Autour de Guernica« La guerre d’Espagne est la bataille de la réaction contre le peuple, contre laliberté. Toute ma vue d’...
Le XIXème siècle est, pour l’Espagne, très tourmenté.                     Sur le plan extérieur, elle perd dans le premier...
 Les élections législatives de février 1936 et le début de la guerre civileEn février 1936 ont lieu des élections législa...
Transition : Dès lors, la guerre civile se prolonge pendant deux ans et demi.Chaque camp compte une armée d’environ 800 00...
26 avril 1937 : Guernica est bombardéeAu printemps 1937, le Pays Basque et plus particulièrement la province deBiscaye es...
II) Picasso, un artiste engagé ?Picasso et le cubismePicasso est né à Malaga en 1881. Encouragé par son père, il peint dè...
Ces années sont dédiées à l’art et Picasso a laissé de côté la politique et lesaffaires intérieures de son pays. Il n’a ja...
III) Mises en perspective de GuernicaQuelques remarques : Guernica est une des œuvres qui a fait l’objet (voire aparfois s...
Lampe est le point central, c’est la seule source de lumière du tableau.           -secondaires       Guernica est un tabl...
-Goya : Tres de MayoSi chez Velasquez les « victimes » ou les « perdants » sont dignes, honorables,Goya fait de la victime...
les « fameuses 5 minutes », les cènes se passent la nuit. A contrario, lebombardement de Guernica ne s’est pas du tout dér...
-Aznar, premier ministre (1996-2004), petit fils d’un journaliste proche deFranco      -Zapatero (2004-2011), petits fils ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Autour de guernica

10 766 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
10 766
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Autour de guernica

  1. 1. Autour de Guernica« La guerre d’Espagne est la bataille de la réaction contre le peuple, contre laliberté. Toute ma vue d’artiste n’a été qu’une lutte continuelle contre laréaction et la mort de l’art. Dans le panneau auquel je travaille et quej’appellerai Guernica, j’exprime clairement mon horreur de la caste militaire quia fait sombrer l’Espagne dans un océan de douleur et de mort ».C’est par ces mots que Picasso explique les raisons et le sens d’un de sestableaux les plus célèbres : Guernica, conservé aujourd’hui à Madrid, au muséeReina Sofia.Si le tableau sera bien sûr expliqué, il convient d’abord de le contextualiser defaçon assez précise.Nous allons donc évoquer la Guerre d’Espagne (1936-1939) qui a débouché surla dictature de Franco (1939-1975) en faisant le lien avec des concepts et deséléments reliés au programme d’histoire de première.Nous nous intéresserons ensuite à Picasso et à la réalisation de cette œuvre.Je proposerai enfin des éléments pour interpréter ce tableau. L’interprétationne sera en aucun cas exhaustive (j’expliquerai pourquoi). L’intérêt seranéanmoins de voir quelques points de méthode qui s’insèrent dans l’histoiredes arts. I) Une œuvre qui s’insère dans le contexte de la guerre d’Espagne (1936-1939)  Bref panorama de l’Histoire de l’Espagne jusqu’en 1936 L’Espagne fut jadis la première puissance du monde. Cette époque estappelée le « Siècle d’Or » et s’étend de 1492 à la mi XVIIe siècle.« Sur mon Empire, le soleil ne se couche jamais » (Charles Quint, 1516-1556)A partir de 1650, s’ouvre une période de déclin progressif.
  2. 2. Le XIXème siècle est, pour l’Espagne, très tourmenté. Sur le plan extérieur, elle perd dans le premier tiers duXIXème siècle ses possessions en Amérique du Sud. A la fin du siècle, elle doitabandonner Cuba, Porto-Rico et les Philippines. Sur le plan intérieur, elle connaît une forte instabilitépolitique. Cette monarchie connaît -occupation napoléonienne -crise dynastique qui débouche sur une guerre civile(1833-1840) -une brève république (1873-74) -En 1876 est instaurée une monarchie constitutionnelleCette instabilité explique en partie son « retard industriel » face aux autrespuissances européennes.Des violences sont exercées par des mouvements autonomistes (ex : Catalogne)ou anarchistes (Mano Negra) Le pays reste neutre durant la Première Guerre mondiale mais est touchépar l’épidémie de Grippe de 1918 (dite grippe espagnole). En 1923, Primo de Rivera, général, prend le pouvoir par la force ce quicontraint le roi (Alphonse XIII) à le nommer Premier ministre. Il instaure unedictature en s’inspirant du tout nouveau modèle fasciste italien mis en place parMussolini. La montée des contestations obligent Rivera puis le Roi à l’exil. En 1931, laDeuxième république est instaurée. Elle n’ouvre en aucun cas le pays à lastabilité mais au contraire exacerbe et renforce haines et rivalités. C’est dès sacréation un régime en difficulté, les courants monarchiste, catholiquetraditionnaliste puis fasciste étant puissants.
  3. 3.  Les élections législatives de février 1936 et le début de la guerre civileEn février 1936 ont lieu des élections législatives qui opposent deux coalitionspolitiques : -Frente Popular (coalition de gauche très hétéroclite allant dessocialistes aux communistes staliniens) -Frente Nacional (coalition de partis de droite et de partis fascistes)NB : Staline, inquiet par la montée du fascisme en Europe, encourage laformation d’alliances politiques entre communistes et gauche non communiste.Front populaire=front antifasciste.Le Frente Popular gagne les élections (de justesse) ce qui ouvre le pays à unenouvelle période de tensions. Le Frente Nacional craint l’instauration ducommunisme, le Frente Popular craint quant à lui un coup d’Etat nationaliste etfasciste.Le mois de Juillet 1936 marque un basculement. Le 13 juillet, un député monarchiste est assassiné (José Calvo Sotelo) pardes républicains, en représailles d’un assassinat contre un membre du Partisocialiste espagnol.NB : Dolorès Ibarruri, figure républicaine, l’a publiquement menacé. Le 17 juillet, un soulèvement militaire de la garnison de Mellila (Marocespagnol) se produit à la tête duquel se retrouve rapidement le général Franco.La nouvelle de ce soulèvement se répand dans le reste du pays.Le reste de l’armée est divisée sur l’attitude à adopter. Ce mouvement reçoittoutefois le soutien des milices carlistes (monarchistes et catholiques fervents).Très vite, dès la fin juillet 1936, plusieurs territoires sont aux mains desfranquistes.L’Espagne est coupée en deux et rentre dans une guerre meurtrière.Les républicains résistent de façon efficace et repoussent les franquistes devantMadrid en novembre 1936.
  4. 4. Transition : Dès lors, la guerre civile se prolonge pendant deux ans et demi.Chaque camp compte une armée d’environ 800 000 hommes avec chacune lesoutien de puissances étrangères. La guerre d’Espagne dépasse en effet le cadredu pays. Totalitarismes et démocraties face à la guerre d’EspagneAu début du conflit, totalitarismes comme démocraties défendent le principe denon intervention.Les grandes démocraties : R-Uni et France n’interviennent pas directement.La France laisse passer des armes pour les troupes républicaines.Le R-Uni, par anti communisme, souhaite largement le succès de Franco.Seuls les volontaires des Brigades Internationales se battent aux côtés desrépublicains. Ces engagés volontaires sont le plus souvent des communistesfrançais, allemands, Italiens, pays d’Europe centrale ainsi que des démocratesanglo-saxons.Ex : Pierre Georges (dit le Colonel Fabien) ; André Malraux (l’Espoir) ; ErnestHemingwayPour les totalitarismes, l’Espagne est un lieu d’affrontement idéologiqueindirect. -L’URSS de Staline soutien les républicains. Elle envoie des armes, descadres. Elle espère l’instauration du communisme d’obédience stalinienne enEspagne…elle participe donc à l’élimination des « mauvais républicains ». -L’Italie Fasciste et l’Allemagne Nazi ont une participation plus directe.Elles envoient des troupes et du matériel pour soutenir les franquistes. Le butétant d’éviter l’instauration du communisme en Espagne.La légion Condor : légion allemande d’aviation qui profite de la guerred’Espagne pour tester ses armes, Hitler étant déjà dans une marche à la guerre.
  5. 5. 26 avril 1937 : Guernica est bombardéeAu printemps 1937, le Pays Basque et plus particulièrement la province deBiscaye est une forte zone de tension entre les belligérants. Les franquistesgagnent de plus en plus de terrain.31 mars 1937, la ville de Durango est bombardée par l’aviation italienne=prèsde 300 morts.La ville de Guernica, un point stratégique ? Le 25 avril, les troupes républicainestraversent la ville pour se diriger vers Bilbao.Cette ville de 7000 habitants est le symbole des libertés basques (chêne où seréunissaient au Moyen Age les représentants du peuple basque). Jadis, lesreprésentants de la couronne réaffirmaient le serment de respecter les libertésbasques… ce qu’a à nouveau fait le pouvoir républicain du Frente Popular.Franco avait-il un ressentiment particulier contre cette ville symbolique ?Guernica=ville où il y a des usines d’armement.Le 26 avril 1937, de 16h30 à 18h, pendant le marché, 33 bombardiers de lalégion Condor lâchent des bombes explosives et incendiaires qui détruisent laquasi-totalité de la ville (bcp d’habitations en bois)Franco était-il au courant ?Episode peu explicable : le chêne et les industries n’ont pas été touchés !Nombre de victimes=débat. Le gouvernement basque fait état de plus de 1600mort et de 800 blessés.Point fondamental : les victimes sont des civils. Çela annonce la guerred’anéantissement (victimes civiles plus nombreuses que victimes militaires) qu’aété par la suite la Seconde Guerre Mondiale avec l’utilisation systématique desbombardements de terreur par les nazis (utilisés notamment sur Londres).
  6. 6. II) Picasso, un artiste engagé ?Picasso et le cubismePicasso est né à Malaga en 1881. Encouragé par son père, il peint dès 8 ans.Son premier « tableau », à 8 ans : Le petit Picador jauneEn 1895, il entre à l’école des Beaux Arts de Barcelone.Il se tourne d’abord vers de la peinture « académique » (portrait de sa mère)puis a par la suite différentes « périodes » : bleue, rose.Après quelques voyages à Paris, il s’y installe définitivement en 1905. C’est àParis qu’il peint ce qui est considéré comme le premier tableau cubiste.Cubisme : mouvement artistique employant des nouveaux modes deconstruction plastique. Le cubisme est en rupture avec les courants précédents(Renaissance à l’impressionnisme) puisqu’il y a une recherche dans lareprésentation qui tend à l’abstraction. Les objets et les figures sontdécomposés en couleurs et éléments géométriques simples (cônes, cylindres etcubes).2 artistes sont considérés comme les « premiers cubistes » -Georges Braque (Le grand nu) -Pablo Picasso avec les Demoiselles d’Avignon -il n’y a plus d’effets pleins-vides - L’objet, qu’il s’agisse d’une nature morte ou d’un visage, estdisséqué, présenté sous tous ses angles, décomposé en facettes et en anglesbrisés - espace pictural peu profondVoyons désormais quels rapports le peintre entretient-il avec son pays natal.Picasso et l’EspagneEn 1937, lorsqu’il réalise Guernica, cela fait plus de 30 ans qu’il réside en France.
  7. 7. Ces années sont dédiées à l’art et Picasso a laissé de côté la politique et lesaffaires intérieures de son pays. Il n’a jamais montré un positionnementidéologique clair dans ses œuvres.L’avènement de la République en 1931 va un peu renforcer son intérêt pourl’Espagne même si les pouvoirs conservateurs (Eglise par exemple) encorepuissants limitent l’ouverture de la jeune démocratie aux nouvelles influencesartistiques.Le rapport de Picasso à l’Espagne oscille donc entre « froideur » et « tiédeur ».La Guerre civile va considérablement changer la donne d’autant que lesrépublicains cherchent assez vite en Picasso un allié d’exception puisqu’il est, en1936, un peintre à la renommée mondiale. Picasso est d’autant plus un alliéimportant que l’exposition universelle prévue en juin 1937 se tient à Paris.Pour les Républicains, c’est l’occasion de médiatiser leur combat. Ilscommandent un tableau au peintre.Les expositions universelles ont été créées pour présenter les réalisationsindustrielles des différentes nations. Celle de 1937 est basée sur les « Arts etTechniques dans la Vie moderne ».A partir de cette commande du gouvernement légal, Picasso va travailler à laréalisation d’un œuvre qui vise à soutenir le gouvernement légal républicain.En janvier 1937, il grave la série Songe et Mensonge de Franco, première oeuvreantifranquiste, qui doit être vendue sous forme de cartes postales pour soutenirle gouvernement républicain. Le fond est largement satirique et caricatural.S’attarder sur le taureau qui ici est vu comme figure d’opposition à Franco.L’inspiration semble toutefois lui faire défaut pour le tableau qu’il doit exposer àl’exposition universelle.Le drame de Guernica va stimuler le peintre. Le 1er mais il commence unepremière esquisse. 60 autres ont suivi. Moins d’un mois après, l’œuvre estachevée et exposée.
  8. 8. III) Mises en perspective de GuernicaQuelques remarques : Guernica est une des œuvres qui a fait l’objet (voire aparfois subi) le plus d’interprétation. Les éléments proposés ici ne sont en aucuncas exhaustifs et sont tout à fait critiquable.De manière générale, toute interprétation de tableau est critiquable car enpartie subjective.Je propose ici de faire le parallèle entre Guernica et d’autres œuvres picturalesou artistiques.Aspects généraux du tableauGuernica est une huile sur toile aux dimensions importantes. 3m50 de hauteur ;7,5m de longueurLa gamme des couleurs utilisées est réduite. Noir et Gris dominent. Pourquoi ?C’est par la presse que Picasso reçoit les premières images du drame, avec desphotos en Noir et Blanc. De plus le choix de ces couleurs peut s’expliquer par lavolonté de faire de Guernica « un tableau de deuil ».Vous pouvez voir le tableau tel qu’il a été exposé puisque cette photo a étéprise en 1937 dans le pavillon espagnol de l’exposition universelle. Pour bienexpliquer un tableau, il est fondamental, lorsqu’on le peut, de l’étudier dans soncadre originel d’exposition.On peut s’apercevoir que la carrelage de la salle se retrouve dans le tableau etest globalement dans sa continuité. Cet effet permet ainsi à Picasso d’inclure lespectateur dans le tableau, le rendant partie prenante de la scène d’horreur quis’ouvre devant ses yeux.Organisation générale et interprétation succincte On peut dégager dans le tableau des lignes de forces qui organisentl’œuvre. -principalesOrganisation du tableau sous la forme d’un triptyque
  9. 9. Lampe est le point central, c’est la seule source de lumière du tableau. -secondaires Guernica est un tableau « sonore », les bouches ouvertes symbolisant lescris. Les deux femmes, à droite et à gauche, regardent vers le ciel, d’où vient lemalheur (bombardements) Une impression de désordre. -le soldat (un républicain) est décapité et son corps est éparpillé. Il peutsymboliser la lutte inégale dans cette guerre. Son épée, brisée, ne peut riencontre les bombes allemandes. La fleur peut laisser supposer un espoir. -Le désordre est accentué par la difficile localisation de la scène.L’Ampoule (qui peut représenter le regard de l’artiste qui éclaire, informe lemonde de cet épisode tragique) laisse penser à une scène intérieur alors que laprésence de tuiles donne l’impression d’une scène extérieure.  Ce désordre accentue l’idée générale tu tableau : la douleur des civils. A droite, la femme veut rejoindre la lumière de la lampe mais son avancée est contrariée par sa blessure au pied. -La question du taureau et du chevalBrièvement, je m’en tiens aux interprétations classiques. Le Taureau symbolisela brutalité (en général) et pas fondamentalement le fascisme.Le Cheval, criant de douleur car atteint par une lance, symbolise la souffrancedes espagnols face à la violence franquiste.Mise en perspective avec d’autres artistesOn peut essayer de mettre Guernica en perspective avec 2 autres tableaux (quenous verrons au musée du Prado). -Velasquez : La reddition de Breda
  10. 10. -Goya : Tres de MayoSi chez Velasquez les « victimes » ou les « perdants » sont dignes, honorables,Goya fait de la victime le thème central de son tableau, ce qui est accentué parle contraste Noir/Blanc. La victime est pareille à une figure christique. Laposition des bras expriment la détresse et la souffrance.De façon générale, dans Guernica, on retrouve le thème du Massacre desinnocents (enfants massacrés par Hérode, roi des Juifs).Mise en perspective avec le tableau de Prud’hon (voir power-pont)La pietà de Guernica :Symbole universel de la douleur d’une mère qui perd son enfant.Bilan : Massacre des Innocents de Poussin (tableau qu’a étudié Picasso dans lesannées 1920’s). Pour certains historiens de l’art, Guernica est une des dernièresreprésentations évoquant le thème du massacre des inoocents.Picasso utilise des références classiques, connues de touscela lui permet dedonner à cet outrage spécifique une dimension universelleGuernica, une œuvre inspirée d’un film? Le photographe espagnol José Luis Alcaine a avancé la thèse selon laquellePicasso c’était inspiré du film de Frank Borzage Adios a las armas (1932) Sur le fond, pourquoi pas. L’Adieu aux armes est au départ un romand’Ernest Hemingway qui se déroule pendant la Première Guerre mondiale sur lefront italien. Ce roman est adapté en film par Borzage qui en fait une œuvreanti bellicistes. On sait par ailleurs qu’Hemingway a été journaliste pendant la guerred’Espagne. Alcaine a remarqué, par hasard, tous les éléments présents dans Guernicadans une séquence du Film qui dure à peine 5 minutes. Il fait remarquer par ailleurs, que pour lui, l’aspect sombre et quasimonochrome du tableau est une référence directe au film de Borzage. Durant
  11. 11. les « fameuses 5 minutes », les cènes se passent la nuit. A contrario, lebombardement de Guernica ne s’est pas du tout déroulé la nuit mais en pleinaprès midi.Regardons les points similaires entre les deux œuvres : Alcaine ne pense pas détenir la vérité. Il nous laisse juges d’apprécier lapertinence de son interprétation. Guernica est encore vu aujourd’hui comme une œuvre fondamentale. Ellesera encore sujette à de nombreuses interprétations futures.Conclusion« La peinture nest pas faite pour décorer les appartements, cest uninstrument de guerre, offensif et défensif, contre lennemi. »Guernica et la guerre d’Espagne a provoqué chez Picasso un changement radicaldans la conception de la peinture.Le peintre-artiste s’est mué en peintre militant. Il adhère au Parti communisteen 1944 tout en réussissant à garder sa liberté. Il ne sera jamais un membreactif pro-stalinien.Il meurt en 1973.Guernica, œuvre anti-guerre, dérange encore de nos jours. Quand en 2003,Colin Powell (secrétaire d’Etat de G.W. Bush) présenta à l’ONU ses « preuves »de la présence d’armes de destruction massive en Irak, le gouvernementaméricain mit une toile bleue devant la reproduction du tableau de Picasso,exposée juste à l’entrée du Conseil de sécurité de l’ONU.Enfin pour terminer, il est important d’avoir à l’esprit que la guerre civile adébouché sur la dictature de Franco qui ne s’est achevée qu’en 1975.Conformément aux vœux de Picasso, c’est après la chute de la dictature queGuernica a rejoint l’Espagne, en 1981. (Musée Reina Sofia).Cette période reste très sensible pour la société espagnole actuelle.
  12. 12. -Aznar, premier ministre (1996-2004), petit fils d’un journaliste proche deFranco -Zapatero (2004-2011), petits fils de républicain, qui a voulu réhabiliter lesvictimes de FrancoDonc lorsque vous logerez dans les familles en Espagne, si vous venez à abordercette question, soyez prudents, toutes les cicatrices ne sont pas encorerefermées.

×