SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  12
Télécharger pour lire hors ligne
Numéro 2 - Juin 2019
REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 20192
Table des matières
Éditorial
•	 De Paris à Santiago : où en sommes-nous ?
•	 Bref historique de l’Alliance mondiale contre le changement
climatique
Avancées du climat
•	 L’amélioration de la transparence, la clé de l’action climatique
au 21e siècle
Études de cas
•	 Trinité-et-Tobago : aider un bilan négatif à devenir positif
•	 Myanmar : l’histoire d’une stratégie de lutte contre le
changement climatique
L’indice de l’AMCC+
•	 Ligne du temps de la résilience de l’AMCC/AMCC+
•	 Soutien de l’AMCC/AMCC+ aux processus de la CCNUCC
Le programme intra-ACP de l’AMCC+ à la loupe
•	 Ambitions climatiques et nouveaux partenariats
Les meilleures pratiques
•	 Faire passer les CDN au niveau supérieur : de la théorie à la
pratique
P. 3
P. 5
P. 6
P. 8
P. 10
P. 11
CRÉDITS PHOTO
Couverture	 Tanzanie, district d’Arusha, © UE AMCC+ 2018 Photo Imani Nsamila
Page 3		 Myanmar, Agriculteurs dans une rizière à Pakokku © UE AMCC+ 2018
Page 5		 Tanzanie, Usambara oriental © UE AMCC+ 2018
Page 6		 Panneaux solaires financés par l’UE à l’aéroport international Moi, Mombassa © OACI
Page 6		 Avions à la porte d’embarquement à l’aéroport international de Piarco, Trinité-et-Tobago
Page 7		 Myanmar, Abri à Labutta © UE AMCC+ 2018
Dos		 Tanzanie, « bouteille solaire » dans une Boma, une habitation traditionnelle Maasaï © UE AMCC+ 2018 Photo Imani Nsamila
REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 3
En 2015, un accord international a été signé
à Paris. Dans sa contribution déterminée au
niveau national (CDN), chaque pays a décrit
ce qu’il comptait faire pour soutenir l’action
climatique et contribuer aux efforts mondiaux
visant à limiter la hausse des températures à
1,5 °C. En termes d’adaptation, le mandat est
clair : « Chaque Partie entreprend, selon qu’il
convient, des processus de planification de
l’adaptation et met en œuvre des mesures
qui consistent notamment à mettre en place
ou à renforcer des plans, politiques et/
ou contributions utiles », comme le stipule
l’article 7, paragraphe 9, de l’Accord de Paris.
L’Accord de Paris définit ainsi la voie à
suivre, avec une destination finale bien
déterminée : un monde qui préserve
l’équilibre complexe de la nature, en
tant que base des systèmes humains.
L’objectif est de protéger tant la planète
que ses habitants, mais l’accord offre
aussi l’opportunité de voir émerger de
nouveaux paradigmes économiques et
développementaux. Mais si nous savons
vers où nous nous dirigeons, sommes-nous
conscients de ce que cela impliquera ?
L’AccorddeParisappellelespartiesàsoumettre
des CDN révisées tous les cinq ans, avec des
cibles de plus en plus ambitieuses. En outre,
la mise en œuvre des premières CDN devrait
commencer en 2021. Pour pouvoir satisfaire à
ces exigences, il faut être capable de suivre
les progrès et de les communiquer. Avec les
règles d’application de l’accord de Paris, le
« Rulebook », la Conférence de Katowice sur
les changements climatiques (2018) entendait
définir un mécanisme permettant de « donner
vie » à l’Accord de Paris. L’un des éléments
techniques clés vise à s’assurer que les
performances soient communiquées et restent
comparables entre les pays.
LerapportannueldesNationsunies2018inclut
de nouvelles informations sur le décalage
entre ce que nous faisons et ce que nous
devons faire pour limiter le réchauffement
climatique à 2 °C. Le rapport prend en
compte les dernières données scientifiques
« L’Accord de Paris
définit la voie à
suivre, avec une
destination finale
bien déterminée.
Mais si nous savons
vers où nous nous
dirigeons, sommes-
nous conscients
de ce que cela
impliquera ? »
De Paris
à Santiago :
où en
sommes-
nous ?
Geraldo Carreiro
REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 20194
disponibles, en ce compris le Rapport
spécial du GIEC sur les conséquences d’un
réchauffement planétaire de 1,5 °C (SR15).
Ce dernier indique que les cibles actuelles
ne permettront pas d’atteindre l’objectif
de maintenir la hausse des températures
mondiales « bien en-dessous » des 2 °C.
En fait, les cibles actuelles entraîneront
même une hausse de 3 °C d’ici 2100. D’ici
2030, les pays devraient tripler l’ampleur de
leurs engagements de 2015 pour limiter le
réchauffement mondial à moins de 2 °C.
En ce qui concerne l’adaptation, malgré
les risques significatifs encourus, les
investissements n’ont pas décollé, avec
seulement 22 milliards d’USD investis en 2015
et 2016, alors que les pays développés se
sont fixé l’objectif de mobiliser 100 milliards
d’USD par an à partir de 2020, comme l’ont
indiqué la Climate Policy Initiative (CPI) et
Adelphi en 2018.
Les propositions pour combler ces écarts
incluent :
•	 L’intégration du développement à faible
émission de carbone et résilient face
au changement climatique dans les
principales stratégies de développement
socioéconomique, l’assurance que les CDN
soientaucentredel’élaborationdespolitiques
nationalesetlapromotiondudéveloppement
sobre en carbone. L’intégration de mesures
climatiques au niveau sectoriel peut
contribuer à atteindre les Objectifs de
développement durable (ODD), puisqu’il
s’agit de deux facettes du même problème ;
•	 La capacité à lancer et coordonner un
processus impliquant l’ensemble du
gouvernement et incluant des contributions
de toutes les agences gouvernementales
concernées ;
•	 La coopération avec des parties prenantes
clés à tous les niveaux (public, privé, non
gouvernemental, national et local pour la
mise en œuvre des CDN), ainsi qu’avec des
décideurs à plus haut niveau, en particulier
au sein des ministères de la finance et de
la planification, et le renforcement de leurs
capacités ;
•	 L’identification de nouveaux financements
pour les projets axés sur le climat dans
des secteurs clés, comme l’énergie,
l’agriculture, l’exploitation forestière, le
transport, le traitement des déchets et la
gestion de l’eau, ainsi que l’harmonisation
croissante du soutien des partenaires de
développement à la mise en œuvre des
CDN ;
•	 La démonstration d’un engagement
intense de la part des gouvernements et
le renforcement, de manière crédible, des
ambitions des CDN. Le Dialogue de Talanoa,
développé après la COP23 en 2018, a été
conçu comme une opportunité collective
de passer en revue les progrès et d’élaborer
des objectifs à plus long terme.
Katowice a montré que l’Accord de Paris
constituait un plan d’action robuste. La
COP25, qui aura lieu à Santiago en décembre
2019, mettra en avant l’aspiration des pays
à créer un monde résilient au changement
climatique, en accélérant leur transition vers
des économies sobres en carbone.
« La COP25 à Santiago, en
décembre 2019, mettra
en avant l’aspiration des
pays à créer un monde
résilient au changement
climatique. »
« En ce qui concerne
l’adaptation, malgré
les risques significatifs
encourus, les
investissements n’ont pas
décollé. »
Une nouvelle animation vidéo
présente l’Alliance, qui aide
200 millions de personnes à
développer leur résilience face au
changement climatique. La planète
se réchauffe et nous en observons
les effets à travers la hausse des
températures et les phénomènes
météorologiques extrêmes. Depuis
2007, l’AMCC s’emploie à relever les
défis liés au changement climatique.
En un peu plus de dix ans, la
collaboration entre l’UE et les pays
les plus vulnérables au changement
climatique a bénéficié à plus de 70
pays et 200 millions de personnes.
www.gcca.eu/fr
Bref historique
de l’Alliance mondiale contre le changement climatique
REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 5
Avancées du climat
L’amélioration de la transparence,
la clé de l’action climatique au 21e
siècle
Le degré de transparence exigé par la
Convention-cadre des Nations unies sur les
changements climatiques (CCNUCC) et les
outils conçus pour y parvenir ont évolué en
25 ans. Les modalités, procédures et lignes
directrices adoptées à la COP24 ont donné
vie à l’élément fondateur de l’Accord de Paris
– le cadre de transparence renforcé (CTR).
Si les piliers de l’Accord de Paris sont les
contributions déterminées au niveau national
(CDN),unsoutienamélioréetunbilanmondial
régulier visant à évaluer les progrès, c’est le
cadre de transparence renforcé qui lie ces
différents éléments. Conçues pour apporter
de la clarté, maximiser la participation
et assurer une amélioration continue, les
modalités, procédures et lignes directrices
définissent le type, l’ampleur et la fréquence
des informations à inclure. Les parties ont
cinq ans pour préparer la soumission de
leurs premiers rapports biennaux sur la
transparence, en 2024. Les trois éléments
qui se démarquent significativement des
pratiques existantes sont :
•	 Une seule série de règles pour rendre
compte des CDN
Tous les pays doivent les appliquer et
ils doivent aussi tenir des inventaires
nationaux des gaz à effet de serre, en se
basantsurleslignesdirectricesde2006du
Groupe d’experts intergouvernemental
sur l’évolution du climat (GIEC). Moins de
la moitié des pays en développement ont
soumis plus de deux inventaires nationaux
des gaz à effet de serre complets depuis
1997. Les exigences renforcées en matière
de notification pourraient initialement
faire pression sur les capacités de
nombreux pays en développement.
Cependant, la plupart de ces exigences
ne sont pas complètement neuves et
s’appuient sur l’expérience accumulée
jusqu’à présent.
•	 Obligation de notification
Les nouvelles exigences reposent
largement sur le travail des institutions
de recherche, des organisations
multilatérales et du secrétariat de la
CCNUCC, et sont conçues pour remédier
aux lacunes en matière de notification
et mettre un terme aux interprétations
créatives. Elles clarifient les hypothèses,
définitions et méthodologies sous-
jacentes utilisées pour quantifier le
soutien financier des pays développés.
•	 Des mécanismes de flexibilité pour les
« pays en développement qui en ont
besoin »
Des mécanismes de flexibilité limités
dédiés spécialement au calcul des
séries chronologiques et à la vérification
de l’exhaustivité des inventaires
nationaux, ainsi que des « flexibilités
auto-déterminées » plus générales sont
disponibles et peuvent être appliquées.
Les pays peuvent expliquer pourquoi
ils bénéficient de flexibilité et ce qui est
nécessaire pour améliorer la notification
future. Cette « flexibilité responsable
» vise à encourager la participation
et l’amélioration continue, en plus du
soutien dédié disponible dans le cadre
des modalités, procédures et lignes
directrices pour aider les pays à mettre en
œuvre le CTR.
Les pays les moins développés et les
petits États insulaires en développement
bénéficient d’une latitude significative
en matière de notification, mais sont
encouragés à participer, notamment en
fournissant des informations non obligatoires
sur l’adaptation, la réduction des risques
de catastrophe et tout autre élément qu’ils
jugent important. Des procédures d’examen
plus simples sont également prévues, ce
qui fait espérer que davantage de parties
fourniront des informations précises pour
alimenter le bilan mondial, améliorant ainsi
la probabilité que la COP puisse baser
ses décisions sur les meilleures données
disponibles.
À travers les délégations de l’Union
européenne à l’étranger et sa Facilité
d’appui, l’AMCC+ est prête à fournir aux
pays qui le demandent le soutien nécessaire
pour renforcer leurs capacités à participer
pleinement aux nouveaux systèmes de
notification et d’examen.
« Les piliers de
l’Accord de Paris sont
les contributions
déterminées au niveau
national (CDN), un
soutien amélioré et un
bilan mondial régulier
visant à évaluer les
progrès, mais c’est le
cadre de transparence
renforcé (CTR) qui lie ces
différents éléments. »
Jane Wilkinson
REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 20196
Pays :			Trinité-et-Tobago
Type :			 Petit État insulaire en développement (PEID)
Indice AMCC :		 0,22
Vulnérabilité (indice des risques climatiques) :	120e
pays le plus vulnérable
Projet AMCC+ :		 Soutien à la mise en œuvre de la contribution
			 déterminée au niveau national de Trinité-et-Tobago
Étude de cas
Trinité-et-Tobago est un petit État insulaire
en développement (PEID) qui fait partie de
l’archipel des Petites Antilles, dans la mer des
Caraïbes, et compte 1,37 million d’habitants.
Bien que ses émissions annuelles de gaz à
effet de serre (GES) représentent moins de
1 % des émissions mondiales, l’île occupe la
deuxième place dans le classement mondial
des émissions par habitant, comme l’indique
la Stratégie de réduction des émissions
de carbone à Trinité-et-Tobago d’ici 2040.
Cette situation préoccupante est due à ses
importantes ressources en pétrole et gaz
naturel, ainsi qu’à son économie basée sur les
combustibles fossiles. Dans le pays, l’électricité
est presque exclusivement produite à partir de
combustibles fossiles.
Conscientes de ces émissions par habitant
inutilement élevées et désireuses d’inverser la
tendance, les autorités de Trinité-et-Tobago se
sont engagées à réduire les émissions globales
de 15 % d’ici à 2030.
Cet engagement a été formulé dans la
contribution déterminée au niveau national
(CDN) du pays en vue de la mise en œuvre de
l’Accord de Paris, ratifiée par Trinité-et-Tobago
en 2018.
Le coût estimé pour atteindre l’objectif de
la CDN s’élève à 2 milliards d’USD. L’Union
européenne soutiendra ces efforts avec un
projet de l’AMCC+ à hauteur de 4 millions
d’EUR – qui devrait débuter en 2019 et être
totalement aligné sur le plan de mise en œuvre
de la CDN. Ce projet sera axé sur les énergies
renouvelables et l’efficacité énergétique.
Concrètement, il soutiendra :
•	 L’installation d’un parc solaire à l’aéroport
international de Piarco (PIA). Dans les
aéroports, une grande partie des émissions
de GES peut être évitée en remplaçant
le groupe auxiliaire de puissance par de
l’énergie solaire lorsque les avions sont à la
porte d’embarquement. Ce mécanisme,
baptisé « solar-at-gate », a déjà été appliqué
avec succès ailleurs (en Jamaïque, par ex.).
Leprojetdel’AMCC+soutiendral’installation
de l’un des parcs solaires requis, d’une
capacité annuelle de 1 443 830 kWh, ce qui
devrait permettre d’éviter l’émission de 1
010 tonnes de CO2 par an.
•	 L’installation de petits systèmes solaires
connectés au réseau. En soutien à la
transition actuelle vers les sources d’énergie
renouvelables, le projet fournira des
systèmes solaires aux services publics
et aux communautés reculées. En plus
de faire profiter aux bénéficiaires directs
d’une énergie propre et durable, cette
composante renforcera aussi les capacités
du ministère de l’énergie et du secteur
énergétique.
•	 L’adaptation des politiques et règlements
dans le secteur énergétique. Le projet
fournira de l’assistance technique pour
soutenir la conception de nouveaux
systèmes opérationnels et de programmes
d’inspection, de suivi et de certification.
Il développera une série de mesures
incitatives (par ex. remplacer les vieux
appareils électriques, peu efficaces)
pour économiser de l’énergie et favoriser
l’utilisation de l’énergie renouvelable.
•	 Unecampagnedesensibilisationdel’opinion
publique sur l’efficacité énergétique, les
énergies renouvelables et les prix corrects.
Compte tenu des hausses attendues des
prix de l’électricité en vue de refléter les
coûts réels, et du manque d’intérêt général
pour l’économie d’énergie, une campagne
de sensibilisation devrait être essentielle
pour faire changer les mentalités, et ainsi
passerd’uneculturedel’utilisationinefficace
d’énergie à une société plus durable et plus
économe en énergie.
« L’île occupe la deuxième
place dans le classement
mondial des émissions
par habitant. Le projet de
l’AMCC+ sera axé sur les
énergies renouvelables et
l’efficacité énergétique. »
Trinité-et-Tobago :
aider un bilan négatif à devenir positif
Karla Van Eynde
REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 7
Pays :		 Myanmar
Type :		 Pays les moins avancés (PMA)
Indice AMCC :	0,50
Vulnérabilité (indice des risques climatiques) :	3e
pays le plus vulnérable
Projet AMCC+ :	 Programme de l’Alliance mondiale contre le changement
		 climatique du Myanmar (MCCA, Myanmar Climate Change Alliance)
Étude de cas
Labutta, au cœur du delta de l’Irrawaddy,
est l’un des villages qui ont été frappés
par le cyclone Nargis il y a 10 ans, l’une des
pires catastrophes naturelles de l’histoire
du Myanmar. Ce cyclone dévastateur de
quatrième catégorie a balayé le golfe du
Bengale, créant des ondes de tempête qui
ont ravagé les champs et les cultures, et ont
détruit des milliers d’habitations. Au total,
2,4 millions de personnes ont été déplacées
et plus de 138 000 ont perdu la vie. Dans
l’indice mondial des risques climatiques
(IRC), qui analyse quels pays sont les plus
affectés par les phénomènes climatiques
extrêmes, le Myanmar occupait la troisième
place pour la période 1997-2016 – derrière le
Honduras et Haïti.
L’Alliance mondiale contre le changement
climatique du Myanmar (MCCA), soutenue
par l’AMCC, finance la construction d’abris
anticycloniques multifonction, ainsi que la
planification de l’adaptation pour la région
du delta de l’Irrawaddy, en concertation
avec les communautés et les autorités
locales. Le MCCA a aussi joué un rôle central
dans l’élaboration de la contribution prévue
déterminée au niveau national (CPDN) du
Myanmar. En plus de concevoir la stratégie et
le master plan de lutte contre le changement
climatique du Myanmar (MCCSMP, Myanmar
Climate Change Strategy and Master Plan),
le MCCA a fourni du soutien technique pour
la rédaction de la CPDN, ce qui a permis au
document d’être prêt à temps pour être
soumis à la CCNUCC.
Le MCCA a choisi de mettre en place un
groupedetravailtechnique(GTT)entantque
mécanisme de coordination multisectoriel
pour aider à la rédaction de la MCCSMP, l’un
des principaux objectifs du programme. Le
ministère des ressources naturelles et de la
conservation environnementale a reconnu
l’intérêt et le succès de cette approche
consultative.
Le GTT a participé à des réunions sectorielles
et plénières, en veillant à ce que le MCCSMP –
en particulier ses modalités institutionnelles
et la planification de sa mise en œuvre – soit
inclus dans le cadre de la CPDN.
Durant ce processus, le MCCA a aussi
organisé une série d’ateliers sectoriels et
de réunions bilatérales sur l’atténuation
et l’adaptation en lien avec l’exploitation
forestière, l’énergie, l’industrie, le
transport et l’agriculture. Cette approche
a été particulièrement efficace et a joué
un rôle clé dans la bonne coordination de
discussions dynamiques, étant donné que
les actions proposées étaient réparties à
travers plusieurs ministères.
La CPDN a été coécrite et soumise en
utilisant les ressources du MCCA pour :
•	 Évaluer les actions d’adaptation en
cours sur le terrain, reflétant ainsi la
nécessité d’une approche coordonnée
et programmatique de l’adaptation au
niveau national ;
•	 Identifier les aspects clés et rédiger les
circonstances nationales ;
•	 Organiser un certain nombre de groupes
de discussion et de consultations
bilatérales (exploitation forestière,
énergie, agriculture) ;
•	 Réaliser des entretiens, collecter
des données et faciliter le travail des
consultants externes ;
•	 Participer aux discussions sur la CPDN
entre mars et juin 2016 en vue de la
transformer en CDN ;
•	 Coorganiser les consultations avancées
sur la mise en œuvre de la CPDN en mars
2016.
« L’Alliance mondiale
contre le changement
climatique du Myanmar
(MCCA) a joué un
rôle central dans la
formulation de la
stratégie et du master
plan de lutte contre le
changement climatique
du Myanmar, ainsi que de
la contribution prévue
déterminée au niveau
national (CPDN). »
Myanmar : l’histoire d’une stratégie
de lutte contre le changement climatique
Geraldo Carreiro
Nina Raasakka
REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 20198
2006	 CONFÉRENCE DE NAIROBI SUR LE CLIMAT
2007	 L’UE S’ENGAGE À RÉDUIRE LES ÉMISSIONS DE 20 % D’ICI À 2020
	 L’UE LANCE L’ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT
	 CLIMATIQUE (AMCC)
2008	 PREMIERS PROJETS AMCC LANCÉS DANS QUATRE PAYS
2009	 ACCORD DE COPENHAGUE (CIBLE DES 2 °C)
2010	 DIX PAYS REJOIGNENT L’AMCC+
2011 	 ONZE AUTRES PAYS REJOIGNENT L’AMCC+
2015 	 ACCORD DE PARIS SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE
	 LANCEMENT DE L’AMCC+ AXÉE SUR LES CDN
2017	 LANCEMENT DU PROGRAMME INTRA-ACP DE L’AMCC+
2018	 MANDAT DE L’AMCC+ ÉTENDU AUX ACTIVITÉS D’ATTÉNUATION
L’INDICE DE L’AMCC+
LIGNE DU TEMPS DE LA RÉSILIENCE DE L’AMCC/AMMC+
8 REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019
PROGRAMMES
DANS LE MONDE
PAYS LES MOINS
DÉVELOPPÉS (PMA)
PETITS ÉTATS
INSULAIRES EN
DÉVELOPPEMENT (PEID)
STRATÉGIES NATIONALES
CONTRE LE CHANGEMENT
CLIMATIQUE
CAMPAGNES DE
SENSIBILISATION
STRATÉGIES ET
PROGRAMMES LIÉS
À LA CCNUCC
REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 99REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019
SOUTIEN DE L’AMCC/AMCC+ AUX PROCESSUS DE LA CCNUCC
Projets Pays bénéficiairesACTION
2923 MISE EN ŒUVRE ET ACTUALISATION DU PANA (PROGRAMME
D’ACTION NATIONAL AUX FINS DE L’ADAPTATION)
1916 PROCESSUS LIÉ À LA CDN
(CONTRIBUTION DÉTERMINÉE AU NIVEAU NATIONAL)
1516 SURVEILLANCE, NOTIFICATION ET VÉRIFICATION EN VUE DU
CADRE DE TRANSPARENCE RENFORCÉ (CTR)
810
PARTICIPATION PLUS EFFICACE AUX NÉGOCIATIONS DE
LA CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES
CHANGEMENTS CLIMATIQUES (CCNUCC)
STRATÉGIES REDD+ (RÉDUCTION DES ÉMISSIONS LIÉES À LA
DÉFORESTATION ET À LA DÉGRADATION DES FORÊTS)9 9
55 RENFORCEMENT DES CAPACITÉS INSTITUTIONNELLES EN VUE
D’UN MDP (MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE)
85 MISE EN ŒUVRE ET DÉVELOPPEMENT DU PNA
(PLAN NATIONAL D’ADAPTATION)
11 MISE EN ŒUVRE DES MAAN (MESURES D’ATTÉNUATION
APPROPRIÉES AU NIVEAU NATIONAL)
REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 201910
Le programme intra-ACP de
l’AMCC+ à la loupe
Le programme intra-ACP de l’AMCC+, financé par l’UE, aide
les membres du groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et
du Pacifique (ACP) à s’adapter au changement climatique qui
menace leur développement.
« Un nouveau
partenariat avec le
Fonds d’équipements
des Nations unies (FENU)
soutiendra la mise en
œuvre des CDN dans 79
pays ACP. »
Ambitions climatiques et nouveaux
partenariats du programme intra-ACP de
l’AMCC+
En 2018, le programme intra-ACP de
l’AMCC+ a renforcé son soutien aux 79
États ACP. Ces efforts ont culminé dans la
publication du rapport « Climate Ambitions
», lors de la COP24 à Katowice, en Pologne.
Ce programme, qui compte six résultats
attendus, aide les pays d’Afrique, des
Caraïbes et du Pacifique à gérer les impacts
du changement climatique et à renforcer
leur résilience. Le programme promeut aussi
le dialogue entre les régions et d’autres
partenaires. « À travers notre dialogue et
assistance technique, nous aidons aussi les
pays ACP à mettre en œuvre leur CDN »,
indique Pendo Maro, chef d’équipe.
Commandé par le Secrétariat ACP, le
rapport « Climate Ambitions » fournit un
aperçu comparatif des CDN des pays ACP.
Il se concentre sur six domaines clés, allant
de l’atténuation et de l’adaptation aux
mécanismes de mesure, de notification et
de vérification. Le rapport estime que les
États ACP auront besoin d’au moins 2,317
milliards d’USD pour mettre en œuvre leur
CDN.
Le rapport « Climate Ambition » valorise
nos efforts en identifiant des processus,
tendances, faiblesses et opportunités
concernant les CDN des ACP. Le rapport
et le feedback que nous avons reçu nous
ont appris que les pays ACP ont besoin
de soutien financier, technologique et en
termes de capacités pour mettre en œuvre
leur CDN, et qu’ils apprécient le soutien
reçu.
PARTENARIAT AVEC LE FENU
Conformément à sa stratégie visant à
renforcer les collaborations, le Secrétariat
ACP a aussi annoncé, lors de la COP24,
un nouveau partenariat avec le Fonds
d’équipements des Nations unies (FENU) en
vue de soutenir la mise en œuvre des CDN
dans les PMA, les PEID et les 79 pays ACP.
L’annonce a été faite lors d’un événement
conjoint à Katowice, avec de hauts
représentants de Côte d’Ivoire, du Bénin et
du FENU.
Viwanou Gnassounou, sous-secrétaire
général du Secrétariat ACP en charge du
développement économique durable et
du commerce, a indiqué au public que les
deux organisations allaient coordonner
leurs efforts de sorte que les pays en
développement puissent avoir accès au
soutien international de manière plus
efficace.
Ces événements ont bénéficié d’un intérêt
accru grâce au lancement, quelques jours
avant la COP24 seulement, du nouveau site
web du programme intra-ACP de l’AMCC+ :
https://intraacpgccaplus.org
REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 11
À la suite de l’Accord de Paris, la
coopération climatique s’est concentrée
sur le déploiement de mécanismes visant
à aider les pays en développement à
faire passer leur CDN de la théorie à la
pratique. Un début d’architecture visant
à lutter contre le changement climatique
a vu le jour, encourageant une « approche
technique axée sur les partenaires ». Ce
groupe se compose notamment d’une
série de dispositifs établis avant l’Accord
de Paris (à savoir NDC Cluster, LEDS
Global Partnership, Africa Partnership
Facility for NDC) – qui sont passés de
la préparation des CDN à leur mise en
œuvre – et d’autres systèmes établis
immédiatement après la COP21 et lancés
lors de la COP22.
Ensemble, ces dispositifs rassemblent
plus de 100 pays, représentants
d’institutions internationales et acteurs
étatiques engagés dans la lutte contre le
changement climatique.
Dans les deux ans qui ont suivi la COP22,
les « nouveaux architectes des CDN »
ont travaillé avec les pays pour donner
forme aux CDN. Ils ont créé des bases
de données bien fournies pour partager
des informations, lancé des initiatives
financières, proposé du soutien
consultatif pour réduire les différences
de connaissances entre les pays, et, dans
le cas du NDC Partnership, orienté le
soutien des bailleurs et des institutions
vers les priorités identifiées au niveau
national.
La clé du succès de cette approche est la
méthode utilisée par ces initiatives pour
partager des informations climatiques.
Elles élargissent progressivement leurs
réseaux de partenaires pour générer
des informations et données actualisées
qui permettent aux pays d’apprendre,
de consolider leurs connaissances et de
renforcer leurs mesures de lutte contre
le changement climatique. Ce nouveau
mode opératoire a déjà débouché sur
des résultats encore inimaginables il y
a seulement un an : les actions pour le
climat communiquées dans les CDN sont
alignéessur154des169ciblesdesObjectifs
de développement durable de l’ONU,
indique le World Resources Institute
dans sa base de données Climate Watch.
NDC PARTNESRHIP
http://ndcpartnership.org
PLATEFORME DE LA BANQUE
MONDIALE SUR LES CDN
http://indc.worldbank.org/
NDC INVEST DU GROUPE DE LA BID
https://WWW.NDCINVEST.ORG
Cela signifie que malgré la prolifération
des initiatives, documents et séminaires
sur le sujet, les trois principales initiatives
sont les suivantes :
Le NDC Partnership (mondialement actif),
la Plateforme de la Banque mondiale sur
les CDN (mondialement active) et NDC
INVEST du Groupe de la BID (actif en
Amérique latine et dans les Caraïbes). Il
s’agit des trois chefs de file en matière de
CDN dans le contexte des négociations
de la CCNUCC.
Par conséquent, les autres dispositifs
et hubs, créés parallèlement à ces
trois-ci, devraient veiller à ce que
leur approche intègre le travail déjà
réalisé. Cela évitera le chevauchement
des activités, le gaspillage de fonds,
les incompréhensions concernant les
méthodologies, ainsi que la distorsion du
« marché des CDN » en termes de besoins
techniques/financiers nationaux.
Les enseignements tirés et les résultats
déjà atteints par les activités du NDC
Partnership dans certains pays devraient
être partagés et exploités par d’autres
États. Les outils, bases de données et
plateformes web, ainsi que les hubs créés
en parallèle, offrent des opportunités de
diffuser les connaissances et favorisent
l’apprentissage mutuel.
Les meilleures
pratiques
Faire passer les CDN au
niveau supérieur : de la
théorie à la pratique
11REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019
« Ces résultats étaient
encore inimaginables il
y a un seulement an: les
actions pour le climat
communiquées dans les
CDN sont alignées sur
154 des 169 cibles des
ODD de l’ONU. »
Monica Bonfanti
JUIN 2019
Cette publication est disponible uniquement au format électronique. Elle a été préparée par la Facilité d’appui de l’AMCC+.
Elle ne présente pas l’avis officiel de la CE ou des institutions de l’UE. La CE décline toute responsabilité quant à son contenu.
À PROPOS DE L’AMCC+
L’Alliance mondiale contre le changement climatique+ (AMCC+) est une initiative phare de
l’Union européenne qui aide les pays les plus vulnérables de la planète à relever le défi du
changement climatique. Elle a été lancée en 2017 et est devenue une initiative climatique
majeure, avec plus de 70 programmes en Afrique, en Asie, dans les Caraïbes et dans le Pacifique.
Rejoignez notre communauté
https://europa.eu/capacity4dev/gcca-community
www.gcca.eu

Contenu connexe

Tendances

Dp b&c summit
Dp b&c summitDp b&c summit
Dp b&c summitRAC-F
 
Analyse et propositions des ong pour les négociations à Bonn
Analyse et propositions des ong pour les négociations à Bonn Analyse et propositions des ong pour les négociations à Bonn
Analyse et propositions des ong pour les négociations à Bonn RAC-F
 
Dp rcd
Dp rcdDp rcd
Dp rcdRAC-F
 
Note de position inter-associative pour la COP20
Note de position inter-associative pour la COP20Note de position inter-associative pour la COP20
Note de position inter-associative pour la COP20RAC-F
 
Dp cop21 - Réseau Action Climat
Dp cop21 - Réseau Action ClimatDp cop21 - Réseau Action Climat
Dp cop21 - Réseau Action ClimatRAC-F
 
 Plan Climat-Energie Territorial, l'engagement des territoires dans la lutte...
 Plan Climat-Energie Territorial, l'engagement des territoires dans la lutte... Plan Climat-Energie Territorial, l'engagement des territoires dans la lutte...
 Plan Climat-Energie Territorial, l'engagement des territoires dans la lutte...rac_marion
 
(Rapport d'Activités 2015) Défis Climatiques: Quelle nouvelle trajectoire de ...
(Rapport d'Activités 2015) Défis Climatiques: Quelle nouvelle trajectoire de ...(Rapport d'Activités 2015) Défis Climatiques: Quelle nouvelle trajectoire de ...
(Rapport d'Activités 2015) Défis Climatiques: Quelle nouvelle trajectoire de ...Ibra Seck Cassis
 
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris LucileD
 
Note de decryptage du RC&D sur les financements climat
Note de decryptage du RC&D sur les financements climatNote de decryptage du RC&D sur les financements climat
Note de decryptage du RC&D sur les financements climatrac_marion
 
Dossier charbon
Dossier charbonDossier charbon
Dossier charbonRAC-F
 
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...rac_marion
 
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...Yassine BAKMOU
 
Communiqué de presse RC&D COP24
Communiqué de presse RC&D COP24Communiqué de presse RC&D COP24
Communiqué de presse RC&D COP24Reine MAHOULE
 
Clean Technology Fund Final Francais
Clean Technology Fund Final FrancaisClean Technology Fund Final Francais
Clean Technology Fund Final FrancaisPARIS
 
Conférence de Paris sur le climat - Séance d’information pour les médias
Conférence de Paris sur le climat - Séance d’information pour les médiasConférence de Paris sur le climat - Séance d’information pour les médias
Conférence de Paris sur le climat - Séance d’information pour les médiasBAFU OFEV UFAM FOEN
 
La synthèse de l'état de la Planète élaborée par le Programme des Nations uni...
La synthèse de l'état de la Planète élaborée par le Programme des Nations uni...La synthèse de l'état de la Planète élaborée par le Programme des Nations uni...
La synthèse de l'état de la Planète élaborée par le Programme des Nations uni...LeSoir.be
 
Dp contribution UE paris climat 2015
Dp contribution UE paris climat 2015Dp contribution UE paris climat 2015
Dp contribution UE paris climat 2015RAC-F
 
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...Renaud Favier
 

Tendances (20)

Dp b&c summit
Dp b&c summitDp b&c summit
Dp b&c summit
 
Analyse et propositions des ong pour les négociations à Bonn
Analyse et propositions des ong pour les négociations à Bonn Analyse et propositions des ong pour les négociations à Bonn
Analyse et propositions des ong pour les négociations à Bonn
 
Dp rcd
Dp rcdDp rcd
Dp rcd
 
Note de position inter-associative pour la COP20
Note de position inter-associative pour la COP20Note de position inter-associative pour la COP20
Note de position inter-associative pour la COP20
 
Dp cop21 - Réseau Action Climat
Dp cop21 - Réseau Action ClimatDp cop21 - Réseau Action Climat
Dp cop21 - Réseau Action Climat
 
 Plan Climat-Energie Territorial, l'engagement des territoires dans la lutte...
 Plan Climat-Energie Territorial, l'engagement des territoires dans la lutte... Plan Climat-Energie Territorial, l'engagement des territoires dans la lutte...
 Plan Climat-Energie Territorial, l'engagement des territoires dans la lutte...
 
(Rapport d'Activités 2015) Défis Climatiques: Quelle nouvelle trajectoire de ...
(Rapport d'Activités 2015) Défis Climatiques: Quelle nouvelle trajectoire de ...(Rapport d'Activités 2015) Défis Climatiques: Quelle nouvelle trajectoire de ...
(Rapport d'Activités 2015) Défis Climatiques: Quelle nouvelle trajectoire de ...
 
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
 
Note de decryptage du RC&D sur les financements climat
Note de decryptage du RC&D sur les financements climatNote de decryptage du RC&D sur les financements climat
Note de decryptage du RC&D sur les financements climat
 
Intro Dossier Cop21
Intro Dossier Cop21Intro Dossier Cop21
Intro Dossier Cop21
 
Dossier charbon
Dossier charbonDossier charbon
Dossier charbon
 
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...
 
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
 
Communiqué de presse RC&D COP24
Communiqué de presse RC&D COP24Communiqué de presse RC&D COP24
Communiqué de presse RC&D COP24
 
Clean Technology Fund Final Francais
Clean Technology Fund Final FrancaisClean Technology Fund Final Francais
Clean Technology Fund Final Francais
 
Conférence de Paris sur le climat - Séance d’information pour les médias
Conférence de Paris sur le climat - Séance d’information pour les médiasConférence de Paris sur le climat - Séance d’information pour les médias
Conférence de Paris sur le climat - Séance d’information pour les médias
 
La synthèse de l'état de la Planète élaborée par le Programme des Nations uni...
La synthèse de l'état de la Planète élaborée par le Programme des Nations uni...La synthèse de l'état de la Planète élaborée par le Programme des Nations uni...
La synthèse de l'état de la Planète élaborée par le Programme des Nations uni...
 
Dp contribution UE paris climat 2015
Dp contribution UE paris climat 2015Dp contribution UE paris climat 2015
Dp contribution UE paris climat 2015
 
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...
 
Session 7
Session 7Session 7
Session 7
 

Similaire à Amcc climate issues_june2019

NOTE DE POSITION POUR LA COP22
NOTE DE POSITION POUR LA COP22NOTE DE POSITION POUR LA COP22
NOTE DE POSITION POUR LA COP22Reine MAHOULE
 
Cop21 livret-v11-bd
Cop21 livret-v11-bdCop21 livret-v11-bd
Cop21 livret-v11-bdRAC-F
 
Dossier cop22
Dossier cop22Dossier cop22
Dossier cop22RAC-F
 
Panorama des cleantech en france 2018
Panorama des cleantech en france 2018Panorama des cleantech en france 2018
Panorama des cleantech en france 2018PEXE
 
Panorama des Cleantech en France 2018
Panorama des Cleantech en France 2018Panorama des Cleantech en France 2018
Panorama des Cleantech en France 2018Magali Alix-Toupé
 
Feuille de route issue de la conférence environnementale 2014
Feuille de route issue de la conférence environnementale 2014Feuille de route issue de la conférence environnementale 2014
Feuille de route issue de la conférence environnementale 2014Cyril Fonrose
 
COMPRENDRE LA CONFÉRENCE DE PARIS SUR LE CLIMAT
COMPRENDRE LA CONFÉRENCE DE PARIS SUR LE CLIMATCOMPRENDRE LA CONFÉRENCE DE PARIS SUR LE CLIMAT
COMPRENDRE LA CONFÉRENCE DE PARIS SUR LE CLIMATMathilde Maïsano
 
La mise en œuvre de la contribution déterminée nationale (CDN) de la RDC aprè...
La mise en œuvre de la contribution déterminée nationale (CDN) de la RDC aprè...La mise en œuvre de la contribution déterminée nationale (CDN) de la RDC aprè...
La mise en œuvre de la contribution déterminée nationale (CDN) de la RDC aprè...CIFOR-ICRAF
 
Note position pour la conférence Paris Climat 2015
Note position pour la conférence Paris Climat 2015Note position pour la conférence Paris Climat 2015
Note position pour la conférence Paris Climat 2015RAC-F
 
Note de position du RC&D pour la COP20 à Lima
Note de position du RC&D pour la COP20 à LimaNote de position du RC&D pour la COP20 à Lima
Note de position du RC&D pour la COP20 à LimaRAC-F
 
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdfSociété Tripalio
 
151127 a collignon_climate change presentation administration communale de Sc...
151127 a collignon_climate change presentation administration communale de Sc...151127 a collignon_climate change presentation administration communale de Sc...
151127 a collignon_climate change presentation administration communale de Sc...Marcel van Meesche
 
REDD+ et marche du carbone. Instrument de developpement ou marche de dupes de...
REDD+ et marche du carbone. Instrument de developpement ou marche de dupes de...REDD+ et marche du carbone. Instrument de developpement ou marche de dupes de...
REDD+ et marche du carbone. Instrument de developpement ou marche de dupes de...CIFOR-ICRAF
 
ENGAGEMENT POUR LA CROISSANCE VERTE RELATIF AU RECYCLAGE DES DECHETS DE PLATRE
ENGAGEMENT POUR LA CROISSANCE VERTE RELATIF AU RECYCLAGE DES DECHETS DE PLATREENGAGEMENT POUR LA CROISSANCE VERTE RELATIF AU RECYCLAGE DES DECHETS DE PLATRE
ENGAGEMENT POUR LA CROISSANCE VERTE RELATIF AU RECYCLAGE DES DECHETS DE PLATREIndustriePlatre
 
Etude climat-vigeo-wwf
Etude climat-vigeo-wwfEtude climat-vigeo-wwf
Etude climat-vigeo-wwfFactor-X
 
3 scénarios pour un Paris 0 carbone
3 scénarios pour un Paris 0 carbone3 scénarios pour un Paris 0 carbone
3 scénarios pour un Paris 0 carboneLeonard
 
Dossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki MoonDossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki MoonRAC-F
 
Présentation du RC&D sur le bilan de la COP21
Présentation du RC&D sur le bilan de la COP21Présentation du RC&D sur le bilan de la COP21
Présentation du RC&D sur le bilan de la COP21rac_marion
 

Similaire à Amcc climate issues_june2019 (20)

NOTE DE POSITION POUR LA COP22
NOTE DE POSITION POUR LA COP22NOTE DE POSITION POUR LA COP22
NOTE DE POSITION POUR LA COP22
 
Cop21 livret-v11-bd
Cop21 livret-v11-bdCop21 livret-v11-bd
Cop21 livret-v11-bd
 
Dossier cop22
Dossier cop22Dossier cop22
Dossier cop22
 
Panorama des cleantech en france 2018
Panorama des cleantech en france 2018Panorama des cleantech en france 2018
Panorama des cleantech en france 2018
 
Panorama des Cleantech en France 2018
Panorama des Cleantech en France 2018Panorama des Cleantech en France 2018
Panorama des Cleantech en France 2018
 
Feuille de route issue de la conférence environnementale 2014
Feuille de route issue de la conférence environnementale 2014Feuille de route issue de la conférence environnementale 2014
Feuille de route issue de la conférence environnementale 2014
 
Panorama énergies - climat - Édition 2013
Panorama énergies - climat - Édition 2013Panorama énergies - climat - Édition 2013
Panorama énergies - climat - Édition 2013
 
COMPRENDRE LA CONFÉRENCE DE PARIS SUR LE CLIMAT
COMPRENDRE LA CONFÉRENCE DE PARIS SUR LE CLIMATCOMPRENDRE LA CONFÉRENCE DE PARIS SUR LE CLIMAT
COMPRENDRE LA CONFÉRENCE DE PARIS SUR LE CLIMAT
 
La mise en œuvre de la contribution déterminée nationale (CDN) de la RDC aprè...
La mise en œuvre de la contribution déterminée nationale (CDN) de la RDC aprè...La mise en œuvre de la contribution déterminée nationale (CDN) de la RDC aprè...
La mise en œuvre de la contribution déterminée nationale (CDN) de la RDC aprè...
 
Note position pour la conférence Paris Climat 2015
Note position pour la conférence Paris Climat 2015Note position pour la conférence Paris Climat 2015
Note position pour la conférence Paris Climat 2015
 
Note de position du RC&D pour la COP20 à Lima
Note de position du RC&D pour la COP20 à LimaNote de position du RC&D pour la COP20 à Lima
Note de position du RC&D pour la COP20 à Lima
 
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
 
151127 a collignon_climate change presentation administration communale de Sc...
151127 a collignon_climate change presentation administration communale de Sc...151127 a collignon_climate change presentation administration communale de Sc...
151127 a collignon_climate change presentation administration communale de Sc...
 
REDD+ et marche du carbone. Instrument de developpement ou marche de dupes de...
REDD+ et marche du carbone. Instrument de developpement ou marche de dupes de...REDD+ et marche du carbone. Instrument de developpement ou marche de dupes de...
REDD+ et marche du carbone. Instrument de developpement ou marche de dupes de...
 
ENGAGEMENT POUR LA CROISSANCE VERTE RELATIF AU RECYCLAGE DES DECHETS DE PLATRE
ENGAGEMENT POUR LA CROISSANCE VERTE RELATIF AU RECYCLAGE DES DECHETS DE PLATREENGAGEMENT POUR LA CROISSANCE VERTE RELATIF AU RECYCLAGE DES DECHETS DE PLATRE
ENGAGEMENT POUR LA CROISSANCE VERTE RELATIF AU RECYCLAGE DES DECHETS DE PLATRE
 
Etude climat-vigeo-wwf
Etude climat-vigeo-wwfEtude climat-vigeo-wwf
Etude climat-vigeo-wwf
 
3 scénarios pour un Paris 0 carbone
3 scénarios pour un Paris 0 carbone3 scénarios pour un Paris 0 carbone
3 scénarios pour un Paris 0 carbone
 
Comm slc accord-de-paris-2015-final
Comm slc accord-de-paris-2015-finalComm slc accord-de-paris-2015-final
Comm slc accord-de-paris-2015-final
 
Dossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki MoonDossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki Moon
 
Présentation du RC&D sur le bilan de la COP21
Présentation du RC&D sur le bilan de la COP21Présentation du RC&D sur le bilan de la COP21
Présentation du RC&D sur le bilan de la COP21
 

Plus de PatrickTanz

Les effets/causes du declin des insectes en France
Les effets/causes du declin des insectes en FranceLes effets/causes du declin des insectes en France
Les effets/causes du declin des insectes en FrancePatrickTanz
 
Bien etre animal cta 2014
Bien etre animal cta 2014Bien etre animal cta 2014
Bien etre animal cta 2014PatrickTanz
 
Paris agreement westafrica diagnosis capacity needs
Paris agreement westafrica diagnosis capacity needsParis agreement westafrica diagnosis capacity needs
Paris agreement westafrica diagnosis capacity needsPatrickTanz
 
Guide referenceanalysevulnerabilite giz
Guide referenceanalysevulnerabilite gizGuide referenceanalysevulnerabilite giz
Guide referenceanalysevulnerabilite gizPatrickTanz
 
Plan pollinisateur en France 2021
Plan pollinisateur en France 2021Plan pollinisateur en France 2021
Plan pollinisateur en France 2021PatrickTanz
 
Transport par voies navigables en Europe 2021
Transport par voies navigables en Europe 2021Transport par voies navigables en Europe 2021
Transport par voies navigables en Europe 2021PatrickTanz
 
Net zerotargetsettinginfinancialsector
Net zerotargetsettinginfinancialsectorNet zerotargetsettinginfinancialsector
Net zerotargetsettinginfinancialsectorPatrickTanz
 
Strateg frbascarbone oct2020
Strateg frbascarbone oct2020Strateg frbascarbone oct2020
Strateg frbascarbone oct2020PatrickTanz
 
Synthese fccc ndc-ccnucc
Synthese fccc ndc-ccnuccSynthese fccc ndc-ccnucc
Synthese fccc ndc-ccnuccPatrickTanz
 
Guide concertation communale
Guide concertation communaleGuide concertation communale
Guide concertation communalePatrickTanz
 
Filière foret bois et changement climatique
Filière foret bois et changement climatiqueFilière foret bois et changement climatique
Filière foret bois et changement climatiquePatrickTanz
 
Le travail des femmes au Burkina Faso; l' histoire de Tonnoma
Le travail des  femmes au Burkina Faso; l' histoire de TonnomaLe travail des  femmes au Burkina Faso; l' histoire de Tonnoma
Le travail des femmes au Burkina Faso; l' histoire de TonnomaPatrickTanz
 
Manifeste de Marseille 2021 IUCN
Manifeste de Marseille 2021 IUCNManifeste de Marseille 2021 IUCN
Manifeste de Marseille 2021 IUCNPatrickTanz
 
Plastics costs to the society and the environment
Plastics costs to the society and the environmentPlastics costs to the society and the environment
Plastics costs to the society and the environmentPatrickTanz
 
Plastics, the costs to societyand the environment
Plastics, the costs to societyand the environmentPlastics, the costs to societyand the environment
Plastics, the costs to societyand the environmentPatrickTanz
 
Former les cadres pour la foret apres 2025_agroparistech
Former les cadres pour la foret apres 2025_agroparistechFormer les cadres pour la foret apres 2025_agroparistech
Former les cadres pour la foret apres 2025_agroparistechPatrickTanz
 
Fondamentaux pour la gouvernance et le developpement de la resilience
Fondamentaux pour la  gouvernance et le developpement de la resilienceFondamentaux pour la  gouvernance et le developpement de la resilience
Fondamentaux pour la gouvernance et le developpement de la resiliencePatrickTanz
 
Nutrient management handbook_ifa2016
Nutrient management handbook_ifa2016Nutrient management handbook_ifa2016
Nutrient management handbook_ifa2016PatrickTanz
 
Digestats agriculture agro_paristech
Digestats agriculture agro_paristechDigestats agriculture agro_paristech
Digestats agriculture agro_paristechPatrickTanz
 
Estimations des emissions GES fao 2015
Estimations des emissions GES fao 2015Estimations des emissions GES fao 2015
Estimations des emissions GES fao 2015PatrickTanz
 

Plus de PatrickTanz (20)

Les effets/causes du declin des insectes en France
Les effets/causes du declin des insectes en FranceLes effets/causes du declin des insectes en France
Les effets/causes du declin des insectes en France
 
Bien etre animal cta 2014
Bien etre animal cta 2014Bien etre animal cta 2014
Bien etre animal cta 2014
 
Paris agreement westafrica diagnosis capacity needs
Paris agreement westafrica diagnosis capacity needsParis agreement westafrica diagnosis capacity needs
Paris agreement westafrica diagnosis capacity needs
 
Guide referenceanalysevulnerabilite giz
Guide referenceanalysevulnerabilite gizGuide referenceanalysevulnerabilite giz
Guide referenceanalysevulnerabilite giz
 
Plan pollinisateur en France 2021
Plan pollinisateur en France 2021Plan pollinisateur en France 2021
Plan pollinisateur en France 2021
 
Transport par voies navigables en Europe 2021
Transport par voies navigables en Europe 2021Transport par voies navigables en Europe 2021
Transport par voies navigables en Europe 2021
 
Net zerotargetsettinginfinancialsector
Net zerotargetsettinginfinancialsectorNet zerotargetsettinginfinancialsector
Net zerotargetsettinginfinancialsector
 
Strateg frbascarbone oct2020
Strateg frbascarbone oct2020Strateg frbascarbone oct2020
Strateg frbascarbone oct2020
 
Synthese fccc ndc-ccnucc
Synthese fccc ndc-ccnuccSynthese fccc ndc-ccnucc
Synthese fccc ndc-ccnucc
 
Guide concertation communale
Guide concertation communaleGuide concertation communale
Guide concertation communale
 
Filière foret bois et changement climatique
Filière foret bois et changement climatiqueFilière foret bois et changement climatique
Filière foret bois et changement climatique
 
Le travail des femmes au Burkina Faso; l' histoire de Tonnoma
Le travail des  femmes au Burkina Faso; l' histoire de TonnomaLe travail des  femmes au Burkina Faso; l' histoire de Tonnoma
Le travail des femmes au Burkina Faso; l' histoire de Tonnoma
 
Manifeste de Marseille 2021 IUCN
Manifeste de Marseille 2021 IUCNManifeste de Marseille 2021 IUCN
Manifeste de Marseille 2021 IUCN
 
Plastics costs to the society and the environment
Plastics costs to the society and the environmentPlastics costs to the society and the environment
Plastics costs to the society and the environment
 
Plastics, the costs to societyand the environment
Plastics, the costs to societyand the environmentPlastics, the costs to societyand the environment
Plastics, the costs to societyand the environment
 
Former les cadres pour la foret apres 2025_agroparistech
Former les cadres pour la foret apres 2025_agroparistechFormer les cadres pour la foret apres 2025_agroparistech
Former les cadres pour la foret apres 2025_agroparistech
 
Fondamentaux pour la gouvernance et le developpement de la resilience
Fondamentaux pour la  gouvernance et le developpement de la resilienceFondamentaux pour la  gouvernance et le developpement de la resilience
Fondamentaux pour la gouvernance et le developpement de la resilience
 
Nutrient management handbook_ifa2016
Nutrient management handbook_ifa2016Nutrient management handbook_ifa2016
Nutrient management handbook_ifa2016
 
Digestats agriculture agro_paristech
Digestats agriculture agro_paristechDigestats agriculture agro_paristech
Digestats agriculture agro_paristech
 
Estimations des emissions GES fao 2015
Estimations des emissions GES fao 2015Estimations des emissions GES fao 2015
Estimations des emissions GES fao 2015
 

Dernier

Dossier de presse du plan d'apaisement de la circulation de la ville de Tours
Dossier de presse du plan d'apaisement de la circulation de la ville de ToursDossier de presse du plan d'apaisement de la circulation de la ville de Tours
Dossier de presse du plan d'apaisement de la circulation de la ville de ToursYves MASSOT
 
Formation exigences de l'ISO 14001 systèmes de management de l'environnement
Formation exigences de l'ISO 14001 systèmes de management de l'environnementFormation exigences de l'ISO 14001 systèmes de management de l'environnement
Formation exigences de l'ISO 14001 systèmes de management de l'environnementWassim Mansour
 
Problème environnementaux et développement durable
Problème environnementaux et développement durableProblème environnementaux et développement durable
Problème environnementaux et développement durablemohamed927969
 
AG TWEED-H2O : acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...
AG TWEED-H2O : acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...AG TWEED-H2O : acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...
AG TWEED-H2O : acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...Cluster TWEED
 
AG TWEED-H2O : Acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...
AG TWEED-H2O : Acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...AG TWEED-H2O : Acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...
AG TWEED-H2O : Acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...Cluster TWEED
 
Système de management de l'Environnement - ISO 14001 V 2015-
Système de management  de l'Environnement      - ISO 14001 V 2015-Système de management  de l'Environnement      - ISO 14001 V 2015-
Système de management de l'Environnement - ISO 14001 V 2015-Kawther MEKNI
 

Dernier (6)

Dossier de presse du plan d'apaisement de la circulation de la ville de Tours
Dossier de presse du plan d'apaisement de la circulation de la ville de ToursDossier de presse du plan d'apaisement de la circulation de la ville de Tours
Dossier de presse du plan d'apaisement de la circulation de la ville de Tours
 
Formation exigences de l'ISO 14001 systèmes de management de l'environnement
Formation exigences de l'ISO 14001 systèmes de management de l'environnementFormation exigences de l'ISO 14001 systèmes de management de l'environnement
Formation exigences de l'ISO 14001 systèmes de management de l'environnement
 
Problème environnementaux et développement durable
Problème environnementaux et développement durableProblème environnementaux et développement durable
Problème environnementaux et développement durable
 
AG TWEED-H2O : acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...
AG TWEED-H2O : acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...AG TWEED-H2O : acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...
AG TWEED-H2O : acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...
 
AG TWEED-H2O : Acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...
AG TWEED-H2O : Acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...AG TWEED-H2O : Acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...
AG TWEED-H2O : Acteurs, projets et ecosystemes des secteurs de l'energie et d...
 
Système de management de l'Environnement - ISO 14001 V 2015-
Système de management  de l'Environnement      - ISO 14001 V 2015-Système de management  de l'Environnement      - ISO 14001 V 2015-
Système de management de l'Environnement - ISO 14001 V 2015-
 

Amcc climate issues_june2019

  • 1. Numéro 2 - Juin 2019
  • 2. REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 20192 Table des matières Éditorial • De Paris à Santiago : où en sommes-nous ? • Bref historique de l’Alliance mondiale contre le changement climatique Avancées du climat • L’amélioration de la transparence, la clé de l’action climatique au 21e siècle Études de cas • Trinité-et-Tobago : aider un bilan négatif à devenir positif • Myanmar : l’histoire d’une stratégie de lutte contre le changement climatique L’indice de l’AMCC+ • Ligne du temps de la résilience de l’AMCC/AMCC+ • Soutien de l’AMCC/AMCC+ aux processus de la CCNUCC Le programme intra-ACP de l’AMCC+ à la loupe • Ambitions climatiques et nouveaux partenariats Les meilleures pratiques • Faire passer les CDN au niveau supérieur : de la théorie à la pratique P. 3 P. 5 P. 6 P. 8 P. 10 P. 11 CRÉDITS PHOTO Couverture Tanzanie, district d’Arusha, © UE AMCC+ 2018 Photo Imani Nsamila Page 3 Myanmar, Agriculteurs dans une rizière à Pakokku © UE AMCC+ 2018 Page 5 Tanzanie, Usambara oriental © UE AMCC+ 2018 Page 6 Panneaux solaires financés par l’UE à l’aéroport international Moi, Mombassa © OACI Page 6 Avions à la porte d’embarquement à l’aéroport international de Piarco, Trinité-et-Tobago Page 7 Myanmar, Abri à Labutta © UE AMCC+ 2018 Dos Tanzanie, « bouteille solaire » dans une Boma, une habitation traditionnelle Maasaï © UE AMCC+ 2018 Photo Imani Nsamila
  • 3. REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 3 En 2015, un accord international a été signé à Paris. Dans sa contribution déterminée au niveau national (CDN), chaque pays a décrit ce qu’il comptait faire pour soutenir l’action climatique et contribuer aux efforts mondiaux visant à limiter la hausse des températures à 1,5 °C. En termes d’adaptation, le mandat est clair : « Chaque Partie entreprend, selon qu’il convient, des processus de planification de l’adaptation et met en œuvre des mesures qui consistent notamment à mettre en place ou à renforcer des plans, politiques et/ ou contributions utiles », comme le stipule l’article 7, paragraphe 9, de l’Accord de Paris. L’Accord de Paris définit ainsi la voie à suivre, avec une destination finale bien déterminée : un monde qui préserve l’équilibre complexe de la nature, en tant que base des systèmes humains. L’objectif est de protéger tant la planète que ses habitants, mais l’accord offre aussi l’opportunité de voir émerger de nouveaux paradigmes économiques et développementaux. Mais si nous savons vers où nous nous dirigeons, sommes-nous conscients de ce que cela impliquera ? L’AccorddeParisappellelespartiesàsoumettre des CDN révisées tous les cinq ans, avec des cibles de plus en plus ambitieuses. En outre, la mise en œuvre des premières CDN devrait commencer en 2021. Pour pouvoir satisfaire à ces exigences, il faut être capable de suivre les progrès et de les communiquer. Avec les règles d’application de l’accord de Paris, le « Rulebook », la Conférence de Katowice sur les changements climatiques (2018) entendait définir un mécanisme permettant de « donner vie » à l’Accord de Paris. L’un des éléments techniques clés vise à s’assurer que les performances soient communiquées et restent comparables entre les pays. LerapportannueldesNationsunies2018inclut de nouvelles informations sur le décalage entre ce que nous faisons et ce que nous devons faire pour limiter le réchauffement climatique à 2 °C. Le rapport prend en compte les dernières données scientifiques « L’Accord de Paris définit la voie à suivre, avec une destination finale bien déterminée. Mais si nous savons vers où nous nous dirigeons, sommes- nous conscients de ce que cela impliquera ? » De Paris à Santiago : où en sommes- nous ? Geraldo Carreiro
  • 4. REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 20194 disponibles, en ce compris le Rapport spécial du GIEC sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C (SR15). Ce dernier indique que les cibles actuelles ne permettront pas d’atteindre l’objectif de maintenir la hausse des températures mondiales « bien en-dessous » des 2 °C. En fait, les cibles actuelles entraîneront même une hausse de 3 °C d’ici 2100. D’ici 2030, les pays devraient tripler l’ampleur de leurs engagements de 2015 pour limiter le réchauffement mondial à moins de 2 °C. En ce qui concerne l’adaptation, malgré les risques significatifs encourus, les investissements n’ont pas décollé, avec seulement 22 milliards d’USD investis en 2015 et 2016, alors que les pays développés se sont fixé l’objectif de mobiliser 100 milliards d’USD par an à partir de 2020, comme l’ont indiqué la Climate Policy Initiative (CPI) et Adelphi en 2018. Les propositions pour combler ces écarts incluent : • L’intégration du développement à faible émission de carbone et résilient face au changement climatique dans les principales stratégies de développement socioéconomique, l’assurance que les CDN soientaucentredel’élaborationdespolitiques nationalesetlapromotiondudéveloppement sobre en carbone. L’intégration de mesures climatiques au niveau sectoriel peut contribuer à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), puisqu’il s’agit de deux facettes du même problème ; • La capacité à lancer et coordonner un processus impliquant l’ensemble du gouvernement et incluant des contributions de toutes les agences gouvernementales concernées ; • La coopération avec des parties prenantes clés à tous les niveaux (public, privé, non gouvernemental, national et local pour la mise en œuvre des CDN), ainsi qu’avec des décideurs à plus haut niveau, en particulier au sein des ministères de la finance et de la planification, et le renforcement de leurs capacités ; • L’identification de nouveaux financements pour les projets axés sur le climat dans des secteurs clés, comme l’énergie, l’agriculture, l’exploitation forestière, le transport, le traitement des déchets et la gestion de l’eau, ainsi que l’harmonisation croissante du soutien des partenaires de développement à la mise en œuvre des CDN ; • La démonstration d’un engagement intense de la part des gouvernements et le renforcement, de manière crédible, des ambitions des CDN. Le Dialogue de Talanoa, développé après la COP23 en 2018, a été conçu comme une opportunité collective de passer en revue les progrès et d’élaborer des objectifs à plus long terme. Katowice a montré que l’Accord de Paris constituait un plan d’action robuste. La COP25, qui aura lieu à Santiago en décembre 2019, mettra en avant l’aspiration des pays à créer un monde résilient au changement climatique, en accélérant leur transition vers des économies sobres en carbone. « La COP25 à Santiago, en décembre 2019, mettra en avant l’aspiration des pays à créer un monde résilient au changement climatique. » « En ce qui concerne l’adaptation, malgré les risques significatifs encourus, les investissements n’ont pas décollé. » Une nouvelle animation vidéo présente l’Alliance, qui aide 200 millions de personnes à développer leur résilience face au changement climatique. La planète se réchauffe et nous en observons les effets à travers la hausse des températures et les phénomènes météorologiques extrêmes. Depuis 2007, l’AMCC s’emploie à relever les défis liés au changement climatique. En un peu plus de dix ans, la collaboration entre l’UE et les pays les plus vulnérables au changement climatique a bénéficié à plus de 70 pays et 200 millions de personnes. www.gcca.eu/fr Bref historique de l’Alliance mondiale contre le changement climatique
  • 5. REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 5 Avancées du climat L’amélioration de la transparence, la clé de l’action climatique au 21e siècle Le degré de transparence exigé par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et les outils conçus pour y parvenir ont évolué en 25 ans. Les modalités, procédures et lignes directrices adoptées à la COP24 ont donné vie à l’élément fondateur de l’Accord de Paris – le cadre de transparence renforcé (CTR). Si les piliers de l’Accord de Paris sont les contributions déterminées au niveau national (CDN),unsoutienamélioréetunbilanmondial régulier visant à évaluer les progrès, c’est le cadre de transparence renforcé qui lie ces différents éléments. Conçues pour apporter de la clarté, maximiser la participation et assurer une amélioration continue, les modalités, procédures et lignes directrices définissent le type, l’ampleur et la fréquence des informations à inclure. Les parties ont cinq ans pour préparer la soumission de leurs premiers rapports biennaux sur la transparence, en 2024. Les trois éléments qui se démarquent significativement des pratiques existantes sont : • Une seule série de règles pour rendre compte des CDN Tous les pays doivent les appliquer et ils doivent aussi tenir des inventaires nationaux des gaz à effet de serre, en se basantsurleslignesdirectricesde2006du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Moins de la moitié des pays en développement ont soumis plus de deux inventaires nationaux des gaz à effet de serre complets depuis 1997. Les exigences renforcées en matière de notification pourraient initialement faire pression sur les capacités de nombreux pays en développement. Cependant, la plupart de ces exigences ne sont pas complètement neuves et s’appuient sur l’expérience accumulée jusqu’à présent. • Obligation de notification Les nouvelles exigences reposent largement sur le travail des institutions de recherche, des organisations multilatérales et du secrétariat de la CCNUCC, et sont conçues pour remédier aux lacunes en matière de notification et mettre un terme aux interprétations créatives. Elles clarifient les hypothèses, définitions et méthodologies sous- jacentes utilisées pour quantifier le soutien financier des pays développés. • Des mécanismes de flexibilité pour les « pays en développement qui en ont besoin » Des mécanismes de flexibilité limités dédiés spécialement au calcul des séries chronologiques et à la vérification de l’exhaustivité des inventaires nationaux, ainsi que des « flexibilités auto-déterminées » plus générales sont disponibles et peuvent être appliquées. Les pays peuvent expliquer pourquoi ils bénéficient de flexibilité et ce qui est nécessaire pour améliorer la notification future. Cette « flexibilité responsable » vise à encourager la participation et l’amélioration continue, en plus du soutien dédié disponible dans le cadre des modalités, procédures et lignes directrices pour aider les pays à mettre en œuvre le CTR. Les pays les moins développés et les petits États insulaires en développement bénéficient d’une latitude significative en matière de notification, mais sont encouragés à participer, notamment en fournissant des informations non obligatoires sur l’adaptation, la réduction des risques de catastrophe et tout autre élément qu’ils jugent important. Des procédures d’examen plus simples sont également prévues, ce qui fait espérer que davantage de parties fourniront des informations précises pour alimenter le bilan mondial, améliorant ainsi la probabilité que la COP puisse baser ses décisions sur les meilleures données disponibles. À travers les délégations de l’Union européenne à l’étranger et sa Facilité d’appui, l’AMCC+ est prête à fournir aux pays qui le demandent le soutien nécessaire pour renforcer leurs capacités à participer pleinement aux nouveaux systèmes de notification et d’examen. « Les piliers de l’Accord de Paris sont les contributions déterminées au niveau national (CDN), un soutien amélioré et un bilan mondial régulier visant à évaluer les progrès, mais c’est le cadre de transparence renforcé (CTR) qui lie ces différents éléments. » Jane Wilkinson
  • 6. REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 20196 Pays : Trinité-et-Tobago Type : Petit État insulaire en développement (PEID) Indice AMCC : 0,22 Vulnérabilité (indice des risques climatiques) : 120e pays le plus vulnérable Projet AMCC+ : Soutien à la mise en œuvre de la contribution déterminée au niveau national de Trinité-et-Tobago Étude de cas Trinité-et-Tobago est un petit État insulaire en développement (PEID) qui fait partie de l’archipel des Petites Antilles, dans la mer des Caraïbes, et compte 1,37 million d’habitants. Bien que ses émissions annuelles de gaz à effet de serre (GES) représentent moins de 1 % des émissions mondiales, l’île occupe la deuxième place dans le classement mondial des émissions par habitant, comme l’indique la Stratégie de réduction des émissions de carbone à Trinité-et-Tobago d’ici 2040. Cette situation préoccupante est due à ses importantes ressources en pétrole et gaz naturel, ainsi qu’à son économie basée sur les combustibles fossiles. Dans le pays, l’électricité est presque exclusivement produite à partir de combustibles fossiles. Conscientes de ces émissions par habitant inutilement élevées et désireuses d’inverser la tendance, les autorités de Trinité-et-Tobago se sont engagées à réduire les émissions globales de 15 % d’ici à 2030. Cet engagement a été formulé dans la contribution déterminée au niveau national (CDN) du pays en vue de la mise en œuvre de l’Accord de Paris, ratifiée par Trinité-et-Tobago en 2018. Le coût estimé pour atteindre l’objectif de la CDN s’élève à 2 milliards d’USD. L’Union européenne soutiendra ces efforts avec un projet de l’AMCC+ à hauteur de 4 millions d’EUR – qui devrait débuter en 2019 et être totalement aligné sur le plan de mise en œuvre de la CDN. Ce projet sera axé sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Concrètement, il soutiendra : • L’installation d’un parc solaire à l’aéroport international de Piarco (PIA). Dans les aéroports, une grande partie des émissions de GES peut être évitée en remplaçant le groupe auxiliaire de puissance par de l’énergie solaire lorsque les avions sont à la porte d’embarquement. Ce mécanisme, baptisé « solar-at-gate », a déjà été appliqué avec succès ailleurs (en Jamaïque, par ex.). Leprojetdel’AMCC+soutiendral’installation de l’un des parcs solaires requis, d’une capacité annuelle de 1 443 830 kWh, ce qui devrait permettre d’éviter l’émission de 1 010 tonnes de CO2 par an. • L’installation de petits systèmes solaires connectés au réseau. En soutien à la transition actuelle vers les sources d’énergie renouvelables, le projet fournira des systèmes solaires aux services publics et aux communautés reculées. En plus de faire profiter aux bénéficiaires directs d’une énergie propre et durable, cette composante renforcera aussi les capacités du ministère de l’énergie et du secteur énergétique. • L’adaptation des politiques et règlements dans le secteur énergétique. Le projet fournira de l’assistance technique pour soutenir la conception de nouveaux systèmes opérationnels et de programmes d’inspection, de suivi et de certification. Il développera une série de mesures incitatives (par ex. remplacer les vieux appareils électriques, peu efficaces) pour économiser de l’énergie et favoriser l’utilisation de l’énergie renouvelable. • Unecampagnedesensibilisationdel’opinion publique sur l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables et les prix corrects. Compte tenu des hausses attendues des prix de l’électricité en vue de refléter les coûts réels, et du manque d’intérêt général pour l’économie d’énergie, une campagne de sensibilisation devrait être essentielle pour faire changer les mentalités, et ainsi passerd’uneculturedel’utilisationinefficace d’énergie à une société plus durable et plus économe en énergie. « L’île occupe la deuxième place dans le classement mondial des émissions par habitant. Le projet de l’AMCC+ sera axé sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. » Trinité-et-Tobago : aider un bilan négatif à devenir positif Karla Van Eynde
  • 7. REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 7 Pays : Myanmar Type : Pays les moins avancés (PMA) Indice AMCC : 0,50 Vulnérabilité (indice des risques climatiques) : 3e pays le plus vulnérable Projet AMCC+ : Programme de l’Alliance mondiale contre le changement climatique du Myanmar (MCCA, Myanmar Climate Change Alliance) Étude de cas Labutta, au cœur du delta de l’Irrawaddy, est l’un des villages qui ont été frappés par le cyclone Nargis il y a 10 ans, l’une des pires catastrophes naturelles de l’histoire du Myanmar. Ce cyclone dévastateur de quatrième catégorie a balayé le golfe du Bengale, créant des ondes de tempête qui ont ravagé les champs et les cultures, et ont détruit des milliers d’habitations. Au total, 2,4 millions de personnes ont été déplacées et plus de 138 000 ont perdu la vie. Dans l’indice mondial des risques climatiques (IRC), qui analyse quels pays sont les plus affectés par les phénomènes climatiques extrêmes, le Myanmar occupait la troisième place pour la période 1997-2016 – derrière le Honduras et Haïti. L’Alliance mondiale contre le changement climatique du Myanmar (MCCA), soutenue par l’AMCC, finance la construction d’abris anticycloniques multifonction, ainsi que la planification de l’adaptation pour la région du delta de l’Irrawaddy, en concertation avec les communautés et les autorités locales. Le MCCA a aussi joué un rôle central dans l’élaboration de la contribution prévue déterminée au niveau national (CPDN) du Myanmar. En plus de concevoir la stratégie et le master plan de lutte contre le changement climatique du Myanmar (MCCSMP, Myanmar Climate Change Strategy and Master Plan), le MCCA a fourni du soutien technique pour la rédaction de la CPDN, ce qui a permis au document d’être prêt à temps pour être soumis à la CCNUCC. Le MCCA a choisi de mettre en place un groupedetravailtechnique(GTT)entantque mécanisme de coordination multisectoriel pour aider à la rédaction de la MCCSMP, l’un des principaux objectifs du programme. Le ministère des ressources naturelles et de la conservation environnementale a reconnu l’intérêt et le succès de cette approche consultative. Le GTT a participé à des réunions sectorielles et plénières, en veillant à ce que le MCCSMP – en particulier ses modalités institutionnelles et la planification de sa mise en œuvre – soit inclus dans le cadre de la CPDN. Durant ce processus, le MCCA a aussi organisé une série d’ateliers sectoriels et de réunions bilatérales sur l’atténuation et l’adaptation en lien avec l’exploitation forestière, l’énergie, l’industrie, le transport et l’agriculture. Cette approche a été particulièrement efficace et a joué un rôle clé dans la bonne coordination de discussions dynamiques, étant donné que les actions proposées étaient réparties à travers plusieurs ministères. La CPDN a été coécrite et soumise en utilisant les ressources du MCCA pour : • Évaluer les actions d’adaptation en cours sur le terrain, reflétant ainsi la nécessité d’une approche coordonnée et programmatique de l’adaptation au niveau national ; • Identifier les aspects clés et rédiger les circonstances nationales ; • Organiser un certain nombre de groupes de discussion et de consultations bilatérales (exploitation forestière, énergie, agriculture) ; • Réaliser des entretiens, collecter des données et faciliter le travail des consultants externes ; • Participer aux discussions sur la CPDN entre mars et juin 2016 en vue de la transformer en CDN ; • Coorganiser les consultations avancées sur la mise en œuvre de la CPDN en mars 2016. « L’Alliance mondiale contre le changement climatique du Myanmar (MCCA) a joué un rôle central dans la formulation de la stratégie et du master plan de lutte contre le changement climatique du Myanmar, ainsi que de la contribution prévue déterminée au niveau national (CPDN). » Myanmar : l’histoire d’une stratégie de lutte contre le changement climatique Geraldo Carreiro Nina Raasakka
  • 8. REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 20198 2006 CONFÉRENCE DE NAIROBI SUR LE CLIMAT 2007 L’UE S’ENGAGE À RÉDUIRE LES ÉMISSIONS DE 20 % D’ICI À 2020 L’UE LANCE L’ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC) 2008 PREMIERS PROJETS AMCC LANCÉS DANS QUATRE PAYS 2009 ACCORD DE COPENHAGUE (CIBLE DES 2 °C) 2010 DIX PAYS REJOIGNENT L’AMCC+ 2011 ONZE AUTRES PAYS REJOIGNENT L’AMCC+ 2015 ACCORD DE PARIS SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LANCEMENT DE L’AMCC+ AXÉE SUR LES CDN 2017 LANCEMENT DU PROGRAMME INTRA-ACP DE L’AMCC+ 2018 MANDAT DE L’AMCC+ ÉTENDU AUX ACTIVITÉS D’ATTÉNUATION L’INDICE DE L’AMCC+ LIGNE DU TEMPS DE LA RÉSILIENCE DE L’AMCC/AMMC+ 8 REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 PROGRAMMES DANS LE MONDE PAYS LES MOINS DÉVELOPPÉS (PMA) PETITS ÉTATS INSULAIRES EN DÉVELOPPEMENT (PEID) STRATÉGIES NATIONALES CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE CAMPAGNES DE SENSIBILISATION STRATÉGIES ET PROGRAMMES LIÉS À LA CCNUCC
  • 9. REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 99REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 SOUTIEN DE L’AMCC/AMCC+ AUX PROCESSUS DE LA CCNUCC Projets Pays bénéficiairesACTION 2923 MISE EN ŒUVRE ET ACTUALISATION DU PANA (PROGRAMME D’ACTION NATIONAL AUX FINS DE L’ADAPTATION) 1916 PROCESSUS LIÉ À LA CDN (CONTRIBUTION DÉTERMINÉE AU NIVEAU NATIONAL) 1516 SURVEILLANCE, NOTIFICATION ET VÉRIFICATION EN VUE DU CADRE DE TRANSPARENCE RENFORCÉ (CTR) 810 PARTICIPATION PLUS EFFICACE AUX NÉGOCIATIONS DE LA CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES (CCNUCC) STRATÉGIES REDD+ (RÉDUCTION DES ÉMISSIONS LIÉES À LA DÉFORESTATION ET À LA DÉGRADATION DES FORÊTS)9 9 55 RENFORCEMENT DES CAPACITÉS INSTITUTIONNELLES EN VUE D’UN MDP (MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE) 85 MISE EN ŒUVRE ET DÉVELOPPEMENT DU PNA (PLAN NATIONAL D’ADAPTATION) 11 MISE EN ŒUVRE DES MAAN (MESURES D’ATTÉNUATION APPROPRIÉES AU NIVEAU NATIONAL)
  • 10. REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 201910 Le programme intra-ACP de l’AMCC+ à la loupe Le programme intra-ACP de l’AMCC+, financé par l’UE, aide les membres du groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) à s’adapter au changement climatique qui menace leur développement. « Un nouveau partenariat avec le Fonds d’équipements des Nations unies (FENU) soutiendra la mise en œuvre des CDN dans 79 pays ACP. » Ambitions climatiques et nouveaux partenariats du programme intra-ACP de l’AMCC+ En 2018, le programme intra-ACP de l’AMCC+ a renforcé son soutien aux 79 États ACP. Ces efforts ont culminé dans la publication du rapport « Climate Ambitions », lors de la COP24 à Katowice, en Pologne. Ce programme, qui compte six résultats attendus, aide les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique à gérer les impacts du changement climatique et à renforcer leur résilience. Le programme promeut aussi le dialogue entre les régions et d’autres partenaires. « À travers notre dialogue et assistance technique, nous aidons aussi les pays ACP à mettre en œuvre leur CDN », indique Pendo Maro, chef d’équipe. Commandé par le Secrétariat ACP, le rapport « Climate Ambitions » fournit un aperçu comparatif des CDN des pays ACP. Il se concentre sur six domaines clés, allant de l’atténuation et de l’adaptation aux mécanismes de mesure, de notification et de vérification. Le rapport estime que les États ACP auront besoin d’au moins 2,317 milliards d’USD pour mettre en œuvre leur CDN. Le rapport « Climate Ambition » valorise nos efforts en identifiant des processus, tendances, faiblesses et opportunités concernant les CDN des ACP. Le rapport et le feedback que nous avons reçu nous ont appris que les pays ACP ont besoin de soutien financier, technologique et en termes de capacités pour mettre en œuvre leur CDN, et qu’ils apprécient le soutien reçu. PARTENARIAT AVEC LE FENU Conformément à sa stratégie visant à renforcer les collaborations, le Secrétariat ACP a aussi annoncé, lors de la COP24, un nouveau partenariat avec le Fonds d’équipements des Nations unies (FENU) en vue de soutenir la mise en œuvre des CDN dans les PMA, les PEID et les 79 pays ACP. L’annonce a été faite lors d’un événement conjoint à Katowice, avec de hauts représentants de Côte d’Ivoire, du Bénin et du FENU. Viwanou Gnassounou, sous-secrétaire général du Secrétariat ACP en charge du développement économique durable et du commerce, a indiqué au public que les deux organisations allaient coordonner leurs efforts de sorte que les pays en développement puissent avoir accès au soutien international de manière plus efficace. Ces événements ont bénéficié d’un intérêt accru grâce au lancement, quelques jours avant la COP24 seulement, du nouveau site web du programme intra-ACP de l’AMCC+ : https://intraacpgccaplus.org
  • 11. REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 11 À la suite de l’Accord de Paris, la coopération climatique s’est concentrée sur le déploiement de mécanismes visant à aider les pays en développement à faire passer leur CDN de la théorie à la pratique. Un début d’architecture visant à lutter contre le changement climatique a vu le jour, encourageant une « approche technique axée sur les partenaires ». Ce groupe se compose notamment d’une série de dispositifs établis avant l’Accord de Paris (à savoir NDC Cluster, LEDS Global Partnership, Africa Partnership Facility for NDC) – qui sont passés de la préparation des CDN à leur mise en œuvre – et d’autres systèmes établis immédiatement après la COP21 et lancés lors de la COP22. Ensemble, ces dispositifs rassemblent plus de 100 pays, représentants d’institutions internationales et acteurs étatiques engagés dans la lutte contre le changement climatique. Dans les deux ans qui ont suivi la COP22, les « nouveaux architectes des CDN » ont travaillé avec les pays pour donner forme aux CDN. Ils ont créé des bases de données bien fournies pour partager des informations, lancé des initiatives financières, proposé du soutien consultatif pour réduire les différences de connaissances entre les pays, et, dans le cas du NDC Partnership, orienté le soutien des bailleurs et des institutions vers les priorités identifiées au niveau national. La clé du succès de cette approche est la méthode utilisée par ces initiatives pour partager des informations climatiques. Elles élargissent progressivement leurs réseaux de partenaires pour générer des informations et données actualisées qui permettent aux pays d’apprendre, de consolider leurs connaissances et de renforcer leurs mesures de lutte contre le changement climatique. Ce nouveau mode opératoire a déjà débouché sur des résultats encore inimaginables il y a seulement un an : les actions pour le climat communiquées dans les CDN sont alignéessur154des169ciblesdesObjectifs de développement durable de l’ONU, indique le World Resources Institute dans sa base de données Climate Watch. NDC PARTNESRHIP http://ndcpartnership.org PLATEFORME DE LA BANQUE MONDIALE SUR LES CDN http://indc.worldbank.org/ NDC INVEST DU GROUPE DE LA BID https://WWW.NDCINVEST.ORG Cela signifie que malgré la prolifération des initiatives, documents et séminaires sur le sujet, les trois principales initiatives sont les suivantes : Le NDC Partnership (mondialement actif), la Plateforme de la Banque mondiale sur les CDN (mondialement active) et NDC INVEST du Groupe de la BID (actif en Amérique latine et dans les Caraïbes). Il s’agit des trois chefs de file en matière de CDN dans le contexte des négociations de la CCNUCC. Par conséquent, les autres dispositifs et hubs, créés parallèlement à ces trois-ci, devraient veiller à ce que leur approche intègre le travail déjà réalisé. Cela évitera le chevauchement des activités, le gaspillage de fonds, les incompréhensions concernant les méthodologies, ainsi que la distorsion du « marché des CDN » en termes de besoins techniques/financiers nationaux. Les enseignements tirés et les résultats déjà atteints par les activités du NDC Partnership dans certains pays devraient être partagés et exploités par d’autres États. Les outils, bases de données et plateformes web, ainsi que les hubs créés en parallèle, offrent des opportunités de diffuser les connaissances et favorisent l’apprentissage mutuel. Les meilleures pratiques Faire passer les CDN au niveau supérieur : de la théorie à la pratique 11REVUE AMCC+ SUR LES QUESTIONS CLIMATIQUES - NUMÉRO 2 - JUIN 2019 « Ces résultats étaient encore inimaginables il y a un seulement an: les actions pour le climat communiquées dans les CDN sont alignées sur 154 des 169 cibles des ODD de l’ONU. » Monica Bonfanti
  • 12. JUIN 2019 Cette publication est disponible uniquement au format électronique. Elle a été préparée par la Facilité d’appui de l’AMCC+. Elle ne présente pas l’avis officiel de la CE ou des institutions de l’UE. La CE décline toute responsabilité quant à son contenu. À PROPOS DE L’AMCC+ L’Alliance mondiale contre le changement climatique+ (AMCC+) est une initiative phare de l’Union européenne qui aide les pays les plus vulnérables de la planète à relever le défi du changement climatique. Elle a été lancée en 2017 et est devenue une initiative climatique majeure, avec plus de 70 programmes en Afrique, en Asie, dans les Caraïbes et dans le Pacifique. Rejoignez notre communauté https://europa.eu/capacity4dev/gcca-community www.gcca.eu