’Environnement et des Solidarités, un cinéma associatif « l’hybride », un jardin communautaire du réseau des Ajoncs, une maison de solidarité féminine « chez violette », pour ensuite s’envoler vers le Sénégal. Mes Activités / Apports Critiques 1.1 L’organisation de tournoi d’Awale Chaque année, le CRDTM organise le tournoi d’Awale pour les collégiens de la Région. Le tournoi est généralement organisé en fin d’année scolaire sur une journée. Au niveau de la participation, il y avait 21 élèves et 6 adultes accompagnants constituant au total quatre écoles. Ces écoles ont été sélectionnées au préalable avant de pouvoir participer. L’Awale est un jeu de type « compter et capturer » dans lesquels on distribue des cailloux, graines ou coquillages dans des coupelles ou des trous, parfois creusés à
  10. 10. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 10 même le sol. Les jeux de la famille de « compter et capturer » appartiennent à la famille « Mancala ». Les jeux existaient depuis des milliers d’années. Personne n’est certain de l’endroit où le jeu a été joué pour la première fois. Néanmoins à travers les témoignages recueillis, ces jeux sont considérés comme les plus anciens au monde. Certains auteurs pensent que les similitudes entre toutes les variétés de Mancala conduisent à la conclusion qu’ils puisent tous leur origine dans un seul endroit. La croyance la plus commune est que les jeux Mancala ont été originaires d’Ancien Sumer ou l'Egypte. Donc le symbole de ce tournoi pour ces collégiens est de stimuler le sens du partage et de la solidarité, car même si l’objectif est de gagner, il ne faut pas affamer son adversaire (lorsque ses cases sont vides). Par conséquent, le joueur ayant récolté le plus de graines est gagnant. A travers ce jeu de stratégie et de réflexion, la notion de solidarité resté toujours ancré dans l’esprit de ces jeunes. Durant cette journée, j’étais en appui pour organiser, coordonner et accueillir les élèves au local de la MRES. En début de matinée, nous avons accueilli les élèves et leurs accompagnants ; ceux-ci venaient de différents collèges de la région Hauts de France.  Description Pour l’organisation dès mon arrivée au CRDTM, je me suis chargée de la logistique avec l’aide du service civique. En effet, cette tâche est indispensable, car au sein de la MRES, les équipements, la salle polyvalente…sont mutualisés. Il est donc impératif d’anticiper l’organisation des évènements pour être sûr d’avoir le matériel et les équipements nécessaires. Nous avons installé les tables et les chaises au sein de la salle d’exposition ou salle polyvalente, ensuite, les élèves sont arrivés avec les accompagnants et le tournoi a pu commencer par l’énonciation des consignes données par le Président de l’Association. Les qualifications ont eu lieu la matinée afin de pouvoir déterminer le classement des élèves au sein de leur propre « poul ». Du coup, j’ai passé la matinée à animer et observer avec l’équipe du CRDTM pour signaler le nom du gagnant et le nom du perdant à chaque fin de partie et vérifier qu’il n’y avait pas des conflits entre les élèves. Le jeu de la matinée c’est bien déroulé et nous avons fait une pause à midi. Nous devions préparer les cadeaux et les certifications pour chaque participant. J’ai donc eu la responsabilité d’écrire le nom sur les certificats.
  11. 11. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 11 Nous avons passé toute la journée dans la salle pour le tournoi, je faisais parti des observateurs qui signalaient le nom du gagnant et du perdant. Le tournoi a fini vers 15h30. Ma première responsabilité dans cette association a été d’organiser l’événement sur le plan de la logistique, d’assurer l’animation en écrivant le nom des participants sur les certificats et de les présenter.  Difficultés  Les difficultés liées à la gestion d’une classe section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA). Qu’est ce qu’une classe SEGPA ? Une classe Segpa est une classe qui accueille les jeunes de la 6ème à la 3ème qui ne maîtrisent pas toutes les connaissances et compétences attendues en fin de primaire. Intégrée dans un collège, la classe regroupe un petit groupe d'élèves (16 au plus) pour individualiser le parcours de chacun. La gestion de cette classe demande beaucoup de patience et de maitrise de soi.  La gestion des émotions: L’a gestion des émotions est une des qualités à mettre en œuvre. L’émotion est une réaction affective naturelle face à ce qui nous arrive. Qu'elle soit plaisante (comme la joie, par exemple) ou déplaisante (la tristesse, peur, colère…), faible ou intense, elle se manifeste parfois à notre insu. Elle peut s'accompagner de troubles divers : rougeur, tremblements, palpitations, interruption ou sur activation de la pensée, mutisme, etc. Les émotions nous poussent à bouger, à agir, à réagir ; on peut facilement observer ces réactions impulsives chez les touts jeunes enfants comme nous avons pu le vivre aujourd'hui avec les élèves. Leurs émotions s’étaient trop exprimées. Or dans notre monde civilisé, les émotions n'ont plus que rarement droit de cité, mais elles ne sont pas pour autant devenues inutiles. Même si elles nous perturbent quelquefois un peu trop, nous avons toujours quelque chose à en retirer. Dans tous les cas, si c’est un enfant ou un adulte, nous avons tous nos moments difficiles et les moments où nous exprimons ces émotions. En tant qu’observatrice et coordinatrice, je fus très vigilante pour canaliser ces émotions, surtout lorsqu’elles s’expriment en cas de défaite.  La gestion des situations de forte rivalité : Selon le dictionnaire Larousse, la rivalité désigne la concurrence, il s’agit d’un terme qualifiant une relation ou une situation basée sur la compétition. La rivalité peut
  12. 12. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 12 concerner deux ou plusieurs personnes prétendant aux mêmes avantages et utilisant divers moyens pour les obtenir. Dans un jeu comme l’Awale, il y a toujours le gagnant et les perdants. Notre travail fut d’assurer la paix entre les joueurs. De ce fait, il est important de les encourager et leur faire comprendre qu’ils peuvent être gagnants lors d’un prochain match. C’est a travers la persévérance et le travail qu’on devient meilleur.  Surveiller les enfants: De ce qui précède, il apparaît que surveiller les enfants est une tâche qui s’est imposée à nous, il a donc fallu être attentif à tous leurs faits et gestes, pour éviter que la situation nous échappe. Par exemple, que fait-on si deux enfants (un garçon et une fille) veulent se rendre aux toilettes en même temps, sachant qu’il n’y a qu’une cabine de toilettes  Réflexion Assurer un accueil de qualité, qui mette les participants dans de bonnes conditions de jeu s’est avéré indispensable pour la suite de la journée Etre à l’écoute, attentif aux besoins des participants s’est avéré également comme une qualité humaine indispensable Cette expérience d’accueil et d’écoute attentive est transposable dans le monde professionnel. Dès ma plus tendre enfance, j’ai observé les « anciens » chez moi lorsqu’ils jouaient à ce jeu, sans y poser la moindre réflexion, ou avoir conscience de l’enjeu, tout comme il ne m’était pas venu à l’idée d’apprendre à le jouer. J’avais plutôt des idées reçues du style que c’était difficile à jouer, ou encore quel intérêt ? Alors qu’il s’agit d’une question de stratégie et une question technique (avoir la capacité à compter mentalement). Me voici maintenant en France en train d’apprendre ce jeu grâce à des élèves de sixième et quatrième. Les enfants de sixième et quatrième trouvent ce jeu intéressant alors que dans mon optique de départ, je le qualifiais de jeu de paresse. Il a fallu attendre que j’arrive en France et par un concours de circonstance pour que j’apprenne à le jouer en guidant des plus jeunes. Cette situation a contribué à changer ma représentation de ce jeu. Egalement, j’ai remarqué que le jeu d’Awalé est un jeu qui encourage à la solidarité et au partage, car au final, chaque personne compte le nombre total de ces graines.
  13. 13. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 13 1.2 Animation au centre social Turgot : Une girafe sous la pluie Le conte de la girafe Expulsée de son pays en Afrique après avoir essayé d’extorquer de l’eau que le Roi Lion monopolise pour remplir sa grande et luxueuse piscine, une girafe se trouve sous une pluie battante à Mirzaland, un pays du nord peuplé de chiens. Dans ce pays, elle va chercher à reconstruire sa vie. Néanmoins ce ne sera pas si facile pour la girafe. En effet, il va y avoir des problèmes avec les contrôles douaniers, il va falloir trouver un logement dans son nouveau pays, s’adapter aux usages locaux, il va également chercher à régulariser sa situation auprès de l’administration, c’est à dire, demander l’asile et de ce fait, il aura un permis de séjour provisoire. La girafe va chercher un travail ainsi que de se faire des amis. Cependant, tout cela est court car sa demande s’asile est refusée et il doit retourner dans une «destination : ailleurs ». Alors à travers l’histoire d’une girafe, les enfants découvriront le parcours d’un migrant et surtout la question des réfugiés climatiques et les difficultés de la migration. Les objectifs sont bien illustrés pour les enfants :  Pourquoi peut-on être amené à quitter son pays ?  Découvrir le parcours d’un migrant;  Mieux accepter les différences culturelles ;  Mieux percevoir l’intérêt de la coopération ;  La solidarité au-delà des différences.  Description Pour cette animation, nous avons organisé et préparé nos ressources depuis une semaine, car dans l’organisation d’un événement, il faut toujours effectuer un travail en amont. Alors, j’ai visionné le film au préalable, avant et pendant la visualisation, nous avions remarqué que le film ne fonctionnait pas sur tous les ordinateurs donc il a fallu être prudent et partir avec le bon matériel fonctionnel. L’animation sur « une girafe sur la pluie » a eu lieu le 20 juillet dans une école à Lille Sud. La réservation à été faite depuis un mois et demi par la direction de la MRES. C’est sous la convention de l’opération d’été dédiée aux enfants de 6 à 8 ans. J’étais co-animatrice avec la chargée de projets. Nous sommes arrivées à l’heure et le directeur a pris en aparté la chargée de projets pour lui faire part d’une
  14. 14. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 14 problématique liée aux « signes ostentatoires » visibles sur la service civique (à savoir un foulard en arrière) et sur moi-même (bague avec une croix). Nous avions été très coopératives et il n’y a eu aucun problème. Nous sommes donc allées dans la salle pour préparer le matériel en attendant les enfants. Nous avions effectué cette animation en deux parties. Dans un premier temps, les enfants étaient en groupe de 5 et ils ont dû essayer d’habiller une girafe en carton avec tous ce qu’ils pensent que la girafe aura besoin. Nous avions rangé les matériaux sur un tableau (les matériaux inclus des échappes, des bonnets, des valises, des parapluies etc.) et l’autre partie de la salle ou nous allons visionner le film était aussi rangé pour nous adapter à regarder le film. Il est important de savoir que nous sommes toutes des femmes et c’est nous qui avions tout monté. Alors le moment est arrivé pour inviter les enfants dans la salle, comme d’habitude, ils étaient tellement curieux et commençaient déjà à poser des questions. Il a fallu un peu de temps avant que les enfants ne s’asseyent. Pour la première session, la chargée de projets à commencé à poser les questions aux enfants et à ma grande surprise ils ont été très réactifs. Cependant il y en a quelques uns qui n’étaient pas du tout intéressés. A cause de la pluie ce jour-là, les enfants n’ont pas bien compris le titre, car ils essayaient de faire la relation entre le fait qu’il pleuvait à l’extérieur et le titre « une girafe sous la pluie », nous avions dû expliquer que la pluie dehors n’avait pas un lien avec l’animation. Ils ont effectué un exercice en imaginant l’histoire de la girafe, en s’aidant de photos mises à leur disposition, ainsi que des accessoires pour faire travailler leur imagination et découvrir le sens du film sans avoir à le regarder. Au final, ils ont compris à travers le titre que la girafe devait quitter son pays. Après 40 minutes, nous sommes passés de l’autre côté de la salle, là où nous avions monté notre projection et des tapies pour les enfants. La chargée de projet m’a confiée l’animation de la suite : j’ai du dépasser ma peur, n’ayant jamais assurer une animation en français bien que je savais que j’en étais capable. Du coup, nous avions fait des coupures durant la projection du film afin de poser des questions aux enfants. Par exemple lors de la première coupure, nous avions posé les questions suivantes :  où se trouve la girafe?  quelle est la situation de la girafe?  pourquoi le roi Lion a expulsé la girafe?
  15. 15. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 15 Et nous avons eu les réponses comme « c’est en Afrique parce que les gens sont pauvres et ils souffrent », « il n’y a pas de l’eau en Afrique ». La plupart des enfants répondent immédiatement que c’est en Afrique, car c’est le « pays » le plus pauvre. On a du le dire que l’Afrique n’est pas un pays, mais un continent et ce n’est pas tous les pays en Afrique où nous ne trouvons pas de l’eau et qu’il y a des riches et des personnes qui vivent très bien. En général, l’idée de cette animation est d’attirer l’attention des enfants sur les questions liées à la migration et surtout pourquoi n’importe qui peut quitter son pays d’origine. La question de l’immigration ne concerne pas que certaines personnes ou certains pays, mais toutes les populations pour des raisons différentes. Lors de cette animation nous avons été accompagnés par quatre animateurs afin de recadrer les enfants en cas de besoin. De mon point de vue, les animateurs étaient passifs, alors qu’ils auraient pu intervenir davantage pour recadrer certains enfants.  Difficultés Des challenges techniques :  Le centre pour l’animation n’est pas trop loin de nos bureaux, donc nous avons quitté assez tôt avec nos ressources et nous avions pris le métro et nous devions nous arrêter à deux stations de « République de beaux-arts ». Mais ce jour- là, le métro avait eu un problème technique et nous étions bloquées dans le métro. Nous étions tellement stressés, de peur d’être en retard pour ranger la salle et projeter le film et surtout assurer que tout soit en ordre avant que les enfants n’arrivaient. Le stress est vite monté, d’où l’importance de gérer son stress au travail. Ce n’est vraiment pas facile, on a donc appelé la direction de l’école pour expliquer notre situation en la rassurant que nous pouvions avoir du retard de quelques minutes du fait que le métro était en panne. L’attitude sereine de notre responsable face à la situation nous a donné confiance. Comme le souligne Patricia Lentini « Le stress, présent continuellement dans notre quotidien est devenu un ennemi universel. Ce terme très souvent évoqué pour imager une situation négative n’est autre que la représentation du mal être existentiel que de nombreuses personnes ressentent de nos jours. Cependant, déjà dans les années 50, un chercheur canadien Hans Selye, dans son ouvrage fondateur « Stress of life » évoque le terme de stress pour les phénomènes manifestés par des êtres vivants soumis à des agressions de l’environnement. Il a présenté le stress comme
  16. 16. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 16 étant un état dans lequel se trouve un organisme menacé de déséquilibre sous l’action d’agents ou de conditions qui mettent en danger son homéostasie. Il prouve à travers ses expériences qu’il s’agit d’une réaction normale, utile et inévitable dont est doté tout individu et affirme que c’est une véritable fonction vitale de l’organisme au même titre que la respiration ou la digestion. D’où sa définition claire et incontestable : le stress désigne la réponse de l’organisme en vue de s’adapter à toute demande de son environnement. Nous sommes de nos jours affectés par une multitude d’événements de vie, confrontés à une pression permanente, sous l’emprise d’une exigence à outrance que ce soit dans nos vies privées ou professionnelles. Il devient donc indispensable de mettre en place de nouveaux comportements afin de se protéger et de s’adapter à ces nouveaux modes de vie. C’est la différence qui fera la différence ! Du coup, le stress est inévitable quand nous traversons des situations compliquées, mais c’est notre réaction qui détermine le comportement professionnel que nous devons adopter.  Bien qu’il y avait deux DVD de « la girafe sous la pluie » au centre de documentation du CRDTM, les objets électroniques ont tendance à avoir des défauts de fonctionnement lorsque nous en avons besoin. Par conséquent, nous avions passé du temps à essayer les DVD dans tous les ordinateurs portables au bureau pour être sûr du bon fonctionnement de notre équipement avant l’animation. Heureusement, après quelques heures, nous avions trouvé un PC adapté au DVD avec des haut-parleurs fonctionnels et adaptés au câble du projecteur.  Aussi, il fallait trouver/télécharger le logiciel permettant de lire le DVD dans l’ordinateur, car le celui-ci ne fonctionnait pas avec le logiciel que nous avions. Aussi, j’ai dû télécharger un autre lecteur pour voir si ce logiciel était plus adapté à lire notre DVD.  Nous nous sommes assurés de la disponibilité d’une sono au centre, Cependant, la sono mise à disposition n’avait pas de câble. J’ai essayé de voir comment je pouvais connecter l’ordinateur et la sono mais sans succès. En poursuivant mes recherches, il s’est avéré que la sono fonctionnait sans le câble, mais via le Bluetooth. J’ai donc fait une découverte, puis mes interlocuteurs m’ont indiqué comment faire et j’ai réussi à connecter l’ordinateur et la sonore et tout s’était bien passé.
  17. 17. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 17  Gérer les émotions: contrairement à la première définition, les élèves de ce centre étaient plus jeunes et ce n’était pas du tout facile avec eux. Du début à la fin, il fallait vraiment faire attention à eux. Ils étaient tellement agités. A un moment donné, j’ai été surprise face à la réaction violente de deux frère et sœur et de leur amie. Ils n’avaient pas pu contrôler leurs colères et ils avaient commencé à se donner des coups donnant lieu à une grande « bagarre ». Ce n’était vraiment pas facile de les calmer et cela avait engendré une interruption de notre animation qui se passait bien depuis le début. Donc, en tant que co-animatrice, il fallait être vigilante et s’assurer que tout se passe bien durant cette animation et passer un agréable moment ensemble.  Les images et matériaux adaptés aux enfants.  Réflexion La réactivité: Le point le plus fort de la journée est que les enfants ont bien saisi le but et les objectifs de l’animation. Ils étaient très réactifs et répondaient aux questions posées. Le manque d’ouverture d’esprit: par rapport à leurs opinions, nous avions remarqué que les enfants ne connaissaient pas beaucoup de choses sur la culture générale. Quasiment tous les élèves n’ont jamais eu l’opportunité de voyager et de quitter la ville de Lille. Réflexion sur la société: tout d’abord, Lille sud est un quartier très sensible de Lille, la dimension classe sociale est à prendre en compte, mais surtout le vivre ensemble, qui n’est pas très ancré dans les esprits des enfants. C’est surprenant que les enfants ne veuillent pas accueillir un enfant venant d’une autre région du monde. Des exemples de paroles « Non, il ne va pas dormir chez moi, il va dormir dans le couloir » « finalement, il va dormir tout seul dans la cabane » « Ma mère ne va pas accepter qu’il dorme chez nous ». Réflexion sur la laïcité: la question du sécularisme dans l’Etat de la société religieuse et la société civile. En effet dans l’Etat Français, c’est un idéal qui est gouverné par une loi. L’idée est que l’opinion religieuse n’intervient pas dans les interactions sociales ou politiques. Ainsi lorsque le directeur nous a demandé de retirer tous signes qui renverraient à une appartenance réligieuse, c’est bien pour respecter ce principe.
  18. 18. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 18 1.3 Préparation de la Semaine de la solidarité Internationale La semaine de la solidarité internationale est un évènement annuel de sensibilisation à la solidarité internationale à laquelle participe l’ensemble des collectivités. Chaque participant décide du thème en rapport avec la solidarité internationale qu’il souhaite traiter. C’est dans ce cadre que le CRDTM organise pour la 13ième édition la semaine de la lecture à haute voix (Dis, Raconte-moi, comment va le monde) qui tourne autour du thème: mieux vivre ensemble, devenir citoyen, s’ouvrir au monde et sauvegarder l’environnement.  Description Après avoir reçu la liste des travaux à faire en priorité, nous avons procedé au tri et à l’envoi des mails aux écoles de la région, afin de les inviter à participer à la semaine de la lecture à haute voix. Pour cette mission, j’ai travaillé avec une collègue en service civique,la chargée de projet nous a prescrit le travail à faire par mail,il s’agissait d’aller chercher des impressions (500 exemplaires des deux affiches et deux flyers de la semaine LVH) au service des relations internationales de la Mairie de Lille; de les plier et mettre sous enveloppe. Nous avons 500 écoles de la région a qui nous devons envoyer les enveloppes (du travail répétitif et fatigant). Il faut savoir que c’est un grand évènement et le respect du délai est primordial; il a donc fallu travailler vite et fait.  Difficultés Exactitude- Le problème dans l’envoi des mails est d’être précis dans le report des adresses électroniques. Ce travail aurait été facilité si une base de données était disponible, mais malheureusement il fallait regarder dans les archives pour retrouver les adresses écrites au stylo, avec une lisibilité quasi-nulle. De ce fait, après l’envoi des mails, certains nous sont revenus non délivrés. Le travail répétitif- patience et persévérance: à un moment, nous sommes tous fatiguées mais le professionnalisme nous demande d’aller au bout de la mission de réaliser notre objectif qui est de finir les plis et les transmettre au service de la Mairie. La fatigue certes présente ne nous a pas empêché d’aller au bout de la mission. En fin de journée, nous étions fières d’avoir réaliser les objectifs assignés.
  19. 19. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 19  Réflexion: Planification d’un événement es tune étape importante, même si la semaine de la lecture à haute voix aura lieu au mois de septembre, nous avons déjà commencé à envoyer les dossiers. Aux dires de la chargée de projets (ma responsable), nous sommes en retard. Je me suis demandée, comment est ce possible que nous soyons en retard alors que nous avons déjà envoyé les invitations dès le mois de Juin ! j’ai ainsi réalisé l’importance de cet évènement pour le CRDTM au regard de la superficie à couvrir, du nombre de participants; mais surtout de la nécessité de planifier : passage au comité d’organisation, ciblage du public et recherche d’intervenants parmi les bénévoles. Réflexion personnelle: C’était une tache qui exige de la patience et c’est tout à fait ce qui est attendu dans la vie professionnelle (qualité). La persévérance est l’autre qualité indispensable. Plier des feuilles semble facile et surtout une tâche sans intérêt au départ, mais eu égard à la fatigue inhérente, cela m’a appris à ne pas mépriser les travaux manuels que peuvent d’autres. Réflexion sur le groupe: Nous avons travaillé ensemble pour plier et mettre sous enveloppe. Le fait de le faire ensemble et qui plus est avec la chargée de projets a créé une bonne ambiance entre nous et avec la chargée de projets (encadrement). Son implication nous a encouragé et nous l’avons vécu comme un geste de bon leadership. En effet, un leader doit être prêt à soutenir la réalisation du travail, dans son cas elle est allée jusqu’à réaliser le travail, et cela constitue une force pour l’équipe. 1.4 Formation retour des services civiques à l’international Le CRDTM accueille et accompagne les services civiques qui ont des projets ECSI ou bien des projets s’inscrivant dans le cadre des programmes jeunesses solidarités internationales jeunes (JSI). Pour cela des formations sont mises en place avant et après le départ à l’international notamment:  La formation départ qui vise à informer les jeunes sur le terrain, l’idée principale est d’informer sur les challenges du terrain, de déterminer les objectifs à réaliser ainsi que la gestion de l’interculturalité;
  20. 20. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 20  La formation de retour a pour objectif l’évaluation la réalisation des objectifs et de faire un retour d’expériences de la mission. En appui à la chargée de projets, j’ai co-organisé la formation, en préparant les questions de l’évaluation (cette formation a duré 3 heures).  Description La formation a commencé en début de matinée avec l’arrivée du jeune Florentin au centre de ressources. La formation a démarré par la présentation du CRDTM: missions, activités… Ensuite Florentin nous a parlé de son séjour à Haïti. Florentin est allé à Haïti dans le cadre d’une mission de service civique internationale pour 6 mois, il est parti le 15 décembre et est revenu le 13 Juin. Sa mission était de développer un cadre de coopération décentralisée entre la ville de Arras et la ville de Limonade sur quatre volets:  Le volet universitaire;  L’agriculture;  La culture et la jeunesse;  La gouvernance. Auparavant, il y avait déjà eu des services civiques en Haïti et ils avaient déjà commencé à travailler sur les missions que Florentin a continué à faire progresser. Sur l’Agriculture, Florentin a travaillé en impliquant les étudiantes en agronomie de l’Université. Grâce à cette collaboration, ils ont pu proposer un projet de formation pour les agriculteurs de Limonade (livrable) permettant d’augmenter leurs récoltes. Cette proposition a été déposée, ainsi que le budget et le plan financier. Mais malheureusement, il ne pourra pas rester pour voir l’accomplissement de son idée. Le projet est déjà accepté par les universitaires et ils ont le soutien de l’ambassade de France en Haïti. Pour terminer, sur la culture et la jeunesse, il a pu organiser beaucoup d’événements avec l’aide de l’alliance Française. Logement: Florentin était logé à Cap Haitien dans une résidence universitaire qui était un peu éloignée de son lieu de travail. Cela représentait une difficulté pour lui, mais au fil du temps, il a apprécié sa mission et a réussi à s’adapter.
  21. 21. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 21  Les points forts de la mission pour Florentin:  Il a réalisé son objectif de départ et il a même favorisé un échange plus pratique de fait qu’un haïtien viendra à Arras dans le cadre de la coopération décentralisée;  il a apprécié les contacts avec les étudiants;  il a une ouverture sur le monde et espère avoir une autre opportunité pour aller en Haïti pour continuer sa mission. Cependant le service civique ne peut se faire qu’une seule fois. On lui a proposé d’opter pour le volontariat de la solidarité Internationale (VSI);  L’accueil et l’hospitalité des haïtiens étaient remarquables pour lui;  Le paysage;  La découverte de la richesse culturelle a travers des œuvres d’art, des pierres et aussi la musique.  Les points faibles:  Au niveau administratif, il n’y a pas de stres, ils prennent tout facilement contrairement à la France. Les horaires ne sont pas tout à fait respectés;  La pauvreté du pays;  L’influence de l’histoire avec la France sur les populations : en effet, pour certains, la France est l’origine des difficultés, notamment de la pauvreté;  Le séisme.  Réflexion Les voyages forment la jeunesse: d’abord, je trouve positif le fait que les jeunes puissent avoir l’opportunité de voyager et de monter des projets de solidarité internationale. La formation au départ et au retour du voyage permet de prendre du recul, de réfléchir sur son expérience. Au-delà des aspects objectifs, une part importante est laissée aux émotions vécues. C’est ce qui reste et qui constitue sa “vérité”. Ce n’est pas du tout facile de quitter sa famille, son entourage, mais cela donne de la maturité, une dimension capitale en management : il faut que nous apprenions la maturité et cela vient seulement quand nous sommes prêts à quitter
  22. 22. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 22 notre zone de confort. En tant que futur manager, le témoignage de Florentin m’a appris qu’il est important de voyager et de découvrir d’autres environnements. 1.5 La réunion avec Madame Christelle Dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale, la maison des Droits de l’Homme de Villeneuve d’Ascq organise une journée sur la migration et de ce fait, Madame Christelle Hensy (Responsable) a pris contact avec le centre de ressources pour se documenter sur le thème de la migration pour des élèves de cours moyens 2ème année (CM2). Pour préparer cette rencontre, nous avions fait des recherches documentaires sur le site RITIMO et avions trouvé des livres et expositions sur la question. Etant arrivée la première au bureau, j’ai rangé la salle de réunion en attendant la chargée de projets et Madame Christelle. Cette dernière est arrivée avec sa petite fille de 5 ans vers 9h30. Comme d’habitude, nous commençons la réunion par es présentations. La maison des Droits de l’Homme propose une journée festive pour faire découvrir et aussi favoriser la solidarité internationale dans les écoles en partenariat avec les associations de la ville sur une demi-journée. Au programme : un montage de spectacle, des stands associatifs, 6 associations sont partenaires de l’action, leur rôle est d’assurer l’animation à l’aide de leurs propres outils pédagogiques et des matériaux autour de la solidarité internationale.  Difficultés L’incertitude et la difficulté de faire un choix : nous avons beaucoup de ressources au CRDTM et notre interlocutrice avait l’embarras du choix. Nous avons réalisé qu’elle attendait que nous fasisons le choix à sa place. La présence d’une fillette.  Réflexion L’expertise et l’organisation: bien que notre interlocutrice n’avait pas d’idées de ce qu’elle cherchait, nous nous sommes assurés qu’elle trouve satisfaction. Comment sommes-nous arrivés à cela?
  23. 23. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 23 Une petite diversion sur la question d’un bon vendeur, l’expert de vente dit « un bon vendeur, c’est avant tout un professionnel. On a longtemps considéré que le métier des commerciaux s’exerçait par défaut. Ce n’est plus vrai. Faire des affaires devient de plus en plus difficile et complexe. Comme dans tout métier, il faut maîtriser les fondamentaux et développer sans cesse son expertise. Les meilleurs vendeurs sont souvent ceux qui sont les plus demandeurs de formation pour améliorer leurs techniques ». La chargée de projets montrait une expertise dans son travail et j’ai fait preuve d’un bon sens de l’organisation. Ainsi, lorsqu’il fallait chercher des matériaux ex des expositions et des mallettes pédagogiques, j’étais prête à les retrouver de manière efficace sans perdre du temps et c’est cela qui a fini par convaincre notre interlocutrice de la pertinence de nos choix ou propositions. Nous avions essayé de décoder exactement ce qu’elle voulait en lui présentant et expliquant nos ressources, c’est exactement comme un vendeur. 2. LA COMMISSION CONFERENCE Cette commission rassemble des associations et des particuliers, afin de mener une réflexion sur des questions de développement et de solidarité locales, nationales et internationales. Le but principal de cette commission est de faire avancer ou bien d’évoquer le débat et les discussions concernant les droits humains et encourager la solidarité. L’objectif final est de susciter l’éveil sur ces questions et leur donner une visibilité.Cette commission vise différents objectifs :  Faire progresser le débat sur le développement, les solidarités et l’accés aux droits humains ;  Lancer et favoriser la réflexion et la mise en débat des problématiques liées aux thèmes énoncés ;  Développer des réseaux de travail et de réflexion sur ces problématiques ;  Soutenir et relayer les campagnes militantes. Quelques illustrations : En 2014 et 2015, la commission a initié les conférences suivantes :  une conférence sur la situation de la Centrafrique autour de l’exposition photo « On est ensemble » de Camille Lepage (photo-journaliste assassinée en Centrafrique) ;
  24. 24. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 24  une conférence, plutôt un échange-débat : « Boko Haram : un mouvement terroriste ou une organisation religieuse » ? dans le cadre de la septième édition de la Journée Mondiale de l’Afrique. L’idée d’organiser cette rencontre fait suite à l’échange-débat sur la Centrafrique. Lors de cet échange, les intervenants de retour de leur mission en Centrafrique avec le Secours populaire, ont insisté sur le fait que le conflit centrafricain était tout sauf un conflit confessionnel. Il s’agissait de poursuivre cet échange à partir de l’exemple de Boko Haram. En effet, à partir de cet exemple, il s’agissait d’analyser la poussée et l’irruption dans le champ politique de mouvements d’inspiration religieuse en Afrique subsaharienne ;  une conférence-débat « Tournons la page pour l’alternance démocratique en Afrique», co-organisée avec l’association Survie et les Amis du Monde Diplomatique, le 13 octobre 2014 ;  Une projection-débat sur la Centrafrique, avec le Secours Populaire Français et le Collectif, Solidarité Centrafrique, le 24 octobre 2014. Mes activités/Apports Critiques 2.1 Formation sur le financement participatif Hello Asso Dans le cadre de mon stage, j’étais amenée à représenter le CRDTM dans une formation de financement participatif qui a eu lieu à la maison régionale de l’environnement et la solidarité (MRES). Mon objectif était d’apprendre et de transmettre ce que j’ai appris à mon équipe du CRDTM.  Description: Nous avions commencé à 18h15 et il y avait environ 50 personnes. C’est quoi Hello Asso - C’est un site de collecte pour l’association. Hello Asso a été créée en 2009 dans le but de passer de la phase habituelle de collecte à une phase numérique. Cela s’est fait dans l’intention d’aider toutes les associations françaises à développer leur collecte de fonds par voie numérique c’est-à-dire sur internet. Les Anglais pratiquent ce système depuis longtemps, il se nomme le crowdfunding. Il ne faut pas confondre le Crowdfunding avec le Crowd lending. Selon le dictionnaire Oxford online « crowdfunding is the practice of funding a project or venture by raising many small amounts of money from a large number of
  25. 25. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 25 people, typically via the Internet » par contre « crowd-lending is a form of crowdfunding but must be paid back. This is not free ». De ce fait, nous pouvons définir crowdfunding comme un financement participatif qui désigne la mobilisation d’une foule de personnes pour soutenir financièrement un projet en vue de sa réalisation. En France, Hello Asso est une association dédiée pour faire progresser cette théorie. Statiquement, le site accueille 350000 utilisateurs inscrits, 16000 associations référencées, 300000 visiteurs mensuels et plus de 23 millions d’euros collectés depuis 2009. Alors comment fonctionne ce site numérique Hello Asso? Ils fonctionnent avec leurs outils de financement :  Adhésion: gérez vos adhésions et cotisations en ligne en toute simplicité. Par l’adhésion, vous adhérez aux actions d’une association en cochant des cases pour adhérer et en acceptant de donner la somme d’adhésion ainsi que d’ajouter un don à votre adhésion;  Crowdfunding : financez vos projets grâce à la mobilisation de la foule. C’est précisément un outil très utilisé dans le site de Hello Asso. Les administrateurs assurent la transparence des collectes, car les statistiques dévoilent l’évolution des sommes après chaque donation;  Don: créez une campagne pour collecter des dons pour financer vos projets. Les personnes peuvent décider de donner directement sur la plate- forme du site pour l’association en question. C’est un engagement pour aider une cause ou une situation;  Billetterie : créez votre billetterie en ligne et vendez des places pour vos évènements;  Formulaire : intégrez nos formulaires (dons, adhésions, billetterie) à votre site internet en remplissant un dossier;  collecte pour un tiers: encouragez votre entourage à devenir collecteur au profit de votre association. C’est une collecte qui peut être adressée à votre proche entourage. Quel projet proposer au financement participatif? Ce n’est pas tous les projets qui peuvent être financés par le crowdfunding. Nous pouvons citer des exemples de projets:
  26. 26. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 26  Un projet pérenne : c’est un projet où le participant cherche à maximiser son impact et privilégie le don d’investissement;  Un projet séduisant: est un type de projet qui cherche à éveiller les émotions des contributeurs;  Un projet qui fédère une communauté: c’est un projet qui vise les bénévoles, partenaires ou personnes qui ont un intérêt ou qui participent de près ou de loin au projet;  Un projet nouveau ou original : jamais vu, innovant ! Il est important de noter que le financement participatif est limité dans la durée, une campagne doit durer entre 1 et 3 mois. Ce n’est pas toujours le cas. De plus, la période de l’année n’est pas à négliger car la foule est censée donner plus pendant la période de la solidarité internationale (exemple octobre, novembre et décembre). Une fois l’objectif atteint, le financement s’arrête. Par exemple, si nous devions atteindre le but de réaliser 400000 euros et que nous avons atteint ce but, la campagne est clôturée sans oublier de remercier tous les participants. La Mobilisation de foule Il faut bien déterminer le message, le destinataire, par quel canal ou moyen de transmission et la date. Cela est vraiment important, car il n’y a pas un crowdfunding sans communication aux foules. Donc pour bien réussir le financement participatif, le plus important est la mobilisation. De ce fait Hello Asso a déterminé la règle des trois cercles:  Entourage proche: représentant les amis, la famille et toutes les connaissances intimes. Ce sont des personnes qui supportent votre cause, ils sont toujours fidèles à votre proposition. C’est eux qui fournissent 10% des fonds nécessaires à votre campagne;  Entourage éloigné: les entourages éloignés sont les personnes qu’on connait de loin, on ne les côtoie pas du tout. En fait, l’entourage proche mobilise l’entourage éloigné donc c’est pourquoi il ne faut pas sauter les étapes. 30% à 40% viendrait de votre entourage éloigné;  Le grand public: c’est la foule, les inconnus mais qui sont de potentiels contributeurs mais cette étape ne peut pas être réalisée sans une mobilisation positive de la campagne.
  27. 27. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 27  Difficultés Le temps de la formation: la formation s’est déroulée le soir après le temps de travail, à un noment où la fatigue commence à se faire sentir. Il aurait été préférable de la programmer en matinée. Etre attentive : je suis obligée de faire très attention et de noter tout ce que j’ai compris dans la formation, car j’expliquerai à mon équipe le lendemain. Ainsi je n’ai pas cessé de poser des questions pour bien comprendre et être à m^me de retransmettre à l’équipe le lendemain. Et à la fin, j’ai demandé les documents ou supports utilisés.  Réflexion Networking : ce fût un moment propice pour créer et développer son réseau personnel et professionnel (promotion de l’association). Un réseau est défini comme un ensemble d’entités (objets, personnes) interconnectées les unes avec les autres. Un réseau permet ainsi de faire circuler des éléments matériels ou immatériels entre chacune des entités selon des règles bien définies. Par contre le réseautage d’affaires est un peu différent, car c’est une méthode qui crée des possibilités d’échanges entre des professionnels. Beaucoup d’entrepreneurs et des professionnels considèrent que le réseau d’affaires est une méthode efficace pour montrer aux autres ses capacités professionnelles ainsi que l’établissement représenté (ce qui fut mon cas). Donc aujourd’hui, j’ai eu le plaisir de rencontrer des acteurs petinents de différentes associations et je n’ai pas cessé de parler du CRDTM. De ce fait, il y a eu des personnes qui semblaient tellement intéressés et ils ont promis de visiter notre centre de ressources. Explication : comme le stipule mon professeur de management : “la compréhension vient seulement lorsque nous savons comment le transmettre. Si nous n’avons rien compris alors nous ne pouvons pas transmettre”; les expressions comme « j’ai compris mais je ne sais pas comment vous expliquer » sont équivalents à « je ne comprends rien du tout ». Je suis fière d’avoir réussi à transmettre la formation à laquelle j’ai participé au restant de l’équipe. Cela a eu un impact positif à tel point que l’équipe pense proposer un financement participatif au CA du CRDTM, pour trouver une solution à la baisse des subventions actuelles. Cette situation (baisse des subventions) est un handicap pour le
  28. 28. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 28 développement des actions du CRDTM. L’alternative de trouver les fonds via ce modèle de financement participatif dans les années à venir est tune piste à poursuivre. C’est ma contribution et elle fait suite à la formation. 2.2 Conférence: Pratique de l’intelligence Négociationnelle Mr Kag Sanoussi is one of the partners of CRDTM, as a partner of the association he has some benefits and privileges. For example, CRDTM would be organizing his conference and his book launch on the 17 of June, 2016. For this event, I was supposed to put everything in place before and be in charge of organizing the event. (see flyer in annexe).  Description I was told as soon as I got to CRDTM that this would be my first responsibility and I had to see to the well functioning of the event. Just the day before the conference, we had a problem of the hall for the event. It was on CRDTM to reserve the hall in MRES (there are lots of hall in the building), so we had reserved the hall which was more lika a lecture hall. Anyway this has been done before my arrival but on this day, we called the Mr Kag and he told us he will be expecting more people than we had hoped including the fact that he would prefer a theatre with speakers, an access point for his presentation and also a stand for the sharing. This was not planned by my boss as she had thought that the evening was basically a book launch and nothing more, so when she confirmed and realized that it was more than a book launch. This became an issue, it was glaring that the whole team was worried most especially because they (the project manager and the civil service worker) wouldn't be present on the day of the event neither for the hall preparation. So I had to run around to see if it was possible to change the room but it was at the late hour as all the rooms were taken. So this is the first challenge, the hall available was not adequate for a conference in the sense that it was at the top of the building and the sun rays could penetrate easily which is not good for the image projection. How do we go about solving this? So the other is getting the equipments which had not been reserved because of the transmission of a wrong message. Anyways, I was able to get everything done before the D-day. For the room, I only had to ensure that we could get curtains to prevent the rays from the sunlight, I got to reserve some
  29. 29. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 29 speakers and Microphones, I demanded for more chairs and tables which would make the lecture hall more presentable. The conference / Book launch was meant to last from 17h to 19h30. The room was set, our partner appreciated the effort. The guests started arriving and the presentation kicked off at about 17h30. His book was about Ways of Negotiations - The strategies, project management, Conflicts management. This was an interesting topic although I have learnt most of what he spoke about during our professional conferences this semester. We had speakers that dealt with this topic, for me it was a repetition and a refresh of something I already knew. Nevertheless, the management of conflicts was quite interesting in the sense that he linked it to the recent happenings between the séléka and the Anti- balaka conflicts in Central African Republic. This clash made headlines internationally; this was a rift between two militants groups which caused a lot of destructions in this country. One of this group was mostly dominated by Muslims while the other was Christian dominated. One would think it is a battle of religion but it is more to it than meets the eyes. This conflict lasted for years and even till present, there still exists certain thrifts. Anyways, the ideas of our partner is that a rightful negotiation ideas can help in resolving most cases of this such in Africa and insists on the fact that Africa need skillful negotiators. This would as a matter of fact be a very strong point of criticism during the debate. The debate started at about 18h15 and not forgetting, we have to leave the room at 19h because there would be another association at that time. The first question after the talk was quite direct and a bit vilifying. He said « Monsieur, you are here in France and you are talking about conflict resolution in Africa, you are already well placed, you have a good life and you are well settled in France, do you not think it is lost appropriate to speak about conflict resolution in Africa while you are having a good life here in France, do you plan on going back home to help in the resolutions of these conflicts or you are talking based on the fact that you are an intellectual » This is a very serious question amongst the Africans in the Diaspora, we know how things are meant to be in our country because we have seen enough from the outside world nevertheless, we have fears of going back home. For example, there is nothing guaranteeing a very good living condition or even a decent job. So on one hand, I could say that the man has a point for criticizing Monsieur Kag about his view on settling a conflict from an external perspective because for a fact, we could conclude
  30. 30. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 30 that he has made a good life in France and going back home might not be his best option. On the other hand, as Nelson Mandela has said « Education is the most powerful weapon we can use to use to change the world » the knowledge in question starts from a point and from a place. It all starts from nurturing a simple idea, developing this idea and of course, passing it on which is why Monsieur Kag’s little way of enlightening the African community in the Diaspora and the mere effort of writing a book on this subject is a noble act that deserves to be applauded.  Difficulties Stress Management - When we realized the issues we had with the hall and the unavailability of equipments, it was a bit difficult because my immediate boss almost freaked out as she related everything to the personality of the proposed speaker. I am conscious of the fact that she is more familiar with the partner than myself as she exclaimed « he is very ethical and things must be done in the right way for him » I was the one organizing and I had not meet him so it was difficult for me to understand what she meant, at this point I was the one trying to guarantee the serenity of the group. Time Management - There was a big issue with the respect of time even though I had signaled at the beginning of the debate that we had to leave at 19h, they didn't stop asking questions and counter attacking. It was actually the most difficult aspect from the day because I was the only person present administratively and I was in charge of assuring that they all left the hall in a well arranged order. Analysis of the event- I think I did my best to guarantee that everything was in place and in the right order. The before and the aftermath was a big success. I did my Job very well. I also believe the event went well as Mr Kag was well celebrated by the participants who encouraged the Job well done. It would have been more interesting if I had an extra hand with the technical equipments because they were quite heavy and I had to use the stairs which was quite a long one. Nevertheless, I felt very independent and responsible for everything which was a good one. Allowing me to organize this event proves that I am well trusted and my employees believed in me for the management of this little project.
  31. 31. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 31 2.3 Réunion de travail avec David Delhommeau Cette réunion a eu lieu le 30-06-2016 en fin de la journée. M David Delhommeau est le responsable d’animation du réseau national RITIMO. Durant cette réunion, les différents acteurs de la commission ECSI étaient présents: association ESSOR, GRDR, ainsi que le conseil d’administration du CRDTM. En tant que centre RITIMO, il était important de mobiliser les différents acteurs pour échanger avec Monsieur David Delhommeau.  Présentation de Ritimo: Ritimo est un réseau d’information et de documentation pour la solidarité et le développement durable. Depuis 30 ans, le réseau Ritimo regroupe en France des lieux et des organisations (centres de documentation, lieux ressources, médias et projets documentaires en ligne…) engagés collectivement dans un projet de mobilisation citoyenne pour la solidarité internationale. Le mode d’action principal est la collecte, la sélection et la diffusion d’une information critique, plurielle et diversifiée, privilégiant l’expression des citoyens, des associations et des mouvements sociaux de tous les continents. Le réseau Ritimo inscrit son action dans le courant altermondialiste. Qu’est ce que le courant altermondialiste? C’est un mouvement social qui cherche à mettre en avant et revendique certaines valeurs par exemple, la démocratie, la sauvegarde de l’environnement, les droits humains, la justice économique etc. en participant à des collectifs au niveau Français, en relayant localement et nationalement des campagnes d’action et d’opinion, et en développant des projets communs avec des organisations de la société civile et des médias au niveau international. Les missions de RITIMO:  Accueil et information;  Organisation des animations et formations;  Veille et sélection de l’information;  Appui à l’élaboration de dossiers;  Soutien a travers la démarche DPH (dialogues, propositions, histoire pour une citoyenneté mondiale), des organisations et des personnes;  Encouragement des organisations, réseaux, mouvements, et médias;
  32. 32. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 32  Réflexion, au niveau national et international, sur le rôle de l’information comme vecteur de transformation sociale;  Promotion, appropriation et usage des outils numériques. Avant la réunion, nous avons organisé et rangé la salle, apprêté la collation. A la fin de la réunion, j’ai rédigé le compte rendu des différents échanges.  Description La réunion a commencé à 18h avec la présentation des différents acteurs présents et la raison de leur présence à cette réunion. Monsieur Delhommeau demandé au Président de l’association du CRDTM le bilan financier, le rapport d’activités, la grille des activités pour l’année 2015, car ces documents doibent parvenir avant le 15 septembre 2016, pour débloquer la subvention de RITIMO. La grille d’activités est très importante, car elle permet de visualiser tous ce qui est fait au cours de l’année afin de voir s’il est nécessaire d’augmenter la subvention ou pas. La grille en question est sur le site de RITMO et chaque membre affilié à RITIMO peut la télécharger. Il a commencé par une petite histoire du Réseau RITIMO : « nous avons célébré nos 30 ans en 2015, au départ, l’idée était d’informer le public sur les différentes problématiques des pays du sud, sur la question de la pauvreté et aussi pour favoriser des relations et des partenariats. Cependant, à cette époque, il n’y avait pas internet, les consultations et accès aux documents étaient faites autrement”. Par contre aujourd’hui, il y a une base de données et chacun peut accéder, réfléchir à son niveau avec les actes libre de consultation et aussi une accessibilité dans tous les territoires. De ce fait, il y a eu une volonté de rendre disponible des documents à un public plus important qui dépasse le rayon de la France. Malheureusement, cette volonté n’a pas été une réussite dans la plupart des pays du sud. Dans les dernières années il y a eu une vison plus grande et un appui sur :  L’éducation au développement : au-delà du public, notre travail vise aussi le milieu scolaire, car l’éducation est vraiment importante et les membres de RITIMO sont chargés de former des animateurs pour aller animer sur les questions du développement et la solidarité internationale ;  L’accroissement du réseau Ritimo : l’association compte plus de 80 associations, des centres documentaires affiliés dans presque toutes les régions de la France ;
  33. 33. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 33  Un appui sur la place de l’information dans la société;  Un appui sur l’actualité et dans le monde des médias;  L’organisation des forums sur les situations sociaux-mondiaux;  Un outil de mutualisation (un espace virtuel d’échange permanent, en échangeant des outils sur les thèmes de travail commun);  Un réseau où les utilisateurs peuvent également consulter à distance ainsi que sur place.  FINANCES: Le financement des actions est assuré par l’Agence Française pour le Développement (AFD) et le Ministre des affaires étrangères. Actuellement le projet le plus urgent est de créer un espace pour le téléchargement des documents, de former les animateurs pour les nouvelles activités périscolaires (NAP)) et aussi la formation des enseignants. A la rentrée, nous allons organiser une réunion où nous allons mettre ensemble tous les thèmes qui ont été évoqués. Des questions ont suivi la fin de l’intervention de M Delhommeau. Ces questions portaient sur l’éducation au développement et de plaidoyer.  Réflexion A mon avis, l’idée de départ du Réseau RITIMO est surtout de sensibiliser les publics sur leur environnement et plus largement sur les pays en voie de développement. J’ai apprécié l’aisance avec laquelle M Delhommeau s’exprimait et répondait aux questions. Cette spontanéité dans l’expression est le signe d’une grande expertise: il maitrise bien son travail et il est prêt à le défendre. J’ai aussi noté le rôle du Président de l’association CRDTM dans la modération de la réunion. Là aussi il est apparu une vraie maitrise de la situation car la vraie capacité vient dans des situations inattendues. La question de l’éducation a été abordée pendant la réunion:  comment se positionne RITIMO dans le plaidoyer et l’éducation au développement? D’abord le plaidoyer est un exposé présenté en faveur d’une personne ou d’une cause (reverso) alors que l’éducation au développement est un ensemble de techniques et de méthodes pédagogiques qui vise à sensibiliser le public, jeune ou
  34. 34. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 34 adulte aux enjeux des relations sociales économiques et culturelles des pays du sud et l’intégrer dans une démarche de solidarité. Le directeur a répondu que RITIMO n’est ni un réseau pour l’éducation au développement ou de plaidoyer. La définition de l’éducation au développement donnée par le site RITIMO : «en ce qui concerne le concept d’éducation au développement aujourd’hui Il n’y a pas une définition “d’éducation au développement”. Toute signification dépend du sens que l’on attribue à ces deux mots-clés et cela a varié dans le temps et l’espace. C’est avant tout un processus, un mouvement en évolution qui opère des liens entre plusieurs actions, entre plusieurs idées, entre plusieurs pays. Sa spécificité, par rapport à d’autres processus de formation, se situe dans son internationalité qui lui confère une puissante dynamique par l’apport d’arguments originaux, de nouvelles approches dans la connaissance et d’un contexte plus large. Eduquer au développement, c’est changer, dès le plus jeune âge, un regard sur les pays du Sud, souvent misérabiliste et négatif, pour aller à la rencontre et valoriser les richesses culturelles et humaines et interroger les actions de solidarité internationale. L’éducation au développement est une éducation dynamique, ouverte à la participation active et créative, orientée vers le changement et l’action. Sa démarche pédagogique peut se résumer par la formule: s’informer - comprendre – agir, éléments constitutifs de l’apprentissage de la citoyenneté. L’éducation au développement peut donc être vue comme composante d’une citoyenneté responsable à dimension internationale. Il ne s’agit pas de choisir pour le citoyen, de lui imposer un type de réflexion et des attitudes à adopter mais de lui offrir la possibilité de remettre en question sa place dans la gestion de notre planète, de lui donner les moyens, par l’information, l’appel à la réflexion et à l’action de décider de ce qui est de nature à fonder un choix de citoyen du monde responsable et solidaire”. De mon point de vue, les deux définitions ontcomplémentaires, car dans le plaidoyer, il y a une cause à favoriser les personnes moins privilégiées; par ailleurs l’économie au développement cherche à améliorer le regard des plus jeunes sur la réalité des personnes des pays du Sud.
  35. 35. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 35 3. LA COMMISION DOCUMENTATION « Contrairement aux autres commissions, la commission documentation fonctionne de façon moins formelle, mais non moins structurée. Son objectif est de définir la politique documentaire du centre, à savoir : les acquisitions, le référencement des ressources, le désherbage, la valorisation du fonds de ressources, qui est défini en lien avec le réseau Ritimo. En effet, les centres de documentations du réseau Ritimo partagent la même base de données et le même catalogue des ressources. En cela, les outils de référencement et les règles d’écriture sont définis au niveau national. Le CRDTM reste néanmoins libre d’acquérir les ressources qu’il souhaite, au regard des besoins des usagers. Les acquisitions d’ouvrages sont ainsi essentiellement définies sur la base des propositions faites par les deux autres commissions ou encore sur la base de celles émises par les emprunteurs et associations membres. Un travail de veille est également élaboré par les salariées sur les productions associatives et/ou les sorties de nos maisons d’édition de références) ». La commission ou service documentation fournit le centre de documentation du CRDTM en ressources et livres utiles sur les thématiques du développement et de la solidarité internationale. A travers ses activités, elle poursuit plusieurs objectifs :  Collecter et capitaliser les savoirs et les expériences en matière de développement et solidarité internationale ;  Mettre à jour l’état des connaissances et des outils ;  Partager et diffuser ces connaissances, outils et expériences dans la région au servisse du public et des adhérents. Mes Activités/ Apports Critiques 3.1 Travail avec les bénévoles Pourquoi devenir un bénévole dans une association? L’objectif principal des bénévoles est de se sentir utile et de rendre service aux autres. Les bénévoles s’impliquent dans des domaines d’activité aussi divers que le sport, la culture ou les loisirs, l’humanitaire, la santé ou l’action sociale, la défense des droits ou encore l’éducation. On peut définir les bénévoles comme des personnes qui consacrent une partie de leur temps, sans être rémunérées, aux activités de l’association.
  36. 36. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 36 Les bénévoles viennent de temps en temps au CRDTM pour faire l’inventaire des livres dans le centre de documentation ainsi qu’enregistrer des ouvrages sur la base de données.  Description Ma présence dans les locaux : dans la mesure où je suis toujours présente, j’ai eu l’opportunité de travailler avec des bénévoles du CRDTM, surtout les bénévoles qui viennent au quotidien. Nous avons par exemple Madame Deleporte. C’est une dame de 72 ans qui vient chaque mardi et jeudi pour une durée minimale de 3 heures. Elle aide au classement des livres, car ce travail est important pour la gestion des emprunts (sorties) et des retours. Madame Deleporte est un peu fragile, du fait de son grand âge, donc il faut faire très attention à elle, aussi je suis toujours disponible pour l’aider dans le rangement après qu’elle est fini le classement. J’ai eu l’opportunité de travailler aussi avec Monsieur Bruno, il travaille sur le site PMB de RITIMO, il vient chaque mardi aussi pour enregistrer les retours de livres et des ressources dans le catalogue PMB du CRDTM. Je m’assure qu’il est bien installé pour son travail et je vérifie que tout va bien avec lui avant de rentrer car la plupart de temps, il vient à 17h et je fini la journée à 18h. Je transmets toujours ses suggestions et opinions au responsable. Madame Anne une nouvelle bénévole. C’est une dame récemment retraitée qui était une chef d’une très grande entreprise à Paris. Actuellement elle cherche comment rendre service et être utile à Lille et France Bénévolat l’a dirigé vers le CRDTM. Je lui ai bien répondu et lui ai demandé de laisser ses contacts et nous allons la rappeler après pour donner plus d’informations sur les recrutements de bénévoles. En vérité, le jour où elle a appelé, je ne connaissais rien sur le recrutement de bénévoles, mais j’ai bien répondu avec politesse et directement quand la responsable est arrivée, j’ai fait suivre le message et on l’a rappelé tout de suite. On a organisé une réunion avec elle une semaine après pour bien expliquer le travail que nous faisons au sein du CRDTM et comment nous réalisons les travaux y compris ceux qu’accomplissent les bénévoles au CRDTM.
  37. 37. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 37  Réflexion Patience : la patience est une vertu.J’ai appris qu’avec les bénévoles âgés, il faut avoir de la patience pour pouvoir travailler avec eux. Bien que nous sommes dans un contexte où tout va très vite notamment avec les nouvelles technologies, nous sommes toujours pressés de finir notre travail, mais ce n’est pas le cas avec les personnes nées avant le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Dans le monde professionnel, j’ai appris que tout le monde n’a pas la capacité de travailler à notre rythme, il faut être un bon collaborateur afin de faire travailler les autres effectivement à leur propre rythme. Des fois, ce n’est pas évident quand les bénévoles vous appelentl pour demander des choses, peut-être la même chose que vous avez expliqué la veille. A l’écoute: c’est d’être attentif pour recueillir tout ce qui est dit, il faut toujours être prêt et ouvert aux suggestions des autres. Intelligence dans la communication: parfois, on ne sait pas quoi dire mais il faut agir avec intelligence pour gérer des situations afin de protéger l’image de la structure. Le premier contact que j’ai eu avec Madame Anne à travers l’appel téléphonique aurait pu avoir des conséquences négatives pour la suite dans le cas où j’aurais été désagréable. Par conséquent le premier contact reste toujours très important qu’il soit physique ou non. 3.2 Recherche et documentation Le centre de documentation du CRDTM en tant que centre de ressource, m’a aidé dans ma recherche documentaire et dans les rencontres de personnes ressources et des associations oeuvrant dans le domaine. Ainsi, j’ai pu consulter des ouvrages sur la coopération décentralisée et l’efficacité de la coopération décentralisée / jumelage entre des pays Africains dans le cadre de mon travail; j’ai pu travailler avec de nombreux acteurs du terrain ainsi que des associations.
  38. 38. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 38 4. LA VIE ASSOCIATIVE La vie associative s’articule autour de trois points :  La gouvernance de l’association ;  La réunion d’équipe (chaque jeudi) ;  L’accueil physique et téléphonique. 4.1 La gouvernance de l’association Dans ma démarche d’approche du CRDTM, j’avais assisté à l’assemblée générale du CRDTM en qualité de bénévole de l’association collectif journée mondiale de l’Afrique (membre du CRDTM). 4.2 La réunion d’équipe La réunion d’équipe rassemble la chargée de projets, le service civique et l’assistance gestion des projets. L’idée est de faire un bilan de tout ce que nous avons réalisé pendant la semaine, de revenir sur les difficultés rencontrées, les points forts de semaine et, aussi, sur nos propositions d’actions. Une description typique d’une réunion d’équipe en date du 23/06/2016 D’abord une intervention de la « service civique » par la présentation des catalogues de jeux qui doivent être mis à jour. Ce travail initié par « la service civique » sera poursuivi durant le mois de juillet par toute l’équipe, pour que ce soit un un travail collectif. Puis elle a évoqué le travail de vérification des emprunts et d’enregistrement des nouveaux ouvrages via le site PMB, elle a poursuivi par le travail de mise en place d’une malle pédagogique pour l’Afrique du nord : une trame sur les statistiques, la géographie, les cultures et langues, ainsi que sur des recherches de jeux Maghrébins. La chargée de projets a pour sa part évoqué l’animation qui aura lieu l'après midi. Elle a pour but d’éduquer et de distraire les enfants. Les outils et documents nécessaires à l'animation ont déjà été mis en place. J'ai été chargée de présenter le travail accompli depuis mon arrivée au CRDTM et, plus important, le rapport sur la formation participative.
  39. 39. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 39  Analyse : J’ai apprécié le fait que je puisse bien expliquer la formation aux membres de l’équipe et ils ont eu envie de faire la même chose pour le CRDTM. Le financement participatif est aussi un moyen de collecte qui peut compenser la baisse de subvention. Je pense que la proposition de mettre en place une plateforme numérique pour la collecte peut également améliorer le manque de capital au sein des associations, en étant attentif au fait qu’il faut au moins trois ou six mois pour que le site soit opérationnel (assurer et bien modérer le site). Au préalable, il y a la phase de conception du projet pour avoir une collecte tangible. Suite à la présentation de la « service civique » sur le monde Arabe, j’ai constaté la différence qui est faite entre le monde Arabe et le reste de l’Afrique dans le discours mais aussi dans les jeux, pour preuve presque tous les jeux sont portés sur l’Afrique subsaharienne et rien sur l’Afrique Arabe. Pourquoi cette distinction ? C’est une question intéressante à creuser au CRDTM. Cela m’a fait pensé à mon propre séjour au Maroc, où des amis marocains nous désignaient comme « des africains » et cela m’avait souvent intrigué, comme s’ils ne sont pas aussi des africains. 4.3 L’accueil physique et téléphonique De temps en temps, je suis amenée à répondre aux appels et à accueillir les personnes qui viennent emprunter des livres ou pour les rendre. C’est une partie intéressante, puisqu’elle est névralgique pour la structure. En effet, c’est par ce premier contact que l’extérieur se fait une opinion de la structure : un mauvais accueil peut produire un effet désastreux sur l’image de l'association. Cette prise de responsabilité m’a énormément aidée pour améliorer la confiance en soi et cela m’a également donné une occasion de pratiquer la langue française, de prendre les notes et aussi d’écouter attentivement.
  40. 40. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 40 Conclusion Mon stage au CRDTM en tant qu'assistante chargée de projets fut une riche expérience surtout pour la gestion des projets et des événements. C’était un moment de découverte des principaux acteurs de la solidarité internationale que j’ai rencontré. Néanmoins, je crois qu'il reste encore beaucoup à faire pour promouvoir la solidarité internationale, qui est un thème tellement intéressant. J’ai beaucoup apprécié mon passage au CRDTM. Les notions très importantes que j’ai apprises sont : le savoir vivre, le travail d'équipe, la capacité d’adaptation et la réactivité. Le savoir vivre consiste à respecter les autres. Par exemple, nous partageons nos bureaux (espace commun) avec les salariés de la maison régionale de l’environnent, ce qui fait que nous sommes dans un endroit où il faut forcément respecter les autres : ne pas parler à haute voix ou tenir une conversation privée (répondre aux appels personnels, parler de la famille ou des sujets très personnels avec des collègues). Selon nos cours de management du premier semestre, la capacité d’adaptation est une qualité professionnelle dans la gestion interculturelle, qui se traduit par la maîtrise du quotidien. En effet, dans mon travail au quotidien, j’ai été amené à rencontrer des personnes de différentes cultures, qui réagissaient selon les évènements en fonction de leurs références culturelles. Aussi, c’est dans l’échange et la compréhension de la culture de l’autre que le travail a pu se dérouler normalement. La faculté de travail en groupe est une chose que j’ai appréciée au CRDTM, car pour chaque intervention et événement organisés, nous sommes amenés à le faire en collectif. Concrètement, je peux proposer mes idées et je suis prête à discuter avec les autres avant de prendre la décision ou d’agir, tout en restant ouverte à la controverse et aux critiques. Etre réactive est une qualité requise dans le milieu professionnel : agir au bon moment, répondre aux mails et aux messages en temps et dans le respect des délais, accuser réception des mails importants, car l’émetteur doit être au courant que le message est bien délivré… Après mes études, j’envisage d’entrer dans la vie active en travaillant au sein d’une organisation internationale, rattachée à l’ONU ou toute autre organisation non
  41. 41. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 41 gouvernementale (ONG, afin de pouvoir y mettre en pratique mes connaissances et compétences, dans le domaine des relations internationales. Œuvrer pour l’amélioration des conditions de vie des personnes est une valeur que je partage, au profit des personnes que je serai amenée à rencontrer par le biais de mon travail. Par ailleurs, durant ce stage, j’ai pu lancer une recherche sur l’un de mes projets professionnels, qui portera sur la coopération décentralisée. L’idée est de proposer un jumelage efficace entre deux pays africains. J’ai également beaucoup apprécié le Master RICI de l’université de Lille 3 car le domaine des relations internationales me passionne particulièrement, du fait qu’il correspond parfaitement à ma personnalité, et c’est la principale raison qui m’a conduite à choisir ce domaine particulier. De ce fait, je continuerai sur la même voie pour l’année prochaine, c’est à dire dans le cadre du Master 2 Relations Interculturelles et coopération internationale dans la spécialité Afrique et Monde Arabe. Ce stage m’a permis de mesurer le rôle des associations pour faire avancer la question de la solidarité internationale auprès de différents publics et notamment les jeunes et les scolaires. Enfin par ce stage, j’ai touché du doigt les difficultés actuelles des associations pour boucler le budget. En effet, les ressources financières publiques diminuant, les associations ont du mal à développer leurs activités. Aussi la recherche de financements alternatifs est une préoccupation pour les responsables associatifs et cette question devient un enjeu de professionnalisation pour les acteurs du secteur.
  42. 42. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 42 Références  CRDTM: Rapport d’Activités 2015  Cours de Management: Professeur Khoa Le de septembre au décembre 2015  Helloasso: pdf de formation. Bienvenue au CampushelloAsso de Lille  Le site officiel de l’administration français. Qu'est-ce qu'une classe Segpa et comment l'intégrer ? Service-public.fr [en ligne], publié le 25 mars 2015, [consulté le 12/08/16] – Disponible sur: https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F32752  Patricia LENTINI. Gestion de stresse et management d’équipe. Institute de gestion du stress [en ligne], [consulté le 12/08/16] Disponiblesur http://www.institutdegestiondustress.com/stress.php7  Ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Semaine de la solidarité internationale. [en ligne], mise à jour le 1 novembre 2015, [consulté le 12/08/16] – Disponible sur:http://www.education.gouv.fr/cid58358/semaine-de-la-solidarite- internationale.html  Event palnner spain: planification et organisation. [en ligne], [consulté le 12/08/16] – Disponible sur :http://www.education.gouv.fr/cid58358/semaine-de-la-solidarite-internationale.html http://www.eventplannerspain.com/idées-et-conseils-événements/comment-planifier-un- événement  Alain Lamour- Qu’est-ce qu’un bon vendeur? Manager attitude [en ligne], publié le 27 novembre 2015, [consulté le 12/08/16] – Disponible sur : http://www.managerattitude.fr/9490701/bon- vendeur-commercial.html  Wordow English dictionary « crowdlending » Dictionnaire anglais. [en ligne], [consulté le 12/08/16]– Disponible sur:http://www.wordow.com/english/dictionary/?t=crowdlending  Oxford University press « crowdfunding » Dictionnaire anglais. [en ligne], [consulté le 12/08/16] – http://www.oxforddictionaries.com/us/definition/american_english/crowdfunding  Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. DJEPVA-Bureau du développement de la vie associative, du volontariat et du bénévolat. Guide bénévolat [en ligne], publié en 2015, [consulté le 12/08/16] – Disponible sur:http://www.associations.gouv.fr/75-le-benevole.html  Incenteev- Management d’équipe : êtes-vous un bon leader ? [en ligne], publié le 24 février 2015,[consulté le 12/08/16] – Disponible sur https://blog.incenteev.com/fr/2015/02/management- dequipe-etes-vous-un-leader/
  43. 43. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 43 Annexes
  44. 44. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 44
  45. 45. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 45
  46. 46. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 46
  47. 47. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 47
  48. 48. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 48
  49. 49. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 49
  50. 50. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 50
  51. 51. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 51
  52. 52. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 52
  53. 53. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 53
  54. 54. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 54
  55. 55. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 55
  56. 56. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 56
  57. 57. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 57
  58. 58. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 58
  59. 59. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 59
  60. 60. RAPPORT DE FIN DE STAGE Page 60

×