ORAL STAGE

326 vues

Publié le

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

ORAL STAGE

  1. 1. Etude du régime alimentaire de la Petite roussette (Scyliorhinus canicula), de la Raie fleurie (Leucoraja naevus) et de l’Emissole tachetée (Mustelus asterias) dans le Golfe de Gascogne et en Mer Celtique ADAMI Paul Tuteur pédagogique : Pr Jacques Clavier ; Maître de stage : Dr François Le Loc’h 1
  2. 2. INTRODUCTION 2
  3. 3. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Grands requins Petits requins Grands poissons Top prédateurs Céphalopodes Petits poissons Crustacés Producteurs primaires O2 + MO 3/23 «TOPDOWN»
  4. 4. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion  Ce travail se positionne dans le cadre de la DCSMM (Directive Cadre Stratégie Milieu Marin)  Nécessité : - de comprendre le fonctionnement des écosystèmes - de connaitre l’état écologique des écosystèmes  Relations trophiques prédateurs-proies = primordiales pour atteindre ces objectifs  Objectifs de notre étude : * Déterminer le régime alimentaire de 3 espèces d’Elasmobranches * Ces régimes alimentaires varient-ils en fonction de la géographie et/ou de l’ontogénie ? Atteindre et maintenir le bon état écologique du milieu marin Implication dans les transferts de biomasse/d’énergie entre organismes et dans la régulation des populations 4/23
  5. 5. Matériels et Méthodes 5 http://www.shipspotting.com/
  6. 6. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Scyliorhinus canicula (Petite roussette) - Norvège au Sénégal & Méditerranée - Espèce exploitée (saumonette) - Prédateur de type généraliste Leucoraja naevus (Raie fleurie) - Norvège au Maroc & Méditerranée - Espèce exploitée - Prédateur généraliste et eurybathe  Mustelus asterias (Emissole tachetée) - Norvège à Mauritanie et Méditerranée - Prédateur spécialiste de crustacés - Spécialisation comportementale/morphologique http://akully.ru/ http://www.divernet.com/ http://www.obs-banyuls.fr/ Espèces cibles : 6/23 ?
  7. 7. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Stratégie d’échantillonnage : Campagne EVHOE 2014 Nord Golfe de Gascogne et Mer Celtique  30 stations échantillonnées de 100 à 480m Navire Océanographique Thalassa 2 Echantillonnage via chaluts de fonds à panneaux ovales (GV50 et GV100)  Conservation des échantillons à -20°C ©Paul Adami http://www.le-treport.com/ 7/23
  8. 8. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion ©Paul Adami Traitement en laboratoire Dissection des estomacs Conservation des contenus stomacaux Ière étape IInd étape Identification des espèces de proies Dénombrement & Mesure Détermination de la biomasse 8/23 + identification des proies, meilleures informations - observations à un instant (t)
  9. 9. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Courbes de proies cumulées (CPC) Nombre suffisant d’individus pour expliquer les résultats observés de manière robuste ? Indices alimentaires Pourcentage d’abondance (%N) Pourcentage de biomasse (%W) Fréquence d’occurrence (%F) Indice d’importance relative (%IRI) %F x (%N + %W) Paramètres trophiques Niveau trophique Niche trophique Chevauchement alimentaire Approche quantitative : 9/23
  10. 10. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion ConclusionRégime alimentaire Abondance Biomasse Tester l’effet spatial et ontogénique sur les variations du régime alimentaire Modèle(s) significatif(s) ?OUI NON Modèle(s) d’Amundsen Approche statistique : 10/23 Effet spatial Zones Effet ontogénique Longueur & Classes de taille db - RDA
  11. 11. Résultats-Discussion 11 http://tolweb.org/
  12. 12. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Prédateurs Petite roussette Raie fleurie Emissole tachetée Individus Golfe de Gascogne (indice de vacuité) 101 (6,93%) 36 (0%) 0 Individus Mer Celtique (indice de vacuité) 99 (0%) 98 (0%) 11 (0%) Nombre d’individus- proies récoltés 735 461 188 Nombre d’espèces identifiées 47 24 5  345 estomacs analysés dont 200 Petites roussettes, 134 Raies fleuries  1384 individus-proies obtenus sur l’ensemble des contenus stomacaux 12/23 Echantillons traités :
  13. 13. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Nombre d’Emissoles insuffisant Asymptote pour raies fleuries = assez d’individus Bonne estimation du régime alimentaire de S.canicula Scyliorhinus canicula Leucoraja naevus Mustelus asterias Approche quantitative (Représentativité des échantillons) : 13/23
  14. 14. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Crustacés et Téléostéens largement majoritaires Régime alimentaire malacophage avec une tendance à la piscivorie 63% 30% 2%2% 3% Crustacés Poissons Céphalopodes Polychètes Sipunculiens 30,90% 43,85% 22,50% 0,52% 0,37% 0,05% 1,47% 0,38% Crustacés Poissons Céphalopodes Polychètes Sipunculiens Echinodermes Ascidies Anthozoaires 68% 32% Crustacés Poissons 34% 33% 28% 5% Crustacés Poissons Céphalopodes Polychètes MerCeltiqueGolfedeGascogne Scyliorhinus canicula Leucoraja naevus Approche quantitative (Proportion des catégories de proies) : 14/23 %W
  15. 15. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Approche quantitative (Paramètres trophiques) : 15/23 1,09 0,74 3,082,09 4 3 Compétition inter-spécifique ?
  16. 16. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Approche statistique (effet spatial) : 16/23
  17. 17. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Effet ontogénique : PetitesMoyennesGrandes Par classes de taille Légère diminution des crustacés Forte augmentation de la proportion de céphalopodes chez les grandes Raies -Préférence alimentaire ? -Meilleures capacités de capture ? -Besoins physiologiques supérieurs ? Forts taux de téléostéens, constants = effet des rejets de M. poutassou ? 17/23 Leucoraja naevus
  18. 18. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Sur la gamme de taille  Augmentation des proportions de céphalopodes et de poissons  Diminution des proportions de crustacés Changement des proies dominantes du régime alimentaire 18/23 Proportion(biomasse) Scyliorhinus canicula
  19. 19. CONCLUSION 19
  20. 20. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Prédateurs malacophages à tendance piscivore et molluscivore Similitude des régimes alimentaires dans une même zone + fort chevauchement Quelques limites à ce type d’études : http://fr.wikipedia.org/ http://bv.alloprof.qc.ca/ http://www.projectaware.org/ 20/23 Compétition inter-spécifique ? Observations sur un instant (t) donné, pas sur un cycle de vie Forte dépendance à la qualité des proies, leur état de digestion
  21. 21. Introduction Matériels et Méthodes Résultats-Discussion Conclusion Variabilité géographique et ontogénique => différents aspects : Hypothèses supplémentaires : Combinaison nécessaire pour expliquer les variations du régime alimentaire http://fr.wikipedia.org/ http://bv.alloprof.qc.ca/ http://www.projectaware.org/ Ecologique = compétition / structure différente des communautés Morphologique = meilleures capacités de prédation des grands individus Comportemental = préférence alimentaire pour un type de proies Physiologique = demande énergétique plus importante Apports bénéfiques des rejets de Micromesistius poutassou (Olaso et al., 1998) Dynamique des communautés associées 21/23
  22. 22. Introduction Matériels et Méthodes Résultats Discussion Références 1/12 Merci de votre attention
  23. 23. Bibliographie  Amundsen P.A., Gabler.H.M., & Staldvik.F.J., 1996. A new approach to graphical analysis of feeding strategy from stomach contents data—modification of the Costello (1990) method. Journal of Fish Biology 48, 607–614.  Cortés E, 1997. A critical review of methods of studying fish feeding based on analysis of stomach contents : application to elasmobranch fishes. Can.J.Fish.Aquat.Sci 54 : 726-738.  Cortés E, 1999. Standardized diet composition and trophic levels of sharks. ICES Journal of Marine Science 56 : 707-717.  Ellis J.R., Pawson M.G., & Shackley S.E., 1996. The comparative feeding ecology of six species of shark and four species of ray (Elasmobranchii) in the North-East Atlantic. J.mar.biol.Ass.U.K 76 : 89-106. 23/23
  24. 24. Bibliographie  Ferry L.A., & Cailliet G.M., 1996. Sample size and data analysis : Are we characterizing and comparing diet properly ?. In : McKinlay.D & Shearer.K. (eds) Feeding ecology and nutrition in fish symposium proceedings, American Fisheries Sociey 71-80.  Hyslop E.J, 1980. Stomach contents analysis – a review of methods and their application. J.Fish.Biol 17 : 411-429.  Legendre P., & Anderson M.J., 1999. Distance-based Redundancy Analysis : testing multispecies responses in multifactorial ecological experiments. Ecological Monographs 69(l) : 1-24.  Olaso I., Velasco F & Perez N., 1998. Importance of discarded blue whiting (Micromesistius poutassou) in the diet of lesser spotted dogfish (Scyliorhinus canicula) in the Cantabrian Sea. ICES Journal of Marine Science 55 : 331-341. 24/23
  25. 25. Indice de vacuité : (%IV) = nombre d’estomacs vides/nombre total d’estomacs x 100 Fréquence d’occurrence : (%F) = Nie / Net x 100 Pourcentage d’abondance : (%N) = Ni / Nt x 100 Pourcentage de biomasse : (%W) = Wi / Wt x 100
  26. 26. Abondance proie-spécifique : Pi = (∑Si / ∑Sti) x 100 Indice de Levin-largueur de niche trophique : Bj = 1/∑ pij² Indice de MacArthur-Levin-Chevauchement alimentaire : Mjk = (∑pij x pik) / ∑pij² Mkj = (∑pij x pik) / ∑pik² Niveau trophique : TLk = 1 + (∑Pj x TLj) 11 J=1
  27. 27. Majorité des individus de S. canicula entre 30 et 45cm; L. naevus entre 40 et 65cm  Répartition équitable entre zones (S. canicula), et asymétrique pour L. naevus
  28. 28. Espèces Abondance des proies Biomasse des proies S. canicula ns Zone géographique (**) Longueur totale (cm) (**) L. naevus ns Zone géographique (*) Classe de taille (*) Espèces Niveau trophique (TLk) Niche trophique (Bj) Chevauchement alimentaire (Mjk/Mkj) S. canicula 3,35 3,08 1,09 L. naevus 4,4 2,09 0,74

×