Tabac et médecins vasculaire

480 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
480
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
165
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • L’estimation de la mortalité totale attribuable au tabagisme est d’environ 5 millions de décès par an dans le monde, soit près de 20% des décès pour les hommes et 5% pour les femmes. La représentation du risque lié au tabagisme est surtout associé dans la population générale au cancer du poumon. Ceci est lié au fait que le tabagisme est responsable de la quasi-totalité des cancers du poumon. En fait, les décès cardiovasculaires attribuables au tabagisme sont 2 fois plus nombreux en valeur absolue; d’autre part la part attribuable au tabagisme dans les décès CV est 2 fois plus importante chez les sujets jeunes.24% des décès CV des hommes de 30 à 69 ans sont directement liés au tabagisme (1 sur 4) et cela peut atteindre 40% dans les seuls pays civilisés ayant les plus fortes prévalences de tabagisme
  • Voici le critère d ’efficacité primaire : l ’abstinence continue au cours des 4 dernières semaines de traitement : les semaines 9 à 12. On trouve des résultats remarquablement similaires dans les deux études : environ 44 % de réponses avec la varénicline, 30% avec le Zyban et un eu moins de 18% avec le placebo. Les différences sont hautement significatives, avec un odds ratio proche de 4 quand la varénicline est comparée au placebo, et proche de 2 quand elle comparée au Zyban. Ces différences avec le placebo sont plus élevées que ce qu ’on trouve habituellement avec un produit actif dans l ’aide à l ’arrêt du tabac. Il est encore ne fois intéressant de noter que les résultats de ces deux études sont presque parfaitement superposables.
  • Voici le critère d ’efficacité secondaire : l ’abstinence continue au cours des semaines 9 à 12. Ici encore, les résultats sont nettement en faveur de la varénicline : environ 22 - 23 % de réponses avec la varénicline, 15 - 16 % avec le Zyban et 8 - 10 % avec le placebo. Les différences entre varénicline et placebo sont toujours hautement significatives, avec un odds ratio proche de 3 (un peu plus dans l ’étude 1 que dans l ’étude 2). On retrouve encore une différence significative entre les taux de réponse à la varénicline et au Zyban dans l ’étude 2. En revanche, il manque un peu de puissance pour confirmer cette différence sur le plan statistique dans l ’étude 1. On peut donc conclure que l ’effet d ’un traitement de 12 semaines par la varénicline persiste bien au delà de la période de traitement, jusqu ’à au moins la 52ième semaine. De même, la supériorité de la varénicline sur le Zyban persiste à long terme, au moins dans l ’une des deux études.
  • ×