Négociations	
  de	
  Bonn,	
  du	
  4	
  au	...
Introduction	
  	
  
	
  
Fin	
  2013	
  et	
  début	
  2014,	
  la	
  communauté	
  scientifique	
  sur	
  les	
  changem...
Quel	
  rôle	
  pour	
  la	
  France	
  ?	
  
	
  
La	
  responsabilité	
  de	
  la	
  France,	
  en	
  tant	
  que	
  pré...
Les	
  enjeux	
  à	
  Bonn	
  en	
  juin	
  2014	
  
	
  
Obtenir	
  des	
  engagements	
  ministériels	
  pour	
  renforc...
Adopter	
  des	
  mesures	
  concrètes	
  pour	
  renforcer	
  l’ambition	
  pre-­‐2020	
  
	
  
Les	
   rapports	
   sont...
Lancer	
  des	
  négociations	
  formelles	
  et	
  poser	
  les	
  bases	
  d’un	
  texte	
  de	
  négociation	
  
et	
  ...
Progresser	
  sur	
  la	
  forme	
  et	
  le	
  fond	
  des	
  contributions	
  nationales	
  comme	
  clé	
  de	
  
l’équ...
Préparer	
  la	
  capitalisation	
  du	
  Fonds	
  Vert	
  et	
  accroître	
  les	
  financements	
  publics	
  
pour	
  l...
Préparer	
  le	
  plan	
  de	
  travail	
  et	
  cadrer	
  le	
  comité	
  exécutif	
  sur	
  les	
  pertes	
  et	
  
domm...
Préserver	
  l’agriculture	
  familiale	
  et	
  la	
  sécurité	
  alimentaire	
  et	
  nutritionnelle	
  	
  
	
  
Les	
 ...
Questionner	
  l’efficacité	
  «	
  climatique	
  »	
  et	
  les	
  risques	
  pour	
  les	
  populations	
  de	
  
l’appr...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Analyse et propositions des ong pour les négociations à Bonn

626 vues

Publié le

Analyse et propositions des ong pour les négociations à Bonn

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
626
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
105
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Analyse et propositions des ong pour les négociations à Bonn

  1. 1.                                 Négociations  de  Bonn,  du  4  au  16  juin  2014   Quels  enjeux  et  quelles  propositions  de  la  société  civile  française?       Participants  à  cette  réflexion  :     Celia  Gautier,  RAC   Vanessa  Laubin,  GERES   Fanny  Petitbon,  CARE   Aurélie  Ceinos,  CARE   Sarah  Fayolle,  CCFD-­‐Terre  Solidaire   Pierre  Cannet,  WWF   Emilie  Johann,  Secours  Catholique   Romain  Benicchio,  Oxfam   Pierre  Ferrand,  GRET     Alix  Mazounie,  RAC   JB  Poncelet,  FNE   Sabrina  Marquant,  HELIO.     Peggy  Pascal,  Action  Contre  la  Faim      
  2. 2. Introduction       Fin  2013  et  début  2014,  la  communauté  scientifique  sur  les  changements  climatiques  (GIEC)   publiait   trois   rapports   d’envergure.   Le   premier   pour   constater   que   le   budget   carbone   disponible  est  très  limité.  Selon  l’AIE,  ce  budget  implique  de  ne  pas  exploiter  2/3  de  nos   réserves  (connues)  en  énergies  fossiles.  Le  deuxième  pour  constater  les  impacts  en  marche  :   la  démultiplication  des  évènements  extrêmes,  une  variabilité  hydrique  de  plus  en  plus  forte,   la  dégradation  et  même  l’extinction  de  certains  écosystèmes  et  espèces,  et  une  baisse  dans   la  productivité  agricole.  Le  rapport  souligne  que  les  prochaines  décennies  jusqu’en  2040  sont   celles  de  la  responsabilité  et  de  l’action  climatique,  et  rappelle  que  l’inaction  coûtera  cher  en   pertes   et   dommages   irréversibles.   Le   troisième   souligne   qu’il   est   encore   possible   de   maîtriser   l’emballement   climatique   en   deca   de   2°C   (et   même   de   1,5°C)   à   un   coût   très   raisonnable   (0,06%   de   notre   PIB   chaque   année   et   sans   compter   les   co-­‐bénéfices   pour   la   santé,  les  économies  d’énergie,  etc).  Le  rapport  appelle  à  la  fin  progressive  mais  nécessaire   des  énergies  fossiles  et  des  émissions  de  C02,  ainsi  qu’au  doublement  des  investissements   dans  les  énergies  renouvelables  entre  2010  et  2029.     Les   rapports   du   GIEC   viennent   confirmer   l’urgence   d’entamer   une   transition   énergétique   partout  dans  le  monde  et  ce,  sans  attendre  l’accord  de  ParisClimat2015  qui  n’entrera  pas  en   vigueur   avant   2020.   Malgré   ces   sonnettes   d’alarme,   l’inertie   dans   les   négociations   climatiques  continue  de  placer  la  planète  sur  une  trajectoire  de  réchauffement  climatique   proche   de   3,5°C,   bien   au-­‐delà   de   ce   que   des   continents   entiers   seraient   en   mesure   de   supporter.  Elle  ne  réunit  pas  les  financements  climat  nécessaires  pour  réduire  les  émissions   de  C02  et  faciliter  l’adaptation  aux  impacts  existants  et  futurs  du  changement  climatique.   Enfin,  les  Etats  sont  plus  que  frileux  sur  leurs  objectifs  post-­‐2020,  attendus  d’ici  mars  2015.   L’Europe  n’a  toujours  pas  adopté  les  grands  objectifs  de  son  paquet  énergie-­‐climat  2030  et   risque  de  se  fixer  un  objectif  insuffisant  pour  se  replacer  sur  une  trajectoire  de  réduction  de   80  à  95%  de  ses  émissions  d’ici  2050.     Heureusement,   tous   les   rapports   sont   formels  :   il   est   encore   possible   de   changer   radicalement  de  trajectoire  à  condition  de  commencer  dès  maintenant.  Il  s’agit  maintenant   de  traduire  ces  conclusions  scientifiques  en  actes  politiques  et  décisions  concrètes  pour  à  la   fois,  accélérer  la  réduction  des  émissions  d’ici  à  2020  et  préparer  les  fondations  d’un  accord   à  Paris  cohérent  avec  les  conclusions  du  rapport  du  GIEC.     Les  négociations  à  Bonn  en  mars  ont  mis  en  avant  les  potentialités  mondiales  en  matière   d’énergies  renouvelables  et  d’efficacité  énergétique,  et  la  COP20  de  Lima  doit  maintenant   faciliter   leur   déploiement   généralisé   et   rapide   pour   replacer   ainsi   la   planète   sur   une   trajectoire  en  deca  de  2°C.  Dans  ce  contexte,  le  sommet  sur  le  climat  organisé  à  New  York  le   23  septembre  par  Ban  Ki  Moon  doit  servir  de  rampe  de  lancement  pour  la  COP  à  Lima  en   démultipliant  et  consolidant  les  initiatives  de  court  terme,  et  en  capitalisant  le  Fonds  Vert.  Le   sommet  de  Ban  Ki  Moon  doit  également  servir  de  rampe  de  lancement  pour  la  COP21  à   Paris   et   entamer   un   virage   énergétique   mondialisé   en   actant   la   redirection   massive   des   investissements  des  énergies  fossiles  et  fissiles  vers  les  énergies  renouvelables  et  l’efficacité   énergétique.  Cette  session  de  négociation  à  Bonn  aura  beaucoup  de  travail  sur  la  planche   pour  réunir  les  conditions  d’un  succès  et  d’un  accord  en  2014  et  en  2015.            
  3. 3. Quel  rôle  pour  la  France  ?     La  responsabilité  de  la  France,  en  tant  que  présidente  de  la  COP21,  Etat  membre  de  l’Union   européenne,   pays   développé   et   pays   bailleur,   commence   maintenant.   Une   présidence   de   conférence  climatique  est  réussie  lorsque  le  gouvernement  concerné  propose  et  adopte  des   politiques   de   lutte   contre   le   changement   climatique   exemplaires   et   ambitieuses.   Dans   ce   contexte,  nous  appelons  la  France  à  :     • Prendre   au   plus   vite   les   mesures   nationales   nécessaires   pour   entamer   sa   transition   énergétique  et  réformer  sa  politique  budgétaire  et  fiscale.         • Endosser   un   rôle   moteur   dans   les   négociations   sur   le   futur   paquet   énergie-­‐climat   de   l’Europe   pour   2030,   en   soutenant   des   objectifs   contraignants   de   développement   des   énergies  renouvelables  et  d’efficacité  énergétique  ainsi  qu’un  objectif  de  réduction  de   GES  d’au  moins  55%  pour  2030.         La  France  doit  aussi  prendre  ses  responsabilités  vis-­‐à-­‐vis  des  pays  les  plus  pauvres  et  les  plus   vulnérables  :       • En  mobilisant  des  financements  publics  additionnels  aux  engagements  existants  pour  les   pays  les  plus  pauvres  via  le  Fonds  Vert  et  le  Fonds  pour  l’Adaptation.         • En  assumant  un  leadership  sur  l’instauration  de  mécanismes  innovants  au  profit  de  la   lutte   contre   le   changement   climatique.   Notamment,   la   France,   dès   maintenant,   doit   élargir  l’assiette  de  la  Taxe  sur  les  Transactions  Financières  française  et  flécher  une  partie   des  revenus  supplémentaires  dégagés  au  Fonds  Vert  pour  le  Climat.  Enfin,  la  France  doit   réunir   toutes   les   conditions   d’un   accord   sur   la   taxation   équitable   des   transports   maritimes  d’ici  à  2015.       • En   appuyant   la   réforme   des   subventions   directes   ou   indirectes,   bilatérales   et   multilatérales,   consacrée   aux   énergies   fossiles   vers   des   politiques   de   subventions   de   l’accès  aux  énergies  renouvelables  pour  tous.       •  En  s’assurant  que  les  politiques  françaises  et  européennes  engagées  au  titre  de  la  lutte   contre  le  changement  climatique,  ainsi  que  les  investissements  et  projets  soutenus  dans   les  pays  du  Sud,  soient  cohérents  avec  les  objectifs  de  développement  et  de  respect  des   droits   humains   (cf.   les   risques   associés   aux   projets   développés   dans   le   cadre   du   mécanisme   de   développement   propre   ou   du   mécanisme   REDD+,   aux   politiques   de   soutien  aux  agro-­‐carburants  industriels,  etc).             Il  est  grand  temps  que  les  gouvernements  prennent  au  sérieux  l’urgence  climatique.  Il  est   encore   possible   de   limiter   la   hausse   de   la   température   du   globe   à   2°C,   à   condition   que   toutes  les  nations  –  et  notamment  la  France  -­‐  l’exigent  et  s’engagent  dès  2014.  L’UE  doit   impérativement   créer   une   alliance   avec   les   plus   vulnérables   qui   lui   donne   la   force   et   la   légitimité   de   resserrer   l’étau   diplomatique   autour   des   Etats-­‐Unis   et   de   la   Chine   et   de   les   obliger   à   aller   plus   loin   en   terme   d’engagements   et   de   contrainte.   L’UE   peut   notamment   s’illustrer  là  où  la  Chine  et  les  US  ne  le  font  pas  en  défendant  les  questions  de  financements   et  d’adaptation,  chères  aux  pays  les  plus  pauvres  et  les  plus  vulnérables.  Elle  peut  également   piloter  les  négociations  sur  les  initiatives  pre-­‐2020  qui  constituent  le  socle  de  toute  action   après  2020,  à  condition  d’aller  plus  loin  elle  même.  En  tant  que  pays  membre  de  l’Union   Européenne,  pays  bailleur  et  future  présidence,  la  France  a  un  rôle  important  à  jouer.    
  4. 4. Les  enjeux  à  Bonn  en  juin  2014     Obtenir  des  engagements  ministériels  pour  renforcer  l’action  2014-­‐2020     Les   rencontres   ministérielles   sont   prévues   depuis   la   COP19   et   ont   pour   objet/objectif   de   renforcer   l’action   et   les   engagements   entre   2014   et   2020.   La   ministérielle   du   5   juin   concernera   uniquement   les   parties   au   Protocole   de   Kyoto.   La   ministérielle   du   6   juin   concerne   en   revanche   l’ensemble   des   parties   puisqu’il   s’agit   d’étudier   des   options   pour   rehausser  l’ambition  nord  et  sud  sous  la  plateforme  de  Durban.  Malheureusement,  tous  les   ministres  ne  seront  pas  présents,  y  compris  les  ministres  français,  faute  d’ambition  politique   et  les  ministérielles  pourraient  se  transformer  en  exercice  de  style.  Surtout  que  les  maigres   annonces  des  Etats  seront  gardées  en  réserve  pour  le  sommet  de  Ban  Ki  Moon.     Dans   le   cadre   de   la   ministérielle   Kyoto,   l’UE   n’est   pas   prête   à   acter   juridiquement   un   rehaussement   de   son   objectif   de   baisse   d’émissions   pour   2020.   L’UE   prévoit   simplement   d’annoncer  le  dépassement  probable  de  son  objectif  actuel  pour  2020.     La   ministérielle   sur   l’ADP   pourrait   se   retrouver   prise   en   otage   par   la   question   des   financements   si   aucune   proposition   concrète   et   rassurante   n’est   sur   la   table   en   ce   qui   concerne  les  efforts  des  Etats  et  la  capitalisation  du  Fonds  Vert.       Pour  les  ONG,  les  ministérielles  représentent  un  point  de  passage  important  pour  préparer   le  sommet  de  Ban  Ki  Moon  et  recréer  de  la  confiance  entre  les  pays.  Elles  doivent  :   • Réaffirmer  les  conclusions  du  GIEC  sur  le  budget  carbone  et  ce  que  cela  signifie  pour   l’extraction  des  ressources  fossiles.     • Donner  un  mandat  précis  à  la  COP  sur  comment  appuyer  et  renforcer  les  initiatives  en   matière  d’efficacité  énergétique,  énergies  renouvelables,  villes  durables  déjà  identifiées.     • Permettre   aux   pays   développés   de   réaffirmer/accroître   leurs   engagements   financiers   publics,  a  minima  pour  2014-­‐2015,  et.  Notamment  la  France  qui  n’avait  rien  annoncé  ou   engagé  à  la  ministérielle  sur  les  financements  de  la  COP19.     • Réaffirmer   l’engagement   de   capitaliser   le   Fonds   Vert   en   2014   et   aller   plus   loin  :   en   précisant  une  fourchette  de  financements  pour  la  capitalisation  et  une  date.   Nous  attendons  de  l’UE     • Dans  le  cadre  de  la  ministérielle  Kyoto  et  de  la  ministérielle  ADP  sur  l’ambition  pré-­‐2020,   l’UE   et   ses   Etats   membres   ne   peuvent   se   limiter   à   rappeler   qu’ils   dépasseront   collectivement  l’objectif  fixé  en  2008  de  réduire  les  émissions  de  20%  d’ici  à  2020.  Cet   objectif  est  quasiment  atteint,  sept  ans  en  avance.  Ce  ne  sera  une  nouvelle  pour  aucun   pays  puisque  la  Commission  avait  déjà  fait  une  estimation  dans  le  cadre  de  sa  Feuille  de   route   vers   une   économie   bas   carbone   en   2050   (2011).   Une   partie   importante   des   réductions  d’émissions  réalisées  au  sein  de  l’UE  ne  sont  pas  structurelles,  mais  liées  aux   mécanismes  internationaux  de  compensation  et  à  la  crise  économique.  Ainsi,  pendant   ces  tables-­‐rondes  ministérielles,  l’Europe  doit  affirmer  sa  volonté  d’aller  plus  loin  encore   à   travers   de   nouvelles   politiques   et   mesures   applicables   avant   2020,   qu’elles   soient   européennes  ou  nationales.         • Lors  de  la  ministérielle  sous  l’ADP,  l’UE  doit  réaffirmer  son  engagement  à  se  doter  d’ici   octobre   2014   d’un   cadre   climat-­‐énergie   domestique   ambitieux   à   l’horizon   2030.   L’UE   doit   expliquer   que   ce   cadre   reposera   sur   une   ambition   en   matière   de   réduction   d’émissions  et  une  ambition  en  matière  de  développement  des  énergies  renouvelables   et  d’amélioration  de  l’efficacité  énergétique,  ainsi  qu’un  partage  de  l’effort,  un  système   de  gouvernance  efficace,  et  des  dispositifs  d’investissements  publics  dans  la  transition   énergétique.  
  5. 5. Adopter  des  mesures  concrètes  pour  renforcer  l’ambition  pre-­‐2020     Les   rapports   sont   unanimes   sur   l’urgence   de   renforcer   les   efforts   pour   obtenir   8   à   13   gigatonnes   de   réductions   d’émission   additionnelles   d’ici   à   2020.   Dans   ce   contexte,   l’accroissement  des  efforts  pré-­‐2020  sera  une  composante  importante  des  négociations  à   Bonn.   Lors   de   la   dernière   séance   de   négociation   en   mars,   plusieurs   pays   ont   appelé   la   CCNUCC   à   d’étudier   et   décider   en   quoi   les   institutions   et   mécanismes   de   la   Convention   Climat   peuvent   soutenir   et   amplifier   les   initiatives   internationales   en   matière   d’efficacité   énergétique  et  d’ENR.  Par  exemple,  que  doit  financer  le  Fonds  Vert  ?  Quelles  technologies   doit   promouvoir   le   Comité   des   Technologies  et   quel   rôle   pour   les   centres   d’excellence   technologique?  Quelles  plateformes    pour  quel  partage  d’information  ?     Par  ailleurs,  à  l’instar  des  ateliers  organisés  à  Bonn  en  mars  sur  les  énergies  renouvelables,   des  ateliers  d’expert  (Technical  Expert  Meetings,  TEMs)  seront  organisés  autour  des  villes  et   de   l’usage   des   terres   comme   deux   domaines   dans   lesquels   il   existe   un   fort   potentiel   de   réduction  d’émission  pré-­‐2020.  Il  y  aura  également  un  forum  sur  les  villes  et  les  collectivités   et  leur  rôle  dans  les  initiatives  pour  le  climat.  Les  co-­‐chairs  de  l'ADP  misent  clairement  sur   juin  pour  avancer  rapidement  sur  WS2  et  les  "opportunités"  de  réduire  collectivement  et   drastiquement  les  émissions.  A  cet  effet,  le  secrétariat  va  également  compiler  une  synthèse   des  idées  proposées/discutées  lors  de  Bonn  en  mars,  en  matière  d'énergies  renouvelables  et   d’efficacité   énergétique.    Les   négociateurs/ministres   rassemblés   à   Bonn   pourraient   donc   être  en  mesure  de  prendre  des  décisions/donner  une  direction  à  la  CCNUCC  sur  comment   travailler  sur  l’ambition  pre-­‐2020  et  à  quelle  échéance.     Les  ONG  attendent  beaucoup  de  l’Europe.     L’Europe  doit  être  plus  ambitieuse  que  simplement  se  limiter  à  annoncer  qu’elle  dépassera   son   objectif   de   réduction   d’émissions   de   20%   en   2020   d’environ   5   points.   Le   potentiel   d’atténuation  avant  2020  et  les  marges  de  progrès  en  Europe  sont  encore  importants  et  l’UE   peut  davantage  contribuer  à  la  réduction  rapide  des  émissions  mondiales.  Elle  peut  le  faire   via  l’adoption  de  nouvelles  politiques  publiques  :  notamment  des  mesures  complémentaires   sur  l’efficacité  énergétique  (dans  le  cadre  de  l’examen  par  la  Commission  européenne  d’ici   juillet  2014  de  la  Directive  efficacité  énergétique),  un  soutien  continu  au  déploiement  des   énergies   renouvelables,   ainsi   qu’une   réforme   structurelle   ambitieuse   du   marché   carbone   européen,  via  notamment  la  suppression  des  quotas  en  surplus  et  la  mise  en  œuvre  d’une   Réserve  de  stabilité  bien  avant  2020.  D’autres  textes  européens  sont  en  cours  de  révision  ;   leur   amélioration   permettrait   des   réductions   d’émissions   supplémentaires   avant   2020  :   il   s’agit  en  particulier  de  la  Directive  Etiquette  énergie  et  de  la  Directive  Eco-­‐conception.       En  outre,  les  Etats-­‐membres  de  l’UE  devraient  adopter  de  manière  individuelle  des  mesures   nationales   complémentaires   qui   permettront   d’accélérer   les   réductions   d’émissions   et   d’ancrer  dès  aujourd’hui  la  transformation  en  profondeur  de  notre  système  énergétique,  de   production  et  de  consommation.            
  6. 6. Lancer  des  négociations  formelles  et  poser  les  bases  d’un  texte  de  négociation   et  une  vision  de  long  terme  pour  la  COP20     La   principale   décision   prise   lors   des   négociations   en   mars   2014   reste   le   lancement   des   négociations   formelles   sous   la   plateforme   de   Durban.   Jusqu’ici,   les   négociations   étaient   encore  informelles  et  le  G77  a  appelé  les  négociations  à  travailler  en  «  groupe  de  contact  ».   Cela  signifie  que  les  négociateurs  travaillent  sur  un  texte  de  négociation  ;  et  que  ce  groupe   et   le   texte   sont   obligés   de   tenir   compte   formellement   des   propositions,   éléments   et   amendements   de   tous   les   pays.   La   crainte   principale   est   que   les   négociations   se   fassent   entre  quelques  pays  et  que  les  propositions  des  uns  et  des  autres  disparaissent  –  comme  ca   a  été  le  cas  à  Varsovie.  Finalement,  la  décision  à  Bonn  crée  un  seul  groupe  de  contact  pour   l’ensemble  des  sujets  de  la  plateforme  de  Durban,  et  initiera  ses  travaux  à  Bonn  en  juin.  Rien   n’interdit   ce   groupe   de   créer   des   sous-­‐groupes   de   négociation   sur   des   questions   plus   spécifiques.  Les  présidents  de  l’ADP  soumettront  une  note  à  ce  groupe  de  contact  sur  les   modalités  de  travail  et  les  pays  feront  des  soumissions  sur  ce  qu’ils  souhaitent  voir  dans  le   texte  de  négociation.  Les  co-­‐chairs  de  l’ADP  ont  soumis  une  note  d’information  aux  parties   pour   expliquer   la   démarche   qu’ils   proposent   pour   Bonn,   une   annexe   qui   compile   les   propositions   des   pays   pour   l’avant   et   l’après   2020,   et   une   note   pour   résumer   l’état   des   discussions   lors   de   la   séance   de   mars.   Pour   l’instant,   la   compilation   des   propositions   des   Etats   ne   propose   pas   un   texte   cohérent,   et   comprend   donc   beaucoup   de   propositions   contradictoires.  Le  texte  est  ici  :  http://unfccc.int/resource/docs/2014/adp2/eng/3infnot.pdf     Le  texte  de  négociation  doit  aller  le  plus  loin  possible.  Au-­‐delà  des  contributions  nationales   pour  2025  et  2030,  ce  texte  pourrait  acter  une  vision  de  long  terme  qui  explicite  les  solutions   clé  face  aux  changements  climatiques.  De  plus  en  plus  d’observateurs  et  de  pays  s’accordent   pour  dire  qu’il  est  temps  de  mettre  un  terme  à  la  schizophrénie  de  nos  gouvernements  qui   négocient  un  accord  sur  le  climat  tout  en  investissant  massivement  dans  les  énergies  fossiles   et   les   infrastructures   émettrices   de   gaz   à   effet   de   serre.   Il   est   temps   d’acter   que   nous   entrons  dans  une  ère  qui  a  vocation  –  progressivement  –  à  ne  plus  exploiter  et  consommer   les  énergies  fossiles  responsables  du  dérèglement  climatique.     Pour  les  ONG,  il  est  impératif  que  la  France  défende  une  vision  et  un  agenda  des  solutions   à  horizon  2050.       Le  sommet  de  Ban  Ki  Moon  doit  proposer  une  vision  de  long  terme  aux  investisseurs,  acteurs   économiques,  et  aux  négociateurs  climat:   • la  fin  des  émissions  liées  aux  énergies  fossiles     • le   déploiement   à   100%   des   énergies   renouvelables   et   de   l’efficacité   énergétique   dès   aujourd’hui  pour  atteindre  la  neutralité  carbone  en  2050.     A  côté  de  ces  mesures,  il  est  indispensable  d’agir  sur  les  émissions  liées  à  l’usage  des  sols  et   à  la  déforestation,  ainsi  que  sur  les  (short  lived  and  long  lived  climate  forcers).  Toutefois,   aucune  mesure  d’atténuation  dans  le  secteur  de  l’usage  des  sols  ne  devra  faire  peser  de   menace  sur  la  souveraineté  alimentaire  des  peuples  et  les  droits  humains.            
  7. 7. Progresser  sur  la  forme  et  le  fond  des  contributions  nationales  comme  clé  de   l’équité     Pour  rappel,  la  COP19  à  Varsovie,  en  novembre  dernier,  a  appelé  les  pays  à  soumettre  leurs   «  contributions  »   dans   le   cadre   de   l’accord   après   2020   d’ici   fin   mars   2015.   Le   terme   «  contribution  nationale  »,  apparu  dans  les  dernières  heures  de  la  négociations  à  Varsovie,   vient  remplacer  le  terme  (plus  fort)  «  engagement  ».  Il  s’agit  maintenant  de  préciser  quelles   informations   ex   ante   les   pays   doivent   fournir   dans   le   cadre   de   leur   contribution.   Cette   question   est   essentielle   pour   de   nombreuses   raisons  :   pour   garantir   la   comparabilité,   la   transparence  et  la  compréhension  des  contributions  qui  seront  présentées  ;  et  pour  garantir   la  capacité  des  gouvernements  et  de  la  société  civile  mondiale  à  évaluer  et  comparer  ces   contributions   nationales   entre   mars   et   décembre   2015   et   si   possible,   créer   une   pression   suffisante  pour  que  tous  les  Etats  se  fixent  des  objectifs  plus  ambitieux.     Il   s’agit   aussi   de   fixer   le   champ   de   cette   contribution.   Pour   les   pays   développés,   les   contributions   concernent   uniquement   l’atténuation.   Pour   une   partie   des   pays   en   développement   (PED),   les   contributions   des   pays   développés   doivent   autant   concerner   l’atténuation   que   les   financements   qu’ils   comptent   fournir   pour   appuyer   les   PED.   Pour   certains,  c’est  le  seul  moyen  de  sécuriser  et  de  renforcer  la  prévisibilité  des  financements   publics   après   2020   et   ainsi,   l’ambition   des   contributions   nationales   des   pays   en   développement.  Un  atelier  à  Bonn  en  mars  a  permis  à  plusieurs  pays  de  présenter  l’état  de   leurs   préparatifs   pour   leur   contribution   nationale   mais   pour   l’instant,   il   manque   les   indicateurs  pour  les  comparer.  Il  est  attendu  que  la  COP20  à  Lima  précise  les  informations  ex   ante   qui   formateront   les   contributions.   Mais   la   discussion   pourrait   s’envenimer   sans   résolution  de  la  question  du  financement  dans  le  cadre  de  ces  contributions.  Quelle  que  soit   l’approche   retenue,   le   plus   important   reste   la   comparabilité   des   efforts,   et   donc,   la   transparence  et  l’adoption  d’une  nomenclature  commune  à  tous  les  Etats.       Pour   les   ONG,   il   est   impératif   d’adopter   des   nomenclatures   type   pour   présenter   les   contributions  nationales  d’ici  à  mars  2015,  afin  de  faciliter  la  comparabilité,  la  transparence   et  in  fine,  l’équité.  Parmi  nos  propositions     • Les  nomenclatures  doivent  être  adaptées  et  différenciées  en  fonction  des  responsabilités   et  capacités  des  Etats.  Celle  applicable  aux  PMA  devrait  cibler  en  priorité  les  politiques  et   mesures   et   des   objectifs   de   déploiement   des   énergies   renouvelables,   et   celles   des   principaux   pollueurs   des   objectifs   de   réduction   d’émissions   et   de   déploiement   des   solutions  absolus   • La  nomenclature  pour  les  contributions  des  pays  développés  doit  inclure  des  provisions   claires  en  matière  d’appui    financier  aux  pays  en  développement.     • La  nomenclature  des  pays  en  développement  doit  permettre  aux  pays  de  préciser  les   besoins  financiers  pour  aller  plus  loin.   • Toutes  les  nomenclatures  doivent  faire  une  place  aux  politiques  de  cohérence  mises  en   œuvre  pour  maximiser  les  efforts  de  réduction  d’émissions  (par  exemple,  en  matière  de   fiscalité).       • Toutes  les  nomenclatures  doivent  faire  une  place,  au-­‐delà  des  objectifs  et  mesures  de   réduction   d’émissions,   aux   objectifs   et   mesures   de   déploiement   sectorielle   des   solutions  :   comme   les   énergies   renouvelables,   l’efficacité   énergétique,   la   gestion   des   forêts.          
  8. 8. Préparer  la  capitalisation  du  Fonds  Vert  et  accroître  les  financements  publics   pour  l’adaptation     L’engagement  des  pays  développés  de  mobiliser  100  milliards  de  dollars  par  an  d’ici  2020   reste  lettre  morte  à  ce  jour.  Si  les  pays  ont  effectivement  accru  les  volumes  d’aide  consacré   au  changement  climatique,  il  s’agit  le  plus  souvent  d’une  redirection  de  l’APD  vers  le  climat   au  détriment  de  la  santé  ou  l’éducation.  Et  trop  rarement  pour  l’adaptation.  La  confiance   entre  les  Etats  se  dégrade  un  peu  plus  chaque  année  et  l’absence  de  financement  nourrit   maladroitement   les   tactiques   de   défense   des   pays   qui   ne   souhaitent   pas   s’engager   sérieusement   dans   les   négociations   ADP.   La   COP19   n’a   pas   été   la   COP   des   financements   espérée  par  la  société  civile  et  le  G77.  Elle  a  permis,  in  extremis,  de  sauver  le  Fonds  pour   l’Adaptation  avec  les  100  millions  manquants  pour  ses  activités  2014,  mais  bien  loin  des  100   milliards  promis  d’ici  2020.  Quelques  pays  ont  annoncé  leurs  contributions  financières  pour   2014  et  2015  mais  de  manière  disparate  et  incomparable  et  le  plus  souvent,  uniquement  sur   REDD+.   La   France,   fortement   attendue   sur   ses   engagements   financiers,   ne   s’est   pas   exprimée.  Parmi  les  décisions  prises  :  celles  d’organiser  des  réunions  ministérielles  une  COP   sur  deux  pour  présenter  les  progrès  pour  la  mobilisation  des  100  milliards  de  dollars,  et  celle   de  continuer  les  efforts  pour  mobiliser  des  financements  publics  additionnels.  Deux  ateliers   sur  la  suite  des  financements  climat  sont  prévus  le  7  et  12  juin,  pendant  les  négociations,   l’occasion   pour   les   pays   développés   de   préciser   leurs   intentions   financières   (objectifs,   montants,  sources)  à  la  fois  pour  2014-­‐2020  et  pour  après  2020.     La  question  politique  incontournable  et  en  filigrane  de  toutes  les  négociations  reste  celle  de   la   capitalisation   initiale   du   Fonds   Vert.   Depuis   Varsovie,   le   Fonds   Vert   s’est   réuni   à   deux   reprises,  a  décidé  d’allouer  50%  de  ses  ressources  à  l’adaptation  dans  un  premier  temps,  et   vient   d’être   déclaré   en   mesure   de   recevoir   et   décaisser   des   financements.   Les   décisions   prises  imposent  le  lancement  des  discussions  financières  dans  les  trois  mois  qui  viennent  et   appellent  à  finaliser  la  capitalisation  d’ici  novembre  2014.     Une   autre   question   importante   reste   celle   des   financements   pour   l’adaptation,   souvent   déficitaires.  Le  5ème  rapport  du  GIEC  a  d’ailleurs  souligné  le  manque  de  financement  pour   l’adaptation.  Depuis,  le  Fonds  Vert  a  adopté  une  décision  visant  une  allocation  de  50%  des   ressources  pour  l’adaptation.  Ce  premier  pas  doit  créer  un  précédent  pour  l’ensemble  des   contributions  financières  des  pays  bailleurs.       Pour  les  ONG,  cette  capitalisation  initiale  devra…   • Se  faire  en  2014  impérativement   • Se  situer  dans  une  fourchette  de  10  à  15  milliards  de  dollars     • être   assortie   d’une   échéance   pour   une   nouvelle   capitalisation   via   une   procédure   d’abondement  formelle  (vs.  Efforts  ad  hoc  et  volontaires)  avant  2020.   • Commencer   à   Bonn   avec   la   proposition   d’un   volume   minimum/fourchette   pour   cette   capitalisation  initiale.     Nous  attendons  de  la  France  qu’elle  pilote  les  négociations  pour  une  capitalisation  du  Fonds   Vert   substantielle   en   2014.   En   tant   que   pays   bailleur   important   et   en   tant   que   future   présidente  de  COP,  sa  contribution  sera  sous  les  projecteurs  et  entraînera  ou  démotivera   d’autres  bailleurs  potentiels.  Pour  les  associations  françaises,  au  regard  de  son  poids  dans   l’APD  (10%),  la  France  doit  contribuer  près  d’1  milliard  d’euros  au  Fonds  Vert  pour  atteindre   les   15   milliards   recherchés.   C’est   moins   que   son   engagement   «  fast-­‐start  »   entre   2010   et   2012  (1,24  milliards  €).  Les  recettes  prévues  dans  le  cadre  de  la  TTF  ne  suffiront  pas  à  créer   la  dynamique  politique  nécessaire  et  la  France  doit  mobiliser  des  ressources  additionnelles.   Les   pays   développés   doivent   s’engager   à  allouer  50%  de  leurs  financements  climat  pour   l’adaptation.    
  9. 9. Préparer  le  plan  de  travail  et  cadrer  le  comité  exécutif  sur  les  pertes  et   dommages       Introduit  pour  la  première  fois  dans  le  cadre  de  la  Convention  à  Bali  en  2007,  le  concept  de   pertes   et   dommages   fait   référence   aux   impacts   négatifs   du   changement   climatique   face   auxquels  l’adaptation  ne  peut  apporter  de  réponse.  Il  s’est  peu  à  peu  imposé  dans  l’enceinte   des   négociations   à   cause   du   manque   d’ambition   et   d’actions   en   termes   de   réduction   d’émission   et   d’adaptation.   Suite   aux   engagements   pris   par   les   états   à   Doha   en   2012,   le   «mécanisme   international   de   Varsovie  sur   les  pertes   et   dommages  »   a   été   officiellement   établi   lors   de   la   COP19   en   2013.   Il   a   pour   but   de   renforcer   les   connaissances   sur   les   approches  et  réponses  envisageables  aux  pertes  et  dommages,  d’améliorer  les  échanges,  la   coordination  et  la  cohérence  des  initiatives  entre  les  parties  prenantes  impliquées  dans  ce   domaine,   et   de   contribuer   à   une   mobilisation   et   une   action   accrues   pour   répondre   aux   pertes  et  dommages.  Il  est  prévu  de  rediscuter  les  modalités  du  mécanisme  créé  à  Varsovie   en  2016,  pour  définir  ses  fonctions  et  son  mandat  dans  l’accord  après  2020.  Entre  temps,  le   niveau   d’ambition   jusqu’en   2020   déterminera   en   partie   les   futurs   pertes   et   dommages     auxquels  les  pays  les  plus  vulnérables  devront  faire  face.  Il  est  essentiel  de  trouver  une  place   aux   pertes   et   dommages   dans   la   plateforme   de   Durban   avant   et   après   2020,   mais   cette   question  est  loin  de  faire  consensus.     Il  s’agit  aussi  de  développer  les  modalités  de  gouvernance  du  futur  comité  exécutif  (ExCom)   permanent  sur  les  pertes  et  dommages.  Le  comité  temporaire  instauré  a  pour  mandat  de   développer  une  proposition  de  plan  d’action  de  2  ans  pour  2015  et  2016  ainsi  qu’un  modèle   de   gouvernance   pour   le   futur   ExCom   qui   seront   soumis   à   l’approbation   des   parties   à   l’occasion   de   la   COP20.   Lors   de   sa   première   rencontre   à   Bonn   en   mars   2014,   l’ExCom   temporaire  a  permis  la  participation  d’observateurs  de  la  société  civile  mais  les  progrès  sur   le  plan  d’action  restent  pour  l’instant  très  limités.  Il  devrait  se  réunir  encore  2  fois  d’ici  à  la   COP20.  Les  mois  à  venir  constituent  un  moment  important  car  la  fenêtre  pour  débattre  des   propositions  de  l’ExCom  sera  limitée  à  la  COP20.       Pour  les  ONG   • Les  pertes  et  dommages  doivent  figurer  à  l’ordre  du  jour  de  la  plate  forme  de  Durban.   • La  création  d’un  espace  technique  séparé  permettra  d’étudier  diverses  solutions  entre   experts  techniques,  afin  de  faire  des  recommandations  aux  décideurs  politiques.     • Le  plan  de  travail  sur  les  pertes  et  dommages  doit  inclure  des  propositions  d’activités   spécifiques  avec  des  résultats  concrets,  et  s’assurer  de  la  mise  à  disposition  de  moyens   de   mise   en   œuvre.   Il   doit   également   prévoir   la   création   d’une   base   de   données   des   pertes   et   dommages   affectant   les   populations   les   plus   vulnérables   aux   changements   climatiques.   Cette   base   de   données   devrait   notamment   inclure   les   pertes   non-­‐ économiques  (territoire,  héritage  culturel),  les  effets  des    phénomènes  à  évolution  lente   (montée  du  niveau  des  mers,  fonte  des  glaciers)  et    prendre  en  compte  les  mouvements   migratoires  dus  aux  changements  climatiques.   • Afin  d’assurer  une  bonne  gouvernance  du  mécanisme,  il  est  nécessaire  de  porter  une   attention  particulière  à  la  définition  des  modalités  de  représentation  et  de  sélection  des   membres  du  comité  exécutif.  Il  s’agira  également  de  faciliter  l’engagement  d’experts  et   observateurs,   selon   les   besoins,   notamment   à   travers   la   mise   en   place   de   taskforces   spécifiques  ;   afin   d’identifier   des   solutions   à   des   problématiques   compliquées,   et   de   garantir  la  transparence  des  débats.        
  10. 10. Préserver  l’agriculture  familiale  et  la  sécurité  alimentaire  et  nutritionnelle       Les  négociations  patinent  depuis  plusieurs  années,  du  fait  de  divergences  sur  les  priorités  à   établir  entre  l’adaptation  et  l’atténuation.  Derrière  ces  divergences  se  cachent  notamment   a)  les  craintes  de  certains  pays  en  développement  de  se  voir  imposer  à  terme  des  réductions   d’émission  pour  le  secteur  agricole  aux  dépens  des  enjeux  d’adaptation  ;  b)  les  craintes  de   certains   pays   émergents   que   l’on   évolue   à   terme   vers   des   barrières   aux   échanges   commerciaux  pour  leurs  exportations  vers  les  pays  développés;  c)  la  volonté  de  certains  pays   développés  de  mettre  en  place  des  politiques  d’atténuation  du  secteur,  potentiellement  via   des  mécanismes  de  marché  et    les  craintes  associées  à  l’égard  de  mesures  susceptibles  de   générer  de  nouvelles  pressions  sur  l’agriculture  familiale  et  la  sécurité  alimentaire.     Se  pose  ainsi  la  question  de  l’intégration  de  l’agriculture  dans  les  marchés  carbone.  Or,  ce   sont   les   grandes   exploitations   agricoles   et   l’industrie   agroalimentaire,   et   non   les   petites   exploitations,   qui   seraient   susceptibles   d’attirer   la   plupart   des   investissements   dans   la   séquestration  du  carbone  dans  les  sols.  Par  ailleurs,  il  n’existe  pas  de  méthodologie  fiable   pour  mesurer  le  carbone  contenu  dans  les  sols  qui  permet  de  quantifier  le  CO2  séquestré   afin  de  générer  des  crédits  correspondants.  Enfin,  l’inclusion  de  l’agriculture  aux  marchés  du   carbone  pourrait  également  entraîner  davantage  d’accaparement  de  terres,  dans  la  mesure   où  les  investisseurs  seraient  attirés  par  les  gains  financiers  associés  à  l’acquisition  de  terres,   aux  dépens  des  petits  producteurs,  des  cultures  traditionnelles  et  de  la  biodiversité.   En   parallèle   de   ce   «  patinage  »   des   négociations   officielles,   se   développe   le   projet   d’une   «  Climate  Smart  Agriculture  Alliance  »  qui  devrait  être  lancée  à  l’occasion  du  Sommet  de  Ban   Ki  Moon  en  septembre  prochain,  et  qui  pose  de  nombreuses  questions.  Il  s’agit  d’un  concept   largement   porté   par   le   secteur   privé   et   par   l’agro-­‐business,   portés   par   la   recherche   de   nouveaux  marchés.  Le  concept  est  assez  flou  pour  englober  de  l’agro-­‐écologie  aux  OGM  et   semble  nier  l’existence  de  différents  modèles  agricoles  qui  n’ont  pas  les  mêmes  impacts  sur   l'environnement/climat  et  sur  la  sécurité  alimentaire.  L’alliance  pourrait  faire  la  part  belle   aux  partenariats  publics-­‐privés  et  aux  entreprises  multinationales  ou  rester  une  coquille  vide   de  communication,  sans  financement  additionnel  ni  capacité  réelle  d'orientation  des  projets   financés.  L’alliance  est  portée  par  les  organisations  internationales  et  les  Etats  (exemples  des   Etats   Unis,   de   la   Banque   Mondiale)   qui   se   sont   positionnés   très   clairement   en   faveur   de   l'intégration   de   l'agriculture   dans   les   marchés   carbone.   Enfin,   le   processus   contourne   délibérément  les  espaces  de  négociations  onusiens  où  tous  les  Etats  sont  représentés.     Les  ONG  attendent  de  la  France  et  de  l’Europe   • qu’elle   place   au   centre   des   négociations   l’objectif   de   sécurité   alimentaire   et   défende   dans  ce  cadre  l’agriculture  familiale  et  souligne  que  le  développement  agricole  ne  peut   pas  uniquement  répondre  à  un  objectif  «  carbone  »  ou  d’augmentation  des  rendements   mais  bien  aussi  de  contribution  à  la  réduction  de  la  pauvreté  et  à  une  gestion  durable   des  ressources  naturelles.     • qu’elle   porte   la   reconnaissance   la   différence   d’impact   des   agricultures   industrielles   et   familiales  sur  la  sécurité  alimentaire  locale  et  l’environnement  et  la  différence  des  enjeux   selon   les   modèles   agricoles   considérés   (priorité   à   l’adaptation   pour   les   agricultures   familiales  paysannes,  atténuation  là  où  les  émissions  sont  les  plus  importantes  à  savoir   dans  l’agriculture  industrielle)   • qu’elle  porte,  à  la  place  du  concept  fourre-­‐tout  de  «  climate-­‐smart  agriculture  »,  celui  de   l’agro-­‐écologie   qui   repart   des   connaissances   traditionnelles   et   s’ancre   dans   l’échelon   local  et  s’inscrit  dans  une  logique  de  développement  territoires.   • qu’elle   se   positionne   clairement   contre   l’intégration   de   l’agriculture   dans   les   marchés   carbone.    
  11. 11. Questionner  l’efficacité  «  climatique  »  et  les  risques  pour  les  populations  de   l’approche  par  le  marché  et  des  mécanismes  de  marché       Le  Mécanisme  de  Développement  Propre  (MDP),  dont  la  réforme  sera  discutée  en  SBSTA,   est  largement  critiqué  au  regard  de  la  pertinence  même  de  la  logique  de  compensation  et  de   marché   sous-­‐jacente.,   mais   également   pour   ses   manques   et   incohérences   «  opérationnel(le)s  ».   On   constate   notamment 1  des   problèmes   d’additionnalité   et   de   double-­‐comptage  des  émissions,  de  vraies  lacunes  en  termes  de  participation  de  la  société   civile  et  de  consultation  préalable/recours  des  populations  locales  affectées,  un  manque  de   transparence,  de  règles  communes  et  de  suivi  des  critères  de  «  développement  durable  »   censés  être  pris  en  compte  dans  le  cadre  des  projets  MDP,  et  en  termes  de  gouvernance.  En   outre,  le  mécanisme,  qui  soutient  de  fait  un  certain  nombre  d’investissements  privés,  ne  fait   pas   explicitement   référence   à   certain   nombre   de   textes   internationaux   fondateurs   et,  notamment   les   Principes   Directeurs   des   Nations   Unies   relatifs   aux   entreprises   et   aux   droits   de   l’Homme  qui   imposeraient,   entre   autres,   une   obligation   de   «  diligence   raisonnable  »2  aux  entreprises  soutenues.  Il  n’y  a  pas  non  plus  de  référence  aux  directives   volontaires  sur  la  gouvernance  responsable  du  foncier  élaborées  dans  le  cadre  du  Comité   pour   la   Sécurité   Alimentaire   Mondiale,   pour   répondre   au   phénomène   croissant   d’accaparements  de  terres.     Les   discussions   à   Bonn   (SBSTA)   porteront   également   sur   les   nouveaux   mécanismes   de   marché,  qui  posent  notamment  la  question  d’une  approche  par  secteur  et  d’une  prise  en   compte   des   «  land-­‐based   emissions  »,   et   sur   le   «  cadre   pour   des   approches   variées  »   qui   permettrait  le  commerce  international  des  quotas  carbone  des  pays.  Ces  négociations  sont   très  opaques,  et  inquiètent  la  société  civile.  Cette  approche  ne  peut  fonctionner  tant  que  les   Etats   ne   se   seront   pas   engagés   sur   des   objectifs   de   réduction   ambitieux.   En   outre,   son   efficacité  en  termes  de  lutte  contre  le  changement  climatique  n’est  pas  démontrée.  Enfin,   les   mécanismes   de   marché   déjà   existants   comme   le   MDP   ou   les   démarches   «  pilotes  »   engagées  sur  les  marchés  volontaires  par  exemple  au  nom  du  REDD  sont  largement  critiqués   et  ont  déjà  eu  des  impacts  négatifs  sur  les  populations  locales  du  Sud.       Pour   les   ONG,   Il   est   essentiel   que   le   MDP   a   minima   (sachant   qu’il   existe   des   questionnements   plus   profonds   sur   sa   pertinence   et   la   pertinence   de   sa   logique   sous-­‐ jacente)…   • soit  réformé  pour  prendre  en  compte  les  manques/incohérences  existant(e)s   • intègre   dans   ses   règles   de   fonctionnement   les   Principes   Directeurs   des   Nations   Unies   relatifs  aux  entreprises  et  aux  droits  de  l’Homme   • ne  soutienne  pas,  directement  ou  indirectement,  de  projets  participant  au    phénomène   d’accaparement   des   terres   et   des   ressources   naturelles   par   des   acteurs   privés   aux   dépens  des  populations  locales   Sur  les  nouveaux  mécanismes  de  marché,  nous  doutons  sérieusement  de  leur  efficacité  face   à  la  crise  climatique  et  sommes  très  inquiets  quant  aux  risques  d’incidence  négative  sur  les   populations  locales  dans  les  pays  en  développement.     Nous  souhaitons  une  meilleure  visibilité  sur  les  enjeux  et  évolutions  de  ces  négociations  et   sur  les  positions  défendues  par  la  France  et  l’Europe  sur  ces  sujets.                                                                                                                   1  Pour  plus  de  détails,  cf  des  éléments  de  la  soumission  du  réseau  Carbon  Market  Watch  en  vue  de  la  session  SBI.     2  c’est-­‐à-­‐dire  l’obligation  d’identifier,  prévenir  et  réduire  les  risques  d’atteinte  aux  droits  humains  et  à  l’environnement   découlant  de  leurs  activités.  

×