SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  6
Télécharger pour lire hors ligne
1/6
Discours de Enrico Lunghi lors de l’inauguration de l’exposition
Building Philosophy – Cultivating Utopia
au Mudam Luxembourg le 29 mars 2019
Mesdames, Messieurs, chers amis,
Lorsque nous nous sommes connus, Bert et moi avons beaucoup dialogué par fax :
chacune de ses lettres était une invitation à la réflexion.
Pour le vernissage de ce soir, que j’aurais aimé vivre en sa présence, j’ai rêvé de
pouvoir lui adresser ceci :
Cher Bert,
tu vois, j’ai tenu promesse, avec mon équipe – enfin, ce qu’il en reste1
: l’exposition
que nous avons commencé à imaginer, il y a près de quatre ans, s’ouvre ce soir au Mudam.
Il s’en est passé des choses depuis cette après-midi où toi et moi avons ressenti le
désir et la nécessité de montrer l’ensemble de ton travail dans ce musée luxembourgeois,
dans l’espoir, comme toujours, que cela puisse stimuler l’imagination et la pensée de nos
concitoyens.
Depuis, en effet, tu t’es dématérialisé2
- au-delà de tes espérances, j’imagine –, moi
j’ai quitté le musée pour ne pas devenir le larbin de ceux qui voulaient démonter le projet
que j’avais mis en place avec mon équipe pendant huit années3
, et la société en général
s’applique, avec une violence accrue, à combattre les utopies concrètes comme celle que tu
as initiée dans le quartier Isola à Milan et dont il y a tant de beaux mais fragiles exemples un
peu partout.
Même si ta voix ne porte plus jusqu’à nous, à travers ton travail, tu continues de
souligner l’importance et la nécessité de ces alternatives à la folie dominante qui, elle,
continue, de manière idiote, de croire à la croissance et au profit, et dont nous savons
pertinemment qu’elle aura bientôt fait de cette belle planète bleue un désert inhabitable.
Je sais bien que tu n’as jamais accepté de te taire et que tu as toujours dit les choses
comme tu les pensais, comme tu les vivais.
Au lycée déjà, tu t’insurgeais contre un système qui favorisait les abus en donnant
d’office aux enseignants une autorité sur les élèves : or, toi et moi savons que l’autorité
réelle ne se confère pas, elle se gagne, par la conviction et l’adhésion, sinon, elle finit
1
Ceci fait référence au fait qu’une partie de l’équipe a démissionné en raison notamment de la mauvaise
ambiance qui s’est installée progressivement depuis le départ de Enrico Lunghi en décembre 2016, comme le
constate une lettre anonyme écrite par un membre du personnel et discutée dans la presse (voir entre autres
woxx.lu/tag/lettre-anonyme)
2
Bert est décédé le 14 septembre 2016
3
Pour un récit complet voir : Catherine Gaeng, « Lynchage médiatique et abus de pouvoir – Chronique de
l’affaire Lunghi-RTL-Bettel » disponible en version digitale sur Amazon
2/6
toujours par utiliser la violence pour s’imposer – il suffit de regarder ce qui se passe autour
de nous en ce moment.
Je sais que pour toi, l’enseignement était autre chose : il consistait à ouvrir les portes
et les fenêtres par le savoir et donner à chaque élève les outils pour se fabriquer ses propres
ailes.
C’est la raison pour laquelle tu es devenu enseignant, et même lorsque, au milieu de
ta vie d’adulte, tu as quitté le Luxembourg pour l’Italie, c’était encore pour enseigner, à ta
manière.
Et je suis heureux de voir ce soir un bon nombre de tes anciens étudiants venus de
loin pour se retrouver autour de cette exposition.
J’aurais beaucoup aimé entendre t’écrier : « Vi saluto tutti quanti, amici dell’Isola ! ».
Je crois qu’ils sont nombreux à regretter tes cours.
Ce n’est pas par hasard si tu t’es engagé, tout jeune encore, dans la Ligue
Communiste Révolutionnaire : c’est là que tu as trouvé les compagnons et l’énergie pour
dénoncer les injustices flagrantes dans notre société, pour t’opposer à la guerre, pour te
moquer de l’Eglise qui étouffait les consciences et imposait le silence – le temps vous a
donné raison, à voir le marasme dans lequel elle se retrouve aujourd’hui.
Cela dit, je suis sûr que tu n’imaginais pas que les affiches que tu réalisais à l’époque
se retrouveraient un jour dans un musée, mais cela devrait te réjouir : en les voyant côte-à-
côte avec les œuvres que tu as créées par la suite, on se rend compte qu’il y a quelque chose
de grand dans le travail que tu as fait.
Il est entier, fidèle à tes convictions, sans compromissions, sans lâchetés : bien sûr,
cela ne vous a pas toujours rendu la vie facile, à Mariette et à toi, mais je sais qu’elle en est
aujourd’hui aussi fière que tu peux l’être toi-même.
Tes débuts en tant qu’artiste furent comme tous les débuts d’artiste : tu te cherchais.
Pourtant, on t’avait appris à admirer la peinture, aveuglément si j’ose dire, et avec
une constance qui me paraît louche aujourd’hui – comme si pour être artiste, il fallait
absolument savoir peindre – drôle d’idée au fond, qui ne s’est imposée dans nos sociétés
qu’après le triomphe de l’industrialisation et de la bourgeoisie, au 19ème
siècle, et qui a
atteint nos provinces avec le retard habituel.
Nous nous sommes parfois demandés, toi et moi, ce que petits et grands bourgeois
attendaient de ces tableaux accrochés au-dessus de leur canapé, jusqu’au jour où, en ayant
lu « La société du spectacle » de Guy Debord, nous avons compris que ces tableaux,
figuratifs ou abstraits, représentaient le monde que ceux là-mêmes qui les achetaient
étaient en train de détruire – le monde de la beauté, le monde du silence, du geste et de la
parole authentiques.
Et parce que, probablement depuis l’époque de la grotte Chauvet, l’image est la plus
sûre alliée de l’illusion, son triomphe dans une société de divertissements et de mensonges
était assuré.
Tu as alors fait de la peinture avec des concepts, avec du texte, du son, avec ton
propre corps, avec un ordinateur, avec des photos, et même avec de l’ombre, pour
t’éloigner le plus possible de l’objet d’art corruptible et pour être au plus proche du véritable
esprit de l’art.
Dans ces années formatrices, tu tentais, sans pinceau et sans toile, de faire une
peinture qui fasse comprendre ce que nous étions en train de regarder et qui puisse dire
quelque chose de pertinent sur notre monde.
3/6
Lorsque tu t’es quand même servi d’images, tu as réutilisé et réinterprété celles qui
existaient déjà en y adjoignant des mots, afin d’ouvrir sur un abîme de questions, pas pour
asséner des réponses.
On le voit bien dans la série des « Sandwiches », prise entre deux sections dans
l’exposition qui s’ouvre ce soir, mais aussi dans les « Statements », que tu as réalisés bien
plus tard pour ironiser sur la spéculation immobilière dans votre quartier et sur la
propagande capitaliste de l’arrogante exposition internationale de Milan en 2015.
Surtout, tu ne voulais plus contribuer à la pollution iconographique qui, avec les
pollutions sonores et mentales sont des stratégies mortifères pour nous empêcher de voir et
de penser que les couleurs artificielles du monde de l’argent et de la consommation ne sont
que l’écran qui cache la réalité grise et triste qu’elles cannibalisent.
Oui, du collage du mot et de l’image, tu as fait presque une philosophie.
Tu as illustré avec des scènes un peu surréalistes, inquiétantes mêmes, les poèmes de
Gollo Steffen et l’une ou l’autre histoire politique ou philosophique, comme la « Parabole du
réservoir d’eau » d’Edward Bellamy.
En 1984, tu as bien dû t’amuser à ajouter un chapitre luxembourgeois au chef-
d’œuvre de George Orwell pour mettre en lumière le ridicule de ceux qui nous gouvernent :
aujourd’hui, un tel travail serait déprimant, tant la politique n’est plus qu’un spectacle
navrant et impuissant face au désastre à l’échelle mondiale dont elle est complice et qu’elle
continue honteusement de nier.
Si au moins, elle le faisait avec humour, mais les rares fois où elle fait rire, c’est bien
involontairement, je le crains fort.
Après avoir fait ton deuil de la peinture, tu t’es surtout dédié à la création de
situations réelles, dans lesquelles rien n’était simulé, dans lesquelles les spectateurs – ou
plus précisément, les gens présents – n’avaient qu’à être eux-mêmes, observer et activer
leurs propres capacités créatrices.
C’est ainsi que tu as conçu Potemkin Lock pour la biennale de Venise en 1995 : quelle
aventure !
Nous étions partis de rien et finalement, nous étions présents dans les Giardini avec
une structure toute blanche qui ne représentait rien d’autre qu’elle-même, c’est-à-dire un
faux pavillon national et un vrai lieu pour les gens !
On pouvait s’y reposer, ne rien faire, penser et regarder les autres qui eux aussi se
reposaient, ne faisaient rien et pensaient – c’est exactement ce dont le monde d’aujourd’hui
aurait le plus besoin.
A partir de là, travaillant sur les mêmes principes, tu as conçu d’autres pavillons,
d’autres plateformes.
Tes œuvres permettaient à ceux qui en faisaient l’expérience de s’élever, au sens
propre comme au sens figuré.
Elles étaient des « lieux » spécifiques, qui intégraient les contextes particuliers et
impliquaient les gens qui vivaient sur place.
Ainsi, pour Manifesta 2 à Luxembourg, tu t’es présenté comme subcurator – en
hommage au subcommandante Marcos qui à l’époque combattait pour son peuple du
Chiapas, au Mexique.
On pouvait jouir du Domaine de Marcel et Joseph, dans l’aquarium du Casino, en
compagnie de deux sympathiques mainates ; réfléchir sur la situation de l’art avec de jeunes
artistes venus des quatre coins de l’Europe ; et voyager en bus sur fond de musique africaine
jusqu’à la maison natale de Karl Marx à Trêves, pour rappeler que l’auteur du Manifeste
4/6
communiste avait fourni à son époque une analyse pertinente sur les méfaits du capitalisme
naissant, analyse qui aurait pu aider à éviter le monde que de plus en plus de gens rejettent
aujourd’hui, sauf à Luxembourg me semble-t-il, qui en est le fer de lance le plus acéré.
Tu as aussi été invité à Münster, où la Plateforme Philosophique résumait toutes tes
réflexions de l’époque.
C’était joyeux de voir les gens s’approprier cette œuvre pour penser et danser.
Si tu as pu la réaliser, c’est parce que tu étais entouré, en plus de Mariette, d’amis
fidèles et compétents, sachant se mettre au service de la collectivité : je pense surtout à Rob
Engel, et au musicien Ralph Rippinger, avec lesquels tu as réalisé plein d’autres projets.
Tu serais très heureux de savoir que cette plateforme a trouvé aujourd’hui une place
permanente à Belval, près de l’université, mais j’imagine que tu ne te ferais pas beaucoup
d’illusions pour autant.
Si on voulait vraiment que les gens, la grande majorité des gens, s’approprient l’art –
ce que l’on traduit faussement par « démocratiser la culture » - il faudrait leur fournir les
outils intellectuels pour ce faire, et pour cela il faudrait changer radicalement
l’enseignement, puis la société toute entière, pas se contenter de simples palliatifs.
Nous en sommes loin, mais je sais que tu as gardé l’espoir d’une révolution à venir, et
que tu encouragerais tous ces jeunes qui aujourd’hui s’inquiètent de ne plus voir d’avenir à
ce monde.
Rassure-toi, je ne vais pas dérouler le fil de tes œuvres et de tes convictions,
l’exposition que nous inaugurons ce soir est là pour ça.
Mais je suis sûr que cela te plairait qu’elle rappelle que, grâce à Christian Bernard,
l’ancien directeur du Mamco à Genève, tu as pu installer des œuvres permanentes sur le
tracé du tram à Strasbourg et à Paris.
Pour la première, tu as ajouté un bananier sur la place de la République, ce qui est
une façon de dire que les républiques ou les démocraties dont nous Occidentaux sommes si
fiers ne sont pas moins ridicules que celles de certains pays tropicaux.
Quant à la seconde, elle se trouve sur la place où Jean Jaurès a tenu un discours
pacifiste en 1913 – peu avant cet autre désastre qu’était la première guerre mondiale.
Et je sais que tu as toujours été reconnaissant envers Hu Hanru, Charles Essche et
Vasif Kortun, entre autres, qui t’ont permis de montrer tes travaux dans des biennales à
Istanbul et jusqu’en Corée et à Taiwan.
Au fond, ce qui t’as toujours intéressé, c’est d’être proche des gens, c’est pour cela
que plus tu avançais dans ton parcours, moins tu as produit d’objets, et plus tu as travaillé à
renforcer les relations sociales.
En t’appuyant sur la thèse de Marx sur la philosophe Ludwig Feuerbach qui nous a
alerté, il y a longtemps déjà, sur le danger de l’illusion, tu as utilisé l’art comme un outil pour
transformer notre société, pas pour la représenter.
Ce n’est pas pour rien que tu as rejoint le comité I Mille pour militer contre les projets
immobiliers qui allaient détruire en un clin d’œil les liens sociaux construits petit à petit dans
le quartier qui était devenu le vôtre, à toi et Mariette.
Vous avez fondé Isola Art center, un lieu de rencontres, de débats, et d’expositions,
avec des citoyens, des artistes, des philosophes, des architectes et d’autres penseurs.
Ce furent de belles années, pleines de joie, d’idées et de créations, même si vos
propositions alternatives à la démence spéculative ont échoué.
5/6
Mais, parce que vous avez utilisé les moyens de l’art – la beauté, la réflexion, la
création, et surtout l’humour – vous n’avez pas fait cela en vain : à votre échelle vous avez
apporté de l’espoir et de la confiance en l’humanité.
À Isola Art Center, vous avez sans cesse dénoncé l’incurie des politiques, tout en
faisant la fête, en chantant avec les gens du quartier et avec les artistes, pour montrer qu’un
autre monde était possible.
Quel plaisir de revoir dans cette exposition, la vidéo avec la chanson « Culture don’t
grow on trees » et cette autre où tu écrases un hamburger devant un fastfood à Milan.
Et à la fin, lorsque vous avez pratiquement été jetés dehors, qu’avez vous fait ?
Une révolte sanglante ?
Coupé des têtes ?
Non, vous avez créé un jardin !
Oui, le jardin Isola Pepe Verde continue de vivre comme utopie concrète, et l’usine
autogérée RiMaflow aussi, prouvant que patrons et actionnaires ne sont pas indispensables
au bon fonctionnement des entreprises, bien au contraire.
C’est pour cela que ces utopies sont férocement combattues par le pouvoir.
Ton travail tout entier portait sur le réel, et à Milan, tu as pu t’y confronter d’une
manière directe, parfois difficile c’est vrai, mais entouré de gens qui réfléchissaient et qui
agissaient sans compromis.
En prenant quelque distance avec le Luxembourg, tu t’es rendu compte que le
décalage entre la vraie vie et ce que les politiciens et les médias en disent est tout
simplement immense : c’est peut-être parce que les esprits sont déjà façonnés comme des
marques, que le nation branding fonctionne tellement bien ici.
Si tu croises le fantôme de Gilbert Trausch dans l’improbable éther dans lequel il doit
baigner comme toi, j’imagine que tu lui suggèrerais d’ajouter une section à sa fameuse
exposition, cela donnerait aujourd’hui : « Luxembourg, de l’Etat à la nation à la boite de
communication ».
Oui, car même certaines institutions culturelles préfèrent désormais la
communication aux contenus et à la réflexion.
Qui sait, ce brave Gilbert aura peut-être un sourire triste.
Toi, tu t’es toujours battu contre la communication qui voile la réalité et qui tue la
parole vraie, contre l’art pour la représentation qui nie la vérité et qui assassine la véritable
création : ton travail tout entier s’oppose à la société du spectacle dont l’acte final pourrait
être une barbarie générale déclenchée par l’intelligence artificielle ou une guerre
d’extinction entre spéculateurs du space mining.
Mais je vais te laisser maintenant, cher Bert, tu as une éternité de néant devant toi,
alors qu’au Mudam il y a le public dont il faut s’occuper et plein d’actions artistiques autour
de l’exposition, ce qui te ferait bien plaisir, j’en suis sûr.
Je passerai tes remerciements à tous ceux qui ont participé à cette aventure et qui
ont fait en sorte que tes travaux soient montrés : d’abord mon ancienne équipe – enfin, ce
qu’il en reste - et en particulier Christophe Gallois, Marion Vergin, Véronique de Alzua et
Boris Reuland, ainsi que tous les nouveaux que je connais peu ou pas.
Je dirai un grand merci aussi à celles et ceux qui ont aidé, d’une manière ou d’une
autre, à réaliser cette exposition : elle a engendré l’enthousiasme et l’engagement collectif
6/6
qui toujours permettent de réaliser bien plus qu’une action en solitaire, ce que tu nous as
appris à faire avec ta force tranquille habituelle.
Tous tes compagnons d’Isola Art Center s’y sont mis, ainsi que tes étudiants et amis,
en particulier Angelo, Edith, Daniele et Giuliano ; je ne peux pas citer tout le monde, mais je
sais que tu les portes tous dans ton cœur.
Si tu étais ici, tu verrais Jo Kox aussi, dans ses nouvelles fonctions, et tu le
remercierais d’avoir toujours soutenu les artistes, depuis que nous nous sommes lancés
ensemble dans cette folle et merveilleuse aventure du Casino.
Enfin, l’exposition doit énormément à ton fidèle et infatigable ami Rob Engel – la
plupart des réalisations visibles dans l’exposition n’auraient pas vu le jour sans ses
compétences techniques et sa volonté de fer – je le remercierai chaleureusement pour toi.
Et puis, bien sûr, il y a Mariette, mais pour elle je me passerai de paroles.
Toi, après avoir appris à piloter dans tes dernières années parmi nous, tu t’es envolé
pour toujours, mais beaucoup trop tôt : tu nous manques beaucoup ici.
C’est moi qui signe.
Post scriptum : si tu croises aussi les fantômes de Marcel Duchamp et d’Yves Klein,
dis-leur que nous faisons tout pour voir la vie en Rrose sur fond d’un bleu infini.
----
Voilà.
Je sais que Bert n’entend pas ces paroles, mais pour lui, pour les utopies concrètes
qui s’opposent à l’inanité du modèle dominant en train de détruire la beauté de ce monde,
et jusqu’à leur inaccessible victoire, je continuerai à dire ce qui me semble juste de dire et à
parler de son travail.
Merci.

Contenu connexe

Tendances

Le Matricule des anges - Celui qui reste
Le Matricule des anges - Celui qui resteLe Matricule des anges - Celui qui reste
Le Matricule des anges - Celui qui restetoledoarchives
 
1000 expressions preferees_des_francais_echantillon
1000 expressions preferees_des_francais_echantillon1000 expressions preferees_des_francais_echantillon
1000 expressions preferees_des_francais_echantillonkhoulita
 
Lacan, jacques - autres ecrits
Lacan, jacques - autres ecritsLacan, jacques - autres ecrits
Lacan, jacques - autres ecritsanattaembe
 
Interview europia
Interview europiaInterview europia
Interview europiaperditaens
 
Jacques Bonnafé Délire de la Langue
Jacques Bonnafé Délire de la LangueJacques Bonnafé Délire de la Langue
Jacques Bonnafé Délire de la LangueEditions La Dondaine
 
Action universitaire - février 2005
Action universitaire - février 2005Action universitaire - février 2005
Action universitaire - février 2005UNI
 
Foucault, Michel - les mots et les choses (1966)
Foucault, Michel - les mots et les choses (1966)Foucault, Michel - les mots et les choses (1966)
Foucault, Michel - les mots et les choses (1966)anattaembe
 
Notice poïetique
Notice poïetiqueNotice poïetique
Notice poïetiqueStudio ARS
 
Discours de m._francois_sureau
Discours de m._francois_sureauDiscours de m._francois_sureau
Discours de m._francois_sureauLaurianeB1
 
Légende d'une vie de Stefan Zweig
Légende d'une vie de Stefan ZweigLégende d'une vie de Stefan Zweig
Légende d'une vie de Stefan ZweigCompagnie Etincelle
 
Pourquoi Horta a t il déménagé. signed copy
Pourquoi Horta a t il déménagé. signed copyPourquoi Horta a t il déménagé. signed copy
Pourquoi Horta a t il déménagé. signed copyThomas Sennesael
 
L’image des enseignants dans la bande-dessinée franco-belge
L’image des enseignants dans la bande-dessinée franco-belgeL’image des enseignants dans la bande-dessinée franco-belge
L’image des enseignants dans la bande-dessinée franco-belgeAdrien Raimbault
 

Tendances (17)

marcel proust et sa recherche
marcel proust et sa recherchemarcel proust et sa recherche
marcel proust et sa recherche
 
Madeleine de Proust
Madeleine de ProustMadeleine de Proust
Madeleine de Proust
 
Le Matricule des anges - Celui qui reste
Le Matricule des anges - Celui qui resteLe Matricule des anges - Celui qui reste
Le Matricule des anges - Celui qui reste
 
1000 expressions preferees_des_francais_echantillon
1000 expressions preferees_des_francais_echantillon1000 expressions preferees_des_francais_echantillon
1000 expressions preferees_des_francais_echantillon
 
Lacan, jacques - autres ecrits
Lacan, jacques - autres ecritsLacan, jacques - autres ecrits
Lacan, jacques - autres ecrits
 
Interview europia
Interview europiaInterview europia
Interview europia
 
Jacques Bonnafé Délire de la Langue
Jacques Bonnafé Délire de la LangueJacques Bonnafé Délire de la Langue
Jacques Bonnafé Délire de la Langue
 
Action universitaire - février 2005
Action universitaire - février 2005Action universitaire - février 2005
Action universitaire - février 2005
 
Foucault, Michel - les mots et les choses (1966)
Foucault, Michel - les mots et les choses (1966)Foucault, Michel - les mots et les choses (1966)
Foucault, Michel - les mots et les choses (1966)
 
Notice poïetique
Notice poïetiqueNotice poïetique
Notice poïetique
 
Discours de m._francois_sureau
Discours de m._francois_sureauDiscours de m._francois_sureau
Discours de m._francois_sureau
 
Certeau le rire de mf
Certeau   le rire de mfCerteau   le rire de mf
Certeau le rire de mf
 
Diapo surréalisme
Diapo surréalismeDiapo surréalisme
Diapo surréalisme
 
Derrida .
Derrida .Derrida .
Derrida .
 
Légende d'une vie de Stefan Zweig
Légende d'une vie de Stefan ZweigLégende d'une vie de Stefan Zweig
Légende d'une vie de Stefan Zweig
 
Pourquoi Horta a t il déménagé. signed copy
Pourquoi Horta a t il déménagé. signed copyPourquoi Horta a t il déménagé. signed copy
Pourquoi Horta a t il déménagé. signed copy
 
L’image des enseignants dans la bande-dessinée franco-belge
L’image des enseignants dans la bande-dessinée franco-belgeL’image des enseignants dans la bande-dessinée franco-belge
L’image des enseignants dans la bande-dessinée franco-belge
 

Similaire à Cher bert discours 29.3.2019 v2

Hilde Teerlinck - Dan Perjovschi « PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION »
Hilde Teerlinck - Dan Perjovschi « PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION »Hilde Teerlinck - Dan Perjovschi « PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION »
Hilde Teerlinck - Dan Perjovschi « PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION »Hilde Teerlinck
 
Joly Maurice - Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu.pdf
Joly Maurice - Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu.pdfJoly Maurice - Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu.pdf
Joly Maurice - Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu.pdfMMenier
 
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdf
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdfDossier-artistique-Dispak-Dispach.pdf
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdfgekoy1
 
Xe biennale dernier
Xe biennale dernierXe biennale dernier
Xe biennale dernierejugnon
 
Xe biennale dernier
Xe biennale dernierXe biennale dernier
Xe biennale dernierejugnon
 
Xe biennale
Xe biennaleXe biennale
Xe biennaleejugnon
 
Huxley, Aldous - Le Meilleur Des Mon.pdf
Huxley, Aldous - Le Meilleur Des Mon.pdfHuxley, Aldous - Le Meilleur Des Mon.pdf
Huxley, Aldous - Le Meilleur Des Mon.pdfssuser14318e
 
Article tour#13 light
Article tour#13 lightArticle tour#13 light
Article tour#13 lightralliel
 
La maison aux mille étages
La maison aux mille étagesLa maison aux mille étages
La maison aux mille étagesAlfa Centauri
 
Programme salon du livre 1er mai Arras
Programme salon du livre 1er mai ArrasProgramme salon du livre 1er mai Arras
Programme salon du livre 1er mai ArrasFranck Dupont
 
Mauvaise presse 1874
Mauvaise presse 1874Mauvaise presse 1874
Mauvaise presse 1874mihail4bet
 
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978Francis Batt
 
Gent Low Cost (2007) - Alberto Cima Film Maker
Gent Low Cost (2007) - Alberto Cima Film MakerGent Low Cost (2007) - Alberto Cima Film Maker
Gent Low Cost (2007) - Alberto Cima Film MakerAlberto Cima
 
EXPOSITION CESAIRE, LAM, PICASSO : discours de Serge Letchimy
EXPOSITION CESAIRE, LAM, PICASSO : discours de Serge LetchimyEXPOSITION CESAIRE, LAM, PICASSO : discours de Serge Letchimy
EXPOSITION CESAIRE, LAM, PICASSO : discours de Serge LetchimySerge Letchimy
 
Memmi - portrait du colonisé
Memmi - portrait du coloniséMemmi - portrait du colonisé
Memmi - portrait du coloniséanattaembe
 
KL-Mauthausen - un carnet de notes
KL-Mauthausen - un carnet de notesKL-Mauthausen - un carnet de notes
KL-Mauthausen - un carnet de notesclunisois.fr le blog
 

Similaire à Cher bert discours 29.3.2019 v2 (20)

Hilde Teerlinck - Dan Perjovschi « PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION »
Hilde Teerlinck - Dan Perjovschi « PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION »Hilde Teerlinck - Dan Perjovschi « PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION »
Hilde Teerlinck - Dan Perjovschi « PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION »
 
Joly Maurice - Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu.pdf
Joly Maurice - Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu.pdfJoly Maurice - Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu.pdf
Joly Maurice - Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu.pdf
 
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdf
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdfDossier-artistique-Dispak-Dispach.pdf
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdf
 
Xe biennale dernier
Xe biennale dernierXe biennale dernier
Xe biennale dernier
 
Xe biennale dernier
Xe biennale dernierXe biennale dernier
Xe biennale dernier
 
Xe biennale
Xe biennaleXe biennale
Xe biennale
 
Huxley, Aldous - Le Meilleur Des Mon.pdf
Huxley, Aldous - Le Meilleur Des Mon.pdfHuxley, Aldous - Le Meilleur Des Mon.pdf
Huxley, Aldous - Le Meilleur Des Mon.pdf
 
Article tour#13 light
Article tour#13 lightArticle tour#13 light
Article tour#13 light
 
La maison aux mille étages
La maison aux mille étagesLa maison aux mille étages
La maison aux mille étages
 
Albert camus (1)
Albert camus (1)Albert camus (1)
Albert camus (1)
 
Programme salon du livre 1er mai Arras
Programme salon du livre 1er mai ArrasProgramme salon du livre 1er mai Arras
Programme salon du livre 1er mai Arras
 
ART&1
ART&1ART&1
ART&1
 
Mauvaise presse 1874
Mauvaise presse 1874Mauvaise presse 1874
Mauvaise presse 1874
 
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978
 
Lecercle
LecercleLecercle
Lecercle
 
Gent Low Cost (2007) - Alberto Cima Film Maker
Gent Low Cost (2007) - Alberto Cima Film MakerGent Low Cost (2007) - Alberto Cima Film Maker
Gent Low Cost (2007) - Alberto Cima Film Maker
 
EXPOSITION CESAIRE, LAM, PICASSO : discours de Serge Letchimy
EXPOSITION CESAIRE, LAM, PICASSO : discours de Serge LetchimyEXPOSITION CESAIRE, LAM, PICASSO : discours de Serge Letchimy
EXPOSITION CESAIRE, LAM, PICASSO : discours de Serge Letchimy
 
Memmi - portrait du colonisé
Memmi - portrait du coloniséMemmi - portrait du colonisé
Memmi - portrait du colonisé
 
Maupassant la vie errante
Maupassant la vie erranteMaupassant la vie errante
Maupassant la vie errante
 
KL-Mauthausen - un carnet de notes
KL-Mauthausen - un carnet de notesKL-Mauthausen - un carnet de notes
KL-Mauthausen - un carnet de notes
 

Plus de Paperjam_redaction

rapport-compte-gnral-2022-vf.pdf
rapport-compte-gnral-2022-vf.pdfrapport-compte-gnral-2022-vf.pdf
rapport-compte-gnral-2022-vf.pdfPaperjam_redaction
 
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdfLere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdfPaperjam_redaction
 
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdfBank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdfPaperjam_redaction
 
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdfBank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdfPaperjam_redaction
 
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdf
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdfPatents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdf
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdfPaperjam_redaction
 
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdfRapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdfPaperjam_redaction
 
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdf
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdfEuropean innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdf
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdfPaperjam_redaction
 
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...Paperjam_redaction
 
IMD World Talent Report 2023.pdf
IMD World Talent Report 2023.pdfIMD World Talent Report 2023.pdf
IMD World Talent Report 2023.pdfPaperjam_redaction
 
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdfConférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdfPaperjam_redaction
 
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023Paperjam_redaction
 

Plus de Paperjam_redaction (20)

rapport-compte-gnral-2022-vf.pdf
rapport-compte-gnral-2022-vf.pdfrapport-compte-gnral-2022-vf.pdf
rapport-compte-gnral-2022-vf.pdf
 
ADC2023.pdf
ADC2023.pdfADC2023.pdf
ADC2023.pdf
 
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdfLere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
 
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdfBank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
 
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdfBank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
 
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdf
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdfPatents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdf
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdf
 
Bulletin du Statec
Bulletin du StatecBulletin du Statec
Bulletin du Statec
 
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdfRapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
 
Note 34.pdf
Note 34.pdfNote 34.pdf
Note 34.pdf
 
Note 35.pdf
Note 35.pdfNote 35.pdf
Note 35.pdf
 
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdf
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdfEuropean innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdf
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdf
 
Lettre d'intention LU-BE.pdf
Lettre d'intention LU-BE.pdfLettre d'intention LU-BE.pdf
Lettre d'intention LU-BE.pdf
 
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
 
IMD World Talent Report 2023.pdf
IMD World Talent Report 2023.pdfIMD World Talent Report 2023.pdf
IMD World Talent Report 2023.pdf
 
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdfConférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
 
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023
 
Asti.pdf
Asti.pdfAsti.pdf
Asti.pdf
 
2023-26-inf-fr.docx.pdf
2023-26-inf-fr.docx.pdf2023-26-inf-fr.docx.pdf
2023-26-inf-fr.docx.pdf
 
CGFP-WAHLPRÜFSTEINE.pdf
CGFP-WAHLPRÜFSTEINE.pdfCGFP-WAHLPRÜFSTEINE.pdf
CGFP-WAHLPRÜFSTEINE.pdf
 
OGBL.pdf
OGBL.pdfOGBL.pdf
OGBL.pdf
 

Cher bert discours 29.3.2019 v2

  • 1. 1/6 Discours de Enrico Lunghi lors de l’inauguration de l’exposition Building Philosophy – Cultivating Utopia au Mudam Luxembourg le 29 mars 2019 Mesdames, Messieurs, chers amis, Lorsque nous nous sommes connus, Bert et moi avons beaucoup dialogué par fax : chacune de ses lettres était une invitation à la réflexion. Pour le vernissage de ce soir, que j’aurais aimé vivre en sa présence, j’ai rêvé de pouvoir lui adresser ceci : Cher Bert, tu vois, j’ai tenu promesse, avec mon équipe – enfin, ce qu’il en reste1 : l’exposition que nous avons commencé à imaginer, il y a près de quatre ans, s’ouvre ce soir au Mudam. Il s’en est passé des choses depuis cette après-midi où toi et moi avons ressenti le désir et la nécessité de montrer l’ensemble de ton travail dans ce musée luxembourgeois, dans l’espoir, comme toujours, que cela puisse stimuler l’imagination et la pensée de nos concitoyens. Depuis, en effet, tu t’es dématérialisé2 - au-delà de tes espérances, j’imagine –, moi j’ai quitté le musée pour ne pas devenir le larbin de ceux qui voulaient démonter le projet que j’avais mis en place avec mon équipe pendant huit années3 , et la société en général s’applique, avec une violence accrue, à combattre les utopies concrètes comme celle que tu as initiée dans le quartier Isola à Milan et dont il y a tant de beaux mais fragiles exemples un peu partout. Même si ta voix ne porte plus jusqu’à nous, à travers ton travail, tu continues de souligner l’importance et la nécessité de ces alternatives à la folie dominante qui, elle, continue, de manière idiote, de croire à la croissance et au profit, et dont nous savons pertinemment qu’elle aura bientôt fait de cette belle planète bleue un désert inhabitable. Je sais bien que tu n’as jamais accepté de te taire et que tu as toujours dit les choses comme tu les pensais, comme tu les vivais. Au lycée déjà, tu t’insurgeais contre un système qui favorisait les abus en donnant d’office aux enseignants une autorité sur les élèves : or, toi et moi savons que l’autorité réelle ne se confère pas, elle se gagne, par la conviction et l’adhésion, sinon, elle finit 1 Ceci fait référence au fait qu’une partie de l’équipe a démissionné en raison notamment de la mauvaise ambiance qui s’est installée progressivement depuis le départ de Enrico Lunghi en décembre 2016, comme le constate une lettre anonyme écrite par un membre du personnel et discutée dans la presse (voir entre autres woxx.lu/tag/lettre-anonyme) 2 Bert est décédé le 14 septembre 2016 3 Pour un récit complet voir : Catherine Gaeng, « Lynchage médiatique et abus de pouvoir – Chronique de l’affaire Lunghi-RTL-Bettel » disponible en version digitale sur Amazon
  • 2. 2/6 toujours par utiliser la violence pour s’imposer – il suffit de regarder ce qui se passe autour de nous en ce moment. Je sais que pour toi, l’enseignement était autre chose : il consistait à ouvrir les portes et les fenêtres par le savoir et donner à chaque élève les outils pour se fabriquer ses propres ailes. C’est la raison pour laquelle tu es devenu enseignant, et même lorsque, au milieu de ta vie d’adulte, tu as quitté le Luxembourg pour l’Italie, c’était encore pour enseigner, à ta manière. Et je suis heureux de voir ce soir un bon nombre de tes anciens étudiants venus de loin pour se retrouver autour de cette exposition. J’aurais beaucoup aimé entendre t’écrier : « Vi saluto tutti quanti, amici dell’Isola ! ». Je crois qu’ils sont nombreux à regretter tes cours. Ce n’est pas par hasard si tu t’es engagé, tout jeune encore, dans la Ligue Communiste Révolutionnaire : c’est là que tu as trouvé les compagnons et l’énergie pour dénoncer les injustices flagrantes dans notre société, pour t’opposer à la guerre, pour te moquer de l’Eglise qui étouffait les consciences et imposait le silence – le temps vous a donné raison, à voir le marasme dans lequel elle se retrouve aujourd’hui. Cela dit, je suis sûr que tu n’imaginais pas que les affiches que tu réalisais à l’époque se retrouveraient un jour dans un musée, mais cela devrait te réjouir : en les voyant côte-à- côte avec les œuvres que tu as créées par la suite, on se rend compte qu’il y a quelque chose de grand dans le travail que tu as fait. Il est entier, fidèle à tes convictions, sans compromissions, sans lâchetés : bien sûr, cela ne vous a pas toujours rendu la vie facile, à Mariette et à toi, mais je sais qu’elle en est aujourd’hui aussi fière que tu peux l’être toi-même. Tes débuts en tant qu’artiste furent comme tous les débuts d’artiste : tu te cherchais. Pourtant, on t’avait appris à admirer la peinture, aveuglément si j’ose dire, et avec une constance qui me paraît louche aujourd’hui – comme si pour être artiste, il fallait absolument savoir peindre – drôle d’idée au fond, qui ne s’est imposée dans nos sociétés qu’après le triomphe de l’industrialisation et de la bourgeoisie, au 19ème siècle, et qui a atteint nos provinces avec le retard habituel. Nous nous sommes parfois demandés, toi et moi, ce que petits et grands bourgeois attendaient de ces tableaux accrochés au-dessus de leur canapé, jusqu’au jour où, en ayant lu « La société du spectacle » de Guy Debord, nous avons compris que ces tableaux, figuratifs ou abstraits, représentaient le monde que ceux là-mêmes qui les achetaient étaient en train de détruire – le monde de la beauté, le monde du silence, du geste et de la parole authentiques. Et parce que, probablement depuis l’époque de la grotte Chauvet, l’image est la plus sûre alliée de l’illusion, son triomphe dans une société de divertissements et de mensonges était assuré. Tu as alors fait de la peinture avec des concepts, avec du texte, du son, avec ton propre corps, avec un ordinateur, avec des photos, et même avec de l’ombre, pour t’éloigner le plus possible de l’objet d’art corruptible et pour être au plus proche du véritable esprit de l’art. Dans ces années formatrices, tu tentais, sans pinceau et sans toile, de faire une peinture qui fasse comprendre ce que nous étions en train de regarder et qui puisse dire quelque chose de pertinent sur notre monde.
  • 3. 3/6 Lorsque tu t’es quand même servi d’images, tu as réutilisé et réinterprété celles qui existaient déjà en y adjoignant des mots, afin d’ouvrir sur un abîme de questions, pas pour asséner des réponses. On le voit bien dans la série des « Sandwiches », prise entre deux sections dans l’exposition qui s’ouvre ce soir, mais aussi dans les « Statements », que tu as réalisés bien plus tard pour ironiser sur la spéculation immobilière dans votre quartier et sur la propagande capitaliste de l’arrogante exposition internationale de Milan en 2015. Surtout, tu ne voulais plus contribuer à la pollution iconographique qui, avec les pollutions sonores et mentales sont des stratégies mortifères pour nous empêcher de voir et de penser que les couleurs artificielles du monde de l’argent et de la consommation ne sont que l’écran qui cache la réalité grise et triste qu’elles cannibalisent. Oui, du collage du mot et de l’image, tu as fait presque une philosophie. Tu as illustré avec des scènes un peu surréalistes, inquiétantes mêmes, les poèmes de Gollo Steffen et l’une ou l’autre histoire politique ou philosophique, comme la « Parabole du réservoir d’eau » d’Edward Bellamy. En 1984, tu as bien dû t’amuser à ajouter un chapitre luxembourgeois au chef- d’œuvre de George Orwell pour mettre en lumière le ridicule de ceux qui nous gouvernent : aujourd’hui, un tel travail serait déprimant, tant la politique n’est plus qu’un spectacle navrant et impuissant face au désastre à l’échelle mondiale dont elle est complice et qu’elle continue honteusement de nier. Si au moins, elle le faisait avec humour, mais les rares fois où elle fait rire, c’est bien involontairement, je le crains fort. Après avoir fait ton deuil de la peinture, tu t’es surtout dédié à la création de situations réelles, dans lesquelles rien n’était simulé, dans lesquelles les spectateurs – ou plus précisément, les gens présents – n’avaient qu’à être eux-mêmes, observer et activer leurs propres capacités créatrices. C’est ainsi que tu as conçu Potemkin Lock pour la biennale de Venise en 1995 : quelle aventure ! Nous étions partis de rien et finalement, nous étions présents dans les Giardini avec une structure toute blanche qui ne représentait rien d’autre qu’elle-même, c’est-à-dire un faux pavillon national et un vrai lieu pour les gens ! On pouvait s’y reposer, ne rien faire, penser et regarder les autres qui eux aussi se reposaient, ne faisaient rien et pensaient – c’est exactement ce dont le monde d’aujourd’hui aurait le plus besoin. A partir de là, travaillant sur les mêmes principes, tu as conçu d’autres pavillons, d’autres plateformes. Tes œuvres permettaient à ceux qui en faisaient l’expérience de s’élever, au sens propre comme au sens figuré. Elles étaient des « lieux » spécifiques, qui intégraient les contextes particuliers et impliquaient les gens qui vivaient sur place. Ainsi, pour Manifesta 2 à Luxembourg, tu t’es présenté comme subcurator – en hommage au subcommandante Marcos qui à l’époque combattait pour son peuple du Chiapas, au Mexique. On pouvait jouir du Domaine de Marcel et Joseph, dans l’aquarium du Casino, en compagnie de deux sympathiques mainates ; réfléchir sur la situation de l’art avec de jeunes artistes venus des quatre coins de l’Europe ; et voyager en bus sur fond de musique africaine jusqu’à la maison natale de Karl Marx à Trêves, pour rappeler que l’auteur du Manifeste
  • 4. 4/6 communiste avait fourni à son époque une analyse pertinente sur les méfaits du capitalisme naissant, analyse qui aurait pu aider à éviter le monde que de plus en plus de gens rejettent aujourd’hui, sauf à Luxembourg me semble-t-il, qui en est le fer de lance le plus acéré. Tu as aussi été invité à Münster, où la Plateforme Philosophique résumait toutes tes réflexions de l’époque. C’était joyeux de voir les gens s’approprier cette œuvre pour penser et danser. Si tu as pu la réaliser, c’est parce que tu étais entouré, en plus de Mariette, d’amis fidèles et compétents, sachant se mettre au service de la collectivité : je pense surtout à Rob Engel, et au musicien Ralph Rippinger, avec lesquels tu as réalisé plein d’autres projets. Tu serais très heureux de savoir que cette plateforme a trouvé aujourd’hui une place permanente à Belval, près de l’université, mais j’imagine que tu ne te ferais pas beaucoup d’illusions pour autant. Si on voulait vraiment que les gens, la grande majorité des gens, s’approprient l’art – ce que l’on traduit faussement par « démocratiser la culture » - il faudrait leur fournir les outils intellectuels pour ce faire, et pour cela il faudrait changer radicalement l’enseignement, puis la société toute entière, pas se contenter de simples palliatifs. Nous en sommes loin, mais je sais que tu as gardé l’espoir d’une révolution à venir, et que tu encouragerais tous ces jeunes qui aujourd’hui s’inquiètent de ne plus voir d’avenir à ce monde. Rassure-toi, je ne vais pas dérouler le fil de tes œuvres et de tes convictions, l’exposition que nous inaugurons ce soir est là pour ça. Mais je suis sûr que cela te plairait qu’elle rappelle que, grâce à Christian Bernard, l’ancien directeur du Mamco à Genève, tu as pu installer des œuvres permanentes sur le tracé du tram à Strasbourg et à Paris. Pour la première, tu as ajouté un bananier sur la place de la République, ce qui est une façon de dire que les républiques ou les démocraties dont nous Occidentaux sommes si fiers ne sont pas moins ridicules que celles de certains pays tropicaux. Quant à la seconde, elle se trouve sur la place où Jean Jaurès a tenu un discours pacifiste en 1913 – peu avant cet autre désastre qu’était la première guerre mondiale. Et je sais que tu as toujours été reconnaissant envers Hu Hanru, Charles Essche et Vasif Kortun, entre autres, qui t’ont permis de montrer tes travaux dans des biennales à Istanbul et jusqu’en Corée et à Taiwan. Au fond, ce qui t’as toujours intéressé, c’est d’être proche des gens, c’est pour cela que plus tu avançais dans ton parcours, moins tu as produit d’objets, et plus tu as travaillé à renforcer les relations sociales. En t’appuyant sur la thèse de Marx sur la philosophe Ludwig Feuerbach qui nous a alerté, il y a longtemps déjà, sur le danger de l’illusion, tu as utilisé l’art comme un outil pour transformer notre société, pas pour la représenter. Ce n’est pas pour rien que tu as rejoint le comité I Mille pour militer contre les projets immobiliers qui allaient détruire en un clin d’œil les liens sociaux construits petit à petit dans le quartier qui était devenu le vôtre, à toi et Mariette. Vous avez fondé Isola Art center, un lieu de rencontres, de débats, et d’expositions, avec des citoyens, des artistes, des philosophes, des architectes et d’autres penseurs. Ce furent de belles années, pleines de joie, d’idées et de créations, même si vos propositions alternatives à la démence spéculative ont échoué.
  • 5. 5/6 Mais, parce que vous avez utilisé les moyens de l’art – la beauté, la réflexion, la création, et surtout l’humour – vous n’avez pas fait cela en vain : à votre échelle vous avez apporté de l’espoir et de la confiance en l’humanité. À Isola Art Center, vous avez sans cesse dénoncé l’incurie des politiques, tout en faisant la fête, en chantant avec les gens du quartier et avec les artistes, pour montrer qu’un autre monde était possible. Quel plaisir de revoir dans cette exposition, la vidéo avec la chanson « Culture don’t grow on trees » et cette autre où tu écrases un hamburger devant un fastfood à Milan. Et à la fin, lorsque vous avez pratiquement été jetés dehors, qu’avez vous fait ? Une révolte sanglante ? Coupé des têtes ? Non, vous avez créé un jardin ! Oui, le jardin Isola Pepe Verde continue de vivre comme utopie concrète, et l’usine autogérée RiMaflow aussi, prouvant que patrons et actionnaires ne sont pas indispensables au bon fonctionnement des entreprises, bien au contraire. C’est pour cela que ces utopies sont férocement combattues par le pouvoir. Ton travail tout entier portait sur le réel, et à Milan, tu as pu t’y confronter d’une manière directe, parfois difficile c’est vrai, mais entouré de gens qui réfléchissaient et qui agissaient sans compromis. En prenant quelque distance avec le Luxembourg, tu t’es rendu compte que le décalage entre la vraie vie et ce que les politiciens et les médias en disent est tout simplement immense : c’est peut-être parce que les esprits sont déjà façonnés comme des marques, que le nation branding fonctionne tellement bien ici. Si tu croises le fantôme de Gilbert Trausch dans l’improbable éther dans lequel il doit baigner comme toi, j’imagine que tu lui suggèrerais d’ajouter une section à sa fameuse exposition, cela donnerait aujourd’hui : « Luxembourg, de l’Etat à la nation à la boite de communication ». Oui, car même certaines institutions culturelles préfèrent désormais la communication aux contenus et à la réflexion. Qui sait, ce brave Gilbert aura peut-être un sourire triste. Toi, tu t’es toujours battu contre la communication qui voile la réalité et qui tue la parole vraie, contre l’art pour la représentation qui nie la vérité et qui assassine la véritable création : ton travail tout entier s’oppose à la société du spectacle dont l’acte final pourrait être une barbarie générale déclenchée par l’intelligence artificielle ou une guerre d’extinction entre spéculateurs du space mining. Mais je vais te laisser maintenant, cher Bert, tu as une éternité de néant devant toi, alors qu’au Mudam il y a le public dont il faut s’occuper et plein d’actions artistiques autour de l’exposition, ce qui te ferait bien plaisir, j’en suis sûr. Je passerai tes remerciements à tous ceux qui ont participé à cette aventure et qui ont fait en sorte que tes travaux soient montrés : d’abord mon ancienne équipe – enfin, ce qu’il en reste - et en particulier Christophe Gallois, Marion Vergin, Véronique de Alzua et Boris Reuland, ainsi que tous les nouveaux que je connais peu ou pas. Je dirai un grand merci aussi à celles et ceux qui ont aidé, d’une manière ou d’une autre, à réaliser cette exposition : elle a engendré l’enthousiasme et l’engagement collectif
  • 6. 6/6 qui toujours permettent de réaliser bien plus qu’une action en solitaire, ce que tu nous as appris à faire avec ta force tranquille habituelle. Tous tes compagnons d’Isola Art Center s’y sont mis, ainsi que tes étudiants et amis, en particulier Angelo, Edith, Daniele et Giuliano ; je ne peux pas citer tout le monde, mais je sais que tu les portes tous dans ton cœur. Si tu étais ici, tu verrais Jo Kox aussi, dans ses nouvelles fonctions, et tu le remercierais d’avoir toujours soutenu les artistes, depuis que nous nous sommes lancés ensemble dans cette folle et merveilleuse aventure du Casino. Enfin, l’exposition doit énormément à ton fidèle et infatigable ami Rob Engel – la plupart des réalisations visibles dans l’exposition n’auraient pas vu le jour sans ses compétences techniques et sa volonté de fer – je le remercierai chaleureusement pour toi. Et puis, bien sûr, il y a Mariette, mais pour elle je me passerai de paroles. Toi, après avoir appris à piloter dans tes dernières années parmi nous, tu t’es envolé pour toujours, mais beaucoup trop tôt : tu nous manques beaucoup ici. C’est moi qui signe. Post scriptum : si tu croises aussi les fantômes de Marcel Duchamp et d’Yves Klein, dis-leur que nous faisons tout pour voir la vie en Rrose sur fond d’un bleu infini. ---- Voilà. Je sais que Bert n’entend pas ces paroles, mais pour lui, pour les utopies concrètes qui s’opposent à l’inanité du modèle dominant en train de détruire la beauté de ce monde, et jusqu’à leur inaccessible victoire, je continuerai à dire ce qui me semble juste de dire et à parler de son travail. Merci.