SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  9
Télécharger pour lire hors ligne
p.1
« Discours sur l’origine et les fondements
de l’inégalité parmi les hommes »
Jean-Jacques Rousseau - 1755
Raphaëlle Sleurs - Erasmus 2015/2016
Professeur : Florin Lobont
Introduction à la philosophie et aux
sciences politques
p.02
Discours sur l’origine et les fondements de
l’inégalité parmi les Hommes
J
ean-jacques Rousseau, a écrit ce discours entre 1753 et 1755 dans le cadre d’un concours
lancé par l’académie de Dijon, La question de ce concours était : «Quelle est l’origine de
l’inégalité des conditions parmi les Hommes ?». Jean-jacques Rousseau va faire part dans
ce discours de sa vision l’état de nature, de la perfectibilité humaine et de l’origine des inéga-
lités reposant selon lui, principalement sur la notion de propriété privée. Il va retracer l’évo-
lution humaine, en dehors de toute références religieuses, pour mieux comprendre l’Homme
dans la société d’aujourd’hui (société civilisée). Jean-Jacques Rousseau part du principe que
l’Homme possède deux types d’inégalités : inégalité physique, qu’on ne peut changer, et l’iné-
galité morale, établie par une convention humaine. Il va donc chercher l’origine de cette iné-
galité morale.
I - L’homme physique, l’homme à l’état de nature
Dans “discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les Hommes”, Jean-
Jacques Rousseau étudie l’évolution de la civilisation et cherche à comprendre com-
ment l’Homme “sauvage” vivant dans la nature et libre s’est transformé en un être où le
faible est l’esclave du plus fort.
Pour comprendre cette évolution, il faut dans un premier temps comprendre ce qu’est
l’Homme à l’état de Nature, c’est à dire l’Homme en dehors de toute civilisation. Et les avis
divergent selon les différents philosophes de l’époque. En effet, Jean-jacques Rousseau se
confronte aux avis d’Hobbes et de Montesquieu, Cumerland et Puffendorf.
Pour Hobbes, l’Homme est naturellement intrépide, il ne cherche qu’a attaquer et com-
battre. Au contraire, pour Montesquieu, Cumberland et Puffendorf, rien n’est si timide
que l’Homme à l’état de nature. Selon eux, dans l’état de nature, l’Homme fuit face à toute
situation de danger si il se compare plus faible où ne peut distinguer les forces de son ad-
versaire.
Comparaison avec les animaux
Pour comprendre l’Homme à l’état de nature, Jean-Jacques Rousseau utilise la comparai-
son avec les animaux. Les principales comparaisons se font sur les points suivants : les
maladies, la vieillesse, la faiblesse de la mère et de l’enfant. En effet, selon Jean-Jacques
p.03
Rousseau, les maladies n’apparaissent qu’avec la société. Nous pouvons même pour sou-
ligner ce propos regarder l’apparition des différentes maladies en suivant l’apparition des
différentes sociétés civiles. Les maladies humaines viennent principalement de l’excès de
travail, d’une nourriture trop riche ou au contraire trop faible (inégalité entre les “riches”
et les “pauvres”), la fatigue et l’épuisement de l’esprit.
Différence avec les animaux
A l’état sauvage, l’Homme et l’animal on en commun les premières fonctions purement
animales : vouloir/ ne pas vouloir, désirer/craindre, la douleur, la faim, le repos, la re-
cherche de reproduction. Cependant, il est clair que
l’Homme est différent de l’être animal, de part son
évolution et sa conscience. “La nature commande à
tout animal et la bête obéît”, au contraire, l’Homme
possède une conscience, il est libre d’acquiescer ou
de résister. Si l’Homme peut acquiescer ou résister, il est donc libre de ses choix et à donc
la faculté de progresser et d’évoluer.
Apparition du langage
La première différence apparaît avec le langage, où l’on voit clairement que l’Homme est
muni d’une conscience, qu’une évolution est clairement établie. L’apparition du langage
apparaît en premier lieu dans la communication entre la mère et l’enfant et plus largement
avec le Père. C’est l’enfant qui à le plus besoin de cette communication, pour se faire com-
prendre, survivre et apprendre. Cependant il y a une grande différence entre le fait que la
mère apprend des mots à son enfant (apprentissage d’une langue) et la formation d’une
langue. Selon Mr. l’Abbé de Condillac, la société est déjà établie avant que les inventeurs
du langage apparaissent, ce qui est contraire à la vision de Jean-Jacques Rousseau. Celui
lui, l’instinct primaire entraîne les premiers cris (faim, douleurs, peur …). Puis une com-
munication plus avancée avec des inflexions de voix, des gestes où imitations. Ensuite
apparaissent les premiers mots qui ont une signification très étendues avec seulement des
verbes à l’infinitif, les adjectifs mettent du temps à apparaîtrent car se sont des notions
abstraites, difficiles à comprendre. Et pour finir, l’Homme a eu besoin de comprendre les
différences entre les objets, notions, propriétés et pouvoir ainsi les nommer.
Avec l’apparition du langage, on voit aussi l’évolution de la conscience et de l’intelligence
de l’Homme, contrairement à l’animal. A l’état de Nature, l’Homme a eu besoin d’une
langue pour se faire comprendre, il a donc eu besoin de se servir de la parole. Cependant,
pour se servir de la parole, il a du apprendre à penser. Enfin, une fois qu’il a su penser, il a
pu trouver l’art de la parole plus avancée.
“La nature commande à tout animal
et la bête obéît”
p.04
Apparition des sentiments
Selon Jean-Jacques Rousseau, à l’état Naturel, l’Homme à trois principaux sentiments : La
raison, la pitié et la passion. Pour lui, la raison est ce qui va entraîner l’amour propre, va
emmener l’Homme à réfléchir sur ses actes et lui éviter de commettre des actes graves. La
raison entraîne souvent la pitié, qui est un sentiment naturel pour l’Homme.
C’est d’ailleurs grâce à la pitié que l’espèce humaine se conserve, l’Homme a pitié du plus
faible et va le protéger, ou du moins va être répugné à lui faire du mal. La pitié est un effet
de miroir sur l’Homme : “Fais à autrui comme tu veux qu’on te fasse”.
Enfin, la passion est un sentiment contraire à la réflexion. Face à la passion, l’Homme
va agir avec ardeur. Cependant, la passion évolue à travers la société, car à l’état Naturel,
l’Homme sauvage n’est sujet à peu de passion. En effet, à l’état naturel l’Homme ne connaît
ni la vanité, ni la considération, ni l’estime, ni le mépris et n’a également pas de notion de
justice. Il ne peut donc pas agir avec mal et vengeance face à
autrui et garde un regard innocent sur la violence, qui pour lui
n’est qu’un mal facile à réparer. De plus, dans la passion nous
devons parler de la passion amoureuse. Cette passion se diffé-
rencie suivant l’état naturel et dans l’évolution de la société (état
moral). A l’état naturel, l’amour n’est qu’une attirance physique, un désir pour un objet ou
une personne. A l’état moral, la passion de l’amour est fondé sur les codes de la société : le
mérite, la beauté. De là apparaît la jalousie ainsi que des passions beaucoup plus impor-
tantes qui amènent plus facilement à des violences. Jean-Jacques Rousseau montre cette
évolution de la passion dans la société en disant :”Il faut convenir d’abord que plus les
passions sont violentes, plus les lois sont nécessaires pour les contenir”.
Apparition des inégalités à travers la société
A l’état naturel, l’Homme vit au même rythme que les autres, a accès à la même nourriture,
fait face aux même dangers. Les différences, et donc inégalités de l’Homme sauvage, se
ressentent dans la robustesse et la force du corps ou dans la force de l’esprit. Ces inégali-
tés sont physiques mais leurs proportions restent faibles. Au contraire, dans la société, le
principal facteur d’inégalité apparaît dans l’éducation : “l’édu-
cation met de la différence entre les esprits cultivés et ceux qui
ne le sont pas” et dans la diversité des genres de vie. L’inégalité
a donc une beaucoup plus grande proportion et l’écart entre les
forts et les faibles, ne se fait plus sur des critères physiques mais
sur des critères morales.
“Fais à autrui comme tu
veux qu’on te fasse”
“l’éducation met de la diffé-
rence entre les esprits culti-
vés et ceux qui ne le sont
pas”
p.05
II - Les différences entre l’Homme sauvage et l’Homme
civilisé
Dans cette première partie, Jean-Jacques Rousseau nous montre sa vision de l’Homme
sauvage, à l’état naturel en dehors de toute société. Il nous montre aussi son évolu-
tion et les différents points qui caractérise nt l’Homme face aux animaux : le langage, les
sentiments, la conscience … Cependant, on voit bien
qu’a travers ces évolutions, la notion de l’Homme civi-
lisé apparaît, quelles sont les différences entre l’Homme
sauvage et l’Homme civilisé ?
Les premières différences se font à travers la nourriture
et la survie. Le sentiments naturel de la faim, qui est un
sentiment animal, amène l’Homme sauvage à user par
instinct naturel des productions de la terre, Deuxième-
ment, la relation entre la mère et l’enfant s’arrête au moment où l’enfant sait survivre seul.
Ces caractéristiques sont semblables à celle des animaux et est donc caractérisé par l’être
sauvage. Il était en communion avec la Nature et se nourrissait de celle-ci. Cependant,
l’Homme a rapidement dût faire face aux difficultés de la nature et apprendre à la vaincre.
En se civilisant, l’Homme est devenu plus agile, plus vigoureux au combat, a dût trouver
des solutions pour faire face aux climats rudes, utiliser des éléments naturels (feu, air, eau
…). Il a donc développé ses compétences pour survivre face à la force de la nature.
Nous pouvons shématiser l’évolution de l’Homme dans la société selon ce que dit Jean-
Jacques Rousseau de cette manière :
•	 Développement des compétences pour vivre dans la nature (apprivoisement du feu,
vitesse et force)
•	 Supériorité envers les autres espèces - animaux - (chasse des animaux pour sur-
vivre)
•	 Notion de propriété (maisons, terres, objets)
•	 Notion d’intérêt commun et de concurrence (entraide pour obtenir quelque chose
lorsque les forces d’une seule personne sont trop faibles, mais concurrence entre le
plus fort et le plus faible)
•	 Développement de la vie familiale (développement des sentiments conjugaux et pa-
ternel) - La vie en famille est la première vie en société
•	 Apparition de différences entre les sexes dans la société : la femelle devient séden-
taire
•	 Formation de troupes / nations (rapprochement des familles) - Apparition des
moeurs, comparaisons, idée de mérite, de beauté et de préférence, sentiments de
tendresse, de jalousie et de discorde
•	 Développement des loisirs en communs (chant, danse)
“Le premier sentiment de
l’Homme fut celui de son exis-
tence, son premier soin celui de
sa conservation”.
p.06
•	 Développement des inégalités à travers la vanité et le mépris, la honte et l’envie, le bon-
heur et l’innocence
•	 Idée de considération et de la vengeance
•	 Idée de soustraire le travail à une autre personne à travers les premières bases d’agricul-
ture et de métallurgie. Apparition des inégalités entre maîtres et serviteurs.
III- L’origine des sociétés politiques et des libertés
L’origine de la société politique repose avant tout sur le fondement du plus fort face au
faible ainsi qu’à la liberté et comment cette liberté est vue par le peuple.
Droit de conquête
Pour Jean-Jacques Rousseau il est clair que le droit de conquête (conquérir une terre, supé-
riorité face à un autre Homme) n’est par le sens, pas un droit. En effet le droit de conquête
se traduit tout simplement par la loi du plus fort et la violence. Il ne faut pas se contenter
d’un peuple qui obéit pour traduire leurs libertés mais se poser la question de quelle ma-
nière sont-ils réprimandés. Il donne la métaphore du cheval sous la selle de son écuyer.
Le cheval peut écouter son écuyer et répondre à ses ordres, pour autant, cela ne veut pas
dire qu’il le fait en accord avec son maître, il est juste contraint par les éperons et la bride
: Si j’obéis j’échappe aux réprimandes et la violence. Dans la société qui se met en place la
différence entre le fort et le faible est simplement la richesse et le droit de propriété. La
société est alors fondée sur des conventions mais sans lois. La société est donc bancale,
fondée sur des bases instables.
Fondements des libertés
Toute société politique repose sur les fondements de la liberté. La maxime fondamentale
selon Jean-Jacques Rousseau, “les peuples se sont donné des chefs pour défendre leur liberté
et non pour les asservir” répond à la question de la domina-
tion d’un homme sur un autre. Si un Homme se laisse gou-
verner par un semblable c’est pour avoir une protection sur
ses biens, ses libertés et l’oppression. Cependant, de cette ma-
nière de se protéger de l’oppression en se faisant gouverner
“L’égalité demeure lorsqu’un homme se suffit à ses propres besoins. Dès lors qu’un
homme a besoin de secours d’un autre, l’égalité disparaît”.
“les peuples se sont donné
des chefs pour défendre leur
liberté et non pour les asser-
vir”
p.07
par un Homme, le peuple perd ses libertés fondamentales et est soumis au droit paternel.
A travers cette nouvelle société civile, le droit paternel est pourtant différent du droit pa-
ternel de nature. Selon le droit paternel de nature, “le père n’est le maître de l’enfant aussi
longtemps que son secours lui est nécessaire”, après quoi, l’enfant est émancipé du droit
paternel est devient égal à lui. Mais au contraire, dans la société civile, “un individu ne fut
reconnu pour le Père de plusieurs que quand il restèrent assemblés autour de lui”. Le peuple
est donc dépendant de son père, la société civile. La société donne droit au peuple, les
protège, selon le devoir paternel, mais selon le devoir paternel également, le peuple a un
devoir de reconnaissance aussi longtemps que le Maître en juge le mérite.
“Il fait justice quand il les dépouille ; il fait grâce quand il les laisse vivre”.
Libertés individuelles
Avec cette soumission des libertés de nature, arrive la question des libertés individuelles
et ses limites. Selon Pufendorff, “tout de même qu’on transfère son bien à autrui par des
conventions et des contracts, on peut aussi se dépouiller de sa liberté en faveur de quelqu’un”.
Ce à quoi Jean-Jacques Rousseau n’est pas d’accord. Le droit de propriété est une chose,
n’ayant pas de convention et d’institution humaine, tout Homme peut à son gré disposer
de ce qu’il possède, mais les libertés individuelles sont tout autre chose : la vie et la liberté
sont des droits naturels, qu’on ne peut déposséder d’un homme. Avec l’exemple de l’escla-
vage, l’homme à complètement dépossédé l’Homme de ses droits naturels. Cela appuie
une fois de plus que la société civile a été fondée sans bases correctes et juste face aux droits
naturels, qu’il en ai que force et violence face aux faibles et donc non respects des libertés
individuelles dans la société.
Libertés dans le corps politique
Pour Jean-Jacques Rousseau il y a deux formes de gouvernements, celui basé sur la
conquêtes et la richesse et l’autre basé sur le bonheur et la vertu. Dans ce premier type de
gouvernement, le peuple subissait les envies individuelles des hauts membres de l’Etat,
qui les contraignaient de plus en plus dans leur liberté. Le peuple n’avait aucun moyen de
défendre ses droits et pour garder une vie convenable n’avait d’autre choix que d’obéir pour
garder le peu de libertés qu’il leurs restaient. Au fil des révolutions des peuples, le droit et
les lois changent et les inégalités augmentent. Ce qui était état de riche et pauvre au début,
se modifia en état de puissant et faible puis maître et esclave. Il y a une dépendance entre
les riches, qui gouvernent, et les pauvres qui subissent. En effet tant que le pauvre conti-
nue de subir et voir ses libertés diminuer, tant le riche continuera à jouir de ses libertés
gagnées. Jean-Jacques Rousseau prévoit déjà pour les siècles futurs les révolutions qu’amè-
neront ces inégalités entre le peuple. L’oppression continuera sans que le peuple qui subit
puisse trouver un échappatoire. Les libertés diminueront et le peuple se divisera. C’est à ce
p.08
moment là que les vertus disparaîtront pour des tyrans au gouvernement.
“OnverroitfomenterparlesChefstoutcequipeutaffoiblirdeshommes
rassemblés en les désinussant.”
Conclusion sur l’évolution de l’homme sauvage vers l’homme civilisé et critiques de l’oeuvre
Tout au long de ce discours on peut clairement percevoir une grande différence entre
l’homme à l’état de nature et l’homme civilisé. Que ce soit dans ses relations avec les autres,
ses valeurs, ses besoins ou ses désirs, l’homme civilisé n’a plus rien à voir avec l’homme
sauvage. Ils sont tout deux tellement différents que ce qui fait le bonheur de l’un réduit le
second au désespoir. Mais la plus grande différence entre ces deux états de l’humain, reste
au travers de la reconnaissance : “le sauvage vit en lui-même ; l’homme sociable toujours
hors de lui ne sait vivre que dans l’opinion des autres, et c’est, pour ainsi dire, de leur seul
jugement qu’il tire le sentiment de sa propre existence.”
Malgré un optimisme dans la philosophie de Jean-jacques Rousseau, qui fait de l’humain
un Homme naturellement bon, sa vision de la modernité reste cependant très sévère. De
plus, ce discours à provoqué de nombreuses critiques, au sein des philosophes mais aussi
auprès de l’église. En effet, Voltaire a vivement réagit à travers une lettre datée de 1755, car
selon lui, Jean-Jacques Rousseau veut réduire
l’Homme à une bête sauvage. Ce qui est une
mauvaise compréhension de l’oeuvre de la part
de Voltaire, car ce n’est de loin l’intention de
Jean-jacques Rousseau, qui a fait une critique
sociale en séparant la question de l’origine des
inégalités et son fonctionnement. L’église catho-
lique, elle, à condamné Jean-Jacques Rousseau
car il a nié le pécher originel.
Avec ce discours, Jean-Jacques Rousseau place
sa philosophie dans l’explication du Mythe du bon sauvage, mais il contribue surtout aux
grandes questions de la philosophie politique. Ce discours sur l’origine des inégalités des
Hommes va emmener Jean-Jacques Rousseau à écrire Le contrat social, parut en 1762. Il
va expliqué dans ce contrat, les principes de souveraineté du peuple ainsi que les notions
de liberté, d’égalité et de volonté générale. Le contrat social va entre autre entraîner la ré-
volution française en permettant l’expression de la volonté générale du peuple.
“le sauvage vit en lui-même ; l’homme
sociable toujours hors de lui ne sait vivre
que dans l’opinion des autres, et c’est,
pour ainsi dire, de leur seul jugement
qu’il tire le sentiment de sa propre exis-
tence.”
p.09
Conclusion personnelle
Selon moi, Jean-Jacques Rousseau est à l’origine de la démocratie française et de l’expres-
sion des envies du peuple. Il a joué un grand rôle dans le changement de la vision du
peuple. Les problèmes qu’il souligne dans son siècle, au travers des inégalités, restent ma-
joritairement les même aujourd’hui, ce qui fait de son discours un texte universel encore à
notre époque. Son discours m’a beaucoup touché au vu de la situation politique française
d’aujourd’hui, de la monté des inégalités et du rôle des Hommes politiques. Mais cela
montre aussi que les inégalités sont ancrées dans la société civilisée et que cette société
ne peut fonctionner sans ses inégalités. En effet, Jean-Jacques Rousseau à pointé du doigt
l’origine des inégalités il y a plus de deux siècles, et pourtant les inégalités contemporaines
sont les même, son discours peut s’appliquer à notre société actuelle. Une société ne peut
se contenter de l’expression générale du peuple pour fonctionner et supprimer les inégali-
tés car l’expression individuelle de chacun l’emporte.
Cette analyse du Discours sur l’inégalité parmi les Hommes a été une très bonne introduc-
tion à la philosophie. J’ai pu aborder les notions de liberté, de sentiment et de conscience,
qui sont les bases de la philosophie. Mais également une très bonne introduction aux
sciences politiques, qui m’a beaucoup appris sur l’origine de la politique en France.

Contenu connexe

Similaire à Etude Philosophique - Jean-Jacques Rousseau

Pastoralia 04 (dossier)
Pastoralia 04 (dossier)Pastoralia 04 (dossier)
Pastoralia 04 (dossier)cathobruxelles
 
Ensemble
EnsembleEnsemble
EnsembleBEBOODA
 
La théorie du genre progrès humain ou danger réel ?
La théorie du genre progrès humain ou danger réel ?La théorie du genre progrès humain ou danger réel ?
La théorie du genre progrès humain ou danger réel ?Grégoire Plus
 
Psychanalyse des religions
Psychanalyse des religionsPsychanalyse des religions
Psychanalyse des religionsBenoit Fabre
 
X manzano hommme femme...
X manzano hommme femme...X manzano hommme femme...
X manzano hommme femme...icm13
 
Méditations et réflexions ( n°05 ) les avatars du contact humain
Méditations et réflexions   ( n°05 ) les avatars du contact humainMéditations et réflexions   ( n°05 ) les avatars du contact humain
Méditations et réflexions ( n°05 ) les avatars du contact humainabdelmalek aghzaf
 
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...Laboratoire Epsylon
 
Révision bac philosophie
Révision bac philosophieRévision bac philosophie
Révision bac philosophieFlorence Comte
 
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE : ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE :  ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...L’HOMME PSYCHOPATHIQUE :  ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE : ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...Audrey Jacob
 
Palabre 33 individu
Palabre 33 individuPalabre 33 individu
Palabre 33 individuboprat
 
COMMENT ÉLIMINER LA VIOLENCE AU BRÉSIL.pdf
COMMENT ÉLIMINER LA VIOLENCE AU BRÉSIL.pdfCOMMENT ÉLIMINER LA VIOLENCE AU BRÉSIL.pdf
COMMENT ÉLIMINER LA VIOLENCE AU BRÉSIL.pdfFaga1939
 
Théories du développement psycho affectif
Théories du développement psycho affectifThéories du développement psycho affectif
Théories du développement psycho affectifAmineBenjelloun
 
Si l’homme n’est pas capable de vivre avec les animaux, qu’en sera-t-il avec ...
Si l’homme n’est pas capable de vivre avec les animaux, qu’en sera-t-il avec ...Si l’homme n’est pas capable de vivre avec les animaux, qu’en sera-t-il avec ...
Si l’homme n’est pas capable de vivre avec les animaux, qu’en sera-t-il avec ...Yolaine de la Bigne
 
Les visages
Les visagesLes visages
Les visagesdrabir4
 

Similaire à Etude Philosophique - Jean-Jacques Rousseau (20)

Pastoralia 04 (dossier)
Pastoralia 04 (dossier)Pastoralia 04 (dossier)
Pastoralia 04 (dossier)
 
Chercheurs de sens. — 16b. 1935, Bernard Froussart
Chercheurs de sens. — 16b. 1935, Bernard FroussartChercheurs de sens. — 16b. 1935, Bernard Froussart
Chercheurs de sens. — 16b. 1935, Bernard Froussart
 
Chapitre 7 socialisation
Chapitre 7 socialisationChapitre 7 socialisation
Chapitre 7 socialisation
 
Ensemble
EnsembleEnsemble
Ensemble
 
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINELA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
 
La théorie du genre progrès humain ou danger réel ?
La théorie du genre progrès humain ou danger réel ?La théorie du genre progrès humain ou danger réel ?
La théorie du genre progrès humain ou danger réel ?
 
Psycho enfant
Psycho enfantPsycho enfant
Psycho enfant
 
Psychanalyse des religions
Psychanalyse des religionsPsychanalyse des religions
Psychanalyse des religions
 
X manzano hommme femme...
X manzano hommme femme...X manzano hommme femme...
X manzano hommme femme...
 
Méditations et réflexions ( n°05 ) les avatars du contact humain
Méditations et réflexions   ( n°05 ) les avatars du contact humainMéditations et réflexions   ( n°05 ) les avatars du contact humain
Méditations et réflexions ( n°05 ) les avatars du contact humain
 
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...
 
Révision bac philosophie
Révision bac philosophieRévision bac philosophie
Révision bac philosophie
 
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE : ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE :  ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...L’HOMME PSYCHOPATHIQUE :  ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE : ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...
 
Palabre 33 individu
Palabre 33 individuPalabre 33 individu
Palabre 33 individu
 
2 perception
2 perception2 perception
2 perception
 
COMMENT ÉLIMINER LA VIOLENCE AU BRÉSIL.pdf
COMMENT ÉLIMINER LA VIOLENCE AU BRÉSIL.pdfCOMMENT ÉLIMINER LA VIOLENCE AU BRÉSIL.pdf
COMMENT ÉLIMINER LA VIOLENCE AU BRÉSIL.pdf
 
Sexualité
SexualitéSexualité
Sexualité
 
Théories du développement psycho affectif
Théories du développement psycho affectifThéories du développement psycho affectif
Théories du développement psycho affectif
 
Si l’homme n’est pas capable de vivre avec les animaux, qu’en sera-t-il avec ...
Si l’homme n’est pas capable de vivre avec les animaux, qu’en sera-t-il avec ...Si l’homme n’est pas capable de vivre avec les animaux, qu’en sera-t-il avec ...
Si l’homme n’est pas capable de vivre avec les animaux, qu’en sera-t-il avec ...
 
Les visages
Les visagesLes visages
Les visages
 

Plus de Raphaëlle Sleurs

Rapport de stage en bibliothéconomie
Rapport de stage en bibliothéconomieRapport de stage en bibliothéconomie
Rapport de stage en bibliothéconomieRaphaëlle Sleurs
 
Soutenance de stage - assistante chargée de communication
Soutenance de stage - assistante chargée de communicationSoutenance de stage - assistante chargée de communication
Soutenance de stage - assistante chargée de communicationRaphaëlle Sleurs
 
Cultural project management - Art encounters
Cultural project management - Art encountersCultural project management - Art encounters
Cultural project management - Art encountersRaphaëlle Sleurs
 
Magazine cinéma Nemours Annecy
Magazine cinéma Nemours AnnecyMagazine cinéma Nemours Annecy
Magazine cinéma Nemours AnnecyRaphaëlle Sleurs
 
Rapport projet - Agence de communication NEO
Rapport projet - Agence de communication NEORapport projet - Agence de communication NEO
Rapport projet - Agence de communication NEORaphaëlle Sleurs
 
Dossier de stratégie de visibilité web - Festival des cultures du monde de Ch...
Dossier de stratégie de visibilité web - Festival des cultures du monde de Ch...Dossier de stratégie de visibilité web - Festival des cultures du monde de Ch...
Dossier de stratégie de visibilité web - Festival des cultures du monde de Ch...Raphaëlle Sleurs
 
Communiqué de presse Festival culturel "La chaleur des grands froids" - 2015
Communiqué de presse Festival culturel "La chaleur des grands froids" - 2015Communiqué de presse Festival culturel "La chaleur des grands froids" - 2015
Communiqué de presse Festival culturel "La chaleur des grands froids" - 2015Raphaëlle Sleurs
 
Biennale d'art contemporain de Lyon - 2013
Biennale d'art contemporain de Lyon - 2013Biennale d'art contemporain de Lyon - 2013
Biennale d'art contemporain de Lyon - 2013Raphaëlle Sleurs
 

Plus de Raphaëlle Sleurs (10)

Rapport de stage en bibliothéconomie
Rapport de stage en bibliothéconomieRapport de stage en bibliothéconomie
Rapport de stage en bibliothéconomie
 
Soutenance de stage - assistante chargée de communication
Soutenance de stage - assistante chargée de communicationSoutenance de stage - assistante chargée de communication
Soutenance de stage - assistante chargée de communication
 
Cultural project management - Art encounters
Cultural project management - Art encountersCultural project management - Art encounters
Cultural project management - Art encounters
 
Planche d'inspiration
Planche d'inspirationPlanche d'inspiration
Planche d'inspiration
 
Magazine Eras'mag
Magazine Eras'magMagazine Eras'mag
Magazine Eras'mag
 
Magazine cinéma Nemours Annecy
Magazine cinéma Nemours AnnecyMagazine cinéma Nemours Annecy
Magazine cinéma Nemours Annecy
 
Rapport projet - Agence de communication NEO
Rapport projet - Agence de communication NEORapport projet - Agence de communication NEO
Rapport projet - Agence de communication NEO
 
Dossier de stratégie de visibilité web - Festival des cultures du monde de Ch...
Dossier de stratégie de visibilité web - Festival des cultures du monde de Ch...Dossier de stratégie de visibilité web - Festival des cultures du monde de Ch...
Dossier de stratégie de visibilité web - Festival des cultures du monde de Ch...
 
Communiqué de presse Festival culturel "La chaleur des grands froids" - 2015
Communiqué de presse Festival culturel "La chaleur des grands froids" - 2015Communiqué de presse Festival culturel "La chaleur des grands froids" - 2015
Communiqué de presse Festival culturel "La chaleur des grands froids" - 2015
 
Biennale d'art contemporain de Lyon - 2013
Biennale d'art contemporain de Lyon - 2013Biennale d'art contemporain de Lyon - 2013
Biennale d'art contemporain de Lyon - 2013
 

Etude Philosophique - Jean-Jacques Rousseau

  • 1. p.1 « Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes » Jean-Jacques Rousseau - 1755 Raphaëlle Sleurs - Erasmus 2015/2016 Professeur : Florin Lobont Introduction à la philosophie et aux sciences politques
  • 2. p.02 Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les Hommes J ean-jacques Rousseau, a écrit ce discours entre 1753 et 1755 dans le cadre d’un concours lancé par l’académie de Dijon, La question de ce concours était : «Quelle est l’origine de l’inégalité des conditions parmi les Hommes ?». Jean-jacques Rousseau va faire part dans ce discours de sa vision l’état de nature, de la perfectibilité humaine et de l’origine des inéga- lités reposant selon lui, principalement sur la notion de propriété privée. Il va retracer l’évo- lution humaine, en dehors de toute références religieuses, pour mieux comprendre l’Homme dans la société d’aujourd’hui (société civilisée). Jean-Jacques Rousseau part du principe que l’Homme possède deux types d’inégalités : inégalité physique, qu’on ne peut changer, et l’iné- galité morale, établie par une convention humaine. Il va donc chercher l’origine de cette iné- galité morale. I - L’homme physique, l’homme à l’état de nature Dans “discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les Hommes”, Jean- Jacques Rousseau étudie l’évolution de la civilisation et cherche à comprendre com- ment l’Homme “sauvage” vivant dans la nature et libre s’est transformé en un être où le faible est l’esclave du plus fort. Pour comprendre cette évolution, il faut dans un premier temps comprendre ce qu’est l’Homme à l’état de Nature, c’est à dire l’Homme en dehors de toute civilisation. Et les avis divergent selon les différents philosophes de l’époque. En effet, Jean-jacques Rousseau se confronte aux avis d’Hobbes et de Montesquieu, Cumerland et Puffendorf. Pour Hobbes, l’Homme est naturellement intrépide, il ne cherche qu’a attaquer et com- battre. Au contraire, pour Montesquieu, Cumberland et Puffendorf, rien n’est si timide que l’Homme à l’état de nature. Selon eux, dans l’état de nature, l’Homme fuit face à toute situation de danger si il se compare plus faible où ne peut distinguer les forces de son ad- versaire. Comparaison avec les animaux Pour comprendre l’Homme à l’état de nature, Jean-Jacques Rousseau utilise la comparai- son avec les animaux. Les principales comparaisons se font sur les points suivants : les maladies, la vieillesse, la faiblesse de la mère et de l’enfant. En effet, selon Jean-Jacques
  • 3. p.03 Rousseau, les maladies n’apparaissent qu’avec la société. Nous pouvons même pour sou- ligner ce propos regarder l’apparition des différentes maladies en suivant l’apparition des différentes sociétés civiles. Les maladies humaines viennent principalement de l’excès de travail, d’une nourriture trop riche ou au contraire trop faible (inégalité entre les “riches” et les “pauvres”), la fatigue et l’épuisement de l’esprit. Différence avec les animaux A l’état sauvage, l’Homme et l’animal on en commun les premières fonctions purement animales : vouloir/ ne pas vouloir, désirer/craindre, la douleur, la faim, le repos, la re- cherche de reproduction. Cependant, il est clair que l’Homme est différent de l’être animal, de part son évolution et sa conscience. “La nature commande à tout animal et la bête obéît”, au contraire, l’Homme possède une conscience, il est libre d’acquiescer ou de résister. Si l’Homme peut acquiescer ou résister, il est donc libre de ses choix et à donc la faculté de progresser et d’évoluer. Apparition du langage La première différence apparaît avec le langage, où l’on voit clairement que l’Homme est muni d’une conscience, qu’une évolution est clairement établie. L’apparition du langage apparaît en premier lieu dans la communication entre la mère et l’enfant et plus largement avec le Père. C’est l’enfant qui à le plus besoin de cette communication, pour se faire com- prendre, survivre et apprendre. Cependant il y a une grande différence entre le fait que la mère apprend des mots à son enfant (apprentissage d’une langue) et la formation d’une langue. Selon Mr. l’Abbé de Condillac, la société est déjà établie avant que les inventeurs du langage apparaissent, ce qui est contraire à la vision de Jean-Jacques Rousseau. Celui lui, l’instinct primaire entraîne les premiers cris (faim, douleurs, peur …). Puis une com- munication plus avancée avec des inflexions de voix, des gestes où imitations. Ensuite apparaissent les premiers mots qui ont une signification très étendues avec seulement des verbes à l’infinitif, les adjectifs mettent du temps à apparaîtrent car se sont des notions abstraites, difficiles à comprendre. Et pour finir, l’Homme a eu besoin de comprendre les différences entre les objets, notions, propriétés et pouvoir ainsi les nommer. Avec l’apparition du langage, on voit aussi l’évolution de la conscience et de l’intelligence de l’Homme, contrairement à l’animal. A l’état de Nature, l’Homme a eu besoin d’une langue pour se faire comprendre, il a donc eu besoin de se servir de la parole. Cependant, pour se servir de la parole, il a du apprendre à penser. Enfin, une fois qu’il a su penser, il a pu trouver l’art de la parole plus avancée. “La nature commande à tout animal et la bête obéît”
  • 4. p.04 Apparition des sentiments Selon Jean-Jacques Rousseau, à l’état Naturel, l’Homme à trois principaux sentiments : La raison, la pitié et la passion. Pour lui, la raison est ce qui va entraîner l’amour propre, va emmener l’Homme à réfléchir sur ses actes et lui éviter de commettre des actes graves. La raison entraîne souvent la pitié, qui est un sentiment naturel pour l’Homme. C’est d’ailleurs grâce à la pitié que l’espèce humaine se conserve, l’Homme a pitié du plus faible et va le protéger, ou du moins va être répugné à lui faire du mal. La pitié est un effet de miroir sur l’Homme : “Fais à autrui comme tu veux qu’on te fasse”. Enfin, la passion est un sentiment contraire à la réflexion. Face à la passion, l’Homme va agir avec ardeur. Cependant, la passion évolue à travers la société, car à l’état Naturel, l’Homme sauvage n’est sujet à peu de passion. En effet, à l’état naturel l’Homme ne connaît ni la vanité, ni la considération, ni l’estime, ni le mépris et n’a également pas de notion de justice. Il ne peut donc pas agir avec mal et vengeance face à autrui et garde un regard innocent sur la violence, qui pour lui n’est qu’un mal facile à réparer. De plus, dans la passion nous devons parler de la passion amoureuse. Cette passion se diffé- rencie suivant l’état naturel et dans l’évolution de la société (état moral). A l’état naturel, l’amour n’est qu’une attirance physique, un désir pour un objet ou une personne. A l’état moral, la passion de l’amour est fondé sur les codes de la société : le mérite, la beauté. De là apparaît la jalousie ainsi que des passions beaucoup plus impor- tantes qui amènent plus facilement à des violences. Jean-Jacques Rousseau montre cette évolution de la passion dans la société en disant :”Il faut convenir d’abord que plus les passions sont violentes, plus les lois sont nécessaires pour les contenir”. Apparition des inégalités à travers la société A l’état naturel, l’Homme vit au même rythme que les autres, a accès à la même nourriture, fait face aux même dangers. Les différences, et donc inégalités de l’Homme sauvage, se ressentent dans la robustesse et la force du corps ou dans la force de l’esprit. Ces inégali- tés sont physiques mais leurs proportions restent faibles. Au contraire, dans la société, le principal facteur d’inégalité apparaît dans l’éducation : “l’édu- cation met de la différence entre les esprits cultivés et ceux qui ne le sont pas” et dans la diversité des genres de vie. L’inégalité a donc une beaucoup plus grande proportion et l’écart entre les forts et les faibles, ne se fait plus sur des critères physiques mais sur des critères morales. “Fais à autrui comme tu veux qu’on te fasse” “l’éducation met de la diffé- rence entre les esprits culti- vés et ceux qui ne le sont pas”
  • 5. p.05 II - Les différences entre l’Homme sauvage et l’Homme civilisé Dans cette première partie, Jean-Jacques Rousseau nous montre sa vision de l’Homme sauvage, à l’état naturel en dehors de toute société. Il nous montre aussi son évolu- tion et les différents points qui caractérise nt l’Homme face aux animaux : le langage, les sentiments, la conscience … Cependant, on voit bien qu’a travers ces évolutions, la notion de l’Homme civi- lisé apparaît, quelles sont les différences entre l’Homme sauvage et l’Homme civilisé ? Les premières différences se font à travers la nourriture et la survie. Le sentiments naturel de la faim, qui est un sentiment animal, amène l’Homme sauvage à user par instinct naturel des productions de la terre, Deuxième- ment, la relation entre la mère et l’enfant s’arrête au moment où l’enfant sait survivre seul. Ces caractéristiques sont semblables à celle des animaux et est donc caractérisé par l’être sauvage. Il était en communion avec la Nature et se nourrissait de celle-ci. Cependant, l’Homme a rapidement dût faire face aux difficultés de la nature et apprendre à la vaincre. En se civilisant, l’Homme est devenu plus agile, plus vigoureux au combat, a dût trouver des solutions pour faire face aux climats rudes, utiliser des éléments naturels (feu, air, eau …). Il a donc développé ses compétences pour survivre face à la force de la nature. Nous pouvons shématiser l’évolution de l’Homme dans la société selon ce que dit Jean- Jacques Rousseau de cette manière : • Développement des compétences pour vivre dans la nature (apprivoisement du feu, vitesse et force) • Supériorité envers les autres espèces - animaux - (chasse des animaux pour sur- vivre) • Notion de propriété (maisons, terres, objets) • Notion d’intérêt commun et de concurrence (entraide pour obtenir quelque chose lorsque les forces d’une seule personne sont trop faibles, mais concurrence entre le plus fort et le plus faible) • Développement de la vie familiale (développement des sentiments conjugaux et pa- ternel) - La vie en famille est la première vie en société • Apparition de différences entre les sexes dans la société : la femelle devient séden- taire • Formation de troupes / nations (rapprochement des familles) - Apparition des moeurs, comparaisons, idée de mérite, de beauté et de préférence, sentiments de tendresse, de jalousie et de discorde • Développement des loisirs en communs (chant, danse) “Le premier sentiment de l’Homme fut celui de son exis- tence, son premier soin celui de sa conservation”.
  • 6. p.06 • Développement des inégalités à travers la vanité et le mépris, la honte et l’envie, le bon- heur et l’innocence • Idée de considération et de la vengeance • Idée de soustraire le travail à une autre personne à travers les premières bases d’agricul- ture et de métallurgie. Apparition des inégalités entre maîtres et serviteurs. III- L’origine des sociétés politiques et des libertés L’origine de la société politique repose avant tout sur le fondement du plus fort face au faible ainsi qu’à la liberté et comment cette liberté est vue par le peuple. Droit de conquête Pour Jean-Jacques Rousseau il est clair que le droit de conquête (conquérir une terre, supé- riorité face à un autre Homme) n’est par le sens, pas un droit. En effet le droit de conquête se traduit tout simplement par la loi du plus fort et la violence. Il ne faut pas se contenter d’un peuple qui obéit pour traduire leurs libertés mais se poser la question de quelle ma- nière sont-ils réprimandés. Il donne la métaphore du cheval sous la selle de son écuyer. Le cheval peut écouter son écuyer et répondre à ses ordres, pour autant, cela ne veut pas dire qu’il le fait en accord avec son maître, il est juste contraint par les éperons et la bride : Si j’obéis j’échappe aux réprimandes et la violence. Dans la société qui se met en place la différence entre le fort et le faible est simplement la richesse et le droit de propriété. La société est alors fondée sur des conventions mais sans lois. La société est donc bancale, fondée sur des bases instables. Fondements des libertés Toute société politique repose sur les fondements de la liberté. La maxime fondamentale selon Jean-Jacques Rousseau, “les peuples se sont donné des chefs pour défendre leur liberté et non pour les asservir” répond à la question de la domina- tion d’un homme sur un autre. Si un Homme se laisse gou- verner par un semblable c’est pour avoir une protection sur ses biens, ses libertés et l’oppression. Cependant, de cette ma- nière de se protéger de l’oppression en se faisant gouverner “L’égalité demeure lorsqu’un homme se suffit à ses propres besoins. Dès lors qu’un homme a besoin de secours d’un autre, l’égalité disparaît”. “les peuples se sont donné des chefs pour défendre leur liberté et non pour les asser- vir”
  • 7. p.07 par un Homme, le peuple perd ses libertés fondamentales et est soumis au droit paternel. A travers cette nouvelle société civile, le droit paternel est pourtant différent du droit pa- ternel de nature. Selon le droit paternel de nature, “le père n’est le maître de l’enfant aussi longtemps que son secours lui est nécessaire”, après quoi, l’enfant est émancipé du droit paternel est devient égal à lui. Mais au contraire, dans la société civile, “un individu ne fut reconnu pour le Père de plusieurs que quand il restèrent assemblés autour de lui”. Le peuple est donc dépendant de son père, la société civile. La société donne droit au peuple, les protège, selon le devoir paternel, mais selon le devoir paternel également, le peuple a un devoir de reconnaissance aussi longtemps que le Maître en juge le mérite. “Il fait justice quand il les dépouille ; il fait grâce quand il les laisse vivre”. Libertés individuelles Avec cette soumission des libertés de nature, arrive la question des libertés individuelles et ses limites. Selon Pufendorff, “tout de même qu’on transfère son bien à autrui par des conventions et des contracts, on peut aussi se dépouiller de sa liberté en faveur de quelqu’un”. Ce à quoi Jean-Jacques Rousseau n’est pas d’accord. Le droit de propriété est une chose, n’ayant pas de convention et d’institution humaine, tout Homme peut à son gré disposer de ce qu’il possède, mais les libertés individuelles sont tout autre chose : la vie et la liberté sont des droits naturels, qu’on ne peut déposséder d’un homme. Avec l’exemple de l’escla- vage, l’homme à complètement dépossédé l’Homme de ses droits naturels. Cela appuie une fois de plus que la société civile a été fondée sans bases correctes et juste face aux droits naturels, qu’il en ai que force et violence face aux faibles et donc non respects des libertés individuelles dans la société. Libertés dans le corps politique Pour Jean-Jacques Rousseau il y a deux formes de gouvernements, celui basé sur la conquêtes et la richesse et l’autre basé sur le bonheur et la vertu. Dans ce premier type de gouvernement, le peuple subissait les envies individuelles des hauts membres de l’Etat, qui les contraignaient de plus en plus dans leur liberté. Le peuple n’avait aucun moyen de défendre ses droits et pour garder une vie convenable n’avait d’autre choix que d’obéir pour garder le peu de libertés qu’il leurs restaient. Au fil des révolutions des peuples, le droit et les lois changent et les inégalités augmentent. Ce qui était état de riche et pauvre au début, se modifia en état de puissant et faible puis maître et esclave. Il y a une dépendance entre les riches, qui gouvernent, et les pauvres qui subissent. En effet tant que le pauvre conti- nue de subir et voir ses libertés diminuer, tant le riche continuera à jouir de ses libertés gagnées. Jean-Jacques Rousseau prévoit déjà pour les siècles futurs les révolutions qu’amè- neront ces inégalités entre le peuple. L’oppression continuera sans que le peuple qui subit puisse trouver un échappatoire. Les libertés diminueront et le peuple se divisera. C’est à ce
  • 8. p.08 moment là que les vertus disparaîtront pour des tyrans au gouvernement. “OnverroitfomenterparlesChefstoutcequipeutaffoiblirdeshommes rassemblés en les désinussant.” Conclusion sur l’évolution de l’homme sauvage vers l’homme civilisé et critiques de l’oeuvre Tout au long de ce discours on peut clairement percevoir une grande différence entre l’homme à l’état de nature et l’homme civilisé. Que ce soit dans ses relations avec les autres, ses valeurs, ses besoins ou ses désirs, l’homme civilisé n’a plus rien à voir avec l’homme sauvage. Ils sont tout deux tellement différents que ce qui fait le bonheur de l’un réduit le second au désespoir. Mais la plus grande différence entre ces deux états de l’humain, reste au travers de la reconnaissance : “le sauvage vit en lui-même ; l’homme sociable toujours hors de lui ne sait vivre que dans l’opinion des autres, et c’est, pour ainsi dire, de leur seul jugement qu’il tire le sentiment de sa propre existence.” Malgré un optimisme dans la philosophie de Jean-jacques Rousseau, qui fait de l’humain un Homme naturellement bon, sa vision de la modernité reste cependant très sévère. De plus, ce discours à provoqué de nombreuses critiques, au sein des philosophes mais aussi auprès de l’église. En effet, Voltaire a vivement réagit à travers une lettre datée de 1755, car selon lui, Jean-Jacques Rousseau veut réduire l’Homme à une bête sauvage. Ce qui est une mauvaise compréhension de l’oeuvre de la part de Voltaire, car ce n’est de loin l’intention de Jean-jacques Rousseau, qui a fait une critique sociale en séparant la question de l’origine des inégalités et son fonctionnement. L’église catho- lique, elle, à condamné Jean-Jacques Rousseau car il a nié le pécher originel. Avec ce discours, Jean-Jacques Rousseau place sa philosophie dans l’explication du Mythe du bon sauvage, mais il contribue surtout aux grandes questions de la philosophie politique. Ce discours sur l’origine des inégalités des Hommes va emmener Jean-Jacques Rousseau à écrire Le contrat social, parut en 1762. Il va expliqué dans ce contrat, les principes de souveraineté du peuple ainsi que les notions de liberté, d’égalité et de volonté générale. Le contrat social va entre autre entraîner la ré- volution française en permettant l’expression de la volonté générale du peuple. “le sauvage vit en lui-même ; l’homme sociable toujours hors de lui ne sait vivre que dans l’opinion des autres, et c’est, pour ainsi dire, de leur seul jugement qu’il tire le sentiment de sa propre exis- tence.”
  • 9. p.09 Conclusion personnelle Selon moi, Jean-Jacques Rousseau est à l’origine de la démocratie française et de l’expres- sion des envies du peuple. Il a joué un grand rôle dans le changement de la vision du peuple. Les problèmes qu’il souligne dans son siècle, au travers des inégalités, restent ma- joritairement les même aujourd’hui, ce qui fait de son discours un texte universel encore à notre époque. Son discours m’a beaucoup touché au vu de la situation politique française d’aujourd’hui, de la monté des inégalités et du rôle des Hommes politiques. Mais cela montre aussi que les inégalités sont ancrées dans la société civilisée et que cette société ne peut fonctionner sans ses inégalités. En effet, Jean-Jacques Rousseau à pointé du doigt l’origine des inégalités il y a plus de deux siècles, et pourtant les inégalités contemporaines sont les même, son discours peut s’appliquer à notre société actuelle. Une société ne peut se contenter de l’expression générale du peuple pour fonctionner et supprimer les inégali- tés car l’expression individuelle de chacun l’emporte. Cette analyse du Discours sur l’inégalité parmi les Hommes a été une très bonne introduc- tion à la philosophie. J’ai pu aborder les notions de liberté, de sentiment et de conscience, qui sont les bases de la philosophie. Mais également une très bonne introduction aux sciences politiques, qui m’a beaucoup appris sur l’origine de la politique en France.