23/03/2011
Un site pour suivre le "panache" radioactif en France  LIRSN met en ligne une simulation du passage du panache radioactif ...
Un site pour suivre le "panache" radioactif en France                             3
L’ iPad 2 disponible depuis le vendredi 25 mars  Apple vous invite depuis le 25 mars à découvrir l’ iPad 2 à l’Apple Store...
Un journal vidéo en ligne dédié aux tablettes numériques  Le site dinformation high-tech et lifestyle, Teknologik.fr, lanc...
Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ?   La distribution alimentaire prépare sa web révolution ave...
Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ?   La part des ventes réalisées online varie très fortement ...
Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ?   Pour contourner ces difficultés et pour permettre au cons...
Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ?   Deux modèles se côtoient aujourdhui :   Un premier modèle...
Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ?   Ces deux modèles permettent un gain de temps mais le prem...
Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ?                                      11
Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ?   A linverse, avec un modèle de picking magasin, la product...
Merci de votre attention13
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La Keynote RepriseMedia du 23/03/11

574 vues

Publié le

Le digital évolue perpétuellement. Il bouge, il vit. Difficile de le suivre au quotidien. Notre idée : vous faciliter le décryptage et le suivi de l’actualité DIGITALE dans son ensemble. C’est pourquoi nous avons décidé de mettre en place un outil QUOTIDIEN accessible à tout le monde : la KEYNOTE. Simple, synthétique et diversifiée, son rôle n’a qu’une prétention : éveiller votre curiosité et vous apporter une veille digitale réclamée par l’ensemble de nos clients. Vous en souhaitant bonne lecture

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
574
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La Keynote RepriseMedia du 23/03/11

  1. 1. 23/03/2011
  2. 2. Un site pour suivre le "panache" radioactif en France LIRSN met en ligne une simulation du passage du panache radioactif sur la France réalisée avec le concours de Météo France, et offre son outil Criter aux internautes qui permet un suivi en quasi temps-réel. Si le Japon est malheureusement toujours dans la crainte dune catastrophe nucléaire, les émanations radioactives se propagent depuis une dizaine de jours dans le reste du monde au gré des mouvements atmosphériques. Les experts sont toutefois formels, il ne sagit pas dun nuage comme celui qui avait traversé la France après la catastrophe de Tchernobyl, mais dun "panache" radioactif, estimé 1000 à 10 000 fois moins nocif et quasi-invisible même pour les appareils de contrôle les plus perfectionnés. Reste que cela génère des craintes chez de nombreux français, et cest pourquoi lIRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nationale) veut jouer la transparence, publiant en temps-réel les informations dont il dispose. On peut donc voir sur le site de lIRSN une simulation du passage de ce panache radioactif, prévu pour aujourdhui, sur la France. Linstitut a également mis en ligne une version améliorée de son outil Criter qui surveille la France dun point de vue radiologique (Métropole et Dom-Tom). Criter sappuie sur les résultats provenant de 180 balises mesurant le rayonnement gamma toutes les 5 minutes. Si le traitement de ces données est fait en temps-réel dans un centre des Yvelines, la carte visible par les internautes est mise à jour toutes les 4 heures. "La radioactivité ne devrait d’ailleurs pas être détectable par les balises du réseau Téléray de surveillance français de la radioactivité ambiante" précise l’IRSN. 2
  3. 3. Un site pour suivre le "panache" radioactif en France 3
  4. 4. L’ iPad 2 disponible depuis le vendredi 25 mars Apple vous invite depuis le 25 mars à découvrir l’ iPad 2 à l’Apple Store . Pour découvrir l‘ iPad, le rendez-vous a été donné dès 17 h à lApple Store le 25 mars. Des spécialistes vous en montreront les fonctionnalités sont à disposition et aideront le public à choisir le modèle qui vous correspond et le configureront selon les désirs de chacun. La marque propose également de l’achetez en ligne et de bénéficiez dune livraison gratuite à domicile. Côté prix, l’ iPad 2 Wifi uniquement sera plus accessible, avec un prix de base fixé à 489 euros, contre un peu moins de 510 euros pour l’iPad 1 16 Go à l’époque de sa sortie. L’ iPad 2 version 32 Go sera proposé à 591 euros, contre 610 euros pour la première version. La version 64 Go sera quant à elle à 693 euros. Pour les versions Wifi +3G, il faudra compter 609 euros pour l’iPad 2 version 16 Go, 711 euros pour le 32 Go et 813 euros pour le 64 Go. 4
  5. 5. Un journal vidéo en ligne dédié aux tablettes numériques Le site dinformation high-tech et lifestyle, Teknologik.fr, lance un journal vidéo hebdomadaire en ligne dédié exclusivement à lactualité des tablettes numériques, TAB7. Aux commandes : les journalistes, Benjamin Vincent et Pierrick Fay, créateurs du site Internet. Pour son premier numéro, TAB7 propose notamment un test de la tablette Xoom de Motorola. Cette émission tout en images dune durée de 5 minutes environ est diffusée tous les samedis en ligne. Elle est également disponible en podcast sur l’ i Tunes Store. 5
  6. 6. Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ? La distribution alimentaire prépare sa web révolution avec le concept du Drive, la dernière trouvaille des distributeurs pour enfin réussir dans le-commerce. Le marché du e-commerce français a atteint 31,2 milliards deuros en 2010 enregistrant une progression de 26 % par rapport à 2009. Pour 2011, les prévisions font état dun marché européen qui devrait frôler les 203 milliards deuros et dun marché national de 38,7 milliards soit une progression de 24 %. Cette évolution amènera le e-commerce à peser environ 7,3 % des ventes de détail en France en 2011 et 11 à 12 % à lhorizon 2015. 6
  7. 7. Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ? La part des ventes réalisées online varie très fortement selon les secteurs, le voyage, les produits techniques et lhabillement faisant parties des secteurs où la part des ventes online est la plus importante. A linverse, le marché de lalimentaire sur Internet est lui très faible puisquil représente moins de 1% du marché de la grande distribution. En effet, après avoir été un secteur pionnier il y a plus de 25 ans avec les courses sur minitel (Cadditel qui devint ensuite Telemarket.fr), le modèle de la livraison à domicile na jamais explosé. Car malgré lintérêt porté par la plupart des enseignes (Auchan avec Auchandirect, Carrefour avec Ooshop, Cora avec Houra, Monoprix avec Telemarket puis Monoprix.fr, Intermarché avec Expressmarche.com, Casino avec feu Cmescourses et aujourdhui Monsupercasino) le modèle reste instable et peu ou pas rentable. En effet les problématiques logistiques (prioritairement la livraison du dernier kilomètre) et la stratégie prix posent de sérieux problèmes aux différents intervenants ce qui explique le non déploiement du modèle sur 100 % du territoire. 7
  8. 8. Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ? Pour contourner ces difficultés et pour permettre au consommateur de mettre fin aux "courses- corvées", Auchan, en complément de son site de livraison à domicile, a créé Auchan Drive et Chronodrive. Avec ce modèle, la contrainte de la logistique aval est transférée au client comme dans le modèle traditionnel des hypermarchés et supermarchés. De plus, le gros avantage de ce modèle tient dans son positionnement prix qui est le même que dans les magasins physiques. Après plusieurs années de réglages à petite échelle, les enseignes ont décidé de déployer ce concept. Aujourdhui, le Drive sinscrit parmi les nouveaux services proposés aux consommateurs par la plupart des enseignes. Il constitue, par exemple, une alternative permettant de desservir certaines zones non couvertes par le réseau classique de livraison à domicile. 8
  9. 9. Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ? Deux modèles se côtoient aujourdhui : Un premier modèle que nous pouvons appeler le « Pure-drive », où le consommateur récupère sa commande en se rendant avec son véhicule sur un lieu déterminé. Selon ce système, le client identifié par un code personnel récupère ses achats dans un entrepôt dédié ou un espace accolé au magasin, auprès dune équipe en charge de remplir son coffre. Ceci sans que le consommateur ait à descendre de son véhicule. Cest le modèle principalement exploité par Leclerc et Auchan. Le second modèle est le « drive-piéton » , comme son intitulé lindique, le consommateur se rend à pied dans le magasin où il aura choisi de récupérer ses achats. Dans ce cas de figure, on parle d"emporté-magasin". On retrouve ce modèle chez Système U, Intermarché et Simplymarket par exemple. Ce système est particulièrement adapté aux centres villes où le foncier est rare et cher. Pour ce service toutes les enseignes nont pas la même approche logistique : certaines privilégient le picking magasin et dautres la préparation sur un entrepôt unique qui livre ensuite les magasins. 9
  10. 10. Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ? Ces deux modèles permettent un gain de temps mais le premier modèle connaît une réussite commerciale pour plusieurs raisons : - le coût du service : le modèle "Pure drive" est gratuit, à linverse de lemporté magasin qui souvent est payant. - la praticité du service : lemporté piéton oblige le consommateur à entrer dans le magasin et à attendre quun employé se libère pour lui remettre ses courses. - le confort du service : il est plus facile de transporter 80-90 euros de courses dans le coffre de sa voiture que de les porter à la main. Au niveau économique, autant la lecture est simple et la rentabilité présente pour une activité "Pure Drive", autant les résultats réalisés via le picking magasin sont timorés et peu lisibles. En effet, avec le premier modèle, les investissements, les frais de personnel et la productivité sont connus et maîtrisés. Un point de vigilance doit cependant être levé : la sélection de lemplacement sont primordiaux dans la réussite économique du modèle, car un niveau de chiffre daffaires plancher est nécessaire. Sur cette problématique, nous avons défini un profil type de driver qui nous permet de modéliser le chiffre daffaires potentiel dune unité Drive en fonction de différents critères, comme par exemple le type de flux routiers mais aussi lappétence au modèle Drive de la zone de chalandise. 10
  11. 11. Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ? 11
  12. 12. Le Drive : enfin le bon concept pour le-commerce alimentaire ? A linverse, avec un modèle de picking magasin, la productivité et les frais de personnel de lactivité sont noyés avec ceux du magasin. Ce modèle, qui nécessite peu dinvestissements, était intéressant il y a quelques années pour tester lintérêt des consommateurs, mais aujourdhui il semble quil connaisse ses limites (faible niveau de chiffre daffaires, préparation des commandes peu optimisée, gestion complexe des stocks...). Au-delà de lenjeu majeur pour lavenir quest le-commerce, le Drive est aussi une arme redoutable au niveau de lexpansion et de la stratégie des enseignes. En effet il permet de sinstaller dans des zones où lenseigne nest pas présente, sans avoir besoin dune surface importante et sans avoir besoin de multiplier les points de vente : le concept de Drive est, aujourdhui, suffisamment novateur pour permettre le développement rapide de la notoriété de lenseigne dans la zone (comme le prouve la réussite de Chronodrive). Devant de tels enjeux, les enseignes, dans une stratégie dans certains cas de défense et dans dautres cas de conquête de part de marché, ont annoncé des déploiements massifs dans les mois et les années à venir (Leclerc annonce 400 unités, Carrefour 180 unités). A ce rythme, le marché de le-commerce alimentaire qui se répartit aujourdhui à 50/50 entre le concept de livraison à domicile et celui de Drive devrait vite basculer en faveur du second et dépasser les 3,5 milliards deuros en 2015. A ce moment là, nous pourrons dire que le-commerce alimentaire aura fait sa révolution. Avant cela, il reste aux distributeurs à trouver les emplacements les plus judicieux en termes de flux routier et de zone de chalandise : la course aux emplacements est donc lancée. Course à laquelle dautres intervenants comme les distributeurs spécialisés et les industriels pourraient venir participer, le modèle Drive pouvant sadapter à dautres secteurs. 12
  13. 13. Merci de votre attention13

×