SlideShare une entreprise Scribd logo
Journée mondiale de l’alimentation
16 octobre 2019
UNE ALIMENTATION SAINE
POUR
UN MONDE
#FAIMZÉRO
AGIR POUR L’AVENIR
2
Au-delà de la faim
Pendant des décennies, le monde a pu se féliciter des progrès
accomplis dans la lutte contre la faim. Aujourd’hui, toutefois, le
nombre de personnes sous-alimentées est reparti à la hausse, avec
plus de 820 millions, soit environ une personne sur neuf. Mais la
sécurité alimentaire de nos jours n’est pas seulement une question
de quantité, mais aussi de qualité. Les régimes alimentaires
malsains sont devenus un facteur de risque principal de morbidité
et de mortalité dans le monde. Il est urgent que tous puissent
bénéficier d’une alimentation saine et durable à un prix abordable.
Conseils pour une alimentation saine
•	 Consommer en suffisance, des aliments
sûrs, nutritifs et variés pour mener
une vie active et réduire le risque de
maladies.
•	 Ajouter des fruits, légumes,
légumineuses (ex. lentilles, haricots),
fruits à coque, semences et céréales
complètes.
•	 Limiter l’absorption d’aliments à teneur
élevée en matières grasses (surtout en
graisses saturées), en sucre et en sel.
•	 Pratiquer une activité physique régulière.
•	 Vous pouvez consulter les
recommandations nutritionnelles
de votre pays pour en savoir plus
sur les différents aliments régionaux
susceptibles de fournir les apports
nutritionnels conseillés.
©AlexWebb/MagnumPhotosforFAO
3
Une crise nutritionnelle
Les personnes victimes d’insécurité alimentaire modérée,
voire grave, y compris celles qui n’ont pas un accès régulier
à de la nourriture en quantité suffisante, sont davantage
exposées aux risques de différentes formes de malnutrition.
La malnutrition touche une personne sur trois et peut prendre
plusieurs formes : carence en vitamines et minéraux, retard de
croissance, émaciation, surpoids et obésité. Une alimentation
malsaine est le premier facteur de risque de décès dû à une
maladie non transmissible comme la cardiopathie, le diabète
et certains cancers. Les problèmes de santé liés à l’obésité
coûtent aux budgets nationaux pour la santé jusqu’à 2 000
milliards d’USD par an.
Pourquoi cette situation?
Ces dernières années, nos habitudes alimentaires ont
radicalement changé avec la mondialisation, l’urbanisation
et la hausse des revenus. Nous sommes passés d’une
alimentation essentiellement végétale, de saison, et
riche en fibres, à des aliments hypercaloriques, riches en
amidons raffinés, en sucres, en graisses, en sel, en aliments
transformés, et souvent à une consommation excessive de
viande. À la maison, on cuisine de moins en moins, et les
consommateurs font de plus en plus leurs courses dans
les grandes surfaces, ont recours à la nourriture des fast-
foods, à celle vendue dans la rue ou aux plats cuisinés à
emporter. Dans de nombreuses parties du monde, guarantir
la disponibilité et l’accès à une alimentation saine reste
un énorme défi, notamment pour les personnes aux
ressources limitées, comme les petits producteurs agricoles
et les familles en situations de crise à cause de conflits, de
catastrophes naturelles et du changement climatique. Dans
certaines régions, les aliments frais et nutritifs ne sont même
pas disponibles à l’achat.
Que doit-on changer?
Nos modes de production, d’approvisionnement et de
consommation doivent changer. De la ferme à l’assiette,
nos systèmes alimentaires actuels favorisent la production
de denrées de base à haut rendement. Outre l’impact sur
notre alimentation, l’intensification de la production vivrière,
associée au changement climatique, provoque une perte
rapide de biodiversité. À l’heure actuelle, seul 9 espèces
végétales assurent 66 pour cent de la production agricole
totale, alors que l’homme, tout au long de son histoire, a
cultivé plus de 6 000 espèces pour se nourrir. Aujourd’hui,
nous nous limitons à trois cultures seulement (blé, maïs et
riz) qui représentent près de 50 pour cent de nos apports
énergétiques alimentaires totaux. La diversification des
aliments est cruciale pour garantir une alimentation saine et
préserver l’environnement.
Au-delà de la révolution verte
Il y a 50 ans, alors que le monde se demandait comment
nourrir la population croissante de la planète, la révolution
verte a vu le jour. Ce programme d’accroissement rapide de la
production agricole et de la distribution alimentaire a sauvé
de la famine des milliards de personnes. Cependant, cette
approche a, au fil du temps, favorisé des pratiques agricoles
qui ont aussi eu un effet néfaste sur les ressources naturelles
– comme les sols, l’eau, les forêts et la qualité de l’air – et
exacerbé les effets du changement climatique.
©FAO/GiulioNapolitano
©FAO/KarenMinasyan
©FAO/VyacheslavOseledko
4
Le langage de la faim
Le langage de la faim utilisé par la communauté
internationale commence à traduire l’urgence de modifier
les régimes et les systèmes alimentaires. En 2015, les pays
ont adopté 17 Objectifs de développement durable (ODD)
pour éradiquer la pauvreté et la faim, protéger la planète et
garantir la prospérité pour tous. L’objectif Faim Zéro (ODD2)
précise qu’il faut non seulement éradiquer la faim, mais aussi
atteindre la sécurité alimentaire en améliorant l’accès à des
aliments nutritifs tout en recourant à des méthodes agricoles
durables.
Décennie d’action des Nations Unies
sur la nutrition
La FAO co-pilote la mise en œuvre de la Décennie d’action des
Nations Unies pour la nutrition (2016-2025) avec l’Organisation
mondiale de la santé (OMS), en collaboration avec d’autres
agences et partenaires des Nations Unies. La Décennie de
la nutrition a été proclamée par l’Assemblée générale des
Nations Unies en 2016 afin de renforcer les actions communes
pour réduire la faim, améliorer la nutrition dans le monde et
aider les pays dans leurs efforts pour une meilleure nutrition.
Le Brésil, l’Équateur et l’Italie ont été les trois premiers pays
à s’engager dans ce sens et d’autres élaborent des plans
d’action. Plusieurs pays guident d’importants Réseaux d’action
vers une mise en place de politiques qui encouragent une
alimentation saine.
Mesures de soutien
La FAO s’appuie sur son vaste réseau de bureaux, de
partenaires et d’experts techniques pour offrir une assistance
en matière de politiques, de stratégies et de programmes
de sécurité alimentaire et de nutrition à l’échelle mondiale,
régionale et nationale, qui prévoit notamment de:
•	 fournir un appui technique à l’échelle mondiale pour
améliorer et promouvoir des régimes alimentaires sains et
durables;
•	 informer les pays sur les diverses formes de malnutrition et
les aider à mettre en place des politiques, des stratégies et
une législation sur l’alimentation et la nutrition, ainsi que
des recommandations nutritionnelles;
•	 offrir une boîte à outils pour une agriculture et des
systèmes alimentaires sensibles à la nutrition, avec des
modules d’apprentissage en ligne pour
aider les professionnels de l’alimentation
et de l’agriculture à concevoir, mettre en
œuvre, suivre et évaluer des programmes,
des investissements et des politiques qui
tiennent compte de la nutrition;
•	 mettre en place d’autres programmes
de renforcement des capacités et de
sensibilisation.
Briser le cycle
Les effets de la malnutrition peuvent
s’engrammer et se transmettre d’une
génération à l’autre, d’où l’importance
d’une alimentation saine pour les mères
et les jeunes enfants.
SOFI 2019
L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le
monde (SOFI) est une publication annuelle phare préparée
conjointement par la FAO, le FIDA, l’OMS, le PAM et l’UNICEF.
Le rapport, qui s’adresse à une vaste audience de décideurs,
d’organisations internationales, d’institutions universitaires ainsi
qu’au grand public, rend compte des progrès accomplis pour
éradiquer la faim, atteindre la sécurité alimentaire et améliorer
la nutrition.
Lancement: 15 juillet 2019, New York
©Shutterstock/ValeriyaAnufriyeva
©FAO/KarenMinasyan
5
Aux Philippines et dans sept autres
pays d’Asie du Sud et du Sud-Est, la FAO
a contribué à renforcer la capacité des
petits exploitants et des agriculteurs
familiaux à maintenir la qualité et la
fraîcheur des produits et à réduire les
pertes après récolte tout en abaissant
le prix final au consommateur. De
nombreux pays d’Asie consomment
relativement peu de fruits et légumes,
en partie parce qu’ils coûtent cher et
sont périssables.
Au Kirghizistan, la FAO a permis la
création d’un centre logistique pour la
coordination des achats, des essais et
de la distribution des produits frais des
agriculteurs locaux aux programmes
d’alimentation scolaire. Les petits
exploitants ont ainsi de nouvelles
opportunités de revenus et les enfants
ont accès à une alimentation saine et
diversifiée.
En 2018, le Panama a adopté les
premières recommandations
nutritionnelles destinées aux enfants de
moins de 2 ans, qui viennent s’ajouter
aux recommandations précédemment
adoptées et révisées pour d’autres
parties de population. Le Panama fait
partie des pays d’Amérique latine et des
Caraïbes qui ont adopté ou révisé ces
recommandations avec l’aide de la FAO,
au cours des trois dernières années.
Au Yémen, la FAO fournit une assistance
monétaire et une aide pour de meilleurs
moyens de subsistance agricoles, malgré
une crise humanitaire qui s’amplifie,
tout en apprenant à la population
à mieux gérer les ressources en eau
limitées.
FOCUS: Améliorer l’éducation
nutritionnelle dans les universités
africaines
Une enquête de la FAO réalisée dans
sept pays d’Afrique a révélé que les
programmes de formation universitaires
sur la nutrition étaient surtout axés
sur les connaissances scientifiques, et
oubliaient de renforcer les capacités
des étudiants en matière d’éducation
nutritionnelle et de communication.
Les compétences en matière de
sensibilisation sont essentielles pour le
partage des informations avec le public
et pour l’amélioration des politiques et
des programmes. La FAO a mis au point
et diffusé un cours en 11 modules (en
anglais et en français) à l’intention des
étudiants de premier cycle. Début 2019,
plus de 2 000 étudiants de dix pays
avaient reçu cette formation. Le cours a
également été présenté au Honduras et
au Sri Lanka et est en train d’être adapté
pour pouvoir être utilisé en Afrique et
en Inde.
Travailler avec les pays
La FAO utilise ses compétences techniques dans différentes
disciplines pour aider les pays dans leurs efforts pour améliorer la
sécurité alimentaire et la nutrition.
©FAO/IvoBalderi
©FAO/KarenMinasyan
6
•	 Accroître la disponibilité et
l’accessibilité d’aliments variés et
nutritifs pour des régimes alimentaires
sains, en fixant, appliquant et
actualisant régulièrement les normes
et les recommandations nutritionnelles
nationales.
•	 Concevoir et mettre en œuvre des
politiques et des programmes sensibles
à la nutrition, conformément aux
recommandations nationales. Renforcer
les cadres juridiques et les moyens
stratégiques nécessaires.
•	 Travailler dans tous les secteurs pour
améliorer les politiques alimentaires
et agricoles, notamment à l’appui
des programmes d’alimentation
et de nutrition scolaire, d’aide
alimentaire aux personnes et aux
familles vulnérables, des normes
d’achats publics de nourriture
et des réglementations sur la
commercialisation, l’étiquetage et la
publicité des aliments.
•	 Aider les consommateurs à faire
des choix alimentaires plus sains
grâce aux médias, aux campagnes
de sensibilisation du public,
aux programmes d’éducation
nutritionnelle, aux interventions au
sein des communautés et à l’étiquetage
nutritionnel.
•	 Soutenir les solutions ancrées dans la
production vivrière (agriculture, élevage,
pêches, foresterie) pour réduire la
malnutrition, accroître la diversité des
aliments et améliorer la nutrition pour
un avenir plus sain et durable.
•	 Adopter des pratiques de production
vivrière sensibles à la nutrition,
moins axées sur les cultures de base
intensives et davantage sur la diversité
et la qualité nutritionnelle.
•	 Surveiller et renforcer l’agrobiodiversité
d’une part pour améliorer la santé
nutritionnelle et, de l’autre, pour
protéger la biodiversité et les
ressources naturelles, améliorer la
productivité et les revenus, et accroître
la résilience des agriculteurs face
aux enjeux tels que le changement
climatique.
Que peuvent faire les pays?
Les gouvernements peuvent contribuer à réduire la faim, améliorer la
nutrition et modifier les systèmes alimentaires de plusieurs manières
en s’attaquant aux causes de toutes les formes de malnutrition.
FOCUS: Des coupons alimentaires
pour manger sain
Au Bangladesh, les e-coupons distribués
aux réfugiés à utiliser dans certains
points de vente des camps leur
ont permis d’améliorer leur régime
alimentaire en les encourageant à
acheter des aliments frais et nutritifs. Ces
coupons donnent accès à vingt produits
différents, dont douze sont obligatoires.
©FAO/RoccoRorandelli
7
FOCUS: Promouvoir une meilleure alimentation dans les
villes
En République de Corée, la ville de Séoul a proclamé le droit
de tout citoyen à une alimentation adéquate et lancé un plan
directeur visant à affronter le problème de l’obésité croissante
et d’autres problèmes alimentaires par le biais d’une série de
mesures, qui prévoient notamment de:
•	 augmenter le nombre de distributeurs automatiques de
légumes/fruits, de marchands de fruits et de bars à fruits dans
les grands pôles de transport et dans les institutions publiques;
•	 utiliser des logos identifiant les restaurants qui offrent des
repas à faible teneur en sel;
•	 certifier des “repas intelligents” (à faible teneur en graisses
et en sodium) dans les restaurants, les centres de la petite
enfance, les cafétérias d’entreprise, et les repas tout prêts en
vente dans les supermarchés, de sorte que même les jeunes qui
achètent des aliments pratiques, cuisinés ou transformés aient
la possibilité de faire des choix plus sains;
•	 offrir une aide sociale sous forme de coupons alimentaires et
de repas populaires;
•	 encourager une cuisine nutritive pour les citadins.
FOCUS: Recommandations nutritionnelles pour une
meilleure santé
Les recommandations nutritionnelles donnent des conseils sur
les aliments, les groupes d’aliments et les habitudes alimentaires
afin de garantir à tous une alimentation saine. Elles ont pour but
de promouvoir la santé publique et de prévenir les maladies non
transmissibles. Avec le soutient de la FAO, plus de 100 pays dans
le monde ont élaboré des recommandations alimentaires sur
la base de leur situation nutritionnelle, de la disponibilité des
aliments, de leurs traditions culinaires et de leurs préférences
alimentaires. Dans certains cas, les pays commencent à mettre
en rapport ces recommandations alimentaires avec l’impact
que la production ou l’utilisation de certains aliments a sur
l’environnement.
©AlexWebb/MagnumPhotosforFAO
©FAO/MananVatsyayana
8
•	 Continuer à concevoir et à proposer au
consommateur des choix alimentaires
nutritifs à des prix abordables pour
offrir une plus grande diversité et
qualité nutritionnelle. Limiter les
niveaux de graisses saturées, d’acides
gras trans, de sucres ajoutés et de sel
dans les produits.
•	 Réduire graduellement la publicité,
la promotion et les rabais sur des
aliments riches en graisses, en sucre
et/ou en sel, en particulier ceux qui
sont destinés aux enfants et aux
adolescents.
•	 Offrir au consommateur des
informations adéquates et
compréhensibles sur le produit et
la valeur nutritionnelle et éviter des
formules sur les aliments (comme «
allégé », ou « enrichi »), généralement
employées pour rendre le produit plus
compétitif mais qui peuvent induire le
consommateur en erreur sur la qualité
nutritionnelle globale.
•	 Accorder la priorité à l’amélioration de
la nutrition et de la sécurité sanitaire
des aliments tout au long de la filière.
FOCUS: Améliorer les emballages
alimentaires grâce au savoir-faire
du secteur privé
Dans la plupart des pays de l’Afrique
subsaharienne, des emballages
inappropriés pour les aliments frais
et transformés peuvent miner la
compétitivité des producteurs locaux
et être responsables de pertes et de
gaspillages alimentaires le long de
la chaîne d’approvisionnement. Une
société privée italienne, Industria
Macchine Automatiche SpA (IMA), a un
partenariat avec les gouvernements
de dix pays d’Afrique, la FAO et le
Centre international du commerce
pour améliorer le conditionnement et
l’étiquetage des produits alimentaires.
Ceci devrait permettre d’augmenter la
compétitivité et de réduire les pertes et
le gaspillage alimentaires. Avec d’autres
partenaires comme la Commission de
l’Union africaine et les Communautés
économiques régionales d’Afrique de
l’Est et de l’Ouest, IMA applique son
savoir-faire en matière de conception
et de fabrication de machines de
conditionnement. La société est
également partenaire de l’Initiative
mondiale de réduction des pertes et
du gaspillage alimentaires de la FAO
(Initiative SAVE FOOD).
Que peut faire 								
le secteur privé ?
Les entreprises du secteur privé ont une énorme influence sur les
systèmes alimentaires et sur l’accès à des aliments nutritifs à des prix
abordables. En tant que producteur alimentaire, détaillant ou autre
entreprise liée aux aliments, vous disposez de nombreuses occasions
d’améliorer la qualité des aliments et des boissons, de l’information
destinée aux consommateurs et de la commercialisation des produits.
©FAO/RoccoRorandelli
©FAO/AlessiaPierdomenico©FAO/MarcoLongari
9
•	 Cultiver une plus grande variété
d’aliments nutritifs comme les fruits,
les légumes, les légumineuses et les
fruits à coque.
•	 Opter, si possible, pour la pêche
artisanale locale comme source
de revenus et de nourriture riche
en nutriments et peu coûteuse
pour les communautés locales. Le
poisson fournit des protéines, des
vitamines, des minéraux acides gras
polyinsaturés Oméga 3 (qu’on ne
trouve généralement pas dans les
cultures de base).
•	 Gérer les ressources naturelles
durablement et efficacement
en adaptant vos pratiques au
changement climatique. Produire
davantage de nourriture avec la même
quantité de terres et d’eau.
•	 Réduire les pertes et le gaspillage
alimentaires depuis la récolte jusqu’à
la distribution. Tirer parti, si possible,
des méthodes de transformation et
de stockage pour la conservation des
produits.
Que peuvent faire 					
les agriculteurs ?
Les hommes et les femmes travaillant dans l’agriculture, les
pêches et les forêts sont nos principaux fournisseurs d’aliments
nutritifs. Ils jouent également un rôle vital dans la gestion des
ressources naturelles. Si vous êtes un agriculteur/trice ou tout autre
producteur/trice alimentaire, vous pouvez influencer la durabilité et
la variété des approvisionnements alimentaires.
À méditer
Il existe dans le monde 30 000 espèces
végétales comestibles mais seulement
200 d’entre elles sont cultivées à grande
échelle et 8 (orge, haricots, arachide,
maïs, pomme de terre, riz, sorgho et blé)
nous fournissent plus de 50 pour cent
des calories journalières. Pensez-y (et
invitez vos responsables politiques à en
faire autant).
©FAO/PetterikWiggers
©FAO/RiccardoDeLuca©FAO/SolimanAhmed
10
Que pouvons-nous tous faire?
En tant que consommateurs et membres d’un ménage, nous
pouvons prendre des décisions personnelles pour améliorer la
nutrition de l’ensemble de la famille.
•	 Accroître notre consommation de
fruits, de légumes, de légumes secs,
de fruits à coque et de céréales
complètes.
•	 Limiter la consommation de produits
dont la production nécessite une
utilisation excessive de ressources
naturelles, comme l’eau).
•	 Consommer moins d’aliments et de
boissons riches en sucres raffinés, en
graisses saturées et/ou en sel.
•	 Penser à l’impact des aliments que
nous mangeons sur l’environnement.
•	 Pour soutenir la biodiversité locale,
réduire ou éliminer la consommation
d’aliments industriels et plats tout
prêts, et privilégier une nourriture
plus variée et traditionnelle.
•	 Apprendre à connaître ou redécouvrir
les aliments locaux, de saison, leurs
valeurs nutritionnelles et comment les
cuisiner et les conserver.
Comment les organisations de
la société civile peuvent-elles
contribuer?
Les organisations de la société civile
et les ONG servent de traits d’union
essentiels entre les individus et les
communautés qui ont du mal à faire
entendre leur voix.
•	 Organiser des campagnes, des
manifestations et des réseaux pour
aider chaque citoyen à prendre une
part plus active dans les processus
législatifs et politiques et à plaider en
faveur d’une alimentation saine parmi
les priorités de l’agenda national.
•	 Soutenir la diffusion à grande échelle
d’informations sur l’importance d’une
alimentation saine pour prévenir
toutes les formes de malnutrition et
les maladies qui peuvent en découler.
•	 Préconiser et soutenir les
programmes de santé et les
campagnes d’éducation sanitaire.
©FAO/JustinJin
©FAO/BenjaminRasmussen©FAO/MananVatsyayana
11
Plus de
820 millions
de personnes
souffrent de la faim.
149 millions
d’enfants de moins de 5
ans souffrent de retards
de croissance, tandis que
49 millions
souffrent de
dépérissement.
670+ millions
d’adultes et
120+ millions
de garçons et de filles
(5-19 ans) sont obèses.
40 millions
d’enfants dans le monde
sont en surpoids.
Une alimentation malsaine,
associée à un mode de vie
sédentaire, est le
facteur No 1
de risque d’invalidité
et de décès dus à des
maladies non transmissibles.
Les problèmes de santé
liés à l’obésité coûtent
aux budgets nationaux
2 000
milliards
d’USDpar an.
Différentes formes
de malnutrition
peuvent coexister
au sein d’un même ménage, voire
d’une même personne tout au
long de la vie, et se transmettre
d’une génération à l’autre.
Les dommages causés
à l’environnement par
le système alimentaire
pourraient augmenter de
50-90
pour cent
dans les pays à revenu faible
ou moyen, du fait de la
consommation accrue d’aliments
transformés et de viande.
Environ 6 000 espèces végétales
ont été cultivées pour l’alimentation
à travers l’histoire des hommes.
Aujourd’hui, seulement 8d’entre
elles nous fournissent plus de
50 pour cent
des calories journalières.
Le changement climatique
menace tant la qualité que la quantité
des cultures, avec pour conséquence
des baisses de rendements.
Le saviez-vous?
12
ORGANISATION
DES NATIONS UNIES
POUR L’ALIMENTATION
ET L’AGRICULTURE
Viale delle Terme di Caracalla
00153 Rome, Italie
www.fao.org/wfd
#JournéeMondialedelAlimentation
Journée mondiale de l’alimentation
Chaque année, le 16 octobre, date anniversaire de sa fondation en 1945, l’Organisation
des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) célèbre la Journée
mondiale de l’alimentation. Avec des événements organisés dans plus de 150 pays,
c’est l’une des manifestations les plus importantes du calendrier des Nations
Unies. Ces événements visent à renforcer la sensibilisation et l’action en faveur des
personnes victimes de la faim dans le monde et à garantir la sécurité alimentaire
et une alimentation saine pour tous. La Journée mondiale de l’alimentation est
également une occasion importante d’envoyer un message fort au public: nous
pouvons, de notre vivant, éliminer la faim et toutes les formes de malnutrition et
devenir la génération Faim Zéro mais, pour ce faire, tout le monde doit mettre la main
à la pâte.
Faim Zéro. 100 pour cent nutrition.
Atteindre la Faim Zéro ne consiste pas seulement à donner à manger aux affamés.
C’est aussi nourrir les individus avec une gamme suffisamment variée d’aliments sûrs
et nutritifs, tout en prenant soin de la santé de la planète dont nous dépendons tous.
Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation nous invite à agir sur tous les
fronts pour atteindre la Faim Zéro.
©FAO,2019
CA5268FR/1/07.19
Certains droits réservés. Ce(tte) œuvre est mise à disposition
selon les termes de la licence CC BY-NC-SA 3.0 IGO

Contenu connexe

Tendances

Briefing de Bruxelles 54: Patrick Caron '' Transformer les systèmes alimentai...
Briefing de Bruxelles 54: Patrick Caron '' Transformer les systèmes alimentai...Briefing de Bruxelles 54: Patrick Caron '' Transformer les systèmes alimentai...
Briefing de Bruxelles 54: Patrick Caron '' Transformer les systèmes alimentai...
Brussels Briefings (brusselsbriefings.net)
 
Panorama de la nutrition
Panorama de la nutritionPanorama de la nutrition
Day 2 cta dakar fns senegal_thies_ndiaye
Day 2 cta dakar fns senegal_thies_ndiayeDay 2 cta dakar fns senegal_thies_ndiaye
Barometre de la faim 2013
Barometre de la faim 2013Barometre de la faim 2013
Barometre de la faim 2013Théo Matrat
 
SUN Movement Presentation - avril 2014 (FRENCH)
SUN Movement Presentation - avril 2014 (FRENCH)SUN Movement Presentation - avril 2014 (FRENCH)
SUN Movement Presentation - avril 2014 (FRENCH)
SUN_Movement
 
Jeunes mangeurs sous influence | Martine Pageau | Acfasalimado2017
Jeunes mangeurs sous influence | Martine Pageau | Acfasalimado2017Jeunes mangeurs sous influence | Martine Pageau | Acfasalimado2017
Jeunes mangeurs sous influence | Martine Pageau | Acfasalimado2017
ComSanté
 
Alimentation et Nutrition - Prévention des maladies chroniques
Alimentation et Nutrition - Prévention des maladies chroniquesAlimentation et Nutrition - Prévention des maladies chroniques
Alimentation et Nutrition - Prévention des maladies chroniques
GreenFacts
 
Lhomme face-a-son-alimentation-communique-presse
Lhomme face-a-son-alimentation-communique-presseLhomme face-a-son-alimentation-communique-presse
Lhomme face-a-son-alimentation-communique-presse
Fondation Louis Bonduelle
 
Briefing de Bruxelles 51: Rajendra K. Aryal "L’agriculture dans un contexte ...
Briefing de Bruxelles 51:  Rajendra K. Aryal "L’agriculture dans un contexte ...Briefing de Bruxelles 51:  Rajendra K. Aryal "L’agriculture dans un contexte ...
Briefing de Bruxelles 51: Rajendra K. Aryal "L’agriculture dans un contexte ...
Brussels Briefings (brusselsbriefings.net)
 
La FAO à RIO+20 et au-delà
La FAO à RIO+20 et au-delàLa FAO à RIO+20 et au-delà
La FAO à RIO+20 et au-delà
FAO
 
Lancement du premier rapport sur le développement humain en Afrique.
Lancement du premier rapport sur le développement humain en Afrique. Lancement du premier rapport sur le développement humain en Afrique.
Lancement du premier rapport sur le développement humain en Afrique. PNUD Burundi
 
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaire
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaireDéclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaire
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaireNathalie Ricaille
 
Journée mondiale de l'alimentation
Journée mondiale de l'alimentationJournée mondiale de l'alimentation
Journée mondiale de l'alimentation
FAO
 
cours
courscours
cours
houizot
 
Swg final powerpoint french sd
Swg final powerpoint french sdSwg final powerpoint french sd
Swg final powerpoint french sdamturmine
 
What risks do agricultural interventions entail for nutrition? A literature r...
What risks do agricultural interventions entail for nutrition? A literature r...What risks do agricultural interventions entail for nutrition? A literature r...
What risks do agricultural interventions entail for nutrition? A literature r...
CIAT
 
Le pouvoir d’achat : 10 leçons sur la manière d’augmenter l’approvisionnement...
Le pouvoir d’achat : 10 leçons sur la manière d’augmenter l’approvisionnement...Le pouvoir d’achat : 10 leçons sur la manière d’augmenter l’approvisionnement...
Le pouvoir d’achat : 10 leçons sur la manière d’augmenter l’approvisionnement...
Rad Fsc
 
Stratégie nationale de nutrition
Stratégie nationale de nutritionStratégie nationale de nutrition
Stratégie nationale de nutrition
haafiiidiii
 
Présentation expérience Tchad.pptx
Présentation expérience Tchad.pptxPrésentation expérience Tchad.pptx
Présentation expérience Tchad.pptx
Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA)
 
Communique de-presse-defis-alimentation-seniors
Communique de-presse-defis-alimentation-seniorsCommunique de-presse-defis-alimentation-seniors
Communique de-presse-defis-alimentation-seniors
Fondation Louis Bonduelle
 

Tendances (20)

Briefing de Bruxelles 54: Patrick Caron '' Transformer les systèmes alimentai...
Briefing de Bruxelles 54: Patrick Caron '' Transformer les systèmes alimentai...Briefing de Bruxelles 54: Patrick Caron '' Transformer les systèmes alimentai...
Briefing de Bruxelles 54: Patrick Caron '' Transformer les systèmes alimentai...
 
Panorama de la nutrition
Panorama de la nutritionPanorama de la nutrition
Panorama de la nutrition
 
Day 2 cta dakar fns senegal_thies_ndiaye
Day 2 cta dakar fns senegal_thies_ndiayeDay 2 cta dakar fns senegal_thies_ndiaye
Day 2 cta dakar fns senegal_thies_ndiaye
 
Barometre de la faim 2013
Barometre de la faim 2013Barometre de la faim 2013
Barometre de la faim 2013
 
SUN Movement Presentation - avril 2014 (FRENCH)
SUN Movement Presentation - avril 2014 (FRENCH)SUN Movement Presentation - avril 2014 (FRENCH)
SUN Movement Presentation - avril 2014 (FRENCH)
 
Jeunes mangeurs sous influence | Martine Pageau | Acfasalimado2017
Jeunes mangeurs sous influence | Martine Pageau | Acfasalimado2017Jeunes mangeurs sous influence | Martine Pageau | Acfasalimado2017
Jeunes mangeurs sous influence | Martine Pageau | Acfasalimado2017
 
Alimentation et Nutrition - Prévention des maladies chroniques
Alimentation et Nutrition - Prévention des maladies chroniquesAlimentation et Nutrition - Prévention des maladies chroniques
Alimentation et Nutrition - Prévention des maladies chroniques
 
Lhomme face-a-son-alimentation-communique-presse
Lhomme face-a-son-alimentation-communique-presseLhomme face-a-son-alimentation-communique-presse
Lhomme face-a-son-alimentation-communique-presse
 
Briefing de Bruxelles 51: Rajendra K. Aryal "L’agriculture dans un contexte ...
Briefing de Bruxelles 51:  Rajendra K. Aryal "L’agriculture dans un contexte ...Briefing de Bruxelles 51:  Rajendra K. Aryal "L’agriculture dans un contexte ...
Briefing de Bruxelles 51: Rajendra K. Aryal "L’agriculture dans un contexte ...
 
La FAO à RIO+20 et au-delà
La FAO à RIO+20 et au-delàLa FAO à RIO+20 et au-delà
La FAO à RIO+20 et au-delà
 
Lancement du premier rapport sur le développement humain en Afrique.
Lancement du premier rapport sur le développement humain en Afrique. Lancement du premier rapport sur le développement humain en Afrique.
Lancement du premier rapport sur le développement humain en Afrique.
 
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaire
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaireDéclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaire
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaire
 
Journée mondiale de l'alimentation
Journée mondiale de l'alimentationJournée mondiale de l'alimentation
Journée mondiale de l'alimentation
 
cours
courscours
cours
 
Swg final powerpoint french sd
Swg final powerpoint french sdSwg final powerpoint french sd
Swg final powerpoint french sd
 
What risks do agricultural interventions entail for nutrition? A literature r...
What risks do agricultural interventions entail for nutrition? A literature r...What risks do agricultural interventions entail for nutrition? A literature r...
What risks do agricultural interventions entail for nutrition? A literature r...
 
Le pouvoir d’achat : 10 leçons sur la manière d’augmenter l’approvisionnement...
Le pouvoir d’achat : 10 leçons sur la manière d’augmenter l’approvisionnement...Le pouvoir d’achat : 10 leçons sur la manière d’augmenter l’approvisionnement...
Le pouvoir d’achat : 10 leçons sur la manière d’augmenter l’approvisionnement...
 
Stratégie nationale de nutrition
Stratégie nationale de nutritionStratégie nationale de nutrition
Stratégie nationale de nutrition
 
Présentation expérience Tchad.pptx
Présentation expérience Tchad.pptxPrésentation expérience Tchad.pptx
Présentation expérience Tchad.pptx
 
Communique de-presse-defis-alimentation-seniors
Communique de-presse-defis-alimentation-seniorsCommunique de-presse-defis-alimentation-seniors
Communique de-presse-defis-alimentation-seniors
 

Similaire à Journée mondiale de l'alimentation

SUN Movement 43 Countries October 2013 FR
SUN Movement 43 Countries October 2013 FRSUN Movement 43 Countries October 2013 FR
SUN Movement 43 Countries October 2013 FRdigitalregister
 
1S2 M1 AACQ ALIMENTATION ET SANTE.pptx
1S2 M1 AACQ ALIMENTATION ET SANTE.pptx1S2 M1 AACQ ALIMENTATION ET SANTE.pptx
1S2 M1 AACQ ALIMENTATION ET SANTE.pptx
FarahBio
 
Sun movement presentation fr may 2013
Sun movement presentation fr may 2013Sun movement presentation fr may 2013
Sun movement presentation fr may 2013SUNMovementSS
 
Sun movement-presentation fr-september_2013_42_countries
Sun movement-presentation fr-september_2013_42_countriesSun movement-presentation fr-september_2013_42_countries
Sun movement-presentation fr-september_2013_42_countriesdigitalregister
 
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaire
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaireDéclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaire
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaireNathalie Ricaille
 
GUIDE-M-P.pdf
GUIDE-M-P.pdfGUIDE-M-P.pdf
GUIDE-M-P.pdf
BadrAbouAlia
 
Rapport final mythes
Rapport final mythesRapport final mythes
Dossier thématique Agropolis : Alimentation nutrition santé (2013)
Dossier thématique Agropolis : Alimentation nutrition santé (2013)Dossier thématique Agropolis : Alimentation nutrition santé (2013)
Dossier thématique Agropolis : Alimentation nutrition santé (2013)
Agropolis International
 
Influence de l'Alimentation sur la Santé - Santé & Alimentation
Influence de l'Alimentation sur la Santé - Santé & AlimentationInfluence de l'Alimentation sur la Santé - Santé & Alimentation
Influence de l'Alimentation sur la Santé - Santé & Alimentation
fondationapril
 
L'influence de l'alimentation sur notre santé - Santé & Alimentation
L'influence de l'alimentation sur notre santé - Santé & AlimentationL'influence de l'alimentation sur notre santé - Santé & Alimentation
L'influence de l'alimentation sur notre santé - Santé & Alimentation
Fondation April
 
L'influence de l'Alimentation sur notre Santé - Fondation April
L'influence de l'Alimentation sur notre Santé - Fondation AprilL'influence de l'Alimentation sur notre Santé - Fondation April
L'influence de l'Alimentation sur notre Santé - Fondation April
fondation-april
 
La place de l’a li mentation en sante publique vf
La place de l’a li mentation en sante publique vfLa place de l’a li mentation en sante publique vf
La place de l’a li mentation en sante publique vf
Virginie Masdoua
 
Avenir alimentation-légume-rencontres-fondation-louis-bonduelle-mai-2011-doss...
Avenir alimentation-légume-rencontres-fondation-louis-bonduelle-mai-2011-doss...Avenir alimentation-légume-rencontres-fondation-louis-bonduelle-mai-2011-doss...
Avenir alimentation-légume-rencontres-fondation-louis-bonduelle-mai-2011-doss...
Fondation Louis Bonduelle
 
Briefing de Bruxelles 52: Lystra N. Antoine " Food Safety in Africa: Past End...
Briefing de Bruxelles 52: Lystra N. Antoine " Food Safety in Africa: Past End...Briefing de Bruxelles 52: Lystra N. Antoine " Food Safety in Africa: Past End...
Briefing de Bruxelles 52: Lystra N. Antoine " Food Safety in Africa: Past End...
Brussels Briefings (brusselsbriefings.net)
 
BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...
BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...
BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...
Brussels Briefings (brusselsbriefings.net)
 
Journée mondiale de la santé 2015 7 avril : La sécurité sanitaire des al...
Journée mondiale  de la santé 2015  7 avril :  La sécurité  sanitaire  des al...Journée mondiale  de la santé 2015  7 avril :  La sécurité  sanitaire  des al...
Journée mondiale de la santé 2015 7 avril : La sécurité sanitaire des al...
WHO Regional Office for Europe
 
Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2)
Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2)Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2)
Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2)
FAO
 
Plan obesite 2010_2013
Plan obesite 2010_2013Plan obesite 2010_2013
Plan obesite 2010_2013Vincent Ducrey
 
Plan obesite 2010_2013
Plan obesite 2010_2013Plan obesite 2010_2013
Plan obesite 2010_2013Vincent Ducrey
 

Similaire à Journée mondiale de l'alimentation (20)

SUN Movement 43 Countries October 2013 FR
SUN Movement 43 Countries October 2013 FRSUN Movement 43 Countries October 2013 FR
SUN Movement 43 Countries October 2013 FR
 
1S2 M1 AACQ ALIMENTATION ET SANTE.pptx
1S2 M1 AACQ ALIMENTATION ET SANTE.pptx1S2 M1 AACQ ALIMENTATION ET SANTE.pptx
1S2 M1 AACQ ALIMENTATION ET SANTE.pptx
 
Sun movement presentation fr may 2013
Sun movement presentation fr may 2013Sun movement presentation fr may 2013
Sun movement presentation fr may 2013
 
Sun movement-presentation fr-september_2013_42_countries
Sun movement-presentation fr-september_2013_42_countriesSun movement-presentation fr-september_2013_42_countries
Sun movement-presentation fr-september_2013_42_countries
 
Guide alimentaire
Guide alimentaireGuide alimentaire
Guide alimentaire
 
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaire
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaireDéclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaire
Déclaration conjoint contre_le_gaspillage_alimentaire
 
GUIDE-M-P.pdf
GUIDE-M-P.pdfGUIDE-M-P.pdf
GUIDE-M-P.pdf
 
Rapport final mythes
Rapport final mythesRapport final mythes
Rapport final mythes
 
Dossier thématique Agropolis : Alimentation nutrition santé (2013)
Dossier thématique Agropolis : Alimentation nutrition santé (2013)Dossier thématique Agropolis : Alimentation nutrition santé (2013)
Dossier thématique Agropolis : Alimentation nutrition santé (2013)
 
Influence de l'Alimentation sur la Santé - Santé & Alimentation
Influence de l'Alimentation sur la Santé - Santé & AlimentationInfluence de l'Alimentation sur la Santé - Santé & Alimentation
Influence de l'Alimentation sur la Santé - Santé & Alimentation
 
L'influence de l'alimentation sur notre santé - Santé & Alimentation
L'influence de l'alimentation sur notre santé - Santé & AlimentationL'influence de l'alimentation sur notre santé - Santé & Alimentation
L'influence de l'alimentation sur notre santé - Santé & Alimentation
 
L'influence de l'Alimentation sur notre Santé - Fondation April
L'influence de l'Alimentation sur notre Santé - Fondation AprilL'influence de l'Alimentation sur notre Santé - Fondation April
L'influence de l'Alimentation sur notre Santé - Fondation April
 
La place de l’a li mentation en sante publique vf
La place de l’a li mentation en sante publique vfLa place de l’a li mentation en sante publique vf
La place de l’a li mentation en sante publique vf
 
Avenir alimentation-légume-rencontres-fondation-louis-bonduelle-mai-2011-doss...
Avenir alimentation-légume-rencontres-fondation-louis-bonduelle-mai-2011-doss...Avenir alimentation-légume-rencontres-fondation-louis-bonduelle-mai-2011-doss...
Avenir alimentation-légume-rencontres-fondation-louis-bonduelle-mai-2011-doss...
 
Briefing de Bruxelles 52: Lystra N. Antoine " Food Safety in Africa: Past End...
Briefing de Bruxelles 52: Lystra N. Antoine " Food Safety in Africa: Past End...Briefing de Bruxelles 52: Lystra N. Antoine " Food Safety in Africa: Past End...
Briefing de Bruxelles 52: Lystra N. Antoine " Food Safety in Africa: Past End...
 
BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...
BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...
BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...
 
Journée mondiale de la santé 2015 7 avril : La sécurité sanitaire des al...
Journée mondiale  de la santé 2015  7 avril :  La sécurité  sanitaire  des al...Journée mondiale  de la santé 2015  7 avril :  La sécurité  sanitaire  des al...
Journée mondiale de la santé 2015 7 avril : La sécurité sanitaire des al...
 
Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2)
Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2)Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2)
Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2)
 
Plan obesite 2010_2013
Plan obesite 2010_2013Plan obesite 2010_2013
Plan obesite 2010_2013
 
Plan obesite 2010_2013
Plan obesite 2010_2013Plan obesite 2010_2013
Plan obesite 2010_2013
 

Plus de Omar KSIBI

Programme de la formation N&D en IAA
Programme de la formation N&D en IAAProgramme de la formation N&D en IAA
Programme de la formation N&D en IAA
Omar KSIBI
 
Dossier sponsor
Dossier sponsorDossier sponsor
Dossier sponsor
Omar KSIBI
 
Inscription 2020
Inscription 2020Inscription 2020
Inscription 2020
Omar KSIBI
 
Reglement 2020
Reglement 2020Reglement 2020
Reglement 2020
Omar KSIBI
 
Guide d'exportation de l'huile d'olive tunisienne
Guide d'exportation de l'huile d'olive tunisienneGuide d'exportation de l'huile d'olive tunisienne
Guide d'exportation de l'huile d'olive tunisienne
Omar KSIBI
 
Devis des frais_de_participation_2020
Devis des frais_de_participation_2020Devis des frais_de_participation_2020
Devis des frais_de_participation_2020
Omar KSIBI
 
Règles du prix de l'ONH 2020
Règles du prix de l'ONH 2020Règles du prix de l'ONH 2020
Règles du prix de l'ONH 2020
Omar KSIBI
 
Programme de la Deuxième Édition Du Tunisia Chambers Forum
Programme de la Deuxième Édition Du Tunisia Chambers ForumProgramme de la Deuxième Édition Du Tunisia Chambers Forum
Programme de la Deuxième Édition Du Tunisia Chambers Forum
Omar KSIBI
 
Balance alimentaire Octobre 2019: déficit enregistré
Balance alimentaire Octobre 2019: déficit enregistréBalance alimentaire Octobre 2019: déficit enregistré
Balance alimentaire Octobre 2019: déficit enregistré
Omar KSIBI
 
Tunisia business export
Tunisia business exportTunisia business export
Tunisia business export
Omar KSIBI
 
Sélection D'un Expert Senior Pour L'assistance Financière Et Administrative D...
Sélection D'un Expert Senior Pour L'assistance Financière Et Administrative D...Sélection D'un Expert Senior Pour L'assistance Financière Et Administrative D...
Sélection D'un Expert Senior Pour L'assistance Financière Et Administrative D...
Omar KSIBI
 
Recrutement postdoc MEDITOMATO
Recrutement postdoc MEDITOMATORecrutement postdoc MEDITOMATO
Recrutement postdoc MEDITOMATO
Omar KSIBI
 
Avis public recrutement meditomato
Avis public recrutement meditomatoAvis public recrutement meditomato
Avis public recrutement meditomato
Omar KSIBI
 
Call for Participants | JOB SHADOWING: MOBILITY PROJECT 2020
Call for Participants | JOB SHADOWING: MOBILITY PROJECT 2020Call for Participants | JOB SHADOWING: MOBILITY PROJECT 2020
Call for Participants | JOB SHADOWING: MOBILITY PROJECT 2020
Omar KSIBI
 
ONH: Journée de promotion de la consommation de l'Huile d'Olive
ONH: Journée de promotion de la consommation de l'Huile d'OliveONH: Journée de promotion de la consommation de l'Huile d'Olive
ONH: Journée de promotion de la consommation de l'Huile d'Olive
Omar KSIBI
 

Plus de Omar KSIBI (15)

Programme de la formation N&D en IAA
Programme de la formation N&D en IAAProgramme de la formation N&D en IAA
Programme de la formation N&D en IAA
 
Dossier sponsor
Dossier sponsorDossier sponsor
Dossier sponsor
 
Inscription 2020
Inscription 2020Inscription 2020
Inscription 2020
 
Reglement 2020
Reglement 2020Reglement 2020
Reglement 2020
 
Guide d'exportation de l'huile d'olive tunisienne
Guide d'exportation de l'huile d'olive tunisienneGuide d'exportation de l'huile d'olive tunisienne
Guide d'exportation de l'huile d'olive tunisienne
 
Devis des frais_de_participation_2020
Devis des frais_de_participation_2020Devis des frais_de_participation_2020
Devis des frais_de_participation_2020
 
Règles du prix de l'ONH 2020
Règles du prix de l'ONH 2020Règles du prix de l'ONH 2020
Règles du prix de l'ONH 2020
 
Programme de la Deuxième Édition Du Tunisia Chambers Forum
Programme de la Deuxième Édition Du Tunisia Chambers ForumProgramme de la Deuxième Édition Du Tunisia Chambers Forum
Programme de la Deuxième Édition Du Tunisia Chambers Forum
 
Balance alimentaire Octobre 2019: déficit enregistré
Balance alimentaire Octobre 2019: déficit enregistréBalance alimentaire Octobre 2019: déficit enregistré
Balance alimentaire Octobre 2019: déficit enregistré
 
Tunisia business export
Tunisia business exportTunisia business export
Tunisia business export
 
Sélection D'un Expert Senior Pour L'assistance Financière Et Administrative D...
Sélection D'un Expert Senior Pour L'assistance Financière Et Administrative D...Sélection D'un Expert Senior Pour L'assistance Financière Et Administrative D...
Sélection D'un Expert Senior Pour L'assistance Financière Et Administrative D...
 
Recrutement postdoc MEDITOMATO
Recrutement postdoc MEDITOMATORecrutement postdoc MEDITOMATO
Recrutement postdoc MEDITOMATO
 
Avis public recrutement meditomato
Avis public recrutement meditomatoAvis public recrutement meditomato
Avis public recrutement meditomato
 
Call for Participants | JOB SHADOWING: MOBILITY PROJECT 2020
Call for Participants | JOB SHADOWING: MOBILITY PROJECT 2020Call for Participants | JOB SHADOWING: MOBILITY PROJECT 2020
Call for Participants | JOB SHADOWING: MOBILITY PROJECT 2020
 
ONH: Journée de promotion de la consommation de l'Huile d'Olive
ONH: Journée de promotion de la consommation de l'Huile d'OliveONH: Journée de promotion de la consommation de l'Huile d'Olive
ONH: Journée de promotion de la consommation de l'Huile d'Olive
 

Journée mondiale de l'alimentation

  • 1. Journée mondiale de l’alimentation 16 octobre 2019 UNE ALIMENTATION SAINE POUR UN MONDE #FAIMZÉRO AGIR POUR L’AVENIR
  • 2. 2 Au-delà de la faim Pendant des décennies, le monde a pu se féliciter des progrès accomplis dans la lutte contre la faim. Aujourd’hui, toutefois, le nombre de personnes sous-alimentées est reparti à la hausse, avec plus de 820 millions, soit environ une personne sur neuf. Mais la sécurité alimentaire de nos jours n’est pas seulement une question de quantité, mais aussi de qualité. Les régimes alimentaires malsains sont devenus un facteur de risque principal de morbidité et de mortalité dans le monde. Il est urgent que tous puissent bénéficier d’une alimentation saine et durable à un prix abordable. Conseils pour une alimentation saine • Consommer en suffisance, des aliments sûrs, nutritifs et variés pour mener une vie active et réduire le risque de maladies. • Ajouter des fruits, légumes, légumineuses (ex. lentilles, haricots), fruits à coque, semences et céréales complètes. • Limiter l’absorption d’aliments à teneur élevée en matières grasses (surtout en graisses saturées), en sucre et en sel. • Pratiquer une activité physique régulière. • Vous pouvez consulter les recommandations nutritionnelles de votre pays pour en savoir plus sur les différents aliments régionaux susceptibles de fournir les apports nutritionnels conseillés. ©AlexWebb/MagnumPhotosforFAO
  • 3. 3 Une crise nutritionnelle Les personnes victimes d’insécurité alimentaire modérée, voire grave, y compris celles qui n’ont pas un accès régulier à de la nourriture en quantité suffisante, sont davantage exposées aux risques de différentes formes de malnutrition. La malnutrition touche une personne sur trois et peut prendre plusieurs formes : carence en vitamines et minéraux, retard de croissance, émaciation, surpoids et obésité. Une alimentation malsaine est le premier facteur de risque de décès dû à une maladie non transmissible comme la cardiopathie, le diabète et certains cancers. Les problèmes de santé liés à l’obésité coûtent aux budgets nationaux pour la santé jusqu’à 2 000 milliards d’USD par an. Pourquoi cette situation? Ces dernières années, nos habitudes alimentaires ont radicalement changé avec la mondialisation, l’urbanisation et la hausse des revenus. Nous sommes passés d’une alimentation essentiellement végétale, de saison, et riche en fibres, à des aliments hypercaloriques, riches en amidons raffinés, en sucres, en graisses, en sel, en aliments transformés, et souvent à une consommation excessive de viande. À la maison, on cuisine de moins en moins, et les consommateurs font de plus en plus leurs courses dans les grandes surfaces, ont recours à la nourriture des fast- foods, à celle vendue dans la rue ou aux plats cuisinés à emporter. Dans de nombreuses parties du monde, guarantir la disponibilité et l’accès à une alimentation saine reste un énorme défi, notamment pour les personnes aux ressources limitées, comme les petits producteurs agricoles et les familles en situations de crise à cause de conflits, de catastrophes naturelles et du changement climatique. Dans certaines régions, les aliments frais et nutritifs ne sont même pas disponibles à l’achat. Que doit-on changer? Nos modes de production, d’approvisionnement et de consommation doivent changer. De la ferme à l’assiette, nos systèmes alimentaires actuels favorisent la production de denrées de base à haut rendement. Outre l’impact sur notre alimentation, l’intensification de la production vivrière, associée au changement climatique, provoque une perte rapide de biodiversité. À l’heure actuelle, seul 9 espèces végétales assurent 66 pour cent de la production agricole totale, alors que l’homme, tout au long de son histoire, a cultivé plus de 6 000 espèces pour se nourrir. Aujourd’hui, nous nous limitons à trois cultures seulement (blé, maïs et riz) qui représentent près de 50 pour cent de nos apports énergétiques alimentaires totaux. La diversification des aliments est cruciale pour garantir une alimentation saine et préserver l’environnement. Au-delà de la révolution verte Il y a 50 ans, alors que le monde se demandait comment nourrir la population croissante de la planète, la révolution verte a vu le jour. Ce programme d’accroissement rapide de la production agricole et de la distribution alimentaire a sauvé de la famine des milliards de personnes. Cependant, cette approche a, au fil du temps, favorisé des pratiques agricoles qui ont aussi eu un effet néfaste sur les ressources naturelles – comme les sols, l’eau, les forêts et la qualité de l’air – et exacerbé les effets du changement climatique. ©FAO/GiulioNapolitano ©FAO/KarenMinasyan ©FAO/VyacheslavOseledko
  • 4. 4 Le langage de la faim Le langage de la faim utilisé par la communauté internationale commence à traduire l’urgence de modifier les régimes et les systèmes alimentaires. En 2015, les pays ont adopté 17 Objectifs de développement durable (ODD) pour éradiquer la pauvreté et la faim, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous. L’objectif Faim Zéro (ODD2) précise qu’il faut non seulement éradiquer la faim, mais aussi atteindre la sécurité alimentaire en améliorant l’accès à des aliments nutritifs tout en recourant à des méthodes agricoles durables. Décennie d’action des Nations Unies sur la nutrition La FAO co-pilote la mise en œuvre de la Décennie d’action des Nations Unies pour la nutrition (2016-2025) avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en collaboration avec d’autres agences et partenaires des Nations Unies. La Décennie de la nutrition a été proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2016 afin de renforcer les actions communes pour réduire la faim, améliorer la nutrition dans le monde et aider les pays dans leurs efforts pour une meilleure nutrition. Le Brésil, l’Équateur et l’Italie ont été les trois premiers pays à s’engager dans ce sens et d’autres élaborent des plans d’action. Plusieurs pays guident d’importants Réseaux d’action vers une mise en place de politiques qui encouragent une alimentation saine. Mesures de soutien La FAO s’appuie sur son vaste réseau de bureaux, de partenaires et d’experts techniques pour offrir une assistance en matière de politiques, de stratégies et de programmes de sécurité alimentaire et de nutrition à l’échelle mondiale, régionale et nationale, qui prévoit notamment de: • fournir un appui technique à l’échelle mondiale pour améliorer et promouvoir des régimes alimentaires sains et durables; • informer les pays sur les diverses formes de malnutrition et les aider à mettre en place des politiques, des stratégies et une législation sur l’alimentation et la nutrition, ainsi que des recommandations nutritionnelles; • offrir une boîte à outils pour une agriculture et des systèmes alimentaires sensibles à la nutrition, avec des modules d’apprentissage en ligne pour aider les professionnels de l’alimentation et de l’agriculture à concevoir, mettre en œuvre, suivre et évaluer des programmes, des investissements et des politiques qui tiennent compte de la nutrition; • mettre en place d’autres programmes de renforcement des capacités et de sensibilisation. Briser le cycle Les effets de la malnutrition peuvent s’engrammer et se transmettre d’une génération à l’autre, d’où l’importance d’une alimentation saine pour les mères et les jeunes enfants. SOFI 2019 L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde (SOFI) est une publication annuelle phare préparée conjointement par la FAO, le FIDA, l’OMS, le PAM et l’UNICEF. Le rapport, qui s’adresse à une vaste audience de décideurs, d’organisations internationales, d’institutions universitaires ainsi qu’au grand public, rend compte des progrès accomplis pour éradiquer la faim, atteindre la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition. Lancement: 15 juillet 2019, New York ©Shutterstock/ValeriyaAnufriyeva ©FAO/KarenMinasyan
  • 5. 5 Aux Philippines et dans sept autres pays d’Asie du Sud et du Sud-Est, la FAO a contribué à renforcer la capacité des petits exploitants et des agriculteurs familiaux à maintenir la qualité et la fraîcheur des produits et à réduire les pertes après récolte tout en abaissant le prix final au consommateur. De nombreux pays d’Asie consomment relativement peu de fruits et légumes, en partie parce qu’ils coûtent cher et sont périssables. Au Kirghizistan, la FAO a permis la création d’un centre logistique pour la coordination des achats, des essais et de la distribution des produits frais des agriculteurs locaux aux programmes d’alimentation scolaire. Les petits exploitants ont ainsi de nouvelles opportunités de revenus et les enfants ont accès à une alimentation saine et diversifiée. En 2018, le Panama a adopté les premières recommandations nutritionnelles destinées aux enfants de moins de 2 ans, qui viennent s’ajouter aux recommandations précédemment adoptées et révisées pour d’autres parties de population. Le Panama fait partie des pays d’Amérique latine et des Caraïbes qui ont adopté ou révisé ces recommandations avec l’aide de la FAO, au cours des trois dernières années. Au Yémen, la FAO fournit une assistance monétaire et une aide pour de meilleurs moyens de subsistance agricoles, malgré une crise humanitaire qui s’amplifie, tout en apprenant à la population à mieux gérer les ressources en eau limitées. FOCUS: Améliorer l’éducation nutritionnelle dans les universités africaines Une enquête de la FAO réalisée dans sept pays d’Afrique a révélé que les programmes de formation universitaires sur la nutrition étaient surtout axés sur les connaissances scientifiques, et oubliaient de renforcer les capacités des étudiants en matière d’éducation nutritionnelle et de communication. Les compétences en matière de sensibilisation sont essentielles pour le partage des informations avec le public et pour l’amélioration des politiques et des programmes. La FAO a mis au point et diffusé un cours en 11 modules (en anglais et en français) à l’intention des étudiants de premier cycle. Début 2019, plus de 2 000 étudiants de dix pays avaient reçu cette formation. Le cours a également été présenté au Honduras et au Sri Lanka et est en train d’être adapté pour pouvoir être utilisé en Afrique et en Inde. Travailler avec les pays La FAO utilise ses compétences techniques dans différentes disciplines pour aider les pays dans leurs efforts pour améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition. ©FAO/IvoBalderi ©FAO/KarenMinasyan
  • 6. 6 • Accroître la disponibilité et l’accessibilité d’aliments variés et nutritifs pour des régimes alimentaires sains, en fixant, appliquant et actualisant régulièrement les normes et les recommandations nutritionnelles nationales. • Concevoir et mettre en œuvre des politiques et des programmes sensibles à la nutrition, conformément aux recommandations nationales. Renforcer les cadres juridiques et les moyens stratégiques nécessaires. • Travailler dans tous les secteurs pour améliorer les politiques alimentaires et agricoles, notamment à l’appui des programmes d’alimentation et de nutrition scolaire, d’aide alimentaire aux personnes et aux familles vulnérables, des normes d’achats publics de nourriture et des réglementations sur la commercialisation, l’étiquetage et la publicité des aliments. • Aider les consommateurs à faire des choix alimentaires plus sains grâce aux médias, aux campagnes de sensibilisation du public, aux programmes d’éducation nutritionnelle, aux interventions au sein des communautés et à l’étiquetage nutritionnel. • Soutenir les solutions ancrées dans la production vivrière (agriculture, élevage, pêches, foresterie) pour réduire la malnutrition, accroître la diversité des aliments et améliorer la nutrition pour un avenir plus sain et durable. • Adopter des pratiques de production vivrière sensibles à la nutrition, moins axées sur les cultures de base intensives et davantage sur la diversité et la qualité nutritionnelle. • Surveiller et renforcer l’agrobiodiversité d’une part pour améliorer la santé nutritionnelle et, de l’autre, pour protéger la biodiversité et les ressources naturelles, améliorer la productivité et les revenus, et accroître la résilience des agriculteurs face aux enjeux tels que le changement climatique. Que peuvent faire les pays? Les gouvernements peuvent contribuer à réduire la faim, améliorer la nutrition et modifier les systèmes alimentaires de plusieurs manières en s’attaquant aux causes de toutes les formes de malnutrition. FOCUS: Des coupons alimentaires pour manger sain Au Bangladesh, les e-coupons distribués aux réfugiés à utiliser dans certains points de vente des camps leur ont permis d’améliorer leur régime alimentaire en les encourageant à acheter des aliments frais et nutritifs. Ces coupons donnent accès à vingt produits différents, dont douze sont obligatoires. ©FAO/RoccoRorandelli
  • 7. 7 FOCUS: Promouvoir une meilleure alimentation dans les villes En République de Corée, la ville de Séoul a proclamé le droit de tout citoyen à une alimentation adéquate et lancé un plan directeur visant à affronter le problème de l’obésité croissante et d’autres problèmes alimentaires par le biais d’une série de mesures, qui prévoient notamment de: • augmenter le nombre de distributeurs automatiques de légumes/fruits, de marchands de fruits et de bars à fruits dans les grands pôles de transport et dans les institutions publiques; • utiliser des logos identifiant les restaurants qui offrent des repas à faible teneur en sel; • certifier des “repas intelligents” (à faible teneur en graisses et en sodium) dans les restaurants, les centres de la petite enfance, les cafétérias d’entreprise, et les repas tout prêts en vente dans les supermarchés, de sorte que même les jeunes qui achètent des aliments pratiques, cuisinés ou transformés aient la possibilité de faire des choix plus sains; • offrir une aide sociale sous forme de coupons alimentaires et de repas populaires; • encourager une cuisine nutritive pour les citadins. FOCUS: Recommandations nutritionnelles pour une meilleure santé Les recommandations nutritionnelles donnent des conseils sur les aliments, les groupes d’aliments et les habitudes alimentaires afin de garantir à tous une alimentation saine. Elles ont pour but de promouvoir la santé publique et de prévenir les maladies non transmissibles. Avec le soutient de la FAO, plus de 100 pays dans le monde ont élaboré des recommandations alimentaires sur la base de leur situation nutritionnelle, de la disponibilité des aliments, de leurs traditions culinaires et de leurs préférences alimentaires. Dans certains cas, les pays commencent à mettre en rapport ces recommandations alimentaires avec l’impact que la production ou l’utilisation de certains aliments a sur l’environnement. ©AlexWebb/MagnumPhotosforFAO ©FAO/MananVatsyayana
  • 8. 8 • Continuer à concevoir et à proposer au consommateur des choix alimentaires nutritifs à des prix abordables pour offrir une plus grande diversité et qualité nutritionnelle. Limiter les niveaux de graisses saturées, d’acides gras trans, de sucres ajoutés et de sel dans les produits. • Réduire graduellement la publicité, la promotion et les rabais sur des aliments riches en graisses, en sucre et/ou en sel, en particulier ceux qui sont destinés aux enfants et aux adolescents. • Offrir au consommateur des informations adéquates et compréhensibles sur le produit et la valeur nutritionnelle et éviter des formules sur les aliments (comme « allégé », ou « enrichi »), généralement employées pour rendre le produit plus compétitif mais qui peuvent induire le consommateur en erreur sur la qualité nutritionnelle globale. • Accorder la priorité à l’amélioration de la nutrition et de la sécurité sanitaire des aliments tout au long de la filière. FOCUS: Améliorer les emballages alimentaires grâce au savoir-faire du secteur privé Dans la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne, des emballages inappropriés pour les aliments frais et transformés peuvent miner la compétitivité des producteurs locaux et être responsables de pertes et de gaspillages alimentaires le long de la chaîne d’approvisionnement. Une société privée italienne, Industria Macchine Automatiche SpA (IMA), a un partenariat avec les gouvernements de dix pays d’Afrique, la FAO et le Centre international du commerce pour améliorer le conditionnement et l’étiquetage des produits alimentaires. Ceci devrait permettre d’augmenter la compétitivité et de réduire les pertes et le gaspillage alimentaires. Avec d’autres partenaires comme la Commission de l’Union africaine et les Communautés économiques régionales d’Afrique de l’Est et de l’Ouest, IMA applique son savoir-faire en matière de conception et de fabrication de machines de conditionnement. La société est également partenaire de l’Initiative mondiale de réduction des pertes et du gaspillage alimentaires de la FAO (Initiative SAVE FOOD). Que peut faire le secteur privé ? Les entreprises du secteur privé ont une énorme influence sur les systèmes alimentaires et sur l’accès à des aliments nutritifs à des prix abordables. En tant que producteur alimentaire, détaillant ou autre entreprise liée aux aliments, vous disposez de nombreuses occasions d’améliorer la qualité des aliments et des boissons, de l’information destinée aux consommateurs et de la commercialisation des produits. ©FAO/RoccoRorandelli ©FAO/AlessiaPierdomenico©FAO/MarcoLongari
  • 9. 9 • Cultiver une plus grande variété d’aliments nutritifs comme les fruits, les légumes, les légumineuses et les fruits à coque. • Opter, si possible, pour la pêche artisanale locale comme source de revenus et de nourriture riche en nutriments et peu coûteuse pour les communautés locales. Le poisson fournit des protéines, des vitamines, des minéraux acides gras polyinsaturés Oméga 3 (qu’on ne trouve généralement pas dans les cultures de base). • Gérer les ressources naturelles durablement et efficacement en adaptant vos pratiques au changement climatique. Produire davantage de nourriture avec la même quantité de terres et d’eau. • Réduire les pertes et le gaspillage alimentaires depuis la récolte jusqu’à la distribution. Tirer parti, si possible, des méthodes de transformation et de stockage pour la conservation des produits. Que peuvent faire les agriculteurs ? Les hommes et les femmes travaillant dans l’agriculture, les pêches et les forêts sont nos principaux fournisseurs d’aliments nutritifs. Ils jouent également un rôle vital dans la gestion des ressources naturelles. Si vous êtes un agriculteur/trice ou tout autre producteur/trice alimentaire, vous pouvez influencer la durabilité et la variété des approvisionnements alimentaires. À méditer Il existe dans le monde 30 000 espèces végétales comestibles mais seulement 200 d’entre elles sont cultivées à grande échelle et 8 (orge, haricots, arachide, maïs, pomme de terre, riz, sorgho et blé) nous fournissent plus de 50 pour cent des calories journalières. Pensez-y (et invitez vos responsables politiques à en faire autant). ©FAO/PetterikWiggers ©FAO/RiccardoDeLuca©FAO/SolimanAhmed
  • 10. 10 Que pouvons-nous tous faire? En tant que consommateurs et membres d’un ménage, nous pouvons prendre des décisions personnelles pour améliorer la nutrition de l’ensemble de la famille. • Accroître notre consommation de fruits, de légumes, de légumes secs, de fruits à coque et de céréales complètes. • Limiter la consommation de produits dont la production nécessite une utilisation excessive de ressources naturelles, comme l’eau). • Consommer moins d’aliments et de boissons riches en sucres raffinés, en graisses saturées et/ou en sel. • Penser à l’impact des aliments que nous mangeons sur l’environnement. • Pour soutenir la biodiversité locale, réduire ou éliminer la consommation d’aliments industriels et plats tout prêts, et privilégier une nourriture plus variée et traditionnelle. • Apprendre à connaître ou redécouvrir les aliments locaux, de saison, leurs valeurs nutritionnelles et comment les cuisiner et les conserver. Comment les organisations de la société civile peuvent-elles contribuer? Les organisations de la société civile et les ONG servent de traits d’union essentiels entre les individus et les communautés qui ont du mal à faire entendre leur voix. • Organiser des campagnes, des manifestations et des réseaux pour aider chaque citoyen à prendre une part plus active dans les processus législatifs et politiques et à plaider en faveur d’une alimentation saine parmi les priorités de l’agenda national. • Soutenir la diffusion à grande échelle d’informations sur l’importance d’une alimentation saine pour prévenir toutes les formes de malnutrition et les maladies qui peuvent en découler. • Préconiser et soutenir les programmes de santé et les campagnes d’éducation sanitaire. ©FAO/JustinJin ©FAO/BenjaminRasmussen©FAO/MananVatsyayana
  • 11. 11 Plus de 820 millions de personnes souffrent de la faim. 149 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent de retards de croissance, tandis que 49 millions souffrent de dépérissement. 670+ millions d’adultes et 120+ millions de garçons et de filles (5-19 ans) sont obèses. 40 millions d’enfants dans le monde sont en surpoids. Une alimentation malsaine, associée à un mode de vie sédentaire, est le facteur No 1 de risque d’invalidité et de décès dus à des maladies non transmissibles. Les problèmes de santé liés à l’obésité coûtent aux budgets nationaux 2 000 milliards d’USDpar an. Différentes formes de malnutrition peuvent coexister au sein d’un même ménage, voire d’une même personne tout au long de la vie, et se transmettre d’une génération à l’autre. Les dommages causés à l’environnement par le système alimentaire pourraient augmenter de 50-90 pour cent dans les pays à revenu faible ou moyen, du fait de la consommation accrue d’aliments transformés et de viande. Environ 6 000 espèces végétales ont été cultivées pour l’alimentation à travers l’histoire des hommes. Aujourd’hui, seulement 8d’entre elles nous fournissent plus de 50 pour cent des calories journalières. Le changement climatique menace tant la qualité que la quantité des cultures, avec pour conséquence des baisses de rendements. Le saviez-vous?
  • 12. 12 ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L’ALIMENTATION ET L’AGRICULTURE Viale delle Terme di Caracalla 00153 Rome, Italie www.fao.org/wfd #JournéeMondialedelAlimentation Journée mondiale de l’alimentation Chaque année, le 16 octobre, date anniversaire de sa fondation en 1945, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) célèbre la Journée mondiale de l’alimentation. Avec des événements organisés dans plus de 150 pays, c’est l’une des manifestations les plus importantes du calendrier des Nations Unies. Ces événements visent à renforcer la sensibilisation et l’action en faveur des personnes victimes de la faim dans le monde et à garantir la sécurité alimentaire et une alimentation saine pour tous. La Journée mondiale de l’alimentation est également une occasion importante d’envoyer un message fort au public: nous pouvons, de notre vivant, éliminer la faim et toutes les formes de malnutrition et devenir la génération Faim Zéro mais, pour ce faire, tout le monde doit mettre la main à la pâte. Faim Zéro. 100 pour cent nutrition. Atteindre la Faim Zéro ne consiste pas seulement à donner à manger aux affamés. C’est aussi nourrir les individus avec une gamme suffisamment variée d’aliments sûrs et nutritifs, tout en prenant soin de la santé de la planète dont nous dépendons tous. Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation nous invite à agir sur tous les fronts pour atteindre la Faim Zéro. ©FAO,2019 CA5268FR/1/07.19 Certains droits réservés. Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence CC BY-NC-SA 3.0 IGO