Fiche - Bâtiments exemplaires - Centre des congrès de Québec

466 vues

Publié le

Construit en 1996, puis agrandi en 1999 et en 2014, le Centre des congrès de Québec est situé dans le quartier Vieux-Québec au centre-ville de Québec. Ce bâtiment commercial pour tenue de congrès et d’événements fait partie des bâtiments exemplaires dans la région de Québec.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
466
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
123
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fiche - Bâtiments exemplaires - Centre des congrès de Québec

  1. 1. CENTRE DES CONGRÈS DE QUÉBEC Renseignements généraux Le Centre des congrès est un bâtiment commercial qui a été construit en 1996. Puis, il a été agrandi et partiellement rénové à deux reprises. Une première fois, lors de l’acquisition du secteur 2000 (ancien Centre municipal des congrès) en 1999. Et une seconde fois, lors de l’acquisition du secteur 300 (secteur des boutiques de Place Québec) en 2014. Emplacement Centre-ville de Québec, quartier Vieux-Québec Cap-Blanc - colline Parlementaire. Bâtiment destiné à la tenue de congrès, mais aussi à certains événements relatifs au monde des arts et spectacles. Superficie totale après les travaux de rénovation • 56 048 m2 Nombre d’étages • 6 Certifications obtenues • Boma Best niveau 3 (certifiée en 2009 et renouvelée en 2013) • LEED pour les bâtiments existants (BE) niveau argent (juillet 2011) • Écogeste 2003 • Stellaris 2004 • AIPC 2006 Certifications visées • LEED-CI niveau or pour la rénovation du secteur 300, en préparation (2014). Renseignements additionnels disponibles en ligne • Le site Internet du Centre des congrès de Québec : - convention.qc.ca • Étude de cas Voir vert : - www.voirvert.ca/projets/projet-etude/le-centre-des- congres-de-quebec
  2. 2. Défis et solutions Exploitation • La rédaction d’une entente de bon voisinage avec l’hôtel Hilton et Place Québec a permis de bien définir les rôles et responsabilités de chacun. L’entrée de gaz naturel est commune aux trois partenaires tandis que l’entrée électrique était commune jusqu’en juillet 2014 pour le Centre des congrès de Québec et l’hôtel Hilton. • Le Centre des congrès respecte les standards de l’ASHRAE 62.1. Cela dit, l’une des difficultés liées à cette norme fut de calibrer la ventilation par salle en fonction de son utilisation. En effet, de nombreux types d’événements différents peuvent se dérouler dans une salle : banquet, kiosque, salon, etc. De plus, pour certaines salles, il est possible de choisir de louer qu’une partie de cette dernière. Les systèmes de contrôle ont donc été conçus en fonction de ces configurations inhabitu-elles. Ainsi, l’équipe de gestion entre manuellement le type d’utilisation de la salle dans le système de contrôle et le débit et la température s’ajustent en fonction de cette donnée et de données fournies par les diverses sondes. • Les horaires et les types d’occupation des différents secteurs sont très variables donnant lieu à de grandes fluctuations de l’appel de puissance électrique au cours du même mois. Pour y pallier, le Centre des congrès de Québec a installé une chaudière électrique (1 MW) et un accumulateur thermique contrôlés par un système de délestage. Ce dernier a permis d’améliorer le facteur d’utilisation électrique et de réduire la production de gaz à effet de serre, car les trois autres chaudières sont au gaz naturel (250 HP chacune). La priorité est à la chaudière électrique, sauf quand l’appel de puissance devient trop important (mise en route de la climatisation par exemple), les chaudières au gaz prennent alors le relais. Sur une année, la chaudière électrique répond à 50 % de la demande de chaleur, pour le reste ce sont les chaudières au gaz qui prennent le relais. Matériaux, produits et/ou technologies fournis par des entreprises de la région de Québec • Les potagers ont été réalisés et sont entretenus par les Urbainculteurs, une organisation de Québec qui installe et entretien des potagers urbains. Situés sur le toit du Centre des congrès de Québec, ces potagers sont essentiellement composés de fines herbes, utilisées dans les cuisines du Centre des congrès. Performances • Consommation énergétique évaluée à 1,24 GJ/m2 pour l’année 2012-2013, incluant la consommation de la cuisine. • La consommation d’eau est 21 % sous le niveau d’un bâtiment équivalent, selon les critères LEED. • 65 % des matières résiduelles sont détournées de l’incinérateur, notamment grâce au compostage des déchets de table. Faits saillants • 66 % des produits d’entretien sont écologiques. • Situé dans une pente forte, le bâtiment est partiellement enfoui dans le sol. Ainsi, l’entrée principale de ce dernier est située au 4e étage, sur le boulevard René-Lévesque. Aussi, plusieurs secteurs du bâtiment sont contigus à d’autres propriétés puisqu’un tunnel public relie une entrée de Place Québec, à l’angle de la rue Saint-Joachim et de l’avenue Honoré-Mercier vers les bureaux de Place Québec, et à la colline Parlementaire et l’hôtel Delta. L’hôtel Hilton tra-verse, pour sa part, deux étages du Centre des congrès de Québec. À cela, ajoutons que l’un des deux débarcadères du Centre des congrès est localisé sous le boulevard René-Lévesque alors que le second a un accès commun avec l’hôtel Hilton et Place Québec. Ainsi, la mécanique de la propriété traverse différents bâtiments, ce qui en complique l’exploitation et l’entretien. Par exemple, lors de la détection d’un écoulement d’eau dans les locaux techniques du sous-sol de l’hôtel Hilton par le Centre des congrès de Québec, l’équipe de maintenance s’est rendu compte que cette fuite provenait des restaurants de Place Québec, situés au-dessus. L’équipe de maintenance de ce dernier s’est rendue à son tour compte que cela provenait de l’étage supérieur qui apparte-nait au Hilton. Finalement, c’est donc l’équipe du Hilton qui a dû intervenir pour colmater cette fuite qui avait des répercussions sur tous les partenaires. • L’alimentation électrique du Centre des congrès de Québec a été raccordée indépendamment de celle du Hilton en 2014. Auparavant, il était difficile de faire le suivi des consommations pour chacune des entités. • Dans le cadre d’un projet pilote avec Hydro-Québec, un système de stockage de la chaleur, plus précisément un accumulateur de marque Steffes, modèle 9180, fut installé de manière à accumuler de la chaleur hors des périodes de pointe. Le stockage est assuré par des briques réfractaires alimentées par des éléments chauffants électriques. Cet accumulateur vient en relais d’un échangeur vapeur - eau chaude, qui ne sert pratiquement pas. L’accumulateur répond quasiment à tous les besoins de chauffage de ce secteur, à savoir le réseau de chauffage intérieur du secteur 2000 pour le réchauffage des ventilo-convecteurs des salles de même que celui de l’entrée sur Honoré-Mercier. • En ce qui a trait aux consommations énergétiques, une base de comparaison commune entre les différents centres de congrès du Canada est en cours de création, mais cette dernière se heurte à des problèmes d’équivalence entre les différents usages des bâtiments et des normes d’occupation. Cela dit, si les consommations avant et après les mesures d’efficacité énergétique ont été comparées, le gain se chiffre entre 30 % à 40 %, tout dépendant des besoins de l’établissement.
  3. 3. Mesures durables Aménagement écologique du site • Réduction de la pollution lumineuse extérieure de 4 % lors des travaux en vue de l’obtention de la certification LEED-BE. • Bien qu’il y ait peu de terrain à l’extérieur, l’irrigation automatique a été éliminée grâce à la présence de plantations indigènes demandant peu d’arrosage. Et lorsqu’un arro-sage est nécessaire, ce dernier se fait manuellement, par des étudiants de l’Université Laval, qui utilise de l’eau de pluie collectée sur place. De plus, les étudiants font l’entretien des plantations, compostent les résidus verts et font une utilisation parcimonieuse des engrais. Gestion efficace de l’eau • Remplacement de la robinetterie des lavabos et des urinoirs par des appareils à faible consommation. Ce qui a conduit à une réduction importante de la consom-mation d’eau. Selon la version américaine de LEED, un calcul des réductions a été présenté ainsi qu’un inventaire des appareils. Le remplacement de la robinetterie des lavabos et urinoirs en 2005 a réduit la consommation d’eau de plus de 60 % (de 55 000 m3 à 20 000 m3 par année), soit 21 % sous le niveau d’un bâtiment équivalent. Énergie et atmosphère • Des mesures d’économies d’énergie ont été mises en place en 2002-2003, puis en 2010-2011, essentiellement sur le système de contrôle. Ces dernières sont répertoriées ci-dessous : - Ventilation des salles selon l’horaire d’occupation; - contrôle et mesurage de l’apport d’air frais des salles selon le type d’utilisation (banquet, kiosque, réception, format théâtre, etc.) et de l’espace utilisé; - à chaque début de semaine, le personnel d’exploitation entre les horaires de la semaine à venir en fonction de l’occupation et du type d’activité. • En ce qui concerne les ventilo-convecteurs, un ajout de 29 commandes pneu-matiques pour les volets d’air neuf et de 38 stations de mesurage des débits d’air a été effectué, ce qui a permis d’améliorer le contrôle de la ventilation et de l’apport d’air neuf, et donc de l’efficacité du bâtiment. • Lors de la certification LEED-EB, le Centre des congrès de Québec a procédé à l’installation de 20 sondes de mesure de débit d’air (alimentation/retour), et de 26 sondes de détection de CO2 dans les salles pour améliorer le contrôle de la ventilation. • Optimisation des températures des réseaux de chauffage et de climatisation en fonction de la température extérieure. • Récupération de chaleur sur la sortie d’air pour préchauffer l’air neuf en saison de chauffage. • Rafraîchissement par apport d’air froid extérieur sans passer par un refroidisseur privilégié lorsque la température extérieure est en dessous de 10 degrés Celsius. • Formation de l’ensemble de la main-d’oeuvre chargée de l’exploitation et de toute nouvelle personne arrivant dans l’entreprise. Matériaux et ressources, performance exceptionnelle lors de la certification LEED • Réduction de l’impact environnemental par l’acquisition de matériaux alternatifs pour les activités d’opération et maintenance, notamment pour la politique d’achat des produits d’entretien. • Acquisition de matériaux à faible impact sur la qualité de l’air pour les activités d’opération et maintenance (peinture, tables et contreplaqués sans composé organique volatil, pas d’aérosol, pas d’époxy) soit 99 % des produits de rénovation. • Maximisation du recyclage des déchets par occupant avec la certification ICI on Recycle! : compost des déchets de table, récupération du verre, du papier, du métal, etc. • Faible teneur en mercure dans les appareils d’éclairage en limitant les fluocompacts et privilé-giant les diodes électroluminescentes.
  4. 4. Photos : Société du Centre des congrès de Québec Équipe de projet • Propriétaire : Société du Centre des congrès de Québec • Architecture : Lemay & Michaud ; ABCP; Hudon et Julien (maintenant Coarchitecture); Gauthier Guité Roy; Belzile Gallienne Martin Moisan • Génie électromécanique : CIMA+, WSP, Exp, PMA, BPR • Génie structural : BPR-Pablai • Génie civil : Genecor • Construction : Pomerleau, Verreault Construction, Rocois Construction • Certification LEED pour les bâtiments existants : Exp Fiche réalisée en partenariat avec

×