Novembre 2015
Collection :
Les cahiers du
développement durable
14e
édition
Changement
climatique et
Électricité
Facteur c...
2 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
Rapport préparé par PwC France
Collection Les Cahiers du Développement ...
PwC | 1
Le facteur carbone des principaux
producteurs d’électricité européens
est au plus bas depuis 2001
En 2014, la prod...
2 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
La part d’électricité d’origine
renouvelable continue à progresser
De 2...
PwC | 3
1.	 Contexte, objectifs et limites de l’étude	 5
1.1.	 En 2014, le facteur carbone atteint son plus bas niveau dep...
4 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
PwC | 5
1.	 Contexte, objectifs
et limites de l’étude
1.1.	 En 2014, le facteur carbone
atteint son plus bas niveau depuis...
6 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
2.1.	 Collecte de l’information en Europe
La plupart des sociétés de no...
PwC | 7
2.4.	 Information publiée
2.4.1.	 Analyse européenne (20 sociétés)
Nous avons analysé les 20 premiers producteurs
...
8 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
3.1.	 Production – données 2014
La production des entreprises de notre ...
PwC | 9
Le contexte économique européen n’est plus, contrairement aux années
passées, la justification première de cette b...
10 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
3.2.	 Émissions – données 2014
Les émissions proforma de l’échantillon...
PwC | 11
3.3.	 Principales évolutions des émissions de CO2
de 2013 à 2014
Les variations d’émissions de CO2
des entreprise...
12 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
3.4.	 Facteur carbone
Le facteur carbone Europe atteint en 2014 la val...
PwC | 13
Facteur Carbone 2014 par société
2012 2013 2014
Groupe
EDF
Groupe
RWE
Vattenfall Groupe
E.ON
Groupe
Enel
A2A Engi...
14 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
3.5.	 Le recours aux énergies renouvelables en 2014 : une hausse de la...
PwC | 15
Évolution de la part renouvelable des sources d’énergies pour la production d’électricité 2011-2014 de toutes les...
16 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
Les trois entreprises dont la part du renouvelable a le plus
augmenté ...
PwC | 17
Variation du facteur carbone en fonction de la variation de la part renouvelable des sources d’énergies
(pour l’e...
18 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
4.	 Évolution du mix énergétique
Focus sur les sources renouvelables
L...
PwC | 19
20 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
A.	 Données par société
2014 2013 2012
Pays Compagnie
Production
(TWh)...
PwC | 21
2011 2010 2009 2008
Production
(TWh)
Émission
(t CO2
)
kg CO2
/
MWh
Production
(TWh)
Émission
(t CO2
)
kg CO2
/
M...
22 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
B.	 Résultats consolidés
2014 2013 2012
Pays Compagnie
Production
(TWh...
PwC | 23
2011 2010 2009 2008
Production
(TWh)
Émission
(t CO2
)
kg CO2
/
MWh
Production
(TWh)
Émission
(t CO2
)
kg CO2
/
M...
24 |	 Changement climatique et Électricité 	 | 2015
C.	Bibliographie
Le rapport intitulé « PwC Low Carbon Economy Index 20...
Contacts
PwC
Sylvain Lambert
Associé Développement Durable – Pôle Stratégie
63, rue de Villiers
92208 Neuilly sur Seine Ce...
Etude PwC "Carbon Factor" (nov. 2015)
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude PwC "Carbon Factor" (nov. 2015)

1 736 vues

Publié le

Le cabinet d’audit et de conseil PwC a mené son étude « Carbon Factor » auprès des 20 principaux producteurs d’électricité européens pour la 14ème année consécutive.
Le facteur carbone (exprimé en kg CO2/MWh) se définit comme le rapport entre les émissions de CO2 générées et la production d’électricité correspondante. En 2014, il s’établit à 313 kg CO2/MWh, soit une baisse de 5,8% par rapport à 2013, pour atteindre son plus faible niveau depuis 2001.

Publié dans : Environnement
1 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 736
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
36
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
1
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude PwC "Carbon Factor" (nov. 2015)

  1. 1. Novembre 2015 Collection : Les cahiers du développement durable 14e édition Changement climatique et Électricité Facteur carbone européen Comparaison des émissions de CO2 des principaux électriciens européens www.pwc.fr/dd
  2. 2. 2 | Changement climatique et Électricité | 2015 Rapport préparé par PwC France Collection Les Cahiers du Développement Durable À propos de PwC PwC est le premier cabinet d’audit et de conseil à proposer une offre complète de compétences qui lui permet d’aider les entreprises et organisations à devenir durablement plus performantes en travaillant avec elles sur 4 leviers clés : la gestion de leurs opérations de croissance, l’amélioration de leur organisation, la maîtrise de leurs coûts et de leurs risques, la gestion et le management des hommes. La diversité des profils associée à la qualité des expériences de nos 900 collaborateurs au sein de l’activité Stratégie & Consulting en France au travers de 25 implantations régionales - 40 000 dans 157 pays - constitue notre principale force. Cette pluridisciplinarité permet d’apporter des réponses adaptées aux enjeux auxquels les entreprises sont confrontées. Pour répondre aux enjeux du développement durable, PwC a créé le département Sustainable Business Solutions dont la mission consiste à améliorer la performance économique, sociale et environnementale des entreprises et à la révéler aux parties prenantes. Le réseau SBS, regroupant plus de 800 professionnels dans 45 pays (y compris la Chine, l’Inde, la Russie, le Brésil, est actif au plan mondial en matière de stratégie développement durable, responsabilité sociétale, conseil en supply chain, due diligence, changement climatique et reporting développement durable. PwC se mobilise aussi par secteur d’activité, afin de mieux appréhender les enjeux spécifiques de ses clients. Notre équipe dédiée au secteur de l’énergie compte par exemple plus de 3 000 spécialistes, dont 300 associés, dans le monde. L’équipe spécialisée de PwC en France conçoit des solutions « sur mesure » pour répondre aux problématiques des acteurs du secteur de l’énergie. PwC accompagne ses clients de la stratégie à la mise en œuvre opérationnelle, grâce notamment à son activité de conseil en stratégie qui regroupe environ 750 consultants et 65 associés dans 23 pays, dont environ 110 personnes basées à Paris. PwC développe en France et dans les pays francophones d’Afrique des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil créatrices de valeur pour ses clients, privilégiant des approches sectorielles. Plus de 195 000 personnes dans 157 pays à travers le réseau PwC partagent idées, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour leurs clients et partenaires. Les entités françaises et des pays francophones d’Afrique membres de PwC rassemblent 5 000 personnes couvrant 25 pays. « PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’information, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure
  3. 3. PwC | 1 Le facteur carbone des principaux producteurs d’électricité européens est au plus bas depuis 2001 En 2014, la production d’électricité de notre panel de 20 entreprises a baissé de 97 TWh, passant de 2042 TWh à 1945 TWh, soit une baisse de 4,7 % par rapport à 2013. C’est la cinquième année de baisse continue de la production pour les entreprises du panel, malgré un contexte économique plus favorable en Europe cette année. En revanche, l’impact de la météorologie sur la production d’électricité est certain : l’année 2014 a été l’année la plus chaude jamais mesurée en Europe. Enfin le progrès technique et les évolutions des habitudes de consommation ont probablement contribué à cette baisse de la production, même si ce phénomène est difficilement quantifiable. Fait remarquable, chacune des entreprises de notre panel a réduit en 2014 ses émissions de CO2 en Europe, permettant à l’échelle du panel une réduction de 10 % des émissions de CO2 , qui passent de 678 millions de tonnes de CO2 (Mt CO2 ) en 2013 à 609 Mt CO2 en 2014. Cette réduction des émissions de CO2 est plus marquée que celle de la production d’électricité. Cette baisse s’explique essentiellement par quatre facteurs : 1. La baisse de la production d’électricité en Europe, 2. Des conditions météorologiques1 favorables avec une année record pour les températures en Europe 1 : http://www.eea.europa.eu/data-and-maps/indicators/global-and- european-temperature-1/assessment 3. La baisse de la part des sources non renouvelables fortement carbonées dans la production d’électricité, 4. La hausse de la part des sources renouvelables dans le mix énergétique, en dépit d’une légère baisse de la production en absolu Le facteur carbone européen atteint son plus bas niveau depuis le début de cette étude en 2001, avec une baisse de 5,8 % pour atteindre 313 kg CO2 /MWh en 2014. D’après notre analyse, cette baisse du facteur carbone est plutôt due à un mix énergétique non renouvelable moins chargé en carbone qu’à un réel essor du renouvelable au sein du panel. En effet, la part du renouvelable dans la production d’électricité n’augmente que légèrement dans le mix du panel en passant de 21,3 % en 2013 à 22,1 % en 2014, et diminue en valeur. La réduction du facteur carbone en 2014 (-5,8 %) est cohérente avec la décarbonisation de l’économie européenne, qui a atteint -6,7 % en 2014, et s’approche du rythme de décarbonisation de l’ensemble de l’économie mondiale qui doit se maintenir à une moyenne de -6,3 % jusqu’à 2100 pour contenir la hausse des températures sous +2 °C (cf. étude PwC « Conscious uncoupling ? » 2015). Les 20 sociétés étudiées représentent plus de 50 % des émissions de CO2 du secteur électricité chaleur en Europe (28 pays). Les plus faibles réductions d’émissions en Mt de CO2 de 2013 à 2014 : • EDP : La baisse de ses émissions de 0,1 Mt de CO2 , soit 0,5 % du total, est en ligne avec une baisse de la production de 0,1 % observée en 2014. • Enel : Le 3e plus gros émetteur du panel a connu une grande stabilité en 2014, aussi bien en termes de production (0 %) que d’émissions de CO2 (-0,2 %). Le mix énergétique 2014 du Groupe a très peu évolué par rapport à 2013, avec une prépondérance de charbon (29 % du mix, +0 points) et une part importante d’hydraulique (26 %, +0,5 points). • Statkraft : Le plus faible émetteur du panel (0,2 Mt de CO2 en 2014) est parvenu à baisser à nouveau ses émissions de 0,3 Mt en 2014, ce qui semble faible dans l’absolu mais constitue une baisse de 67 % par rapport à 2013. Ces performances s’expliquent par un mix énergétique composé à 99 % d’énergie renouvelable (+1,3 points sur 1 an) dont 95,5 % d’hydraulique (+1,3 points sur un an). Les fortes réductions d’émissions en Mt de CO2 de 2013 à 2014 : • Le 5e producteur du panel E.ON a baissé ses émissions de 16,4 Mt en 2014, soit 21 %. Cette réduction est forte- ment liée à la baisse de la production du Groupe (-15 % sur un an) mais s’explique également par l’évolution de sonmixénergétique :silapartdunon-renouvelabledans le mix demeure quasi-stable (83 %, -1 point), la part du charbon (33 %, -4,4 points) a reculé significativement au profit du nucléaire (36 %, +5 points). • EDF a réduit en 2014 ses émissions de 13 Mt de CO2 (21 %),etcemalgréunequasi-stabilitédesaproduction. Comme E. ON, cette performance ne s’explique pas tant par une hausse du recours aux énergies renouvelables (9 % soit -0,4 point) que par une substitution du charbon (6 % du mix, -2,3 points) par le nucléaire (80 % du mix, +2,5 points). • Scottish Southern a baissé en 2014 ses émissions de 7,6 Mt de CO2 , soit une forte baisse de 37 %, grâce à un choix en faveur du renouvelable : la part du renouvelable dans le mix énergétique a augmenté de 5,6 points sur un an, pour s’établir à 31 % du mix énergétique total, grâce à un recours accru à l’hydraulique (13,5 %, +3 points) et à l’éolien (17 %, +2,5 points).
  4. 4. 2 | Changement climatique et Électricité | 2015 La part d’électricité d’origine renouvelable continue à progresser De 2013 à 2014, la part des énergies renouvelables dans le mix électrique du panel des 20 sociétés s’est accrue de 21,3 % à 22,1 % poursuivant la tendance des deux dernières années. Cependant, la production nette annuelle à partir d’énergies renouvelables a baissé de 5,2 TWh. Cette légère baisse en valeur s’inscrit dans un contexte de baisse bien plus marquée de la production électrique à partir d’énergies non renouvelables, qui a diminué de 92 TWh, soit l’essentiel de la baisse globale de la production du panel (97 TWh). La production d’électricité par le panel à partir d’énergie non renouvelable continue ainsi de baisser pour la troisième année consécutive. La production d’électricité à partir de charbon et de gaz naturel est en baisse sur le panel en 2014, tandis que l’électricité d’origine nucléaire a augmenté sa production notamment pour EDF en France. Parmi les énergies renouvelables, l’hydraulique conserve sa place de numéro un européen et continue de croître, tandis que l’éolien, 2e énergie renouvelable européenne augmente plus légèrement sur le panel. Les autres énergies renouvelables telles la biomasse, la géothermie ou le photovoltaïque restent peu significatives dans le mix énergétique du panel, quand bien même certaines entreprises de notre panel font des choix forts en faveur du renouvelable. Les 5 principaux émetteurs sont : • RWE (DE, UK) : 136 MtCO2 , -3% • Vattenfall (DE, SE, FI) : 73 MtCO2 , - 3% • ENEL (IT, ES, PT, SK) : 67 MtCO2 , 0% • E.ON (DE, UK, IT, FR) : 63 MtCO2 , - 21% • Groupe EDF (FR, UK, IT, PL, HU, BE) : 49 MtCO2 , - 21% Les 5 meilleurs facteurs carbone : • Statkraft (NO) : 3 kg CO2 /MWh, - 67% • Fortum (FIN): 39 kg CO2 /MWh, - 43% • Verbund (AT) : 52 kg CO2 /MWh, - 34% • EDF (FR, UK, IT,BE,PL) : 83 kg CO2 /MWh, - 20% • PVO (FIN, SW) : 141 kg CO2 /MWh, -26% Les 5 facteurs carbone les plus élevés : • DEI (GR) : 1110 kg CO2 /MWh, + 0,8% • RWE (DE, UK): 740 kg CO2 /MWh, - 0,1% • Drax (UK) : 583 kg CO2 /MWh, - 20% • ScottishSouthern (UK) : 470 kg CO2 /MWh, -18 % • CEZ (CZ, PL, BU, RO) : 446 kg CO2 /MWh, -7%
  5. 5. PwC | 3 1. Contexte, objectifs et limites de l’étude 5 1.1. En 2014, le facteur carbone atteint son plus bas niveau depuis 2001 5 1.2. Objectif de cette étude 5 1.3. Limites de l’étude 5 2. Méthodologie sources 6 2.1. Collecte de l’information en Europe 6 2.2. Couverture 6 2.3. Périmètres 6 2.4. Information publiée 7 2.4.1. Analyse européenne (20 sociétés) 7 2.4.2. Recalcul des données historiques 7 3. Résultats 2002-2014 8 3.1. Production – données 2014 8 3.2. Émissions – données 2014 10 3.3. Principales évolutions des émissions de CO2 de 2013 à 2014 11 3.4. Facteur carbone 12 3.5. Le recours aux énergies renouvelables en 2014 : une hausse de la part du renouvelable dans le mix énergétique, mais une légère baisse en valeur 14 3.5.1. Légère baisse de la production d’électricité d’origine renouvelable en valeur 14 3.5.2. La part des énergies renouvelables dans le mix électrique en hausse 15 3.5.3. Quelle relation entre le recours à l’énergie renouvelable et le facteur carbone ? 16 4. Évolution du mix énergétique Focus sur les sources renouvelables 18 5. Annexes 20 Table des matières
  6. 6. 4 | Changement climatique et Électricité | 2015
  7. 7. PwC | 5 1. Contexte, objectifs et limites de l’étude 1.1. En 2014, le facteur carbone atteint son plus bas niveau depuis 2001 L’année 2014 est une année d’engagement sur le climat pour l’Union Européenne (UE), dans le cadre du débat sur la transition énergétique et notamment en vue de la 21e Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21) qui se tiendra en 2015 à Paris. L’enjeu de cette conférence est de maintenir la hausse des températures à moins de 2 °C par rapport aux températures pré-industrielles. En 2015, en préparation de la COP21, plus de 165 pays ont annoncé leurs engagements pour le climat à l’horizon 2030. Dès octobre 2014, l’UE s’était engagée à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030 comparé à 1990. Cet objectif prolonge et amplifie l’objectif que l’UE avait déjà pris pour l’horizon 20202 et demandera une réelle décarbonisation de l’économie. Rapportée à l’évolution du PIB européen, l’intensité carbone3 de l’Union Européenne devra en effet se réduire de 3.1 % chaque année jusqu’en 20304 . Pour l’année 2014, l’intensité carbone de l’Union Européenne a diminué de 6.7 %, avec des réductions de 10.9 % au Royaume-Uni, 9.1 % en France, 7.8 % en Italie, 7.1 % en Allemagne. Par comparaison, l’intensité carbone de la Chine a baissé de 6 % en 2014, soit un effort relatif comparable à celui de l’UE ; l’intensité carbone de la Chine est cependant 2.8 fois plus forte que celle de l’Europe. Les USA, qui ont une intensité carbone 1.7 fois supérieure à celle de l’UE, ont réduit leur intensité carbone de seulement 1.6 % en 20145 . 2 : Réduire de 20% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, porter à 20% la part des renouvelables dans la consommation et réaliser 20% d’économies d’énergie. 3 : L’intensité carbone est définie comme les émissions du secteur énergétique (émissions nationales dues à la production d’énergie y compris électricité et transports) rapportées à l’évolution du PIB. 4 : Source “Conscious uncoupling? Low Carbon Economy Index 2015”, octobre 2015, PwC. 5 : Source : idem. C’est dans un contexte de reprise progressive de l’économie et de douceur des températures hivernales en Europe que les producteurs européens ont produit moins d’électricité que les années précédentes. La baisse de la production d’électricité est accompagnée d’une diminution des émissions de CO2 sur l’année 2014 (-10 %). La part des énergies renouvelables a augmenté dans le mix électrique du panel et contribue à baisser les émissions de CO2 et, par conséquent, le facteur carbone européen (cf. Section III.5). 1.2. Objectif de cette étude L’objectif de cette étude est d’identifier, de consolider, d’homogénéiser et de présenter une information complète sur les émissions de CO2 des principaux producteurs d’électricité européens, et d’analyser les principales variations entre les années 2001 et 2014. 1.3. Limites de l’étude Nous ne fournissons ni commentaire ni opinion sur les prix de l’énergie ou sur l’impact du CO2 sur l’évaluation des sociétés étudiées.
  8. 8. 6 | Changement climatique et Électricité | 2015 2.1. Collecte de l’information en Europe La plupart des sociétés de notre panel ont publié des données directement accessibles à partir de leur site Internet ou dans leur rapport annuel et/ou dans leur rapport Environnement/Développement durable. Le niveau de transparence des informations publiées n’a pas connu d’amélioration significative par rapport aux dernières années. Si certaines sociétés publient de façon explicite les émissions de CO2 associées à leur production d’électricité par zone géographique ainsi que leur facteur carbone, la recherche d’informations est plus laborieuse pour d’autres qui publient des données d’émissions agglomérées ne distinguant pas les émissions imputables à la production de chaleur (exclue du champ de cette étude) de celles liées à la production d’électricité. Au-delà de la publication des chiffres d’émissions, très peu de sociétés fournissent les explications sur les variations des émissions. Dans le cas où les sociétés produisent de l’électricité et de la vapeur, les émissions de CO2 globales ont été allouées à l’électricité au prorata de la part de l’électricité dans la production d’énergie totale. Nous savons – en particulier en cas d’extrapolation par calcul – que certaines données peuvent être approximatives, mais nous estimons que la marge d’erreur ne dépasse pas 10 % sur les émissions de gaz à effet de serre directes. 2.2. Couverture La production d’électricité en Europe en 2014 sur les 34 pays6 de l’ENTSO-E était de 3252 TWh7 , soit une baisse de 1.6 % par rapport à 2013. Le panel de l’étude représente 1945 TWh, soit 60 % de la production d’électricité (et 40 % de la production renouvelable) sur la zone. Le total des émissions analysées dans la présente étude atteint 609 Mt CO2 /an, ce qui représente 51 % des émissions du secteur de la production d’énergie en Europe (EU28) qui sont estimées à 1203 Mt CO2 /an8 . 6 : Les pays de l’UE hors Malte plus la Suisse, la Norvège, l’Islande et les Balkans sauf l’Albanie. 7 : Source « L’électricité en Europe 2014, Synthèse de la consommation, de la production et des échanges d’électricité au sein de l’ENTSO-E », mai 2015, www.rte-france.com/sites/default/files/entsoe_electricite_en_europe_2014_ web.pdf 8 : Données CITL EU28 du secteur “20 Combustion of fuels” disponibles sur http://www.eea.europa.eu/data-and-maps/data/european-union-emissions- trading-scheme-eu-ets-data-from-citl-7 2.3. Périmètres Afin d’affiner les résultats de l’étude, nous n’avons pris en compte que : -- Les émissions strictement européennes9 -- Les émissions uniquement imputables à la production d’électricité (nous ne prenons pas en compte les émissions d’autres filiales dans le cas d’un groupe multi-sectoriel) Quand cela était possible, nous avons également soustrait les émissions imputables à la production de chaleur. Lorsque les informations consolidées sur les émissions manquaient, nous avons dû ajouter les chiffres des sociétés récemment acquises. Pour ce faire, nous avons choisi la méthode « consolidation par le contrôle » (plutôt que la méthode « par intégration partielle »), telle que préconisée par le GHG Protocol10 . En 2014, nous avons remplacé l’opérateur italien EdiPower par A2A car le groupe a racheté EdiPower fin 2012 et le détient aujourd’hui à hauteur de 79,5 %. Nous avons intégré les données A2A sur 2013 pour avoir un périmètre cohérent sur 2 ans mais les chiffres ne sont pas comparables avec les années antérieures pour lesquelles les données d’EdiPower sont prises en compte. Notre panel de sociétés compte néanmoins toujours 20 sociétés. Au sein du Groupe EDF, nous avons ajouté les filiales polonaises et hongroises pour 2013 et 2014. EDF Energies Nouvelles ne sera intégré que l’année prochaine pour avoir les données sur 2 ans. Dans la mesure du possible les données historiques des entreprises concernées ont été retraitées sur la période 2002-2013 pour permettre de suivre leurs évolutions à périmètre constant. Le détail des consolidations figure dans l’annexe B. 9 : en excluant les émissions des filiales hors d’Europe 10 : Pour plus de détails : www.ghgprotocol.org 2. Méthodologie sources
  9. 9. PwC | 7 2.4. Information publiée 2.4.1. Analyse européenne (20 sociétés) Nous avons analysé les 20 premiers producteurs d’électricité européens, selon les critères suivants : -- Production (en TWh). Note : nous avons pris en compte l’électricité produite, à distinguer de l’électricité vendue par les entreprises, qui tient également compte des activités de trading -- Emissions (en t CO2 /an), correspondant à l’électricité produite -- Facteur Carbone (en kg CO2 /MWh produit) -- Part de l’énergie produite à partir d’énergies renouvelables11 -- Principales évolutions du facteur carbone, des émissions de CO2 et du ratio d’énergies renouvelables 2.4.2. Recalcul des données historiques Nous avons actualisé et recalculé les données historiques de production et d’émission de certaines sociétés pour tenir compte des dernières données publiées. 11 : Nous entendons par renouvelable l’ensemble de filières diversifiées dont la mise en œuvre est renouvelable à l’échelle humaine (vent, solaire, eau, biomasse, etc.).
  10. 10. 8 | Changement climatique et Électricité | 2015 3.1. Production – données 2014 La production des entreprises de notre panel a baissé de 97 TWh en 2014, soit -4,7 % comparé à 2013. Trois entreprises ont réduit leur production d’au moins 10 TWh : E.ON (-27 TWh), Engie (-23 TWh) et le Groupe EDF (-10 TWh). Le Groupe EDF continue toutefois de peser fortement sur la production d’électricité en Europe, en conservant sa place de leader dans le classement des producteurs. RWE conserve sa deuxième place, malgré une baisse sensible de sa production (-3,2 %). 3. Résultats 2002-2014 Production électrique en Europe 2010-2014 (de l’ensemble des entreprises du panel) Groupe EDF Groupe RWE Vattenfall Groupe E.ON Groupe Enel Engie Iberdrola + Scottish Power CEZ EnBW Statkraft Fortum Groupe EDP DEI Scottish Southern Verbund Gas Natural Fenosa Drax DongPVO A2A 591 184 173 153169 134 80 63 58 56 48 40 35 2834 31 28 1415 13 2012 2013 2014 Twh Production électrique en Europe 2004-2014 en TWh (des 5 principaux groupes) 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Groupe EDF Groupe Enel Groupe RWE Vattenfall Groupe E.ON 616 591 222 169183 184 174 173 245 153
  11. 11. PwC | 9 Le contexte économique européen n’est plus, contrairement aux années passées, la justification première de cette baisse de la production européenne, puisque le PIB de l’UE28 a augmenté de 1,4 % en 2014, tandis que la zone Euro a connu une croissance de 0,8 % en 2014 après une année 2013 de récession. En revanche, l’impact de la météorologie sur la production d’électricité est certain : selon l’Agence Européenne de l’Environnement, l’année 2014 a été l’année la plus chaude jamais mesurée en Europe. Enfin le progrès technique et les évolutions des habitudes de consommation ont probablement conduit à l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, de l’éclairage et des équipements, quand bien même il est difficile d’évaluer précisément l’impact de ce phénomène sur la baisse de la production. Nous notons enfin que 2014 que le classement des cinq plus importants producteurs d’électricité en Europe n’a pas évolué comparé à 2013.
  12. 12. 10 | Changement climatique et Électricité | 2015 3.2. Émissions – données 2014 Les émissions proforma de l’échantillon ont baissé de 69 Mt CO2 entre 2013 et 2014, soit une réduction de 10,2 % des émissions par rapport à 2013. RWE demeure, depuis la 1re publication de cette étude en 2001, le premier énergéticien européen émetteur de CO2 avec 136 Mt CO2 en 2014, malgré une baisse de ses émissions de 4,7 Mt CO2 . Les émissions de RWE représentent ainsi à elles seules plus de 22 % des émissions totales du panel. Les 5 plus gros émetteurs de CO2 parmi les entreprises de notre panel restent les mêmes qu’en 2013, mais leur classement évolue : le Groupe E.ON passe du 2e plus gros émetteur en 2013 au 4e en 2014, grâce à une baisse conséquente de 21 % de ses émissions (soit 16,4 Mt CO2 ). Vattenfall et Enel deviennent les 2e et 3e plus gros émetteurs du panel en dépit d’une légère baisse de leurs émissions : 2,6 % pour Vattenfall (1,9 Mt CO2 ) et 0,2 % pour Enel (0,2 Mt CO2 ). Enfin, EDF conserve sa 5e place malgré une baisse importante de 21 % de ses émissions (13 Mt CO2 ). Émissions de CO2 en Europe 2004-2014 (des 5 principaux groupes) Émissions de CO2 en Europe 2012-2014 (de l’ensemble des entreprises du panel) Groupe RWE Groupe EnelVattenfall Groupe E.ON Groupe EDF 139 136 112 67 70 73 101 6369 49 - 20 40 60 80 100 120 140 160 180 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 millionstCO2 Groupe EDF Groupe RWE Vattenfall Groupe E.ON Groupe Enel Scottish Southern Iberdrola + Scottish Power CEZ EnBW StatkraftFortumGroupe EDP DEIEngie VerbundGas Natural Fenosa Drax DongA2A PVO 136 73 67 63 49 48 39 28 21 17 17 14 13 11 5 4 2 2 2 0,2 -  20  40  60  80  100  120  140  160  180 EnMtdeCO2
  13. 13. PwC | 11 3.3. Principales évolutions des émissions de CO2 de 2013 à 2014 Les variations d’émissions de CO2 des entreprises du panel s’expliquent par des raisons à la fois structurelles et conjoncturelles. Si la situation de chaque entreprise du panel est unique, un trait commun important est à souligner : toutes ont diminué leurs émissions en 2014. Les plus faibles réductions d’émissions en Mt de CO2 de 2013 à 2014 : • EDP : Le Groupe est une des deux seules entreprises du panel (avec Engie) à ne pas communiquer le détail de son mix énergétique. Toutefois, la baisse de ses émissions de 0,1 Mt de CO2 , soit 0,5% du total, est en ligne avec une baisse de la production de 0,1% observée 2014. • Enel : Le 3ème plus gros émetteur du panel a connu une grande stabilité en 2014, aussi bien en termes de production (0%) que d’émissions de CO2 (-0,2%). Le mix énergétique 2014 du Groupe a très peu évolué par rapport à 2013, avec une prépondérance de charbon (29% du mix, +0 points) et une part importante d’hydraulique (26%, +0,5 points). • Statkraft : Le plus faible émetteur du panel (0,2 Mt de CO2 en 2014) est parvenu à baisser à nouveau ses émissions de 0,3 Mt en 2014, ce qui semble faible dans l’absolu mais constitue une baisse de 67% par rapport à 2013. Ces performances s’expliquent par un mix énergétique composé à 99% d’énergie renouvelable (+1,3 points sur 1 an) dont 95,5% d’hydraulique (+1,3 points sur un an). Les fortes réductions d’émissions en Mt de CO2 de 2013 à 2014 : • Groupe E.ON : Le 5ème producteur du panel est redescendu à la 4ème place des plus gros émetteurs avec une baisse de 16,4 Mt de ses émissions en 2014, soit 21% sur un an. Cette réduction est fortement liée à la baisse de la production du Groupe (-15% sur un an) mais s’explique également grâce à l’évolution de son mix énergétique : si la part du non-renouvelable dans le mix demeure quasi-stable (83%, -1 point sur un an), la part du charbon (33%, -4,4 points) a reculé significativement au profit du nucléaire (36%, +5 points), d’où une baisse des émissions sensiblement supérieure à la baisse de la production. • Groupe EDF : Le 1er producteur européen a réduit en 2014 ses émissions de 13 Mt de CO2 , soit une baisse de 21% sur un an, et ce malgré une quasi-stabilité de sa production (-1,6%). Comme E.ON, cette performance ne s’explique pas tant par une hausse du recours aux énergies renouvelables, dont la part a légèrement baissé dans le mix (9%, -0,4 point sur un an) que par une substitution du charbon (6% du mix, -2,3 points) par le nucléaire (80% du mix, +2,5 points). • Scottish Southern : l’entreprise a baissé en 2014 ses émissions de 7,6 Mt de CO2 , soit une baisse très significative de 37% sur un an, grâce à un choix en faveur du renouvelable. En effet, la baisse de la production (-23% sur un an) ne suffit pas à expliquer cette performance : la part du renouvelable dans le mix énergétique a augmenté de 5,6 points sur un an, pour s’établir à 31% du mix énergétique total, grâce à un recours accru à l’hydraulique (13,5%, +3 points) et à l’éolien (17%, +2,5 points) Groupe EDP Groupe Enel Statkraft Scottish Southern Groupe EDF Groupe E.ON( 18) ( 16) ( 14) ( 12) ( 10) ( 8) ( 6) ( 4) ( 2) -  2  4  6 MtCO2 Principales évolutions des émissions de CO2 entre 2013 et 2014
  14. 14. 12 | Changement climatique et Électricité | 2015 3.4. Facteur carbone Le facteur carbone Europe atteint en 2014 la valeur la plus basse observée depuis 2001. La moyenne européenne du facteur carbone pour notre panel s’établit pour 2014 à 313 kg CO2 /MWh contre 332 kg CO2 /MWh en 2013, soit une baisse de 19 kgCO2 /MWh (-5,8 %). Cette baisse est due à 83 % à l’amélioration du facteur carbone non renouvelable (de 402 kg CO2 /MWh en 2014 comparé à 422 kg CO2 /MWh en 2013) et à 17 % à l’augmentation de la part d’énergie renouvelable dans la production du panel (de 21,3 % en 2013 à 22,1 % en 2014). Il est intéressant de noter qu’en 2013 l’augmentation de la part d’énergie renouvelable contribuait à un tiers à la baisse du facteur carbone, ce qui confirme la tendance observée en 2014 : la baisse de l’impact CO2 des énergéticiens est due relativement plus à un mix énergétique non renouvelable moins chargé en carbone (globalement moins de charbon et de gaz, plus de nucléaire) qu’à un vrai effort en faveur de la production d’énergies renouvelables. Si toutes les sociétés du panel ont réduit leurs émissions, 4 sociétés ont vu leur carbone facteur augmenter. A contrario on trouve des résultats spectaculaires parmi les 16 autres sociétés du panel, comme une baisse du facteur européen de 67 % pour Statkraft ou de 42 % pour Fortum. Enfin, il faut insister sur la contribution du Groupe EDF au maintien d’un facteur carbone moyen européen relativement bas : sans EDF, le facteur carbone européen de notre panel serait plus élevé de 32 %, passant à 413 kg CO2 /MWh. Cela s’explique par le poids d’EDF dans le paysage énergétique européen (EDF produit un volume 3 fois supérieur au numéro 2 européen RWE) et par l’importance considérable du nucléaire dans son mix énergétique (plus de 80 %). Les principales hausses du facteur carbone en 2014 par rapport à 2013 : • Engie a vu son facteur carbone augmenter de 341 à 356 kg CO2 /MWh, soit une hausse de 7,7 % s’expliquant d’après l’entreprise par une substitution en Europe d’une partie de sa production d’électricité à partir de gaz naturel par du charbon. • Gas Natural Fenosa a vu son facteur carbone augmenter de 2,7 %, de 354 à 363 kg CO2 /MWh. Dans un contexte de baisse de production (-6,3 %), l’entreprise a réduit sa production à partir de gaz et d’énergies renouvelables en faveur du charbon (18 % du mix, +1,9 points) • Vattenfall, le 3e producteur et 2e émetteur de CO2 de notre panel, a vu son facteur carbone augmenter pour la 3e année consécutive, à 420 kg CO2 /MWh (+2,4 %). Ses principales sources fossiles ont diminué, sauf pour le fioul. En dépit d’une relative stabilité du mix énergétique, les émissions de CO2 du groupe ont globalement moins diminué que la production d’électricité. • DEI est l’entreprise dont le facteur carbone est le plus élevé au sein de notre panel (1 100 kg CO2 /MWh), et il a encore augmenté en 2014 (+0,8 %). La part du charbon représente le chiffre le plus élevé pour le panel, 64 % du mix énergétique, en hausse de 2,3 points. La part des énergies renouvelables a baissé de 3,8 points, à 12 %. Les principales baisses du facteur carbone en 2014 par rapport à 2013 : • Le facteur carbone de l’entreprise Statkfraft, qui était déjà le plus faible du panel, a été réduit de 67 %, grâce à l’augmentation de la part de l’énergie renouvelable dans le mix. • Fortum est une des deux seules du panel dont la production a augmenté en 2014 (+3,3 %). Malgré cela l’entreprise a réduit ses émissions de CO2 de 42 %, d’où un facteur carbone en baisse de 44 % à 39 kg CO2 /MWh, le plus faible du panel après Statkraft. Cette performance s’explique par une hausse de 7,7 points de la part du renouvelable dans le mix énergétique. A noter que Fortum possède un mix énergétique à 93 % « bas carbone » composé à parts quasi égales de nucléaire et d’hydraulique. • Verbund a réduit son facteur carbone de 37 %, à 52 kg CO2 / MWh. Pour cela, l’entreprise a accru la part déjà très élevée des sources renouvelables, essentiellement de l’hydraulique, dans son mix énergétique (94 % du mix ; +5,4 points), a pratiquement arrêté sa production de gaz (0,8 % ; -4 points) et a diminué le recours au charbon (5,2 %, - 1,4 points). • PVO a diminué son facteur carbone de 27 %, à 141 kg CO2 / MWh. Dans un contexte de forte baisse de sa production (-23 %), l’entreprise a augmenté sa production à partir de nucléaire (60 % du mix, +4,5 points) et d’hydraulique (12 %, +2 points). Évolution du Facteur Carbone (pour les 20 entreprises du panel) 300 310 320 330 340 350 360 370 380 390 400 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 kgCO2/MWh
  15. 15. PwC | 13 Facteur Carbone 2014 par société 2012 2013 2014 Groupe EDF Groupe RWE Vattenfall Groupe E.ON Groupe Enel A2A Engie Iberdrola + Scottish Power CEZ StatkraftFortumGroupe EDP DEI Scottish Southern VerbundGas Natural Fenosa Drax Dong PVOEnBW 1 110 740 583 470 446 420 413 410 409 395 363 360 356 178 141 83 52 39 3 - 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1 000 1 100 1 200 EnkgCO2/MWh Facteur carbone européen 313 kgCO2/MWh 272 Le classement des entreprises européennes selon leur facteur carbone évolue peu par rapport à 2013, avec notamment une stabilité du top 8 . On note également que 3 des entreprises présentant un facteur européen inférieur à la moyenne de notre panel figurent dans le top 10 des plus importants producteurs (EDF 1er , Iberdrola 7ème et Statkraft 10ème ). On constate enfin l’évolution contrastée des 3 entreprises présentant les facteurs carbone les plus élevés : en hausse pour DEI (+9 kg CO2 /MWh), stable pour RWE (-1 kg CO2 /MWh) et en forte baisse pour Drax (-142 kg CO2 /MWh) qui cède sa place de 2ème facteur carbone le plus élevé à RWE grâce à un recours accru à la biomasse (15% du mix, +7 points) et à une diminution du charbon (36% du mix, -3 points). Positionnement des 20 premières entreprises par rapport au Facteur Carbone Européen 2014 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 100 200 300 400 500 600 700 EmissionsCO2(Mt) Production (TWh) DEI Groupe RWE Drax Scottish Southern CEZ Vattenfall Groupe EDP Groupe E.ON A2A Groupe Enel Gas Natural Fenosa EnBW Engie Dong Iberdrola + Scottish Power PVO Groupe EDF Verbund Fortum Statkraft Facteur carbone européen 313 kgCO2/MWh
  16. 16. 14 | Changement climatique et Électricité | 2015 3.5. Le recours aux énergies renouvelables en 2014 : une hausse de la part du renouvelable dans le mix énergétique, mais une légère baisse en valeur Production d’énergie renouvelable en Europe de 2011 à 2014 (TWh) (de l’ensemble des entreprises du panel) 3.5.1. Légère baisse de la production d’électricité d’origine renouvelable en valeur L’analyse des 20 sociétés de notre panel révèle une légère baisse de la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables (5 TWh en moins qu’en 2013, soit une baisse de 1,2 % à 429 TWh). Sur 4 ans, on constate néanmoins une hausse de la production d’énergie renouvelable de l’ordre de 17 %. En dépit de cette baisse dans l’absolu, la part d’énergies renouvelables dans le mix européen de notre panel a augmenté de 0,8 points, passant de 21,3 % à 22,1 %. Cette hausse relative s’explique par la baisse encore plus forte de la production à partir d’énergie non renouvelable : -5,7 % sur un an, soit 92 TWh en moins. Enfin ces graphiques nous rappellent que les entreprises contribuant le plus à la production d’énergie renouvelable en Europe ne sont pas nécessairement celles dont le mix énergétique comporte le plus de renouvelable : EDF est ainsi le 3ème producteur d’énergie renouvelable européen alors que le Groupe fait partie des trois entreprises du panel dont la part du renouvelable est inférieur à 10 %, et que le Groupe a même diminué sa production d’électricité renouvelable en 2014 ; a contrario A2A possède un mix à plus de 50 % renouvelable alors qu’il figure à la 15ème place des producteurs de renouvelable de notre panel. Principales évolutions de la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables en TWh +24 % +8 % +4 % -28 % -6 % -12 % -5,0 -4,0 -3,0 -2,0 -1,0 0,0 1,0 2,0 3,0 4,0 5,0 Fortum Iberdrola + Scottish Power Groupe Enel Groupe RWE Groupe EDF Engie - - Groupe EDF Groupe RWE Vattenfall Groupe E.ON Groupe Enel Iberdrola + Scottish Power CEZStatkraft Groupe EDP DEIScottish Southern Verbund Gas Natural Fenosa Engie DraxDong A2AFortune PVOEnBW 57 55 54 40 35 32 27 25 23 22 9 8 7 7 7 6 4 4 4 2 - 10 20 30 40 50 60 70 2011 2012 2013 2014
  17. 17. PwC | 15 Évolution de la part renouvelable des sources d’énergies pour la production d’électricité 2011-2014 de toutes les entreprises du panel 3.5.2. La part des énergies renouvelables dans le mix électrique en hausse Part du renouvelable dans la production (pour l’ensemble des entreprises du panel) Groupe EDF Groupe RWE Vattenfall Groupe E.ON Groupe Enel Iberdrola + Scottish Power CEZStatkraft Groupe EDP DEIScottish Southern Verbund Gas Natural Fenosa Engie DraxDong A2A Fortune PVO EnBW 17% 15% 13% 12% 12% 9% 7% 5% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Part renouvelable 2013 Part renouvelable 2014 Moyenne européenne : 22% 99% 94% 57% 52% 52% 46% 43% 34% 31% 23% 21%19% Le mix énergétique de notre panel présente de fortes disparités. Derrière Statkraft et Verbund, dont le mix énergétique renouvelable à plus 90% est rendu possible par des conditions de production favorables à l’hydraulique en Scandinavie et dans les Alpes, six autres entreprises ont réussi à constituer un mix énergétique où la part du renouvelable dépasse 33% : EDP, Dong, A2A, Fortum, Iberdrola et Enel. Enfin il est frappant de constater que les 15 entreprises pour lesquelles la part du renouvelable est la plus élevée ont toutes augmenté leur part renouvelable en 2014, tandis que les 5 entreprises qui ferment le classement ont vu leur part renouvelable reculer. Cette tendance laisse donc présager une augmentation dans le futur des disparités entre les entreprises ayant fait le choix du renouvelable et les autres. 2011 2012 2013 2014 356 Origine renouvelable Origine non renouvelable - 500 1 000 1 500 2 000 2 500 356 16,7% 19,3% 21,3% 22,1% 494 434 429 La part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique enregistre sa 3ème hausse consécutive depuis 2011 où cette part s’élevait à 16,7%. Ce graphe montre que l’Europe semble être sur la bonne voie pour tenir l’objectif d’une part de 27 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie en 2030. On note également que l’objectif de produire dès 2010 21 % d’électricité à partir de sources renouvelables, fixé par la Directive 2001/77/CE, est désormais atteint par notre panel.
  18. 18. 16 | Changement climatique et Électricité | 2015 Les trois entreprises dont la part du renouvelable a le plus augmenté ont en commun un mix énergétique où la part du renouvelable est conséquente. Dans le détail, Dong a réussi à franchir la part des 50% de renouvelable en augmentant sa part d’éolien (+9 points à 36,5%) et de biomasse (+2 points à 15%) au détriment du charbon et du gaz. A2A a également franchi ce palier, en investissant cette fois dans l’hydraulique (+10 points à 47%) au détriment du gaz (-12 points à 17,5%). Fortum a pour sa part bénéficié de conditions de pluviométrie favorables à l’hydraulique en Finlande, en augmentant sa part de 8 points à 46%, au détriment du charbon. A l’inverse, CEZ, RWE et DEI ont toutes trois baissé en absolu leur production à partir d’énergie renouvelable : RWE a fermé son usine de Tibery au Royaume-Uni qui utilisait de la biomasse, tandis que CEZ et DEI ont notamment réduit leur production à partir d’hydraulique. -6,0 -4,0 -2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 12,0 Dong A2A Fortum CEZ Groupe RWE DEI Principales variations de la part des renouvelables dans le mix (en points) 3.5.3. Quelle relation entre le recours à l’énergie renouvelable et le facteur carbone ? La figure ci-dessous nous permet de visualiser les variations du facteur carbone en fonction du ratio d’énergie renouvelable du mix énergétique des sociétés, afin d’analyser la relation entre l’utilisation de l’énergie de source renouvelable et le facteur carbone. Facteur carbone en fonction de la part non renouvelable des sources d’énergies (pour l’ensemble des entreprises du panel) 0 200 400 600 800 1000 1200 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Faceurcarbone(enkgCO2/MWh) Part de l'énergie non renouvelable dans le mix (en %) Groupe EDF Groupe E.ON Groupe Enel Groupe RWE Vattenfall Engie Iberdrola + Scottish Power CEZ EnBW Fortum Statkraft Scottish Southern DEI Groupe EDP Gas Natural Fenosa Verbund Drax Dong A2A PVO
  19. 19. PwC | 17 Variation du facteur carbone en fonction de la variation de la part renouvelable des sources d’énergies (pour l’ensemble des entreprises du panel) Iberdrola + Scottish Power Scottish Southern Gas Natural Fenosa -70% -50% -30% -10% 10% 30% 50% 70% -50% -40% -30% -20% -10% 0% 10% 20% 30% 40% 50% Groupe EDF Groupe E.ON Groupe Enel Groupe RWE Vattenfall Engie CEZ EnBW Fortum Statkraft DEI Groupe EDP Verbund Drax Dong A2A PVO La tendance inversement proportionnelle entre l’utilisation d’énergies renouvelables dans le mix énergétique et le facteur carbone est avérée. En effet, en 2014, 12 des 20 entreprises du panel ont augmenté la part du renouvelable dans leur mix énergétique et vu leur facteur carbone baisser : E.ON, Enel, Iberdrola, Fortum, Statkraft, Scottish Southern, EDP, Verbund, Drax, Dong, A2A et PVO. Dans le même ordre d’idée, DEI a diminué son recours au renouvelable et vu son facteur carbone augmenter. Toutefois 7 sociétés du panel n’ont pas suivi cette évolution, chacune des entreprises ayant des éléments d’explication propres : • EDF a baissé son recours aux énergies renouvelables tout en améliorant son facteur carbone. EDF a produit suffisamment de nucléaire en plus cette année (+ 7 TWh) pour améliorer son facteur carbone tout en diminuant sa production à partir d’énergies renouvelables (-3,5 TWh) • RWE a également baissé sa part d’énergies renouvelables tout en améliorant légèrement son facteur carbone. La part de renouvelable chez RWE est en réalité si faible (4,7%) que ce sont les évolutions du mix des non-renouvelables qui impactent le facteur carbone. • EnBW et CEZ sont également dans ce cas de figure : les évolutions mineures de leurs faibles parts de renouvelables (respectivement -0,4 points à 12,4% et -0,5 points à 6,5) n’ont qu’un impact limité sur l’évolution de leurs facteurs carbone. • Vattenfall a très légèrement augmenté sa part de renouvelable (+0,3 points à 23,4%) tout en dégradant son facteur carbone de 2,4%. Comme pour RWE les évolutions du facteur carbone sont sensibles aux évolutions du mix non-renouvelable (augmentation de la production à partir de fioul de 0,1 TWh). Les situations d’Engie et Gas Natural Fenosa obéissent à logique similaire (hausse de la part de renouvelable mais hausse du facteur carbone en raison de la substitution du gaz naturel par le charbon). Les énergies renouvelables constituent ainsi indéniablement un levier de décroissance du facteur carbone, à condition d’être produits en quantité suffisante pour peser véritablement sur le mix énergétique des entreprises. Nous constatons à nouveau cette année une corrélation importante entre ces deux critères: les entreprises bénéficiant d’un recours significatif à l’énergie non renouvelable présentent un facteur carbone plus élevé. Ce constat ne s’applique logiquement pas pour PVO et le Groupe EDF, car même si leur part d’énergie renouvelable est faible, leur facteur carbone est limité par la prépondérance du nucléaire dans leur mix énergétique (respectivement 60% et 80%). A contrario DEI et dans une moindre mesure RWE possèdent un facteur carbone qui parait très élevé eu égard à leur part d’énergie non renouvelable dans leur mix énergétique. Cette situation s’explique par la prépondérance d’énergies fossiles fortement émettrice de CO2 dans leur mix énergétique (la part du non renouvelable hors nucléaire représentant respectivement 79% et 88% de leur mix énergétique).
  20. 20. 18 | Changement climatique et Électricité | 2015 4. Évolution du mix énergétique Focus sur les sources renouvelables L’analyse de l’évolution du mix énergétique du panel montre que l’énergie hydraulique reste, de loin, la principale source d’énergie renouvelable utilisée par les électriciens du panel : elle représente 17,1 % du mix énergétique européen de 18 des 20 entreprises du panel. La production d’hydroélectricité a augmenté en 2014 de 1,5 TWh. Avec 303 TWh, l’hydraulique demeure la 3e source d’électricité du panel après le nucléaire et le charbon, devant le gaz. Statkraft et EDF produisent à eux seuls près d’un tiers de l’hydroélectricité du panel. 2014 a été une année particulièrement favorable à la production hydraulique, en particulier dans les pays scandinaves, avec des précipitations élevées. L’éolien demeure la 2e source d’énergie renouvelable du panel et représente 3,4 % (+0,2 points) de la production du total, soit une hausse de 0,3 TWh. L’éolien occupe un pourcentage supérieur à 10 % du mix énergétique européen de trois entreprises du panel, qui ont la particularité d’être fortement implantés autour de la mer du Nord, où les conditions climatiques sont très adaptées à l’éolien : Dong (37 % du mix), Iberdrola (via sa filiale Scottish Power) (19 %) et Scottish Southern (17 %). Dong a ainsi poursuivi son choix stratégique en faveur de l’éolien offshore en inaugurant les champs West of Duddons Sands et Anholt en Angleterre et au Danemark. Les autres énergies renouvelables représentent au total moins de 1 % du mix énergétique de notre panel. D’abord la biomasse, à 0,6 % du total du panel et en baisse de 0,7 points : plusieurs entreprises telles EDF, Vattenfall, Dong et surtout RWE en ont réduit leur production, tandis que Drax, qui a conforté sa place de 1er producteur de biomasse du panel en augmentant encore sa production de 2 TWh, et Dong utilisent la biomasse pour plus de 15 % de leur mix énergétique. Vient ensuite la géothermie, qui progresse notamment grâce aux investissements d’E.ON (0,2 %, 0,1 points) et dépasse le solaire, qui ne décolle toujours pas sur le panel (0,1 %, -0,4 points) : le seul producteur du panel à produire plus de 1 TWh d’électricité à partir d’énergie solaire est RWE, qui a pourtant légèrement baissé sa production en 2014 (-0,3 TWh). Il est toutefois à noter que la production électrique via cette technologie a progressé en Europe de 10 TWh12 en 2014 notamment grâce aux entreprises de tailles moyennes et aux particuliers. 12 : Source statistiques ENTSO-E, https://www.entsoe.eu/publications/ statistics/statistical-factsheet/Pages/default.aspx Pour les énergies fossiles, toujours sur ce périmètre de 18 entreprises pour lesquelles le détail du mix est disponible, l’évolution la plus spectaculaire est la baisse de la part du charbon dans le mix énergétique européen total (-2 points à 25 %). Les 54 TWh d’électricité produite à partir de charbon en moins par les électriciens de notre panel sont ainsi une explication majeure à la baisse des émissions et à l’amélioration du facteur carbone européen. Après une année 2013 exceptionnellement favorable au charbon, les conditions se sont dégradées : le prix de la tonne de charbon est ainsi remontée à 50 $ suite au ralentissement du gaz de schiste aux Etats-Unis et au rebond du prix du CO2 en Europe (à nouveau proche de 7 $ la tonne). Toutefois, la baisse de la production de charbon n’a pas entrainé une reprise du gaz naturel, dont la production continue à baisser sur le panel (-18 TWh, 8,8 % du mix européen) : le prix du charbon devrait doubler pour que le gaz redevienne compétitif face au charbon13 . En réalité la seule énergie non renouvelable majeure dont la production européenne a augmenté en 2014 est le nucléaire, plus que jamais première source d’énergie électrique (43 % du mix de notre panel, +2,2 points en dépit de la sortie progressive des énergéticiens allemands du nucléaire), grâce à la hausse importante de la production nucléaire d’EDF en France (+13 TWh). Évolution du mix énergétique (TWh) entre 2013 et 2014 2013 2014 Biogaz Géothermie Solaire PV Biomasse Fioul Renouvelables (non spécifiés) Eolien Non renouvelables (non spécifiés) Gaz* Hydraulique* Nucléaire* Charbon lignite* (*) Chiffres présents sur le graphique 494 438 750 757 302 303 174 156 - 200 400 600 800 1 000 1 200 1 400 1 600 1 800 2 000 Note : ce graphique détaille les sources d’énergie pour les fournisseurs d’électricité pour lesquels nous avons pu reconstituer/estimer le mix énergétique de production à savoir : Groupe EDF, Groupe E.ON, Vattenfall, EnBW, Verbund, Groupe RWE, Groupe ENEL, CEZ, Fortum, Statkraft, DEI, Union Fenosa, Dong, et PVO. Pour les autres sociétés du panel, seule la distinction entre « renouvelables (non spécifiés) » et « non renouvelables (non spécifiés) » a pu être effectuée. 13 : http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/le-gaz-sera-t-il- competitif-face-au-charbon-en-2015-1351/
  21. 21. PwC | 19
  22. 22. 20 | Changement climatique et Électricité | 2015 A. Données par société 2014 2013 2012 Pays Compagnie Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh FR/UK/IT/PL/HU/BE Groupe EDF EDF 591 48 807 456 83 600,1 61 794 856 103 600,1 61 794 856 103 Italie A2A A2A 13 5 255 492 409 13,6 6 165 908 453 13,6 6 165 908 453 Allemagne EnBW EnBW 58 20 800 000 360 58,5 23 600 000 403 58,5 23 600 000 403 DE/UK/BE/NL/ Europe EST Groupe RWE RWE 184 135 800 000 741 189,6 140 500 000 741 189,6 140 500 000 741 Europe Groupe E.ON E.ON 153 62 600 000 410 179,5 79 000 000 440 179,5 79 000 000 440 Europe Vattenfall Vattenfall sa 173 72 582 893 420 181,7 74 515 007 410 181,7 74 515 007 410 Europe Engie Engie 134 47 721 565 356 157,0 51 947 848 331 157,0 51 947 848 331 IT/ES/BU/FR/GR/ SK/RO Groupe Enel Enel 169 66 869 550 395 169,3 67 023 792 396 169,3 67 023 792 396 PT/ES Groupe EDP EDP 40 16 521 500 413 40,1 16 599 200 414 40,1 16 599 200 414 CZ/PL/BU/RO CEZ CEZ 63 28 141 103 446 66,7 32 027 023 480 66,7 32 027 023 480 Finland Fortum Fortum 48 1 900 000 39 46,7 3 251 000 70 46,7 3 251 000 70 Greece DEI DEI 35 39 200 000 1 110 37,5 41 300 000 1 101 37,5 41 300 000 1 101 Norway Statkraft Statkraft 56 153 633 3 55,8 460 900 8 55,8 460 900 8 Austria + Bulgaria Verbund Verbund 34 1 761 000 52 35,5 2 777 000 78 35,5 2 777 000 78 Spain Gas Natural Fenosa Union Fenosa 31 11 099 776 363 32,9 11 641 515 354 32,9 11 641 515 354 UK Drax Drax 28 16 595 000 583 28,4 20 612 000 725 28,4 20 612 000 725 UK Scottish Southern Scottish Southern 28 12 973 000 470 36,0 20 548 000 571 36,0 20 548 000 571 Finland PVO PVO 15 2 058 600 141 15,6 2 995 200 192 15,6 2 995 200 192 Denmark Dong Dong : Elsam + Energy E2 14 3 727 106 272 19,1 5 805 727 304 19,1 5 805 727 304 UK/ES Iberdrola + Scottish Power Iberdrola + Scottish Power 80 14 214 106 178 78,0 15 571 013 200 78,0 15 571 013 200 TOTAL 1 945 608 781 780 313 2 042 678 135 989 332 2 042 678 135 989 332 2007 2006 2005 Pays Compagnie Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh FR/UK/IT/PL/HU/BE Groupe EDF EDF 608 71 422 491 117 608 71 422 491 117 619 71 537 878 116 Italie A2A A2A 24 12 775 117 531 24 12 775 117 531 23 11 382 050 539 Allemagne EnBW EnBW 74 17 713 500 241 74 17 713 500 241 74 17 811 200 242 DE/UK/BE/NL/ Europe EST Groupe RWE RWE 173 147 060 000 848 173 147 060 000 848 182 142 700 000 784 Europe Groupe E.ON E.ON 247 106 043 010 429 247 106 043 010 429 229 101 174 880 442 Europe Vattenfall Vattenfall sa 184 84 502 500 459 184 84 502 500 459 190 80 417 500 422 Europe Engie Engie 148 50 520 233 341 148 50 520 233 341 123 39 361 000 319 IT/ES/BU/FR/GR/ SK/RO Groupe Enel Enel 185 92 252 200 498 185 92 252 200 498 206 106 523 438 528 PT/ES Groupe EDP EDP 43 23 422 000 544 43 23 422 000 544 42 28 255 000 677 CZ/PL/BU/RO CEZ CEZ 73 46 853 740 640 73 46 853 740 640 60 33 300 000 555 Finland Fortum Fortum 52 3 340 800 64 52 3 340 800 64 52 1 993 708 38 Greece DEI DEI 54 53 040 000 984 54 53 040 000 984 53 52 592 000 994 Norway Statkraft Statkraft 45 229 000 5 45 229 000 5 49 0 0 Austria + Bulgaria Verbund Verbund 28 3 407 000 120 28 3 407 000 120 29 3 810 000 131 Spain Gas Natural Fenosa Union Fenosa 34 18 203 375 535 34 18 203 375 535 29 16 487 000 572 UK Drax Drax 27 22 503 000 844 27 22 503 000 844 25 20 519 000 830 UK Scottish Southern Scottish Southern 47 25 880 000 555 47 25 880 000 555 39 18 900 000 486 Finland PVO PVO 17 4 250 000 250 17 4 250 000 250 13 1 671 585 126 Denmark Dong Dong : Elsam + Energy E2 20 8 547 437 432 20 8 547 437 432 29 15 766 397 552 UK/ES Iberdrola + Scottish Power Iberdrola + Scottish Power 84 24 716 124 279 84 24 716 124 279 88 29 649 833 338 TOTAL 2 168 816 681 526 377 2 168 816 681 526 377 2 152 793 852 468 369 5. Annexes
  23. 23. PwC | 21 2011 2010 2009 2008 Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh 600,1 61 794 856 103 567 62 520 836 110 613 74 694 603 122 600,1 61 794 856 103 13,6 6 165 908 453 19 9 083 980 481 24 12 129 886 514 13,6 6 165 908 453 58,5 23 600 000 403 66 15 850 445 241 67 16 967 200 254 58,5 23 600 000 403 189,6 140 500 000 741 169 133 700 000 792 194 144 460 000 747 189,6 140 500 000 741 179,5 79 000 000 440 216 84 700 000 393 239 100 074 100 418 179,5 79 000 000 440 181,7 74 515 007 410 175 79 118 000 452 178 81 717 000 459 181,7 74 515 007 410 157,0 51 947 848 331 144 46 497 991 322 145 47 575 442 327 157,0 51 947 848 331 169,3 67 023 792 396 170 77 247 998 454 186 83 000 000 447 169,3 67 023 792 396 40,1 16 599 200 414 42 20 007 000 477 40 19 783 000 500 40,1 16 599 200 414 66,7 32 027 023 480 65 37 195 443 569 68 40 375 540 597 66,7 32 027 023 480 46,7 3 251 000 70 49 2 021 300 41 53 2 156 600 41 46,7 3 251 000 70 37,5 41 300 000 1 101 50 49 700 000 992 52 52 200 000 996 37,5 41 300 000 1 101 55,8 460 900 8 57 1 600 100 28 53 1 604 700 30 55,8 460 900 8 35,5 2 777 000 78 30 2 213 932 74 29 2 885 000 101 35,5 2 777 000 78 32,9 11 641 515 354 29 9 480 240 330 18 7 263 102 398 32,9 11 641 515 354 28,4 20 612 000 725 24 19 845 250 815 27 22 299 000 818 28,4 20 612 000 725 36,0 20 548 000 571 39 19 300 000 491 46 22 720 000 496 36,0 20 548 000 571 15,6 2 995 200 192 15 2 875 309 187 22 2 916 788 131 15,6 2 995 200 192 19,1 5 805 727 304 18 6 928 622 383 19 7 433 436 401 19,1 5 805 727 304 78,0 15 571 013 200 92 25 550 820 279 94 27 212 240 279 78,0 15 571 013 200 2 042 678 135 989 332 2 037 705 437 266 346 2 166 769 467 637 355 2 042 678 135 989 332 2004 2003 2002 2001 Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh 616 68 751 628 112 645 68 589 136 106 634 65 431 511 103 587 47 057 472 80 25 14 909 800 587 21 13 994 100 657 21 14 547 900 683 39 26 637 000 683 73 19 229 245 263 75 20 858 100 277 65 16 766 516 488 63 15 145 777 462 183 139 100 000 761 179 140 500 000 787 184 135 500 000 738 179 125 250 000 700 245 101 385 062 413 186 93 828 200 504 216 91 778 921 425 199 90 859 421 457 174 69 971 000 403 160 71 471 000 448 166 68 282 636 411 180 70 988 805 394 125 40 825 000 327 130 41 587 000 320 115 44 481 000 387 106 39 361 000 371 222 111 917 253 514 232 115 506 560 499 228 120 400 000 529 257 135 000 000 526 39 23 893 710 614 43 23 249 000 536 39 26 899 200 690 41 23 255 101 573 62 35 706 546 575 61 34 000 000 557 56 7 928 571 143 53 9 142 857 172 48 7 000 000 146 41 11 400 000 278 53 53 287 500 1 015 52 52 408 800 1 004 49 51 345 000 1 050 48 52 086 200 1 084 34 0 0 42 0 0 49 0 0 38 0 0 30 4 437 000 149 28 5 000 000 178 35 3 654 000 105 28 3 146 000 111 27 16 539 300 612 26 15 098 000 584 24 16 380 300 683 26 14 525 000 559 25 20 519 000 838 26 21 642 000 833 19 16 350 000 840 22 18 735 000 852 23 12 184 800 524 23 12 239 400 531 19 9 346 800 487 23 11 854 800 525 18 4 950 000 280 18 6 073 529 337 16 6 000 000 375 19 4 900 000 258 29 15 766 397 552 36 21 470 000 591 30 17 529 897 584 29 17 829 897 615 66 8 817 000 133 64 7 465 495 117 75 22 896 631 305 77 25 185 390 327 2 123 770 118 812 363 2 100 774 123 178 369 2 031 734 590 312 362 2 001 733 216 863 366
  24. 24. 22 | Changement climatique et Électricité | 2015 B. Résultats consolidés 2014 2013 2012 Pays Compagnie Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh France EDF-France 474 9 281 000 20 474,4 16 919 000 36 466,4 16 409 000 35 UK EDF Energy 81 19 948 000 245 86,9 22 156 000 255 83,4 20 909 000 251 Italie Edison Edison 18 5 277 056 300 18,4 6 689 356 363 24,4 9 075 472 373 Pologne ERSA Kogeneracja 13 12 875 400 1 017 14,0 14 457 500 1 030 14,2 6 178 264 434 Belgique EDF Luminus 4 815 000 191 5,4 932 000 171 5,4 n/a n/a Hongrie BE ZRt EDF Demasz 1 611 000 693 0,9 641 000 699 FR/UK/IT/PL/HU/BE Groupe EDF EDF 591 48 807 456 83 600,1 61 794 856 103 593,8 53 508 736 90 Allemagne RWE 120 116 100 000 850 125,0 106 200 000 850 130,3 115 000 000 883 UK RWE UK 34 15 700 000 512 36,9 18 900 000 512 43,9 26 900 000 613 Belgium Netherlands RWE Belgium Netherlands 17 12 300 000 601 13,3 8 900 000 601 14,8 8 400 000 568 Central/Eastern RWE Central/ Eastern 6 6 500 000 1 161 5,6 6 500 000 1 161 5,6 6 600 000 1 179 Renew Renew 7 - - DE/UK/BE/NL/ Europe EST Groupe RWE RWE 184 135 800 000 741 7,3 0 7,3 0 n/a Irlande Irlande - n/a n/a 0,0 n/a 0,0 n/a n/a Portugal ex-Endesa - n/a n/a 0,0 n/a 40,9 n/a n/a Italie Enel Provizione 72 n/a n/a 71,2 n/a 74,5 n/a n/a Espagne Viesgo generacion (ex Endesa) 74 n/a n/a 73,2 n/a 40,9 n/a n/a Bulgaria Maritza 0 n/a n/a 0,1 n/a 0,1 n/a n/a France Enel France 0 n/a n/a 0,4 n/a 0,4 n/a n/a Greece Elica + Endesa 0 n/a n/a 0,6 n/a 0,5 n/a n/a Slovakia Enel Slovakia 21 n/a n/a 21,3 n/a 20,7 n/a n/a Other Europe (Rom) Romania 2 n/a n/a 2,5 n/a 1,8 n/a n/a IT/ES/BU/FR/GR/ SK/RO Groupe Enel Enel 169 66 869 550 395 169,3 67 023 792 396 179,7 78 786 450 438 CZ CEZ CZ 58 24 736 722 424 62,3 28 996 663 465 64,0 31 552 076 493 Poland CEZ Poland 3 2 436 736 928 2,6 2 440 778 957 2,3 1 884 205 834 Bulgaria CEZ Bulgaria 1 967 645 1 019 0,6 589 582 1 031 1,5 1 580 583 1 026 Romania CEZ Romania 1 0 0 1,3 0 0 1,0 0 0 CZ/PL/BU/RO CEZ CEZ 63 28 141 103 446 66,7 32 027 023 480 68,8 35 016 864 509 2007 2006 2005 Pays Compagnie Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh France EDF-France 483 20 523 250 43 491 19 632 000 40 494 23 707 200 48 UK EDF Energy 26 21 060 450 826 25 20 777 200 818 23 18 480 300 807 Italie Edison Edison 41 22 015 791 531 39 21 407 916 542 33 22 135 218 663 Pologne Belgique EDF Luminus Hongrie BE ZRt EDF Demasz FR/UK/IT/BE Groupe EDF EDF 608 71 422 491 117 614 68 796 816 112 619 71 537 878 116 Allemagne RWE 176 158 000 000 897 148 117 700 000 794 149 120 000 000 808 UK RWE UK 34 22 000 000 651 37 24 700 000 677 33 22 700 000 680 Belgium Netherlands RWE Belgium Netherlands Central/Eastern RWE Central/ Eastern Renew Renew DE/UK/BE/NL/ Europe EST Groupe RWE RWE 173 147 060 000 848 185 142 400 000 771 182 142 700 000 784 Irlande Irlande Portugal ex-Endesa Italie Enel Provizione 94 46 723 200 496 104 48 500 000 467 112 56 200 000 501 Espagne Viesgo generacion (ex Endesa) 0 4 200 000 0 7 6 000 000 823 7 6 000 000 823 Bulgaria Maritza 0 0 0 0 0 0 3 3 806 345 1266 France Enel France Greece Elica + Endesa Slovakia Enel Slovakia Other Europe (Rom) Romania IT/ES/BU/FR/GR/ SK/RO Groupe Enel Enel 185 92 252 200 498 193 92 992 808 495 206 106 523 438 528 CZ CEZ CZ Poland CEZ Poland Bulgaria CEZ Bulgaria Romania CEZ Romania CZ/PL/BU/RO CEZ CEZ 73 46 853 740 640 62 32 980 000 532 60 33 300 000 555
  25. 25. PwC | 23 2011 2010 2009 2008 Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh 472 14 360 000 30 476 19 109 000 40 454 18 506 880 41 484 18 436 590 38 73 15 805 000 218 64 n/a 219 72 23 795 870 330 27 21 860 640 804 35 18 630 431 527 43 21 518 201 503 42 20 218 086 486 50 26 228 973 523 13 7 121 148 550 7 2 960 280 442 600 58 876 859 98 583 54 559 981 94 567 62 520 836 110 613 74 694 603 122 129 112 000 000 868 140 108 400 000 777 128 107 900 000 845 180 141 000 000 785 30 16 200 000 542 34 18 900 000 551 27 16 600 000 622 38 25 000 000 665 12 6 200 000 539 14 8 300 000 580 5 2 700 000 600 6 6 800 000 1 153 6 7 100 000 1 246 6 6 500 000 1 140 6 0 0 6 0 0 183 141 200 000 772 200 142 700 000 715 169 133 700 000 792 194 144 460 000 747 0 69 768 1 001 0 275 075 917 2 1 664 982 783 1 706 000 783 79 36 844 733 466 81 34 376 000 423 84 37 076 701 441 96 44 500 000 462 77 34 566 000 451 70 23 291 000 333 61 31 050 467 507 na na na 0 0 0 5 5 892 000 1 245 4 5 166 000 1 396 0 0 0 0 56 0 0 39 0 0,35 0,00 0,00 0,31 0,00 0,00 20 2 975 000 146 21 3 005 000 146 0 8 990 68 0 7 040 68 179 76 129 529 425 179 67 552 154 378 170 77 247 998 454 186 83 000 000 447 63 33 306 853 526 63 n/a 2 2 321 555 1 125 2 n/a 3 3 110 725 1 091 3 n/a 0 0 0 0 n/a 68 38 739 133 566 68 38 845 671 568 65 37 195 443 569 68 40 375 540 597 2004 2003 2002 2001 Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh Production (TWh) Émission (t CO2 ) kg CO2 / MWh 487 20 470 800 42 513 22 893 000 45 509 23 690 000 47 477 17 344 000 36 25 20 477 828 812 23 17 460 000 776 20 15 754 611 772 12 7 800 000 650 61 35 557 800 583 57 35 130 236 613 56 35 136 900 624 62 41 826 772 675 616 68 751 628 112 645 68 589 136 106 634 65 431 511 103 587 47 057 472 80 149 116 000 000 779 141 113 000 000 803 149 114 000 000 765 148 105 000 000 709 34 23 100 000 681 38 27 500 000 726 35 21 500 000 623 31 20 250 000 653 183 139 100 000 761 179 140 500 000 787 184 135 500 000 738 179 125 250 000 700 126 63 408 000 503 138 71 467 560 518 137 75 000 000 547 162 87 000 000 537 6 5 013 000 823 6 5 013 000 823 6 5 013 000 823 6 5 013 000 823 3 4 069 000 1266 222 111 917 253 514 232 115 506 560 499 228 120 400 000 529 257 135 000 000 526 62 35 706 546 575 61 34 000 000 557
  26. 26. 24 | Changement climatique et Électricité | 2015 C. Bibliographie Le rapport intitulé « PwC Low Carbon Economy Index 2015 – Conscious uncoupling ? » peut être téléchargé à partir du site : http://www.pwc.fr/conscious-uncoupling-low-carbon-economy-index-2015.html Les auteurs de l’étude Olivier MULLER Chloë THERON Jean-Baptiste ROUPHAEL
  27. 27. Contacts PwC Sylvain Lambert Associé Développement Durable – Pôle Stratégie 63, rue de Villiers 92208 Neuilly sur Seine Cedex Tél. 33 1 56 57 80 83 sylvain.lambert@fr.pwc.com Olivier Muller Directeur Énergie – Changement Climatique – Pôle Stratégie 63, rue de Villiers 92208 Neuilly sur Seine Cedex Tél. 33 1 56 57 80 44 olivier.muller@fr.pwc.com Pascale Jean Associée du secteur Énergie 63, rue de Villiers 92208 Neuilly sur Seine Cedex Tél. 33 1 56 57 11 59 Pascale.jean@fr.pwc.com Tiphaine Massé Tiphaine Massé Manager Énergies Renouvelables – Pôle Stratégie 63, rue de Villiers 92208 Neuilly sur Seine Cedex Tél. 33 1 56 57 55 82 Tiphaine.masse@fr.pwc.com Les informations contenues dans le présent document ont un objet exclusivement général et ne peuvent en aucun cas être utilisées comme un substitut à une consultation rendue par un professionnel. En tout état de cause, en aucun cas la responsabilité de PricewaterhouseCoopers Advisory et/ou de l’une quelconque des entités membres du réseau PwC ne pourra être engagée du fait ou à la suite d’une décision prise sur la base des informations contenues dans le présent document. © 2015. PricewaterhouseCoopers Advisory. Tous droits réservés.

×