regards croisésà quoi ressembleront                                                                                       ...
dans un contexte économique incertain, l’ouverture de l’entreprise à l’ensemble des parties                               ...
sommaire                                               flexibilité, agilité, performances : le poste de travail du futur d...
Demain, la dématérialisationgénéralisée et le nomadismeinhérents aux TIC (techno-logies de l’information et de lacommunica...
un monde où le viral –                                                les communautés, la capa-                           ...
vers quel type de management ?                                                                                            ...
L’évolution technologique favorise de nouveaux comportements au sein de l’entreprise                             À l’insta...
Dix ans après l’explosion         donc dans la décennie des       cuve est bientôt vide ? Dans      ciant d’un savoir capi...
quelle place pour l’environnement ?                                                                                       ...
Regards croisés sur l'entreprise de demain - Orange business services - 2012
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Regards croisés sur l'entreprise de demain - Orange business services - 2012

2 013 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 013
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
32
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Regards croisés sur l'entreprise de demain - Orange business services - 2012

  1. 1. regards croisésà quoi ressembleront sur l’entreprise de demain les entreprises en 2020 ? vers quel type de management ? où se situent les frontières entre vie privée et vie professionnelle ? des collaborateurs de + en + nomades ? L’entreprise de l’avenir immédiat plus que 20 % en 2015. Et que formes » où collaborateurs, plus décentralisées, plus Orange Business Services a i n n o v a t i o n ne sera pas celle d’aujourd’hui. dire des 2 milliards de per- clients, fournisseurs et parties agiles et participatives. pris le parti d’aller partout où quel avenir pour les objets communicants ? quelle place pour l’environnement ? C’est une évidence. Ces huit sonnes qui utilisent aujourd’hui prenantes seront connectés Notamment en ayant recours l’innovation se construit dernières années, nous le haut débit, au lieu de et inter agiront en perma- à l’extérieur de l’entreprise, aujourd’hui et se construira sommes passés du Web.1 au 50 millions il y a dix ans ! nence. De nouveaux outils de pour piloter leur activité, les demain. où et comment organiser le travail ? Web.2, puis au Web social et Qui aurait pu prédire tout communication plus collabora- entreprises mesureront et ana- En implantant nos Orange mobile, qui lui-même est en cela à l’aube du nouveau tifs et transparents, tels les lyseront en permanence l’im- Labs dans des régions passe d’être transformé. Il y a millénaire ? réseaux sociaux d’entreprise, mense quantité de données, comme la Silicon Valley, la trois ans, 95 % des appareils Ce qui semble sûr, en les systèmes de réputation et les données massives (ou big Chine, le Japon ou la Corée, connectés à Internet étaient revanche, c’est que l’on ne de recommandations temps data en anglais) qu’elles pour- nous voulons capter l’innova- des PC. pourra pas préparer l’avenir réel, vont s’imbriquer toujours ront capter à l’aide d’outils tion in situ et in vivo pour Avec l’explosion du marché avec les méthodes et les plus dans les modes de fonc- nouveaux d’intelligence éco- mieux la mettre rapidement et des smartphones et des dogmes du passé. tionnement. Les organisations nomique en temps réel, et ces continuellement au service de tablettes, ils ne représenteront Le futur n’est plus ce qu’il très hiérarchisées laisseront données viennent principale- nos clients. était. Il faut définir une nouvelle place à un management où ment des terminaux mobiles, forme de collaboration. les prises de décision seront toujours plus puissants, com- Georges Nahon, Dans un monde qui comptera pacts, interopérables et spé- président d’Orange Labs 5 milliards de smartphones, cialisés dans leurs usages. de San Francisco. les entreprises qui sont Face à ces transformations toutes « informatisées » profondes qui s’accélèrent, devraient se muer en « plate- Business Business Services Services
  2. 2. dans un contexte économique incertain, l’ouverture de l’entreprise à l’ensemble des parties prenantes deviendra indispensable pour capter l’innovation édito au cœur de la structuration de l’entreprise de 2020, l’accéluctionCe concept central renvoie à un mode de production nouveau, À quoi ressemblera l’entreprise en 2020 ? À la vitesse où évoluent les technologies de l’information et de la communication, ce n’est pas facile de se projeterqui porte sur l’accélération de la production de liens entre plusieurs espaces de création de valeur. au-delà de trois ans. Une certitude cependant : l’entreprise sera toujours une communauté d’hommes au service d’une autre communauté : ses clients. Le fonctionnement de ces communautés seraÀ partir de là, la question centrale qui se pose est celle de la détermination largement digital : les réseaux sociaux auront impacté autant les relations commerciales que les modes de fonctionnement internes. Au sein de cette entreprise du xxie siècle, pervasive, en interaction permanente avec son éco-système, les frontières entre salariés, fournisseurs, clients et partenaires seront plus ténues. Équipés de terminaux intuitifs et traitant de très grandes quantitésdes espaces de création de valeur de l’entreprise et leurs modes d’agencement. de données en temps réel, les collaborateurs seront toujours plus nomades, disposant de leur environnement de travail dans tous leurs déplacements. Avec des rythmes qui s’accélèrent, la vitesse d’exécution sera une des clés du succès : l’adaptation auAhmed Bounfour, professeur à l’université Paris-Sud, chaire européenne de management de l’immatériel, coordinateur du comité scientifique et rapporteur du programme de recherche ISD. changement deviendra un mode normal de fonctionnement, intégré à la culture d’entreprise. Dans un contexte économique incertain, l’ouverture de l’entreprise à l’ensemble de ses parties prenantes deviendra indispensable pour capter l’innovation. Être créatif et innovant sera devenu le moteur de la compétitivité. Par sa capacité à faire des paris forts, marketing ou technologiques, et à les assumer, le management aura un rôle moteur à jouer. Chacun sera en relation avec tous les autres, et il faudra faire plus et mieux pour que tous les collaborateurs se sentent à l’aise – j’ai envie de dire épanouis – avec cette nouvelle façon de travailler plus souple, mais aussi plus exigeante. Orange a depuis longtemps intégré ce nouveau paradigme. Clients, partenaires, collaborateurs, institutions… sont au cœur des processus du développement de nouvelles solutions dans notre chaîne de l’innovation. Outre sa capacité à aider les entreprises à maîtriser les usages croissants de la data dans un environnement sécurisé,Directeur de la publication : Vivek Badrinath. Directeurs délégués : Axel Haentjens, Estelle Orange est déjà présent sur les trois grandes tendances technologiques majeures des prochaines années, qui sont autant d’opportunités de croissance à saisir par nosAssaf. Directeur de la rédaction : Edouard Olivier. Rédactrices en chef : Sophie de Changy, La réalisation de ce numéro exceptionnel n’a été possible que grâce à l’aimable participation des intervenants mentionnés ci-dessous. Merci à eux. clients, comme par nous-mêmes : le cloud computing ; l’Internet des objets, illustré aujourd’hui par le développement du M2M ; la technologie du « sans contact » (NFC), quiFazyla Gasmi. Conception et réalisation : . Gravure : Gutenberg Networks. Pascal Ancian, directeur mobiles entreprises France et international d’Orange ; Éric Barilland, directeur image et communication employeur d’Orange ;Imprimeur : Axiom Graphic. Éditeur : France Télécom, SA au capital de 10 595 541 532 €, va s’intégrer dans les usages de tous les jours.6, place d’Alleray, 75505 Paris Cedex 15. Dépôt légal : 3e trimestre 2009. ISSN : en cours. Denis Beaulieu, avocat associé de Fidal ; Amaury de Buchet, professeur affilié à l’ESCP Europe ; Ahmed Bounfour, professeur à l’université Paris-Sud ;© France Télécom. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de Jean-Paul Cottet, directeur exécutif marketing, innovation et nouvelles activités de croissance du groupe Orange ; Amaury de Buchet, professeur affilié à Enfin, sa connaissance des différents types de marchés positionne Orange comme partenaire naturel des entreprises dans le nouveau marketing du B2B2C. Notrerectification et de suppression des données qui vous concernent (articles 38 l’ESCP Europe ; Jean-Louis Frechin, designer numérique et fondateur de l’agence Nodesign ; Frantz Gault, directeur général associé de LBMG Worklabs ; positionnement d’opérateur-intégrateur, notre savoir-faire en matière de réseaux, de convergence fixe-mobile sont des atouts forts pour accompagner de bout en bout noset suivants de la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des Denis Guibard, directeur du développement durable des produits et services d’Orange ; Dominique Jakob, architecte au cabinet Jakob + MacFarlane ; clients dans les révolutions à venir.personnes physiques à l’égard des traitements de données à caractèrepersonnel et modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, Thierry Larue, directeur du business développement en charge du poste de travail d’Orange Business Services ; Jean-Pierre Lemaire, directeur général 03aux fichiers et aux libertés). Vous pouvez l’exercer sur notre site à l’adresse d’Orange Consulting ; Pierre Métivier, conseil en innovation et marketing produit ; Georges Nahon, président d’Orange Labs de San Francisco ; Christianwww.orange-business.com, rubrique « nous contacter » Pilters, directeur de programmes multimédia Business Services d’Orange Business Services ; Anne-Marie Thiollet, Executive Vice President d’Orange. Jean-Paul Cottet, directeur exécutif marketing, innovation et nouvelles activités de croissance du groupe Orange.
  3. 3. sommaire flexibilité, agilité, performances : le poste de travail du futur devra respecter ce triptyque sont, dans de nombreuses fonctions, multiples et permanentes 08 les managers vont évoluer vers un rôle de « pilotes de flottilles » la place des objets communicants sera centrale dans des projets innovants, y compris sur le plan architectural les interpénétrations des deux mondes 14 d’un rôle de « capitaines de bateau », le travail en mobilité deviendra la norme quel avenir 16 06 pour les objets les entreprises doivent s’engager 12 dans le monde professionnel communicants ? des collaborateurs Au cœur de l’entreprise de de + en + où et comment demain, les objets communi- nomades ? De plus en plus ténue, la où se situent organiser cants permettront de mieux Un poste de travail – devenu environnement de ligne de partage entre monde professionnel et sphère privée impactera, les frontières entre vie 10 le travail ? connaître les comporte- ments des clients. D’où un changement radical de rela- Nomadisme, espaces de travail – repensé, des sala- riés de plus en plus mobiles dans un futur proche, la vie et l’organisation des entre- privée et vie Les nouvelles technologies numériques vont changer le vers quel travail partagés, réunions à tions entre l’entreprise, les salariés, les fournisseurs et et maîtres de leur temps, le prises et de ses collabora- professionnelle ? rapport des salariés à l’entre- type de distance : le sacro-saint les prospects. Explications. L’entreprise de demain quelle place développement des réseaux teurs. Éclairage. prise. Au sein de ces nou- management ? modèle « un lieu, un terminal, un service » va disparaître. devra également tenir compte des enjeux environ- pour l’environnement ? sociaux, de la visioconfé- velles organisations, le rôle du Autant de changements qui nementaux en adoptant des rence et du cloud…, autant manager va devoir lui aussi vont nécessiter la mise en attitudes éco-responsables. de mutations qu’Orange évoluer pour accompagner place d’un nouveau pacte Principalement dans ses bâti- Business Services entend au mieux les collaborateurs. entre l’entreprise et le salarié. ments et dans l’architecture accompagner au cours des Écueil à éviter, notamment : prochaines années. une « fracture numérique ». des lieux de travail. 04 05
  4. 4. Demain, la dématérialisationgénéralisée et le nomadismeinhérents aux TIC (techno-logies de l’information et de lacommunication) devraient faireévoluer les modes de fonc-tionnement au sein des entre-prises, qui seront de moins enmoins organisées de façonpyramidale.des collaborateurs de + en + nomades ?Connectés en permanence auréseau et ne dépendant plus Dans la décennie qui vient, nous constaterons une attente toujours plus forte autour d’un poste de travail repensé en intégrantd’un lieu de travail déterminé,une partie des collaborateursne seront plus rémunérés en toujours plus de collaboratif et de mobilité. Nous parlerons ainsi de moins en moins de poste de travail, mais de plus en plusfonction d’un temps de pré-sence, mais de l’atteinte d’ob- d’environnement de travail, qui deviendra personnalisable et polymorphe. Parler d’environnement de travail avec une indépendancejectifs en temps voulu.Les entreprises intégreront, accrue aux terminaux fait de la dimension « pro-perso » (étanchéité des environnements) et de la sécurité les deux enjeux majeurs.par ailleurs, plus de presta-tions internationales. Le droit Dans le cloud, il devient accessible de n’importe quel endroit via une multitude de terminaux légers (tablettes, smartphones,du travail, tel que nous leconnaissons aujourd’hui, en ordinateurs, téléviseurs connectés…). Toujours plus mobiles, les salariés pourront alors accroître leur proximité avec leurs clientsFrance, se révélera dès lorsinadapté. De nouvelles règlesdevront nécessairement appa- et gérer plus librement leur temps de travail. Nous disposons, aujourd’hui, de tous les outils et réseaux pour le permettre.raître pour réguler la relationde travail, mais aussi régir les Un tel modèle impliquera néanmoins de se montrer vigilants face à des risques de désocialisation des salariés et de perte de valeurconditions d’accès et d’utilisa-tion du réseau. de l’entreprise, qui deviendra de plus en plus virtuelle. L’une des solutions pourrait être alors de s’appuyer sur les réseaux sociaux Li Wei, photographe, Chine.Denis Beaulieu, d’entreprise ou la visioconférence, deux outils qui montent actuellement en puissance. Orange Business Services entend accompagneravocat associé de Fidal(premier cabinet d’avocatsd’affaires en France). ces mutations en faisant converger les univers du mobile et du poste de travail au sein d’un modèle IT à la demande capitalisant sur le cloud. C’est à cette condition que nous répondrons aux attentes des entreprises qui cherchent à la fois à gagner en flexibilité, en agilité et en performance, tout en maîtrisant leurs coûts. Le poste de travail du futur devra respecter ce triptyque. flexibilité, agilité, performance toujours plus de collaboratif et de mobilité06 un environnement de travail accessible de n’importe où répondre aux attentes des entreprises 07 Thierry Larue, directeur du business développement, en charge du poste de travail d’Orange Business Services. n o m a d i s m e
  5. 5. un monde où le viral – les communautés, la capa- « anytime, anywhere, any cité à en être l’animateuroù se situent les frontières entre vie privée et vie professionnelle ? device » – contourne et bouscule le vertical et ses importeront autant que le diplôme, qui garantit pour silos statutaires, où les flux l’heure essentiellement un comptent autant, voire plus, stock de connaissances et que les stocks dans la créa- de compétences tech-La problématique posée par l’amenuisement de la frontière Ces frontières sont au- tion de valeur. Admettre que les vies pro- niques. Enfin, l’environne- Cela n’est certainement pas ment de travail.entre la vie privée et la vie professionnelle – qui ne fera que se renforcer jourd’hui de plus en plus perméables et de plus en sans susciter de craintes, fessionnelle et privée s’inter- pénètrent conduira aussi Nous parlons désormais mais il faut savoir faire la part de « workspace » et nondans le futur – est de la responsabilisation de tous les acteurs plus multiples. Les inter- pénétrations sont perma- entre risques réels et juge- ments de valeur génériques l’entreprise à adopter des comportements managé- plus de « workstation ». L’interpénétration bien nentes, sous la pression des riaux plus médiateursde l’entreprise : des collaborateurs comme des manageurs. S’il revient technologies, des compor- qui accompagnent souvent les nouvelles technologies et qu’ordonnateurs : non plus vécue des vies personnelle et professionnelle implique tements générationnels, de seulement un règlement età ces derniers de préciser les limites, de mettre en garde sur les nouveaux « business mo- les nouveaux usages : les réseaux sociaux sont une une logique aux contours de concevoir et de mettre à la disposition des collabora- dels » – réseaux sociaux, nets, mais aussi plus derisques de « burn out », c’est aux salariés de « savoir » arrêter, par intelligence collaborative, « crowd sourcing » –, voire menace pour la vie privée des individus et des entre- chartes, plus de pactes entre l’entreprise et ses col- teurs un environnement de travail, des outils collabora- prises ; les « digital natives » tifs et des catalogues deexemple, de lire leurs e-mails. Intel a ainsi invité ses cadres à ne pas prosaïquement des circons- tances du jour. n’ont que faire des notions laborateurs, aux contours plus flous, permettant à services qui permettent de de sécurité et de confiden- passer toujours plus aisé-prendre connaissance de leurs messages le vendredi et, à plus forte Elles deviennent difficile- ment saisissables et tialité ; l’entrelacs pro et chacun de gérer au mieux ses différentes vies numé- ment et en permanence de perso est facteur de stress ; l’une à l’autre dans unraison, le week-end. Dans l’avenir, nous verrons se développer des se présentent à nous sous riques, voire de les mettre comment peut-on prétendre mode « anytime, anywhere, des formes nouvelles : en scène. avoir cinq cents amis… ? any device ». Les technolo- Bring Your Own Device, Deuxièmement, l’apprécia-chartes et des réglementations qui permettront de fixer un environnement Wikileaks, droit à l’oubli La gestion de ces frontières multiples crée de nouveaux tion du talent et de la perfor- gies et les offres sont là. Il y a de vraies réflexions à numérique, en passant par mance. Les collaborateursde fonctionnement vertueux. Des outils favoriseront également le cloud et les apps stores qui déplacent les frontières champs d’opportunités et d’exigences. talentueux et performants seront ceux qui sauront être mener sur la compréhen- sion et l’anticipation de leursune meilleure délimitation de cette frontière. Comme le projet Wite 2, Trois exemples viennent à usages dans le contexte de établies des systèmes au cœur de multiples flux l’esprit. Premièrement, les ces multiples frontières d’information personnels et sociaux pour y créer de la pratiques managériales. entre vie personnelle et vieen cours d’expérimentation, qui permettra, à terme, de créer professionnels. Nous sommes entrés dans valeur. L’e-reputation, la présence et la visibilité sur professionnelle.une plateforme virtuelle pour les travailleurs nomades en favorisant Jean-Pierre Lemaire, directeur général d’Orangenotamment leur sociabilisation de façon simple et rapide. Consulting. le viral contourne et bouscule le vertical08 Frantz Gault, directeur général associé de LBMG Worklabs. 09 Carin Standford et Casper Franken, une frontière aujourd’hui de plus en plus perméable le studio Shotopop, Afrique du Sud. d é l i m i t a t i o n
  6. 6. vers quel type de management ? d’entreprise qui se mettent peu à peu en place ; l’on commence à en apercevoir aujourd’hui les prémices. Ces La souplesse qu’apportent les technologies numériques dans nouveaux médias permettent de tracer les échanges d’une la gestion du temps de travail va modifier notre relation à l’entreprise. manière beaucoup plus perti- nente, simple et transparente Hier définie comme une unité de lieu, elle deviendra, demain, que les messageries tradi- tionnelles, qui ont atteint des une unité de temps. L’entreprise ne représentera plus forcément limites en matière de partage d’information. Mais le risque que certaines l’endroit où l’on travaille, mais des plages horaires sur nos agendas. Durant les prochaines an- personnes ne s’adaptent pas à ces nouveaux usages n’est À l’image de la montée en puissance des réseaux sociaux, le numérique nées, le management au sein des entreprises va pas à exclure. À travers, notamment, des actions de devenir moins hiérarchique y jouera un rôle prépondérant dans la manière de gérer des projets et plus transverse, ce qui formation ou d’une trans- position souple des usages va nécessiter une respon- et les collaborateurs. D’un rôle classique de « capitaines de bateau », sabilisation accrue des collaborateurs. personnels dans l’univers de l’entreprise, il sera néces- les managers vont évoluer vers un rôle de « pilotes de flottilles ». L’accélération des prises de décision et l’augmentation saire d’accompagner le changement afin d’éviter une Indépendantes les unes des autres, ces équipes à géométrie variable des flux d’information dis- ponibles induisent en effet « fracture numérique ». Amaury de Buchet, se manageront en mode projet et de façon très souple. Dans ce monde d’accorder davantage d’au- tonomie à tous les acteurs professeur affilié à l’ESCP Europe. plus complexe, où les collaborateurs auront accès à une très grande de l’entreprise. En facilitant un travail à distance collaboratif et en quantité d’informations, le manager, en tant qu’animateur, aura à conserver temps réel, les TIC (techno- logies de l’information et de plus que jamais son rôle de créateur de lien social. la communication) vont favo- riser l’adoption de ce nou- veau modèle managérial. À Éric Barilland, directeur image et communication employeur d’Orange. l’image des réseaux sociaux montée en puissance des réseaux sociaux un management moins hiérarchique10 Christian Montenegro, illustrateur, Argentine. hier unité de lieu, l’entreprise deviendra demain unité de temps 11 m o d e p r o j e t
  7. 7. L’évolution technologique favorise de nouveaux comportements au sein de l’entreprise À l’instar des usages qui se développent déjà aujourd’hui, le travail en mobilité va deve- – nomadisme, espaces de travail partagés, réunions à distance… –, qui créent nir demain la norme dans le monde professionnel. Le Orange va plus que jamais et nécessitent un nouveau pacte entre l’entreprise et le salarié. De fait, les solutions poste de travail ne sera plus tirer sa force de son modèle conçu sur une base fixe d’opérateur-intégrateur pour de l’entreprise de demain résident dans la conversation intelligente qui se nouera entre comme par le passé, mais répondre aussi bien aux directement sur une base débit, mobile ou fixe. Chacun attentes B2B que B2B2C. eux. Dans ce contexte, les outils numériques doivent jouer un rôle de médiation, capables mobile. de ces terminaux répondra a En plus d’offrir le meilleur Le modèle « un lieu, un ter- des situations d’usages réseau mobile, nous appor- minal, un service » va dispa- complémentaires. tons, de bout en bout, aux de suppléer à la lourdeur de certains process. En un mot, ils doivent intégrer directement Autre tendance de fond : raître, de même que la entreprises des solutions frontière entre les mondes le développement des innovantes (postes de travail la notion d’utilisateur final pour remettre l’humain au cœur des échanges d’information. professionnel et personnel échanges en vidéo. nomades, murs de télé- ira en s’atténuant. Bénéficier d’une image par- présence, outils de partage À ce titre, une cloison dans un open space, par exemple, ou une simple table de À sa place émergera un faite en haute définition sur de documents…) pour mieux poste de travail nomade, de très grands écrans et d’un collaborer avec leurs travail peuvent devenir des espaces numériques collaboratifs. Un salarié nomade pourra constitué de plusieurs termi- son de grande qualité aura employés et clients. naux mobiles, connectés en davantage de valeur ajoutée À travers nos solutions de ainsi s’installer à tout moment dans un endroit neutre et recréer un environnement de permanence, depuis n’im- que de s’appuyer sur des « device management », porte quel endroit, en haut techniques comme la 3D ou nous les aidons également à où les hologrammes, plus bien gérer, sécuriser et cloi- travail à la fois fonctionnel et personnel. Des écrans lui permettront d’afficher les dossiers accessoires. Cette qualité de sonner des usages profes- son et d’image permettra aux sionnels et personnels qui se en cours ou, pourquoi pas, la photo de ses enfants. Le recours à de nouveaux types entreprises d’organiser des chevauchent sur les tablettes réunions à distance, par et les smartphones. et d’affichage associé à de la téléprésence est également envisageable pour tenir des exemple sur des murs de téléprésence, dans des Pascal Ancian, réunions à distance dans des conditions optimales d’efficacité et d’humanité. En tout état conditions optimales. L’on directeur mobiles devrait également assister au entreprises France comment développement de tables de et international, Orange. de cause, la technologie ne doit pas être la solution, mais le moyen. Ce sont d’abord les réunion tactiles, sur lesquelles il sera possible de projeter et Thierry Larue, usages et le contexte de l’activité qui conditionnent l’utilisation attendue de la technologie. de partager du contenu directeur du business organiser (documents, vidéos…) et de développement en charge Ces nouveaux outils visent d’abord à créer un espace d’empathie pour libérer la créativité communiquer. Nous verrons du poste de travail, apparaître une multiplicité de Orange Business Services. des individus, car elle est au cœur de l’épanouissement professionnel de chacun. capteurs, maximisant les interactions des entreprises le avec leurs salariés ou avec leurs clients. Jean-Louis Frechin, designer numérique et fondateur de l’agence Nodesign. travail ? remettre l’humain au cœur des échanges d’information le modèle « un lieu, un terminal, un service » va disparaître12 Junya Ishigami, architecte, Japon. la technologie ne doit pas être la solution, mais le moyen 13 m o b i l i t é
  8. 8. Dix ans après l’explosion donc dans la décennie des cuve est bientôt vide ? Dans ciant d’un savoir capitalisé Tous les secteurs de l’éco- rôle d’opérateur-intégrateur Anne-Marie Thiollet, Di- de la bulle Internet, les faits objets communicants, et l’entreprise, agir en temps dans le système d’informa- nomie tireront profit des ob- sera d’assurer la disponibi- Directrice de la Ligne sont là : les humains sont cette révolution touchera réel est indispensable pour tion central de l’entreprise. jets communicants  : la lité de nos réseaux et de d’Activités Entreprises connectés. 1,6 milliard d’in- aussi bien le monde de l’en- servir ses clients, et aussi Les objets communicants santé, l’énergie, le transport, structurer intelligemment d’Orange ternautes, plus de 4 milliards treprise que la sphère per- pour résister à la pression ouvrent aussi de nouveaux l’automobile, les collectivités ces flux vers les bonnes ap- de mobiles, des usages en sonnelle. concurrentielle sur les coûts : modèles économiques aux locales, la domotique, la plications. Il y a déjà des Christian Pilters, explosion dans la voie D’abord, parce que chacun information instantanée et entreprises, pour lancer de grande distribution… enjeux de normalisation qui directeur de programmes tracée par l’iPhone. d’entre nous s’est habitué à contrôle immédiat permet- nouveaux marchés, comme Des milliards d’objets seront s’amplifieront dans les pro- multimédia Business Cette révolution unique une information en temps tent d’économiser sur l’in- on peut l’imaginer dans le ainsi connectés. Certains chaines années afin de ga- Services d’Orange Business dans l’histoire humaine, les réel. Je peux savoir à tout disponibilité d’équipements cas de la voiture électrique, avancent même le chiffre de rantir la communication Services machines sont en train de la instant où se trouve le livre coûteux, d’éviter les dépla- qui sera, par nature, 15 milliards en 2020. Ce qui d’informations entre objets connaître dans la décennie que j’ai commandé à l’autre cements d’équipes de connectée, ou pour déve- est certain, c’est qu’il faut variés. Les objets communi- en cours, grâce aux équipe- bout du monde. Comment maintenance déjà optimi- lopper du service, comme le d’ores et déjà prévoir l’im- cants nous ouvrent une dé- ments, aux réseaux et aux mon fournisseur de gaz sées, d’automatiser des fait Nespresso avec ses pact de ces flux d’informa- cennie passionnante. Place applications. Nous sommes pourrait-il ignorer que ma actions locales en bénéfi- machines à café. tion sur les réseaux. Notre à l’imagination.quel avenir pour les objets communicants ?Il y a huit ans, on ne parlait pas de Facebook, de Twitter ni de Blu-ray ; pas davantage de la télévision 3D, de l’iPhone ou de l’iPad. Et, si le cloud existait,très peu utilisaient ce terme. À l’horizon 2020, une chose est sûre : les technologies auront beaucoup évolué. Si l’on veut faire un peu d’anticipation technologique,l’on peut vraisemblablement imaginer l’apparition de ce que j’appellerais une « baguette magique ». Un outil basé sur le principe du smartphone, mais où la voix,dans le sens téléphonie, aura peu d’importance ; une télécommande connectée à notre vie personnelle et professionnelle permettant de dialoguer et d’interagiravec notre environnement. Elle répondra à des commandes vocales (comme le permet Siri), à des gestes (NFC et capteurs de mouvements, comme la Wiiet la Kinect), à des regards, voire à des pensées. Elle sera communicante, bien sûr, et saura tirer parti des données du type open data - big data. Cette « e-baguette »intégrera de très nombreux capteurs qui seront comme des notes de musique complémentaires dans la gamme des technologies disponibles aux innovateurs.Les citoyens, usagers, consommateurs, en adoptant (ou pas) les usages créés par cette gamme, seront les vrais compositeurs de notre avenir technologique. Pierre Métivier, conseil en innovation et marketing produit (réseau Net-7), créateur du blog Avec ou sans contact.Ben Sandler, photographe, France. une télécommande connectée à notre vie personnelle la place des objets communicants sera centrale 15 milliards de machines en 2020 ! 15 c o n n e x i o n
  9. 9. quelle place pour l’environnement ? Intégrer les paramètres environnementaux, Les entreprises sont dès maintenant tenues d’accorder une place grandissante adopter des attitudes à l’environnement. Pour des raisons économiques, car le coût de l’énergie ne cesse d’alourdir éco-responsables les budgets, et pour des raisons de développement, qui fera que leurs produits et services et assumer sa part seront préférés par les clients. Sans oublier, nous pouvons l’espérer, qu’un retour d’une de responsabilité tension de l’offre sur le marché de l’emploi incitera les entreprises à présenter le meilleur profil sociétale demande possible pour attirer des talents de plus en plus sensibles aux aspects environnementaux. aux entreprises de Pour être respectés, ces engagements demandent qu’une volonté soit clairement s’engager dans des affichée par l’entreprise à tous les niveaux de la hiérarchie. La prise en compte du facteur projets innovants, environnemental dans les bâtiments, dans l’architecture des lieux de travail, implique y compris sur le plan en effet le déploiement de systèmes comme le M2M, de réseaux de collectes des architectural. Or elles informations ou encore de capteurs. Des solutions de communication clairement moins sont souvent réticentes impactantes sur l’environnement, mais qui changent radicalement la façon de produire à s’aventurer sur des et d’échanger. Les Green IT permettront aussi de rendre les bâtiments plus intelligents voies nouvelles. À tort, et contribueront à créer des infrastructures à énergie positive. Reste à mettre en avant car les projets les plus cette nouvelle efficacité énergétique à l’aide d’outils certifiés de mesure répondant à des réussis sont souvent critères internationaux pour rendre objective et indiscutable l’évaluation des impacts. les plus audacieux. Dominique Jakob, architecte au cabinet Jakob + MacFarlane. Denis Guibard, directeur du développement durable des produits et services d’Orange. www.jakobmacfarlane.com rendre les bâtiments plus intelligents adopter des attitudes éco-responsables Anouk Legendre et Nicolas Desmazières, agence X-Tu, France. 17 e n g a g e m e n t

×