SlideShare une entreprise Scribd logo
i
RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN
Paix – Travail - Patrie
-----------------
UNIVERSITÉ DE DSCHANG
Scholae Thesaurus Dschangensis Ibi Cordum
----------------
RECTORAT
ÉCOLE DOCTORALE
------------------
Site web : http://www.univ-dschang.org
E-mail : udstectorat@univ-dschang.org
REPUBLIC OF CAMEROON
Peace – Work – Fatherland
--------------
UNIVERSITY OF DSCHANG
Scholae Thesaurus Dschangensis Ibi Cordum
-------------
CHANCELLERY
POSTGRADUATE SCHOOL
-------------
Website: http://www.Univ-Dschang.org
E-mail : udstectorat@univ-dschang.org
DSCHANG SCHOOL OF ARTS AND SOCIAL SCIENCES
UNITE DE RECHERCHE DE CLIMATOLOGIE ET D’ETUDES
ENVIRONNEMENTALES (URECEEN)
Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme de Master recherche
Filière : Géographie-Aménagement-Environnement
Option : Climatologie
Par
REOUNODJI ELOGE
Licence en géographie
CM-UDS-20LSH0339
Sous la direction de :
Dr. NSEGBE ANTOINE DE PADOUE
Chargé de cours
ADAPTATION DES AGRICULTEURS AUX EFFETS DE LA
VARIABILITE PLUVIOMÉTRIQUE DANS LE DÉPARTEMENT
DE MAYO DALLAH (TCHAD)
©Juillet 2022
ii
SOMMAIRE
DEDICACE...........................................................................................................................................iii
REMERCIEMENT...............................................................................................................................iv
LISTES DES FIGURES......................................................................................................................vi
LISTE DES TABLEAUX .................................................................................................................viii
LISTE DES PLANCHES....................................................................................................................ix
LISTE DES ANNEXES .......................................................................................................................x
SIGLES ET ACRONYMES ...............................................................................................................xi
RESUME..............................................................................................................................................xii
ABSTRACT........................................................................................................................................xiii
INTRODUCTION GENERALE.........................................................................................................1
CHAPITRE 1 : CONSTRUCTION DE L’OBJET DE RECHERCHE .........................................3
CHAPITRE 2 : CARACTERISATION DES PRATIQUES AGRAIRES DANS LE MAYO
DALLAH............................................................................................................................................. 32
CHAPITRE 3 : LE MAYO-DALLAH : UN CONTEXTE MARQUE PAR UNE FORTE
VARIABILITE PLUVIOMETRIQUE............................................................................................ 53
CHAPITRE 4 : BAISSE DE LA PRODUCTIVITE, DETERIORISATION DES SYSTEMES
PRODUCTIFS ET DEGRADATIONS DES CONDITIONS DE VIE DES POPULATIONS.70
CHAPITRE 5 : LES STRATEGIES PAYSANNES D’ADAPTATION DEVELOPPEES DANS
LE MAYO DALLAH........................................................................................................................ 95
CONCLUSION GENERALE ET PERSPECTIVE..................................................................... 112
BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................................... 116
ANNEXES......................................................................................................................................... 122
iii
DEDICACE
À NOS PARENTS :
PAPA BAOHOUTOU LAOHOTE,
ET
DEFUNTE MAMAN NOUDJIMGOTO LUCIENNE
iv
REMERCIEMENT
La réalisation de ce mémoire a été le résultat des efforts conjugués de plusieurs personnes
morales et physiques à différents étapes. Ainsi, voudrais-je à travers cette lucarne exprimer nos
sincères remerciements :
Tout d’abord à notre Dieu, pour le souffle de vie, la santé qu’il accorde, sa protection lors de nos
différents voyages et les portes qui m’ont été ouvertes.
A notre Directeur de mémoire, Dr NSEGBE Antoine DE PADOUE, qui a bien voulu accepter
d’assumer la direction de ce travail malgré ses multiples responsabilités.
Je voudrais aussi rendre un grand hommage au Prof Maurice TSALEFACK, qui pour un voyage
sans retour, nous a laissé à mi-parcours.
Au Dr MOYE Éric KONGNSO et Dr Ismaël pour leur proximité, leurs sympathies, leurs
conseils soutenus qu’ils ont eu le mérite et l’amabilité de nous donner et pour s’être rendus
disponibles malgré leurs emplois de temps chargés.
Nos remerciements vont aussi à l’endroit de tous les enseignants du Département de Géographie-
Aménagement-Environnement de l’université de Dschang et à tous les enseignants de
l’université de Pala, d’avoir pris une part active dans ma formation.
A Mr KAOUBA ELEKE, Mr OUINI BOURDANE et Mr GUEOUARI DJAFFRI, avec qui
nous avons mené ensemble les enquêtes de terrains et pour leurs rôles d’interprètes, nous leur
exprimons notre reconnaissance.
A mon épouse SOLKEM Brigitte BRAO pour sa patience, sa compréhension et son soutien
moral tant inestimable. Merci à tous mes frères et sœurs pour l’accompagnement.
Je tiens également à exprimer ma gratitude à mes amis et ainées : MASRA Axel, MAIMEM
Josiane, LAGUYA VANANI, NDOMADJI ATSONO RELOBE, DJEKOUNDAYOM
MBAIBABAKAR, MBAIRESSEM Arnaud, REMADI Edith, Gracia ELEKE, ALLAH-
ASRA Parfait, NOUBA-ASRA Éric, PEP-YANG Olivier, MADJIGAIN Vivant,
MBAIDJIGUIM Urbain, DJEDANOUM Romaric, KOUMTIBAY SAMUEL,
KISSAÏTOUIN ABLAO Akrod et SINGNON PATOUKI pour leur guide et multiples
soutiens.
L’on ne peut oublier les camarades que l’on a commencé le 1er
et le 2e
cycle ensemble : YAYIBE
MAZGAO, Bienvenu KEDA, VIMI VAIZA, Pedael HALZIAR, Francis BETOUDJI
v
NODINGAR, HARDAM TCHAOUNA, KEMBA Stéphane ABOYNA, Néhémie TOSSI,
BEBAREM Gérard, DEREING Nathaniel, LOMBAYE Fidélité, DANMADJI LAYO
Modeste, MADJIDAOUM Laetitia et Bienvenu SINGAMONG, dont les aides et
encouragements ont été pour nous un motif de réussite.
Aux camarades de la promotion : YAMAKO DJOIMADJE, OUANG-YANG LAOUNA,
Ignace KOUMGAR, DIGOUENA Anne Fabiola etc…..avec qui le partage des moments de
travail, d’échange mêlé de l’animation nous ont remonté le moral pour parvenir au bout de ce
mémoire.
A tous ceux qui ont de loin ou de prés contribué à l’élaboration de ce travail, et dont les noms ne
sont pas cités ici, nous leur disons merci pour leurs efforts et que Dieu vous comble de sa riche
bénédiction.
vi
LISTES DES FIGURES
Figure 1: De localisation de Mayo-Dallah ..................................................................................17
Figure 2: Diagramme Ombrothermique de l'année 1996............................................................18
Figure 3: Végétation de Mayo Dallah.........................................................................................20
Figure 4: Réseau hydrographique du Département de Mayo Dallah ..........................................21
Figure 5: répartition de la population selon le sexe et le niveau d’instruction dans le Mayo Dallah
.....................................................................................................................................................22
Figure 6: Répartition de la main d'œuvre agricole dans le Mayo Dallah....................................36
Figure 7: Evolution des productions vivrières annuelles de 2012 à 2021 dans le Mayo Dallah.48
Figure 8: Cumuls pluviométriques annuels (1990-2021) et la moyenne interannuelle dans le
Mayo Dallah................................................................................................................................53
Figure 9: Anomalie des précipitations annuelles moyennes calculées sur la période de 1990-2021.
.....................................................................................................................................................55
Figure 10: répartition décennale des précipitations.....................................................................57
Figure 11: pluviométrie moyenne d’Avril, d’Août et d’Octobre de 1990-2021.........................58
Figure 12: anomalies pluviométriques du mois d’avril de 1990 à 2021 .....................................59
Figure 13: Anomalies pluviométriques du mois d’août de 1990 à 2021 ....................................60
Figure 14: Anomalies pluviométriques du mois d’octobre de 1990 à 2021 ...............................60
Figure 15: répartition mensuelle des précipitations. ...................................................................61
Figure 16: Evolution des températures maximales moyennes annuelles dans le Département de
Mayo-Dallah entre 1990-2021 ....................................................................................................63
Figure 17: Evolution des températures minimales moyennes annuelles dans le Département de
Mayo-Dallah entre 1990-2021 ....................................................................................................63
Figure 18: variation des températures moyennes du Département de Mayo-Dallah (1990-2021)
.....................................................................................................................................................64
Figure 19: perception paysanne de la tendance pluviométrique .................................................65
Figure 20 : Synthèse de la perception paysanne de l’évolution de la pluviométrie....................66
Figure 21: perception paysanne face à la cause de la variabilité pluviométrique. ......................67
Figure 22: point de vue des paysans sur la baisse des rendements .............................................68
Figure 23: Evolution du rendement d'arachide de 2005 à 2021..................................................72
Figure 24: Evolution du rendement de maïs de 2005 à 2021......................................................73
Figure 25: perception paysanne de la sensibilité des cultures vivrières aux effets de la variabilité
pluviometrique. ...........................................................................................................................74
Figure 27: Perception paysanne face aux effets de la variabilité pluviométrique.......................75
Figure 28: Conséquence de la variabilité pluviométrique sur les agriculteurs ...........................76
Figure 29: Nuage des points montrant l’analyse de la régression entre la pluie de la période de
croissance et avec la production d’arachide de 2017 à 2021. .....................................................82
Figure 30: Nuage des points montrant l’analyse de la régression entre la pluie de la période de
croissance et avec la production du maïs de 2017 à 2021...........................................................87
Figure 31: nuage des points montrant l’analyse de régression entre les températures maximales
et minimales de la période de croissance avec les rendements de (2015-2021) .........................89
Figure 32: nuage des points montrant l’analyse de régression entre les températures maximales
et minimales de la période de croissance avec les rendements de (2015-2021). ........................90
vii
Figure 33: courbes de corrélation entre les indices pluviométriques et de la production du maïs
de 2005-2021...............................................................................................................................92
Figure 34: courbes de corrélation des indices pluviométriques et de la production d’arachide .93
Figure 35: stratégies d’adaptations au retard de pluie.................................................................95
Figure 36: Les techniques d'adaptations à l'inondation des champs ...........................................96
Figure 37: comportement des agricultures face au retard des pluies ..........................................99
Figure 38: Usage des intrants......................................................................................................99
viii
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1: Opérationnalisation du concept de variabilité pluviométrique .............................. 14
Tableau 2: Opérationnalisation du concept adaptation des agriculteurs.................................. 16
Tableau 3: Catégorie des personnes enquêtées ........................................................................ 25
Tableau 4: Nombre des enquêtes par villages.......................................................................... 26
Tableau 5: Classification du SPI.............................................................................................. 28
Tableau 6: Matrice synthétique de la démarche recherche ...................................................... 30
Tableau 7 : les différentes dates de sarclages des cultures vivrières........................................ 41
Tableau 8: calendrier agricole des cultures vivrières............................................................... 43
Tableau 9 : Prix des différents produits agricoles pour l’année 2021...................................... 49
Tableau 10: Anomalie des précipitations annuelles moyennes calculées sur la période de 1990-
2021.......................................................................................................................................... 56
Tableau 11: statistique descriptif de la variabilité pluviométrique décennale ......................... 57
Tableau 12: Récapitulatif des statistiques descriptives des rendements .................................. 73
Tableau 13: besoin en eau d’une variété d’arachide de 90jours .............................................. 78
Tableau 14: stades de croissance d’arachide sensibles au stress hydrique et leur durée de 1991 à
2021.......................................................................................................................................... 80
Tableau 15: résumé des résultats du test de corrélation de Pearson (production d’arachide et
précipitations)........................................................................................................................... 81
Tableau 16 : Stades de croissance du maïs sensibles au stress hydrique et leur durée de 1991 à
2021.......................................................................................................................................... 84
Tableau 17: Résumé des résultats du test de corrélation de Pearson (production du maïs et
précipitations)........................................................................................................................... 86
Tableau 18: effets de la température mensuelle de la saison de croissance sur la croissance
d’arachide................................................................................................................................. 88
Tableau 19 : Résumé des résultats pour la corrélation de Pearson entre température et production
d’arachide de 2015 à 2021 ....................................................................................................... 89
Tableau 20: Résumé des résultats pour la corrélation de Pearson entre température et production
de maïs 2015 à 2021................................................................................................................. 90
Tableau 21: Calendrier agricole dans le Mayo Dallah........................................................... 102
ix
LISTE DES PLANCHES
Planche 1: Les différents types de sols dans le Mayo Dallah .................................................. 19
Planche 2: Les Matériels agricoles........................................................................................... 38
Planche 3: Les types de labours ............................................................................................... 40
Planche 4: Techniques de séchage et de conservation des cultures ......................................... 42
Planche 5: Techniques d'entretien et fertilité des sols.............................................................. 45
Planche 7: Les acteurs impliqués dans l’agriculture dans le Mayo Dallah.............................. 51
Planche 8: Les cultures vivrières dans le Mayo Dallah ........................................................... 71
Planche 9: Les ennemies des cultures ...................................................................................... 77
Planche 10: Pratique du maraichage 101
x
LISTE DES ANNEXES
Annexe 1: Questionnaire d’enquête pour les agriculteurs ..................................................... 123
Annexe 2: Guide d’entretiens................................................................................................. 130
Annexe 3: Autorisation de recherche..................................................................................... 132
Annexe 4: indice pluviométrique annuelle de 1990 à 2021................................................... 133
Annexe 5: Données de précipitations du Département de Mayo-Dallah............................... 134
Annexe 6: Données de températures minimales du Département de Mayo Dallah............... 136
Annexe 7: Données des températures maximales du Département de Mayo-Dallah 1990 à 2021
................................................................................................................................................ 138
Annexe 8: Données des productions de 2005 à 2021............................................................. 140
xi
SIGLES ET ACRONYMES
ANADER : Agence National d’Appui au Développement Rural
AFD : Agence Française de Développement
BAD : Banque Africaine pour le Développement
FAO : Fonds des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation
GIEC : Groupe Intergouvernemental d’Expert sur l’Evolution du Climat
IPCC: Intergovernmental Panel on Climate Change
MKO : Mayo-Kebbi Ouest
MKE : Mayo-Kebbi Est
OCDE : Organisation de Coopération et Développement Economique
OMM : Organisation Mondiale de la Météorologie
ODD : Objectif de Développement Durable
ONASA : Office National de Sécurité Alimentaire
ONDR : Office National de Développement Rural
PANA : Programme d’Action Nationale d’Adaptation
PNUD : Programme des Nations Unies Pour le Développement
PAM : Programme Alimentaire Mondial
PIB : Produit Intérieur Brut
SPSS: Statistical Package for Social Sciences
SNCLCC : Stratégie Nationale de Luttes Contre les Changements Climatiques
SPI : Standardized Precipitation Index
xii
RESUME
L’agriculture dans le Département de Mayo Dallah emploie plus de 80% de la population
et reste la principale source des revenus des paysans. Les conditions de productions dans cette
localité dépendent potentiellement des conditions climatiques.
La méthodologie utilisée repose avant tout sur une approche inductive. La collecte des données
secondaires repose sur la recherche documentaire, les données climatiques fournies par la DREM
et ANADER couvrant la période de 1990 à 2021 et les données des rendements des cultures
vivrières (sorgho, maïs, arachide et mil pénicillaire) fournies également par l’ANADER,
couvrant la période de 2005 à 2021. Ensuite les données primaires ont été collectées à l’aide de
l’observation directe, les entretiens semi-structurés (8) et les questionnaires basés sur un
échantillon de 120 personnes (agriculteurs et agro-éleveur). Ces données ont été traitées grâce
aux logiciels SPSS, ATLAS.ti et Excel.
Ainsi, l’application de l’indice de Nicholson a permis de déterminer des valeurs de SPI comprises
entre -1,71 et + 2,89, indiquant ainsi des années de fortes sècheresses (2004, 2005 et 2009) et des
périodes humides sévères indiquant des périodes d’inondation (1991, 1994, 2012 et 2020).
Ensuite, l’analyse des cumuls pluviométriques annuels a montré une tendance à la stabilité, mais
marquée par d’innombrables disparités. Cette fluctuation de la pluie affecte les rendements. Car
le changement de rendement moyen pour les précipitations était de +50,959 ± 15413 tonnes/an
pour le maïs et -20,205 ± 6365 tonnes/an pour l’arachide. La mise en relation de la production
avec les volumes pluviométriques annuels, affiche une évolution en dent de scie suivant
l’évolution de la pluviométrie. Aux effets néfastes de la variabilité pluviométrique, s’ajoutent
d’autres facteurs comme les faibles apports en intrants, le manque de matériels et l’infertilité des
sols, dont les effets cumulés contribuent également à la baisse des rendements dans cette localité.
La baisse des rendements affecte les revenus agricoles de plus de 70% des agriculteurs et entraine
d’innombrables problèmes socio-économiques à savoir : la famine, la pauvreté, le chômage et
les conflits agriculteurs/éleveurs. Pour s’y adapter, plusieurs stratégies ont été mobilisées par les
agriculteurs de la localité à savoir : la recherche de la précocité, la modification du calendrier
agricole, la diversification des sources de revenus, la fabrication des insecticides artisanaux, le
développement du maraîchage. Des mesures d’accompagnement méritent d’être prises pour
identifier et vulgariser les mesures d’adaptations durables à la variabilité pluviométrique dans le
Département de Mayo Dallah.
Mots-clés : Stratégies d’adaptation, variabilité pluviométrique, agricultures et Mayo Dallah
xiii
ABSTRACT
Agriculture in the Department of Mayo Dallah employs more than 80% of the population and
remains the main source of income for peasants. Production conditions in this locality potentially
depend on climatic conditions.
The methodology used is primarily based on an inductive approach. The collection of secondary
data is based on documentary research, climate data provided by the DREM and ANADER
covering the period from 1990 to 2021 and data on the yields of food crops (sorghum, maize,
peanuts and pearl millet) also provided by the ANADER, covering the period from 2005 to 2021.
Then the primary data was collected using direct observation, semi-structured interviews (8) and
questionnaires based on a sample of 120 people (farmers and agro- breeder). These data were
processed using SPSS, ATLAS.ti and Excel software.
Thus, the application of the Nicholson index has made it possible to determine SPI values
between -1.71 and + 2.89, thus indicating years of severe drought (2004, 2005 and 2009) and
severe wet periods. Indicating periods of flooding (1991, 1994, 2012 and 2020). Then, the
analysis of annual rainfall totals showed a stable trend, but marked by countless disparities. This
fluctuation in rainfall affects yields. Because the average yield change for rainfall was +50.959
± 15413 tons/year for maize and -20.205 ± 6365 tons/year for groundnut. The linking of
production with annual rainfall volumes shows a saw tooth evolution following the evolution of
rainfall. In addition to the adverse effects of rainfall variability, there are other factors such as
low inputs, lack of equipment and soil infertility, the cumulative effects of which contribute to
lower yields in this locality. The drop in yields affects the agricultural income of more than 70%
of farmers and leads to countless socio-economic problems, namely: famine, poverty,
unemployment and farmer/herder conflicts. To adapt to this, the local farmers have mobilized
several strategies, namely: the search for precocity, the modification of the agricultural calendar,
the diversification of sources of income, the manufacture of artisanal insecticides, the
development of market gardening. Accompanying measures deserve to be taken to identify and
popularize sustainable adaptation measures to rainfall variability in the Department of Mayo
Dallah.
Keywords: Adaptation strategies, rainfall variability, agriculture and Mayo Dallah
1
INTRODUCTION GENERALE
La variabilité des paramètres climatiques imposent aux populations rurales des pays en
développement des adaptations conséquentes (GIEC, 2007). Selon l’Agence Française de
Développement (AFD., s.d). Le changement climatique affecte sérieusement un grand nombre
d’activités humaines. Le « secteur de la terre » (agriculture, foresterie, changement d’utilisation
des terres) tient une place particulière, car c’est sans doute l’activité humaine la plus dépendante
du climat. Selon les travaux de Servat et al. (1999), en Afrique de l’ouest et centrale, ces
perturbations du climat se manifestent par une diminution généralement assez importante de
pluviométrique annuelle avec des déficits de l’ordre de 20% à 30% et des baisses des débits des
cours d’eau. Cette variabilité pluviométrique provoque la fréquence des décalages saisonniers
(confusion sur le calendrier culturale), ce qui a pour corolaire une baisse régulière et effective
de près de la moitié des productions ou rendements de l’agriculture pluviale aussi bien
industrielle que vivrières (Gerald et al, 2009). C’est ainsi que, face aux incertitudes de la pluie,
les utilisateurs des terres font de gros efforts d’adaptations, surtout les pays en développement,
plus vulnérables en raison d’un moindre degré d’artificialisation de l’agriculture et de sa plus
grande dépendance à l’environnement naturel.
La dépendance de la plupart des pays africains à l’égard des rendements agricoles qui
sont à leur tour, dépendants du climat contribue significativement à leur vulnérabilité (BAD,
2011 ; FAO, 2006 ; GIEC, 2007). Selon les estimations de la Banque Africaine de
Développement (BAD) en 2010, 70% de la population dépend de l’agriculture pour l’emploi à
plein temps, et de nombreux africains comptent sur l’agriculture pour une partie du revenu de
leur ménage. Cette situation durable de l’accroissement rapide des populations (plus de 3% par
an entre 1990 et 2002), conjugué à la diminution des ressources alimentaires, renforce la
vulnérabilité des populations africaines en raison de leur faible niveau de mécanisation
d’adaptations (Odjugo, 2010).
Le Tchad, vaste pays ‘‘continental’’, est très vulnérable à la variabilité et au changement
climatique, à l’instar des autres pays sahéliens. Selon les observations et les projections
climatiques, le Tchad est considéré par la communauté scientifique internationale comme l’un
des points les plus marquants (hotspot) du changement climatique dans le monde. Et une étude
récente le classe parmi les 186 pays dans le monde le plus vulnérable face au réchauffement
climatique (Hakim, 2007). La variabilité climatique au Tchad se caractérise par une baisse et
variabilité accrue de la pluviométrie, une augmentation des températures observées depuis 1990
2
et une recrudescence des phénomènes météorologiques extrêmes. Cette vulnérabilité est
souvent due à la dépendance des populations rurales des ressources naturelles, plus de 80% de
la population tchadienne sont des ruraux et dépendent des ressources naturelles pour leur
subsistance (SNLCC, 2017).
L’agriculture dans ce pays contribue à la consolidation de la sécurité alimentaire,
l’amélioration des conditions de vie des paysans. Mais, depuis la période 1950 à 2014, ce
secteur d’activité est confronté à une tendance globale à la baisse des pluies, à des variations
des précipitations marquées par des années humides et sèches à partir des années 1990 qui
semble indiquer un nouveau mode de variabilité des pluies ( PANA-Tchad, 2010). Toutefois,
les années 1990 à nos jours semblent indiquer un retour à des conditions pluviométriques
meilleures. Selon le PANA-Tchad (2010), les composantes de la pluviométrie telles que les
dates de démarrages et les longueurs de la saison des pluies ont connu également au cours de
ces dernières années une forte variabilité interannuelle, qui rend de plus en plus difficile la
planification agricole. Face à cette situation, plusieurs projets et programmes ont été mis sur
pied par les pouvoirs publics pour limiter la vulnérabilité des paysans. Malgré cette réelle
volonté des pouvoirs publiques, à soutenir les paysans face à cette situation, les paysans ne
cessent de se plaindre des difficultés pluviométriques (instabilité du début et de la fin de la
saison pluvieuse, les séquences sèches en saison pluvieuse et les inondations) auxquelles ils
sont confrontés.
C’est donc pour mieux comprendre les stratégies et mesures d’adaptations à la
variabilité pluviométrique dans le secteur agricole au Sud du Tchad en générale et dans le
Département de Mayo Dallah en particulier que la présente recherche a été initiée. Le présent
mémoire s’articule autour de cinq chapitres. Le premier aborde la construction de l’objet de
recherche. Le deuxième chapitre dresse un état des lieux des pratiques agraires dans le Mayo
Dallah. Le troisième chapitre analyse la tendance de la variabilité pluviométrie dans le
Département de Mayo-Dallah. Le quatrième chapitre analyse les effets de la variabilité
pluviométrique sur les rendements des cultures vivrières. Enfin, nous suggérons le cinquième
et dernier chapitre qui présente les différentes stratégies mobilisées par les agriculteurs pour
faire face aux effets induits par la variabilité pluviométrique.
3
CHAPITRE 1 : CONSTRUCTION DE L’OBJET DE RECHERCHE
Il est question dans ce chapitre de traiter de la définition des problèmes et en déduire
l’importance et la pertinence. Ce chapitre pose aussi les questions, présente les objectifs et
hypothèses de recherche, présente le cadre conceptuel et analytique de l’étude et fait le point de
la revue de littérature dans le domaine et en fin, présente la méthodologie adoptée pour la
conduite des différentes phases de cette recherche.
I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE L’ETUDE
Le changement climatique représente une menace de plus en plus perceptible pour la
viabilité des ménages ruraux d’Afrique subsaharienne où les communautés vivent
principalement de l’exploitation des ressources naturelles. Selon le Groupe
Intergouvernemental d’Experts sur l’Evolution du Climat (GIEC, 2007), les conséquences du
changement climatique sur les écosystèmes des pays d’Afrique sont déjà considérables, et la
situation pourrait être encore plus désastreuse vu les prédictions d’augmentation des fréquences
d’évènements extrêmes avec le réchauffement climatique (Houghton et al, 2001). En 2010, les
catastrophes liées au changement climatique ont touché environ 300 millions de personnes et
provoqué le déplacement de 40 millions d’individus majoritairement situés dans les pays en
développement. Ainsi, les besoins d’adaptation des populations aux changements climatiques
et à leurs impacts socio-économiques sont indispensables car la survie des populations en
dépend (OCDE, 2009).
La variabilité climatique se traduit par une baisse notoire de la pluviométrie et
consécutivement une dégradation des ressources naturelles. Cette tendance, qualifiée de «
nouvelle phase agricole » ou « rupture climatique » compromet sérieusement la sécurité des
moyens de subsistances des personnes pauvres, et fragilise les systèmes agricoles qui ne
répondent plus aux besoins actuels du climat (Yegbémey et al, 2014). Cette forte variabilité
aussi bien temporelle, spatiale que quantitative des précipitations rend les activités agricoles
plus vulnérables et constitue une contrainte majeure à l’atteinte des objectifs d’autosuffisance
alimentaire à l’horizon de 2025 que se sont fixés les dirigeants africains en Juillet 2013. Dans
ce contexte, le Tchad a connu une récession climatique, surtout celle de la pluviométrie aux
ampleurs très accusées, doublée d’une augmentation significative du nombre d’années sèches
(1970,1980) (Baohoutou, 2007). Cette situation a engendré une baisse des rendements agricoles
et est aussi génératrice des conflits sociaux, notamment les conflits agriculteurs/éleveurs qui
4
sont devenus de plus en plus récurrents dans la zone méridionale tchadienne (Madjigoto, 2007).
Bien que jouant un rôle économique de premier plan dans le développement du Tchad, le
secteur agricole rencontre des difficultés majeures qui freinent son décollage. Parmi ces
contraintes, on peut citer la variabilité spatio-temporelle des précipitations, la qualité médiocre
des sols, les politiques de développement agricole inadaptées, les stratégies d’adaptation
durables quasi-inexistantes et/ou insuffisantes et inappropriées.
Cette forte variabilité pluviométrique a induit une dégradation du milieu écologique et
s’est soldé par des impacts négatifs sur la production agricole. En effet, les dérèglements et les
déficits pluviométriques saisonniers enregistrés ont perturbé les cycles culturaux, bouleversé le
calendrier agricole et rendu non opérationnelles les normes culturales empiriques en vigueur
chez les populations paysannes. Au cours de ces dernières décennies, les principaux systèmes
ont connu des mutations diverses et variées à savoir, la fortes régression des volumes de
productions agricoles (40 à 88%) entre 1988-2012 et l’impulsion par la demande urbaine des
productions destinées aux marchés locaux (SNLCC, 2017).
Bien que la variabilité pluviométrique et ses incidences soient réelles dans la partie Sud
du Tchad, tels que présenté dans les travaux de Baohoutou (2007), Baohoutou et al, (2013,
2014), Gouataine et al, (2015 ; 2016 ; 2017 et 2018), ces travaux ne couvrent pas toute la partie
Sud tchadienne. Partant de ce qui précède, ce travail intègre premièrement plusieurs objectifs
du Développements Durable et les autres programmes internationaux et nationaux, notamment
le deuxième objectif du Développement Durable qui vise la ‘‘ Faim Zéro ’’ c’est-à-dire assurer
la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition. Le secteur agricole est aussi concerné par
l’objectif 12 qui vise à assurer la viabilité des systèmes de production alimentaire et mettre en
œuvre des pratiques agricoles résilientes qui permettent d’accroitre la productivité, contribuent
à la préservation des écosystèmes, renforcent les capacités d’adaptations aux changements
climatiques et aux phénomènes météorologiques extrêmes. En fin, le 13e
objectif qui
porte sur ‘‘la prise des mesures d’urgences pour lutter contre les changements climatiques et
leurs conséquences’. Il s’inscrit également dans la vision du Tchad 2030 intitulé « le Tchad que
nous voulons ».
En fin, Il est question également de contribuer à la connaissance du rôle que joue la
pluie sur la production agricole. Cette dernière se présente à la fois sous une forme
indispensable (l’économie et les hommes en dépendent) et comme un fait difficilement
maitrisable par les hommes compte tenu de son caractère instable et incertain. Il est bien vrai
5
que beaucoup des travaux soient réalisés sur cette problématique, mais ces données restent
cependant l’apanage des zones concernées par les dits travaux. Pour ce qui est du Département
du Mayo-Dallah, les données sur les stratégies d’adaptations aux effets de la variabilité
pluviométrique sont très peu documentées alors que la situation demeure toujours
préoccupante. C’est ce qui justifie la présente étude afin de tirer davantage l’attention des
politiques, des institutions et acteurs concernés.
II. DÉLIMITATION
1. Délimitation spatiale de la zone d’étude
Le Département de Mayo Dallah se localise selon les cordonnées 8°57’ à 10°15’ N et
en longitude 15°05’ à 15°58’ Est. Elle se situe au Sud-Ouest du Tchad en plein milieu soudanien
et couvre une superficie de 4.069 Km².
2. Délimitation temporelle du sujet
Pour le besoin d’une bonne analyse de la pluviométrie au pas de temps annuel, il nous
faut une série assez longue, d’au moins de 30 ans selon les recommandations de l’Organisation
Météorologique Mondiale (OMM). Ainsi, les données relatives à cette étude couvrent la
période allant de 1990-2021 soit 32 ans. Ces relevés pluviométriques sont fournis par la
Direction des Ressources en Eau et de la Météorologie (DREM) et par les archives
pluviométriques du sous-secteur de l’ANADER de Pala. Ensuite, les données des rendements
des cultures vivrières sont fournies par la direction de l’ONDR/ANADER de l’antenne Sud-
Ouest (Bongor) et s’étendent de 2005 à 2021 soit 17 ans.
III. REVUE DE LA LITTERATUR
Dans la revue de la littérature, il sera question d’analyser l’état de la connaissance sur
la tendance de la variabilité pluviométrique en Afrique Sub-saharienne en générale et au Tchad
en particulier, ensuite de présenter les effets de la variabilité pluviométrique sur les activités
agricoles, ainsi que les stratégies ou les mesures d’adaptations paysannes. Pour réaliser cela, il
est important de faire appels aux auteurs qui ont réalisé des études dans ce domaine.
6
1. Les tendances de la variabilité pluviométrique en Afrique subsaharienne et au
Tchad
Dans les régions tropicales marquées par l’absence d’une saison thermique, la
pluviométrie est un paramètre climatique majeur, comme l’a si bien souligné J. Riser (Frérot
AM et al, 2004) : « la pluie est la principale composante du climat des régions tropicales », elle
permet d’une part d’établir les nuances climatiques et d’autre part la pratique des activités
agricoles sur lesquelles repose l’économie de la plupart des pays africains et singulièrement le
Tchad. C’est ainsi que malgré d’importants progrès réalisés dans les sciences agronomiques,
les facteurs climatiques peuvent avoir un effet positif ou négatif sur les revenus des agriculteurs
selon l’occurrence de leurs valeurs extrêmes aux différentes étapes de l’élaboration de la
production. Dès lors, plusieurs études ont été conduites sur le sujet en Afrique et au Tchad.
En effet, la fin des années 60 marque le début de la sècheresse dans le Sahel. Elle se
traduit par une baisse de la pluviométrie et une dégradation croissante des ressources naturelles
qui conduisent à l’insécurité alimentaire des ménages (Ozer et Erpîcum, 2015 ; Paturel et al,
1998 ; Ouédraogo et al, 2005, Ozer et al, 2005). Les travaux d’Aguilar et al, (2009), confirment
également cette tendance à la baisse des précipitations (31mm/décennies, entre 1995 et 2006).
Au Sahel, ce sont les sècheresses ou les déficits pluviométriques qui ont des effets les plus
prononcés, car elles concernent très souvent des vastes zones géographiques et sont de plus en
plus récurrents. Cependant, d’autres phénomènes comme les inondations, les vents violents et
la pollution d’insectes nuisibles sont des phénomènes liés au temps et au climat. Dans leur
analyse de la variabilité climatique et de ses influences sur les régimes pluviométriques
saisonniers en Afrique de l’ouest, Amani et al, (2004) ont montré que la variabilité climatique
se manifeste par une dynamique spatio-temporelle régressive des pluies annuelles, une
récession des fréquences de jours pluvieux en général et en particulier celles des hauteurs
pluviométriques supérieures à 10mm et une diminution de la durée des sisons pluvieuses.
Au Tchad, Mathey (1992), ressort de ses travaux que les secteurs agro-écologiques du
Tchad connaissent un changement dans le comportement des précipitations. Mais c’est
Baohoutou (2007), Gouataine (2018), Gouataine et al, (2016), qui ont montré l’existence d’une
forte variabilité pluviométrique avec des conséquences désastreuses. Baohoutou (2007), ressort
que la succession de deux décennies relativement sèches avec un seuil critique en 1984, la
variabilité intra saisonnière de la pluviométrie marquée par des écarts importants dans les dates
de démarrage et de fin de pluie et une concentration tant en fréquence qu’en hauteur de pluie
7
au cœur de la saison ont imprimé leurs marques particulières dans ce milieu. Selon les travaux
de Gouataine (2018) et Gouataine Sengue et al, (2016), la variabilité pluviométrique dans la
plaine du Mayo Kebbi est marquée par une baisse sensible des pluies pendant les décennies 70
et 80 avant de se stabiliser à partir de 1990 mais avec une profonde disparité. Bien que les
résultats soient intéressants, ils ne peuvent pas être extrapolés à l’ensemble du Sud du Tchad à
cause des singularités que présentent certaines zones.
2. Les impacts de la variabilité pluviométrique sur les activités agricoles
L’agriculture constitue l’une des principales activités économiques des populations
rurales d’Afrique et est aussi reconnue comme une activité soumise à des risques (fluctuation
du marché, politique gouvernementale, invasion des ravageurs) dont le plus parlant est le risque
climatique qui fait l’unanimité à travers les écrits des dernières décennies (Fabrice Esse et al,
2020). L’impact des changements climatiques sur la production agricole devrait susciter des
inquiétudes en raison du rôle primordial du secteur de l’agriculture dans le développement
socio-économique des pays africains.
Selon le GIEC (2007), l’activité agricole dans la zone tropicale relève d’un véritable
problème puisque le facteur déterminant « la pluviométrie » subit une réelle modification. Cette
variabilité de la pluviométrie provoque la fréquence des décalages saisonniers (confusion sur
le calendrier cultural), ce qui a pour corollaire une baisse régulière et effective de près de la
moitié des productions ou de rendements de l’agriculture pluviale aussi qu’industrielles que
vivrières (Gerald et al, 2009). Tsalefac (1999) dans (variabilité climatique, crise économique
des milieux agraires sur les hautes terres de l’ouest), s’est intéressé également aux quantités de
pluies annuelles et interannuelles à travers lesquelles, il montre les impacts négatifs de la
répartition irrégulière de la pluie sur les activités agricoles dans les hautes terres de l’Ouest
Cameroun. Pour sa part, Ogouwalé (2006) a montré que l’agriculture varie dans l’espace et
dans le temps selon les hauteurs pluviométriques et qu’il est donc difficile de prévoir cette
dernière, d’où la baisse des rendements des cultures vivrières au cours des dernières décennies
qui a entrainé des pénuries alimentaires. Pour Afouda et al, (2014), la rareté des pluies
prolongée, les poches de sècheresses, les excès d’eau font baisser le rendement des cultures.
Dans la même logique, pour Allé (2013), la perturbation qu’enregistre les systèmes culturaux
s’explique par l’irrégularité pluviométrique, la mauvaise répartition spatio-temporelle des
précipitations et surtout le bouleversement du calendrier agricole. Ainsi, selon Afouda (2010),
le rythme des activités économiques et socio-culturelles des populations est calqué sur le rythme
8
des saisons. Le climat est à la fois comme un atout et une contrainte au déroulement des
activités. Aussi, il ajoutera que face aux contraintes qu’impose le climat, la communauté
paysanne développe des stratégies endogènes pour réduire leur vulnérabilité tant dans le
calendrier agricoles que dans les techniques utilisées.
Au Tchad, l’analyse des documents de la Stratégie Nationale d’Adaptation (PANA,
2010) ainsi que les travaux de Baohoutou (2007) montre que les différentes années de
sécheresse (1972-1973 et 1984), les inondations des années (1988, 1999, 2005, 2006, 2007,
2008, 2010 et 2012), ainsi que la récurrence des vents violents de ces 30 dernières années
impactent sur les rendements agricoles et provoque les chutes de productions agricoles. Selon
une étude conjointe de PAM et FAO (2009), intitulé « République du Tchad : analyse globale
de sécurité alimentaire et de vulnérabilité », les aléas climatiques sont la cause majeure de la
baisse de la production céréalière enregistrée au cours de ces dernières années et affectent la
disponibilité alimentaire en dépits d’énormes potentialités dont il dispose. Et selon le rapport
de FAO/Tchad, en 2012, 255.000 et 161.522 ha emblavées ont été inondés, 100.000 ménages
agricoles affectés et 161.000 hectares de cultures détruites. Le déficit céréalier étant estimé à
45.000 tonnes, soit 30% des besoins nationaux. Gouataine (2018), ressort de ses travaux que la
longueur de la saison pluvieuse en tant que telle n’influence pas le cycle cultural mais
l’incertitude dans le démarrage de la saison pluvieuse, les séquences sèches et les arrêts
précoces ne permettent pas aux variétés longues de boucler leur cycle végétatif, d’où les jours
pluvieux influencent aussi la production et le rendement des cultures dans la plaine du Mayo
kebbi.
Par contre, Sossa (2001), Noufé (2011), Septime (2008) pensent que la variabilité
pluviométrique n’étant pas le seul facteur déterminant le rendement agricole. Les autres
déterminants du rendement notamment : le choix variétal, l’utilisation des engrais, la fertilité
du sol, la qualité des semences, les traitements des maladies et ravageurs etc….participent aussi
fortement à cette baisse de rendement. Bertrand (2014), ressort également dans ses travaux que
la résistance des systèmes d’exploitations agricoles aux changements climatiques et à la
variabilité dépend de la fertilité des sols, mais malheureusement, beaucoup d’agriculteurs ne
disposent pas de moyens financiers, de technologies, de batail et de temps nécessaire pour
entretenir leurs terres comme ils le souhaitent, or les sols infertiles produisent peu, ce qui
aggrave encore la pauvreté. Toute fois la garantie d’une bonne production est aussi tributaire
des conditions liées à une bonne articulation des opérations culturales (Noufé et al, 2015).
9
3. Les stratégies paysannes d’adaptations aux effets de la variabilité pluviométrique.
Face à la variabilité pluviométrique, les paysans tentent de s’adapter. Les mesures
d’adaptation sont développées le plus souvent sur des savoirs indigènes (Sar et al, 2007) et aux
moyens alternatives offertes par les progrès techniques. Ces mesures d’adaptation sont variées
et visent à mitiger voire à surmonter les risques à travers des comportements résilients en vue
de sauvegarder les activités agricoles, de contribuer à l’autosuffisance alimentaire et d’accroitre
les revenus. Mais dans certains cas, ces mesures endogènes ont montré leurs limites comme la
témoigne la persistante de la situation de crise alimentaire que les pays sahéliens et subtropicaux
ont connu au cours de ces dernières années.
Les travaux de Gouataine (2018) relèvent deux types d’adaptations : l’adaptation
directe en laquelle les agriculteurs ont développé des stratégies particulières qui se résument en
la réadaptation du calendrier, la dispersion des dates de semis, l’adoption d’autres cultures,
l’augmentation des emblavures et le recours à la pratique des pépinières pour limiter les dégâts
de la montée des eaux qui détruisent les jeunes plantes. Ainsi, le repiquage avec hauteur de 10
à 15cm permet au riz de mieux se développer et de supporter l’engorgement d’eau. Quant à
l’adaptation indirecte, les paysans font recourent à la diversification des activités qui génèrent
les revenus et l’épargne de précaution. . Pour sa part, Angossou (2008), présente dans son étude
que le recours aux crédits pour les dépenses de production accroit davantage la vulnérabilité
des paysans ainsi ces derniers optent pour la pratique de rotation toute en priorisant la rotation
entre les cultures vivrières (mais-niébé, mais-arachide) au détriment de la rotation entre culture
vivrières et commerciales (mais-soja). Bertrand (2014) montre que l’orientation des actions
vers la restauration de la capacité de production de la terre (régénération naturelle assistée)
permet également de réduire les effets de la pluviométrie et est à la portée de tous les
producteurs. Pour sa part, Rodrigue (2008) ressort de son étude que l’intensification de
l’utilisation des intrants constitue une forme de stratégie qui permet d’améliorer la production
et/ou limiter les efforts consentis pour les activités agricoles mais force est de constater que
cette pratique a des répercussions sur l’environnement à moyen et long terme. Pour Madjigoto,
(1994), l’une des formes d’adaptation des paysans est l’ouverture d’autres champs, donc
l’augmentation des surfaces agricoles. Et pour Baohoutou et al, (2014), la recherche des
cultivars les mieux adaptés au contexte climatique est aussi une forme d’adaptation aux
variabilités pluviométriques car celles-ci ont imprimé leurs marques sur le paysage.
10
Comme adaptation à la variabilité climatique, les recherches de Djohy et al, (2015) ;
Dugue (1999) ; Brou et al, (2005), retiennent la modification des dates de semis, la
concentration des activités agricoles au cours de la saison pluvieuse particulièrement là ou
l’agriculture est pluviale, l’abandon des cultures à cycle longue au profit des variétés précoces,
l’option pour les cultures peu exigeantes et l’association des cultures en zones tropicales comme
en soudano-sahélien, l’augmentation des emblavures la ou les terres sont rares.
Malgré la prise de conscience des impacts liés aux changements climatiques, l'insuffisance
caractérisée des moyens d'adaptation à ceux-ci est une réalité (Brown et al, 2010). Des
nombreux facteurs le mettent en évidence. D'abord, l'absence de données climatiques et leur
analyse, l'insuffisance des données sur les solutions d'adaptation, la méconnaissance de
l'adaptation parmi les parties prenantes (autorités en charge des politiques d'adaptation et la
population), la faiblesse des capacités du personnel dans les domaines de la planification, du
suivi et de l'évaluation, l'absence de mécanismes de communication et de gestion des
informations entre secteurs, l'inadaptation des capacités des institutions (Tieguhong et Ndoye,
2007; Tieguhong et Betti, 2008).
IV. PROBLEMATIQUE
Le Mayo Dallah est une zone essentiellement rurale (80%) et dont la principale activité est
l’agriculture pluviale, source de moyens de subsistances de la majeure partie de la population.
Les activités agricoles sont en grande partie dominées par la culture du sorgho, l’arachide, le
pénicillaire, le maïs et le riz, dont les rendements sont en baisses ces dernières décennies en
raison de la variabilité climatique et de la mauvaise adaptation des agriculteurs. Quoique
d’autres facteurs non climatiques tels que, les techniques agricoles, le faible niveau
d’équipement, le faible apport d’intrants, les semences qui déterminent également les
rendements agricoles, c’est la variabilité pluviométrique que les agriculteurs ont pointé du doigt
comme étant le principal déterminant de leurs rendements agricoles car elle agit fortement sur
l’efficacité d’autres facteurs.
La variabilité pluviométrique est réelle et se manifeste par la fréquence des phénomènes
extrêmes que sont les sécheresses et les inondations des cultures qui affecte les besoins en eau
pour la croissance des cultures vivrières. Ces différentes situations augmentent la vulnérabilité
et entrainent la mauvaise performance des cultures qui se traduit par la diminution de la
production agricole, détérioration de la sécurité alimentaire, baisse des revenus des paysans et
augmentation de la pauvreté (paysanne). Selon le rapport de la Direction Départementale de la
11
Statistique agricole, les inondations de 2020 ont entrainées des pertes du capital semencier, du
lessivage des engrais, de la prolifération des maladies fongiques et un déficit céréalier de 14118
tonnes. Les faibles rendements se justifient également par des faux départs et des retours tardifs
de la pluie qui perturbe le calendrier cultural et rendu difficile la planification des opérations
agricoles.
En dépit de ces effets, les producteurs de ladite localité ne se sont pas simplement
résignés sur la situation, mais ils développent des stratégies d’adaptation à court, moyen et long
termes dans le but de limiter les pertes agricoles, liées aux effets négatifs des variabilités
pluviométriques particulièrement, afin de préserver la sécurité alimentaire, mais ces stratégies
d’adaptation sont médiocres ou limitées. Face à cette situation, la présente recherche tente
d’établir le lien de cause à effet entre la productivité agricole et la variabilité pluviométrique
dans le Mayo Dallah. Autrement dit, les fluctuations de rendements observées se justifient-elles
par la variabilité pluviométrique ?
L’idée que nous soutenons dans ce mémoire, est que la variabilité pluviométrique dans
le Mayo Dallah est une réalité et se traduit par le glissement des saisons (pluies tardives, de
courte durée, pluie précoce) qui rend les conditions de productions de plus en plus difficiles et
ceux malgré les stratégies mobilisées par les paysans.
Cette préoccupation s’inscrit dans les Objectifs du Développement Durable, notamment
le 13e
objectif qui porte sur ‘‘la prise des mesures d’urgences pour lutter contre les changements
climatiques et leurs conséquences’’ et le 2e
objectif qui vise à éliminer la faim, assurer la
sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable et résiliente.
Il s’inscrit parmi les objectifs de l’Union Géographique Internationale (UGI, 2013) dans le
renforcement de la capacité des populations à être résilientes face aux effets des changements
climatiques. Elle s’inscrit également dans la vision du Tchad 2030 intitulé « le Tchad que nous
voulons », qui vise à assoir une économie plus résiliente au changement climatique. Ainsi, ce
travail adhère les programmes stratégiques nationaux de luttes contre les changements
climatiques (PANA-TCHAD, 2010 ; CNLCC, 2017).
V. QUESTIONS DE RECHERCHE
1. Question principale
La question principale qui permet d’orienter cette recherche est la suivante : Les stratégies
d’adaptations développées par les paysans permettent-elles de répondre aux fluctuations des
rendements provoquées par la variabilité pluviométrique dans le Mayo Dallah ?
12
2. Questions spécifiques
Pour mieux cerner cette question principale, plusieurs questions spécifiques méritent d’être
posées :
 Quel est l’état des lieux des pratiques agraires dans le Département de Mayo Dallah ?
 Quelles sont les tendances de l’évolution de la pluviométrique dans le Département de
Mayo Dallah ?
 Quelles sont les effets de cette variation pluviométrique sur les rendements des cultures
vivrières ?
 Quelles sont les stratégies mobilisées par les agriculteurs pour y faire face ?
VI. OBJECTIFS DE LA RECHERCHE
Pour vérifier les hypothèses émises, les objectifs de recherche sont posés. Il s’agit d’un
objectif principal détaillé en plusieurs objectifs spécifiques.
1. Objectif principal
Globalement, cette recherche se propose d’analyser les stratégies d’adaptation des paysans
face aux effets de la variabilité pluviométriques sur la production agricole.
2. Objectifs spécifiques
 Dresser l’état des lieux des pratiques agraires dans le Département de Mayo Dallah ;
 Analyser les tendances de l’évolution de la pluviométrique (annuelle ; saisonnière,
mensuelle, les anomalies etc…) ;
 Analyser les effets de la variabilité pluviométrique sur les rendements agricoles ;
 Répertoriez les stratégies d’adaptations mobilisées par les agriculteurs pour faire face
aux effets induits par la variabilité pluviométrique.
VII. HYPOTHESES
1. Hypothèse principale
Cette recherche qui aborde toutes ces questions se fonde sur l’hypothèse principale
suivante : face à la baisse de la production agricole, les paysans du Mayo Dallah développent
des stratégies d’adaptation en réponse à la variabilité pluviométrique.
13
2. Hypothèses secondaires
 Les pratiques agraires dans le Département ne garantissent pas une bonne production
agricole ;
 La variabilité pluviométrique dans le Département de Mayo Dallah est marquée par des
variations interannuelles, mensuelles et saisonnière des précipitations mais aussi des
températures ;
 La variabilité pluviométrique impacte les productions agricoles et exposent la
population à la famine ;
 Les adaptations mises sur pied par les agriculteurs sont insuffisantes pour atténuer les
effets de la variabilité pluviométrique sur les cultures vivrières ;
VIII. CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE
La conduite de l’étude repose sur les concepts clé que voici : variabilité pluviométrique et
adaptation des agriculteurs.
Variabilité pluviométrique : Un des éléments intégrateurs de la variabilité climatiques,
l’expression ‘‘variabilité pluviométrique’’ a été défini par plusieurs auteurs. Elle est définie
comme la modification ou variation significative de la pluviométrie, qu’elle soit naturelle ou
due aux facteurs d’origine anthropique (Niasse et al. 2004). Dans la même logique, Yann L’hôte
(2000), définit la variabilité pluviométrique comme les variations des précipitations, c’est-à-
dire une conséquence de la circulation générale dans laquelle sont décrits les mouvements de
l’air à l’intérieur de l’atmosphère terrestre. Pour Brou (20005), il s’agit de la variation du
schéma pluviométrique moyen et l’accentuation des valeurs extrêmes à toutes les échelles
temporelles (journalière, décadaire, mensuelle, annuelle et décennales) et spatiales. Au tant que
possible, elle est analysé par rapport aux valeurs moyennes ou normales, qui sous-entendent
l’idée de fixité du climat. Selon Gouataine (2018), la variabilité climatique est la fluctuation du
climat qui se manifeste par des retards de pluie, des excès et des déficits pluviométriques, des
séquences sèches. Elle correspond à la dispersion statistique de la pluie autour de sa valeur
moyenne. Dans la même logique, Njoya et al. (1995) entendent par variabilité pluviométrique,
une alternance des saisons, c'est-à-dire des caractères erratiques (répartition et/ou variation) de
la pluviométrie et des températures. Le concept désigne dans ce travail, la variabilité
pluviométrique au pas de temps mensuel, saisonnier, annuel et décennal. Une analyse de la
température sera ajoutée à celle des précipitations car l’association de ces deux paramètres
climatiques est indispensable pour comprendre les effets de la variabilité pluviométriques sur
les rendements des cultures vivrières.
14
Tableau 1: Opérationnalisation du concept de variabilité pluviométrique
CONCEPT DIMENSIONS COMPOSANTES INDICATEURS
Variabilité
pluviométrique
Temporelle
Echelle mensuelle
-moyenne mensuelle
des pluies,
- Nombre des mois
pluvieux/sec
-Ecart à la moyenne
mensuelle des pluies
Echelle saisonnière
-variabilité des saisons
de cultures,
-variabilité des
séquences intra-
saisonnières
Echelle annuelle et
décadaire
-moyenne annuelle,
-totaux annuels des
précipitations,
-écart annuel à la
moyenne annuelle,
- Nombre des années,
décennies
excédentaires et
déficitaires,
-coefficient de
variation annuelle
Spatiale
Répartition des
pluies
-variabilité des saisons
de culture,
-fréquence des
séquences
sèches/humides
- fréquence des
inondations
Effets sur les
activités agricoles
-durée de la saison de
culture,
-cycle végétatif des
cultures,
-Production et
rendements des
cultures
-fréquence
d’envahissement des
herbes et ennemies de
culture,
-nombre d’hectare des
champs détruits
-fréquence des
famines et maladies
- Coefficient de
variation des
rendements
Source : Auteur, 2022
15
Adaptation : De nombreux auteurs ont avancé différentes définitions de l’adaptation au
changement climatique. Pour le GIEC c’est : « l’ajustement des systèmes naturels ou humains
en réponse à des stimuli climatiques ou à leurs effets, afin d’atténuer les effets néfastes ou
d’exploiter les opportunités bénéfiques ». Ainsi, GIEC (2007) et PNUD (2005) distinguent
plusieurs types d’adaptations ; chaque type dépendant des moyens dont disposent les
populations :
- Adaptation anticipative : elle consiste à mettre sur pied des moyens qui s’imposent avant
que les impacts ne se fassent sentir dans le but de minimiser les effets néfastes du climat.
- Adaptation réactive : conçue et mise en œuvre en réponse aux impacts initiaux
- L'adaptation autonome est l'utilisation des connaissances et des techniques actuelles
déjà disponibles pour répondre aux changements climatiques qui se produisent déjà
- Adaptation planifiée : résulte d’une décision politique délibérée, basée sur une prise de
conscience des changements en cours et à venir.
Dans la même logique, Watson et al, (1996), soutiennent que : « L’adaptabilité fait référence
à la mesure dans laquelle des ajustements sont possibles dans les pratiques, les processus ou les
structures des systèmes aux changements prévus ou réels du climat. L’adaptation peut être
spontanée ou planifiée et peut être effectuée en réponse ou en prévision d’un changement de
condition. Pour Smitet al, (2000) : « L’adaptation implique des ajustements pour améliorer la
viabilité des activités sociales et économiques et pour réduire leur vulnérabilité au climat, y
compris sa variabilité actuelle et les événements extrêmes ainsi que le changement climatique
à plus long terme ». Pour Ogouwalé (2006), l’adaptation serait une des solutions qui permettrait
à la communauté humaine de réduire les impacts des changements climatiques annoncés.
De manière plus orienté, l’adaptation est selon FAO (2011) et PNUD (2008), c’est une
réaction paysanne à travers l’agriculture qui se fait en ajustant les techniques voir les habitudes
de production en réponse à la variation du climat afin d’atténuer les dommages causés par ce
phénomène.
Il ressort de l’analyse de tous ces auteurs que l’adaptation se réfère à des ajustements dans
un système en réponse à un stimulus climatique dont les formes peuvent êtres diverses selon
les endroits, les moments et le type d’évènement. C’est ainsi que Ramade (2008), définira les
stratégies adaptatives comme une caractéristique propre au type d’adaptation d’une population
ou d’une communauté vivant à des conditions environnementales particulières.
16
Tableau 2: Opérationnalisation du concept adaptation paysanne
CONCEPT DIMENSIONS COMPOSANTES INDICATEURS
Adaptation
paysanne
Anticipative Socio-
économique/culturelle
-nombre d’agriculteur ayant une
activité secondaire,
-type d’activité secondaire
exercée,
-nombre de paysans ayant ajusté le
calendrier,
-nombre de paysan ayant reçus des
entraides et assistances sociales
Réactive/Autonome
Traditionnel
-nombre d’agriculteurs ayant
utilisés les savoirs pour ajuster les
changements,
- types de techniques
traditionnelles en réponses aux
maladies fongiques et à
l’envahissement des mauvaises
herbes,
Innovantes
-nombre d’agriculteurs pratiquant
l’irrigation/drainage/maraichage
-nombre de paysans ayant utilisés
les engrais, insecticides,
-nombre d’agriculteurs ayant
utilisé les variétés à cycle
court/longue,
Planifiée
Appuie des pouvoirs
publics
-type d’aide reçu,
-nombre de paysans ayant
bénéficié des aides de l’Etat,
-nombre de projets réalisés par
l’Etat,
-le niveau d’appréciation des aides
reçus par l’Etat
(efficacité/quantité/qualité),
ONG et
communautés locales
- type d’aide reçu des ONG,
-nombre de paysans ou
associations villageoises ayant
bénéficié des aides des ONG,
-nombre des ONG exerçant,
Source : Auteur, 2022
IX. CADRE GENERAL DE LA RECHERCHE
Dans le cadre ce travail, la démarche méthodologique générale que nous avons adoptée est
inductive fondée sur la mobilisation plusieurs techniques de collecte des données. Pour pouvoir
établir le lien entre la variabilité pluviométriques et les rendements agricoles dans le Mayo
Dallah, nous avons mobilisé plusieurs méthodologies qui reposent sur les données
pluviométriques couvrant la période de 1990 à 2021, les données socio-économiques et les
données des rendements agricoles.
17
1. Présentation de la zone d’étude
Le Département de Mayo Dallah est situé dans la zone intertropicale approximativement
entre les coordonnées 8°57’ à 10°15’ de latitude Nord et 15°05’ à 15°58’ de longitude Est. Il
couvre une superficie d’environ 4.069 Km² et se situe à une altitude de 388.81 mètres au-dessus
du niveau de la mer. Il est situé dans la zone agro-écologique soudanienne du Tchad. Il a une
population de 198. 000 habitants et l’agriculture en particulier les cultures vivrières occupent
une proportion importante de la population. Il est limité au Nord par le Département de Mont
Il li (MKE), au Sud par le Département de Gagal, à l’Est par le Département de la Kabbia
(MKE) et le Département la Tandjilé Ouest et à l’Ouest par le Département de Lac de Léré
(MKO), Département de El-Ouaya (Lagon) et celui du Mayo-Rey (Cameroun) figure(1).
Figure 1: De localisation de Mayo-Dallah
18
1.1- Le milieu physique favorable aux cultures vivrières
Il s’agit ici des éléments du milieu physique qui favorisent l’essor des activités agricoles à
savoir : le climat, les sols, l’hydrographie et la végétation.
1.1.1 - Climat favorable aux cultures vivrières
Le Département du Mayo Dallah est caractérisé par un climat tropical à deux saisons
bien constatées : une saison pluvieuse qui s’étale de 6-7 mois (d’Avril à Octobre) marquée par
la pratique intense des activités agricoles et une saison sèche qui dure 4-6 mois (Novembre à
Mars) (cf. la figure ci-dessous 2). La pluviosité connait un rythme très irrégulier dans le temps
et dans l’espace et ne présente pas un schéma bien défini et dépend en général des fluctuations
du Front intertropical (FIT).
La hauteur moyenne des pluies est 1000 mm par an. Cette hauteur pluviométrique
annuelle oscille entre 800 mm à 1200 mm. Les températures sont constamment élevées tout au
long de l’année avec des maximas qui dépassent 40° et les minimas qui se situent au-delà de
25°. Relativement aux données pluviométriques et thermiques, est donc un climat chaud et
pluvieux et donc, favorable aux cultures vivrières dont les germinations active nécessitent une
température allant de 10 °C et au moins 18 °C pour leurs floraison (memento, 2009). La figure
ci-dessous présente le diagramme Ombrothermique de Mayo Dallah de l’année 1996.
Figure 2: Diagramme Ombrothermique de l'année 1996
Source : DREM, NASA 2022
0,00
25,00
50,00
75,00
100,00
125,00
150,00
0,00
50,00
100,00
150,00
200,00
250,00
300,00
350,00
Température
en
°
C
Pluviometrie
en
mm
Mois
Précipitation (mm) Temperature (°c)
19
1.1.2 - Sols favorables aux cultures vivrières
On rencontre plusieurs types des sols dans le Département de Mayo Dallah à savoir :
- Les sols ferralitiques : adaptés aux cultures de coton, arachide, mil en mélange avec les
légumineuses, mais qui exigent de longues jachères (5 à 8ans), que le surpeuplement
dans certaines zones ne permet pas ;
- Les sols sableux ou sont cultivés en rotation, le coton, le sorgho et les repousses de
sorgho en association avec l’arachide ou le haricot,
- Les sols argilo-sableux : exploités de temps à autre en culture de berbère.
La planche ci-dessous présente deux types de sols qu’on rencontre dans le Mayo Dallah.
Planche 1: les différents types de sols dans le Mayo Dallah
Crédit photo : Brice Wayang, 2021
Cette planche nous présente deux types des sols qu’on rencontre dans le Mayo Dallah. La photo 1 nous
montre un sol sableux sur lequel on pratique plus l’arachide, le pénicillaire ou le coton, on l’utilise aussi pour
cultiver le maïs mais avec un apport considérable en matière d’engrais. La photo 2, nous montre un sol argileux
sableux favorable à toutes les cultures mais utilisé beaucoup plus pour la culture du mil ou le sorgho.
1.1.3 - La végétation favorable aux cultures vivrières mais menacé
Du type soudanien, elle est caractérisée par une formation végétale allant de la savane
arbustive à la forêt claire. Les espèces emblématiques rencontrées sont le Tamarindus indica,
le Khaya senegalensis, l’Isoberlinia doka, le Vittellaria paradoxa, le Borassus aethiopium.
Deux grandes zones reconnues pour leurs richesses sont classées patrimoines nationaux
(figure3).
1 2
20
- Forêt classée de Yamba Berté ;
- Parc national de Séna Oura.
La prédominance de formations végétales ligneuses mixtes (arborée et arbustive) et de
formation herbacée offrent plusieurs services éco-systémiques. Mais malheureusement, ces
formations sont toutes menacées par les exploitions industrielles, anarchique des ressources
minières, les effets de l'agriculture intensive (défrichement des forets, feu de brousse,…).
Figure 3: Végétation de Mayo Dallah
1.1.4 - Hydrographie aux atouts contraignants
Le réseau hydrographique du Département de Mayo Dallah se résume à deux principaux
cours d’eau : le Mayo-Dallah et le Mayo Sina (figure3). Ces deux cours d’eau le traversent du
Sud à l’ouest et jettent dans le Mayo-Kebbi qui se trouve dans le Département de lac de Léré.
21
Le Mayo Dallah qui serpente presque la majeure partie de la zone, est un cours d’eau à
régime temporaire avec un écoulement qui commence avec le début de la saison pluvieuse et
prend fin vers janvier et février. Pour cela, il ne permet pas la pratique de l’agriculture de contre
saison. Le Mayo Sina par contre est alimenté par des petits d’eau (Zamadjion, Zatechep,
Semaganion….), a un régime permanant avec des fortes variations interannuelles des débits.
Les étiages peuvent être très faibles en saison sèche, ce qui gêne le développement des cultures
irriguées.
Bref, La dépendance de ce réseau hydrographique des fluctuations saisonnières des
précipitations réduit les opportunités de pèche, du pastoralisme et de maraichage en saison
sèche.
Figure 4: Réseau hydrographique du Département de Mayo Dallah
1.2 - Le milieu humain influençant les cultures vivrières
Le Mayo Dallah est l’un des départements le plus peuplé soit 59,3% de la population
totale de la province du Mayo-Kebbi Ouest selon le récemment général de la population de
2009. Cette population est trop jeune (51,2% a moins de 15ans) et à dominance féminine (51,6%
22
de femmes), avec un taux d’accroissement de 3,9 habitants (RGPH2). La majeure partie de la
population est analphabète (50,69%) dont un grande partie est constituée de femmes. la figure
5 ci-dessous présente la répartition de la population selon le sexe et le niveau.
L’on y rencontre plusieurs ethnies à savoir : les Moundang, Ngambaye, Lamé/Pévé et
Zimé/Kado/Karo, les Mousseye, les Toupouris, les Foulbé, Baynawa. A ces groupes, il faut
aussi ajouter les populations venues du Nord qui se sont sédentarisées dans la région,
principalement des commerçants et des éléveurs : arabes, bornouans, les hadjarai et autres.
Quant aux branches d’activité, le grand groupe « agriculture, élevage, sylviculture et pêche »
est le principal grand groupe qui rassemble plus de huit actifs occupés sur dix (81,9%). Les
principales espèces cultivées sous pluies sont les céréales (sorgho, maïs, pénicillaire), des plantes
oléifères (arachide, sésame), des plantes textiles (le coton) et des légumineuses (niébés). La
taille moyenne des exploitations agricoles sous pluies est de 2ha pour un actif agricole.
Figure 5: répartition de la population selon le sexe et le niveau d’instruction dans le
Mayo Dallah
Source : Monographie du Mayo kebbi Ouest, 2019
2. Méthodologie
2.1 - Collecte des données
Les connaissances scientifiques se distinguent des connaissances quotidiennes par la
rigueur des règles méthodologiques à appliquer lors du processus de formalisation (Mongbo et
al. 1992). Ainsi, notre démarche repose sur la triangulation, qui consiste à mettre ensemble les
techniques de collectes de données quantitatives et qualitatives dans le but de faire une
recherche de qualité, plus riche et quasi-complète. De ce fait, il a été jugé nécessaire d’associer
0
5
10
15
20
25
30
35
40
45
50
Sans niveau Primaire Secondaire Supérieur
Pourcentage
(%)
homme femme
23
aux questionnaires, les observations et entretiens. Ensuite, la méthode se base sur l’approche
inductive, car cette dernière ne permet pas seulement de formuler les hypothèses, mais aussi de
les confirmer ou d’infirmer.
2.1.1 - Les données secondaires
La collecte des données secondaires comprend l’analyse des différents documents. Elles
ont permis d’élaborer l’état de la question et appréhender les concepts issus de la thématique.
Il s’agit de :
2.1.1.1 - Analyse documentaire
2.1.1.2 - Analyse des documents administratifs
Cette analyse à consister à la consultation des archives administratifs de la Préfecture
du Mayo Dallah et des rapports d’activités des principales institutions impliquées dans
l’agriculture à savoir, l’Agence Nationale d’Appui au Développement Rural (Antenne
ANADER du Sud-Ouest) et La Direction Départementale de la Statistique Agricole. Ces
documents ont consultés pour comprendre le fonctionnement de ces institutions et la mise en
œuvre de leurs actions et de déceler certaines failles dans la gestion des différents campagnes
agricoles.
2.1.1.3 - Analyses des ouvrages spécialisées
Nous avons également consultés les ouvrages publiés (livres et revues) et ouvrages
inédits comprenant des mémoires et thèses pour étayer les arguments. Ils ont été collectés dans
les bibliothèques de la Faculté des Lettres et Sciences Humains (FLSH) de l’université de
Dschang, à la bibliothèque du CEREHT (Centre de Recherche sur les Hautes Terres) et à la
bibliothèque de la Faculté d’Agronomie et Sciences Agricoles de l’Université de Dschang. Un
bon nombre des sites web ont été également consultés en ligne pour plus de littérature
scientifique sur les implications de la variabilité climatique sur les moyens de subsistances et
les stratégies d’adaptations.
2.1.1.4 - Les données pluviométriques
Pour pouvoir apprécier la variabilité interannuelles et son influence sur les activités
agricoles, nous avons eu recours aux données climatiques. Les données pluviométriques ont été
fournies par la Direction des Ressources en Eau et de la Météorologie (DREM) de 1990-2013
et par les archives pluviométriques du sous-secteur de l’ANADER de Pala de 2014-2021. En
plus des donnés pluviométriques les services d’ANADER de l’Antenne Sud-Ouest (Bongor)
nous ont également fournies les données des rendements des cultures vivrières de la période de
24
2005 à 2021 soit 17 ans. En fin, l’absence des données de température nous a conduits à faire
recours à leur téléchargement sur le site web de la NASA (1990-2021) pour nous permettre de
comprendre le rôle cruciale que joue la température sur les rendements agricoles.
D’abord l’exploitation des documents comme : les rapports des Organisations et des
Organes internationales (Banque mondiale, FAO, GIEC, Agence Nationale de la
Météorologue), les articles, les publications et la consultation des anciens mémoires dans les
bibliothèques de la Faculté des Lettres et Sciences Humains (FLSH) de l’université de Dschang,
à la bibliothèque du CEREHT (Centre de Recherche sur les Hautes Terres). En suis, le moteur
de recherche Google nous a permis à la consultation des mémoires et thèses en ligne. Le
Secrétaire Générale du Préfet du Département de Mayo-Dallah, le Contrôleur de statistique
Agricole dudit Département ont mis à la disposition de cette étude certaines informations
primordiales.
2.1.2 - Collecte des données primaires
Il s’agit des données que nous avions collectées sur le terrain lors de nos séjours dans notre
zone d’étude. Ces données ont été collectées par plusieurs techniques.
2.1.2.1 - Observations directes
L’observation (directe non structurée) sur le terrain dans ce travail était importante pour
relier la réponse des agriculteurs à l’état réel des opérations culturales, de leur condition de vie
et de l’état des infracteurs des institutions en charge de l’agriculture. Les observations ont
réalisées pendant deux jours dans deux quartiers de la commune de Pala, avant l’administration
des questionnaires. Ces observations d’une durée de 5 heures du temps chacune nous ont
conduites dans les champs, au niveau des différents points d’eau, dans les structures ….etc. et
nous ont permis de saisir les réalités de notre zone d’étude. Notons également l’usage des
appareils photos pour les prises de vues dans le cadre de ce travail.
2.1.2.2 - Entretiens avec les personnes ressources
Pour collecter certaines informations afin d’approfondir notre compréhension du
problème de notre recherche, les entretiens ont été conduits auprès des personnes ressources et
des acteurs impliquées dans le développement agricole à divers niveau comme illustre le tableau
ci-dessus 4. Ainsi, différents acteurs ont font l’objet des séances d’entretiens individuels afin
d’avoir au final des arguments explicatifs dans le cadre de ce travail. A cet égard, nous nous
sommes entretenus avec les personnes suivantes :
25
Tableau 3: Catégorie des personnes enquêtées
Catégorie de personnes Nombres Village /commune
Chef de canton 1 Erdé
Chef de village 5 Erdé, Pala houa, Gounday,
Doutlap, Badouang
Chef secteur ANADER 1 Pala
Formateur ANADER 1 Pala
Contrôleur de statistique
agricole
1 Pala
Total 9 6
Source : Enquête de terrain, 2022
2.1.2.3 - Administration de questionnaires
Le questionnaire est un outil de collecte des données à partir duquel les enquêtés sont
priés de répondre à une série de questions biens structurées comportant des question fermées et
ouvertes ensuite ordonnées et portant sur les caractéristiques socio-économiques du chef de
ménage, sur la perception de la variabilité pluviométrique et les stratégies d’adaptation mises
en place. (Joint à l’annexe 1).
Au totale, 120 questionnaires ont été administrés à des chefs des ménages ou toute
personne résident dans la concession susceptible de nous fournir des informations,
sélectionnées dans les villages choisis. Le nombre des questionnaires administrés dans chaque
village n’étant pas disproportionnelle à cause de l’indisponible des certains chefs de villages
comme présenté dans le tableau 3.
26
Tableau 4: Nombre des enquêtes par villages
Source : Enquête de terrain, 2022
2.1.2.4 - Les critères de choix
L’échantillon des villages d’enquêtes a été construit en tenant compte de plusieurs critères :
le découpage administratif, l’insécurité alimentaire, l’âge, la durée d’exercice de l’activité
agricole et le nombre d’hectare de champs disposés par agriculture.
- Sur le plan administratif, le Tchad compte 4 niveaux découpage (Département, sous-
préfecture, canton, village), dont la première unité est le Département et la plus petite est
le village. Ainsi, trois (3) sous-préfectures et cinq (5) villages ont servi de cadre pour la
collecte des données. Les villages retenus ont été sélectionnés sur la base de la
disponibilité du potentiel maraicher d’une part et d’autre part par la récurrence de
l’insécurité des certains villages aux conditions physiques difficiles. Cf. le tableau (3) pour
la répartition.
- Le choix des personnes enquêtées est fait sur la base de la durée dans l’activité agricole.
Ainsi, des éleveurs et agro-éleveurs ayant exercé l’activité agricole pendant au moins 10
ans ensuite cultivant au moins une culture vivrière. En fin, ces derniers ont été sélectionnés
sur la base du nombre d’hectare de parcelles disposées. En effet, les agriculteurs pris en
compte sont ceux ayant au moins 2 hectares de terres, car ceux disposant moins de 2
hectare ne subissent pas les mêmes les effets induit par la variabilité pluviométrique, les
effets sont moins pressentis.
Sous-préfectures Nom du village Nombre de
questionnaire
Pala-rural Erdé 35
Pala ouwa 25
Torrock Goundaye 20
Lamé Doutlap 10
Badouang 30
Totale 5 villages Questionnaires
27
2.1.2.5 - La taille de l’échantillon
L’univers de l’échantillon est l’ensemble des ménages des villages qui ont été
sélectionnées de manière aléatoire dans les différentes sous-préfectures. Ainsi sur la base du
questionnaire, au totale 120 ménages agricoles ont été enquêtés.
2.2 - Traitement et Analyse des données
Les outils et méthodes utilisés pour le traitement sont fonction de la nature même de ces
données. Ces dernières ont nécessité chacune des logiciels et méthodes appropriées quant à leur
traitement analyse.
2.2.1 - Traitement et Analyse des données qualitatives
Les données primaires des questionnaires, des guides d’entretiens structurés et semi-
structurés ont été organisées, codées, traitées et analyser à l’aide des méthodes qualitatives et
quantitatives. Le logiciel ATLAS.TI nous a permis à la retranscription des audio enregistrés
lors des entretiens, le logiciel SPSS version 21 nous a permis le codage des questionnaires et
de leurs analyses (statistiques descriptives). Les résultats sont présentés sous forme de
graphique, des tableaux. Ensuite certains tableaux des résultats générés par le logiciel SPSS
ont été importés vers le logiciel Excel Microsoft pour la réalisation des graphiques.
2.2.2 -Traitement et Analyse des données quantitatives
Pour saisir la variabilité pluviométrique dans notre zone d’étude, nous avons soumis nos
données au traitement statistique. Les données quantitatives (pluviométrie, température et
rendements) dans le cadre de ce travail ont été traitées et analysées grâce au logiciel Excel
Microsoft. Les méthodes de description classiques (tendance centrale et dispersion) présentés
dans les lignes suivantes ont été utilisées.
- La moyenne arithmétique : est le paramètre fondamental de tendance centrale qui été
calculée sur la période 1990 à 2021. Elle s’exprime de la façon suivante :
- L’écart type noté (∂) permet d’évaluer la dispersion autour de la moyenne « normale ».
Elle se détermine par le calcul de la racine carrée de la variance : (x) = √𝒗 . L’écart
type est par excellent l’indicateur de la variabilité pluviométrique. Plus il est grand, plus
la dispersion des observations autour de la moyenne est importante. Le calcul de l’écart
type permet aussi de standardiser les données (annuelles) pour obtenir les Anomalies
Centrées Réduites(ACR) appelées aussi IPS (indice de pluviométrie Standardisée). Les
ACR sont nécessaires pour définir la définition de l’allure de la pluviométrie.
28
L’indice de Nicholson qui est utilisé pour mieux étudier la variabilité pluviométrique et de
mettre en évidence les années sèches et les années humides. Encore appelé indice centré des
réduit, ou indice standardisé des précipitations, il est obtenu en faisant le rapport entre l’écart
à la moyenne et l’écart-type des hauteurs pluviométriques annuelles. Il s’écrit de la manière
suivante :
i
X
Xi
IPA


 Où
IPA = indice de pluie de l’année considérée ;
Xi = hauteur de pluie de l’année considérée ;
X = moyenne inter annuelle ;
 = écart-type des pluies annuelles.
Les valeurs positives traduisent des excédentaires pluviométriques tandis que les valeurs
négatives indiquent les déficits pluviométriques. Le choix de cet indice tient au fait compte
qu’il est recommandé par l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM, 2012).
Tableau 5: Classification du SPI
Classe du SPI Degré de la sècheresse
SPI > 2 Humidité extrême
1<SPI < 2 Humidité forte
0 <SPI < 1 Humidité modérée
-1 < SPI < 0 Sècheresse modérée
-2 <SPI < -1 Sècheresse forte
SPI < -2 Sècheresse extrême
Source : Organisation Météorologique Mondiale (2012).
- Le coefficient de variation (CV) mensuelle ou annuelle est le rapport entre l’écart-type
d’un mois ou d’une année donnée sur la moyenne de ce mois ou année. Le cv élevé traduit
une forte variabilité des évènements alors qu’un faible coefficient indique des
irrégularités.
Cv = 100 *
𝝏
𝒙𝒊
29
- Pour déterminer les périodes humides (saison de pluie) et les périodes sèches (saison
sèche), c’est la courbe Ombrothermique de Gaussen et Bougnouls définie par la formule
P= 2T. P désignant ici les précipitations et T la température.
- Le logiciel Arc GIS 10.8 a permis le traitement d’images cartographique et satellites qui
ont été téléchargés via Google Earth Explorer.
En fin, le test de corrélation de Pearson nous permet de déterminer la relation entre les
éléments du climat (température et précipitation) et la production de maïs, sorgho, arachide,
niébé et arachide. Ce test nous permet également de déterminer aussi la force du lien. D’après,
Stern et al, (2006), la relation entre X et Y est : parfaite si r = 1 ; très forte si r > 0,8 ; forte si r
se situe entre 0,5 et 0,8 ; d’intensité moyenne si r se situe entre 0,2 et 0,5 ; faible si r se situe
entre 0 et 0,2 et nulle si r = 0.
3. Limites de la recherche
La réalisation de ce travail de recherche a été le fruit d’un dur labeur. Nous voulons
présenter ici les insuffisances qui du moins n’entachent pas la qualité des résultats obtenus.
D’abord, le manque des données pluviométriques journalières et décadaires qui
pourraient mieux servi pour une meilleure explication des effets de la variabilité des pluies sur
les cultures vivrières et celui sur les besoins en eau et de température des certaines cultures en
fonction de stade de croissance, constituent une limite pour cette étude. A cela s’ajoute le
manque des données de rendements agricoles dû à un mauvais archivage par les services de
l’ANADER en place, nous obligeant ainsi à faire recours au siège du service d’ANADER de
Bongor qui nous ont fourni les données sur la moitié de notre période d’étude choisi, après plus
deux semaines d’attentes.
Ensuite, La délivrance de l’autorisation de recherche par les autorités en place à trainé
pendant deux semaines également et à jouer sur notre planning du déroulement des enquêtes.
En fin, le déplacement dans les différents villages ont induit des couts énormes car, il nous
fallait une moto pour les parcourir sans oublier les pannes répétitives dues au mauvais état des
routes.
30
X. SYNOPTIQUE DE RECHERCHE
Le processus de notre travail de recherche se résume comme suite :
Tableau 6: Matrice synthétique de la démarche recherche
Questions Objectifs Hypothèses Méthodologie
Questions principale Objectifs principal Hypothèse principale Collecte de données
Les stratégies d’adaptations développées par
les paysans permettent-elles de faire face aux
fluctuations des rendements provoqués par la
variabilité pluviométrique le Mayo Dallah ?
d’analyser les stratégies d’adaptation des
paysans face aux effets de la variabilité
pluviométriques sur les rendements
agricoles.
La modification des régimes pluviométriques a
des effets néfastes sur les activités agricoles.
Approche hypothético-déductive
- Questionnaire
- Entretiens
- Observations
Question spécifique (QS1) : Objectif spécifique (OS1) Hypothèse spécifique (HS1)
Méthodes et traitements
Quel est l’état des lieux des pratiques agraires
dans le Département de Mayo Dallah ?
Dresser un état des lieux des pratiques
agraires dans le Département de Mayo
Dallah ?
Les pratiques agraires dans le Département ne
garantissent pas une bonne production agricole
Méthode
- Analyse de tendances centrales
- Indice de Nicholson
- Spi (indice de standardisé de précipitations)
- Indice Gaussen
- Teste de corrélation de Pearson
31
QS2 : OS2 : HS2 : Traitement :
- SPSS
- EXCEL
- WORD
Quelles sont les tendances de l’évolution de la
pluviométrique dans le Département de Mayo
Dallah ?
Analyser les tendances de l’évolution de la
pluviométrique (annuelle ; saisonnière,
mensuelle, les anomalies etc…) ;
La variabilité pluviométrique dans le
Département de Mayo Dallah est marquée
répartition par des variations interannuelles,
mensuelles et saisonnière des précipitations mais
aussi des températures ;
QS2 OS3 : HS3 :
Quelles sont les effets de cette variation
pluviométrique sur les rendements agricoles ?
Analyser les effets de la variabilité
pluviométrique sur les rendements des
cultures vivrières ;
la variabilité pluviométrique impacte les
productions agricoles et exposent la population
à la famine
QS4 : OS4 : HS4 :
Quelles sont les stratégies mobilisées par les
agriculteurs pour y faire face ?
Répertoriez les stratégies d’adaptations
mobilisées par les agriculteurs pour
atténuer effets induits par la variabilité
pluviométrique.
Les adaptations mises sur pied par les
agriculteurs sont insuffisantes pour atténuer les
effets de la variabilité pluviométrique sur les
cultures vivrières ;
Source : Auteur, 2022
32
CHAPITRE 2 : CARACTERISATION DES PRATIQUES AGRAIRES
DANS LE MAYO DALLAH
Situé dans la partie Sud-ouest Tchadienne et plus précisément dans la zone soudanienne
dite ‘‘Tchad utile’’ (Baohoutou, 2007), le Département de Mayo Dallah est une zone dont
l’économie est essentiellement agricole avec une large part accordée aux cultures vivrières
(maïs, sorgho, arachide, le mil, le sésame), aux oléagineux (arachide) et aux légumineuses (le
haricot ou niébé et les courges).
L’agriculture industrielle porte essentiellement sur le coton avec l’implantation de
l’usine d’égrenage ‘‘COTON TCHAD ’’. L’agriculture dans cette zone emploie plus de 80%
de la population. Doté d’un certain nombre de facteurs favorables pour son développement
économique à savoir un climat favorable (une pluviométrie varie entre 1000 à 1200mm), une
végétation variée et des sols généralement propices à toutes les variétés de cultures.
L’agriculture dans cette localité se pratique, pour l’essentielle à un niveau familiale, avec des
moyens techniques rudimentaires.
Le présent chapitre présente l’état des lieux des pratiques agraires dans le Département
de Mayo Dallah notamment le paysage agraire, les types de cultures, les techniques culturales et
pratiques culturales, les moyens utilisés, la main d’œuvre employée et les acteurs impliqués.
I. PRESENTATION DU PAYSAGE AGRAIRE ET DU SYSTEME
AGRICOLE
L’espace agraire dans la zone soudanienne en générale, et dans le Mayo Dallah en
particulier, est modelé par l’homme à travers ses actions au fil du temps. L’habitat soit isolé ou
groupé est l’élément le plus visible élaboré suivant une structure qui diffère d’une ethnie à une
autre. L’organisation de cet espace s’établie en fonction des objectifs, des usages et selon les
activités en présence.
L’exploitation du milieu à travers l’agriculture, la pèche ou la cueillette, l’exploitation du
bois s’exerce sur des espaces différentes et en fonction des saisons. L’espace cultivé est constitué
des champs ouverts et des jachères de courtes durées. Les modalités d’accès à ces terres sont
définies par le chef de terre et repose sur les principes de gestion collective. Par contre, dans les
villages à forte pression anthropique ou la terre devient un bien rare, le statut des espaces cultivés
est passé de statut collectif à un domaine individuel (Reoungal, 2018). Seul, le domaine forestier
appelé brousse représente à la fois un réserve agricole et de bois, un endroit de chasse ou de
33
cueillette par la communauté villageoise. Notons également que l’augmentation de la densité de
l’occupation de l’espace et le caractère extensif des activités agricoles et pastorales de ces
dernières décennies ne permettent plus de perpétrer une agriculture sur brûlis dans certains
villages.
Le système agricole par contre est extensif et repose principalement sur l’agriculture
pluviale et très diversifiée. Mais la production agricole est dominée ses dernières années par
l’arachide et le maïs. La crise de la filière coton ayant affecté la rotation des cultures qui devient
sésame /mil pénicillaire-sorgho blanc/maïs –arachide. Le maïs demeure la céréale le plus
appréciée, cultivée non seulement en jardin de case mais aussi jusqu’à 2hectares de surface loin
du village. Notons également que l’élevage est très peu représenté dans le système agricole bien
que quelques agriculteurs disposent de quelques têtes de bœufs d’attelage et des petits ruminants.
II. DES ACTIVITES DOMINEES PAR LES CEREALES,
OLEAGINEUX ET LES TUBERCULES
Dans le Mayo Dallah, les cultures vivrières sont diverses et pratiquées par l’ensemble
de la population. Elles sont constituées à dominance par les céréales, les oléagineux, les
légumes et les tubercules. (Baohoutou, 2007).
1. Les céréales, base de l’alimentation des paysans
Elles regroupent :
Le sorgo qui constitue la base de l’alimentation de la population. On rencontre dans
cette localité les deux variétés de sorgho à savoir le sorgho blanc, le sorgho rouge (Sorghum
elegans ou membracecum) dont les cycles varient de l’extra précoce au tardif (100-150) qui
constituent la principale source d’alimentation des populations, aussi bien par sa quantité
produite annuellement que par sa proportion dans les repas quotidiens. Elles sont aussi
employées en grande partie dans la préparation d’une boisson locale appelée ‘‘bili-bili’’.
Le mil pénicillaire, appelé aussi petit mil qui joue également un rôle important dans
l’alimentation. Ils sont cultivés sur des sols pauvres ou sablonneux.
Le maïs occupe la 3e
place après le mil et le sorgho des céréales les plus cultivées dans le
Mayo Dallah. La quasi-totalité de cette production est constituée par des variétés locales,
majoritairement à grains blancs. Il est trop sensible à la fertilité et ainsi sans les apports
d’engrais organiques ou minéraux sur le sol appauvris, il est difficile d’obtenir de rendements
satisfaisants. Il n’est cultivé généralement que sur les champs de case ou sur les champs de
34
brousse ayant reçu de la fumure organique ou de l’engrais minéral. Sa culture hors des champs
de case est donc rarement le fait des petits paysans pauvres. La production est souvent destinée
à une autoconsommation des épis en frais (bouillies ou grillées) ou à être vendue également en
épis frais (Reoungal, 2018). Ainsi, par moment les ONG et l’Etat à travers ANADER procèdent
à la distribution variétés de semences de maïs aux cultivateurs de la localité pour leur permettre
de riposter contre les caprices des pluies. Mais malheureusement les quantités sont toujours en
dessous des attentes des paysans.
En fin, la culture du riz est moins développée à cause du manque d’eau en quantité suffisante
dans certains endroits. Il est le plus souvent utilisé comme une alternative en cas d’inondation
des champs.
2. Les oléagineux : des cultures vivrières aux cultures de rentes
Ce groupe est composé d’arachide et du sésame.
La culture d’arachide dans Le Département de Mayo Dallah tient une place importante et
fait de cette localité l’un des grands producteurs d’arachide du Tchad. Avec la crise cotonnière
et du débouché de vente vers le Cameroun de ces dernières années, elle est devenue comme le
coton l'une des principales cultures vivrières marchandes pour l'ensemble des agriculteurs
(Reoungal, 2018). Elle est traditionnellement cultivée par les femmes. Dans chaque ménage une
femme a droit à un hectare pour cultiver l’arachide soit en culture associée avec pénicillaire soit
uniquement sur des petites parcelles isolées. La fonction de vivrier marchand de l'arachide est
assez marquée dans le Département. L’arachide cultivée peut-être en culture pure ou en
association avec le mil pénicillaire ou le sorgho. Les cycles végétatifs varient d’une variété à une
autre. Ce cycle peut aller à 90-120 jours. Suite aux péjorations pluviométriques, La variété
améliorée à cycle court (90 jours) est la plus recherchée par les agriculteurs. L’arachide produite
est exportée vers les centres urbains et vers les pays voisins comme le Cameroun et le Nigeria.
Le sésame par contre, est cultivé beaucoup plus pour les besoins de consommation interne
des exploitations agricoles, soit en culture pure ou soit en association avec d’autres cultures. Tout
comme l’arachide, elle est devenue en ces dernières années une filière très porteuse pour les
agricultures du Mayo Dallah.
Aux cultures vivrières s’ajoutent les oléagineux : le niébé appelé souvent le haricot, les
courges, concombres qui sont cultivés en association avec les céréales et tiennent une place
importante dans les consommations des ménages.
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf
MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf

Contenu connexe

Tendances

remerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRAC
remerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRACremerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRAC
remerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRAC
Hani sami joga
 
rapport fin d'etude
rapport fin d'etuderapport fin d'etude
rapport fin d'etude
sihem-med
 
Plan de communication KungFood
Plan de communication KungFoodPlan de communication KungFood
Plan de communication KungFood
Michel Stawniak
 
La Soutenace
La SoutenaceLa Soutenace
La SoutenaceDavid Sar
 
Mémoire de licence - recrutement 2.0 et sourcing
Mémoire de licence - recrutement 2.0 et sourcingMémoire de licence - recrutement 2.0 et sourcing
Mémoire de licence - recrutement 2.0 et sourcing
Bruno SAUVÉ
 
Le GRH
Le GRH Le GRH
Etablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociauxEtablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociauxJamal Ti
 
Financement public de santé au maroc entre les contraintes et opportunités 2
Financement public de santé au maroc entre les contraintes et opportunités 2Financement public de santé au maroc entre les contraintes et opportunités 2
Financement public de santé au maroc entre les contraintes et opportunités 2RACHID MABROUKI
 
Présentation Soutenance de Mémoire
Présentation Soutenance de MémoirePrésentation Soutenance de Mémoire
Présentation Soutenance de MémoireClaire Prigent
 
Questionnaire sous spss
Questionnaire sous spssQuestionnaire sous spss
Questionnaire sous spss
Adad Med Chérif
 
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed AmineRapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Mohamed Amine Mahmoudi
 
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.comL’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
jamal yasser
 
Mémoire de fin d'études sur la formation professionnelle continue dans les en...
Mémoire de fin d'études sur la formation professionnelle continue dans les en...Mémoire de fin d'études sur la formation professionnelle continue dans les en...
Mémoire de fin d'études sur la formation professionnelle continue dans les en...
Carole TACHEAU
 
Quel est l'impact des réseaux sociaux sur le marché de l'emploi ? * Benjamin ...
Quel est l'impact des réseaux sociaux sur le marché de l'emploi ? * Benjamin ...Quel est l'impact des réseaux sociaux sur le marché de l'emploi ? * Benjamin ...
Quel est l'impact des réseaux sociaux sur le marché de l'emploi ? * Benjamin ...
DEBONTE Benjamin
 
L'inflation
L'inflationL'inflation
L'inflation
Paul Angles
 
Fonction rh, évolution et approches
Fonction rh, évolution et approchesFonction rh, évolution et approches
Fonction rh, évolution et approchesBoutaina Regragui
 
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVIDLA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
David Fortuné
 
Creation d'entreprise agence de communication
Creation d'entreprise  agence de communicationCreation d'entreprise  agence de communication
Creation d'entreprise agence de communication
Fakhr-Eddine Gabsi
 

Tendances (20)

remerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRAC
remerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRACremerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRAC
remerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRAC
 
rapport fin d'etude
rapport fin d'etuderapport fin d'etude
rapport fin d'etude
 
Oncf
OncfOncf
Oncf
 
Plan de communication KungFood
Plan de communication KungFoodPlan de communication KungFood
Plan de communication KungFood
 
La Soutenace
La SoutenaceLa Soutenace
La Soutenace
 
Mémoire de licence - recrutement 2.0 et sourcing
Mémoire de licence - recrutement 2.0 et sourcingMémoire de licence - recrutement 2.0 et sourcing
Mémoire de licence - recrutement 2.0 et sourcing
 
Le GRH
Le GRH Le GRH
Le GRH
 
Etablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociauxEtablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociaux
 
Financement public de santé au maroc entre les contraintes et opportunités 2
Financement public de santé au maroc entre les contraintes et opportunités 2Financement public de santé au maroc entre les contraintes et opportunités 2
Financement public de santé au maroc entre les contraintes et opportunités 2
 
Demande de stage
Demande de stageDemande de stage
Demande de stage
 
Présentation Soutenance de Mémoire
Présentation Soutenance de MémoirePrésentation Soutenance de Mémoire
Présentation Soutenance de Mémoire
 
Questionnaire sous spss
Questionnaire sous spssQuestionnaire sous spss
Questionnaire sous spss
 
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed AmineRapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
 
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.comL’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
 
Mémoire de fin d'études sur la formation professionnelle continue dans les en...
Mémoire de fin d'études sur la formation professionnelle continue dans les en...Mémoire de fin d'études sur la formation professionnelle continue dans les en...
Mémoire de fin d'études sur la formation professionnelle continue dans les en...
 
Quel est l'impact des réseaux sociaux sur le marché de l'emploi ? * Benjamin ...
Quel est l'impact des réseaux sociaux sur le marché de l'emploi ? * Benjamin ...Quel est l'impact des réseaux sociaux sur le marché de l'emploi ? * Benjamin ...
Quel est l'impact des réseaux sociaux sur le marché de l'emploi ? * Benjamin ...
 
L'inflation
L'inflationL'inflation
L'inflation
 
Fonction rh, évolution et approches
Fonction rh, évolution et approchesFonction rh, évolution et approches
Fonction rh, évolution et approches
 
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVIDLA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
 
Creation d'entreprise agence de communication
Creation d'entreprise  agence de communicationCreation d'entreprise  agence de communication
Creation d'entreprise agence de communication
 

Similaire à MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf

pfe final.docx
pfe final.docxpfe final.docx
pfe final.docx
BenAlayaSaida
 
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
Pavell KEMBEU
 
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
Pavell KEMBEU
 
mémoire -AU -CHETTIBI Nardjess-(Revivification d’une part de la tradition d’A...
mémoire -AU -CHETTIBI Nardjess-(Revivification d’une part de la tradition d’A...mémoire -AU -CHETTIBI Nardjess-(Revivification d’une part de la tradition d’A...
mémoire -AU -CHETTIBI Nardjess-(Revivification d’une part de la tradition d’A...
Nardjess CHETTIBI
 
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...Ismaila Ndour
 
DYNAMIQUE SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...
DYNAMIQUE  SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...DYNAMIQUE  SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...
DYNAMIQUE SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...
MaximeDjousse
 
LA COMMUNICATION SCIENTIFIQUE AU SENEGAL : Etat des lieux et proposition d’un...
LA COMMUNICATION SCIENTIFIQUE AU SENEGAL : Etat des lieux et proposition d’un...LA COMMUNICATION SCIENTIFIQUE AU SENEGAL : Etat des lieux et proposition d’un...
LA COMMUNICATION SCIENTIFIQUE AU SENEGAL : Etat des lieux et proposition d’un...
Moctar Kamakaté NAMADOU
 
Mesure de l'Impact de l'encadrement des mémoires par les professeurs sur la f...
Mesure de l'Impact de l'encadrement des mémoires par les professeurs sur la f...Mesure de l'Impact de l'encadrement des mémoires par les professeurs sur la f...
Mesure de l'Impact de l'encadrement des mémoires par les professeurs sur la f...
Henri Ingwa Lofinda
 
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAU DU LAC MBOLI (DIZAN...
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAU DU LAC MBOLI (DIZAN...DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAU DU LAC MBOLI (DIZAN...
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAU DU LAC MBOLI (DIZAN...
INDRICKABARAABIABAK
 
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAUX DU LAC MBOLI (DIZA...
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAUX DU LAC MBOLI (DIZA...DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAUX DU LAC MBOLI (DIZA...
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAUX DU LAC MBOLI (DIZA...
INDRICKABARAABIABAK
 
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développementMaster 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Aubin amanzou, Phd
 
Mémoire complète
Mémoire complèteMémoire complète
Mémoire complète
BoujahWelLimam
 
projet fin d'étude IWAN
projet fin d'étude IWANprojet fin d'étude IWAN
projet fin d'étude IWAN
Med Amine El Abed
 
Rapport parea 2012 004 30 juin 2014
Rapport parea 2012 004 30 juin 2014Rapport parea 2012 004 30 juin 2014
Rapport parea 2012 004 30 juin 2014
dlabillois
 
MEMOIRE RO DEF.pdf
MEMOIRE RO DEF.pdfMEMOIRE RO DEF.pdf
MEMOIRE RO DEF.pdf
DjedanoumRomaric
 
DJEDANOUM ROMARIC
DJEDANOUM ROMARIC DJEDANOUM ROMARIC
DJEDANOUM ROMARIC
DjedanoumRomaric
 
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématolo...
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématolo...Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématolo...
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématolo...
MasraAxel
 
YouTaQA : Système de Questions-Réponses Intelligent basé sur le Deep Learning...
YouTaQA : Système de Questions-Réponses Intelligent basé sur le Deep Learning...YouTaQA : Système de Questions-Réponses Intelligent basé sur le Deep Learning...
YouTaQA : Système de Questions-Réponses Intelligent basé sur le Deep Learning...
YounesAGABI
 
Wellness Tajmaat -Projet fin d'étude- EPAU 2023 -
Wellness Tajmaat -Projet fin d'étude- EPAU 2023 -Wellness Tajmaat -Projet fin d'étude- EPAU 2023 -
Wellness Tajmaat -Projet fin d'étude- EPAU 2023 -
Nesrine HOUMOUR
 

Similaire à MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf (20)

pfe final.docx
pfe final.docxpfe final.docx
pfe final.docx
 
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
 
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
 
mémoire -AU -CHETTIBI Nardjess-(Revivification d’une part de la tradition d’A...
mémoire -AU -CHETTIBI Nardjess-(Revivification d’une part de la tradition d’A...mémoire -AU -CHETTIBI Nardjess-(Revivification d’une part de la tradition d’A...
mémoire -AU -CHETTIBI Nardjess-(Revivification d’une part de la tradition d’A...
 
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...
 
DYNAMIQUE SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...
DYNAMIQUE  SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...DYNAMIQUE  SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...
DYNAMIQUE SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...
 
LA COMMUNICATION SCIENTIFIQUE AU SENEGAL : Etat des lieux et proposition d’un...
LA COMMUNICATION SCIENTIFIQUE AU SENEGAL : Etat des lieux et proposition d’un...LA COMMUNICATION SCIENTIFIQUE AU SENEGAL : Etat des lieux et proposition d’un...
LA COMMUNICATION SCIENTIFIQUE AU SENEGAL : Etat des lieux et proposition d’un...
 
Mesure de l'Impact de l'encadrement des mémoires par les professeurs sur la f...
Mesure de l'Impact de l'encadrement des mémoires par les professeurs sur la f...Mesure de l'Impact de l'encadrement des mémoires par les professeurs sur la f...
Mesure de l'Impact de l'encadrement des mémoires par les professeurs sur la f...
 
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAU DU LAC MBOLI (DIZAN...
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAU DU LAC MBOLI (DIZAN...DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAU DU LAC MBOLI (DIZAN...
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAU DU LAC MBOLI (DIZAN...
 
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAUX DU LAC MBOLI (DIZA...
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAUX DU LAC MBOLI (DIZA...DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAUX DU LAC MBOLI (DIZA...
DISTRIBUTION DES ELEMENTS TRACES METALLIQUES DANS LES EAUX DU LAC MBOLI (DIZA...
 
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développementMaster 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
 
Mémoire complète
Mémoire complèteMémoire complète
Mémoire complète
 
001 arlette
001 arlette001 arlette
001 arlette
 
projet fin d'étude IWAN
projet fin d'étude IWANprojet fin d'étude IWAN
projet fin d'étude IWAN
 
Rapport parea 2012 004 30 juin 2014
Rapport parea 2012 004 30 juin 2014Rapport parea 2012 004 30 juin 2014
Rapport parea 2012 004 30 juin 2014
 
MEMOIRE RO DEF.pdf
MEMOIRE RO DEF.pdfMEMOIRE RO DEF.pdf
MEMOIRE RO DEF.pdf
 
DJEDANOUM ROMARIC
DJEDANOUM ROMARIC DJEDANOUM ROMARIC
DJEDANOUM ROMARIC
 
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématolo...
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématolo...Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématolo...
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématolo...
 
YouTaQA : Système de Questions-Réponses Intelligent basé sur le Deep Learning...
YouTaQA : Système de Questions-Réponses Intelligent basé sur le Deep Learning...YouTaQA : Système de Questions-Réponses Intelligent basé sur le Deep Learning...
YouTaQA : Système de Questions-Réponses Intelligent basé sur le Deep Learning...
 
Wellness Tajmaat -Projet fin d'étude- EPAU 2023 -
Wellness Tajmaat -Projet fin d'étude- EPAU 2023 -Wellness Tajmaat -Projet fin d'étude- EPAU 2023 -
Wellness Tajmaat -Projet fin d'étude- EPAU 2023 -
 

MEMOIRE REOUNODJI ELOGE.pdf

  • 1. i RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix – Travail - Patrie ----------------- UNIVERSITÉ DE DSCHANG Scholae Thesaurus Dschangensis Ibi Cordum ---------------- RECTORAT ÉCOLE DOCTORALE ------------------ Site web : http://www.univ-dschang.org E-mail : udstectorat@univ-dschang.org REPUBLIC OF CAMEROON Peace – Work – Fatherland -------------- UNIVERSITY OF DSCHANG Scholae Thesaurus Dschangensis Ibi Cordum ------------- CHANCELLERY POSTGRADUATE SCHOOL ------------- Website: http://www.Univ-Dschang.org E-mail : udstectorat@univ-dschang.org DSCHANG SCHOOL OF ARTS AND SOCIAL SCIENCES UNITE DE RECHERCHE DE CLIMATOLOGIE ET D’ETUDES ENVIRONNEMENTALES (URECEEN) Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme de Master recherche Filière : Géographie-Aménagement-Environnement Option : Climatologie Par REOUNODJI ELOGE Licence en géographie CM-UDS-20LSH0339 Sous la direction de : Dr. NSEGBE ANTOINE DE PADOUE Chargé de cours ADAPTATION DES AGRICULTEURS AUX EFFETS DE LA VARIABILITE PLUVIOMÉTRIQUE DANS LE DÉPARTEMENT DE MAYO DALLAH (TCHAD) ©Juillet 2022
  • 2. ii SOMMAIRE DEDICACE...........................................................................................................................................iii REMERCIEMENT...............................................................................................................................iv LISTES DES FIGURES......................................................................................................................vi LISTE DES TABLEAUX .................................................................................................................viii LISTE DES PLANCHES....................................................................................................................ix LISTE DES ANNEXES .......................................................................................................................x SIGLES ET ACRONYMES ...............................................................................................................xi RESUME..............................................................................................................................................xii ABSTRACT........................................................................................................................................xiii INTRODUCTION GENERALE.........................................................................................................1 CHAPITRE 1 : CONSTRUCTION DE L’OBJET DE RECHERCHE .........................................3 CHAPITRE 2 : CARACTERISATION DES PRATIQUES AGRAIRES DANS LE MAYO DALLAH............................................................................................................................................. 32 CHAPITRE 3 : LE MAYO-DALLAH : UN CONTEXTE MARQUE PAR UNE FORTE VARIABILITE PLUVIOMETRIQUE............................................................................................ 53 CHAPITRE 4 : BAISSE DE LA PRODUCTIVITE, DETERIORISATION DES SYSTEMES PRODUCTIFS ET DEGRADATIONS DES CONDITIONS DE VIE DES POPULATIONS.70 CHAPITRE 5 : LES STRATEGIES PAYSANNES D’ADAPTATION DEVELOPPEES DANS LE MAYO DALLAH........................................................................................................................ 95 CONCLUSION GENERALE ET PERSPECTIVE..................................................................... 112 BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................................... 116 ANNEXES......................................................................................................................................... 122
  • 3. iii DEDICACE À NOS PARENTS : PAPA BAOHOUTOU LAOHOTE, ET DEFUNTE MAMAN NOUDJIMGOTO LUCIENNE
  • 4. iv REMERCIEMENT La réalisation de ce mémoire a été le résultat des efforts conjugués de plusieurs personnes morales et physiques à différents étapes. Ainsi, voudrais-je à travers cette lucarne exprimer nos sincères remerciements : Tout d’abord à notre Dieu, pour le souffle de vie, la santé qu’il accorde, sa protection lors de nos différents voyages et les portes qui m’ont été ouvertes. A notre Directeur de mémoire, Dr NSEGBE Antoine DE PADOUE, qui a bien voulu accepter d’assumer la direction de ce travail malgré ses multiples responsabilités. Je voudrais aussi rendre un grand hommage au Prof Maurice TSALEFACK, qui pour un voyage sans retour, nous a laissé à mi-parcours. Au Dr MOYE Éric KONGNSO et Dr Ismaël pour leur proximité, leurs sympathies, leurs conseils soutenus qu’ils ont eu le mérite et l’amabilité de nous donner et pour s’être rendus disponibles malgré leurs emplois de temps chargés. Nos remerciements vont aussi à l’endroit de tous les enseignants du Département de Géographie- Aménagement-Environnement de l’université de Dschang et à tous les enseignants de l’université de Pala, d’avoir pris une part active dans ma formation. A Mr KAOUBA ELEKE, Mr OUINI BOURDANE et Mr GUEOUARI DJAFFRI, avec qui nous avons mené ensemble les enquêtes de terrains et pour leurs rôles d’interprètes, nous leur exprimons notre reconnaissance. A mon épouse SOLKEM Brigitte BRAO pour sa patience, sa compréhension et son soutien moral tant inestimable. Merci à tous mes frères et sœurs pour l’accompagnement. Je tiens également à exprimer ma gratitude à mes amis et ainées : MASRA Axel, MAIMEM Josiane, LAGUYA VANANI, NDOMADJI ATSONO RELOBE, DJEKOUNDAYOM MBAIBABAKAR, MBAIRESSEM Arnaud, REMADI Edith, Gracia ELEKE, ALLAH- ASRA Parfait, NOUBA-ASRA Éric, PEP-YANG Olivier, MADJIGAIN Vivant, MBAIDJIGUIM Urbain, DJEDANOUM Romaric, KOUMTIBAY SAMUEL, KISSAÏTOUIN ABLAO Akrod et SINGNON PATOUKI pour leur guide et multiples soutiens. L’on ne peut oublier les camarades que l’on a commencé le 1er et le 2e cycle ensemble : YAYIBE MAZGAO, Bienvenu KEDA, VIMI VAIZA, Pedael HALZIAR, Francis BETOUDJI
  • 5. v NODINGAR, HARDAM TCHAOUNA, KEMBA Stéphane ABOYNA, Néhémie TOSSI, BEBAREM Gérard, DEREING Nathaniel, LOMBAYE Fidélité, DANMADJI LAYO Modeste, MADJIDAOUM Laetitia et Bienvenu SINGAMONG, dont les aides et encouragements ont été pour nous un motif de réussite. Aux camarades de la promotion : YAMAKO DJOIMADJE, OUANG-YANG LAOUNA, Ignace KOUMGAR, DIGOUENA Anne Fabiola etc…..avec qui le partage des moments de travail, d’échange mêlé de l’animation nous ont remonté le moral pour parvenir au bout de ce mémoire. A tous ceux qui ont de loin ou de prés contribué à l’élaboration de ce travail, et dont les noms ne sont pas cités ici, nous leur disons merci pour leurs efforts et que Dieu vous comble de sa riche bénédiction.
  • 6. vi LISTES DES FIGURES Figure 1: De localisation de Mayo-Dallah ..................................................................................17 Figure 2: Diagramme Ombrothermique de l'année 1996............................................................18 Figure 3: Végétation de Mayo Dallah.........................................................................................20 Figure 4: Réseau hydrographique du Département de Mayo Dallah ..........................................21 Figure 5: répartition de la population selon le sexe et le niveau d’instruction dans le Mayo Dallah .....................................................................................................................................................22 Figure 6: Répartition de la main d'œuvre agricole dans le Mayo Dallah....................................36 Figure 7: Evolution des productions vivrières annuelles de 2012 à 2021 dans le Mayo Dallah.48 Figure 8: Cumuls pluviométriques annuels (1990-2021) et la moyenne interannuelle dans le Mayo Dallah................................................................................................................................53 Figure 9: Anomalie des précipitations annuelles moyennes calculées sur la période de 1990-2021. .....................................................................................................................................................55 Figure 10: répartition décennale des précipitations.....................................................................57 Figure 11: pluviométrie moyenne d’Avril, d’Août et d’Octobre de 1990-2021.........................58 Figure 12: anomalies pluviométriques du mois d’avril de 1990 à 2021 .....................................59 Figure 13: Anomalies pluviométriques du mois d’août de 1990 à 2021 ....................................60 Figure 14: Anomalies pluviométriques du mois d’octobre de 1990 à 2021 ...............................60 Figure 15: répartition mensuelle des précipitations. ...................................................................61 Figure 16: Evolution des températures maximales moyennes annuelles dans le Département de Mayo-Dallah entre 1990-2021 ....................................................................................................63 Figure 17: Evolution des températures minimales moyennes annuelles dans le Département de Mayo-Dallah entre 1990-2021 ....................................................................................................63 Figure 18: variation des températures moyennes du Département de Mayo-Dallah (1990-2021) .....................................................................................................................................................64 Figure 19: perception paysanne de la tendance pluviométrique .................................................65 Figure 20 : Synthèse de la perception paysanne de l’évolution de la pluviométrie....................66 Figure 21: perception paysanne face à la cause de la variabilité pluviométrique. ......................67 Figure 22: point de vue des paysans sur la baisse des rendements .............................................68 Figure 23: Evolution du rendement d'arachide de 2005 à 2021..................................................72 Figure 24: Evolution du rendement de maïs de 2005 à 2021......................................................73 Figure 25: perception paysanne de la sensibilité des cultures vivrières aux effets de la variabilité pluviometrique. ...........................................................................................................................74 Figure 27: Perception paysanne face aux effets de la variabilité pluviométrique.......................75 Figure 28: Conséquence de la variabilité pluviométrique sur les agriculteurs ...........................76 Figure 29: Nuage des points montrant l’analyse de la régression entre la pluie de la période de croissance et avec la production d’arachide de 2017 à 2021. .....................................................82 Figure 30: Nuage des points montrant l’analyse de la régression entre la pluie de la période de croissance et avec la production du maïs de 2017 à 2021...........................................................87 Figure 31: nuage des points montrant l’analyse de régression entre les températures maximales et minimales de la période de croissance avec les rendements de (2015-2021) .........................89 Figure 32: nuage des points montrant l’analyse de régression entre les températures maximales et minimales de la période de croissance avec les rendements de (2015-2021). ........................90
  • 7. vii Figure 33: courbes de corrélation entre les indices pluviométriques et de la production du maïs de 2005-2021...............................................................................................................................92 Figure 34: courbes de corrélation des indices pluviométriques et de la production d’arachide .93 Figure 35: stratégies d’adaptations au retard de pluie.................................................................95 Figure 36: Les techniques d'adaptations à l'inondation des champs ...........................................96 Figure 37: comportement des agricultures face au retard des pluies ..........................................99 Figure 38: Usage des intrants......................................................................................................99
  • 8. viii LISTE DES TABLEAUX Tableau 1: Opérationnalisation du concept de variabilité pluviométrique .............................. 14 Tableau 2: Opérationnalisation du concept adaptation des agriculteurs.................................. 16 Tableau 3: Catégorie des personnes enquêtées ........................................................................ 25 Tableau 4: Nombre des enquêtes par villages.......................................................................... 26 Tableau 5: Classification du SPI.............................................................................................. 28 Tableau 6: Matrice synthétique de la démarche recherche ...................................................... 30 Tableau 7 : les différentes dates de sarclages des cultures vivrières........................................ 41 Tableau 8: calendrier agricole des cultures vivrières............................................................... 43 Tableau 9 : Prix des différents produits agricoles pour l’année 2021...................................... 49 Tableau 10: Anomalie des précipitations annuelles moyennes calculées sur la période de 1990- 2021.......................................................................................................................................... 56 Tableau 11: statistique descriptif de la variabilité pluviométrique décennale ......................... 57 Tableau 12: Récapitulatif des statistiques descriptives des rendements .................................. 73 Tableau 13: besoin en eau d’une variété d’arachide de 90jours .............................................. 78 Tableau 14: stades de croissance d’arachide sensibles au stress hydrique et leur durée de 1991 à 2021.......................................................................................................................................... 80 Tableau 15: résumé des résultats du test de corrélation de Pearson (production d’arachide et précipitations)........................................................................................................................... 81 Tableau 16 : Stades de croissance du maïs sensibles au stress hydrique et leur durée de 1991 à 2021.......................................................................................................................................... 84 Tableau 17: Résumé des résultats du test de corrélation de Pearson (production du maïs et précipitations)........................................................................................................................... 86 Tableau 18: effets de la température mensuelle de la saison de croissance sur la croissance d’arachide................................................................................................................................. 88 Tableau 19 : Résumé des résultats pour la corrélation de Pearson entre température et production d’arachide de 2015 à 2021 ....................................................................................................... 89 Tableau 20: Résumé des résultats pour la corrélation de Pearson entre température et production de maïs 2015 à 2021................................................................................................................. 90 Tableau 21: Calendrier agricole dans le Mayo Dallah........................................................... 102
  • 9. ix LISTE DES PLANCHES Planche 1: Les différents types de sols dans le Mayo Dallah .................................................. 19 Planche 2: Les Matériels agricoles........................................................................................... 38 Planche 3: Les types de labours ............................................................................................... 40 Planche 4: Techniques de séchage et de conservation des cultures ......................................... 42 Planche 5: Techniques d'entretien et fertilité des sols.............................................................. 45 Planche 7: Les acteurs impliqués dans l’agriculture dans le Mayo Dallah.............................. 51 Planche 8: Les cultures vivrières dans le Mayo Dallah ........................................................... 71 Planche 9: Les ennemies des cultures ...................................................................................... 77 Planche 10: Pratique du maraichage 101
  • 10. x LISTE DES ANNEXES Annexe 1: Questionnaire d’enquête pour les agriculteurs ..................................................... 123 Annexe 2: Guide d’entretiens................................................................................................. 130 Annexe 3: Autorisation de recherche..................................................................................... 132 Annexe 4: indice pluviométrique annuelle de 1990 à 2021................................................... 133 Annexe 5: Données de précipitations du Département de Mayo-Dallah............................... 134 Annexe 6: Données de températures minimales du Département de Mayo Dallah............... 136 Annexe 7: Données des températures maximales du Département de Mayo-Dallah 1990 à 2021 ................................................................................................................................................ 138 Annexe 8: Données des productions de 2005 à 2021............................................................. 140
  • 11. xi SIGLES ET ACRONYMES ANADER : Agence National d’Appui au Développement Rural AFD : Agence Française de Développement BAD : Banque Africaine pour le Développement FAO : Fonds des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation GIEC : Groupe Intergouvernemental d’Expert sur l’Evolution du Climat IPCC: Intergovernmental Panel on Climate Change MKO : Mayo-Kebbi Ouest MKE : Mayo-Kebbi Est OCDE : Organisation de Coopération et Développement Economique OMM : Organisation Mondiale de la Météorologie ODD : Objectif de Développement Durable ONASA : Office National de Sécurité Alimentaire ONDR : Office National de Développement Rural PANA : Programme d’Action Nationale d’Adaptation PNUD : Programme des Nations Unies Pour le Développement PAM : Programme Alimentaire Mondial PIB : Produit Intérieur Brut SPSS: Statistical Package for Social Sciences SNCLCC : Stratégie Nationale de Luttes Contre les Changements Climatiques SPI : Standardized Precipitation Index
  • 12. xii RESUME L’agriculture dans le Département de Mayo Dallah emploie plus de 80% de la population et reste la principale source des revenus des paysans. Les conditions de productions dans cette localité dépendent potentiellement des conditions climatiques. La méthodologie utilisée repose avant tout sur une approche inductive. La collecte des données secondaires repose sur la recherche documentaire, les données climatiques fournies par la DREM et ANADER couvrant la période de 1990 à 2021 et les données des rendements des cultures vivrières (sorgho, maïs, arachide et mil pénicillaire) fournies également par l’ANADER, couvrant la période de 2005 à 2021. Ensuite les données primaires ont été collectées à l’aide de l’observation directe, les entretiens semi-structurés (8) et les questionnaires basés sur un échantillon de 120 personnes (agriculteurs et agro-éleveur). Ces données ont été traitées grâce aux logiciels SPSS, ATLAS.ti et Excel. Ainsi, l’application de l’indice de Nicholson a permis de déterminer des valeurs de SPI comprises entre -1,71 et + 2,89, indiquant ainsi des années de fortes sècheresses (2004, 2005 et 2009) et des périodes humides sévères indiquant des périodes d’inondation (1991, 1994, 2012 et 2020). Ensuite, l’analyse des cumuls pluviométriques annuels a montré une tendance à la stabilité, mais marquée par d’innombrables disparités. Cette fluctuation de la pluie affecte les rendements. Car le changement de rendement moyen pour les précipitations était de +50,959 ± 15413 tonnes/an pour le maïs et -20,205 ± 6365 tonnes/an pour l’arachide. La mise en relation de la production avec les volumes pluviométriques annuels, affiche une évolution en dent de scie suivant l’évolution de la pluviométrie. Aux effets néfastes de la variabilité pluviométrique, s’ajoutent d’autres facteurs comme les faibles apports en intrants, le manque de matériels et l’infertilité des sols, dont les effets cumulés contribuent également à la baisse des rendements dans cette localité. La baisse des rendements affecte les revenus agricoles de plus de 70% des agriculteurs et entraine d’innombrables problèmes socio-économiques à savoir : la famine, la pauvreté, le chômage et les conflits agriculteurs/éleveurs. Pour s’y adapter, plusieurs stratégies ont été mobilisées par les agriculteurs de la localité à savoir : la recherche de la précocité, la modification du calendrier agricole, la diversification des sources de revenus, la fabrication des insecticides artisanaux, le développement du maraîchage. Des mesures d’accompagnement méritent d’être prises pour identifier et vulgariser les mesures d’adaptations durables à la variabilité pluviométrique dans le Département de Mayo Dallah. Mots-clés : Stratégies d’adaptation, variabilité pluviométrique, agricultures et Mayo Dallah
  • 13. xiii ABSTRACT Agriculture in the Department of Mayo Dallah employs more than 80% of the population and remains the main source of income for peasants. Production conditions in this locality potentially depend on climatic conditions. The methodology used is primarily based on an inductive approach. The collection of secondary data is based on documentary research, climate data provided by the DREM and ANADER covering the period from 1990 to 2021 and data on the yields of food crops (sorghum, maize, peanuts and pearl millet) also provided by the ANADER, covering the period from 2005 to 2021. Then the primary data was collected using direct observation, semi-structured interviews (8) and questionnaires based on a sample of 120 people (farmers and agro- breeder). These data were processed using SPSS, ATLAS.ti and Excel software. Thus, the application of the Nicholson index has made it possible to determine SPI values between -1.71 and + 2.89, thus indicating years of severe drought (2004, 2005 and 2009) and severe wet periods. Indicating periods of flooding (1991, 1994, 2012 and 2020). Then, the analysis of annual rainfall totals showed a stable trend, but marked by countless disparities. This fluctuation in rainfall affects yields. Because the average yield change for rainfall was +50.959 ± 15413 tons/year for maize and -20.205 ± 6365 tons/year for groundnut. The linking of production with annual rainfall volumes shows a saw tooth evolution following the evolution of rainfall. In addition to the adverse effects of rainfall variability, there are other factors such as low inputs, lack of equipment and soil infertility, the cumulative effects of which contribute to lower yields in this locality. The drop in yields affects the agricultural income of more than 70% of farmers and leads to countless socio-economic problems, namely: famine, poverty, unemployment and farmer/herder conflicts. To adapt to this, the local farmers have mobilized several strategies, namely: the search for precocity, the modification of the agricultural calendar, the diversification of sources of income, the manufacture of artisanal insecticides, the development of market gardening. Accompanying measures deserve to be taken to identify and popularize sustainable adaptation measures to rainfall variability in the Department of Mayo Dallah. Keywords: Adaptation strategies, rainfall variability, agriculture and Mayo Dallah
  • 14. 1 INTRODUCTION GENERALE La variabilité des paramètres climatiques imposent aux populations rurales des pays en développement des adaptations conséquentes (GIEC, 2007). Selon l’Agence Française de Développement (AFD., s.d). Le changement climatique affecte sérieusement un grand nombre d’activités humaines. Le « secteur de la terre » (agriculture, foresterie, changement d’utilisation des terres) tient une place particulière, car c’est sans doute l’activité humaine la plus dépendante du climat. Selon les travaux de Servat et al. (1999), en Afrique de l’ouest et centrale, ces perturbations du climat se manifestent par une diminution généralement assez importante de pluviométrique annuelle avec des déficits de l’ordre de 20% à 30% et des baisses des débits des cours d’eau. Cette variabilité pluviométrique provoque la fréquence des décalages saisonniers (confusion sur le calendrier culturale), ce qui a pour corolaire une baisse régulière et effective de près de la moitié des productions ou rendements de l’agriculture pluviale aussi bien industrielle que vivrières (Gerald et al, 2009). C’est ainsi que, face aux incertitudes de la pluie, les utilisateurs des terres font de gros efforts d’adaptations, surtout les pays en développement, plus vulnérables en raison d’un moindre degré d’artificialisation de l’agriculture et de sa plus grande dépendance à l’environnement naturel. La dépendance de la plupart des pays africains à l’égard des rendements agricoles qui sont à leur tour, dépendants du climat contribue significativement à leur vulnérabilité (BAD, 2011 ; FAO, 2006 ; GIEC, 2007). Selon les estimations de la Banque Africaine de Développement (BAD) en 2010, 70% de la population dépend de l’agriculture pour l’emploi à plein temps, et de nombreux africains comptent sur l’agriculture pour une partie du revenu de leur ménage. Cette situation durable de l’accroissement rapide des populations (plus de 3% par an entre 1990 et 2002), conjugué à la diminution des ressources alimentaires, renforce la vulnérabilité des populations africaines en raison de leur faible niveau de mécanisation d’adaptations (Odjugo, 2010). Le Tchad, vaste pays ‘‘continental’’, est très vulnérable à la variabilité et au changement climatique, à l’instar des autres pays sahéliens. Selon les observations et les projections climatiques, le Tchad est considéré par la communauté scientifique internationale comme l’un des points les plus marquants (hotspot) du changement climatique dans le monde. Et une étude récente le classe parmi les 186 pays dans le monde le plus vulnérable face au réchauffement climatique (Hakim, 2007). La variabilité climatique au Tchad se caractérise par une baisse et variabilité accrue de la pluviométrie, une augmentation des températures observées depuis 1990
  • 15. 2 et une recrudescence des phénomènes météorologiques extrêmes. Cette vulnérabilité est souvent due à la dépendance des populations rurales des ressources naturelles, plus de 80% de la population tchadienne sont des ruraux et dépendent des ressources naturelles pour leur subsistance (SNLCC, 2017). L’agriculture dans ce pays contribue à la consolidation de la sécurité alimentaire, l’amélioration des conditions de vie des paysans. Mais, depuis la période 1950 à 2014, ce secteur d’activité est confronté à une tendance globale à la baisse des pluies, à des variations des précipitations marquées par des années humides et sèches à partir des années 1990 qui semble indiquer un nouveau mode de variabilité des pluies ( PANA-Tchad, 2010). Toutefois, les années 1990 à nos jours semblent indiquer un retour à des conditions pluviométriques meilleures. Selon le PANA-Tchad (2010), les composantes de la pluviométrie telles que les dates de démarrages et les longueurs de la saison des pluies ont connu également au cours de ces dernières années une forte variabilité interannuelle, qui rend de plus en plus difficile la planification agricole. Face à cette situation, plusieurs projets et programmes ont été mis sur pied par les pouvoirs publics pour limiter la vulnérabilité des paysans. Malgré cette réelle volonté des pouvoirs publiques, à soutenir les paysans face à cette situation, les paysans ne cessent de se plaindre des difficultés pluviométriques (instabilité du début et de la fin de la saison pluvieuse, les séquences sèches en saison pluvieuse et les inondations) auxquelles ils sont confrontés. C’est donc pour mieux comprendre les stratégies et mesures d’adaptations à la variabilité pluviométrique dans le secteur agricole au Sud du Tchad en générale et dans le Département de Mayo Dallah en particulier que la présente recherche a été initiée. Le présent mémoire s’articule autour de cinq chapitres. Le premier aborde la construction de l’objet de recherche. Le deuxième chapitre dresse un état des lieux des pratiques agraires dans le Mayo Dallah. Le troisième chapitre analyse la tendance de la variabilité pluviométrie dans le Département de Mayo-Dallah. Le quatrième chapitre analyse les effets de la variabilité pluviométrique sur les rendements des cultures vivrières. Enfin, nous suggérons le cinquième et dernier chapitre qui présente les différentes stratégies mobilisées par les agriculteurs pour faire face aux effets induits par la variabilité pluviométrique.
  • 16. 3 CHAPITRE 1 : CONSTRUCTION DE L’OBJET DE RECHERCHE Il est question dans ce chapitre de traiter de la définition des problèmes et en déduire l’importance et la pertinence. Ce chapitre pose aussi les questions, présente les objectifs et hypothèses de recherche, présente le cadre conceptuel et analytique de l’étude et fait le point de la revue de littérature dans le domaine et en fin, présente la méthodologie adoptée pour la conduite des différentes phases de cette recherche. I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE L’ETUDE Le changement climatique représente une menace de plus en plus perceptible pour la viabilité des ménages ruraux d’Afrique subsaharienne où les communautés vivent principalement de l’exploitation des ressources naturelles. Selon le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Evolution du Climat (GIEC, 2007), les conséquences du changement climatique sur les écosystèmes des pays d’Afrique sont déjà considérables, et la situation pourrait être encore plus désastreuse vu les prédictions d’augmentation des fréquences d’évènements extrêmes avec le réchauffement climatique (Houghton et al, 2001). En 2010, les catastrophes liées au changement climatique ont touché environ 300 millions de personnes et provoqué le déplacement de 40 millions d’individus majoritairement situés dans les pays en développement. Ainsi, les besoins d’adaptation des populations aux changements climatiques et à leurs impacts socio-économiques sont indispensables car la survie des populations en dépend (OCDE, 2009). La variabilité climatique se traduit par une baisse notoire de la pluviométrie et consécutivement une dégradation des ressources naturelles. Cette tendance, qualifiée de « nouvelle phase agricole » ou « rupture climatique » compromet sérieusement la sécurité des moyens de subsistances des personnes pauvres, et fragilise les systèmes agricoles qui ne répondent plus aux besoins actuels du climat (Yegbémey et al, 2014). Cette forte variabilité aussi bien temporelle, spatiale que quantitative des précipitations rend les activités agricoles plus vulnérables et constitue une contrainte majeure à l’atteinte des objectifs d’autosuffisance alimentaire à l’horizon de 2025 que se sont fixés les dirigeants africains en Juillet 2013. Dans ce contexte, le Tchad a connu une récession climatique, surtout celle de la pluviométrie aux ampleurs très accusées, doublée d’une augmentation significative du nombre d’années sèches (1970,1980) (Baohoutou, 2007). Cette situation a engendré une baisse des rendements agricoles et est aussi génératrice des conflits sociaux, notamment les conflits agriculteurs/éleveurs qui
  • 17. 4 sont devenus de plus en plus récurrents dans la zone méridionale tchadienne (Madjigoto, 2007). Bien que jouant un rôle économique de premier plan dans le développement du Tchad, le secteur agricole rencontre des difficultés majeures qui freinent son décollage. Parmi ces contraintes, on peut citer la variabilité spatio-temporelle des précipitations, la qualité médiocre des sols, les politiques de développement agricole inadaptées, les stratégies d’adaptation durables quasi-inexistantes et/ou insuffisantes et inappropriées. Cette forte variabilité pluviométrique a induit une dégradation du milieu écologique et s’est soldé par des impacts négatifs sur la production agricole. En effet, les dérèglements et les déficits pluviométriques saisonniers enregistrés ont perturbé les cycles culturaux, bouleversé le calendrier agricole et rendu non opérationnelles les normes culturales empiriques en vigueur chez les populations paysannes. Au cours de ces dernières décennies, les principaux systèmes ont connu des mutations diverses et variées à savoir, la fortes régression des volumes de productions agricoles (40 à 88%) entre 1988-2012 et l’impulsion par la demande urbaine des productions destinées aux marchés locaux (SNLCC, 2017). Bien que la variabilité pluviométrique et ses incidences soient réelles dans la partie Sud du Tchad, tels que présenté dans les travaux de Baohoutou (2007), Baohoutou et al, (2013, 2014), Gouataine et al, (2015 ; 2016 ; 2017 et 2018), ces travaux ne couvrent pas toute la partie Sud tchadienne. Partant de ce qui précède, ce travail intègre premièrement plusieurs objectifs du Développements Durable et les autres programmes internationaux et nationaux, notamment le deuxième objectif du Développement Durable qui vise la ‘‘ Faim Zéro ’’ c’est-à-dire assurer la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition. Le secteur agricole est aussi concerné par l’objectif 12 qui vise à assurer la viabilité des systèmes de production alimentaire et mettre en œuvre des pratiques agricoles résilientes qui permettent d’accroitre la productivité, contribuent à la préservation des écosystèmes, renforcent les capacités d’adaptations aux changements climatiques et aux phénomènes météorologiques extrêmes. En fin, le 13e objectif qui porte sur ‘‘la prise des mesures d’urgences pour lutter contre les changements climatiques et leurs conséquences’. Il s’inscrit également dans la vision du Tchad 2030 intitulé « le Tchad que nous voulons ». En fin, Il est question également de contribuer à la connaissance du rôle que joue la pluie sur la production agricole. Cette dernière se présente à la fois sous une forme indispensable (l’économie et les hommes en dépendent) et comme un fait difficilement maitrisable par les hommes compte tenu de son caractère instable et incertain. Il est bien vrai
  • 18. 5 que beaucoup des travaux soient réalisés sur cette problématique, mais ces données restent cependant l’apanage des zones concernées par les dits travaux. Pour ce qui est du Département du Mayo-Dallah, les données sur les stratégies d’adaptations aux effets de la variabilité pluviométrique sont très peu documentées alors que la situation demeure toujours préoccupante. C’est ce qui justifie la présente étude afin de tirer davantage l’attention des politiques, des institutions et acteurs concernés. II. DÉLIMITATION 1. Délimitation spatiale de la zone d’étude Le Département de Mayo Dallah se localise selon les cordonnées 8°57’ à 10°15’ N et en longitude 15°05’ à 15°58’ Est. Elle se situe au Sud-Ouest du Tchad en plein milieu soudanien et couvre une superficie de 4.069 Km². 2. Délimitation temporelle du sujet Pour le besoin d’une bonne analyse de la pluviométrie au pas de temps annuel, il nous faut une série assez longue, d’au moins de 30 ans selon les recommandations de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM). Ainsi, les données relatives à cette étude couvrent la période allant de 1990-2021 soit 32 ans. Ces relevés pluviométriques sont fournis par la Direction des Ressources en Eau et de la Météorologie (DREM) et par les archives pluviométriques du sous-secteur de l’ANADER de Pala. Ensuite, les données des rendements des cultures vivrières sont fournies par la direction de l’ONDR/ANADER de l’antenne Sud- Ouest (Bongor) et s’étendent de 2005 à 2021 soit 17 ans. III. REVUE DE LA LITTERATUR Dans la revue de la littérature, il sera question d’analyser l’état de la connaissance sur la tendance de la variabilité pluviométrique en Afrique Sub-saharienne en générale et au Tchad en particulier, ensuite de présenter les effets de la variabilité pluviométrique sur les activités agricoles, ainsi que les stratégies ou les mesures d’adaptations paysannes. Pour réaliser cela, il est important de faire appels aux auteurs qui ont réalisé des études dans ce domaine.
  • 19. 6 1. Les tendances de la variabilité pluviométrique en Afrique subsaharienne et au Tchad Dans les régions tropicales marquées par l’absence d’une saison thermique, la pluviométrie est un paramètre climatique majeur, comme l’a si bien souligné J. Riser (Frérot AM et al, 2004) : « la pluie est la principale composante du climat des régions tropicales », elle permet d’une part d’établir les nuances climatiques et d’autre part la pratique des activités agricoles sur lesquelles repose l’économie de la plupart des pays africains et singulièrement le Tchad. C’est ainsi que malgré d’importants progrès réalisés dans les sciences agronomiques, les facteurs climatiques peuvent avoir un effet positif ou négatif sur les revenus des agriculteurs selon l’occurrence de leurs valeurs extrêmes aux différentes étapes de l’élaboration de la production. Dès lors, plusieurs études ont été conduites sur le sujet en Afrique et au Tchad. En effet, la fin des années 60 marque le début de la sècheresse dans le Sahel. Elle se traduit par une baisse de la pluviométrie et une dégradation croissante des ressources naturelles qui conduisent à l’insécurité alimentaire des ménages (Ozer et Erpîcum, 2015 ; Paturel et al, 1998 ; Ouédraogo et al, 2005, Ozer et al, 2005). Les travaux d’Aguilar et al, (2009), confirment également cette tendance à la baisse des précipitations (31mm/décennies, entre 1995 et 2006). Au Sahel, ce sont les sècheresses ou les déficits pluviométriques qui ont des effets les plus prononcés, car elles concernent très souvent des vastes zones géographiques et sont de plus en plus récurrents. Cependant, d’autres phénomènes comme les inondations, les vents violents et la pollution d’insectes nuisibles sont des phénomènes liés au temps et au climat. Dans leur analyse de la variabilité climatique et de ses influences sur les régimes pluviométriques saisonniers en Afrique de l’ouest, Amani et al, (2004) ont montré que la variabilité climatique se manifeste par une dynamique spatio-temporelle régressive des pluies annuelles, une récession des fréquences de jours pluvieux en général et en particulier celles des hauteurs pluviométriques supérieures à 10mm et une diminution de la durée des sisons pluvieuses. Au Tchad, Mathey (1992), ressort de ses travaux que les secteurs agro-écologiques du Tchad connaissent un changement dans le comportement des précipitations. Mais c’est Baohoutou (2007), Gouataine (2018), Gouataine et al, (2016), qui ont montré l’existence d’une forte variabilité pluviométrique avec des conséquences désastreuses. Baohoutou (2007), ressort que la succession de deux décennies relativement sèches avec un seuil critique en 1984, la variabilité intra saisonnière de la pluviométrie marquée par des écarts importants dans les dates de démarrage et de fin de pluie et une concentration tant en fréquence qu’en hauteur de pluie
  • 20. 7 au cœur de la saison ont imprimé leurs marques particulières dans ce milieu. Selon les travaux de Gouataine (2018) et Gouataine Sengue et al, (2016), la variabilité pluviométrique dans la plaine du Mayo Kebbi est marquée par une baisse sensible des pluies pendant les décennies 70 et 80 avant de se stabiliser à partir de 1990 mais avec une profonde disparité. Bien que les résultats soient intéressants, ils ne peuvent pas être extrapolés à l’ensemble du Sud du Tchad à cause des singularités que présentent certaines zones. 2. Les impacts de la variabilité pluviométrique sur les activités agricoles L’agriculture constitue l’une des principales activités économiques des populations rurales d’Afrique et est aussi reconnue comme une activité soumise à des risques (fluctuation du marché, politique gouvernementale, invasion des ravageurs) dont le plus parlant est le risque climatique qui fait l’unanimité à travers les écrits des dernières décennies (Fabrice Esse et al, 2020). L’impact des changements climatiques sur la production agricole devrait susciter des inquiétudes en raison du rôle primordial du secteur de l’agriculture dans le développement socio-économique des pays africains. Selon le GIEC (2007), l’activité agricole dans la zone tropicale relève d’un véritable problème puisque le facteur déterminant « la pluviométrie » subit une réelle modification. Cette variabilité de la pluviométrie provoque la fréquence des décalages saisonniers (confusion sur le calendrier cultural), ce qui a pour corollaire une baisse régulière et effective de près de la moitié des productions ou de rendements de l’agriculture pluviale aussi qu’industrielles que vivrières (Gerald et al, 2009). Tsalefac (1999) dans (variabilité climatique, crise économique des milieux agraires sur les hautes terres de l’ouest), s’est intéressé également aux quantités de pluies annuelles et interannuelles à travers lesquelles, il montre les impacts négatifs de la répartition irrégulière de la pluie sur les activités agricoles dans les hautes terres de l’Ouest Cameroun. Pour sa part, Ogouwalé (2006) a montré que l’agriculture varie dans l’espace et dans le temps selon les hauteurs pluviométriques et qu’il est donc difficile de prévoir cette dernière, d’où la baisse des rendements des cultures vivrières au cours des dernières décennies qui a entrainé des pénuries alimentaires. Pour Afouda et al, (2014), la rareté des pluies prolongée, les poches de sècheresses, les excès d’eau font baisser le rendement des cultures. Dans la même logique, pour Allé (2013), la perturbation qu’enregistre les systèmes culturaux s’explique par l’irrégularité pluviométrique, la mauvaise répartition spatio-temporelle des précipitations et surtout le bouleversement du calendrier agricole. Ainsi, selon Afouda (2010), le rythme des activités économiques et socio-culturelles des populations est calqué sur le rythme
  • 21. 8 des saisons. Le climat est à la fois comme un atout et une contrainte au déroulement des activités. Aussi, il ajoutera que face aux contraintes qu’impose le climat, la communauté paysanne développe des stratégies endogènes pour réduire leur vulnérabilité tant dans le calendrier agricoles que dans les techniques utilisées. Au Tchad, l’analyse des documents de la Stratégie Nationale d’Adaptation (PANA, 2010) ainsi que les travaux de Baohoutou (2007) montre que les différentes années de sécheresse (1972-1973 et 1984), les inondations des années (1988, 1999, 2005, 2006, 2007, 2008, 2010 et 2012), ainsi que la récurrence des vents violents de ces 30 dernières années impactent sur les rendements agricoles et provoque les chutes de productions agricoles. Selon une étude conjointe de PAM et FAO (2009), intitulé « République du Tchad : analyse globale de sécurité alimentaire et de vulnérabilité », les aléas climatiques sont la cause majeure de la baisse de la production céréalière enregistrée au cours de ces dernières années et affectent la disponibilité alimentaire en dépits d’énormes potentialités dont il dispose. Et selon le rapport de FAO/Tchad, en 2012, 255.000 et 161.522 ha emblavées ont été inondés, 100.000 ménages agricoles affectés et 161.000 hectares de cultures détruites. Le déficit céréalier étant estimé à 45.000 tonnes, soit 30% des besoins nationaux. Gouataine (2018), ressort de ses travaux que la longueur de la saison pluvieuse en tant que telle n’influence pas le cycle cultural mais l’incertitude dans le démarrage de la saison pluvieuse, les séquences sèches et les arrêts précoces ne permettent pas aux variétés longues de boucler leur cycle végétatif, d’où les jours pluvieux influencent aussi la production et le rendement des cultures dans la plaine du Mayo kebbi. Par contre, Sossa (2001), Noufé (2011), Septime (2008) pensent que la variabilité pluviométrique n’étant pas le seul facteur déterminant le rendement agricole. Les autres déterminants du rendement notamment : le choix variétal, l’utilisation des engrais, la fertilité du sol, la qualité des semences, les traitements des maladies et ravageurs etc….participent aussi fortement à cette baisse de rendement. Bertrand (2014), ressort également dans ses travaux que la résistance des systèmes d’exploitations agricoles aux changements climatiques et à la variabilité dépend de la fertilité des sols, mais malheureusement, beaucoup d’agriculteurs ne disposent pas de moyens financiers, de technologies, de batail et de temps nécessaire pour entretenir leurs terres comme ils le souhaitent, or les sols infertiles produisent peu, ce qui aggrave encore la pauvreté. Toute fois la garantie d’une bonne production est aussi tributaire des conditions liées à une bonne articulation des opérations culturales (Noufé et al, 2015).
  • 22. 9 3. Les stratégies paysannes d’adaptations aux effets de la variabilité pluviométrique. Face à la variabilité pluviométrique, les paysans tentent de s’adapter. Les mesures d’adaptation sont développées le plus souvent sur des savoirs indigènes (Sar et al, 2007) et aux moyens alternatives offertes par les progrès techniques. Ces mesures d’adaptation sont variées et visent à mitiger voire à surmonter les risques à travers des comportements résilients en vue de sauvegarder les activités agricoles, de contribuer à l’autosuffisance alimentaire et d’accroitre les revenus. Mais dans certains cas, ces mesures endogènes ont montré leurs limites comme la témoigne la persistante de la situation de crise alimentaire que les pays sahéliens et subtropicaux ont connu au cours de ces dernières années. Les travaux de Gouataine (2018) relèvent deux types d’adaptations : l’adaptation directe en laquelle les agriculteurs ont développé des stratégies particulières qui se résument en la réadaptation du calendrier, la dispersion des dates de semis, l’adoption d’autres cultures, l’augmentation des emblavures et le recours à la pratique des pépinières pour limiter les dégâts de la montée des eaux qui détruisent les jeunes plantes. Ainsi, le repiquage avec hauteur de 10 à 15cm permet au riz de mieux se développer et de supporter l’engorgement d’eau. Quant à l’adaptation indirecte, les paysans font recourent à la diversification des activités qui génèrent les revenus et l’épargne de précaution. . Pour sa part, Angossou (2008), présente dans son étude que le recours aux crédits pour les dépenses de production accroit davantage la vulnérabilité des paysans ainsi ces derniers optent pour la pratique de rotation toute en priorisant la rotation entre les cultures vivrières (mais-niébé, mais-arachide) au détriment de la rotation entre culture vivrières et commerciales (mais-soja). Bertrand (2014) montre que l’orientation des actions vers la restauration de la capacité de production de la terre (régénération naturelle assistée) permet également de réduire les effets de la pluviométrie et est à la portée de tous les producteurs. Pour sa part, Rodrigue (2008) ressort de son étude que l’intensification de l’utilisation des intrants constitue une forme de stratégie qui permet d’améliorer la production et/ou limiter les efforts consentis pour les activités agricoles mais force est de constater que cette pratique a des répercussions sur l’environnement à moyen et long terme. Pour Madjigoto, (1994), l’une des formes d’adaptation des paysans est l’ouverture d’autres champs, donc l’augmentation des surfaces agricoles. Et pour Baohoutou et al, (2014), la recherche des cultivars les mieux adaptés au contexte climatique est aussi une forme d’adaptation aux variabilités pluviométriques car celles-ci ont imprimé leurs marques sur le paysage.
  • 23. 10 Comme adaptation à la variabilité climatique, les recherches de Djohy et al, (2015) ; Dugue (1999) ; Brou et al, (2005), retiennent la modification des dates de semis, la concentration des activités agricoles au cours de la saison pluvieuse particulièrement là ou l’agriculture est pluviale, l’abandon des cultures à cycle longue au profit des variétés précoces, l’option pour les cultures peu exigeantes et l’association des cultures en zones tropicales comme en soudano-sahélien, l’augmentation des emblavures la ou les terres sont rares. Malgré la prise de conscience des impacts liés aux changements climatiques, l'insuffisance caractérisée des moyens d'adaptation à ceux-ci est une réalité (Brown et al, 2010). Des nombreux facteurs le mettent en évidence. D'abord, l'absence de données climatiques et leur analyse, l'insuffisance des données sur les solutions d'adaptation, la méconnaissance de l'adaptation parmi les parties prenantes (autorités en charge des politiques d'adaptation et la population), la faiblesse des capacités du personnel dans les domaines de la planification, du suivi et de l'évaluation, l'absence de mécanismes de communication et de gestion des informations entre secteurs, l'inadaptation des capacités des institutions (Tieguhong et Ndoye, 2007; Tieguhong et Betti, 2008). IV. PROBLEMATIQUE Le Mayo Dallah est une zone essentiellement rurale (80%) et dont la principale activité est l’agriculture pluviale, source de moyens de subsistances de la majeure partie de la population. Les activités agricoles sont en grande partie dominées par la culture du sorgho, l’arachide, le pénicillaire, le maïs et le riz, dont les rendements sont en baisses ces dernières décennies en raison de la variabilité climatique et de la mauvaise adaptation des agriculteurs. Quoique d’autres facteurs non climatiques tels que, les techniques agricoles, le faible niveau d’équipement, le faible apport d’intrants, les semences qui déterminent également les rendements agricoles, c’est la variabilité pluviométrique que les agriculteurs ont pointé du doigt comme étant le principal déterminant de leurs rendements agricoles car elle agit fortement sur l’efficacité d’autres facteurs. La variabilité pluviométrique est réelle et se manifeste par la fréquence des phénomènes extrêmes que sont les sécheresses et les inondations des cultures qui affecte les besoins en eau pour la croissance des cultures vivrières. Ces différentes situations augmentent la vulnérabilité et entrainent la mauvaise performance des cultures qui se traduit par la diminution de la production agricole, détérioration de la sécurité alimentaire, baisse des revenus des paysans et augmentation de la pauvreté (paysanne). Selon le rapport de la Direction Départementale de la
  • 24. 11 Statistique agricole, les inondations de 2020 ont entrainées des pertes du capital semencier, du lessivage des engrais, de la prolifération des maladies fongiques et un déficit céréalier de 14118 tonnes. Les faibles rendements se justifient également par des faux départs et des retours tardifs de la pluie qui perturbe le calendrier cultural et rendu difficile la planification des opérations agricoles. En dépit de ces effets, les producteurs de ladite localité ne se sont pas simplement résignés sur la situation, mais ils développent des stratégies d’adaptation à court, moyen et long termes dans le but de limiter les pertes agricoles, liées aux effets négatifs des variabilités pluviométriques particulièrement, afin de préserver la sécurité alimentaire, mais ces stratégies d’adaptation sont médiocres ou limitées. Face à cette situation, la présente recherche tente d’établir le lien de cause à effet entre la productivité agricole et la variabilité pluviométrique dans le Mayo Dallah. Autrement dit, les fluctuations de rendements observées se justifient-elles par la variabilité pluviométrique ? L’idée que nous soutenons dans ce mémoire, est que la variabilité pluviométrique dans le Mayo Dallah est une réalité et se traduit par le glissement des saisons (pluies tardives, de courte durée, pluie précoce) qui rend les conditions de productions de plus en plus difficiles et ceux malgré les stratégies mobilisées par les paysans. Cette préoccupation s’inscrit dans les Objectifs du Développement Durable, notamment le 13e objectif qui porte sur ‘‘la prise des mesures d’urgences pour lutter contre les changements climatiques et leurs conséquences’’ et le 2e objectif qui vise à éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable et résiliente. Il s’inscrit parmi les objectifs de l’Union Géographique Internationale (UGI, 2013) dans le renforcement de la capacité des populations à être résilientes face aux effets des changements climatiques. Elle s’inscrit également dans la vision du Tchad 2030 intitulé « le Tchad que nous voulons », qui vise à assoir une économie plus résiliente au changement climatique. Ainsi, ce travail adhère les programmes stratégiques nationaux de luttes contre les changements climatiques (PANA-TCHAD, 2010 ; CNLCC, 2017). V. QUESTIONS DE RECHERCHE 1. Question principale La question principale qui permet d’orienter cette recherche est la suivante : Les stratégies d’adaptations développées par les paysans permettent-elles de répondre aux fluctuations des rendements provoquées par la variabilité pluviométrique dans le Mayo Dallah ?
  • 25. 12 2. Questions spécifiques Pour mieux cerner cette question principale, plusieurs questions spécifiques méritent d’être posées :  Quel est l’état des lieux des pratiques agraires dans le Département de Mayo Dallah ?  Quelles sont les tendances de l’évolution de la pluviométrique dans le Département de Mayo Dallah ?  Quelles sont les effets de cette variation pluviométrique sur les rendements des cultures vivrières ?  Quelles sont les stratégies mobilisées par les agriculteurs pour y faire face ? VI. OBJECTIFS DE LA RECHERCHE Pour vérifier les hypothèses émises, les objectifs de recherche sont posés. Il s’agit d’un objectif principal détaillé en plusieurs objectifs spécifiques. 1. Objectif principal Globalement, cette recherche se propose d’analyser les stratégies d’adaptation des paysans face aux effets de la variabilité pluviométriques sur la production agricole. 2. Objectifs spécifiques  Dresser l’état des lieux des pratiques agraires dans le Département de Mayo Dallah ;  Analyser les tendances de l’évolution de la pluviométrique (annuelle ; saisonnière, mensuelle, les anomalies etc…) ;  Analyser les effets de la variabilité pluviométrique sur les rendements agricoles ;  Répertoriez les stratégies d’adaptations mobilisées par les agriculteurs pour faire face aux effets induits par la variabilité pluviométrique. VII. HYPOTHESES 1. Hypothèse principale Cette recherche qui aborde toutes ces questions se fonde sur l’hypothèse principale suivante : face à la baisse de la production agricole, les paysans du Mayo Dallah développent des stratégies d’adaptation en réponse à la variabilité pluviométrique.
  • 26. 13 2. Hypothèses secondaires  Les pratiques agraires dans le Département ne garantissent pas une bonne production agricole ;  La variabilité pluviométrique dans le Département de Mayo Dallah est marquée par des variations interannuelles, mensuelles et saisonnière des précipitations mais aussi des températures ;  La variabilité pluviométrique impacte les productions agricoles et exposent la population à la famine ;  Les adaptations mises sur pied par les agriculteurs sont insuffisantes pour atténuer les effets de la variabilité pluviométrique sur les cultures vivrières ; VIII. CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE La conduite de l’étude repose sur les concepts clé que voici : variabilité pluviométrique et adaptation des agriculteurs. Variabilité pluviométrique : Un des éléments intégrateurs de la variabilité climatiques, l’expression ‘‘variabilité pluviométrique’’ a été défini par plusieurs auteurs. Elle est définie comme la modification ou variation significative de la pluviométrie, qu’elle soit naturelle ou due aux facteurs d’origine anthropique (Niasse et al. 2004). Dans la même logique, Yann L’hôte (2000), définit la variabilité pluviométrique comme les variations des précipitations, c’est-à- dire une conséquence de la circulation générale dans laquelle sont décrits les mouvements de l’air à l’intérieur de l’atmosphère terrestre. Pour Brou (20005), il s’agit de la variation du schéma pluviométrique moyen et l’accentuation des valeurs extrêmes à toutes les échelles temporelles (journalière, décadaire, mensuelle, annuelle et décennales) et spatiales. Au tant que possible, elle est analysé par rapport aux valeurs moyennes ou normales, qui sous-entendent l’idée de fixité du climat. Selon Gouataine (2018), la variabilité climatique est la fluctuation du climat qui se manifeste par des retards de pluie, des excès et des déficits pluviométriques, des séquences sèches. Elle correspond à la dispersion statistique de la pluie autour de sa valeur moyenne. Dans la même logique, Njoya et al. (1995) entendent par variabilité pluviométrique, une alternance des saisons, c'est-à-dire des caractères erratiques (répartition et/ou variation) de la pluviométrie et des températures. Le concept désigne dans ce travail, la variabilité pluviométrique au pas de temps mensuel, saisonnier, annuel et décennal. Une analyse de la température sera ajoutée à celle des précipitations car l’association de ces deux paramètres climatiques est indispensable pour comprendre les effets de la variabilité pluviométriques sur les rendements des cultures vivrières.
  • 27. 14 Tableau 1: Opérationnalisation du concept de variabilité pluviométrique CONCEPT DIMENSIONS COMPOSANTES INDICATEURS Variabilité pluviométrique Temporelle Echelle mensuelle -moyenne mensuelle des pluies, - Nombre des mois pluvieux/sec -Ecart à la moyenne mensuelle des pluies Echelle saisonnière -variabilité des saisons de cultures, -variabilité des séquences intra- saisonnières Echelle annuelle et décadaire -moyenne annuelle, -totaux annuels des précipitations, -écart annuel à la moyenne annuelle, - Nombre des années, décennies excédentaires et déficitaires, -coefficient de variation annuelle Spatiale Répartition des pluies -variabilité des saisons de culture, -fréquence des séquences sèches/humides - fréquence des inondations Effets sur les activités agricoles -durée de la saison de culture, -cycle végétatif des cultures, -Production et rendements des cultures -fréquence d’envahissement des herbes et ennemies de culture, -nombre d’hectare des champs détruits -fréquence des famines et maladies - Coefficient de variation des rendements Source : Auteur, 2022
  • 28. 15 Adaptation : De nombreux auteurs ont avancé différentes définitions de l’adaptation au changement climatique. Pour le GIEC c’est : « l’ajustement des systèmes naturels ou humains en réponse à des stimuli climatiques ou à leurs effets, afin d’atténuer les effets néfastes ou d’exploiter les opportunités bénéfiques ». Ainsi, GIEC (2007) et PNUD (2005) distinguent plusieurs types d’adaptations ; chaque type dépendant des moyens dont disposent les populations : - Adaptation anticipative : elle consiste à mettre sur pied des moyens qui s’imposent avant que les impacts ne se fassent sentir dans le but de minimiser les effets néfastes du climat. - Adaptation réactive : conçue et mise en œuvre en réponse aux impacts initiaux - L'adaptation autonome est l'utilisation des connaissances et des techniques actuelles déjà disponibles pour répondre aux changements climatiques qui se produisent déjà - Adaptation planifiée : résulte d’une décision politique délibérée, basée sur une prise de conscience des changements en cours et à venir. Dans la même logique, Watson et al, (1996), soutiennent que : « L’adaptabilité fait référence à la mesure dans laquelle des ajustements sont possibles dans les pratiques, les processus ou les structures des systèmes aux changements prévus ou réels du climat. L’adaptation peut être spontanée ou planifiée et peut être effectuée en réponse ou en prévision d’un changement de condition. Pour Smitet al, (2000) : « L’adaptation implique des ajustements pour améliorer la viabilité des activités sociales et économiques et pour réduire leur vulnérabilité au climat, y compris sa variabilité actuelle et les événements extrêmes ainsi que le changement climatique à plus long terme ». Pour Ogouwalé (2006), l’adaptation serait une des solutions qui permettrait à la communauté humaine de réduire les impacts des changements climatiques annoncés. De manière plus orienté, l’adaptation est selon FAO (2011) et PNUD (2008), c’est une réaction paysanne à travers l’agriculture qui se fait en ajustant les techniques voir les habitudes de production en réponse à la variation du climat afin d’atténuer les dommages causés par ce phénomène. Il ressort de l’analyse de tous ces auteurs que l’adaptation se réfère à des ajustements dans un système en réponse à un stimulus climatique dont les formes peuvent êtres diverses selon les endroits, les moments et le type d’évènement. C’est ainsi que Ramade (2008), définira les stratégies adaptatives comme une caractéristique propre au type d’adaptation d’une population ou d’une communauté vivant à des conditions environnementales particulières.
  • 29. 16 Tableau 2: Opérationnalisation du concept adaptation paysanne CONCEPT DIMENSIONS COMPOSANTES INDICATEURS Adaptation paysanne Anticipative Socio- économique/culturelle -nombre d’agriculteur ayant une activité secondaire, -type d’activité secondaire exercée, -nombre de paysans ayant ajusté le calendrier, -nombre de paysan ayant reçus des entraides et assistances sociales Réactive/Autonome Traditionnel -nombre d’agriculteurs ayant utilisés les savoirs pour ajuster les changements, - types de techniques traditionnelles en réponses aux maladies fongiques et à l’envahissement des mauvaises herbes, Innovantes -nombre d’agriculteurs pratiquant l’irrigation/drainage/maraichage -nombre de paysans ayant utilisés les engrais, insecticides, -nombre d’agriculteurs ayant utilisé les variétés à cycle court/longue, Planifiée Appuie des pouvoirs publics -type d’aide reçu, -nombre de paysans ayant bénéficié des aides de l’Etat, -nombre de projets réalisés par l’Etat, -le niveau d’appréciation des aides reçus par l’Etat (efficacité/quantité/qualité), ONG et communautés locales - type d’aide reçu des ONG, -nombre de paysans ou associations villageoises ayant bénéficié des aides des ONG, -nombre des ONG exerçant, Source : Auteur, 2022 IX. CADRE GENERAL DE LA RECHERCHE Dans le cadre ce travail, la démarche méthodologique générale que nous avons adoptée est inductive fondée sur la mobilisation plusieurs techniques de collecte des données. Pour pouvoir établir le lien entre la variabilité pluviométriques et les rendements agricoles dans le Mayo Dallah, nous avons mobilisé plusieurs méthodologies qui reposent sur les données pluviométriques couvrant la période de 1990 à 2021, les données socio-économiques et les données des rendements agricoles.
  • 30. 17 1. Présentation de la zone d’étude Le Département de Mayo Dallah est situé dans la zone intertropicale approximativement entre les coordonnées 8°57’ à 10°15’ de latitude Nord et 15°05’ à 15°58’ de longitude Est. Il couvre une superficie d’environ 4.069 Km² et se situe à une altitude de 388.81 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il est situé dans la zone agro-écologique soudanienne du Tchad. Il a une population de 198. 000 habitants et l’agriculture en particulier les cultures vivrières occupent une proportion importante de la population. Il est limité au Nord par le Département de Mont Il li (MKE), au Sud par le Département de Gagal, à l’Est par le Département de la Kabbia (MKE) et le Département la Tandjilé Ouest et à l’Ouest par le Département de Lac de Léré (MKO), Département de El-Ouaya (Lagon) et celui du Mayo-Rey (Cameroun) figure(1). Figure 1: De localisation de Mayo-Dallah
  • 31. 18 1.1- Le milieu physique favorable aux cultures vivrières Il s’agit ici des éléments du milieu physique qui favorisent l’essor des activités agricoles à savoir : le climat, les sols, l’hydrographie et la végétation. 1.1.1 - Climat favorable aux cultures vivrières Le Département du Mayo Dallah est caractérisé par un climat tropical à deux saisons bien constatées : une saison pluvieuse qui s’étale de 6-7 mois (d’Avril à Octobre) marquée par la pratique intense des activités agricoles et une saison sèche qui dure 4-6 mois (Novembre à Mars) (cf. la figure ci-dessous 2). La pluviosité connait un rythme très irrégulier dans le temps et dans l’espace et ne présente pas un schéma bien défini et dépend en général des fluctuations du Front intertropical (FIT). La hauteur moyenne des pluies est 1000 mm par an. Cette hauteur pluviométrique annuelle oscille entre 800 mm à 1200 mm. Les températures sont constamment élevées tout au long de l’année avec des maximas qui dépassent 40° et les minimas qui se situent au-delà de 25°. Relativement aux données pluviométriques et thermiques, est donc un climat chaud et pluvieux et donc, favorable aux cultures vivrières dont les germinations active nécessitent une température allant de 10 °C et au moins 18 °C pour leurs floraison (memento, 2009). La figure ci-dessous présente le diagramme Ombrothermique de Mayo Dallah de l’année 1996. Figure 2: Diagramme Ombrothermique de l'année 1996 Source : DREM, NASA 2022 0,00 25,00 50,00 75,00 100,00 125,00 150,00 0,00 50,00 100,00 150,00 200,00 250,00 300,00 350,00 Température en ° C Pluviometrie en mm Mois Précipitation (mm) Temperature (°c)
  • 32. 19 1.1.2 - Sols favorables aux cultures vivrières On rencontre plusieurs types des sols dans le Département de Mayo Dallah à savoir : - Les sols ferralitiques : adaptés aux cultures de coton, arachide, mil en mélange avec les légumineuses, mais qui exigent de longues jachères (5 à 8ans), que le surpeuplement dans certaines zones ne permet pas ; - Les sols sableux ou sont cultivés en rotation, le coton, le sorgho et les repousses de sorgho en association avec l’arachide ou le haricot, - Les sols argilo-sableux : exploités de temps à autre en culture de berbère. La planche ci-dessous présente deux types de sols qu’on rencontre dans le Mayo Dallah. Planche 1: les différents types de sols dans le Mayo Dallah Crédit photo : Brice Wayang, 2021 Cette planche nous présente deux types des sols qu’on rencontre dans le Mayo Dallah. La photo 1 nous montre un sol sableux sur lequel on pratique plus l’arachide, le pénicillaire ou le coton, on l’utilise aussi pour cultiver le maïs mais avec un apport considérable en matière d’engrais. La photo 2, nous montre un sol argileux sableux favorable à toutes les cultures mais utilisé beaucoup plus pour la culture du mil ou le sorgho. 1.1.3 - La végétation favorable aux cultures vivrières mais menacé Du type soudanien, elle est caractérisée par une formation végétale allant de la savane arbustive à la forêt claire. Les espèces emblématiques rencontrées sont le Tamarindus indica, le Khaya senegalensis, l’Isoberlinia doka, le Vittellaria paradoxa, le Borassus aethiopium. Deux grandes zones reconnues pour leurs richesses sont classées patrimoines nationaux (figure3). 1 2
  • 33. 20 - Forêt classée de Yamba Berté ; - Parc national de Séna Oura. La prédominance de formations végétales ligneuses mixtes (arborée et arbustive) et de formation herbacée offrent plusieurs services éco-systémiques. Mais malheureusement, ces formations sont toutes menacées par les exploitions industrielles, anarchique des ressources minières, les effets de l'agriculture intensive (défrichement des forets, feu de brousse,…). Figure 3: Végétation de Mayo Dallah 1.1.4 - Hydrographie aux atouts contraignants Le réseau hydrographique du Département de Mayo Dallah se résume à deux principaux cours d’eau : le Mayo-Dallah et le Mayo Sina (figure3). Ces deux cours d’eau le traversent du Sud à l’ouest et jettent dans le Mayo-Kebbi qui se trouve dans le Département de lac de Léré.
  • 34. 21 Le Mayo Dallah qui serpente presque la majeure partie de la zone, est un cours d’eau à régime temporaire avec un écoulement qui commence avec le début de la saison pluvieuse et prend fin vers janvier et février. Pour cela, il ne permet pas la pratique de l’agriculture de contre saison. Le Mayo Sina par contre est alimenté par des petits d’eau (Zamadjion, Zatechep, Semaganion….), a un régime permanant avec des fortes variations interannuelles des débits. Les étiages peuvent être très faibles en saison sèche, ce qui gêne le développement des cultures irriguées. Bref, La dépendance de ce réseau hydrographique des fluctuations saisonnières des précipitations réduit les opportunités de pèche, du pastoralisme et de maraichage en saison sèche. Figure 4: Réseau hydrographique du Département de Mayo Dallah 1.2 - Le milieu humain influençant les cultures vivrières Le Mayo Dallah est l’un des départements le plus peuplé soit 59,3% de la population totale de la province du Mayo-Kebbi Ouest selon le récemment général de la population de 2009. Cette population est trop jeune (51,2% a moins de 15ans) et à dominance féminine (51,6%
  • 35. 22 de femmes), avec un taux d’accroissement de 3,9 habitants (RGPH2). La majeure partie de la population est analphabète (50,69%) dont un grande partie est constituée de femmes. la figure 5 ci-dessous présente la répartition de la population selon le sexe et le niveau. L’on y rencontre plusieurs ethnies à savoir : les Moundang, Ngambaye, Lamé/Pévé et Zimé/Kado/Karo, les Mousseye, les Toupouris, les Foulbé, Baynawa. A ces groupes, il faut aussi ajouter les populations venues du Nord qui se sont sédentarisées dans la région, principalement des commerçants et des éléveurs : arabes, bornouans, les hadjarai et autres. Quant aux branches d’activité, le grand groupe « agriculture, élevage, sylviculture et pêche » est le principal grand groupe qui rassemble plus de huit actifs occupés sur dix (81,9%). Les principales espèces cultivées sous pluies sont les céréales (sorgho, maïs, pénicillaire), des plantes oléifères (arachide, sésame), des plantes textiles (le coton) et des légumineuses (niébés). La taille moyenne des exploitations agricoles sous pluies est de 2ha pour un actif agricole. Figure 5: répartition de la population selon le sexe et le niveau d’instruction dans le Mayo Dallah Source : Monographie du Mayo kebbi Ouest, 2019 2. Méthodologie 2.1 - Collecte des données Les connaissances scientifiques se distinguent des connaissances quotidiennes par la rigueur des règles méthodologiques à appliquer lors du processus de formalisation (Mongbo et al. 1992). Ainsi, notre démarche repose sur la triangulation, qui consiste à mettre ensemble les techniques de collectes de données quantitatives et qualitatives dans le but de faire une recherche de qualité, plus riche et quasi-complète. De ce fait, il a été jugé nécessaire d’associer 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 Sans niveau Primaire Secondaire Supérieur Pourcentage (%) homme femme
  • 36. 23 aux questionnaires, les observations et entretiens. Ensuite, la méthode se base sur l’approche inductive, car cette dernière ne permet pas seulement de formuler les hypothèses, mais aussi de les confirmer ou d’infirmer. 2.1.1 - Les données secondaires La collecte des données secondaires comprend l’analyse des différents documents. Elles ont permis d’élaborer l’état de la question et appréhender les concepts issus de la thématique. Il s’agit de : 2.1.1.1 - Analyse documentaire 2.1.1.2 - Analyse des documents administratifs Cette analyse à consister à la consultation des archives administratifs de la Préfecture du Mayo Dallah et des rapports d’activités des principales institutions impliquées dans l’agriculture à savoir, l’Agence Nationale d’Appui au Développement Rural (Antenne ANADER du Sud-Ouest) et La Direction Départementale de la Statistique Agricole. Ces documents ont consultés pour comprendre le fonctionnement de ces institutions et la mise en œuvre de leurs actions et de déceler certaines failles dans la gestion des différents campagnes agricoles. 2.1.1.3 - Analyses des ouvrages spécialisées Nous avons également consultés les ouvrages publiés (livres et revues) et ouvrages inédits comprenant des mémoires et thèses pour étayer les arguments. Ils ont été collectés dans les bibliothèques de la Faculté des Lettres et Sciences Humains (FLSH) de l’université de Dschang, à la bibliothèque du CEREHT (Centre de Recherche sur les Hautes Terres) et à la bibliothèque de la Faculté d’Agronomie et Sciences Agricoles de l’Université de Dschang. Un bon nombre des sites web ont été également consultés en ligne pour plus de littérature scientifique sur les implications de la variabilité climatique sur les moyens de subsistances et les stratégies d’adaptations. 2.1.1.4 - Les données pluviométriques Pour pouvoir apprécier la variabilité interannuelles et son influence sur les activités agricoles, nous avons eu recours aux données climatiques. Les données pluviométriques ont été fournies par la Direction des Ressources en Eau et de la Météorologie (DREM) de 1990-2013 et par les archives pluviométriques du sous-secteur de l’ANADER de Pala de 2014-2021. En plus des donnés pluviométriques les services d’ANADER de l’Antenne Sud-Ouest (Bongor) nous ont également fournies les données des rendements des cultures vivrières de la période de
  • 37. 24 2005 à 2021 soit 17 ans. En fin, l’absence des données de température nous a conduits à faire recours à leur téléchargement sur le site web de la NASA (1990-2021) pour nous permettre de comprendre le rôle cruciale que joue la température sur les rendements agricoles. D’abord l’exploitation des documents comme : les rapports des Organisations et des Organes internationales (Banque mondiale, FAO, GIEC, Agence Nationale de la Météorologue), les articles, les publications et la consultation des anciens mémoires dans les bibliothèques de la Faculté des Lettres et Sciences Humains (FLSH) de l’université de Dschang, à la bibliothèque du CEREHT (Centre de Recherche sur les Hautes Terres). En suis, le moteur de recherche Google nous a permis à la consultation des mémoires et thèses en ligne. Le Secrétaire Générale du Préfet du Département de Mayo-Dallah, le Contrôleur de statistique Agricole dudit Département ont mis à la disposition de cette étude certaines informations primordiales. 2.1.2 - Collecte des données primaires Il s’agit des données que nous avions collectées sur le terrain lors de nos séjours dans notre zone d’étude. Ces données ont été collectées par plusieurs techniques. 2.1.2.1 - Observations directes L’observation (directe non structurée) sur le terrain dans ce travail était importante pour relier la réponse des agriculteurs à l’état réel des opérations culturales, de leur condition de vie et de l’état des infracteurs des institutions en charge de l’agriculture. Les observations ont réalisées pendant deux jours dans deux quartiers de la commune de Pala, avant l’administration des questionnaires. Ces observations d’une durée de 5 heures du temps chacune nous ont conduites dans les champs, au niveau des différents points d’eau, dans les structures ….etc. et nous ont permis de saisir les réalités de notre zone d’étude. Notons également l’usage des appareils photos pour les prises de vues dans le cadre de ce travail. 2.1.2.2 - Entretiens avec les personnes ressources Pour collecter certaines informations afin d’approfondir notre compréhension du problème de notre recherche, les entretiens ont été conduits auprès des personnes ressources et des acteurs impliquées dans le développement agricole à divers niveau comme illustre le tableau ci-dessus 4. Ainsi, différents acteurs ont font l’objet des séances d’entretiens individuels afin d’avoir au final des arguments explicatifs dans le cadre de ce travail. A cet égard, nous nous sommes entretenus avec les personnes suivantes :
  • 38. 25 Tableau 3: Catégorie des personnes enquêtées Catégorie de personnes Nombres Village /commune Chef de canton 1 Erdé Chef de village 5 Erdé, Pala houa, Gounday, Doutlap, Badouang Chef secteur ANADER 1 Pala Formateur ANADER 1 Pala Contrôleur de statistique agricole 1 Pala Total 9 6 Source : Enquête de terrain, 2022 2.1.2.3 - Administration de questionnaires Le questionnaire est un outil de collecte des données à partir duquel les enquêtés sont priés de répondre à une série de questions biens structurées comportant des question fermées et ouvertes ensuite ordonnées et portant sur les caractéristiques socio-économiques du chef de ménage, sur la perception de la variabilité pluviométrique et les stratégies d’adaptation mises en place. (Joint à l’annexe 1). Au totale, 120 questionnaires ont été administrés à des chefs des ménages ou toute personne résident dans la concession susceptible de nous fournir des informations, sélectionnées dans les villages choisis. Le nombre des questionnaires administrés dans chaque village n’étant pas disproportionnelle à cause de l’indisponible des certains chefs de villages comme présenté dans le tableau 3.
  • 39. 26 Tableau 4: Nombre des enquêtes par villages Source : Enquête de terrain, 2022 2.1.2.4 - Les critères de choix L’échantillon des villages d’enquêtes a été construit en tenant compte de plusieurs critères : le découpage administratif, l’insécurité alimentaire, l’âge, la durée d’exercice de l’activité agricole et le nombre d’hectare de champs disposés par agriculture. - Sur le plan administratif, le Tchad compte 4 niveaux découpage (Département, sous- préfecture, canton, village), dont la première unité est le Département et la plus petite est le village. Ainsi, trois (3) sous-préfectures et cinq (5) villages ont servi de cadre pour la collecte des données. Les villages retenus ont été sélectionnés sur la base de la disponibilité du potentiel maraicher d’une part et d’autre part par la récurrence de l’insécurité des certains villages aux conditions physiques difficiles. Cf. le tableau (3) pour la répartition. - Le choix des personnes enquêtées est fait sur la base de la durée dans l’activité agricole. Ainsi, des éleveurs et agro-éleveurs ayant exercé l’activité agricole pendant au moins 10 ans ensuite cultivant au moins une culture vivrière. En fin, ces derniers ont été sélectionnés sur la base du nombre d’hectare de parcelles disposées. En effet, les agriculteurs pris en compte sont ceux ayant au moins 2 hectares de terres, car ceux disposant moins de 2 hectare ne subissent pas les mêmes les effets induit par la variabilité pluviométrique, les effets sont moins pressentis. Sous-préfectures Nom du village Nombre de questionnaire Pala-rural Erdé 35 Pala ouwa 25 Torrock Goundaye 20 Lamé Doutlap 10 Badouang 30 Totale 5 villages Questionnaires
  • 40. 27 2.1.2.5 - La taille de l’échantillon L’univers de l’échantillon est l’ensemble des ménages des villages qui ont été sélectionnées de manière aléatoire dans les différentes sous-préfectures. Ainsi sur la base du questionnaire, au totale 120 ménages agricoles ont été enquêtés. 2.2 - Traitement et Analyse des données Les outils et méthodes utilisés pour le traitement sont fonction de la nature même de ces données. Ces dernières ont nécessité chacune des logiciels et méthodes appropriées quant à leur traitement analyse. 2.2.1 - Traitement et Analyse des données qualitatives Les données primaires des questionnaires, des guides d’entretiens structurés et semi- structurés ont été organisées, codées, traitées et analyser à l’aide des méthodes qualitatives et quantitatives. Le logiciel ATLAS.TI nous a permis à la retranscription des audio enregistrés lors des entretiens, le logiciel SPSS version 21 nous a permis le codage des questionnaires et de leurs analyses (statistiques descriptives). Les résultats sont présentés sous forme de graphique, des tableaux. Ensuite certains tableaux des résultats générés par le logiciel SPSS ont été importés vers le logiciel Excel Microsoft pour la réalisation des graphiques. 2.2.2 -Traitement et Analyse des données quantitatives Pour saisir la variabilité pluviométrique dans notre zone d’étude, nous avons soumis nos données au traitement statistique. Les données quantitatives (pluviométrie, température et rendements) dans le cadre de ce travail ont été traitées et analysées grâce au logiciel Excel Microsoft. Les méthodes de description classiques (tendance centrale et dispersion) présentés dans les lignes suivantes ont été utilisées. - La moyenne arithmétique : est le paramètre fondamental de tendance centrale qui été calculée sur la période 1990 à 2021. Elle s’exprime de la façon suivante : - L’écart type noté (∂) permet d’évaluer la dispersion autour de la moyenne « normale ». Elle se détermine par le calcul de la racine carrée de la variance : (x) = √𝒗 . L’écart type est par excellent l’indicateur de la variabilité pluviométrique. Plus il est grand, plus la dispersion des observations autour de la moyenne est importante. Le calcul de l’écart type permet aussi de standardiser les données (annuelles) pour obtenir les Anomalies Centrées Réduites(ACR) appelées aussi IPS (indice de pluviométrie Standardisée). Les ACR sont nécessaires pour définir la définition de l’allure de la pluviométrie.
  • 41. 28 L’indice de Nicholson qui est utilisé pour mieux étudier la variabilité pluviométrique et de mettre en évidence les années sèches et les années humides. Encore appelé indice centré des réduit, ou indice standardisé des précipitations, il est obtenu en faisant le rapport entre l’écart à la moyenne et l’écart-type des hauteurs pluviométriques annuelles. Il s’écrit de la manière suivante : i X Xi IPA    Où IPA = indice de pluie de l’année considérée ; Xi = hauteur de pluie de l’année considérée ; X = moyenne inter annuelle ;  = écart-type des pluies annuelles. Les valeurs positives traduisent des excédentaires pluviométriques tandis que les valeurs négatives indiquent les déficits pluviométriques. Le choix de cet indice tient au fait compte qu’il est recommandé par l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM, 2012). Tableau 5: Classification du SPI Classe du SPI Degré de la sècheresse SPI > 2 Humidité extrême 1<SPI < 2 Humidité forte 0 <SPI < 1 Humidité modérée -1 < SPI < 0 Sècheresse modérée -2 <SPI < -1 Sècheresse forte SPI < -2 Sècheresse extrême Source : Organisation Météorologique Mondiale (2012). - Le coefficient de variation (CV) mensuelle ou annuelle est le rapport entre l’écart-type d’un mois ou d’une année donnée sur la moyenne de ce mois ou année. Le cv élevé traduit une forte variabilité des évènements alors qu’un faible coefficient indique des irrégularités. Cv = 100 * 𝝏 𝒙𝒊
  • 42. 29 - Pour déterminer les périodes humides (saison de pluie) et les périodes sèches (saison sèche), c’est la courbe Ombrothermique de Gaussen et Bougnouls définie par la formule P= 2T. P désignant ici les précipitations et T la température. - Le logiciel Arc GIS 10.8 a permis le traitement d’images cartographique et satellites qui ont été téléchargés via Google Earth Explorer. En fin, le test de corrélation de Pearson nous permet de déterminer la relation entre les éléments du climat (température et précipitation) et la production de maïs, sorgho, arachide, niébé et arachide. Ce test nous permet également de déterminer aussi la force du lien. D’après, Stern et al, (2006), la relation entre X et Y est : parfaite si r = 1 ; très forte si r > 0,8 ; forte si r se situe entre 0,5 et 0,8 ; d’intensité moyenne si r se situe entre 0,2 et 0,5 ; faible si r se situe entre 0 et 0,2 et nulle si r = 0. 3. Limites de la recherche La réalisation de ce travail de recherche a été le fruit d’un dur labeur. Nous voulons présenter ici les insuffisances qui du moins n’entachent pas la qualité des résultats obtenus. D’abord, le manque des données pluviométriques journalières et décadaires qui pourraient mieux servi pour une meilleure explication des effets de la variabilité des pluies sur les cultures vivrières et celui sur les besoins en eau et de température des certaines cultures en fonction de stade de croissance, constituent une limite pour cette étude. A cela s’ajoute le manque des données de rendements agricoles dû à un mauvais archivage par les services de l’ANADER en place, nous obligeant ainsi à faire recours au siège du service d’ANADER de Bongor qui nous ont fourni les données sur la moitié de notre période d’étude choisi, après plus deux semaines d’attentes. Ensuite, La délivrance de l’autorisation de recherche par les autorités en place à trainé pendant deux semaines également et à jouer sur notre planning du déroulement des enquêtes. En fin, le déplacement dans les différents villages ont induit des couts énormes car, il nous fallait une moto pour les parcourir sans oublier les pannes répétitives dues au mauvais état des routes.
  • 43. 30 X. SYNOPTIQUE DE RECHERCHE Le processus de notre travail de recherche se résume comme suite : Tableau 6: Matrice synthétique de la démarche recherche Questions Objectifs Hypothèses Méthodologie Questions principale Objectifs principal Hypothèse principale Collecte de données Les stratégies d’adaptations développées par les paysans permettent-elles de faire face aux fluctuations des rendements provoqués par la variabilité pluviométrique le Mayo Dallah ? d’analyser les stratégies d’adaptation des paysans face aux effets de la variabilité pluviométriques sur les rendements agricoles. La modification des régimes pluviométriques a des effets néfastes sur les activités agricoles. Approche hypothético-déductive - Questionnaire - Entretiens - Observations Question spécifique (QS1) : Objectif spécifique (OS1) Hypothèse spécifique (HS1) Méthodes et traitements Quel est l’état des lieux des pratiques agraires dans le Département de Mayo Dallah ? Dresser un état des lieux des pratiques agraires dans le Département de Mayo Dallah ? Les pratiques agraires dans le Département ne garantissent pas une bonne production agricole Méthode - Analyse de tendances centrales - Indice de Nicholson - Spi (indice de standardisé de précipitations) - Indice Gaussen - Teste de corrélation de Pearson
  • 44. 31 QS2 : OS2 : HS2 : Traitement : - SPSS - EXCEL - WORD Quelles sont les tendances de l’évolution de la pluviométrique dans le Département de Mayo Dallah ? Analyser les tendances de l’évolution de la pluviométrique (annuelle ; saisonnière, mensuelle, les anomalies etc…) ; La variabilité pluviométrique dans le Département de Mayo Dallah est marquée répartition par des variations interannuelles, mensuelles et saisonnière des précipitations mais aussi des températures ; QS2 OS3 : HS3 : Quelles sont les effets de cette variation pluviométrique sur les rendements agricoles ? Analyser les effets de la variabilité pluviométrique sur les rendements des cultures vivrières ; la variabilité pluviométrique impacte les productions agricoles et exposent la population à la famine QS4 : OS4 : HS4 : Quelles sont les stratégies mobilisées par les agriculteurs pour y faire face ? Répertoriez les stratégies d’adaptations mobilisées par les agriculteurs pour atténuer effets induits par la variabilité pluviométrique. Les adaptations mises sur pied par les agriculteurs sont insuffisantes pour atténuer les effets de la variabilité pluviométrique sur les cultures vivrières ; Source : Auteur, 2022
  • 45. 32 CHAPITRE 2 : CARACTERISATION DES PRATIQUES AGRAIRES DANS LE MAYO DALLAH Situé dans la partie Sud-ouest Tchadienne et plus précisément dans la zone soudanienne dite ‘‘Tchad utile’’ (Baohoutou, 2007), le Département de Mayo Dallah est une zone dont l’économie est essentiellement agricole avec une large part accordée aux cultures vivrières (maïs, sorgho, arachide, le mil, le sésame), aux oléagineux (arachide) et aux légumineuses (le haricot ou niébé et les courges). L’agriculture industrielle porte essentiellement sur le coton avec l’implantation de l’usine d’égrenage ‘‘COTON TCHAD ’’. L’agriculture dans cette zone emploie plus de 80% de la population. Doté d’un certain nombre de facteurs favorables pour son développement économique à savoir un climat favorable (une pluviométrie varie entre 1000 à 1200mm), une végétation variée et des sols généralement propices à toutes les variétés de cultures. L’agriculture dans cette localité se pratique, pour l’essentielle à un niveau familiale, avec des moyens techniques rudimentaires. Le présent chapitre présente l’état des lieux des pratiques agraires dans le Département de Mayo Dallah notamment le paysage agraire, les types de cultures, les techniques culturales et pratiques culturales, les moyens utilisés, la main d’œuvre employée et les acteurs impliqués. I. PRESENTATION DU PAYSAGE AGRAIRE ET DU SYSTEME AGRICOLE L’espace agraire dans la zone soudanienne en générale, et dans le Mayo Dallah en particulier, est modelé par l’homme à travers ses actions au fil du temps. L’habitat soit isolé ou groupé est l’élément le plus visible élaboré suivant une structure qui diffère d’une ethnie à une autre. L’organisation de cet espace s’établie en fonction des objectifs, des usages et selon les activités en présence. L’exploitation du milieu à travers l’agriculture, la pèche ou la cueillette, l’exploitation du bois s’exerce sur des espaces différentes et en fonction des saisons. L’espace cultivé est constitué des champs ouverts et des jachères de courtes durées. Les modalités d’accès à ces terres sont définies par le chef de terre et repose sur les principes de gestion collective. Par contre, dans les villages à forte pression anthropique ou la terre devient un bien rare, le statut des espaces cultivés est passé de statut collectif à un domaine individuel (Reoungal, 2018). Seul, le domaine forestier appelé brousse représente à la fois un réserve agricole et de bois, un endroit de chasse ou de
  • 46. 33 cueillette par la communauté villageoise. Notons également que l’augmentation de la densité de l’occupation de l’espace et le caractère extensif des activités agricoles et pastorales de ces dernières décennies ne permettent plus de perpétrer une agriculture sur brûlis dans certains villages. Le système agricole par contre est extensif et repose principalement sur l’agriculture pluviale et très diversifiée. Mais la production agricole est dominée ses dernières années par l’arachide et le maïs. La crise de la filière coton ayant affecté la rotation des cultures qui devient sésame /mil pénicillaire-sorgho blanc/maïs –arachide. Le maïs demeure la céréale le plus appréciée, cultivée non seulement en jardin de case mais aussi jusqu’à 2hectares de surface loin du village. Notons également que l’élevage est très peu représenté dans le système agricole bien que quelques agriculteurs disposent de quelques têtes de bœufs d’attelage et des petits ruminants. II. DES ACTIVITES DOMINEES PAR LES CEREALES, OLEAGINEUX ET LES TUBERCULES Dans le Mayo Dallah, les cultures vivrières sont diverses et pratiquées par l’ensemble de la population. Elles sont constituées à dominance par les céréales, les oléagineux, les légumes et les tubercules. (Baohoutou, 2007). 1. Les céréales, base de l’alimentation des paysans Elles regroupent : Le sorgo qui constitue la base de l’alimentation de la population. On rencontre dans cette localité les deux variétés de sorgho à savoir le sorgho blanc, le sorgho rouge (Sorghum elegans ou membracecum) dont les cycles varient de l’extra précoce au tardif (100-150) qui constituent la principale source d’alimentation des populations, aussi bien par sa quantité produite annuellement que par sa proportion dans les repas quotidiens. Elles sont aussi employées en grande partie dans la préparation d’une boisson locale appelée ‘‘bili-bili’’. Le mil pénicillaire, appelé aussi petit mil qui joue également un rôle important dans l’alimentation. Ils sont cultivés sur des sols pauvres ou sablonneux. Le maïs occupe la 3e place après le mil et le sorgho des céréales les plus cultivées dans le Mayo Dallah. La quasi-totalité de cette production est constituée par des variétés locales, majoritairement à grains blancs. Il est trop sensible à la fertilité et ainsi sans les apports d’engrais organiques ou minéraux sur le sol appauvris, il est difficile d’obtenir de rendements satisfaisants. Il n’est cultivé généralement que sur les champs de case ou sur les champs de
  • 47. 34 brousse ayant reçu de la fumure organique ou de l’engrais minéral. Sa culture hors des champs de case est donc rarement le fait des petits paysans pauvres. La production est souvent destinée à une autoconsommation des épis en frais (bouillies ou grillées) ou à être vendue également en épis frais (Reoungal, 2018). Ainsi, par moment les ONG et l’Etat à travers ANADER procèdent à la distribution variétés de semences de maïs aux cultivateurs de la localité pour leur permettre de riposter contre les caprices des pluies. Mais malheureusement les quantités sont toujours en dessous des attentes des paysans. En fin, la culture du riz est moins développée à cause du manque d’eau en quantité suffisante dans certains endroits. Il est le plus souvent utilisé comme une alternative en cas d’inondation des champs. 2. Les oléagineux : des cultures vivrières aux cultures de rentes Ce groupe est composé d’arachide et du sésame. La culture d’arachide dans Le Département de Mayo Dallah tient une place importante et fait de cette localité l’un des grands producteurs d’arachide du Tchad. Avec la crise cotonnière et du débouché de vente vers le Cameroun de ces dernières années, elle est devenue comme le coton l'une des principales cultures vivrières marchandes pour l'ensemble des agriculteurs (Reoungal, 2018). Elle est traditionnellement cultivée par les femmes. Dans chaque ménage une femme a droit à un hectare pour cultiver l’arachide soit en culture associée avec pénicillaire soit uniquement sur des petites parcelles isolées. La fonction de vivrier marchand de l'arachide est assez marquée dans le Département. L’arachide cultivée peut-être en culture pure ou en association avec le mil pénicillaire ou le sorgho. Les cycles végétatifs varient d’une variété à une autre. Ce cycle peut aller à 90-120 jours. Suite aux péjorations pluviométriques, La variété améliorée à cycle court (90 jours) est la plus recherchée par les agriculteurs. L’arachide produite est exportée vers les centres urbains et vers les pays voisins comme le Cameroun et le Nigeria. Le sésame par contre, est cultivé beaucoup plus pour les besoins de consommation interne des exploitations agricoles, soit en culture pure ou soit en association avec d’autres cultures. Tout comme l’arachide, elle est devenue en ces dernières années une filière très porteuse pour les agricultures du Mayo Dallah. Aux cultures vivrières s’ajoutent les oléagineux : le niébé appelé souvent le haricot, les courges, concombres qui sont cultivés en association avec les céréales et tiennent une place importante dans les consommations des ménages.