SlideShare une entreprise Scribd logo

Heures supplémentaires : exonération de cotisations salariales

Circulaire questions-réponses sur l'exonération de cotisations salariales au titre des heures supplémentaires

1  sur  10
Télécharger pour lire hors ligne
MINISTERE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ
MINISTERE DE L’ACTION ET DES COMPTES PUBLICS
Direction de la sécurité
sociale
Sous-direction du
financement de la
sécurité sociale
Bureau 5B
Personne chargée du dossier : Thibaud Péron
tél. : 01 40 56 69 47
mél. :dss-sd5-bureau5b@sante.gouv.fr
La ministre des solidarités et de la santé
Le ministre de l’action et des comptes
publics
à
Monsieur le directeur de l’Agence centrale
des organismes de sécurité sociale
Monsieur le directeur général de la Caisse
centrale de la mutualité sociale agricole
INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N° DSS/5B/2019/71 du 29 mars 2019 portant
diffusion d’un « questions-réponses » relatif à la mise en œuvre de la réduction des
cotisations salariales sur les heures supplémentaires et complémentaires
Date d'application : 1er
janvier 2019
NOR : SSAS1909614J
Classement thématique : Sécurité sociale : organisation, financement
Publiée au BO : oui
Déposée sur le site circulaire.legifrance.gouv.fr : oui
Catégorie : Interprétation à retenir, sous réserve de l'appréciation souveraine du juge,
lorsque l'analyse de la portée juridique des textes législatifs ou réglementaires soulève une
difficulté particulière.
Résumé : L’instruction détaille, sous forme de « questions-réponses », les principales
modalités d’application de l’exonérations de cotisations salariales portant sur les rémunérations
au titre des heures supplémentaires et complémentaires, en vigueur depuis le 1er janvier 2019.
Mots-clés : Sécurité sociale – cotisations et contributions sociales – exonération
Textes de référence :
Articles L. 241-17, D. 241-21 et D. 241-22 du code de la sécurité sociale
Article 7 de la loi n° 2018-1203 du 22 décembre 2018 de financement de la sécurité sociale
pour 2019
Décret n° 2019-40 du 24 janvier 2019 relatif à l’exonération de cotisations salariales des
heures supplémentaires et complémentaires
Annexe : questions-réponses
Diffusion : Agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS) assurant la
diffusion auprès des unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et
d'allocations familiales (URSSAF) et Caisse centrale de la mutualité sociale agricole
(CCMSA) assurant la diffusion auprès des mutualités sociales agricoles.
L’article 7 de la loi n° 2018-1203 du 22 décembre 2018 de financement de la sécurité sociale
pour 2019 a prévu une exonération de cotisations salariales portant sur les rémunérations
dues au titre des heures supplémentaires et complémentaires. La date d’entrée en vigueur de
cette exonération est fixée au 1er
janvier 2019 par l’article 2 de la loi n° 2018-1213 du 24
décembre 2018 portant mesures d’urgence économiques et sociales. Le décret n° 2019-40 du
24 janvier 2019 prévoit ses modalités d’application pour les salariés du secteur privé.
À compter du 1er
janvier 2019, les heures supplémentaires et complémentaires, ainsi que
certaines heures assimilées pour les salariés ne relevant pas des dispositions du code du
travail relatives à la durée de travail, bénéficient d’une exonération des cotisations salariales
d’assurance vieillesse. Dans le cas général, cela correspond à une exonération de 11,31 %
de la rémunération brute des heures supplémentaires ou complémentaires. L’exonération
s’applique quel que soit le mode d’organisation de la durée de travail au sein de l’entreprise.
Elle s’applique également aux heures supplémentaires et autres temps de travail additionnels
des agents publics, dans les conditions propres à la règlementation de la durée de travail de
ces agents.
La présente instruction vise à présenter, sous forme de « questions-réponses », les principales
modalités d’application de cette mesure. Elle se substitue aux circulaires publiées pour
l’application de l’exonération sur les heures supplémentaires créée par la loi du 21 août 2007
en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat, qui en tout état de cause ne sont plus
applicables.
Mathilde LIGNOT-LELOUP
Directrice de la sécurité sociale
Annexe : Questions-réponses
Eligibilité au dispositif
1. Quelles heures supplémentaires et
complémentaires sont éligibles à l’exonération ?
Pour les salariés à temps plein, les heures éligibles sont les heures supplémentaires, c’est-à-
dire celles effectuées au-delà de la durée légale du travail, soit 35 heures hebdomadaires (art.
L. 3121-28 à L. 3121-39 du code du travail), ou de la durée considérée comme équivalente
dans certaines professions. Le régime d’équivalence, défini à l’art. L. 3121-13 du code du
travail, constitue un mode spécifique de détermination du temps de travail effectif, comportant
des périodes d’inaction, et de sa rémunération, pour des professions et des emplois
déterminés.
Pour les salariés à temps partiel, les heures complémentaires, c’est-à-dire celles effectuées en
plus de celles inscrites au contrat de travail (art. L. 3123-8 du code du travail) sont également
éligibles.
Sont également éligibles les heures supplémentaires effectuées dans le cadre d’un dispositif
d’aménagement du temps de travail au sens de l’article L. 3121-41 du code du travail (ou
d’anciens dispositifs comme la modulation, les jours de RTT ou les cycles de travail), ainsi que
les heures supplémentaires effectuées dans le cadre d’une convention de forfait en heures
(qu’il s’agisse des heures incluses dans le forfait ou des heures effectuées au-delà).
Les salariés ayant conclu une convention de forfait en jours sur l’année ne peuvent pas
effectuer d’heures supplémentaires, mais ils peuvent bénéficier de l’exonération au titre des
jours de repos auxquels ils renoncent en contrepartie d’une majoration de leur rémunération,
au-delà de 218 jours par an.
Pour les salariés dont la durée de travail n’est pas régie par les dispositions de la troisième
partie du code du travail, des dispositions spécifiques peuvent être prévues (cf. question
suivante).
2. Pour les salariés dont la durée de travail n’est
pas régie par les dispositions de la troisième
partie du code du travail, quelles heures sont
éligibles à l’exonération ?
Dans un certain nombre de professions, la durée du travail des salariés n’est pas régie par les
règles de droit commun du code du travail (troisième partie du code du travail) mais par d’autres
dispositions légales (code de transports, code de l’action sociale et des familles, etc.) ou
conventionnelles. Il s’agit par exemple :
- des salariés affiliés à des régimes spéciaux de sécurité sociale,
- des personnels des chambres de commerce et d’industrie, des chambres régionales de
commerce et d’industrie, des groupements interconsulaires et de l’assemblée française
des chambres françaises de commerce et d’industrie,
- des travailleurs à domicile,
- des salariés des particuliers employeurs,
- des assistants maternels.
Ces salariés bénéficient de l’exonération sur les heures de travail excédant la durée de travail
définie par les dispositions légales ou conventionnelles applicables.
3. L’exonération s’applique-t-elle aux gardiens,
concierges et employés d’immeubles dont la
durée de travail n’est pas comptabilisée en
heures ?
OUI. La convention collective des gardiens, concierges et employés d'immeubles du 27 avril
2009 prévoit un régime dérogatoire de décompte du temps de travail, exprimé non pas en
heures mais en unités de valeur (UV). En application de l’article 18 de cette convention, les
salariés occupant un « emploi à service complet » sont redevables de 10 000 UV de tâches
par mois, et peuvent effectuer des UV supplémentaires majorées de 25%, dans la limite de
12 000 UV par mois. Ces tâches supplémentaires sont éligibles à l’exonération.
Pour calculer la rémunération sur laquelle s’applique la réduction de cotisations salariales, il
convient donc de prendre en compte la rémunération afférente aux tâches effectuées au-delà
de 10 000 UV, en partant du principe que ces 10 000 UV correspondent à la durée de 151,67
heures en application de la convention collective nationale du travail des gardiens, concierges
et employés d’immeubles dans sa rédaction en vigueur à la date de publication de la présente
instruction. Ainsi si 12 000 UV sont rémunérées, la rémunération sur laquelle s’applique la
réduction est celle correspondant à 2 000 UV.
4. Dans quelles conditions les heures sont-elles
éligibles à l’exonération lorsque leur période de
comptabilisation a commencé en 2018 et s’est
achevée en 2019 ?
La loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 prévoit que les heures supplémentaires
dont la rémunération est exonérée doivent avoir été réalisées à compter de 2019.
Par ailleurs, le droit commun prévoit, pour déterminer le nombre d’heures supplémentaires ou
complémentaires réalisé, un décompte hebdomadaire (le plus souvent dans le cadre de la
semaine civile mais il peut s’agir de toute autre période de 7 jours consécutifs). Toutefois, par
dérogation, plusieurs modalités d’organisation de la durée de travail prévoient que le décompte
des heures réalisées est effectué sur une période supérieure à la semaine (annualisation du
temps de travail, forfaits annuels, accords de modulation…).
L’exonération est appliquée à l’ensemble des heures décomptées en 2019, y compris si des
heures supplémentaires sont décomptes à l’issue d’une période de référence commencée en
2018 et achevée en 2019. En particulier, si la période de décompte est hebdomadaire,
l’ensemble des heures supplémentaires ou complémentaires réalisées sur la semaine du lundi
31 décembre 2018 au dimanche 6 décembre 2019 sont éligibles à l’exonération.
Exemple : pour un salarié soumis à un accord d’aménagement du temps de travail sur une
période de référence de 12 semaines, la dernière période de l’année civile allant du lundi 19
novembre 2018 au dimanche 10 février 2019, si 21 heures supplémentaires sont décomptées
à l’issue de cette période, la totalité de ces 21 heures bénéficient de l’exonération.
5. Les heures supplémentaires payées dans le
cadre de « rappels de paie » début 2019 au titre
NON. Les rémunérations dues au titre des heures supplémentaires peuvent faire l’objet, en
pratique de « rappels de paie » au cours des mois suivants, soit que l’employeur pratique de
d’heures réalisées en 2018 sont-elles éligibles à
l’exonération ?
manière habituelle le décalage de paye pour le paiement de certains éléments variables de la
rémunération, soit qu’il s’agisse de la correction d’une erreur de paie.
Conformément aux règles sur le fait générateur des cotisations et contributions de sécurité
sociale, les rémunérations des heures en question ne peuvent bénéficier de l’exonération si
elles sont payées au salarié en 2019 mais que la période de décompte des heures s’est
achevée avant le 1er
janvier.
6. Les heures supplémentaires « structurelles »
sont-elles prises en compte et dans quelles
conditions ?
OUI. Les heures supplémentaires dites « structurelles » résultent soit d’une durée collective de
travail supérieure à la durée légale, soit d’une convention individuelle de forfait en heures
(forfait hebdomadaire, mensuel ou annuel) intégrant un certain nombre d’heures
supplémentaires. Elles bénéficient de l’exonération dans les mêmes conditions que les autres
heures supplémentaires.
En cas d’absence du salarié donnant lieu à maintien de la rémunération, les heures
supplémentaires « structurelles » de la période sont réputées réalisées et donnent lieu à
exonération.
En cas d’absence du salarié partiellement rémunérée ou non rémunérée, la rémunération des
heures supplémentaires « structurelles » est prise en compte dans les mêmes conditions que
pour le calcul de la réduction générale, soit après application d’un coefficient d’absence
correspondant au rapport entre la rémunération versée et celle qui aurait dû être versée si le
salarié n’avait pas été absent.
7. Les heures « de complément » définies par
avenant au contrat de travail pour les salariés à
temps partiel sont-elles éligibles à l’exonération ?
NON. Ces heures prévues au contrat ne constituent pas des heures complémentaires et ne
bénéficient donc pas de l’exonération. En effet, elles sont inscrites par avenant au contrat de
travail ; elles ne sont d’ailleurs pas nécessairement associées à une majoration salariale.
8. Les heures effectuées dans le cadre du
dispositif du temps partiel modulé sont-elles
éligibles à l’exonération ?
NON. L’application du dispositif de modulation du temps de travail permet aux salariés à temps
partiel d’effectuer, sur une période définie, un nombre d’heures supérieur à celui inscrit à leur
contrat de travail. Mais ces heures n’ont pas la qualification d’heures complémentaires et ne
peuvent donc bénéficier de l’exonération. Le dispositif prévoit en effet que si le nombre d’heures
effectuées certaines semaines excède ce qui est prévu par le contrat de travail, cela doit être
compensé par un nombre d’heures inférieur effectué les semaines suivantes. Si, à la fin de la
période, le nombre d’heure est toujours supérieur à ce qui est prévu par le contrat de travail, il
doit être proposé au salarié de majorer le nombre d’heures inscrites à son contrat. Que le
salarié accepte ou refuse la modification de sa durée de travail contractuelle est sans incidence
sur la qualification des heures accomplies au-delà de la durée de travail inscrite initialement au
contrat, qui ne sont pas associés à une obligation de majoration salariale et ne bénéficient donc
pas du statut d’heures complémentaires.

Recommandé

Idcc 1686 avenant remunerations conventionnelles
Idcc 1686 avenant remunerations conventionnellesIdcc 1686 avenant remunerations conventionnelles
Idcc 1686 avenant remunerations conventionnellesSociété Tripalio
 
Idcc 2706 accord de branche activite réduite ARME
Idcc 2706 accord de branche activite réduite ARMEIdcc 2706 accord de branche activite réduite ARME
Idcc 2706 accord de branche activite réduite ARMELéo Guittet
 
Idcc 1316 accord activite reduite arme
Idcc 1316 accord activite reduite armeIdcc 1316 accord activite reduite arme
Idcc 1316 accord activite reduite armeLéo Guittet
 
Cours d'assurances sociales CNAS/CNR ALGERIE
Cours d'assurances sociales CNAS/CNR ALGERIECours d'assurances sociales CNAS/CNR ALGERIE
Cours d'assurances sociales CNAS/CNR ALGERIEAbdelhak ZAIM
 
La taxe de formation professionnelle et d’apprentissage
La taxe de formation professionnelle et d’apprentissageLa taxe de formation professionnelle et d’apprentissage
La taxe de formation professionnelle et d’apprentissageAbdelhak ZAIM
 
IDCC 1527 avenant congés payés et coronavirus
IDCC 1527 avenant congés payés et coronavirusIDCC 1527 avenant congés payés et coronavirus
IDCC 1527 avenant congés payés et coronavirusLéo Guittet
 
IDCC 567 et IDCC 1044 accord congés payés coronavirus
IDCC 567 et IDCC 1044 accord congés payés coronavirusIDCC 567 et IDCC 1044 accord congés payés coronavirus
IDCC 567 et IDCC 1044 accord congés payés coronavirusLéo Guittet
 
Gestion de la paie [lecture seule] [mode de compatibilité]
Gestion de la paie [lecture seule] [mode de compatibilité]Gestion de la paie [lecture seule] [mode de compatibilité]
Gestion de la paie [lecture seule] [mode de compatibilité]Mounir Mesbah
 

Contenu connexe

Tendances

Avenant cp immobilier
Avenant cp immobilierAvenant cp immobilier
Avenant cp immobilierLéo Guittet
 
reglement interieur
reglement interieurreglement interieur
reglement interieuracolyance
 
Décret n° 2013-187 du 4 mars 2013 instituant à titre exceptionnel une allocat...
Décret n° 2013-187 du 4 mars 2013 instituant à titre exceptionnel une allocat...Décret n° 2013-187 du 4 mars 2013 instituant à titre exceptionnel une allocat...
Décret n° 2013-187 du 4 mars 2013 instituant à titre exceptionnel une allocat...Nathalie SALLES
 
Idcc 292 avenant indemnites
Idcc 292 avenant indemnitesIdcc 292 avenant indemnites
Idcc 292 avenant indemnitesLéo Guittet
 
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgie
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgieAvenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgie
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgieLéo Guittet
 
Idcc 1686 accord participation
Idcc 1686 accord participationIdcc 1686 accord participation
Idcc 1686 accord participationSociété Tripalio
 
Projet d'accord Unedic 22 mars 2014
Projet d'accord Unedic 22 mars 2014Projet d'accord Unedic 22 mars 2014
Projet d'accord Unedic 22 mars 2014FactaMedia
 
La convention d’assurance chômage du 14 mai 2014
La convention d’assurance chômage du 14 mai 2014La convention d’assurance chômage du 14 mai 2014
La convention d’assurance chômage du 14 mai 2014Unédic
 
Formation temps de travail Algerie
Formation temps de travail AlgerieFormation temps de travail Algerie
Formation temps de travail AlgerieAbdelhak ZAIM
 
Idcc 1909 avenant compte epargne temps
Idcc 1909 avenant compte epargne tempsIdcc 1909 avenant compte epargne temps
Idcc 1909 avenant compte epargne tempsSociété Tripalio
 
IDCC 1880 Accord participation
IDCC 1880 Accord participationIDCC 1880 Accord participation
IDCC 1880 Accord participationSociété Tripalio
 
LA CONVENTION DU 14 MAI 2014 relative à l’indemnisation du chômage Présentati...
LA CONVENTION DU 14 MAI 2014 relative à l’indemnisation du chômage Présentati...LA CONVENTION DU 14 MAI 2014 relative à l’indemnisation du chômage Présentati...
LA CONVENTION DU 14 MAI 2014 relative à l’indemnisation du chômage Présentati...Solidairnet Chomactif
 
Idcc 1686 accord interessement
Idcc 1686 accord interessementIdcc 1686 accord interessement
Idcc 1686 accord interessementSociété Tripalio
 
Idcc 2216 avenant titre iii ccn
Idcc 2216 avenant titre iii ccnIdcc 2216 avenant titre iii ccn
Idcc 2216 avenant titre iii ccnSociété Tripalio
 
La convention d’assurance chômage 2014 Chiffres et repères
La convention d’assurance chômage 2014 Chiffres et repèresLa convention d’assurance chômage 2014 Chiffres et repères
La convention d’assurance chômage 2014 Chiffres et repèresUnédic
 
Impact de la nouvelle convention d'Assurance chômage
Impact de la nouvelle convention d'Assurance chômageImpact de la nouvelle convention d'Assurance chômage
Impact de la nouvelle convention d'Assurance chômageUnédic
 
Livre blanc : Le cadre juridique du licenciement économique assoupli
Livre blanc : Le cadre juridique du licenciement économique assoupliLivre blanc : Le cadre juridique du licenciement économique assoupli
Livre blanc : Le cadre juridique du licenciement économique assoupliNathalie Delatour
 
IDCC 1499 accord congés payés pendant le coronavirus
IDCC 1499 accord congés payés pendant le coronavirusIDCC 1499 accord congés payés pendant le coronavirus
IDCC 1499 accord congés payés pendant le coronavirusLéo Guittet
 
Idcc 292 avenant indemnite licenciement
Idcc 292 avenant indemnite licenciementIdcc 292 avenant indemnite licenciement
Idcc 292 avenant indemnite licenciementSociété Tripalio
 

Tendances (20)

Avenant cp immobilier
Avenant cp immobilierAvenant cp immobilier
Avenant cp immobilier
 
reglement interieur
reglement interieurreglement interieur
reglement interieur
 
Décret n° 2013-187 du 4 mars 2013 instituant à titre exceptionnel une allocat...
Décret n° 2013-187 du 4 mars 2013 instituant à titre exceptionnel une allocat...Décret n° 2013-187 du 4 mars 2013 instituant à titre exceptionnel une allocat...
Décret n° 2013-187 du 4 mars 2013 instituant à titre exceptionnel une allocat...
 
Idcc 292 avenant indemnites
Idcc 292 avenant indemnitesIdcc 292 avenant indemnites
Idcc 292 avenant indemnites
 
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgie
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgieAvenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgie
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgie
 
Idcc 1686 accord participation
Idcc 1686 accord participationIdcc 1686 accord participation
Idcc 1686 accord participation
 
Projet d'accord Unedic 22 mars 2014
Projet d'accord Unedic 22 mars 2014Projet d'accord Unedic 22 mars 2014
Projet d'accord Unedic 22 mars 2014
 
La convention d’assurance chômage du 14 mai 2014
La convention d’assurance chômage du 14 mai 2014La convention d’assurance chômage du 14 mai 2014
La convention d’assurance chômage du 14 mai 2014
 
Formation temps de travail Algerie
Formation temps de travail AlgerieFormation temps de travail Algerie
Formation temps de travail Algerie
 
Idcc 1909 avenant compte epargne temps
Idcc 1909 avenant compte epargne tempsIdcc 1909 avenant compte epargne temps
Idcc 1909 avenant compte epargne temps
 
IDCC 1880 Accord participation
IDCC 1880 Accord participationIDCC 1880 Accord participation
IDCC 1880 Accord participation
 
LA CONVENTION DU 14 MAI 2014 relative à l’indemnisation du chômage Présentati...
LA CONVENTION DU 14 MAI 2014 relative à l’indemnisation du chômage Présentati...LA CONVENTION DU 14 MAI 2014 relative à l’indemnisation du chômage Présentati...
LA CONVENTION DU 14 MAI 2014 relative à l’indemnisation du chômage Présentati...
 
Les charges fiscales et sociales sur salaire
Les charges fiscales et sociales sur salaireLes charges fiscales et sociales sur salaire
Les charges fiscales et sociales sur salaire
 
Idcc 1686 accord interessement
Idcc 1686 accord interessementIdcc 1686 accord interessement
Idcc 1686 accord interessement
 
Idcc 2216 avenant titre iii ccn
Idcc 2216 avenant titre iii ccnIdcc 2216 avenant titre iii ccn
Idcc 2216 avenant titre iii ccn
 
La convention d’assurance chômage 2014 Chiffres et repères
La convention d’assurance chômage 2014 Chiffres et repèresLa convention d’assurance chômage 2014 Chiffres et repères
La convention d’assurance chômage 2014 Chiffres et repères
 
Impact de la nouvelle convention d'Assurance chômage
Impact de la nouvelle convention d'Assurance chômageImpact de la nouvelle convention d'Assurance chômage
Impact de la nouvelle convention d'Assurance chômage
 
Livre blanc : Le cadre juridique du licenciement économique assoupli
Livre blanc : Le cadre juridique du licenciement économique assoupliLivre blanc : Le cadre juridique du licenciement économique assoupli
Livre blanc : Le cadre juridique du licenciement économique assoupli
 
IDCC 1499 accord congés payés pendant le coronavirus
IDCC 1499 accord congés payés pendant le coronavirusIDCC 1499 accord congés payés pendant le coronavirus
IDCC 1499 accord congés payés pendant le coronavirus
 
Idcc 292 avenant indemnite licenciement
Idcc 292 avenant indemnite licenciementIdcc 292 avenant indemnite licenciement
Idcc 292 avenant indemnite licenciement
 

Similaire à Heures supplémentaires : exonération de cotisations salariales

IDCC 3017 avenant n°6 accord de branche garantie de ressources
IDCC 3017 avenant n°6 accord de branche garantie de ressources IDCC 3017 avenant n°6 accord de branche garantie de ressources
IDCC 3017 avenant n°6 accord de branche garantie de ressources Société Tripalio
 
Idcc 1809 idcc 3231 avenant salaires reg rmh
Idcc 1809 idcc 3231 avenant salaires reg rmhIdcc 1809 idcc 3231 avenant salaires reg rmh
Idcc 1809 idcc 3231 avenant salaires reg rmhLéo Guittet
 
Idcc 1951 avenant activite partielle apld
Idcc 1951 avenant activite partielle apldIdcc 1951 avenant activite partielle apld
Idcc 1951 avenant activite partielle apldLéo Guittet
 
Idcc 3017 accord de place garantie de ressources
Idcc 3017 accord de place garantie de ressourcesIdcc 3017 accord de place garantie de ressources
Idcc 3017 accord de place garantie de ressourcesSociété Tripalio
 
Idcc 3231 IDCC 1809 avenant salaires
Idcc 3231 IDCC 1809 avenant salairesIdcc 3231 IDCC 1809 avenant salaires
Idcc 3231 IDCC 1809 avenant salairesSociété Tripalio
 
Idcc 218 protocole accord mesures fin de carriere
Idcc 218 protocole accord mesures fin de carriereIdcc 218 protocole accord mesures fin de carriere
Idcc 218 protocole accord mesures fin de carriereSociété Tripalio
 
Actualité Sociale 7 Octobre
Actualité Sociale 7 OctobreActualité Sociale 7 Octobre
Actualité Sociale 7 OctobreBenoît Bourquin
 
Idcc 2264 accord revalorisation salaires segur
Idcc 2264 accord revalorisation salaires segurIdcc 2264 accord revalorisation salaires segur
Idcc 2264 accord revalorisation salaires segurLéo Guittet
 
Idcc 1516 avenant jours mobiles
Idcc 1516 avenant jours mobilesIdcc 1516 avenant jours mobiles
Idcc 1516 avenant jours mobilesLéo Guittet
 
Idcc 2335 accord national forfait jours
Idcc 2335 accord national forfait joursIdcc 2335 accord national forfait jours
Idcc 2335 accord national forfait joursLéo Guittet
 
IDCC 829 Avenant n°66 11 décembre 2015
IDCC 829 Avenant n°66 11 décembre 2015IDCC 829 Avenant n°66 11 décembre 2015
IDCC 829 Avenant n°66 11 décembre 2015Société Tripalio
 
Idcc 1580 accord salaires smc
Idcc 1580 accord salaires smcIdcc 1580 accord salaires smc
Idcc 1580 accord salaires smcLéo Guittet
 
Protocole accord assurance_chomage_du_28_mars_2017
Protocole accord assurance_chomage_du_28_mars_2017Protocole accord assurance_chomage_du_28_mars_2017
Protocole accord assurance_chomage_du_28_mars_2017Société Tripalio
 
Protocole d'accord de l'assurance chômage du 28 mars 2017
Protocole d'accord de l'assurance chômage du 28 mars 2017 Protocole d'accord de l'assurance chômage du 28 mars 2017
Protocole d'accord de l'assurance chômage du 28 mars 2017 Samuel Chalom
 
IDCC 1951 accord congés payés coronavirus
IDCC 1951 accord congés payés coronavirusIDCC 1951 accord congés payés coronavirus
IDCC 1951 accord congés payés coronavirusLéo Guittet
 
Idcc 829 avenant salaires
Idcc 829 avenant salairesIdcc 829 avenant salaires
Idcc 829 avenant salairesLéo Guittet
 
Idcc 1921 accord activite partielle apld
Idcc 1921 accord activite partielle apldIdcc 1921 accord activite partielle apld
Idcc 1921 accord activite partielle apldLéo Guittet
 

Similaire à Heures supplémentaires : exonération de cotisations salariales (20)

IDCC 3017 avenant n°6 accord de branche garantie de ressources
IDCC 3017 avenant n°6 accord de branche garantie de ressources IDCC 3017 avenant n°6 accord de branche garantie de ressources
IDCC 3017 avenant n°6 accord de branche garantie de ressources
 
Idcc 1809 idcc 3231 avenant salaires reg rmh
Idcc 1809 idcc 3231 avenant salaires reg rmhIdcc 1809 idcc 3231 avenant salaires reg rmh
Idcc 1809 idcc 3231 avenant salaires reg rmh
 
Idcc 1951 avenant activite partielle apld
Idcc 1951 avenant activite partielle apldIdcc 1951 avenant activite partielle apld
Idcc 1951 avenant activite partielle apld
 
Idcc 3017 accord de place garantie de ressources
Idcc 3017 accord de place garantie de ressourcesIdcc 3017 accord de place garantie de ressources
Idcc 3017 accord de place garantie de ressources
 
Idcc 3231 IDCC 1809 avenant salaires
Idcc 3231 IDCC 1809 avenant salairesIdcc 3231 IDCC 1809 avenant salaires
Idcc 3231 IDCC 1809 avenant salaires
 
Idcc 3209 avenant salaires
Idcc 3209 avenant salairesIdcc 3209 avenant salaires
Idcc 3209 avenant salaires
 
Idcc 218 protocole accord mesures fin de carriere
Idcc 218 protocole accord mesures fin de carriereIdcc 218 protocole accord mesures fin de carriere
Idcc 218 protocole accord mesures fin de carriere
 
Actualité Sociale 7 Octobre
Actualité Sociale 7 OctobreActualité Sociale 7 Octobre
Actualité Sociale 7 Octobre
 
Idcc 2264 accord revalorisation salaires segur
Idcc 2264 accord revalorisation salaires segurIdcc 2264 accord revalorisation salaires segur
Idcc 2264 accord revalorisation salaires segur
 
Idcc 1516 avenant jours mobiles
Idcc 1516 avenant jours mobilesIdcc 1516 avenant jours mobiles
Idcc 1516 avenant jours mobiles
 
Idcc 2335 accord national forfait jours
Idcc 2335 accord national forfait joursIdcc 2335 accord national forfait jours
Idcc 2335 accord national forfait jours
 
Idcc 3209 avenant salaires
Idcc 3209 avenant salairesIdcc 3209 avenant salaires
Idcc 3209 avenant salaires
 
IDCC 829 Avenant n°66 11 décembre 2015
IDCC 829 Avenant n°66 11 décembre 2015IDCC 829 Avenant n°66 11 décembre 2015
IDCC 829 Avenant n°66 11 décembre 2015
 
Idcc 1580 accord salaires smc
Idcc 1580 accord salaires smcIdcc 1580 accord salaires smc
Idcc 1580 accord salaires smc
 
Protocole accord assurance_chomage_du_28_mars_2017
Protocole accord assurance_chomage_du_28_mars_2017Protocole accord assurance_chomage_du_28_mars_2017
Protocole accord assurance_chomage_du_28_mars_2017
 
Protocole d'accord de l'assurance chômage du 28 mars 2017
Protocole d'accord de l'assurance chômage du 28 mars 2017 Protocole d'accord de l'assurance chômage du 28 mars 2017
Protocole d'accord de l'assurance chômage du 28 mars 2017
 
IDCC 1951 accord congés payés coronavirus
IDCC 1951 accord congés payés coronavirusIDCC 1951 accord congés payés coronavirus
IDCC 1951 accord congés payés coronavirus
 
Idcc 829 avenant salaires
Idcc 829 avenant salairesIdcc 829 avenant salaires
Idcc 829 avenant salaires
 
Idcc 2579 accord salaires
Idcc 2579 accord salairesIdcc 2579 accord salaires
Idcc 2579 accord salaires
 
Idcc 1921 accord activite partielle apld
Idcc 1921 accord activite partielle apldIdcc 1921 accord activite partielle apld
Idcc 1921 accord activite partielle apld
 

Plus de Société Tripalio

Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la JusticeDocuments officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la JusticeSociété Tripalio
 
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024Société Tripalio
 
Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !Société Tripalio
 
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023Société Tripalio
 
l16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdfl16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdfSociété Tripalio
 
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdfecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdfSociété Tripalio
 
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdfSociété Tripalio
 
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdfRCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdfSociété Tripalio
 
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...Société Tripalio
 
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdfDr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdfSociété Tripalio
 
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdfSociété Tripalio
 

Plus de Société Tripalio (20)

Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la JusticeDocuments officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
 
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
 
Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !
 
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
 
Rapport AME 04122023_vf.pdf
Rapport AME 04122023_vf.pdfRapport AME 04122023_vf.pdf
Rapport AME 04122023_vf.pdf
 
l16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdfl16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdf
 
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdfecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
 
ST-15732-2023-INIT_fr.pdf
ST-15732-2023-INIT_fr.pdfST-15732-2023-INIT_fr.pdf
ST-15732-2023-INIT_fr.pdf
 
ST-15631-2023-INIT_en.pdf
ST-15631-2023-INIT_en.pdfST-15631-2023-INIT_en.pdf
ST-15631-2023-INIT_en.pdf
 
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
 
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdfRCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
 
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
 
pjl22-434.pdf
pjl22-434.pdfpjl22-434.pdf
pjl22-434.pdf
 
Budget de la Présidence
Budget de la PrésidenceBudget de la Présidence
Budget de la Présidence
 
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdfPLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
 
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdfDr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
 
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
 
COM_2023_610_1_FR.PDF
COM_2023_610_1_FR.PDFCOM_2023_610_1_FR.PDF
COM_2023_610_1_FR.PDF
 
20230516RES90302.pdf
20230516RES90302.pdf20230516RES90302.pdf
20230516RES90302.pdf
 
1651598790859.pdf
1651598790859.pdf1651598790859.pdf
1651598790859.pdf
 

Dernier (6)

Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934
Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934
Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934
 
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970
 
Présentation du Fonds européen pour la jeunesse
Présentation du Fonds européen pour la jeunessePrésentation du Fonds européen pour la jeunesse
Présentation du Fonds européen pour la jeunesse
 
Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...
Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...
Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...
 
Spectacle du Parvis à Arreau le 27 février
Spectacle du Parvis à Arreau le 27 févrierSpectacle du Parvis à Arreau le 27 février
Spectacle du Parvis à Arreau le 27 février
 
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
 

Heures supplémentaires : exonération de cotisations salariales

  • 1. MINISTERE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ MINISTERE DE L’ACTION ET DES COMPTES PUBLICS Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau 5B Personne chargée du dossier : Thibaud Péron tél. : 01 40 56 69 47 mél. :dss-sd5-bureau5b@sante.gouv.fr La ministre des solidarités et de la santé Le ministre de l’action et des comptes publics à Monsieur le directeur de l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale Monsieur le directeur général de la Caisse centrale de la mutualité sociale agricole INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N° DSS/5B/2019/71 du 29 mars 2019 portant diffusion d’un « questions-réponses » relatif à la mise en œuvre de la réduction des cotisations salariales sur les heures supplémentaires et complémentaires Date d'application : 1er janvier 2019 NOR : SSAS1909614J Classement thématique : Sécurité sociale : organisation, financement Publiée au BO : oui Déposée sur le site circulaire.legifrance.gouv.fr : oui
  • 2. Catégorie : Interprétation à retenir, sous réserve de l'appréciation souveraine du juge, lorsque l'analyse de la portée juridique des textes législatifs ou réglementaires soulève une difficulté particulière. Résumé : L’instruction détaille, sous forme de « questions-réponses », les principales modalités d’application de l’exonérations de cotisations salariales portant sur les rémunérations au titre des heures supplémentaires et complémentaires, en vigueur depuis le 1er janvier 2019. Mots-clés : Sécurité sociale – cotisations et contributions sociales – exonération Textes de référence : Articles L. 241-17, D. 241-21 et D. 241-22 du code de la sécurité sociale Article 7 de la loi n° 2018-1203 du 22 décembre 2018 de financement de la sécurité sociale pour 2019 Décret n° 2019-40 du 24 janvier 2019 relatif à l’exonération de cotisations salariales des heures supplémentaires et complémentaires Annexe : questions-réponses Diffusion : Agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS) assurant la diffusion auprès des unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales (URSSAF) et Caisse centrale de la mutualité sociale agricole (CCMSA) assurant la diffusion auprès des mutualités sociales agricoles. L’article 7 de la loi n° 2018-1203 du 22 décembre 2018 de financement de la sécurité sociale pour 2019 a prévu une exonération de cotisations salariales portant sur les rémunérations dues au titre des heures supplémentaires et complémentaires. La date d’entrée en vigueur de cette exonération est fixée au 1er janvier 2019 par l’article 2 de la loi n° 2018-1213 du 24 décembre 2018 portant mesures d’urgence économiques et sociales. Le décret n° 2019-40 du 24 janvier 2019 prévoit ses modalités d’application pour les salariés du secteur privé. À compter du 1er janvier 2019, les heures supplémentaires et complémentaires, ainsi que certaines heures assimilées pour les salariés ne relevant pas des dispositions du code du travail relatives à la durée de travail, bénéficient d’une exonération des cotisations salariales d’assurance vieillesse. Dans le cas général, cela correspond à une exonération de 11,31 % de la rémunération brute des heures supplémentaires ou complémentaires. L’exonération s’applique quel que soit le mode d’organisation de la durée de travail au sein de l’entreprise. Elle s’applique également aux heures supplémentaires et autres temps de travail additionnels des agents publics, dans les conditions propres à la règlementation de la durée de travail de ces agents.
  • 3. La présente instruction vise à présenter, sous forme de « questions-réponses », les principales modalités d’application de cette mesure. Elle se substitue aux circulaires publiées pour l’application de l’exonération sur les heures supplémentaires créée par la loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat, qui en tout état de cause ne sont plus applicables. Mathilde LIGNOT-LELOUP Directrice de la sécurité sociale
  • 4. Annexe : Questions-réponses Eligibilité au dispositif 1. Quelles heures supplémentaires et complémentaires sont éligibles à l’exonération ? Pour les salariés à temps plein, les heures éligibles sont les heures supplémentaires, c’est-à- dire celles effectuées au-delà de la durée légale du travail, soit 35 heures hebdomadaires (art. L. 3121-28 à L. 3121-39 du code du travail), ou de la durée considérée comme équivalente dans certaines professions. Le régime d’équivalence, défini à l’art. L. 3121-13 du code du travail, constitue un mode spécifique de détermination du temps de travail effectif, comportant des périodes d’inaction, et de sa rémunération, pour des professions et des emplois déterminés. Pour les salariés à temps partiel, les heures complémentaires, c’est-à-dire celles effectuées en plus de celles inscrites au contrat de travail (art. L. 3123-8 du code du travail) sont également éligibles. Sont également éligibles les heures supplémentaires effectuées dans le cadre d’un dispositif d’aménagement du temps de travail au sens de l’article L. 3121-41 du code du travail (ou d’anciens dispositifs comme la modulation, les jours de RTT ou les cycles de travail), ainsi que les heures supplémentaires effectuées dans le cadre d’une convention de forfait en heures (qu’il s’agisse des heures incluses dans le forfait ou des heures effectuées au-delà). Les salariés ayant conclu une convention de forfait en jours sur l’année ne peuvent pas effectuer d’heures supplémentaires, mais ils peuvent bénéficier de l’exonération au titre des jours de repos auxquels ils renoncent en contrepartie d’une majoration de leur rémunération, au-delà de 218 jours par an. Pour les salariés dont la durée de travail n’est pas régie par les dispositions de la troisième partie du code du travail, des dispositions spécifiques peuvent être prévues (cf. question suivante). 2. Pour les salariés dont la durée de travail n’est pas régie par les dispositions de la troisième partie du code du travail, quelles heures sont éligibles à l’exonération ? Dans un certain nombre de professions, la durée du travail des salariés n’est pas régie par les règles de droit commun du code du travail (troisième partie du code du travail) mais par d’autres dispositions légales (code de transports, code de l’action sociale et des familles, etc.) ou conventionnelles. Il s’agit par exemple : - des salariés affiliés à des régimes spéciaux de sécurité sociale, - des personnels des chambres de commerce et d’industrie, des chambres régionales de commerce et d’industrie, des groupements interconsulaires et de l’assemblée française des chambres françaises de commerce et d’industrie, - des travailleurs à domicile, - des salariés des particuliers employeurs,
  • 5. - des assistants maternels. Ces salariés bénéficient de l’exonération sur les heures de travail excédant la durée de travail définie par les dispositions légales ou conventionnelles applicables. 3. L’exonération s’applique-t-elle aux gardiens, concierges et employés d’immeubles dont la durée de travail n’est pas comptabilisée en heures ? OUI. La convention collective des gardiens, concierges et employés d'immeubles du 27 avril 2009 prévoit un régime dérogatoire de décompte du temps de travail, exprimé non pas en heures mais en unités de valeur (UV). En application de l’article 18 de cette convention, les salariés occupant un « emploi à service complet » sont redevables de 10 000 UV de tâches par mois, et peuvent effectuer des UV supplémentaires majorées de 25%, dans la limite de 12 000 UV par mois. Ces tâches supplémentaires sont éligibles à l’exonération. Pour calculer la rémunération sur laquelle s’applique la réduction de cotisations salariales, il convient donc de prendre en compte la rémunération afférente aux tâches effectuées au-delà de 10 000 UV, en partant du principe que ces 10 000 UV correspondent à la durée de 151,67 heures en application de la convention collective nationale du travail des gardiens, concierges et employés d’immeubles dans sa rédaction en vigueur à la date de publication de la présente instruction. Ainsi si 12 000 UV sont rémunérées, la rémunération sur laquelle s’applique la réduction est celle correspondant à 2 000 UV. 4. Dans quelles conditions les heures sont-elles éligibles à l’exonération lorsque leur période de comptabilisation a commencé en 2018 et s’est achevée en 2019 ? La loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 prévoit que les heures supplémentaires dont la rémunération est exonérée doivent avoir été réalisées à compter de 2019. Par ailleurs, le droit commun prévoit, pour déterminer le nombre d’heures supplémentaires ou complémentaires réalisé, un décompte hebdomadaire (le plus souvent dans le cadre de la semaine civile mais il peut s’agir de toute autre période de 7 jours consécutifs). Toutefois, par dérogation, plusieurs modalités d’organisation de la durée de travail prévoient que le décompte des heures réalisées est effectué sur une période supérieure à la semaine (annualisation du temps de travail, forfaits annuels, accords de modulation…). L’exonération est appliquée à l’ensemble des heures décomptées en 2019, y compris si des heures supplémentaires sont décomptes à l’issue d’une période de référence commencée en 2018 et achevée en 2019. En particulier, si la période de décompte est hebdomadaire, l’ensemble des heures supplémentaires ou complémentaires réalisées sur la semaine du lundi 31 décembre 2018 au dimanche 6 décembre 2019 sont éligibles à l’exonération. Exemple : pour un salarié soumis à un accord d’aménagement du temps de travail sur une période de référence de 12 semaines, la dernière période de l’année civile allant du lundi 19 novembre 2018 au dimanche 10 février 2019, si 21 heures supplémentaires sont décomptées à l’issue de cette période, la totalité de ces 21 heures bénéficient de l’exonération. 5. Les heures supplémentaires payées dans le cadre de « rappels de paie » début 2019 au titre NON. Les rémunérations dues au titre des heures supplémentaires peuvent faire l’objet, en pratique de « rappels de paie » au cours des mois suivants, soit que l’employeur pratique de
  • 6. d’heures réalisées en 2018 sont-elles éligibles à l’exonération ? manière habituelle le décalage de paye pour le paiement de certains éléments variables de la rémunération, soit qu’il s’agisse de la correction d’une erreur de paie. Conformément aux règles sur le fait générateur des cotisations et contributions de sécurité sociale, les rémunérations des heures en question ne peuvent bénéficier de l’exonération si elles sont payées au salarié en 2019 mais que la période de décompte des heures s’est achevée avant le 1er janvier. 6. Les heures supplémentaires « structurelles » sont-elles prises en compte et dans quelles conditions ? OUI. Les heures supplémentaires dites « structurelles » résultent soit d’une durée collective de travail supérieure à la durée légale, soit d’une convention individuelle de forfait en heures (forfait hebdomadaire, mensuel ou annuel) intégrant un certain nombre d’heures supplémentaires. Elles bénéficient de l’exonération dans les mêmes conditions que les autres heures supplémentaires. En cas d’absence du salarié donnant lieu à maintien de la rémunération, les heures supplémentaires « structurelles » de la période sont réputées réalisées et donnent lieu à exonération. En cas d’absence du salarié partiellement rémunérée ou non rémunérée, la rémunération des heures supplémentaires « structurelles » est prise en compte dans les mêmes conditions que pour le calcul de la réduction générale, soit après application d’un coefficient d’absence correspondant au rapport entre la rémunération versée et celle qui aurait dû être versée si le salarié n’avait pas été absent. 7. Les heures « de complément » définies par avenant au contrat de travail pour les salariés à temps partiel sont-elles éligibles à l’exonération ? NON. Ces heures prévues au contrat ne constituent pas des heures complémentaires et ne bénéficient donc pas de l’exonération. En effet, elles sont inscrites par avenant au contrat de travail ; elles ne sont d’ailleurs pas nécessairement associées à une majoration salariale. 8. Les heures effectuées dans le cadre du dispositif du temps partiel modulé sont-elles éligibles à l’exonération ? NON. L’application du dispositif de modulation du temps de travail permet aux salariés à temps partiel d’effectuer, sur une période définie, un nombre d’heures supérieur à celui inscrit à leur contrat de travail. Mais ces heures n’ont pas la qualification d’heures complémentaires et ne peuvent donc bénéficier de l’exonération. Le dispositif prévoit en effet que si le nombre d’heures effectuées certaines semaines excède ce qui est prévu par le contrat de travail, cela doit être compensé par un nombre d’heures inférieur effectué les semaines suivantes. Si, à la fin de la période, le nombre d’heure est toujours supérieur à ce qui est prévu par le contrat de travail, il doit être proposé au salarié de majorer le nombre d’heures inscrites à son contrat. Que le salarié accepte ou refuse la modification de sa durée de travail contractuelle est sans incidence sur la qualification des heures accomplies au-delà de la durée de travail inscrite initialement au contrat, qui ne sont pas associés à une obligation de majoration salariale et ne bénéficient donc pas du statut d’heures complémentaires.
  • 7. 9. Les heures incluses dans les conventions de forfait donnent elles lieu à une exonération ? Le cas échéant, dans quelles conditions? OUI. Les heures supplémentaires incluses dans les conventions de forfait en heures sont éligibles à l’exonération. Il s’agit des heures prévues au-delà la durée légale de travail rapportée sur la période de référence (soit 151,67 heures si le forfait est mensuel et 1 607 heures si le forfait est annuel). La rémunération du salarié ayant conclu une convention de forfait étant, par définition, forfaitaire et non horaire, une rémunération horaire doit être définie à partir de la rémunération globale et en tenant compte de la majoration de rémunération dont bénéficient les heures supplémentaires incluses dans celui-ci. La rémunération des heures réalisées au-delà de la durée légale correspond au rapport entre d’une part le nombre d’heures effectuées, pour la détermination duquel le nombre d’heures supplémentaires est majoré d’un facteur égal à la majoration salariale applicable, et d’autre part la rémunération totale. Exemple : pour un salarié ayant un forfait de 175 heures par mois, rémunéré 2 700 € par mois, le forfait représente une durée de travail supérieure de 23,33 heures à la durée légale. Sauf taux conventionnel différent, la majoration des heures supplémentaires est de 25 % (pour les 8 premières heures supplémentaires par semaine). Après pondération d’un facteur 1,25 pour ces 23,33 heures supplémentaires, la « durée totale de travail » prise en compte est donc de 151,67 + 23,33 x 1,25 = 180,83 heures et la rémunération horaire correspondante de 2 700 / 180,83 = 14,93 €. La rémunération des heures supplémentaires à retenir pour le calcul de l’exonération s’élève donc à 23,33 x 14,93 x 1,25 = 435,40 €. 10. L’exonération est-elle applicable aux heures qui donnent lieu à la fois à majoration salariale et à la prise d’un repos compensateur de remplacement ? OUI. Une heure supplémentaire peut être soit compensée intégralement par majoration salariale, soit compensée intégralement en repos, soit compensée pour partie par majoration salariale et pour partie en repos. L’exonération est applicable dès qu’une majoration salariale intervient au titre d’une heure supplémentaire et complémentaire. Le cas échéant, elle ne s’applique pas sur la partie de l’heure qui n’est pas compensée par majoration salariale. Le fait que la compensation en repos soit placée sur un compte épargne-temps (CET), puis monétisée par la suite, ne permet pas que cette monétisation puisse bénéficier de l’exonération. Calcul 11. Quelle rémunération horaire doit être prise en compte pour le calcul de la majoration salariale applicable aux heures supplémentaires ou complémentaires et dans quelles conditions cette majoration est-elle prise en compte pour le calcul de l’exonération ? La majoration est calculée selon les règles prévues par le droit du travail, c’est-à-dire en ajoutant au salaire horaire effectif les éventuelles primes et indemnités ayant le caractère d’un salaire, ainsi que les avantages en nature. Pour rappel, les primes à prendre en compte sont les primes inhérentes à la nature du travail (primes de danger, de d’insalubrité, de froid, de rendement…). En revanche, les primes non inhérentes à la nature du travail ou les primes qui n’ont pas la nature d’un élément de rémunération mais constituent un remboursement de frais
  • 8. particuliers ne sont pas prises en compte (cf. circulaire n° 94-4 du 21 avril 1994). Ainsi, sont notamment exclues de la base de calcul les primes d’ancienneté. Le taux de majoration à retenir est celui prévu par la convention ou l’accord mentionné aux articles L. 3121-33 (pour les heures supplémentaires), L. 3123-21 ou L. 3123-22 (pour les heures complémentaires) du code du travail applicable dans l’entreprise. A défaut d’un tel accord, le taux de majoration à retenir est le taux légal, soit : - pour les heures supplémentaires, 25 % pour les 8 premières heures hebdomadaires et 50 % pour les suivantes, - pour les heures complémentaires, 10 % pour celles n’excédant pas 1/10 des heures prévues au contrat et 25 % pour les autres. 12. Une prime dont le montant serait basé sur le temps de travail du salarié peut-elle bénéficier de l’exonération au titre de la majoration de prime liée aux heures supplémentaires ou complémentaires effectuées ? NON. La prime qui ne constitue pas un élément de rémunération des heures supplémentaires ou complémentaires ne peut être incluse, totalement ou partiellement, dans l’assiette de rémunération bénéficiant de l’exonération. 13. Quel est le taux d’exonération à appliquer ? Le taux d’exonération est égal à la somme des taux de chacune des cotisations salariales d’assurance vieillesse dues par le salarié. Toutefois, ce taux ne peut être supérieur à 11,31 %, soit la somme des taux de cotisations applicables dans le cas général pour une rémunération inférieure au plafond de la sécurité sociale : 7,3 % d’assurance vieillesse de base, et 4,01 % au titre des cotisations d’assurance vieillesse complémentaire. 14. Les cotisations pour la prévoyance complémentaire peuvent-elles être prise en compte pour la détermination du taux d’exonération ? NON. Seules les cotisations d’assurance vieillesse rendues obligatoires par la loi, de base et complémentaire, doivent être prises en compte dans le taux d’exonération. 15. Comment déterminer le taux d’exonération pour la part des rémunérations supérieures au plafond de la sécurité sociale ? Lorsque la rémunération excède le plafond de la sécurité sociale, la rémunération versée au titre des heures supplémentaires est exonérée de cotisations salariales à hauteur des cotisations dues, dans la limite de 11,31% (voir la réponse à la question 13). Toutefois, dans la mesure où les taux de cotisations salariales d’assurance vieillesse ne sont pas identiques pour la part de la rémunération inférieure et la part de la rémunération excédant le plafond, il convient de calculer l’exonération en fonction du taux moyen de cotisations salariales d’assurance vieillesse applicable sur l’ensemble de la rémunération. Ce taux moyen peut être calculé en rapportant le montant total des cotisations salariales d’assurance vieillesse dues au titre de l’ensemble de la rémunération, y compris celle afférente
  • 9. aux des heures supplémentaires, à cette même rémunération. Le taux est si nécessaire limité à 11,31 %. Exemple : pour un salarié rémunéré 5 285,71 € par mois (soit un niveau supérieur au plafond de la sécurité sociale), dont 1 285,71 € est lié à la réalisation de 9 heures supplémentaires et assujetti sur cette rémunération uniquement à la cotisation d’assurance vieillesse de base et aux cotisation d’assurance vieillesse complémentaires dues à l’AGIRC-ARRCO, le montant des cotisations salariales dues est égal à 583,56 €, dont 387,34 € pour la partie de la rémunération inférieure au plafond de la sécurité sociale (soit un taux de cotisation effectif de 11,47 %) et 196,22 € pour la partie de la rémunération supérieure à ce plafond (soit un taux de cotisation effectif de 10,28 %). Le taux moyen effectif de cotisation est donc de 583,56 / 5 285,71 = 11,04 %. C’est ce taux qui est appliqué à la rémunération des heures supplémentaires pour déterminer le montant de l’allègement. 16. Comment l’exonération s’articule-t-elle avec l’exonération de cotisations salariales dont bénéficient les apprentis ? Lorsque la rémunération de l’apprenti est inférieure à 79 % du SMIC, aucune cotisation salariale n’est due. Lorsque cette rémunération est supérieure à 79 % du SMIC, si des heures supplémentaires sont réalisées, l’exonération au titre de ces heures s’applique uniquement sur la part de rémunération supérieure à 79 % du SMIC, à proportion de la part de la rémunération au titre de ces heures supplémentaires dans le total de la rémunération. Exemple : pour un apprenti rémunéré à 85 % du SMIC, soit 1 293,06 € sur un mois, ayant réalisé au cours du mois 160,67 heures, dont 9 heures supplémentaires dont la rémunération est majorée de 25%, la rémunération des heures supplémentaires représente (9*1,25) / (151,67 + (9*1,25)) = 11,25 / 162,92 = 6,91 % de la rémunération totale. Sa rémunération excède au titre de ce mois de 91,27 € le plafond de 79% du SMIC. Dans ce cas, l’exonération au titre des heures supplémentaires ne s’appliquera que sur 6,91 % de la rémunération excédant 79 % du SMIC, soit 91,27 * 6,91 % = 6,31 €. Imputation 17. Sur quelles cotisations faut-il imputer la réduction ? La réduction s’impute uniquement sur les cotisations salariales d’assurance vieillesse de base, qu’elles soient dues au titre de la rémunération des heures supplémentaires réalisées et exonérées ou au titre de la rémunération habituelle. Aucune imputation n’est à réaliser sur les cotisations dues au titre de la retraite complémentaire qui doivent être payées intégralement dans les conditions normales. Pour les salariés affiliés à des régimes spéciaux et qui ne cotisent pas d’une part à un régime de retraite de base et d’autre part à un régime de retraite complémentaire, la réduction est imputée sur l’ensemble des cotisations dues à ces régimes spéciaux.
  • 10. 18. Comment imputer la réduction si les heures supplémentaires d’une période de travail supérieure au mois sont décomptés en une seule fois (par exemple en cas d’annualisation du temps de travail) et donnent lieu à un montant d’exonération supérieur au montant des cotisations d’assurance vieillesse de base ? Dans le cas général, le montant de la réduction est limité au montant des cotisations d’assurance vieillesse de base dues au titre de l’ensemble de la rémunération, pour le mois considéré. Cependant, dans le cas où les heures supplémentaires ou complémentaires sont décomptées sur une période supérieure au mois, le montant de l’exonération peut être imputé si nécessaire sur les cotisations dues au titre des périodes d’activité postérieures. Modalités déclaratives et bulletin de paye 19. L’exonération doit-elle être affichée sur une seule ligne ou détaillée pour chaque cotisation bénéficiant de l’exonération ? Le montant correspondant à l’exonération est affiché sur une seule ligne, après les lignes relatives aux cotisations et contributions sociales salariales et patronales. Règles applicables dans certains territoires outre-mer 20. A Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon, quel taux d’exonération est applicable ? Comme précisé dans le décret, le taux d’exonération n’intègre que les cotisations d’assurance vieillesse. Ainsi, dans le cas général, il est égal à : - 4,77 % pour le territoire de Mayotte, compte tenu du fait que la convention AGIRC- ARRCO ne couvre pas ce territoire. Ce taux évoluera chaque année jusqu’en 2036, compte tenu de la convergence du barème mahorais avec le droit commun, - 10,26 % pour le territoire de Saint-Pierre-et-Miquelon. CSG 21. Les règles de déductibilité de la CSG dues au titre des heures supplémentaires et complémentaires évoluent-elles compte tenu de l’exonération à l’impôt sur le revenu ? La CSG assise sur les heures supplémentaires et complémentaires exonérées d'impôt sur le revenu est intégralement non-déductible du revenu imposable dans la mesure où ces heures supplémentaires et complémentaires sont à la fois exonérées d’impôt sur le revenu et, en pratique, de cotisations sociales salariales. Des précisions complémentaires seront prochainement apportées dans le cadre d'une instruction fiscale publiée au Bulletin Officiel des Finances Publiques.