SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  83
Télécharger pour lire hors ligne
MADAGASCAR
VU DE L’INTÉRIEUR
Pierre-YvesBabelon Volume2:l’Eau
MADAGASCAR
VU DE L’INTÉRIEUR
Pierre-Yves Babelon
Volume 2 : l’Eau
Remerciements à :
Guillaume Pousse, Geneviève et Rudy, Christophe de Comarmond, Marcello Spadoni, Daniel Lozes,
Fifou Mayer, Damien Salles, Françoise Fortin Chan, Alain Rasoamiaramanana, Laurent Bettex,
Alain Magnani, Nicolas Martin, François Gely, Peter Gregor, Michèle Cotsoyannis
et Jean de Heaulme qui m’ont fourni la logistique indispensable à la réalisation de ces photos.
SOMMAIRE
Île étrange, presque magique
Subtil mélange entre Asie et Afrique, Madagascar représente une
grande diversité humaine dont les véritables origines attendent
encore d’être percées à jour. Pays du « mora mora », où le temps
semble s’être arrêté et où la vie quotidienne ne montre aucun
sentiment d’urgence. Ici, le temps possède encore une autre
dimension, loin des exigences et des contraintes de la civilisation
moderne. Sur la grande île, il faut apprendre à prendre son temps
et à développer la patience…
Une nature unique au monde
Madagascar « l’île rouge » par sa terre de couleur latérite ;
Madagascar « l’île verte » par ses forêts tropicales luxuriantes ;
Madagascar « la belle » par ses petites îles aux plages de sable blanc
immaculé et aux eaux cristallines ; Madagascar « l’île nature » par sa
faune et sa flore qui présentent de grandes variétés, mais surtout
comptent des animaux et des plantes endémiques et uniques au
monde. Les paysages sont splendides et partout différents.
Un peuple hospitalier
Madagascar ne se résume pas à sa nature unique, c’est aussi sa
population. L’aspect humain et culturel est riche de diversité : des
groupes ethniques d’horizons si différents avec leurs croyances
et leurs cérémonies traditionnelles encore très ancrées, dont
une grande partie étroitement liées à la nature. Les habitants,
de tradition séculière, ont appris à tirer leur subsistance de leur
environnement. Dans les villages de brousse, l’habitat reste de
type traditionnel : cabane en bois sur pilotis ou maison avec murs
de pisé et toitures en fibres végétales. La vie s’harmonise entre
simplicité et rusticité, loin de tout modernisme.
Aline Rakotoson Babelon
MADAGASCAR
Voyage au pays des Vezo 4
Au fil du fleuve Tsiribihina 30
La baie de Diego Suarez 50
Le canal des Pangalanes 64
Les goélettes de Belo sur Mer 96
Poussières d’îles de Nosy Be 104
La baie d’Antongil 140
VOYAGE AU PAYS
DES VEZO
Faire glisser la pirogue sur
le sable le soleil à peine
levé, hisser le mât et la vergue,
trouver le bon passage parmi
les vagues, ce sont là des gestes
ancestraux refaits chaque
jour. Aujourd’hui comme jadis,
les techniques de pêche sont
restées les mêmes à savoir la
traîne, le filet, et le trident. Un
hameçon suffisamment costaud
fixé à un fil de nylon lesté d’un
bout de fer rond, un morceau de
papier aluminium découpé dans
un paquet de cigarettes en guise
de leurre en attendant d’avoir
d’autres appâts, les muscles né-
cessaires pour remonter le thon
ou l’espadon. Le pêcheur Vezo
connaît le moment précis et le
geste sûr pour l’estocade finale
où il plantera son trident.
54
Boutre et pirogues
traditionnelles
Vezo à Ambatomilo 76
Anakao
Villages Vezo
d’Ankasy à Salary
98
Les Vezo croient en une sorte de
divinité régnant sur la mer. Tout
autant que sur la terre, il existe
sur ces immensités des endroits
sacrés, ou «fady», et des rites à
observer sous peine d’encourir
les pires malheurs.
Les Vezo sont un peuple de
pêcheurs-nés. La chasse-collecte
«mihake» se pratique dans la
zone des récifs. On y cherche
surtout les poulpes «orita» et
quelques poissons de récifs, les
gonades d’oursin «soke», les
coquillages «tsakody» ou encore
les holothuries «zanga».
1110
1312
A gauche : enfants
grimpant la dune
de Salary.
En haut à droite :
Jeune Vezo jouant avec
une réplique de la
pirogue à balancier de
son père pêcheur.
En bas à droite : enfants
se baignant dans le lagon
à Ankasy
Pirogues de
pêcheurs Vezo
dans le lagon
d’Ambatomilo 1514
La pirogue à balancier « laka » est deve-
nue l’image emblématique des pêcheurs
Vezo qui les emmène au large et parfois
même très loin de leurs villages d’origine
pendant la saison sèche.
La coque est creusée dans du farafatse,
un bois très léger qui rappelle le balsa.
Les voiles, souvent confectionnées de
sacs de riz, deviennent alors des tentes
le temps d’un arrêt.
1716
Itampolo, village de
pêcheurs dans le
grand Sud malgache. 1918
2120
A gauche : Pêcheurs près
du rivage dans le lagon
d’Ambatomilo.
En haut au centre : Pêche
au filet près d’Ankasy.
En bas au centre :
Pêcheur Vezo dans sa
petite pirogue à
balancier.
Ci-contre : Silhouette
de pêcheur montant sa
voile à Ifaty.
En haut à gauche :
pêcheurs Vezo en
repérage dans le lagon
En haut au centre et à
droite : pirogue à balancier
traditionnelle
En bas à gauche : enfant
Vezo et sa pirogue
En bas au centre : filet
artisanal
2322
Les pêcheurs Vezo connaissent
maintes techniques de pêche : le filet
comme la senne de mer, l’hameçon,
mais aussi la plongée en apnée pour
débusquer au harpon les poissons
cachés dans les crevasses. Les enfants
sautent à l’eau équipé uniquement
d’un masque et font signe au pêcheur
dans la pirogue lorsqu’ils repèrent du
poisson ; le pêcheur jette alors son
filet. Souvent, la récolte est maigre.
2524
Scènes de pêche à
Salary et Ankasy 2726
A gauche : contre
jour à Anakao
En haut au centre:
coucher de soleil à
Ankasy
En bas au centre :
coucher de soleil à
Anakao
A droite : coucher
de soleil à Itampolo
2928
AU FIL DU FLEUVE
TSIRIBIHINA
La Tsiribihina est un fleuve
qui traverse les régions de
Bongolava, Bemaraha et
Menabe, pour se déverser par
un grand delta dans le Canal
du Mozambique à quelques
50 kilomètres au Nord de
Morondava, à l’Ouest de
Madagascar.
Autrefois la Tsiribihina et ses
affluents s’animaient surtout
du va et vient des chalands
désenclavant les plantations
de tabac. Suite à l’arrêt de
l’activité, ces mêmes embar-
cations ont été conservées et
aménagées pour le transport
de passagers. C’est une des
principales attractions
touristiques du pays.
3130
Durant les 3 à 4 jours de
descente du fleuve, le
temps s’arrête. Seul le
bruit des moteurs des
barges pourra affecter la
sérénité de l’endroit,
où dans une nature
tropicale luxuriante,
cascades aux eaux
cristallines et paysages
somptueux, évoluent
lémuriens, tortues,
caméléons, hérons,
canards sauvages et
autres oiseaux exotiques,
et bien sûr l’embléma-
tique crocodile du Nil qui
est à l’origine du nom de
ce fleuve « tsy robohina,
où l’on ne plonge pas ».
3332
En haut à droite et au
centre : hérons blancs
En vas à gauche : envol de
canards sauvages.
A droite : Envol de hérons
sur les rives de calcaire.
3534
La cascade de Nosy
Ampela et sa piscine
naturelle et ses eaux
cristallines.
3736
Dans les villages
hors du monde et
dépourvus de tout
modernisme contem-
porain qui bordent
la Tsiribihina, la vie
des Sakalava s’écoule
paisiblement à l’ombre
des kapokiers, baobabs
et manguiers.
Ici une famille tribale
dans son village de
maisons en falafy
prépare le manioc.
3938
4140
Le peuple Sakalava
«ceux de la longue
plaine» fait partie des 18
ethnies présentes sur le
sol malgache.
Originaires de la province
d’Isaka (d’où le nom
saka) dans le Sud-Est
de la Grande Île, ils ont
progressivement migré
pour se concentrer sur
la côte Ouest et donner
naissance au Royaume du
Menabe, actuelle région
du même nom, traversée
par le fleuve Tsiribihina.
Le passage de voyageurs
est pour les locaux
l’attraction de la journée
et il est de tradition qu’ils
viennent après la tombée
de la nuit près des
campements, chanter
et danser au rythme des
kabôsy et autres
instruments de fortune.
4342
Le débarcadère de Belo sur Tsiribihina
est la dernière étape avant que le fleuve
n’entre dans un immense estuaire qui se
jettera dans le Canal du Mozambique. On
y croise des goélettes, des bateaux-taxi,
des piroguiers et des bacs plus ou moins
artisanaux qui permettent aux voitures
de traverser le fleuve et ainsi rejoindre la
piste qui mène à Morondava.
4544
Belo sur Tsiribihina,
ancien berceau de la
dynastie Sakalava du
Menabe.
En haut à gauche et en
bas au centre : la char-
rette à zébu et le moyen
de locomotion principal.
En haut au centre et en
bas à gauche : devantures
traditionnelles.
A droite : deux locaux
passentent le temps
devant une fresque
originale.
4746
A gauche : les marins
amarrent le chaland.
A droite : coucher du
soleil sur le fleuve
Tsiribihina.
4948
Située au niveau du Cap
d’Ambre à l’extrême Nord de
la Grande Île entre Océan Indien
et canal du Mozambique, la baie
de Diego Suarez est la deuxième
plus grande et plus belle baie
du monde après celle de Rio de
Janeiro, à tel point qu’on pourrait
y loger l’île de La Réunion voisine
et ses 2500 km2.
C’est dans l’immensité de la Baie
que deux navigateurs portugais,
Diogo Dias et l’Amiral Suarez,
auraient jeté l’ancre au début du
XVIe siècle à six ans d’écart. Deux
îlots à l’entrée du lagon de la Mer
d’Emeraude portent toujours
leurs noms.
Le pirate français Olivier Misson
et son compère le moine italien
Caraccioli y fondèrent à la fin
du XVIIè siècle Libertalia, une
république utopiste où bons et
repentis pourraient vivre libres
et égaux. Leur ville tout en bois
et protégée par deux batteries
de 40 canons avait été bâtie avec
l’aide de 300 hommes prêtés par
la reine d’Anjouan. Le non moins
célèbre pirate Tomas Tew finit par
se joindre à eux.
LA BAIE DE
DIEGO SUAREZ
5150
Boutres traditionnels
de pêcheurs sur la plage
de Ramena. 5352
« La Mer d’Emeraude »,
ce lieu paradisiaque
d’une pureté cristalline,
surprenant par sa couleur
vert émeraude due aux
fonds sablonneux et à sa
faible profondeur, dans
laquelle évoluent tranquil-
lement tortues marines,
poulpes et raies manta.
Un charme sauvage,
troublé par un vol de
sternes, où le bleu pur du
ciel tranche avec le vert
turquoise du lagon.
5554
Pêcheurs malgaches sur
leurs boutres à voile latine,
héritage des premiers
marins venus du Moyen-
Orient.
5756
Windsurf et Kitesurf à
Babaomby, au cœur de la
Mer d’Emeraude.
5958
En 1827, sous le règne
de Georges IV, les anglais
pénétraient dans la baie
de Diego Suarez, sous le
commandement du
Capitaine Owen.
A quelques encablures
de là, le Windsor Castle
fut construit sur un petit
massif calcaire séparant le
Canal du Mozambique de
la baie, allait devenir un des
seuls souvenirs historiques
de leur passage.
Le but de cette construc-
tion était de prévenir le
commandement de Diego
Suarez de toute intrusion
depuis la côte Ouest. Une
garnison et une série de
batteries de canons étaient
installées en contre-bas, sur
la baie du Courrier.
6160
Coucher de soleil sur la
Baie du Courrier.
6362
Les 665 kilomètres de
littoral rectiligne de l’Est entre
Tamatave et Farafangana où se
succèdent lacs, lagunes et rivières
navigables en font le plus long
canal du monde.
Le mot « pangalanes »,
francisation du mot malgache
ampangalana « où l’on prend en
charge », désignait les étroits
bancs de sable qui séparaient le
chapelet de lagons entre eux. Il
fallait débarquer les marchandises
sur les bancs de sable, les trans-
porter vers les rives du lac suivant
pour les embarquer de nouveau
vers les rives à venir, et ainsi de
suite… L’idée de les relier entre
eux pour obtenir une voie d’eau
pratique et sécurisée, à l’abri des
humeurs de l’océan, fut menée
par le Général Gallieni au début du
XXe siècle pendant la colonisation,
afin d’acheminer plus facilement
les épices produites dans le Sud-
Est vers le port de Tamatave.
Ici les reflets de la végétation luxu-
riante dans le canal à Akanin’ny
Nofy « le nid de rêve ».
LE CANAL DES
PANGALANES
6564
Les pirogues faisant aussi
office de taxi-brousse
ne semblent s’accorder
aucune pause dans leurs
courses silencieuses.
Le Canal est l’artère qui
désenclave les hameaux,
et permet d’écouler
les produits jusqu’aux
grandes agglomérations.
6766
6968
Les Betsimisaraka
constituent la deuxième
plus grande tribu de
Madagascar et la plus
importante de la côte Est
entre Vohemar et
Mananjary.
C’est aux environs de
1720 que Ratsimilaho,
fils naturel (et supposé)
du pirate Thomas White
(aussi appelé Malato-
Tom) réussit à soulever
les Antavaratra (ceux
du Nord) et s’empara de
Fénérive. Ratsimilaho
se donna alors le nom
de Ramaromanompo et
selon la tradition orale fit
prêter un pacte de sang
aux principaux chefs de
tribus dans la presqu’île
d’Ambitsika près de la
ville de Mananara-Nord.
Ils étaient nombreux (be)
et jurèrent de rester à
jamais unis (tsy misaraka).
A gauche : danse traditionnelle
dans un village Betsimisaraka
A droite : les enfants attendent
la pirogue taxi pour l’école.
7170
A gauche : fin de journée
sur le lac Ampitabe
A droite : jeune pêcheur
et femme à la vaisselle
dans le canal.
7372
Tout au long du canal
et de ses berges, des
mangroves et une riche
flore aquatique :
Typhonodorum, Carex,
Cyperus, Fimbbristylis,
Mellaleuca et Scirpus,
ainsi que Nympheas,
Najas Nénuphars, Casua-
rinas, Cocos, Eucalyptus,
Raphia et l’arbre phare de
Madagascar, le ravinala,
« l’arbre à voyageur »,
symbole du pays, facile-
ment reconnaissable à
ses feuilles en éventail.
7574
A gauche : ouvrier sur son
radeau de bambous près
de Tamatave.
A droite : jeune fille sur un
radeau de transport de
bananes à Brickaville.
7776
Les balades sur le Canal
sont un voyage dans le
temps. Ici, rien a changé
depuis un siècle.
Le Canal se fraie un
chemin à travers la forêt
dans la plus grande
tranquillité.
Le ballet de piroguiers
est permanent.
7978
La vie s’écoule paisible-
ment dans les villages le
long du Canal.
Les maisons sont faites
de « falafy » et de vois, et
montées sur pilotis pour
prévenir des éventuelles
crues durant la saison
des pluies.
8180
Le canal des Pangalanes côté mer
8382
L’activité de la pêche est
intense. Des forêts de
pièges à poisson, essen-
tiellement le tilapia, et de
herses servant à la cap-
ture des crevettes sont
disséminés, laissant à
peine le passage pour les
diverses embarcations.
8584
8786
Anilavinany.
C’est ici que fit naufrage
en 1831 Jean Laborde,
futur grand industriel de
la Reine Ranavalona I.
Deux ancres y furent
découvertes en 1997, en
parfait état après avoir
séjourné un siècle et
demi sous terre.
8988
La vie sur la Baie
d’Andragnazavaka
et le Lac Mahela près
d’Anilavinany.
9190
Manambato et le mythique Lac
Rasoabe peu après Brickaville.
Un superbe plan d’eau composé
en fait de deux parties qui se
rejoignent : le lac Rasoabe au Sud,
et le lac Rasoamasay au Nord.
Endroit paradisiaque dans un
environnement où tout est pure-
té, Rasoabe est un réservoir de
vivres pour les villageois tout en
se prêtant aux activités nautiques
pour peu que l’on respecte ses
“fady” (tabous). De là partent
les navettes pour un autre lac,
Ampitabe, et un autre paradis,
Akanin’ny Nofy.
9392
A gauche et en bas à
droite :
Au centre en haut et en
bas :
9594
LES GOÉLETTES DE
BELO SUR MER
En 1861 le roi Radama II,
soucieux d’ouvrir son pays
sur l’extérieur, sollicite
Napoléon III pour l’envoi de
charpentiers de marine. C’est à
Ludovic Joachim et son frère,
deux marins bretons, que cette
mission de coopération tech-
nique est confiée. Ils s’installent
à Belo sur Mer, village de
pêcheurs à 80 km au Sud de
Morondava. Ainsi commence
l’histoire des goélettes de la
Côte Ouest.
Ces «vazaha» (étrangers)
proposant de fabriquer des
bateaux plus grands et plus
rapides enseignèrent leurs
connaissances aux Vezo, fameux
marins et habiles constructeurs
de pirogues à voile. Après leur
retour en France, les apprentis
devinrent à leur tour de
véritables maîtres-charpentiers
transmettant à leur savoir à
leur descendance.
9796
En haut à gauche et à
droite : une partie du
village de Belo sur Mer
sur une langue de sable.
En bas à gauche : le chan-
tier naval de Belo sur Mer 9998
Goélettes en restauration
dans la rade de
Belo sur Mer. 101100
103102
POUSSIÈRES D’ÎLES
DE NOSY BE
ANosy Be tous les chemins
mènent à la mer, ou en
viennent. Même du haut des
300 m du Mont Passot, elle ne
manque pas de rappeler son
omniprésence et sa proximité
en offrant un panorama attei-
gnant l’Archipel des Mitsio au
Nord et les Îles Radama au Sud.
Vus de ce belvédère, les
couchers de soleil sur les eaux
du Canal de Mozambique
sont légendaires, il est même
conseillé d’encore rester après
la disparition de «l’œil du jour»
pour suivre les ultimes change-
ments de luminosité.
Les pages des magazines
parleront avec une inspiration
non feinte des plages bordées
de cocotiers et de villages de
pêcheurs, de la solitude des
baies et des criques, autant de
tableaux de Gauguin figés dans
leur beauté que seul anime la
course silencieuse des boutres
et pirogues.
105104
Boutres à voile
au large du port
d’Hell-Ville, chef
lieu de Nosy Be.
107106
109108
Aux premières lueurs
du jour les villageois
alentour font glisser sur
le sable leurs pirogues
à balancier typique-
ment Sakalava, appe-
lées «tokam-panarina»,
creusées dans un tronc
et munies d’un flotteur,
toujours à droite.
Certaines servent de taxi
pour relier les différents
îlots, mais la plupart sont
destinées à la pêche
artisanale pour alimenter
les nombreux hôtels de
Nosy Be en poisson frais.
Thazard, dorade
coryphène, bonite,
barracuda, thon jaune,
carpe rouge, mérou...
certains plus chanceux
ramèneront dans leurs
filets un jobfish appelé
«poisson poulet» ou un
magnifique espadon
voilier, revendus le jour
même sur le marché
local.
A gauche et en bas à
droite :
Au centre en haut et en
bas :
Lever du jour
et sortie des
piroguiers sur le
bras de mer de
la presqu’île de
Nosy Faly.
111110
A gauche : le village de
pêcheurs de Nosy Faly
A droite : départ matinal
pour la pêche à Nosy Faly
113112
A gauche : jeune femme
Sakalava de Nosy Be en
habit traditionnel
« lambahoany »
A droite : couple de
paysans et leur charrette à
zébu dans l’intérieur de l’île.
115114
117116
A gauche et au centre :
regards d’enfants
Sakalava.
En haut à droite et au
centre : Jeunes femmes
et leur masque de
beauté traditionnel
«Masonjoany» au bois de
santal.
En bas à droite : enfants
sur la plage d’Amporaha.
A gauche :
l’île de Nosy Vorona
En haut à droite :
l’île de Nosy Tanikely
En bas à droite :
l’île de Nosy Fanihy
119118
En haut à gauche :
plage de Nosy Fanihy
En bas à gauche :
plage d’Amporaha
A droite : plage d’Ankify
121120
A l’Est de la Grande Mitsio, près
de Nosy Toloa et Nosy Kely se
trouve Tsarabanjina « la Belle ».
Terre Sacrée des Sakalava,
elle concentre sur une
vingtaine d’hectares sa
végétation luxuriante et ses
plages immaculées.
Dans les rochers se réfugient
plusieurs espèces d’oiseaux
parmi lesquels des frégates, des
poules d’eau, des cormorans, et
surtout le très rare aigle
pêcheur ou « ankoay »,
un prédateur en voie
de disparition.
123122
Nosy Tsarabanjina
125124
À30 miles nautiques
au Sud de Nosy Be, au
large de la presqu’île
d’Ampasindava, Nosy
Iranja est en fait consti-
tuée de deux terres
reliées à marée basse
par une langue de sable
baignant dans les eaux
turquoises. 127126
129128
Les Mitsio, à 45 miles au Nord-
Est de Nosy Be. Un archipel
volcanique constitué d’une île
principale, la Grande Mitsio
habitée par des pêcheurs et
des éleveurs Sakalava, et une
myriade de petits îlots dont ici
les Quatre Frères.
« A l’aube des temps, les dieux
avaient envoyé cinq «frères» à cet
endroit. L’un d’eux qui n’arrivait
pas à s’entendre avec les autres
décida un jour de partir. Le frère
qui lui était le plus proche se mit
à dépérir de chagrin, au point
que plus aucun oiseau ne vient s’y
nicher et que ses fonds paraissent
sans vie comparés à ceux des
autres. Celui qui est parti s’est
installé dans la Baie des Russes
où, comme à Diego Suarez, on
l’appelle le Pain de Sucre. Il a
oublié les Mitsio et ma foi,
la solitude lui réussit
plutôt bien... »
(légende malgache)
131130
Les rochers des Quatres
Frères de l’archipel
des Mitsio
133132
Nosy Sakatia
135134
A Nosy Komba, les
nappes, napperons,
rideaux et robes ajourées
au point Richelieu sont
cousues localement à la
main par des couturières
de talent, reproduisant
des scènes et motifs
de la vie quotidienne
malgache.
137136
Nosy Fanihy «l’île des
chauves souris» est un
îlot sacré et inhabité au
large de la pointe Nord
de Nosy Be 139138
LA BAIE
D’ANTONGIL
La Baie d’Antongil serait
probablement le tout
premier lieu de peuplement de
Madagascar. Nosy Mangabe, par
exemple, possède des indices
de présence humaine datant au
moins du 5ème siècle, quelques
1000 ans avant les naviga-
teurs hollandais dont certains
gravèrent leurs noms sur les
rochers.
Aujourd’hui les populations
naviguent entre la beauté
immaculée de leur région et un
enclavement dont, avec
la patience nécessaire, on
commence quand même à
entrevoir le bout.
Ses lagons géants, ses îles
paradisiaques comme celle de
Sainte-Marie, et bien sûr la forêt
de Masoala, en font un sanc-
tuaire de la nature.
141140
La Buse, Tew, David
Williams, Thomas White,
Capitaine Kidd, tous ces
grands noms de la pira-
terie des XVIIe et XVIIIe
siècles ont, à un moment
ou à un autre établi leurs
quartiers sur l’île Sainte
Marie, certains choisis-
sant même de s’y installer
définitivement. Des ves-
tiges de leurs vaisseaux
gisent encore à quelques
mètres de fond autour de
l’île qui possède même
son cimetière des pirates. 143142
La cocoteraie à l’extrême
Nord de l’île Sainte Marie.
A l’horizon les côtes de la
Grande Île. 145144
147146
A gauche : enfants
saint-mariens à
Ambodifototra.
En haut au centre :
piroguier au large de
Nosy Mangabe
En bas au centre :
pêcheur de l’île aux
Nattes
A droite : jeunes garçons
piroguiers dans les
canaux de Maroantsetra.
La vie des villages le long
de la RN5 qui longe la
baie d’Antongil de Ma-
roantsetra à Tamatave. 149148
En haut à gauche :
pirogue taxi dans les
canaux de Maroantsetra
En bas au centre :
bateau taxi dans la baie
de Mahalevona
En bas à gauche et à
droite : pirogue taxi
croisant le bac de
traversement des
rivières de la RN5 151150
Tampolo, réserve marine
en bordure de la forêt
et du Parc National de
Masoala (à droite), une
végétation luxuriante
plongeant dans la mer. 153152
Réflexions de la végata-
tion dans les canaux de
Maroantsetra, une des
villes les plus arosées de
Madagascar, tout au fond
de la baie d’Antongil. 155154
A gauche et en haut à
droite : traversée du pont
de bois de Maroantsetra
En bas à droite : piroguier
observant le coucher du
soleil sur les canaux de
Maroantsetra 157156
159158
Dans la même série :
MADAGASCAR VU DE L’INTÉRIEUR
Volume 1 : la Terre
Sur le web :
(scannez les QR Codes pour un accès direct) :
www.madagascar-photo.com facebook.com/madagascar.le.livre facebook.com/pybphoto
Madagascar
en Photos
La page Facebook
du livre
La page Facebook de
Pierre-Yves Babelon Photographies
Ce livre n’est pas un récit de voyages
mais réalisé en immersion totale avec la nature,
la population et ses cultures durant 7 années,
d’où le titre de ce livre « vu de l’intérieur ».
Madagascar vu de l’intérieur est fait de contrastes.
Pas seulement dans les images mais contraste entre
l’Eau et la Terre, thème du premier ouvrage de cette
série, contraste entre les populations, contraste
entre les cultures, contraste entre
le noir et blanc et la couleur.
Bonne consultation.
Pierre-Yves Babelon.
MADAGASCAR VU DE L’INTÉRIEUR - Volume 2 : l’Eau

Contenu connexe

Tendances

Vivre en bateau cap sur le monde milo-one - grande croisière
Vivre en bateau   cap sur le monde   milo-one - grande croisièreVivre en bateau   cap sur le monde   milo-one - grande croisière
Vivre en bateau cap sur le monde milo-one - grande croisièreYmKorben
 
Maillot Laurence - Ile de la Reunion
Maillot Laurence - Ile de la Reunion Maillot Laurence - Ile de la Reunion
Maillot Laurence - Ile de la Reunion Simone Petrucci
 
Unité didactique: le bonheur est dans le pré (B2)
Unité didactique: le bonheur est dans le pré (B2)Unité didactique: le bonheur est dans le pré (B2)
Unité didactique: le bonheur est dans le pré (B2)lebaobabbleu
 
Powerpoint dominique
Powerpoint dominiquePowerpoint dominique
Powerpoint dominiquemandarine47
 
La cote sauvage o Costa Brava
La cote sauvage o Costa BravaLa cote sauvage o Costa Brava
La cote sauvage o Costa Bravagregorio gomez
 
Le long de_la_siagne_a_mandelieu-la_napoule
Le long de_la_siagne_a_mandelieu-la_napouleLe long de_la_siagne_a_mandelieu-la_napoule
Le long de_la_siagne_a_mandelieu-la_napouleBalcon60
 
FORMENTERA, Vivez la Méditerranée
FORMENTERA, Vivez la MéditerranéeFORMENTERA, Vivez la Méditerranée
FORMENTERA, Vivez la Méditerranéeatb20
 
4ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Les départements d'outre-mer-Gim...
4ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Les départements d'outre-mer-Gim...4ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Les départements d'outre-mer-Gim...
4ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Les départements d'outre-mer-Gim...profeurope
 
Les aspects incontournables de la réunion
Les aspects incontournables de la réunionLes aspects incontournables de la réunion
Les aspects incontournables de la réunionBushraaRAWOO
 
Highway 1, la route mythique de californie
Highway 1, la route mythique de californie Highway 1, la route mythique de californie
Highway 1, la route mythique de californie Balcon60
 
Kamchatka pays des ours
Kamchatka pays des oursKamchatka pays des ours
Kamchatka pays des oursRenée Bukay
 
30 incontournables à voir et à faire à l’île maurice
30 incontournables à voir et à faire à l’île maurice30 incontournables à voir et à faire à l’île maurice
30 incontournables à voir et à faire à l’île mauriceVeranda Resorts Mauritius
 

Tendances (20)

Vivre en bateau cap sur le monde milo-one - grande croisière
Vivre en bateau   cap sur le monde   milo-one - grande croisièreVivre en bateau   cap sur le monde   milo-one - grande croisière
Vivre en bateau cap sur le monde milo-one - grande croisière
 
3b global
3b global3b global
3b global
 
Maillot Laurence - Ile de la Reunion
Maillot Laurence - Ile de la Reunion Maillot Laurence - Ile de la Reunion
Maillot Laurence - Ile de la Reunion
 
Unité didactique: le bonheur est dans le pré (B2)
Unité didactique: le bonheur est dans le pré (B2)Unité didactique: le bonheur est dans le pré (B2)
Unité didactique: le bonheur est dans le pré (B2)
 
Powerpoint dominique
Powerpoint dominiquePowerpoint dominique
Powerpoint dominique
 
La cote sauvage o Costa Brava
La cote sauvage o Costa BravaLa cote sauvage o Costa Brava
La cote sauvage o Costa Brava
 
Le long de_la_siagne_a_mandelieu-la_napoule
Le long de_la_siagne_a_mandelieu-la_napouleLe long de_la_siagne_a_mandelieu-la_napoule
Le long de_la_siagne_a_mandelieu-la_napoule
 
Guide Touristique 2011-2012
Guide Touristique 2011-2012Guide Touristique 2011-2012
Guide Touristique 2011-2012
 
FORMENTERA, Vivez la Méditerranée
FORMENTERA, Vivez la MéditerranéeFORMENTERA, Vivez la Méditerranée
FORMENTERA, Vivez la Méditerranée
 
4ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Les départements d'outre-mer-Gim...
4ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Les départements d'outre-mer-Gim...4ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Les départements d'outre-mer-Gim...
4ème Concours Régional Multimédia de Lublin. Les départements d'outre-mer-Gim...
 
Les aspects incontournables de la réunion
Les aspects incontournables de la réunionLes aspects incontournables de la réunion
Les aspects incontournables de la réunion
 
La Bretagna
La BretagnaLa Bretagna
La Bretagna
 
Brochure Haute Bretagne
Brochure Haute BretagneBrochure Haute Bretagne
Brochure Haute Bretagne
 
Highway 1, la route mythique de californie
Highway 1, la route mythique de californie Highway 1, la route mythique de californie
Highway 1, la route mythique de californie
 
SUNSHINE COAST - BC
SUNSHINE COAST - BCSUNSHINE COAST - BC
SUNSHINE COAST - BC
 
CHARLEVOIX, Québec
CHARLEVOIX, QuébecCHARLEVOIX, Québec
CHARLEVOIX, Québec
 
Ile Maurice
Ile MauriceIle Maurice
Ile Maurice
 
Le Festival Miel
Le Festival MielLe Festival Miel
Le Festival Miel
 
Kamchatka pays des ours
Kamchatka pays des oursKamchatka pays des ours
Kamchatka pays des ours
 
30 incontournables à voir et à faire à l’île maurice
30 incontournables à voir et à faire à l’île maurice30 incontournables à voir et à faire à l’île maurice
30 incontournables à voir et à faire à l’île maurice
 

En vedette

Teorias organizativas
Teorias organizativasTeorias organizativas
Teorias organizativasBryan Marin
 
Th hybrid gente e historias
Th hybrid gente e historiasTh hybrid gente e historias
Th hybrid gente e historiasJody Bowman
 
Sac usp-catalog-ver.1
Sac usp-catalog-ver.1Sac usp-catalog-ver.1
Sac usp-catalog-ver.1Haluk TOSUN
 
Procedimientos para elaborar una Unidad Didáctica en CCSS
Procedimientos para elaborar una Unidad Didáctica en CCSSProcedimientos para elaborar una Unidad Didáctica en CCSS
Procedimientos para elaborar una Unidad Didáctica en CCSSJACQUELINE VILELA
 
Art thérapie et tspt partie1
Art thérapie et tspt partie1Art thérapie et tspt partie1
Art thérapie et tspt partie1Josiane Gagnon
 
Improving the Outcomes That Matter Most to Patients
Improving the Outcomes That Matter Most to PatientsImproving the Outcomes That Matter Most to Patients
Improving the Outcomes That Matter Most to PatientsHealth Catalyst
 
The 3 Must-Have Qualities of a Care Management System
The 3 Must-Have Qualities of a Care Management SystemThe 3 Must-Have Qualities of a Care Management System
The 3 Must-Have Qualities of a Care Management SystemHealth Catalyst
 

En vedette (12)

Minicurso 20
Minicurso 20Minicurso 20
Minicurso 20
 
Informativo insp 37
Informativo insp   37Informativo insp   37
Informativo insp 37
 
Teorias organizativas
Teorias organizativasTeorias organizativas
Teorias organizativas
 
FUN VIRTUAL
FUN VIRTUALFUN VIRTUAL
FUN VIRTUAL
 
Th hybrid gente e historias
Th hybrid gente e historiasTh hybrid gente e historias
Th hybrid gente e historias
 
Sac usp-catalog-ver.1
Sac usp-catalog-ver.1Sac usp-catalog-ver.1
Sac usp-catalog-ver.1
 
Procedimientos para elaborar una Unidad Didáctica en CCSS
Procedimientos para elaborar una Unidad Didáctica en CCSSProcedimientos para elaborar una Unidad Didáctica en CCSS
Procedimientos para elaborar una Unidad Didáctica en CCSS
 
Art thérapie et tspt partie1
Art thérapie et tspt partie1Art thérapie et tspt partie1
Art thérapie et tspt partie1
 
Arq232535
Arq232535Arq232535
Arq232535
 
Improving the Outcomes That Matter Most to Patients
Improving the Outcomes That Matter Most to PatientsImproving the Outcomes That Matter Most to Patients
Improving the Outcomes That Matter Most to Patients
 
Tics 2
Tics 2Tics 2
Tics 2
 
The 3 Must-Have Qualities of a Care Management System
The 3 Must-Have Qualities of a Care Management SystemThe 3 Must-Have Qualities of a Care Management System
The 3 Must-Have Qualities of a Care Management System
 

Similaire à Madagascar vu de l'intérieur - Volume 2 : l'Eau

Halong Bay and The Emeraude Classic Cruises featured in A/R Magazine, July 2013
Halong Bay and The Emeraude Classic Cruises featured in A/R Magazine,  July 2013Halong Bay and The Emeraude Classic Cruises featured in A/R Magazine,  July 2013
Halong Bay and The Emeraude Classic Cruises featured in A/R Magazine, July 2013Hang Do
 
Vivre avec les porcs
Vivre avec les porcsVivre avec les porcs
Vivre avec les porcsRenée Bukay
 
Parution Double Sens dans le magazine Marie France - Août 2014
Parution Double Sens dans le magazine Marie France - Août 2014Parution Double Sens dans le magazine Marie France - Août 2014
Parution Double Sens dans le magazine Marie France - Août 2014Double Sens
 
Libro de leyendas comenius en francés
Libro de leyendas comenius en francésLibro de leyendas comenius en francés
Libro de leyendas comenius en francésjualopmar
 
Genova Ventimilla: Archipels et iles
Genova Ventimilla: Archipels et ilesGenova Ventimilla: Archipels et iles
Genova Ventimilla: Archipels et ilesjoangg154
 
Camargue version facile
Camargue version facileCamargue version facile
Camargue version facilelpascalbcn
 
Camargue niveau élevé
Camargue niveau élevéCamargue niveau élevé
Camargue niveau élevélpascalbcn
 
Poster tassergal version final
Poster tassergal version finalPoster tassergal version final
Poster tassergal version finalAmadou Cledor Sall
 
Académie voiles latines_Programme des Conférences.pptx
Académie voiles latines_Programme des Conférences.pptxAcadémie voiles latines_Programme des Conférences.pptx
Académie voiles latines_Programme des Conférences.pptxisabellemalet888
 

Similaire à Madagascar vu de l'intérieur - Volume 2 : l'Eau (20)

3 a globale
3 a globale3 a globale
3 a globale
 
Halong Bay and The Emeraude Classic Cruises featured in A/R Magazine, July 2013
Halong Bay and The Emeraude Classic Cruises featured in A/R Magazine,  July 2013Halong Bay and The Emeraude Classic Cruises featured in A/R Magazine,  July 2013
Halong Bay and The Emeraude Classic Cruises featured in A/R Magazine, July 2013
 
Vivre avec les porcs
Vivre avec les porcsVivre avec les porcs
Vivre avec les porcs
 
Les plages
Les plages   Les plages
Les plages
 
Parution Double Sens dans le magazine Marie France - Août 2014
Parution Double Sens dans le magazine Marie France - Août 2014Parution Double Sens dans le magazine Marie France - Août 2014
Parution Double Sens dans le magazine Marie France - Août 2014
 
Libro de leyendas comenius en francés
Libro de leyendas comenius en francésLibro de leyendas comenius en francés
Libro de leyendas comenius en francés
 
Genova Ventimilla: Archipels et iles
Genova Ventimilla: Archipels et ilesGenova Ventimilla: Archipels et iles
Genova Ventimilla: Archipels et iles
 
BIRMANIE
BIRMANIEBIRMANIE
BIRMANIE
 
Hopewell
HopewellHopewell
Hopewell
 
Reunion
ReunionReunion
Reunion
 
Camargue version facile
Camargue version facileCamargue version facile
Camargue version facile
 
Camargue niveau élevé
Camargue niveau élevéCamargue niveau élevé
Camargue niveau élevé
 
43493 velour
43493 velour43493 velour
43493 velour
 
Poster tassergal version final
Poster tassergal version finalPoster tassergal version final
Poster tassergal version final
 
Soleil de Bali
Soleil de BaliSoleil de Bali
Soleil de Bali
 
Merveilles Du Monde
Merveilles Du MondeMerveilles Du Monde
Merveilles Du Monde
 
Diva andaman
Diva andamanDiva andaman
Diva andaman
 
Global 3c
Global 3cGlobal 3c
Global 3c
 
Fotos 2 _1-11
Fotos 2 _1-11Fotos 2 _1-11
Fotos 2 _1-11
 
Académie voiles latines_Programme des Conférences.pptx
Académie voiles latines_Programme des Conférences.pptxAcadémie voiles latines_Programme des Conférences.pptx
Académie voiles latines_Programme des Conférences.pptx
 

Madagascar vu de l'intérieur - Volume 2 : l'Eau

  • 2. MADAGASCAR VU DE L’INTÉRIEUR Pierre-Yves Babelon Volume 2 : l’Eau Remerciements à : Guillaume Pousse, Geneviève et Rudy, Christophe de Comarmond, Marcello Spadoni, Daniel Lozes, Fifou Mayer, Damien Salles, Françoise Fortin Chan, Alain Rasoamiaramanana, Laurent Bettex, Alain Magnani, Nicolas Martin, François Gely, Peter Gregor, Michèle Cotsoyannis et Jean de Heaulme qui m’ont fourni la logistique indispensable à la réalisation de ces photos.
  • 3. SOMMAIRE Île étrange, presque magique Subtil mélange entre Asie et Afrique, Madagascar représente une grande diversité humaine dont les véritables origines attendent encore d’être percées à jour. Pays du « mora mora », où le temps semble s’être arrêté et où la vie quotidienne ne montre aucun sentiment d’urgence. Ici, le temps possède encore une autre dimension, loin des exigences et des contraintes de la civilisation moderne. Sur la grande île, il faut apprendre à prendre son temps et à développer la patience… Une nature unique au monde Madagascar « l’île rouge » par sa terre de couleur latérite ; Madagascar « l’île verte » par ses forêts tropicales luxuriantes ; Madagascar « la belle » par ses petites îles aux plages de sable blanc immaculé et aux eaux cristallines ; Madagascar « l’île nature » par sa faune et sa flore qui présentent de grandes variétés, mais surtout comptent des animaux et des plantes endémiques et uniques au monde. Les paysages sont splendides et partout différents. Un peuple hospitalier Madagascar ne se résume pas à sa nature unique, c’est aussi sa population. L’aspect humain et culturel est riche de diversité : des groupes ethniques d’horizons si différents avec leurs croyances et leurs cérémonies traditionnelles encore très ancrées, dont une grande partie étroitement liées à la nature. Les habitants, de tradition séculière, ont appris à tirer leur subsistance de leur environnement. Dans les villages de brousse, l’habitat reste de type traditionnel : cabane en bois sur pilotis ou maison avec murs de pisé et toitures en fibres végétales. La vie s’harmonise entre simplicité et rusticité, loin de tout modernisme. Aline Rakotoson Babelon MADAGASCAR Voyage au pays des Vezo 4 Au fil du fleuve Tsiribihina 30 La baie de Diego Suarez 50 Le canal des Pangalanes 64 Les goélettes de Belo sur Mer 96 Poussières d’îles de Nosy Be 104 La baie d’Antongil 140
  • 4. VOYAGE AU PAYS DES VEZO Faire glisser la pirogue sur le sable le soleil à peine levé, hisser le mât et la vergue, trouver le bon passage parmi les vagues, ce sont là des gestes ancestraux refaits chaque jour. Aujourd’hui comme jadis, les techniques de pêche sont restées les mêmes à savoir la traîne, le filet, et le trident. Un hameçon suffisamment costaud fixé à un fil de nylon lesté d’un bout de fer rond, un morceau de papier aluminium découpé dans un paquet de cigarettes en guise de leurre en attendant d’avoir d’autres appâts, les muscles né- cessaires pour remonter le thon ou l’espadon. Le pêcheur Vezo connaît le moment précis et le geste sûr pour l’estocade finale où il plantera son trident. 54
  • 7. Les Vezo croient en une sorte de divinité régnant sur la mer. Tout autant que sur la terre, il existe sur ces immensités des endroits sacrés, ou «fady», et des rites à observer sous peine d’encourir les pires malheurs. Les Vezo sont un peuple de pêcheurs-nés. La chasse-collecte «mihake» se pratique dans la zone des récifs. On y cherche surtout les poulpes «orita» et quelques poissons de récifs, les gonades d’oursin «soke», les coquillages «tsakody» ou encore les holothuries «zanga». 1110
  • 8. 1312 A gauche : enfants grimpant la dune de Salary. En haut à droite : Jeune Vezo jouant avec une réplique de la pirogue à balancier de son père pêcheur. En bas à droite : enfants se baignant dans le lagon à Ankasy
  • 9. Pirogues de pêcheurs Vezo dans le lagon d’Ambatomilo 1514
  • 10. La pirogue à balancier « laka » est deve- nue l’image emblématique des pêcheurs Vezo qui les emmène au large et parfois même très loin de leurs villages d’origine pendant la saison sèche. La coque est creusée dans du farafatse, un bois très léger qui rappelle le balsa. Les voiles, souvent confectionnées de sacs de riz, deviennent alors des tentes le temps d’un arrêt. 1716
  • 11. Itampolo, village de pêcheurs dans le grand Sud malgache. 1918
  • 12. 2120 A gauche : Pêcheurs près du rivage dans le lagon d’Ambatomilo. En haut au centre : Pêche au filet près d’Ankasy. En bas au centre : Pêcheur Vezo dans sa petite pirogue à balancier. Ci-contre : Silhouette de pêcheur montant sa voile à Ifaty.
  • 13. En haut à gauche : pêcheurs Vezo en repérage dans le lagon En haut au centre et à droite : pirogue à balancier traditionnelle En bas à gauche : enfant Vezo et sa pirogue En bas au centre : filet artisanal 2322
  • 14. Les pêcheurs Vezo connaissent maintes techniques de pêche : le filet comme la senne de mer, l’hameçon, mais aussi la plongée en apnée pour débusquer au harpon les poissons cachés dans les crevasses. Les enfants sautent à l’eau équipé uniquement d’un masque et font signe au pêcheur dans la pirogue lorsqu’ils repèrent du poisson ; le pêcheur jette alors son filet. Souvent, la récolte est maigre. 2524
  • 15. Scènes de pêche à Salary et Ankasy 2726
  • 16. A gauche : contre jour à Anakao En haut au centre: coucher de soleil à Ankasy En bas au centre : coucher de soleil à Anakao A droite : coucher de soleil à Itampolo 2928
  • 17. AU FIL DU FLEUVE TSIRIBIHINA La Tsiribihina est un fleuve qui traverse les régions de Bongolava, Bemaraha et Menabe, pour se déverser par un grand delta dans le Canal du Mozambique à quelques 50 kilomètres au Nord de Morondava, à l’Ouest de Madagascar. Autrefois la Tsiribihina et ses affluents s’animaient surtout du va et vient des chalands désenclavant les plantations de tabac. Suite à l’arrêt de l’activité, ces mêmes embar- cations ont été conservées et aménagées pour le transport de passagers. C’est une des principales attractions touristiques du pays. 3130
  • 18. Durant les 3 à 4 jours de descente du fleuve, le temps s’arrête. Seul le bruit des moteurs des barges pourra affecter la sérénité de l’endroit, où dans une nature tropicale luxuriante, cascades aux eaux cristallines et paysages somptueux, évoluent lémuriens, tortues, caméléons, hérons, canards sauvages et autres oiseaux exotiques, et bien sûr l’embléma- tique crocodile du Nil qui est à l’origine du nom de ce fleuve « tsy robohina, où l’on ne plonge pas ». 3332
  • 19. En haut à droite et au centre : hérons blancs En vas à gauche : envol de canards sauvages. A droite : Envol de hérons sur les rives de calcaire. 3534
  • 20. La cascade de Nosy Ampela et sa piscine naturelle et ses eaux cristallines. 3736
  • 21. Dans les villages hors du monde et dépourvus de tout modernisme contem- porain qui bordent la Tsiribihina, la vie des Sakalava s’écoule paisiblement à l’ombre des kapokiers, baobabs et manguiers. Ici une famille tribale dans son village de maisons en falafy prépare le manioc. 3938
  • 22. 4140 Le peuple Sakalava «ceux de la longue plaine» fait partie des 18 ethnies présentes sur le sol malgache. Originaires de la province d’Isaka (d’où le nom saka) dans le Sud-Est de la Grande Île, ils ont progressivement migré pour se concentrer sur la côte Ouest et donner naissance au Royaume du Menabe, actuelle région du même nom, traversée par le fleuve Tsiribihina.
  • 23. Le passage de voyageurs est pour les locaux l’attraction de la journée et il est de tradition qu’ils viennent après la tombée de la nuit près des campements, chanter et danser au rythme des kabôsy et autres instruments de fortune. 4342
  • 24. Le débarcadère de Belo sur Tsiribihina est la dernière étape avant que le fleuve n’entre dans un immense estuaire qui se jettera dans le Canal du Mozambique. On y croise des goélettes, des bateaux-taxi, des piroguiers et des bacs plus ou moins artisanaux qui permettent aux voitures de traverser le fleuve et ainsi rejoindre la piste qui mène à Morondava. 4544
  • 25. Belo sur Tsiribihina, ancien berceau de la dynastie Sakalava du Menabe. En haut à gauche et en bas au centre : la char- rette à zébu et le moyen de locomotion principal. En haut au centre et en bas à gauche : devantures traditionnelles. A droite : deux locaux passentent le temps devant une fresque originale. 4746
  • 26. A gauche : les marins amarrent le chaland. A droite : coucher du soleil sur le fleuve Tsiribihina. 4948
  • 27. Située au niveau du Cap d’Ambre à l’extrême Nord de la Grande Île entre Océan Indien et canal du Mozambique, la baie de Diego Suarez est la deuxième plus grande et plus belle baie du monde après celle de Rio de Janeiro, à tel point qu’on pourrait y loger l’île de La Réunion voisine et ses 2500 km2. C’est dans l’immensité de la Baie que deux navigateurs portugais, Diogo Dias et l’Amiral Suarez, auraient jeté l’ancre au début du XVIe siècle à six ans d’écart. Deux îlots à l’entrée du lagon de la Mer d’Emeraude portent toujours leurs noms. Le pirate français Olivier Misson et son compère le moine italien Caraccioli y fondèrent à la fin du XVIIè siècle Libertalia, une république utopiste où bons et repentis pourraient vivre libres et égaux. Leur ville tout en bois et protégée par deux batteries de 40 canons avait été bâtie avec l’aide de 300 hommes prêtés par la reine d’Anjouan. Le non moins célèbre pirate Tomas Tew finit par se joindre à eux. LA BAIE DE DIEGO SUAREZ 5150
  • 28. Boutres traditionnels de pêcheurs sur la plage de Ramena. 5352
  • 29. « La Mer d’Emeraude », ce lieu paradisiaque d’une pureté cristalline, surprenant par sa couleur vert émeraude due aux fonds sablonneux et à sa faible profondeur, dans laquelle évoluent tranquil- lement tortues marines, poulpes et raies manta. Un charme sauvage, troublé par un vol de sternes, où le bleu pur du ciel tranche avec le vert turquoise du lagon. 5554
  • 30. Pêcheurs malgaches sur leurs boutres à voile latine, héritage des premiers marins venus du Moyen- Orient. 5756
  • 31. Windsurf et Kitesurf à Babaomby, au cœur de la Mer d’Emeraude. 5958
  • 32. En 1827, sous le règne de Georges IV, les anglais pénétraient dans la baie de Diego Suarez, sous le commandement du Capitaine Owen. A quelques encablures de là, le Windsor Castle fut construit sur un petit massif calcaire séparant le Canal du Mozambique de la baie, allait devenir un des seuls souvenirs historiques de leur passage. Le but de cette construc- tion était de prévenir le commandement de Diego Suarez de toute intrusion depuis la côte Ouest. Une garnison et une série de batteries de canons étaient installées en contre-bas, sur la baie du Courrier. 6160
  • 33. Coucher de soleil sur la Baie du Courrier. 6362
  • 34. Les 665 kilomètres de littoral rectiligne de l’Est entre Tamatave et Farafangana où se succèdent lacs, lagunes et rivières navigables en font le plus long canal du monde. Le mot « pangalanes », francisation du mot malgache ampangalana « où l’on prend en charge », désignait les étroits bancs de sable qui séparaient le chapelet de lagons entre eux. Il fallait débarquer les marchandises sur les bancs de sable, les trans- porter vers les rives du lac suivant pour les embarquer de nouveau vers les rives à venir, et ainsi de suite… L’idée de les relier entre eux pour obtenir une voie d’eau pratique et sécurisée, à l’abri des humeurs de l’océan, fut menée par le Général Gallieni au début du XXe siècle pendant la colonisation, afin d’acheminer plus facilement les épices produites dans le Sud- Est vers le port de Tamatave. Ici les reflets de la végétation luxu- riante dans le canal à Akanin’ny Nofy « le nid de rêve ». LE CANAL DES PANGALANES 6564
  • 35. Les pirogues faisant aussi office de taxi-brousse ne semblent s’accorder aucune pause dans leurs courses silencieuses. Le Canal est l’artère qui désenclave les hameaux, et permet d’écouler les produits jusqu’aux grandes agglomérations. 6766
  • 36. 6968 Les Betsimisaraka constituent la deuxième plus grande tribu de Madagascar et la plus importante de la côte Est entre Vohemar et Mananjary. C’est aux environs de 1720 que Ratsimilaho, fils naturel (et supposé) du pirate Thomas White (aussi appelé Malato- Tom) réussit à soulever les Antavaratra (ceux du Nord) et s’empara de Fénérive. Ratsimilaho se donna alors le nom de Ramaromanompo et selon la tradition orale fit prêter un pacte de sang aux principaux chefs de tribus dans la presqu’île d’Ambitsika près de la ville de Mananara-Nord. Ils étaient nombreux (be) et jurèrent de rester à jamais unis (tsy misaraka).
  • 37. A gauche : danse traditionnelle dans un village Betsimisaraka A droite : les enfants attendent la pirogue taxi pour l’école. 7170
  • 38. A gauche : fin de journée sur le lac Ampitabe A droite : jeune pêcheur et femme à la vaisselle dans le canal. 7372
  • 39. Tout au long du canal et de ses berges, des mangroves et une riche flore aquatique : Typhonodorum, Carex, Cyperus, Fimbbristylis, Mellaleuca et Scirpus, ainsi que Nympheas, Najas Nénuphars, Casua- rinas, Cocos, Eucalyptus, Raphia et l’arbre phare de Madagascar, le ravinala, « l’arbre à voyageur », symbole du pays, facile- ment reconnaissable à ses feuilles en éventail. 7574
  • 40. A gauche : ouvrier sur son radeau de bambous près de Tamatave. A droite : jeune fille sur un radeau de transport de bananes à Brickaville. 7776
  • 41. Les balades sur le Canal sont un voyage dans le temps. Ici, rien a changé depuis un siècle. Le Canal se fraie un chemin à travers la forêt dans la plus grande tranquillité. Le ballet de piroguiers est permanent. 7978
  • 42. La vie s’écoule paisible- ment dans les villages le long du Canal. Les maisons sont faites de « falafy » et de vois, et montées sur pilotis pour prévenir des éventuelles crues durant la saison des pluies. 8180
  • 43. Le canal des Pangalanes côté mer 8382
  • 44. L’activité de la pêche est intense. Des forêts de pièges à poisson, essen- tiellement le tilapia, et de herses servant à la cap- ture des crevettes sont disséminés, laissant à peine le passage pour les diverses embarcations. 8584
  • 45. 8786
  • 46. Anilavinany. C’est ici que fit naufrage en 1831 Jean Laborde, futur grand industriel de la Reine Ranavalona I. Deux ancres y furent découvertes en 1997, en parfait état après avoir séjourné un siècle et demi sous terre. 8988
  • 47. La vie sur la Baie d’Andragnazavaka et le Lac Mahela près d’Anilavinany. 9190
  • 48. Manambato et le mythique Lac Rasoabe peu après Brickaville. Un superbe plan d’eau composé en fait de deux parties qui se rejoignent : le lac Rasoabe au Sud, et le lac Rasoamasay au Nord. Endroit paradisiaque dans un environnement où tout est pure- té, Rasoabe est un réservoir de vivres pour les villageois tout en se prêtant aux activités nautiques pour peu que l’on respecte ses “fady” (tabous). De là partent les navettes pour un autre lac, Ampitabe, et un autre paradis, Akanin’ny Nofy. 9392
  • 49. A gauche et en bas à droite : Au centre en haut et en bas : 9594
  • 50. LES GOÉLETTES DE BELO SUR MER En 1861 le roi Radama II, soucieux d’ouvrir son pays sur l’extérieur, sollicite Napoléon III pour l’envoi de charpentiers de marine. C’est à Ludovic Joachim et son frère, deux marins bretons, que cette mission de coopération tech- nique est confiée. Ils s’installent à Belo sur Mer, village de pêcheurs à 80 km au Sud de Morondava. Ainsi commence l’histoire des goélettes de la Côte Ouest. Ces «vazaha» (étrangers) proposant de fabriquer des bateaux plus grands et plus rapides enseignèrent leurs connaissances aux Vezo, fameux marins et habiles constructeurs de pirogues à voile. Après leur retour en France, les apprentis devinrent à leur tour de véritables maîtres-charpentiers transmettant à leur savoir à leur descendance. 9796
  • 51. En haut à gauche et à droite : une partie du village de Belo sur Mer sur une langue de sable. En bas à gauche : le chan- tier naval de Belo sur Mer 9998
  • 52. Goélettes en restauration dans la rade de Belo sur Mer. 101100
  • 54. POUSSIÈRES D’ÎLES DE NOSY BE ANosy Be tous les chemins mènent à la mer, ou en viennent. Même du haut des 300 m du Mont Passot, elle ne manque pas de rappeler son omniprésence et sa proximité en offrant un panorama attei- gnant l’Archipel des Mitsio au Nord et les Îles Radama au Sud. Vus de ce belvédère, les couchers de soleil sur les eaux du Canal de Mozambique sont légendaires, il est même conseillé d’encore rester après la disparition de «l’œil du jour» pour suivre les ultimes change- ments de luminosité. Les pages des magazines parleront avec une inspiration non feinte des plages bordées de cocotiers et de villages de pêcheurs, de la solitude des baies et des criques, autant de tableaux de Gauguin figés dans leur beauté que seul anime la course silencieuse des boutres et pirogues. 105104
  • 55. Boutres à voile au large du port d’Hell-Ville, chef lieu de Nosy Be. 107106
  • 56. 109108 Aux premières lueurs du jour les villageois alentour font glisser sur le sable leurs pirogues à balancier typique- ment Sakalava, appe- lées «tokam-panarina», creusées dans un tronc et munies d’un flotteur, toujours à droite. Certaines servent de taxi pour relier les différents îlots, mais la plupart sont destinées à la pêche artisanale pour alimenter les nombreux hôtels de Nosy Be en poisson frais. Thazard, dorade coryphène, bonite, barracuda, thon jaune, carpe rouge, mérou... certains plus chanceux ramèneront dans leurs filets un jobfish appelé «poisson poulet» ou un magnifique espadon voilier, revendus le jour même sur le marché local.
  • 57. A gauche et en bas à droite : Au centre en haut et en bas : Lever du jour et sortie des piroguiers sur le bras de mer de la presqu’île de Nosy Faly. 111110
  • 58. A gauche : le village de pêcheurs de Nosy Faly A droite : départ matinal pour la pêche à Nosy Faly 113112
  • 59. A gauche : jeune femme Sakalava de Nosy Be en habit traditionnel « lambahoany » A droite : couple de paysans et leur charrette à zébu dans l’intérieur de l’île. 115114
  • 60. 117116 A gauche et au centre : regards d’enfants Sakalava. En haut à droite et au centre : Jeunes femmes et leur masque de beauté traditionnel «Masonjoany» au bois de santal. En bas à droite : enfants sur la plage d’Amporaha.
  • 61. A gauche : l’île de Nosy Vorona En haut à droite : l’île de Nosy Tanikely En bas à droite : l’île de Nosy Fanihy 119118
  • 62. En haut à gauche : plage de Nosy Fanihy En bas à gauche : plage d’Amporaha A droite : plage d’Ankify 121120
  • 63. A l’Est de la Grande Mitsio, près de Nosy Toloa et Nosy Kely se trouve Tsarabanjina « la Belle ». Terre Sacrée des Sakalava, elle concentre sur une vingtaine d’hectares sa végétation luxuriante et ses plages immaculées. Dans les rochers se réfugient plusieurs espèces d’oiseaux parmi lesquels des frégates, des poules d’eau, des cormorans, et surtout le très rare aigle pêcheur ou « ankoay », un prédateur en voie de disparition. 123122
  • 65. À30 miles nautiques au Sud de Nosy Be, au large de la presqu’île d’Ampasindava, Nosy Iranja est en fait consti- tuée de deux terres reliées à marée basse par une langue de sable baignant dans les eaux turquoises. 127126
  • 67. Les Mitsio, à 45 miles au Nord- Est de Nosy Be. Un archipel volcanique constitué d’une île principale, la Grande Mitsio habitée par des pêcheurs et des éleveurs Sakalava, et une myriade de petits îlots dont ici les Quatre Frères. « A l’aube des temps, les dieux avaient envoyé cinq «frères» à cet endroit. L’un d’eux qui n’arrivait pas à s’entendre avec les autres décida un jour de partir. Le frère qui lui était le plus proche se mit à dépérir de chagrin, au point que plus aucun oiseau ne vient s’y nicher et que ses fonds paraissent sans vie comparés à ceux des autres. Celui qui est parti s’est installé dans la Baie des Russes où, comme à Diego Suarez, on l’appelle le Pain de Sucre. Il a oublié les Mitsio et ma foi, la solitude lui réussit plutôt bien... » (légende malgache) 131130
  • 68. Les rochers des Quatres Frères de l’archipel des Mitsio 133132
  • 70. A Nosy Komba, les nappes, napperons, rideaux et robes ajourées au point Richelieu sont cousues localement à la main par des couturières de talent, reproduisant des scènes et motifs de la vie quotidienne malgache. 137136
  • 71. Nosy Fanihy «l’île des chauves souris» est un îlot sacré et inhabité au large de la pointe Nord de Nosy Be 139138
  • 72. LA BAIE D’ANTONGIL La Baie d’Antongil serait probablement le tout premier lieu de peuplement de Madagascar. Nosy Mangabe, par exemple, possède des indices de présence humaine datant au moins du 5ème siècle, quelques 1000 ans avant les naviga- teurs hollandais dont certains gravèrent leurs noms sur les rochers. Aujourd’hui les populations naviguent entre la beauté immaculée de leur région et un enclavement dont, avec la patience nécessaire, on commence quand même à entrevoir le bout. Ses lagons géants, ses îles paradisiaques comme celle de Sainte-Marie, et bien sûr la forêt de Masoala, en font un sanc- tuaire de la nature. 141140
  • 73. La Buse, Tew, David Williams, Thomas White, Capitaine Kidd, tous ces grands noms de la pira- terie des XVIIe et XVIIIe siècles ont, à un moment ou à un autre établi leurs quartiers sur l’île Sainte Marie, certains choisis- sant même de s’y installer définitivement. Des ves- tiges de leurs vaisseaux gisent encore à quelques mètres de fond autour de l’île qui possède même son cimetière des pirates. 143142
  • 74. La cocoteraie à l’extrême Nord de l’île Sainte Marie. A l’horizon les côtes de la Grande Île. 145144
  • 75. 147146 A gauche : enfants saint-mariens à Ambodifototra. En haut au centre : piroguier au large de Nosy Mangabe En bas au centre : pêcheur de l’île aux Nattes A droite : jeunes garçons piroguiers dans les canaux de Maroantsetra.
  • 76. La vie des villages le long de la RN5 qui longe la baie d’Antongil de Ma- roantsetra à Tamatave. 149148
  • 77. En haut à gauche : pirogue taxi dans les canaux de Maroantsetra En bas au centre : bateau taxi dans la baie de Mahalevona En bas à gauche et à droite : pirogue taxi croisant le bac de traversement des rivières de la RN5 151150
  • 78. Tampolo, réserve marine en bordure de la forêt et du Parc National de Masoala (à droite), une végétation luxuriante plongeant dans la mer. 153152
  • 79. Réflexions de la végata- tion dans les canaux de Maroantsetra, une des villes les plus arosées de Madagascar, tout au fond de la baie d’Antongil. 155154
  • 80. A gauche et en haut à droite : traversée du pont de bois de Maroantsetra En bas à droite : piroguier observant le coucher du soleil sur les canaux de Maroantsetra 157156
  • 82. Dans la même série : MADAGASCAR VU DE L’INTÉRIEUR Volume 1 : la Terre Sur le web : (scannez les QR Codes pour un accès direct) : www.madagascar-photo.com facebook.com/madagascar.le.livre facebook.com/pybphoto Madagascar en Photos La page Facebook du livre La page Facebook de Pierre-Yves Babelon Photographies
  • 83. Ce livre n’est pas un récit de voyages mais réalisé en immersion totale avec la nature, la population et ses cultures durant 7 années, d’où le titre de ce livre « vu de l’intérieur ». Madagascar vu de l’intérieur est fait de contrastes. Pas seulement dans les images mais contraste entre l’Eau et la Terre, thème du premier ouvrage de cette série, contraste entre les populations, contraste entre les cultures, contraste entre le noir et blanc et la couleur. Bonne consultation. Pierre-Yves Babelon. MADAGASCAR VU DE L’INTÉRIEUR - Volume 2 : l’Eau