SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  100
Télécharger pour lire hors ligne
French industry for the environment - 2015
By Environnement Magazine
Heading for COP21
Climate Summit 2015 in Paris
Sustainable city
International
recognition for
French know-how
Water
An industry
that is working to
conserve resources
Recycling
The growth
of the circular
economy
Energy
Saving, storing and
recovering: the three
major challenges
COP21inParis:anopportunity
toshowcasetheFrenchgreenbusinesses
France will chair the 21st Conference of the Parties to the United Nations Framework Convention on
Climate Change that is to be held in Paris and which nearly 40,000 international delegates are expected
to attend. The diplomatic challenge is for the participating states to reach a consensus on the terms of an
agreement to be signed at the end of the second period of Kyoto Protocol undertakings. France’s ambitious
goal is to arrive at a consensus on a binding agreement. In order to add weight to France’s arguments and
legitimacy to its leadership, it has decided to set an example for the environment and to move on from
sharing out the burden to sharing the solutions. The Head of State and the government have clearly set out
their desire to involve those working on the environment and energy transition in COP 21 (civil society,
local authorities, businesses). PEXE, its members, (eco-enterprise networks, competitiveness clusters) and
Environnement Magazine believe in these ambitions and this approach. We are convinced that the resulting
international exposure means that COP 21 could have a substantial impact on the profile of French
eco-businesses, and on the recognition of their excellence and their export potential. This issue of France
GreenTech has been produced with this in mind and in order to highlight the expertise of French eco-enter-
prises in mitigating and adapting to climate change. Committed to making the Paris Summit a resounding
success and to promoting know-how, PEXE and Environnement Magazine are using this third edition of
France GreenTech to offer you a first look at the wealth of what France has to offer.
COP 21 à Paris : une opportunité de valoriser
les éco-entreprises françaises
La France présidera la 21e
Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements
climatiques, qui se tiendra à Paris et pour laquelle près de 40 000 délégués internationaux sont attendus.
L’enjeu diplomatique réside dans la capacité des États à parvenir à un consensus sur les termes d’un accord dont
la signature interviendrait à l’issue de la seconde période d’engagement du Protocole de Kyoto. La France a des
objectifs ambitieux : aboutir à un consensus sur un accord contraignant. Pour renforcer la parole de la France
et légitimer son leadership, il a été décidé de montrer une exemplarité environnementale et, selon l’expression
retenue, « passer d’un partage du fardeau à un partage des solutions ». Le chef de l’État et le gouvernement ont
marqué très clairement leur volonté d’associer les acteurs de la transition écologique et énergétique à la COP 21
(société civile, territoires, entreprises). Le PEXE, ses membres (réseaux d’éco-entreprises, pôles de compétitivité)
et EnvironnementMagazine partagent ces ambitions et cette méthode. Nous avons la conviction que la COP 21, par
l’exposition internationale majeure qui va en découler, peut avoir un impact important sur la notoriété de la filière
française des éco-entreprises, la reconnaissance de son excellence et sa capacité à exporter. C’est dans cet esprit
et afin de valoriser les compétences des éco-entreprises françaises en matière d’atténuation et d’adaptation au
changement climatique qu’a été réalisé ce numéro de FranceGreenTech. Attachés à la pleine réussite du Sommet
de Paris et à la promotion des savoir-faire, le PEXE et EnvironnementMagazine vous offrent, pour cette troisième
édition de FranceGreenTech, un premier panorama de la richesse de l’offre française.
Jean-Claude
Andreini
PresidentofPEXE
VicePresidentofCosei
PrésidentduPEXE
Vice-présidentduCosei
ZabouCarrièreEditorial
France GreenTech Magazine
Un hors-série d'Environnement Magazine,
Hydroplus et Recyclage Récupération - 15 euros
38, rue Croix-des-Petits-Champs, France
CS 30016 - 75038 Paris cedex 01
Tél. : 01 53 45 89 00 - Fax : 01 53 45 89 11
www.environnement-magazine.fr
Publisher / Directeur de la publication
Charles-Henry Dubail
Directeur délégué, chef de projet
Christoph Haushofer,
+33 (0)1 53 45 89 03 ;
c.haushofer@victoires-editions.fr
Rédaction Hélène Bouillon-Duparc, Loïc
Chauveau, avec la participation des journalistes
du groupe Environnement Magazine
Fabrication Francine Babé
Rédacteur graphiste Pierre Boillin
PUBLICITÉ
Christophe Aufaure, +33 (0)1 53 45 91 82 ;
c.aufaure@victoires-editions.fr
• Environnement / Eau / Énergies / Cleantech
Nicolas Leportier, +33 (0)1 53 45 96 69 ;
n.leportier@victoires-editions.fr
• Déchets et recyclage
IMPRESSION Imprimerie de Champagne
52000 Langres.
Imprimerie certifiée Iso 14001
et Print Environnement.
Imprimé sur Eural Supersilk, papier 100 % fibres
recyclées, certifié PEFC recyclé, titulaire de
l’écolabel européen (n° FR/011/003), désencré par
flottation et sans blanchiment par ArjoWiggins Le
Bourray, France, usine certifiée Iso 14001
ISSN : en cours
Une publication de VICTOIRES-ÉDITIONS
Sarl au capital de 91 470 € - 342 731 247 RCS Paris
Reproduction interdite sans l’autorisation de l’éditeur.
France GreenTech Magazine 2015 - 3
Crédit photo couverture : fotolia.fr
France GreenTech Magazine 2015 - 5
SUSTAINABLE CITY
INTERNATIONAL RECOGNITION FOR
FRENCH KNOW-HOW. RECONNAISSANCE
INTERNATIONALE DU SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS
France’s sustainable urban
development protagonists are
active in all parts of the world, as
can be seen from the first fruits
of theVivapolis initiative in
Kazakhstan and Chile, and the
official signing of the agreement
for the Franco-Chinese eco-quarter project in Shenyang. .24
WATER AND SANITATION
INDUSTRY THAT IS WORKING TO CONSERVE
RESOURCES. UNE FILIÈRE SOUCIEUSE
DE LA PRÉSERVATION DE LA RESSOURCE
Pressure on water is increasing all over the world.
It is a resource that is subject to sometimes substantial
variations in quality, whilst
consumption is constantly
increasing to satisfy the needs
of agriculture and energy
production as well as in response
to the movement of people
to the cities.The French water
industry is adapting to these new challenges and
is delivering increasingly effective solutions. ..............................34
WATER MAJOR INNOVATIONS .........................................................40
RECYCLING AND EXPLOITATION
QUALIFIED THE GROWTH OF THE CIRCULAR
ECONOMY. L’ESSOR DE L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE
Industry has an environmental
footprint linked to the flows
of materials and energies that it
engenders.The circular economy
is developing in parallel with
this and it is based on four key
elements: eco-design, product
repair, industrial ecology and recycling.The last of these
activities is experiencing unprecedented growth and
numerous French professionals are involved in it. ..............64
RECYCLING AND EXPOITATION
MAJOR INNOVATIONS .................................................................................68
ENERGY
SAVING, STORING AND RECOVERING: THREE
MAJOR CHALLENGES. ÉCONOMISER, STOCKER ET
RÉCUPÉRER : TROIS GRANDS DÉFIS
Whether it concerns energy
savings, the recovery of inherent
energy, the production of energy
from alternative sources or storage
solutions, French eco-industries
offer increasingly innovative
solutions for use across all sectors of activity. ..........................80
ENERGY MAJOR INNOVATIONS .....................................................84
Fotolia.fr
INTERNATIONAL SUPPORT FOR FRENCH COMPANIES: A WELL-OILED MACHINE
APPUI DES ENTREPRISES FRANÇAISES À L’INTERNATIONAL : UN DISPOSITIF BIEN RÔDÉ ...................................................................96
Heading for COP 21
December 2015, Paris
n LaurenceTubiana interview��������������������������������������������6
n Paris:THE meeting of the century�������������10
n The lessons of Kyoto�����������������������������������������������������������������������������14
n Jean Jouzel, glaciologist,
Vice President of the IPCC�����������������������������������������������������������18
n HélèneValade, Director
of Sustainable Development
at Suez Environnement�����������������������������������������������������������������������19
n Pierre Cannet, head of the
climate and energy program
at theWWF����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������20
n Ronan Dantec, senator,
‘climate’spokesman for United
CitiesandLocalGovernments(UCLG)�����21
Summary
Laurence Tubiana interview
COP 21 in Paris after
5 years of planning
ThewholeofFrance’sdiplomaticcorpshasbeenmobilizedtoprepareforCOP21.LaurenceTubiana,
theambassadorresponsibleforclimatechangenegotiations,isfullyinvolvedonallfronts.Sheexplains
touswhyCOP21couldendwithanambitiousagreement.
What are the goals
of COP 21 in Paris?
What is at stake in Paris in
December 2015 is to succeed
in doing what turned out to
be impossible in Copenhagen
in 2009. It is to reach an agree-
ment with all countries and not
just between the developed
ones. The framework for nego-
tiation is based on what was
achieved in Copenhagen. It is,
on the one hand, to limit the
rise in temperatures to 2 °C and,
on the other, to move forward
on the basis of voluntary agree-
ments rather than restrictive
quantitative targets. Today, all
countries agree about making
➤ ➤ Laurence Tubiana, the
ambassador responsible for
climate change negotiations.
Laurence Tubiana, ambassadrice
chargée des négociations
sur le changement climatique.
MAEDIB/Chapiron
COP 21
The entire French diplomatic corps is getting ready to host COP 21
in December 2015. Eighteen years after the Kyoto negotiations, the time
has come to answer this simple but yet hard-to-solve question: how can
we keep the temperature from rising by more than 2 °C over the century?
6 - France GreenTech Magazine 20156 - France GreenTech Magazine 2015
Entretien avec LaurenceTubiana
« La COP 21 à Paris, c’est cinq ans
de préparation »
Toute la diplomatie française est mobilisée pour préparer la COP 21. LaurenceTubiana,
ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique, est sur tous les
fronts. Elle nous explique pourquoi la COP 21 peut se conclure par un accord ambitieux.
Quels sont les objectifs de la COP 21
à Paris ?
Ce qui se joue à Paris, en décembre 2015, c’est
réussir ce qui s’est révélé impossible à Copen-
hague, en 2009. Il s’agit de trouver un accord
avec tous les pays et pas seulement entre pays
développés. La base de la négociation repose
sur ce qui a été acté à Copenhague. D’une part,
limiterlahaussedestempératuresà2 °C,d’autre
part, partir sur des engagements volontaires et
nonplussurdesobjectifschiffréscontraignants.
Aujourd’hui, tous les pays sont d’accord pour
prendredesengagements,aumoinsdesmesures
sectorielles et un plan à long terme. Mais il faut
parvenir à des engagements volontaires qui
soient comparables et révisables dans le temps
pouratteindre,àterme,uneéconomieneutreen
carbone. À Paris, deux volets supplémentaires
figurentàl’ordredujour :unsurlefinancement,
l’autre sur les contributions de la société civile.
Quelles sont les pistes
de fi­nan­cement explorées ?
Le sommet de Copenhague a acté le Fonds
vert, qui doit mobiliser 100 milliards de dollars
par an d’ici à 2020. Mais il faut aussi parvenir à
réorienter les investissements vers les énergies
propres.Ilfautréussiràdonnerauxtechnologies
sobresencarboneunaccèsfacileetbonmarché
aux capitaux. Les banques de développement
pourraient, par exemple, prendre une part du
risquepourdiminuerlecoûtducréditetcontri-
buer ainsi à rendre les technologies sobres plus
compé­ti­tives.Aujourd’hui,ilestmoinspérilleux
d’investir dans une centrale à charbon que de
misersurunetechnologiepropre.Autrespistes
envisagées, faire entrer le risque climatique
dans la comptabilité des entreprises et publier
le contenu carbone de leurs activités.
En quoi la société civile
peut-elle être utile ?
De nombreux accords internationaux signés
ont péché par leur mise en œuvre. Si la société
civile, villes, régions et entreprises, est associée
àl’accorddeParis,ceseraitunevraierévolution
dansladiplomatieinternationale.QuandlaCali-
fornie, classée septième puissance du monde,
s’engage sur des objectifs, elle envoie un signal
fort aux acteurs économiques. Notre ambition
est de créer ce qu’on appelle des « prophéties
autoréalisatrices ». Si tout le monde y croit, cela
ne peut que renforcer la confiance des États.
Avant Paris, se tient la COP 20
à Lima, en décembre prochain.
Que va-t-il s’y passer ?
Limadoitpermettrelarédactiond’unepremière
version d’un texte d’accord. Nous allons travail-
ler en particulier sur deux points. Le premier
sur l’encadrement des engagements volon-
taires. Parmi les différents types d’instruments
et d’indicateurs, il va falloir décider comment
on mesure et comment on compare, et quelles
sont les clauses de rendez-vous à prévoir pour
faire progresser les engagements. Le second
se penchera sur la place à aménager pour les
acteurs non gouvernementaux, comment, for-
mellement,lesassocieretafficherleursactions.
Pourquoi cela peut-il marcher à Paris ?
À Copenhague, nous avons pu constater une
vraie impréparation des États avec l’idée qu’un
accord pouvait attendre. Paris, c’est cinq ans
de préparation. Et les choses avancent. Par
exemple,laChinenevoulaitpasentendreparler
d’une économie sobre en carbone en 2009 et,
aujourd’hui, il y a plus de travaux sur le sujet en
Chine qu’en Europe.
Deuxième raison d’espérer un accord : les
impactsduchangementclimatiquesontvisibles
etmesurables,desÉtats-UnisàlaChine.Etdans
bon nombre de catastrophes, la responsabilité
duchangementclimatiqueestadmise.Doréna-
vant,lesopinionsréagissent.Certes,lanégocia-
tionrevientauxÉtats,maisilssetrouverontsous
le regard de la société civile qui non seulement
perçoit les effets du changement climatique au
quotidien, mais a conscience que les solutions
la concernent directement, notamment en
termes de transports. Il n’existe plus vraiment­
de climato-scepticisme, mais attention de ne
pas verser dans le climato-fatalisme. Enfin, cer-
tains lobbies, énergéticiens et constructeurs ➤
commitments, at least for mea-
sures in specific sectors and for a
long-term plan. However, what
is needed is to secure voluntary
commitments that are compa-
rable and subject to revision
over time in order to achieve
a carbon neutral economy. In
Paris the agenda will include
two further elements: finance
and the contributions of civil
society.
What approaches
to finance are going
to be explored?
The Copenhagen summit gave
rise to the Green Climate Fund,
which is intended to channel
100 billion dollars per annum
between now and 2020.
However, it is also necessary to
succeed in redirecting invest-
ment into clean energy. What
is needed is to provide easy
access to a good capital market
for low carbon technologies.
Development banks might, for
example, assume a portion of
the risk in order to reduce the
cost of loans and so help to
make low carbon technologies
more competitive. Currently, it
is less risky to invest in a coal-
fired power station than to opt
for a clean technology. Other
approaches being considered
include entering climate risks
into company accounts and
publishing the carbon content
of their activities.
How can civil society
be useful?
Numerous international agree-
ments have been signed yet
failed in their implementation.
If civil society, towns, regions,
and companies are all involved
in the Paris agreement then it
would be a real revolution in
international diplomacy. When
California, ranked seventh
amongst the world’s economies,
engages with these objectives
then it sends a strong signal to
economic players. Our goal is
France GreenTech Magazine 2015 - 7
Caractéristiques :
Aucun contacts entre
les éléments optiques
et l’échantillon.
Répond à la norme
ISO 7027.
Plage de mesure
0 -200 NTU.
Consommation optimisée
10 L/H.
Surface optiques
thermostatées pour éviter
la condensation.
Optionnel vanne
automatique de purge
de la chambre.
Consultez-nous !
www.swan.ch
AMI Turbiwell -
Turbidimètre Néphélométrique sans contacts pour
les eaux potables, de surfaces et chargées.
ANALYTICAL INSTRUMENTS
www.swan.ch · SWAN INSTRUMENTS D’ANALYSE France · ZA de Bièvre Dauphine · 57, rue du Grand Champ · F-38140 Apprieu
Téléphone+33 (0)4 76 06 56 90
Téléfax +33 (0)4 76 06 52 91
communication@swan-france.fr
automobiles en particulier, sont favorables à
un accord, car c’est du business. D’ailleurs, tous
les pétroliers comptent maintenant un dépar-
tement énergies renouvelables.
Et si Paris se révélait un échec ?
Ce serait un très gros coup dur. La vérité, c’est
que nous avons une énorme responsabilité à
conduire le travail correctement pour que cela
se passe bien. Sinon, nous entrerons dans une
crise très profonde. La mobilisation est là, car
nous sommes nombreux à penser que cela
peut marcher. Il ne faut pas faire peur, il faut
faire envie. n
Propos recueillis par
Dominique Bomstein
➤
Uneconférenceéléganteetraisonnable
La COP 21 est le plus grand événement diplomatique jamais organisé en France. Elle accueillera
environ 40 000 personnes au Bourget. Le site sera ouvert 24 heures sur 24 pendant quinze jours, du
30 novembreau11 décembre2015. « Ilnousfautassurerlemeilleurenvironnementpossiblepourcette
conférence de l’ONU. Nous allons créer une ville de toutes pièces, la monter et la démonter dans l’esprit
del’événement,c’est-à-direécoresponsable »,expliquePierreHenriGuignard,secrétairegénéraldela
COP 21.Celavasetraduireentermesdetransportsetderestauration.« Cetteconférenceseraunevitrine
de notre savoir-faire. Nous travaillons avec la Ville de Paris, la Région Ile-de-France et le conseil général
deSeine-Saint-Denis,puisquenousprivilégieronslestransportscollectifs,lesvéhiculesélectriquesetles
produits locaux de saison. Nous voulons que cette conférence soit à la fois élégante et raisonnable. » n
to create what one might call
‘self-fulfilling prophecies’. If all
the world buys into it that can
only reinforce the confidence
of states.
COP 20 will be held
in Lima this December,
ahead of Paris. What
will happen there?
Lima should enable the first
draft of the text of an agree-
ment to be drawn up and we
will be working in particular on
two aspects. The first relates to
the framework for the voluntary
undertakings. It will be neces-
sary to choose which of the
various types of instruments
and indicators should be used
for measurements and com-
parisons and what provisions
need to be made for meetings
in order to ensure the under-
takings make progress. The
second will address the space
to be created for NGOs and how
to formally involve them and to
display their actions.
Why might things
go well in Paris?
What we found in Copenhagen
was that states were unprepa-
red for the fact that an agree-
ment might be reached. There
have been five years of prepa-
ration for Paris. And things have
moved on. For example, China
was unwilling to countenance
talk of a low carbon economy
in 2009 but today there is more
work on the subject in China
than in Europe.
The second reason to hope for
an agreement is that the impact
of climate change is visible and
measurable from the United
States to China. The role of cli-
mate change in a large number
of disasters is accepted. Hence-
forward, opinion might react.
Yes, the negotiations involve
states, but they will find them-
selves under the eyes of civil
society, which not only sees
the effects of climate change on
a daily basis but is aware that
the solutions concern it directly,
especially when it comes to
transport. Climate scepticism
no longer really exists but one
needs to be careful not to fall
prey to climate fatalism. Finally,
certain lobbies, energy compa-
nies and motor vehicle manu-
facturers in particular are in
favourofanagreementbecause
that’s business. On top of that,
every oil company now has a
renewables division.
And if Paris turns out
to be a failure?
That would be a very hard
blow. The truth is that we have
an enormous responsibility to
undertake the work properly
so that it goes well. Otherwise,
we will plunge into a very deep
crisis.The foundations are there
because large numbers of us
thinkthatitcanbedone.Thekey
is not to arouse fear but desire.n
Interviewer:
Dominique Bomstein
A seamless, low impact conference
COP 21 will be the largest diplomatic event ever organized in France. It will welcome
around 40,000 people to Le Bourget and the site will be open 24 hours a day for a
fortnight from 30th November to 11th December 2015.“We have to establish the best
possible environment for this UN conference and so we will create a fully featured
town, building it up and breaking it down in a way that embodies the spirit of the
event, that is to say eco-responsibly”, explains Pierre Henri Guignard, Secretary General
of COP 21. This will be reflected in the transport and catering. “This conference will
be a show case for our know-how. We are working with the City of Paris, the Ile-de-
France region and the Seine-Saint-Denis general council, since we will be favouring
public transport, electric vehicles and local, seasonal produce. We want to make this
a seamless, low impact conference.”n
France GreenTech Magazine 2015 - 9
COP 21
international commitments, a
Europe weakened by a terrible
economic crisis, an American
president at the end of his man-
date who is powerless before a
hostile Congress.
Kyoto cannot be repeated.
Its Protocol, which imposed
legal targets for greenhouse
gas emissions on the planet’s
richest nations, will be the last
Times have definitely chan-
ged since 1997 and what is
certain is that there is no ques-
tion of re-running Kyoto.” An old
hand at climate negotiations,
Pierre Radanne, President of
the 4D association and adviser
to French-speaking Africa, is
looking forward to the Confe-
rence of Parties (COP) 21 with
considerable apprehension.
“What awaits us in 2015 is a
horror!” And a tour of internatio-
nal relations in ruins: the Middle
East on fire, Russia and China in
the grip of rising nationalism,
the new Indian government of
Narendra Modri demoting the
climate agenda to the bottom
of its pile of urgent questions,
Canada, Australia, New Zea-
land, Japan unravelling their
Climate
Paris: THE meeting of the cen
How can a temperature rise of more than 2 °C in the course of this century be avoided?The question
that will confront the international community at COP 21 in December 2015 in Paris is dramatically
simple but very complicated to solve.
➤ ➤ France will host the COP21
United Nations Climate
Conference at the end
of 2015.
Fin 2015, la France accueillera
la Conférence des Nations unies
sur le climat, COP21.
OfficeofthePresidentoftheFrenchRepublic
10 - France GreenTech Magazine 2015
agreement to include restrictive
commitments. In theory, the Cli-
mate Convention negotiators
agreed on a second phase of
the Protocol to run until 2020
in Doha in December 2012.
However, this agreement, if
ratified, will only bind the Euro-
pean Union, Norway, Switzer-
land, the Ukraine, Belorussia,
Kazakhstan, Liechtenstein and
Monaco. These account for
around 15% of global green-
house gas emissions. The fol-
lowing year, in Warsaw, COP 19
delayed things by postponing
the date for a real global agree-
ment until COP 21 in Paris. One
year out from this meeting, very
few expect a happy outcome.
In order to avoid the failure
of Copenhagen, where the
negotiators arrived without
having previously set out their
national proposals for reducing
greenhouse gases, the Climate
Convention has reversed the
process. States have until the
spring of 2015 to submit a
voluntary target to the office
of the UN convention that
will then be subject for joint
negotiation. “However, it would
be naive to think that each will
submit a percentage reduction
and a firm timescale”, comments
Benoît Leguet, Director of Cli-
mate Research at the Caisse
des Dépôts et Consignations
(CDC). It will rather be a vast
range of actions encompassing
rules, taxes, industrial stan-
dards, energy efficiency policies.
A first glimpse of this box of
climate tools was offered up
this September in New York.
tury
Les temps ont bien changé depuis 1997
et, ce qui est certain, c’est que rejouer Kyoto
est impossible. » En vieux routier des négo-
ciations climat, Pierre Radanne, président
de l’association 4D et conseiller de l’Afrique
francophone, voit arriver la Conference of
parties (COP) 21 avec une grande appré-
hension : « Ce qui nous attend en 2015, c’est
l’horreur ! » Et de faire le tour de relations
internationales bien dégradées : le Moyen-
Orient en feu, la Russie et la Chine en plein
raidissement nationaliste, le nouveau gou-
vernement indien de Narendra Modri glis-
sant l’agenda climat tout en bas de la pile
des urgences, le Canada, l’Australie, la Nou-
velle-Zélande,leJaponquisedéfontdeleurs
engagements internationaux, une Europe
affaiblie par une terrible crise économique,
un président américain en fin de mandat
impuissant devant un Congrès hostile.
Kyoto ne pourra pas se re-produire. Ce
protocole qui imposait juridiquement des
objectifs de réduction de gaz à effet de
serre (GES) aux États les plus riches de la
planète serait donc le dernier accord com-
portant des engagements contraignants.
En théorie, à Doha en décembre 2012, les
négociateurs de la Convention climat ont
décidé d’une deuxième phase du protocole
courant jusqu’en 2020. Mais cet accord, s’il
est entériné, n’engagera que l’Union euro-
péenne (UE), la Norvège, la Suisse, l’Ukraine,
laBiélorussie,leKazakhstan,leLiechtenstein
et Monaco. Soit environ 15 % des émissions
mondiales de GES. L’année suivante àVarso-
vie,laCOP 19procrastineenrenvoyantà2015
et à la COP 21, à Paris, l’échéance d’un réel
accord mondial. À un an de ce rendez-vous,
bienpeunombreuxsontceuxquiannoncent
une issue heureuse.
Pour éviter l’échec de Copenhague où
les négociateurs sont arrivés sans avoir au
préalable énoncé leur proposition nationale
de réduction des GES, la Convention climat
a décidé d’inverser la méthode. Les États ont
jusqu’au printemps 2015 pour mettre sur
le bureau de la convention onusienne un
objectif volontaire qu’ils déposent au pot
de la négociation commune. « Mais il serait
illusoire de penser que chacun va transmettre
unpourcentagederéductionetuneéchéance
ferme, suppute Benoît Leguet, directeur de
recherche climat de la Caisse des dépôts et
consignations(CDC).Ils’agiraplutôtd’unvaste
éventail d’actions telles que des normes, des
taxes,desstandardsindustriels,despolitiques
d’efficacité énergétique. » Un premier aperçu
decetteboîteàoutilsclimatiqueaétédonné
enseptembredernieràNewYork(lireencadré
p. 13).Laplupartdespaysmettentsurlatable
ce qui semble ne devoir coûter qu’un effort
« supportable » qui n’obère pas leur déve-
loppement économique. Plus de quinze ans
après Kyoto, la communauté internationale
n’esteneffettoujourspassortiedel’impasse
du partage du fardeau : les pays développés
pointent les émissions fortement en crois-
sance des pays émergents quand ceux-ci
signalentlaresponsabilitéhistoriquedeceux
quibrûlentdel’énergiefossiledepuisledébut
delarévolutionindustrielle.« Undébatdeplus
enplusdépassédepuisquelaChineestdevenue
lepremierémetteurmondialdeGESetcombleà
grandevitesselefosséquilaséparedesvieilles
économies », souligne Benoît Leguet.
Pourensortir,ilfaudraitdoncdelasouplesse.
Accepter que tel pays ne s’engage que sur
« l’intensité énergétique » de son industrie,
que tel autre n’ait pour seul objectif que de
diminuer, voire stopper la disparition de ses
forêts,qu’undernierimposedesnormestech-
niques drastiques sur sa production indus-
trielle. « La question est : où sont les marges
de négociations qui vont nous permettre de
progresser vers la voie des 2 °C ? », s’interroge
Pierre Radanne.
Le secrétaire général de l’ONU Ban
Ki-moon a vu très vite que la négociation
allait buter dans le même mur qu’il y a cinq
ans à Copenhague. D’où son invitation aux
chefs d’État à se retrouver à New York pour
un Sommet climat, la veille de l’assem-
blée générale de septembre. Au menu, un
« agenda positif ». Sans attendre une prise
de position de chaque État, l’ONU met l’ac-
cent sur la multitude d’actions, d’initiatives,
Climat
Paris : LE rendez-vous du siècle
Comment ne pas dépasser une hausse des températures de 2 °C au cours de ce siècle ?
La question posée à la communauté internationale lors de la COP 21 de décembre 2015,
à Paris, est dramatiquement simple. Et fort compliquée à mettre en œuvre.
➤
France GreenTech Magazine 2015 - 11
COP 21
What most countries seem to
be submitting would require
nothing more than a‘bearable’
effort that would not hamper
their economic development.
More than fifteen years after
Kyoto, the international com-
munity has yet to resolve the
impasse of sharing out the
burden. Developed countries
point to the strongly increa-
sing emissions of the emerging
economies, who, for their part
highlight the historical res-
ponsibility of those who have
been burning fossil fuels since
the start of the industrial revo-
lution. “Itisadebatethatismore
and more outmoded now that
China has become the world’s
leading emitter of greenhouse
gases and has rapidly closed the
gap separating it from the old
economies”, comments Benoît
Leguet.
Flexibility is what is required to
get out of this bind. It means
accepting that this country will
only give an undertaking that
relates to the‘energy intensity’
of its industry, whereas the sole
objective of another is to reduce
or even to stop the disappea-
rance of its forests, whilst yet
another imposes drastic tech-
nical standards on its industrial
production. According to Pierre
Radanne, 2 °C?” 
UN Secretary General Ban
Ki-moon quickly saw that
negotiations were heading for
the same wall as five years ago
in Copenhagen, which was
why he invited heads of state
to gather in New York for a cli-
mate summit on the eve of the
general assembly in September.
It was a meeting with a positive
agenda.Withoutexpectingeach
state to adopt a position, the
UN placed the emphasis on the
array of actions, initiatives and
innovations that already allow
greenhouse gas emissions to be
reduced. “It is certainly true that
local authorities were present in
Copenhagen,reflectingtheirshare
of responsibility, but they were
not really taken seriously”, recalls
Ronan Dantec, Green senator
and Climate spokesman for the
United Cities and Local Govern-
ments(UCLG)internationalasso-
ciation. “For Paris, we will arrive
with well established territorial
climate plans, proven local poli-
cies and, above all, results.” Elec-
ted local representatives have a
major role to play. 50% of emis-
sions come from towns. Urban
management policies, public
transportandtownplanningare
powerful tools for reducing the
use of fossil fuels. Energy transi-
tion will primarily be something
that takes place in town, ”, conti-
nues Ronan Dantec. Internatio-
nal agreement on financing for
urban public transport in deve-
lopingcountries,plansforurban
development and bioclimatic
housing for the conurbations of
West Africa… the initiatives are
multiplying and in many cases
they are under the aegis of the
UN Habitat programme.
TheNewYorksummitwasalso
an opportunity for economic
stakeholders to demonstrate
their keenness to take on global
warming. The most spectacu-
lar demonstration of this was
undoubtedly the World Bank
initiative calling for the esta-
Each to his own
InNewYork,variouscountriesbegantomakeproposalsthatmightleadtoanagreement
in Paris. Here’s a brief round up of some widely differing promises.
l European Union: reduction in CO2 emissions of 80 to 95% between now and 2050.
€14 billion of finance for partners outside the EU over the next seven years.
l France: US$ 1 billion for the Green Climate Fund.
l United States: launch of“development and investment programmes for climate resi-
lience”. Deployment of experts and technologies to help the most vulnerable countries
to adapt.
l Iceland, Costa Rica, Ethiopia: zero emissions within the next ten years.
l Uganda and Congo:  restoration of 30 million hectares of degraded forest between
now and 2020.
l China: 40 to 45% reduction in carbon intensity between now and 2020 compared with
2005 levels and allocation of US$6 million for south-south cooperation.
➤ ➤ BarackObama,President
oftheUnitedStates,was
amongsttheguestsofBan
Ki-moon,SecretaryGeneralof
theUnitedNations,attheclimate
summiton23rd September2014
calledtoprepareforCOP 21
in2015inParis.
BarackObama,présidentdes
États-Unis,figuraitparmilesinvités
deBanKi-moon,secrétairegénéral
desNationsunies,auSommet
climatdu23 septembredernier
destinéàpréparerlaCOP 21,
en2015,àParis.
UnitedNations
12 - France GreenTech Magazine 2015
blishment of a price per tonne
of carbon emitted. 74 states
and 1,044 companies (inclu-
ding Chinese, American and
European oil companies) sub-
mitted a declaration on carbon
pricing to the UN. “As of 2014,
some 40 national governments
and over 20 sub-national entities
have instituted carbon taxes or
emissionquotatradingschemes”,
proclaimedthepromotersofthe
initiative.AccordingtotheWorld
Bank, these countries represent
over 22% of global emissions.
What remains to be done is to
persuade investors to turn away
from polluting industries. On
this front, the action taken by
the US$ 860 million Rockefeller
Foundation has had quite an
impact. The well-known Ameri-
can family, which made its for-
tune in oil, announced in New
Yorkthatitwascommittingitself
rightawaytoreducingitsinvest-
ments in the fossil fuel sector. In
doing so, the Rockefellers have
given a boost to the divestment
movementthatcameintobeing
three years ago in the United
States and that is urging the
world of finance to move away
from the oil, coal and shale gas
industries.
The UN clearly appears to
have decided to push these
movements of funds to drive
governments into signing an
agreement. What will happen
in Paris? A rupture between
countries and their towns and
industries is unlikely. “Local
stakeholdersneednationalgoals”,
observes Pierre Radanne. The
issue remains uncertain. Howe-
ver, the crux of the negotiations
isclear:proposesPierreRadanne.
China-USA-European Union
agreement and the others will
follow, counters RonanDantec.”,
advises Benoît Leguet. That’s
the main lesson that Paris must
take from Copenhagen. n
Loïc Chauveau
d’innovations qui permettent déjà d’atté-
nuer les émissions de GES. « ÀCopenhague,
lescollectivitésétaientcertesprésentes,reven-
diquaient leur part de responsabilité, mais
n’étaient pas vraiment prises au sérieux, se
souvient Ronan Dantec, sénateur Vert et
porte-parole climat de l’organisation inter-
nationale Cités et gouvernements locaux
unis (CGLU). À Paris, nous arrivons avec des
plans climat territoriaux bien établis, des
politiques locales éprouvées et surtout des
résultats. » Les élus locaux brandissent un
argument massue : 50 % des émissions
proviennent des villes. Les politiques de
gestion urbaine, de transports collectifs,
d’urbanismeconstituentdesoutilspuissants
de réduction de l’utilisation des énergies
fossiles. La transition énergétique se jouera
principalement dans les villes « et notam-
ment dans celles du Sud, qui connaissent
actuellementunexoderuralmassif »,poursuit
Ronan Dantec. Accord international sur le
financementdetransportscollectifsdansles
villes des pays en voie de développement,
plan d’urbanisme et d’habitat bioclimatique
pour les agglomérations de l’Afrique de
l’Ouest,lesinitiativessemultiplient,souvent
sousl’égideduprogrammeHabitatdel’ONU.
Le sommet new-­yorkais a également été
l’occasion pour les acteurs économiques de
montrer leur volonté de s’engager contre
le réchauffement climatique. Le plus spec-
taculaire est sans conteste l’initiative de la
Banque mondiale d’appeler à l’instauration
d’un prix de la tonne de carbone émise.
74 États et 1 044 entreprises (dont des
sociétés pétrolières chinoises, américaines
et européennes !) ont déposé à l’ONU une
déclaration sur la tarification du carbone.
« En 2014, on compte quelque 40 gouverne-
mentsnationauxetplusde20 instancesinfra-
nationalesquiontinstaurédestaxescarbone
ou des régimes d’échange de quotas d’émis-
sions », clament les promoteurs de l’opéra-
tion. Selon la Banque mondiale, ces pays
représentent plus de 22 % des émissions
mondiales). Reste à convaincre les inves-
tisseurs de se détourner des industries pol-
luantes. À ce titre, l’initiative de la Fondation
Rockefeller a marqué les esprits. La célèbre
famille américaine, qui a fait fortune dans
le pétrole, a annoncé à New York s’engager
dès à présent à réduire de près de 860 mil-
lions de dollars ses investissements dans le
secteur des énergies fossiles. Les Rockefel-
ler donnent ainsi un coup d’accélérateur au
« divestment movement », né il y a trois ans
aux États-Unis, et qui incite le monde de la
finance à divorcer des industries du pétrole,
du charbon et du gaz de schiste.
L’ONUsemblebiendécidéeàpousserces
mouvements de fonds pour contraindre les
gouvernementsàconclureunaccord.Quese
passera-t-ilàParis ?UnschismeentrelesÉtats
et leurs villes et industries est peu probable.
« Les acteurs de terrain ont besoin d’objectifs
nationaux », tempère Pierre Radanne. L’issue
reste incertaine. Mais les nœuds de la négo-
ciation sont bien identifiés : « Sortir du tête-
à-tête entre la Chine et les USA et impliquer
les plus pauvres », préconise Pierre Radanne.
« Insuffler un accord Chine-USA-Union euro-
péenneetlesautressuivront », corrige Ronan
Dantec. « Ne pas se faire trop d’illusions »,
conseille Benoît Leguet. C’est la principale
leçonqueParisdoitretenirdeCopenhague.n
Loïc Chauveau
Àchacunsasolution
ÀNewYork,lesÉtatsontcommencéàfairedespropositionsquipourraientpréfigurerunaccord
à Paris. Petit tour de promesses très diverses.
l Union européenne : réduction des émissions de CO2 de 80 à 95 % d’ici à 2050. Financement
de 14 milliards d’euros aux partenaires hors UE les sept prochaines années.
l France : 1 milliard de dollars au Fonds vert.
l États-Unis : lancement de programmes de « développement et d’investissement pour
la résilience climatique ». Et déploiement d’experts et de technologies pour aider les pays les
plus vulnérables à l’adaptation.
l Islande, Costa Rica, Éthiopie : zéro émission d’ici à la prochaine décennie.
l Ouganda et Congo : restaurer 30 millions d’hectares de forêts abimées d’ici à 2020.
l Chine : réduction de l’intensité carbone de 40 à 45 % d’ici à 2020 par rapport au niveau de
2005 et allocation de 6 millions de dollars pour la coopération Sud-Sud.
➤
France GreenTech Magazine 2015 - 13
COP 21
mic dwarf, albeit one that was
growing. And how! According
to China’s national statistics, CO2
emissions have increased by
an average of 7.5% per annum
since 1997 and stood at 7.69
billion tonnes in 2010, the date
of the last official figure. “Offi-
cial, but false, because Chinese
inventories are not based on
soundandrecognizedmethods”,
comments the Interprofessional
Technical Centre for Studies on
Air Pollution (CITEPA), which
is responsible for drawing up
the French inventories and
consolidating measurement
and reporting methods with
its international counterparts.
In reality, China emitted over
9 billion tonnes in 2010, excee-
ding US emissions, which were
put at 6.87 billion tonnes in the
same year.
Was it destined to triumph?
The 43 states of appendix I of
the Kyoto Protocol covered by
the greenhouse gas reduction
targets achieved a 9.3% overall
reduction in their emissions
between 1990 and 2011 and a
reduction of 14.5% if one takes
into account the agriculture and
forest sector and the change of
land use. The results presented
by the former Eastern block
countries are even more specta-
cular. The disappearance of the
enormous industrial combines
of the Soviet era has resulted in
a 36.8% fall, excluding agricul-
ture.It’snosurprisethatthepoor
pupilshavelefttheclass.Canada
(+18.7%), Australia (+32.2%)
and New-Zealand (+22.1%)
have reneged on their commit-
ments.Inpreparationforthevisit
of François Hollande to Canada,
Nicolas Hulot, the climate emis-
sary of the French President,
declared on 7th October 2014
that France “needed” Canada in
order to make the Paris confe-
rence in December 2015 a suc-
cess—without any great hopes
of being listened to.
More worryingly, the volume
of emissions from appendix I
countries now only accounts
for 36% of global emissions.
In 2010, developing countries
emitted 40% more greenhouse
gases than did developed
countries. The China situation
is even more out of kilter. In
1990, The People’s Republic
launched its first economic
development zone in Shen-
zhen, near to Hong Kong. At
the time of the signing of the
Protocol it was still an econo-
The lessons of Kyoto
The protocol adopted in 1997 is now far from reflecting the state of the world economy.
However, despite everything, the negotiations brought into being tools and methods for limiting
and monitoring greenhouse gases that still have a future.
➤ ➤ Although CDMs have
struggled to win over
manufacturers, NGOs remain
keen on them. GERES has
used them to develop the
Passive Solar House in one
hundred villages in the Indian
Himalayas over the space of
four years. Solar energy is
substituted for local fuels that
have become scarce or fossil
fuels imported at a high price.
Si les MDP peinent à séduire
les industriels, les ONG en
restent friandes. Le Geres a
ainsi développé sur quatre ans
le projet Passive Solar House
dans une centaine de villages
de l’Himalaya indien. L’énergie
solaire se substitue aux
combustibles locaux devenus
rares ou aux fossiles importés
au prix fort.
GERES
14 - France GreenTech Magazine 2015
The distinction between rich
and emerging countries no
longer really makes any sense.
What will be decided in Paris
is an agreement involving the
195 member states of the UN,
whatever their level of develop-
ment. “Given its economic size,
China can no longer really speak
on behalf of the less advanced
nations”, comments Pierre
Radanne. He considers that
one of the keys to Paris 2015
could be the decoupling of the
emerging economies and the
poorest states, “whose interests
are no longer the same”, as the
negotiator goes on to point
out. The Kyoto Protocol will
therefore need to be reviewed
from top to bottom. What will
its tools be?The carbon market
and ‘flexibility mechanisms’,
Clean Development Mecha-
nisms (CDM) and Joint Imple-
mentation (JI)?
The call in New York in Sep-
tember of this year to set a
price per tonne of emitted
carbon was a major milestone.
The system of emission quotas
and trading in a special market
still appears to have a good
future. The pessimistic vision
of Europe is distorted by the
travails of its emissions trading
scheme (ETS), which has been
besetbytheover-generousallo-
cation of quotas to manufac-
turers. Although the European
Commission withdrew over 900
million tonnes of carbon from
this market in 2013, the price
has not risen above €5. “This
situation should not blind us,
advises Benoît Leguet, at CDC
Climat. Manufacturers realized
thatitwasnecessarytosetaprice
per tonne for carbon and that it
was necessary to anticipate this.
They talk about being willing to
adapt to the new situation, pro-
vided that the rules of the game
are stable.” Given their involve-
ment in international markets,
the owners of the 11,500 Euro-
Faut-il triompher ? Les 43 États du Pro-
tocole de Kyoto de l’annexe I concernés par
les objectifs de réduction des gaz à effet
de serre ont présenté en 2013 une baisse
globale de 9,3 % de leurs émissions entre
1990 et 2011, de 14,5 % si l’on prend en
compte le secteur de l’agriculture, de la
foresterie et des changements d’utilisation
des terres. Les résultats présentés par les ex-
pays de l’est de l’Europe sont évidemment
encore plus spectaculaires. La disparition
des énormes combinats industriels de
l’ère soviétique a permis d’enregistrer une
diminution de 36,8 %, hors agriculture. On
note, sans surprise, que les mauvais élèves
ont quitté la classe. Le Canada (+18,7 %),
l’Australie (+32,2 %) ou la Nouvelle-Zélande
(+22,1 %) ont renoncé à remplir leurs enga-
gements. En préparation de la visite de
François Hollande au Canada, l’émissaire
climat du président français, Nicolas Hulot,
a déclaré le 7 octobre dernier que la France
« avait besoin » du Canada pour réussir la
ConférencedeParisdedécembre2015.Sans
grand espoir d’être écouté.
Plus inquiétant, le volume des émissions
des pays de l’annexe I ne représente plus
que 36 % des émissions mondiales. En
2010, les pays en voie de développement
ont rejeté 40 % de GES de plus que les
pays développés. La situation de la Chine
est la plus caricaturale. En 1990, la Répu-
blique populaire expérimente sa première
zone de développement économique à
­Shenzhen, près de Hong Kong. Au moment
de la signature du protocole, c’est encore
un nain économique, mais la croissance est
en marche. Brutale. Selon les statistiques
nationales chinoises, les émissions de CO2
ont augmenté de 7,5 % par an en moyenne
depuis 1997, pour atteindre 7,69 milliards
de tonnes en 2010, dernier chiffre officiel.
« Officiel,maisfaux,carlesinventaireschinois
nes’appuientpassurdesméthodessolideset
reconnues »,souffle-t-onauCentreinterpro-
fessionnel technique d’études de la pollu-
tion atmosphérique (Citepa) chargé d’effec-
tuer les inventaires français et de consolider
les méthodes de mesures et de reporting
avec ses homologues internationaux. En
réalité, cette même année 2010, la Chine
aurait émis plus de 9 milliards de tonnes,
surpassant les rejets des États-Unis évalués
la même année à 6,87 milliards de tonnes.
La séparation entre pays riches et
émergents n’a plus guère de sens. Ce qui
va se décider à Paris, c’est donc un accord
global impliquant les 195 États membres de
l’ONU, quel que soit leur degré de dévelop-
pement. « Auvudesonpoidséconomique,la
Chine ne peut plus guère parler au nom des
payslesmoinsavancés »,notePierreRadanne.
Lequel estime qu’une des clés de Paris 2015
pourrait être le découplage entre les pays
émergentsetlesÉtatslespluspauvres« dont
lesintérêtsnesontpluslesmêmes », poursuit
le négociateur. Le Protocole de Kyoto devra
donc être revu de fond en comble. Qu’en
sera-t-il de ses outils, le marché carbone et
les « mécanismes de flexibilité », les méca-
nismes de développement propre (MDP) et
la mise en œuvre conjointe (MOC) ?
À New York en septembre dernier,
l’appel à la fixation d’un prix à la tonne
de carbone rejetée reste un événement
majeur. Le système de quota d’émissions
et d’échange sur un marché spécial semble
encore avoir un bel avenir. La vision pessi-
miste de l’Europe est faussée par les aléas
de son système d’échange des émissions
(ETS), noyé par l’attribution trop géné-
reuse de quotas aux industriels. Bien que la
­Commission européenne ait retiré en 2013
plus de 900 millions de tonnes de carbone
decemarché,leprixn’excèdepasles5 euros.
« Cette situation ne doit pas nous aveugler,
corrige Benoît Leguet, à la CDC Climat. Les
industriels ont pris conscience que donner un
prix à la tonne de carbone était nécessaire
et qu’il fallait l’anticiper. Ils disent vouloir
s’adapter à la situation nouvelle, à condition
quelesrèglesdujeusoientstables. » Engagés
dans des marchés internationaux, les pro-
priétaires des 11 500 sites industriels euro-
péens concernés par les quotas d’émissions
ont bien conscience que la situation évolue
dans le reste du monde. La COP de Paris va
ainsi coïncider avec la première étape de
l’expérimentation des marchés de quotas
Les leçons de Kyoto 
Le protocole adopté en 1997 ne reflète plus du tout l’état de l’économie mondiale.
La négociation a malgré tout accouché d’outils et de méthodes de limitation
et de contrôle des gaz à effet de serre qui ont encore de l’avenir.
➤
France GreenTech Magazine 2015 - 15
COP 21
redwiththeClimateConvention
representing 1.5 billion equiva-
lent tonnes of CO2 avoided. Ran-
ging from the smallest methane
generation or renewables pro-
jects for African villages to the
large-scale industrial capture
of HFC-23, these CDMs have
demonstrated their effective-
ness. “Over the eleven years of
their activity the defects in CDM
procedures have been corrected
and they have become a sound,
structuredandeffectivemeansof
reducing greenhouse gases that
itself imposing emission quotas.
In India, three markets cove-
ring a thousand industries are
currently being set up. South
Koreawilllaunchitsownmarket
in 2015.
The situation is much less
clear for CDMs and the other
JIs.The CDM “is the world’s most
important carbon offsetting
label”, comments Igor Shishlov,
who is responsible for surveys at
the CDC. By October 2014, over
7,500 projects had been registe-
pean industrial sites affected
by the emission quotas are well
aware that things are changing
in the rest of the world.The Paris
COP will coincide with the first
trial of quota markets set up
in seven industrial regions in
China. The thirteenth Chinese
five-year plan, which will start at
the same time, should include
the setting up of a single market
for the whole country. In the
United States the opposition
is considerably stiffer but the
energy sector might well find
The question of financing aid to developing countries has
been an issue since the mid 1990s. Technology transfers,
finance for clean investments, help with adapting to climate
change are issues that together represent the second major
stumbling block to the negotiations after the apportioning
of the efforts to be made between the various individual
states. It doesn’t take long to tot things up in New York. The
Green Climate Fund that was brought into being in Durban
in 2011 today stands at just over US$2.3 billion (including 1
billion from Germany and the same from France).This is well
below the goal of 15 billion over its first three years and way
off the 100 billion per annum from 2020. “However, the role
of the Green Climate Fund is to prime the financing of projects
by other organizations such as development banks”, cautions
Pierre Forestier, who is responsible for climate questions at
the AFD (French development agency). For example, the
22 development banks around the world granted ‘climate’
finance to the tune of 87 billion in 2013. Furthermore, in 2014
the AFD issued‘green’bonds in the market and these have
been widely subscribed to. So far as private sector banks are
concerned, these undertook in 2007 to adopt the‘Equator
Principles’in order to take into account the social and envi-
ronmental aspects of their investments. However, in the final
analysis, it is their customers who decide and there is still
no shortage of doors for the coal and fossil fuel industry to
knock on in order to finance its projects. n
DR
➤ ➤ Jean-Pierre Pasquet,
stock breeder in Ille-et-
Vilaine, is the first member
of Bleu-Blanc-Cœur.
Jean-Pierre Pasquet, éleveur
en Ille-et-Vilaine, est le premier
adhérent à Bleu-Blanc-Cœur.
The 100 billion Green Climate Fund
16 - France GreenTech Magazine 2015
it would be a great pity to aban-
don in the forthcoming negotia-
tions”,arguesBenoîtLeguet.The
‘reduction units’assigned by the
UN to the promoters of these
projectsarenowworthlessthan
a euro because they are indexed
to the lifeless European carbon
market. Manufacturers are the-
refore little inclined to use this
tool in order to offset their emis-
sions. NGOs, however, remain
fond of them. “Companies, indi-
viduals, associations voluntarily
offsettheiremissionsbyengaging
with our clean development pro-
jects”,comments Renaud Bettin,
who is responsible for carbon
credits at GERES, the Groupe
énergies renouvelables environ-
nement et solidarités. However,
in the case of our NGO a tonne
of carbon is priced at €20 and
the CDM becomes a means by
which citizens can act against
global warming.”
Onemightalsohavethought
that JIs would have disappeared
for good. This tool was desig-
ned to allow a manufacturer to
offset its emissions in an appen-
dix I country, especially in the
former Eastern block countries.
Today, however, they retain a
certain usefulness for emission
reduction actions in developed
countries seeking to finance
tonnes of greenhouse gas
avoided. This is the case with
Bleu-Blanc-Cœur, an associa-
tion that promotes the use of
flax-based feed for French stock
rearing in order to cut methane
emissions from animals.
The negotiators for the new
phase than will open in Paris
next year will not start with a
blank sheet of paper. The Kyoto
Protocol tools have demons-
trated their soundness and
effectiveness and there will be
no reason for the diplomats to
exclude them from their long
nightsofnegotiationnextyear.n
Loïc Chauveau
installés dans sept régions industrielles de
Chine.Letreizièmeplanquinquennalchinois,
quidébuteraàcemoment-là,devraitintégrer
l’instaurationd’unmarchéuniqueàl’échelle
du pays. Aux États-Unis, les oppositions
sont bien plus élevées, mais le secteur de
l’énergie pourrait bien se voir imposer des
quotas d’émissions. En Inde, trois marchés
couvrantunmillierd’industriessontencours
de construction. La Corée du Sud lancera le
sien en 2015.
Lasituationestbeaucoupmoinsclaire
pour les MDP et autres MOC. Le MDP « estle
labeldecompensationcarboneleplusimpor-
tant dans le monde », note Igor Shishlov,
chargé d’études à la CDC. En octobre 2014,
plus de 7 500 projets étaient enregistrés
auprès de la Convention climat pour 1,5
milliarddetonnesd’équivalents CO2 évitées.
Des plus petits projets de méthanisation ou
d’énergies renouvelables pour des villages
africains aux grands captages industriels
de HFC-23, ces MDP ont fait la preuve de
leur efficacité. « En onze ans d’activités, les
procéduresdesMDPontcorrigéleursdéfauts
pourdevenirunmoyensolide,structuréeteffi-
cacepourlaréductiondesGESqu’ilseraitbien
dommage d’abandonner dans la prochaine
négociation », défend Benoît Leguet. Les
« unités de réduction » accordées par l’ONU
aux promoteurs de ces projets valant désor-
mais moins d’un euro du fait qu’elles sont
indexées au très atone marché européen
du carbone. Les industriels sont donc moins
enclinsàutiliserl’outilpourcompenserleurs
émissions. Mais les ONG en restent friandes.
« Des entreprises, des particuliers, des asso-
ciations compensent volontairement leurs
émissions en s’engageant sur nos projets de
développementpropre, note Renaud Bettin,
en charge des crédits carbone au Geres, le
Groupe énergies renouvelables environne-
ment et solidarités. Mais avec notre ONG, la
tonne de carbone est à 20 euros et le MDP
devient alors un moyen citoyen d’agir contre
le réchauffement climatique. »
On pensait également que les MOC
avaient irrémédiablement disparu. Cet
outil devait permettre à un industriel de
compenser ses émissions dans un pays de
l’annexe I, notamment dans les ex-pays de
l’Est européen. Ils retrouvent aujourd’hui
une utilité certaine dans des actions de
réduction des émissions des pays dévelop-
pés qui cherchent à financer les tonnes de
GESévitées.C’estlecasdeBleu-Blanc-Cœur.
Cetteassociationpromeutunealimentation
des élevages français à base de lin qui dimi-
nue les émissions de méthane des animaux.
Les négociateurs de la nouvelle phase, qui
va s’ouvrir à Paris l’an prochain, ne partiront
donc pas d’une feuille blanche. Les outils du
protocole de Kyoto ont fait preuve d’une
grande solidité et d’une bonne efficacité.
Les diplomates n’ont aucune raison de les
écarter de leurs longues nuits de négocia-
tions à venir. n
Loïc Chauveau
Le Fonds vert à 100 milliards
Dès le milieu des années 1990, la question du financement de l’aide aux pays en voie de
développement s’est posée. Transferts de technologies, financement des investissements
propres, aide à l’adaptation au changement climatique : ce dossier constitue le deuxième
blocage des négociations après le partage entre États des efforts à accomplir. À NewYork,
le compte a été vite fait. Le Fonds vert décidé à Durban en 2011 n’est aujourd’hui doté que
d’un peu plus de 2,3 milliards de dollars (dont 1 milliard de l’Allemagne et autant de la
France). On est loin de l’objectif de 15 milliards sur les trois prochaines années et surtout des
100 milliards par an promis à partir de 2020. « Cependant,lerôleduFondsvertestd’amorcerle
financementdesprojetspard’autresacteurs,commelesbanquesdedéveloppement », tempère
Pierre Forestier, chargé des questions climat à l’Agence française de développement (AFD).
Ainsi, les 22 banques de développement présentes dans le monde ont accordé en 2013
pour 87 milliards de financements « climat ». L’AFD a par ailleurs levé en 2014 des obliga-
tions « vertes » auprès des marchés qui ont été largement souscrites. Quant aux banques
privées, elles se sont engagées en 2007 avec « les principes de l’Équateur » à tenir compte
des aspects sociaux et environnementaux de leurs investissements. Mais en l’espèce, ce
sont leurs clients qui décident et l’industrie du charbon et des énergies fossiles ne manque
toujours pas de porte où frapper pour financer ses projets. n
➤
France GreenTech Magazine 2015 - 17
Expectations for COP 21
For a climatologist and
glaciologist such as myself,
not exceeding 2 °C over the
long term is the target figure
that needs to be adhered to.
The scientific research pres-
ented in the fifth Assessment
ReportoftheIPCCtellsusthat
if we are to remain below this
limit we can only emit around
another 1,000 billion tonnes
of CO2. At the current rate of
some 35 billion tonnes per
annum that means we have
just thirty years of emissions
left. So, between now and
the end of the decade we
must work to ensure the
graph starts to head back
downwards to around 35
billion tonnes of emissions,
whereas the current increase
of 2.5% per annum, as calcu-
lated by the Global Carbon
Project, would take us to
over 40 billion tonnes. There
is very little time left if we are
toavoidenteringtheredzone
afterwhichitwillnolongerbe
possible to stay below 2 °C.
To give you an idea of the
scale of what has to be
accomplished, the easily
exploitablereservesofoil,gas
and coal in the Earth’s crust
would result in emissions of
a further 5,000 billion tonnes
of CO2. We therefore need to
decidetoleavetheequivalent
of 4,000 billion tonnes of CO2
unburnt and underground.
If we do not want to exceed
2 °C we must decide not to
extract any more than 20%
of the exploitable reserves of
fossil fuel.This is an effort that
the extraction industry needs
to gear itself up for.
The most recent report of the
IPCC, the synthesis of which
was published at the end of
October 2014, has laid things
out clearly. Its three working
groupshavedrawnupreports
onthecurrentunderstanding
of the climate, on the effects
that climate change will have
on animal and plant species
and, finally, on the efforts to
adaptthatthehumanracewill
need to undertake in order to
reducetheimpactofwarming
onitsactivities.WhatIamthe-
refore expecting from COP 21
is a decision firstly to curb the
emission trajectory between
2016 and 2020 and then a
targettohalvetheuseoffossil
energies between now and
2050.Carbonneutralityneeds
to be achieved by the end of
the century but the decision
has to be taken today.
JeanJouzel,glaciologue,
vice-président du Giec
« Un objectif de réduction
par deux de l’utilisation
des énergies fossiles d’ici
à 2 050 »
Pour le climatologue et gla-
ciologue que je suis, l’objectif
chiffré qu’il faut respecter, ce
sont les 2 °C à ne pas dépas-
ser sur le long terme. Les tra-
vaux scientifiques présentés
dans le cinquième rapport
du Giec nous indiquent que,
pour demeurer dans cette
limite, nous ne pouvons
plus émettre qu’environ
1 000 milliards de tonnes
de CO2. Même en gardant
le rythme actuel d’envi-
ron 35 milliards de tonnes
par an, il ne nous reste que
trente ans d’émissions. D’ici
à la fin de la décennie, il
faudrait déjà commencer
à incurver la courbe et être
redescendu aux environs de
35 milliards de tonnes reje-
tées. La tendance actuelle de
2,5 % par an, analysée par le
Global Carbon Project, nous
emmène à plus de 40 mil-
liards de tonnes. Il nous reste
très peu de temps pour éviter
de rentrer dans la zone rouge
au-delà de laquelle il ne sera
plus possible de se maintenir
en dessous des 2 °C.
Pour bien mesurer l’effort
à accomplir, il faut savoir
que le sous-sol de la Terre
recèle encore des réserves
facilement exploitables en
pétrole, gaz et charbon qui
pourraient amener pour
5 000 milliards de tonnes
de CO2 d’émissions. Il va
donc falloir décider de lais-
ser dans les couches géolo-
giques des gisements dont
la combustion équivaut à
4 000 milliards de tonnes
de CO2. Si nous voulons ne
pas dépasser les 2 °C, nous
devons nous résoudre à ne
pas sortir de terre plus de
20 % des réserves d’énergie
fossile exploitables. C’est un
effort auquel doit se préparer
l’industrie extractive.
Le dernier rapport du Giec,
dontlasynthèseaétépubliée
finoctobre2014,abienplanté
le décor. Les trois groupes de
travail ont dressé des dia-
gnosticssurlesconnaissances
actuelles sur le climat, sur les
effets qu’aura le changement
climatique sur les espèces
végétales et animales et,
enfin, sur les efforts d’adap-
tation que devra mener l’es-
pèce humaine pour minorer
l’impactduréchauffementsur
ses activités. Ce que j’attends
donc de la COP 21, c’est une
première décision d’infléchir
les trajectoires d’émissions
dans la période 2016 à 2 020,
etunobjectifderéductionpar
deux de l’utilisation des éner-
giesfossilesd’icià2 050.Ilfau-
drait atteindre une neutralité
carbone d’ici la fin du siècle.
Et cela se décide aujourd’hui.
Jean Jouzel, glaciologist, Vice President of the IPCC
DR
“A target of halving the use of fossil
fuels between now and 2050”
18 - France GreenTech Magazine 2015
We expect that COP 21
will lead to the signing
of an agreement that
will clearly plot the path
towards limiting global war-
ming to 2 °C between now
and the end of the century.
At Suez Environnement, we
know that the technologies,
scientific knowledge and
know-how to build a car-
bon-free world are already
at our disposal. Our activi-
ties in the field of waste and
water have led us to imple-
ment solutions to mitigate
global warming through
energy saving and the intro-
duction of the circular eco-
nomy. Our Econôtre plat-
form in Toulouse combines
exploiting energy for waste
and selective sorting to feed
the local circular economy.
In Strasbourg, biogas reco-
vered from the treatment
plant will be injected into
the gas network from the
summer of 2015. In Le
Havre, we are working on
the industrial development
of a future biomass boiler.
What was once a source of
dissipated heat now gene-
rates revenues whilst avoi-
ding the emission of power-
ful greenhouse gases. We
have technical solutions and
teams of engineers ready
to respond to the needs of
local authorities working
to reduce emissions across
the territories that they are
responsible for. What we
do here in France we also
transfer to countries further
south. At Meknès (Morocco),
the management of house-
hold waste landfills has led
the company to exploit the
recycling work of rag-and-
bone men and to regularize
an informal economy.
We also have to adapt to the
effects of climate change.
The development of new
technologies allows us to
save on our consumption
of natural resources and
energy. New methods of
urban management for
water, transport and heating
promise to result in better
managed, less polluted
towns that are more resi-
lient in the face of climate
hazards. The desalination
of seawater, the real time
tracking of floods and the
modelling of how towns
function are all technologies
that improve urban mana-
gement. This requires a new
economic model that sets a
price per tonne for emitted
carbon. That is why Suez
Environnement signed the
‘put a price on carbon’ sta-
tement issued by the World
Bank in September 2014.
HélèneValade,directrice
développement durable
Suez Environnement
« Un accord qui balisera les
étapes »
Nous attendons de la COP 21
la signature d’un accord
qui balisera clairement les
étapes pour limiter à 2 °C
le réchauffement clima-
tique d’ici la à fin du siècle.
Car nous savons, chez Suez
Environnement, que les tech-
nologies, les connaissances
scientifiques, les savoir-faire
sont déjà à notre disposition
pour construire un monde
décarboné. Nos activités
dans le domaine des déchets
et de l’eau nous conduisent
à mettre en œuvre des
solutions d’atténuation du
réchauffement climatique
par les économies d’énergie
et la mise en place de l’éco-
nomie circulaire. ÀToulouse,
notre plateforme Econôtre
combine valorisation éner-
gétique des déchets et tri
sélectif alimentant l’éco-
nomie circulaire locale. À
Strasbourg, le biogaz récu-
péré à la station d’épuration
sera injecté à l’été 2015 dans
le réseau de gaz. Au Havre,
nous travaillons au déve-
loppement industriel d’une
future chaudière à biomasse.
Ce qui était autrefois des
sources de chaleur perdue
génère aujourd’hui des reve-
nus, tout en évitant le rejet
de puissants gaz à effet de
serre. Nous avons des solu-
tions techniques et des
équipes d’ingénieurs prêtes
à répondre aux besoins de
collectivités engagées dans
la réduction des émissions
à l’échelle de leur territoire.
Ce que nous réalisons ici en
France, nous le transférons
également vers les pays du
Sud. À Meknès (Maroc), la
gestion des décharges de
déchets ménagers amène
l’entreprise à valoriser le tra-
vail de recyclage des chiffon-
niers et à officialiser ainsi une
économie informelle.
Nous devons aussi nous
adapter aux effets du chan-
gement climatique. Le déve-
loppement de nouvelles
technologies nous permet de
maîtriser notre consomma-
tion de ressources naturelles
et d’énergie. Les nouvelles
méthodesdegestionurbaine
de l’eau, des transports, du
chauffage promettent l’émer-
gence de villes mieux gérées,
moins polluées, plus résis-
tantes aux aléas climatiques.
Le dessalement de l’eau de
mer, le suivi en temps réel des
inondations, la modélisation
du fonctionnement des villes
sont autant de technologies
qui améliorent la gestion
urbaine. Cela nécessite un
nouveau modèle écono-
mique qui donne un prix à
la tonne de carbone émise.
C’est pourquoi Suez Envi-
ronnement a signé l’appel à
« donner un prix au carbone »
lancé en septembre 2014 par
la Banque mondiale.
Hélène Valade, Director of Sustainable
Development at Suez Environnement
DR
“An agreement that will
plot the path”
France GreenTech Magazine 2015 - 19
Expectations for COP 21
On the way to the 2015
Paris Climate Conference
I hope that for their part
countries will manage to
make progress on climate
and energy policies and
goals that are on a par with
the challenges. Negotiating
an agreement in Paris will be
complicated, it will require
a considerable amount of
understanding and confi-
denceinordertoavoidastale-
mate between the countries.
For the preparations taking
place in Lima (COP20) and
afterwards it is important
that the nations talk to each
other in order to understand
their difficulties and to inte-
grate their options for action.
However, at the end of the
day, what the WWF expects
is that we leave Paris with a
global agreement, interna-
tional instruments and com-
mitmentsbycountriestolimit
warmingtowellbelow2 °C.In
order to do so the countries
must also manage to adopt
a credible short-term trajec-
tory. The latest IPCC reports
and the work of the UNEP
tell us that it is essential to
get up to speed before 2020
in order to achieve the right
climate trajectory. Over the
next six years it is necessary
toavoidbetween8and12 bil-
liontonnesofgreenhousegas
emissions. Amongst other
ways, this could be achieved
by a massive development
of renewables, a doubling of
energy efficiency, increased
efforts to stop deforestation
or changes of land use. It is a
precise, quantified objective
that will be difficult but pos-
sible to achieve.
The success of the climate
marches in New York and
around the world on 21st
September 2014 is a piece
of good news in this regard.
One senses real engagement.
Many of society’s stakehol-
ders are already acting. Indi-
vidual citizens are working
to adapt their modes of life.
Local authorities are reinven-
ting the town. Industries are
changing their models. Such
transitions bring other bene-
fits in their wake in terms of
health, jobs and well-being.
Much still remains to be
done, especially when it
comes to moving away from
fossil fuels and the grants
offered in this area. This is a
path that involves us all. The
next few months will be deci-
sive in pushing governments
to move forwards and in
drawing in more participants.
Pierre Cannet, respon-
sableduprogrammeclimat
et énergie au WWF
« Un accord mondial, des
instruments internatio-
naux et des engagements
des pays »
Sur la route vers la confé-
rence Paris Climat 2015,
j’espère que les États par-
viendront à avancer chez
eux sur des politiques et
des objectifs climatiques et
énergétiques à la hauteur
des enjeux. La négociation
d’un accord à Paris sera
compliquée, il faudra beau-
coup de compréhension et
de confiance pour éviter les
blocages entre les pays. Pour
la préparation qui s’engage à
Lima (COP20) et pour la suite,
les États doivent se parler,
comprendre leurs difficultés,
intégrer leurs leviers d’action.
Mais au bout du compte, ce
que leWWF attend, c’est que
nous repartions de Paris avec
un accord mondial, des ins-
truments internationaux et
des engagements des pays
pour limiter le réchauffement
bien en dessous des 2 °C.
Pour cela, les États doivent
aussi réussir à arrêter une
trajectoire crédible à court
terme. Les derniers rapports
du Giec et les travaux du
Pnue nous disent qu’il est
impératif d'accélérer avant
2020 pour être sur la bonne
trajectoire climatique. Il faut
éviter d’ici à six ans l’émission
de 8 à 12 milliards de tonnes
de gaz à effet de serre. Cela
pourra notamment se faire
avec un fort développement
des énergies renouvelables,
un doublement de l’efficacité
énergétique, une lutte accrue
contre la déforestation et des
changements d’usage des
terres. C’est un objectif précis,
quantifié, difficile à atteindre,
mais possible.
Le succès de la marche pour
le climat à New York et à
travers le monde, le 21 sep-
tembre dernier, est à cet
égard une bonne nouvelle.
On sent une réelle mobili-
sation. Beaucoup d’acteurs
de la société sont déjà en
mouvement. Des citoyens
agissent à leur niveau pour
adapter leur mode de vie.
Des collectivités locales réin-
ventent les villes. Des indus-
tries changent leur modèle.
On comprend mieux aussi
les cobénéfices de telles
transitions, pour la santé,
les emplois et le bien-être. Il
reste encore beaucoup d’ef-
forts à réaliser, notamment
vers la sortie des énergies
fossiles et des subventions
accordées dans ce domaine.
Cettetrajectoirenousengage
tous. Les prochains mois
seront décisifs pour faire
avancer les gouvernements
et entraîner plus d’acteurs.
Pierre Cannet, head of the climate and energy
program at the WWF
WWF
“A global agreement, international instruments
and national undertakings”
20 - France GreenTech Magazine 2015
Ronan Dantec, senator,‘climate’spokesman for United Cities
and Local Governments (UCLG)
Besides a sound and ambi-
tious agreement, what I
expect from COP 21 are tools
to strengthen the ability of
local and regional authorities
to act against climate change.
50% of greenhouse gas emis-
sions stem from people’s
everyday lives and more than
half of humanity already lives
in towns. In the course of this
century this percentage is
likely to rise to 80%. A high
proportionofthesolutionsare
to be found in urban mana-
gement and consequently
responsibility does not just
lie with the states that will
gatherinParisnextyear.Much
of it lies in the hands of local
and regional elected repre-
sentatives and the citizens.
The adoption of new, more
economical ways of life in
territories that are concerned
about social cohesion, the
mobilization of easy to access
financial tools, educating and
informing the inhabitants are
all challenges that need to be
addressedatclosequartersto
thecitizensinquestion.Thisis
whatdrivestheactionsoflocal
elected representatives.
We staked out our claim at
Copenhagen in 2009 and
we gained recognition the
following year in the text
adopted at Cancún. We will
arrive next year in Paris with
proof of the effectiveness of
our actions. We have results.
All around the world towns
are reducing their emissions
by developing public trans-
port or by combating urban
sprawl, by opting for large-
scaleimprovements.InFrance,
regional climate plans are
beginning to bear fruit. Local
authorities have been given
ambitious goals and these
plans call on every available
technical resource. However,
they also depend upon the
engagement of the citizens.
The fight against global war-
mingwillnotbewonunlessall
those with a stake are mobi-
lized. This is one of the major
challenges of COP 21.
Ronan Dantec, sénateur,
porte-parole « climat » de
Cités et gouvernements
locaux unis (CGLU)
« Des outils pour renforcer
la capacité d’action des
collectivités »
Outre un accord solide et
ambitieux, ce que j’attends
de la COP 21, ce sont des
outils pour renforcer la capa-
cité d’action des collectivités
locales et territoriales dans la
lutte contre le changement
climatique. Les émissions
de gaz à effet de serre pro-
viennentà50 %delaviequo-
tidiennedesgens,etplusdela
moitié de l’humanité vit déjà
dans les villes. Ce pourcen-
tage devrait atteindre 80 %
au cours de ce siècle. Une
grandepartiedessolutionsse
trouve donc dans la gestion
urbaine. Par conséquent, la
responsabilité n’appartient
pas seulement aux États qui
vont se retrouver à Paris l’an
prochain. Elle est aussi gran-
dement dans les mains des
élus locaux et territoriaux,
et des citoyens. L’adoption
de nouveaux modes de vie
plus économes, dans des ter-
ritoires soucieux de cohésion
sociale, la mobilisation d’ou-
tils financiers faciles d’accès,
l’éducation et l’information
des habitants sont autant
d’enjeux qui nécessitent
une forte proximité avec les
citoyens. C’est bien ce qui
fondel’actiondeséluslocaux. 
Nous revendiquions déjà
notre reconnaissance à
Copenhague en 2009, nous
l’avions obtenue l’année sui-
vante dans le texte adopté
à Cancún. Nous arriverons
l’an prochain à Paris avec la
démonstration de l’effica-
cité de notre action. Nous
avons des résultats. Partout
dans le monde, les villes
réduisent leurs émissions en
développant des transports
en commun ou en luttant
contre l’étalement urbain,
en décidant des réhabilita-
tions de grande ampleur. En
France, les plans climat terri-
toriaux commencent à porter
leurs fruits. Les objectifs que
se sont assignés les collectivi-
tés sont ambitieux. Ces plans
font appel à tous les moyens
techniques disponibles, mais
ils misent aussi sur l’engage-
ment citoyen. La lutte contre
le réchauffement climatique
ne sera gagnée que si elle
fait l’objet d’une mobilisation
globale de tous les acteurs.
C’est l’un des enjeux majeurs
de la COP 21.
EELV
“Tools to strengthen the ability
of local authorities to act”
France GreenTech Magazine 2015 - 21
UN Climate Summit 2014
One year before COP 21 in Paris, UN Secretary-General Ban Ki-moon invited world
eaders, from government, finance, business, and civil society to Climate Summit 2014
on 23 September 2014 to galvanize and catalyze climate action. He has asked them
to bring bold announcements and actions to the Summit that will reduce emissions,
strengthenclimateresilience,andmobilizepoliticalwillforameaningfullegalagreement
in 2015. French contemporary artist,YannToma, portrayed the summit.
New York, 22 September 2014, a great march for climate action was
Dilma Rousseff, Brazil
Wilfred Elrington, Belize
22 - France GreenTech Magazine 2015
organised by NGO's. The french artist Yann Toma captured slogans banners.
Yann Toma,
an artist-observer in
the United Nations
Yann Toma, contemporary
artist, professor and
researcher at the Sorbonne
University in Paris, has been
portraying the entirety
of the United Nations since
2007, from heads of state
and ambassadors to the
cleaners and security
members who remain at
the building long after the
diplomats and aid workers
have gone home. Toma has
been photographing and
filming the ”world body”
for seven years. In 2014,
he's decided to change
medium, opting for colored
charcoal and an easel.
www.ouest-lumiere.org
Alpha Condé, Guinea
János Áder, HungaryLeonardo DiCaprio, actor
Park Geun-hye, South Korea
SophiePilgrim
France GreenTech Magazine 2015 - 23
city is undergoing rapid urban
expansion as its population
grows(+250%infourteenyears)
and, on top of this, it is working
towards being an embodiment
ofthesustainablecityduringthe
international exhibition that it
will be hosting in 2017 on the
theme of energies of the future.
There are three main elements
tothesimulatorproject:diagno-
sing Astana’s needs in terms of
mobility, energy, construction
andtheurbanecosystem(mana-
gement of water and waste,
environment restoration…);
Launched in 2013 by France’s
public authorities and a number
oftradeassociations,theVivapo-
lis initiative is designed to show
off French creativity for the city
and to coordinate French com-
panies and organizations that
are internationally active in sus-
tainable urban development.
Now, it has borne its first fruit
in the form of two simulator
projects, one in Chile and the
other in Kazakhstan. These‘sus-
tainable city simulators’consist
of virtual models at the scale of
a quarter or a city that are able
to simulate the possible interac-
tions between the various com-
ponents of a sustainable urban
development project (mobility,
buildings, water, air, energy,
waste, telecommunication
networks…).They are designed
to feature as many French com-
panies as possible with exper-
tise in these fields and to serve
as an international show case
for French know-how. Two pro-
jectswereselectedatthestartof
2014 following an invitation for
submissions issued in July 2013.
These will receive €2 ­million of
public finance within the fra-
mework of a green innovation
Fasep1 and they are expected
to be handed over in early 2015.
●● The Kazakhstan 
Astainable project
Led by Eiffage (construction),
Egis(engineering)andGDFSuez
(energy), the Astainable project
is intended to allow Astana, the
capital of Kazakhstan, to fulfil
its goal of moving towards an
attractiveandsustainablemodel
ofurbandevelopment.Aswellas
severe climatic constraints, the
Sustainable city
International recognition
for French know-how
VilledeGrenoble
➤ ➤ The Bonne ZAC
[development zone] at
Grenoble is one of France’s
most advanced eco-quarters.
Designed in systematic
fashion, it combines an
integrated urban system,
cooperative energy
management and new
mobility. 
La ZAC de Bonne, à Grenoble,
est l’une des opérations
françaises d’écoquartiers les
plus avancées. Conçue dans
une approche systémique,
elle allie système urbain intégré,
gestion coopérative de l’énergie
et nouvelle mobilité. 
Featured by
Environnement Magazine
Les secrets
de la relance
Agenda 21
Page 39
170
e
année–ISSN1163-2720
Jacques
Pélissard,
président
de l’Association
des maires
de France
N° 1732 – Novembre 2014
www.environn
ement-magaz
ine.fr
sPécial
SALON DES MAIRES
RISQUES P. 28
Qui va payer le désamiantage
des bâtiments publics?
RÉNOVATION
ÉNERGÉTIQUE P. 37
L’opération modèle
de Caen Habitat
MOBILITÉ P. 45
Les voies de l’intermodalité
PHOTOVOLTAÏQUE P. 57
Réduire l’impact
des centrales au sol
EAU P. 72
Comment « vendre »
l’eau du robinet
Il faut faire confiance à
l’intelligence des territoires
France’s sustainable urban development
protagonists are active in all parts of the
world, as can be seen from the first fruits
of theVivapolis initiative in Kazakhstan
and Chile, and the official signing
of the agreement for the Franco-Chinese
eco-quarter project in Shenyang.
24 - France GreenTech Magazine 2015
identifying and proposing the
most appropriate French techni-
cal and technological solutions;
producing a 3D demonstrator
that brings all these solutions to
life graphically.To achieve these
goals the three project leaders
are working with a number of
other French partners including
Poma(cable-poweredtransport),
Enodo (interactive virtual urban
models), Safège (engineering)
and the architects and lands-
cape designers P. Gautier and
theVillesPaysagesstudio.They
should also be able to draw on
the network of competitiveness
clusters working in fields linked
to the sustainable city.
●● The Santiago,
Chile project
The Chilean public authorities
are making improvements to
the quality of urban spaces one
of their major objectives. The
second sustainable city simula-
tor will be applied to an actual
project—theurbandevelopment
ofaneco-quarterinthecountry’s
Ville durable
Le savoir-faire français
reconnu internationalement
Les acteurs français du développement urbain durable s’illustrent dans différentes régions du
monde. En témoignent les premières concrétisations de la démarcheVivapolis au Kazakhstan
et au Chili, ainsi que la signature officielle du projet d’écoquartier franco-chinois de Shenyang.
Engagéeen2013parlespouvoirspublicsfran-
çais et plusieurs fédérations professionnelles, la
démarche Vivapolis vise à illustrer la créativité
françaisepourlavilleetàfédérerlesacteursfran-
çais du développement urbain durable à l’inter-
national.Elleportesespremiersfruitsavecdeux
projetsactésdesimulateurs,l’unauChili,l’autre
au Kazakhstan. Ces « simulateurs ville durable »
consistentàprésenterdesmaquettesvirtuellesà
l’échelle d’un quartier ou d’une ville, l’idée étant
de simuler les interactions possibles entre les
différentes composantes d’un projet d’aména-
gementurbaindurable(mobilité,bâtiment,eau,
air,énergie,déchets,réseauxdetélécommunica-
tions…). Ils doivent permettre de référencer le
plusgrandnombred’entreprisesfrançaisesayant
une expertise dans ces domaines et de réaliser
une vitrine du savoir-faire français à l’internatio-
nal. Deux projets ont été retenus début 2014 à
l’issued’unappeld’offreslancéenjuillet2013.Ils
feront l’objet d’un financement public de 2 M€,
dans le cadre d’un Fasep-Innovation verte1. La
livraison est prévue pour début 2015.
Le projet Astainable au Kazakhstan
Porté par Eiffage (construction), Egis (ingénie-
rie) et GDF Suez (énergie), le projet Astainable
entend répondre à la volonté d’Astana, capitale
du Kazakhstan, de s’engager vers un modèle de
développement urbain durable et attractif. En
effet, outre des contraintes climatiques fortes,
la ville fait face à une urbanisation rapide liée
à l’augmentation de sa population (+ 250 %
en quatorze ans). Par ailleurs, Astana souhaite
incarnerlavilledurablelorsdel’expositioninter-
nationalequ’elleaccueilleraen2017,surlethème
des énergies du futur. Le projet de simulateur
comprend trois axes : diagnostiquer les besoins
d’Astana en matière de mobilité, d’énergie, de
constructionetd’écosystèmeurbain(gestionde
l’eauetdesdéchets,restaurationdesmilieux…) ;
identifieretproposerlessolutionstechniqueset
technologiques françaises les plus appropriées ;
produireundémonstrateur3Dmettantenimages
l’ensemble de ces solutions. Dans cette optique,
les trois pilotes du projet se sont associés avec
d’autres partenaires français, dont Poma (trans-
port par câbles), Enodo (maquettes urbaines
virtuellesinteractives),Safège(ingénierie)etles
architectes et paysagistes P. Gautier et Atelier
villes  paysages. Ils devraient aussi profiter du
relais assuré par des pôles de compétitivité et
clusters œuvrant dans les thématiques liées à la
ville durable.
Le projet de Santiago du Chili
Les pouvoirs publics chiliens font de l’améliora-
tion de la qualité des espaces urbains un objec-
tif majeur. Le deuxième simulateur ville durable
sera appliqué à un cas concret d’aménagement
urbaind’unécoquartierdelacapitale,Santiago,
elleaussiconfrontéeàuneaugmentationrapide
de sa population. La future plateforme numé-
rique3Dintégreralessolutionsd’urbanisation,les
services,lesproduitsetlestechnologiesles plus
adaptés pour répondre au mieux aux enjeux de
cequartier.LeprojetestportéparArtelia,spécia-
liste de l’ingénierie et de la gestion de projet en
construction, infrastructures et environnement,
etVeolia,leadermondialdesservicesdel’environ-
nement,présentàtraverssonbureaud’études2EI
(Eco Environnement Ingénierie) spécialisé dans
lesstratégiesurbainesetterritorialesetl’accom-
pagnementdeprojetsd’aménagementdurable.
LegroupementcomprendaussiSiradel,unePME
spécialiséedanslesdonnéesgéographiques3D
et les plateformes de simulation-visualisation
interactives, et deux agences d’architecture et
d’urbanisme(ASArchitecture-StudioetArteChar-
pentier).Serontégalementassociésdespôlesde
compétitivité impliqués dans l’aménagement
urbain durable comme le pôle Eau, Advancity,
Réseaux et images ou encoreTenerrdis.
DenouvellesconcrétisationsdeladémarcheViva-
polis devraient voir le jour dans d’autres régions
dumonde.EnTurquieparexemple,deuxprojets
sontdéjàidentifiés :Gaziantep(écozone­Sahinbey
visant l’autonomie énergétique)2
et Istanbul
Metropolitan (ville intelligente et écologique
avec accent fort sur la santé). Des opportunités
se dessinent également au Maroc, au Brésil, en
Roumanie, à Singapour mais aussi en Indonésie
où les villes de Bandung et de Mataram3
pour-
raient faire l’objet de projets spécifiques. ➤
France GreenTech Magazine 2015 - 25
Sustainable City
capital, Santiago. This is ano-
ther city facing a rapid growth
in population and the 3D digi-
tal platform being developed
will integrate the urbanization
solutions, services, products
and technologies best suited to
meetthechallengesofthisquar-
ter. The project is being driven
forward by Artelia, a specialist
in engineering and construc-
tion, infrastructure and environ-
ment project management, and
Veolia,aworldleaderinenviron-
ment services, through its 2EI
(Eco Environnement Ingénierie)
design office, which specializes
in urban and regional strategies
and the oversight of sustainable
developmentprojects.Theteam
also includes Siradel, an SME
specializing in 3D geographical
data and interactive simulation/
visualization platforms, and two
architectural and town planning
practices (AS Architecture-Stu-
dio and Arte Charpentier).
Competitiveness clusters active
in the field of sustainable urban
development such as the Eau
cluster, Advancity, Réseaux et
Images and Tenerrdis are also
contributing.
A number of new examples of
theVivapolisinitiativeshouldsee
the light of day in other parts of
theworld.InTurkey,forexample,
two such projects have been
identified: Gaziantep (the Sahin-
beyeco-zone,whichistargeting
energy independence)2 and
Istanbul Metropolitan (a smart,
green city where the emphasis
is on health). Opportunities are
alsoemerginginMorocco,Brazil,
Romania, Singapore, as well as
Indonesia, where the cities of
Bandung and Mataram3 might
become involved in specific
projects.
●● Towards a Franco-
Chinese eco-quarter
Although several French com-
panies are already involved
in urban projects in four
major Chinese conurbations
(Chengdu, Shanghai, Tianjin
and Wuhan), Paris and Beijing
have now officially embarked
upon a joint eco-quarter pro-
ject at Shenyang. Shenyang, the
capital of Liaoning province in
the north east of the country,
is a heavily industrialized city
with seven million inhabitants
and it lies within zones that the
Chinese authorities have desi-
gnated a priority in the district
of Tiexi. The emphasis of this
particular project is on housing
but also on sustainable urban
development and the munici-
pality’s utilities will be working
with a promoter of urban pro-
jects, Centuria Capital4, which
hassetupaplatformwithwhich
interested French companies
can cooperate. The French par-
ticipants will act as service pro-
viders whilst the local authority
will act as the overall coordina-
tor for the development of the
project. However, co-financing
is a possibility. The eco-quarter
will cover a total of 10 km2, with
an initial phase of 3 km2 due to
be completed in five years and
the remaining 7 km2 in eight to
ten years. n
1. Study and assistance funds for
the private sector, Fasep-green
innovation finances demonstrators
for innovative environment and
sustainable development technolo-
gies. It is supported by the Ministry
of Economics and Finance.
➤ ➤ Bioclimatic optimization
of the central square
of the Sahinbey quarter,
Gaziantep, Turkey.
Optimisation bioclimatique
de la place centrale du quartier
Sahinbey à Gaziantep,
en Turquie.
➤ ➤ At the end of May 2014,
the Akim of Astana,  Imangali
Tasmagambetov, and the
French Ambassador to
Kazakhstan, Francis Étienne,
signed the protocol for the
building of the ‘Astainable’
sustainable city simulator. The
project is being led by Eiffage,
Egis and GDF Suez. 
L’Akim d’Astana, Imangali
Tasmagambetov, et
l’ambassadeur de France au
Kazakhstan, Francis Étienne,
ont signé, fin mai 2014, le
protocole lié à la réalisation
du projet de simulateur ville
durable Astainable porté
par Eiffage, Egis et GDF Suez.
Burgeap
Eiffage
26 - France GreenTech Magazine 2015
2.Highenergyperformancehousing,
heating network powered by waste
fromlocalfoodindustryactivity,opti-
mized management of the roofing
areas,systemexploitinggreywater…
3. A high density city, Bandung will
stress access to energy, waste treat-
ment and water course remediation.
Mataram is more concerned about
rising sea levels and protecting
ground water.
4. The mission of the Centuria Capi-
tal group and its subsidiary France
Emergents Entreprise is to ‘supply
outstanding French solutions in a
coordinatedandphasedmannerthat
respondtotherequirementsofinter-
national new city and urban deve-
lopment projects’.They are involved
in the IFCDE (Franco-Chinese ecolo-
gical development institute), Label
(a company that undertakes design
work associated with the develop-
ment and construction of French
inspiredeco-quarters)andtheywork
in conjunction with Urb Intl (Urban
Areas International), the cornerstone
of what France has to offer.
Vers un écoquartier franco-chinois
Alors que plusieurs entreprises françaises sont
déjàprésentesdanslesprojetsurbainsdequatre
grandes agglomérations chinoises (Chengdu,
Shanghai,TianjinetWuhan),ParisetPékinsesont
officiellementengagésdansunprojetcommun
d’écoquartieràShenyang.Capitaleaufortpassif
industriel de la province du Liaoning, au nord-
estdupays,Shenyang,quicompteseptmillions
d’habitants,faitpartiedeszonesdéfiniescomme
prioritairesparlesautoritéschinoises,dansledis-
trict deTiexi. Pour ce projet fortement axé sur le
logement mais aussi l’urbanisation durable, les
servicesdelamunicipalitévonttravailleravecun
porteur de projet urbain, Centuria Capital4
, qui
a constitué une plateforme en vue d’accueillir
touteslesentreprisesfrançaisesvolontaires.Elles
interviendrontcommeprestataires,lacollectivité
territorialegardantlamaîtrisetotaledudévelop-
pementduprojet.Maisdescofinancementssont
possibles.L’écoquartiercouvrira10 km2
autotal :
une première phase de 3 km2
doit aboutir dans
les cinq ans et les 7 km2
complémentaires dans
huit à dix ans. n
➤
Les usines construites par CNIM mettent en œuvre
les Meilleures Techniques Disponibles qui seront
décrites dans les futurs BREF
Imaginer et Agir
35 rue de Bassano 75008 Paris, France
tel : + 33 1 44 31 11 00 - www.cnim.com
Plus de 280 unités réalisées dans le monde
©EricSaillet/ArchivesCNIM-SITOMNordIsère
Vous projetez un Centre de Valorisation des Déchets clefs en main ?
!Appelez-nous
1. Fonds d’études et d’aides au secteur privé, le Fasep-Innovation verte finance des démonstrateurs de techno-
logiesinnovantesconsacréesàl’environnementetaudéveloppementdurable.Ilestsoutenuparleministèrede
l’Économie et des Finances.
2. Logements à haute performance énergétique, réseau de chaleur alimenté par les résidus de l’activité agroali-
mentaire locale, gestion optimisée des surfaces de toitures, système de valorisation des eaux grises…
3.Villeàfortedensité,Bandungdoitmettrel’accentsurl’accèsàl’énergie,letraitementdesdéchetsetlaréhabilita-
tiondecoursd’eau.Mataramestplusconcernéeparl’élévationdel’océanetlaprotectiondelanappephréatique.
4.LegroupeCenturiaCapitaletsafilialeFranceEmergentsEntrepriseontvocationà« fournirdessolutionsd’excel-
lencefrançaisedemanièrecoordonnéeetphaséepourrépondreauxprojetsd’aménagementdevillesnouvellesetde
développementsurbainsinternationaux ».Ilssontimpliquésdansl’IFCDE(InstitutFrance-Chinededéveloppement
écologique), dans la société Label (conception et design liés à l’aménagement et à la construction d’écoquartiers
à la française) et travaillent en lien avec URB Intl (Urban Areas International), pierre angulaire de l’offre française.
France GreenTech Magazine 2015 - 27
Sustainable City
finally, sustainable building and
eco-mobility.
This 5th national forum was
also the moment to present the
winners of the innovative eco-
enterprise awards. In the Water
 biodiversity category, Biopure
new energy took the prize with
its system capable of linking
renewables (solar, wind, biogas)
to the treatment of water. In the
Waste category, the jury chose
Ennesys for its technology that
uses waste water from buildings
As the place where eco-busi-
ness stakeholders come toge-
ther, this year’s national eco-
enterprise forum, the fifth in
the series, featured lectures,
business meetings, discussions
of international questions and
innovation show cases. The lec-
tures were an opportunity to
reviewnewdevelopmentsinthe
industry and the crucial topic of
how to finance innovation. The
‘market rooms’were internatio-
nal and focused on a number of
parts of the world where there
are major challenges: China-
Brazil, Morocco-Turkey, Africa as
well as Kazakhstan and Chile—
the two countries where French
consortia are working to set up
3D sustainable city simulators
(see p. 8). Finally, the innova-
tion show cases brought toge-
ther the latest advances being
offered by French professionals
infieldssuchaswaterandbiodi-
versity, reducing and exploiting
waste, industrial ecology and,
National eco-enterprise forum:
The key meeting place
for France’s eco-industries
PEXE is an umbrella organization for some forty eco-industry networks numbering over 5,000 eco-
enterprises. Its mission is to strengthen the economic performance of its members and to create a
culture of excellence in the field of eco-activities. On 3rd April it organized its fifth national forum
at the French Ministry of Economics and this was an opportunity to take stock of the industry and of
innovation in these fields with their major stakeholders.
➤ ➤ The heads of the eco-
enterprise networks that
are members of the PEXE
association, with Jean-Claude
Andreini, President
of the PEXE.
Les têtes de réseaux
d’écoentreprises membres
de l’association PEXE,
entourent Jean-Claude Andréini,
le président du PEXE.
PEXE
28 - France GreenTech Magazine 2015
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook
Greentech 2014-flipbook

Contenu connexe

Tendances

Panorama des cleantech en France 2016
Panorama des cleantech en France 2016Panorama des cleantech en France 2016
Panorama des cleantech en France 2016GreenUnivers.com
 
Comment décarboner le transport routier en France ?
Comment décarboner le transport routier en France ?Comment décarboner le transport routier en France ?
Comment décarboner le transport routier en France ?La Fabrique de l'industrie
 
Contribution des CCI de France à la Conférence environnementale 2016
Contribution des CCI de France à la Conférence environnementale 2016Contribution des CCI de France à la Conférence environnementale 2016
Contribution des CCI de France à la Conférence environnementale 2016CCI France
 
La Nouvelle France Industrielle
La Nouvelle France IndustrielleLa Nouvelle France Industrielle
La Nouvelle France IndustrielleDenis Gaumondie
 
Publication Epe "Stratégies des entreprises pour le climat : la mobilité"
Publication Epe "Stratégies des entreprises pour le climat : la mobilité"Publication Epe "Stratégies des entreprises pour le climat : la mobilité"
Publication Epe "Stratégies des entreprises pour le climat : la mobilité"Agence Profile!
 
Equipementiers du recyclage team² 4 avril 2017
Equipementiers du recyclage team² 4 avril  2017Equipementiers du recyclage team² 4 avril  2017
Equipementiers du recyclage team² 4 avril 2017PEXE
 
Annuaire des membres 2017
Annuaire des membres 2017Annuaire des membres 2017
Annuaire des membres 2017PEXE
 
PROFLUID Infos N° 65 - Octobre 2013
PROFLUID Infos N° 65 - Octobre 2013PROFLUID Infos N° 65 - Octobre 2013
PROFLUID Infos N° 65 - Octobre 2013PROFLUID
 
Mémoire achats publics et MOP responsables - marchés de travaux
Mémoire achats publics et MOP responsables - marchés de travauxMémoire achats publics et MOP responsables - marchés de travaux
Mémoire achats publics et MOP responsables - marchés de travauxMathieu Pacaud
 
PROFLUID Infos N°60 - Juillet 2012
PROFLUID Infos N°60 - Juillet 2012PROFLUID Infos N°60 - Juillet 2012
PROFLUID Infos N°60 - Juillet 2012PROFLUID
 
Le Journal d'Apprentissage de l'Académie REDD+
Le Journal d'Apprentissage de l'Académie REDD+Le Journal d'Apprentissage de l'Académie REDD+
Le Journal d'Apprentissage de l'Académie REDD+UN CC:Learn
 
Nouvelle France industrielle : 34 plans de reconquête
Nouvelle France industrielle : 34 plans de reconquêteNouvelle France industrielle : 34 plans de reconquête
Nouvelle France industrielle : 34 plans de reconquêteechangeurba
 
PROFLUID Infos N°64 - Juillet 2013
PROFLUID Infos N°64 - Juillet 2013PROFLUID Infos N°64 - Juillet 2013
PROFLUID Infos N°64 - Juillet 2013PROFLUID
 

Tendances (14)

Panorama des cleantech en France 2016
Panorama des cleantech en France 2016Panorama des cleantech en France 2016
Panorama des cleantech en France 2016
 
Comment décarboner le transport routier en France ?
Comment décarboner le transport routier en France ?Comment décarboner le transport routier en France ?
Comment décarboner le transport routier en France ?
 
Medef manifeste cop21
Medef manifeste cop21Medef manifeste cop21
Medef manifeste cop21
 
Contribution des CCI de France à la Conférence environnementale 2016
Contribution des CCI de France à la Conférence environnementale 2016Contribution des CCI de France à la Conférence environnementale 2016
Contribution des CCI de France à la Conférence environnementale 2016
 
La Nouvelle France Industrielle
La Nouvelle France IndustrielleLa Nouvelle France Industrielle
La Nouvelle France Industrielle
 
Publication Epe "Stratégies des entreprises pour le climat : la mobilité"
Publication Epe "Stratégies des entreprises pour le climat : la mobilité"Publication Epe "Stratégies des entreprises pour le climat : la mobilité"
Publication Epe "Stratégies des entreprises pour le climat : la mobilité"
 
Equipementiers du recyclage team² 4 avril 2017
Equipementiers du recyclage team² 4 avril  2017Equipementiers du recyclage team² 4 avril  2017
Equipementiers du recyclage team² 4 avril 2017
 
Annuaire des membres 2017
Annuaire des membres 2017Annuaire des membres 2017
Annuaire des membres 2017
 
PROFLUID Infos N° 65 - Octobre 2013
PROFLUID Infos N° 65 - Octobre 2013PROFLUID Infos N° 65 - Octobre 2013
PROFLUID Infos N° 65 - Octobre 2013
 
Mémoire achats publics et MOP responsables - marchés de travaux
Mémoire achats publics et MOP responsables - marchés de travauxMémoire achats publics et MOP responsables - marchés de travaux
Mémoire achats publics et MOP responsables - marchés de travaux
 
PROFLUID Infos N°60 - Juillet 2012
PROFLUID Infos N°60 - Juillet 2012PROFLUID Infos N°60 - Juillet 2012
PROFLUID Infos N°60 - Juillet 2012
 
Le Journal d'Apprentissage de l'Académie REDD+
Le Journal d'Apprentissage de l'Académie REDD+Le Journal d'Apprentissage de l'Académie REDD+
Le Journal d'Apprentissage de l'Académie REDD+
 
Nouvelle France industrielle : 34 plans de reconquête
Nouvelle France industrielle : 34 plans de reconquêteNouvelle France industrielle : 34 plans de reconquête
Nouvelle France industrielle : 34 plans de reconquête
 
PROFLUID Infos N°64 - Juillet 2013
PROFLUID Infos N°64 - Juillet 2013PROFLUID Infos N°64 - Juillet 2013
PROFLUID Infos N°64 - Juillet 2013
 

Similaire à Greentech 2014-flipbook

Le Kit Climat/Energie de l'Agence Parisienne du Climat
Le Kit Climat/Energie de l'Agence Parisienne du ClimatLe Kit Climat/Energie de l'Agence Parisienne du Climat
Le Kit Climat/Energie de l'Agence Parisienne du ClimatThe Shift Project
 
2022.03.31 - Panorama Greentech France v8.pdf
2022.03.31 - Panorama Greentech France v8.pdf2022.03.31 - Panorama Greentech France v8.pdf
2022.03.31 - Panorama Greentech France v8.pdfBpifrance
 
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris LucileD
 
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARIS
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARISLA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARIS
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARISReine MAHOULE
 
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdfEtude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdfsnapierala
 
PEXE - Les éco-entreprises de France : annuaire 2015
PEXE - Les éco-entreprises de France : annuaire 2015PEXE - Les éco-entreprises de France : annuaire 2015
PEXE - Les éco-entreprises de France : annuaire 2015PEXE
 
Panorama des-cleantech-en-france-en-2015-green univers
Panorama des-cleantech-en-france-en-2015-green universPanorama des-cleantech-en-france-en-2015-green univers
Panorama des-cleantech-en-france-en-2015-green universGreenUnivers.com
 
Panorama des cleantech 2015
Panorama des cleantech 2015Panorama des cleantech 2015
Panorama des cleantech 2015PEXE
 
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...Yassine BAKMOU
 
Moquette : la planète au bout du rouleau
Moquette : la planète au bout du rouleau Moquette : la planète au bout du rouleau
Moquette : la planète au bout du rouleau Zero Waste France, Cniid
 
Panorama des cleantech en france 2018
Panorama des cleantech en france 2018Panorama des cleantech en france 2018
Panorama des cleantech en france 2018PEXE
 
Panorama des Cleantech en France 2018
Panorama des Cleantech en France 2018Panorama des Cleantech en France 2018
Panorama des Cleantech en France 2018Magali Alix-Toupé
 
Flash inno septembre - octobre 2020
Flash inno septembre - octobre 2020Flash inno septembre - octobre 2020
Flash inno septembre - octobre 2020Bpifrance
 
Smart Recycling, la masterclass du recyclage / MBADMB
Smart Recycling, la masterclass du recyclage / MBADMBSmart Recycling, la masterclass du recyclage / MBADMB
Smart Recycling, la masterclass du recyclage / MBADMBLydieLAMPIN
 
Etude climat-vigeo-wwf
Etude climat-vigeo-wwfEtude climat-vigeo-wwf
Etude climat-vigeo-wwfFactor-X
 
Dossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki MoonDossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki MoonRAC-F
 
COP21 / Climat et Energie - Actions et solutions des CCI - 2015
COP21 / Climat et Energie - Actions et solutions des CCI - 2015COP21 / Climat et Energie - Actions et solutions des CCI - 2015
COP21 / Climat et Energie - Actions et solutions des CCI - 2015polenumerique33
 
Note Quelles mesures pour mieux respirer ?
Note Quelles mesures pour mieux respirer ? Note Quelles mesures pour mieux respirer ?
Note Quelles mesures pour mieux respirer ? lafabriqueecolo
 

Similaire à Greentech 2014-flipbook (20)

Le Kit Climat/Energie de l'Agence Parisienne du Climat
Le Kit Climat/Energie de l'Agence Parisienne du ClimatLe Kit Climat/Energie de l'Agence Parisienne du Climat
Le Kit Climat/Energie de l'Agence Parisienne du Climat
 
2022.03.31 - Panorama Greentech France v8.pdf
2022.03.31 - Panorama Greentech France v8.pdf2022.03.31 - Panorama Greentech France v8.pdf
2022.03.31 - Panorama Greentech France v8.pdf
 
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
 
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARIS
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARISLA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARIS
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARIS
 
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdfEtude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
 
PEXE - Les éco-entreprises de France : annuaire 2015
PEXE - Les éco-entreprises de France : annuaire 2015PEXE - Les éco-entreprises de France : annuaire 2015
PEXE - Les éco-entreprises de France : annuaire 2015
 
Panorama des-cleantech-en-france-en-2015-green univers
Panorama des-cleantech-en-france-en-2015-green universPanorama des-cleantech-en-france-en-2015-green univers
Panorama des-cleantech-en-france-en-2015-green univers
 
Panorama des cleantech 2015
Panorama des cleantech 2015Panorama des cleantech 2015
Panorama des cleantech 2015
 
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
 
Moquette : la planète au bout du rouleau
Moquette : la planète au bout du rouleau Moquette : la planète au bout du rouleau
Moquette : la planète au bout du rouleau
 
Panorama des cleantech en france 2018
Panorama des cleantech en france 2018Panorama des cleantech en france 2018
Panorama des cleantech en france 2018
 
Panorama des Cleantech en France 2018
Panorama des Cleantech en France 2018Panorama des Cleantech en France 2018
Panorama des Cleantech en France 2018
 
Flash inno septembre - octobre 2020
Flash inno septembre - octobre 2020Flash inno septembre - octobre 2020
Flash inno septembre - octobre 2020
 
Smart Recycling, la masterclass du recyclage / MBADMB
Smart Recycling, la masterclass du recyclage / MBADMBSmart Recycling, la masterclass du recyclage / MBADMB
Smart Recycling, la masterclass du recyclage / MBADMB
 
Inf'OSE mai 2018
Inf'OSE mai 2018Inf'OSE mai 2018
Inf'OSE mai 2018
 
Etude climat-vigeo-wwf
Etude climat-vigeo-wwfEtude climat-vigeo-wwf
Etude climat-vigeo-wwf
 
Dossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki MoonDossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki Moon
 
COP21 / Climat et Energie - Actions et solutions des CCI - 2015
COP21 / Climat et Energie - Actions et solutions des CCI - 2015COP21 / Climat et Energie - Actions et solutions des CCI - 2015
COP21 / Climat et Energie - Actions et solutions des CCI - 2015
 
Note Quelles mesures pour mieux respirer ?
Note Quelles mesures pour mieux respirer ? Note Quelles mesures pour mieux respirer ?
Note Quelles mesures pour mieux respirer ?
 
World Forum on Economy RSE lille 14 15 16 novembre
World Forum on Economy RSE lille 14 15 16 novembreWorld Forum on Economy RSE lille 14 15 16 novembre
World Forum on Economy RSE lille 14 15 16 novembre
 

Plus de PEXE

Dirigeants d'éco-PME d'Île-de-France : professionalisation RH
Dirigeants d'éco-PME d'Île-de-France : professionalisation RHDirigeants d'éco-PME d'Île-de-France : professionalisation RH
Dirigeants d'éco-PME d'Île-de-France : professionalisation RHPEXE
 
Catalogue Export 2018 des événements environnement-énergie 2019
Catalogue Export 2018 des événements environnement-énergie 2019Catalogue Export 2018 des événements environnement-énergie 2019
Catalogue Export 2018 des événements environnement-énergie 2019PEXE
 
Upds mag3 avril2018vf
Upds mag3 avril2018vfUpds mag3 avril2018vf
Upds mag3 avril2018vfPEXE
 
Bilan - Forum national des éco-entreprises 2018
Bilan - Forum national des éco-entreprises 2018Bilan - Forum national des éco-entreprises 2018
Bilan - Forum national des éco-entreprises 2018PEXE
 
Bercy export 2017
Bercy export 2017Bercy export 2017
Bercy export 2017PEXE
 
Fiche Consortium à l'international
Fiche Consortium à l'internationalFiche Consortium à l'international
Fiche Consortium à l'internationalPEXE
 
Programme Colloque energie industrie 2017
Programme Colloque energie industrie 2017Programme Colloque energie industrie 2017
Programme Colloque energie industrie 2017PEXE
 
Tech share 2018
Tech share 2018 Tech share 2018
Tech share 2018 PEXE
 
Atelier spot « Pacte Compétences : un nouveau programme d'accompagnement des ...
Atelier spot « Pacte Compétences : un nouveau programme d'accompagnement des ...Atelier spot « Pacte Compétences : un nouveau programme d'accompagnement des ...
Atelier spot « Pacte Compétences : un nouveau programme d'accompagnement des ...PEXE
 
Atelier spot « PME : pourquoi et comment devenir partenaire d’un laboratoire ...
Atelier spot « PME : pourquoi et comment devenir partenaire d’un laboratoire ...Atelier spot « PME : pourquoi et comment devenir partenaire d’un laboratoire ...
Atelier spot « PME : pourquoi et comment devenir partenaire d’un laboratoire ...PEXE
 
Atelier spot « La normalisation volontaire : un levier de développement ! »
Atelier spot « La normalisation volontaire : un levier de développement ! »Atelier spot « La normalisation volontaire : un levier de développement ! »
Atelier spot « La normalisation volontaire : un levier de développement ! »PEXE
 
Atelier spot « La vérification ETV des performances de votre innovation : un ...
Atelier spot « La vérification ETV des performances de votre innovation : un ...Atelier spot « La vérification ETV des performances de votre innovation : un ...
Atelier spot « La vérification ETV des performances de votre innovation : un ...PEXE
 
Atelier spot « Rejoignez le programme d'accélération Ecomasterclass ADEME RET...
Atelier spot « Rejoignez le programme d'accélération Ecomasterclass ADEME RET...Atelier spot « Rejoignez le programme d'accélération Ecomasterclass ADEME RET...
Atelier spot « Rejoignez le programme d'accélération Ecomasterclass ADEME RET...PEXE
 
Atelier spot « Avec le pôle de compétitivité TEAM² innovez pour l'économie ci...
Atelier spot « Avec le pôle de compétitivité TEAM² innovez pour l'économie ci...Atelier spot « Avec le pôle de compétitivité TEAM² innovez pour l'économie ci...
Atelier spot « Avec le pôle de compétitivité TEAM² innovez pour l'économie ci...PEXE
 
Atelier spot « Les marchés verts de la croissance bleue : exemples en Occitan...
Atelier spot « Les marchés verts de la croissance bleue : exemples en Occitan...Atelier spot « Les marchés verts de la croissance bleue : exemples en Occitan...
Atelier spot « Les marchés verts de la croissance bleue : exemples en Occitan...PEXE
 
Atelier spot "L'économie circulaire, réelle opportunité pour les éco-entrepri...
Atelier spot "L'économie circulaire, réelle opportunité pour les éco-entrepri...Atelier spot "L'économie circulaire, réelle opportunité pour les éco-entrepri...
Atelier spot "L'économie circulaire, réelle opportunité pour les éco-entrepri...PEXE
 
Atelier spot « Rejoignez le réseau d'affaires des éco-entreprises en Bretagne »
Atelier spot « Rejoignez le réseau d'affaires des éco-entreprises en Bretagne »Atelier spot « Rejoignez le réseau d'affaires des éco-entreprises en Bretagne »
Atelier spot « Rejoignez le réseau d'affaires des éco-entreprises en Bretagne »PEXE
 
Atelier spot « Eau, air, sols, déchets : Axelera, un vivier de compétences »
Atelier spot « Eau, air, sols, déchets : Axelera, un vivier de compétences »Atelier spot « Eau, air, sols, déchets : Axelera, un vivier de compétences »
Atelier spot « Eau, air, sols, déchets : Axelera, un vivier de compétences »PEXE
 
Modélisation de la qualité de l'air
Modélisation de la qualité de l'airModélisation de la qualité de l'air
Modélisation de la qualité de l'airPEXE
 
Panorama des cleantech en france 2017
Panorama des cleantech en france 2017Panorama des cleantech en france 2017
Panorama des cleantech en france 2017PEXE
 

Plus de PEXE (20)

Dirigeants d'éco-PME d'Île-de-France : professionalisation RH
Dirigeants d'éco-PME d'Île-de-France : professionalisation RHDirigeants d'éco-PME d'Île-de-France : professionalisation RH
Dirigeants d'éco-PME d'Île-de-France : professionalisation RH
 
Catalogue Export 2018 des événements environnement-énergie 2019
Catalogue Export 2018 des événements environnement-énergie 2019Catalogue Export 2018 des événements environnement-énergie 2019
Catalogue Export 2018 des événements environnement-énergie 2019
 
Upds mag3 avril2018vf
Upds mag3 avril2018vfUpds mag3 avril2018vf
Upds mag3 avril2018vf
 
Bilan - Forum national des éco-entreprises 2018
Bilan - Forum national des éco-entreprises 2018Bilan - Forum national des éco-entreprises 2018
Bilan - Forum national des éco-entreprises 2018
 
Bercy export 2017
Bercy export 2017Bercy export 2017
Bercy export 2017
 
Fiche Consortium à l'international
Fiche Consortium à l'internationalFiche Consortium à l'international
Fiche Consortium à l'international
 
Programme Colloque energie industrie 2017
Programme Colloque energie industrie 2017Programme Colloque energie industrie 2017
Programme Colloque energie industrie 2017
 
Tech share 2018
Tech share 2018 Tech share 2018
Tech share 2018
 
Atelier spot « Pacte Compétences : un nouveau programme d'accompagnement des ...
Atelier spot « Pacte Compétences : un nouveau programme d'accompagnement des ...Atelier spot « Pacte Compétences : un nouveau programme d'accompagnement des ...
Atelier spot « Pacte Compétences : un nouveau programme d'accompagnement des ...
 
Atelier spot « PME : pourquoi et comment devenir partenaire d’un laboratoire ...
Atelier spot « PME : pourquoi et comment devenir partenaire d’un laboratoire ...Atelier spot « PME : pourquoi et comment devenir partenaire d’un laboratoire ...
Atelier spot « PME : pourquoi et comment devenir partenaire d’un laboratoire ...
 
Atelier spot « La normalisation volontaire : un levier de développement ! »
Atelier spot « La normalisation volontaire : un levier de développement ! »Atelier spot « La normalisation volontaire : un levier de développement ! »
Atelier spot « La normalisation volontaire : un levier de développement ! »
 
Atelier spot « La vérification ETV des performances de votre innovation : un ...
Atelier spot « La vérification ETV des performances de votre innovation : un ...Atelier spot « La vérification ETV des performances de votre innovation : un ...
Atelier spot « La vérification ETV des performances de votre innovation : un ...
 
Atelier spot « Rejoignez le programme d'accélération Ecomasterclass ADEME RET...
Atelier spot « Rejoignez le programme d'accélération Ecomasterclass ADEME RET...Atelier spot « Rejoignez le programme d'accélération Ecomasterclass ADEME RET...
Atelier spot « Rejoignez le programme d'accélération Ecomasterclass ADEME RET...
 
Atelier spot « Avec le pôle de compétitivité TEAM² innovez pour l'économie ci...
Atelier spot « Avec le pôle de compétitivité TEAM² innovez pour l'économie ci...Atelier spot « Avec le pôle de compétitivité TEAM² innovez pour l'économie ci...
Atelier spot « Avec le pôle de compétitivité TEAM² innovez pour l'économie ci...
 
Atelier spot « Les marchés verts de la croissance bleue : exemples en Occitan...
Atelier spot « Les marchés verts de la croissance bleue : exemples en Occitan...Atelier spot « Les marchés verts de la croissance bleue : exemples en Occitan...
Atelier spot « Les marchés verts de la croissance bleue : exemples en Occitan...
 
Atelier spot "L'économie circulaire, réelle opportunité pour les éco-entrepri...
Atelier spot "L'économie circulaire, réelle opportunité pour les éco-entrepri...Atelier spot "L'économie circulaire, réelle opportunité pour les éco-entrepri...
Atelier spot "L'économie circulaire, réelle opportunité pour les éco-entrepri...
 
Atelier spot « Rejoignez le réseau d'affaires des éco-entreprises en Bretagne »
Atelier spot « Rejoignez le réseau d'affaires des éco-entreprises en Bretagne »Atelier spot « Rejoignez le réseau d'affaires des éco-entreprises en Bretagne »
Atelier spot « Rejoignez le réseau d'affaires des éco-entreprises en Bretagne »
 
Atelier spot « Eau, air, sols, déchets : Axelera, un vivier de compétences »
Atelier spot « Eau, air, sols, déchets : Axelera, un vivier de compétences »Atelier spot « Eau, air, sols, déchets : Axelera, un vivier de compétences »
Atelier spot « Eau, air, sols, déchets : Axelera, un vivier de compétences »
 
Modélisation de la qualité de l'air
Modélisation de la qualité de l'airModélisation de la qualité de l'air
Modélisation de la qualité de l'air
 
Panorama des cleantech en france 2017
Panorama des cleantech en france 2017Panorama des cleantech en france 2017
Panorama des cleantech en france 2017
 

Greentech 2014-flipbook

  • 1. French industry for the environment - 2015 By Environnement Magazine Heading for COP21 Climate Summit 2015 in Paris Sustainable city International recognition for French know-how Water An industry that is working to conserve resources Recycling The growth of the circular economy Energy Saving, storing and recovering: the three major challenges
  • 2.
  • 3. COP21inParis:anopportunity toshowcasetheFrenchgreenbusinesses France will chair the 21st Conference of the Parties to the United Nations Framework Convention on Climate Change that is to be held in Paris and which nearly 40,000 international delegates are expected to attend. The diplomatic challenge is for the participating states to reach a consensus on the terms of an agreement to be signed at the end of the second period of Kyoto Protocol undertakings. France’s ambitious goal is to arrive at a consensus on a binding agreement. In order to add weight to France’s arguments and legitimacy to its leadership, it has decided to set an example for the environment and to move on from sharing out the burden to sharing the solutions. The Head of State and the government have clearly set out their desire to involve those working on the environment and energy transition in COP 21 (civil society, local authorities, businesses). PEXE, its members, (eco-enterprise networks, competitiveness clusters) and Environnement Magazine believe in these ambitions and this approach. We are convinced that the resulting international exposure means that COP 21 could have a substantial impact on the profile of French eco-businesses, and on the recognition of their excellence and their export potential. This issue of France GreenTech has been produced with this in mind and in order to highlight the expertise of French eco-enter- prises in mitigating and adapting to climate change. Committed to making the Paris Summit a resounding success and to promoting know-how, PEXE and Environnement Magazine are using this third edition of France GreenTech to offer you a first look at the wealth of what France has to offer. COP 21 à Paris : une opportunité de valoriser les éco-entreprises françaises La France présidera la 21e Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, qui se tiendra à Paris et pour laquelle près de 40 000 délégués internationaux sont attendus. L’enjeu diplomatique réside dans la capacité des États à parvenir à un consensus sur les termes d’un accord dont la signature interviendrait à l’issue de la seconde période d’engagement du Protocole de Kyoto. La France a des objectifs ambitieux : aboutir à un consensus sur un accord contraignant. Pour renforcer la parole de la France et légitimer son leadership, il a été décidé de montrer une exemplarité environnementale et, selon l’expression retenue, « passer d’un partage du fardeau à un partage des solutions ». Le chef de l’État et le gouvernement ont marqué très clairement leur volonté d’associer les acteurs de la transition écologique et énergétique à la COP 21 (société civile, territoires, entreprises). Le PEXE, ses membres (réseaux d’éco-entreprises, pôles de compétitivité) et EnvironnementMagazine partagent ces ambitions et cette méthode. Nous avons la conviction que la COP 21, par l’exposition internationale majeure qui va en découler, peut avoir un impact important sur la notoriété de la filière française des éco-entreprises, la reconnaissance de son excellence et sa capacité à exporter. C’est dans cet esprit et afin de valoriser les compétences des éco-entreprises françaises en matière d’atténuation et d’adaptation au changement climatique qu’a été réalisé ce numéro de FranceGreenTech. Attachés à la pleine réussite du Sommet de Paris et à la promotion des savoir-faire, le PEXE et EnvironnementMagazine vous offrent, pour cette troisième édition de FranceGreenTech, un premier panorama de la richesse de l’offre française. Jean-Claude Andreini PresidentofPEXE VicePresidentofCosei PrésidentduPEXE Vice-présidentduCosei ZabouCarrièreEditorial France GreenTech Magazine Un hors-série d'Environnement Magazine, Hydroplus et Recyclage Récupération - 15 euros 38, rue Croix-des-Petits-Champs, France CS 30016 - 75038 Paris cedex 01 Tél. : 01 53 45 89 00 - Fax : 01 53 45 89 11 www.environnement-magazine.fr Publisher / Directeur de la publication Charles-Henry Dubail Directeur délégué, chef de projet Christoph Haushofer, +33 (0)1 53 45 89 03 ; c.haushofer@victoires-editions.fr Rédaction Hélène Bouillon-Duparc, Loïc Chauveau, avec la participation des journalistes du groupe Environnement Magazine Fabrication Francine Babé Rédacteur graphiste Pierre Boillin PUBLICITÉ Christophe Aufaure, +33 (0)1 53 45 91 82 ; c.aufaure@victoires-editions.fr • Environnement / Eau / Énergies / Cleantech Nicolas Leportier, +33 (0)1 53 45 96 69 ; n.leportier@victoires-editions.fr • Déchets et recyclage IMPRESSION Imprimerie de Champagne 52000 Langres. Imprimerie certifiée Iso 14001 et Print Environnement. Imprimé sur Eural Supersilk, papier 100 % fibres recyclées, certifié PEFC recyclé, titulaire de l’écolabel européen (n° FR/011/003), désencré par flottation et sans blanchiment par ArjoWiggins Le Bourray, France, usine certifiée Iso 14001 ISSN : en cours Une publication de VICTOIRES-ÉDITIONS Sarl au capital de 91 470 € - 342 731 247 RCS Paris Reproduction interdite sans l’autorisation de l’éditeur. France GreenTech Magazine 2015 - 3 Crédit photo couverture : fotolia.fr
  • 4.
  • 5. France GreenTech Magazine 2015 - 5 SUSTAINABLE CITY INTERNATIONAL RECOGNITION FOR FRENCH KNOW-HOW. RECONNAISSANCE INTERNATIONALE DU SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS France’s sustainable urban development protagonists are active in all parts of the world, as can be seen from the first fruits of theVivapolis initiative in Kazakhstan and Chile, and the official signing of the agreement for the Franco-Chinese eco-quarter project in Shenyang. .24 WATER AND SANITATION INDUSTRY THAT IS WORKING TO CONSERVE RESOURCES. UNE FILIÈRE SOUCIEUSE DE LA PRÉSERVATION DE LA RESSOURCE Pressure on water is increasing all over the world. It is a resource that is subject to sometimes substantial variations in quality, whilst consumption is constantly increasing to satisfy the needs of agriculture and energy production as well as in response to the movement of people to the cities.The French water industry is adapting to these new challenges and is delivering increasingly effective solutions. ..............................34 WATER MAJOR INNOVATIONS .........................................................40 RECYCLING AND EXPLOITATION QUALIFIED THE GROWTH OF THE CIRCULAR ECONOMY. L’ESSOR DE L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE Industry has an environmental footprint linked to the flows of materials and energies that it engenders.The circular economy is developing in parallel with this and it is based on four key elements: eco-design, product repair, industrial ecology and recycling.The last of these activities is experiencing unprecedented growth and numerous French professionals are involved in it. ..............64 RECYCLING AND EXPOITATION MAJOR INNOVATIONS .................................................................................68 ENERGY SAVING, STORING AND RECOVERING: THREE MAJOR CHALLENGES. ÉCONOMISER, STOCKER ET RÉCUPÉRER : TROIS GRANDS DÉFIS Whether it concerns energy savings, the recovery of inherent energy, the production of energy from alternative sources or storage solutions, French eco-industries offer increasingly innovative solutions for use across all sectors of activity. ..........................80 ENERGY MAJOR INNOVATIONS .....................................................84 Fotolia.fr INTERNATIONAL SUPPORT FOR FRENCH COMPANIES: A WELL-OILED MACHINE APPUI DES ENTREPRISES FRANÇAISES À L’INTERNATIONAL : UN DISPOSITIF BIEN RÔDÉ ...................................................................96 Heading for COP 21 December 2015, Paris n LaurenceTubiana interview��������������������������������������������6 n Paris:THE meeting of the century�������������10 n The lessons of Kyoto�����������������������������������������������������������������������������14 n Jean Jouzel, glaciologist, Vice President of the IPCC�����������������������������������������������������������18 n HélèneValade, Director of Sustainable Development at Suez Environnement�����������������������������������������������������������������������19 n Pierre Cannet, head of the climate and energy program at theWWF����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������20 n Ronan Dantec, senator, ‘climate’spokesman for United CitiesandLocalGovernments(UCLG)�����21 Summary
  • 6. Laurence Tubiana interview COP 21 in Paris after 5 years of planning ThewholeofFrance’sdiplomaticcorpshasbeenmobilizedtoprepareforCOP21.LaurenceTubiana, theambassadorresponsibleforclimatechangenegotiations,isfullyinvolvedonallfronts.Sheexplains touswhyCOP21couldendwithanambitiousagreement. What are the goals of COP 21 in Paris? What is at stake in Paris in December 2015 is to succeed in doing what turned out to be impossible in Copenhagen in 2009. It is to reach an agree- ment with all countries and not just between the developed ones. The framework for nego- tiation is based on what was achieved in Copenhagen. It is, on the one hand, to limit the rise in temperatures to 2 °C and, on the other, to move forward on the basis of voluntary agree- ments rather than restrictive quantitative targets. Today, all countries agree about making ➤ ➤ Laurence Tubiana, the ambassador responsible for climate change negotiations. Laurence Tubiana, ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique. MAEDIB/Chapiron COP 21 The entire French diplomatic corps is getting ready to host COP 21 in December 2015. Eighteen years after the Kyoto negotiations, the time has come to answer this simple but yet hard-to-solve question: how can we keep the temperature from rising by more than 2 °C over the century? 6 - France GreenTech Magazine 20156 - France GreenTech Magazine 2015
  • 7. Entretien avec LaurenceTubiana « La COP 21 à Paris, c’est cinq ans de préparation » Toute la diplomatie française est mobilisée pour préparer la COP 21. LaurenceTubiana, ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique, est sur tous les fronts. Elle nous explique pourquoi la COP 21 peut se conclure par un accord ambitieux. Quels sont les objectifs de la COP 21 à Paris ? Ce qui se joue à Paris, en décembre 2015, c’est réussir ce qui s’est révélé impossible à Copen- hague, en 2009. Il s’agit de trouver un accord avec tous les pays et pas seulement entre pays développés. La base de la négociation repose sur ce qui a été acté à Copenhague. D’une part, limiterlahaussedestempératuresà2 °C,d’autre part, partir sur des engagements volontaires et nonplussurdesobjectifschiffréscontraignants. Aujourd’hui, tous les pays sont d’accord pour prendredesengagements,aumoinsdesmesures sectorielles et un plan à long terme. Mais il faut parvenir à des engagements volontaires qui soient comparables et révisables dans le temps pouratteindre,àterme,uneéconomieneutreen carbone. À Paris, deux volets supplémentaires figurentàl’ordredujour :unsurlefinancement, l’autre sur les contributions de la société civile. Quelles sont les pistes de fi­nan­cement explorées ? Le sommet de Copenhague a acté le Fonds vert, qui doit mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020. Mais il faut aussi parvenir à réorienter les investissements vers les énergies propres.Ilfautréussiràdonnerauxtechnologies sobresencarboneunaccèsfacileetbonmarché aux capitaux. Les banques de développement pourraient, par exemple, prendre une part du risquepourdiminuerlecoûtducréditetcontri- buer ainsi à rendre les technologies sobres plus compé­ti­tives.Aujourd’hui,ilestmoinspérilleux d’investir dans une centrale à charbon que de misersurunetechnologiepropre.Autrespistes envisagées, faire entrer le risque climatique dans la comptabilité des entreprises et publier le contenu carbone de leurs activités. En quoi la société civile peut-elle être utile ? De nombreux accords internationaux signés ont péché par leur mise en œuvre. Si la société civile, villes, régions et entreprises, est associée àl’accorddeParis,ceseraitunevraierévolution dansladiplomatieinternationale.QuandlaCali- fornie, classée septième puissance du monde, s’engage sur des objectifs, elle envoie un signal fort aux acteurs économiques. Notre ambition est de créer ce qu’on appelle des « prophéties autoréalisatrices ». Si tout le monde y croit, cela ne peut que renforcer la confiance des États. Avant Paris, se tient la COP 20 à Lima, en décembre prochain. Que va-t-il s’y passer ? Limadoitpermettrelarédactiond’unepremière version d’un texte d’accord. Nous allons travail- ler en particulier sur deux points. Le premier sur l’encadrement des engagements volon- taires. Parmi les différents types d’instruments et d’indicateurs, il va falloir décider comment on mesure et comment on compare, et quelles sont les clauses de rendez-vous à prévoir pour faire progresser les engagements. Le second se penchera sur la place à aménager pour les acteurs non gouvernementaux, comment, for- mellement,lesassocieretafficherleursactions. Pourquoi cela peut-il marcher à Paris ? À Copenhague, nous avons pu constater une vraie impréparation des États avec l’idée qu’un accord pouvait attendre. Paris, c’est cinq ans de préparation. Et les choses avancent. Par exemple,laChinenevoulaitpasentendreparler d’une économie sobre en carbone en 2009 et, aujourd’hui, il y a plus de travaux sur le sujet en Chine qu’en Europe. Deuxième raison d’espérer un accord : les impactsduchangementclimatiquesontvisibles etmesurables,desÉtats-UnisàlaChine.Etdans bon nombre de catastrophes, la responsabilité duchangementclimatiqueestadmise.Doréna- vant,lesopinionsréagissent.Certes,lanégocia- tionrevientauxÉtats,maisilssetrouverontsous le regard de la société civile qui non seulement perçoit les effets du changement climatique au quotidien, mais a conscience que les solutions la concernent directement, notamment en termes de transports. Il n’existe plus vraiment­ de climato-scepticisme, mais attention de ne pas verser dans le climato-fatalisme. Enfin, cer- tains lobbies, énergéticiens et constructeurs ➤ commitments, at least for mea- sures in specific sectors and for a long-term plan. However, what is needed is to secure voluntary commitments that are compa- rable and subject to revision over time in order to achieve a carbon neutral economy. In Paris the agenda will include two further elements: finance and the contributions of civil society. What approaches to finance are going to be explored? The Copenhagen summit gave rise to the Green Climate Fund, which is intended to channel 100 billion dollars per annum between now and 2020. However, it is also necessary to succeed in redirecting invest- ment into clean energy. What is needed is to provide easy access to a good capital market for low carbon technologies. Development banks might, for example, assume a portion of the risk in order to reduce the cost of loans and so help to make low carbon technologies more competitive. Currently, it is less risky to invest in a coal- fired power station than to opt for a clean technology. Other approaches being considered include entering climate risks into company accounts and publishing the carbon content of their activities. How can civil society be useful? Numerous international agree- ments have been signed yet failed in their implementation. If civil society, towns, regions, and companies are all involved in the Paris agreement then it would be a real revolution in international diplomacy. When California, ranked seventh amongst the world’s economies, engages with these objectives then it sends a strong signal to economic players. Our goal is France GreenTech Magazine 2015 - 7
  • 8. Caractéristiques : Aucun contacts entre les éléments optiques et l’échantillon. Répond à la norme ISO 7027. Plage de mesure 0 -200 NTU. Consommation optimisée 10 L/H. Surface optiques thermostatées pour éviter la condensation. Optionnel vanne automatique de purge de la chambre. Consultez-nous ! www.swan.ch AMI Turbiwell - Turbidimètre Néphélométrique sans contacts pour les eaux potables, de surfaces et chargées. ANALYTICAL INSTRUMENTS www.swan.ch · SWAN INSTRUMENTS D’ANALYSE France · ZA de Bièvre Dauphine · 57, rue du Grand Champ · F-38140 Apprieu Téléphone+33 (0)4 76 06 56 90 Téléfax +33 (0)4 76 06 52 91 communication@swan-france.fr
  • 9. automobiles en particulier, sont favorables à un accord, car c’est du business. D’ailleurs, tous les pétroliers comptent maintenant un dépar- tement énergies renouvelables. Et si Paris se révélait un échec ? Ce serait un très gros coup dur. La vérité, c’est que nous avons une énorme responsabilité à conduire le travail correctement pour que cela se passe bien. Sinon, nous entrerons dans une crise très profonde. La mobilisation est là, car nous sommes nombreux à penser que cela peut marcher. Il ne faut pas faire peur, il faut faire envie. n Propos recueillis par Dominique Bomstein ➤ Uneconférenceéléganteetraisonnable La COP 21 est le plus grand événement diplomatique jamais organisé en France. Elle accueillera environ 40 000 personnes au Bourget. Le site sera ouvert 24 heures sur 24 pendant quinze jours, du 30 novembreau11 décembre2015. « Ilnousfautassurerlemeilleurenvironnementpossiblepourcette conférence de l’ONU. Nous allons créer une ville de toutes pièces, la monter et la démonter dans l’esprit del’événement,c’est-à-direécoresponsable »,expliquePierreHenriGuignard,secrétairegénéraldela COP 21.Celavasetraduireentermesdetransportsetderestauration.« Cetteconférenceseraunevitrine de notre savoir-faire. Nous travaillons avec la Ville de Paris, la Région Ile-de-France et le conseil général deSeine-Saint-Denis,puisquenousprivilégieronslestransportscollectifs,lesvéhiculesélectriquesetles produits locaux de saison. Nous voulons que cette conférence soit à la fois élégante et raisonnable. » n to create what one might call ‘self-fulfilling prophecies’. If all the world buys into it that can only reinforce the confidence of states. COP 20 will be held in Lima this December, ahead of Paris. What will happen there? Lima should enable the first draft of the text of an agree- ment to be drawn up and we will be working in particular on two aspects. The first relates to the framework for the voluntary undertakings. It will be neces- sary to choose which of the various types of instruments and indicators should be used for measurements and com- parisons and what provisions need to be made for meetings in order to ensure the under- takings make progress. The second will address the space to be created for NGOs and how to formally involve them and to display their actions. Why might things go well in Paris? What we found in Copenhagen was that states were unprepa- red for the fact that an agree- ment might be reached. There have been five years of prepa- ration for Paris. And things have moved on. For example, China was unwilling to countenance talk of a low carbon economy in 2009 but today there is more work on the subject in China than in Europe. The second reason to hope for an agreement is that the impact of climate change is visible and measurable from the United States to China. The role of cli- mate change in a large number of disasters is accepted. Hence- forward, opinion might react. Yes, the negotiations involve states, but they will find them- selves under the eyes of civil society, which not only sees the effects of climate change on a daily basis but is aware that the solutions concern it directly, especially when it comes to transport. Climate scepticism no longer really exists but one needs to be careful not to fall prey to climate fatalism. Finally, certain lobbies, energy compa- nies and motor vehicle manu- facturers in particular are in favourofanagreementbecause that’s business. On top of that, every oil company now has a renewables division. And if Paris turns out to be a failure? That would be a very hard blow. The truth is that we have an enormous responsibility to undertake the work properly so that it goes well. Otherwise, we will plunge into a very deep crisis.The foundations are there because large numbers of us thinkthatitcanbedone.Thekey is not to arouse fear but desire.n Interviewer: Dominique Bomstein A seamless, low impact conference COP 21 will be the largest diplomatic event ever organized in France. It will welcome around 40,000 people to Le Bourget and the site will be open 24 hours a day for a fortnight from 30th November to 11th December 2015.“We have to establish the best possible environment for this UN conference and so we will create a fully featured town, building it up and breaking it down in a way that embodies the spirit of the event, that is to say eco-responsibly”, explains Pierre Henri Guignard, Secretary General of COP 21. This will be reflected in the transport and catering. “This conference will be a show case for our know-how. We are working with the City of Paris, the Ile-de- France region and the Seine-Saint-Denis general council, since we will be favouring public transport, electric vehicles and local, seasonal produce. We want to make this a seamless, low impact conference.”n France GreenTech Magazine 2015 - 9
  • 10. COP 21 international commitments, a Europe weakened by a terrible economic crisis, an American president at the end of his man- date who is powerless before a hostile Congress. Kyoto cannot be repeated. Its Protocol, which imposed legal targets for greenhouse gas emissions on the planet’s richest nations, will be the last Times have definitely chan- ged since 1997 and what is certain is that there is no ques- tion of re-running Kyoto.” An old hand at climate negotiations, Pierre Radanne, President of the 4D association and adviser to French-speaking Africa, is looking forward to the Confe- rence of Parties (COP) 21 with considerable apprehension. “What awaits us in 2015 is a horror!” And a tour of internatio- nal relations in ruins: the Middle East on fire, Russia and China in the grip of rising nationalism, the new Indian government of Narendra Modri demoting the climate agenda to the bottom of its pile of urgent questions, Canada, Australia, New Zea- land, Japan unravelling their Climate Paris: THE meeting of the cen How can a temperature rise of more than 2 °C in the course of this century be avoided?The question that will confront the international community at COP 21 in December 2015 in Paris is dramatically simple but very complicated to solve. ➤ ➤ France will host the COP21 United Nations Climate Conference at the end of 2015. Fin 2015, la France accueillera la Conférence des Nations unies sur le climat, COP21. OfficeofthePresidentoftheFrenchRepublic 10 - France GreenTech Magazine 2015
  • 11. agreement to include restrictive commitments. In theory, the Cli- mate Convention negotiators agreed on a second phase of the Protocol to run until 2020 in Doha in December 2012. However, this agreement, if ratified, will only bind the Euro- pean Union, Norway, Switzer- land, the Ukraine, Belorussia, Kazakhstan, Liechtenstein and Monaco. These account for around 15% of global green- house gas emissions. The fol- lowing year, in Warsaw, COP 19 delayed things by postponing the date for a real global agree- ment until COP 21 in Paris. One year out from this meeting, very few expect a happy outcome. In order to avoid the failure of Copenhagen, where the negotiators arrived without having previously set out their national proposals for reducing greenhouse gases, the Climate Convention has reversed the process. States have until the spring of 2015 to submit a voluntary target to the office of the UN convention that will then be subject for joint negotiation. “However, it would be naive to think that each will submit a percentage reduction and a firm timescale”, comments Benoît Leguet, Director of Cli- mate Research at the Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). It will rather be a vast range of actions encompassing rules, taxes, industrial stan- dards, energy efficiency policies. A first glimpse of this box of climate tools was offered up this September in New York. tury Les temps ont bien changé depuis 1997 et, ce qui est certain, c’est que rejouer Kyoto est impossible. » En vieux routier des négo- ciations climat, Pierre Radanne, président de l’association 4D et conseiller de l’Afrique francophone, voit arriver la Conference of parties (COP) 21 avec une grande appré- hension : « Ce qui nous attend en 2015, c’est l’horreur ! » Et de faire le tour de relations internationales bien dégradées : le Moyen- Orient en feu, la Russie et la Chine en plein raidissement nationaliste, le nouveau gou- vernement indien de Narendra Modri glis- sant l’agenda climat tout en bas de la pile des urgences, le Canada, l’Australie, la Nou- velle-Zélande,leJaponquisedéfontdeleurs engagements internationaux, une Europe affaiblie par une terrible crise économique, un président américain en fin de mandat impuissant devant un Congrès hostile. Kyoto ne pourra pas se re-produire. Ce protocole qui imposait juridiquement des objectifs de réduction de gaz à effet de serre (GES) aux États les plus riches de la planète serait donc le dernier accord com- portant des engagements contraignants. En théorie, à Doha en décembre 2012, les négociateurs de la Convention climat ont décidé d’une deuxième phase du protocole courant jusqu’en 2020. Mais cet accord, s’il est entériné, n’engagera que l’Union euro- péenne (UE), la Norvège, la Suisse, l’Ukraine, laBiélorussie,leKazakhstan,leLiechtenstein et Monaco. Soit environ 15 % des émissions mondiales de GES. L’année suivante àVarso- vie,laCOP 19procrastineenrenvoyantà2015 et à la COP 21, à Paris, l’échéance d’un réel accord mondial. À un an de ce rendez-vous, bienpeunombreuxsontceuxquiannoncent une issue heureuse. Pour éviter l’échec de Copenhague où les négociateurs sont arrivés sans avoir au préalable énoncé leur proposition nationale de réduction des GES, la Convention climat a décidé d’inverser la méthode. Les États ont jusqu’au printemps 2015 pour mettre sur le bureau de la convention onusienne un objectif volontaire qu’ils déposent au pot de la négociation commune. « Mais il serait illusoire de penser que chacun va transmettre unpourcentagederéductionetuneéchéance ferme, suppute Benoît Leguet, directeur de recherche climat de la Caisse des dépôts et consignations(CDC).Ils’agiraplutôtd’unvaste éventail d’actions telles que des normes, des taxes,desstandardsindustriels,despolitiques d’efficacité énergétique. » Un premier aperçu decetteboîteàoutilsclimatiqueaétédonné enseptembredernieràNewYork(lireencadré p. 13).Laplupartdespaysmettentsurlatable ce qui semble ne devoir coûter qu’un effort « supportable » qui n’obère pas leur déve- loppement économique. Plus de quinze ans après Kyoto, la communauté internationale n’esteneffettoujourspassortiedel’impasse du partage du fardeau : les pays développés pointent les émissions fortement en crois- sance des pays émergents quand ceux-ci signalentlaresponsabilitéhistoriquedeceux quibrûlentdel’énergiefossiledepuisledébut delarévolutionindustrielle.« Undébatdeplus enplusdépassédepuisquelaChineestdevenue lepremierémetteurmondialdeGESetcombleà grandevitesselefosséquilaséparedesvieilles économies », souligne Benoît Leguet. Pourensortir,ilfaudraitdoncdelasouplesse. Accepter que tel pays ne s’engage que sur « l’intensité énergétique » de son industrie, que tel autre n’ait pour seul objectif que de diminuer, voire stopper la disparition de ses forêts,qu’undernierimposedesnormestech- niques drastiques sur sa production indus- trielle. « La question est : où sont les marges de négociations qui vont nous permettre de progresser vers la voie des 2 °C ? », s’interroge Pierre Radanne. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a vu très vite que la négociation allait buter dans le même mur qu’il y a cinq ans à Copenhague. D’où son invitation aux chefs d’État à se retrouver à New York pour un Sommet climat, la veille de l’assem- blée générale de septembre. Au menu, un « agenda positif ». Sans attendre une prise de position de chaque État, l’ONU met l’ac- cent sur la multitude d’actions, d’initiatives, Climat Paris : LE rendez-vous du siècle Comment ne pas dépasser une hausse des températures de 2 °C au cours de ce siècle ? La question posée à la communauté internationale lors de la COP 21 de décembre 2015, à Paris, est dramatiquement simple. Et fort compliquée à mettre en œuvre. ➤ France GreenTech Magazine 2015 - 11
  • 12. COP 21 What most countries seem to be submitting would require nothing more than a‘bearable’ effort that would not hamper their economic development. More than fifteen years after Kyoto, the international com- munity has yet to resolve the impasse of sharing out the burden. Developed countries point to the strongly increa- sing emissions of the emerging economies, who, for their part highlight the historical res- ponsibility of those who have been burning fossil fuels since the start of the industrial revo- lution. “Itisadebatethatismore and more outmoded now that China has become the world’s leading emitter of greenhouse gases and has rapidly closed the gap separating it from the old economies”, comments Benoît Leguet. Flexibility is what is required to get out of this bind. It means accepting that this country will only give an undertaking that relates to the‘energy intensity’ of its industry, whereas the sole objective of another is to reduce or even to stop the disappea- rance of its forests, whilst yet another imposes drastic tech- nical standards on its industrial production. According to Pierre Radanne, 2 °C?”  UN Secretary General Ban Ki-moon quickly saw that negotiations were heading for the same wall as five years ago in Copenhagen, which was why he invited heads of state to gather in New York for a cli- mate summit on the eve of the general assembly in September. It was a meeting with a positive agenda.Withoutexpectingeach state to adopt a position, the UN placed the emphasis on the array of actions, initiatives and innovations that already allow greenhouse gas emissions to be reduced. “It is certainly true that local authorities were present in Copenhagen,reflectingtheirshare of responsibility, but they were not really taken seriously”, recalls Ronan Dantec, Green senator and Climate spokesman for the United Cities and Local Govern- ments(UCLG)internationalasso- ciation. “For Paris, we will arrive with well established territorial climate plans, proven local poli- cies and, above all, results.” Elec- ted local representatives have a major role to play. 50% of emis- sions come from towns. Urban management policies, public transportandtownplanningare powerful tools for reducing the use of fossil fuels. Energy transi- tion will primarily be something that takes place in town, ”, conti- nues Ronan Dantec. Internatio- nal agreement on financing for urban public transport in deve- lopingcountries,plansforurban development and bioclimatic housing for the conurbations of West Africa… the initiatives are multiplying and in many cases they are under the aegis of the UN Habitat programme. TheNewYorksummitwasalso an opportunity for economic stakeholders to demonstrate their keenness to take on global warming. The most spectacu- lar demonstration of this was undoubtedly the World Bank initiative calling for the esta- Each to his own InNewYork,variouscountriesbegantomakeproposalsthatmightleadtoanagreement in Paris. Here’s a brief round up of some widely differing promises. l European Union: reduction in CO2 emissions of 80 to 95% between now and 2050. €14 billion of finance for partners outside the EU over the next seven years. l France: US$ 1 billion for the Green Climate Fund. l United States: launch of“development and investment programmes for climate resi- lience”. Deployment of experts and technologies to help the most vulnerable countries to adapt. l Iceland, Costa Rica, Ethiopia: zero emissions within the next ten years. l Uganda and Congo:  restoration of 30 million hectares of degraded forest between now and 2020. l China: 40 to 45% reduction in carbon intensity between now and 2020 compared with 2005 levels and allocation of US$6 million for south-south cooperation. ➤ ➤ BarackObama,President oftheUnitedStates,was amongsttheguestsofBan Ki-moon,SecretaryGeneralof theUnitedNations,attheclimate summiton23rd September2014 calledtoprepareforCOP 21 in2015inParis. BarackObama,présidentdes États-Unis,figuraitparmilesinvités deBanKi-moon,secrétairegénéral desNationsunies,auSommet climatdu23 septembredernier destinéàpréparerlaCOP 21, en2015,àParis. UnitedNations 12 - France GreenTech Magazine 2015
  • 13. blishment of a price per tonne of carbon emitted. 74 states and 1,044 companies (inclu- ding Chinese, American and European oil companies) sub- mitted a declaration on carbon pricing to the UN. “As of 2014, some 40 national governments and over 20 sub-national entities have instituted carbon taxes or emissionquotatradingschemes”, proclaimedthepromotersofthe initiative.AccordingtotheWorld Bank, these countries represent over 22% of global emissions. What remains to be done is to persuade investors to turn away from polluting industries. On this front, the action taken by the US$ 860 million Rockefeller Foundation has had quite an impact. The well-known Ameri- can family, which made its for- tune in oil, announced in New Yorkthatitwascommittingitself rightawaytoreducingitsinvest- ments in the fossil fuel sector. In doing so, the Rockefellers have given a boost to the divestment movementthatcameintobeing three years ago in the United States and that is urging the world of finance to move away from the oil, coal and shale gas industries. The UN clearly appears to have decided to push these movements of funds to drive governments into signing an agreement. What will happen in Paris? A rupture between countries and their towns and industries is unlikely. “Local stakeholdersneednationalgoals”, observes Pierre Radanne. The issue remains uncertain. Howe- ver, the crux of the negotiations isclear:proposesPierreRadanne. China-USA-European Union agreement and the others will follow, counters RonanDantec.”, advises Benoît Leguet. That’s the main lesson that Paris must take from Copenhagen. n Loïc Chauveau d’innovations qui permettent déjà d’atté- nuer les émissions de GES. « ÀCopenhague, lescollectivitésétaientcertesprésentes,reven- diquaient leur part de responsabilité, mais n’étaient pas vraiment prises au sérieux, se souvient Ronan Dantec, sénateur Vert et porte-parole climat de l’organisation inter- nationale Cités et gouvernements locaux unis (CGLU). À Paris, nous arrivons avec des plans climat territoriaux bien établis, des politiques locales éprouvées et surtout des résultats. » Les élus locaux brandissent un argument massue : 50 % des émissions proviennent des villes. Les politiques de gestion urbaine, de transports collectifs, d’urbanismeconstituentdesoutilspuissants de réduction de l’utilisation des énergies fossiles. La transition énergétique se jouera principalement dans les villes « et notam- ment dans celles du Sud, qui connaissent actuellementunexoderuralmassif »,poursuit Ronan Dantec. Accord international sur le financementdetransportscollectifsdansles villes des pays en voie de développement, plan d’urbanisme et d’habitat bioclimatique pour les agglomérations de l’Afrique de l’Ouest,lesinitiativessemultiplient,souvent sousl’égideduprogrammeHabitatdel’ONU. Le sommet new-­yorkais a également été l’occasion pour les acteurs économiques de montrer leur volonté de s’engager contre le réchauffement climatique. Le plus spec- taculaire est sans conteste l’initiative de la Banque mondiale d’appeler à l’instauration d’un prix de la tonne de carbone émise. 74 États et 1 044 entreprises (dont des sociétés pétrolières chinoises, américaines et européennes !) ont déposé à l’ONU une déclaration sur la tarification du carbone. « En 2014, on compte quelque 40 gouverne- mentsnationauxetplusde20 instancesinfra- nationalesquiontinstaurédestaxescarbone ou des régimes d’échange de quotas d’émis- sions », clament les promoteurs de l’opéra- tion. Selon la Banque mondiale, ces pays représentent plus de 22 % des émissions mondiales). Reste à convaincre les inves- tisseurs de se détourner des industries pol- luantes. À ce titre, l’initiative de la Fondation Rockefeller a marqué les esprits. La célèbre famille américaine, qui a fait fortune dans le pétrole, a annoncé à New York s’engager dès à présent à réduire de près de 860 mil- lions de dollars ses investissements dans le secteur des énergies fossiles. Les Rockefel- ler donnent ainsi un coup d’accélérateur au « divestment movement », né il y a trois ans aux États-Unis, et qui incite le monde de la finance à divorcer des industries du pétrole, du charbon et du gaz de schiste. L’ONUsemblebiendécidéeàpousserces mouvements de fonds pour contraindre les gouvernementsàconclureunaccord.Quese passera-t-ilàParis ?UnschismeentrelesÉtats et leurs villes et industries est peu probable. « Les acteurs de terrain ont besoin d’objectifs nationaux », tempère Pierre Radanne. L’issue reste incertaine. Mais les nœuds de la négo- ciation sont bien identifiés : « Sortir du tête- à-tête entre la Chine et les USA et impliquer les plus pauvres », préconise Pierre Radanne. « Insuffler un accord Chine-USA-Union euro- péenneetlesautressuivront », corrige Ronan Dantec. « Ne pas se faire trop d’illusions », conseille Benoît Leguet. C’est la principale leçonqueParisdoitretenirdeCopenhague.n Loïc Chauveau Àchacunsasolution ÀNewYork,lesÉtatsontcommencéàfairedespropositionsquipourraientpréfigurerunaccord à Paris. Petit tour de promesses très diverses. l Union européenne : réduction des émissions de CO2 de 80 à 95 % d’ici à 2050. Financement de 14 milliards d’euros aux partenaires hors UE les sept prochaines années. l France : 1 milliard de dollars au Fonds vert. l États-Unis : lancement de programmes de « développement et d’investissement pour la résilience climatique ». Et déploiement d’experts et de technologies pour aider les pays les plus vulnérables à l’adaptation. l Islande, Costa Rica, Éthiopie : zéro émission d’ici à la prochaine décennie. l Ouganda et Congo : restaurer 30 millions d’hectares de forêts abimées d’ici à 2020. l Chine : réduction de l’intensité carbone de 40 à 45 % d’ici à 2020 par rapport au niveau de 2005 et allocation de 6 millions de dollars pour la coopération Sud-Sud. ➤ France GreenTech Magazine 2015 - 13
  • 14. COP 21 mic dwarf, albeit one that was growing. And how! According to China’s national statistics, CO2 emissions have increased by an average of 7.5% per annum since 1997 and stood at 7.69 billion tonnes in 2010, the date of the last official figure. “Offi- cial, but false, because Chinese inventories are not based on soundandrecognizedmethods”, comments the Interprofessional Technical Centre for Studies on Air Pollution (CITEPA), which is responsible for drawing up the French inventories and consolidating measurement and reporting methods with its international counterparts. In reality, China emitted over 9 billion tonnes in 2010, excee- ding US emissions, which were put at 6.87 billion tonnes in the same year. Was it destined to triumph? The 43 states of appendix I of the Kyoto Protocol covered by the greenhouse gas reduction targets achieved a 9.3% overall reduction in their emissions between 1990 and 2011 and a reduction of 14.5% if one takes into account the agriculture and forest sector and the change of land use. The results presented by the former Eastern block countries are even more specta- cular. The disappearance of the enormous industrial combines of the Soviet era has resulted in a 36.8% fall, excluding agricul- ture.It’snosurprisethatthepoor pupilshavelefttheclass.Canada (+18.7%), Australia (+32.2%) and New-Zealand (+22.1%) have reneged on their commit- ments.Inpreparationforthevisit of François Hollande to Canada, Nicolas Hulot, the climate emis- sary of the French President, declared on 7th October 2014 that France “needed” Canada in order to make the Paris confe- rence in December 2015 a suc- cess—without any great hopes of being listened to. More worryingly, the volume of emissions from appendix I countries now only accounts for 36% of global emissions. In 2010, developing countries emitted 40% more greenhouse gases than did developed countries. The China situation is even more out of kilter. In 1990, The People’s Republic launched its first economic development zone in Shen- zhen, near to Hong Kong. At the time of the signing of the Protocol it was still an econo- The lessons of Kyoto The protocol adopted in 1997 is now far from reflecting the state of the world economy. However, despite everything, the negotiations brought into being tools and methods for limiting and monitoring greenhouse gases that still have a future. ➤ ➤ Although CDMs have struggled to win over manufacturers, NGOs remain keen on them. GERES has used them to develop the Passive Solar House in one hundred villages in the Indian Himalayas over the space of four years. Solar energy is substituted for local fuels that have become scarce or fossil fuels imported at a high price. Si les MDP peinent à séduire les industriels, les ONG en restent friandes. Le Geres a ainsi développé sur quatre ans le projet Passive Solar House dans une centaine de villages de l’Himalaya indien. L’énergie solaire se substitue aux combustibles locaux devenus rares ou aux fossiles importés au prix fort. GERES 14 - France GreenTech Magazine 2015
  • 15. The distinction between rich and emerging countries no longer really makes any sense. What will be decided in Paris is an agreement involving the 195 member states of the UN, whatever their level of develop- ment. “Given its economic size, China can no longer really speak on behalf of the less advanced nations”, comments Pierre Radanne. He considers that one of the keys to Paris 2015 could be the decoupling of the emerging economies and the poorest states, “whose interests are no longer the same”, as the negotiator goes on to point out. The Kyoto Protocol will therefore need to be reviewed from top to bottom. What will its tools be?The carbon market and ‘flexibility mechanisms’, Clean Development Mecha- nisms (CDM) and Joint Imple- mentation (JI)? The call in New York in Sep- tember of this year to set a price per tonne of emitted carbon was a major milestone. The system of emission quotas and trading in a special market still appears to have a good future. The pessimistic vision of Europe is distorted by the travails of its emissions trading scheme (ETS), which has been besetbytheover-generousallo- cation of quotas to manufac- turers. Although the European Commission withdrew over 900 million tonnes of carbon from this market in 2013, the price has not risen above €5. “This situation should not blind us, advises Benoît Leguet, at CDC Climat. Manufacturers realized thatitwasnecessarytosetaprice per tonne for carbon and that it was necessary to anticipate this. They talk about being willing to adapt to the new situation, pro- vided that the rules of the game are stable.” Given their involve- ment in international markets, the owners of the 11,500 Euro- Faut-il triompher ? Les 43 États du Pro- tocole de Kyoto de l’annexe I concernés par les objectifs de réduction des gaz à effet de serre ont présenté en 2013 une baisse globale de 9,3 % de leurs émissions entre 1990 et 2011, de 14,5 % si l’on prend en compte le secteur de l’agriculture, de la foresterie et des changements d’utilisation des terres. Les résultats présentés par les ex- pays de l’est de l’Europe sont évidemment encore plus spectaculaires. La disparition des énormes combinats industriels de l’ère soviétique a permis d’enregistrer une diminution de 36,8 %, hors agriculture. On note, sans surprise, que les mauvais élèves ont quitté la classe. Le Canada (+18,7 %), l’Australie (+32,2 %) ou la Nouvelle-Zélande (+22,1 %) ont renoncé à remplir leurs enga- gements. En préparation de la visite de François Hollande au Canada, l’émissaire climat du président français, Nicolas Hulot, a déclaré le 7 octobre dernier que la France « avait besoin » du Canada pour réussir la ConférencedeParisdedécembre2015.Sans grand espoir d’être écouté. Plus inquiétant, le volume des émissions des pays de l’annexe I ne représente plus que 36 % des émissions mondiales. En 2010, les pays en voie de développement ont rejeté 40 % de GES de plus que les pays développés. La situation de la Chine est la plus caricaturale. En 1990, la Répu- blique populaire expérimente sa première zone de développement économique à ­Shenzhen, près de Hong Kong. Au moment de la signature du protocole, c’est encore un nain économique, mais la croissance est en marche. Brutale. Selon les statistiques nationales chinoises, les émissions de CO2 ont augmenté de 7,5 % par an en moyenne depuis 1997, pour atteindre 7,69 milliards de tonnes en 2010, dernier chiffre officiel. « Officiel,maisfaux,carlesinventaireschinois nes’appuientpassurdesméthodessolideset reconnues »,souffle-t-onauCentreinterpro- fessionnel technique d’études de la pollu- tion atmosphérique (Citepa) chargé d’effec- tuer les inventaires français et de consolider les méthodes de mesures et de reporting avec ses homologues internationaux. En réalité, cette même année 2010, la Chine aurait émis plus de 9 milliards de tonnes, surpassant les rejets des États-Unis évalués la même année à 6,87 milliards de tonnes. La séparation entre pays riches et émergents n’a plus guère de sens. Ce qui va se décider à Paris, c’est donc un accord global impliquant les 195 États membres de l’ONU, quel que soit leur degré de dévelop- pement. « Auvudesonpoidséconomique,la Chine ne peut plus guère parler au nom des payslesmoinsavancés »,notePierreRadanne. Lequel estime qu’une des clés de Paris 2015 pourrait être le découplage entre les pays émergentsetlesÉtatslespluspauvres« dont lesintérêtsnesontpluslesmêmes », poursuit le négociateur. Le Protocole de Kyoto devra donc être revu de fond en comble. Qu’en sera-t-il de ses outils, le marché carbone et les « mécanismes de flexibilité », les méca- nismes de développement propre (MDP) et la mise en œuvre conjointe (MOC) ? À New York en septembre dernier, l’appel à la fixation d’un prix à la tonne de carbone rejetée reste un événement majeur. Le système de quota d’émissions et d’échange sur un marché spécial semble encore avoir un bel avenir. La vision pessi- miste de l’Europe est faussée par les aléas de son système d’échange des émissions (ETS), noyé par l’attribution trop géné- reuse de quotas aux industriels. Bien que la ­Commission européenne ait retiré en 2013 plus de 900 millions de tonnes de carbone decemarché,leprixn’excèdepasles5 euros. « Cette situation ne doit pas nous aveugler, corrige Benoît Leguet, à la CDC Climat. Les industriels ont pris conscience que donner un prix à la tonne de carbone était nécessaire et qu’il fallait l’anticiper. Ils disent vouloir s’adapter à la situation nouvelle, à condition quelesrèglesdujeusoientstables. » Engagés dans des marchés internationaux, les pro- priétaires des 11 500 sites industriels euro- péens concernés par les quotas d’émissions ont bien conscience que la situation évolue dans le reste du monde. La COP de Paris va ainsi coïncider avec la première étape de l’expérimentation des marchés de quotas Les leçons de Kyoto  Le protocole adopté en 1997 ne reflète plus du tout l’état de l’économie mondiale. La négociation a malgré tout accouché d’outils et de méthodes de limitation et de contrôle des gaz à effet de serre qui ont encore de l’avenir. ➤ France GreenTech Magazine 2015 - 15
  • 16. COP 21 redwiththeClimateConvention representing 1.5 billion equiva- lent tonnes of CO2 avoided. Ran- ging from the smallest methane generation or renewables pro- jects for African villages to the large-scale industrial capture of HFC-23, these CDMs have demonstrated their effective- ness. “Over the eleven years of their activity the defects in CDM procedures have been corrected and they have become a sound, structuredandeffectivemeansof reducing greenhouse gases that itself imposing emission quotas. In India, three markets cove- ring a thousand industries are currently being set up. South Koreawilllaunchitsownmarket in 2015. The situation is much less clear for CDMs and the other JIs.The CDM “is the world’s most important carbon offsetting label”, comments Igor Shishlov, who is responsible for surveys at the CDC. By October 2014, over 7,500 projects had been registe- pean industrial sites affected by the emission quotas are well aware that things are changing in the rest of the world.The Paris COP will coincide with the first trial of quota markets set up in seven industrial regions in China. The thirteenth Chinese five-year plan, which will start at the same time, should include the setting up of a single market for the whole country. In the United States the opposition is considerably stiffer but the energy sector might well find The question of financing aid to developing countries has been an issue since the mid 1990s. Technology transfers, finance for clean investments, help with adapting to climate change are issues that together represent the second major stumbling block to the negotiations after the apportioning of the efforts to be made between the various individual states. It doesn’t take long to tot things up in New York. The Green Climate Fund that was brought into being in Durban in 2011 today stands at just over US$2.3 billion (including 1 billion from Germany and the same from France).This is well below the goal of 15 billion over its first three years and way off the 100 billion per annum from 2020. “However, the role of the Green Climate Fund is to prime the financing of projects by other organizations such as development banks”, cautions Pierre Forestier, who is responsible for climate questions at the AFD (French development agency). For example, the 22 development banks around the world granted ‘climate’ finance to the tune of 87 billion in 2013. Furthermore, in 2014 the AFD issued‘green’bonds in the market and these have been widely subscribed to. So far as private sector banks are concerned, these undertook in 2007 to adopt the‘Equator Principles’in order to take into account the social and envi- ronmental aspects of their investments. However, in the final analysis, it is their customers who decide and there is still no shortage of doors for the coal and fossil fuel industry to knock on in order to finance its projects. n DR ➤ ➤ Jean-Pierre Pasquet, stock breeder in Ille-et- Vilaine, is the first member of Bleu-Blanc-Cœur. Jean-Pierre Pasquet, éleveur en Ille-et-Vilaine, est le premier adhérent à Bleu-Blanc-Cœur. The 100 billion Green Climate Fund 16 - France GreenTech Magazine 2015
  • 17. it would be a great pity to aban- don in the forthcoming negotia- tions”,arguesBenoîtLeguet.The ‘reduction units’assigned by the UN to the promoters of these projectsarenowworthlessthan a euro because they are indexed to the lifeless European carbon market. Manufacturers are the- refore little inclined to use this tool in order to offset their emis- sions. NGOs, however, remain fond of them. “Companies, indi- viduals, associations voluntarily offsettheiremissionsbyengaging with our clean development pro- jects”,comments Renaud Bettin, who is responsible for carbon credits at GERES, the Groupe énergies renouvelables environ- nement et solidarités. However, in the case of our NGO a tonne of carbon is priced at €20 and the CDM becomes a means by which citizens can act against global warming.” Onemightalsohavethought that JIs would have disappeared for good. This tool was desig- ned to allow a manufacturer to offset its emissions in an appen- dix I country, especially in the former Eastern block countries. Today, however, they retain a certain usefulness for emission reduction actions in developed countries seeking to finance tonnes of greenhouse gas avoided. This is the case with Bleu-Blanc-Cœur, an associa- tion that promotes the use of flax-based feed for French stock rearing in order to cut methane emissions from animals. The negotiators for the new phase than will open in Paris next year will not start with a blank sheet of paper. The Kyoto Protocol tools have demons- trated their soundness and effectiveness and there will be no reason for the diplomats to exclude them from their long nightsofnegotiationnextyear.n Loïc Chauveau installés dans sept régions industrielles de Chine.Letreizièmeplanquinquennalchinois, quidébuteraàcemoment-là,devraitintégrer l’instaurationd’unmarchéuniqueàl’échelle du pays. Aux États-Unis, les oppositions sont bien plus élevées, mais le secteur de l’énergie pourrait bien se voir imposer des quotas d’émissions. En Inde, trois marchés couvrantunmillierd’industriessontencours de construction. La Corée du Sud lancera le sien en 2015. Lasituationestbeaucoupmoinsclaire pour les MDP et autres MOC. Le MDP « estle labeldecompensationcarboneleplusimpor- tant dans le monde », note Igor Shishlov, chargé d’études à la CDC. En octobre 2014, plus de 7 500 projets étaient enregistrés auprès de la Convention climat pour 1,5 milliarddetonnesd’équivalents CO2 évitées. Des plus petits projets de méthanisation ou d’énergies renouvelables pour des villages africains aux grands captages industriels de HFC-23, ces MDP ont fait la preuve de leur efficacité. « En onze ans d’activités, les procéduresdesMDPontcorrigéleursdéfauts pourdevenirunmoyensolide,structuréeteffi- cacepourlaréductiondesGESqu’ilseraitbien dommage d’abandonner dans la prochaine négociation », défend Benoît Leguet. Les « unités de réduction » accordées par l’ONU aux promoteurs de ces projets valant désor- mais moins d’un euro du fait qu’elles sont indexées au très atone marché européen du carbone. Les industriels sont donc moins enclinsàutiliserl’outilpourcompenserleurs émissions. Mais les ONG en restent friandes. « Des entreprises, des particuliers, des asso- ciations compensent volontairement leurs émissions en s’engageant sur nos projets de développementpropre, note Renaud Bettin, en charge des crédits carbone au Geres, le Groupe énergies renouvelables environne- ment et solidarités. Mais avec notre ONG, la tonne de carbone est à 20 euros et le MDP devient alors un moyen citoyen d’agir contre le réchauffement climatique. » On pensait également que les MOC avaient irrémédiablement disparu. Cet outil devait permettre à un industriel de compenser ses émissions dans un pays de l’annexe I, notamment dans les ex-pays de l’Est européen. Ils retrouvent aujourd’hui une utilité certaine dans des actions de réduction des émissions des pays dévelop- pés qui cherchent à financer les tonnes de GESévitées.C’estlecasdeBleu-Blanc-Cœur. Cetteassociationpromeutunealimentation des élevages français à base de lin qui dimi- nue les émissions de méthane des animaux. Les négociateurs de la nouvelle phase, qui va s’ouvrir à Paris l’an prochain, ne partiront donc pas d’une feuille blanche. Les outils du protocole de Kyoto ont fait preuve d’une grande solidité et d’une bonne efficacité. Les diplomates n’ont aucune raison de les écarter de leurs longues nuits de négocia- tions à venir. n Loïc Chauveau Le Fonds vert à 100 milliards Dès le milieu des années 1990, la question du financement de l’aide aux pays en voie de développement s’est posée. Transferts de technologies, financement des investissements propres, aide à l’adaptation au changement climatique : ce dossier constitue le deuxième blocage des négociations après le partage entre États des efforts à accomplir. À NewYork, le compte a été vite fait. Le Fonds vert décidé à Durban en 2011 n’est aujourd’hui doté que d’un peu plus de 2,3 milliards de dollars (dont 1 milliard de l’Allemagne et autant de la France). On est loin de l’objectif de 15 milliards sur les trois prochaines années et surtout des 100 milliards par an promis à partir de 2020. « Cependant,lerôleduFondsvertestd’amorcerle financementdesprojetspard’autresacteurs,commelesbanquesdedéveloppement », tempère Pierre Forestier, chargé des questions climat à l’Agence française de développement (AFD). Ainsi, les 22 banques de développement présentes dans le monde ont accordé en 2013 pour 87 milliards de financements « climat ». L’AFD a par ailleurs levé en 2014 des obliga- tions « vertes » auprès des marchés qui ont été largement souscrites. Quant aux banques privées, elles se sont engagées en 2007 avec « les principes de l’Équateur » à tenir compte des aspects sociaux et environnementaux de leurs investissements. Mais en l’espèce, ce sont leurs clients qui décident et l’industrie du charbon et des énergies fossiles ne manque toujours pas de porte où frapper pour financer ses projets. n ➤ France GreenTech Magazine 2015 - 17
  • 18. Expectations for COP 21 For a climatologist and glaciologist such as myself, not exceeding 2 °C over the long term is the target figure that needs to be adhered to. The scientific research pres- ented in the fifth Assessment ReportoftheIPCCtellsusthat if we are to remain below this limit we can only emit around another 1,000 billion tonnes of CO2. At the current rate of some 35 billion tonnes per annum that means we have just thirty years of emissions left. So, between now and the end of the decade we must work to ensure the graph starts to head back downwards to around 35 billion tonnes of emissions, whereas the current increase of 2.5% per annum, as calcu- lated by the Global Carbon Project, would take us to over 40 billion tonnes. There is very little time left if we are toavoidenteringtheredzone afterwhichitwillnolongerbe possible to stay below 2 °C. To give you an idea of the scale of what has to be accomplished, the easily exploitablereservesofoil,gas and coal in the Earth’s crust would result in emissions of a further 5,000 billion tonnes of CO2. We therefore need to decidetoleavetheequivalent of 4,000 billion tonnes of CO2 unburnt and underground. If we do not want to exceed 2 °C we must decide not to extract any more than 20% of the exploitable reserves of fossil fuel.This is an effort that the extraction industry needs to gear itself up for. The most recent report of the IPCC, the synthesis of which was published at the end of October 2014, has laid things out clearly. Its three working groupshavedrawnupreports onthecurrentunderstanding of the climate, on the effects that climate change will have on animal and plant species and, finally, on the efforts to adaptthatthehumanracewill need to undertake in order to reducetheimpactofwarming onitsactivities.WhatIamthe- refore expecting from COP 21 is a decision firstly to curb the emission trajectory between 2016 and 2020 and then a targettohalvetheuseoffossil energies between now and 2050.Carbonneutralityneeds to be achieved by the end of the century but the decision has to be taken today. JeanJouzel,glaciologue, vice-président du Giec « Un objectif de réduction par deux de l’utilisation des énergies fossiles d’ici à 2 050 » Pour le climatologue et gla- ciologue que je suis, l’objectif chiffré qu’il faut respecter, ce sont les 2 °C à ne pas dépas- ser sur le long terme. Les tra- vaux scientifiques présentés dans le cinquième rapport du Giec nous indiquent que, pour demeurer dans cette limite, nous ne pouvons plus émettre qu’environ 1 000 milliards de tonnes de CO2. Même en gardant le rythme actuel d’envi- ron 35 milliards de tonnes par an, il ne nous reste que trente ans d’émissions. D’ici à la fin de la décennie, il faudrait déjà commencer à incurver la courbe et être redescendu aux environs de 35 milliards de tonnes reje- tées. La tendance actuelle de 2,5 % par an, analysée par le Global Carbon Project, nous emmène à plus de 40 mil- liards de tonnes. Il nous reste très peu de temps pour éviter de rentrer dans la zone rouge au-delà de laquelle il ne sera plus possible de se maintenir en dessous des 2 °C. Pour bien mesurer l’effort à accomplir, il faut savoir que le sous-sol de la Terre recèle encore des réserves facilement exploitables en pétrole, gaz et charbon qui pourraient amener pour 5 000 milliards de tonnes de CO2 d’émissions. Il va donc falloir décider de lais- ser dans les couches géolo- giques des gisements dont la combustion équivaut à 4 000 milliards de tonnes de CO2. Si nous voulons ne pas dépasser les 2 °C, nous devons nous résoudre à ne pas sortir de terre plus de 20 % des réserves d’énergie fossile exploitables. C’est un effort auquel doit se préparer l’industrie extractive. Le dernier rapport du Giec, dontlasynthèseaétépubliée finoctobre2014,abienplanté le décor. Les trois groupes de travail ont dressé des dia- gnosticssurlesconnaissances actuelles sur le climat, sur les effets qu’aura le changement climatique sur les espèces végétales et animales et, enfin, sur les efforts d’adap- tation que devra mener l’es- pèce humaine pour minorer l’impactduréchauffementsur ses activités. Ce que j’attends donc de la COP 21, c’est une première décision d’infléchir les trajectoires d’émissions dans la période 2016 à 2 020, etunobjectifderéductionpar deux de l’utilisation des éner- giesfossilesd’icià2 050.Ilfau- drait atteindre une neutralité carbone d’ici la fin du siècle. Et cela se décide aujourd’hui. Jean Jouzel, glaciologist, Vice President of the IPCC DR “A target of halving the use of fossil fuels between now and 2050” 18 - France GreenTech Magazine 2015
  • 19. We expect that COP 21 will lead to the signing of an agreement that will clearly plot the path towards limiting global war- ming to 2 °C between now and the end of the century. At Suez Environnement, we know that the technologies, scientific knowledge and know-how to build a car- bon-free world are already at our disposal. Our activi- ties in the field of waste and water have led us to imple- ment solutions to mitigate global warming through energy saving and the intro- duction of the circular eco- nomy. Our Econôtre plat- form in Toulouse combines exploiting energy for waste and selective sorting to feed the local circular economy. In Strasbourg, biogas reco- vered from the treatment plant will be injected into the gas network from the summer of 2015. In Le Havre, we are working on the industrial development of a future biomass boiler. What was once a source of dissipated heat now gene- rates revenues whilst avoi- ding the emission of power- ful greenhouse gases. We have technical solutions and teams of engineers ready to respond to the needs of local authorities working to reduce emissions across the territories that they are responsible for. What we do here in France we also transfer to countries further south. At Meknès (Morocco), the management of house- hold waste landfills has led the company to exploit the recycling work of rag-and- bone men and to regularize an informal economy. We also have to adapt to the effects of climate change. The development of new technologies allows us to save on our consumption of natural resources and energy. New methods of urban management for water, transport and heating promise to result in better managed, less polluted towns that are more resi- lient in the face of climate hazards. The desalination of seawater, the real time tracking of floods and the modelling of how towns function are all technologies that improve urban mana- gement. This requires a new economic model that sets a price per tonne for emitted carbon. That is why Suez Environnement signed the ‘put a price on carbon’ sta- tement issued by the World Bank in September 2014. HélèneValade,directrice développement durable Suez Environnement « Un accord qui balisera les étapes » Nous attendons de la COP 21 la signature d’un accord qui balisera clairement les étapes pour limiter à 2 °C le réchauffement clima- tique d’ici la à fin du siècle. Car nous savons, chez Suez Environnement, que les tech- nologies, les connaissances scientifiques, les savoir-faire sont déjà à notre disposition pour construire un monde décarboné. Nos activités dans le domaine des déchets et de l’eau nous conduisent à mettre en œuvre des solutions d’atténuation du réchauffement climatique par les économies d’énergie et la mise en place de l’éco- nomie circulaire. ÀToulouse, notre plateforme Econôtre combine valorisation éner- gétique des déchets et tri sélectif alimentant l’éco- nomie circulaire locale. À Strasbourg, le biogaz récu- péré à la station d’épuration sera injecté à l’été 2015 dans le réseau de gaz. Au Havre, nous travaillons au déve- loppement industriel d’une future chaudière à biomasse. Ce qui était autrefois des sources de chaleur perdue génère aujourd’hui des reve- nus, tout en évitant le rejet de puissants gaz à effet de serre. Nous avons des solu- tions techniques et des équipes d’ingénieurs prêtes à répondre aux besoins de collectivités engagées dans la réduction des émissions à l’échelle de leur territoire. Ce que nous réalisons ici en France, nous le transférons également vers les pays du Sud. À Meknès (Maroc), la gestion des décharges de déchets ménagers amène l’entreprise à valoriser le tra- vail de recyclage des chiffon- niers et à officialiser ainsi une économie informelle. Nous devons aussi nous adapter aux effets du chan- gement climatique. Le déve- loppement de nouvelles technologies nous permet de maîtriser notre consomma- tion de ressources naturelles et d’énergie. Les nouvelles méthodesdegestionurbaine de l’eau, des transports, du chauffage promettent l’émer- gence de villes mieux gérées, moins polluées, plus résis- tantes aux aléas climatiques. Le dessalement de l’eau de mer, le suivi en temps réel des inondations, la modélisation du fonctionnement des villes sont autant de technologies qui améliorent la gestion urbaine. Cela nécessite un nouveau modèle écono- mique qui donne un prix à la tonne de carbone émise. C’est pourquoi Suez Envi- ronnement a signé l’appel à « donner un prix au carbone » lancé en septembre 2014 par la Banque mondiale. Hélène Valade, Director of Sustainable Development at Suez Environnement DR “An agreement that will plot the path” France GreenTech Magazine 2015 - 19
  • 20. Expectations for COP 21 On the way to the 2015 Paris Climate Conference I hope that for their part countries will manage to make progress on climate and energy policies and goals that are on a par with the challenges. Negotiating an agreement in Paris will be complicated, it will require a considerable amount of understanding and confi- denceinordertoavoidastale- mate between the countries. For the preparations taking place in Lima (COP20) and afterwards it is important that the nations talk to each other in order to understand their difficulties and to inte- grate their options for action. However, at the end of the day, what the WWF expects is that we leave Paris with a global agreement, interna- tional instruments and com- mitmentsbycountriestolimit warmingtowellbelow2 °C.In order to do so the countries must also manage to adopt a credible short-term trajec- tory. The latest IPCC reports and the work of the UNEP tell us that it is essential to get up to speed before 2020 in order to achieve the right climate trajectory. Over the next six years it is necessary toavoidbetween8and12 bil- liontonnesofgreenhousegas emissions. Amongst other ways, this could be achieved by a massive development of renewables, a doubling of energy efficiency, increased efforts to stop deforestation or changes of land use. It is a precise, quantified objective that will be difficult but pos- sible to achieve. The success of the climate marches in New York and around the world on 21st September 2014 is a piece of good news in this regard. One senses real engagement. Many of society’s stakehol- ders are already acting. Indi- vidual citizens are working to adapt their modes of life. Local authorities are reinven- ting the town. Industries are changing their models. Such transitions bring other bene- fits in their wake in terms of health, jobs and well-being. Much still remains to be done, especially when it comes to moving away from fossil fuels and the grants offered in this area. This is a path that involves us all. The next few months will be deci- sive in pushing governments to move forwards and in drawing in more participants. Pierre Cannet, respon- sableduprogrammeclimat et énergie au WWF « Un accord mondial, des instruments internatio- naux et des engagements des pays » Sur la route vers la confé- rence Paris Climat 2015, j’espère que les États par- viendront à avancer chez eux sur des politiques et des objectifs climatiques et énergétiques à la hauteur des enjeux. La négociation d’un accord à Paris sera compliquée, il faudra beau- coup de compréhension et de confiance pour éviter les blocages entre les pays. Pour la préparation qui s’engage à Lima (COP20) et pour la suite, les États doivent se parler, comprendre leurs difficultés, intégrer leurs leviers d’action. Mais au bout du compte, ce que leWWF attend, c’est que nous repartions de Paris avec un accord mondial, des ins- truments internationaux et des engagements des pays pour limiter le réchauffement bien en dessous des 2 °C. Pour cela, les États doivent aussi réussir à arrêter une trajectoire crédible à court terme. Les derniers rapports du Giec et les travaux du Pnue nous disent qu’il est impératif d'accélérer avant 2020 pour être sur la bonne trajectoire climatique. Il faut éviter d’ici à six ans l’émission de 8 à 12 milliards de tonnes de gaz à effet de serre. Cela pourra notamment se faire avec un fort développement des énergies renouvelables, un doublement de l’efficacité énergétique, une lutte accrue contre la déforestation et des changements d’usage des terres. C’est un objectif précis, quantifié, difficile à atteindre, mais possible. Le succès de la marche pour le climat à New York et à travers le monde, le 21 sep- tembre dernier, est à cet égard une bonne nouvelle. On sent une réelle mobili- sation. Beaucoup d’acteurs de la société sont déjà en mouvement. Des citoyens agissent à leur niveau pour adapter leur mode de vie. Des collectivités locales réin- ventent les villes. Des indus- tries changent leur modèle. On comprend mieux aussi les cobénéfices de telles transitions, pour la santé, les emplois et le bien-être. Il reste encore beaucoup d’ef- forts à réaliser, notamment vers la sortie des énergies fossiles et des subventions accordées dans ce domaine. Cettetrajectoirenousengage tous. Les prochains mois seront décisifs pour faire avancer les gouvernements et entraîner plus d’acteurs. Pierre Cannet, head of the climate and energy program at the WWF WWF “A global agreement, international instruments and national undertakings” 20 - France GreenTech Magazine 2015
  • 21. Ronan Dantec, senator,‘climate’spokesman for United Cities and Local Governments (UCLG) Besides a sound and ambi- tious agreement, what I expect from COP 21 are tools to strengthen the ability of local and regional authorities to act against climate change. 50% of greenhouse gas emis- sions stem from people’s everyday lives and more than half of humanity already lives in towns. In the course of this century this percentage is likely to rise to 80%. A high proportionofthesolutionsare to be found in urban mana- gement and consequently responsibility does not just lie with the states that will gatherinParisnextyear.Much of it lies in the hands of local and regional elected repre- sentatives and the citizens. The adoption of new, more economical ways of life in territories that are concerned about social cohesion, the mobilization of easy to access financial tools, educating and informing the inhabitants are all challenges that need to be addressedatclosequartersto thecitizensinquestion.Thisis whatdrivestheactionsoflocal elected representatives. We staked out our claim at Copenhagen in 2009 and we gained recognition the following year in the text adopted at Cancún. We will arrive next year in Paris with proof of the effectiveness of our actions. We have results. All around the world towns are reducing their emissions by developing public trans- port or by combating urban sprawl, by opting for large- scaleimprovements.InFrance, regional climate plans are beginning to bear fruit. Local authorities have been given ambitious goals and these plans call on every available technical resource. However, they also depend upon the engagement of the citizens. The fight against global war- mingwillnotbewonunlessall those with a stake are mobi- lized. This is one of the major challenges of COP 21. Ronan Dantec, sénateur, porte-parole « climat » de Cités et gouvernements locaux unis (CGLU) « Des outils pour renforcer la capacité d’action des collectivités » Outre un accord solide et ambitieux, ce que j’attends de la COP 21, ce sont des outils pour renforcer la capa- cité d’action des collectivités locales et territoriales dans la lutte contre le changement climatique. Les émissions de gaz à effet de serre pro- viennentà50 %delaviequo- tidiennedesgens,etplusdela moitié de l’humanité vit déjà dans les villes. Ce pourcen- tage devrait atteindre 80 % au cours de ce siècle. Une grandepartiedessolutionsse trouve donc dans la gestion urbaine. Par conséquent, la responsabilité n’appartient pas seulement aux États qui vont se retrouver à Paris l’an prochain. Elle est aussi gran- dement dans les mains des élus locaux et territoriaux, et des citoyens. L’adoption de nouveaux modes de vie plus économes, dans des ter- ritoires soucieux de cohésion sociale, la mobilisation d’ou- tils financiers faciles d’accès, l’éducation et l’information des habitants sont autant d’enjeux qui nécessitent une forte proximité avec les citoyens. C’est bien ce qui fondel’actiondeséluslocaux.  Nous revendiquions déjà notre reconnaissance à Copenhague en 2009, nous l’avions obtenue l’année sui- vante dans le texte adopté à Cancún. Nous arriverons l’an prochain à Paris avec la démonstration de l’effica- cité de notre action. Nous avons des résultats. Partout dans le monde, les villes réduisent leurs émissions en développant des transports en commun ou en luttant contre l’étalement urbain, en décidant des réhabilita- tions de grande ampleur. En France, les plans climat terri- toriaux commencent à porter leurs fruits. Les objectifs que se sont assignés les collectivi- tés sont ambitieux. Ces plans font appel à tous les moyens techniques disponibles, mais ils misent aussi sur l’engage- ment citoyen. La lutte contre le réchauffement climatique ne sera gagnée que si elle fait l’objet d’une mobilisation globale de tous les acteurs. C’est l’un des enjeux majeurs de la COP 21. EELV “Tools to strengthen the ability of local authorities to act” France GreenTech Magazine 2015 - 21
  • 22. UN Climate Summit 2014 One year before COP 21 in Paris, UN Secretary-General Ban Ki-moon invited world eaders, from government, finance, business, and civil society to Climate Summit 2014 on 23 September 2014 to galvanize and catalyze climate action. He has asked them to bring bold announcements and actions to the Summit that will reduce emissions, strengthenclimateresilience,andmobilizepoliticalwillforameaningfullegalagreement in 2015. French contemporary artist,YannToma, portrayed the summit. New York, 22 September 2014, a great march for climate action was Dilma Rousseff, Brazil Wilfred Elrington, Belize 22 - France GreenTech Magazine 2015
  • 23. organised by NGO's. The french artist Yann Toma captured slogans banners. Yann Toma, an artist-observer in the United Nations Yann Toma, contemporary artist, professor and researcher at the Sorbonne University in Paris, has been portraying the entirety of the United Nations since 2007, from heads of state and ambassadors to the cleaners and security members who remain at the building long after the diplomats and aid workers have gone home. Toma has been photographing and filming the ”world body” for seven years. In 2014, he's decided to change medium, opting for colored charcoal and an easel. www.ouest-lumiere.org Alpha Condé, Guinea János Áder, HungaryLeonardo DiCaprio, actor Park Geun-hye, South Korea SophiePilgrim France GreenTech Magazine 2015 - 23
  • 24. city is undergoing rapid urban expansion as its population grows(+250%infourteenyears) and, on top of this, it is working towards being an embodiment ofthesustainablecityduringthe international exhibition that it will be hosting in 2017 on the theme of energies of the future. There are three main elements tothesimulatorproject:diagno- sing Astana’s needs in terms of mobility, energy, construction andtheurbanecosystem(mana- gement of water and waste, environment restoration…); Launched in 2013 by France’s public authorities and a number oftradeassociations,theVivapo- lis initiative is designed to show off French creativity for the city and to coordinate French com- panies and organizations that are internationally active in sus- tainable urban development. Now, it has borne its first fruit in the form of two simulator projects, one in Chile and the other in Kazakhstan. These‘sus- tainable city simulators’consist of virtual models at the scale of a quarter or a city that are able to simulate the possible interac- tions between the various com- ponents of a sustainable urban development project (mobility, buildings, water, air, energy, waste, telecommunication networks…).They are designed to feature as many French com- panies as possible with exper- tise in these fields and to serve as an international show case for French know-how. Two pro- jectswereselectedatthestartof 2014 following an invitation for submissions issued in July 2013. These will receive €2 ­million of public finance within the fra- mework of a green innovation Fasep1 and they are expected to be handed over in early 2015. ●● The Kazakhstan  Astainable project Led by Eiffage (construction), Egis(engineering)andGDFSuez (energy), the Astainable project is intended to allow Astana, the capital of Kazakhstan, to fulfil its goal of moving towards an attractiveandsustainablemodel ofurbandevelopment.Aswellas severe climatic constraints, the Sustainable city International recognition for French know-how VilledeGrenoble ➤ ➤ The Bonne ZAC [development zone] at Grenoble is one of France’s most advanced eco-quarters. Designed in systematic fashion, it combines an integrated urban system, cooperative energy management and new mobility.  La ZAC de Bonne, à Grenoble, est l’une des opérations françaises d’écoquartiers les plus avancées. Conçue dans une approche systémique, elle allie système urbain intégré, gestion coopérative de l’énergie et nouvelle mobilité.  Featured by Environnement Magazine Les secrets de la relance Agenda 21 Page 39 170 e année–ISSN1163-2720 Jacques Pélissard, président de l’Association des maires de France N° 1732 – Novembre 2014 www.environn ement-magaz ine.fr sPécial SALON DES MAIRES RISQUES P. 28 Qui va payer le désamiantage des bâtiments publics? RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE P. 37 L’opération modèle de Caen Habitat MOBILITÉ P. 45 Les voies de l’intermodalité PHOTOVOLTAÏQUE P. 57 Réduire l’impact des centrales au sol EAU P. 72 Comment « vendre » l’eau du robinet Il faut faire confiance à l’intelligence des territoires France’s sustainable urban development protagonists are active in all parts of the world, as can be seen from the first fruits of theVivapolis initiative in Kazakhstan and Chile, and the official signing of the agreement for the Franco-Chinese eco-quarter project in Shenyang. 24 - France GreenTech Magazine 2015
  • 25. identifying and proposing the most appropriate French techni- cal and technological solutions; producing a 3D demonstrator that brings all these solutions to life graphically.To achieve these goals the three project leaders are working with a number of other French partners including Poma(cable-poweredtransport), Enodo (interactive virtual urban models), Safège (engineering) and the architects and lands- cape designers P. Gautier and theVillesPaysagesstudio.They should also be able to draw on the network of competitiveness clusters working in fields linked to the sustainable city. ●● The Santiago, Chile project The Chilean public authorities are making improvements to the quality of urban spaces one of their major objectives. The second sustainable city simula- tor will be applied to an actual project—theurbandevelopment ofaneco-quarterinthecountry’s Ville durable Le savoir-faire français reconnu internationalement Les acteurs français du développement urbain durable s’illustrent dans différentes régions du monde. En témoignent les premières concrétisations de la démarcheVivapolis au Kazakhstan et au Chili, ainsi que la signature officielle du projet d’écoquartier franco-chinois de Shenyang. Engagéeen2013parlespouvoirspublicsfran- çais et plusieurs fédérations professionnelles, la démarche Vivapolis vise à illustrer la créativité françaisepourlavilleetàfédérerlesacteursfran- çais du développement urbain durable à l’inter- national.Elleportesespremiersfruitsavecdeux projetsactésdesimulateurs,l’unauChili,l’autre au Kazakhstan. Ces « simulateurs ville durable » consistentàprésenterdesmaquettesvirtuellesà l’échelle d’un quartier ou d’une ville, l’idée étant de simuler les interactions possibles entre les différentes composantes d’un projet d’aména- gementurbaindurable(mobilité,bâtiment,eau, air,énergie,déchets,réseauxdetélécommunica- tions…). Ils doivent permettre de référencer le plusgrandnombred’entreprisesfrançaisesayant une expertise dans ces domaines et de réaliser une vitrine du savoir-faire français à l’internatio- nal. Deux projets ont été retenus début 2014 à l’issued’unappeld’offreslancéenjuillet2013.Ils feront l’objet d’un financement public de 2 M€, dans le cadre d’un Fasep-Innovation verte1. La livraison est prévue pour début 2015. Le projet Astainable au Kazakhstan Porté par Eiffage (construction), Egis (ingénie- rie) et GDF Suez (énergie), le projet Astainable entend répondre à la volonté d’Astana, capitale du Kazakhstan, de s’engager vers un modèle de développement urbain durable et attractif. En effet, outre des contraintes climatiques fortes, la ville fait face à une urbanisation rapide liée à l’augmentation de sa population (+ 250 % en quatorze ans). Par ailleurs, Astana souhaite incarnerlavilledurablelorsdel’expositioninter- nationalequ’elleaccueilleraen2017,surlethème des énergies du futur. Le projet de simulateur comprend trois axes : diagnostiquer les besoins d’Astana en matière de mobilité, d’énergie, de constructionetd’écosystèmeurbain(gestionde l’eauetdesdéchets,restaurationdesmilieux…) ; identifieretproposerlessolutionstechniqueset technologiques françaises les plus appropriées ; produireundémonstrateur3Dmettantenimages l’ensemble de ces solutions. Dans cette optique, les trois pilotes du projet se sont associés avec d’autres partenaires français, dont Poma (trans- port par câbles), Enodo (maquettes urbaines virtuellesinteractives),Safège(ingénierie)etles architectes et paysagistes P. Gautier et Atelier villes paysages. Ils devraient aussi profiter du relais assuré par des pôles de compétitivité et clusters œuvrant dans les thématiques liées à la ville durable. Le projet de Santiago du Chili Les pouvoirs publics chiliens font de l’améliora- tion de la qualité des espaces urbains un objec- tif majeur. Le deuxième simulateur ville durable sera appliqué à un cas concret d’aménagement urbaind’unécoquartierdelacapitale,Santiago, elleaussiconfrontéeàuneaugmentationrapide de sa population. La future plateforme numé- rique3Dintégreralessolutionsd’urbanisation,les services,lesproduitsetlestechnologiesles plus adaptés pour répondre au mieux aux enjeux de cequartier.LeprojetestportéparArtelia,spécia- liste de l’ingénierie et de la gestion de projet en construction, infrastructures et environnement, etVeolia,leadermondialdesservicesdel’environ- nement,présentàtraverssonbureaud’études2EI (Eco Environnement Ingénierie) spécialisé dans lesstratégiesurbainesetterritorialesetl’accom- pagnementdeprojetsd’aménagementdurable. LegroupementcomprendaussiSiradel,unePME spécialiséedanslesdonnéesgéographiques3D et les plateformes de simulation-visualisation interactives, et deux agences d’architecture et d’urbanisme(ASArchitecture-StudioetArteChar- pentier).Serontégalementassociésdespôlesde compétitivité impliqués dans l’aménagement urbain durable comme le pôle Eau, Advancity, Réseaux et images ou encoreTenerrdis. DenouvellesconcrétisationsdeladémarcheViva- polis devraient voir le jour dans d’autres régions dumonde.EnTurquieparexemple,deuxprojets sontdéjàidentifiés :Gaziantep(écozone­Sahinbey visant l’autonomie énergétique)2 et Istanbul Metropolitan (ville intelligente et écologique avec accent fort sur la santé). Des opportunités se dessinent également au Maroc, au Brésil, en Roumanie, à Singapour mais aussi en Indonésie où les villes de Bandung et de Mataram3 pour- raient faire l’objet de projets spécifiques. ➤ France GreenTech Magazine 2015 - 25
  • 26. Sustainable City capital, Santiago. This is ano- ther city facing a rapid growth in population and the 3D digi- tal platform being developed will integrate the urbanization solutions, services, products and technologies best suited to meetthechallengesofthisquar- ter. The project is being driven forward by Artelia, a specialist in engineering and construc- tion, infrastructure and environ- ment project management, and Veolia,aworldleaderinenviron- ment services, through its 2EI (Eco Environnement Ingénierie) design office, which specializes in urban and regional strategies and the oversight of sustainable developmentprojects.Theteam also includes Siradel, an SME specializing in 3D geographical data and interactive simulation/ visualization platforms, and two architectural and town planning practices (AS Architecture-Stu- dio and Arte Charpentier). Competitiveness clusters active in the field of sustainable urban development such as the Eau cluster, Advancity, Réseaux et Images and Tenerrdis are also contributing. A number of new examples of theVivapolisinitiativeshouldsee the light of day in other parts of theworld.InTurkey,forexample, two such projects have been identified: Gaziantep (the Sahin- beyeco-zone,whichistargeting energy independence)2 and Istanbul Metropolitan (a smart, green city where the emphasis is on health). Opportunities are alsoemerginginMorocco,Brazil, Romania, Singapore, as well as Indonesia, where the cities of Bandung and Mataram3 might become involved in specific projects. ●● Towards a Franco- Chinese eco-quarter Although several French com- panies are already involved in urban projects in four major Chinese conurbations (Chengdu, Shanghai, Tianjin and Wuhan), Paris and Beijing have now officially embarked upon a joint eco-quarter pro- ject at Shenyang. Shenyang, the capital of Liaoning province in the north east of the country, is a heavily industrialized city with seven million inhabitants and it lies within zones that the Chinese authorities have desi- gnated a priority in the district of Tiexi. The emphasis of this particular project is on housing but also on sustainable urban development and the munici- pality’s utilities will be working with a promoter of urban pro- jects, Centuria Capital4, which hassetupaplatformwithwhich interested French companies can cooperate. The French par- ticipants will act as service pro- viders whilst the local authority will act as the overall coordina- tor for the development of the project. However, co-financing is a possibility. The eco-quarter will cover a total of 10 km2, with an initial phase of 3 km2 due to be completed in five years and the remaining 7 km2 in eight to ten years. n 1. Study and assistance funds for the private sector, Fasep-green innovation finances demonstrators for innovative environment and sustainable development technolo- gies. It is supported by the Ministry of Economics and Finance. ➤ ➤ Bioclimatic optimization of the central square of the Sahinbey quarter, Gaziantep, Turkey. Optimisation bioclimatique de la place centrale du quartier Sahinbey à Gaziantep, en Turquie. ➤ ➤ At the end of May 2014, the Akim of Astana,  Imangali Tasmagambetov, and the French Ambassador to Kazakhstan, Francis Étienne, signed the protocol for the building of the ‘Astainable’ sustainable city simulator. The project is being led by Eiffage, Egis and GDF Suez.  L’Akim d’Astana, Imangali Tasmagambetov, et l’ambassadeur de France au Kazakhstan, Francis Étienne, ont signé, fin mai 2014, le protocole lié à la réalisation du projet de simulateur ville durable Astainable porté par Eiffage, Egis et GDF Suez. Burgeap Eiffage 26 - France GreenTech Magazine 2015
  • 27. 2.Highenergyperformancehousing, heating network powered by waste fromlocalfoodindustryactivity,opti- mized management of the roofing areas,systemexploitinggreywater… 3. A high density city, Bandung will stress access to energy, waste treat- ment and water course remediation. Mataram is more concerned about rising sea levels and protecting ground water. 4. The mission of the Centuria Capi- tal group and its subsidiary France Emergents Entreprise is to ‘supply outstanding French solutions in a coordinatedandphasedmannerthat respondtotherequirementsofinter- national new city and urban deve- lopment projects’.They are involved in the IFCDE (Franco-Chinese ecolo- gical development institute), Label (a company that undertakes design work associated with the develop- ment and construction of French inspiredeco-quarters)andtheywork in conjunction with Urb Intl (Urban Areas International), the cornerstone of what France has to offer. Vers un écoquartier franco-chinois Alors que plusieurs entreprises françaises sont déjàprésentesdanslesprojetsurbainsdequatre grandes agglomérations chinoises (Chengdu, Shanghai,TianjinetWuhan),ParisetPékinsesont officiellementengagésdansunprojetcommun d’écoquartieràShenyang.Capitaleaufortpassif industriel de la province du Liaoning, au nord- estdupays,Shenyang,quicompteseptmillions d’habitants,faitpartiedeszonesdéfiniescomme prioritairesparlesautoritéschinoises,dansledis- trict deTiexi. Pour ce projet fortement axé sur le logement mais aussi l’urbanisation durable, les servicesdelamunicipalitévonttravailleravecun porteur de projet urbain, Centuria Capital4 , qui a constitué une plateforme en vue d’accueillir touteslesentreprisesfrançaisesvolontaires.Elles interviendrontcommeprestataires,lacollectivité territorialegardantlamaîtrisetotaledudévelop- pementduprojet.Maisdescofinancementssont possibles.L’écoquartiercouvrira10 km2 autotal : une première phase de 3 km2 doit aboutir dans les cinq ans et les 7 km2 complémentaires dans huit à dix ans. n ➤ Les usines construites par CNIM mettent en œuvre les Meilleures Techniques Disponibles qui seront décrites dans les futurs BREF Imaginer et Agir 35 rue de Bassano 75008 Paris, France tel : + 33 1 44 31 11 00 - www.cnim.com Plus de 280 unités réalisées dans le monde ©EricSaillet/ArchivesCNIM-SITOMNordIsère Vous projetez un Centre de Valorisation des Déchets clefs en main ? !Appelez-nous 1. Fonds d’études et d’aides au secteur privé, le Fasep-Innovation verte finance des démonstrateurs de techno- logiesinnovantesconsacréesàl’environnementetaudéveloppementdurable.Ilestsoutenuparleministèrede l’Économie et des Finances. 2. Logements à haute performance énergétique, réseau de chaleur alimenté par les résidus de l’activité agroali- mentaire locale, gestion optimisée des surfaces de toitures, système de valorisation des eaux grises… 3.Villeàfortedensité,Bandungdoitmettrel’accentsurl’accèsàl’énergie,letraitementdesdéchetsetlaréhabilita- tiondecoursd’eau.Mataramestplusconcernéeparl’élévationdel’océanetlaprotectiondelanappephréatique. 4.LegroupeCenturiaCapitaletsafilialeFranceEmergentsEntrepriseontvocationà« fournirdessolutionsd’excel- lencefrançaisedemanièrecoordonnéeetphaséepourrépondreauxprojetsd’aménagementdevillesnouvellesetde développementsurbainsinternationaux ».Ilssontimpliquésdansl’IFCDE(InstitutFrance-Chinededéveloppement écologique), dans la société Label (conception et design liés à l’aménagement et à la construction d’écoquartiers à la française) et travaillent en lien avec URB Intl (Urban Areas International), pierre angulaire de l’offre française. France GreenTech Magazine 2015 - 27
  • 28. Sustainable City finally, sustainable building and eco-mobility. This 5th national forum was also the moment to present the winners of the innovative eco- enterprise awards. In the Water biodiversity category, Biopure new energy took the prize with its system capable of linking renewables (solar, wind, biogas) to the treatment of water. In the Waste category, the jury chose Ennesys for its technology that uses waste water from buildings As the place where eco-busi- ness stakeholders come toge- ther, this year’s national eco- enterprise forum, the fifth in the series, featured lectures, business meetings, discussions of international questions and innovation show cases. The lec- tures were an opportunity to reviewnewdevelopmentsinthe industry and the crucial topic of how to finance innovation. The ‘market rooms’were internatio- nal and focused on a number of parts of the world where there are major challenges: China- Brazil, Morocco-Turkey, Africa as well as Kazakhstan and Chile— the two countries where French consortia are working to set up 3D sustainable city simulators (see p. 8). Finally, the innova- tion show cases brought toge- ther the latest advances being offered by French professionals infieldssuchaswaterandbiodi- versity, reducing and exploiting waste, industrial ecology and, National eco-enterprise forum: The key meeting place for France’s eco-industries PEXE is an umbrella organization for some forty eco-industry networks numbering over 5,000 eco- enterprises. Its mission is to strengthen the economic performance of its members and to create a culture of excellence in the field of eco-activities. On 3rd April it organized its fifth national forum at the French Ministry of Economics and this was an opportunity to take stock of the industry and of innovation in these fields with their major stakeholders. ➤ ➤ The heads of the eco- enterprise networks that are members of the PEXE association, with Jean-Claude Andreini, President of the PEXE. Les têtes de réseaux d’écoentreprises membres de l’association PEXE, entourent Jean-Claude Andréini, le président du PEXE. PEXE 28 - France GreenTech Magazine 2015