Introduction au E-Marketing
Doc 1: Le concept de marketing et son évolution
Le marketing est un concept récent. Il est app...
Synthèse cours: Le E-Marketing
Jean-philippe Boullery / 2009
I. La révolution Internet
La révolution des TIC (Technologies...
Internet, activité complémentaire des autres activités culturelles
Alors qu’est largement répandue l’idée qu’Internet se s...
Boo.com (1998-2000; précurseur de Next.co.uk), peut-être la faillite la plus grotesque et la plus
démesurée, qui restera u...
Finalement, rares sont les entreprises connectées qui utilisent le réseau des réseaux pour
dématérialiser leurs échanges a...
3. L'impact des TIC sur les paramètres du Mix marketing :
- L'impact sur les marchés
Internet modifie le marché des entrep...
- Quel type de site Internet dois-je créer et en fonction de quels objectifs: communication de
marque, site institutionnel...
80% et 90% des candidats passent, aujourd'hui, par les sites des entreprises et plus d'une entreprise
sur deux publie des ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ch 1-la-révolution-des-tic-2010

200 vues

Publié le

Révolution des TIC

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
200
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ch 1-la-révolution-des-tic-2010

  1. 1. Introduction au E-Marketing Doc 1: Le concept de marketing et son évolution Le marketing est un concept récent. Il est apparu aux Etats-Unis au début du XX siècle avec le développement de la consommation de masse. En Europe, les techniques du marketing se sont diffusées et ont été mises en application après la seconde guerre mondiale, d'abord dans les grandes entreprises puis progressivement, dès les années 70, à toutes les catégories de produits et d'organisations. Assez rapidement, on est passé d'une optique commerciale : vendre ce qui a été produit en développant les structures commerciales (force de vente et réseau de distribution) à une optique marketing orientée marché, plus complète dans sa démarche et prééminente dans l'organisation de l'entreprise. Conception commerciale Conception moderne Le marketing est accessoire par rapport à la production. Il ne sert qu'à mieux écouler la production. Prééminence de la fonction marketing dans l'organisation de l'entreprise (fonction stratégique qui oriente l'activité de l'entreprise) Il se résume essentiellement à la force de vente, la distribution et la publicité Il devient une démarche construite : - analyse et étude du marché, - segmentation, - élaboration d'un mix marketing (l'offre produit) cohérent - élaboration des plans d’action qui visent à promouvoir l'offre (marketing opérationnel) Champ d'action limité à quelques grandes entreprises et essentiellement à des biens de grande consommation Champs d'action étendu à tous les produits et services, les concepts, les organisations. Cette approche très codifiée s'appuie sur 3 composantes: - Une composante recherche d'informations (connaître) : C'est l'étude et l'analyse du marché, c'est à dire la recherche descriptive et explicative des mécanismes du marché. - Une composante réflexion (décider) : C'est le marketing stratégique qui s'efforce de penser à long terme le développement de l'entreprise et à orienter ses activités vers des opportunités attractives (choix des produits-marché et des segments), c'est à dire adaptées à ses ressources et porteuses de croissance et de rentabilité. - Une composante action (agir) : C'est le marketing opérationnel qui par l'élaboration du plan de marchéage fixe et coordonne les plans produit, prix, distribution et communication. Dans ce cadre, on peut définir le marketing comme la fonction qui dans l’entreprise s’attache à identifier et à mesurer les besoins de la clientèle, à choisir ceux (les segments) que l’entreprise servira en priorité, à décider des concepts de produits qui répondront à ses attentes et à élaborer les plans d’action qui visent à les promouvoir. Autre définition: Le marketing consiste à créer et partager de la valeur au bénéfice mutuel de l'entreprise et de ses clients. Les évolutions récentes du marketing: - Le rôle croissant de l'information: Primauté accordée à l'information et à son traitement en temps réel grâce a de nouveaux applicatifs informatiques (Benchmarking, datamining, scoring, géomarketing, études Online …) - Un marketing plus technique qui s'appuie sur des outils informatiques et des applicatifs toujours plus performants en matière d'analyse des données (datamining), de segmentation et de ciblage (scoring, géomarketing, ciblage comportementale, contextuel …) et de suivi de la clientèle (CRM), E-marketing. Il devient alors nécessaire de se spécialiser tout en ayant une bonne connaissance globale du marketing. - Un marketing plus gestionnaire qui se doit de démontrer la rentabilité et le retour sur investissement des actions engagées. - Un changement dans les axes du marketing, avec une prépondérance du client sur le marché, et une diffusion du marketing à tous les secteurs et acteurs de l'entreprise.
  2. 2. Synthèse cours: Le E-Marketing Jean-philippe Boullery / 2009 I. La révolution Internet La révolution des TIC (Technologies de l'information et des Communications) est née autour des années 1970 dans la Silicon Valley, grâce à la convergence des progrès réalisés dans les secteurs de la microélectronique, de l’informatique et des télécommunications. Toute une série d'innovations: informatique, langage, réseau, et web ont permis la numérisation de l'information (de tout type), son stockage et surtout son transport instantané et à moindre cout via des réseaux informatiques, notamment Internet (concept d'autoroutes de l'information). Une nouvelle forme d'économie est alors apparue qui s'est rapidement propagée à l'échelle mondiale : l'économie numérique appelée aussi nouvelle économie qui s'appuie sur ces TIC : Internet, téléphonie mobile, mail. Doc 2 : La nouvelle économie Doc 2- Nouvelle économie Extrait Le Monde Diplomatique – Avril 2000 ON connaît le mot de Karl Marx : « Donnez-moi le moulin à vent, je vous donnerai le Moyen Âge. » Nous pourrions ajouter, en le paraphrasant : « Donnez-moi la machine à vapeur, je vous donnerai l’ère industrielle. » Ou, en l’appliquant à l’époque contemporaine : « Donnez-moi l’ordinateur, je vous donnerai la mondialisation. » Même si de tels déterminismes sont forcément excessifs, ils résument bien cette idée centrale : à des moments charnières de l’histoire, une invention capitale - qui ne résulte jamais du hasard - bouleverse l’ordre des choses, infléchit la trajectoire d’une société et enclenche un nouveau mouvement de longue durée. Imperceptiblement, depuis une bonne décennie, nous sommes entrés dans un mouvement de ce type. A la fin du XVIIIe siècle, la machine à vapeur, en provoquant la révolution industrielle, avait changé la face du monde : essor du capitalisme, apparition de la classe ouvrière, naissance du socialisme, expansion du colonialisme, etc. Or cette machine, en définitive, ne relayait que le muscle. Ayant vocation à remplacer le cerveau, l’ordinateur est en train de provoquer, sous nos yeux, des mutations encore plus formidables et inédites. Chacun constate, en effet, que déjà tout change autour de soi : le contexte économique, les données politiques, les paramètres écologiques, les valeurs sociales, les critères culturels et les attitudes individuelles. Les technologies de l’information et de la communication ainsi que la révolution numérique nous font entrer, nolens volens, dans une nouvelle ère dont la caractéristique centrale est le transport instantané de données immatérielles et la prolifération des liaisons et des réseaux électroniques. Internet constitue le cœur, le carrefour et la synthèse de la grande mutation en cours. Les autoroutes de la communication sont à l’ère actuelle ce que les chemins de fer furent à l’ère industrielle : de vigoureux facteurs d’impulsion et d’intensification des échanges. … L'internet grand public est apparu les années 95. L'audience limitée et élitiste du départ va rapidement se développer. Les premiers sites marchands apparaissent mais la méfiance du public notamment à l'égard des paiements en ligne et le manque de réglementation va brider leur croissance. Dans le même temps, on assiste à un développement rapide de nouveaux sites dont le modèle de développement repose exclusivement sur la diffusion de publicité (phénomène des startups). Doc 3 : Internet a une forte présence dans les foyers Doc 3 - Internet a une forte présence dans les foyers Janvier 2009 / Source: Médiamétrie-Net Ratings. Au départ élitiste, le web est dorénavant présent dans une majorité de foyers et d'entreprises: - 62% des Français de plus de 11 ans sont des internautes, soit 32,7 millions d'individus - 15 millions de foyers, soit 57,8%, ont accès à Internet à domicile. - 32 heures, soit un peu plus d'1 heure chaque jour, c'est le temps moyen passé par mois sur le Net (contre 102 heures pour la télévision)
  3. 3. Internet, activité complémentaire des autres activités culturelles Alors qu’est largement répandue l’idée qu’Internet se substituerait aux autres activités culturelles, l’analyse du Credoc mettrait plutôt en évidence l’inverse. Cinéma, spectacle, bibliothèque, musée : autant d’activités culturelles dont la pratique va plutôt favoriser la présence d’une connexion Internet à son domicile. A l’inverse, les personnes qui ne pratiquent aucune de ces activités ont 3.3 fois moins chances d’être équipés. Ce chiffre est à interpréter indépendamment des effets de structure des autres variables qui pourraient évidemment interférer (niveau de diplôme, niveau de revenus…). Des nouveaux modes de consommation Une des explications qui peut interférer dans ces différents résultats intervient dans les nouvelles pratiques de consommation. Avec le développement des NTIC, l’utilisation de médias s’est en fait largement diversifiée. Le phénomène le plus marquant concerne le développement de la consultation en convergence, comportement qui consiste à visionner un média sur un support numérique. Selon une étude de TNS Sofres , 8.9 millions ont adopté cette pratique de façon quotidienne en 2008, soit 1.2 millions d’utilisateurs supplémentaires. De manière plus occasionnelle près de 28 millions ont consulté un contenu média sur une nouvelle plateforme au cours des 3 derniers mois, soit 4.3 millions d’utilisateurs supplémentaires. Parmi ces différents médias, c’est la radio qui est la plus écoutée à travers une plate-forme numérique : plus de 21 millions d’internautes ont utilisé cette méthode en 2008 (soit près de 7 internautes sur 10). Internet représenterait donc plus une forme d’ouverture vers les autres médias qu’une technologie canibalisante. L'éclatement de la bulle spéculative en 2000 marque un temps d'arrêt au développement du commerce électronique et à celui des startups. En quelques mois, 40% des sites de E-commerce et des modèles de sites s'appuyant exclusivement le Net comme support publicitaire, disparaitront. Il faudra attendre 2003 pour que la confiance renaisse. Le marché du E-commerce et de la communication On-line connaîtront alors une nouvelle phase de croissance, ininterrompue jusqu'à présent, malgré la crise. On assistera en effet à un quasi doublement des volumes d’affaires chaque année sur le Net. Dès 2006, Internet devient le cinquième média et le commerce électronique occupe la première place des techniques de VAD. Doc 4 - La bulle Internet Doc 4 - La bulle Internet de 2000 C’est en 2000 que la Bourse a connu son précédent plus haut. A l’époque, c’était les valeurs “internet” qui étaient montées au ciel. Les valorisations étaient délirantes. Pour justifier des prix hors de mesure, on avait changé la mesure de valorisation: le chiffre d’affaires, le PER, c’était ringard. Par exemple, on valorisait France Télécom par le nombre de clients avec un coefficient multiplicateur. Chaque client “valait” 1000€ par exemple. Ainsi, avec 50 millions de clients, l’entreprise était valorisé 50 milliards (tiens … c’est la capitalisation actuelle du titre). Maintenant, imaginons qu’un client vaille 10.000€ ? Et bien vous multipliez par 10 le prix de l’action (tiens: on retrouve la capitalisation équivalente de l’époque 2000). Etait-ce raisonnable ? Assurément non, mais il fallait se replacer dans le contexte de l’époque, où rien qu’en annonçant avoir un projet de e-commerce, les investisseurs se bousculaient pour acheter vos titres. Ce qui suivi fut logique: une prise de conscience, et une chute des valeurs “internet”, le marché faisant alors le tri entre les “bonnes” valeurs, et les “mauvaises” valeurs. Cela a pris 3 ans avant une nouvelle hausse des marchés action. Le 11 septembre 2001 a eu lieu vers la fin de la première phase de purge, et bien que l’on retienne cette date pour les attentats dramatiques à New York (un vrai traumatisme), boursièrement parlant, cet événement n’a pas été fondamental: ce n’est pas parce qu’il y a eu des attentats que la bourse a baissé jusque 2003, mais bien par l’exagération de la bulle internet. Internet, c’est un peu comme les chemins de fer; un extraordinaire pas en avant pour nos sociétés, comme le furent les chemins de fer au XIXe siècle.
  4. 4. Boo.com (1998-2000; précurseur de Next.co.uk), peut-être la faillite la plus grotesque et la plus démesurée, qui restera un vrai symbole d’une certaine folie financière. Boo.com, une boutique en ligne de… fringues, avait déjà dépensé plus de 100 millions d’euros avant d’avoir encaissé la première livre de chiffres d’affaire. Je me souviens avoir suivi ça en direct, les bureaux fastueux, l’équipe dirigeante constituée de jeunes bobos prétentieux qui passaient sûrement plus de temps chez l’esthéticienne et devant les photographes qu’aux commandes de leur boîte, tout cela sentait tellement l’échec programmé par excès de vanité que ça en était caricatural et finalement assez pitoyable. L'un des éléments qui contribua à redynamiser les investissements sur le Net fut l'avènement du concept de web 2.0. Avec lui émerge la promesse d'un ordre socio-économique fondé sur de nouvelles valeurs : communautés, partage de ressources, contribution à la création, gratuité et liberté … autant de notions-clés qui structurent et définissent la culture Web 2.0. La question reste posée si ce nouvel ordre médiatique sera à la base d’une nouvelle approche marketing. Doc 5 - Un nouveau web Doc 5 - web 2.0 - Un nouveau web plus "collectif, communicant et relationnel" Jusqu'aux années 2002 / 2003, le web était très statique. Un site se composait de pages reliées les une aux autres en partant d'une page d'accueil. On utilisait alors essentiellement le langage HTML. Depuis le milieu des années 2000, une nouvelle tendance s'est rapidement affirmée: le Web 2.0 qui place l'internaute au cœur du processus de création. Avec lui, de nouveaux outils comme les blogs, les forums ou encore les CMS permettent facilement à chacun de s'exprimer sur le web et de créer ses propres pages, sans contrainte technique, sans savoir préalable. - L'intelligence se partage et devient collective: Wikipedia - Les blogs se développent rapidement. Ces nouveaux supports d'expression deviennent également vecteur d'information. - Les supports de communication se développent: voix sur IP, vidéo, messageries instantanées, les réseaux sociaux, les forums … Les spécialistes considèrent qu'en 2010 le commerce et la communication Online entreront dans une phase de maturité, même si les gisements de croissance sont encore importants. Doc 6 – Le retard des PME Doc 6. Le retard des TPE dans le domaine des TIC Les TPE sont les très petites entreprises ayant entre 1 et 19 salariés. Elles représentent 96 % des entreprises Françaises. Si 79% des TPE sont désormais informatisées, il n’en reste pas moins que l’usage qu’elles font de cette informatisation reste très rudimentaire puisque il est essentiellement axé sur le traitement administratif (utilisation des logiciels de bureautique pour les courriers, les devis, les factures, gestion quotidienne). Par ailleurs, beaucoup de TPE informatisées ne possèdent qu’un seul ordinateur pour toute l’entreprise, sachant que ce dernier fait très souvent office de PC professionnel et de PC personnel, voire familial. L’ordinateur est encore assimilé pour beaucoup de dirigeants de TPE comme une « vulgaire machine à écrire ». Ainsi, à peine 30% des TPE utilisent des logiciels de gestion professionnels (gestion commerciale, gestion comptable, gestion de la trésorerie, gestion de la paie, devis et factures, fichiers clients…), pourtant indispensables pour piloter et mesurer de façon performante et fiable toute activité économique tout en se consacrant à son coeur de métier. Seules 65% des TPE disposent en 2005 d’un accès Internet, ce qui signifie que 840.000 d’entre elles restent encore totalement coupées de l’économie numérique. Plus inquiétant encore : 65% des TPE non connectées à la toile imputent cette situation à une absence de besoin et 24% à des difficultés pour maîtriser l’informatique. En ce qui concerne les entreprises connectées, 91% utilisent Internet d’abord pour l’envoi et la réception de courriers électroniques, 89% pour rechercher des informations, 63% pour effectuer des réservations ou passer des commandes de fournitures courantes et 62% pour consulter leur compte bancaire.
  5. 5. Finalement, rares sont les entreprises connectées qui utilisent le réseau des réseaux pour dématérialiser leurs échanges avec leurs 5 pôles de relation que sont les clients, les fournisseurs, les collaborateurs, l’administration et les partenaires juridiques et financiers. Ce constat est d’ailleurs renforcé par le peu de certificats électroniques en circulation dans notre pays, un outil qui constitue l’un des meilleurs indicateurs pour mesurer le degré d’évolution de l’économie numérique sur un territoire donné. 27% des TPE françaises disposent d’un site web en 2005 (soit seulement une entreprise sur quatre) et 50% ne sont encore pas convaincues de l’intérêt d’avoir leur propre site. Par ailleurs, les sites existants sont essentiellement des sites vitrines destinés à présenter l’entreprise, parfois ses produits. Seules 10% des TPE ayant un site Internet offrent la possibilité à leurs clients de commander en ligne. Catalogues et boutiques en ligne, e-mailing, news-letter, location de logiciels en ligne, sauvegarde de données en ligne, publipostage en ligne, publicité en ligne, réseau local sans fil, Internet mobile, assistants personnels, agendas partagés, recrutement et formation par Internet, e-sourcing et e- procurement, web conferencing, messagerie instantanée, téléphonie sur IP, télédéclarations, certificat et signature électroniques, lettre recommandée électronique, marchés publics en ligne, dématérialisation des documents, formalités en ligne, intranet, extranet… Autant d’outils et de bonnes pratiques numériques qui pourraient permettre à nos TPE nationales de trouver un nouveau souffle mais dont, malheureusement, à peine 15 % d’entre elles profitent réellement. Le concepts de E-marketing est apparu très tôt, mais il faudra attendre cette phase de maturité pour que les contours et les spécificités apparaissent plus clairement, donnant alors naissance à un corpus plus cohérent mais toujours en construction. II. L'impact d'internet et des TIC sur toute la chaîne du marketing Les évolutions technologiques associées à la "nouvelle économie" ont des conséquences multiples sur les pratiques marketing des entreprises. Elles ne remettent pas radicalement en question les approches traditionnelles mais donnent des impulsions nouvelles qui transforment le marketing: 1. Les TIC ont des conséquences sur la productivité des services marketing et commerciaux. 2. Les TIC sont source d'innovation dans les pratiques de vente et de communication 3. Les TIC ont un impact sur tous les paramètres du mix 4. Les TIC peuvent représenter des opportunités ou des menaces nouvelles pour les entreprises. 1. Impact des TIC sur la productivité des services marketing et commerciaux : Gain de temps Gain d'argent Gains en performances Skype > faire une réunion virtuelle x x Youtube > réaliser une vidéo de démonstration x x Voix sur IP > Remplacer avantageusement son téléphone x Place de marché électronique > trouver facilement de nouveaux fournisseurs x x x 2. Les TIC source d'innovation en vente et communication : Vente: site de E-Commerce Abolition des clivages de temps, d'espace et de lieu. Permet la vente sur des micro cibles. Communication: création d'un blog entreprise Bon outil de communication institutionnel qui allie modernité et interactivité.
  6. 6. 3. L'impact des TIC sur les paramètres du Mix marketing : - L'impact sur les marchés Internet modifie le marché des entreprises. Sur le plan quantitatif, il élargit considérablement leur marché en permettant (théoriquement) un accès universel et illimité aux produits des entreprises. Il élargit également l'espace concurrentiel avec l'apparition de nouveaux concurrents. Internet facilite une meilleure connaissance du marché: Le web est une source abondante d'information, les flux RSS et les outils de bookmarking facilitent la veille informationnelle. Les sondage en ligne sont dorénavant facilement accessibles aux TPE (financièrement et techniquement). Sur le plan qualitatif, les attentes et les comportements des consommateurs changent avec le développement de l'offre en ligne car ils sont plus facilement informés et diversifient leurs sources. - L'impact sur l'offre de produits et services Le développement du commerce en ligne n'a pas eu de conséquences majeures sur les politiques de produit, sauf peut être à accélérer la dématérialisation des œuvres (musique, cinéma et bientôt lecture). Par contre, il a engendré la création d'une multitude de nouveaux sites marchands. On compte en 2008, 48 000 sites (dont 12 000 nouveaux) et la progression continue en 2009 malgré la crise : on devrait atteindre les 60 000 sites marchands fin 2009. A noter également la croissance rapide du commerce C to C. - L'impact sur la politique de prix La structure des coûts de revient est pour certains produits (diffusion de musique, logiciels) radicalement modifiée. L'investissement de départ est élevé mais le coût de diffusion est réduit à zéro. De nouveaux modes de fixation des prix apparaissent comme les enchères en lignes. - L'impact sur la distribution Internet s'est rapidement imposé comme un nouveau canal de distribution, même si la révolution du commerce en ligne annoncée à la fin des années 90 ne s'est pas (encore) réalisée. Cet impact est très significatifs dans certains secteurs (produits culturel, voyage). Dans d'autres cas, il a ouvert la voie au multicanal. - L'impact sur la communication Internet est le troisième média. Il dépasse dors et déjà le cinéma en terme d'audience et de budget. C'est surtout devenu un média de convergence qui contrairement à ce qu'on pense ne cannibalise pas les médias traditionnels. 4. Les opportunités et menaces apportées par les TIC : - Ma E-réputation (identité numérique) peut être malmenée dans les forums, les commentaires des internautes ou par du buzz. - Utilisation des places de marché pour trouver de nouveaux fournisseurs III. Le E-marketing On définit le E-Marketing comme l'ensemble des moyens visant à promouvoir une offre grâce aux TIC, notamment Internet, le mail et la téléphonie mobile. A l'instar du marketing, son champ d'application est double: - Dans un cadre stratégique, il s'agit de tenir compte des opportunités de marché et des possibilités d'innovation liées aux TIC, mais également d'intégrer ces nouvelles pratiques mercatiques au mix marketing actuel. On distingue alors un marketing Online et Offline qui doivent rester complémentaires et cohérents. - Sur un plan opérationnel, il s'agit de construire et de gérer des sites Web qui répondent aux attentes des cibles visées, mais aussi de les promouvoir, de créer du trafic, de les animer ou encore de fidéliser les visiteurs. Les principales interrogations du marketing Online sont les suivantes: - Comment analyser et suivre mes marchés sur le Net, l'offre des concurrents, les attentes des consommateurs ? Utiliser le Net pour mener des investigations (sondages), utiliser mes outils de veille informationnels (flux RSS, bookmarking en réseau) - Comment intégrer et associer marketing Online et Offline ?
  7. 7. - Quel type de site Internet dois-je créer et en fonction de quels objectifs: communication de marque, site institutionnel, site relationnel, site transactionnel (générer des contacts et sites marchands)? Ps: la question de la nécessité de création d'un site ne se pose même plus! - Choix des solutions techniques : hébergement, nom de domaine, solutions de paiement en ligne, gestion de l'équipe chargée d'animer le site ? - Connaître et respecter les réglementations, - Quel sera le positionnement du site, ses cibles ? Quelle structuration, quel contenu ? Son ergonomie ? Comment analyser et diagnostiquer mon site ? - Comment améliorer sa visibilité et créer du trafic: référencement naturel, SEM, achat de mots clés, affiliation, Net linking, établissement de partenariats - Comment transformer les visites en prospects, en acheteurs ? Comment fidéliser ? - Comment optimiser mon processus de vente, améliorer ma logistique ? - Comment mesurer les retombées de mes actions promotionnelles ? Le problème qui commence à apparaître est que chacune des branches du E-marketing continue de se développer et de se complexifier, donnant naissance à des spécialités en E-marketing avec un vocabulaire et des approches très particulières. Il devient alors difficile d'avoir une connaissance et des compétences professionnelles dans tous ces domaines. Les équipes sont donc pluridisciplinaires et font appel également à des prestataires externes (web designer, référenceur, programmeur …). IV. 10 bonnes raisons, et plus, pour une entreprise d'être présente sur le Net 1/ Internet offre de la visibilité à votre entreprise Le web est devenu le premier support de recherche d'information pour les consommateurs. S'ils recherchent vos produits, votre entreprise se doit d'être présente dans les pages de résultat. 2- Outil de communication externe. L'utilisation de la messagerie électronique permet d'établir une meilleure relation et à moindre coût avec les clients, les fournisseurs, les filiales ou une force de vente. La mise en place d'un serveur permet aux clients ou aux fournisseurs de venir chercher instantanément l'information qu'ils souhaitent (catalogue, prix, remises...). Résultat: rapidité des transmissions et réduction du coût d'impression et d'acheminement. La généralisation des boîtes aux lettres électroniques permettant de recevoir des informations en quantité et sous différentes formes, est la source d'importantes économies. L'entreprise traitant avec des clients internationaux ou des filiales à également intérêt à mettre en place un système très économique de téléphonie par l'Internet. 3- Outil de communication interne. Les entreprises qui possèdent un intranet sont beaucoup plus réactives et peuvent répondre plus efficacement aux clients. L'Internet comme l'intranet accélèrent les flux d'information. Ils permettent donc une meilleure réactivité par rapport à la concurrence. La mise en place d'une base de données de documents commerciaux, marketing, comptables ou techniques permet d'optimiser la circulation de l'information. Les documents sont disponibles sur le réseau interne tout en filtrant le type d'information disponible, chacun disposant de la même source évitant de faire circuler de l'information qui ne serait plus à jour. 4- Affirmer sa crédibilité et développer la confiance en offrant du contenu supplémentaire ou des privilèges pour les visiteurs du site (des conseils et astuces “Comment faire pour utiliser… ?”) 5- Etendre sa zone de chalandise de locale à régionale… voire même nationale ou mondiale en vendant en ligne et en livrant les commandes avec des solutions comme Colissimo de la Poste. 6- Trouver de nouvelles sources de prospects en mettant en place des programmes d’affiliation et attirer de nouveaux clients en profitant du trafic très ciblé. Bien entendu ces actions vont en plus des opérations commerciales physiques (distribution de prospectus…). 7- Outil de recrutement. Dans le domaine de l'emploi, les entreprises peuvent recruter avec efficacité sur Internet. Il existe un nombre important de sites sur ce secteur et de nombreux sites Corporate offrent désormais une rubrique RH très consultée. Outre l'impact sur l'image de l'entreprise, cela permet aussi à l'entreprise de collecter des candidatures qualitatives par une approche très ciblée du poste. Du moteur de recherche au site d'annonces en passant par le site RH, la quantité des candidatures disponibles, permet une sélection rapide et internationale à un coût incomparable. Entre
  8. 8. 80% et 90% des candidats passent, aujourd'hui, par les sites des entreprises et plus d'une entreprise sur deux publie des offres d'emploi sur Internet. 8- Outil de veille stratégique. Avec Internet, l'entreprise renforce la connaissance de son environnement. Le réseau permet d'organiser une veille efficace sur le secteur d'activité de l'entreprise. A l'aide des outils de l'Internet (robots et moteurs de recherches) il est devenu plus facile de localiser au niveau mondial plusieurs fournisseurs d'un produit ou d'un service, aussi pointu ou spécifique soit-il. On peut se faire ainsi une idée plus précise de l'offre en comparant les prix et la qualité des produits et négocier à l'échelle mondiale. L'Internet permet ainsi d'ajuster les prix. Il permet également de baisser les prix à la vente ou d'accroître les marges par la désintermédiation. 9- Outil relationnel. Internet grâce à son interactivité facilite les contacts avec les consommateurs. En participant aux groupes de discussion ou en multipliant les sondages les entreprises restent à l'écoute de leur marché. L'entreprise analyse en temps réel des informations qui lui permettront d'améliorer la qualité de ses services comme de ses produits. Le blog d'entreprise instrumentalise parfaitement ce concept. Il est également possible à l'entreprise d'optimiser son service après vente par la mise à disposition 24h/24 de listes de questions réponses qui permettent aux clients de résoudre des problèmes courants ou de suivre par exemple le routage d'un colis. 10- La possibilité de développer avec efficience un marketing de niche. Une PME spécialisée dans un domaine d'activité (chaussure pour unijambiste ou accessoires golf pour gaucher) a tout intérêt a étendre sa zone de chalandise à moindre frais au niveau national et même européen. Autant un point de vente physique serait difficilement rentable (7% de a population est gauchère), autant un site Internet peut l'être. 11- Utiliser des ressources et applications partagées et en ligne. Stockage des données, édition de facture …

×