Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
Conception et présentation:
Smaïl GRIM
Il aura 102 ans au mois de mai
Culture et Santé
présente
Bon anniversaire Poète!
Le 3 mai prochain, Georges-Emmanuel Clancier aura cent deux ans. Né à Limoges,
au début de la Première Guerre mondiale, il...
Georges-Emmanuel Clancier est l'auteur d'une œuvre abondante, notamment
en poésie, mais aussi en nouvelles et en contes, q...
Ecrivain et poète français, Georges-Emmanuel Clancier naît en 1914 dans une
famille issue, du côté paternel, d'artisans de...
-Le paysan céleste
-La fabrique du roi
-Les drapeaux de la ville
 Mmm -Les incertains
 - Vive fut l’aventure:poèsie
 - ...
L'Enfant double : Voici le roman vrai d'une enfance retrouvée
dans toute sa grâce et dans toute sa fraîcheur : l'enfance d...
Collégien épris de légendes médiévales, puis bachelier et amoureux transi,
apprenti philosophe, enfin poète et écrivain en...
Dans la France du XIXe siècle, il y a
les maîtres et ceux qui les servent
pour une vie de misère, qu'ils soient
valets, do...
Présentation:
L'histoire commence peu après la guerre de 1870 en Limousin. Cathie
Charron est " une grande qui gagne son p...
Extrait:
Aubin allait maintenant à l’école, c’était à Catherine de le remplacer pour garder les cochons. Ils
sortaient de ...
Extrait :
(Francet, l'un des frères de Catherine, s'étant fait une mauvaise blessure à la
jambe, ses parent s'en sont allé...
La mère se mit à pleurer, elle aussi sans bruit. Quel méchant homme !
Instinctivement, Catherine chercha autour d'elle un ...
Il sortit accompagné du père. La mère s'affala sur la table, elle releva la tête
lorsqu'elle sentit une petite main sur so...
Auteur d'une œuvre considérable, dont le fameux Pain
noir, Georges-Emmanuel Clancier se penche dans Le
le temps d'apprendr...
Deux sources alimentent la poésie de Georges-Emmanuel Clancier : celle du poète
bucolique enfant amoureux de la beauté du ...
Le siècle et l'espace
Vaste corps, au tum…. apaisé. Un chahut
Non……. et charnel de dômes et de combes, lymphatique
Gorge, ...
Ton regard était une ro… blanche chemin
Qui toucha mon front.
Puis je me déta…. . déliai
D'elle, comme on déla…. les vrais...
Pourquoi m’avoir donné les aur…. perdues et les cris ? aubes
Les matins des souvenirs pare….. nonchalants
Et tous les poin...
- Tu m’as appris la nai…… du monde dans un visage la venue au monde
qui se dessine, dans une chair qui se découvre, dans u...
Un homme et une femme sont passés.
Il est des villes un torrent les mine, le ciel sur elles est une la.. , coule d’un volc...
Le mo… , ville sans fin qui porte la nuit, l’univers
Et par ses rues je vais, à peine soulevé,
Supplié par quelque vieux r...
L’étoile était dans la neige et le feu,
L’œil et le silence, le chevr…. et la feuille. cervidé
Ouvrir la main, c’était off...
Un escalier fantôme tourne
qui monte lentement en moi,
il m’aura choisi pour demeure
depuis que d’autres l’ont détruit.
Sa...
Quand fredonne en mon sang
le froissement des arbres
cependant que je cherche
au plus profond enfouie
l’image d’un amour
e...
Cela commence à la fin d’un monde
au dernier printemps d’un monde qui va mourir.
Cela surgit dans une apocalypse
où les gu...
Georges Emmanuel Clancier
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Georges Emmanuel Clancier

1 311 vues

Publié le

Découvrez l'auteur Georges Emmanuel Clancier

Publié dans : Art & Photos
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Georges Emmanuel Clancier

  1. 1. Conception et présentation: Smaïl GRIM Il aura 102 ans au mois de mai Culture et Santé présente Bon anniversaire Poète!
  2. 2. Le 3 mai prochain, Georges-Emmanuel Clancier aura cent deux ans. Né à Limoges, au début de la Première Guerre mondiale, il est issu d’une famille de sabotiers, de métayers et d’artisans porcelainiers. Pour le grand public, il est surtout l’auteur du « Pain noir », cycle romanesque dans lequel il retraçait la vie difficile, inspirée de celle de ses grands-parents, des paysans et des ouvriers limousins à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Publiée dans les années 1950, l’œuvre connut un immense succès lorsqu’elle fut adaptée pour la télévision dans les années 1970 par Serge Moatti. Cette reconnaissance tardive ne doit pas faire de l’ombre aux autres livres de cet écrivain, qui reçut, entre autres, le Goncourt de la poésie, le prix des libraires et le grand prix du roman de l’Académie française.
  3. 3. Georges-Emmanuel Clancier est l'auteur d'une œuvre abondante, notamment en poésie, mais aussi en nouvelles et en contes, qui lui a valu le Grand prix de la société des gens de lettres (pour Le Pain noir) et celui de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre. Ce Goncourt de la poésie, lauréat du Prix des libraires, a écrit, entre autres, L'Éternité plus un jour, dont des passages sont consacrés aux gisants de l'abbatiale de saint Georges des lions à Limoges « L'obscure clarté qui tombe des étoiles cornéliennes et les énigmatiques évidences qui forment la substance des contes du fils Perrault, on les retrouve tout au long de l'histoire de la littérature française, c'est une source qui resurgit avec violence dans l‘œuvre de Nerval, c'est la même source qui donne à la poésie de Georges-Emmanuel Clancier ses qualités limpides et opaques. » RAYMOND QUENEAU
  4. 4. Ecrivain et poète français, Georges-Emmanuel Clancier naît en 1914 dans une famille issue, du côté paternel, d'artisans de Châlus et, côté maternel, d'ouvriers porcelainiers de Saint-Yrieix. Il fait ses études de 1919 à 1931 au lycée de Limoges, en classe de philosophie, interrompues par la maladie. Ayant découvert en 1930 la poésie moderne grâce à de jeunes professeurs, il commence à écrire poèmes et proses et, à partir de 1933, de collaborer à des revues, notamment Les Cahiers du Sud. Il vient en 1939 à Paris, où sa femme prépare l'internat des hôpitaux psychiatriques, mais regagne en 1940 le Limousin, poursuit des études à la faculté des lettres de Poitiers, puis de Toulouse, rencontre Joë Bousquet à Carcassonne. Il entre en 1940 au comité de rédaction de la revue Fontaine dirigée à Alger par Max-Pol Fouchet. À Saint- Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne), il rencontre encore Raymond Queneau et Michel Leiris, et à Lourmarin Claude Roy, Pierre Seghers, Loys Masson, Pierre Emmanuel et Max-Pol Fouchet. De 1942 à 1944, il recueille et transmet clandestinement à Alger les textes des écrivains de la Résistance en France occupée. Il publie en 1956 le premier tome, Le Pain noir, d'une suite romanesque dans laquelle il va raconter, jusqu‘en 1961, l'histoire de sa famille maternelle et de sa grand-mère bergère illettrée. Le Grand Prix de la Société des gens de lettres et le Prix des Quatre Jurys lui sont attribués en 1957 et 1958. En septembre 1960 Clancier dirige avec Jean Lescure à Cerisy une décade consacrée à Raymond Queneau qui est directement à l'origine de la fondation de l'Oulipo. Il obtint le Prix Goncourt de la poésie en 1992.
  5. 5. -Le paysan céleste -La fabrique du roi -Les drapeaux de la ville  Mmm -Les incertains  - Vive fut l’aventure:poèsie  - Limousin, terre secrète  - Une voix :poèmes  -Passagers du temps  - Terres de mémoire: le Limousin -L’oiseleur pris au piège.
  6. 6. L'Enfant double : Voici le roman vrai d'une enfance retrouvée dans toute sa grâce et dans toute sa fraîcheur : l'enfance de Clancier lui-même, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Une enfance limousine que le petit personnage va vivre partagé entre deux mondes, celui des ouvriers - ses grands parents, qui furent les héros du Pain noir - et celui plus bourgeois, de ses parents. L'imagination est fidèle au souvenir, et celui-ci surgit avec l'intensité même du présent. Humour et tendresse imprègnent cette peinture d'une époque, d'une famille, où pour l'enfant double tout est motif d'étonnement, tantôt douloureux, tantôt émerveillé. L'Ecolier des rêves : ce deuxième volume des mémoires nous propose le portrait d'un collégien tout fier d'être à présent boursier de la République et contemporain de l'essor du cinématographe, de l'automobile, de l'aéroplane en ces années que d'aucuns (ailleurs, loin de Paris !) appelaient les années folles. Le jeune rêveur va éprouver des passions qu'il ne sait encore nommer : celles du vert paradis des amours enfantines, avec leur émerveillement, certes, mais aussi avec leurs blessures.
  7. 7. Collégien épris de légendes médiévales, puis bachelier et amoureux transi, apprenti philosophe, enfin poète et écrivain en herbe, tel se révèle le personnage tour à tour grave et léger - à savoir : lui-même entre quinze et vingt ans -dont G.-E. Clancier nous donne ici le portrait. Il lui faudra passer du temps pittoresque des études et des grandes vacances à celui, chargé d'épreuves certes mais aussi de rencontres fascinantes, de la maladie. Le jeune homme luttera longtemps pour conquérir santé et liberté, et échapper ainsi au secret - à la fois celui qu'on l'oblige à garder sur son état et celui où l'encage sa solitude. D'un bon usage de la maladie, notre adolescent saura obtenir des heures douces, voire exaltantes : en particulier celles qu'il consacre à la lecture passionnée des poètes et des grands écrivains. Autour du « héros » et du roman vrai de son existence, sur laquelle continue de veiller celle qui servit de modèle à l'inoubliable Cathie du Pain noir, revivent les années trente, celles de la T.S.F et du cinéma parlant, celles aussi de la grande crise où s'annonçait la fin d'un monde. On retrouve dans ce nouveau livre à la fois la force et la grâce, l'humour et le charme des deux récits précédents : L'Enfant double et L'Écolier des rêves.
  8. 8. Dans la France du XIXe siècle, il y a les maîtres et ceux qui les servent pour une vie de misère, qu'ils soient valets, domestiques ou paysans. L'injustice règne, les enfants sont toujours plus nombreux, le nouveau venu chassant le plus ancien. Ce roman, qui fait partie d'une saga de quatre livres, retrace l'histoire d'une famille très pauvre dans une ferme limousine entre la fin du XIXème siècle et le début de la Grande guerre. L'auteur a puisé dans l'histoire de sa propre famille il est né à Limoges en 1914. Le récit est dédié à sa grand-mère illettrée. Sans pathos, Clancier décrit avec force les misères de la vie quotidienne mais aussi les rêves- des petites gens. Le fait que le personnage principal au début du roman est une petite fille donne une dimension encore plus vive au regard de l'écrivain sur la société qu'il décrit. Catherine, la cadette des Charron, famille d'honnêtes métayers dans le Limousin, peut bien se révolter du haut de ses huit ans, mais ses rêves ont tôt fait de se dissiper face à l'injustice de la société et le destin qui s'acharne sur les siens.
  9. 9. Présentation: L'histoire commence peu après la guerre de 1870 en Limousin. Cathie Charron est " une grande qui gagne son pain ", dit son père, une frêle servante de sept ans qui traverse le soir le pré aux fantômes, elle a si peur mais, déjà vaillante, elle affronte sa peur comme elle affrontera les épreuves que la vie lui réserve. Le récit se clôt dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale. Catherine Charron voit les générations se succéder auprès d'elle, ce fils lointain, ce petit-fils écrivain... Il a fallu quatre livres à Georges-Emmanuel Clancier pour retracer cette longue histoire vibrante de tumultes et de tendresses, de douleurs et d'odeurs - celle de la terre, de la forêt au petit matin, des feuilles mortes, du kaolin... Il s'est fait tour à tour historien, ethnographe, romancier et poète pour tenter de saisir l'insaisissable : la totalité d'une vie.
  10. 10. Extrait: Aubin allait maintenant à l’école, c’était à Catherine de le remplacer pour garder les cochons. Ils sortaient de leur porcherie derrière les Jaladas dans un concert de grognements, se bousculaient pour contourner la cuisine, hésitaient un instant devant la route, repartaient collés derrière la grosse truie, folâtraient enfin dans la châtaigneraie. On avait, les jours précédents, ramassé les châtaignes, et Catherine devait mener les cochons au bois afin qu’ils pussent se nourrir des fruits oubliés sous les fougères ou dans la mousse. Parfois d’autres bergères de sa taille et de son âge la rejoignaient dans le bois : c’était la Marion des Lagrange ou l’Anne des Mauriéras. Les chiens se couchaient tranquillement dans une clairière exposée au soleil, les cochons poussaient leur groin à travers ronces et lichens à la recherche des châtaignes ; les petites bergères ramassaient les girolles, les derniers cèpes de la saison ou se partageaient en riant une tranche de pain bis. La Marion, qui allait sur ses huit ans, était la plus bavarde. Catherine et Anne l’écoutaient bouche bée leur parler de la Vierge et des saints, du loup-garou, ou de la chasse-galerie qui passait le soir en hurlant au- dessus des toits. – De saisissement parfois, les petites s’en laissaient tomber assises sur la mousse, voire sur une bogue de châtaigne : elles se relevaient alors d’un bond, arrachant vivement le pelon piqué de toutes ses pointes à leurs fesses nues. — Fé dé di, quel la piua ! jurait Anne au grand scandale de Catherine. A la fin de l’après-midi, on appelait les chiens pour faire rentrer les cochons. Quelques aboiements, des courses folles qui faisaient voler les feuilles mortes, des couinements et bientôt, au petit trot, les porcs prenaient d’eux-mêmes le chemin du retour. Ceux de Catherine n’avaient que quelques mètres à parcourir, elle laissait le soin à Félavéni de les guider jusqu’à la porcherie. Ainsi, un jour, s’était-elle libérée de sa tâche de bergère sans avoir même à remonter clore la porcherie, son père, qu’elle apercevait dans la cour, s’en étant chargé. Elle avait pu accompagner ses camarades un bout de chemin et maintenant elle revenait en longeant le canal. Les voix de Marion et d’Anne retentissaient encore sur la route en contrebas, et Catherine allait à reculons cherchant à apercevoir les bergères. Le crépuscule chargeait le ciel de somptueux nuages blancs, mordorés ou bleuâtres ; elle se plaisait à deviner dans leur amoncellement les visages des anges, des apparitions de villes d’or, des montagnes inaccessibles, tout un univers plus merveilleux encore que celui auquel Marion faisait allusion dans ses contes. Elle oscillait du monde céleste à celui familier où ses compagnes rentraient leur troupeau et où s’étendait, jauni par l’automne, le grand pré qui remontait jusqu’au puits là-bas, et jusqu’à l’étable où le père, à présent, apportait quelque litière. Comme on voit mieux les choses, comme on les voit différemment, qu’elles soient nuées ou terre, quand au lieu d’avancer tout bêtement, on va à reculons, le corps incertain, le regard enivré
  11. 11. Extrait : (Francet, l'un des frères de Catherine, s'étant fait une mauvaise blessure à la jambe, ses parent s'en sont allés prier au pied de la statue d'un saint, mais...) [...] Ni le saint, ni le printemps revenu ne guérirent Francet. Un après-midi, Catherine vit entrer dans la cour du Mézy une voiture bleue aussi légère et élégante que le tilbury de M. Maneuf : un vieux, grand monsieur en descendit. Il avait un drôle de chapeau. Elle n'en avait jamais vu de ce genre, un chapeau noir qui paraissait dur et ressemblait aux cloches de verre sous lesquelles on plaçait les restes de fromage ou de lard. Le vieillard avait aussi une barbe blanche carrée, une chaîne de montre en or qui sautait sur son ventre lorsqu'il toussait ou parlait. Il paraissait inspirer aux parents un profond respect, de la crainte même. — Monsieur le Médecin, disait la mère, Monsieur le Médecin, que faut-il faire ? Le monsieur sévère ne répondait pas. Il passa dans la chambre, se fit montrer la jambe de Francet, la souleva, la palpa. Francet hurlait comme lorsque le guérisseur était venu. Catherine s'était plantée dans un coin, près de la pendule, elle tremblait à chaque cri que poussait son frère. Enfin, le monsieur revint à la cuisine, suivi des parents. Quand ils eurent refermé la porte de la chambre, il entra dans une terrible colère (de frayeur, Catherine s'accroupit derrière la pendule), une colère sans bruit, c'était cela qui était plus épouvantable encore, comme s'il ne voulait pas qu'on l'entendit au loin. Il parlait à voix basse mais on le sentait plein de cris à l'intérieur ; sa bouche s'ouvrait, se fermait, sa barbe tressautait, sa chaîne de montre bondissait sur son ventre et il levait les bras au ciel et les laissait retomber d'un coup et tout cela silencieusement. Les parents baissaient la tête. Qu'allait-il leur faire ? se demandait Catherine avec angoisse. Les battre, les chasser, les conduire en prison ? il employait des mots bizarres. — Responsable... s'il meurt ce sera votre faute... Vous m'appelez quand il est trop tard.
  12. 12. La mère se mit à pleurer, elle aussi sans bruit. Quel méchant homme ! Instinctivement, Catherine chercha autour d'elle un bâton pour aller le frapper. Elle n'en trouva pas, et quand elle regarda l'homme, de nouveau, elle le trouva changé. Il s'était assis devant la table, il tirait de sa poche une fiole noire, y trempa une plume et se mit à écrire. — J'ai bien peur qu'il faille lui couper la jambe, dit-il doucement. La mère poussa un long gémissement guttural ; le père se précipita derrière elle de crainte qu'elle ne tombât ; elle se pencha sur la table comme si elle eût été blessée. — Jamais, dit-elle, jamais ; j'aime mieux le voir mort. L'homme à la barbe blanche se releva, tapa sur l'épaule de la mère. — Je ne voulais pas vous effrayer, mais que voulez-vous, l'enflure est très laide, le mal a gagné fort loin... Vous savez on vit avec une jambe en moins. — Jamais, redit-elle. — Tsst... Tsst... fit l'homme en hochant la tête. Je vais faire l'impossible, ajouta-t- il, mais je ne garantis rien. Il alla à l'évier. Jean Charron courut chercher une serviette propre, une barre de savon noir qu'il tendit au vieillard, puis il passa de nouveau dans la chambre. Catherine entendit tinter des pièces que le père compta une à une dans la main fine du monsieur. Celui-ci remit son drôle de chapeau sur ses cheveux blancs. — Faites-le bien manger, dit-il, qu'il ne bouge pas sa jambe malade sous aucun prétexte. Et les remèdes le plus tôt possible.
  13. 13. Il sortit accompagné du père. La mère s'affala sur la table, elle releva la tête lorsqu'elle sentit une petite main sur son cou. C'était Catherine. — Il est vilain, l'homme, dit-elle. A sa stupéfaction, la mère fit signe de la tête que non, puis, essuyant ses larmes avec un coin de son tablier, elle dit : — Non, Catherine, c'est moi et ton père qui sommes des sots. Elle prit la tête de Catherine entre ses mains ; plongea un regard affolé dans les yeux de la fillette. — T'as entendu ce qu'a dit le docteur ? — Quoi ? — A propos de Francinet. — Qu'il faudrait lui couper la... ? — Catherine, écoute-moi, bien, jamais, tu entends, ne répète jamais ça à ton frère, ni à Martial, ni à Aubin. A personne, tu entends, à personne. Les mains serraient la tête de l'enfant, et les yeux rougis, les yeux hagards, à la fois ordonnaient et suppliaient. — Jamais, dit la petite. Puis, quand la mère l'eut lâchée, elle ajouta, songeant au mal de Francet, à cet homme étrange et coléreux qui menaçait les parents et parlait de couper les jambes, songeant encore au mauvais saint, à sa colline d'où l'on découvrait le monde, elle ajouta, si bas qu'elle fut seule à s'entendre : — Mais enfin, qu'est-ce qui nous arrive là ? G.-E. Clancier : Le pain noir (1956) Aux Editions J'ai Lu
  14. 14. Auteur d'une œuvre considérable, dont le fameux Pain noir, Georges-Emmanuel Clancier se penche dans Le le temps d'apprendre à vivre sur sa vie de jeune homme. Quatrième tome de ses livres autobiographiques, après L'Enfant double, L'Ecolier des rêves et Un jeune homme au secret, celui-ci couvre la période 1935-1947. Avec la guerre pour toile de fond, dont il nous donne d'ailleurs une vision très personnelle, nous le suivons en compagnie de sa bande d'amis et de sa future femme, au gré de leurs rencontres, de leurs espoirs, de leur intense force de vie. Joe Bousquet, Louis Aragon, Raymond Queneau, Michel Leiris, Claude Roy, Pierre Seghers, Pierre Emmanuel, Max-Pol Fouchet, et tant d'autres encore, membres ou non de la revue résistante Fontaine, sont autant d'acteurs d'une génération dont il écrit qu'elle lui apparaissait soumise à deux forces contraires. Celle de « l'enthousiasme d'une jeunesse qui attestait que la poésie, comme le voulait Rimbaud, vînt changer la vie » ; celle de la « chute de l'Europe dans la criminalité mortelle, représentée par les nations totalitaires : l'Allemagne d'Hitler, l'Italie de Mussolini, l'Espagne de Franco. »
  15. 15. Deux sources alimentent la poésie de Georges-Emmanuel Clancier : celle du poète bucolique enfant amoureux de la beauté du monde, et l’autre, indignation d’un homme de cœur face aux bouleversements de l’histoire et sa cruauté. Il dira « la poésie me parut la seule raison sans destination divine – le seul chant sacré permis à l’homme moderne et sans lequel celui-ci était condamné à perdre son existence et son humanité ». Et encore : « La poésie a le pouvoir, sinon de changer la vie, du moins de la transfigurer en captant et en révélant ses plus profondes résonances » Georges-Emmanuel Clancier est bien le poète de « L’Eveil perpétuel » Quête passionnée de la recherche du sens mystérieux de la vie. Langage poétique opposé au temps qui nous échappe à chaque seconde, mais que la parole du poète restitue dans toute sa profondeur ; Georges-Emmanuel Clancier est le dernier représentant de la résistance littéraire, celle d’un Max-Pol Fouchet, Paul Eluard, Louis Aragon, Claude Roy, Robert Margerie, André Frénaud, Jean Tardieu. ( cf. Site la Pierre et le Sel)
  16. 16. Le siècle et l'espace Vaste corps, au tum…. apaisé. Un chahut Non……. et charnel de dômes et de combes, lymphatique Gorge, ventre, hanche au duv.. d'herbe claire, plumes légères Une fois encore, ton désir, ta caresse nous sac…. bénissent Dans la douceur, la maj…. du royaume. beauté La violette, L'aubépine, Cette douceur tê… , timide, bornée comme un âne Dans l'air qui sent encore la neige, Et la rumeur menue des ois…. volatiles Te ressemblent Regarde par mes yeux Le dessin de la terre. Elle mo… vers un ciel, un village s’élève Où le temps veille d'une vie imm….. . statique Tu l'aimerais au seuil du printemps ! Regarde le pel… de blé, ensemble de poils La promesse bourrue. Écoute au fond de moi L'allél… dans le soleil. Exclamation de joie Dans la brume et le vent. De l'alo….. ! oiseau
  17. 17. Ton regard était une ro… blanche chemin Qui toucha mon front. Puis je me déta…. . déliai D'elle, comme on déla…. les vrais chemins trop beaux abandonne Tendus au fond des heures et de la forêt. Ta voix venait de l'ombre la plus charnelle, Ton regard : La plus grave des omb… autour du sang. silhouettes Parler t'ouvrait plus loin que l'amour, Plus loin qu'un fruit dév… . avalé Ton regard était par delà Plai… contentement Ou pensée. Même on sentait glisser et fui.. et reculer s’évader Tes souvenirs, Reculer ton des… . fatalité Chaque mot de lumière m'arrachait à une halte Pour m'eng…… . Avaler gloutonnement Ta voix venait ainsi, Ton regard, Me dénu… jusqu'à la douleur. Mettre à nu Il faut finir ce jour sans rien à finir. J'ai choisi le sil…. . mutisme Mes matelots sourds ont ramé, Mes mat….. aveugles, sans le savoir, au rythme de ta voix. Petits marins
  18. 18. Pourquoi m’avoir donné les aur…. perdues et les cris ? aubes Les matins des souvenirs pare….. nonchalants Et tous les points de lumière Qui piquaient des lar… et des cris pleurs Sous ta chair ? M’avoir donné ces paysages fous et ces gestes vai.. inutiles Qui s’en allèrent au premier vent de la vie Et me laissèrent soudain le poids im….. de mes bras, vaste De mes regards, et la féroce cadence tonn…. assourdissante De mon cœur. Que s’abaisse la col…. et que s’élève la vallée, petite montagne Que l’océan soit une molle plaine d’alg… herbes marines Et les milliers de fle…. un seul chemin blanc, cours d’eau Que lune et nuit à la terre se conf…… se mélanger Alors je la verrai, Ma douce enn…. d’avant les étoiles, rivale Celle que j’aime.
  19. 19. - Tu m’as appris la nai…… du monde dans un visage la venue au monde qui se dessine, dans une chair qui se découvre, dans un rire où son…. les musiques de l’enfance. tintinnabulent - Tu m’as ravie à la buée où je flottais encore, terre no… immergée d’aube ! Tu m’as fait l’étrange d.. de moi-même en me livrant offrande aux pièges. - Tu m’as ramené vers l’ignorance des mag… , tu m’as sorcelleries mis nu, déliv… des écorces. libéré - Tu m’as arrachée à l’ignorance des secrets, tu m’as armée contre la mortelle blessure d’un uni…. qui vit de mourir. Un monde - Tu m’as rapp… le goût profond de mourir. remémorer - Tu m’as fait crier ma révolte de finir. - Tu m’as gor.. du suc de ta destinée. rempli - Tu m’as comblée de l’ame….. de ton sang. Goût de fiel - Tu m’as porté la misère éclat…. de ta jeunesse. rayonnante - Tu m’as ouvert un continent de dia…… et de crime. Pierre précieuse - Tu es mon ombre plus den.. que moi-même. compacte - Tu es.
  20. 20. Un homme et une femme sont passés. Il est des villes un torrent les mine, le ciel sur elles est une la.. , coule d’un volcan Leurs faubourgs ne s’ouvrent pas sur l’herbe mais sur une pous…. Fine particule de terre Toujours soulevée par le vent. Un secret et un secret sont passés. Il est des villes blondes et toutes tendres d’une jeune respi…… souffle Avec un remp… de forêts, avec des créneaux d’écume et d’eau verte, enceinte Les rêves y ont saveur de fruits, et les fruits la sè.. des songes. Le suc Une ombre et une ombre sont passées. Il est des hommes, Ils apparaissent sur le ciel tout en haut des rues ruiss……. , qui coulent Et l’on croit vivre à les voir le chant du premier matin. Une ombre et sa pro.. sont passées. Une capture Il est des fleuves que l’on descend sur des radeaux à la dérive. Un souffle un signe sont passés. Il est des aval…… de pays étendus sous l’espoir, éboulements Et sous la fra…. , et sous la soif de la soif. Grosse peur Mais la vie est ronde, mais la terre est ronde, mais la pei.. est ronde. Le chagrin Un homme et une femme sont passés.
  21. 21. Le mo… , ville sans fin qui porte la nuit, l’univers Et par ses rues je vais, à peine soulevé, Supplié par quelque vieux rem…. de la terre. Regret Quelle fo… vient, et me presse ? Foule aveugle multitude de gens Qui me cherche de ses mains et laisse la suivre Une rumeur de bête hal…… et soumise. essoufflée Le rêve de ce peuple tourn… sous mon cœur, tourbillonne Le saisit enfin, le berce d’un sang absurde - Mon sang ! J’éprouve la prison de ta sav… - goût Outre ciel, mais divine, une lutte est béante, C’est elle qui chasse autour de moi ces émi…. , des migrants Je vois comme un visage leur torpeur géante Se dresser plus atten…. que leur destin. attentionnée
  22. 22. L’étoile était dans la neige et le feu, L’œil et le silence, le chevr…. et la feuille. cervidé Ouvrir la main, c’était offrir le monde Gren… à grains brisés de sève rouge. fruit Et tant de jours demeuraient à sauver ; Qui portait à ses lèvres le chant dés… ? inhabité Qui, sans voix, sans mots, soulevait Les pam…. interdits ? Rameaux de vigne Si juste et forte la rumeur de vivre Que nul n’entendait les désav… . Fait de désavouer Les horizons s’ouvraient, la chair était soleil. Souvenez-vous, on nous vola notre roy…. ! monarchie (Le sable sous nos doigts savait perdre son nom, Le sable et l’écu.. et les dents de la nuit.) mousse blanche
  23. 23. Un escalier fantôme tourne qui monte lentement en moi, il m’aura choisi pour demeure depuis que d’autres l’ont détruit. Sa lisse rampe de bois blond je la sens glisser sous ma paume sous tant de doigts joueurs d’enfants sous la caressante prière d’aimées, d’hommes légers de vie ou déjà portant l’invisible et sournois fardeau de la mort Moi-même je vais-je m’élève puis redescends, m’immobilise me tenant aux aguets d’un souffle, d’un regard, d’une voix perdus. J’erre en vain sur les degrés absents Ils luisent au profond de ma nuit. La terrasse aux mille oiseaux comme elle chantait verte, la terrasse où volait le désir où veillait l’amour.
  24. 24. Quand fredonne en mon sang le froissement des arbres cependant que je cherche au plus profond enfouie l’image d’un amour et ses jeunes saisons j’accueille d’un même souffle à chacun de mes pas l’entêtement de vie l’érosion de la mort.
  25. 25. Cela commence à la fin d’un monde au dernier printemps d’un monde qui va mourir. Cela surgit dans une apocalypse où les guerriers croyaient mourir avec l’Histoire De chair aimante aimée (du pur bonheur) de la chair déchirée (de l’onde bien-aimée) de la chair en son fond ouverte découverte (de l’âge d’or où l’être en sa plénitude dormait, où l’être en dormant se formait à naître) de la chair justifiée (et le temps, le temps qui va se jeter sur sa proie nouvelle un instant à jamais est nié) de la chair merveille écartelée émerveillée cela cela cela ce… Cela surgit en ce monde qui va périr. Qu’est-ce là qui surgit vers le monde futur dans la vie la mort dans le monde futur Qu’est-ce là qui tombe en ce monde moribond vers un monde futur à son tour défait dans l’interminable agonie de l’Histoire ?

×