SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  11
Télécharger pour lire hors ligne
direction de l’animation de la recherche,
des études et des statistiques
décembre 2016
N° 072
résultats
Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du tra-
vail comprennent les dispositifs « ciblés » sur les deman-
deurs d’emploi et les personnes en difficulté sur le marché
du travail, et les dispositifs « généraux » destinés pour
l’essentiel à réduire le coût du travail pour certains sec-
teurs, territoires et catégories de salariés. Elles s’élèvent
à 105 milliards d’euros (Md€) en 2014, soit 4,9 points de
PIB.
Les « dépenses ciblées » s’élèvent à 53 Md€, soit
2,5 points de PIB et poursuivent leur progression à un
rythme soutenu (+3,6 % en euros constants après +4,1 %
en 2013). Pour l’essentiel, cette augmentation provient de
la montée en charge des emplois d’avenir. L’indemnisa-
tion du chômage constitue la principale composante des
dépenses ciblées (63 %), loin devant les aides à l’emploi
– principalement les contrats aidés – (15 %), la formation
professionnelle des demandeurs d’emploi (12 %) et les
moyens consacrés au service public de l’emploi (11 %).
Les « dépenses générales » atteignent 51 Md€ en 2014,
soit 2,4 points de PIB, dont 20,8 Md€ d’allégements géné-
raux de cotisations sociales sur les bas salaires et 18,2 Md€
de crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE).
S’y ajoutent les incitations financières à l’emploi (prime
pour l’emploi et RSA « activité ») et des mesures en fa-
veur de l’emploi dans certains secteurs d’activité et zones
géographiques. Les dépenses générales ont progressé de
12,1 % en euros constants par rapport à 2013. Cette forte
hausse est largement imputable à la montée en charge
du CICE.
À la lisière de ces politiques en faveur de l’emploi et du
marché du travail, certaines dépenses sociales (minima
sociaux) représentent en sus 18 Md€ en 2014.
53 Md€ de dépenses ciblées en faveur du marché du travail
Les dépenses ciblées en faveur du marché du travail (enca-
dré 1) sont estimées à 53 Md€ en 2014, en progression de
3,6 % en euros constants (1). Elles représentent 2,5 points
de PIB (tableau 1, graphiques 1 et 2). Leur niveau reste lé-
gèrement inférieur au pic atteint en 2010 mais nettement
supérieur à celui de la période 2006-2008 d’amélioration
de la situation du marché du travail. Les transferts aux
individus, aux employeurs et aux prestataires de services
représentent respectivement 70 %, 16 % et 14 % de la
dépense totale.
En 2014, la politique en faveur de l’emploi et du marché
du travail s’est inscrite dans le contexte d’une croissance
économique faible. Le nombre de demandeurs d’em-
ploi en catégories A, B et C a continué de croître pour
atteindre 5 516 900 fin décembre, soit le plus haut niveau
depuis janvier 1991 [1].
La dynamique globale des dépenses ciblées découle
principalement de l’effort consenti en 2013 pour accroître
le nombre de contrats aidés. Cet effort conduit à une
hausse significative du nombre de bénéficiaires en 2014
0,0
1,0
2,0
3,0
4,0
5,0
6,0
0,0
0,5
1,0
1,5
2,0
2,5
3,0
2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014
Cat. 1 Cat. 2 à 7 Cat. 8 et 9
% de PIB Demandeurs d'emploi inscrits (millions)
Demandeurs d'emploi inscrits en catégories A, B et C
Graphique 1
Dépenses ciblées pour les politiques du marché du travail
(1) Tous les montants sont présentés en euros courants ; toutes les évolutions le sont en
euros constants (indice Insee des prix à la consommation, hors tabac).
Catégories :
1 - Services du marché du travail ; 2 - Formation professionnelle ; 4 - Incitation à l’em-
ploi ; 5 - Emploi protégé et réadaptation ; 6 - Création directe d’emploi ; 7 - Aide à la
création d’entreprise ; 8 - Maintien et soutien du revenu en cas d’absence d’emploi ;
9 - Préretraites.
La catégorie 3 - Rotation dans l’emploi et partage de l’emploi - a été supprimée lors de
la révision de la méthodologie par Eurostat en 2013.
Champ : France.
Sources : Dares, base PMT pour Eurostat ; STMT pour les demandeurs d’emploi (données
CVS).
Les dépenses en faveur de l’emploi
et du marché du travail en 2014
Champ : France.
Source : Dares, base PMT pour Eurostat.
décembre 2016 N° 0722 résultats
Tableau 1
Dépenses ciblées pour les politiques du marché du travail
201420132012201120102009
En millions d’euros
1 - Services relatifs au marché du travail ........................................................................ 4 976 5 985 5 260 5 399 5 562 5 581
1.1 - Prestations de services ............................................................................................................................... 4 813 5 829 5 124 5 268 5435 5467
1.1.1 - Prestations de services des services publics de l’emploi (SPE) ....................................................... 3 499 4 192 4 702 4 730 4796 4922
Pôle emploi...................................................................................................................................... 3 076 3 666 4 231 4 211 4239 4398
Missions locales et permanences d’accueil, d’information et d’orientation............................... 260 341 283 337 371 349
Cap emploi (Agefiph) ..................................................................................................................... 57 65 63 59 60 61
Association pour l’emploi des cadres (Apec)................................................................................. 107 120 125 124 127 114
1.1.2 - Services d’accompagnement .......................................................................................................... 1 313 1 637 422 538 638 545
Civis accompagnement................................................................................................................... 72 109 65 81 80 76
Garantie jeunes............................................................................................................................... - - - - 1 13
ANI Jeunes....................................................................................................................................... - - 21 46 69 48
Contrat d’autonomie...................................................................................................................... 46 89 57 48 28 3
Cellule de reclassement ................................................................................................................. 22 23 12 4 0 -
CRP - CTP - CSP [composante] - Plan de sécurisation profesionnelle........................................... 156 305 198 295 377 357
Autre................................................................................................................................................ 1 017 1 112 69 64 83 48
1.2 - Autres activités du SPE (administration)................................................................................................... 164 155 136 131 127 114
2 - Formation professionnelle des demandeurs d’emploi ............................................. 6 356 6 480 6 304 6 112 6 018 6 173
2.0 - Allocations (à répartir sur les stages classés en 2.1 et 2.3)...................................................................... 2 194 2 441 2 409 2 526 2 488 2 573
Rémunération des stagiaires (régime public)............................................................................................ 978 922 788 787 793 821
Allocation d’aide au retour à l’emploi - formation (Aref) ....................................................................... 952 1 049 1 063 1 059 1055 1069
Allocation en faveur des demandeurs d’emploi en formation (Afdef/RFF)............................................ 39 121 231 272 191 219
Rémunération des formations de Pôle emploi (RFPE).............................................................................. 28 58 79 104 98 132
Allocation pour les bénéficiaires des CRP - CTP - CSP en formation........................................................ 166 237 190 232 278 282
Autre ......................................................................................................................................................... 30 53 59 72 73 50
2.1 - Formation institutionnelle......................................................................................................................... 1 965 1 967 1 934 1 878 1 862 1 975
Stages de formation organisés par les régions ......................................................................................... 1 268 1 282 1 324 1 272 1 293 1 331
Écoles de la deuxième chance (E2C) .......................................................................................................... 14 21 25 28 31 33
Stages financés par l’État en faveur de publics fragiles ........................................................................... - 53 94 44 20 25
Formations conventionnées par Pôle emploi (AFC).................................................................................. 283 179 182 210 176 255
Contrat de volontariat pour l’insertion..................................................................................................... 48 49 49 47 46 46
Congé individuel de formation (CIF-CDD)................................................................................................. 228 240 210 212 230 224
Autre ......................................................................................................................................................... 123 144 49 67 65 62
2.2 - Formation sur le lieu de travail ................................................................................................................. 84 128 97 141 155 211
Préparation opérationnelle à l’emploi (POE)............................................................................................ - - 13 74 82 149
Autre ......................................................................................................................................................... 84 128 84 67 72 61
2.3 - Formation en alternance (institution / lieu de travail) ............................................................................ 11 84 73 8 0 0
2.4 - Soutien spécial à l’apprentissage .............................................................................................................. 2 102 1 860 1 791 1 560 1513 1414
Exonération et prime pour l’embauche d’apprentis ................................................................................ 2 102 1 860 1 791 1 560 1 513 1 414
4 - Incitations à l’emploi .................................................................................................. 1 158 1 308 618 557 587 864
4.1 - Incitations à l’embauche ............................................................................................................................ 1 158 1 308 618 557 587 864
Contrat de professionnalisation ................................................................................................................ 220 101 75 14 27 30
Entreprise d’insertion (EI)........................................................................................................................... 137 156 118 121 114 148
Association intermédiaire (AI) ................................................................................................................... 162 170 154 152 152 158
Entreprise de travail temporaire d’insertion (ETTI) .................................................................................. 24 23 30 31 32 35
Contrat unique d’insertion (CUI-CIE) ......................................................................................................... - 424 151 165 107 139
Emplois d’avenir (marchands).................................................................................................................... - - - 0 22 110
Contrat de génération................................................................................................................................ - - - - 46 86
Aide à l’embauche d’un jeune en CDI....................................................................................................... - - - - 16 71
Primes d’intéressement et primes de retour à l’emploi (ASS).................................................................. 75 107 64 66 66 82
Autre ......................................................................................................................................................... 539 327 26 8 5 5
5 - Emploi protégé et réadaptation ................................................................................. 2 093 2 112 1 868 1 900 1 998 2 017
Contrat de soutien et d’aide par le travail (Esat)...................................................................................... 1 173 1 149 1 160 1 201 1 244 1 260
Entreprises adaptées................................................................................................................................... 284 288 292 308 325 336
Aides de l’Association pour l’insertion professionnelle des handicapés (AGEFIPH) ............................... 636 675 416 391 429 421
6 - Création directe d’emplois .......................................................................................... 2 958 3 902 2 802 2 660 3 117 4 287
Contrat unique d’insertion (CUI-CAE)........................................................................................................ - 2 248 2 594 2 660 2 646 2 797
Emplois d’avenir (non marchands)............................................................................................................. - - - 1 471 1 320
Ateliers et chantiers d’insertion (ACI)........................................................................................................ 170
Autre ......................................................................................................................................................... 2 958 1 654 208 0 0 0
7 - Aides à la création d’entreprise .................................................................................. 738 1 056 1 052 909 952 795
8 - Maintien et soutien du revenu en cas d’absence d’emploi ...................................... 27 769 29 399 29 088 30 870 32 633 33 257
8.1 - Prestations de chômage ............................................................................................................................ 27 450 29 116 29 021 30 767 32 447 33 045
Allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) ............................................................................................ 23 762 24 949 25 129 26 616 27 802 28 192
Allocation spécifique de solidarité (ASS)................................................................................................... 1 832 1 929 1 997 2 181 2 405 2 619
Allocation Equivalent Retraite (AER/ATS).................................................................................................. 703 616 509 353 341 275
Allocation temporaire d’attente (ATA)...................................................................................................... 111 145 201 190 194 213
Allocation pour les CRP - CTP - CSP hors formation.................................................................................. 1 023 1 457 1 166 1 427 1 706 1 731
Allocation garantie jeunes......................................................................................................................... - - - - 0 14
Autre ......................................................................................................................................................... 20 21 18 0 0 0
8.2 - Activité partielle ......................................................................................................................................... 319 282 67 103 186 212
9 - Préretraites ................................................................................................................... 296 198 130 108 69 40
TOTAL ......................................................................................................................................................... 46 345 50 440 47 121 48 517 50 936 53 014
Total en % de PIB ................................................................................................................................................ 2,39 2,52 2,29 2,32 2,41 2,49
Total en euros constants 2014 ........................................................................................................................... 49 662 53 239 48 702 49 182 51 192 53 014
Variation annuelle en volume............................................................................................................................ +18,2 +7,2 -8,5 +1,0 +4,1 +3,6
Par type de mesures
Catégories 2 à 7 (Politiques « actives » du marché du travail)................................................................. 13 303 14 859 12 643 12 139 12672 14136
Catégories 8 et 9 (Politiques de soutien du revenu)................................................................................. 28 065 29 596 29 218 30 978 32702 33297
Par type de dépenses (en %)
Transferts aux individus.............................................................................................................................. 67,3 66,4 70,1 71,5 71,2 69,5
Transferts aux employeurs.......................................................................................................................... 17,5 17,7 14,4 13,3 13,7 16,2
Transferts aux prestataires de services....................................................................................................... 15,1 15,9 15,5 15,2 15,1 14,3
Catégories
décembre 2016 N° 072 3résultats
et des dépenses associées à ces contrats (+47 %
dans le secteur marchand et +37 % dans le
secteur non marchand). L’impact de cette forte
progression sur la dépense totale est néanmoins
atténué par la hausse modérée des dépenses
d’indemnisation chômage (+1,4 %), qui repré-
sentent près de 63 % du total.
Les moyens consacrés aux politiques dites
« actives » (catégories 2 à 7, encadré 1) constituent
27 % de l’ensemble des dépenses ciblées et pro-
gressent de 11 % (tableaux 1 et 2, graphique 2) ;
ceux consacrés au service public de l’emploi (SPE)
et à l’accompagnement des demandeurs d’emploi
(11 % de la dépense totale) sont stables en 2014
(-0,2 %).
Les dépenses « actives » en hausse de 11 %
Les dépenses associées aux politiques « actives »
du marché du travail s’élèvent à 14,1 Md€ en 2014
(+11 % par rapport à 2013), soit 0,7 point de PIB.
Leur hausse atteint le niveau des fortes croissances
de 2009 et 2010. Les dépenses d’aides à l’emploi
(catégories 4 à 7), principalement les contrats
aidés, augmentent très fortement (+19 %) et s’éta-
blissent à 8 Md€ en 2014, tandis que les moyens
affectés à la formation professionnelle des de-
mandeurs d’emploi, qui constituent plus de 40 %
des dépenses actives (6,2 Md€), enregistrent une
hausse modérée de 2 % (graphique 2).
Les dépenses de formation professionnelle pour
les personnes en recherche d’emploi (catégorie 2)
ont légèrement augmenté (0,28 point de PIB en
2013 et 0,29 en 2014). Cette hausse se retrouve
dans la rémunération des stagiaires de la forma-
tion professionnelle (+2,9 %) et dans les coûts pé-
dagogiques des formations institutionnelles ou sur
le lieu de travail (2) (+8 %).
Les dépenses de formation professionnelle sont
prises en charge par de nombreux financeurs.
Les régions sont chargées de la définition et de
l’organisation des formations professionnelles des
personnes en recherche d’emploi (inscrites ou non
à Pôle emploi). Leurs actions (3) représentent près
du tiers des dépenses de formation profession-
nelle. Elles augmentent en 2014 pour s’établir à
2 Md€ (+3 %). Pôle emploi, les organismes pari-
taires collecteurs agréés (OPCA), en grande partie
via les appels à projets du Fonds paritaire de sécu-
risation des parcours professionnels (FPSPP), et les
organismes paritaires collecteurs agréés au titre du
congé individuel de formation (OPACIF), financent
également les coûts pédagogiques de ces forma-
tions, respectivement pour 0,5, 0,5 et 0,1 Md€
avec des évolutions contrastées (+7 %, +12 % et
-8 %).
Les allocations perçues par les demandeurs d’em-
ploi, qu’ils soient ou non couverts par l’assurance
chômage (allocation d’aide au retour à l’emploi
formation – Aref, rémunération des formations
de Pôle emploi – RFPE et rémunération de fin
de formation – RFF) s’élèvent à 1,4 Md€ en 2014.
Milliards d'euros constants 2014
0
1
2
3
4
5
6
7
8
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Catégorie 7Catégorie 5
Catégorie 4 Catégorie 6
Catégorie 2
Graphique 2
Dépenses pour les politiques « actives » du marché du travail
Catégories :
2 - Formation professionnelle ; 4 - Incitation à l’emploi ;
5 - Emploi protégé et réadaptation ; 6 - Création directe d’emploi ; 7 - Aide à la création d’entreprise ;
Champ : France.
Source : Dares, base PMT pour Eurostat.
Elles augmentent de 5 % en raison de la progres-
sion de la RFPE et de la RFF (respectivement +34 %
et +14 %). Ces hausses sensibles s’expliquent par
la progression importante du nombre de bénéfi-
ciaires de ces mesures, ciblés plus prioritairement
par les formations du plan « 100 000 formations
prioritaires » mis en place en 2014 et privilégiant
des formations à des métiers en tension.
En raison de la forte baisse du nombre d’entrées
en apprentissage en 2013 et de la réforme des
aides à l’embauche en apprentissage, les dépenses
d’apprentissage ont diminué de 8 % en 2014.
Après deux années de fortes baisses suivies d’un
léger rebond en 2013 (+5 %), les dépenses d’inci-
tations à l’embauche (catégorie 4) augmentent
fortement en 2014 (+47 %), du fait de la hausse
significative du nombre d’emplois d’avenir (22 000
contrats signés dans le secteur marchand pour un
montant de 110 M€) et de la montée en charge
des nouveaux dispositifs apparus en 2013 (contrat
de génération, aide à l’embauche d’un jeune en
contrat à durée indéterminée).
Le financement du contrat de génération, qui vise
à encourager l’embauche des jeunes et à favori-
ser le maintien dans l’emploi des seniors au moyen
d’une aide financière pour l’employeur, atteint
86 M€ en 2014 (après 46 M€ en 2013, année de sa
création). La dépense relative aux contrats uniques
d’insertion – contrats initiative emploi (CUI-CIE)
augmente de 29 % et atteint 139 M€ en raison
d’une hausse du nombre moyen de bénéficiaires,
de 28 000 en 2013 à 31 000 en 2014 [2]. Les aides
au secteur de l’insertion par l’activité économique
(IAE) (4) augmentent en 2014 (341 M€ après
297 M€ en 2013). Cette hausse est liée à la ré-
forme de l’IAE de 2014 qui modifie l’aide au poste
accordée aux différentes structures, en introdui-
(2) Cette catégorie comprend principalement les actions de formation préalables à l’embauche et les préparations opérationnelles à l’emploi.
(3) Frais pédagogiques et rémunérations, hors apprentissage.
(4) Hors Ateliers et chantiers d’insertion (ACI), que l’on comptabilise en catégorie 6.
décembre 2016 N° 0724 résultats
Les dépenses ciblées en faveur du marché du travail
Le suivi des dépenses ciblées en faveur du marché du travail repose sur la nomenclature « politiques du marché du
travail » (PMT) élaborée par Eurostat en 1996. L’objectif de cette nomenclature est de collecter des données compa-
rables sur les dépenses et les bénéficiaires des politiques du marché du travail mises en œuvre par les différents États
membres pour lutter contre le chômage, en vue notamment de disposer d’indicateurs de suivi de la Stratégie euro-
péenne pour l’emploi.
Le champ des PMT, tel qu’il est défini par Eurostat, couvre les « interventions publiques sur le marché du travail visant
à permettre un fonctionnement efficace de celui-ci et à corriger des déséquilibres, et qui peuvent être distinguées
d’autres interventions plus générales de la politique de l’emploi dans la mesure où elles agissent de façon sélective en
favorisant des groupes particuliers sur le marché du travail » [3].
Les groupes cibles sont en priorité les chômeurs inscrits auprès des services publics de l’emploi et les autres personnes
rencontrant des difficultés particulières à accéder au marché du travail ou à y rester.
Les dépenses ciblées (financées par l’État, les collectivités locales ou les administrations de sécurité sociale) recouvrent
trois types d’interventions publiques (tableaux A et 2) : les services relatifs au marché du travail, les mesures actives de
politique d’emploi et les soutiens au revenu en cas d’absence d’emploi.
Tableau A
Classification européenne des dépenses ciblées en faveur du marché du travail
Services et activités assurés par les services publics de l’emploi, ainsi que les services
fournis par d’autres agences publiques ou d’autres organismes sous financement
public, qui facilitent l’insertion des chômeurs et autres demandeurs d’emploi sur le
marché du travail ou qui assistent les employeurs dans le recrutement et la sélec-
tion du personnel.
Services relatifs au marché du travail
(dépenses pour les services publics
de l’emploi)
Services Catégorie 1
Mesures visant à améliorer l’employabilité des groupes cibles par la formation, et
qui sont financées par des organismes publics.
Formation professionnelle
Mesures
« actives »
Catégorie 2
Mesures qui facilitent le recrutement de chômeurs et d’autres groupes cibles, ou
qui aident à assurer le maintien dans l’emploi de personnes menacées de le perdre
involontairement.
Incitations à l’emploiCatégorie 4
Mesures visant à favoriser l’insertion sur le marché du travail de personnes à capa-
cité de travail réduite, grâce à un emploi protégé et une réadaptation.
Emploi protégé et réadaptationCatégorie 5
Mesures qui créent des emplois supplémentaires, généralement d’intérêt public ou
socialement utiles, afin de procurer un emploi aux chômeurs de longue durée ou
aux personnes qui rencontrent des difficultés particulières sur le marché du travail.
Création directe d’emploisCatégorie 6
Mesures encourageant les chômeurs ou autres groupes cibles à créer leur propre
entreprise ou activité indépendante.
Aide à la création d’entreprisesCatégorie 7
Soutiens ayant pour but de compenser une perte de salaire ou de revenu des indi-
vidus grâce au versement de prestations en espèces quand une personne : apte à
travailler et disponible pour occuper un emploi ne parvient pas à trouver un emploi
acceptable ; est licenciée ou contrainte à travailler à temps partiel ou est tempo-
rairement inoccupée pour des motifs économiques ou autres (y compris des raisons
tenant aux variations saisonnières) ; a perdu son emploi à cause d’une restructura-
tion ou d’une cause similaire (indemnités de licenciement).
Maintien et soutien de revenu en cas
d’absence d’emploi
Soutiens
au
revenu
Catégorie 8
Soutiens qui facilitent la préretraite complète ou partielle de travailleurs âgés qui
ont peu de chances de trouver un nouvel emploi ou dont le départ à la retraite faci-
lite le placement d’une personne au chômage ou appartenant à un autre groupe
cible.
PréretraiteCatégorie 9
Encadré 1
sant en plus du montant socle, un montant modu-
lé en fonction du profil des personnes accueillies.
Les aides à l’emploi protégé en faveur des per-
sonnes à capacité de travail réduite (catégorie 5),
en progression lente mais régulière depuis leur
création, se stabilisent en 2014, aux alentours de
2 Md€.
Sous l’impulsion des emplois d’avenir, les aides
à l’emploi dans le secteur non marchand (caté-
gorie 6), sont en forte hausse en 2014 (+37 %).
Mis en place à la fin de l’année 2012, les emplois
d’avenir non marchands progressent rapidement
du fait de l’augmentation des embauches et de
leur durée moyenne élevée (66 000 contrats si-
gnés en 2014 pour une dépense de 1,3 Md€ après
471 M€ en 2013). Les dépenses pour les contrats
uniques d’insertion – contrats d’accompagne-
ment dans l’emploi (CUI-CAE), qui représentent
65 % des dépenses de cette catégorie, augmen-
tent également (+5 %). Le nombre moyen d’allo-
cataires croît malgré une contraction des entrées,
du fait de l’allongement de la durée moyenne des
contrats signés en 2013.
Les aides à la création d’entreprise (5) (catégorie 7)
chutent de 17 % en 2014 après une hausse de 4 %
l’année précédente et s’établissent à 795 M€.
Légère hausse des dépenses d’indemnisation
du chômage
Les dépenses de soutien du revenu en cas d’absence
d’emploi (prestations de chômage, catégorie 8)
s’établissent à 33,3 Md€ en 2014, soit 1,6 point de
PIB. Leur légère augmentation de 1,4 % traduit
un ralentissement de la progression du nombre
de demandeurs d’emploi indemnisés par l’assu-
rance chômage et le régime de solidarité en 2014
(+2,0 % après +4,8 % l’année précédente) (6).
(5) Elles regroupent l’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise (Accre), l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (Arce) et le nouvel accom-
pagnement pour la création et la reprise d’entreprise (Nacre). Les dépenses associées à l’Accre sont sous-estimées : on ne connaît le montant des exonérations
de cotisations sociales que pour une faible part (gérants minoritaires).
(6) Évolution en moyenne annuelle sur données CVS, source Pôle emploi.
décembre 2016 N° 072 5résultats
Les dépenses ciblées pour les politiques du marché du travail dans le reste de l’Union européenne
En France et dans la plupart des pays voisins (1), les dépenses pour les politiques du marché du travail ont fortement
augmenté après la crise de 2008. Celles-ci ont atteint un pic en 2010 avant de repartir légèrement à la baisse. Dans
l’ensemble, l’évolution de ces dépenses suit celle du taux de chômage (graphique A).
En 2013 (2), leur niveau se situe entre 1,5 et 3,5 % du PIB. La France se place dans la moyenne des pays considérés avec
une dépense qui s’élève à plus de 2,4 points de PIB.
Encadré 2
0
5
10
15
20
25
30
0,0
0,5
1,0
1,5
2,0
2,5
3,0
3,5
4,0
4,5
2007
2010
2012
2007
2010
2013
2007
2010
2013
2007
2010
2013
2007
2010
2013
2007
2010
2013
2007
2010
2013
2007
2010
2013
2007
2010
2013
2007
2010
2013
Espagne Danemark Belgique Finlande France UE-13 Suède Allemagne Autriche Italie
Dépenses en % de PIB Taux de chômage ( ), en %
Graphique A
Dépenses pour les politiques du marché du travail
Source : Dares, base PMT pour Eurostat.
Pour la plus grande part, ces dépenses sont constituées de prestations de chômage (3) et d’allocations de préretraite
(catégories 8 et 9). Celles-ci sont largement prépondérantes en Espagne, en Belgique et en Italie où elles représentent
respectivement 82 %, 71 % et 74 % de la dépense totale de ces pays (graphique B).
Les pays scandinaves consacrent quant à eux une part importante de leurs dépenses aux mesures « actives ». En par-
ticulier, les dépenses associées à ces mesures représentent près de 54 % de la dépense totale en Suède. La France,
l’Autriche et l’Allemagne se positionnent à un niveau intermédiaire.
(1) Un échantillon de 8 pays a été retenu ici. UE-13 représente les montants dépensés par l’Europe des 15, à l’exception du Royaume-Uni et de la Grèce, pour
qui les données 2013 n’ont pas encore été publiées.
(2) Les données 2013 pour l’Espagne ne sont pas encore disponibles. Les montants présentés ici sont ceux de l’année 2012.
(3) Afin d’améliorer la comparabilité des données, les réductions de cotisations sociales associées aux prestations chômage (catégorie 8) ont été retirées.
En effet, la protection sociale des demandeurs d’emploi donne lieu à des choix méthodologiques différents entre les pays. Ces différences de traitement
concernent des montants financiers importants et pourraient brouiller les comparaisons.
Graphique B
Dépenses pour les politiques du marché du travail en 2013, par grandes catégories
Dépenses en % de PIB
0,0
0,5
1,0
1,5
2,0
2,5
3,0
3,5
4,0
Espagne* Danemark Belgique Finlande France UE-13 Suède Allemagne Autriche Italie
Soutiens au revenu
Mesures « actives »
Services relatifs
au marché du travail
Autre
* Voir note 2.
Source : Dares, base PMT pour Eurostat.
Dépenses en % de PIB
EspagneDanemark BelgiqueFinlandeFrance UE-13SuèdeAllemagne AutricheItalie
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
Aide à la création
d'entreprises
Création directe
d'emplois
Emploi protégé
et réadaptation
Incitations à l'emploi
Formation
professionnelle
décembre 2016 N° 0726 résultats
Les dépenses au titre de l’allocation d’aide au re-
tour à l’emploi (ARE, assurance chômage) s’élèvent
à 28,2 Md€, en légère hausse de 1 % par rapport
à 2013. Celles au titre de l’allocation de solidari-
té spécifique (ASS) s’accroissent de manière plus
prononcée (2,6 Md€, soit une hausse de 8,3 %
en 2014). Cette augmentation est liée à l’accrois-
sement des fins de droits à l’assurance chômage,
dans un contexte de développement du chômage
de longue durée. Les dépenses d’allocation équiva-
lent retraite (AER), dispositif en extinction depuis
2011, poursuivent leur baisse à un rythme accéléré
(-19,6 % en 2014 après -4,4 % en 2013).
Les allocations versées aux bénéficiaires du contrat
de sécurisation professionnelle (hors périodes
de formation (7)) atteignent 1,7 Md€ (en légère
hausse de 1 % par rapport à 2013). En 2014, le
nombre de bénéficiaires a cependant légèrement
diminué. La part des inscriptions à Pôle emploi
suite à un licenciement économique donnant lieu
à une entrée en CSP s’est stabilisée aux alentours
de 64 % et les adhésions au CSP ont diminué de
6 % par rapport à 2013 [4].
Les dépenses au titre de l’activité partielle (dont
l’activité partielle de longue durée) poursuivent
leur progression mais à un rythme moins soutenu
(+14 % après des hausses de 50 % et 80 % en 2012
et 2013). Elles atteignent 212 M€ en 2014, soit
un montant nettement supérieur à ceux observés
entre 2000 et 2008, où leur niveau était historique-
ment bas.
La politique de réduction des dispositifs publics
de préretraite (catégorie 9) menée depuis le dé-
but des années 2000 conduit à l’extinction lente
de toutes les mesures de préretraite. La dépense
pour les préretraites publiques n’est plus que de
40 M€ (8) en 2014.
5,6 Md€ consacrés aux services publics de l’emploi
Les services relatifs au marché du travail (catégo-
rie 1) recouvrent essentiellement les dépenses de
personnel et de fonctionnement des institutions
du service public de l’emploi (SPE), principalement
Pôle emploi. Elles se sont élevées à 5,6 Md€ en
2014, soit une légère baisse de 0,2 %. Le budget
de fonctionnement (9) de Pôle emploi est en 2014
de 4,4 Md€ et augmente de 3 %.
Les dépenses d’information, d’orientation et
d’accompagnement des jeunes (Civis, contrat d’au-
tonomie, « ANI jeunes » (10), Garantie jeunes, mis-
sions locales), diminuent de 11 % (488 M€ en 2014).
Dans le détail, les dépenses actives sont majoritairement composées de dépenses de formation professionnelle (caté-
gorie 2) en Allemagne, en Autriche et en Finlande. Celles-ci représentent respectivement 80 % et 74 % des dépenses
actives en Autriche et en Allemagne (graphique C).
Les aides à lemploi (catégories 4 à 7) sont particulièrement élevées au Danemark et en Suède où les emplois aidés du
secteur marchand occupent une place importante. La France et la Belgique se distinguent par un recours plus impor-
tant aux emplois aidés non marchands qui constituent une part significative de leurs dépenses actives (25 % et 30 %
contre 7 %, 6 % et 1 % en Allemagne, en Espagne et en Italie).
Encadré 2
(suite et fin)
Graphique C
Structures des dépenses « actives » en 2013
Source : Dares, base PMT pour Eurostat.
(7) Les allocations de sécurisation professionnelle versées pendant les périodes de formation sont comptabilisées dans la catégorie 2.
(8) Sont hors champ les dépenses consacrées au dispositif de départ en retraite anticipé pour carrières longues, pour pénibilité et les départs dérogatoires
des allocataires du Fonds de cessation anticipés d’activité des travailleurs de l’amiante (FCAATA). Remarque : Ces dépenses sont assimilables à des dépenses
de la branche ATMP et de retraite et ne sont pas nécessairement ciblées vers un public PMT. En effet, les bénéficiaires de ces mesures peuvent être en emploi
lors de leur entrée dans le dispositif. Pour rappel, le FCAATA finance les préretraites attribuées aux anciens travailleurs de l’amiante et ce fonds est alimenté
par la branche ATMP.
(9) Source : Rapport financier 2014 de Pôle emploi.
(10) Accord national interprofessionnel (ANI) conclu par les partenaires sociaux le 7 avril 2011 pour le financement de l’accompagnement renforcé de jeunes
ayant des difficultés d’accès à l’emploi.
décembre 2016 N° 072 7résultats
(11) Le FPSPP a versé 16 M€ à Pôle emploi et 21 M€ aux missions locales. Une part des réserves de l’Apec, estimée à 11 M€, est également affectée au finan-
cement de ce dispositif.
(12) Les allocations versées aux bénéficiaires de la garantie jeunes sont comptabilisées en catégorie 8.
(13) Allocation forfaitaire d’un montant égal à 88 % du RSA pour une personne seule.
(14) Le CICE a été institué par la loi du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour 2012.
(15) Connus sous le nom d’ « allégements Fillon », ces allégements généraux consistent en une réduction de 26 points du taux de cotisations sociales patro-
nales au niveau du Smic diminuant progressivement avec le salaire et s’annulant à 1,6 Smic. La réduction est majorée (-28,1 points) pour les entreprises de
moins de 20 salariés.
(16) La dynamique des allègements généraux de cotisations sociales est liée à celle de la masse salariale et aux évolutions respectives du salaire moyen et du
Smic. Lorsque le salaire moyen progresse plus vite que le Smic, le montant des exonérations diminue car le nombre de salariés ouvrant droit aux allègements
se réduit. En 2014, les hausses du salaire moyen et du Smic sont évaluées à +1,7 % et +1,1 % respectivement (Comptes de la sécurité sociale, septembre 2014,
p. 38) et contribuent à la baisse aux évolutions des allégements généraux. La masse salariale a quant à elle progressé de 0,7 %.
(17) Les montants correspondant au cumul entre des revenus d’activité et des allocations ARE et ASS ne font pas partie de ce champ, même s’ils constituent
des incitations à l’emploi. En effet, il n’est pas possible de les distinguer de l’ensemble des dépenses d’indemnisation. Ils sont donc comptabilisés dans les
dépenses ciblées.
(18) Le barème a été gelé à partir de 2008. À partir de 2016, la prime d’activité remplace la prime pour l’emploi et le RSA activité.
Graphique 3
Dépenses ciblées ou générales en faveur de l’emploi et du marché du travail,
et autres minima sociaux
Champ : France.
Source : Dares.
Milliards d'euros constants 2014
0
5
10
15
20
25
30
35
40
45
50
55
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Dépenses ciblées Dépenses générales Autres minima sociaux
Cette diminution s’explique notamment par la
baisse des dépenses consacrées à l’« ANI jeunes »
confié aux missions locales (48 M€ après 69 M€
l’année précédente) (11) et par la chute des dé-
penses associées au contrat d’autonomie, en ex-
tinction progressive (3 M€ en 2014 après 28 M€
l’année précédente). Cette baisse a néanmoins été
atténuée par la montée en charge de la garantie
jeunes (13 M€ de frais de fonctionnement (12) en
2014). Mis en place à la fin de l’année 2013 dans
une quarantaine de missions locales, ce dispositif
expérimental permet aux jeunes entre 18 et 25 ans
d’obtenir une allocation (13) tout en bénéficiant
d’un parcours intensif d’accès à l’emploi et à la for-
mation.
Les dépenses d’accompagnement du contrat de
sécurisation professionnelle diminuent de 6 % et
atteignent 0,4 Md€ en 2014.
51 Md€ de dépenses générales en faveur de l’emploi
et du marché du travail
Les dépenses générales en faveur de l’emploi et du
marché du travail (encadré 3) ont atteint en 2014,
50,8 Md€ (2,4 points de PIB) soit 5,7 Md€ sup-
plémentaires par rapport à 2013. Cette hausse de
12,1 % en euros constants est presque totalement
imputable à la montée en charge du crédit d’im-
pôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) (14).
Forte hausse des mesures générales d’exonérations,
en lien avec la montée en charge du CICE
Les mesures générales d’exonérations s’élèvent à
38,6 Md€ en 2014, soit 17,3 % de plus qu’en 2013.
Elles représentent 76 % des dépenses générales en
faveur de l’emploi.
Cette forte hausse s’explique largement par la pro-
gression des dépenses associées au CICE (+51,8 %),
sous l’effet de l’augmentation de son taux de 4 %
à 6 %. Avec 17,3 Md€ au titre de 2014, le CICE est
désormais le deuxième poste des dépenses géné-
rales en faveur de l’emploi (34 %), après les allège-
ments généraux (41 %).
Les allégements généraux de cotisations sociales
patronales sur les bas salaires (15) s’établissent à
20,8 Md€, un montant stable par rapport à 2013.
(tableau 3) [5]. Les deux effets qui conditionnent
la dynamique de ces allègements – l’évolution de
la masse salariale et les évolutions comparées du
salaire moyen et du Smic – ont joué en sens in-
verse (16).
Les allègements en faveur des heures supplémen-
taires diminuent encore de près de 15 % après une
très forte baisse en 2013 liée à la suppression qua-
si-totale du dispositif en 2012. Il ne subsiste plus
que la déduction forfaitaire en faveur des entre-
prises de moins de 20 salariés (1,5€ / heure supplé-
mentaire), qui représente 489 M€ en 2014.
4 Md€ d’incitations financières à l’emploi
Les mesures dites d’« incitation financière à l’em-
ploi » ont pour objectif de rendre plus rémunéra-
teurs l’accès ou le retour à l’emploi ainsi que l’aug-
mentation de la durée travaillée, en apportant des
aides complémentaires aux revenus d’activité (17).
En 2014, elles ont coûté 4 Md€, un montant stable
par rapport à 2013.
Les dépenses au titre de la PPE poursuivent leur
décrue (-6,2 %), à un rythme plus lent que les
années précédentes (18). Le RSA activité (seule
composante du RSA prise en compte au titre des
MESURES GÉNÉRALES D’EXONÉRATIONS........................................................................................................... 26 729 26 883 25 159 24 636 32 771 38 625
Allègements généraux bas salaires et aménagements et réduction du temps de travail..................... 21 849 21 743 19 998 20 798 20 796 20 789
Allégements Fillon (loi du 17 janvier 2003) (1) ................................................................................................ 21 847 21 743 19 998 20 798 20 796 20 789
Autres allégements généraux (1)...................................................................................................................... 2 - - - -
Heures supplémentaires et rachat de RTT .................................................................................................. 4 512 4 720 5 120 3 760 570 489
Exonérations de cotisations salariales et patronales (1).................................................................................. 3 122 3 200 3 440 2 545 570 489
Exonérations d’impôt sur le revenu des heures supplémentaires et complémentaires (2)........................... 1 390 1 520 1 680 1 215 - -
Aides à l’embauche dans les TPE (dispositif « zéro charges » du plan de relance 2009-2010) (1)............ 368 421 41 78 33 2
CICE (2)........................................................................................................................................................... - - - - 11 372 17 346
INCITATIONS FINANCIÈRES À L’EMPLOI.............................................................................................................. 4 731 4 677 4 614 4 233 4 045 4 039
Prime pour l’emploi (2) .................................................................................................................................................. 3 610 3 105 2 900 2 460 2 234 2 104
Prime de retour à l’emploi (3) ....................................................................................................................................... 132 16 - - - -
Prime d’intéressement RMI (3) ...................................................................................................................................... 125 22 5 - - -
Prime d’intéressement API (3) ....................................................................................................................................... 14 2 - - - -
Revenu de solidarité active (RSA) (3) ............................................................................................................................ 647 1 410 1 589 1 675 1 759 1 935
Revenu supplémentaire temporaire d’activité (RSTA DOM, Plan de relance 2009-2010) (3) .................................... 204 122 119 97 52
MESURES EN FAVEUR DE L’EMPLOI DANS CERTAINES ZONES GÉOGRAPHIQUES (1)........................................ 1 731 1 636 1 535 1 593 1 574 1 483
Exonérations zonées et dépenses fiscales hors DOM................................................................................ 749 614 584 569 539 508
Zones de revitalisation rurale (ZRR) et de redynamisation urbaine (ZRU) (1)+(3)......................................... 243 197 199 178 175 142
Zones franche urbaine (ZFU)............................................................................................................................. 494 407 364 368 342 340
Zone franche de Corse ...................................................................................................................................... 2 1 - - -
Bassins d’emploi à redynamiser ....................................................................................................................... 10 9 21 23 22 26
Exonérations DOM ....................................................................................................................................... 982 1021 952 1025 1035 975
MESURES EN FAVEUR DE L’EMPLOI DANS CERTAINS SECTEURS ....................................................................... 6 781 6 858 6 425 6 535 6 693 6 655
Services à la personne / emplois familiaux ............................................................................................... 5 937 6 084 5 787 5 956 6 175 6 137
Aides aux particuliers......................................................................................................................................... 4 418 4 430 4 305 4 425 4 623 4 595
Réduction d’impôt sur le revenu au titre de l’emploi d’un salarié à domicile (2)........................... 1 250 1 270 1 380 1 485 1 550 1 510
Crédit d’impôt sur le revenu au titre de l’emploi, par les particuliers, d’un salarié à domicile (2) 1 785 1 900 2 000 2 035 1 990 1 990
Exonération des particuliers employeurs « publics fragiles » * (1) .................................................. 846 856 855 860 887 876
Exonération 15 points particuliers employeurs (1) ........................................................................... 278 334 30 - -
Exonération d’impôt sur le revenu de l’aide de l’employeur au CESU préfinancé (2).................... 20 70 40 45 50 50
Distribution de CESU préfinancé par l’État (Plan de relance 2009-2010) (3)................................... 239 - - - - -
Exonération forfaitaire de CM pour les EDM (1) .............................................................................. - - - - 146 169
Aides aux organismes prestataires agréés de services à la personne ............................................................. 1 432 1 541 1 353 1 401 1 515 1 507
Exonération de TVA pour les services rendus aux personnes physiques (2)**............................... 433 505 433 411 408 415
Taux réduit de TVA (2) ........................................................................................................................ 110 100 210 200 195 163
Exonération aide à domicile auprès de personnes fragiles * (1)...................................................... 638 662 692 774 862 879
Exonération aide à domicile : extension des activités exonérées (1)............................................... 239 262 6 0 - -
Autres aides aux organismes prestataires agréés de services (2) ..................................................... 12 12 12 16 50 50
Aides aux entreprises CESU préfinancé : exonération abondement (1)......................................................... 68 95 111 118 37 35
Financement de l’Agence nationale des services à la personne (3)................................................................ 19 19 18 12 0 -
Secteur agricole ........................................................................................................................................... 206 525 632 578 517 518
Exonération en faveur des jeunes chefs d’exploitation on d’entreprise agricole (1).................................... 56 45 43 38 43 41
Taux de cotisations réduits pour l’emploi de travailleurs occasionnels agricoles (ex TO-DE) (1).................. 102 - - - - -
Exonération pour l’emploi de travailleurs occasionnels agricoles TO-DE (1)................................................. 23 453 571 527 467 450
Exonération salariale de sécurité sociale au titre des contrats « vendanges » (1)......................................... 15 20 18 13 8 27
Autres mesures à destination du secteur agricole (1)...................................................................................... 10 8 0 0 - -
Hôtels, cafés, restaurants (HCR) .................................................................................................................. 638 249 6 1 - -
Exonération avantage « repas » en nature (1)................................................................................................. 158 164 - - - -
Aides à l’emploi (3) ............................................................................................................................................ 479 85 6 1 - -
Total exonérations (1)......................................................................................................................................... 29 504 29 896 27 340 27 345 25 422 25 239
Total dépenses fiscales (2)............................................................................................................................ 8 610 8 482 8 655 7 867 17 849 23 628
Autres (3) ....................................................................................................................................................... 1 858 1 676 1 738 1 785 1 811 1 935
Total en euros courants................................................................................................................................ 39 972 40 054 37 733 36 997 45 083 50 802
Total en points de PIB................................................................................................................................... 2,1 2,0 1,8 1,8 2,2 2,4
Total en euros constants 2014 ..................................................................................................................... 42 833 42 276 38 999 37 504 45 309 50 802
Variation annuelle en volume ..................................................................................................................... 1,1% -1,3% -7,8% -3,8% 16,2% 12,1%
décembre 2016 N° 0728 résultats
Tableau 2
Dépenses générales en faveur de l’emploi et du marché du travail En millions d’euros courants
201420132012201120102009
Remarque : les dépenses du budget du ministère chargé de l’emploi issues des bases India et Chorus et compilées dans ce tableau correspondent aux montants effectivement versés une
année donnée et non aux sommes dues par l’État au titre de cette année. À l’inverse, les données publiées par l’Acoss correspondent aux sommes dues par l’État au titre de l’année,
d’où certaines différences entre les chiffres publiés ici et ceux publiés par l’Acoss ou dans les comptes de la sécurité sociale. Avec la réforme des finances publiques instituée par la
loi organique relative aux lois de finances (LOLF) du 1er
août 2001, ces écarts sont appelés à disparaître. Quelques chiffres ont été modifiées par rapport à la publication précèdente,
du fait de la prise en compte de données plus récentes.
* La série antérieure à 2014 comportait une erreur de chiffrage. Elle a été corrigée à partir d’une estimation de cette erreur.
Champ : France.
Sources :
(1) Les montants des exonérations sont issus des comptes de la sécurité sociale. Les montants des mesures en faveur du secteur agricole sont issues de données MSA.
(2) Les montants des dépenses fiscales sont issus des tomes II des Évaluations des voies et moyens des projets de loi de finances successifs, à l’exception de celui du CICE qui provient du
Rapport 2015 du Comité de suivi et d’évaluation du CICE.
(3) Les autres dépenses sont issues des rapports annuels de performance 2013 (RAP). Les données sur le RSA activité proviennent des données de la CAF.
décembre 2016 N° 072 9résultats
dépenses générales pour l’emploi) connaît en
revanche une hausse plus rapide qu’en 2013
(+9,5 % contre +4,1 %), liée à l’accélération du
nombre de bénéficiaires (+8,2 % entre juin 2013
et juin 2014).
1,5 Md€ en faveur de l’emploi dans certaines
zones géographiques
Les aides à l’emploi dans certaines zones géogra-
phiques regroupent les exonérations spécifiques
aux DOM et les aides visant à développer l’emploi
dans des zones cibles de la politique d’aménage-
ment du territoire et dans les quartiers prioritaires
de la politique de la ville.
Ces dernières, dites « exonérations zonées », sont
majoritairement des exonérations de cotisations
sociales ou des réductions d’impôts pour les en-
treprises qui s’installent en zone de revitalisation
rurale (ZRR), en zone de redynamisation urbaine
(ZRU), en zone franche urbaine (ZFU), ou encore
dans les bassins d’emploi à redynamiser (BER).
Les dépenses couvrant ces exonérations zonées
représentent 508 M€ en 2014. Leur décrue se
poursuit (-6,2 %), notamment sous l’effet du re-
centrage du dispositif concernant les organismes
d’intérêt général des ZRR (19).
Dans les DOM, les entreprises de certains secteurs
bénéficient depuis le milieu des années 1990
d’exonérations spécifiques de cotisations patro-
nales (20). En 2014, ces exonérations s’élèvent à
975 M€. Cette baisse de 6,3 % par rapport à 2013
s’explique largement par le recentrage du disposi-
tif sur les bas salaires, destiné à accroître son effi-
cacité et à mieux l’articuler avec le CICE (21).
6,7 Md€ en faveur de l’emploi dans certains
secteurs d’activité
Les aides sectorielles ont diminué de 1,1 % en
2014 sous l’effet d’un recul des dépenses en faveur
des services à la personne. Avec 6,1 Md€, ces der-
nières représentent 12 % des dépenses générales
en faveur de l’emploi. Elles se partagent en deux
catégories : 75 % s’adressent aux particuliers qui
utilisent les services à la personne et 25 % aux
organismes prestataires agréés. Les aides sociales
versées aux publics fragiles par l’État ou les collec-
tivités territoriales ainsi que le subventionnement
de la garde d’enfant à domicile par les caisses
d’allocations familiales ne sont toutefois pas inclus
dans le champ de cette publication.
Les aides aux particuliers utilisateurs de services à
la personne représentent 4,6 Md€ en 2014. Elles
ont diminué de 1,1 %, soit une baisse moindre que
le volume d’heures déclarées (-2,5 %) ; la hausse
du montant moyen d’aide par heure déclarée en
euros courants (+1,9 %) est ainsi supérieure à la
progression du Smic (+1,1 %). Ces aides se com-
posent principalement de la réduction et du crédit
d’impôt au titre de l’emploi d’un salarié à domi-
cile (22), qui concernent près de 3,9 millions de
ménages pour un coût de 3,5 Md€. S’y ajoutent
une exonération de cotisations sociales accordée
pour les prestations effectuées auprès de publics
fragiles (876 M€), une exonération d’impôt sur le
revenu pour l’aide de l’employeur au chèque em-
ploi service universel (Cesu) des salariés (50 M€),
ainsi qu’une exonération forfaitaire de cotisation
maladie (169 M€). Les aides versées aux orga-
nismes prestataires agréés se répartissent quant
à elles principalement entre une exonération de
cotisations sociales pour les prestations effectuées
auprès de publics fragiles (879 M€) et différentes
mesures de réduction de la TVA (578 M€). Elles
s’élèvent à 1,5 Md€, en baisse de 1,0 % alors que
le volume d’heures déclarées par ces organismes
augmente de 1,4 %.
Le secteur agricole bénéficie également d’aides à
l’emploi à hauteur de 518 M€, un montant stable
par rapport à 2013.
(19) PLF 2014, art. 78. Les conditions ouvrant droit à l’exonération ont été durcies pour la deuxième année consécutive. Le PLF 2014 propose un recentrage
du dispositif sur les bas salaires.
(20) Loi du 25 juillet 1994 tendant à favoriser l’emploi, l’insertion et les activités économiques dans les départements d’outre-mer, à Saint-Pierre-et-Miquelon
et à Mayotte. Ces exonérations concernaient à l’origine les entreprises de certains secteurs pour les salariés rémunérés au Smic. Elles ont été successivement
étendues à de nouveaux secteurs et à des seuils de salaire supérieurs par la loi d’orientation pour l’outre-mer (Loom) en 2000, par la loi de programme pour
l’outre-mer (Lopom) en 2003 et par la loi pour le développement économique des outre-mer (Lodeom) adoptée en 2009. Notamment, depuis l’application du
dispositif Loom (2001), les entreprises de moins de 11 salariés en bénéficient quel que soit leur secteur d’activité.
(21) PLF 2014, art. 70.
(22) Instaurée en 1991, la réduction d’impôt a été transformée en crédit en 2006 pour les contribuables qui exercent une activité professionnelle ou sont
demandeurs d’emploi depuis plus de trois mois, tandis que ceux ne remplissant pas ces critères peuvent continuer à bénéficier de la réduction d’impôt.
Graphique 4
Structure des dépenses générales, de 2008 à 2014
Structure en euros courants
Allègements généraux ciblés sur les bas salaires
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
CICE
Heures supplémentaires et rachat de RTT
Incitations financières à l'emploi
Mesures en faveur de l'emploi dans certaines zones géographiques
Mesures en faveur de l'emploi dans certains secteurs
Autres
Champ : France.
Source : Dares.
décembre 2016 N° 07210 résultats
Les dépenses générales en faveur de l’emploi : définition
Les dépenses générales en faveur de l’emploi ne s’adressent pas spécifiquement à des personnes en difficulté sur le
marché du travail. Il s’agit généralement de transferts aux entreprises visant à réduire le coût du travail pour certaines
catégories de salariés dans certains territoires ou secteurs et, plus rarement, de revenus de soutien aux personnes en
emploi.
Le contour de ces dépenses prête à discussion. Les réductions de prélèvements fiscaux et sociaux peuvent, en effet,
avoir plusieurs objectifs, encourager l’emploi mais aussi renforcer la compétitivité des entreprises ou contribuer à
l’aménagement du territoire. Par ailleurs, elles se prêtent mal aux comparaisons internationales car les dispositifs
associés se fondent sur des systèmes de prélèvements fiscaux et sociaux qui diffèrent d’un pays à l’autre.
Compte tenu de ces limites, sont considérées dans cette publication comme dépenses générales en faveur de l’emploi
et du marché du travail :
- les exonérations d’impôts et de cotisations sociales destinées à accroître la demande de travail. On distingue
parmi elles les exonérations « générales » des exonérations en faveur de certains secteurs économiques et zones
géographiques ;
- les incitations financières destinées à augmenter l’offre de travail.
L’étude exclut les taux réduits de TVA dans le bâtiment et la restauration (près de 8 Md€ en 2014) mais retient les
allègements fiscaux similaires dans le secteur des services à la personne, dont l’objectif affiché (par les pouvoirs publics
dans les lois de finances) est plus explicitement rattaché au développement de l’emploi. Est retenu également le crédit
d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Certes, la création d’emplois n’apparaît pas comme le seul objectif
de ce dispositif (1). Néanmoins, celui-ci se rapproche d’un allégement de cotisations sociales dans la mesure où l’exo-
nération fiscale, bien qu’adossée à l’impôt sur les bénéfices des sociétés, est proportionnelle à la masse salariale (2).
La délimitation du champ peut entraîner certains biais, particulièrement lorsque des dépenses qui en sont exclues se
substituent à des aides directes à l’emploi, comme, en 2009, dans la restauration, ou, à l’inverse, lorsque des dispositifs
entrant dans le champ remplacent des dispositifs qui n’en faisaient pas partie, à l’instar de l’exonération forfaitaire de
cotisations patronales dans le secteur des services à la personne créée en 2013.
(1) Dans le projet de loi de finances 2016, le CICE figure dans le programme « Développement des entreprises et du tourisme » de la mission « Économie ».
L’objectif mentionné est l’amélioration de la compétitivité des entreprises.
(2) 6 % de la masse salariale des salariés dont la rémunération n’excède pas 2,5 fois le SMIC.
Encadré 3
Tableau 3
Dépenses sociales au titre des minima sociaux à la lisière des politiques de l’emploi
201420132012201120102009
Revenu de solidarité active (RSA) (hors RSA activité) ......................................................................... 4 779 6 952 8 176 8 628 9 399 10 238
RSA socle non majoré (département) ...................................................................................... 2 999 5 594 6 599 6 984 7 649 8 384
RSA socle majoré (département).............................................................................................. 595 1 034 1 209 1 250 1 337 1 422
prime de solidarité active, 2e
trimestre 2009 (État) ................................................................ 894 10 1 20 2 7
prime de décembre (État)......................................................................................................... 292 314 366 374 412 426
Revenu minimum d’insertion (hors intéressement)............................................................................ 2 859 766 17 12 13 11
Allocation de parent isolé (API) (hors intéressement) ........................................................................ 530 144 0 0 0 0
Allocation aux adultes handicapés de base (AAH) ............................................................................. 5 889 6 323 6 901 7 490 7 884 8 140
Revenu de solidarité (RSO / DOM) ....................................................................................................... 71 73 73 68 64 61
Total ....................................................................................................................................... 14 129 14 259 15 167 16 197 17 360 18 450
Total en points de PIB............................................................................................................. 0,7 0,7 0,7 0,8 0,8 0,9
Total en euros constants 2014 ............................................................................................... 15 140 15 050 15 676 16 419 17 447 18 450
Variation annuelle en volume................................................................................................ 12,4% -0,6% 4,2% 4,7% 6,3% 5,7%
En millions d’euros
Champ : France.
Source : Cnaf.
Données des graphiques et tableaux
accessibles au format excel 0
10
20
30
40
50
décembre 2016 N° 072 11résultats
18,5 Md€ pour les dépenses sociales à la lisière
des politiques de l’emploi
Les dépenses au titre des minima sociaux compor-
tant de plus en plus fréquemment une dimension
« d’activation », une partie d’entre elles sont, de
fait, directement prises en compte dans les dé-
penses en faveur de l’emploi. Ainsi, parmi les neuf
minima sociaux qui existent en France en 2014 [6],
trois sont intégrés dans les dépenses ciblées en
faveur du marché du travail, au titre de l’indem-
nisation du chômage : l’allocation de solidarité
spécifique (ASS), l’allocation équivalent retraite
(AER) et l’allocation temporaire d’attente (ATA).
Les dépenses au titre du RSA « socle » et de l’al-
location aux adultes handicapés (AAH), dont les
bénéficiaires sont aussi généralement des publics
prioritaires des dispositifs ciblés d’aide à l’emploi,
ne sont, en revanche, pas retenues. Les dépenses
d’intéressement associées à certains de ces minima
sociaux, ainsi que le RSA « activité », sont compta-
bilisées en tant que dépenses générales en faveur
de l’emploi.
Les « dépenses sociales » non incluses dans les
dépenses en faveur du marché du travail s’élèvent
à 18,5 Md€ en 2014, et représentent 0,9 point
de PIB (tableau 4). Elles ont augmenté de 5,7 %.
Le nombre de bénéficiaires du RSA « socle » est
fortement lié à la conjoncture du marché du tra-
vail. Les dépenses associées à ce dispositif (agré-
gées avec les prestations auxquelles il a succédé)
ont progressé de 8,3 %, sous l’effet de la hausse
du nombre de bénéficiaires (+5,6 % en glissement
annuel en juin 2014) et de la revalorisation de 2 %
de septembre 2013 [7]. Les dépenses au titre de
l’AAH ont augmenté de 2,7 %, poursuivant leur
ralentissement depuis 2013.
Raphaël Haget et Olivia Montel (DARES).
Pour en savoir plus
[1] Paquier F. (2015), « Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en 2014. L’activité réduite progresse encore», Dares Analyses n° 075, octobre.
[2] Rey M. (2015), « Les contrats uniques d’insertion et les emplois d’avenir en 2014. Des bénéficiaires plus nombreux malgré des recrutements en baisse»,
Dares Analyses n° 064, septembre.
[3] Eurostat (2013), « Statistiques des politiques du marché du travail », Méthodologie 2013
[4] Charozé C. (2016), « Les dispositifs publics d’accompagnement des restructurations en 2014. Une tendance à la baisse », Dares Résultats n° 003, janvier.
[5] Les comptes de la sécurité sociale, résultats 2013, prévisions 2014 et 2015.
[6] Lelièvre M. (dir.) (2015), « Minima sociaux et prestations sociales. Ménages aux revenus modestes et redistribution - édition 2015 », Drees, Études et
Statistiques, août.
[7] Loubet A., Reduron V. (2015), « Le RSA en 2014 : une augmentation qui fléchit mais reste soutenue », Études et résultats n° 908, mars, Drees.
[8] Acoss (2015), « Les particuliers employeurs au quatrième trimestre 2014 », Acosstat n° 209, avril.
[9] Montel O., Haget R. (2015), « Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail en 2013 », Dares Analyses n° 087, novembre.
[10] Unédic (2015), Rapport financier 2014.
[11] Site Internet Dares : Dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail.
Voir aussi
Eurostat (2014), « Rapport qualitatif France 2012 » (fiches descriptives), Working papers et études.
Eurostat (2014), “LMP expenditure”, Statistics explained.
DARES RÉSULTATS
est édité par le ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social.
Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares),
39-43, quai André Citroën, 75902 Paris cedex 15.
http://dares.travail-emploi.gouv.fr (Publications)
Directrice de la publication: Selma Mahfouz
Rédactrice en chef: Anne Delahaye
Secrétariat de rédaction: Marie Avenel, Thomas Cayet
Maquettistes: Guy Barbut, Thierry Duret, Bruno Pezzali
Conception graphique et impression: ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social.
Réponse à la demande: dares.communication@travail.gouv.fr
Abonnement aux avis de parution de la Dares : http://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/avis-de-parution/article/abonnement
Dépôt légal: à parution. Numéro de commission paritaire: 3124 AD. ISSN 2109 - 4128 et ISSN 2267 - 4756.

Contenu connexe

Tendances

les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2018
les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2018les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2018
les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2018France Travail
 
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2016
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2016Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2016
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2016France Travail
 
BFM 1er trimestre 2020
BFM 1er trimestre 2020BFM 1er trimestre 2020
BFM 1er trimestre 2020France Travail
 
Etude Apec / Pôle emploi - Trajectoires de cadres au chômage
Etude Apec / Pôle emploi - Trajectoires de cadres au chômageEtude Apec / Pôle emploi - Trajectoires de cadres au chômage
Etude Apec / Pôle emploi - Trajectoires de cadres au chômageApec
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2020Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2020France Travail
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2019
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2019Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2019
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2019France Travail
 
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2017
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2017Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2017
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2017France Travail
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2018
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2018Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2018
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2018France Travail
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2020Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2020France Travail
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2020Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2020France Travail
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2021
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2021Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2021
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2021France Travail
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2018
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2018Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2018
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2018France Travail
 
Demandeurs d'emploi indemnisés au 1er trimestre 2020
Demandeurs d'emploi indemnisés au 1er trimestre 2020Demandeurs d'emploi indemnisés au 1er trimestre 2020
Demandeurs d'emploi indemnisés au 1er trimestre 2020France Travail
 
Le nombre de retours à l'emploi des demandeurs d'emploi au 2 t 2021
Le nombre de retours à l'emploi des demandeurs d'emploi au 2 t 2021Le nombre de retours à l'emploi des demandeurs d'emploi au 2 t 2021
Le nombre de retours à l'emploi des demandeurs d'emploi au 2 t 2021France Travail
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2019
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2019 Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2019
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2019 France Travail
 
Rapport du froupe d'Experts du SMIC - 2012
Rapport du froupe d'Experts du SMIC - 2012Rapport du froupe d'Experts du SMIC - 2012
Rapport du froupe d'Experts du SMIC - 2012Nathalie SALLES
 
Etude Apec- Les salaires des cadres dans 43 fonctions, septembre 2021
Etude Apec- Les salaires des cadres dans 43 fonctions, septembre 2021Etude Apec- Les salaires des cadres dans 43 fonctions, septembre 2021
Etude Apec- Les salaires des cadres dans 43 fonctions, septembre 2021Apec
 

Tendances (18)

les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2018
les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2018les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2018
les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2018
 
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2016
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2016Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2016
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2016
 
BFM 1er trimestre 2020
BFM 1er trimestre 2020BFM 1er trimestre 2020
BFM 1er trimestre 2020
 
Etude Apec / Pôle emploi - Trajectoires de cadres au chômage
Etude Apec / Pôle emploi - Trajectoires de cadres au chômageEtude Apec / Pôle emploi - Trajectoires de cadres au chômage
Etude Apec / Pôle emploi - Trajectoires de cadres au chômage
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2020Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2020
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2019
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2019Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2019
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2019
 
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2017
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2017Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2017
Les allocataires indemnisés au titre des annexes 8 et 10 en 2017
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2018
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2018Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2018
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2018
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2020Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2020
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2020Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2020
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 1er trimestre 2020
 
Bfm 3e trim2021
Bfm 3e trim2021Bfm 3e trim2021
Bfm 3e trim2021
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2021
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2021Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2021
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2021
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2018
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2018Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2018
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2018
 
Demandeurs d'emploi indemnisés au 1er trimestre 2020
Demandeurs d'emploi indemnisés au 1er trimestre 2020Demandeurs d'emploi indemnisés au 1er trimestre 2020
Demandeurs d'emploi indemnisés au 1er trimestre 2020
 
Le nombre de retours à l'emploi des demandeurs d'emploi au 2 t 2021
Le nombre de retours à l'emploi des demandeurs d'emploi au 2 t 2021Le nombre de retours à l'emploi des demandeurs d'emploi au 2 t 2021
Le nombre de retours à l'emploi des demandeurs d'emploi au 2 t 2021
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2019
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2019 Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2019
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 2e trimestre 2019
 
Rapport du froupe d'Experts du SMIC - 2012
Rapport du froupe d'Experts du SMIC - 2012Rapport du froupe d'Experts du SMIC - 2012
Rapport du froupe d'Experts du SMIC - 2012
 
Etude Apec- Les salaires des cadres dans 43 fonctions, septembre 2021
Etude Apec- Les salaires des cadres dans 43 fonctions, septembre 2021Etude Apec- Les salaires des cadres dans 43 fonctions, septembre 2021
Etude Apec- Les salaires des cadres dans 43 fonctions, septembre 2021
 

En vedette

Presentation Summary UWS 2016
Presentation Summary UWS 2016Presentation Summary UWS 2016
Presentation Summary UWS 2016Jeff McCreanor
 
La casa embrujada 1 A
La casa embrujada 1 ALa casa embrujada 1 A
La casa embrujada 1 AAnita Aboitiz
 
Presentación de "Lectura de la Imagen"
Presentación de "Lectura de la Imagen"Presentación de "Lectura de la Imagen"
Presentación de "Lectura de la Imagen"walterang
 
Crea presentación de microsoft office power point
Crea presentación de microsoft office power pointCrea presentación de microsoft office power point
Crea presentación de microsoft office power pointlKrim
 
Equipo14 practicapowerpointparte3 (2)
Equipo14 practicapowerpointparte3 (2)Equipo14 practicapowerpointparte3 (2)
Equipo14 practicapowerpointparte3 (2)Charly Alvarez
 
Deed Deep Branding
Deed Deep BrandingDeed Deep Branding
Deed Deep BrandingIgor Jamur
 
10/13/16 - Breakout Session I: Integrating Community Health, Arts and Culture
10/13/16 - Breakout Session I: Integrating Community Health, Arts and Culture10/13/16 - Breakout Session I: Integrating Community Health, Arts and Culture
10/13/16 - Breakout Session I: Integrating Community Health, Arts and CultureRUPRI
 
LONDON CHONA MBAMBAYA 2016 CV
LONDON CHONA MBAMBAYA 2016 CVLONDON CHONA MBAMBAYA 2016 CV
LONDON CHONA MBAMBAYA 2016 CVLondon Chona
 
Resume_SeongKim
Resume_SeongKimResume_SeongKim
Resume_SeongKimSeong Kim
 
Time & Attendance Technologies for Tracking the Mobile Workforce
Time & Attendance Technologies for Tracking the Mobile WorkforceTime & Attendance Technologies for Tracking the Mobile Workforce
Time & Attendance Technologies for Tracking the Mobile WorkforceEPAY Systems
 
Contraloría del municipio bolivariano libertador distrito capital - venezuela
Contraloría del municipio bolivariano libertador   distrito capital - venezuelaContraloría del municipio bolivariano libertador   distrito capital - venezuela
Contraloría del municipio bolivariano libertador distrito capital - venezuelaYulibeth Lopez
 
Case on “Search for a Sweet Spot” presented by IIMC Alumni Association sponso...
Case on “Search for a Sweet Spot” presented by IIMC Alumni Association sponso...Case on “Search for a Sweet Spot” presented by IIMC Alumni Association sponso...
Case on “Search for a Sweet Spot” presented by IIMC Alumni Association sponso...DEEPAK J
 
Luis fernando herrera vergara
Luis fernando herrera vergaraLuis fernando herrera vergara
Luis fernando herrera vergarainspirandotic
 
Jesús en el templo (parte 1)
Jesús en el templo (parte 1)Jesús en el templo (parte 1)
Jesús en el templo (parte 1)Coke Neto
 

En vedette (20)

Presentation Summary UWS 2016
Presentation Summary UWS 2016Presentation Summary UWS 2016
Presentation Summary UWS 2016
 
La casa embrujada 1 A
La casa embrujada 1 ALa casa embrujada 1 A
La casa embrujada 1 A
 
Presentación de "Lectura de la Imagen"
Presentación de "Lectura de la Imagen"Presentación de "Lectura de la Imagen"
Presentación de "Lectura de la Imagen"
 
Crea presentación de microsoft office power point
Crea presentación de microsoft office power pointCrea presentación de microsoft office power point
Crea presentación de microsoft office power point
 
Equipo14 practicapowerpointparte3 (2)
Equipo14 practicapowerpointparte3 (2)Equipo14 practicapowerpointparte3 (2)
Equipo14 practicapowerpointparte3 (2)
 
Deed Deep Branding
Deed Deep BrandingDeed Deep Branding
Deed Deep Branding
 
10/13/16 - Breakout Session I: Integrating Community Health, Arts and Culture
10/13/16 - Breakout Session I: Integrating Community Health, Arts and Culture10/13/16 - Breakout Session I: Integrating Community Health, Arts and Culture
10/13/16 - Breakout Session I: Integrating Community Health, Arts and Culture
 
LONDON CHONA MBAMBAYA 2016 CV
LONDON CHONA MBAMBAYA 2016 CVLONDON CHONA MBAMBAYA 2016 CV
LONDON CHONA MBAMBAYA 2016 CV
 
RHouraniDSFinalPaper
RHouraniDSFinalPaperRHouraniDSFinalPaper
RHouraniDSFinalPaper
 
Resume_SeongKim
Resume_SeongKimResume_SeongKim
Resume_SeongKim
 
Time & Attendance Technologies for Tracking the Mobile Workforce
Time & Attendance Technologies for Tracking the Mobile WorkforceTime & Attendance Technologies for Tracking the Mobile Workforce
Time & Attendance Technologies for Tracking the Mobile Workforce
 
Contraloría del municipio bolivariano libertador distrito capital - venezuela
Contraloría del municipio bolivariano libertador   distrito capital - venezuelaContraloría del municipio bolivariano libertador   distrito capital - venezuela
Contraloría del municipio bolivariano libertador distrito capital - venezuela
 
Imagenes de la maestra norma
Imagenes de la maestra normaImagenes de la maestra norma
Imagenes de la maestra norma
 
Uk & De Online Press: Covering the Greek Crisis
Uk & De Online Press: Covering the Greek CrisisUk & De Online Press: Covering the Greek Crisis
Uk & De Online Press: Covering the Greek Crisis
 
Jhoan benitez velez
Jhoan  benitez velezJhoan  benitez velez
Jhoan benitez velez
 
Case on “Search for a Sweet Spot” presented by IIMC Alumni Association sponso...
Case on “Search for a Sweet Spot” presented by IIMC Alumni Association sponso...Case on “Search for a Sweet Spot” presented by IIMC Alumni Association sponso...
Case on “Search for a Sweet Spot” presented by IIMC Alumni Association sponso...
 
Economia 4º A
Economia 4º AEconomia 4º A
Economia 4º A
 
Luis fernando herrera vergara
Luis fernando herrera vergaraLuis fernando herrera vergara
Luis fernando herrera vergara
 
Jesús en el templo (parte 1)
Jesús en el templo (parte 1)Jesús en el templo (parte 1)
Jesús en el templo (parte 1)
 
Zrii Peru
Zrii PeruZrii Peru
Zrii Peru
 

Similaire à Dares : dépenses en faveur de l'emploi en 2014

Formation et apprentissage coûtent 14 milliards d'euros par an aux entreprises
Formation et apprentissage coûtent 14 milliards d'euros par an aux entreprisesFormation et apprentissage coûtent 14 milliards d'euros par an aux entreprises
Formation et apprentissage coûtent 14 milliards d'euros par an aux entreprisesSociété Tripalio
 
Tableau de bord Agefiph n° 2017-2 France entière
Tableau de bord Agefiph n° 2017-2  France entièreTableau de bord Agefiph n° 2017-2  France entière
Tableau de bord Agefiph n° 2017-2 France entièreAVIE
 
Tableau de bord de l'Agefip - 1er trimestre 2017
Tableau de bord de l'Agefip - 1er trimestre 2017Tableau de bord de l'Agefip - 1er trimestre 2017
Tableau de bord de l'Agefip - 1er trimestre 2017Association Heda
 
Tableau de bord Agefiph n°2017 4 France entière
Tableau de bord Agefiph n°2017 4 France entièreTableau de bord Agefiph n°2017 4 France entière
Tableau de bord Agefiph n°2017 4 France entièreHandyjob 06
 
Tableau de bord agefiph 2017 4 Janvier Septembre 2017
Tableau de bord agefiph 2017 4 Janvier Septembre 2017Tableau de bord agefiph 2017 4 Janvier Septembre 2017
Tableau de bord agefiph 2017 4 Janvier Septembre 2017Cheops Paca
 
Tableau de-bord-agefiph-2017-4
Tableau de-bord-agefiph-2017-4Tableau de-bord-agefiph-2017-4
Tableau de-bord-agefiph-2017-4Association Heda
 
Dares : contrats aidés en 2015
Dares : contrats aidés en 2015Dares : contrats aidés en 2015
Dares : contrats aidés en 2015Société Tripalio
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2014
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2014Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2014
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2014France Travail
 
1er rapport du comité de suivi du CICE - 10/2013
1er rapport du comité de suivi du CICE - 10/20131er rapport du comité de suivi du CICE - 10/2013
1er rapport du comité de suivi du CICE - 10/2013FactaMedia
 
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020France Travail
 
IDCC 1512 Accord sur le pacte de responsabilité dans la promotion immobilière
IDCC 1512 Accord sur le pacte de responsabilité dans la promotion immobilièreIDCC 1512 Accord sur le pacte de responsabilité dans la promotion immobilière
IDCC 1512 Accord sur le pacte de responsabilité dans la promotion immobilièreSociété Tripalio
 
Tableau de bord nationa Agefiph (mars 2016) - Bilan 2015
Tableau de bord nationa Agefiph (mars 2016) - Bilan 2015Tableau de bord nationa Agefiph (mars 2016) - Bilan 2015
Tableau de bord nationa Agefiph (mars 2016) - Bilan 2015AVIE
 
Tableau de bord national Agefiph 2015 (mars 2016)
Tableau de bord national Agefiph 2015 (mars 2016)Tableau de bord national Agefiph 2015 (mars 2016)
Tableau de bord national Agefiph 2015 (mars 2016)Handirect 05
 
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...Cheops Paca
 
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...Cheops Paca
 
Chômage : Remettre à plat les politiques de l'emploi
Chômage : Remettre à plat les politiques de l'emploiChômage : Remettre à plat les politiques de l'emploi
Chômage : Remettre à plat les politiques de l'emploiFondation iFRAP
 
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020France Travail
 
Chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015
Chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015Chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015
Chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015Handirect 05
 
Les chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015 - Table...
Les chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015 - Table...Les chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015 - Table...
Les chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015 - Table...AVIE
 
Indemnisation 4ème Trimestre 2020
Indemnisation 4ème Trimestre 2020Indemnisation 4ème Trimestre 2020
Indemnisation 4ème Trimestre 2020France Travail
 

Similaire à Dares : dépenses en faveur de l'emploi en 2014 (20)

Formation et apprentissage coûtent 14 milliards d'euros par an aux entreprises
Formation et apprentissage coûtent 14 milliards d'euros par an aux entreprisesFormation et apprentissage coûtent 14 milliards d'euros par an aux entreprises
Formation et apprentissage coûtent 14 milliards d'euros par an aux entreprises
 
Tableau de bord Agefiph n° 2017-2 France entière
Tableau de bord Agefiph n° 2017-2  France entièreTableau de bord Agefiph n° 2017-2  France entière
Tableau de bord Agefiph n° 2017-2 France entière
 
Tableau de bord de l'Agefip - 1er trimestre 2017
Tableau de bord de l'Agefip - 1er trimestre 2017Tableau de bord de l'Agefip - 1er trimestre 2017
Tableau de bord de l'Agefip - 1er trimestre 2017
 
Tableau de bord Agefiph n°2017 4 France entière
Tableau de bord Agefiph n°2017 4 France entièreTableau de bord Agefiph n°2017 4 France entière
Tableau de bord Agefiph n°2017 4 France entière
 
Tableau de bord agefiph 2017 4 Janvier Septembre 2017
Tableau de bord agefiph 2017 4 Janvier Septembre 2017Tableau de bord agefiph 2017 4 Janvier Septembre 2017
Tableau de bord agefiph 2017 4 Janvier Septembre 2017
 
Tableau de-bord-agefiph-2017-4
Tableau de-bord-agefiph-2017-4Tableau de-bord-agefiph-2017-4
Tableau de-bord-agefiph-2017-4
 
Dares : contrats aidés en 2015
Dares : contrats aidés en 2015Dares : contrats aidés en 2015
Dares : contrats aidés en 2015
 
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2014
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2014Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2014
Les employeurs des salariés intermittents du spectacle au 4e trimestre 2014
 
1er rapport du comité de suivi du CICE - 10/2013
1er rapport du comité de suivi du CICE - 10/20131er rapport du comité de suivi du CICE - 10/2013
1er rapport du comité de suivi du CICE - 10/2013
 
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020
 
IDCC 1512 Accord sur le pacte de responsabilité dans la promotion immobilière
IDCC 1512 Accord sur le pacte de responsabilité dans la promotion immobilièreIDCC 1512 Accord sur le pacte de responsabilité dans la promotion immobilière
IDCC 1512 Accord sur le pacte de responsabilité dans la promotion immobilière
 
Tableau de bord nationa Agefiph (mars 2016) - Bilan 2015
Tableau de bord nationa Agefiph (mars 2016) - Bilan 2015Tableau de bord nationa Agefiph (mars 2016) - Bilan 2015
Tableau de bord nationa Agefiph (mars 2016) - Bilan 2015
 
Tableau de bord national Agefiph 2015 (mars 2016)
Tableau de bord national Agefiph 2015 (mars 2016)Tableau de bord national Agefiph 2015 (mars 2016)
Tableau de bord national Agefiph 2015 (mars 2016)
 
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...
 
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...
Le mode de financement de l’insertion professionnelle des travailleurs handic...
 
Chômage : Remettre à plat les politiques de l'emploi
Chômage : Remettre à plat les politiques de l'emploiChômage : Remettre à plat les politiques de l'emploi
Chômage : Remettre à plat les politiques de l'emploi
 
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020
Les offres d'emploi diffusées par Pôle-emploi aux 1er et 2e trimestres 2020
 
Chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015
Chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015Chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015
Chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015
 
Les chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015 - Table...
Les chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015 - Table...Les chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015 - Table...
Les chiffres de l'emploi et du chômage des personnes handicapées 2015 - Table...
 
Indemnisation 4ème Trimestre 2020
Indemnisation 4ème Trimestre 2020Indemnisation 4ème Trimestre 2020
Indemnisation 4ème Trimestre 2020
 

Plus de Société Tripalio

Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la JusticeDocuments officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la JusticeSociété Tripalio
 
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024Société Tripalio
 
Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !Société Tripalio
 
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023Société Tripalio
 
l16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdfl16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdfSociété Tripalio
 
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdfecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdfSociété Tripalio
 
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdfSociété Tripalio
 
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdfRCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdfSociété Tripalio
 
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...Société Tripalio
 
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdfDr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdfSociété Tripalio
 
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdf
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdfdffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdf
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdfSociété Tripalio
 
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdfSociété Tripalio
 

Plus de Société Tripalio (20)

Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la JusticeDocuments officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
 
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
 
Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !
 
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
 
Rapport AME 04122023_vf.pdf
Rapport AME 04122023_vf.pdfRapport AME 04122023_vf.pdf
Rapport AME 04122023_vf.pdf
 
l16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdfl16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdf
 
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdfecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
 
ST-15732-2023-INIT_fr.pdf
ST-15732-2023-INIT_fr.pdfST-15732-2023-INIT_fr.pdf
ST-15732-2023-INIT_fr.pdf
 
ST-15631-2023-INIT_en.pdf
ST-15631-2023-INIT_en.pdfST-15631-2023-INIT_en.pdf
ST-15631-2023-INIT_en.pdf
 
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
 
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdfRCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
 
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
 
pjl22-434.pdf
pjl22-434.pdfpjl22-434.pdf
pjl22-434.pdf
 
Guide AMF prospectus.pdf
Guide AMF prospectus.pdfGuide AMF prospectus.pdf
Guide AMF prospectus.pdf
 
Budget de la Présidence
Budget de la PrésidenceBudget de la Présidence
Budget de la Présidence
 
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdfPLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
 
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdfDr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
 
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdf
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdfdffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdf
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdf
 
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
 
COM_2023_610_1_FR.PDF
COM_2023_610_1_FR.PDFCOM_2023_610_1_FR.PDF
COM_2023_610_1_FR.PDF
 

Dares : dépenses en faveur de l'emploi en 2014

  • 1. direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques décembre 2016 N° 072 résultats Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du tra- vail comprennent les dispositifs « ciblés » sur les deman- deurs d’emploi et les personnes en difficulté sur le marché du travail, et les dispositifs « généraux » destinés pour l’essentiel à réduire le coût du travail pour certains sec- teurs, territoires et catégories de salariés. Elles s’élèvent à 105 milliards d’euros (Md€) en 2014, soit 4,9 points de PIB. Les « dépenses ciblées » s’élèvent à 53 Md€, soit 2,5 points de PIB et poursuivent leur progression à un rythme soutenu (+3,6 % en euros constants après +4,1 % en 2013). Pour l’essentiel, cette augmentation provient de la montée en charge des emplois d’avenir. L’indemnisa- tion du chômage constitue la principale composante des dépenses ciblées (63 %), loin devant les aides à l’emploi – principalement les contrats aidés – (15 %), la formation professionnelle des demandeurs d’emploi (12 %) et les moyens consacrés au service public de l’emploi (11 %). Les « dépenses générales » atteignent 51 Md€ en 2014, soit 2,4 points de PIB, dont 20,8 Md€ d’allégements géné- raux de cotisations sociales sur les bas salaires et 18,2 Md€ de crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). S’y ajoutent les incitations financières à l’emploi (prime pour l’emploi et RSA « activité ») et des mesures en fa- veur de l’emploi dans certains secteurs d’activité et zones géographiques. Les dépenses générales ont progressé de 12,1 % en euros constants par rapport à 2013. Cette forte hausse est largement imputable à la montée en charge du CICE. À la lisière de ces politiques en faveur de l’emploi et du marché du travail, certaines dépenses sociales (minima sociaux) représentent en sus 18 Md€ en 2014. 53 Md€ de dépenses ciblées en faveur du marché du travail Les dépenses ciblées en faveur du marché du travail (enca- dré 1) sont estimées à 53 Md€ en 2014, en progression de 3,6 % en euros constants (1). Elles représentent 2,5 points de PIB (tableau 1, graphiques 1 et 2). Leur niveau reste lé- gèrement inférieur au pic atteint en 2010 mais nettement supérieur à celui de la période 2006-2008 d’amélioration de la situation du marché du travail. Les transferts aux individus, aux employeurs et aux prestataires de services représentent respectivement 70 %, 16 % et 14 % de la dépense totale. En 2014, la politique en faveur de l’emploi et du marché du travail s’est inscrite dans le contexte d’une croissance économique faible. Le nombre de demandeurs d’em- ploi en catégories A, B et C a continué de croître pour atteindre 5 516 900 fin décembre, soit le plus haut niveau depuis janvier 1991 [1]. La dynamique globale des dépenses ciblées découle principalement de l’effort consenti en 2013 pour accroître le nombre de contrats aidés. Cet effort conduit à une hausse significative du nombre de bénéficiaires en 2014 0,0 1,0 2,0 3,0 4,0 5,0 6,0 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 Cat. 1 Cat. 2 à 7 Cat. 8 et 9 % de PIB Demandeurs d'emploi inscrits (millions) Demandeurs d'emploi inscrits en catégories A, B et C Graphique 1 Dépenses ciblées pour les politiques du marché du travail (1) Tous les montants sont présentés en euros courants ; toutes les évolutions le sont en euros constants (indice Insee des prix à la consommation, hors tabac). Catégories : 1 - Services du marché du travail ; 2 - Formation professionnelle ; 4 - Incitation à l’em- ploi ; 5 - Emploi protégé et réadaptation ; 6 - Création directe d’emploi ; 7 - Aide à la création d’entreprise ; 8 - Maintien et soutien du revenu en cas d’absence d’emploi ; 9 - Préretraites. La catégorie 3 - Rotation dans l’emploi et partage de l’emploi - a été supprimée lors de la révision de la méthodologie par Eurostat en 2013. Champ : France. Sources : Dares, base PMT pour Eurostat ; STMT pour les demandeurs d’emploi (données CVS). Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail en 2014
  • 2. Champ : France. Source : Dares, base PMT pour Eurostat. décembre 2016 N° 0722 résultats Tableau 1 Dépenses ciblées pour les politiques du marché du travail 201420132012201120102009 En millions d’euros 1 - Services relatifs au marché du travail ........................................................................ 4 976 5 985 5 260 5 399 5 562 5 581 1.1 - Prestations de services ............................................................................................................................... 4 813 5 829 5 124 5 268 5435 5467 1.1.1 - Prestations de services des services publics de l’emploi (SPE) ....................................................... 3 499 4 192 4 702 4 730 4796 4922 Pôle emploi...................................................................................................................................... 3 076 3 666 4 231 4 211 4239 4398 Missions locales et permanences d’accueil, d’information et d’orientation............................... 260 341 283 337 371 349 Cap emploi (Agefiph) ..................................................................................................................... 57 65 63 59 60 61 Association pour l’emploi des cadres (Apec)................................................................................. 107 120 125 124 127 114 1.1.2 - Services d’accompagnement .......................................................................................................... 1 313 1 637 422 538 638 545 Civis accompagnement................................................................................................................... 72 109 65 81 80 76 Garantie jeunes............................................................................................................................... - - - - 1 13 ANI Jeunes....................................................................................................................................... - - 21 46 69 48 Contrat d’autonomie...................................................................................................................... 46 89 57 48 28 3 Cellule de reclassement ................................................................................................................. 22 23 12 4 0 - CRP - CTP - CSP [composante] - Plan de sécurisation profesionnelle........................................... 156 305 198 295 377 357 Autre................................................................................................................................................ 1 017 1 112 69 64 83 48 1.2 - Autres activités du SPE (administration)................................................................................................... 164 155 136 131 127 114 2 - Formation professionnelle des demandeurs d’emploi ............................................. 6 356 6 480 6 304 6 112 6 018 6 173 2.0 - Allocations (à répartir sur les stages classés en 2.1 et 2.3)...................................................................... 2 194 2 441 2 409 2 526 2 488 2 573 Rémunération des stagiaires (régime public)............................................................................................ 978 922 788 787 793 821 Allocation d’aide au retour à l’emploi - formation (Aref) ....................................................................... 952 1 049 1 063 1 059 1055 1069 Allocation en faveur des demandeurs d’emploi en formation (Afdef/RFF)............................................ 39 121 231 272 191 219 Rémunération des formations de Pôle emploi (RFPE).............................................................................. 28 58 79 104 98 132 Allocation pour les bénéficiaires des CRP - CTP - CSP en formation........................................................ 166 237 190 232 278 282 Autre ......................................................................................................................................................... 30 53 59 72 73 50 2.1 - Formation institutionnelle......................................................................................................................... 1 965 1 967 1 934 1 878 1 862 1 975 Stages de formation organisés par les régions ......................................................................................... 1 268 1 282 1 324 1 272 1 293 1 331 Écoles de la deuxième chance (E2C) .......................................................................................................... 14 21 25 28 31 33 Stages financés par l’État en faveur de publics fragiles ........................................................................... - 53 94 44 20 25 Formations conventionnées par Pôle emploi (AFC).................................................................................. 283 179 182 210 176 255 Contrat de volontariat pour l’insertion..................................................................................................... 48 49 49 47 46 46 Congé individuel de formation (CIF-CDD)................................................................................................. 228 240 210 212 230 224 Autre ......................................................................................................................................................... 123 144 49 67 65 62 2.2 - Formation sur le lieu de travail ................................................................................................................. 84 128 97 141 155 211 Préparation opérationnelle à l’emploi (POE)............................................................................................ - - 13 74 82 149 Autre ......................................................................................................................................................... 84 128 84 67 72 61 2.3 - Formation en alternance (institution / lieu de travail) ............................................................................ 11 84 73 8 0 0 2.4 - Soutien spécial à l’apprentissage .............................................................................................................. 2 102 1 860 1 791 1 560 1513 1414 Exonération et prime pour l’embauche d’apprentis ................................................................................ 2 102 1 860 1 791 1 560 1 513 1 414 4 - Incitations à l’emploi .................................................................................................. 1 158 1 308 618 557 587 864 4.1 - Incitations à l’embauche ............................................................................................................................ 1 158 1 308 618 557 587 864 Contrat de professionnalisation ................................................................................................................ 220 101 75 14 27 30 Entreprise d’insertion (EI)........................................................................................................................... 137 156 118 121 114 148 Association intermédiaire (AI) ................................................................................................................... 162 170 154 152 152 158 Entreprise de travail temporaire d’insertion (ETTI) .................................................................................. 24 23 30 31 32 35 Contrat unique d’insertion (CUI-CIE) ......................................................................................................... - 424 151 165 107 139 Emplois d’avenir (marchands).................................................................................................................... - - - 0 22 110 Contrat de génération................................................................................................................................ - - - - 46 86 Aide à l’embauche d’un jeune en CDI....................................................................................................... - - - - 16 71 Primes d’intéressement et primes de retour à l’emploi (ASS).................................................................. 75 107 64 66 66 82 Autre ......................................................................................................................................................... 539 327 26 8 5 5 5 - Emploi protégé et réadaptation ................................................................................. 2 093 2 112 1 868 1 900 1 998 2 017 Contrat de soutien et d’aide par le travail (Esat)...................................................................................... 1 173 1 149 1 160 1 201 1 244 1 260 Entreprises adaptées................................................................................................................................... 284 288 292 308 325 336 Aides de l’Association pour l’insertion professionnelle des handicapés (AGEFIPH) ............................... 636 675 416 391 429 421 6 - Création directe d’emplois .......................................................................................... 2 958 3 902 2 802 2 660 3 117 4 287 Contrat unique d’insertion (CUI-CAE)........................................................................................................ - 2 248 2 594 2 660 2 646 2 797 Emplois d’avenir (non marchands)............................................................................................................. - - - 1 471 1 320 Ateliers et chantiers d’insertion (ACI)........................................................................................................ 170 Autre ......................................................................................................................................................... 2 958 1 654 208 0 0 0 7 - Aides à la création d’entreprise .................................................................................. 738 1 056 1 052 909 952 795 8 - Maintien et soutien du revenu en cas d’absence d’emploi ...................................... 27 769 29 399 29 088 30 870 32 633 33 257 8.1 - Prestations de chômage ............................................................................................................................ 27 450 29 116 29 021 30 767 32 447 33 045 Allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) ............................................................................................ 23 762 24 949 25 129 26 616 27 802 28 192 Allocation spécifique de solidarité (ASS)................................................................................................... 1 832 1 929 1 997 2 181 2 405 2 619 Allocation Equivalent Retraite (AER/ATS).................................................................................................. 703 616 509 353 341 275 Allocation temporaire d’attente (ATA)...................................................................................................... 111 145 201 190 194 213 Allocation pour les CRP - CTP - CSP hors formation.................................................................................. 1 023 1 457 1 166 1 427 1 706 1 731 Allocation garantie jeunes......................................................................................................................... - - - - 0 14 Autre ......................................................................................................................................................... 20 21 18 0 0 0 8.2 - Activité partielle ......................................................................................................................................... 319 282 67 103 186 212 9 - Préretraites ................................................................................................................... 296 198 130 108 69 40 TOTAL ......................................................................................................................................................... 46 345 50 440 47 121 48 517 50 936 53 014 Total en % de PIB ................................................................................................................................................ 2,39 2,52 2,29 2,32 2,41 2,49 Total en euros constants 2014 ........................................................................................................................... 49 662 53 239 48 702 49 182 51 192 53 014 Variation annuelle en volume............................................................................................................................ +18,2 +7,2 -8,5 +1,0 +4,1 +3,6 Par type de mesures Catégories 2 à 7 (Politiques « actives » du marché du travail)................................................................. 13 303 14 859 12 643 12 139 12672 14136 Catégories 8 et 9 (Politiques de soutien du revenu)................................................................................. 28 065 29 596 29 218 30 978 32702 33297 Par type de dépenses (en %) Transferts aux individus.............................................................................................................................. 67,3 66,4 70,1 71,5 71,2 69,5 Transferts aux employeurs.......................................................................................................................... 17,5 17,7 14,4 13,3 13,7 16,2 Transferts aux prestataires de services....................................................................................................... 15,1 15,9 15,5 15,2 15,1 14,3 Catégories
  • 3. décembre 2016 N° 072 3résultats et des dépenses associées à ces contrats (+47 % dans le secteur marchand et +37 % dans le secteur non marchand). L’impact de cette forte progression sur la dépense totale est néanmoins atténué par la hausse modérée des dépenses d’indemnisation chômage (+1,4 %), qui repré- sentent près de 63 % du total. Les moyens consacrés aux politiques dites « actives » (catégories 2 à 7, encadré 1) constituent 27 % de l’ensemble des dépenses ciblées et pro- gressent de 11 % (tableaux 1 et 2, graphique 2) ; ceux consacrés au service public de l’emploi (SPE) et à l’accompagnement des demandeurs d’emploi (11 % de la dépense totale) sont stables en 2014 (-0,2 %). Les dépenses « actives » en hausse de 11 % Les dépenses associées aux politiques « actives » du marché du travail s’élèvent à 14,1 Md€ en 2014 (+11 % par rapport à 2013), soit 0,7 point de PIB. Leur hausse atteint le niveau des fortes croissances de 2009 et 2010. Les dépenses d’aides à l’emploi (catégories 4 à 7), principalement les contrats aidés, augmentent très fortement (+19 %) et s’éta- blissent à 8 Md€ en 2014, tandis que les moyens affectés à la formation professionnelle des de- mandeurs d’emploi, qui constituent plus de 40 % des dépenses actives (6,2 Md€), enregistrent une hausse modérée de 2 % (graphique 2). Les dépenses de formation professionnelle pour les personnes en recherche d’emploi (catégorie 2) ont légèrement augmenté (0,28 point de PIB en 2013 et 0,29 en 2014). Cette hausse se retrouve dans la rémunération des stagiaires de la forma- tion professionnelle (+2,9 %) et dans les coûts pé- dagogiques des formations institutionnelles ou sur le lieu de travail (2) (+8 %). Les dépenses de formation professionnelle sont prises en charge par de nombreux financeurs. Les régions sont chargées de la définition et de l’organisation des formations professionnelles des personnes en recherche d’emploi (inscrites ou non à Pôle emploi). Leurs actions (3) représentent près du tiers des dépenses de formation profession- nelle. Elles augmentent en 2014 pour s’établir à 2 Md€ (+3 %). Pôle emploi, les organismes pari- taires collecteurs agréés (OPCA), en grande partie via les appels à projets du Fonds paritaire de sécu- risation des parcours professionnels (FPSPP), et les organismes paritaires collecteurs agréés au titre du congé individuel de formation (OPACIF), financent également les coûts pédagogiques de ces forma- tions, respectivement pour 0,5, 0,5 et 0,1 Md€ avec des évolutions contrastées (+7 %, +12 % et -8 %). Les allocations perçues par les demandeurs d’em- ploi, qu’ils soient ou non couverts par l’assurance chômage (allocation d’aide au retour à l’emploi formation – Aref, rémunération des formations de Pôle emploi – RFPE et rémunération de fin de formation – RFF) s’élèvent à 1,4 Md€ en 2014. Milliards d'euros constants 2014 0 1 2 3 4 5 6 7 8 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Catégorie 7Catégorie 5 Catégorie 4 Catégorie 6 Catégorie 2 Graphique 2 Dépenses pour les politiques « actives » du marché du travail Catégories : 2 - Formation professionnelle ; 4 - Incitation à l’emploi ; 5 - Emploi protégé et réadaptation ; 6 - Création directe d’emploi ; 7 - Aide à la création d’entreprise ; Champ : France. Source : Dares, base PMT pour Eurostat. Elles augmentent de 5 % en raison de la progres- sion de la RFPE et de la RFF (respectivement +34 % et +14 %). Ces hausses sensibles s’expliquent par la progression importante du nombre de bénéfi- ciaires de ces mesures, ciblés plus prioritairement par les formations du plan « 100 000 formations prioritaires » mis en place en 2014 et privilégiant des formations à des métiers en tension. En raison de la forte baisse du nombre d’entrées en apprentissage en 2013 et de la réforme des aides à l’embauche en apprentissage, les dépenses d’apprentissage ont diminué de 8 % en 2014. Après deux années de fortes baisses suivies d’un léger rebond en 2013 (+5 %), les dépenses d’inci- tations à l’embauche (catégorie 4) augmentent fortement en 2014 (+47 %), du fait de la hausse significative du nombre d’emplois d’avenir (22 000 contrats signés dans le secteur marchand pour un montant de 110 M€) et de la montée en charge des nouveaux dispositifs apparus en 2013 (contrat de génération, aide à l’embauche d’un jeune en contrat à durée indéterminée). Le financement du contrat de génération, qui vise à encourager l’embauche des jeunes et à favori- ser le maintien dans l’emploi des seniors au moyen d’une aide financière pour l’employeur, atteint 86 M€ en 2014 (après 46 M€ en 2013, année de sa création). La dépense relative aux contrats uniques d’insertion – contrats initiative emploi (CUI-CIE) augmente de 29 % et atteint 139 M€ en raison d’une hausse du nombre moyen de bénéficiaires, de 28 000 en 2013 à 31 000 en 2014 [2]. Les aides au secteur de l’insertion par l’activité économique (IAE) (4) augmentent en 2014 (341 M€ après 297 M€ en 2013). Cette hausse est liée à la ré- forme de l’IAE de 2014 qui modifie l’aide au poste accordée aux différentes structures, en introdui- (2) Cette catégorie comprend principalement les actions de formation préalables à l’embauche et les préparations opérationnelles à l’emploi. (3) Frais pédagogiques et rémunérations, hors apprentissage. (4) Hors Ateliers et chantiers d’insertion (ACI), que l’on comptabilise en catégorie 6.
  • 4. décembre 2016 N° 0724 résultats Les dépenses ciblées en faveur du marché du travail Le suivi des dépenses ciblées en faveur du marché du travail repose sur la nomenclature « politiques du marché du travail » (PMT) élaborée par Eurostat en 1996. L’objectif de cette nomenclature est de collecter des données compa- rables sur les dépenses et les bénéficiaires des politiques du marché du travail mises en œuvre par les différents États membres pour lutter contre le chômage, en vue notamment de disposer d’indicateurs de suivi de la Stratégie euro- péenne pour l’emploi. Le champ des PMT, tel qu’il est défini par Eurostat, couvre les « interventions publiques sur le marché du travail visant à permettre un fonctionnement efficace de celui-ci et à corriger des déséquilibres, et qui peuvent être distinguées d’autres interventions plus générales de la politique de l’emploi dans la mesure où elles agissent de façon sélective en favorisant des groupes particuliers sur le marché du travail » [3]. Les groupes cibles sont en priorité les chômeurs inscrits auprès des services publics de l’emploi et les autres personnes rencontrant des difficultés particulières à accéder au marché du travail ou à y rester. Les dépenses ciblées (financées par l’État, les collectivités locales ou les administrations de sécurité sociale) recouvrent trois types d’interventions publiques (tableaux A et 2) : les services relatifs au marché du travail, les mesures actives de politique d’emploi et les soutiens au revenu en cas d’absence d’emploi. Tableau A Classification européenne des dépenses ciblées en faveur du marché du travail Services et activités assurés par les services publics de l’emploi, ainsi que les services fournis par d’autres agences publiques ou d’autres organismes sous financement public, qui facilitent l’insertion des chômeurs et autres demandeurs d’emploi sur le marché du travail ou qui assistent les employeurs dans le recrutement et la sélec- tion du personnel. Services relatifs au marché du travail (dépenses pour les services publics de l’emploi) Services Catégorie 1 Mesures visant à améliorer l’employabilité des groupes cibles par la formation, et qui sont financées par des organismes publics. Formation professionnelle Mesures « actives » Catégorie 2 Mesures qui facilitent le recrutement de chômeurs et d’autres groupes cibles, ou qui aident à assurer le maintien dans l’emploi de personnes menacées de le perdre involontairement. Incitations à l’emploiCatégorie 4 Mesures visant à favoriser l’insertion sur le marché du travail de personnes à capa- cité de travail réduite, grâce à un emploi protégé et une réadaptation. Emploi protégé et réadaptationCatégorie 5 Mesures qui créent des emplois supplémentaires, généralement d’intérêt public ou socialement utiles, afin de procurer un emploi aux chômeurs de longue durée ou aux personnes qui rencontrent des difficultés particulières sur le marché du travail. Création directe d’emploisCatégorie 6 Mesures encourageant les chômeurs ou autres groupes cibles à créer leur propre entreprise ou activité indépendante. Aide à la création d’entreprisesCatégorie 7 Soutiens ayant pour but de compenser une perte de salaire ou de revenu des indi- vidus grâce au versement de prestations en espèces quand une personne : apte à travailler et disponible pour occuper un emploi ne parvient pas à trouver un emploi acceptable ; est licenciée ou contrainte à travailler à temps partiel ou est tempo- rairement inoccupée pour des motifs économiques ou autres (y compris des raisons tenant aux variations saisonnières) ; a perdu son emploi à cause d’une restructura- tion ou d’une cause similaire (indemnités de licenciement). Maintien et soutien de revenu en cas d’absence d’emploi Soutiens au revenu Catégorie 8 Soutiens qui facilitent la préretraite complète ou partielle de travailleurs âgés qui ont peu de chances de trouver un nouvel emploi ou dont le départ à la retraite faci- lite le placement d’une personne au chômage ou appartenant à un autre groupe cible. PréretraiteCatégorie 9 Encadré 1 sant en plus du montant socle, un montant modu- lé en fonction du profil des personnes accueillies. Les aides à l’emploi protégé en faveur des per- sonnes à capacité de travail réduite (catégorie 5), en progression lente mais régulière depuis leur création, se stabilisent en 2014, aux alentours de 2 Md€. Sous l’impulsion des emplois d’avenir, les aides à l’emploi dans le secteur non marchand (caté- gorie 6), sont en forte hausse en 2014 (+37 %). Mis en place à la fin de l’année 2012, les emplois d’avenir non marchands progressent rapidement du fait de l’augmentation des embauches et de leur durée moyenne élevée (66 000 contrats si- gnés en 2014 pour une dépense de 1,3 Md€ après 471 M€ en 2013). Les dépenses pour les contrats uniques d’insertion – contrats d’accompagne- ment dans l’emploi (CUI-CAE), qui représentent 65 % des dépenses de cette catégorie, augmen- tent également (+5 %). Le nombre moyen d’allo- cataires croît malgré une contraction des entrées, du fait de l’allongement de la durée moyenne des contrats signés en 2013. Les aides à la création d’entreprise (5) (catégorie 7) chutent de 17 % en 2014 après une hausse de 4 % l’année précédente et s’établissent à 795 M€. Légère hausse des dépenses d’indemnisation du chômage Les dépenses de soutien du revenu en cas d’absence d’emploi (prestations de chômage, catégorie 8) s’établissent à 33,3 Md€ en 2014, soit 1,6 point de PIB. Leur légère augmentation de 1,4 % traduit un ralentissement de la progression du nombre de demandeurs d’emploi indemnisés par l’assu- rance chômage et le régime de solidarité en 2014 (+2,0 % après +4,8 % l’année précédente) (6). (5) Elles regroupent l’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise (Accre), l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (Arce) et le nouvel accom- pagnement pour la création et la reprise d’entreprise (Nacre). Les dépenses associées à l’Accre sont sous-estimées : on ne connaît le montant des exonérations de cotisations sociales que pour une faible part (gérants minoritaires). (6) Évolution en moyenne annuelle sur données CVS, source Pôle emploi.
  • 5. décembre 2016 N° 072 5résultats Les dépenses ciblées pour les politiques du marché du travail dans le reste de l’Union européenne En France et dans la plupart des pays voisins (1), les dépenses pour les politiques du marché du travail ont fortement augmenté après la crise de 2008. Celles-ci ont atteint un pic en 2010 avant de repartir légèrement à la baisse. Dans l’ensemble, l’évolution de ces dépenses suit celle du taux de chômage (graphique A). En 2013 (2), leur niveau se situe entre 1,5 et 3,5 % du PIB. La France se place dans la moyenne des pays considérés avec une dépense qui s’élève à plus de 2,4 points de PIB. Encadré 2 0 5 10 15 20 25 30 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 2007 2010 2012 2007 2010 2013 2007 2010 2013 2007 2010 2013 2007 2010 2013 2007 2010 2013 2007 2010 2013 2007 2010 2013 2007 2010 2013 2007 2010 2013 Espagne Danemark Belgique Finlande France UE-13 Suède Allemagne Autriche Italie Dépenses en % de PIB Taux de chômage ( ), en % Graphique A Dépenses pour les politiques du marché du travail Source : Dares, base PMT pour Eurostat. Pour la plus grande part, ces dépenses sont constituées de prestations de chômage (3) et d’allocations de préretraite (catégories 8 et 9). Celles-ci sont largement prépondérantes en Espagne, en Belgique et en Italie où elles représentent respectivement 82 %, 71 % et 74 % de la dépense totale de ces pays (graphique B). Les pays scandinaves consacrent quant à eux une part importante de leurs dépenses aux mesures « actives ». En par- ticulier, les dépenses associées à ces mesures représentent près de 54 % de la dépense totale en Suède. La France, l’Autriche et l’Allemagne se positionnent à un niveau intermédiaire. (1) Un échantillon de 8 pays a été retenu ici. UE-13 représente les montants dépensés par l’Europe des 15, à l’exception du Royaume-Uni et de la Grèce, pour qui les données 2013 n’ont pas encore été publiées. (2) Les données 2013 pour l’Espagne ne sont pas encore disponibles. Les montants présentés ici sont ceux de l’année 2012. (3) Afin d’améliorer la comparabilité des données, les réductions de cotisations sociales associées aux prestations chômage (catégorie 8) ont été retirées. En effet, la protection sociale des demandeurs d’emploi donne lieu à des choix méthodologiques différents entre les pays. Ces différences de traitement concernent des montants financiers importants et pourraient brouiller les comparaisons. Graphique B Dépenses pour les politiques du marché du travail en 2013, par grandes catégories Dépenses en % de PIB 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 Espagne* Danemark Belgique Finlande France UE-13 Suède Allemagne Autriche Italie Soutiens au revenu Mesures « actives » Services relatifs au marché du travail Autre * Voir note 2. Source : Dares, base PMT pour Eurostat.
  • 6. Dépenses en % de PIB EspagneDanemark BelgiqueFinlandeFrance UE-13SuèdeAllemagne AutricheItalie 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Aide à la création d'entreprises Création directe d'emplois Emploi protégé et réadaptation Incitations à l'emploi Formation professionnelle décembre 2016 N° 0726 résultats Les dépenses au titre de l’allocation d’aide au re- tour à l’emploi (ARE, assurance chômage) s’élèvent à 28,2 Md€, en légère hausse de 1 % par rapport à 2013. Celles au titre de l’allocation de solidari- té spécifique (ASS) s’accroissent de manière plus prononcée (2,6 Md€, soit une hausse de 8,3 % en 2014). Cette augmentation est liée à l’accrois- sement des fins de droits à l’assurance chômage, dans un contexte de développement du chômage de longue durée. Les dépenses d’allocation équiva- lent retraite (AER), dispositif en extinction depuis 2011, poursuivent leur baisse à un rythme accéléré (-19,6 % en 2014 après -4,4 % en 2013). Les allocations versées aux bénéficiaires du contrat de sécurisation professionnelle (hors périodes de formation (7)) atteignent 1,7 Md€ (en légère hausse de 1 % par rapport à 2013). En 2014, le nombre de bénéficiaires a cependant légèrement diminué. La part des inscriptions à Pôle emploi suite à un licenciement économique donnant lieu à une entrée en CSP s’est stabilisée aux alentours de 64 % et les adhésions au CSP ont diminué de 6 % par rapport à 2013 [4]. Les dépenses au titre de l’activité partielle (dont l’activité partielle de longue durée) poursuivent leur progression mais à un rythme moins soutenu (+14 % après des hausses de 50 % et 80 % en 2012 et 2013). Elles atteignent 212 M€ en 2014, soit un montant nettement supérieur à ceux observés entre 2000 et 2008, où leur niveau était historique- ment bas. La politique de réduction des dispositifs publics de préretraite (catégorie 9) menée depuis le dé- but des années 2000 conduit à l’extinction lente de toutes les mesures de préretraite. La dépense pour les préretraites publiques n’est plus que de 40 M€ (8) en 2014. 5,6 Md€ consacrés aux services publics de l’emploi Les services relatifs au marché du travail (catégo- rie 1) recouvrent essentiellement les dépenses de personnel et de fonctionnement des institutions du service public de l’emploi (SPE), principalement Pôle emploi. Elles se sont élevées à 5,6 Md€ en 2014, soit une légère baisse de 0,2 %. Le budget de fonctionnement (9) de Pôle emploi est en 2014 de 4,4 Md€ et augmente de 3 %. Les dépenses d’information, d’orientation et d’accompagnement des jeunes (Civis, contrat d’au- tonomie, « ANI jeunes » (10), Garantie jeunes, mis- sions locales), diminuent de 11 % (488 M€ en 2014). Dans le détail, les dépenses actives sont majoritairement composées de dépenses de formation professionnelle (caté- gorie 2) en Allemagne, en Autriche et en Finlande. Celles-ci représentent respectivement 80 % et 74 % des dépenses actives en Autriche et en Allemagne (graphique C). Les aides à lemploi (catégories 4 à 7) sont particulièrement élevées au Danemark et en Suède où les emplois aidés du secteur marchand occupent une place importante. La France et la Belgique se distinguent par un recours plus impor- tant aux emplois aidés non marchands qui constituent une part significative de leurs dépenses actives (25 % et 30 % contre 7 %, 6 % et 1 % en Allemagne, en Espagne et en Italie). Encadré 2 (suite et fin) Graphique C Structures des dépenses « actives » en 2013 Source : Dares, base PMT pour Eurostat. (7) Les allocations de sécurisation professionnelle versées pendant les périodes de formation sont comptabilisées dans la catégorie 2. (8) Sont hors champ les dépenses consacrées au dispositif de départ en retraite anticipé pour carrières longues, pour pénibilité et les départs dérogatoires des allocataires du Fonds de cessation anticipés d’activité des travailleurs de l’amiante (FCAATA). Remarque : Ces dépenses sont assimilables à des dépenses de la branche ATMP et de retraite et ne sont pas nécessairement ciblées vers un public PMT. En effet, les bénéficiaires de ces mesures peuvent être en emploi lors de leur entrée dans le dispositif. Pour rappel, le FCAATA finance les préretraites attribuées aux anciens travailleurs de l’amiante et ce fonds est alimenté par la branche ATMP. (9) Source : Rapport financier 2014 de Pôle emploi. (10) Accord national interprofessionnel (ANI) conclu par les partenaires sociaux le 7 avril 2011 pour le financement de l’accompagnement renforcé de jeunes ayant des difficultés d’accès à l’emploi.
  • 7. décembre 2016 N° 072 7résultats (11) Le FPSPP a versé 16 M€ à Pôle emploi et 21 M€ aux missions locales. Une part des réserves de l’Apec, estimée à 11 M€, est également affectée au finan- cement de ce dispositif. (12) Les allocations versées aux bénéficiaires de la garantie jeunes sont comptabilisées en catégorie 8. (13) Allocation forfaitaire d’un montant égal à 88 % du RSA pour une personne seule. (14) Le CICE a été institué par la loi du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour 2012. (15) Connus sous le nom d’ « allégements Fillon », ces allégements généraux consistent en une réduction de 26 points du taux de cotisations sociales patro- nales au niveau du Smic diminuant progressivement avec le salaire et s’annulant à 1,6 Smic. La réduction est majorée (-28,1 points) pour les entreprises de moins de 20 salariés. (16) La dynamique des allègements généraux de cotisations sociales est liée à celle de la masse salariale et aux évolutions respectives du salaire moyen et du Smic. Lorsque le salaire moyen progresse plus vite que le Smic, le montant des exonérations diminue car le nombre de salariés ouvrant droit aux allègements se réduit. En 2014, les hausses du salaire moyen et du Smic sont évaluées à +1,7 % et +1,1 % respectivement (Comptes de la sécurité sociale, septembre 2014, p. 38) et contribuent à la baisse aux évolutions des allégements généraux. La masse salariale a quant à elle progressé de 0,7 %. (17) Les montants correspondant au cumul entre des revenus d’activité et des allocations ARE et ASS ne font pas partie de ce champ, même s’ils constituent des incitations à l’emploi. En effet, il n’est pas possible de les distinguer de l’ensemble des dépenses d’indemnisation. Ils sont donc comptabilisés dans les dépenses ciblées. (18) Le barème a été gelé à partir de 2008. À partir de 2016, la prime d’activité remplace la prime pour l’emploi et le RSA activité. Graphique 3 Dépenses ciblées ou générales en faveur de l’emploi et du marché du travail, et autres minima sociaux Champ : France. Source : Dares. Milliards d'euros constants 2014 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Dépenses ciblées Dépenses générales Autres minima sociaux Cette diminution s’explique notamment par la baisse des dépenses consacrées à l’« ANI jeunes » confié aux missions locales (48 M€ après 69 M€ l’année précédente) (11) et par la chute des dé- penses associées au contrat d’autonomie, en ex- tinction progressive (3 M€ en 2014 après 28 M€ l’année précédente). Cette baisse a néanmoins été atténuée par la montée en charge de la garantie jeunes (13 M€ de frais de fonctionnement (12) en 2014). Mis en place à la fin de l’année 2013 dans une quarantaine de missions locales, ce dispositif expérimental permet aux jeunes entre 18 et 25 ans d’obtenir une allocation (13) tout en bénéficiant d’un parcours intensif d’accès à l’emploi et à la for- mation. Les dépenses d’accompagnement du contrat de sécurisation professionnelle diminuent de 6 % et atteignent 0,4 Md€ en 2014. 51 Md€ de dépenses générales en faveur de l’emploi et du marché du travail Les dépenses générales en faveur de l’emploi et du marché du travail (encadré 3) ont atteint en 2014, 50,8 Md€ (2,4 points de PIB) soit 5,7 Md€ sup- plémentaires par rapport à 2013. Cette hausse de 12,1 % en euros constants est presque totalement imputable à la montée en charge du crédit d’im- pôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) (14). Forte hausse des mesures générales d’exonérations, en lien avec la montée en charge du CICE Les mesures générales d’exonérations s’élèvent à 38,6 Md€ en 2014, soit 17,3 % de plus qu’en 2013. Elles représentent 76 % des dépenses générales en faveur de l’emploi. Cette forte hausse s’explique largement par la pro- gression des dépenses associées au CICE (+51,8 %), sous l’effet de l’augmentation de son taux de 4 % à 6 %. Avec 17,3 Md€ au titre de 2014, le CICE est désormais le deuxième poste des dépenses géné- rales en faveur de l’emploi (34 %), après les allège- ments généraux (41 %). Les allégements généraux de cotisations sociales patronales sur les bas salaires (15) s’établissent à 20,8 Md€, un montant stable par rapport à 2013. (tableau 3) [5]. Les deux effets qui conditionnent la dynamique de ces allègements – l’évolution de la masse salariale et les évolutions comparées du salaire moyen et du Smic – ont joué en sens in- verse (16). Les allègements en faveur des heures supplémen- taires diminuent encore de près de 15 % après une très forte baisse en 2013 liée à la suppression qua- si-totale du dispositif en 2012. Il ne subsiste plus que la déduction forfaitaire en faveur des entre- prises de moins de 20 salariés (1,5€ / heure supplé- mentaire), qui représente 489 M€ en 2014. 4 Md€ d’incitations financières à l’emploi Les mesures dites d’« incitation financière à l’em- ploi » ont pour objectif de rendre plus rémunéra- teurs l’accès ou le retour à l’emploi ainsi que l’aug- mentation de la durée travaillée, en apportant des aides complémentaires aux revenus d’activité (17). En 2014, elles ont coûté 4 Md€, un montant stable par rapport à 2013. Les dépenses au titre de la PPE poursuivent leur décrue (-6,2 %), à un rythme plus lent que les années précédentes (18). Le RSA activité (seule composante du RSA prise en compte au titre des
  • 8. MESURES GÉNÉRALES D’EXONÉRATIONS........................................................................................................... 26 729 26 883 25 159 24 636 32 771 38 625 Allègements généraux bas salaires et aménagements et réduction du temps de travail..................... 21 849 21 743 19 998 20 798 20 796 20 789 Allégements Fillon (loi du 17 janvier 2003) (1) ................................................................................................ 21 847 21 743 19 998 20 798 20 796 20 789 Autres allégements généraux (1)...................................................................................................................... 2 - - - - Heures supplémentaires et rachat de RTT .................................................................................................. 4 512 4 720 5 120 3 760 570 489 Exonérations de cotisations salariales et patronales (1).................................................................................. 3 122 3 200 3 440 2 545 570 489 Exonérations d’impôt sur le revenu des heures supplémentaires et complémentaires (2)........................... 1 390 1 520 1 680 1 215 - - Aides à l’embauche dans les TPE (dispositif « zéro charges » du plan de relance 2009-2010) (1)............ 368 421 41 78 33 2 CICE (2)........................................................................................................................................................... - - - - 11 372 17 346 INCITATIONS FINANCIÈRES À L’EMPLOI.............................................................................................................. 4 731 4 677 4 614 4 233 4 045 4 039 Prime pour l’emploi (2) .................................................................................................................................................. 3 610 3 105 2 900 2 460 2 234 2 104 Prime de retour à l’emploi (3) ....................................................................................................................................... 132 16 - - - - Prime d’intéressement RMI (3) ...................................................................................................................................... 125 22 5 - - - Prime d’intéressement API (3) ....................................................................................................................................... 14 2 - - - - Revenu de solidarité active (RSA) (3) ............................................................................................................................ 647 1 410 1 589 1 675 1 759 1 935 Revenu supplémentaire temporaire d’activité (RSTA DOM, Plan de relance 2009-2010) (3) .................................... 204 122 119 97 52 MESURES EN FAVEUR DE L’EMPLOI DANS CERTAINES ZONES GÉOGRAPHIQUES (1)........................................ 1 731 1 636 1 535 1 593 1 574 1 483 Exonérations zonées et dépenses fiscales hors DOM................................................................................ 749 614 584 569 539 508 Zones de revitalisation rurale (ZRR) et de redynamisation urbaine (ZRU) (1)+(3)......................................... 243 197 199 178 175 142 Zones franche urbaine (ZFU)............................................................................................................................. 494 407 364 368 342 340 Zone franche de Corse ...................................................................................................................................... 2 1 - - - Bassins d’emploi à redynamiser ....................................................................................................................... 10 9 21 23 22 26 Exonérations DOM ....................................................................................................................................... 982 1021 952 1025 1035 975 MESURES EN FAVEUR DE L’EMPLOI DANS CERTAINS SECTEURS ....................................................................... 6 781 6 858 6 425 6 535 6 693 6 655 Services à la personne / emplois familiaux ............................................................................................... 5 937 6 084 5 787 5 956 6 175 6 137 Aides aux particuliers......................................................................................................................................... 4 418 4 430 4 305 4 425 4 623 4 595 Réduction d’impôt sur le revenu au titre de l’emploi d’un salarié à domicile (2)........................... 1 250 1 270 1 380 1 485 1 550 1 510 Crédit d’impôt sur le revenu au titre de l’emploi, par les particuliers, d’un salarié à domicile (2) 1 785 1 900 2 000 2 035 1 990 1 990 Exonération des particuliers employeurs « publics fragiles » * (1) .................................................. 846 856 855 860 887 876 Exonération 15 points particuliers employeurs (1) ........................................................................... 278 334 30 - - Exonération d’impôt sur le revenu de l’aide de l’employeur au CESU préfinancé (2).................... 20 70 40 45 50 50 Distribution de CESU préfinancé par l’État (Plan de relance 2009-2010) (3)................................... 239 - - - - - Exonération forfaitaire de CM pour les EDM (1) .............................................................................. - - - - 146 169 Aides aux organismes prestataires agréés de services à la personne ............................................................. 1 432 1 541 1 353 1 401 1 515 1 507 Exonération de TVA pour les services rendus aux personnes physiques (2)**............................... 433 505 433 411 408 415 Taux réduit de TVA (2) ........................................................................................................................ 110 100 210 200 195 163 Exonération aide à domicile auprès de personnes fragiles * (1)...................................................... 638 662 692 774 862 879 Exonération aide à domicile : extension des activités exonérées (1)............................................... 239 262 6 0 - - Autres aides aux organismes prestataires agréés de services (2) ..................................................... 12 12 12 16 50 50 Aides aux entreprises CESU préfinancé : exonération abondement (1)......................................................... 68 95 111 118 37 35 Financement de l’Agence nationale des services à la personne (3)................................................................ 19 19 18 12 0 - Secteur agricole ........................................................................................................................................... 206 525 632 578 517 518 Exonération en faveur des jeunes chefs d’exploitation on d’entreprise agricole (1).................................... 56 45 43 38 43 41 Taux de cotisations réduits pour l’emploi de travailleurs occasionnels agricoles (ex TO-DE) (1).................. 102 - - - - - Exonération pour l’emploi de travailleurs occasionnels agricoles TO-DE (1)................................................. 23 453 571 527 467 450 Exonération salariale de sécurité sociale au titre des contrats « vendanges » (1)......................................... 15 20 18 13 8 27 Autres mesures à destination du secteur agricole (1)...................................................................................... 10 8 0 0 - - Hôtels, cafés, restaurants (HCR) .................................................................................................................. 638 249 6 1 - - Exonération avantage « repas » en nature (1)................................................................................................. 158 164 - - - - Aides à l’emploi (3) ............................................................................................................................................ 479 85 6 1 - - Total exonérations (1)......................................................................................................................................... 29 504 29 896 27 340 27 345 25 422 25 239 Total dépenses fiscales (2)............................................................................................................................ 8 610 8 482 8 655 7 867 17 849 23 628 Autres (3) ....................................................................................................................................................... 1 858 1 676 1 738 1 785 1 811 1 935 Total en euros courants................................................................................................................................ 39 972 40 054 37 733 36 997 45 083 50 802 Total en points de PIB................................................................................................................................... 2,1 2,0 1,8 1,8 2,2 2,4 Total en euros constants 2014 ..................................................................................................................... 42 833 42 276 38 999 37 504 45 309 50 802 Variation annuelle en volume ..................................................................................................................... 1,1% -1,3% -7,8% -3,8% 16,2% 12,1% décembre 2016 N° 0728 résultats Tableau 2 Dépenses générales en faveur de l’emploi et du marché du travail En millions d’euros courants 201420132012201120102009 Remarque : les dépenses du budget du ministère chargé de l’emploi issues des bases India et Chorus et compilées dans ce tableau correspondent aux montants effectivement versés une année donnée et non aux sommes dues par l’État au titre de cette année. À l’inverse, les données publiées par l’Acoss correspondent aux sommes dues par l’État au titre de l’année, d’où certaines différences entre les chiffres publiés ici et ceux publiés par l’Acoss ou dans les comptes de la sécurité sociale. Avec la réforme des finances publiques instituée par la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) du 1er août 2001, ces écarts sont appelés à disparaître. Quelques chiffres ont été modifiées par rapport à la publication précèdente, du fait de la prise en compte de données plus récentes. * La série antérieure à 2014 comportait une erreur de chiffrage. Elle a été corrigée à partir d’une estimation de cette erreur. Champ : France. Sources : (1) Les montants des exonérations sont issus des comptes de la sécurité sociale. Les montants des mesures en faveur du secteur agricole sont issues de données MSA. (2) Les montants des dépenses fiscales sont issus des tomes II des Évaluations des voies et moyens des projets de loi de finances successifs, à l’exception de celui du CICE qui provient du Rapport 2015 du Comité de suivi et d’évaluation du CICE. (3) Les autres dépenses sont issues des rapports annuels de performance 2013 (RAP). Les données sur le RSA activité proviennent des données de la CAF.
  • 9. décembre 2016 N° 072 9résultats dépenses générales pour l’emploi) connaît en revanche une hausse plus rapide qu’en 2013 (+9,5 % contre +4,1 %), liée à l’accélération du nombre de bénéficiaires (+8,2 % entre juin 2013 et juin 2014). 1,5 Md€ en faveur de l’emploi dans certaines zones géographiques Les aides à l’emploi dans certaines zones géogra- phiques regroupent les exonérations spécifiques aux DOM et les aides visant à développer l’emploi dans des zones cibles de la politique d’aménage- ment du territoire et dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Ces dernières, dites « exonérations zonées », sont majoritairement des exonérations de cotisations sociales ou des réductions d’impôts pour les en- treprises qui s’installent en zone de revitalisation rurale (ZRR), en zone de redynamisation urbaine (ZRU), en zone franche urbaine (ZFU), ou encore dans les bassins d’emploi à redynamiser (BER). Les dépenses couvrant ces exonérations zonées représentent 508 M€ en 2014. Leur décrue se poursuit (-6,2 %), notamment sous l’effet du re- centrage du dispositif concernant les organismes d’intérêt général des ZRR (19). Dans les DOM, les entreprises de certains secteurs bénéficient depuis le milieu des années 1990 d’exonérations spécifiques de cotisations patro- nales (20). En 2014, ces exonérations s’élèvent à 975 M€. Cette baisse de 6,3 % par rapport à 2013 s’explique largement par le recentrage du disposi- tif sur les bas salaires, destiné à accroître son effi- cacité et à mieux l’articuler avec le CICE (21). 6,7 Md€ en faveur de l’emploi dans certains secteurs d’activité Les aides sectorielles ont diminué de 1,1 % en 2014 sous l’effet d’un recul des dépenses en faveur des services à la personne. Avec 6,1 Md€, ces der- nières représentent 12 % des dépenses générales en faveur de l’emploi. Elles se partagent en deux catégories : 75 % s’adressent aux particuliers qui utilisent les services à la personne et 25 % aux organismes prestataires agréés. Les aides sociales versées aux publics fragiles par l’État ou les collec- tivités territoriales ainsi que le subventionnement de la garde d’enfant à domicile par les caisses d’allocations familiales ne sont toutefois pas inclus dans le champ de cette publication. Les aides aux particuliers utilisateurs de services à la personne représentent 4,6 Md€ en 2014. Elles ont diminué de 1,1 %, soit une baisse moindre que le volume d’heures déclarées (-2,5 %) ; la hausse du montant moyen d’aide par heure déclarée en euros courants (+1,9 %) est ainsi supérieure à la progression du Smic (+1,1 %). Ces aides se com- posent principalement de la réduction et du crédit d’impôt au titre de l’emploi d’un salarié à domi- cile (22), qui concernent près de 3,9 millions de ménages pour un coût de 3,5 Md€. S’y ajoutent une exonération de cotisations sociales accordée pour les prestations effectuées auprès de publics fragiles (876 M€), une exonération d’impôt sur le revenu pour l’aide de l’employeur au chèque em- ploi service universel (Cesu) des salariés (50 M€), ainsi qu’une exonération forfaitaire de cotisation maladie (169 M€). Les aides versées aux orga- nismes prestataires agréés se répartissent quant à elles principalement entre une exonération de cotisations sociales pour les prestations effectuées auprès de publics fragiles (879 M€) et différentes mesures de réduction de la TVA (578 M€). Elles s’élèvent à 1,5 Md€, en baisse de 1,0 % alors que le volume d’heures déclarées par ces organismes augmente de 1,4 %. Le secteur agricole bénéficie également d’aides à l’emploi à hauteur de 518 M€, un montant stable par rapport à 2013. (19) PLF 2014, art. 78. Les conditions ouvrant droit à l’exonération ont été durcies pour la deuxième année consécutive. Le PLF 2014 propose un recentrage du dispositif sur les bas salaires. (20) Loi du 25 juillet 1994 tendant à favoriser l’emploi, l’insertion et les activités économiques dans les départements d’outre-mer, à Saint-Pierre-et-Miquelon et à Mayotte. Ces exonérations concernaient à l’origine les entreprises de certains secteurs pour les salariés rémunérés au Smic. Elles ont été successivement étendues à de nouveaux secteurs et à des seuils de salaire supérieurs par la loi d’orientation pour l’outre-mer (Loom) en 2000, par la loi de programme pour l’outre-mer (Lopom) en 2003 et par la loi pour le développement économique des outre-mer (Lodeom) adoptée en 2009. Notamment, depuis l’application du dispositif Loom (2001), les entreprises de moins de 11 salariés en bénéficient quel que soit leur secteur d’activité. (21) PLF 2014, art. 70. (22) Instaurée en 1991, la réduction d’impôt a été transformée en crédit en 2006 pour les contribuables qui exercent une activité professionnelle ou sont demandeurs d’emploi depuis plus de trois mois, tandis que ceux ne remplissant pas ces critères peuvent continuer à bénéficier de la réduction d’impôt. Graphique 4 Structure des dépenses générales, de 2008 à 2014 Structure en euros courants Allègements généraux ciblés sur les bas salaires 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 CICE Heures supplémentaires et rachat de RTT Incitations financières à l'emploi Mesures en faveur de l'emploi dans certaines zones géographiques Mesures en faveur de l'emploi dans certains secteurs Autres Champ : France. Source : Dares.
  • 10. décembre 2016 N° 07210 résultats Les dépenses générales en faveur de l’emploi : définition Les dépenses générales en faveur de l’emploi ne s’adressent pas spécifiquement à des personnes en difficulté sur le marché du travail. Il s’agit généralement de transferts aux entreprises visant à réduire le coût du travail pour certaines catégories de salariés dans certains territoires ou secteurs et, plus rarement, de revenus de soutien aux personnes en emploi. Le contour de ces dépenses prête à discussion. Les réductions de prélèvements fiscaux et sociaux peuvent, en effet, avoir plusieurs objectifs, encourager l’emploi mais aussi renforcer la compétitivité des entreprises ou contribuer à l’aménagement du territoire. Par ailleurs, elles se prêtent mal aux comparaisons internationales car les dispositifs associés se fondent sur des systèmes de prélèvements fiscaux et sociaux qui diffèrent d’un pays à l’autre. Compte tenu de ces limites, sont considérées dans cette publication comme dépenses générales en faveur de l’emploi et du marché du travail : - les exonérations d’impôts et de cotisations sociales destinées à accroître la demande de travail. On distingue parmi elles les exonérations « générales » des exonérations en faveur de certains secteurs économiques et zones géographiques ; - les incitations financières destinées à augmenter l’offre de travail. L’étude exclut les taux réduits de TVA dans le bâtiment et la restauration (près de 8 Md€ en 2014) mais retient les allègements fiscaux similaires dans le secteur des services à la personne, dont l’objectif affiché (par les pouvoirs publics dans les lois de finances) est plus explicitement rattaché au développement de l’emploi. Est retenu également le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Certes, la création d’emplois n’apparaît pas comme le seul objectif de ce dispositif (1). Néanmoins, celui-ci se rapproche d’un allégement de cotisations sociales dans la mesure où l’exo- nération fiscale, bien qu’adossée à l’impôt sur les bénéfices des sociétés, est proportionnelle à la masse salariale (2). La délimitation du champ peut entraîner certains biais, particulièrement lorsque des dépenses qui en sont exclues se substituent à des aides directes à l’emploi, comme, en 2009, dans la restauration, ou, à l’inverse, lorsque des dispositifs entrant dans le champ remplacent des dispositifs qui n’en faisaient pas partie, à l’instar de l’exonération forfaitaire de cotisations patronales dans le secteur des services à la personne créée en 2013. (1) Dans le projet de loi de finances 2016, le CICE figure dans le programme « Développement des entreprises et du tourisme » de la mission « Économie ». L’objectif mentionné est l’amélioration de la compétitivité des entreprises. (2) 6 % de la masse salariale des salariés dont la rémunération n’excède pas 2,5 fois le SMIC. Encadré 3 Tableau 3 Dépenses sociales au titre des minima sociaux à la lisière des politiques de l’emploi 201420132012201120102009 Revenu de solidarité active (RSA) (hors RSA activité) ......................................................................... 4 779 6 952 8 176 8 628 9 399 10 238 RSA socle non majoré (département) ...................................................................................... 2 999 5 594 6 599 6 984 7 649 8 384 RSA socle majoré (département).............................................................................................. 595 1 034 1 209 1 250 1 337 1 422 prime de solidarité active, 2e trimestre 2009 (État) ................................................................ 894 10 1 20 2 7 prime de décembre (État)......................................................................................................... 292 314 366 374 412 426 Revenu minimum d’insertion (hors intéressement)............................................................................ 2 859 766 17 12 13 11 Allocation de parent isolé (API) (hors intéressement) ........................................................................ 530 144 0 0 0 0 Allocation aux adultes handicapés de base (AAH) ............................................................................. 5 889 6 323 6 901 7 490 7 884 8 140 Revenu de solidarité (RSO / DOM) ....................................................................................................... 71 73 73 68 64 61 Total ....................................................................................................................................... 14 129 14 259 15 167 16 197 17 360 18 450 Total en points de PIB............................................................................................................. 0,7 0,7 0,7 0,8 0,8 0,9 Total en euros constants 2014 ............................................................................................... 15 140 15 050 15 676 16 419 17 447 18 450 Variation annuelle en volume................................................................................................ 12,4% -0,6% 4,2% 4,7% 6,3% 5,7% En millions d’euros Champ : France. Source : Cnaf. Données des graphiques et tableaux accessibles au format excel 0 10 20 30 40 50
  • 11. décembre 2016 N° 072 11résultats 18,5 Md€ pour les dépenses sociales à la lisière des politiques de l’emploi Les dépenses au titre des minima sociaux compor- tant de plus en plus fréquemment une dimension « d’activation », une partie d’entre elles sont, de fait, directement prises en compte dans les dé- penses en faveur de l’emploi. Ainsi, parmi les neuf minima sociaux qui existent en France en 2014 [6], trois sont intégrés dans les dépenses ciblées en faveur du marché du travail, au titre de l’indem- nisation du chômage : l’allocation de solidarité spécifique (ASS), l’allocation équivalent retraite (AER) et l’allocation temporaire d’attente (ATA). Les dépenses au titre du RSA « socle » et de l’al- location aux adultes handicapés (AAH), dont les bénéficiaires sont aussi généralement des publics prioritaires des dispositifs ciblés d’aide à l’emploi, ne sont, en revanche, pas retenues. Les dépenses d’intéressement associées à certains de ces minima sociaux, ainsi que le RSA « activité », sont compta- bilisées en tant que dépenses générales en faveur de l’emploi. Les « dépenses sociales » non incluses dans les dépenses en faveur du marché du travail s’élèvent à 18,5 Md€ en 2014, et représentent 0,9 point de PIB (tableau 4). Elles ont augmenté de 5,7 %. Le nombre de bénéficiaires du RSA « socle » est fortement lié à la conjoncture du marché du tra- vail. Les dépenses associées à ce dispositif (agré- gées avec les prestations auxquelles il a succédé) ont progressé de 8,3 %, sous l’effet de la hausse du nombre de bénéficiaires (+5,6 % en glissement annuel en juin 2014) et de la revalorisation de 2 % de septembre 2013 [7]. Les dépenses au titre de l’AAH ont augmenté de 2,7 %, poursuivant leur ralentissement depuis 2013. Raphaël Haget et Olivia Montel (DARES). Pour en savoir plus [1] Paquier F. (2015), « Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en 2014. L’activité réduite progresse encore», Dares Analyses n° 075, octobre. [2] Rey M. (2015), « Les contrats uniques d’insertion et les emplois d’avenir en 2014. Des bénéficiaires plus nombreux malgré des recrutements en baisse», Dares Analyses n° 064, septembre. [3] Eurostat (2013), « Statistiques des politiques du marché du travail », Méthodologie 2013 [4] Charozé C. (2016), « Les dispositifs publics d’accompagnement des restructurations en 2014. Une tendance à la baisse », Dares Résultats n° 003, janvier. [5] Les comptes de la sécurité sociale, résultats 2013, prévisions 2014 et 2015. [6] Lelièvre M. (dir.) (2015), « Minima sociaux et prestations sociales. Ménages aux revenus modestes et redistribution - édition 2015 », Drees, Études et Statistiques, août. [7] Loubet A., Reduron V. (2015), « Le RSA en 2014 : une augmentation qui fléchit mais reste soutenue », Études et résultats n° 908, mars, Drees. [8] Acoss (2015), « Les particuliers employeurs au quatrième trimestre 2014 », Acosstat n° 209, avril. [9] Montel O., Haget R. (2015), « Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail en 2013 », Dares Analyses n° 087, novembre. [10] Unédic (2015), Rapport financier 2014. [11] Site Internet Dares : Dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail. Voir aussi Eurostat (2014), « Rapport qualitatif France 2012 » (fiches descriptives), Working papers et études. Eurostat (2014), “LMP expenditure”, Statistics explained. DARES RÉSULTATS est édité par le ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), 39-43, quai André Citroën, 75902 Paris cedex 15. http://dares.travail-emploi.gouv.fr (Publications) Directrice de la publication: Selma Mahfouz Rédactrice en chef: Anne Delahaye Secrétariat de rédaction: Marie Avenel, Thomas Cayet Maquettistes: Guy Barbut, Thierry Duret, Bruno Pezzali Conception graphique et impression: ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. Réponse à la demande: dares.communication@travail.gouv.fr Abonnement aux avis de parution de la Dares : http://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/avis-de-parution/article/abonnement Dépôt légal: à parution. Numéro de commission paritaire: 3124 AD. ISSN 2109 - 4128 et ISSN 2267 - 4756.