Complément du cours de MTU                Université Mohammed V – Agdal -                 Faculté des Sciences Juridiques,...
Complément du cours de MTU    La prise de parole devant un public                (exposé oral)    Il nous est tous arrivé ...
Complément du cours de MTU        • Apportez des précisions, des détails, des ajustements. Fixer les limites de l’exposé :...
Complément du cours de MTU10- il utilise le tableau11- il écrit lisiblement au tableau12- il maîtrise le matériel audio-vi...
Complément du cours de MTUCe quil ne faut pas faire … :1- commencer lorsque deux ou trois participants seulement sont atte...
Complément du cours de MTU                 La gestion du tempsINTRODUCTION Le temps est une ressource dont chacun dispose ...
Complément du cours de MTUfrustration ressentons-nous lorsque nous n’avons pas la possibilité demener à bien certaines act...
Complément du cours de MTUclassées selon leur degré d’urgence. Et on mesure l’importance en sedemandant si le fait de ne p...
Complément du cours de MTU2- Peu urgent mais important : Il s’agit d’activités importantes pour l’avenir de l’entreprise m...
Complément du cours de MTU Une bonne gestion du temps suppose la planification : Commentpeut-on organiser, imbriquer les a...
Complément du cours de MTU           - Définir l’urgence et l’importance : ce sont les deux             critères de base p...
Complément du cours de MTUd’indiquer les opérations à effectuer à date /heure précise (R.D,délais de …).     Les échéancie...
HISTOIRE DES GROS CAILLOUX Complément du cours de MTU         Un jour, un vieux professeur de lÉcole nationale dadministra...
Complément du cours de MTULa prise de notes seffectue à deux moments : à partir de ce qui est vu ouentendu (cours, confére...
Complément du cours de MTUI. QU’EST-CE QUE PRENDRE DES NOTES ?  C’est garder une trace en fonction d’un but précis :      ...
Complément du cours de MTUIII. QUAND PRENDRE DES NOTES ? DANS QUEL BUT ? Les quatre cas de prise de notes :               ...
Complément du cours de MTUI.        LA PRISE DE NOTES A PARTIR DUN MESSAGE ORAL     METHODES         Principes            ...
Complément du cours de MTU                  Quelques abréviations            Et symboles à connaître et à utiliser    EXE...
Complément du cours de MTUExemples :définition                          def.tion         capitalisme                      ...
Complément du cours de MTU            1. Ecouter ou lire sans prendre des notes (surtout s’il               s’agit de mati...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Complement de cours mtu

3 601 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 601
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
38
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Complement de cours mtu

  1. 1. Complément du cours de MTU Université Mohammed V – Agdal - Faculté des Sciences Juridiques, Economiques & Sociales RabatModule Langue & Communication Complément du cours de MTU Année universitaire : 2012 - 2013 1 Prof. Abdelhakim QACHAR
  2. 2. Complément du cours de MTU La prise de parole devant un public (exposé oral) Il nous est tous arrivé d’être surpris et déçus par la piètre qualité de certains exposés orauxdes étudiants :- Lecture frénétique des feuilles, sans jamais les quitter des yeux ;- Parler avec un débit trop précipité et perdre vite l’auditoire ;- Parler avec un débit trop lent, au risque de provoquer ennui et endormissement- Ne pas annoncer le plan de l’exposé et ne pas indiquer clairement les transitions entre ses différentes parties, ce qui ne manque pas de susciter la confusion chez les auditeurs. C’est à l’occasion de ces « ratés de communication » que l’on se rend compte que l’exposéoral est une compétence complexe qui fait trop rarement l’objet d’un apprentissagesystématique lors des premières années de formation, bien qu’elle constitue une compétenceprofessionnelle clé, dont la maîtrise devrait être assurée par toute formation universitaire.I. PREPARER UN EXPOSE ORALa . Identifier avec précision le sujet principal de l’exposéQuel est le message central à faire passer ? Une technique efficace consiste à se poser desquestions simples sur le sujet abordé : « De quoi s’agit-il ? Qu’est-ce qui… ? Pourquoi ? Dequelle façon ? Est-ce que … ? ».b . Dégager les éléments sous-jacents à la question centrale retenueRepérez les mots clés de la question et faites ressortir les rapports qui existent entre eux.c. Énoncer les points clésC’est la clarté de l’enchaînement des idées qui assure mémorisation et compréhension descontenus chez l’auditeur. C’est à cette étape de la préparation que le plan de l’exposé se meten place, plan que vous annoncerez d’ailleurs en début d’exposé.Lors de l’exposé, indiquez clairement quand vous passez d’un point à l’autre de ce plan parune transition explicite (« Après avoir vu…, nous allons maintenant… »).d. Mettre en place les principales clés de compréhension du sujet Pour chacune des idées principales identifiées dans la phase 3, répétez les opérationssuivantes. • Énoncez l’idée clé par une phrase simple et concise, en limitant l’usage de termes techniques et de phrases inutilement complexes. Commencez, par exemple, par ces mots : « En termes simples…, l’idée principale est…, en quelques mots…». 2 Prof. Abdelhakim QACHAR
  3. 3. Complément du cours de MTU • Apportez des précisions, des détails, des ajustements. Fixer les limites de l’exposé : « Jusqu’ici, j’ai été à l’essentiel, bien sûr il y a des exceptions, des difficultés, des raccourcis…, Vous me direz… ».e. Récapituler les arguments principauxIl s’agit ici de rassembler les arguments et les éléments principaux et de construire laconclusion qui répond à la question posée : « Voyons maintenant les points traités jusqu’ici…», « En résumé donc… », « Que faut-il retenir de tout ceci… », « Il apparaît maintenantque… », « Nous sommes maintenant en mesure de dire … ». En quelques mots, essayezensuite de répondre à cette question : si l’auditoire ne devait retenir qu’une seule idée ouqu’un seul fait, desquels s’agirait-il ?f. Mettre au point l’entrée en matière• faire référence à l’expérience des auditeurs : « Certains d’entre vous se souviendront sansdoute de… »• se référer à l’instant vécu collectivement : « Ce matin en arrivant, avez-vous remarqué … ?»• poser une question provocante• commencer par une anecdote• simuler une situation• montrer un objet insolite, un dessin humoristique• proposer un paradoxe. Après « l’accrochage », l’entrée en matière vise ensuite à lever toute ambiguïté enprécisant d’emblée le sens précis des mots ou des notions sur lesquels vous allez fonder votrediscours, surtout si ces termes sont nouveaux ou pris dans un sens bien spécifique par rapportà leur usage courant.II. PRESENTER UN EXPOSE : a- LES 20 COMMANDEMENTS DE LORATEUR1- Lorateur indique ses sources dinformation2- il annonce clairement le plan de son exposé3- il indique le matériau de son cours4- il est clair et compréhensible dans ses explications5- il utilise, maîtrise (et explique) le vocabulaire technique spécifique à la matière6- il fait de réels efforts pour faire participer lauditoire7- il utilise à bon escient des documents divers : photocopies, notes, photographies, diapositives,vidéocassettes, etc.…8- il manifeste de lenthousiasme pour le thème de son étude9- il apporte suffisamment de données sur son sujet 3 Prof. Abdelhakim QACHAR
  4. 4. Complément du cours de MTU10- il utilise le tableau11- il écrit lisiblement au tableau12- il maîtrise le matériel audio-visuel utilisé13- il fait preuve dune bonne connaissance de son sujet14- il respecte le créneau horaire prévu15- il est audible, il parle clairement16- il est vivant17- il fournit des documents utiles en annexes de son exposé18- il utilise lhumour pour maintenir lintérêt de lauditoire19- il évite de lire ses notes sans lever le nez20- il fait un exposé trop conventionnel et trop rigide b- CE QUIL FAUT SAVOIR POUR PRENDRE LA PAROLE1- expliquer : faciliter la compréhension en utilisant des exemples ou des images2- déterminer lorientation : introduire le sujet, le thème de lexposé3- clore : récapituler les thèmes principaux et faire le lien entre le sujet et les thèmes4- être vivant : éveiller l’intérêt, attirer et maintenir lattention5- utiliser des aides audio- visuelles : tableau, rétroprojecteur et diapositives6- comparer : faire apparaître les ressemblances et les différences, les avantages et les désavantages,etc.… c- CONSEILS À SUIVRE PENDANT LEXPOSÉCe quil faut faire … :1- faire une pause, prendre du regard la dimension du groupe, attendre quil soit prêt2- introduire le sujet dune façon amicale et originale3- regarder les participants et observer leurs réactions4- appuyer certains points du geste5- changer fréquemment de position6- si vous utilisez des aides audio- visuelles, sassurez que ce vous montrez est visible7- veillez à ce que les idées clés et les exemples soient brefs et intéressants.8- veiller à ce que les idées clés et les exemples soie brefs et intéressants9- faire une pause avant daborder un point important .Regarder l’auditoire.10- essayer de varier le rythme de lélocution( ... ) 4 Prof. Abdelhakim QACHAR
  5. 5. Complément du cours de MTUCe quil ne faut pas faire … :1- commencer lorsque deux ou trois participants seulement sont attentifs2- regarder fixement le plafond ou le sol3- gesticuler4- courir un marathon5- montrer votre dos, même sil est ce que vous avez de mieux6- confondre les apartés et les remarques hors du sujet7- donner un excès de précision et utiliser trop de mots techniques et de phrases compliquées8- baisser le ton de la voix et regarder attentivement ses pieds quand on aborde un sujet important9- adopter un débit uniforme (qu’il soit lent ou " ultra- rapide " 5 Prof. Abdelhakim QACHAR
  6. 6. Complément du cours de MTU La gestion du tempsINTRODUCTION Le temps est une ressource dont chacun dispose pour accomplir destâches dans des délais impartis ; mais le temps n’est pas élastique, onne peut pas le stocker, on ne peut, malheureusement, pas mettre decôté les heures creuses pour pouvoir les utiliser quelques semainesplus tard lorsqu’il y aura une surcharge de travail. Aussi, appartient-ilà chacun de savoir utiliser au mieux cette ressource.Gérer son temps veut dire ne pas le gaspiller, être mieux organisé,travailler plus vite et plus efficacement. Il appartient, donc, augestionnaire, et à lui seul, de bien gérer son temps de travail pourobtenir une efficacité maximum. Par exemple, pour une semaine detravail, on n’a que 40 heures, ce qui représente 8 heures par jour, legestionnaire doit être parfaitement organisé pour répartir son travailau sein de cet horaire s’il ne veut pas se laisser déborder, ce qui fait,souvent, mal effet et laisse penser qu’il y a un manque d’organisationpersonnel. Avec un peu d’autodiscipline, un peu d’organisation, unpeu de logique et de volonté, il est possible d’y arriver et de gagnerun temps précieux.Alors, qu’est-ce que le temps ? et comment le gérer ?Les philosophes définissent le temps comme l’une des deuxdimensions où se déroulent les phénomènes des actes humains,l’autre étant l’espace. Ils en dégagent un problème fondamental :« l’homme est pris par le temps, tout en s’efforçant d’y échapper ».Chaque individu qui naît dispose d’un « capital temps », la durée desa vie qu’il consomme inexorablement au fil des années et qu’ilsouhaite faire fructifier le mieux possible. Le temps rythme doncnotre vie, chaque matin réveillons avec un certain nombre d’heuresdevant nous. Comment allons nous les répartir ? Travail, Sport,Repas, Loisir, Réflexion……Avons-nous toujours le temps de fairece que nous voulons faire ou courons-nous après le temps ?Finissons-nous toujours ce que nous avons entrepris ? Quelle 6 Prof. Abdelhakim QACHAR
  7. 7. Complément du cours de MTUfrustration ressentons-nous lorsque nous n’avons pas la possibilité demener à bien certaines activités ?Il semble bien que le temps soit une denrée précieuse qui conditionnel’organisation de nos activités.Le problème est, donc, de savoir ce que nous faisons de notre temps,de l’analyser, d’étudier notre propre comportement face au tempsafin de mieux le gérer.Gérer son temps signifie être efficace dans la réalisation de cesactivités, les programmer de manière rationnelle et en contrôler laréalisation. En gérant son temps, on peut dire finalement se donner letemps de faire les choses. Classement des activités et planification de leur exécution Dans quel ordre les activités doivent être menées ? Y’a-t-il desactions urgentes ? Importantes ? Difficiles ? Fatigantes ? En général, les activités sont classées selon différents critères.Section I : Classification des activités: I/ Classement des activités selon leurs échéances :Dans la vie, au sein d’une entreprise, on entend, très souvent, parler duterme « échéance » qui représente la date d’exécution des obligationset des diverses transactions, par exemple, paiement d’une dette.Donc, quand on veut parler d’une activité échue, on veut désignerqu’elle est urgente. Mais le terme d’ »urgence », dans la technique degestion du temps, est lié au terme « importance ».Toutefois, on mesure l’urgence, en se demandant si le fait de ne pasaccomplir telle tâche immédiatement met en péril l’atteinte desobjectifs de l’entreprise. Les activités peuvent, facilement, être 7 Prof. Abdelhakim QACHAR
  8. 8. Complément du cours de MTUclassées selon leur degré d’urgence. Et on mesure l’importance en sedemandant si le fait de ne pas accomplir telle ou telle activité metl’entreprise en danger.En évaluant l’urgence et l’importance de chaque activité, on peut lescaractériser comme suit :MATRICE DE LA GESTION DU TEMPS Urgent Pas urgentImportant 1-Crises Problèmes 2- Prévention Analyse pressants de nouvelles occasions Planification Entretien du réseau RécréationPas 3-Interruptions 4-Perte de tempsimportant téléphoniques Activités plaisantes et Correspondance inutiles qui ne Réunions permettent la réalisation d’aucun objectif On doit prendre l’habitude, quand on planifie les activités dulendemain, de les placer dans l’une ou l’autre des quatre cas dutableau. On pourra, par la suite procéder à une meilleure planification.1- Urgent et important : Les tâches urgentes et importantes doivent être entreprises le plus tôtpossible et c’est, idéalement, vous qui devrez les prendre en charge.Puisqu’elles peuvent avoir une importance vitale pour l’avenir devotre entreprise et que vous êtes, probablement, le seul à avoir uneidée claire des objectifs à long terme, c’est à vous qu’il revient de lesaccomplir ; à moins, bien entendu, que vous donniez un mandat clairà un collaborateur. En gérant mieux votre temps, vous remarquerez que le nombre desactivités urgentes et importantes diminuera graduellement. 8 Prof. Abdelhakim QACHAR
  9. 9. Complément du cours de MTU2- Peu urgent mais important : Il s’agit d’activités importantes pour l’avenir de l’entreprise mais quipeuvent attendre. Ce sont les activités.3- Urgent mais peu important : Ce sont les activités à déléguer aux collaborateurs.4- Peu important et peu urgent : Ce sont des activités qui peuvent être ignorées temporairement ou classées rapidement si on a du temps. Le nombre de ces activités diminuera, au fur et à mesure, que la technique de gestion du temps est améliorée. II/ Classement des activités selon leur niveau de rendement : Les activités doivent être classifiées selon leur niveau de rendement.Ce dernier peut être mesuré en se demandant si le fait de ne pasaccomplir telle ou telle tâche met l’entreprise en danger, c’est-à-direqu’il lui fera subir des coûts plus ou moins importants, ou en seposant la question suivante : Après avoir effectué telle activité, que vagagner l’entreprise ? Donc, l’activité qui est plus rentable àl’entreprise doit être menée en premier lieu. III/ Classement des activités selon leur complexité : Il est possible de reporter le travail à effectuer au cours de la journéeselon la complexité des travaux. Les activités les plus complexes seront réservées pour les périodesles plus calmes de la journée et en fonction de leur urgence. Al’inverse, les travaux les plus simples seront effectués pendant lespériodes les plus bruyantes ou les plus perturbées quand il est plusdifficile de réfléchir et de fournir un travail plus complexe et toujoursen fonction de l’urgence. Section II : Planification de l’exécution des activités: 9 Prof. Abdelhakim QACHAR
  10. 10. Complément du cours de MTU Une bonne gestion du temps suppose la planification : Commentpeut-on organiser, imbriquer les activités pour les faire entrer dans letemps dont on dispose ? I/ Evaluation réaliste de la durée d’exécution des activités : Il est essentiel d’évaluer la durée prévisible des actions à entreprendre pour leur affecter un «budget temps». Ceci permet d’avoir une vision plus claire pour les planifier. Mais, il faut demeurer réaliste en ce qui concerne l’emploi du temps : mieux vaux s’en tenir à quelques tâches que d’avoir une liste impressionnante de tâches à faire et de n’en réaliser qu’une partie. Il est préférable de surévaluer le temps dont pense avoir besoin pourréaliser une tâche. Cette façon de fonctionner permet de respecter leséchéanciers. Il est, même, conseillé de planifier sa journée de façon àconserver du temps libre. De cette façon, on risque moins de seretrouver coincé entre un travail à remettre immédiatement et uneurgence de dernière minute. LA DEMARCHE DE LA GESTION DU TEMPS1/ J’analyse :  Qu’est-ce que j’ai à faire?  Lister tout ce que j’ai à effectuer;  Quel est mon temps disponible?  Évaluer le temps dont je dispose.2/ J’effectue des choix :  Dans quel ordre dois-je mener mes activités?  Y’a-t-il des actions urgentes, importantes, longues, difficiles, fatigantes, désagréables,………  C’est définir des priorités dans ce qui est à réaliser, respecter les contraintes d’autorité dans l’exécution des tâches. Comment définir les priorités?A partir de la liste des activités à effectuer : 10 Prof. Abdelhakim QACHAR
  11. 11. Complément du cours de MTU - Définir l’urgence et l’importance : ce sont les deux critères de base pour définir les priorités. Les tâches urgentes et importantes sont à réaliser d’abord. - Évaluer la durée prévisible : il est essentiel d’évaluer la durée prévisible des actions à entreprendre, pour leur effectuer un budget de temps. Ceci permet d’avoir une vision plus claire pour les planifier. - Ordonner la liste et affecter un numéro d’ordre à chaque activité en fonction des priorités définies. Ceci permettra de savoir dans quel ordre on va les planifier.3/ Je planifie : Comment organiser, imbriquer mes activités pour les faire entrerdans le temps dont je dispose? - Choisir des outils me permettant de planifier efficacement; - Choisir le bon moment; - Choisir les moments les plus appropriés pour réaliser ces activités.4/ Je contrôle : Tout planning est une prévision de l’organisation de son temps. Ai-jeréalisé tout ce que j’avais prévu? Ma prévision est-elle réaliste?Donc, il faut contrôler l’exécution des tâches. Les outils de la gestion du tempsVoici quelques outils utilisés couramment au milieu professionnelpour gérer le temps. Les agendas : on utilise fréquemment des agendas en milieuprofessionnel, elles permettent de noter diverse information et 11 Prof. Abdelhakim QACHAR
  12. 12. Complément du cours de MTUd’indiquer les opérations à effectuer à date /heure précise (R.D,délais de …). Les échéanciers : ils permettent de classer les documents à date oùils doivent être traités (lettres, traites à encaisser…). Les plannings : ils visualisent l’organisation des tâches dans letemps, ou leur répartition sur différent poste de travail. Ils sont l’outille plus utilisé/courant au milieu professionnel. (voir annexes) L’agenda électronique : outils modernes utilisant la technologieinformatique. Se sont développés récemment en matière de gestion detemps :Les applications professionnelles :il y a ceux à application simpleutilisés par les particuliers, leurs prix est relativement réduits. Pour lesapplications professionnelles, ils existent des modèles plusperfectionnés, se sont destinés pour un seul utilisateur . 12 Prof. Abdelhakim QACHAR
  13. 13. HISTOIRE DES GROS CAILLOUX Complément du cours de MTU Un jour, un vieux professeur de lÉcole nationale dadministration publique(ENAP) fut engagé pour donner une formation sur la planification efficace de son temps aun groupe dune dizaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Ce coursconstituait lun des cinq ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof navait doncquune heure pour "passer sa matière". Debout, devant ce groupe délite (qui était prêt à noter tout ce que lexpert allaitenseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit : "Nous allonsréaliser une expérience". De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense potMason dun gallon (pot de verre de plus de 4 litres) quil posa délicatement en face de lui.Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles detennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut remplijusquau bord et quil fut impossible dy ajouter un caillou de plus, il leva lentement lesyeux vers ses élèves et leur demanda: "Est-ce que ce pot est plein ?". Tous répondirent:"Oui". Il attendit quelques secondes et ajouta: "Vraiment ?". Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier.Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Lesmorceaux de gravier sinfiltrèrent entre les cailloux... jusquau fond du pot. Le vieux profleva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda: "Est-ce que ce pot est plein ?".Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. Lun deuxrépondit: "Probablement pas !". "Bien !" répondit le vieux prof. Il se pencha de nouveau et cette fois, sortie de sous la table une chaudière de sable. Avecattention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les groscailloux et le gravier. Encore une fois, il demanda : "Est-ce que ce pot est plein ?". Cettefois, sans hésiter et en choeur, les brillants élèves répondirent: "Non !". "Bien !" réponditle vieux prof. Et comme sy attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet deau qui était sur latable et remplit le pot jusquà ras bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupeet demanda : "Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ?" Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondit : "Celadémontre que même lorsque lon croit que notre agenda est complètement rempli, si on leveut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire". "Non" répondit le vieux prof. "Ce nest pas cela. La grande vérité que nous démontrecette expérience est la suivante : si on ne mets pas les gros cailloux en premier dans le pot,on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite". Il y eu un profond silence, chacun prenant conscience de lévidence de ces propos. Levieux prof leur dit alors : "Quels sont les gros cailloux dans votre vie ?" "Votre santé ?""Votre famille ?" "Vos ami(e)s ?" "Réaliser vos rêves ?" "Faire ce que vous aimez ?""Apprendre ?" "Défendre une cause ?" "Vous relaxer ?" "Prendre le temps... ?" "Ou...toute autre chose ?" "Ce quil faut retenir, cest limportance de mettre ses GROSCAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir... sa vie. Si on donnepriorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on nauraplus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie. Alorsnoubliez pas de vous poser à vous-même la question : "Quels sont les GROS CAILLOUXdans ma vie ?" Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie)". Dun geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quittala salle. 13 Prof. Abdelhakim QACHAR
  14. 14. Complément du cours de MTULa prise de notes seffectue à deux moments : à partir de ce qui est vu ouentendu (cours, conférences) ou à partir de recherches personnelles (lectures).Dans le premier cas, il faut à la fois écouter, regarder, pour comprendre et noterpour se rappeler ce que lon a compris. On est donc rapidement perdu à vouloirtout prendre. (Une personne prononce en moyenne 150 mots minute et ne peuten écrire que 20 à 40).Noter cest écrire le plus vite possible le minimum nécessaire.Deux expressions verbales sont couramment utilisées pour caractériser la prisede notes. Elles correspondent à des situations professionnelles différentes :«Prendre note» consiste à saisir par écrit des instructions, des informationslapidaires mais toujours très précises, contenues dans des messages orauxcourts : messages téléphoniques, dictée de consignes…soit pour en rendrecompte par écrit ou oralement soit pour effectuer des tâches.«Prendre des notes» consiste à saisir par écrit d’une façon claire et structuréeles informations essentielles d’un message long pour en faire un compte rendugénéralement écrit. 14 Prof. Abdelhakim QACHAR
  15. 15. Complément du cours de MTUI. QU’EST-CE QUE PRENDRE DES NOTES ? C’est garder une trace en fonction d’un but précis :  Trace sur un support papier ;  Trace au niveau intellectuel par le travail d’assimilation accompli pour les prendre. Ce travail consiste à séparer l’essentiel de l’accessoire, pour ne garder que cet essentiel.II. POURQUOI PRENDRE DES NOTES ? 1. Différentes raisons :  La notation aide à la mémorisation.  La notation facilite la concentration.  La notation développe des qualités intellectuelles comme la compréhension ou le jugement.  Surtout, la notation permet de disposer d’une information utilisable, parce que traitée. C’est à dire que les notes constituent une structure intermédiaire entre le produit à prendre en notes et la production à rendre à partir de la prise de notes. 2. Conseils dans la prise de notes :  Deux défauts à éviter : vouloir tout noter ou ne noter que le plan.  Il est parfois nécessaire de noter une phrase complète car elle résume parfaitement un développement ou constitue une formulation facile à mémoriser ou encore correspond à une citation à savoir.  Mais le plus souvent vous utilisez un style télégraphique, des abréviations et des symboles. 15 Prof. Abdelhakim QACHAR
  16. 16. Complément du cours de MTUIII. QUAND PRENDRE DES NOTES ? DANS QUEL BUT ? Les quatre cas de prise de notes : Les différents buts : A PARTIR DE L’ECRIT : PRODUIRE DE L’ECRIT : Livres, lettres, documents, etc… Résumés, dissertations, commentaires, composés, lettres, romans, poèmes, A PARTIR DE L’ORAL : PRISE rapports, comptes, mémoires, DE thèses, etc.… NOTES Conversation, cours, entretien, = conférences, ses propres mots, Structure réunions, directives, Intermédi communications, téléphones, DEVELOPPER CES aire QUALITES etc… INTELLECTUELLES : Apprendre, mémoriser, A PARTIR DU MONTAL : comprendre, etc.… Mémoire, idées, réflexion, analyse, souvenirs, etc… PRODUIRE DE L’ORAL : A PARTIR DE L’OBSERVATION : Discours, exposés, réunions, Du contexte, de la gestuelle, du discussions, cours, comportement, de la réalité, conférence, interventions etc… orales, divers. 16 Prof. Abdelhakim QACHAR
  17. 17. Complément du cours de MTUI. LA PRISE DE NOTES A PARTIR DUN MESSAGE ORAL METHODES Principes COMMENTAIRES Prise de notes On note les idées Facilite la compréhension et la relecture même logique essentielles en faisant par les tiers ; ressortir un plan, une Facilite lélaboration du compte rendu ; structure (titres et sous- Nécessite une compréhension rapide du sujet ; titres) Cest la méthode la plus classique. Prise de notes La feuille est organisée en Facilite la mise au net mais exige de la rigueur fonctionnelle zones correspondant Nécessite compréhension et jugement ; chacune à une fonction : Permet des retours en arrière ; plan, compléments, Sutilise souvent en combinaison avec la prise remarques personnelles… de notes logique. Prise des notes On note les informations Évite les oublis ; "normée" ou sur un document où les Clarifie et facilite la prise de notes ; formelle rubriques sont pré- Manque parfois de souplesse ; imprimées Est très bien adaptée aux événements répétitifs : messages téléphoniques, comptes rendus de téléprospection, de visite… Prise de notes On note tout ce qui se dit Permet une saisie fidèle mais fatigante ; linéaire ou dans lordre où les idées se Ne nécessite aucun effort de compréhension compilatoire présentent. pour la prise ; Allonge le temps de mise au net.Prise de notes par On ne relève que les mots Convient principalement à la prise de notes auphrases-formules ou les phrases importants cours dun entretien ou dun exposé. ou par mots clés et on les numérote Nécessite une grande concentration et la capacité à reformuler.II. LA PRISE DE NOTES A PARTIR DUNE REFLEXION PERSONNELLE METHODES PRINCIPES Comm entairesLa prise de notes Fait apparaître les Sutilise pour rechercher des idées et préparerarborescente ou relations possibles entre un exposé écrit ou oral. heuristique les idées Fait apparaître les ensembles et sous- ensembles didées…La prise de note Visualise les relations par Sutilise pour préparer un exposé écrit ou oral. systémique des figures géométriques, des flèches, des mots clés Décrit un circuit de pensée. 17 Prof. Abdelhakim QACHAR
  18. 18. Complément du cours de MTU Quelques abréviations Et symboles à connaître et à utiliser  EXEMPLES D’ABREVIATIONS :actuellement actullemt mais ms(tous les adverbes se terminant maximum maxpar ment peuvent être abrégés de même mla même manière)après ap minimum minavant avt nombre nbbeaucoup bcp nombreux nbxc’est à dire c.a.d. nous nscependant cpt page pcomme ^c par exemple Par exconférer, voir cf pendant pdtdans ds phrase phr.développement dvt plusieurs plus.était étt pour pr(tous les verbes à la troisième problème pbpersonne de l’imparfait peuvent quand qdêtre abrégés de cette manière) que qêtre ê quelque qqfaux fx quelque chose qqchfrançais frs quelquefois qqfFrance F. sans ssgénéral gal sont stgouvernement gvt souvent svtgrand gd syllabe sybegravement gravt température t°hauteur ht toujours tjrshomme h tous tshommes hs tout ttjamais js toute ttelittérature litt.e travail wlong lg vers vlongueur lgr vous VsRemarquez que : les mots techniques peuvent toujours s’abréger en maintenantla première syllabe et les dernières lettres. 18 Prof. Abdelhakim QACHAR
  19. 19. Complément du cours de MTUExemples :définition def.tion capitalisme cap. ismeplanification plan.tion socialisme soc.ismetechnologie tech.gie informatique inf.que  EXEMPLES DE SYMBOLES :Différent de  Egal, semblable, équivaut à =Peu différent # A peu près, ≃Très proche de approximativementS’oppose à, Jusqu’à →Entre en conflitRelation d’interaction entre Augmente, Est en augmentation ↗Deux facteurs, réciprocitéNaissance, création d’un  Diminueœuvre, apparition d’un ↘phénomène, d’une idée. DiminutionFin d’un phénomène † La moralité ↘Plus grand que > par /Plus petit que < Parallèle //Plus, s’ajoute à, + Perpendiculaire accompagnePlus ou moins  Défense de, interdit,  impossibleAppartient à, inclus dans ε D’où, conséquence Commence, ↦ Paragraphe §pend l’initiative deAchève ↦| Moins -Ferme Λ divise :Ouvre V multiplie x 19 Prof. Abdelhakim QACHAR
  20. 20. Complément du cours de MTU 1. Ecouter ou lire sans prendre des notes (surtout s’il s’agit de matières nouvelles ou complexes) ne favorise pas l’activité de l’esprit, donc ni l’assimilation, ni la compréhension, ni la mémoire. C’est parce qu’elle font travailler l’esprit que « les notes servent même si on ne s’en sert pas ». L’esprit se souvient de son travail d’abord. 2. Bien prendre des notes, c’est toujours se tenir entre le trop et le trop peu. Le trop qui noie l’esprit, et réduit son fonctionnement à une activité mécanique médiocre. Le trop peu, qui ne lui permet guère de fixer son attention. Bien noter, c’est trier : c’est noter l’essentiel du sens. 3. Bien prendre des notes suppose toujours de se fixer un but préalable. Ce but est la boussole qui permet à l’esprit de se diriger, donc de trier efficacement. Des notes sans but ne sont pas des bonnes notes. 4. La prise de notes peut viser en dominante :  Soit la restitution objective et fidèle de ce qui a été vu, lu ou entendu.  Soit mes propres réactions à cette perception.  Soit, enfin une certaine proposition des deux. 20 Prof. Abdelhakim QACHAR

×