SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  35
Télécharger pour lire hors ligne
Ecole Marocaine des Sciences de
l’Ingénieur
Réalisé par : Ez-zerrouqi Amal -
Benmerzouk Sarah
Classe : 3GI2
Rapport Mini-Projet :
La maintenance préventive de la machine
« savonicc » : « PRESSE ».
Encadré par : Mr. Elatife Khalid
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
2
Nous tenons à remercier notre encadrant, Monsieur Elatife Khalid qui nous a été
d’une aide précieuse et qui nous a consacré du temps. De plus, nous tenons à
remercier Monsieur Essaddyky Nabil, technicien à E.M.S.I de Souissi qui
répondait à nos questions sans aucun problème ainsi que toute personne qui nous
a aidés à comprendre et réaliser notre mini-projet de fin d’année.
Aussi, nous tenons à remercier les membres du jury qui vont être présents le jour
de notre présentation du P.F.A pour nous écouter et évaluer notre travail.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
3
Objectif
Le présent rapport constitue le résultat de notre travail accompli dans le cadre du
projet de fin d’année effectué au sein de notre école. L’objectif de ce projet
consiste à réaliser une maintenance préventive de la ligne de production de
savon « savonicc » afin d’aider les étudiants à réussir leurs travaux pratiques sur
cette ligne de production sans aucune défaillance inattendue et gagner plus de
temps.
En effet, comme nous étions lors de l’encadrement trois binômes et avec la
contrainte du temps, notre encadrant nous a partagé les grandes parties de la
machine en faisant un tirage au sort. Donc, ce rapport va se focaliser sur la partie
« PRESSICC ».
Donc, on va faire une maintenance préventive pour la Presse, et on va appliquer
l’A.M.D.E.C sur cette partie pour mieux valoriser notre travail.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
4
Sommaire
Partie 1 : Présentationde la savonneuse <<savonicc>>........................page:6
Partie 2 :.....................................................................................................page:8
 Différence entre entretien et maintenance..........................................page:8
 Définition de la maintenance..............................................................page:8
 Utilité de la maintenance dans l’entreprise........................................page:8
 Types de maintenance........................................................................page:9
 Niveaux de maintenance...................................................................page:11
Partie 3 :....................................................................................................page:13
 Domaines d’application de la maintenance préventive....................page:13
 Elaborer un PMP (plan de maintenance préventive) ....................page:14
 Définition..........................................................................................page:14
 Objectifs...........................................................................................page:14
 Principales actions intégrées au plan de maintenance.....................page:15
 Exemple de plan de maintenance.....................................................page:15
 Méthodologie AMDEC....................................................................page:19
 Types AMDEC.................................................................................page:19
 Mode de défaillance.........................................................................page:20
 Effet de la défaillance......................................................................page:20
 La gravité.........................................................................................page:21
 Causes de la défaillance...................................................................page:22
 L’occurrence....................................................................................page:22
 La détectabilité.................................................................................page:22
 La criticité.........................................................................................page:22
 Exemple AMDEC............................................................................page:22
 Analyse fonctionnelle de la machine « savonicc »...........................page:23
 Bête à corne......................................................................................page:24
 Diagramme de pieuvre.....................................................................page:24
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
5
 Analyse fonctionnelle de la machine « SAVONNICC » partie
Presse……………………………………………………………....page:25
 Principe de fonctionnement..............................................................page:25
 Bête à corne.....................................................................................page:26
 Diagramme de pieuvre.....................................................................page:26
 Tableau des exigences......................................................................page:27
 SADT A-0........................................................................................page:28
 FAST................................................................................................page:28
Partie 4 :...................................................................................................page:30
 Elaboration du plan de maintenance préventive pour la machine
« savonicc » partie
« Presse»..........................................................................................page:30
 Application AMDEC sur « Presse ».................................................page:30
 Plan de maintenance préventive.......................................................page:33
Conclusion:..............................................................................................page:34
Bibliographie :.........................................................................................page :35
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
6
Partie 1 : Présentation de la savonneuse <<savonicc>>
Cette partie est consacrée pour vous donner un bref aperçu sur la ligne de production que
nous avons étudié, présentation de la société ASTRIANE Didact et le but de notre mini projet
qui sera appliqué sur la machine « savonicc ».
La machine « savonicc » à l’E.M.S.I est de la marque ASTRIANE Didact. Cette dernière,
intervient depuis plus de 30 ans dans de multiples projets éducatifs à destination des
formations technologiques et professionnelles.
Intégrant un niveau de compétence élevé dans de nombreuses technologies, la société réalise
des ensembles techniques destinés aux filières industrielles et tertiaires, pour des niveaux de
formation 3 à 5 (classification UNESCO).
ASTRIANE Didact appuie le succès de ses principales réalisations sur son expertise
industrielle dans la fourniture de solutions innovantes, en réponse à des cahiers de charges
exigeants.
Ses principales compétences :
 Mécanique, Hydraulique et Pneumatique
 Robotique et Asservissements
 Automatismes et Régulations
 Instrumentation des systèmes.
Ses principaux débouchés, par domaine de formation :
 Maintenance industrielle ;
 Métiers de l'Electrotechnique ;
 Pilotage de Lignes de Production ;
 Génie Climatique et Energétique - Energies renouvelables ;
 Apprentissage des technologies d'Automatisme, Régulation et Asservissements.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
7
La machine « savonicc » est une machine industrielle qui se compose de trois principales
parties qui sont :
 Groupe boudineuse :
Ensemble constitué d’un mélangeur, affineur et boudineuse, permettant de réaliser un boudin
de savon de section définie.
 Coupe :
Permet de couper à longueur des morceaux de savon selon programmation.
 Presse :
Forme des morceaux de savon en savonnettes avec marquages selon le type d’outil monté (2
types d’outils fournis).
Comme il existe aussi deux autres parties :
 Conditionnement :
Met en place les couches de savonnettes séparées par des intercalaires, dans des boîtes en bois
avec fermeture par couvercle (2 types d’outil et 2 types de boîtes fournis).
 Palettiseur :
"Paletticc" Ordonne les boîtes par palettes de 6 à 8 caisses rangées en quinconce pour
expédition.
Mais ces deux dernières, nous ne les trouvons pas au sein de notre laboratoire à l’E.M.S.I.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
8
Partie2:
 Différence entre entretien et maintenance :
Entretien :
Action de tenir quelque chose en bon état : soin,nettoyages, répartitions, apport d’élément
nécessaire à cette opération et des frais qui en résulte.
Maintenance :
Ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de management durant le cycle
de vie d’un bien, destinées à maintenir ou à le rétablir dans un état dans lequel il peut
accomplir la fonction requise.
La maintenance doit par son optimisation être une source de profit, elle intervient à tous les
niveaux de cycle de vie d’un bien (de sa conception à son élimination).
 Définition de la maintenance
D’après [AFNOR, représentant français au sein des organisations de normalisation
européenne et internationale, 1988], la maintenance vise <<toutes les activités destinées à
maintenir ou à rétablir un bien dans un état ou dans des conditions données de sûreté de
fonctionnement, pour accomplir une fonction requise. Ces activités sont une
combinaison d’activités techniques, administratives et de management>>.
 Utilité de la maintenance dans l’entreprise
La MAINTENANCE est une fonction à part entière de l'entreprise. A ce titre, elle doit par
son optimisation être une source de profit. Elle intervient à tous les niveaux du cycle de vie
d'un bien, de sa conception à son élimination.
La fonction de la maintenance est:
 Améliorer la disponibilité des moyens de production ou de service :
En minimisant le nombre et la durée des pannes et en organisant au mieux les activités de
maintenance, permettant ainsi d'optimiser les coûts de non production.
 Améliorer la sécurité des biens et des personnes :
En préservant la santé des personnes, en assurant leur sécurité, en maîtrisant les risques étant
respectant les textes de réglementation.
 Intégrer des moyens nouveaux dans le dispositif de production ou de service :
Permettant d'améliorer l'outil de production, la maintenance et la sécurité.
La fonction maintenance s'intègre également dans le processus de qualité de l'entreprise en
mettant en place une démarche de progrès dans toutes ses activités, en assurant une veille
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
9
technologique constante et en exploitant au mieux les retours d'expérience. Elle participe
aussi à la préservation de l'environnement.
Ensuite, les métiers de la maintenance doivent mobiliser:
 Des compétences pluri techniques permettant d'aborder différentes technologies.
 Des capacités de travail en équipe et d’échanges avec les services internes de
l’entreprise et avec les partenaires extérieurs.
Donc, l'homme de maintenance est à la fois:
 Un technicien capable d'aborder des problèmes techniques variés,
 Un gestionnaire capable de programmer les activités de maintenance, de gérer le
personnel, les outillages et les stocks.
 Un manager capable d'animer, d'encadrer une équipe ou un service, de
communiquer avec les autres services de l'entreprise et les entreprises externes.
 Types de maintenance :
Au sein du service de maintenance, on distingue globalement deux politiques de
maintenance : la maintenance corrective et la maintenance préventive. Toutefois, quand une
tâche de maintenance préventive est réalisée sur un équipement suite à la défaillance d’un
autre équipement, on parle de maintenance mixte ou opportuniste.
Selon que l’activité de maintenance ait lieu avant ou après la défaillance d’un bien, c'est-à-
dire la cessation de son aptitude à accomplir une fonction requise et correspondant à un état
de panne, on distingue :
 Maintenance corrective :
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
10
Exécutée après détection de la panne et destiner à remettre un bien dans un état dans lequel il
peut accomplir son travail requis. Il existe deux qualifications de la maintenance corrective :
 Différée : l’intervention peut être reportée.
 D’urgence : l’intervention doit être immédiate.
 Maintenance préventive :
Exécutée avant la défaillance d’un bien, à des intervalles prédéterminés ou selon des critères
dans le but de réduire la probabilité de défaillance ou dégradation d’un bien. Il existe deux
qualifications de la maintenance préventive :
Maintenance systématique : maintenance préventive exécutée à des intervalles de temps
préétablis ou selon un nombre défini d'unités d'usage mais sans contrôle préalable de l'état du
bien.
Exemple: vidanges sur compresseurs…
 Maintenance conditionnelle : maintenance préventive basée sur une surveillance du
fonctionnement du bien et/ou des paramètres significatifs de ce fonctionnement
intégrant les actions qui en découlent. La surveillance du fonctionnement et des
paramètres peut être exécutée selon un calendrier, ou à la demande ou de façon
continue.
Exemple: surveillance du bruit et des vibrations d'un équipement. Analyses d'huile et
mesures thermographiques.
 Maintenance prévisionnelle : est un sous type de la maintenance conditionnelle. Elle
exécutée en suivant les prévisions extrapolées de l'analyse et de l'évaluation de
paramètres significatifs de la dégradation du bien. L'analyse de la tendance de
l'évolution du paramètre, permet en fonction d'une valeur limite du paramètre à ne pas
dépasser (seuil limite) de programmer l'intervention.
Exemple : suivi vibratoire sur roulements de broches de centres d'usinage
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
11
Donc, le but de la maintenance préventive :
o Augmenter la durée de vie des matériels.
o Diminuer la probabilité des défaillances en service.
o Diminuer les temps d’arrêt en cas de révision ou de panne.
o Prévenir et aussi prévoir les interventions coûteuses de maintenance corrective.
o Permettre de décider la maintenance corrective dans de bonnes conditions.
o Éviter les consommations anormales d’énergie, de lubrifiant, de pièces
détachées, etc.
o Améliorer les conditions de travail du personnel de production.
o Diminuer le budget de maintenance.
o Supprimer les causes d’accidents graves.
 Niveaux de maintenance
Les niveaux de maintenance sont caractérisés par la complexité des tâches de maintenance.
 PREMIER NIVEAU
Réglages simples prévus par le constructeur ou le service de maintenance, au moyen
d’éléments accessibles sans aucun démontage ou ouverture de l’équipement.
 DEUXIEMENIVEAU
Dépannages par échange standard des éléments prévus à cet effet et opérations mineures de
maintenance préventive.
 TROISIEME NIVEAU
Identification et diagnostic de pannes suivis éventuellement :
- d’échanges de constituants
- de réparations mécaniques mineures
- de réglage et réétalonnage général des mesureurs.
 QUATRIEME NIVEAU
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
12
Travaux importants de maintenance corrective ou préventive à l’exception de la rénovation et
de la reconstruction.
 CINQUIEME NIVEAU
Travaux de rénovation de reconstruction ou de réparation importante.
Exemples :
NIVEAU NATURE DE L’INTERVENTION
1
 Echange de fusibles, voyants
 Dégagement d’un produit défectueux après mise en sécurité de l’équipement
2
 Graissage des paliers d’une machine
 Contrôle du bon fonctionnement d’un four de traitements thermiques
 Remplacement d’une électrovanne sur un système de serrage de pièce
3
 Remplacement d’une bobine de contacteur à la suite d’une surtension
 Réétalonnage d’un manomètre donnant des informations de pression erronées
 Remplacement d’une clavette cisaillée nécessitant un réajustage
4
 Révision générale d’un compresseur
 Démontage, réparation, remontage et réglage d’un treuil de levage
 Remplacement du coffret d’équipement électrique de démarrage d’une machine
5
 Révision générale de la chaufferie d’une usine
 Amélioration du degré d’automatisation d’une ligne de conditionnement
 Réparation d’un engin de levage portuaire suite à une tempête
Donc, pour conclure cette première partie, le choix entre les méthodes de maintenance
s’effectue dans le cadre de la politique de la maintenance et doit s’opérer en accord avec la
direction de l’entreprise. Mais il faut connaître le fonctionnement et les caractéristiques des
matériels, le comportement du matériel en exploitation, les conditions d’application de chaque
méthode, les coûts de maintenance et les coûts de perte de production.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
13
Partie 3
 Domaines d’application de la maintenance préventive :
La maintenance préventive est appliquée dans plusieurs domaines :
 Maintenance technique :
Dans le cadre de la sous-traitance des installations d’une entreprise, la maintenance
technique est la gestion technique des équipements et
installations,du bâtiment : chauffage, ventilation, climatisation, électricité, Plomberie,
ascenseur, etc.
 Maintenance du logiciel :
(Ou maintenance logicielle) désigne, en génie logiciel, les modifications apportées à
un logiciel, après sa mise en œuvre, pour en corriger les fautes, en améliorer
l'efficacité ou autres caractéristiques, ou encore adapter celui-ci à un environnement
modifié.
On applique aussi la maintenance sur :
 matériels de production : ligne de production, machines, outils, accessoires…
 matériels périphériques à la production : moyens de levage, fournitures de
fluides et réseau…
 services généraux : informatique, climatisation, bâtiments…
Ensuite, Maintenance systématique s'adresse de préférence à des équipements :
 dont la défaillance menacerait la sécurité des biens et des personnes,
 dont la défaillance entraînerait des coûts élevés,
 dont l'arrêt ou le redémarrage est long,
 qui sont soumis à des obligations réglementaires.
Maintenance des moteurs à explosion :Les moteurs à explosion demandent
une maintenance régulière (ou entretien) de leurs différents organes en fonction de l'utilisation
qui en est faite.
Les bougies d'allumage (moteur à allumage commandé), le filtre à huile, l'huile motrice, le
filtre à air.
Puis, la maintenance prévisionnelle, s’adresse par exemple pour :
 Dépannage hydraulique : Le dépannage des installations et systèmes hydrauliques
(centrales et groupes, presses, moteurs, pompes, vérins, distributeurs, etc.) nécessite
méthode et rigueur, ainsi que de la réflexion.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
14
Un bon dépanneur hydraulique doit être capable d'analyser et de comprendre le
fonctionnement d'une installation d'après son schéma, questionner longuement
l'utilisateur et le responsable, établir une bonne communication avec ces derniers.
Pour pouvoir réparer, il faut d'abord être bon mécanicien. Il faut connaître :
 les techniques d'entraînement, de roulement, de guidage,
 les divers types de circuits et de schémas hydrauliques,
 les matériaux (aciers, alliages, traitements thermiques, matériaux non ferreux),
 les techniques d'enlèvement de matière
(usinage, tournage, fraisage, rectification, rodage, glaçage, grattage),
 les techniques d'apport de matière (métallisation, soudure) et les métaux d'apport,
 les produits chimiques, les colles,
 les techniques d'assemblage (mécanique, par soudure, par agrafage).
Enfin, une précision parfaite est nécessaire, et cela revient plus cher que la maintenance
systématique.
Elaborer un PMP (plan de maintenance préventive)
 DEFINITION :
Selon la norme NF X 60-010, c’est «un document énonçant les modes opératoires, les
ressources et la séquence des activités liées à la maintenance d’un bien». Ce document est
établi dans une phase d’analyse et de conception de la maintenance à effectuer sur un
matériel. Il rentre totalement dans une démarche de préparation et constitue souvent le cœur
du dossier de préparation.
Le plan de maintenance d’un bien doit permettre l’organisation de la maintenance du bien et
concourir à sa réalisation.
 OBJECTIFS :
L’établissement du plan de maintenance permet d’atteindre les objectifs suivants :
 Garantir une continuité de service ;
 Garantir un niveau de disponibilité connu à un coût global maîtrisé ;
 Maintenir une qualité de service contractuelle ;
 Prévenir les risques.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
15
 PRINCIPALES ACTIONS INTEGREES AU PLAN DE
MAINTENANCE :
Le plan de maintenance définira de façon précise les actions suivantes : inspections, contrôles,
visites, réparations.
 EXEMPLE DE PLAN DEMAINTENANCE :
Pour RENAULT, les documents nécessaires à l'exploitation de la Maintenance Préventive
sont :
Le Plan de Maintenance Préventive (PMP) : Document sur lequel on trouve la liste des
opérations de maintenance préventive ainsi que les informations nécessaires à leur
exécution en terme de :
- Petit entretien.
- Inspection.
- Contrôle.
- Test, essai, épreuve.
- Remplacement systématique.
- Nettoyage technique.
-Contrôle périodique réglementaire pour maintenir la machine ou l'installation dans son état
de bon fonctionnement.
Gamme de maintenance préventive :
Document sur lequel on trouve le mode opératoire, pas à pas qui détaille le contenu d'une
opération du PMP. Il décrit la manière de réaliser l'opération, la chronologie, les outillages
spécifiques nécessaires, les valeurs de référence, les consignes de sécurité, etc... Note : son
contenu est adapté au personnel qui réalise les opérations, par exemple: localisation et
description par schémas, textes, photos, etc...
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
16
Remarques : Pour les équipements identiques, une seule documentation est demandée au
fournisseur et pourra être dupliquée en accord, sous réserve que leurs fonctions soient
identiques (même fonctionnement, mêmes conditions d'exploitation : charge, temps de
cycle, taux d'engagement, température, milieu extérieur,…).
Fournitures dues par le fournisseur pour Renault:
Le fournisseur doit communiquer le PMP comprenant en :
• colonne 1 du PMP : le sous-ensemble sur lequel on agit, c'est à dire la dénomination
de l'ensemble des matériels liés par la réalisation d'une même fonction,
• colonne 2 du PMP : l'élément sur lequel on agit, c'est à dire le matériel ou composant
sur lesquels on va effectuer de la maintenance préventive, (Par exemple le moteur si on
décide de le remplacer intégralement ou le palier si on décide d'agir seulement sur celui-
ci),
• colonne 3 du PMP : le libellé synthétique de l'opération à effectuer,
• colonne 4 du PMP : la charge prévue, somme des temps passés de tous les
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
17
intervenants pour réaliser l'opération,
• colonne 5 du PMP : la périodicité, mode de déclenchement et nombre d'unités
(heures de fonctionnement, nombre de pièces produites, ou calendaire,
• colonne 6 du PMP : l'état de la machine pendant la réalisation de l'opération,
• colonne 7 du PMP : les valeurs limites de réglages minimales et maximales tolérées,
• colonne 8 du PMP : les outillages spécifiques (pompe graissage) ou moyens de
mesure spécifique (ampèremètre) ou sens utilisé (visuel, auditif, ….) pour réaliser le
contrôle,
• colonne 10 du PMP : échange de la pièce (C) conditionnel par rapport au contrôle ou
(S) systématique par rapport à une périodicité d'échange,
• colonne 11 du PMP : désignation et référence de la pièce de rechange et/ou des
consommables précédées de la quantité en chiffre,
• colonne 9 et 13 du PMP : le numéro de la gamme de maintenance, se reporter à la
norme EB00.20.600 pour plus de précision.
NOTE : Pour les documents non datés, la dernière version en vigueur s'applique.
EN 13306 : Terminologie de la maintenance
EB00.20.600 : Machines, installations et outillages industriels.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
18
Voici un exemple de plan de maintenance préventive.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
19
 Méthodologie AMDEC :
La méthodologie AMDEC est l'Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leur
Criticité permet de calculer la criticité d'un composant d'un équipement en se basant sur trois
critères : la gravité, l'occurrence et la détectabilité. De ce fait on peut en déduire les
composants critiques et leurs associer des actions appropriées pour chacun.
Cette méthodologie n'est réellement efficace qu'avec l'expérience, il faut donc se renseigner
en profondeur auprès des personnes compétentes. Pour un novice, elle risque d'être mal
appliquée. Nous avons choisi de n'appliquer cette méthode que sur une partie limitée de la
machine.
La réalisation d'une AMDEC est recommandée aux entreprises qui souhaitent obtenir une
norme ou une certification.
L'AMDEC consiste à analyser :
 les défaillances,
 leurs causes,
 leurs effets.
L'AMDEC est réalisée grâce à des contrôles :
 de différents points de la chaîne de production,
 du produit ou du service fini.
Attention : en aucun cas il est possible d’identifier tous les problèmes potentiels.
L’AMDEC est donc d’autant plus importante qu’il faut sans cesse renouveler l’expérience
pour arriver à une détection convenable mais qui ne sera jamais exhaustive. En effet, cela
entre dans le cadre de la limitation des risques, intérêt très bien compris par de nombreuses
entreprises qui utilisent l’AMDEC depuis sa création par l’industrie aérospatiale américaine et
l’ajout de la notion de criticité par l’Europe.
 Types AMDEC :
Types d’AMDEC Rôle Document de travail
associé
l'AMDEC fonctionnelle Analyse des défaillances
et de ses causes à l’étape
de la conception
 Plan de
construction
 brevet
l'AMDEC produit Analyse les demandes des
clients en termes de
fiabilité
 Plan de
fiabilisation
l'AMDEC processus Analyse des risques liés
aux défaillances d’un
 Plan de
surveillance
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
20
produit  Contrôle qualité
l'AMDEC moyen de
production
Analyse les risques liés
aux défaillances de la
chaîne de production
 Guide de
maintenance
l'AMDEC flux Analyse les risques liés à
l’approvisionnement, le
temps de réaction et de
correction et leurs coûts
 Plan de gestion
des stocks
 Procédure de
sécurité
Chacun de ces types d'AMDEC donne en sortie un document de travail incontournable pour la
suite du développement, par exemple :
 pour l'AMDEC produit, un plan de fiabilisation ;
 pour l'AMDEC processus, un plan de surveillance, contrôle qualité ;
 pour l'AMDEC moyen de production, une gamme de maintenance préventive ;
 pour l'AMDEC flux, le plan de sécurisation ainsi que les stocks et délais de sécurité.
 MODE DE DÉFAILLANCE
Une fois la liste des composants identifiée, on peut chercher les modes de défaillance. Pour
les identifier, il faut connaitre la fonction du composant. Par exemple : un moteur doit
entrainer un arbre, c'est sa fonction principale. Cette fonction peut cependant être mal assurée
(vitesse de rotation trop ou trop peu importante, couple insuffisant, déclenchements
intempestifs, …). Si on prend une colleuse Nordson, on ne peut pas se contenter de dire que
sa fonction est de chauffer, il faut préciser qu'elle doit fondre la colle, elle peut très bien
chauffer et pour autant ne pas fonctionner.
On identifiera les défaillances comme suit :
- Pas de fonction (c'est la défaillance principale, dans la plupart des cas, elle sera
suffisante) ;
- Fonction partielle / excessive / insuffisante ;
- Fonction intermittente ;
- Fonction non prévue.
 EFFET DE LA DÉFAILLANCE
Pour une défaillance donnée, on a un effet. Cela peut être un arrêt de l'installation, d'une partie
de l'installation, un risque pour l'opérateur, des rejets environnementaux, …
Il faut essayer de ne pas voir trop loin, si le tapis du magasin de la Farcon est en panne, on ne
doit pas forcément arrêter l'installation, c'est le tapis qui s'arrête, mais on peut toujours remplir
le magasin à la main. L'identification de l'effet de la défaillance permet de définir la gravité de
celle-ci.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
21
 LA GRAVITÉ
La gravité est le premier facteur de la criticité à définir, on commence par celui-ci car en
fonction de sa note, on doit ou pas continuer l'AMDEC. Voici la liste utilisée pour définir la
gravité :
Gravite Détail Note
Mineure Sécurité : Aucune incidence mesurable
Production : Aucune incidence mesurable
Qualité : Aucune incidence mesurable
Environnement : Aucune incidence mesurable
Réputation : Aucune incidence mesurable
1
Moyenne Sécurité : Risque faible pour les machines seulement
Production : Retard rattrapable en travail normal
Qualité : Manque de qualité acceptable
Environnement : Emissions, rejets dans les normes, mais au-
dessus de l'optimum
Réputation : Mécontentement ponctuel d'un client sans
modification des habitudes
2
Importante Sécurité : Risque faible pour le personnel
Production : Retard rattrapable en travail supplémentaire
Qualité : Manque de qualité rattrapable
Environnement : Pollution accidentelle confinée au site de
production
Réputation : Mécontentement du client avec perte de marché
3
Catastrophique Sécurité : Risque grave pour le personnel et les machines
Production : Retard non rattrapable
Qualité : Manque de qualité non rattrapable
Environnement : Pollution accidentelle affectant l'extérieur
du site
Réputation : Perte de marchés importants avec
déstabilisation possible de la société
4
Il faut définir la gravité d'une défaillance pour chacun des 5 points : la sécurité, la production,
la qualité, l'impact environnemental et la réputation de l'entreprise. Si un des points a un score
plus haut que les autres, on prendra la note la plus haute afin de faire ressortir le point
critique.
Ici si la gravité vaut 1, on ne continue pas l'AMDEC, on peut se contenter de faire du
graissage, du nettoyage et un simple contrôle visuel par l'opérateur.
Si la gravité vaut 4, on peut également arrêter l'AMDEC, il y a visiblement quelque chose qui
ne va pas, les risques sont trop élevés, il faut revoir la conception de l'équipement.
Si la gravité vaut 2 ou 3, on continue l'AMDEC et on recherche les causes de la défaillance.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
22
 CAUSES DE LA DÉFAILLANCE
On différencie les différentes causes car elles peuvent avoir des occurrences et des
détectabilités différentes. Par exemple, un rouleau peut ne plus tourner parce qu'il est grippé
ou desserré.
Une fois les causes identifiées, on peut noter l'occurrence.
 L'OCCURRENCE
Pour définir l'occurrence d'une panne, il faut se baser sur l'expérience propre, celle de
l'opérateur ou des techniciens maintenance (historique de pannes). On peut aussi faire des
comparaisons avec d'autres équipements connus relativement similaires.
Occurrence Détail Note
Exceptionnelle La possibilité d'une défaillance est pratiquement inexistante 1
Rare Une défaillance s'est déjà produite ou pourrait se produire 2
Occasionnelle Il y a eu traditionnellement des défaillances dans le passé 3
Fréquente Il est presque certain que la défaillance se produira souvent 4
 LA DÉTECTABILITÉ
La détectabilité est un point important, si on ne peut pas prédire la panne, il y a un plus grand
risque d'arrêt à cause d'elle. On peut réduire la détectabilité et donc la criticité d'un
équipement en lui affectant des capteurs ou en le remplaçant par un qui l'intègre.
Détectabilité Détail Note
Très bonne Il existe des capteurs en ligne 1
Bonne La défaillance est décelable ou visible 2
Difficile Nécessite un démontage ou utilisation d'un appareil de contrôle 3
pas
détectable
La défaillance n'est pas décelable ou encore sa localisation nécessite
une expertise approfondie
4
 LA CRITICITÉ
Une fois les trois facteurs définis, on peut passer au calcul de la criticité. Ici la note est propre
à Fabricom, on peut très bien utiliser des notes allant de 1 à 5 ou 1 à 10 en fonction de la
finesse que l'on veut pour chaque facteur. Mais à vouloir faire trop fin, on risque vite de ne
pas bien différencier deux niveaux différents et associer une mauvaise note à un équipement.
Criticité = Gravité x Occurrence x Détectabilité
Criticité Action
C < 16 Ne pas tenir compte (hormis la maintenance de base : lubrification,
nettoyage, contrôle visuel par l'opérateur)
16 <= C < 32 Mise sous maintenance préventive à fréquence faible
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
23
32 <= C < 36 Mise sous maintenance préventive à fréquence élevée
36 <= C < 48 Recherche d'amélioration
C >= 48 Reprendre la conception
Une fois la criticité obtenue, on peut définir les actions de maintenance à effectuer sur un
équipement. Un équipement qui une criticité faible n'aura besoin que de maintenance de base,
un autre plus critique aura des contrôles plus réguliers à faire et dans les cas extrêmes, il
faudra revoir l'équipement.
Exemple AMDEC :
Les motards ont et auront toujours la nécessité de lubrifier la chaîne de leur moto, qu’il
s’agisse d’une 125 cm3 ou d’un hyper-sportive 1000 cm3, (presque) personne n’y échappe !
Cette nécessité se traduit souvent en corvée; la graisse sur les mains (et sur la jante). Le
graissage régulier et après chaque sortie sous la pluie.
Et pourtant un kit chaîne bien graissé s’usera moins vite et on peut facilement doubler la
durée de vie de celui-ci !
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
24
Tableau AMDEC :
Aussi, on peut déterminer les ensembles les plus critiques en se basant sur la méthode ABC
car 20% d’éléments causent 80% de pannes.
 Analyse fonctionnelle de la machine « savonicc » :
 Diagramme de Pieuvre :
La société de
production
Savonneuse
Le processus étudié permet d’assurer la production de savonnettes de dimensions, masses,
couleurs et formes.
Bondillons (copeaux de
savon), parfums,
colorants et adjuvants.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
25
Ce diagramme nous aide à déterminer les fonctions principales et fonctions contraintes
FP2 FP3
FP1 FC1
FC5
FC4 FC3 FC2
FP1 : Couper à longueur des morceaux de savon selon programmation.
FP2 : Former des morceaux de savon en savonnettes avec marquages selon le type d’outil
monté.
FP3 : Mélanger, affiner et boudiner le mélange.
FC1 : S’adapter à l’énergie.
FC2 : Plaire à l’œil.
FC3 : Etre facile à maintenir.
FC4 : Respecter les normes de sécurité.
FC5 : Respecter et résister à l’environnement.
 Analyse fonctionnelle de la machine « SAVONICC » - la partie Presse :
Le principe de fonctionnement
L’ensemble de presse reçoit des bonbons du savon provenant du convoyeur, les transforme en
savonnette et les évacue dans des bacs : on trouve 2 types de savonnettes :
Type 1 : 40g : ces dimensions sont 68*29*20
Type2 : 80g : ces dimensions sont 63.5*50*25
On peut concevoir d’autres types selon l’outillage qu’on spécifie.
Groupe
boudineuse
Maintenance
Environnement
Coupe
L’ouvrier
Presse
Sécurité
Savonneuse
Energie
Œil
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
26
 Bête à corne :
 Diagramme de pieuvre :
FP1
FC1 FC5
FC2 FC3 FC4
FP1 : permettre à l’utilisateur de transformer les bondons en savonnette.
FC1 : s’adapter à l’énergie.
FC2 : être facile à maintenir.
FC3 : être ergonomique.
FC4 : respecter l’environnement.
FC5 : assurer la sécurité.
Presse
Utilisateur Bondons
Presse
Utilisateur Bonbons
Énergie
Maintenanc
e
Ergonomie
Environnemen
t
Sécurité
Transformer les bondons en savonnette.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
27
 Tableau des exigences
Fonctions Critères Exigences Flexibilité
FP Utilisateur
Produits
chimiques
Presse
Age=+18 ans.
Sexe : indifférent.
Qualification : parler et lire le français.
Adapter à la machine.
L 1900mm
l 1200mm
H 1600mm
Masse 245g
Partie hydraulique : 50kg
Groupe froid : 160kg
Outillage : 40g – 80g
F0
FC1 Energie électrique
Energie
pneumatique
Triphasée 400V+ fréquence 50hz
Consommation presse pneumatique
0.5kVAR
Presse hydraulique 1kVAR
Groupe froid : réseau monophasé 240V
Puissance consommée : 2.5Kvar
Air comprimé : 5-7 Bar
Filtré et séché
Consommation presse pneumatique :
70l/mn
Hydraulique : 30l/mn
F1
FC2 Maintenance Nettoyage et entretien facile des éléments F1
FC3 Ergonomie Appareil doit être transporté en position
d’utilisation
F1
FC4 Environnement L’appareil doit être utilisé sur ses pieds et
sur une surface horizontale
F0
FC5 Sécurité Séparation des énergies F0
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
28
 SADT A-0 :
W : ENERGIES C : configuration R : réglages E : exploitation
Additifs infos
Bondillons déchets
Savonnettes
 FAST :
PRODUIRE DES
SAVONNETTES
FP1 : S’adapterà la taille
de l’utilisateur
Recevoirles
« bondons »
Réglerle pupitre ou
tableaude bordau niveau
de l’utilisateurqui esten
positiondebout.
Convoyeurtransfert
d’entrée
Déviateur
Bac de récupération
Transfertde
chargement
Transfertd’évacuation
Vérinpousseur
Capteurs,repérage
de position
Vérin
d’évacuation
Convoyeurà
rouleaux libre
Sécurité
Boutonpoussoir
d’Arrêtd’Urgence
Protégeretséparer
lesalimentations.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
29
Le FAST peut être encore bien développé, mais la contrainte de temps, nous empêche à
tout faire.
Mise en service Boutonpoussoir
éclairé
Mode marche
Maintenance
Vérificationdes
rouleaux
Vérificationdu
poinçon
Nettoyage
Vérificationde la
matrice
Chiffon
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
30
Partie4 :
 Elaboration du plan de maintenance préventive pour la
machine « savonicc » partie « Presse » :
 Application AMDEC sur « Presse » :
Criticité :
Elément Fonction Défaut Cause Effet=conséq
uence
F* D* G
=
Portes
presse
Protectrice
s
Portes
ouvertes
Oubli. Arrêt
général
1 2 3
Electrovan
ne+pressost
at
A travers
les
électrovann
es, on peut
ajuster la
pression
d’air
Manque
d’air
comprimé
Réseauair
comprimé.
Eléctrovann
e non
excitées.
Pressostat
mal réglée.
Arrêt
mouvementv
érins presse.
Message
terminal.
1
1
1
2
3
4
4
5
5
convoyeur Convoyeur
d’amené
des
bondons de
savon
Convoyeu
r arrêté.
Surintensité. Arrêt
convoyeur.
Voyant
local « défau
t
convoyeur »
éclairé.
1 3 3
bouchon Détection
par cellule
à l’entrée
du
convoyeur
encombre
ment
 Débit des
bondons
est grand
par
rapport
au débit
de
presse.
 Non
détection
des
bondons.
Voyant
local « bouc
hon
éclairé »
1
1
2
3
3
3
Vérins
presse
Vérins
presse
Vérins de
presse
Grippage ou
obstacle.
Annule cycle
presse.
1 2 3
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
31
assure
cycle
presse des
bondons
bloqués
Détecteur de
fin de course
mal réglé ou
défectueux.
Vérifier le
fonctionnem
ent des
vérins en
manuel.
Retour vérin
en état
initial.
Message
terminal.
1
1
3
2
2
5
Vérins
aiguillage
(amont-
aval)
Défaut
vérin
aiguillage
Grippage ou
obstacle.
Détecteur de
fin de course
mal réglé ou
défectueux.
Voyant
local « éfaut
aiguillage»
clignote.
Message
terminal.
1
1
2
4
3
2
Poinçon Défaut
collage
Pas assez
froid.
Bavures de
savons.
Savon collé.
Annulation
cycle presse.
Retour en
position
initial.
Voyant local
clignote.
1
1
1
4
3
4
3
2
3
matrice Défaut
collage
- matrice
inférieure
encrassée
- blocage
remontée
matrice
inférieure
par grippage
voyant local
« collage »
éclairé fixe
- message
terminal
- annulation
1
1
4
4
3
5
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
32
- dérèglement
détecteurs
sous
matrice
inférieure
cycle presse
- retour
position
initiale
vérins de
presse
- aiguillages
sur
recyclage
-
automatique
en mode
manu local
si matrice
inférieure
revenue à sa
position
initiale.
1 3 4
Donc, on obtient les résultats suivants :
Eléments : Criticité
Portes presse 6
Electrovannes+pressostat 8
15
20
Convoyeur 9
Bouchon 6
9
Vérin presse 6
6
10
Vérin aiguillage 6
8
Poinçon 12
6
12
Matrice 12
20
12
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
33
Donc, pour faire le PMP, on va le faire selon l’ordre décroissant de la valeur de la
criticité.
 Plan de maintenance préventive :
ACTIONS : NATURE DE
MAINTENANCE :
PERIODICITE Outillage : Etat de la
Machine :
Placé
pressostat
systématique JEQ Visuel
manuel
Arrêt
Déblocage de
la matrice
systématique D100 manuel Arrêt
Excité les
électrovannes
systématique S04 visuel Marche
Poinçon froid conditionnelle S04 visuel Marche
Vérins presse
bien actionnés
conditionnelle S04 manuel Marche
Convoyeur systématique D100 visuel Marche
Détecteurs
d’arrivé des
bondons
conditionnelle S12 visuel Marche
Fermer les
portes presse
systématique J01 Visuel,
manuel
Arrêt
Savon collé
sur le poinçon
systématique JEQ Chiffon,
manuel.
Arrêt
JEQ : chaque changement d’équipe.
D100 : toutes les 1000 heures de fonctionnement.
S04 : tous les mois
S12 : tous les trimestres
J01 : tous les jours.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
34
Conclusion
Pour conclure, à travers ce projet, nous avons su comment réaliser un plan de
maintenance pour prévoir les défaillances avant qu’elles ne se réalisent. Et
pour cela, il a fallu respecter les étapes du fonctionnement de la
machine<<savonneuse>> et connaitre ses composantes et notamment son
système de fonctionnement.
Malgré cela, on ne peut pas tout connaitre sur la machine, avoir accès à
toutes les connaissances, mais on essaye d’en connaitre le plus possible,
d’avoir accès aux informations de la machine et de connaitre le niveau de
criticité de leurs composantes, et donc à travers ce projet, on a su établir un
plan qui rassemble toutes les composantes, défaillances possibles pour
minimiser les pertes de production, d’argent et surtout le temps de
maintenance, car le but de tout cela est de minimiser les coûts et de
maximiser son taux de fonctionnement.
BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2
35
Webographie :
https://cadres.apec.fr/Emploi/Marche-Emploi/Fiches-Apec/Fiches-fonctions/Les-grandes-
fonctions/Services-techniques/Les-fonctions-maintenance-securite-et-assistance-technique-
assurent-l-operationnalite-des-moyens-de-production
http://www.enit.fr/perso/francois/index/Recherche/MACOD/Chapitres/Chapitre%201/1V1.Pd
F
www.wikipedia.fr
http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01059490
Bibliographie :
Consultation du cahier de charge de la machine Savonicc.
http://www.didact.fr/2-111019-fiche-savonicc_simplex_a4.pdf.pdf
http://data.over-blog-
kiwi.com/0/30/75/97/201212/ob_6d863f4cfb13745b82d44aa133541fb7_maintenance.pdf
http://www.maintenance-industrielle-sud.com/maintenance-industrielle.html
http://www.boutique.afnor.org/extraits/FA092125.pdf
http://www.lpmei.com/cd_bac_mei/eleve/cours/gestion%20de%20maintenance/511%20l
es%20differente%20forme%20de%20maintenance.pdf
http://crta.fr/wp-content/uploads/2013/07/52-Les-niveaux-de-maintenance.pdf
http://colasapoil.free.fr/HEI/HEI5%20TC/Maintenance/h5_tc_maintenance_coursv2_co
ursv2_1783.pdf
http://www.ifptraining.com/media/cms/6/0000000926_RCFR-2015_11-
Organisation%20de%20la%20Maintenance.pdf
http://azaquar.com/doc/amdec-analyse-des-modes-de-d%C3%A9faillances-de-leurs-
effets-et-de-leur-criticit%C3%A9
http://www.bpms.info/amdec/
http://erwan.neau.free.fr/Toolbox/AMDEC.htm

Contenu connexe

Tendances

Rapport PFE faten_chalbi
Rapport PFE faten_chalbiRapport PFE faten_chalbi
Rapport PFE faten_chalbiFaten Chalbi
 
Rapport PFE | Remitec | Automatisation d'une installation de production des e...
Rapport PFE | Remitec | Automatisation d'une installation de production des e...Rapport PFE | Remitec | Automatisation d'une installation de production des e...
Rapport PFE | Remitec | Automatisation d'une installation de production des e...Zouhair Boufakri
 
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAR
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMARRapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAR
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAROmar EL Aamrani
 
Rapport de projet de fin d'études - SIEMENS 2016
Rapport de projet de fin d'études - SIEMENS 2016Rapport de projet de fin d'études - SIEMENS 2016
Rapport de projet de fin d'études - SIEMENS 2016Soufiane KALLIDA
 
Gestion de la maintenance
Gestion de la maintenanceGestion de la maintenance
Gestion de la maintenanceKhadija Kannoun
 
Rapport PFE - Mise en place d'OpenERP pour IT-Consulting
Rapport PFE - Mise en place d'OpenERP pour IT-ConsultingRapport PFE - Mise en place d'OpenERP pour IT-Consulting
Rapport PFE - Mise en place d'OpenERP pour IT-ConsultingMohamed Cherkaoui
 
Etude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatiséEtude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatiséRapport de Stage
 
Présentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFEPrésentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFEmarouan barssa
 
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed AmineRapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed AmineMohamed Amine Mahmoudi
 
Rapport de Projet de Fin d'étude .
Rapport de Projet de Fin d'étude .Rapport de Projet de Fin d'étude .
Rapport de Projet de Fin d'étude .Oussama Ben Sghaier
 
Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutique
Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutiqueLean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutique
Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutiqueMouhcine Nahal
 
Rapport de stage en 2014_CENTRELEC
Rapport de stage en 2014_CENTRELECRapport de stage en 2014_CENTRELEC
Rapport de stage en 2014_CENTRELECBilal Jamjama
 
Présentation projet de fin d'étude
Présentation projet de fin d'étudePrésentation projet de fin d'étude
Présentation projet de fin d'étudeDonia Hammami
 
Soutenance mémoire de fin d'études
Soutenance mémoire de fin d'étudesSoutenance mémoire de fin d'études
Soutenance mémoire de fin d'étudesFabrice HAUHOUOT
 

Tendances (20)

Rapport PFE faten_chalbi
Rapport PFE faten_chalbiRapport PFE faten_chalbi
Rapport PFE faten_chalbi
 
La soutenance de stage
La soutenance de stageLa soutenance de stage
La soutenance de stage
 
Rapport PFE | Remitec | Automatisation d'une installation de production des e...
Rapport PFE | Remitec | Automatisation d'une installation de production des e...Rapport PFE | Remitec | Automatisation d'une installation de production des e...
Rapport PFE | Remitec | Automatisation d'une installation de production des e...
 
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAR
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMARRapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAR
Rapport de Stage PFE 2016 ELAAMRANI OMAR
 
Rapport de stage
Rapport de stage Rapport de stage
Rapport de stage
 
Devoir amdec
Devoir amdecDevoir amdec
Devoir amdec
 
Rapport de projet de fin d'études - SIEMENS 2016
Rapport de projet de fin d'études - SIEMENS 2016Rapport de projet de fin d'études - SIEMENS 2016
Rapport de projet de fin d'études - SIEMENS 2016
 
Gestion de la maintenance
Gestion de la maintenanceGestion de la maintenance
Gestion de la maintenance
 
Rapport PFE - Mise en place d'OpenERP pour IT-Consulting
Rapport PFE - Mise en place d'OpenERP pour IT-ConsultingRapport PFE - Mise en place d'OpenERP pour IT-Consulting
Rapport PFE - Mise en place d'OpenERP pour IT-Consulting
 
Etude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatiséEtude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatisé
 
Rapport de stage Ingelec
Rapport de stage IngelecRapport de stage Ingelec
Rapport de stage Ingelec
 
Présentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFEPrésentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFE
 
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed AmineRapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
 
Rapport Projet Fin d'Études PFE
Rapport Projet Fin d'Études PFERapport Projet Fin d'Études PFE
Rapport Projet Fin d'Études PFE
 
Rapport pfe
Rapport pfeRapport pfe
Rapport pfe
 
Rapport de Projet de Fin d'étude .
Rapport de Projet de Fin d'étude .Rapport de Projet de Fin d'étude .
Rapport de Projet de Fin d'étude .
 
Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutique
Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutiqueLean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutique
Lean Manufacturing sur une ligne de conditionnement pharmaceutique
 
Rapport de stage en 2014_CENTRELEC
Rapport de stage en 2014_CENTRELECRapport de stage en 2014_CENTRELEC
Rapport de stage en 2014_CENTRELEC
 
Présentation projet de fin d'étude
Présentation projet de fin d'étudePrésentation projet de fin d'étude
Présentation projet de fin d'étude
 
Soutenance mémoire de fin d'études
Soutenance mémoire de fin d'étudesSoutenance mémoire de fin d'études
Soutenance mémoire de fin d'études
 

Similaire à rAPPORT SAVONICC

Etude de la maintenance préventif
Etude de la maintenance préventifEtude de la maintenance préventif
Etude de la maintenance préventifNajlae Zaim
 
MéTiers De La Maint Indus
MéTiers De La Maint IndusMéTiers De La Maint Indus
MéTiers De La Maint Indusyouri59490
 
Rapport de veille salon industrie paris 2010 def
Rapport de veille salon industrie paris 2010 defRapport de veille salon industrie paris 2010 def
Rapport de veille salon industrie paris 2010 defViedoc
 
Rapport de stage ad industries
Rapport de stage ad industriesRapport de stage ad industries
Rapport de stage ad industriesAmaniFarhati
 
Exemple projet amdec
Exemple projet amdecExemple projet amdec
Exemple projet amdecSal Ma
 
Business plan d'une société de service a domicile tunisienne
Business plan d'une société de service a domicile tunisienneBusiness plan d'une société de service a domicile tunisienne
Business plan d'une société de service a domicile tunisienneAymen Foudhaili
 
'E- Maintenance industrielle VI'.pdfgggg
'E- Maintenance industrielle VI'.pdfgggg'E- Maintenance industrielle VI'.pdfgggg
'E- Maintenance industrielle VI'.pdfggggKedriMohammedCherif
 
Rapport de stage
Rapport de stageRapport de stage
Rapport de stageCyril VAAST
 
Bac Pro Mei Vfc
Bac Pro Mei VfcBac Pro Mei Vfc
Bac Pro Mei Vfcyouri59490
 
PFE rapport final
PFE rapport final PFE rapport final
PFE rapport final Adrien164091
 
Presentation Des MéTiers De La Mce (V2 )
Presentation Des MéTiers De La Mce  (V2 )Presentation Des MéTiers De La Mce  (V2 )
Presentation Des MéTiers De La Mce (V2 )youri59490
 
Guide Motion Control - intelligence et performance au coeur des machines
Guide Motion Control - intelligence et performance au coeur des machinesGuide Motion Control - intelligence et performance au coeur des machines
Guide Motion Control - intelligence et performance au coeur des machinesGimélec
 
manenance
manenance manenance
manenance hichem42
 

Similaire à rAPPORT SAVONICC (20)

Etude de la maintenance préventif
Etude de la maintenance préventifEtude de la maintenance préventif
Etude de la maintenance préventif
 
MéTiers De La Maint Indus
MéTiers De La Maint IndusMéTiers De La Maint Indus
MéTiers De La Maint Indus
 
Rapport de stage
Rapport de stageRapport de stage
Rapport de stage
 
Rapport de veille salon industrie paris 2010 def
Rapport de veille salon industrie paris 2010 defRapport de veille salon industrie paris 2010 def
Rapport de veille salon industrie paris 2010 def
 
Rapport de stage ad industries
Rapport de stage ad industriesRapport de stage ad industries
Rapport de stage ad industries
 
Rapport de stage.pdf
Rapport de stage.pdfRapport de stage.pdf
Rapport de stage.pdf
 
Exemple projet amdec
Exemple projet amdecExemple projet amdec
Exemple projet amdec
 
00 presentation btsms
00 presentation btsms00 presentation btsms
00 presentation btsms
 
Business plan d'une société de service a domicile tunisienne
Business plan d'une société de service a domicile tunisienneBusiness plan d'une société de service a domicile tunisienne
Business plan d'une société de service a domicile tunisienne
 
'E- Maintenance industrielle VI'.pdfgggg
'E- Maintenance industrielle VI'.pdfgggg'E- Maintenance industrielle VI'.pdfgggg
'E- Maintenance industrielle VI'.pdfgggg
 
Rapport de stage
Rapport de stageRapport de stage
Rapport de stage
 
PFE IMPREMER
PFE IMPREMERPFE IMPREMER
PFE IMPREMER
 
Bac Pro Mei Vfc
Bac Pro Mei VfcBac Pro Mei Vfc
Bac Pro Mei Vfc
 
Bac Pro Mei Vfc
Bac Pro Mei VfcBac Pro Mei Vfc
Bac Pro Mei Vfc
 
PFE rapport final
PFE rapport final PFE rapport final
PFE rapport final
 
Presentation Des MéTiers De La Mce (V2 )
Presentation Des MéTiers De La Mce  (V2 )Presentation Des MéTiers De La Mce  (V2 )
Presentation Des MéTiers De La Mce (V2 )
 
Guide Motion Control - intelligence et performance au coeur des machines
Guide Motion Control - intelligence et performance au coeur des machinesGuide Motion Control - intelligence et performance au coeur des machines
Guide Motion Control - intelligence et performance au coeur des machines
 
manenance
manenance manenance
manenance
 
Ed123
Ed123Ed123
Ed123
 
Bac Pro MEI
Bac Pro MEIBac Pro MEI
Bac Pro MEI
 

Dernier

Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneTxaruka
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfAtelier Canopé 37 - Tours
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxJCAC
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24BenotGeorges3
 
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Majida Antonios, M.Ed.
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfAtelier Canopé 37 - Tours
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfbdp12
 
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilfrizzole
 
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...Unidad de Espiritualidad Eudista
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAmar LAKEL, PhD
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Atelier Canopé 37 - Tours
 

Dernier (13)

Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
 
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
 
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
 
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
 

rAPPORT SAVONICC

  • 1. Ecole Marocaine des Sciences de l’Ingénieur Réalisé par : Ez-zerrouqi Amal - Benmerzouk Sarah Classe : 3GI2 Rapport Mini-Projet : La maintenance préventive de la machine « savonicc » : « PRESSE ». Encadré par : Mr. Elatife Khalid
  • 2. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 2 Nous tenons à remercier notre encadrant, Monsieur Elatife Khalid qui nous a été d’une aide précieuse et qui nous a consacré du temps. De plus, nous tenons à remercier Monsieur Essaddyky Nabil, technicien à E.M.S.I de Souissi qui répondait à nos questions sans aucun problème ainsi que toute personne qui nous a aidés à comprendre et réaliser notre mini-projet de fin d’année. Aussi, nous tenons à remercier les membres du jury qui vont être présents le jour de notre présentation du P.F.A pour nous écouter et évaluer notre travail.
  • 3. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 3 Objectif Le présent rapport constitue le résultat de notre travail accompli dans le cadre du projet de fin d’année effectué au sein de notre école. L’objectif de ce projet consiste à réaliser une maintenance préventive de la ligne de production de savon « savonicc » afin d’aider les étudiants à réussir leurs travaux pratiques sur cette ligne de production sans aucune défaillance inattendue et gagner plus de temps. En effet, comme nous étions lors de l’encadrement trois binômes et avec la contrainte du temps, notre encadrant nous a partagé les grandes parties de la machine en faisant un tirage au sort. Donc, ce rapport va se focaliser sur la partie « PRESSICC ». Donc, on va faire une maintenance préventive pour la Presse, et on va appliquer l’A.M.D.E.C sur cette partie pour mieux valoriser notre travail.
  • 4. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 4 Sommaire Partie 1 : Présentationde la savonneuse <<savonicc>>........................page:6 Partie 2 :.....................................................................................................page:8  Différence entre entretien et maintenance..........................................page:8  Définition de la maintenance..............................................................page:8  Utilité de la maintenance dans l’entreprise........................................page:8  Types de maintenance........................................................................page:9  Niveaux de maintenance...................................................................page:11 Partie 3 :....................................................................................................page:13  Domaines d’application de la maintenance préventive....................page:13  Elaborer un PMP (plan de maintenance préventive) ....................page:14  Définition..........................................................................................page:14  Objectifs...........................................................................................page:14  Principales actions intégrées au plan de maintenance.....................page:15  Exemple de plan de maintenance.....................................................page:15  Méthodologie AMDEC....................................................................page:19  Types AMDEC.................................................................................page:19  Mode de défaillance.........................................................................page:20  Effet de la défaillance......................................................................page:20  La gravité.........................................................................................page:21  Causes de la défaillance...................................................................page:22  L’occurrence....................................................................................page:22  La détectabilité.................................................................................page:22  La criticité.........................................................................................page:22  Exemple AMDEC............................................................................page:22  Analyse fonctionnelle de la machine « savonicc »...........................page:23  Bête à corne......................................................................................page:24  Diagramme de pieuvre.....................................................................page:24
  • 5. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 5  Analyse fonctionnelle de la machine « SAVONNICC » partie Presse……………………………………………………………....page:25  Principe de fonctionnement..............................................................page:25  Bête à corne.....................................................................................page:26  Diagramme de pieuvre.....................................................................page:26  Tableau des exigences......................................................................page:27  SADT A-0........................................................................................page:28  FAST................................................................................................page:28 Partie 4 :...................................................................................................page:30  Elaboration du plan de maintenance préventive pour la machine « savonicc » partie « Presse»..........................................................................................page:30  Application AMDEC sur « Presse ».................................................page:30  Plan de maintenance préventive.......................................................page:33 Conclusion:..............................................................................................page:34 Bibliographie :.........................................................................................page :35
  • 6. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 6 Partie 1 : Présentation de la savonneuse <<savonicc>> Cette partie est consacrée pour vous donner un bref aperçu sur la ligne de production que nous avons étudié, présentation de la société ASTRIANE Didact et le but de notre mini projet qui sera appliqué sur la machine « savonicc ». La machine « savonicc » à l’E.M.S.I est de la marque ASTRIANE Didact. Cette dernière, intervient depuis plus de 30 ans dans de multiples projets éducatifs à destination des formations technologiques et professionnelles. Intégrant un niveau de compétence élevé dans de nombreuses technologies, la société réalise des ensembles techniques destinés aux filières industrielles et tertiaires, pour des niveaux de formation 3 à 5 (classification UNESCO). ASTRIANE Didact appuie le succès de ses principales réalisations sur son expertise industrielle dans la fourniture de solutions innovantes, en réponse à des cahiers de charges exigeants. Ses principales compétences :  Mécanique, Hydraulique et Pneumatique  Robotique et Asservissements  Automatismes et Régulations  Instrumentation des systèmes. Ses principaux débouchés, par domaine de formation :  Maintenance industrielle ;  Métiers de l'Electrotechnique ;  Pilotage de Lignes de Production ;  Génie Climatique et Energétique - Energies renouvelables ;  Apprentissage des technologies d'Automatisme, Régulation et Asservissements.
  • 7. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 7 La machine « savonicc » est une machine industrielle qui se compose de trois principales parties qui sont :  Groupe boudineuse : Ensemble constitué d’un mélangeur, affineur et boudineuse, permettant de réaliser un boudin de savon de section définie.  Coupe : Permet de couper à longueur des morceaux de savon selon programmation.  Presse : Forme des morceaux de savon en savonnettes avec marquages selon le type d’outil monté (2 types d’outils fournis). Comme il existe aussi deux autres parties :  Conditionnement : Met en place les couches de savonnettes séparées par des intercalaires, dans des boîtes en bois avec fermeture par couvercle (2 types d’outil et 2 types de boîtes fournis).  Palettiseur : "Paletticc" Ordonne les boîtes par palettes de 6 à 8 caisses rangées en quinconce pour expédition. Mais ces deux dernières, nous ne les trouvons pas au sein de notre laboratoire à l’E.M.S.I.
  • 8. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 8 Partie2:  Différence entre entretien et maintenance : Entretien : Action de tenir quelque chose en bon état : soin,nettoyages, répartitions, apport d’élément nécessaire à cette opération et des frais qui en résulte. Maintenance : Ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de management durant le cycle de vie d’un bien, destinées à maintenir ou à le rétablir dans un état dans lequel il peut accomplir la fonction requise. La maintenance doit par son optimisation être une source de profit, elle intervient à tous les niveaux de cycle de vie d’un bien (de sa conception à son élimination).  Définition de la maintenance D’après [AFNOR, représentant français au sein des organisations de normalisation européenne et internationale, 1988], la maintenance vise <<toutes les activités destinées à maintenir ou à rétablir un bien dans un état ou dans des conditions données de sûreté de fonctionnement, pour accomplir une fonction requise. Ces activités sont une combinaison d’activités techniques, administratives et de management>>.  Utilité de la maintenance dans l’entreprise La MAINTENANCE est une fonction à part entière de l'entreprise. A ce titre, elle doit par son optimisation être une source de profit. Elle intervient à tous les niveaux du cycle de vie d'un bien, de sa conception à son élimination. La fonction de la maintenance est:  Améliorer la disponibilité des moyens de production ou de service : En minimisant le nombre et la durée des pannes et en organisant au mieux les activités de maintenance, permettant ainsi d'optimiser les coûts de non production.  Améliorer la sécurité des biens et des personnes : En préservant la santé des personnes, en assurant leur sécurité, en maîtrisant les risques étant respectant les textes de réglementation.  Intégrer des moyens nouveaux dans le dispositif de production ou de service : Permettant d'améliorer l'outil de production, la maintenance et la sécurité. La fonction maintenance s'intègre également dans le processus de qualité de l'entreprise en mettant en place une démarche de progrès dans toutes ses activités, en assurant une veille
  • 9. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 9 technologique constante et en exploitant au mieux les retours d'expérience. Elle participe aussi à la préservation de l'environnement. Ensuite, les métiers de la maintenance doivent mobiliser:  Des compétences pluri techniques permettant d'aborder différentes technologies.  Des capacités de travail en équipe et d’échanges avec les services internes de l’entreprise et avec les partenaires extérieurs. Donc, l'homme de maintenance est à la fois:  Un technicien capable d'aborder des problèmes techniques variés,  Un gestionnaire capable de programmer les activités de maintenance, de gérer le personnel, les outillages et les stocks.  Un manager capable d'animer, d'encadrer une équipe ou un service, de communiquer avec les autres services de l'entreprise et les entreprises externes.  Types de maintenance : Au sein du service de maintenance, on distingue globalement deux politiques de maintenance : la maintenance corrective et la maintenance préventive. Toutefois, quand une tâche de maintenance préventive est réalisée sur un équipement suite à la défaillance d’un autre équipement, on parle de maintenance mixte ou opportuniste. Selon que l’activité de maintenance ait lieu avant ou après la défaillance d’un bien, c'est-à- dire la cessation de son aptitude à accomplir une fonction requise et correspondant à un état de panne, on distingue :  Maintenance corrective :
  • 10. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 10 Exécutée après détection de la panne et destiner à remettre un bien dans un état dans lequel il peut accomplir son travail requis. Il existe deux qualifications de la maintenance corrective :  Différée : l’intervention peut être reportée.  D’urgence : l’intervention doit être immédiate.  Maintenance préventive : Exécutée avant la défaillance d’un bien, à des intervalles prédéterminés ou selon des critères dans le but de réduire la probabilité de défaillance ou dégradation d’un bien. Il existe deux qualifications de la maintenance préventive : Maintenance systématique : maintenance préventive exécutée à des intervalles de temps préétablis ou selon un nombre défini d'unités d'usage mais sans contrôle préalable de l'état du bien. Exemple: vidanges sur compresseurs…  Maintenance conditionnelle : maintenance préventive basée sur une surveillance du fonctionnement du bien et/ou des paramètres significatifs de ce fonctionnement intégrant les actions qui en découlent. La surveillance du fonctionnement et des paramètres peut être exécutée selon un calendrier, ou à la demande ou de façon continue. Exemple: surveillance du bruit et des vibrations d'un équipement. Analyses d'huile et mesures thermographiques.  Maintenance prévisionnelle : est un sous type de la maintenance conditionnelle. Elle exécutée en suivant les prévisions extrapolées de l'analyse et de l'évaluation de paramètres significatifs de la dégradation du bien. L'analyse de la tendance de l'évolution du paramètre, permet en fonction d'une valeur limite du paramètre à ne pas dépasser (seuil limite) de programmer l'intervention. Exemple : suivi vibratoire sur roulements de broches de centres d'usinage
  • 11. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 11 Donc, le but de la maintenance préventive : o Augmenter la durée de vie des matériels. o Diminuer la probabilité des défaillances en service. o Diminuer les temps d’arrêt en cas de révision ou de panne. o Prévenir et aussi prévoir les interventions coûteuses de maintenance corrective. o Permettre de décider la maintenance corrective dans de bonnes conditions. o Éviter les consommations anormales d’énergie, de lubrifiant, de pièces détachées, etc. o Améliorer les conditions de travail du personnel de production. o Diminuer le budget de maintenance. o Supprimer les causes d’accidents graves.  Niveaux de maintenance Les niveaux de maintenance sont caractérisés par la complexité des tâches de maintenance.  PREMIER NIVEAU Réglages simples prévus par le constructeur ou le service de maintenance, au moyen d’éléments accessibles sans aucun démontage ou ouverture de l’équipement.  DEUXIEMENIVEAU Dépannages par échange standard des éléments prévus à cet effet et opérations mineures de maintenance préventive.  TROISIEME NIVEAU Identification et diagnostic de pannes suivis éventuellement : - d’échanges de constituants - de réparations mécaniques mineures - de réglage et réétalonnage général des mesureurs.  QUATRIEME NIVEAU
  • 12. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 12 Travaux importants de maintenance corrective ou préventive à l’exception de la rénovation et de la reconstruction.  CINQUIEME NIVEAU Travaux de rénovation de reconstruction ou de réparation importante. Exemples : NIVEAU NATURE DE L’INTERVENTION 1  Echange de fusibles, voyants  Dégagement d’un produit défectueux après mise en sécurité de l’équipement 2  Graissage des paliers d’une machine  Contrôle du bon fonctionnement d’un four de traitements thermiques  Remplacement d’une électrovanne sur un système de serrage de pièce 3  Remplacement d’une bobine de contacteur à la suite d’une surtension  Réétalonnage d’un manomètre donnant des informations de pression erronées  Remplacement d’une clavette cisaillée nécessitant un réajustage 4  Révision générale d’un compresseur  Démontage, réparation, remontage et réglage d’un treuil de levage  Remplacement du coffret d’équipement électrique de démarrage d’une machine 5  Révision générale de la chaufferie d’une usine  Amélioration du degré d’automatisation d’une ligne de conditionnement  Réparation d’un engin de levage portuaire suite à une tempête Donc, pour conclure cette première partie, le choix entre les méthodes de maintenance s’effectue dans le cadre de la politique de la maintenance et doit s’opérer en accord avec la direction de l’entreprise. Mais il faut connaître le fonctionnement et les caractéristiques des matériels, le comportement du matériel en exploitation, les conditions d’application de chaque méthode, les coûts de maintenance et les coûts de perte de production.
  • 13. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 13 Partie 3  Domaines d’application de la maintenance préventive : La maintenance préventive est appliquée dans plusieurs domaines :  Maintenance technique : Dans le cadre de la sous-traitance des installations d’une entreprise, la maintenance technique est la gestion technique des équipements et installations,du bâtiment : chauffage, ventilation, climatisation, électricité, Plomberie, ascenseur, etc.  Maintenance du logiciel : (Ou maintenance logicielle) désigne, en génie logiciel, les modifications apportées à un logiciel, après sa mise en œuvre, pour en corriger les fautes, en améliorer l'efficacité ou autres caractéristiques, ou encore adapter celui-ci à un environnement modifié. On applique aussi la maintenance sur :  matériels de production : ligne de production, machines, outils, accessoires…  matériels périphériques à la production : moyens de levage, fournitures de fluides et réseau…  services généraux : informatique, climatisation, bâtiments… Ensuite, Maintenance systématique s'adresse de préférence à des équipements :  dont la défaillance menacerait la sécurité des biens et des personnes,  dont la défaillance entraînerait des coûts élevés,  dont l'arrêt ou le redémarrage est long,  qui sont soumis à des obligations réglementaires. Maintenance des moteurs à explosion :Les moteurs à explosion demandent une maintenance régulière (ou entretien) de leurs différents organes en fonction de l'utilisation qui en est faite. Les bougies d'allumage (moteur à allumage commandé), le filtre à huile, l'huile motrice, le filtre à air. Puis, la maintenance prévisionnelle, s’adresse par exemple pour :  Dépannage hydraulique : Le dépannage des installations et systèmes hydrauliques (centrales et groupes, presses, moteurs, pompes, vérins, distributeurs, etc.) nécessite méthode et rigueur, ainsi que de la réflexion.
  • 14. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 14 Un bon dépanneur hydraulique doit être capable d'analyser et de comprendre le fonctionnement d'une installation d'après son schéma, questionner longuement l'utilisateur et le responsable, établir une bonne communication avec ces derniers. Pour pouvoir réparer, il faut d'abord être bon mécanicien. Il faut connaître :  les techniques d'entraînement, de roulement, de guidage,  les divers types de circuits et de schémas hydrauliques,  les matériaux (aciers, alliages, traitements thermiques, matériaux non ferreux),  les techniques d'enlèvement de matière (usinage, tournage, fraisage, rectification, rodage, glaçage, grattage),  les techniques d'apport de matière (métallisation, soudure) et les métaux d'apport,  les produits chimiques, les colles,  les techniques d'assemblage (mécanique, par soudure, par agrafage). Enfin, une précision parfaite est nécessaire, et cela revient plus cher que la maintenance systématique. Elaborer un PMP (plan de maintenance préventive)  DEFINITION : Selon la norme NF X 60-010, c’est «un document énonçant les modes opératoires, les ressources et la séquence des activités liées à la maintenance d’un bien». Ce document est établi dans une phase d’analyse et de conception de la maintenance à effectuer sur un matériel. Il rentre totalement dans une démarche de préparation et constitue souvent le cœur du dossier de préparation. Le plan de maintenance d’un bien doit permettre l’organisation de la maintenance du bien et concourir à sa réalisation.  OBJECTIFS : L’établissement du plan de maintenance permet d’atteindre les objectifs suivants :  Garantir une continuité de service ;  Garantir un niveau de disponibilité connu à un coût global maîtrisé ;  Maintenir une qualité de service contractuelle ;  Prévenir les risques.
  • 15. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 15  PRINCIPALES ACTIONS INTEGREES AU PLAN DE MAINTENANCE : Le plan de maintenance définira de façon précise les actions suivantes : inspections, contrôles, visites, réparations.  EXEMPLE DE PLAN DEMAINTENANCE : Pour RENAULT, les documents nécessaires à l'exploitation de la Maintenance Préventive sont : Le Plan de Maintenance Préventive (PMP) : Document sur lequel on trouve la liste des opérations de maintenance préventive ainsi que les informations nécessaires à leur exécution en terme de : - Petit entretien. - Inspection. - Contrôle. - Test, essai, épreuve. - Remplacement systématique. - Nettoyage technique. -Contrôle périodique réglementaire pour maintenir la machine ou l'installation dans son état de bon fonctionnement. Gamme de maintenance préventive : Document sur lequel on trouve le mode opératoire, pas à pas qui détaille le contenu d'une opération du PMP. Il décrit la manière de réaliser l'opération, la chronologie, les outillages spécifiques nécessaires, les valeurs de référence, les consignes de sécurité, etc... Note : son contenu est adapté au personnel qui réalise les opérations, par exemple: localisation et description par schémas, textes, photos, etc...
  • 16. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 16 Remarques : Pour les équipements identiques, une seule documentation est demandée au fournisseur et pourra être dupliquée en accord, sous réserve que leurs fonctions soient identiques (même fonctionnement, mêmes conditions d'exploitation : charge, temps de cycle, taux d'engagement, température, milieu extérieur,…). Fournitures dues par le fournisseur pour Renault: Le fournisseur doit communiquer le PMP comprenant en : • colonne 1 du PMP : le sous-ensemble sur lequel on agit, c'est à dire la dénomination de l'ensemble des matériels liés par la réalisation d'une même fonction, • colonne 2 du PMP : l'élément sur lequel on agit, c'est à dire le matériel ou composant sur lesquels on va effectuer de la maintenance préventive, (Par exemple le moteur si on décide de le remplacer intégralement ou le palier si on décide d'agir seulement sur celui- ci), • colonne 3 du PMP : le libellé synthétique de l'opération à effectuer, • colonne 4 du PMP : la charge prévue, somme des temps passés de tous les
  • 17. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 17 intervenants pour réaliser l'opération, • colonne 5 du PMP : la périodicité, mode de déclenchement et nombre d'unités (heures de fonctionnement, nombre de pièces produites, ou calendaire, • colonne 6 du PMP : l'état de la machine pendant la réalisation de l'opération, • colonne 7 du PMP : les valeurs limites de réglages minimales et maximales tolérées, • colonne 8 du PMP : les outillages spécifiques (pompe graissage) ou moyens de mesure spécifique (ampèremètre) ou sens utilisé (visuel, auditif, ….) pour réaliser le contrôle, • colonne 10 du PMP : échange de la pièce (C) conditionnel par rapport au contrôle ou (S) systématique par rapport à une périodicité d'échange, • colonne 11 du PMP : désignation et référence de la pièce de rechange et/ou des consommables précédées de la quantité en chiffre, • colonne 9 et 13 du PMP : le numéro de la gamme de maintenance, se reporter à la norme EB00.20.600 pour plus de précision. NOTE : Pour les documents non datés, la dernière version en vigueur s'applique. EN 13306 : Terminologie de la maintenance EB00.20.600 : Machines, installations et outillages industriels.
  • 18. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 18 Voici un exemple de plan de maintenance préventive.
  • 19. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 19  Méthodologie AMDEC : La méthodologie AMDEC est l'Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leur Criticité permet de calculer la criticité d'un composant d'un équipement en se basant sur trois critères : la gravité, l'occurrence et la détectabilité. De ce fait on peut en déduire les composants critiques et leurs associer des actions appropriées pour chacun. Cette méthodologie n'est réellement efficace qu'avec l'expérience, il faut donc se renseigner en profondeur auprès des personnes compétentes. Pour un novice, elle risque d'être mal appliquée. Nous avons choisi de n'appliquer cette méthode que sur une partie limitée de la machine. La réalisation d'une AMDEC est recommandée aux entreprises qui souhaitent obtenir une norme ou une certification. L'AMDEC consiste à analyser :  les défaillances,  leurs causes,  leurs effets. L'AMDEC est réalisée grâce à des contrôles :  de différents points de la chaîne de production,  du produit ou du service fini. Attention : en aucun cas il est possible d’identifier tous les problèmes potentiels. L’AMDEC est donc d’autant plus importante qu’il faut sans cesse renouveler l’expérience pour arriver à une détection convenable mais qui ne sera jamais exhaustive. En effet, cela entre dans le cadre de la limitation des risques, intérêt très bien compris par de nombreuses entreprises qui utilisent l’AMDEC depuis sa création par l’industrie aérospatiale américaine et l’ajout de la notion de criticité par l’Europe.  Types AMDEC : Types d’AMDEC Rôle Document de travail associé l'AMDEC fonctionnelle Analyse des défaillances et de ses causes à l’étape de la conception  Plan de construction  brevet l'AMDEC produit Analyse les demandes des clients en termes de fiabilité  Plan de fiabilisation l'AMDEC processus Analyse des risques liés aux défaillances d’un  Plan de surveillance
  • 20. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 20 produit  Contrôle qualité l'AMDEC moyen de production Analyse les risques liés aux défaillances de la chaîne de production  Guide de maintenance l'AMDEC flux Analyse les risques liés à l’approvisionnement, le temps de réaction et de correction et leurs coûts  Plan de gestion des stocks  Procédure de sécurité Chacun de ces types d'AMDEC donne en sortie un document de travail incontournable pour la suite du développement, par exemple :  pour l'AMDEC produit, un plan de fiabilisation ;  pour l'AMDEC processus, un plan de surveillance, contrôle qualité ;  pour l'AMDEC moyen de production, une gamme de maintenance préventive ;  pour l'AMDEC flux, le plan de sécurisation ainsi que les stocks et délais de sécurité.  MODE DE DÉFAILLANCE Une fois la liste des composants identifiée, on peut chercher les modes de défaillance. Pour les identifier, il faut connaitre la fonction du composant. Par exemple : un moteur doit entrainer un arbre, c'est sa fonction principale. Cette fonction peut cependant être mal assurée (vitesse de rotation trop ou trop peu importante, couple insuffisant, déclenchements intempestifs, …). Si on prend une colleuse Nordson, on ne peut pas se contenter de dire que sa fonction est de chauffer, il faut préciser qu'elle doit fondre la colle, elle peut très bien chauffer et pour autant ne pas fonctionner. On identifiera les défaillances comme suit : - Pas de fonction (c'est la défaillance principale, dans la plupart des cas, elle sera suffisante) ; - Fonction partielle / excessive / insuffisante ; - Fonction intermittente ; - Fonction non prévue.  EFFET DE LA DÉFAILLANCE Pour une défaillance donnée, on a un effet. Cela peut être un arrêt de l'installation, d'une partie de l'installation, un risque pour l'opérateur, des rejets environnementaux, … Il faut essayer de ne pas voir trop loin, si le tapis du magasin de la Farcon est en panne, on ne doit pas forcément arrêter l'installation, c'est le tapis qui s'arrête, mais on peut toujours remplir le magasin à la main. L'identification de l'effet de la défaillance permet de définir la gravité de celle-ci.
  • 21. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 21  LA GRAVITÉ La gravité est le premier facteur de la criticité à définir, on commence par celui-ci car en fonction de sa note, on doit ou pas continuer l'AMDEC. Voici la liste utilisée pour définir la gravité : Gravite Détail Note Mineure Sécurité : Aucune incidence mesurable Production : Aucune incidence mesurable Qualité : Aucune incidence mesurable Environnement : Aucune incidence mesurable Réputation : Aucune incidence mesurable 1 Moyenne Sécurité : Risque faible pour les machines seulement Production : Retard rattrapable en travail normal Qualité : Manque de qualité acceptable Environnement : Emissions, rejets dans les normes, mais au- dessus de l'optimum Réputation : Mécontentement ponctuel d'un client sans modification des habitudes 2 Importante Sécurité : Risque faible pour le personnel Production : Retard rattrapable en travail supplémentaire Qualité : Manque de qualité rattrapable Environnement : Pollution accidentelle confinée au site de production Réputation : Mécontentement du client avec perte de marché 3 Catastrophique Sécurité : Risque grave pour le personnel et les machines Production : Retard non rattrapable Qualité : Manque de qualité non rattrapable Environnement : Pollution accidentelle affectant l'extérieur du site Réputation : Perte de marchés importants avec déstabilisation possible de la société 4 Il faut définir la gravité d'une défaillance pour chacun des 5 points : la sécurité, la production, la qualité, l'impact environnemental et la réputation de l'entreprise. Si un des points a un score plus haut que les autres, on prendra la note la plus haute afin de faire ressortir le point critique. Ici si la gravité vaut 1, on ne continue pas l'AMDEC, on peut se contenter de faire du graissage, du nettoyage et un simple contrôle visuel par l'opérateur. Si la gravité vaut 4, on peut également arrêter l'AMDEC, il y a visiblement quelque chose qui ne va pas, les risques sont trop élevés, il faut revoir la conception de l'équipement. Si la gravité vaut 2 ou 3, on continue l'AMDEC et on recherche les causes de la défaillance.
  • 22. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 22  CAUSES DE LA DÉFAILLANCE On différencie les différentes causes car elles peuvent avoir des occurrences et des détectabilités différentes. Par exemple, un rouleau peut ne plus tourner parce qu'il est grippé ou desserré. Une fois les causes identifiées, on peut noter l'occurrence.  L'OCCURRENCE Pour définir l'occurrence d'une panne, il faut se baser sur l'expérience propre, celle de l'opérateur ou des techniciens maintenance (historique de pannes). On peut aussi faire des comparaisons avec d'autres équipements connus relativement similaires. Occurrence Détail Note Exceptionnelle La possibilité d'une défaillance est pratiquement inexistante 1 Rare Une défaillance s'est déjà produite ou pourrait se produire 2 Occasionnelle Il y a eu traditionnellement des défaillances dans le passé 3 Fréquente Il est presque certain que la défaillance se produira souvent 4  LA DÉTECTABILITÉ La détectabilité est un point important, si on ne peut pas prédire la panne, il y a un plus grand risque d'arrêt à cause d'elle. On peut réduire la détectabilité et donc la criticité d'un équipement en lui affectant des capteurs ou en le remplaçant par un qui l'intègre. Détectabilité Détail Note Très bonne Il existe des capteurs en ligne 1 Bonne La défaillance est décelable ou visible 2 Difficile Nécessite un démontage ou utilisation d'un appareil de contrôle 3 pas détectable La défaillance n'est pas décelable ou encore sa localisation nécessite une expertise approfondie 4  LA CRITICITÉ Une fois les trois facteurs définis, on peut passer au calcul de la criticité. Ici la note est propre à Fabricom, on peut très bien utiliser des notes allant de 1 à 5 ou 1 à 10 en fonction de la finesse que l'on veut pour chaque facteur. Mais à vouloir faire trop fin, on risque vite de ne pas bien différencier deux niveaux différents et associer une mauvaise note à un équipement. Criticité = Gravité x Occurrence x Détectabilité Criticité Action C < 16 Ne pas tenir compte (hormis la maintenance de base : lubrification, nettoyage, contrôle visuel par l'opérateur) 16 <= C < 32 Mise sous maintenance préventive à fréquence faible
  • 23. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 23 32 <= C < 36 Mise sous maintenance préventive à fréquence élevée 36 <= C < 48 Recherche d'amélioration C >= 48 Reprendre la conception Une fois la criticité obtenue, on peut définir les actions de maintenance à effectuer sur un équipement. Un équipement qui une criticité faible n'aura besoin que de maintenance de base, un autre plus critique aura des contrôles plus réguliers à faire et dans les cas extrêmes, il faudra revoir l'équipement. Exemple AMDEC : Les motards ont et auront toujours la nécessité de lubrifier la chaîne de leur moto, qu’il s’agisse d’une 125 cm3 ou d’un hyper-sportive 1000 cm3, (presque) personne n’y échappe ! Cette nécessité se traduit souvent en corvée; la graisse sur les mains (et sur la jante). Le graissage régulier et après chaque sortie sous la pluie. Et pourtant un kit chaîne bien graissé s’usera moins vite et on peut facilement doubler la durée de vie de celui-ci !
  • 24. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 24 Tableau AMDEC : Aussi, on peut déterminer les ensembles les plus critiques en se basant sur la méthode ABC car 20% d’éléments causent 80% de pannes.  Analyse fonctionnelle de la machine « savonicc » :  Diagramme de Pieuvre : La société de production Savonneuse Le processus étudié permet d’assurer la production de savonnettes de dimensions, masses, couleurs et formes. Bondillons (copeaux de savon), parfums, colorants et adjuvants.
  • 25. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 25 Ce diagramme nous aide à déterminer les fonctions principales et fonctions contraintes FP2 FP3 FP1 FC1 FC5 FC4 FC3 FC2 FP1 : Couper à longueur des morceaux de savon selon programmation. FP2 : Former des morceaux de savon en savonnettes avec marquages selon le type d’outil monté. FP3 : Mélanger, affiner et boudiner le mélange. FC1 : S’adapter à l’énergie. FC2 : Plaire à l’œil. FC3 : Etre facile à maintenir. FC4 : Respecter les normes de sécurité. FC5 : Respecter et résister à l’environnement.  Analyse fonctionnelle de la machine « SAVONICC » - la partie Presse : Le principe de fonctionnement L’ensemble de presse reçoit des bonbons du savon provenant du convoyeur, les transforme en savonnette et les évacue dans des bacs : on trouve 2 types de savonnettes : Type 1 : 40g : ces dimensions sont 68*29*20 Type2 : 80g : ces dimensions sont 63.5*50*25 On peut concevoir d’autres types selon l’outillage qu’on spécifie. Groupe boudineuse Maintenance Environnement Coupe L’ouvrier Presse Sécurité Savonneuse Energie Œil
  • 26. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 26  Bête à corne :  Diagramme de pieuvre : FP1 FC1 FC5 FC2 FC3 FC4 FP1 : permettre à l’utilisateur de transformer les bondons en savonnette. FC1 : s’adapter à l’énergie. FC2 : être facile à maintenir. FC3 : être ergonomique. FC4 : respecter l’environnement. FC5 : assurer la sécurité. Presse Utilisateur Bondons Presse Utilisateur Bonbons Énergie Maintenanc e Ergonomie Environnemen t Sécurité Transformer les bondons en savonnette.
  • 27. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 27  Tableau des exigences Fonctions Critères Exigences Flexibilité FP Utilisateur Produits chimiques Presse Age=+18 ans. Sexe : indifférent. Qualification : parler et lire le français. Adapter à la machine. L 1900mm l 1200mm H 1600mm Masse 245g Partie hydraulique : 50kg Groupe froid : 160kg Outillage : 40g – 80g F0 FC1 Energie électrique Energie pneumatique Triphasée 400V+ fréquence 50hz Consommation presse pneumatique 0.5kVAR Presse hydraulique 1kVAR Groupe froid : réseau monophasé 240V Puissance consommée : 2.5Kvar Air comprimé : 5-7 Bar Filtré et séché Consommation presse pneumatique : 70l/mn Hydraulique : 30l/mn F1 FC2 Maintenance Nettoyage et entretien facile des éléments F1 FC3 Ergonomie Appareil doit être transporté en position d’utilisation F1 FC4 Environnement L’appareil doit être utilisé sur ses pieds et sur une surface horizontale F0 FC5 Sécurité Séparation des énergies F0
  • 28. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 28  SADT A-0 : W : ENERGIES C : configuration R : réglages E : exploitation Additifs infos Bondillons déchets Savonnettes  FAST : PRODUIRE DES SAVONNETTES FP1 : S’adapterà la taille de l’utilisateur Recevoirles « bondons » Réglerle pupitre ou tableaude bordau niveau de l’utilisateurqui esten positiondebout. Convoyeurtransfert d’entrée Déviateur Bac de récupération Transfertde chargement Transfertd’évacuation Vérinpousseur Capteurs,repérage de position Vérin d’évacuation Convoyeurà rouleaux libre Sécurité Boutonpoussoir d’Arrêtd’Urgence Protégeretséparer lesalimentations.
  • 29. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 29 Le FAST peut être encore bien développé, mais la contrainte de temps, nous empêche à tout faire. Mise en service Boutonpoussoir éclairé Mode marche Maintenance Vérificationdes rouleaux Vérificationdu poinçon Nettoyage Vérificationde la matrice Chiffon
  • 30. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 30 Partie4 :  Elaboration du plan de maintenance préventive pour la machine « savonicc » partie « Presse » :  Application AMDEC sur « Presse » : Criticité : Elément Fonction Défaut Cause Effet=conséq uence F* D* G = Portes presse Protectrice s Portes ouvertes Oubli. Arrêt général 1 2 3 Electrovan ne+pressost at A travers les électrovann es, on peut ajuster la pression d’air Manque d’air comprimé Réseauair comprimé. Eléctrovann e non excitées. Pressostat mal réglée. Arrêt mouvementv érins presse. Message terminal. 1 1 1 2 3 4 4 5 5 convoyeur Convoyeur d’amené des bondons de savon Convoyeu r arrêté. Surintensité. Arrêt convoyeur. Voyant local « défau t convoyeur » éclairé. 1 3 3 bouchon Détection par cellule à l’entrée du convoyeur encombre ment  Débit des bondons est grand par rapport au débit de presse.  Non détection des bondons. Voyant local « bouc hon éclairé » 1 1 2 3 3 3 Vérins presse Vérins presse Vérins de presse Grippage ou obstacle. Annule cycle presse. 1 2 3
  • 31. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 31 assure cycle presse des bondons bloqués Détecteur de fin de course mal réglé ou défectueux. Vérifier le fonctionnem ent des vérins en manuel. Retour vérin en état initial. Message terminal. 1 1 3 2 2 5 Vérins aiguillage (amont- aval) Défaut vérin aiguillage Grippage ou obstacle. Détecteur de fin de course mal réglé ou défectueux. Voyant local « éfaut aiguillage» clignote. Message terminal. 1 1 2 4 3 2 Poinçon Défaut collage Pas assez froid. Bavures de savons. Savon collé. Annulation cycle presse. Retour en position initial. Voyant local clignote. 1 1 1 4 3 4 3 2 3 matrice Défaut collage - matrice inférieure encrassée - blocage remontée matrice inférieure par grippage voyant local « collage » éclairé fixe - message terminal - annulation 1 1 4 4 3 5
  • 32. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 32 - dérèglement détecteurs sous matrice inférieure cycle presse - retour position initiale vérins de presse - aiguillages sur recyclage - automatique en mode manu local si matrice inférieure revenue à sa position initiale. 1 3 4 Donc, on obtient les résultats suivants : Eléments : Criticité Portes presse 6 Electrovannes+pressostat 8 15 20 Convoyeur 9 Bouchon 6 9 Vérin presse 6 6 10 Vérin aiguillage 6 8 Poinçon 12 6 12 Matrice 12 20 12
  • 33. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 33 Donc, pour faire le PMP, on va le faire selon l’ordre décroissant de la valeur de la criticité.  Plan de maintenance préventive : ACTIONS : NATURE DE MAINTENANCE : PERIODICITE Outillage : Etat de la Machine : Placé pressostat systématique JEQ Visuel manuel Arrêt Déblocage de la matrice systématique D100 manuel Arrêt Excité les électrovannes systématique S04 visuel Marche Poinçon froid conditionnelle S04 visuel Marche Vérins presse bien actionnés conditionnelle S04 manuel Marche Convoyeur systématique D100 visuel Marche Détecteurs d’arrivé des bondons conditionnelle S12 visuel Marche Fermer les portes presse systématique J01 Visuel, manuel Arrêt Savon collé sur le poinçon systématique JEQ Chiffon, manuel. Arrêt JEQ : chaque changement d’équipe. D100 : toutes les 1000 heures de fonctionnement. S04 : tous les mois S12 : tous les trimestres J01 : tous les jours.
  • 34. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 34 Conclusion Pour conclure, à travers ce projet, nous avons su comment réaliser un plan de maintenance pour prévoir les défaillances avant qu’elles ne se réalisent. Et pour cela, il a fallu respecter les étapes du fonctionnement de la machine<<savonneuse>> et connaitre ses composantes et notamment son système de fonctionnement. Malgré cela, on ne peut pas tout connaitre sur la machine, avoir accès à toutes les connaissances, mais on essaye d’en connaitre le plus possible, d’avoir accès aux informations de la machine et de connaitre le niveau de criticité de leurs composantes, et donc à travers ce projet, on a su établir un plan qui rassemble toutes les composantes, défaillances possibles pour minimiser les pertes de production, d’argent et surtout le temps de maintenance, car le but de tout cela est de minimiser les coûts et de maximiser son taux de fonctionnement.
  • 35. BENMERZOUK SARAH& EZ-ZERROUQIAMAL 3GI 2 35 Webographie : https://cadres.apec.fr/Emploi/Marche-Emploi/Fiches-Apec/Fiches-fonctions/Les-grandes- fonctions/Services-techniques/Les-fonctions-maintenance-securite-et-assistance-technique- assurent-l-operationnalite-des-moyens-de-production http://www.enit.fr/perso/francois/index/Recherche/MACOD/Chapitres/Chapitre%201/1V1.Pd F www.wikipedia.fr http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01059490 Bibliographie : Consultation du cahier de charge de la machine Savonicc. http://www.didact.fr/2-111019-fiche-savonicc_simplex_a4.pdf.pdf http://data.over-blog- kiwi.com/0/30/75/97/201212/ob_6d863f4cfb13745b82d44aa133541fb7_maintenance.pdf http://www.maintenance-industrielle-sud.com/maintenance-industrielle.html http://www.boutique.afnor.org/extraits/FA092125.pdf http://www.lpmei.com/cd_bac_mei/eleve/cours/gestion%20de%20maintenance/511%20l es%20differente%20forme%20de%20maintenance.pdf http://crta.fr/wp-content/uploads/2013/07/52-Les-niveaux-de-maintenance.pdf http://colasapoil.free.fr/HEI/HEI5%20TC/Maintenance/h5_tc_maintenance_coursv2_co ursv2_1783.pdf http://www.ifptraining.com/media/cms/6/0000000926_RCFR-2015_11- Organisation%20de%20la%20Maintenance.pdf http://azaquar.com/doc/amdec-analyse-des-modes-de-d%C3%A9faillances-de-leurs- effets-et-de-leur-criticit%C3%A9 http://www.bpms.info/amdec/ http://erwan.neau.free.fr/Toolbox/AMDEC.htm