Le	
  positivisme	
  et	
  la	
  Pologne	
  
Comment	
  l’in...
Table	
  des	
  Matières	
  
	
  
Résumé	
  de	
  la	
  thèse................................................................
  1	
  
Résumé	
  de	
  la	
  thèse	
  
	
  
L’histoire	
  de	
  la	
  Pologne	
  est	
  pleine	
  des	
  épreuves,	
  ple...
  2	
  
I	
  Introduction	
  
	
  
Cette	
  thèse	
  examinera	
  les	
  moyens	
  par	
  lesquels	
  un	
  mouvement	
  s...
  3	
  
croupier,	
  »	
  qui	
  a	
  établi	
  un	
  sejm,	
  ou	
  parlement,	
  appelé	
  le	
  Sejm	
  Czteroletni	
  ...
  4	
  
Pologne,	
  dans	
  l’espoir	
  désespéré	
  que	
  cette	
  ratification	
  empêcherait	
  une	
  annexion	
  
co...
  5	
  
assujetti	
  au	
  	
  tsar	
  de	
  Russie.	
  Par	
  conséquent,	
  la	
  Pologne	
  restait	
  en	
  actualité	...
  6	
  
Le	
  dernier	
  grand	
  mouvement	
  de	
  résistance	
  armée	
  était	
  l’insurrection	
  de	
  
janvier	
  1...
  7	
  
russes	
  ont	
  capturé	
  le	
  dernier	
  chef	
  de	
  la	
  résistance,	
  Romuald	
  Traugutt,	
  et	
  l’on...
  8	
  
l'expérience	
  et	
  que	
  l'esprit	
  humain	
  peut	
  formuler	
  les	
  lois	
  et	
  les	
  rapports	
  qui...
  9	
  
droits	
  humains	
  universels	
  étaient	
  de	
  la	
  plus	
  haute	
  importance,	
  et	
  de	
  nombreux	
  ...
  10	
  
positiviste	
  d’avancement	
  a	
  poussé	
  les	
  historiens	
  comme	
  Hippolyte	
  Taine	
  à	
  
l’employe...
  11	
  
En	
  regardant	
  le	
  développement	
  du	
  positivisme,	
  on	
  serait	
  négligent	
  de	
  ne	
  pas	
  
...
  12	
  
qu’ils	
  appelaient	
  praca	
  organiczna	
  (travail	
  organique).	
  A	
  l’abri	
  des	
  armes	
  ou	
  de...
  13	
  
	
  
IV	
  Ecrivains	
  influent	
  du	
  mouvement	
  
	
  
Le	
  mouvement	
  littéraire	
  des	
  positivistes...
  14	
  
révolutionnaires	
  doivent	
  être	
  abandonnés	
  parce	
  que	
  la	
  valeur	
  d’un	
  pays	
  n’est	
  pas...
  15	
  
nationales	
  qui	
  ont	
  dépeint	
  le	
  17ème	
  siècle	
  et	
  l’épreuve	
  de	
  la	
  république	
  Polo...
  16	
  
tracassé	
  pendant	
  sa	
  vie,	
  et	
  ont	
  contribué	
  à	
  son	
  aversion	
  à	
  la	
  résistance	
  a...
  17	
  
son	
  Varsovie	
  adoré	
  avec	
  les	
  détails	
  réalistes	
  minuscules,	
  et	
  aussi	
  de	
  saisir	
  ...
  18	
  
	
  
V	
  Conclusion	
  
	
  
	
  
	
   A	
  partir	
  de	
  1795,	
  la	
  Pologne	
  n'était	
  pas	
  une	
  n...
  19	
  
Bibliographie	
  (en	
  ordre	
  de	
  référence)	
  	
  
	
  
1	
  Lewitter,	
  Lucjan	
  R.	
  The	
  Partition...
  20	
  
Bibliographie	
  (en	
  ordre	
  alphabétique)	
  
	
  
	
  
4	
  Davies,	
  Norman.	
  God's	
  playground:	
  a...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

PositivismeEtPologne

27 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
27
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

PositivismeEtPologne

  1. 1.                           Le  positivisme  et  la  Pologne   Comment  l’influence  d’une  philosophie  française  aidait  une  nation  divisée  à   conserver  son  identité  de  1863  à  1900                                                 Rebecca  J.E.  Radziejeski   14  mai  2014   Université  Washburn
  2. 2. Table  des  Matières     Résumé  de  la  thèse....................................................................................................................................1     I  Introduction...............................................................................................................................................2     II  Climat  politique  de  la  Pologne..........................................................................................................2     Le  premier  traité  de  partage  de  la  Pologne,  1772..................................................2   La  deuxième  séparation,  1793 .......................................................................................3   La  dernière  séparation,  1795..........................................................................................4   L’ère  des  insurrections,  1820-­‐1863.............................................................................4   L’insurrection  de  janvier  1863.......................................................................................6     III  Principes  du  Positivisme...................................................................................................................7     La  philosophie  scientifique..............................................................................................7   Les  étapes  d’évolution  sociale  créées  par  Comte...................................................8   L’influence  de  la  philosophie  de  Comte......................................................................9   Positivisme  polonais........................................................................................................11     IV  Ecrivains  influent  du  mouvement..............................................................................................13     Aleksander  Świętochowski...........................................................................................13   Henryk  Sienkiewicz..........................................................................................................14   Bolesław  Prus .....................................................................................................................15   Eliza  Orzeszkowa ..............................................................................................................17     V  Conclusion..............................................................................................................................................18       Bibliographie.............................................................................................................................................19
  3. 3.   1   Résumé  de  la  thèse     L’histoire  de  la  Pologne  est  pleine  des  épreuves,  pleine  des  cases  des  pays   plus  grands  et  plus  puissants  qui  tentent  de  la  dépouiller  des  terres,  des  ressources   et  de  l'autonomie.  L’exemple  le  plus  monstrueux  de  cette  agression  est  possiblement   l'annexion  des  terres  polonaises  par  les  forces  allemandes  en  1939,  si  ce  n'est  que   pour  les  conséquences  internationales  que  cette  action  a  entraîné  ;  mais  avant  que   ces  atrocités  ont  menacé  de  déchirer  le  pays,  il  y  avait  une  autre  menace  à  l'identité   nationale  de  la  Pologne.  De  1795  à  1918,  la  Pologne  n’existait  pas  comme  pays.   Après  23  ans  des  troubles  politiques,  la  Pologne  a  été  divisée  par  les  puissances   voisines,  y  inclus  la  Russie  et  l'Autriche,  qui  a  tenté  d'éradiquer  tous  les  vestiges  de   la  langue,  de  la  culture,  et  de  l'identité  polonaise.  Face  à  cette  oppression,  les   Polonais  se  sont  tournés  vers  la  philosophie  du  positivisme  et  le  principe  de  «  travail   organique,  »  ou  travail  aux  fondations,  pour  préserver  leur  patrimoine.  Cette   nouvelle  philosophie  a  souligné  l’importance  de  l'éducation,  de  l'alphabétisation,  et   de  l'activisme  avec  des  objectifs  réalisables  et  concrètes.  De  nombreux  écrivains   polonaises  ont  contribué  à  l’essor  et  la  popularité  de  cette  philosophie  sociale,  à  la   fois  en  créant  des  œuvres  et  des  personnages  qui  incarnaient  les  idéaux  du   mouvement,  et  en  critiquant  les  idées  romantiques  populaires  de  l'époque.  La   philosophie  du  positivisme  et  ses  promoteurs  aidaient  la  Pologne  partagée  à   conserver  son  identité  pour  123  ans  contre  tout  attente.        
  4. 4.   2   I  Introduction     Cette  thèse  examinera  les  moyens  par  lesquels  un  mouvement  socio-­‐ culturelle,  le  positivisme,  a  affecté  le  cours  de  l’histoire  de  la  Pologne  et  son  identité   nationale.  Il  commencera  avec  une  considération  brève  du  climat  politique  de  la   Pologne  en  1863,  suivant  l’insurrection  de  janvier,  afin  de  situer  le  contexte   historique  du  mouvement  positiviste.  Il  examinera  aussi  les  principes  du   positivisme  comme  philosophie  sociale,  et  comment  les  polonais  progressifs  ont   adapté  l’idéologie  pour  créer  un  fondement  unificateur  pour  l’éducation  et  la  culture   en  Pologne  séparée.  Enfin,  il  explorera  les  écrivains  influent  du  mouvement,  y  inclus   A.  Świętochowski  et  B.  Prus,  et  leur  impression  durable  sur  la  définition  et  stabilité   de  l’identité  polonais  malgré  les  décennies  de  bouleversement  politique  et  les   occupations  par  plusieurs  pays  étrangers.     II  Climat  politique  de  la  Pologne     Pour  bien  comprendre  le  mouvement  positiviste,  il  faut  connaître  le  climat   politique  de  la  Pologne  à  son  avènement.  Cette  histoire  commence  en  1772,  avec  le   premier  traité  de  partage  de  la  Pologne,  qui  faisait  à  cette  époque  partie  d’un  état   dualiste  avec  la  Lituanie,  qui  s’appelait  la  république  Pologne-­‐Lituanie  (Pologne).  Le   traité  de  partage  était  composé  par  la  Prusse,  l’Autriche,  et  la  Russie,  trois  pays  qui   avaient  tous  un  grand  intérêt  dans  la  terre  de  la  Pologne  pour  les  raisons  politiques   et  financiers.  Le  traité  a  laissé  une  quatrième  partie  de  l’ancienne  Pologne,  un  «  état  
  5. 5.   3   croupier,  »  qui  a  établi  un  sejm,  ou  parlement,  appelé  le  Sejm  Czteroletni  (Parlement   de  4  Ans).1  Ce  sejm  en  1791  a  adopté  la  Constitution  du  3  mai,  la  première   déclaration  de  loi  singulièrement  suprême  dans  tout  l’Europe  moderne.  Elle  restait   pendant  les  années  tumultueuses  suivantes  une  preuve  de  la  possibilité  de  la   reforme  interne  et  un  promis  de  la  retour  de  souveraineté  pour  la  Pologne.       La  deuxième  séparation  de  la  Pologne  s’est  produite  en  1793,  suivant   l’opposition  de  la  Constitution  du  3  mai  par  la  Confédération  de  Targowica,  un   groupe  polonais  représentant  les  intérêts  de  la  noblesse,  qui  a  divisée  et  affaiblie  le   pays.  En  voyant  cette  division  interne,  la  Prusse  et  la  Russie  ont  fait  les  «  alliances  »   qui  équivalaient  à  vraiment  rien  de  plus  que  la  fausse  espoir  pour  la  Pologne,  qu’elle   puisse  être  permettait  de  se  stabiliser  et  se  gouverner.2  La  Russie  était  opposé  à  la   Constitution  du  3  mai,  accusant  ses  défenseurs  d’être  de  mèche  avec  les  Jacobins,   qui  étaient  en  ce  temps-­‐là  en  train  de  se  radicalisent  en  France.  Avec  un  désir  de   garder  la  Pologne  affaiblie  et  dépendante  sur  elle-­‐même,  la  Russie  a  allié  avec  la   Confédération  de  Targowica  et  a  envahi  avec  les  soldats  en  1792,  qui  a  débouché  sur   la  guerre  russo-­‐polonaise  de  1792,  ou  la  guerre  pour  la  défense  de  la  Constitution.   La  guerre  se  prolongeant  sur  trois  mois,  et  a  pris  fin  avec  la  capitulation  du  roi   polonais  Stanisław  August  Poniatowski,  qui  cherchait  plutôt  une  solution   diplomatique.3  Malheureusement,  cette  solution  n’arrivait  pas  ;  les  soldats  russes   ont  soudoyé  les  membres  du  nouveau  sejm,  élus  en  1793  pour  créer  le  Grodno  Sejm,   qui  serait  le  dernier  sejm  dans  l’histoire  de  la  Pologne-­‐Lituanie.  En  1793,  le  Grodno   Sejm  a  annulé  la  Constitution  du  3  mai  et  a  ratifié  la  deuxième  séparation  de  la  
  6. 6.   4   Pologne,  dans  l’espoir  désespéré  que  cette  ratification  empêcherait  une  annexion   complète  de  la  Pologne.  La  Prusse  et  la  Russie  ont  chacune  reçu  du  territoire   polonais,  équivaloir  à  plus  que  300  000  km2  au  total.     La  troisième  et  dernière  séparation  de  la  Pologne-­‐Lituanie  a  eu  lieu  en  1795.   Après  une  insurrection  brève  en  1794  à  Cracovie,  anéanti  par  les  forces  russes  et   prussiennes,  les  représentants  de  la  Russie,  la  Prusse,  et  l’Autriche  se  rassemblaient   pour  diviser  entre  eux  les  territoires  restant  de  la  Pologne.4  Ils  ont  rédigé  un  traité   qui  effaçait  la  Pologne-­‐Lituanie  comme  entité  nationale,  et  comme  ils  ne   reconnaissaient  plus  les  institutions  de  la  Pologne,  ils  n’ont  même  pas  pris  la  peine   de  persuader  les  fonctionnaires  polonais  de  le  ratifier.  Toute  la  terre  restant  de  la   Pologne  était  partagée  entre  ces  trois  pouvoirs,  et  le  roi  Poniatowski  a  abdiqué  et  a   devenu  prisonnier  de  la  Russie.  La  Pologne  n’existait  plus,  et  ne  serait  pas  à  nouveau   jusqu'à  1918.     Dans  ce  nouveau  monde  sans  Pologne,  qu’est-­‐ce  que  les  polonais  doivent   faire?  Les  années  1795  à  1863  sont  mieux  désignées  comme  l’ère  des  insurrections.   Plusieurs  polonais  se  sont  rejoints  aux  armées  de  la  France  napoléonienne,  avec   l’espoir  que  leurs  efforts  pourraient  contribuer  à  la  libération  de  leur  patrie.  Ces   efforts  ont  en  effet  entrainé  le  Royaume  du  Congrès  en  1815,  une  recognition  de  la   Pologne  comme  état  souverain  crée  par  le  congrès  de  Vienne  après  la  défaite  de   Napoléon,  mais  cette  reconnaissance  était  que  de  nom,  puisque  la  Pologne  restait  
  7. 7.   5   assujetti  au    tsar  de  Russie.  Par  conséquent,  la  Pologne  restait  en  actualité  un  état   fantoche  au  début  des  années  1800.       En  juillet  1830,  la  Russie  avait  envie  de  supprimer  les  Trois  Glorieuses  en   France,  aussi  bien  que  la  révolution  belge,  pour  assurer  sa  position  de  pouvoir  et   éviter  l’expansion  des  idéologies  libérales  vers  l’est.  Plutôt  que  utiliser  sa  propre   armée  pour  ces  missions,  en  revanche,  la  Russie  échafaudait  un  plan  d’exploiter   l’armée  polonaise,  en  violation  directe  de  la  constitution  polonaise.  En  apprenant  de   ce  plan,  un  lieutenant  jeune  polonais,  Piotr  Wysocki,  a  mené  une  révolte  des  officiers   de  l’école  militaire  polonais  contre  les  forces  russes.  Les  citoyens  polonais,  avec  les   lituaniens,  biélorussiens,  et  ukrainiens,  ont  rejoint  aux  officiers  pour  organiser  ce   qui  allait  devenir  l’insurrection  de  novembre  1830.  Le  29  novembre  1830,  les   révoltés  ont  capturé  l’arsenal  de  Varsovie  et  ont  chassé  les  soldats  russes  au  nord  de   la  ville.5  Même  qu’il  avait  pleine  de  soutien  des  citoyens,  polonais  et  autrement,  la   révolte  ne  détenait  ni  un  but  unifié  ni  un  chef  central,  et  par  conséquent  a  perdu  son   élan.  Les  fonctionnaires  du  Royaume  de  Congrès  exigeaient  la  cessation  de   l’insurrection  afin  qu’une  solution  politique  pouvait  être  atteint,  mais  ils   découvraient  rapidement  que  le  tsar  de  Russie,  Nicolas  I,  n’avait  aucun  intérêt  a   parvenir  a  un  tel  accord,  et  en  février  1831,  Nicolas  a  envoyé  115  000  soldats  à   Pologne  pour  combattre  la  révolte.  Après  sept  mois  des  luttes,  y  inclus  les  mini-­‐ révoltes  en  Lituanie,  Ukraine,  et  Biélorussie,  l’insurrection  de  novembre  a  fini  en   septembre  1831  avec  l’invasion  de  Varsovie  par  les  forces  russes.    
  8. 8.   6   Le  dernier  grand  mouvement  de  résistance  armée  était  l’insurrection  de   janvier  1863.  En  1861,  la  Russie  venait  de  perdre  la  guerre  de  Crimée,  et  pendant   qu’elle  était  faible  économiquement,  les  polonais  ont  commencé  de  monter  les   manifestations  contre  l’occupation.  Après  quelques  mois  de  ces  démonstrations,  la   Russie  déclarait  la  loi  martiale,  qui  provoquait  une  série  des  réunions  secrètes   polonaises  pour  envisager  de  se  rebeller.  Deux  factions  des  polonais  émergeaient  :   les  rouges  et  les  blancs.  Les  rouges,  pour  la  plupart  les  paysans  et  ouvriers,  ont   représenté  les  progressistes  et  désirait  la  rébellion.  Les  blancs,  pour  la  plupart  les   propriétaires  fonciers  et  la  classe  moyenne,  préférait  la  diplomatie.  Tandis  que  les   blancs  essayaient  de  trouver  un  compromis  avec  le  gouvernement  du  tsar  Alexandre   II,  les  rouges  étaient  systématiquement  massacrés  aux  démonstrations  publiques.     Quand,  en  janvier  1863,  le  chef  provisoire  de  la  Pologne  tentait  de  faire  une   conscription  des  rouges  à  l’armée  russe  pour  les  disperser,  les  rouges  polonais  ont   commencé  leur  rébellion.  Les  peuples  de  la  Pologne,  la  Lituanie,  et  l’Ukraine  y  ont   rejoint  rapidement.  Après  quelques  mois,  les  blancs  polonais  y  ont  rejoint  aussi,   malheureux  avec  les  lois  proposés  par  la  Russie  concernant  la  reforme  des  droits  de   possession  foncière,  et  désireux  de  contrôler  le  mouvement.  Quoique  les  pays   d‘Europe  occidentale,  à  savoir  la  France,  l’Angleterre,  et  l’Autriche,  donnaient  leur   soutien  et  encouragement  a  la  révolte,  ils  n’ont  rien  fait  militairement.  A  la  suite,  les   révolutionnaires  étaient  limités  aux  armes  primitives  et  étaient  tout  a  fait  surpassés   en  puissance  par  les  forces  russes.  Durant  l’insurrection,  il  y  avait  plusieurs   exécutions  publiques  aussi  bien  que  les  expulsions  à  la  Sibérie  des  chefs  et  des   participants  de  la  révolte.4  L’insurrection  a  fini  en  aout  1865  quand  les  soldats  
  9. 9.   7   russes  ont  capturé  le  dernier  chef  de  la  résistance,  Romuald  Traugutt,  et  l’ont   exécuté.     La  suite  de  l’insurrection  de  janvier  entrainait  les  peines  plus  sévères  que   jamais.  La  Pologne  était  reléguée  à  une  simple  province  de  la  Russie  :  des  milliers   des  propriétés  foncières  étaient  confisquées,  le  clergé  catholique  était  diminués  et   les  églises  chrétien  orthodoxe  étaient  construits,  et  encore  plus  des  polonais  étaient   expulsés  à  la  Sibérie.  Les  serfs  étaient  libérés  dans  une  tentative  de  s’attirer  leurs   bonnes  grâces,  mais  au  lieu  de  cela  ils  sont  devenus  plus  alliés  avec  leurs  origines   polonaises.     Il  est  important  de  connaître  cette  histoire  des  insurrections  et  les  milliers   des  morts  pour  bien  comprendre  comment  les  polonais  arrivaient  au  positivisme   comme  réponse  à  l’occupation  étrangère.  Il  faudrait  les  épreuves,  le  carnage,  et  la   défaite  à  maintes  reprises  avant  qu’ils  pourraient  chercher  et  sculpter  la  philosophie   qui  allait  finalement  être  tellement  essentielle  dans  la  préservation  de  la  culture  et   l’identité  polonaise.         III  Principes  du  Positivisme     Le  dictionnaire  Larousse  définit  le  positivisme  comme  «  Système  d'Auguste   Comte,  qui  considère  que  toutes  les  activités  philosophiques  et  scientifiques  ne   doivent  s'effectuer  que  dans  le  seul  cadre  de  l'analyse  des  faits  réels  vérifiés  par  
  10. 10.   8   l'expérience  et  que  l'esprit  humain  peut  formuler  les  lois  et  les  rapports  qui   s'établissent  entre  les  phénomènes  et  ne  peut  aller  au-­‐delà.  »7  À  l’origine  abordée   par  Platon  dans  son  étude  de  la  philosophie  comparée  à  la  poésie,  cette  question  à   l’ère  d’Auguste  Comte  a  été  reformulée  comme  les  sciences  physiques  comparées   aux  sciences  sociales.  Il  est  important  de  noter  que  «  positivité  »  dans  ce  contexte  ne   veut  pas  dire  «  un  avis  optimiste,  »  mais  plutôt  «  la  mesure  dans  laquelle  quelque   chose  peut  être  vérifiée  par  l'affirmative.  »  Tandis  que  les  philosophies  précédentes,   comme  l’historicisme,  comptait  sur  l’influence  des  traditions  et  de  contextualisation   empathique,  le  positivisme,  par  contre,  dépendait  complètement  de  l'observation   empirique  des  faits  comme  base  pour  déterminer  les  vérités  du  monde.  Comte,  dans   une  tentative  de  remédier  au  malaise  social  de  la  révolution  française,  commençait  à   écrire  son  Cours  de  Philosophie  Positive  en  1830,  qui  exposait  les  grandes  lignes  de   son  point  de  vue  sur  les  sciences  physiques  existantes  et  les  extrapolaient  aux   sciences  sociales.8     Comte  pensait  que  les  sciences  sociales  seraient  l’extension  naturelle  et   inévitable  des  sciences  physiques,  une  idée  qui  était  à  cette  ère  très  novatrice.  Il   proposait  une  évolution  sociale  en  trois  parties  :  théologique,  métaphysique,  et   positive.  La  première  étape  avait  lieu  avant  le  Siècle  des  Lumières  au  dix-­‐huitième   siècle.  Elle  était  caractérisée  par  la  croyance  en  un  dieu,  l’adhésion  aux  lois   religieuses,  et  une  compréhension  du  monde  fondée  sur  les  explications  de  foi.  La   deuxième,  métaphysique,  avait  lieu  pendant  le  Siècle  des  Lumières,  jusqu'à  la  fin  de   la  révolution  française  en  1799.  La  notion  principale  de  cette  étape  était  que  les  
  11. 11.   9   droits  humains  universels  étaient  de  la  plus  haute  importance,  et  de  nombreux   régimes  et  états  étaient  construits  et  détruits  en  quête  de  les  assurer  pour  tout  le   monde.  La  métaphysique  se  concentrait  sur  les  explications  plus  rationnelles  pour   déchiffrer  les  phénomènes  du  monde.     La  troisième  étape  de  la  théorie  d’évolution  sociale  conçue  par  Comte  était  la   positive.  D’après  Comte,  l’étape  positive  représentait  la  perfection  de  la   connaissance  humaine.  Elle  rejetait  la  validité  de  la  conjecture  métaphysique  et  la   capacité  de  comprendre  quelque  chose  dans  l’absolu,  et  s’occupait  avec  l’étude  des   faits  perceptibles  et  leurs  relations.  Cela  était  aussi  défini  par  l’idée  que  les  droits  de   l’individu  étaient  les  plus  importants,  même  plus  que  l’autorité  d’un  chef.  Cette   étape  est  différente  de  la  métaphysique  dans  la  notion  que  l’humanité  peut  se   gouverner  sans  un  pouvoir  central  ;  n’importe  qui,  avec  l’autonomie  et  le  libre   arbitre,  peut  faire  les  découvertes  des  vérités  du  monde.  Comte  croyait  que   l’humanité  avait  déjà  commencé  cette  ère  de  positivisme  parfait  en  1830,  quoique  il   existait  les  critiques  de  l’idée  qui  déclarent  la  positive  inaccessible  parce  qu’elle   exige  d’avoir  une  compréhension  complète  de  l’univers  et  notre  monde,  sans   laquelle  la  spéculation  métaphysique  existera  toujours.     Si  l’état  parfait  positif  scientifique  de  Comte  existait  ou  non,  l’idée  inspirait   d’autres  penseurs,  notamment  les  membres  de  la  nouvelle  science  émergeante,  la   sociologie.  Harriet  Martineau,  largement  connue  comme  la  première  sociologue   féminine,  a  traduit  plusieurs  œuvres  de  Comte  du  français  à  l’anglais.  Le  principe  
  12. 12.   10   positiviste  d’avancement  a  poussé  les  historiens  comme  Hippolyte  Taine  à   l’employer  dans  la  philosophie  de  l’histoire,  où  il  contribuait  à  la  pratique   émergeante  de  la  contextualisation  littéraire  et  soutenait  la  critique  de  la   philosophie  historiciste.     L’un  de  ces  nouveaux  sociologues  très  influent  était  Emile  Littré.  Ecrivain  des   articles  pour  la  Revue  des  deux  Mondes  et  membre  de  l’Académie  des  Inscriptions  et   Belles-­‐Lettres  depuis  1839,  Littré  a  trouvé  les  œuvres  d’Auguste  Comte  en  1840  et   s’est  rapidement  érigé  en  défenseur  du  positivisme.  Les  deux  hommes  sont  devenus   des  amis  par  1843,  et  Littré  commençait  à  écrire  plusieurs  œuvres  sur  le   positivisme  :  Analyse  raisonnée  du  cours  de  philosophie  positive  de  M.  A.  Comte   (1845),  Application  de  la  philosophie  positive  au  gouvernement  (1849),  et  Paroles  de   la  philosophie  positive  (1859),  pour  n'en  citer  que  quelques-­‐unes.  Ses  essais  pour  le   National  étaient  tous  publiés  sur  le  titre  Conservation,  révolution  et  positivisme  en   1852,  et  montraient  que  Littré  était  tout  à  fait  d’accord  avec  les  idées  de  Comte.   Même  si  alors  que  les  philosophies  de  Comte  évoluaient,  Littré  commençait  à  s’en   éloigner,  en  1863,  juste  au  moment  où  les  Polonais  commençaient  leur  insurrection   de  janvier,  il  a  publié  Auguste  Comte  et  la  philosophie  positive,  une  œuvre  qui  faisait   l’éloge  de  la  vie  de  Comte  (mort  en  1857),  ses  contributions  à  la  philosophie,  et  tous   les  domaines  sur  lesquels  ils  étaient  d’accord.  En  ceci  et  bien  d’autres  façons,  Littré  a   joué  un  rôle  éminent  dans  le  développement  et  la  répartition  du  positivisme,  aidant   à  rendre  les  idées  de  Comte  accessible  et  disponible  pour  l'application  sociale.    
  13. 13.   11   En  regardant  le  développement  du  positivisme,  on  serait  négligent  de  ne  pas   mentionner  l’influence  anglaise.  Tandis  que  Comte  a  fourni  le  lexique  et  l’attention   au  scientifique,  les  utilitaristes  anglais  contribuaient  à  une  tendance  de  chercher   pour  les  analogies  entre  les  sociétés  humaines  et  les  organismes  biologiques,  qui   encourageait  une  approche  au  développement  plutôt  organique  que   révolutionnaire.9  Les  deux  disciplines  s’influençaient,  et  toutes  les  deux  défendaient   la  nouvelle  théorie  proposée  sur  l’évolution  par  Charles  Darwin  en  1859.  John  Stuart   Mill,  philosophe  anglais  éminent  et  contributeur  à  la  méthode  scientifique,  était  un   ami  et  collègue  de  Comte,  et  a  écrit  une  œuvre  sur  le  positivisme  en  1865.  Herbert   Spencer,  une  personnalité  de  premier  plan  de  la  vie  intellectuelle  de  l'époque   victorienne,  n’était  pas  d’accord  avec  toutes  les  idées  de  Comte,  mais  il  était  un   partisan  de  l’application  de  la  théorie  de  l'évolution  à  la  philosophie,  la  psychologie   et  l'étude  de  la  société.  Ces  philosophes  anglais  contribuaient  à  l’idée  d’avancement   par  évolution  naturelle,  10  et  leur  accent  sur  le  fonction  utilitaire  des  entreprises  des   humaines  aidait  à  poser  les  bases  de  l’aspect  crucial  du  positivisme  sociale  en   Pologne  :  praca  organiczna.     Une  «  devise  »  du  positivisme  de  Comte  était  influente  pour  la  Pologne  ;  elle   se  lisait  «  L’amour  comme  principe,  l’ordre  comme  base,  l’avancement  comme  but.  »   Après  les  défaites  des  insurrections  polonaises  contre  les  forces  d’occupation,   l’avancement  restait  le  but  comme  toujours,  mais  les  moyens  de  l’atteindre   changeaient.  Inspiré  par  l’  «  ordre  comme  base  »  et  les  notions  environnantes,  les   positivistes  polonais  commençaient  à  promouvoir  un  nouveau  genre  d’activisme,  
  14. 14.   12   qu’ils  appelaient  praca  organiczna  (travail  organique).  A  l’abri  des  armes  ou  des   morts,  ce  nouvel  activisme  déclarait  que  la  force  et  l’unité  d’une  civilisation   dépendaient  des  efforts  et  de  l’excellence  de  tous  ses  membres  dans  leurs  propres   milieux.  Il  exigeait  l’éducation  compulsive,  la  création  des  bibliothèques,  et  la  mise  à   jour  des  manuels  scolaires,  et  demandait  des  Polonais  de  n’importe  quelle  classe   sociale  de  travailler  «  aux  fondations  »  pour  établir  une  société  juste.10  Il  mettait   beaucoup  d’importance  sur  la  réalisation  des  devoirs  civiques  comme  la  tâche  la   plus  importante  pour  l’identité  nationale  de  la  Pologne.  D’après  Eliza  Orzeszkowa,   écrivain  polonaise  positiviste  prolifique,  «  Un  travail,  donc,  qui  rembourse  nos   dettes  à  la  société,  une  dévotion  au  bien-­‐être  commun,  une  recherche  pour  la  vérité   partout  et  peu  importe  le  coût,  et  finalement  une  vaillance  d’épouser  cette  vérité   contre  tous  adversaires  personnels  –  ceux  sont  les  devoirs  indispensables  du   patriotisme.  »11       A  une  époque  où  la  langue  polonaise  était  interdite  de  parler  ou  enseigner,  la   Pologne  n’était  même  plus  un  pays,  et  la  politique  de  la  Russie  et  la  Prusse  devenait   de  plus  en  plus  agressive  et  oppressive,  praca  organiczna  a  fourni  un  moyen  par   lequel  chaque  Polonais  peut  garder  son  héritage,  individualité,  et  autonomie.   Egalement,  il  a  transformé  la  tâche  extrêmement  grande  de  libérer  la  Pologne  de   l’influence  étrangère  en  une  activité  quotidienne  faisable  –  plus  comme  un  style  de   vie,  en  fait  –  qui  contribuait  à  un  sens  d’affranchissement,  de  responsabilisation,  et   d’optimisme  général  qui  soutiendrait  l’identité  nationale  polonaise  malgré  tous  les   efforts  contraires.  
  15. 15.   13     IV  Ecrivains  influent  du  mouvement     Le  mouvement  littéraire  des  positivistes  était  caractérisé  par  les  romans  et   les  périodiques,  et  une  aversion  envers  la  poésie  et  l’idéalisme  romantique.  Ils   croyaient  que  les  romans  doivent  présenter  les  personnages  de  la  classe  moyenne,   vivant  des  vies  quelconque  des  travailleurs,  et  qu’ils  doivent  développer  chez  le   lecteur  une  meilleure  compréhension  des  lois  sociales.  Les  écrivains  positivistes  ne   pouvaient  pas  s’exprimer  directement,  cependant,  en  raison  de  la  censure.  D’après   Czesław  Miłosz,  «  Sans  la  possibilité  d’exprimer  les  aspirations  politiques,  ils  ont  dû   mettre  tout  leur  espoir  dans  la  science  et  le  progrès  économique.  A  cause  de  la   censure  sévère,  ils  étaient  obligés  d’afficher  leurs  idées  dans  la  critique  littéraire,   par  une  méthode  des  allusions,  utilisant  les  œuvres  littéraires  comme  les  points  de   départ  pour  le  débat  sur  les  questions  plus  grandes.  »9  Ils  s’embarquaient  donc  dans   une  mission  d’apporter  la  vérité  et  la  science  aux  Polonais,  et  aussi  dans  un   programme  d’augmenter  le  taux  d’alphabétisation,  qui  était  en  1868  à  juste  10%  à   cause  d’un  manque  d’écoles  primaires.     On  ne  peut  pas  discuter  du  positivisme  polonais  sans  parler  d’Aleksander   Świętochowski.  Connu  comme  chef  idéologue  du  mouvement,  Świętochowski  était   même  appelé  «  Poseł  Prawdy  »  (Apôtre  de  la  Vérité)  et  considéré  comme  le   prophète  du  positivisme.  Il  était  vivement  influent  à  travers  ses  périodiques,  Prawda   (La  Verité)  et  Przegląd  Tygodniowy  (La  Revue  Hebdomadaire,  sur  laquelle  il   travaillait  avec  Adam  Wislicki),  qui  exprimaient  l’avis  que  tous  les  rêves  
  16. 16.   14   révolutionnaires  doivent  être  abandonnés  parce  que  la  valeur  d’un  pays  n’est  pas   une  fonction  de  son  indépendance,  mais  de  son  apport  à  l’économie  et  à  la  culture.   De  1871  à  1912  il  écrivait  les  articles  pour  plusieurs  journaux  et  périodiques,  y   compris  les  collaborations  avec  Bolesław  Prus.  Il  mettait  plein  d’espoir  dans   l’éducation,  disant  «  Tous  les  grandes  problèmes  cachés  dans  le  ventre  de  humanité   peuvent  être  résolus  seulement  par  l’éducation,  et  cette  éducation  doit  absolument   être  compulsoire.  »9  Dans  ce  même  ordre  d’idée,  il  préconisait  un  programme  de   réforme  contre  l’ignorance  et  les  préjugés,  et  a  écrit  trois  nouvelles  dénonçant  la   haine  injustifiée  contre  les  étrangers,  à  savoir  les  Juifs  et  les  Slaves  des  régions   limitrophes.  Ses  romans  étaient  beaucoup  moins  influents  que  ses  articles,  et  sont   largement  considérés  pénibles,  froids,  et  excessivement  cérébrales.  Parmi  ces   romans,  le  plus  célèbre  est  une  œuvre  sur  l’histoire,  Historia  chłopow  polskich   (Histoire  des  paysans  polonais).  Quoique  ses  œuvres  littéraires  n’aient  jamais   atteint  la  popularité,  il  reste  la  personnalité  principale  du  positivisme,  un  adversaire   infatigable  de  la  superstition  et  de  la  stupidité,  qui  par  son  activisme  et  journalisme   représentaient  et  soutenaient  une  période  cruciale  dans  l'histoire  polonaise.     Henryk  Sienkiewicz,  parfois  appelé  par  son  nom  de  plume,  «  Litwos,  »  était   l’écrivain  le  plus  connu  de  son  époque.  Il  a  excellé  comme  journaliste,  romancier,  et   auteur  de  nouvelles,  et  a  influencé  fortement  le  nationalisme  polonais.  Il  est  surtout   connu  pour  ses  romans  historiques,  pour  la  plupart  écrit  dans  un  style   néoromantique.  Sa  Trilogie,  composée  des  œuvres  Ogniem  i  Mieczem  (Avec  le  Feu  et   l’Épée),  Potop  (La  Déluge),  et  Pan  Wołodyjowski  (Sir  Michel),  était  des  épopées  
  17. 17.   15   nationales  qui  ont  dépeint  le  17ème  siècle  et  l’épreuve  de  la  république  Pologne-­‐ Lituanie  contre  les  cosaques.11  Sienkiewicz  a  passé  deux  ans  aux  Etats-­‐Unis,  en   Californie,  où  il  faisait  la  connaissance  des  plusieurs  gens  qui  allaient  servir  de   source  d'inspiration  pour  les  personnages  de  ses  romans.  Mais  avant  de  tourner  son   attention  à  l'histoire,  au  début  de  sa  carrière,  Sienkiewicz  a  écrit  les  nouvelles  qui   s’occupaient  des  problèmes  sociaux  urgents,  et  qui  étaient  largement  alignés  avec   les  idéaux  positivistes.  L’une  de  ses  premières  œuvres,  Szkice  węglem  (Esquisses  au   fusain),  raconte  l'histoire  d'un  chef  de  village  qui  exploite  ses  paysans  et  leur  fait  du   chantage.  A  la  fin,  il  enseigne  une  leçon  allégorique  sur  la  responsabilité  des   propriétaires  d'être  directement  impliqués  dans  la  vie  de  leurs  paysans,  et  de  ne  pas   laisser  leur  sort  entre  les  mains  des  tyrans  mesquins.  Ces  premières  nouvelles   soutenaient  souvent  les  personnages  constructifs  et  pratiques,  tel  que  Humoreski  z   teki  Woroszyłły,  qui  a  présenté  un  ingénieur  comme  protagoniste.  Bien  que   Sienkiewicz  se  soit  éloigné  du  mouvement  positiviste  lorsque  sa  carrière  a   progressé,  ses  premières  œuvres  et  ses  articles  périodiques  contribuaient  à  la   promotion  et  longévité  du  mouvement.     Bolesław  Prus,  le  nom  de  plume  d’Aleksander  Głowacki,  est  considéré  le   romancier  éminent  du  positivisme.  Un  orphelin  à  partir  d’un  jeune  âge,  Prus  a   rejoint  une  groupe  de  guérilla  pendant  l’insurrection  de  janvier  1863,  quand  il  avait   juste  18  ans  (ou  peut-­‐être  16  ;  les  archives  se  contredisent,  probablement  à  cause   d’un  extrait  de  naissance  falsifié).9  Prus  n’aimait  jamais  parler  de  cette  période  de  sa   vie,  qui  a  probablement  provoqué  le  trouble  panique  et  l’agoraphobie  qui  l’ont  
  18. 18.   16   tracassé  pendant  sa  vie,  et  ont  contribué  à  son  aversion  à  la  résistance  armée.  Il  était   blessé  pendant  la  bataille,  a  passé  quelques  mois  à  l’hôpital,  et  a  été  brièvement   emprisonné  avant  d’être  libéré  pour  retourner  à  ses  études.  Après  son  départ  du   Szkola  Głowna  (l’Ecole  Principale)  à  Varsovie  par  suite  d’un  manque  de  fonds,  il   commençait  à  écrire  les  articles  pour  les  magazines  d’humeur,  et  à  lire  en   profondeur  les  œuvres  d’Herbert  Spencer  pendant  son  temps  libre.  Il  avait  un  esprit   mathématique  et  une  passion  pour  la  précision,  et  en  fait  n’appréciait  pas  l’écriture   humoristique,  disant  «  L’humour  de  bonne  qualité  est  comme  un  chardon  qui   pousse  habituellement  sur  les  ruines.  Il  blesse  une  bouche  ourlée,  mais  c’est  une  joie   pour  les  crétins.  »9  Malgré  ce  dégout,  il  essayait  d’utiliser  son  humour  comme  un   outil  pour  combattre  l’ignorance  et  informer  le  public.  Alors  qu’il  devenait   désenchanté  avec  l’efficacité  du  journalisme,  Prus  s’est  tourné  à  la  fiction,  et  y  était   inspiré  par  les  écrivains  anglophones  Charles  Dickens  et  Mark  Twain.  Dans  ses   nouvelles  il  s’agissait  presque  toujours  des  personnages  au  bord  de  la  famine  qui   habitent  dans  les  appartements  appauvris  varsoviens,  et  même  si  les  histoires   s’identifient  en  grande  partie  avec  les  pauvres,  les  riches  ne  sont  jamais  traités  avec   hostilité  ;  cela  était  tout  à  fait  caractéristique  de  Prus,  remarquable  pour  sa  croyance   en  la  bonté  inhérente  de  l’humanité.     L’œuvre  de  Prus  la  plus  connue  et  célèbre  est  sans  doute  le  roman  Lalka  (La   Poupée),  écrit  en  1890.  Il  s’agit  de  Stanisław  Wokulski,  un  commerçant  dynamique   et  prospère,  qui  tombe  amoureux  d’Izabela  Łęcka,  une  femme  aristocratique  froide   et  inaccessible.  Le  roman  était  une  opportunité  pour  Prus  de  créer  un  portrait  de  
  19. 19.   17   son  Varsovie  adoré  avec  les  détails  réalistes  minuscules,  et  aussi  de  saisir  l’essence   d’une  période  de  transition  sociale,  quand  la  bourgeoisie  et  leurs  mœurs  étaient  en   déclin  et  les  citadins  entreprenant  devenaient  plus  influents.10  Bolesław  Prus  est   connu  comme  positiviste,  mais  en  fait  il  s’est  identifié  plutôt  avec  les  philosophies  de   Spencer  qu’avec  celles  de  Comte.  Néanmoins,  il  s’est  fait  le  champion  des  droits  des   femmes,  des  valeurs  de  la  classe  moyenne  et  des  travailleurs,  et  de  l’éducation  des   enfants,  qui  étaient  toutes  les  grandes  priorités  des  positivistes,  et  sur  lesquelles  il   se  trouvait  d’accord  avec  leurs  idéaux.     Eliza  Orzeszkowa,  née  Pawłowska,  est  l'une  des  seules  femmes  écrivains  du   mouvement  positiviste,  et  entre  parenthèses,  le  seul  écrivain  mentionné  ici  dont  le   nom  ne  contient  pas  Aleksander  dans  une  certaine  mesure.  Comme  Prus,  elle   participait  à  l’insurrection  de  janvier  1863,  mais  son  point  de  vue  comme  écrivain   était  très  différent.  Alors  que  Prus  était  l'écrivain  de  la  ville,  Orzeszkowa  était   provinciale  à  la  fois  dans  ses  origines  et  ses  sujets.  Nominée  pour  le  prix  Nobel  de   littérature  en  1905,  et  un  auteur  prolifique  tout  au  long  de  sa  vie,  Orzeszkowa  est   surtout  connue  pour  son  roman  Nad  Niemnem  (Sur  les  rives  du  Niémen)  et  comme   un  défenseur  fidèle  des  paysans,  des  femmes  et  des  Juifs.  Le  motif  central  de  ses   œuvres  était  l'accomplissement  d'un  être  humain  de  lui-­‐même  en  dépit  des   obstacles  créés  par  les  conditions  sociales.9  Elle  se  préoccupait  particulièrement  du   rôle  des  femmes  dans  la  famille  et  dans  la  société,  une  question  qu'elle  aborde  dans   les  romans  Marta  et  Meir  Ezofowicz.  Elle  participait  aussi  dans  «  praca  organiczna,  »   et  fondait  plusieurs  écoles  et  une  maison  d’édition  à  Wilno.  
  20. 20.   18     V  Conclusion         A  partir  de  1795,  la  Pologne  n'était  pas  une  nation.  Elle  ne  la  serait  pas   encore  jusqu’en  1918,  au  fin  de  la  première  guerre  mondiale,  quand  les  puissances   d’occupation  étaient  vaincus  par  la  guerre.  A  partir  de  1863,  ses  habitants,  qui   s’identifiaient  encore  comme  «  Polonais  »  en  dépit  de  la  politique,  ont  commencé  un   nouveau  programme  de  résistance  à  l'occupation  ;  révolte  après  révolte  se  révélait   vain  à  accomplir  des  objectifs  politiques,  et  mortel  pour  beaucoup  trop  de  jeunes   Polonais.  La  philosophie  du  positivisme,  développé  par  Auguste  Comte  et  influencé   par  les  utilitaristes  anglaises,  a  fourni  une  nouvelle  fondation  pour  la  préservation   polonaise.  Dans  un  climat  d'oppression,  d’un  manque  d'éducation,  et  de  la   russification  répandue,  le  positivisme  a  permis  les  Polonais  de  préserver   discrètement  leur  langue,  leur  culture  et  leur  identité  pendant  plus  que  cinquante   ans.  Lorsque  la  deuxième  république  était  finalement  fondée  en  1918,  les  Polonais   ont  adopté  immédiatement  des  lois  progressistes  sur  les  droits  civils,  et  ont  fait  de   grandes  contributions  aux  mathématiques  et  au  monde  universitaire.  Positivisme,   dans  sa  simplicité,  a  joué  un  rôle  dans  le  raffinement  d’un  fort  sens  de  fierté,  de  la   vision  et  de  la  détermination  qui  a  permis  à  la  nation  fracturée  de  récupérer  si   rapidement  après  son  long  voyage  à  travers  l’inexistence.          
  21. 21.   19   Bibliographie  (en  ordre  de  référence)       1  Lewitter,  Lucjan  R.  The  Partitions  of  Poland.  A.  Goodwyn,  ed.  The  New  Cambridge   Modern  History:  vol  8,  1965.     2  Lukowski,  Jerzy  et  W.  H.  Zawadzki.  A  Concise  History  of  Poland.  Cambridge   University  Press,  2001.     3  Skowronek,  Jerzy.  Prince  Józef  Poniatowski.  Wrocław:  Ossolineum,  1986.     4  Davies,  Norman.  God's  playground:  a  history  of  Poland.  Revised  Edition  ed.  Oxford:   Clarendon  Press,  2005.     5  November  Insurrection.  Encyclopedia  Britannica.  n.d.  n.p.  Web.   http://www.britannica.com/EBchecked/topic/421161/November-­‐Insurrection       6  Wandycz,  Piotr  S.  The  lands  of  partitioned  Poland,  1795-­1918.  University  of   Washington  Press,  1974.     7  “Positivisme”  Def.  1.  Larousse  en  ligne.  Larousse,  n.d.  Web.   http://www.larousse.com/en/dictionaries/french/positivisme/62852?q=positivis me#62143       8  Mill,  John  Stuart.  Auguste  Comte  and  Positivism.  Project  Gutenberg,  2005.  Public   domain,  web.  15  fév  2014.     9  Miłosz,  Czesław.  The  History  of  Polish  Literature.  2nd  ed.  Berkeley:  University  of   California  Press,  1983.     10  Mikos,  Michael  J.  Polish  Literature  from  1864  to  1918.  Slavica  Pub,  2006.     11  Eile,  Stanislaw.  Literature  and  Nationalism  in  Partitioned  Poland,  1795-­1918.   Palgrave  Macmillan,  2000.                          
  22. 22.   20   Bibliographie  (en  ordre  alphabétique)       4  Davies,  Norman.  God's  playground:  a  history  of  Poland.  Revised  Edition  ed.  Oxford:   Clarendon  Press,  2005.     11  Eile,  Stanislaw.  Literature  and  Nationalism  in  Partitioned  Poland,  1795-­1918.   Palgrave  Macmillan,  2000.     5  November  Insurrection.  Encyclopedia  Britannica.  n.d.  n.p.  Web.   http://www.britannica.com/EBchecked/topic/421161/November-­‐Insurrection       7  “Positivisme”  Def.  1.  Larousse  en  ligne.  Larousse,  n.d.  Web.   http://www.larousse.com/en/dictionaries/french/positivisme/62852?q=positivis me#62143     1  Lewitter,  Lucjan  R.  The  Partitions  of  Poland.  A.  Goodwyn,  ed.  The  New  Cambridge   Modern  History:  vol  8,  1965.     2  Lukowski,  Jerzy  et  W.  H.  Zawadzki.  A  Concise  History  of  Poland.  Cambridge   University  Press,  2001.     8  Mill,  John  Stuart.  Auguste  Comte  and  Positivism.  Project  Gutenberg,  2005.  Public   domain,  web.  15  fév  2014.     9  Miłosz,  Czesław.  The  History  of  Polish  Literature.  2nd  ed.  Berkeley:  University  of   California  Press,  1983.     10  Mikos,  Michael  J.  Polish  Literature  from  1864  to  1918.  Slavica  Pub,  2006.     6  Wandycz,  Piotr  S.  The  lands  of  partitioned  Poland,  1795-­1918.  University  of   Washington  Press,  1974.    

×