Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Aires protégées1.pptx

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 23 Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus récents (20)

Publicité

Aires protégées1.pptx

  1. 1. Depuis 2 500 ans au moins, l’humanité protège certaines forêts et écosystèmes. Le premier parc national des temps modernes fut créé à Yellowstone en 1872. Aujourd’hui, on trouve des zones protégées aux quatre coins du monde : En quarante ans, le nombre d’espaces protégés recensés par les Nations unies a été multiplié par dix. Le Centre mondial de surveillance de la conservation du PNUE a répertorié plus de 102 000 sites terrestres et marins couvrant près de 19 millions de kilomètres carrés, soit près de 4 % de la planète. La grande majorité de ces sites sont terrestres, et on considère que leur création constitue le changement délibéré le plus considérable de toute l’histoire de l’aménagement de la terre.
  2. 2. La protection des aires naturelles est réglementée en Algérie par la loi n° 11-02 du 17 février 2011 relative aux aires protégées dans le cadre du développement durable. 47 articles Promulguée par le président de la république après avis du conseil d’etat et l’adoption du parlement. Basée sur: Certains articles de la constitution; La ratification par notre pays de nombreuses conventions internationales relatives à la protection de la nature ; Divers lois inscrites dans la législation algérienne. Elle a pour objet : Classer les aires protégées; Déterminer les modalités de leur gestion et de leur protection.
  3. 3. Définition des aires protégées L'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) définit une aire protégée comme "une portion de terre et/ou de mer vouée spécialement à la protection et au maintien de la diversité biologique, ainsi que des ressources naturelles et culturelles associées, et gérée par des moyens efficaces, juridiques ou autres". La CDB (Convention sur la diversité biologique) (1992) a défini la notion comme « toute zone géographiquement délimitée qui est désignée ou réglementée et gérée en vue d’atteindre des objectifs spécifiques de conservation ».
  4. 4. En Algérie, la loi n° 11-02 du 17 février 2011 a définit les aires protégées comme suit : « Le territoire de tout ou partie d’une ou de plusieurs communes ainsi que les zones relevant du domaine public maritime soumis à des régimes particuliers fixés par la présente loi pour la protection de la faune, de la flore et d’écosystèmes terrestre, lacustre, côtier et/ou marin concernés » (Art.2). Les points communs : a) Une aire géographiquement délimitée b) Un cadre administratif et juridique duquel découlent une réglementation c) Une gestion spécifiques d) Un objectif de protection et de conservation de la biodiversité et des ressources naturelles et culturelles associées.
  5. 5. Il existe en Algérie 21 aires protégées englobant plus de 56 millions d'hectares dont 55, 75 millions d'hectares sont situés en zone désertique, soit 24% du territoire national, dont 10 parcs nationaux, 4 réserves naturelles, 4 réserves de chasse et 3 centres cynégétiques. Les zones humides ont une importance particulière car elles représentent un écosystème de prédilection pour l'hivernage de nombreux oiseaux en raison de leurs richesse floristique et faunistique. Les plus importantes zones humides sont situées à EL Kala avec les lacs Tonga et Oubeira.
  6. 6. Les catégories d’aires protégées La loi identifie sept catégories d’aires protégées (Art. 4.) Parc national un espace naturel d’intérêt national qui a pour but de protéger l’intégrité d’un ou de plusieurs écosystèmes. Il est crée afin d’assurer la conservation et la protection de régions naturelles uniques. Il a également pour vocation d’être accessible à des fins d’éducation et de récréation. (Art.5.). Parc naturel un espace visant à assurer la préservation, la protection et la gestion durable de milieux naturels, de la faune, de la flore, d’écosystèmes et de paysages représentatifs et/ou significatifs d’une région. (Art. 6.).
  7. 7. Réserve naturelle intégrale un espace institué pour assurer la protection intégrale d’écosystèmes, ou de spécimens de faune ou de flore rares méritant une protection intégrale. Elle peut être située dans une autre aire protégée. Dans son enceinte, il est strictement interdit de résider, de pénétrer, de circuler ou de camper. Toute forme de pêche ou de chasse, d’abattage ou de capture de la faune y sont formellement prohibées. La destruction ainsi que la collecte de la flore sont également interdites. Il en va de même de l’exploitation forestière, agricole ou minière, de toute forme de pâturage. Il n’est pas autorisé de modifier l’aspect du terrain ou de la végétation. Seules des activités de recherches scientifiques sont tolérées de même que des projets d’intérêts nationaux à condition que leur établissement soit statué par le conseil des ministres. (Art.7, 8, 9.). Réserve naturelle un espace de protection naturelle moins restrictif où toutes les activités humaines sont réglementées afin de veiller à ce qu’elles ne mettent pas en péril la conservation, la protection ou bien encore la restauration des espèces vivantes, des écosystèmes et des habitats naturels. (Art. 10.).
  8. 8. Réserve de gestion des habitats et des espèces un espace dont la finalité est d’assurer la conservation des espèces et de leurs habitats. Elle doit également garantir et maintenir les conditions d’habitats nécessaires à la préservation et la protection de la diversité biologique. (Art.11.). Site naturel tout espace contenant un ou plusieurs éléments naturels d’importance environnementale dont les cratères, les chutes d’eau ainsi que les dunes de sable. (Art.12.). Corridor biologique un espace naturel assurant la liaison entre différents écosystèmes ou habitats d’une espèce ou d’un groupe d’espèces interdépendantes permettant sa dispersion et sa migration. Elle est vitale au maintien de la biodiversité animale et végétale ainsi que la survie des espèces. (Art.13.)
  9. 9. La zone humide se décompose en trois (3) zones sur lequel s’appliquent des régimes de protection différenciés. (Art. 14.) : •Le plan d’eau ; •La plaine d’inondation ; •Le bassin versant.
  10. 10. Le zoning des aires protégées Les aires protégées sont structurées en trois (3) zones (Art. 15.) •Zone centrale : Recèle des ressources uniques ; •Zone tampon : Utilisée pour des pratiques écologiquement viables, y compris l’éducation environnementale, les loisirs, l’écotourisme et la recherche appliquée et fondamentale ; •Zone de transition: Elle protège les deux premières zones et sert de lieu à toutes les actions d’éco développement de la zone concernée.
  11. 11. Les parcs nationaux Conformément à la législation relative à la protection des ressources et des écosystèmes naturels l’Algérie (Cf. décret n°83- 459 du 23.08.1983), dispose de dix Parcs Nationaux placés sous la responsabilité des ministères de l’agriculture (Direction générale des forêts) et de la culture. Les Parcs Nationaux placés sous la tutelle de la Direction Générale des Forêts, au nombre de (08) couvrent une superficie de 165 361 ha soit 0.07% du territoire national. Quant aux parcs Nationaux placés sous tutelle du ministère de la culture (Le Tassili et le Hoggar), ils couvrent une superficie de 56 400 000 ha soit une proportion de 24 % du territoire national.
  12. 12. Sur le plan biogéographique, les parcs nationaux se répartissent dans 3 zones distinctes : •une zone du littoral et surtout des chaînes côtières de l’est du pays, région bien arrosée couvertes par les forêts les plus belles et les plus denses, qui comprend les parcs d’El Kala, de Taza et de Gouraya. •une zone de plaines continentales, régions steppiques, plus sèche à relief montagneux, on y trouve le parc du Djurdjura, Chréa, Belezma, Theniet el Had et Tlemcen ; •une zone saharienne, qui comprend le parc du Tassili et de l’Ahaggar.
  13. 13. Qui donne un avis et/ou statue sur l’opportunité des AP ? une commission de wilaya (Art. 18.). une commission nationale (Art. 17.). L’émission d’avis sur la proposition et l’opportunité de classement en aire protégée et de valider les études de classement. L’avis de la commission de wilaya est communiqué à la commission nationale des aires protégées. Pour rendre la loi relative à la protection des aires protégées applicable une commission a été installée conformément au décret exécutif nº16-259 du 10 octobre 2016, car avant cela il y avait un vice d’application, beaucoup d’aires naturelles à travers le pays ne pouvaient pas bénéficier des prescriptions établies par la législation algérienne.
  14. 14. La commission est composée de représentants des ministères de la Défense nationale, de l'Intérieur et des collectivités locales, des Finances, des Ressources en eau, de l'Agriculture et de la Pêche, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, du Tourisme, de la Culture ainsi que l'Agence nationale pour la protection de l'environnement et un nombre d'associations activant dans le domaine environnemental et écologique.
  15. 15. Qui prend l’initiative de classer ? La personne morale de droit privé (Art. 20.). Les administrations publiques ou les collectivités territoriales, en adressant à la commission une demande de classement (art. 19.). Que contient la demande de classement ? La demande de classement comporte : •un rapport explicatif indiquant les objectifs du classement projeté; •les intérêts attendus de ce classement; •le plan de situation du territoire (Art. 21.).
  16. 16. Qui peut réaliser l’étude de classement ? •Des bureaux d’études ; •Des centres de recherche activant dans le domaine de l’environnement, de la biodiversité et de l’écologie (Art. 24.). Qui valide l’étude de classement ? L’étude de classement finalisée est soumise à la commission pour validation (Art. 25.).
  17. 17. Quelle est la consistance de l’étude de classement ? L’étude de classement précise notamment (Art. 26.): •La description et l’inventaire du patrimoine floristique, faunistique et paysager; •La description du contexte socio-économique; •L’analyse des interactions relatives à l’utilisation de l’espace par les populations locales ; •L’évaluation du patrimoine et la mise en évidence des principaux enjeux ; •L’identification des facteurs présentant une menace pour l’aire concernée; •La proposition du zonage de l’aire; •L’élaboration d’un projet de plan d’action définissant les objectifs généraux et opérationnels.
  18. 18. Dès validation de l’étude de classement, des mesures de conservation et de préservation de l’aire protégée sont prises par voie réglementaire (Art. 27.). Le classement est alors initié par l’autorité qui l’a demandé par (Art. 28.): •Loi pour les réserves naturelles intégrales; •Décret pour les autres aires protégées; •Arrêté du président de l’assemblée populaire communale pour les aires protégées situées dans le territoire de la commune concernée ; •Arrêté du wali pour les aires protégées s’étendant sur deux ou plusieurs communes ; •Arrêté conjoint des ministres de l’intérieur et des collectivités locales et de l’environnement pour les aires protégées s’étendant sur deux ou plusieurs wilayas.
  19. 19. L’acte de classement fixe (Art. 29.): •La délimitation et la superficie de l’aire protégée ; •La catégorie de l’aire protégée ; •Le zonage de l’aire protégée ; •Les prescriptions de préservation, de protection et de développement de l’aire protégée prises en application de la présente loi ; •La liste du patrimoine floristique et faunistique existant dans l’aire protégée objet de classification.
  20. 20. Quels sont les effets du classement des aires protégées? Le périmètre de l’aire protégée doit être matérialisé par des bornes dont l’implantation constitue une servitude d’utilité publique (Art. 30.). Les limites de l’aire protégée sont reportées au plan d’occupation des sols, aux plans directeurs d’aménagement et d’urbanisme et sur les cartes marines en vigueur (Art. 31.). Afin de ne porter préjudice ni aux milieux naturels ni à la faune et ni à la flore des aires protégées, l’introduction volontaire de toutes espèces animales ou végétales est soumise à autorisation de l’autorité gestionnaire après avis de la commission (Art. 32.). La destruction d’animaux et de végétaux en vue de préserver la durabilité d’un écosystème ne peut être effectuée que sur autorisation de l’autorité gestionnaire après avis de la commission (Art. 33.).
  21. 21. Sur quelle base gérer les AP ? La gestion des aires protégées relève d’un établissement créé à l’initiative de l’autorité ayant procédé au classement de l’aire protégée concernée (Art. 34.). Il est institué pour chaque aire protégée un schéma directeur qui fixe les orientations et les objectifs à atteindre à long terme. Les modalités d’élaboration, d’approbation et de révision du schéma directeur de l’aire protégée sont fixées par voie réglementaire (Art. 35.). Il est, également, institué un plan de gestion qui définit les orientations de protection, de mise en valeur et de développement durable de l’aire protégée et qui détermine les moyens requis pour sa mise en œuvre (Art. 36.).
  22. 22. Quelle est la consistance du Plan de Gestion ? Le plan de gestion précise notamment les éléments suivants (Art. 37.): •Les caractéristiques et l’évaluation du patrimoine; •Les objectifs stratégiques et opérationnels ; •Les moyens de protection et de gestion à mettre en œuvre; •Le programme d’intervention à court et moyen terme; •Le programme de recherche; •Les mesures de protection de l’aire protégée. Que deviennent les aires protégées? Les aires protégées créées avant la date de la promulgation de la présente loi doivent être mises en conformité avec les dispositions de la présente loi (Art. 45.).
  23. 23. Le paradigme de la conservation a bien changé depuis la création du parc de Yellowstone, gagnant en complexité avec le monde dans lequel il s’ancre et les problèmes avec lesquels il doit faire face. Longtemps contrôlée par une poignée d’hommes, la conservation est maintenant de plus en plus mise entre les mains des utilisateurs des ressources et des gens qui sont le plus affectés par la disparition de la biodiversité. Conclusion

×