SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  42
Télécharger pour lire hors ligne
RAPPORT	DE	L’ATELIER	SUR	LA	RECHERCHE		
DES	SOLUTIONS	DURABLES	ET	LE	RELÈVEMENT	PRÉCOCE		
EN	FAVEUR	DES	PERSONNES	AFFECTÉES	PAR	LA	CRISE	
	
©PNUD	Burundi	/	Aaron	Nsavyimana	/	2016		
Bujumbura 27 -29 avril 2016
2				 Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
	
REMERCIEMENTS	
Nos remerciements vont en premier lieu au Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales
et du Genre qui a pris l’initiative d’organiser cet atelier sur la recherche des solutions durables en faveur des
personnes affectées par la crise. Un grand merci également au bureau du Coordonnateur résident des Nations
Unies au Burundi, au PNUD, au HCR et à l’UNICEF pour leur soutien tant financier que de leur forte
implication pour la bonne réalisation de cette activité. De même nos remerciements vont aux collègues de
l’OIM , de la FAO , de l’OHCDH, du FIDA, de la Banque mondiale, de l’Union européenne, de la Coopération
belge pour leur participation active dans la tenue de l’événement.
Nos remerciements chaleureux vont à Mme Sophie Crozet, facilitatrice infatigable de l‘atelier ; à
Mme Natacha Emerson, Senior Protection Adviser (IASC) à Nairobi ; à M. Matteo Frontini, spécialiste du
relèvement précoce au bureau du Coordonnateur résident ; et à M. Louis Nduwimana, consultant en matière
de solutions durables, pour son appui à la révision de la Stratégie nationale de réintégration. Remercions
également les membres du Groupe sectoriel sur le relèvement précoce et les membres du Groupe technique
sur les solutions durables qui ont eu la lourde responsabilité d’organiser cet atelier.
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		3	
ACRONYMES	
CAM	:	Carte	d’assistance	médicale	
CMS	:	Comité	mixte	de	sécurité	
CNTB	:	Commission	nationale	sur	les	terres	et	les	biens	
CSLP	:	Cadre	stratégique	de	lutte	contre	la	pauvreté	
CVR	:	Commission	vérité	réconciliation	
DIH	:	Droit	international	humanitaire	(en	temps	de	crise)	
DIDH	:	Droit	international	des	droits	de	l’homme	(en	temps	de	paix)	
DTM	:	Matrice	de	suivi	des	déplacements	(displacement	tracking	matrix)	
GSRCRR	:	Groupe	sectoriel	relèvement	communautaire,	rapatriement,	réintégration	
GTSD	:	Groupe	technique	sur	les	solutions	durables	
IASC	:	International	Agency	Standing	Committee	(Comité permanent inter organisations	(CPI))	
MDPHASG	:	Ministère	des	Droits	de	la	Personne	Humaine,	des	Affaires	Sociales	et	du	Genre	
OI	:	Organisation	internationale	
OIM	: Organisation internationale pour les migrations	
ONG	:	Organisation	non	gouvernementale	
OSC	:	Organisation	de	la	société	civile	
OUA	:	Organisation	de	l’unité	africaine	
PAD	:	Personnes	affectées	par	le	déplacement	
PDI	:	Personnes	déplacées	à	l’intérieur	de	leur	propre	pays	
PNUD	:	Programme	des	Nations	Unies	pour	le	développement	
RDC	:	République	démocratique	du	Congo	
RDExC	:	Réfugiés,	déplacés	et	ex	combattants	
ReDSS	:	Secrétariat	régional	sur	les	solutions	durables	((Regional Durable Solutions Secretariat)	
SNR	:	Stratégie	nationale	de	réintégration	
UNDAF	:	United	Nations	Development	Assistance	Framework	(Plan cadre des Nations Unies pour l’aide au
développement	(PNUAD))	
UNHCR	:	Haut	Commissariat	aux	réfugiés	des	Nations	Unies		
VRI	:	Villages	ruraux	intégrés	
WASH	:	Water,	Sanitation	and	Hygiene	promotion	(Eau,	assainissement et promotion de l'hygiène)
4				 Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Table	des	matières	
INTRODUCTION	......................................................................................................................................................	7	
DÉROULEMENT	DES	TRAVAUX	................................................................................................................................	8	
OUVERTURE	..............................................................................................................................................................	8	
SÉANCE	D’INTRODUCTION	:	CONCEPTS	ET	PRINCIPES	............................................................................................................	8	
ATTENTES	ET	OBJECTIFS	DE	L’ATELIER	........................................................................................................................................	8	
LES	PRÉSENTATIONS	ET	LES	TRAVAUX	DE	GROUPES	.......................................................................................................................	9	
SITUATION	GLOBALE,	RÉGIONALE	DES	SOLUTIONS	DURABLES	........................................................................................................	10	
DÉFINITION	DE	«	SOLUTION	DURABLE	»	...................................................................................................................................	10	
ÉCHANGES	.........................................................................................................................................................................	11	
PRÉSENTATION		SUR	LES	RÉFUGIÉS		BURUNDAIS	DANS	LA	SOUS-RÉGION	..........................................................................................	11	
ÉCHANGES	.........................................................................................................................................................................	11	
PRÉSENTATION	 SUR	 LES	 RÉSULTATS	 DE	 LA	 MATRICE	 DE	 SUIVI	 DES	 DÉPLACEMENTS	 (DTM)	:	 PRINCIPAUX	 MOUVEMENTS	;	 TENDANCES,	
CHIFFRES	ET	OBSTACLES	AUX	SOLUTIONS	DURABLES	....................................................................................................................	12	
QU’EST-CE	QUE	LA	DTM?	....................................................................................................................................................	12	
LA	DTM	DANS	LE	MONDE	.....................................................................................................................................................	12	
LE	CONTEXTE	BURUNDAIS	.....................................................................................................................................................	12	
CONSTATS	ET	FAITS	SAILLANTS	...............................................................................................................................................	13	
ÉCHANGES	.........................................................................................................................................................................	13	
TÉMOIGNAGE	D’UN	DÉPLACÉ	INTERNE		DU	SITE	DE	RUHORORO	....................................................................................................	13	
ÉCHANGES	.........................................................................................................................................................................	14	
LES	PDI,	LES	RAPATRIÉS	ET	LES		SOLUTIONS	DURABLES	AU	BURUNDI	..............................................................................................	14	
ACTIVITÉS	EN	COURS	ET	PERSPECTIVES	.....................................................................................................................................	15	
TRAVAUX	DE	GROUPE	SUR	LE	CONTEXTE	DES	SOLUTIONS	DURABLES	AU	BURUNDI	.............................................................................	15	
CADRE	JURIDIQUE	ET	PRINCIPES	RÉGISSANT	POUR	LES	SOLUTIONS	DURABLES	(CONVENTIONS	DE	KAMPALA	ET	DE	GENÈVE,	PACTE	DES	GRANDS	
LACS	ET	CADRE	SUR	LES	SOLUTIONS	DURABLES)	.........................................................................................................................	17	
PACTE	SUR	LA	SÉCURITÉ,	LA	STABILITÉ	ET	LE	DÉVELOPPEMENT	DANS	LA	RÉGION	DES	GRANDS	LACS	......................................................	18	
CADRES	ET	PRINCIPES	RÉGISSANT	LA	RECHERCHE	DES	SOLUTIONS	DURABLES	....................................................................................	18	
CRITÈRES	DE	RÉALISATION	DES	SOLUTIONS	DURABLES	(CADRE	IASC)	.............................................................................................	19	
CADRE	-	REDSS	(INDICATEURS)	ET	TRAVAUX	SUR	LES	INDICATEURS	...............................................................................................	23	
INITIATIVES	RÉGIONALES		TRAITENT	DU	DÉPLACEMENT	PROLONGÉ	ET	DES	SOLUTIONS	DURABLES	..........................................................	27	
LES	INITIATIVES	NATIONALES		DANS	LA	RÉGION	..........................................................................................................................	27	
UNE	APPROCHE	DES	SOLUTIONS	DURABLES	BASÉE	SUR	LE	GENRE,	LA	DIVERSITÉ	ET	LA	PARTICIPATION	...................................................	27	
TRAVAUX	EN	GROUPES	:	OBSTACLES	ET	DÉFIS	LOCAUX	AUX	SOLUTIONS	DURABLES	AU	BURUNDI	..........................................................	28	
RÉSULTATS	DES	TRAVAUX	EN	GROUPES	SUR	L’APPROCHE	GENRE	...................................................................................................	29
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		5	
MOYENS	DE	SUBSISTANCE	/	L’APPROCHE	3X6	..........................................................................................................................	29	
L’ÉTAPE	DE	L’ENGAGEMENT	..................................................................................................................................................	30	
L’ÉTAPE	DE	LA	GÉNÉRATION	DE	REVENUS	.................................................................................................................................	30	
L‘ÉTAPE	DE	L’ÉPARGNE	.........................................................................................................................................................	30	
L’ÉTAPE	DE	“JOINT	VENTURE”	................................................................................................................................................	30	
L’ÉTAPE	«	INVESTIR	»	..........................................................................................................................................................	30	
L’ÉTAPE	D’ACCÈS	AUX	MARCHÉS	.............................................................................................................................................	30	
UNE	APPROCHE	COLLABORATIVE	:	LES	ACTEURS	HUMANITAIRES	ET	DE	DÉVELOPPEMENT	....................................................................	30	
LOGEMENT,	TERRES	ET	AUTRES	BIENS	......................................................................................................................................	31	
PROBLÈMES	RENCONTRÉS	.....................................................................................................................................................	32	
ÉCHANGES	.........................................................................................................................................................................	32	
EXPOSÉ	SUR	LE	LOGEMENT	DURABLE	PAR	MDPGHASG	.............................................................................................................	32	
RÉSULTATS	ATTEINTS	...........................................................................................................................................................	34	
RECOMMANDATIONS	POUR	LA	STRATÉGIE	NATIONALE	SUR	LES	SOLUTIONS	DURABLES	EN	FAVEUR	DES	PERSONNES	SINISTRÉES	..............	35	
SÉANCE	DE	CLÔTURE	..................................................................................................................................................	37	
LES	PROCHAINES	ÉTAPES	.............................................................................................................................................	37	
ANNEXE	................................................................................................................................................................	38	
AGENDA	.................................................................................................................................................................	38	
LISTE	DES	PARTICIPANTS	..............................................................................................................................................	41
6				 Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Tableaux	
Tableau	1	:	Différences	entre	Personnes	déplacées	à	l’intérieur	du	pays	(PDI)	et	réfugiés	 _________________________	 10	
Tableau	2	:	Résultats	des	travaux	en	groupes	sur	le	contexte	des	solutions	durables	au	Burundi	____________________	 16	
Tableau	3	:	Conventions	sur	les	réfugiés	________________________________________________________________	 17	
Tableau	4	:	Textes	régissant	les	personnes	déplacées	internes	_______________________________________________	 18	
Tableau	5	:	Critères	de	réalisation	des	solutions	durables	 __________________________________________________	 20	
Tableau	6	:	Résultats	des	travaux	en	groupes	sur	les	critères	de	réalisation	des	solutions	durables	__________________	 24	
Tableau	7	:	Activités	CNTB	réalisées	de	2006	au	31	décembre	2015	 __________________________________________	 31	
Annexe	
Agenda	__________________________________________________________________________________________	 37	
Liste	des	participants	 ______________________________________________________________________________	 40
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		7	
INTRODUCTION	
Du 27 au 29 avril 2016 s’est déroulé, à l’Hôtel Royal Palace, un atelier sur les solutions durables et le
relèvement précoce en faveur des personnes affectées par la crise.
Organisé par le Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre (MDPHASG),
en collaboration avec le bureau du Coordonnateur résident du Système des Nations Unies, cet atelier
regroupait les représentants des différents ministères, certains représentants de l’administration provinciale et
communale, les représentants de différentes agences du système des Nations Unies, ainsi que les représentants
des Organisations internationales et nationales.
L’atelier sur les solutions durables avait pour objectifs, d’une part de disséminer et de promouvoir les
standards internationaux et régionaux sur la recherche des solutions durables pour les personnes déplacées et,
d’autre part, de servir comme outil de renforcement des capacités afin que les acteurs des solutions durables
soient mieux équipés pour appliquer ces concepts au contexte national et local.
La démarche adoptée, lors de cet atelier de formation et d’échanges d’expérience, a reposé sur une approche
participative alternant des présentations sur les concepts, les principes et les cadres sur les solutions durables
suivies des échanges en plénière et des travaux en groupes sur l’état des lieux au Burundi.
À l’issue de cet atelier, les participants ont formulé les recommandations qui constituent des orientations
stratégiques en vue de la révision de la Stratégie nationale de réintégration des personnes affectées par le
conflit et de l’élaboration du Plan d’action pour les solutions durables et la résilience communautaire.
© PNUD Burundi / Patrice	Brizard	/	2016		-	Participants		aux	cérémonies	d’ouverture	de	l’atelier.
8				 Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
DÉROULEMENT	DES	TRAVAUX	
Ouverture	
Les travaux de l’atelier ont été ouverts par une allocution de circonstance du Coordonnateur résident du
Système des Nations Unies au Burundi, suivi du discours du Ministre des Droits de la Personne Humaine, des
Affaires Sociales et du Genre.
De ces allocutions respectives, il a été retenu l’engagement des partenaires du Burundi à soutenir le
Gouvernement dans la recherche des solutions durables en faveur des personnes sinistrées.
À cet effet, les participants étaient invités à se concerter pour convenir des orientations stratégiques en vue de
la révision de la Stratégie nationale de réintégration des personnes affectées par le conflit.
Séance	d’introduction	:	concepts	et	principes	
Attentes	et	objectifs	de	l’atelier	
Après cette cérémonie d’ouverture ; les participants ont formulé leurs attentes :
• Recevoir les informations pertinentes sur les solutions durables et leur mise en œuvre dans le contexte
actuel du pays ;
• Proposition d’un cadre pour une meilleure coordination sur les solutions durables, assorti de
mécanismes de suivi évaluation avec des indicateurs précis ;
• Assurance /qualité pour la satisfaction des bénéficiaires.
Ensuite les objectifs de l’atelier ont été rappelés aux participants :
• Améliorer la compréhension des principes qui régissent la recherche des solutions durables et
l’identification de solutions durables appropriées ;
• Identifier les risques et les principaux obstacles à la réalisation des solutions durables au Burundi ;
• Formuler des orientations stratégiques en vue de la révision de la Stratégie nationale de réintégration
(SNR) des personnes affectées par le conflit et de l’élaboration du Plan d’action pour les solutions
durables et la résilience communautaire.
©	PNUD	Burundi	/	Patrice	Brizard	/	2016		-	Le	Coordonnateur	résident	du	Système	des	Nations	Unies	et	le	Ministre	des	Droits	de	
la	Personne	Humaine,	des	Affaires	Sociales	et	du	Genre	prononcent	respectivement	l’allocution	de	circonstance	et	le		discours	
d’ouverture	de	l’atelier.
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		9	
Les	présentations	et	les	travaux	de	groupes	
Présentation	du	Groupe	technique	sur	les	solutions	durables	(GTSD)		
Le GTSD a été créé en mars 2016 et il est placé sous la tutelle du Groupe sectoriel relèvement
communautaire, rapatriement, réintégration (GSRCRR).
Objectifs	:	
• Promouvoir une compréhension commune du concept « solutions durables » et sa large diffusion aux
différents acteurs ;
• Encadrer la formulation et la mise en œuvre d’une stratégie des solutions durables ;
• Promouvoir un cadre légal approprié pour sa mise en œuvre ;
• Œuvrer pour la mobilisation des ressources nécessaires pour la mise en œuvre des solutions durable.
Fonctionnement	
Le GTSD se réunit une fois par mois en séance ordinaire et autant de fois que de besoin. Il est présidé par le
MDPHASG et coprésidé par le UNHCR et le PNUD. Les décisions et recommandations sont prises par
consensus.
Composition	
Le GTSD est composé des membres du GSRCRR au niveau technique. La Plateforme nationale de la
prévention des risques et gestion des catastrophes est également membre. Tout autre groupe sectoriel dont
l’expertise sera jugée utile pour ses activités pourra être convié aux réunions du groupe.
©	 PNUD	 Burundi	 /	 Aaron	 Nsavyimana	 /	 2016	 	 -	 Les	 membres	 du	 groupe	 technique	 sur	 les	 solutions	 durables	 de	 l’atelier	 avec	 le	
facilitateur		échangent	sur	le	déroulement	des	travaux	de	l’atelier.
10				 Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Situation	globale,	régionale	des	solutions	durables	
En 2014, au niveau mondial, les réfugiés étaient estimés à 16,7 millions de personnes contre 38 millions de
personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI) par les conflits et les violences auxquels s’ajoutent
19,3 millions nouvelles PDI, suite aux catastrophes naturelles en 2014.
Au niveau régional, les réfugiés en Afrique étaient estimés à 3,2 millions de personnes contre 8,5 millions
personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.
Tous les pays de la région ont été affectés par le déplacement. L’Éthiopie et le Kenya sont les deux pays qui
accueillent le plus de réfugiés en Afrique, tandis que le Soudan a le plus grand nombre de déplacés internes.
Les pays où les situations de déplacement sont les plus prolongées dans la région sont la Somalie, l’Érythrée, le
Soudan et le Sud Soudan. La durée moyenne du déplacement dans la région est de 17 ans.
Tableau	1	:	Différences	entre	Personnes	déplacées	à	l’intérieur	du	pays	(PDI)	et	réfugiés	
PDI	 Réfugiés	
→ Citoyens/résidents	
→ La	 responsabilité	 première	 de	 leur	 protection	
incombe	au	pays	d’origine/de	résidence	
→ Jouissent	 des	 mêmes	 droits	 accordés	 aux	
citoyens	et	résidents	par	les	lois	nationales	et	la	
constitution	du	pays		
→ Pas	besoin	d’un	statut	juridique	de	«	PDI	»	pour	
jouir	de	ces	droits	
→ Ressortissants	 étrangers	 accueillis	 par	 un	 pays	
d’asile	
→ Le	 pays	 d’asile	 est	 responsable	 de	 leur	
protection		
→ Jouissent	de	droits	spécifiques	en	vertu	de	la	CG	
de	1951,	de	la	CUA	de	1969	et	de	lois	nationales	
spécifiques		
→ Statut	 juridique	 de	 «	réfugié	»	 reconnu	 aux	
personnes	remplissant	des	critères	précis	
Le déplacement, comme le retour, affectent tant les communautés d’origine que les communautés hôtes.
Définition	de	«	solution	durable	»	
Par définition « une solution durable est réalisée lorsque les personnes affectées par le déplacement n’ont
plus besoin d’aide, ni de protection spécifique liées à leur déplacement, et jouissent des droits de l’homme
sans discrimination en raison de leur déplacement ».
Les défis liés aux solutions durables dans la région sont :
• Lorsque le déplacement est prolongé ou dure longtemps : le retour ne peut pas être la seule
option ;
• On note souvent la coexistence de populations pauvres et de déplacés avec des besoins
similaires : risque de friction et de conflit ;
• Il existe souvent des barrières politiques et légales à l’intégration et aux solutions durables ;
• La rareté des ressources et des moyens de subsistance face aux besoins multiples des groupes
cibles ;
• Un accès souvent difficile au logement, à la terre et aux biens ;
• La persistance de problèmes de protection liés à l’insécurité ;
• La détérioration de l’environnement et l’urbanisation croissante ;
• La rareté des données, du monitoring et de l’évaluation des programmes ;
• Des approches humanitaires et de court terme et une implication tardive ou inconsistante des
acteurs de développement.
En conclusion, il a été relevé :
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		11	
• Le besoin d’un changement dans l’approche : passer d’une approche uniquement humanitaire à une
approche à long terme basée sur la résilience ;
• La nécessité d’une approche intégrée, collaborative, multisectorielle sur le long terme ;
• L’intégration du déplacement et des solutions durables dans les Plans nationaux de développement
Échanges		
Lors des échanges qui ont suivi cette présentation ; on a constaté que tous les participants ont acquis une
parfaite compréhension de la définition des personnes déplacées et des réfugiés autant que leur
différenciation. Il a été reconnu que les regroupés, (qui étaient des personnes ou familles déplacées par les
autorités dans les zones de combat en vue de les protéger), font partie des personnes déplacées à l’intérieur du
pays même si leurs traitements par les autorités ont été différents.
Il ressort du débat que l’enregistrement et la reconnaissance des déplacés internes ne se justifient que par leurs
besoins spécifiques qui nécessitent une aide humanitaire et un soutien en terme de développement ciblés. Il
n’est pas nécessaire d’octroyer un statut juridique spécial aux PDI pour répondre à ces besoins.
Présentation		sur	les	réfugiés		burundais	dans	la	sous-région	
L’UNHCR a procédé à la présentation de la situation des réfugiés burundais qui se présente comme suit :
• 260 085 réfugiés burundais enregistrés par le UNHCR au 31 mars 2016; dont 133 683 en Tanzanie,
75 688 au Rwanda, 23 848 en Ouganda, et 22 204 en RDC, et qui se répartissent à 51 % d’hommes et
49 % de femmes.
• Services de base fournis dans les camps : éducation; santé; abris; articles non-alimentaires; et
renforcement des capacités d’auto-prise en charge de la communauté.
Échanges	
Suite à cet exposé les échanges ont porté principalement sur : i) l’origine et la fiabilité des
statistiques présentées ; ii) la façon dont les camps de réfugiés sont gérés et comment les sorties des camps
sont autorisées pour autant que l’administration locale constate en effet des va	et	vient de certains réfugiés au
niveau des frontières du Burundi ; iii) le transfert de réfugiés à Kigali vers les camps n’occasionnera-t-il pas un
double comptage ? Le UNHCR a rassuré les participants sur la véracité de tous les chiffres présentés. Pour la
gestion des camps, celle-ci est assurée principalement par les autorités nationales dans les pays d’exil. Les
doubles comptages sont impossibles du fait de l’enregistrement biométrique des réfugiés et les vérifications
des présences qui sont faites de façon mensuelle lors des distributions de l’aide aux réfugiés, les absents étant
tout simplement rayés de la liste.
S’agissant des activités dans les camps et capacités d’auto-prise en charge et leurs conséquences sur le retour
volontaire dans les camps d’origine, il a été constaté, fort heureusement, que plus les réfugiés acquièrent des
capacités d’autonomie, plus ils ont envie de retour.
12				 Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Présentation	 sur	 les	 résultats	 de	 la	 Matrice	 de	 suivi	 des	 déplacements	 (DTM)	:	 principaux	
mouvements	;	tendances,	chiffres	et	obstacles	aux	solutions	durables	
Cette présentation a été faite par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).
Qu’est-ce	que	la	DTM?	
La Matrice de suivi des déplacements (DTM en anglais) est un système comprenant divers outils et processus
conçus et élaborés pour suivre les déplacements de population.
La	DTM	dans	le	monde	
La DTM est utilisée en : Afghanistan, Bangladesh, Burundi, République centrafricaine (RCA). Colombie,
République démocratique du Congo (RDC), Éthiopie, Haïti, Iraq, Malawi, Mali, Mozambique, Namibie, Népal,
Nigeria, Pakistan, Philippines, Soudan, soudan du Sud, Sri Lanka, et Tchad.
Le	contexte	burundais	
Au Burundi, l’existance de mouvements de population a occasionné un besoin unanimement reconnu
d’information sur les populations déplacées. C’est ainsi que l’utilisation de la Matrice de suivi des
déplacements a été lancée en 2014 après les inondations. En juin 2015, elle a servi pour une évaluation à
Kabonga ; en septembre 2015, pour le lancement du programme dans les provinces de Makamba et de
Kirundo ; à Rutana en décembre 2015, et à Muyinga et Ruyigi en mars 2016.
Stratégie	:	
• Développement d’une méthodologie et d’outils de collecte des informations ;
• Partenariat OIM-Croix-Rouge du Burundi pour la collecte mensuelle des informations à travers des
informateurs-clé.
Méthodologie	de	collecte	des	données	:	
• Sensibilisation des autorités locales et des communautés ;
• Pré-identification des communes abritant des déplacés ;
• Évaluation des déplacements dans ces communes (formulaire profil de commune) ;
• Évaluation des besoins humanitaires dans les collines/quartiers abritant le plus de ménages déplacés ou
dans les sites (formulaire profil du centre de déplacement).
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		13	
©	Copyright	-	Yannick	Georges	Mbengue	du	HCR	expose	la	situation	des	réfugiés burundais
Constats	et	faits	saillants	
En mars 2016, les données statistiques récoltées en application de cette méthode sont les suivantes :
• 25 294 PDI (5139 ménages) identifiés par la DTM en mars 2016 dans les trois provinces ciblées dont 15
665 PDI (3133 ménages) dans la province de Makamba, 171 PDI (59 ménages) dans la province de
Kirundo et 9458 PDI (1947 ménages) dans la province de Rutana.
Données	démographiques	
• 57,5 % d’hommes et 42,5 % de femmes.
• 27 % d’enfants de moins de 5 ans et 31 % ayant entre 6 et 17 ans.
• 37,5 % ayant entre 18 et 59 ans.
• 5,5 % de plus de 60 ans.
Les	causes	du	déplacement	:	
• la situation socio-politique actuelle à 79% ;
• Les catastrophes naturelles à 15 % ; et
• Autres causes : 6 %
La	nature	de	l’hébergement	
• Famille d’accueil : 65 % ;
• Maison louée : 28 % ;
• Maison inoccupée ou vide : 3 % ,
• Autres nature : 4 %
Période	de	déplacement	
• Avant 2015 : 5 % ;
• de janvier à avril 2015 : 14 % ;
• de mai à juillet 2015 : 61 % ;
• après juillet 2015 : 20 %
Intentions	de	retour	
• Retour : 47,5 ;
• Intégration locale : 47,5 % ;
• Réinstallation/relocalisation : 5 %
Échanges	
Lors des échanges qui ont suivi cette présentation, l’occupation actuelle de maisons vides par les PDI, et ses
conséquences, en cas de retour des propriétaires, ont retenu l’attention des participants qui ont reconnu que
cette préoccupation méritait le suivi des autorités nationales et des partenaires.
Témoignage	d’un	déplacé	interne		du	site	de	Ruhororo	
« Ruhororo est un site de personnes déplacées internes où vivent environ 13 000 habitants depuis 1993, c'est-
à-dire que je vis dans ce site depuis 23 ans. Site situé d’une part sur une terre domaniale et d’autre part sur
des parcelles privées. Nous avons été installés sur ce site par les autorités nationales de l’époque au moment
où nous étions en difficultés sur les collines d’origine.
« Les anciens propriétaires, la plupart rentrés d’exil (Tanzanie), ont commencé à réclamer leurs terres d’où
la naissance de conflits fonciers. Noter que les jeunes qui sont nés à l’installation du site ont aujourd’hui
14				 Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
23 ans. Ces jeunes se sont organisés pour se faire justice. Les autorités ont du intervenir à plusieurs reprises
(Gouvernement ; CNTB délégation provinciale ; CNTB nationale) sans succès.
« Le Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre a organisé une enquête
dont il est ressorti que certaines PDI veulent rentrer, mais que des politiciens les en empêchent. D’autres,
veulent rester et d’autres souhaiteraient la relocalisation.
« Le gouverneur de la province de Ngozi a mis en place une commission composée de natifs, de résidents, des
représentants des églises etc. qui ont proposé les solutions suivantes :
• Le site de Ruhororo sera viabilisé et transformé en village de paix ;
• Une terre domaniale située à environ 500 m du site a été identifiée et sera également viabilisée
pour recevoir ceux qui seront relocalisés ;
• Un comité de vigilance citoyenne, comprenant des habitants du site et les anciens propriétaires,
l’administration, et les représentants des églises sera constitué ;
• La restitution des terres d’autrui (personne ne peut occuper et la terre d’origine et celle d’autrui) ;
• L’assistance à la reconstruction pour les indigents ; et
• Favoriser le retour des gens sur leur terre natale ».
Échanges	
Suite à ce témoignage, les participants ont posé les deux questions suivantes :
Y a-t-il des personnes du camp qui ont récemment fui vers l’extérieur ? La réponse a été
affirmative, car suite aux rumeurs certaines familles ont fui vers le Rwanda. Par contre il n’y a pas eu de
déplacement vers le site.
Pourquoi les interventions précédentes n’ont pas été acceptées, alors que la commission mise
en place donne des résultats ? Le contexte préélectoral ne donnait pas assez d’espace d’écoute pour que
les personnes concernées puissent saisir le bien fondé des propositions.
Les	PDI,	les	rapatriés	et	les		solutions	durables	au	Burundi	
Le	contexte	
La mise en œuvre des solutions durables s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de réintégration
des personnes affectées par le conflit, adopté en Conseil des ministres en février 2010, pour une durée
initiale de quatre ans (2010-2014) ;
En application de cette stratégie de réintégration, plusieurs programmes ont été développés, plusieurs
réalisations ont été enregistrées dans divers secteurs, notamment les infrastructures, l’habitat, les activités
génératrices de revenus et la cohésion sociale.
Les défis à la réintégration au Burundi sont les suivants :
• La réintégration à moyen terme de 33 819 rapatriés de Mtabila et de 45 333 Burundais
expulsés de Tanzanie ;
• Le retour volontaire des 78 948 personnes déplacées internes vivant encore dans les sites ;
• L’extrême pauvreté des RDExC ;
• L’accès à un habitat décent ;
• L’accès à la terre et aux services sociaux de base ;
• Les capacités opérationnelles limitées du Ministère des Droits de la Personne Humaine, des
Affaires Sociales et du Genre dans la coordination et la conduite d’actions décentralisées
(provinces, communes et collines).
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		15	
Activités	en	cours	et	perspectives	
Activités	prévues	courant	2016	:	
• L’appui à l’accès à l’habitat décent : distribution de tôles à 500 ménages et construction des
maisons dans les Villages ruraux intégrés (VRI);
• Appui à la sécurisation foncière pour 200 ménages des VRI ;
• Éducation à la paix à 750 personnes;
• Appui à l’accès aux soins de santé : 5000 ménages avec Carte d’assistance médicale (CAM).
		Perspectives	:	
• Plaidoyer pour la mobilisation des fonds pour la réintégration ;
• Sensibilisation des décideurs en vue du maintien de la réintégration comme priorité du
gouvernement dans le prochain Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) ;
• Mise en œuvre des recommandations de l’évaluation de la Stratégie nationale de
réintégration ;
• Renforcement des capacités opérationnelles du Ministère des Droits de la Personne Humaine,
des Affaires Sociales et du Genre dans la coordination des interventions en matière de
réintégration ;
• Mise en place d’un groupe technique chargé des solutions durables.
Échanges		
Après cette présentation, les participants ont constaté que beaucoup d’efforts ont été réalisés et des progrès
atteints et qu’il y a nécessité de bâtir sur l’existant au lieu de commencer à zéro.
Aussi en rapport avec la complexité de la situation, une réponse multisectorielle est requise dans le cadre d’une
vision globale et un engagement sur le long terme.
	
Travaux	de	groupe	sur	le	contexte	des	solutions	durables	au	Burundi	
Lors des travaux en groupes, les participants ont eu à identifier les défis et les principaux obstacles en
matière humanitaire, des droits de l’homme, consolidation de la paix/stabilisation et pour le développement
qu’ils ont inscrits sur des fiches de couleur différentes comme illustré sur ces photos.
©	
Copyright	-	Restitution	des	travaux	en	groupe	par	Sophie	Crozet,	la	facilitatrice	de	l’Atelier.
16				 Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Tableau	2	:	Résultats	des	travaux	en	groupes	sur	le	contexte	des	solutions	durables	au	Burundi	
Thèmes	 Obstacles	/défis	
Assistance	humanitaire	 → le	caractère	cyclique	de	la	crise	du	Burundi	qui	conduit	à	des	déplacements	prolongés	
et		répétitifs	;	
→ l’absence		de	mesure	d’identification	rapide	des	réfugiées	et	des	personnes	déplacées	
à	l’intérieur	du	pays		et	d’un	cadre	coordonné	d’une	assistance		immédiate	pour	une	
réponse	immédiate	(accès	à	la	nourriture	;	au	logement	décent	et	aux	soins	de	santé	;	
les	groupes	cibles	ne	pouvant	bénéficier	de		CAM	rapidement)	;	
→ 	insuffisance	 	 des	 mesures	 d’accompagnement,	 en	 cas	 de	 retour	 	 des	 PDI	 ou	 des	
rapatriés,		surtout	pour	les	sans	terre	ni	référence	et	les	victimes	des	déplacements	
prolongés.	
Droits	de	l’homme		 → Absence	 de	 textes	 nationaux	 en	 matière	 des	 droits	 des	 personnes	 déplacées	 et	
rapatriés	et	le	très	faible	niveau	de		connaissance	en	matière	des	droits	des	personnes	
déplacées	dans	les	communautés	hôtes	et	ainsi	qu’au	niveau	des	administratifs	à	la	
base	 ;	 qui	 conduisent	 à	 l’impunité	 ou	 la	 	 non	 réparation	 	 en	 cas	 de	 violation	 et	 en	
particulier	pour	les	violences	contre	les	femmes	;	
→ Faible	 capacité	 de	 la	 magistrature	 à	 traiter	 correctement	 les	 dossiers	 relatifs	 aux	
violations	des	droits	des	rapatriés	et	des	PDI	;	
→ Les	conditions	d’accueil	qui	sont	très	limitées	;		
→ la	 stigmatisation	 ou	 la	 	 marginalisation	 	 pour	 les	 déplacés	 eux-mêmes	 et	 par	 les	
populations	environnantes	qui	aussi	conduisant	à	des	sentiments	d’exclusion	;	les	PDI	
et	 rapatriés	 étant	 encore	 considérés	 comme	 des	 groupes	 à	 part	 et	 ou	 comme	 des	
étrangers	;	
→ L’absence	de	sécurité	physique.	
Consolidation	de	la	
paix/stabilisation	
→ Absence	de	démarche	volontaire	et	partagée	pour	la		réconciliation	condition	sine	qua	
none	pour	une		cohabitation	pacifique	;	
→ L’Insécurité	 persistante	 et	 l’exclusion	 des	 mécanismes	 locaux	 de	 promotion	 de	 la	
sécurité	:	Comité	mixte	de	sécurité	(CMS)	;	
→ La	non	maîtrise	de	la	notion	de	démocratie	applicable	dans	le	contexte	du	Burundi	;	
→ La	persistance	de	la	discrimination	et	de	l’exclusion	sociale	;	
→ 	Exiguïté		des	terres	pour	la	réinsertion	des	PDI	et	rapatriées.	
Développement	 → Faiblesses	des	politiques	de	développement	;		
→ Faible	développement	des	secteurs	secondaires	et	tertiaires	;	
→ Manque	de	terres	cultivables	alors	que	90	%	de	la	population	vit	de	l’agriculture	et	
l’insécurité	foncière	(accès	aux	titres	fonciers	/lourdeur	et	coûts	des	procédures)	;	
→ Faible	diversification	des		moyens	d’existence		(non	liés	à	la	terre)	;	
→ Manque	d’emploi	;	
→ Manque	de	moyens	financiers	;	
→ L’accès		très	limité	aux	services	sociaux	de	base	;	
→ Le	 désengagement	 des	 partenaires	 au	 développement	 dans	 un	 contexte	 de	
paupérisation	de	l’économie.	
Quelques opportunités à explorer :
• Localisation des sites favorables au développement local ;
• Développement de l’agriculture et de l’élevage ;
• Développement des moyens de subsistance en dehors de l’agriculture et de l’élevage.
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		17	
Cadre	juridique	et	principes	régissant	pour	les	solutions	durables	(Conventions	de	Kampala	et	de	
Genève,	Pacte	des	Grands	Lacs	et	Cadre	sur	les	solutions	durables)	
Les	sources	des	solutions	durables		
• Droit international : droit international humanitaire et droit international des droits de
l’homme ;
• Conventions internationales : Convention de Genève de 1951 ;
• Cadres juridiques régionaux : Conventions OUA de 1969 et de Kampala. Pacte des Grands
Lacs ;
• Cadre juridique national ;
• Les principes directeurs des Nations Unies sur les personnes déplacées à l’intérieur de leur
propre pays.
Approche	basée	sur	les	droits	
• A. Protection des droits civils et politiques relatifs à la vie, la sécurité, à l’intégrité physique des
personnes, aux liens familiaux.
• B. relatifs aux documents personnels, à la circulation, aux liens familiaux, à l’expression, à
l’opinion, à la religion, et aux élections.
• C. Protection des droits économiques, sociaux, et culturels relatifs à la nourriture, à la santé, et
à l’éducation.
• D. relatifs au logement, terres et biens, aux moyens d’existence, à l’éducation secondaire et
universitaire.
	
Tableau	3	:	Conventions	sur	les	réfugiés	
Convention	de	Genève	de	1951	 Convention	de	l’OUA	de	1969	
	
→ Droit	à	la	liberté	de	mouvement	;		
→ Droit	de	travail	dans	les	mêmes	circonstances	que	
les	ressortissants	étrangers	;	
→ Droit	à	l’éducation	;	
→ Naturalisation	;	
→ Cessation.	
	
	
→ Le	principe	de	rapatriement	librement	consenti	
dépend	de	deux	conditions	:		
→ l'existence	d'un	climat	propice	au	retour;		
→ la	disponibilité	de	ressources	pour	le	retour	et	
l'intégration	des	réfugiés	dans	leurs	pays	d'origine	
respectifs.		
→ Le	principe	de	non-discrimination	des	personnes	
rapatriées	;	
→ L’information	des	réfugiés	sur	les	conditions	de	vie	et	
de	retour	dans	le	pays	d’origine	est	primordiale.
18				 Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Tableau	4	:	Textes	régissant	les	personnes	déplacées	internes	
Les	principes	directeurs	des		
Nations	Unies	sur	les	personnes	déplacées		
à	l’intérieur	de	leur	propre	pays	
Convention	de	Kampala	
	
→ Réaffirment	les	normes	juridiques	
internationales	contraignantes	et	leur	
application	dans	des	situations	de	déplacement	
interne	;	
→ Énoncent	les	droits	des	déplacés	internes	et	les	
responsabilités	des	États	et	autres	acteurs	à	leur	
égard	;	
→ Constituent	le	«	cadre	international	de	
protection	des	déplacés	internes	»	faisant	
autorité	(Sommet	mondial	des	Nations	Unies	
2005)	;	
→ Référence	pour	des	textes	contraignants	:	lois	
internes,	Pacte	des	Grands	Lacs	et	Convention	
de	Kampala.	
	
→ Le	principe	de	rapatriement	librement	consenti	
dépend	de	deux	conditions	:		
→ l'existence	d'un	climat	propice	au	retour;		
→ la	disponibilité	de	ressources	pour	le	retour	et	
l'intégration	des	réfugiés	dans	leurs	pays	d'origine	
respectifs.		
→ Le	principe	de	non-discrimination	des	personnes	
rapatriées	;	
→ L’information	des	réfugiés	sur	les	conditions	de	vie	et	
de	retour	dans	le	pays	d’origine	est	primordiale.	
	
Pacte	sur	la	sécurité,	la	stabilité	et	le	développement	dans	la	région	des	Grands	Lacs		
Signé par 11 pays de la région des Grands Lacs, ce pacte est entré en vigueur depuis 2008. Il comprend 10
protocoles, dont certains concernent tout particulièrement les personnes déplacées :
• Protection et assistance des personnes déplacées
• Droits de propriété des personnes de retour
• Prévention et répression de la violence sexuelle à l’égard des femmes et des enfants
Il s’agit du premier instrument multilatéral, juridiquement contraignant, qui réclame l’adoption et la mise en
œuvre des Principes directeurs (art. 2.1). Ces Principes directeurs ont été officiellement annexés au Protocole.
Cadres	et	principes	régissant	la	recherche	des	solutions	durables		
Le	cadre	IASC	(International	Agency	Standing	Committee)	sur	les	Solutions	durables		
Publié et adopté en 2010 après avoir été testé sur le terrain, le cadre IASC se base sur Les principes directeurs
des Nations Unies sur les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (principes directeurs 28 à
30) ; il a été développé dans le cadre d’un processus inter-agence.
Ce cadre définit les solutions durables, relève les principes régissant les solutions durables et les critères de
réalisation de ces solutions durables.
D’après le cadre IASC, « Une solution durable est réalisée lorsque les personnes affectées par le déplacement
n’ont plus besoin d’aide, ni de protection spécifiques liées à leur déplacement ; et jouissent des droits de
l’homme, sans discrimination en raison de leur déplacement ».
La recherche des solutions repose sur une norme clé, à savoir le choix d’une option d’installation pour les
personnes affectées par le déplacement (retour, intégration locale, ou réinstallation/relocalisation).
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		19	
La recherche de solutions durables doit être guidée par les principes suivants :
• La responsabilité des autorités nationales ;
• Accès aux acteurs humanitaires, de développement et à des systèmes de suivi ;
• Considération première : Les droits, les besoins et les intérêts légitimes des personnes
affectées par le déplacement ;
• Considération première : Les droits, les besoins et les intérêts légitimes des Personnes
affectées par le déplacement (PAD) ;
• Implication : information, consultation, participation ;
• Le respect des choix des PAD s’agissant de leur option d’installation ;
• Interdiction de la contrainte ;
• Non-discrimination ;
• Prise en compte des communautés d’accueil ;
• Protection continue qui ne s’arrête pas au choix des lieux d’installation (DIH, DIDH)1 ;
Solutions	durables	et	la	Convention	de	Kampala	
La Convention de Kampala stipule en son article 11 (2) que « Les États parties permettent aux personnes
déplacées de faire un choix libre et en toute connaissance de cause sur leur retour, leur intégration locale
ou leur réinstallation. Ils les consultent sur toutes les options possibles, et s’assurent de leur
participation à la recherche de solutions durables ».
Mesures	spécifiques	
• création de conditions satisfaisantes ;
• Retour, intégration locale ou réinstallation de manière durable et dans conditions de sécurité
et de dignité ;
• Information, consultation et participation ;
• Coopération avec les OI et les ONG ;
• Résolution des litiges relatifs aux biens ;
• Communautés spécialement dépendantes et attachées à la terre.
Critères	de	réalisation	des	solutions	durables	(cadre	IASC)	
Les huit critères ont été présentés aux participants ainsi que les indicateurs identifiés à ce jour par le
Secrétariat régional sur les solutions durables (ReDSS). Chaque critère a été illustré par des cas de situation
identifiés par le consultant en charge de la révision de la Stratégie nationale de réintégration (SNR), lors des
visites de terrain.
1 Droit	international	humanitaire	(DIH)	en	temps	de	crise	et	Droit	international	des	droits	de	l’homme	(DIDH)	en	temps	de	paix
20				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Tableau	5	:	critères	de	réalisation	des	solutions	durables	
Critère	 Sous-critère	 Observations	de	terrain	
→ Sécurité	et	sureté	sur	le	long	
terme		
	
Conditions	de	sécurité	/	Sécurité	
physique.	
Liberté	de	mouvement.	
La	libre	circulation	avec	leurs	biens		dans	tous	le	pays	est	aussi	garantie	comme	pour	le	
reste	de	la	population.		
Pour	 les	 PDI,	 leur	 	 sécurité	 physique	 n’est	 pas	 garantie	 dans	 les	 zones	 de	 retour.	
L’administration	assure	que	la	sécurité	est	garantie	pour	les	déplacées	au	même	titre	
que	pour	le	reste	de	la	population	vivant	dans	les	collines.
→ Accès	à	un	niveau	de	vie	suffisant	 Sécurité	alimentaire.	
Abris	et	logements	/	Eau	et	
assainissement	/	Services	de	Santé		
/	Éducation.	
Persistance	de	besoins	humanitaires	pour		les	populations	des	sites	et	villages	récents	
(Gateri,	 Muyange,	 Miyogoro,	 Nyabigina)	 (accès	 aux	 abris,	 aide	 alimentaire,	 cantines	
scolaires,	distribution	de	CAM).		
Pour	Les	PDI	un	appui	à	la	reconstruction	de	leurs	maisons	en	cas	de	retour	mais	la	
plupart	souhaitent	rester	sur		les	sites	où	les	conditions	de	vie	sont	meilleures.	
	Les	rapatriés	et	expulsés,	surtout	ceux	sans	terre	ni	référence,	évoquent	des	difficultés	
de	logement	et	d’accès	à	la	terre	et	souhaitent	avoir	des		titres	de	propriété	pour	les	
parcelles	sur		lesquelles	sont	construits	les	logements.	
	Beaucoup	de	maisons	sont	déjà	dans	un		état	lamentable		qui	exigerait	des	réparations	
ou	des	réhabilitations		qui	ne	sont	pas	à	la	portée	des	bénéficiaires.	
L’accès	 à	 l‘eau	 potable	 serait	 meilleure	 dans	 	 les	 VRIS	 et	 les	 sites	 des	 déplacées	
(existences	adduction	d’eau	et	de	bornes	fontaines)	par	rapport	aux	populations	des	
collines		environnantes.	
En	 termes	 de	 distance,	 l’accès	 à	 la	 scolarité	 et	 aux	 soins	 de	 santé	 est	 similaire	 aux	
autres	catégories	de	la	population.	Généralement	les	écoles	et	centres	de	santé	ont	été	
construits	au	niveau	de	certains	VRI	À	Muyange	une	école	auto	construite	en	briques	
adobes	 par	 les	 habitants	 avec	 des	 salles	 de	 classes	 petites	 et	 mal	 aérées	 fonctionne	
dans	des	conditions	limites		et	à	Gateri	l’école	la	plus	proche	est	à	5	km.
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		21	
Critère	 Sous-critère	 Indicateurs	
→ Accès	à	l’emploi,	aux	moyens	
de	subsistance	
Accès	aux	activités	économiques	/	
Conditions	de	travail	et	d’emploi.	
Moyens	de	subsistance	et	
résilience		
(sur	le	long	terme).	
Ceux	qui	ont	pu	bénéficier	des	appuis	divers	dans	le	cadre	des	activités		HIMO	–PNUD)	;	
agriculture	 et	 	 l’élevage	 (FAO)	 ou	 organisation	 en	 	 associations	 (PNUD	;	 Croix	 Rouge	;	
OIM)	en	ont	gardé	un	bon	souvenir.	Les	revenus	perçus	lors	des	activités	réalisées	ont	
rehaussé	 le	 niveau	 des	 conditions	 de	 vie	 en	 couvrant	 les	 besoins	 fondamentaux	 des	
ménages.		
Face	 à	 la	 pénurie	 de	 terres	 pour	 l’agriculture,	 les	 rapatriés	 souhaiteraient	 bénéficier	
d’emplois	assez	rémunérateurs	qui	leur	permettraient	de	gagner	suffisamment	d’argent	
afin	d’acheter	des	terres	dans	le	voisinage.		
Les	rapatriés	installés	dans	les	VRI	;	tout	comme	les	personnes	déplacées	à	l’intérieur	qui	
vivent	encore	sur	les	sites,	ne	sont	pas	pris	en	compte	par	les	projets	développement.	IIs	
éprouvent	à	cet	effet		un	véritable	sentiment	d’exclusion.	
Les	jeunes	déscolarisés	ont	exprimé	leurs	besoins	aussi,	dans	la	mesure	où	leurs	familles	
n’ont	 pas	 accès	 à	 la	 terre	 pour	 l’agriculture,	 ils	 estiment	 qu’une	 formation	
professionnelle	consistante	leur		serait	très	profitable.			
À	Mutaho,	les	jeunes	diplômés		dans	les	sites	des	PDI		n’auraient	pas	accès	aux	emplois		
au	même	titre	les	autres	jeunes	de	la	commune	surtout	dans	la	confection	des	listes,	et	
les	critères	d’octroi	de	l’emploi	sont	obscurs.	
→ Dispositifs	 efficaces	 et	
accessibles	 pour	 restituer	 les	
habitations,	 les	 terres	 et	 la	
propriété.	
Cas	et	spécificité	des	cas	de	pertes	
de	 logement,	 de	 terre	 et	 de	 biens		
ou	de	conflit	de	propriété.		
Accès	 à	 des	 dispositifs	 de	
restitution	ou	de	compensation.	
Pour	les	litiges	qui	n’ont	pas	été	réglés	à	l’amiable,	les	cas	ont	été	soumis,	soit	à	la	CNTB,	
soit	devant	les		cours	et	tribunaux	à	pied	d’œuvre.
22				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Critère	 Sous-critère	 Indicateurs	
→ Accès	 sans	 discrimination	 aux	
documents	personnels	et	autres.	
Cas	et	spécificité	des	pertes	ou	de	
l’absence	de	documentation.	
Accès	à	des	mécanismes	d’octroi	et	
de	remplacement.	
Sauf	pour	raisons	de	négligence,	les	enregistrements	des	mariages	et	des	naissances	
autant	que	leur	régularisation	sont		faites	sans	problèmes	et	de	façon		gratuite.	La	
délivrance	des		différents	actes	et	attestations	est	sujette	au	paiement	de	frais	qui	
seraient	hors	de	portée	des	ménages	vulnérables.	
	Le	seul	bémol	a	été	enregistré	à	Miyogoro	et	Musenyi	(Commune	Makamba)	où	les	
officiers	de	l’état	civil	font	preuve	d’absentéisme	ou	de	lenteur	dans	l’exercice	de	leur	
fonction.	
→ Regroupement	familial.	 Cas	et	spécificité	des	séparations	
de	famille.		
Mécanismes	de	réunification	
familiale.	
Aucun	besoin	de	regroupement	n’a	été	signalé.	
→ Participation	aux	affaires	publiques.	 Participation	aux	affaires	publiques		
et	politiques.	
Participation	aux	affaires	
communautaires.	
Pas	de	problème	évoqué	sauf	à	Nyabigina	où	le	niveau	de	tension	sociale	avec	la	
communauté	d’accueil		serait	un	obstacle	pour	les		rapatriés	à	se	faire	élire.	
→ Accès	à	des	voies	de	recours	
effectives	et	à	la	justice.	
Cas	de	violation	des	droits	de	
l’homme	et	des	problèmes	de	
protection	liés	au	déplacement.	
Accès	aux	mécanismes	judiciaires	
et	de	réparation.	
Les	femmes	et	les	filles	rencontrées	n’ont	pas	signalé	de	cas	semblables,	mais	les		
grossesses	précoces	ou	non	désirées	sont	très	courantes.
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		23	
Les interventions des participants ont porté principalement sur :
• La traduction des informations pertinentes en kirundi à diffuser le plus largement auprès des
administrations territoriales et du public concernés ; radio communautaire
• Modalités de mesure des indicateurs (encore en discussion au niveau global).
Cadre	-	ReDSS	(indicateurs)	et	travaux	sur	les	indicateurs	
Le Secrétariat régional sur les solutions durables (ReDSS) a développé 30 indicateurs de base pour
l’évaluation du niveau de réalisation des solutions durables pour les PDI et les réfugiés. Ils sont basés sur
les huit critères du IASC et regroupés sous trois principaux thèmes : sécurité physique, matérielle et
juridique.
Après la présentation et l’explication des indicateurs, les participants qui les ont examinés en groupe, ont
donné une note (rouge, orange ou vert) selon les conditions de réalisation actuelle de chaque indicateur au
Burundi.
• Rouge : les conditions ne sont pas réunies
• Orange : les conditions sont partiellement réunies
• Vert : les conditions sont favorables au SD
24				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Critère	 Sous-critère	 Indicateurs	 Note	
→ Sécurité	physique	
	
Sécurité.	 1. Niveau	d’élimination		des	mines	et	autres	engins	explosifs	sur	les	routes	principales,	
dans	les	zones	d’habitation	et	les	zones	cultivables,	dans	les	sites	pour	les	réfugiés	
ou	déplacés	et	dans	d’autres	endroits	du	pays.	
Vert	
2. les	 réfugiés/retournés	 ne	 font	 pas	 l’objet	 de	 restriction	 de	 leur	 liberté	 de	
mouvement.	
Vert	
3. Le	 nombre	 de	 postes	 de	 police	 et	 de	 cours	 de	 justice	 ainsi	 que	 de	 policiers	 et	
personnel	de	la	justice	bien	formés	dans	les	zones	où	les	rapatriés	ou	PDI	vivent	(par	
rapport	aux	standards	nationaux).	
Orange	
4. Nombre	d’actes	de	violence	et	d’intimidation	et	VBG	reportés	ciblant	des	PDI	ou	
retournés.	
Rouge	
5. Prévalence	des	crimes	violents	visant	des	rapatriés	ou	PDI	en	comparaison	du	reste	
de	la	population	locale	ou	d’avant	le	déplacement.			
Rouge	
6. Perception	de	la	situation	sécuritaire	des	rapatriés	/	PDI		 Rouge	
→ Sécurité	matérielle	 Conditions	de	vie	satisfaisante.	 1. Programmes	d’assistance	mis	en	œuvre	pour	les	rapatriés	et	PDI	dans	les	domaines	
de	la	nourriture,	de	l’accès	à	l’eau	potable	et	à	l’assainissement	(WASH),	des	abris	et	
de	la	santé	de	base.	
PDI	–Vert	
Rapatriés	-	
Orange	
2. Nombre	approximatif	de	rapatriés	ou	PDI	mal	nourris	ou	sans	abris.	 Rouge	
3. Pourcentage	 des	 rapatriés	 ou	 PDI	 qui	 n’ont	 pas	 accès	 à	 la	 nourriture	 de	 base,	 à		
l’eau	 potable	 et	 à	 l’assainissement	 (WASH),	 à	 un	 abri	 et	 à	 la	 santé	 comparé	 aux	
autres	habitants.	
Orange	
4. Pourcentage	des	enfants		rapatriés	ou	PDI	ayant	accès	à	l’école	primaire	dans	des	
conditions	adéquates	et	reçoivent	une	éducation	de	qualité	comparé	au	reste	de	la	
population.	
Vert
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		25	
	 	 5. Pas	de	barrière	administrative	ou	légale	empêchant	la	scolarisation		les	enfants	de	
rapatriés	ou	réfugiés.	
Vert	
6. Pourcentage	de	rapatriés	ou	PDI	vivant	dans	des	abris	surpeuplés	par	rapport	au	
reste	de	la	population	locale.	
Orange	
7. Les	 rapatriés	 et	 réfugiés	 ne	 font	 pas	 l’objet	 d’obstacles	 pour	 l’accès	 aux	 services	
publics,	à	l’assistance,	à	l’envoi	d’argent	de	l’étranger	en	comparaison	avec	le	reste	
de	la	population	locale.	
Vert	
	 Moyens	de	subsistance	 1. Il	 n’y	 a	 pas	 d’obstacles	 légaux	 ou	 administratifs	 à	 l’emploi	 et	 aux	 activités	
économiques	des	rapatriés	ou	PDI	auxquels	les	autres	membres	de	la	population	ne	
font	pas	face.	
Vert	
2. .	Le	taux	de	chômage	parmi	les	rapatriés	et	PDI	comparé	au	reste	de	la	population	
de	la	zone.	
Orange	
3. Le	 type	 et	 les	 conditions	 de	 travail	 des	 rapatriés/PDI	 par	 rapport	 au	 reste	 de	 la	
population	 de	 la	 zone	 y	 compris	 le	 taux	 de	 travail	 informel,	 l’accès	 à	 un	 travail	
décent	etc.	
Vert	
4. Le	niveau	de	pauvreté	des	rapatriés	/	PDI	en	comparaison	avec	le	reste	de	la	
population	locale.	
Rouge	
	 Restitution	des	logements,	terres	
et	biens	
1. Existence	 de	 mécanismes	 accessibles	 qui	 permettent	 l’accès	 à	 la	 terre	 ou	 à	 la	
sécurité	de	l’occupation	(droit	aux	logements,	terres	et	biens).	
Orange	
2. Pourcentage	 de	 rapatriés/PDI	 n’ayant	 pas	 d’habitat	 convenable	 en	 comparaison	
avec	le	reste	de	la	population	locale.	
Orange	
3. Rapatriés/PDI	qui	ont	accès	à	des	programmes	de	soutien	(y	compris	des	crédits)	
pour	 sécuriser	 et/ou	 améliorer	 logement,	 terre	 et	 bien	 en	 comparaison	 avec	 la	
population	locale.		
Orange
26				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Critère	 Sous-critère	 Indicateurs	 Note	
→ Sécurité	légale	
	
Documentation	 1. Les	 hommes	 et	 femmes	 rapatriés	 ou	 déplacés	 internes	 ne	 font	 pas	 face	 à	 des	
obstacles	pour	obtenir	des	actes	de	naissance,	carte	d’identité	ou	autre	document	
personnel	nécessaire	aux	démarches	légales	ou	de	la	vie	courante.	
Orange	
2. Les	mécanismes	pour	obtenir	ces	documents	sont	financièrement	accessibles	pour	
les	rapatriés	/	PDI.	
Rouge	
3. Pourcentage	 de	 PDI	 /	 rapatriés	 sans	 certificat	 de	 naissance,	 cartes	 d’identité	 ou	
autres	 documents	 important	 dans	 le	 contexte	 national	 comparé	 au	 reste	 de	 la	
population	locale.	
Rouge	
Réunification	familiale	 1. Des	mécanismes	ont	été	mis	en	place	pour	la	réunification	des	familles	séparées.	Il	
n’y	a	pas	de	restriction	de	mouvement	empêchant	la	réunification	des	familles.	Les	
PDI	/	rapatriés	sont	acceptés	par	leur	famille	étendue	ou	leur	clan.	
	
2. Nombre	 d’enfants	 ou	 de	 personnes	 dépendantes	 déplacés	 ou	 rapatriés	 qui	 n’ont	
pas	été	réunifiés	avec	leur	famille.	
	
3. Nombre	d’enfants	séparés	ou	non	accompagnés	déplacés	ou	rapatriés	pour	qui	une	
évaluation	de	l’intérêt	de	l’enfant	est	nécessaire	mais	n’a	pas	été	conduite.	
	
Participation	à	la	vie	publique	 1. Les	rapatriés	/	PDI		ne	font	pas	l’objet	d’obstacles	administratifs	ou	légaux	de	la	part	
de	la	population	locale	les	empêchant	de	voter,	d’être	élus,	de	travailler	dans	les	
services	publics.	
	
2. Le	 pourcentage	 des	 PDI	 ou	 rapatriés	 adultes	 participants	 aux	 élections	 en	
comparaison	de	la	population	locale.	
	
Accès	à	la	justice	et	à	la	
réparation	
1. Existence	 de	 mécanismes	 accessibles	 qui	 ont	 un	 mandat	 légal	 et	 la	 capacité	
d’apporter	 des	 réparations	 pour	 les	 préjudices	 vécus	 par	 les	 PDI	 /	 rapatriés,	 y	
compris	des	violations	perpétrées	par	des	acteurs	non	étatiques.	
Vert	
2. Pourcentage	 de	 PDI	 /	 rapatriés	 qui	 considèrent	 que	 les	 préjudices	 subis	 ont	 fait	
l’objet	de	réparation	et	que	la	justice	a	été	restaurés	/	rendue.	
Orange
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		27	
Initiatives	régionales		traitent	du	déplacement	prolongé	et	des	solutions	durables		
• AU Common African Position on Humanitarian Effectiveness – un pilier sur les solutions durables ;
• Le Secrétariat régional sur les solutions durables (Regional Durable Solutions Secretariat
(ReDSS)) – créé en 2014 ; coalition de 11 Organisations de la société civile (OSC) ; une plateforme de
coordination et information qui agit comme un agent provocateur pour stimuler le développement
de la politique sur les solutions durables en Afrique de l’Est ;
• IGAD - planifie de mettre en place un sécréterait pour un groupe de travail sur le déplacement forcé
et migration mixte en 2016-05-10 ;
• ICGLR – Comité technique pour opérationnaliser le Protocole sur les droits de propriété des
personnes de retour dans la région des Grands Lacs (le Burundi préside le groupe de travail) ;
• Solutions Alliance – une plateforme au niveau global depuis avril 2014 avec des chapitres
nationaux en Somalie, Tanzanie, Ouganda et Zambie. Responsable de l’élaboration de l’agenda
politique mondial sur les solutions durables.
Les	Initiatives	nationales		dans	la	région	
• Somalia IDP Solutions Initiative – sous la direction du Coordinateur humanitaire avec l’appui
de plusieurs agences et de l’ancien Rapporteur spécial sur les PDI (Walter Kalin). Une stratégie
compréhensive sur l’intégration locale des PDI dans huit provinces, avec une approche axée sur la
collectivité et la communauté ;
• Kenya Joint Turkana Initiative – l’intégration économique informelle des réfugiés somaliens
dans le camp de Kakuma pour améliorer les conditions socio-économique des réfugiés et le
développement économique de la communauté hôte ;
• Ouganda Refugee & Host Population Empowerment Programme (ReHOPE) – dirigé par
le UNHCR pour soutenir le renforcement de la résilience des réfugiés et des communautés hôtes. Ce
programme multisectoriel rassemble tous les acteurs, ainsi que le secteur privé, pour renforcer les
capacités des réfugiés à préparer leur retour dans leur pays d’origine ; accroitre les emplois et
revenus durables dans les quartiers affectés par les réfugiés ; initier une coopération économique
entre réfugiés et communauté hôte / un dialogue communautaire pour une coexistence pacifique ;
• Ethiopie Out of Camp policy – pour les jeunes érythréens réfugiés qui sont permis de résider
dans les centres urbains pour se soutenir indépendamment (une solution alternatives que d’être basé
dans les camps quant l’option de retour et l’accès à la protection sont respectivement sévèrement et
seulement limites ;
• RDC – Une stratégie sur les solutions durables est en développement.
Une	approche	des	Solutions	durables	basée	sur	le	genre,	la	diversité	et	la	participation	
Les conflits et les catastrophes affectent les gens différemment selon l’âge, le genre, l’appartenance à un
groupe, à une ethnie ou à une minorité (religieuse, linguistique etc.)
L’âge fait référence aux différentes étapes du cycle de vie de la personne : les enfants, les adolescents, les
adultes et les personnes âgées sont exposés à des risques différents, et ont des besoins différents en termes de
protection et leurs capacités à exercer leurs droits sont également différentes.
Le genre fait référence aux rôles attribués par construction sociale aux femmes, filles, hommes et garçons.
L’égalité des genres fait référence à l’égalité dans la jouissance de leurs droits, de leurs responsabilités, et de
leurs opportunités.
La diversité se réfère à la variété des valeurs, attitudes, perspectives culturelles, croyances, origines ethniques,
nationalités, capacité, santé, statut social, savoir-faire, et autres caractéristiques personnelles spécifiques.
28				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
L’approche « solutions durables » basée sur le genre, la diversité et la participation est une approche
participative basée sur la communauté. Elle vise à :
• S’assurer que les femmes, hommes, filles et garçons de tous âges et de tous profils soient impliqués
en tant que partenaires actifs dans toutes les phases de la stratégie pour les solutions durables ;
• Reconnaître la résilience, les capacités et les ressources des populations ;
• Consolider les capacités et les stratégies des communautés pour assurer leurs propres solutions
durables.
Elle implique des discussions avec les femmes, les garçons, les filles, et les hommes afin d’analyser ensemble
les risques de protection auxquels ils font face. C'est sur base de cette analyse participative que la planification
et les stratégies de protection sont conçues.
En plus de la collecte de données désagrégées par âge et sexe, cette analyse permet d’avoir des informations
sur les potentiels problèmes, les déséquilibres et vulnérabilité et d’assurer une meilleure planification des
besoins pour les solutions durables.
Travaux	en	groupes	:	obstacles	et	défis	locaux	aux	solutions	durables	au	Burundi	
Lors de travaux en groupes, les participants ont identifié les obstacles à l’accès aux moyens de subsistance et à
l’autonomisation, les compétences, des savoir-faire et des stratégies employés par les PDI ou rapatriés qui
pourraient être soutenus par les acteurs de développement ainsi les opportunités locales en termes d’accès à
des moyens de subsistance et d’autonomisation pour les PDI et rapatriés.
Obstacles	à	l’accès	aux	moyens	de	subsistance	:	
• L’extrême pauvreté de beaucoup de familles de PDI et de rapatriés : celles-ci sont si dépourvues
de moyens d’existence qu’elles tombent dans la catégorie des indigents. Ces familles ont encore
besoin d’une assistance humanitaire diversifiée (abris, aide alimentaire, assistance aux soins de
santé et à la scolarisation des enfants, etc.).
• La difficulté d’accès aux facteurs de production, notamment le manque de terres cultivables ou
dont l’accès est difficile ; l’absence de mécanismes de financement comme le micro crédit ; et
l’accès à certaines techniques d’agriculture ou d’élevage.
• La faible diversification de la production, en dehors de l’agriculture. Dans ce secteur, la fragilité
des familles est souvent liée à la faible rentabilité de la plupart des initiatives jusqu’ici promues.
• L’absence de capitaux.
Compétences,	 savoir-faire	 et	 stratégies	 employés	 par	 les	 PDI	 ou	 rapatriés	 qui	 pourraient	 être	 soutenus	 par	 les	
acteurs	de	développement	:		
• l’abondance et la disponibilité de la main d’œuvre active, surtout pour la mise en œuvre des
activités à Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) et la possibilité d’impliquer les femmes ;
• l’existance d’un certain savoir-faire pour la gestion des petites activités de production, acquis sur
les lieux d’exil, comme le travail du bois et de la menuiserie, de la soudure, de la pêche, du petit
élevage, etc.) ;
• l‘abondance des certains matériaux locaux de construction.
Opportunités	locales	en	termes	d’accès	aux	moyens	de	subsistance	et	à	l’autonomisation	des	PDI	et	rapatriés	:	
• l’existence des associations, de leur expérience, et la possibilité de les organiser en groupements
très productifs ;
• l’existence de projets d’appui au développement local dans la plupart des régions concernées,
mais qui ne sont pas suffisamment mis à contribution pour la réintégration économique des
rapatriés et des personnes déplacée internes ;
• l’existence de certaines institutions de micro-finance comme : l’UCODE, la COOPEC, etc. etqui
pourraient être mises à profit dans le financement des activités ;
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		29	
• les potentialités liées au lac Tanganyika et aux ports, aux palmeraies et autres plantations (café,
thé, tabac, riz, etc.) ;
• l’existence de marchés inexplorés, surtout dans les pays voisins et dans certaines communautés
urbaines et semi urbaines ;
• L’implication du secteur privé.
Résultats	des	travaux	en	groupes	sur	l’approche	genre	
Du fait de l’analphabétisme résultant de son accès limité à l’éducation formelle ; la plupart des femmes
déplacées ignorent leurs droits. Elles sont souvent victimes de violences basées sur le genre (VBG), y compris
de violences domestiques. C’est pour cette même raison qu’elles n’ont pas pleinement conscience de
l’importance des d’avoir documents personnels en leur possession.
La première recommandation porte sur la nécessité de scolariser toutes les filles et de sensibiliser les ménages
à cette nécessité.
La deuxième recommandation porte sur l’alphabétisation des femmes : sensibiliser les femmes (PDI et
rapatriées) sur leur droit est nécessaire, de même que les sensibiliser à l’acquisition de documents personnels.
Le régime sur la succession ne permet pas aux femmes d’accéder à la terre. Le gouvernement et le Parlement
devraient adopter une loi sur les droits de succession.
Beaucoup de femmes sont victimes silencieuses des violences basées sur le genre, y compris les violences
domestiques. Les participants à l’atelier ont recommandé l’adoption d’une loi sanctionnant les auteurs de
VBG.
	Moyens	de	subsistance	/	l’Approche	3x6	
L’Approche 3X6 (en trois phases et six étapes) a été présentée comme une des approches développées par le
PNUD et développée au Burundi en 2010. Elle a fait ses preuves ailleurs pour la promotion des moyens
d’existence, et contribue à l’autonomisation des rapatriés et des personnes déplacées internes. L’approche 3x6
est basée sur la satisfaction des besoins immédiats, mais avec une vision sur le long terme qui crée les
conditions indispensables à l’amélioration de la résilience des ménages, de la communauté, et des institutions
locales.
L’Approche 3x6 comporte une série d’actions intégrées et séquentielles qui rendent possible la réintégration
socio-économique des déplacés, des rapatriés et des autres populations affectés par une crise.
Vers la Durabilité
3
Appropriation
2
Inclusion
1
Générer	des	
revenus
2
“Joint	Venture”
4
Accéder	aux
marchés
6
Engager
1
Épargne
3
Investir
5
§Participation	Volontaire
§Conduite	par	la	Communauté
§Création	de	Dividendes	Communes
§Stimulation	de	l’Economie	Locale
§Investissement	de	l’Épargne	
Individuelle-Collective
§Partage	des	Risques
§Analyse	des	Opportunités
§ Acteurs	du	Développement	
§Chaine	des	valeurs
§Création	de	l’Emploi	Durable
30				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
L’étape	de	l’engagement		
Elle est à la base les travaux de reconstruction / réhabilitation communautaire sur le Plan de développement
communautaire. Le programme travaille sur place avec des comités existants, ou crée des comités mixtes.
Ceux-ci sont chargés de mettre en œuvre le processus de sélection des priorités de réhabilitation
communautaire à laquelle participeront les déplacés, les rapatriés et la population la plus vulnérable.
Le processus participatif de la communauté (sans exclure les jeunes) à la définition des critère de vulnérabilité,
et à la sélection des plus vulnérables qui participeront aux travaux de réhabilitation, est un pilier de cette
étape.
L’étape	de	la	génération	de	revenus	
Le travail de reconstruction / réhabilitation crée des emplois temporaires salariés qui bénéficient aux plus
vulnérables : cela leur permet d’avoir un revenu pour répondre à leurs besoins immédiats. Les dépenses en
salaire représentent une injection importante d’argent dans l’économie locale. Les travailleurs sont également
obligés d’épargner un pourcentage de leur salaire. Cette épargne leur servira à investir plus tard dans un projet
et à développer une vision pour leur futur.
L‘étape	de	l’épargne	
L’obligation d’épargner est une condition incontournable pour pouvoir participer au programme. Pendant la
première phase, celui-ci aide les participants à mettre ensemble leur épargne pour démarrer une activité
économique lors de la deuxième phase du programme.
L’investissement de leur épargne dans un projet commun, permet aux participants de s’approprier une part
dans le projet tout en partageant le risque avec les autres participants au projet.
L’étape	de	“joint	venture”	
L’analyse coût/bénéfice d’une idée de projet avant son exécution, permet d’assurer sa viabilité économique,
notamment grâce au financement complémentaire que le PNUD injecte dans le capital de démarrage.
Cette approche est basée sur le choix et la création d’opportunités. Elle permet aux participants de devenir
proactifs dans leur propre développement.
L’étape	«	investir	»	
La consolidation de l’épargne et les contributions additionnelles du programme permettront aux participants
d’avoir un montant suffisant pour démarrer leur activité lors de la phase II.
Le démarrage de l’activité économique permet aux participants de s’engager avec d’autres acteurs, et de créer
les réseaux nécessaires à la consolidation et à l’extension de leurs activités. Par exemple, l’enregistrement de
l’association ou de l’entreprise, le renforcement de la micro finance vont aider à investir dans d’autres
activités – C’est l’exemple d’une association de femmes qui cultive le riz. Après la vente de leur production ces
femmes vont investir leur revenu dans l’achat de bétail.
L’étape	d’accès	aux	marchés	
Analyse des chaînes de valeur pour identifier les potentialités d’accès aux marchés.
Création d’emplois et arrangements politiques et institutionnels pour faciliter la croissance
économique.
Une	approche	collaborative	:	les	acteurs	humanitaires	et	de	développement		
Le Principe 28 des principes directeurs des Nations Unies sur les personnes déplacées à l’intérieur de leur
propre pays stipule qu’« Il revient au États (…) de créer des conditions propices aux solutions durables
(retour librement consenti, dans la sécurité et la dignité, des PDI ou leur réinstallation volontaire), de fournir
aux PDI les moyens nécessaires, de faciliter la réintégration des PDI ».
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		31	
Le Cadre IASC sur les solutions durables exige l’engagement rapide et coordonné des différents acteurs : ceux-
ci doivent travailler ensemble, dès le début du processus. Une coordination efficace entre les acteurs du
développement, les organisations humanitaires et les autorités officielles est essentielle.
Le Secrétaire général préconise de « saisir les occasions qui s’offrent au lendemain d’un conflit exige que les
acteurs internationaux soient au minimum capables de s’assurer une réponse cohérente, rapide et efficace »
dans plusieurs domaines, y compris le retour et la réintégration des PDI et des réfugiés en toute sécurité, et
dans des conditions viables.
À cet effet, le Secrétariat général des Nations Unies a adopté un cadre conceptuel sur les solutions durables
pour les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays ; un guide opérationnel sur la mise en œuvre de
ce cadre a été élaboré. Le processus de mise en œuvre de ce cadre comporte neufs étapes.
Le Secrétaire général préconise :
• Le développement d’une stratégie sur les solutions durables sous la direction du Coordinateur
résident des Nations Unies ;
• Un processus collectif : PNUD + UNHCR en appui technique.
•
Logement,	terres	et	autres	biens	
Présentation	de	la	Commission	nationale	sur	les	terres	et	les	biens	(CNTB).		
L’exposant a mis l’accent sur le logement, terre, et autres biens tout en proposant des solutions durables et a
articulé sa présentation sur les activités réalisées les terres, les autres biens, les problèmes rencontrés et les
recommandations.
Au cours de la réalisation de ses activités, la CNTB a traité les dossiers litigieux des rapatriés, des déplacés, des
dispersés, des sans terres, et tous sont réhabilités dans leur droit de la même manière conformément à la loi.
Tableau	6	:	Activités	CNTB	réalisées	de	2006	au	31	décembre	2015	
1	
ère
	étape		Délégation	provinciale	 2
e
	étape	sous	commission	de	recours	 Réglés	à	
l’amiable	
Dossiers	
enregistrés	
Dossiers	
clôturés	
Dossiers	en	
suspens	
Dossiers	
enregistrés	
Dossiers	
clôturés	
Dossiers	en	
suspens	
43	378	 31	997	 11	381	 3042	 736	 2306	 28	955	
a.	Le	logement	
• plus de 80 % des rapatriés et des déplacés ont tous en commun le manque criant de logement
du fait que leurs habitations ont étés détruites ou spoliées surtout pour le premier groupe exilé
ou dispersé du fait des événements tragiques qu’ a connu notre pays les années qui ont suivi
l’accession à l’indépendance.
b.	La	terre	
• La terre est considérée par tout Burundais comme une richesse inégalable et inégalée. À la
CNTB, les cas de sinistrés qui réclament leurs propriétés foncières se comptent par milliers et la
plupart ont déjà été réhabilités. Depuis la création de la CNTB en 2006, des solutions variées
ont été proposées aux sinistrés, entre autres la restitution des terres, les arrangements à
l’amiable par le partage de la propriété foncière d’une manière volontaire et librement consenti
entre les parties en conflit, la demande au gouvernement d’attribuer des terres aux sinistrés sans
terre.
32				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
c.	Les	autres	biens	
La plupart des sinistrés pensent que la CNTB traite des dossiers fonciers. Cependant, des milliers de
cas de litiges relatifs aux autres biens ont été enregistrés à la CNTB, entre autre le gros et le petit
bétail, les produits commerciaux des magasins et boutiques, des véhicules, des vélos, les
équipements immobiliers, des récoltes laissées dans les maisons et dans les champs, etc.
• Lorsque le spoliateur n’est pas connu, c’est la C.V.R qui s’occupera de ces litiges au moment
opportun. Au cas où le sinistré plaignant connaît le spoliateur, c’est la CNTB qui traite ce dossier
litigieux par médiation ou par décision prise après recours.
Problèmes	rencontrés	
• La contrainte budgétaire ;
• Certains administratifs ne collaborent pas avec la CNTB à sa satisfaction ;
• Utilisation des faux documents ;
• Disparition des témoignages ;
• Pour les déplacés, certains administratifs et politiciens les empêchent de regagner leurs collines
d’origine pour diverses raisons.
Échanges		
Les participants ont fustigé le comportement de certaines autorités locales qui détournent les terres
identifiées par l’État pour les PDI et rapatriés pour les attribuer à d’autres.
Le ministère des Affaires sociales va attribuer une attestation de possession provisoire attestant que les
personnes qui ont reçu des parcelles de vie ont pleine possession de ces terres en attendant les attributions
officielles et définitives du ministère de l’Aménagement du territoire qui a la gestion foncière dans ses
attributions.
Exposé	sur	le	logement	durable	par	MDPGHASG	
Introduction	
L’accès au logement décent est considéré comme un droit (et non un privilège) au même titre que l’accès
à la nourriture, à l’eau, aux soins de santé, à l’éducation etc.
La planification et la mise en œuvre de solutions durables doivent tenir compte des besoins d’assistance
en matière de logement La planification/mise en œuvre de solutions durables doivent tenir en compte de
l’assistance en matière de logement.
Types	de	logement/maison		
Au Burundi, dans le cadre de la recherche de solutions durables aux sinistrés dont les rapatriés, les PDI,
les expulsés et les Ex-combattants, cette assistance a pris deux formes à savoir :
• maisons individuelles construites sur les collines ;
• maisons individuelles construites dans les villages ruraux intégrés(VRIs) pour les sinistrés
sans terre/référence ou ceux qui retrouvent leurs terre/maisons occupés (cas des rapatriés de
1972).
Maisons	individuelles	sur	les	collines	:	
Les maisons construites sur les collines ont comme dimension 7mx5 soit une superficie de 35m2.
Chaque maison comprend 3 pièces dont 1 salon et 2 chambres.
L’approche adoptée pour la construction implique pleinement les bénéficiaires dans les travaux de
construction. Chaque bénéficiaire participe à la fabrication des briques adobes et à l’élévation des
murs.
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		33	
L’assistance offerte à chaque bénéficiaire comporte deux aspects :
• l’appui technique dans l’élévation des murs, la pose de la charpente et la couverture de la
maison ;
• L’octroi du kit de construction, composé notamment de tôles, des clous, des perches, des portes
et des fenêtres.
Pour les personnes extrêmement vulnérables comme les handicapés, les personnes âges, enfants
seuls, chefs de ménage etc. la construction de leurs maisons est entièrement prise en charge.
Exemples	de	maisons	individuelles		construites	sur	les	collines	
Maisons	construites		dans	les	Villages	ruraux	intégrés	(VRI)						
Il s’agit des maisons construites pour les sinistrés sans terre /référence et ceux qui retrouvent leurs
terre/maisons occupées. Cette approche de solutions durables a été en 2008 dans le cadre du
rapatriement et de la réintégration de cette catégorie de sinistrés ayant une vulnérabilité particulière.
Ainsi, un programme de Villages ruraux intégrés a été initié et mis en œuvre par le gouvernement et
ses partenaires en vue d’apporter des améliorations aux maisons précédemment construites pour les
sinistrés dans les VRI d’avant 2008. Ces améliorations ont porté sur :
• Viabilisation des sites (canalisations maçonnée) ;
• Protection sommaires des murs externes ;
• Intégration d’autres infrastructures sociales comme les écoles primaires, centres de santé,
adduction d’eau, terrain de jeux, etc.
• Octroi de terres agricoles.
34				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
	
Maisons	construites	dans	un	Village	rural	intégré	
Résultats	atteints		
Entre 2002 et 2014, 126 500 maisons environs ont été construites dans le cadre du programme de
rapatriement et de réintégration des sinistrés mis en place par le gouvernement du Burundi avec l’appui de
ses partenaires. Près de 120 000 maisons ont été construites sur les collines tandis que près de 6500
maisons ont été construites dans les Villages ruraux intégrés.
Les	contraintes		
Il s’agit principalement, pendant la courte période de la saison sèche (3 mois), de fabriquer les briques
adobe indispensables à la construction des maisons.
Les maisons construites dans les VRI nécessitent la construction de murs extérieurs pour apporter une
protection supplémentaire contre les intempéries. Les VRI sont en effet construits sur des terres dénudées
et, malgré le reboisement qui accompagne la construction des maisons, leur durée de vie n’est prolongée
qu’entre 5 et 10 ans supplémentaires.
De plus, l’extrême pauvreté des bénéficiaires ne leur permet pas d’entretenir et d’améliorer leurs maisons
pour les rendre encore plus durables.
Une	nouvelle	approche	pour	construire	des	maisons	plus	durables	dans	les	VRI		
Une nouvelle approche pour trouver des solutions durables aux contraintes relatives à la construction des
maisons, à la vulnérabilité des briques adobe face à la pluie et à la pauvreté des bénéficiaires, a été
expérimentée dans les VRI avec l’usage des briques stabilisées au ciment. Cette approche a été adoptée
par le Gouvernement et ses partenaires en 2013. Les maisons comportent également une douche, des
latrines et une cuisine. Des projets pilotes basés sur cette nouvelle approche ont été initiés à Rutana,
Bubanza, Cibitoke et Bujumbura Rural.
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		35	
Cette approche intègre la méthode HIMO (Haute Intensité de Main d’œuvre) combinée à l’approche 3x6. Elle
permet aux bénéficiaires des maisons et de la communauté d’accueil d’avoir accès à un emploi rémunéré.
Contraintes			
Ces nouvelles maisons et annexes présentent un défi majeur, car elles coûtent relativement cher par
rapport à celles construites avec des matériaux semi durables.
Le coût d’une maison varie ainsi entre 7000 et 9000 dollars américains selon l’emplacement des sites.
C’est en grande partie pour cette raison que l’accès à un logement décent n’est pas couvert pour beaucoup des
rapatriés et expulsés de Tanzanie. Ceux-ci vivent, avec d’autres sinistrés, dans des maisons d’urgence
construites dans les VRI aménagés avant 2008.
Recommandations	pour	la	stratégie	nationale	sur	les	solutions	durables	en	faveur	
des	personnes	sinistrées	
La dernière session a été consacrée aux travaux en groupe constitués pour formuler des recommandations.
Après synthèse des différents travaux, les participants ont convenu des recommandations suivantes :
1. Élaborer une stratégie de mobilisation de fonds en vue de planifier le développement des solutions
durables au profit des rapatriés et des personnes déplacées internes ;
2. Sensibiliser la population à la loi relative aux violences basées sur le genre et lutter contre
l’impunité ;
3. Assurer l’accès à la terre des personnes affectées par le déplacement en revitalisant les activités de la
CNTB et par la sécurisation des droits fonciers (certificat foncier et accès à la justice), notamment
pour les femmes ;
4. Ratifier et mettre en œuvre la Convention de Kampala ;
5. Mener une étude sur l’intégration économique en vue de mobiliser des fonds qui assureront
l’autonomisation des populations affectées ;
6. Collecter et gérer des données sur les conditions de vie et les solutions durables des personnes
affectées par le déplacement, et en assurer la maitrises par les instances nationales ;
		
Type	 de	 maison	 construites	 en	 briques	 stabilisée	 avec	 ses	 annexes	 (latrines,	 douche	 et	 cuisine)	 à	 Maramvya	 et	
Bujumbura	Rural.
36				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
7. Consolider et étendre les programmes de développement qui ont fait preuve de résultats tangibles et
permettre leur mise à l’échelle en partenariat avec d’autres intervenants ;
8. Rendre disponibles les moyens financiers nécessaires pour relocaliser les sinistrés occupant les terres
de particuliers ;
9. Normaliser le statut des sites de déplacés et rapatriés pour mettre fin à leur statut actuel ;
10. Redynamiser et renforcer les mécanismes existants de coordination et de collaboration entre tous les
intervenants, et à tous les niveaux ;
11. Renforcer les mécanismes existants de sécurité et de prévention des conflits et de cohésion, en vue de
la consolidation de la paix ;
12. Promouvoir des campagnes de sensibilisation et de vulgarisation de la stratégie révisée au niveau de
l’administration et des bénéficiaires afin d’obtenir son appropriation nationale et une meilleure
maitrise des droits.
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		37	
Séance	de	clôture	
Le Directeur général de la réintégration des sinistrés a débuté la séance de clôture par la lecture des
recommandations issues de l’atelier.
Ensuite, Le directeur pays adjoint, chargé des programme au PNUD, a lu le message de circonstance du
Coordonnateur résident. Il a été suivi par le Secrétaire permanent au Ministère des Droits de la Personne
Humaine des Affaires Sociales et du Genre, qui a prononcé le discours de clôture de l’atelier au nom du
Ministre empêché. Les textes des différents discours sont repris en annexe du présent rapport.
Les	prochaines	étapes	
En prolongement des activités de l’atelier, les membres du GTSD se sont réunis pour l’évaluation de l’atelier,
qui fut reconnu unanimement comme un véritable succès et ont fixé les prochaines étapes en vue de pendre
en compte différentes recommandations issues de l’atelier. Il s’agit :
• De finaliser le rapport de l’atelier ;
• D’élaborer le document sur la Stratégie nationale de réintégration révisée ;
• De renforcer le cadre de coordination en matière de promotion et de mise en œuvre des
solutions durables, afin de s’assurer de leur intégration dans les cadres de planification
existants (UNDAF, CSLP III) ;
• De procéder à un état des lieux de la mise en œuvre des solutions durables pour que les
meilleures expériences puissent servir de modèles pour :
− L’Organisation des ateliers de sensibilisation/formation sur les solutions durables au
niveau des provinces ;
− L’élaboration d’un programme conjoint (Gouvernement/Nations Unies) pour la
promotion et la mise en œuvre des solutions durables dans différents secteurs.
38				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Annexe	
Agenda	
Jour	1	 Horaire	 Thèmes	+	Activités	 Responsable	
	
08h30	–	09h00	
09h00	–	09h30	
Arrivée	et	installation	des	participants		
Ouverture	de	l’atelier	(15	min)		
Attentes	et	objectifs	de	l’atelier	(10	min)		
Présentation	de	l’agenda	(5	min)	
Logistique	:	équipe	d’organisation	MDPHASG	
Facilitateur	:	Consultante	
Modérateur	:	MDPHASG	
	
09h30	–	10h00	 Concepts	et	principes	régissant	les	solutions	durables	
Échanges	en	séance	plénière	
IDMC	:	Facilitateur	
	
10h00	–	10h15	 Pause	–	café	 Logistique	
	
10h15	–	11h15	 Situation	Globale,	Régionale		des	solutions	durables	(30	min)		
Rapatriés	/PDI	et	les	solutions	durables	au	Burundi		(30	min)		
Facilitateur/UNHCR	
MDPHASG	
	
11h15	–	12h00		
	
12h00	–	12h30	
Réfugiés	burundais	dans	la	sous-région	(20	min)		
Témoignage		
Présentation	des	résultats	du	DTM	:	principaux	mouvements,	tendances,	chiffres	
et	problèmes	de	protection	spécifiques	(20	min)		
UNHCR		
	
IOM	
	
12h30	–	13h30		 Déjeuner	 Logistique	
	
13h30	–	15h00	 Travaux	 en	 groupes	:	 cartographie	 des	 personnes	 affectées	 par	 le	 déplacement,	
opportunités	et	obstacles	aux	solutions	durables	+	restitution	
Facilitateur	:	Consultante	
	
15	h00	–	15h30	 Pause	–	café	 Logistique	
	
15h30	–	16h30	 Cadres	juridiques	et	principes	régissant	les	solutions	durables	
(Convention	de	Kampala,	Convention	de	Genève,	Pacte	des	Grands	Lacs	et	cadre	
sur	les	Solutions	Durables)		
Facilitateur	:	Consultante
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		39	
Jour	2	 Horaire	 Thèmes	+	Activités	 Responsable	
	
08h30	–	10h30	 Critères	 de	 réalisation	 des	 solutions	 durables	 +	 cadre	 ReDSS	 (Regional	 Durable	
Solutions	Secretariat,	basé	à	Nairobi)	(40	min)		
Approche	3	x	6	(20	min)		
Travaux	de	groupes	(60	min)		
Restitution	
Facilitateur	:	Consultante	-	Représentant	de	ReDSS		
	
PNUD	
Facilitateur	:	Consultante	
	
10h30	–	11h00	 Pause	–	café	 Logistique	
	
11h00	–	12h30	 Une	approche	basée	sur	le	genre	et	la	participation	pour	la	recherche	de	solutions	
durables	(30	min)		
Travaux	de	groupes	&	restitution	(60	min)		
Facilitateur	:	Consultante			
	
	
	
12h30	–	13	h30	 Déjeuner	 Logistique	
	
13h30		–	15h00	 Une	approche	collaborative	:	acteurs	humanitaires	et	de	développement	(20	min)		
Initiatives	 régionales	 (courte	 intervention)	 (5	 min)	 Coordination	 et	 solutions	
durables	au	Burundi	:	présentation	du	GTSD	et	de	ses	objectifs.	(20	min)		
Travaux	en	groupes	(40	min)		
Restitution	
Facilitateur	:	Consultante	
Représentant	de	ReDSS	-	MDPHASG	
	
Facilitateur	:	Consultante	
	
15h30	–	17h00	 Logement,	terres	et	autres		biens	au	cœur	des	solutions	durables	(20	min)		
Logement,	Terres	et	autres	Biens	et	solutions	durables	au	Burundi	(20	min)		
Travaux	en	groupes	(40	min)		
Facilitateur	:	Consultante	
CNTB	/MDPHASG	
Facilitateur	:	Consultante
40				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
Jour	3	 Horaire	 Thèmes	+	Activités	 Responsable	
	
8h30	–	9	h30	 Récapitulation	du	jour	2	et	Restitution	des	travaux	sur	les	LTB	 Facilitateur	:	Consultante	
	
9h30	–	10h30	 Recommandations	 de	 l’atelier	 en	 vue	 de	 la	 formulation	 de	 la	 révision,	 de	 la	
Stratégie	nationale	de	réintégration		
Facilitateur	:	Consultante		
	
10h30	–	11h00	 Pause	–	café	 Logistique	
	
11h00	–	11h30	 Lecture		des		recommandations	et	engagements	des	partenaires	 Modérateur	:	MDPHASG	
	
11h30	–	12h00	 Évaluation	+	conclusion	 Facilitateur	:	Consultante	
	
12h00	–	12h30	 Clôture	 MDPHASG
Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	 		41	
Liste	des	participants	
	 N°	 NOM	ET	PRÉNOM	 ORGANISATION	 PROVENANCE	 COURRIEL	
1	 Ir.	NGENDABANYIKWA	Felix	 MDPHASG	 Mairie	 felisengendabanyikwa@gmail.com	
2	 NIYONKURU	Raymond	 Min	Jeunesse	 Mairie	 niyoraymond@gmail.com	
3	 KWIZERA	Jean	Claude	 Min	Dev	Com	 Mairie	 kwizerajeanclaude78@gmail.com	
4	 NDUWIMANA	Liliane	 MDPHASG	 Mairie	 nduwimanaliliane@yahoo.fr	
5	 NKORIPFA	Corneille	 MDPHASG	 Mairie	 nkoripfa@yahoo.fr	
6	 SIMBARAKIYE	Révérien	 MDPHASG	 Mairie	 simbarakiye08@yahoo.fr	
7	 HATUNGIMANA	Chantal	 MDPHASG	 Mairie	 hatungimana.chantal@yahoo.fr	
8	 NTAWUKIRISHIGA	Thaddée	 Assemblée	Nat.	 Mairie	 leguthageo@gmail.com	
9	 YAMUREMYE	Fabien	 MDPHASG	 Mairie	 proparesi@gmail.com	
10	 NTAKARUTIMANA	Rénovat	 MDPHASG	 Mairie	 ntaren@yahoo.com	
11	 HATUNGIMANA	Blandine	 MDPHASG	 Mairie	 hblondine@gmail.com	
12	 NDAYIRAGIJE	Boniface	 MDPHASG	 Mairie	 ndayiboniface@yahoo.fr	
13	 KAYITESI	Odette	 CNTB	 Mairie	 okayitesi125@yahoo.fr	
14	 SINDAYIHEBURA	Rénovat	 Présidence	 de	 la	
République	
Mairie	 sinrénovat@yahoo.fr	
15	 SINDAYIHEBURA	Séverin	 Deuxième	 Vice-
Présidence	
Mairie	 sindaseve@yahoo.fr	
16	 MUHIMPUNDU	J.	d'Arc	 Min	Agri	 Mairie	 muhijane@yahoo.fr	
17	 SINDAYIGAYA	Ferdinand	 Déplacé	 Mairie	 		
18	 RURATOTOYE	Pauline	 Communauté	
Hote(AFRABU)	
Mairie	 rpauline2000@yahoo.fr	
19	 NZAMBIMANA	Adrien	 Mairie	 de	
Bujumbura	
Mairie	 adrienzambi@yahoo.fr	
20	 MBONAYO	Nicolas	 CNTB	 Mairie	 hanijambo@yahoo.co.uk	
21	 KIMARAMIZIRO	Nkurikiye	 CNTB	 Mairie	 nkimara@yahoo.co.uk	
22	 BIZIMANA	Joseph	 CNTB	 Mairie	 bizimajo@yahoo.fr	
23	 SAKE	Mathieu	 ACPDH	 Mairie	 acpdh_bdi@yahoo.fr	
24	 NTAKIYICA	Nicodème	 SP/CNCA	 Mairie	 ntanicodème@gmail.com	
25	 SINDIBUTUME	Celestin	 MPDHASG	 Mairie	 csindibutume@yahoo.fr	
26	 HABONIMANA	Nestor	 Admin.	Provinciale	 Rutana	 habonestor@gmail.com	
27	 SAIDI		Anicet	 Admin.	Provinciale	 Cibitoke	 anisetsaidi2014@yahoo.fr	
28	 NDEREYIMANA	Stanislas	 Admin.	Provinciale	 Makamba	 nderestany@yahoo.fr	
29	 MANIRAMBONA	Vénant	 Admin.	Provinciale	 Prov.	Gitega	 mvenant02@yahoo.fr	
30	 NIJIMBERE	Daniel	 Admin.	Provinciale	 Prov.	Muyinga	 provincemuyinga@gmail.com	
31	 BIRUKUNDI	Mamerthe	 Admin.	Communale	 Ruhororo	 	
32	 KADERI	Béatrice	 Admin.	Communale	 Rugombo	 	
33	 NDUWIMANA	J.	Claude	 Admin.	Communale	 Nyanza_Lac	 	
34	 HASHAZINKA	M.	Claudine	 Admin.	Communale	 Busoni	 hashclaud@gmail.com	
35	 MANIRAKIZA	Phocas	 Rapatrié	 Com.	Rumonge	 		
36	 GATERETSE	Antoinette	 Rapatrié	 Com.	Rugombo	 		
37	 NGENZEBUHORO	Pierre	 Déplacé	 Com.	Ruhororo	 		
38	 GACECE	Sylvestre	 CRB	 Gitega	 sgacece@gmail.com	
39	 KATABARUMWE	Madeleine	 OHCDH-B	 Bujumbura	 mkatabarumwe@ohchr.org	
40	 NGARUKO	Aloys	 OIM	 Bujumbura	 angaruko@iom.int
42				Atelier	recherche	de	solutions	durables	et	relèvement	précoce	des	personnes	affectées	par	la	crise	–	27-29	avril	2016	
N°	 NOM	ET	PRÉNOM	 ORGANISATION	 PROVENANCE	 COURRIEL	
41	 NDUWAMUNGU	Emmanuel	 COPED	 Bujumbura	 ndunuel2002@yahoo.fr	
42	 MUTUTA	William	 UNHCR	 Makamba	 mututa@unhcr.org	
43	 ROZENKRANZ	Eva	 WVI	 Bujumbura	 eva-rosenkranz@wvi.org	
44	 NTACONAYIGIZE	Bonaventure	 Caritas	Burundi	 Bujumbura	 bonaudantaco@gmail.com	
45	 NINDORERA	Yves	 Ambassade	de	
Belgique	
Bujumbura	 yves.nindorera@dipldel.fed.be	
46	 NDIAYE	NdeyePenda	 UNHCR	 Bujumbura	 ndiayend@unhcr.org	
47	 FRONTINI	Matteo	 UN-RCO	 Bujumbura	 matteo.frontini@one.un.org	
48	 MBENGUE	Yannick	 UNHCR	 Bujumbura	 mbengue@unhcr.org	
49	 NDUWIMANA	Louis	 PNUD	 Bujumbura	 nduwimanalouis@gmail.com	
50	 TALL	Madani	 UNHCR	 Bujumbura	 tallma@unhcr.org	
51	 Craig	Castro	 PNUD	 Bujumbura	 craig.castro@undp.org	
52	 GROSS	Roderik	 IRC	 Bujumbura	 roderik.gross@rescue.org	
53	 Reine	Anani	 FAO	 Bujumbura	 Reine.Anani@fao.org	
54	 EMERSON	Natacha	 OCHA	 Bujumbura	 emerson@un.org	
55	 SOTA	Pierre	 UNFPA	 Bujumbura	 sota@unfpa.org	
56	 Amadou	Sow	 OCHA	 Bujumbura	 sow@un.org	
57	 BARIKANGA	Eric	 PAM	 Bujumbura	 eric.barikanga@wfp.org	
58	 NTIBAKIJE	Pie	 UNESCO	 Bujumbura	 p.ntibakije@unesco.org	
59	 NDUWIMANA	Jean	Bosco	 Min.Intérieur	 Bujumbura	 jeanduwimana@yahoo.fr	
60	 NKUNZIMANA	Pierre	Justin	 ARS	 Bujumbura	 assoresi@yahoo.fr	
61	 MINANI	Yves	 FIDA	 Bujumbura	 minaniy@yahoo.fr	
62	 BIBARA	Jean	Marie	 Délégation	 de	
l'Union	Européenne	
Bujumbura	 jean-marie.bibara@eeas.europa.eu	
63	 NKESHIMANA	Appolinaire	 Min.Environnement	 Mairie	 aponkes@yahoo.fr	
65	 SIBOMANA	Edouard	 OHCDH-B	 Bujumbura	 esibomana@ohchr.org	
66	 BAZUBWABO	Louis	 UNESCO	 Bujumbura	 l.bazubwabo@unesco.org	
68	 MUKERARUGENDO	Jules	 Radio	 Scolaire	
Nderagakura	
Mairie	 mukerarugendo1@yahoo.fr	
69	 NITUNGA	Rose	 PNUD	 Bujumbura	 rose.nitunga@undp.org	
70	 KIGEME	Marie	Ange	 PNUD	 Bujumbura	 ange.kigeme@undp.org	
71	 O.	Bataille	 IOM	 Bujumbura	 obataille@iom.int	
72	 BRIZARD	Patrice	 PNUD	 Bujumbura	 patrice.brizard@undp.org

Contenu connexe

En vedette

Cabinet caa tch-2015
Cabinet caa tch-2015Cabinet caa tch-2015
Cabinet caa tch-2015CAA
 
Controles basicos final
Controles basicos finalControles basicos final
Controles basicos finalprofesorpfpd
 
Presentacion seguridad social
Presentacion seguridad social Presentacion seguridad social
Presentacion seguridad social Hilario Morales
 
Reu 7042015 site
Reu 7042015 siteReu 7042015 site
Reu 7042015 sitePierreSnaet
 
Presentación personal vanessa
Presentación personal vanessaPresentación personal vanessa
Presentación personal vanessaVane Torres
 
Grand prixpressemagazinefr
Grand prixpressemagazinefrGrand prixpressemagazinefr
Grand prixpressemagazinefrmagazinemediaBE
 
Asturias
AsturiasAsturias
AsturiasJNR
 
Transparencia y participación ciudadana en los programas de transferencias co...
Transparencia y participación ciudadana en los programas de transferencias co...Transparencia y participación ciudadana en los programas de transferencias co...
Transparencia y participación ciudadana en los programas de transferencias co...TransparenciaporColombia
 
Monétisez votre audience grâce à la publicité
Monétisez votre audience grâce à la publicitéMonétisez votre audience grâce à la publicité
Monétisez votre audience grâce à la publicitéMichaël Le Hoang
 
Esquema sobre los fundamentos del Estatuto Epistemológico
Esquema sobre los fundamentos del Estatuto EpistemológicoEsquema sobre los fundamentos del Estatuto Epistemológico
Esquema sobre los fundamentos del Estatuto EpistemológicoKamps Tepes
 

En vedette (20)

Poemes
PoemesPoemes
Poemes
 
Cabinet caa tch-2015
Cabinet caa tch-2015Cabinet caa tch-2015
Cabinet caa tch-2015
 
Literatura fractal
Literatura fractalLiteratura fractal
Literatura fractal
 
Quien tiene el cuerpo
Quien tiene el cuerpoQuien tiene el cuerpo
Quien tiene el cuerpo
 
Controles basicos final
Controles basicos finalControles basicos final
Controles basicos final
 
Cgc chokri
Cgc chokriCgc chokri
Cgc chokri
 
Presentacion seguridad social
Presentacion seguridad social Presentacion seguridad social
Presentacion seguridad social
 
Reu 7042015 site
Reu 7042015 siteReu 7042015 site
Reu 7042015 site
 
Rechercher des amis sur BOBL
Rechercher des amis sur BOBLRechercher des amis sur BOBL
Rechercher des amis sur BOBL
 
La web 2.0 en teleformación
La web 2.0 en teleformaciónLa web 2.0 en teleformación
La web 2.0 en teleformación
 
Test jehova
Test jehovaTest jehova
Test jehova
 
Presentación personal vanessa
Presentación personal vanessaPresentación personal vanessa
Presentación personal vanessa
 
Grand prixpressemagazinefr
Grand prixpressemagazinefrGrand prixpressemagazinefr
Grand prixpressemagazinefr
 
El sorprendente mundo de las sectas
El sorprendente mundo de las sectasEl sorprendente mundo de las sectas
El sorprendente mundo de las sectas
 
Sabiduría
SabiduríaSabiduría
Sabiduría
 
Asturias
AsturiasAsturias
Asturias
 
Transparencia y participación ciudadana en los programas de transferencias co...
Transparencia y participación ciudadana en los programas de transferencias co...Transparencia y participación ciudadana en los programas de transferencias co...
Transparencia y participación ciudadana en los programas de transferencias co...
 
Reminder
ReminderReminder
Reminder
 
Monétisez votre audience grâce à la publicité
Monétisez votre audience grâce à la publicitéMonétisez votre audience grâce à la publicité
Monétisez votre audience grâce à la publicité
 
Esquema sobre los fundamentos del Estatuto Epistemológico
Esquema sobre los fundamentos del Estatuto EpistemológicoEsquema sobre los fundamentos del Estatuto Epistemológico
Esquema sobre los fundamentos del Estatuto Epistemológico
 

Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes sinistrées-mail

  • 2. 2 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 REMERCIEMENTS Nos remerciements vont en premier lieu au Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre qui a pris l’initiative d’organiser cet atelier sur la recherche des solutions durables en faveur des personnes affectées par la crise. Un grand merci également au bureau du Coordonnateur résident des Nations Unies au Burundi, au PNUD, au HCR et à l’UNICEF pour leur soutien tant financier que de leur forte implication pour la bonne réalisation de cette activité. De même nos remerciements vont aux collègues de l’OIM , de la FAO , de l’OHCDH, du FIDA, de la Banque mondiale, de l’Union européenne, de la Coopération belge pour leur participation active dans la tenue de l’événement. Nos remerciements chaleureux vont à Mme Sophie Crozet, facilitatrice infatigable de l‘atelier ; à Mme Natacha Emerson, Senior Protection Adviser (IASC) à Nairobi ; à M. Matteo Frontini, spécialiste du relèvement précoce au bureau du Coordonnateur résident ; et à M. Louis Nduwimana, consultant en matière de solutions durables, pour son appui à la révision de la Stratégie nationale de réintégration. Remercions également les membres du Groupe sectoriel sur le relèvement précoce et les membres du Groupe technique sur les solutions durables qui ont eu la lourde responsabilité d’organiser cet atelier.
  • 3. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 3 ACRONYMES CAM : Carte d’assistance médicale CMS : Comité mixte de sécurité CNTB : Commission nationale sur les terres et les biens CSLP : Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté CVR : Commission vérité réconciliation DIH : Droit international humanitaire (en temps de crise) DIDH : Droit international des droits de l’homme (en temps de paix) DTM : Matrice de suivi des déplacements (displacement tracking matrix) GSRCRR : Groupe sectoriel relèvement communautaire, rapatriement, réintégration GTSD : Groupe technique sur les solutions durables IASC : International Agency Standing Committee (Comité permanent inter organisations (CPI)) MDPHASG : Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre OI : Organisation internationale OIM : Organisation internationale pour les migrations ONG : Organisation non gouvernementale OSC : Organisation de la société civile OUA : Organisation de l’unité africaine PAD : Personnes affectées par le déplacement PDI : Personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays PNUD : Programme des Nations Unies pour le développement RDC : République démocratique du Congo RDExC : Réfugiés, déplacés et ex combattants ReDSS : Secrétariat régional sur les solutions durables ((Regional Durable Solutions Secretariat) SNR : Stratégie nationale de réintégration UNDAF : United Nations Development Assistance Framework (Plan cadre des Nations Unies pour l’aide au développement (PNUAD)) UNHCR : Haut Commissariat aux réfugiés des Nations Unies VRI : Villages ruraux intégrés WASH : Water, Sanitation and Hygiene promotion (Eau, assainissement et promotion de l'hygiène)
  • 4. 4 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Table des matières INTRODUCTION ...................................................................................................................................................... 7 DÉROULEMENT DES TRAVAUX ................................................................................................................................ 8 OUVERTURE .............................................................................................................................................................. 8 SÉANCE D’INTRODUCTION : CONCEPTS ET PRINCIPES ............................................................................................................ 8 ATTENTES ET OBJECTIFS DE L’ATELIER ........................................................................................................................................ 8 LES PRÉSENTATIONS ET LES TRAVAUX DE GROUPES ....................................................................................................................... 9 SITUATION GLOBALE, RÉGIONALE DES SOLUTIONS DURABLES ........................................................................................................ 10 DÉFINITION DE « SOLUTION DURABLE » ................................................................................................................................... 10 ÉCHANGES ......................................................................................................................................................................... 11 PRÉSENTATION SUR LES RÉFUGIÉS BURUNDAIS DANS LA SOUS-RÉGION .......................................................................................... 11 ÉCHANGES ......................................................................................................................................................................... 11 PRÉSENTATION SUR LES RÉSULTATS DE LA MATRICE DE SUIVI DES DÉPLACEMENTS (DTM) : PRINCIPAUX MOUVEMENTS ; TENDANCES, CHIFFRES ET OBSTACLES AUX SOLUTIONS DURABLES .................................................................................................................... 12 QU’EST-CE QUE LA DTM? .................................................................................................................................................... 12 LA DTM DANS LE MONDE ..................................................................................................................................................... 12 LE CONTEXTE BURUNDAIS ..................................................................................................................................................... 12 CONSTATS ET FAITS SAILLANTS ............................................................................................................................................... 13 ÉCHANGES ......................................................................................................................................................................... 13 TÉMOIGNAGE D’UN DÉPLACÉ INTERNE DU SITE DE RUHORORO .................................................................................................... 13 ÉCHANGES ......................................................................................................................................................................... 14 LES PDI, LES RAPATRIÉS ET LES SOLUTIONS DURABLES AU BURUNDI .............................................................................................. 14 ACTIVITÉS EN COURS ET PERSPECTIVES ..................................................................................................................................... 15 TRAVAUX DE GROUPE SUR LE CONTEXTE DES SOLUTIONS DURABLES AU BURUNDI ............................................................................. 15 CADRE JURIDIQUE ET PRINCIPES RÉGISSANT POUR LES SOLUTIONS DURABLES (CONVENTIONS DE KAMPALA ET DE GENÈVE, PACTE DES GRANDS LACS ET CADRE SUR LES SOLUTIONS DURABLES) ......................................................................................................................... 17 PACTE SUR LA SÉCURITÉ, LA STABILITÉ ET LE DÉVELOPPEMENT DANS LA RÉGION DES GRANDS LACS ...................................................... 18 CADRES ET PRINCIPES RÉGISSANT LA RECHERCHE DES SOLUTIONS DURABLES .................................................................................... 18 CRITÈRES DE RÉALISATION DES SOLUTIONS DURABLES (CADRE IASC) ............................................................................................. 19 CADRE - REDSS (INDICATEURS) ET TRAVAUX SUR LES INDICATEURS ............................................................................................... 23 INITIATIVES RÉGIONALES TRAITENT DU DÉPLACEMENT PROLONGÉ ET DES SOLUTIONS DURABLES .......................................................... 27 LES INITIATIVES NATIONALES DANS LA RÉGION .......................................................................................................................... 27 UNE APPROCHE DES SOLUTIONS DURABLES BASÉE SUR LE GENRE, LA DIVERSITÉ ET LA PARTICIPATION ................................................... 27 TRAVAUX EN GROUPES : OBSTACLES ET DÉFIS LOCAUX AUX SOLUTIONS DURABLES AU BURUNDI .......................................................... 28 RÉSULTATS DES TRAVAUX EN GROUPES SUR L’APPROCHE GENRE ................................................................................................... 29
  • 5. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 5 MOYENS DE SUBSISTANCE / L’APPROCHE 3X6 .......................................................................................................................... 29 L’ÉTAPE DE L’ENGAGEMENT .................................................................................................................................................. 30 L’ÉTAPE DE LA GÉNÉRATION DE REVENUS ................................................................................................................................. 30 L‘ÉTAPE DE L’ÉPARGNE ......................................................................................................................................................... 30 L’ÉTAPE DE “JOINT VENTURE” ................................................................................................................................................ 30 L’ÉTAPE « INVESTIR » .......................................................................................................................................................... 30 L’ÉTAPE D’ACCÈS AUX MARCHÉS ............................................................................................................................................. 30 UNE APPROCHE COLLABORATIVE : LES ACTEURS HUMANITAIRES ET DE DÉVELOPPEMENT .................................................................... 30 LOGEMENT, TERRES ET AUTRES BIENS ...................................................................................................................................... 31 PROBLÈMES RENCONTRÉS ..................................................................................................................................................... 32 ÉCHANGES ......................................................................................................................................................................... 32 EXPOSÉ SUR LE LOGEMENT DURABLE PAR MDPGHASG ............................................................................................................. 32 RÉSULTATS ATTEINTS ........................................................................................................................................................... 34 RECOMMANDATIONS POUR LA STRATÉGIE NATIONALE SUR LES SOLUTIONS DURABLES EN FAVEUR DES PERSONNES SINISTRÉES .............. 35 SÉANCE DE CLÔTURE .................................................................................................................................................. 37 LES PROCHAINES ÉTAPES ............................................................................................................................................. 37 ANNEXE ................................................................................................................................................................ 38 AGENDA ................................................................................................................................................................. 38 LISTE DES PARTICIPANTS .............................................................................................................................................. 41
  • 6. 6 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Tableaux Tableau 1 : Différences entre Personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) et réfugiés _________________________ 10 Tableau 2 : Résultats des travaux en groupes sur le contexte des solutions durables au Burundi ____________________ 16 Tableau 3 : Conventions sur les réfugiés ________________________________________________________________ 17 Tableau 4 : Textes régissant les personnes déplacées internes _______________________________________________ 18 Tableau 5 : Critères de réalisation des solutions durables __________________________________________________ 20 Tableau 6 : Résultats des travaux en groupes sur les critères de réalisation des solutions durables __________________ 24 Tableau 7 : Activités CNTB réalisées de 2006 au 31 décembre 2015 __________________________________________ 31 Annexe Agenda __________________________________________________________________________________________ 37 Liste des participants ______________________________________________________________________________ 40
  • 7. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 7 INTRODUCTION Du 27 au 29 avril 2016 s’est déroulé, à l’Hôtel Royal Palace, un atelier sur les solutions durables et le relèvement précoce en faveur des personnes affectées par la crise. Organisé par le Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre (MDPHASG), en collaboration avec le bureau du Coordonnateur résident du Système des Nations Unies, cet atelier regroupait les représentants des différents ministères, certains représentants de l’administration provinciale et communale, les représentants de différentes agences du système des Nations Unies, ainsi que les représentants des Organisations internationales et nationales. L’atelier sur les solutions durables avait pour objectifs, d’une part de disséminer et de promouvoir les standards internationaux et régionaux sur la recherche des solutions durables pour les personnes déplacées et, d’autre part, de servir comme outil de renforcement des capacités afin que les acteurs des solutions durables soient mieux équipés pour appliquer ces concepts au contexte national et local. La démarche adoptée, lors de cet atelier de formation et d’échanges d’expérience, a reposé sur une approche participative alternant des présentations sur les concepts, les principes et les cadres sur les solutions durables suivies des échanges en plénière et des travaux en groupes sur l’état des lieux au Burundi. À l’issue de cet atelier, les participants ont formulé les recommandations qui constituent des orientations stratégiques en vue de la révision de la Stratégie nationale de réintégration des personnes affectées par le conflit et de l’élaboration du Plan d’action pour les solutions durables et la résilience communautaire. © PNUD Burundi / Patrice Brizard / 2016 - Participants aux cérémonies d’ouverture de l’atelier.
  • 8. 8 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 DÉROULEMENT DES TRAVAUX Ouverture Les travaux de l’atelier ont été ouverts par une allocution de circonstance du Coordonnateur résident du Système des Nations Unies au Burundi, suivi du discours du Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre. De ces allocutions respectives, il a été retenu l’engagement des partenaires du Burundi à soutenir le Gouvernement dans la recherche des solutions durables en faveur des personnes sinistrées. À cet effet, les participants étaient invités à se concerter pour convenir des orientations stratégiques en vue de la révision de la Stratégie nationale de réintégration des personnes affectées par le conflit. Séance d’introduction : concepts et principes Attentes et objectifs de l’atelier Après cette cérémonie d’ouverture ; les participants ont formulé leurs attentes : • Recevoir les informations pertinentes sur les solutions durables et leur mise en œuvre dans le contexte actuel du pays ; • Proposition d’un cadre pour une meilleure coordination sur les solutions durables, assorti de mécanismes de suivi évaluation avec des indicateurs précis ; • Assurance /qualité pour la satisfaction des bénéficiaires. Ensuite les objectifs de l’atelier ont été rappelés aux participants : • Améliorer la compréhension des principes qui régissent la recherche des solutions durables et l’identification de solutions durables appropriées ; • Identifier les risques et les principaux obstacles à la réalisation des solutions durables au Burundi ; • Formuler des orientations stratégiques en vue de la révision de la Stratégie nationale de réintégration (SNR) des personnes affectées par le conflit et de l’élaboration du Plan d’action pour les solutions durables et la résilience communautaire. © PNUD Burundi / Patrice Brizard / 2016 - Le Coordonnateur résident du Système des Nations Unies et le Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre prononcent respectivement l’allocution de circonstance et le discours d’ouverture de l’atelier.
  • 9. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 9 Les présentations et les travaux de groupes Présentation du Groupe technique sur les solutions durables (GTSD) Le GTSD a été créé en mars 2016 et il est placé sous la tutelle du Groupe sectoriel relèvement communautaire, rapatriement, réintégration (GSRCRR). Objectifs : • Promouvoir une compréhension commune du concept « solutions durables » et sa large diffusion aux différents acteurs ; • Encadrer la formulation et la mise en œuvre d’une stratégie des solutions durables ; • Promouvoir un cadre légal approprié pour sa mise en œuvre ; • Œuvrer pour la mobilisation des ressources nécessaires pour la mise en œuvre des solutions durable. Fonctionnement Le GTSD se réunit une fois par mois en séance ordinaire et autant de fois que de besoin. Il est présidé par le MDPHASG et coprésidé par le UNHCR et le PNUD. Les décisions et recommandations sont prises par consensus. Composition Le GTSD est composé des membres du GSRCRR au niveau technique. La Plateforme nationale de la prévention des risques et gestion des catastrophes est également membre. Tout autre groupe sectoriel dont l’expertise sera jugée utile pour ses activités pourra être convié aux réunions du groupe. © PNUD Burundi / Aaron Nsavyimana / 2016 - Les membres du groupe technique sur les solutions durables de l’atelier avec le facilitateur échangent sur le déroulement des travaux de l’atelier.
  • 10. 10 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Situation globale, régionale des solutions durables En 2014, au niveau mondial, les réfugiés étaient estimés à 16,7 millions de personnes contre 38 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI) par les conflits et les violences auxquels s’ajoutent 19,3 millions nouvelles PDI, suite aux catastrophes naturelles en 2014. Au niveau régional, les réfugiés en Afrique étaient estimés à 3,2 millions de personnes contre 8,5 millions personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays. Tous les pays de la région ont été affectés par le déplacement. L’Éthiopie et le Kenya sont les deux pays qui accueillent le plus de réfugiés en Afrique, tandis que le Soudan a le plus grand nombre de déplacés internes. Les pays où les situations de déplacement sont les plus prolongées dans la région sont la Somalie, l’Érythrée, le Soudan et le Sud Soudan. La durée moyenne du déplacement dans la région est de 17 ans. Tableau 1 : Différences entre Personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) et réfugiés PDI Réfugiés → Citoyens/résidents → La responsabilité première de leur protection incombe au pays d’origine/de résidence → Jouissent des mêmes droits accordés aux citoyens et résidents par les lois nationales et la constitution du pays → Pas besoin d’un statut juridique de « PDI » pour jouir de ces droits → Ressortissants étrangers accueillis par un pays d’asile → Le pays d’asile est responsable de leur protection → Jouissent de droits spécifiques en vertu de la CG de 1951, de la CUA de 1969 et de lois nationales spécifiques → Statut juridique de « réfugié » reconnu aux personnes remplissant des critères précis Le déplacement, comme le retour, affectent tant les communautés d’origine que les communautés hôtes. Définition de « solution durable » Par définition « une solution durable est réalisée lorsque les personnes affectées par le déplacement n’ont plus besoin d’aide, ni de protection spécifique liées à leur déplacement, et jouissent des droits de l’homme sans discrimination en raison de leur déplacement ». Les défis liés aux solutions durables dans la région sont : • Lorsque le déplacement est prolongé ou dure longtemps : le retour ne peut pas être la seule option ; • On note souvent la coexistence de populations pauvres et de déplacés avec des besoins similaires : risque de friction et de conflit ; • Il existe souvent des barrières politiques et légales à l’intégration et aux solutions durables ; • La rareté des ressources et des moyens de subsistance face aux besoins multiples des groupes cibles ; • Un accès souvent difficile au logement, à la terre et aux biens ; • La persistance de problèmes de protection liés à l’insécurité ; • La détérioration de l’environnement et l’urbanisation croissante ; • La rareté des données, du monitoring et de l’évaluation des programmes ; • Des approches humanitaires et de court terme et une implication tardive ou inconsistante des acteurs de développement. En conclusion, il a été relevé :
  • 11. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 11 • Le besoin d’un changement dans l’approche : passer d’une approche uniquement humanitaire à une approche à long terme basée sur la résilience ; • La nécessité d’une approche intégrée, collaborative, multisectorielle sur le long terme ; • L’intégration du déplacement et des solutions durables dans les Plans nationaux de développement Échanges Lors des échanges qui ont suivi cette présentation ; on a constaté que tous les participants ont acquis une parfaite compréhension de la définition des personnes déplacées et des réfugiés autant que leur différenciation. Il a été reconnu que les regroupés, (qui étaient des personnes ou familles déplacées par les autorités dans les zones de combat en vue de les protéger), font partie des personnes déplacées à l’intérieur du pays même si leurs traitements par les autorités ont été différents. Il ressort du débat que l’enregistrement et la reconnaissance des déplacés internes ne se justifient que par leurs besoins spécifiques qui nécessitent une aide humanitaire et un soutien en terme de développement ciblés. Il n’est pas nécessaire d’octroyer un statut juridique spécial aux PDI pour répondre à ces besoins. Présentation sur les réfugiés burundais dans la sous-région L’UNHCR a procédé à la présentation de la situation des réfugiés burundais qui se présente comme suit : • 260 085 réfugiés burundais enregistrés par le UNHCR au 31 mars 2016; dont 133 683 en Tanzanie, 75 688 au Rwanda, 23 848 en Ouganda, et 22 204 en RDC, et qui se répartissent à 51 % d’hommes et 49 % de femmes. • Services de base fournis dans les camps : éducation; santé; abris; articles non-alimentaires; et renforcement des capacités d’auto-prise en charge de la communauté. Échanges Suite à cet exposé les échanges ont porté principalement sur : i) l’origine et la fiabilité des statistiques présentées ; ii) la façon dont les camps de réfugiés sont gérés et comment les sorties des camps sont autorisées pour autant que l’administration locale constate en effet des va et vient de certains réfugiés au niveau des frontières du Burundi ; iii) le transfert de réfugiés à Kigali vers les camps n’occasionnera-t-il pas un double comptage ? Le UNHCR a rassuré les participants sur la véracité de tous les chiffres présentés. Pour la gestion des camps, celle-ci est assurée principalement par les autorités nationales dans les pays d’exil. Les doubles comptages sont impossibles du fait de l’enregistrement biométrique des réfugiés et les vérifications des présences qui sont faites de façon mensuelle lors des distributions de l’aide aux réfugiés, les absents étant tout simplement rayés de la liste. S’agissant des activités dans les camps et capacités d’auto-prise en charge et leurs conséquences sur le retour volontaire dans les camps d’origine, il a été constaté, fort heureusement, que plus les réfugiés acquièrent des capacités d’autonomie, plus ils ont envie de retour.
  • 12. 12 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Présentation sur les résultats de la Matrice de suivi des déplacements (DTM) : principaux mouvements ; tendances, chiffres et obstacles aux solutions durables Cette présentation a été faite par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Qu’est-ce que la DTM? La Matrice de suivi des déplacements (DTM en anglais) est un système comprenant divers outils et processus conçus et élaborés pour suivre les déplacements de population. La DTM dans le monde La DTM est utilisée en : Afghanistan, Bangladesh, Burundi, République centrafricaine (RCA). Colombie, République démocratique du Congo (RDC), Éthiopie, Haïti, Iraq, Malawi, Mali, Mozambique, Namibie, Népal, Nigeria, Pakistan, Philippines, Soudan, soudan du Sud, Sri Lanka, et Tchad. Le contexte burundais Au Burundi, l’existance de mouvements de population a occasionné un besoin unanimement reconnu d’information sur les populations déplacées. C’est ainsi que l’utilisation de la Matrice de suivi des déplacements a été lancée en 2014 après les inondations. En juin 2015, elle a servi pour une évaluation à Kabonga ; en septembre 2015, pour le lancement du programme dans les provinces de Makamba et de Kirundo ; à Rutana en décembre 2015, et à Muyinga et Ruyigi en mars 2016. Stratégie : • Développement d’une méthodologie et d’outils de collecte des informations ; • Partenariat OIM-Croix-Rouge du Burundi pour la collecte mensuelle des informations à travers des informateurs-clé. Méthodologie de collecte des données : • Sensibilisation des autorités locales et des communautés ; • Pré-identification des communes abritant des déplacés ; • Évaluation des déplacements dans ces communes (formulaire profil de commune) ; • Évaluation des besoins humanitaires dans les collines/quartiers abritant le plus de ménages déplacés ou dans les sites (formulaire profil du centre de déplacement).
  • 13. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 13 © Copyright - Yannick Georges Mbengue du HCR expose la situation des réfugiés burundais Constats et faits saillants En mars 2016, les données statistiques récoltées en application de cette méthode sont les suivantes : • 25 294 PDI (5139 ménages) identifiés par la DTM en mars 2016 dans les trois provinces ciblées dont 15 665 PDI (3133 ménages) dans la province de Makamba, 171 PDI (59 ménages) dans la province de Kirundo et 9458 PDI (1947 ménages) dans la province de Rutana. Données démographiques • 57,5 % d’hommes et 42,5 % de femmes. • 27 % d’enfants de moins de 5 ans et 31 % ayant entre 6 et 17 ans. • 37,5 % ayant entre 18 et 59 ans. • 5,5 % de plus de 60 ans. Les causes du déplacement : • la situation socio-politique actuelle à 79% ; • Les catastrophes naturelles à 15 % ; et • Autres causes : 6 % La nature de l’hébergement • Famille d’accueil : 65 % ; • Maison louée : 28 % ; • Maison inoccupée ou vide : 3 % , • Autres nature : 4 % Période de déplacement • Avant 2015 : 5 % ; • de janvier à avril 2015 : 14 % ; • de mai à juillet 2015 : 61 % ; • après juillet 2015 : 20 % Intentions de retour • Retour : 47,5 ; • Intégration locale : 47,5 % ; • Réinstallation/relocalisation : 5 % Échanges Lors des échanges qui ont suivi cette présentation, l’occupation actuelle de maisons vides par les PDI, et ses conséquences, en cas de retour des propriétaires, ont retenu l’attention des participants qui ont reconnu que cette préoccupation méritait le suivi des autorités nationales et des partenaires. Témoignage d’un déplacé interne du site de Ruhororo « Ruhororo est un site de personnes déplacées internes où vivent environ 13 000 habitants depuis 1993, c'est- à-dire que je vis dans ce site depuis 23 ans. Site situé d’une part sur une terre domaniale et d’autre part sur des parcelles privées. Nous avons été installés sur ce site par les autorités nationales de l’époque au moment où nous étions en difficultés sur les collines d’origine. « Les anciens propriétaires, la plupart rentrés d’exil (Tanzanie), ont commencé à réclamer leurs terres d’où la naissance de conflits fonciers. Noter que les jeunes qui sont nés à l’installation du site ont aujourd’hui
  • 14. 14 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 23 ans. Ces jeunes se sont organisés pour se faire justice. Les autorités ont du intervenir à plusieurs reprises (Gouvernement ; CNTB délégation provinciale ; CNTB nationale) sans succès. « Le Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre a organisé une enquête dont il est ressorti que certaines PDI veulent rentrer, mais que des politiciens les en empêchent. D’autres, veulent rester et d’autres souhaiteraient la relocalisation. « Le gouverneur de la province de Ngozi a mis en place une commission composée de natifs, de résidents, des représentants des églises etc. qui ont proposé les solutions suivantes : • Le site de Ruhororo sera viabilisé et transformé en village de paix ; • Une terre domaniale située à environ 500 m du site a été identifiée et sera également viabilisée pour recevoir ceux qui seront relocalisés ; • Un comité de vigilance citoyenne, comprenant des habitants du site et les anciens propriétaires, l’administration, et les représentants des églises sera constitué ; • La restitution des terres d’autrui (personne ne peut occuper et la terre d’origine et celle d’autrui) ; • L’assistance à la reconstruction pour les indigents ; et • Favoriser le retour des gens sur leur terre natale ». Échanges Suite à ce témoignage, les participants ont posé les deux questions suivantes : Y a-t-il des personnes du camp qui ont récemment fui vers l’extérieur ? La réponse a été affirmative, car suite aux rumeurs certaines familles ont fui vers le Rwanda. Par contre il n’y a pas eu de déplacement vers le site. Pourquoi les interventions précédentes n’ont pas été acceptées, alors que la commission mise en place donne des résultats ? Le contexte préélectoral ne donnait pas assez d’espace d’écoute pour que les personnes concernées puissent saisir le bien fondé des propositions. Les PDI, les rapatriés et les solutions durables au Burundi Le contexte La mise en œuvre des solutions durables s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de réintégration des personnes affectées par le conflit, adopté en Conseil des ministres en février 2010, pour une durée initiale de quatre ans (2010-2014) ; En application de cette stratégie de réintégration, plusieurs programmes ont été développés, plusieurs réalisations ont été enregistrées dans divers secteurs, notamment les infrastructures, l’habitat, les activités génératrices de revenus et la cohésion sociale. Les défis à la réintégration au Burundi sont les suivants : • La réintégration à moyen terme de 33 819 rapatriés de Mtabila et de 45 333 Burundais expulsés de Tanzanie ; • Le retour volontaire des 78 948 personnes déplacées internes vivant encore dans les sites ; • L’extrême pauvreté des RDExC ; • L’accès à un habitat décent ; • L’accès à la terre et aux services sociaux de base ; • Les capacités opérationnelles limitées du Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre dans la coordination et la conduite d’actions décentralisées (provinces, communes et collines).
  • 15. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 15 Activités en cours et perspectives Activités prévues courant 2016 : • L’appui à l’accès à l’habitat décent : distribution de tôles à 500 ménages et construction des maisons dans les Villages ruraux intégrés (VRI); • Appui à la sécurisation foncière pour 200 ménages des VRI ; • Éducation à la paix à 750 personnes; • Appui à l’accès aux soins de santé : 5000 ménages avec Carte d’assistance médicale (CAM). Perspectives : • Plaidoyer pour la mobilisation des fonds pour la réintégration ; • Sensibilisation des décideurs en vue du maintien de la réintégration comme priorité du gouvernement dans le prochain Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) ; • Mise en œuvre des recommandations de l’évaluation de la Stratégie nationale de réintégration ; • Renforcement des capacités opérationnelles du Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre dans la coordination des interventions en matière de réintégration ; • Mise en place d’un groupe technique chargé des solutions durables. Échanges Après cette présentation, les participants ont constaté que beaucoup d’efforts ont été réalisés et des progrès atteints et qu’il y a nécessité de bâtir sur l’existant au lieu de commencer à zéro. Aussi en rapport avec la complexité de la situation, une réponse multisectorielle est requise dans le cadre d’une vision globale et un engagement sur le long terme. Travaux de groupe sur le contexte des solutions durables au Burundi Lors des travaux en groupes, les participants ont eu à identifier les défis et les principaux obstacles en matière humanitaire, des droits de l’homme, consolidation de la paix/stabilisation et pour le développement qu’ils ont inscrits sur des fiches de couleur différentes comme illustré sur ces photos. © Copyright - Restitution des travaux en groupe par Sophie Crozet, la facilitatrice de l’Atelier.
  • 16. 16 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Tableau 2 : Résultats des travaux en groupes sur le contexte des solutions durables au Burundi Thèmes Obstacles /défis Assistance humanitaire → le caractère cyclique de la crise du Burundi qui conduit à des déplacements prolongés et répétitifs ; → l’absence de mesure d’identification rapide des réfugiées et des personnes déplacées à l’intérieur du pays et d’un cadre coordonné d’une assistance immédiate pour une réponse immédiate (accès à la nourriture ; au logement décent et aux soins de santé ; les groupes cibles ne pouvant bénéficier de CAM rapidement) ; → insuffisance des mesures d’accompagnement, en cas de retour des PDI ou des rapatriés, surtout pour les sans terre ni référence et les victimes des déplacements prolongés. Droits de l’homme → Absence de textes nationaux en matière des droits des personnes déplacées et rapatriés et le très faible niveau de connaissance en matière des droits des personnes déplacées dans les communautés hôtes et ainsi qu’au niveau des administratifs à la base ; qui conduisent à l’impunité ou la non réparation en cas de violation et en particulier pour les violences contre les femmes ; → Faible capacité de la magistrature à traiter correctement les dossiers relatifs aux violations des droits des rapatriés et des PDI ; → Les conditions d’accueil qui sont très limitées ; → la stigmatisation ou la marginalisation pour les déplacés eux-mêmes et par les populations environnantes qui aussi conduisant à des sentiments d’exclusion ; les PDI et rapatriés étant encore considérés comme des groupes à part et ou comme des étrangers ; → L’absence de sécurité physique. Consolidation de la paix/stabilisation → Absence de démarche volontaire et partagée pour la réconciliation condition sine qua none pour une cohabitation pacifique ; → L’Insécurité persistante et l’exclusion des mécanismes locaux de promotion de la sécurité : Comité mixte de sécurité (CMS) ; → La non maîtrise de la notion de démocratie applicable dans le contexte du Burundi ; → La persistance de la discrimination et de l’exclusion sociale ; → Exiguïté des terres pour la réinsertion des PDI et rapatriées. Développement → Faiblesses des politiques de développement ; → Faible développement des secteurs secondaires et tertiaires ; → Manque de terres cultivables alors que 90 % de la population vit de l’agriculture et l’insécurité foncière (accès aux titres fonciers /lourdeur et coûts des procédures) ; → Faible diversification des moyens d’existence (non liés à la terre) ; → Manque d’emploi ; → Manque de moyens financiers ; → L’accès très limité aux services sociaux de base ; → Le désengagement des partenaires au développement dans un contexte de paupérisation de l’économie. Quelques opportunités à explorer : • Localisation des sites favorables au développement local ; • Développement de l’agriculture et de l’élevage ; • Développement des moyens de subsistance en dehors de l’agriculture et de l’élevage.
  • 17. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 17 Cadre juridique et principes régissant pour les solutions durables (Conventions de Kampala et de Genève, Pacte des Grands Lacs et Cadre sur les solutions durables) Les sources des solutions durables • Droit international : droit international humanitaire et droit international des droits de l’homme ; • Conventions internationales : Convention de Genève de 1951 ; • Cadres juridiques régionaux : Conventions OUA de 1969 et de Kampala. Pacte des Grands Lacs ; • Cadre juridique national ; • Les principes directeurs des Nations Unies sur les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays. Approche basée sur les droits • A. Protection des droits civils et politiques relatifs à la vie, la sécurité, à l’intégrité physique des personnes, aux liens familiaux. • B. relatifs aux documents personnels, à la circulation, aux liens familiaux, à l’expression, à l’opinion, à la religion, et aux élections. • C. Protection des droits économiques, sociaux, et culturels relatifs à la nourriture, à la santé, et à l’éducation. • D. relatifs au logement, terres et biens, aux moyens d’existence, à l’éducation secondaire et universitaire. Tableau 3 : Conventions sur les réfugiés Convention de Genève de 1951 Convention de l’OUA de 1969 → Droit à la liberté de mouvement ; → Droit de travail dans les mêmes circonstances que les ressortissants étrangers ; → Droit à l’éducation ; → Naturalisation ; → Cessation. → Le principe de rapatriement librement consenti dépend de deux conditions : → l'existence d'un climat propice au retour; → la disponibilité de ressources pour le retour et l'intégration des réfugiés dans leurs pays d'origine respectifs. → Le principe de non-discrimination des personnes rapatriées ; → L’information des réfugiés sur les conditions de vie et de retour dans le pays d’origine est primordiale.
  • 18. 18 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Tableau 4 : Textes régissant les personnes déplacées internes Les principes directeurs des Nations Unies sur les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays Convention de Kampala → Réaffirment les normes juridiques internationales contraignantes et leur application dans des situations de déplacement interne ; → Énoncent les droits des déplacés internes et les responsabilités des États et autres acteurs à leur égard ; → Constituent le « cadre international de protection des déplacés internes » faisant autorité (Sommet mondial des Nations Unies 2005) ; → Référence pour des textes contraignants : lois internes, Pacte des Grands Lacs et Convention de Kampala. → Le principe de rapatriement librement consenti dépend de deux conditions : → l'existence d'un climat propice au retour; → la disponibilité de ressources pour le retour et l'intégration des réfugiés dans leurs pays d'origine respectifs. → Le principe de non-discrimination des personnes rapatriées ; → L’information des réfugiés sur les conditions de vie et de retour dans le pays d’origine est primordiale. Pacte sur la sécurité, la stabilité et le développement dans la région des Grands Lacs Signé par 11 pays de la région des Grands Lacs, ce pacte est entré en vigueur depuis 2008. Il comprend 10 protocoles, dont certains concernent tout particulièrement les personnes déplacées : • Protection et assistance des personnes déplacées • Droits de propriété des personnes de retour • Prévention et répression de la violence sexuelle à l’égard des femmes et des enfants Il s’agit du premier instrument multilatéral, juridiquement contraignant, qui réclame l’adoption et la mise en œuvre des Principes directeurs (art. 2.1). Ces Principes directeurs ont été officiellement annexés au Protocole. Cadres et principes régissant la recherche des solutions durables Le cadre IASC (International Agency Standing Committee) sur les Solutions durables Publié et adopté en 2010 après avoir été testé sur le terrain, le cadre IASC se base sur Les principes directeurs des Nations Unies sur les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (principes directeurs 28 à 30) ; il a été développé dans le cadre d’un processus inter-agence. Ce cadre définit les solutions durables, relève les principes régissant les solutions durables et les critères de réalisation de ces solutions durables. D’après le cadre IASC, « Une solution durable est réalisée lorsque les personnes affectées par le déplacement n’ont plus besoin d’aide, ni de protection spécifiques liées à leur déplacement ; et jouissent des droits de l’homme, sans discrimination en raison de leur déplacement ». La recherche des solutions repose sur une norme clé, à savoir le choix d’une option d’installation pour les personnes affectées par le déplacement (retour, intégration locale, ou réinstallation/relocalisation).
  • 19. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 19 La recherche de solutions durables doit être guidée par les principes suivants : • La responsabilité des autorités nationales ; • Accès aux acteurs humanitaires, de développement et à des systèmes de suivi ; • Considération première : Les droits, les besoins et les intérêts légitimes des personnes affectées par le déplacement ; • Considération première : Les droits, les besoins et les intérêts légitimes des Personnes affectées par le déplacement (PAD) ; • Implication : information, consultation, participation ; • Le respect des choix des PAD s’agissant de leur option d’installation ; • Interdiction de la contrainte ; • Non-discrimination ; • Prise en compte des communautés d’accueil ; • Protection continue qui ne s’arrête pas au choix des lieux d’installation (DIH, DIDH)1 ; Solutions durables et la Convention de Kampala La Convention de Kampala stipule en son article 11 (2) que « Les États parties permettent aux personnes déplacées de faire un choix libre et en toute connaissance de cause sur leur retour, leur intégration locale ou leur réinstallation. Ils les consultent sur toutes les options possibles, et s’assurent de leur participation à la recherche de solutions durables ». Mesures spécifiques • création de conditions satisfaisantes ; • Retour, intégration locale ou réinstallation de manière durable et dans conditions de sécurité et de dignité ; • Information, consultation et participation ; • Coopération avec les OI et les ONG ; • Résolution des litiges relatifs aux biens ; • Communautés spécialement dépendantes et attachées à la terre. Critères de réalisation des solutions durables (cadre IASC) Les huit critères ont été présentés aux participants ainsi que les indicateurs identifiés à ce jour par le Secrétariat régional sur les solutions durables (ReDSS). Chaque critère a été illustré par des cas de situation identifiés par le consultant en charge de la révision de la Stratégie nationale de réintégration (SNR), lors des visites de terrain. 1 Droit international humanitaire (DIH) en temps de crise et Droit international des droits de l’homme (DIDH) en temps de paix
  • 20. 20 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Tableau 5 : critères de réalisation des solutions durables Critère Sous-critère Observations de terrain → Sécurité et sureté sur le long terme Conditions de sécurité / Sécurité physique. Liberté de mouvement. La libre circulation avec leurs biens dans tous le pays est aussi garantie comme pour le reste de la population. Pour les PDI, leur sécurité physique n’est pas garantie dans les zones de retour. L’administration assure que la sécurité est garantie pour les déplacées au même titre que pour le reste de la population vivant dans les collines. → Accès à un niveau de vie suffisant Sécurité alimentaire. Abris et logements / Eau et assainissement / Services de Santé / Éducation. Persistance de besoins humanitaires pour les populations des sites et villages récents (Gateri, Muyange, Miyogoro, Nyabigina) (accès aux abris, aide alimentaire, cantines scolaires, distribution de CAM). Pour Les PDI un appui à la reconstruction de leurs maisons en cas de retour mais la plupart souhaitent rester sur les sites où les conditions de vie sont meilleures. Les rapatriés et expulsés, surtout ceux sans terre ni référence, évoquent des difficultés de logement et d’accès à la terre et souhaitent avoir des titres de propriété pour les parcelles sur lesquelles sont construits les logements. Beaucoup de maisons sont déjà dans un état lamentable qui exigerait des réparations ou des réhabilitations qui ne sont pas à la portée des bénéficiaires. L’accès à l‘eau potable serait meilleure dans les VRIS et les sites des déplacées (existences adduction d’eau et de bornes fontaines) par rapport aux populations des collines environnantes. En termes de distance, l’accès à la scolarité et aux soins de santé est similaire aux autres catégories de la population. Généralement les écoles et centres de santé ont été construits au niveau de certains VRI À Muyange une école auto construite en briques adobes par les habitants avec des salles de classes petites et mal aérées fonctionne dans des conditions limites et à Gateri l’école la plus proche est à 5 km.
  • 21. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 21 Critère Sous-critère Indicateurs → Accès à l’emploi, aux moyens de subsistance Accès aux activités économiques / Conditions de travail et d’emploi. Moyens de subsistance et résilience (sur le long terme). Ceux qui ont pu bénéficier des appuis divers dans le cadre des activités HIMO –PNUD) ; agriculture et l’élevage (FAO) ou organisation en associations (PNUD ; Croix Rouge ; OIM) en ont gardé un bon souvenir. Les revenus perçus lors des activités réalisées ont rehaussé le niveau des conditions de vie en couvrant les besoins fondamentaux des ménages. Face à la pénurie de terres pour l’agriculture, les rapatriés souhaiteraient bénéficier d’emplois assez rémunérateurs qui leur permettraient de gagner suffisamment d’argent afin d’acheter des terres dans le voisinage. Les rapatriés installés dans les VRI ; tout comme les personnes déplacées à l’intérieur qui vivent encore sur les sites, ne sont pas pris en compte par les projets développement. IIs éprouvent à cet effet un véritable sentiment d’exclusion. Les jeunes déscolarisés ont exprimé leurs besoins aussi, dans la mesure où leurs familles n’ont pas accès à la terre pour l’agriculture, ils estiment qu’une formation professionnelle consistante leur serait très profitable. À Mutaho, les jeunes diplômés dans les sites des PDI n’auraient pas accès aux emplois au même titre les autres jeunes de la commune surtout dans la confection des listes, et les critères d’octroi de l’emploi sont obscurs. → Dispositifs efficaces et accessibles pour restituer les habitations, les terres et la propriété. Cas et spécificité des cas de pertes de logement, de terre et de biens ou de conflit de propriété. Accès à des dispositifs de restitution ou de compensation. Pour les litiges qui n’ont pas été réglés à l’amiable, les cas ont été soumis, soit à la CNTB, soit devant les cours et tribunaux à pied d’œuvre.
  • 22. 22 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Critère Sous-critère Indicateurs → Accès sans discrimination aux documents personnels et autres. Cas et spécificité des pertes ou de l’absence de documentation. Accès à des mécanismes d’octroi et de remplacement. Sauf pour raisons de négligence, les enregistrements des mariages et des naissances autant que leur régularisation sont faites sans problèmes et de façon gratuite. La délivrance des différents actes et attestations est sujette au paiement de frais qui seraient hors de portée des ménages vulnérables. Le seul bémol a été enregistré à Miyogoro et Musenyi (Commune Makamba) où les officiers de l’état civil font preuve d’absentéisme ou de lenteur dans l’exercice de leur fonction. → Regroupement familial. Cas et spécificité des séparations de famille. Mécanismes de réunification familiale. Aucun besoin de regroupement n’a été signalé. → Participation aux affaires publiques. Participation aux affaires publiques et politiques. Participation aux affaires communautaires. Pas de problème évoqué sauf à Nyabigina où le niveau de tension sociale avec la communauté d’accueil serait un obstacle pour les rapatriés à se faire élire. → Accès à des voies de recours effectives et à la justice. Cas de violation des droits de l’homme et des problèmes de protection liés au déplacement. Accès aux mécanismes judiciaires et de réparation. Les femmes et les filles rencontrées n’ont pas signalé de cas semblables, mais les grossesses précoces ou non désirées sont très courantes.
  • 23. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 23 Les interventions des participants ont porté principalement sur : • La traduction des informations pertinentes en kirundi à diffuser le plus largement auprès des administrations territoriales et du public concernés ; radio communautaire • Modalités de mesure des indicateurs (encore en discussion au niveau global). Cadre - ReDSS (indicateurs) et travaux sur les indicateurs Le Secrétariat régional sur les solutions durables (ReDSS) a développé 30 indicateurs de base pour l’évaluation du niveau de réalisation des solutions durables pour les PDI et les réfugiés. Ils sont basés sur les huit critères du IASC et regroupés sous trois principaux thèmes : sécurité physique, matérielle et juridique. Après la présentation et l’explication des indicateurs, les participants qui les ont examinés en groupe, ont donné une note (rouge, orange ou vert) selon les conditions de réalisation actuelle de chaque indicateur au Burundi. • Rouge : les conditions ne sont pas réunies • Orange : les conditions sont partiellement réunies • Vert : les conditions sont favorables au SD
  • 24. 24 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Critère Sous-critère Indicateurs Note → Sécurité physique Sécurité. 1. Niveau d’élimination des mines et autres engins explosifs sur les routes principales, dans les zones d’habitation et les zones cultivables, dans les sites pour les réfugiés ou déplacés et dans d’autres endroits du pays. Vert 2. les réfugiés/retournés ne font pas l’objet de restriction de leur liberté de mouvement. Vert 3. Le nombre de postes de police et de cours de justice ainsi que de policiers et personnel de la justice bien formés dans les zones où les rapatriés ou PDI vivent (par rapport aux standards nationaux). Orange 4. Nombre d’actes de violence et d’intimidation et VBG reportés ciblant des PDI ou retournés. Rouge 5. Prévalence des crimes violents visant des rapatriés ou PDI en comparaison du reste de la population locale ou d’avant le déplacement. Rouge 6. Perception de la situation sécuritaire des rapatriés / PDI Rouge → Sécurité matérielle Conditions de vie satisfaisante. 1. Programmes d’assistance mis en œuvre pour les rapatriés et PDI dans les domaines de la nourriture, de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement (WASH), des abris et de la santé de base. PDI –Vert Rapatriés - Orange 2. Nombre approximatif de rapatriés ou PDI mal nourris ou sans abris. Rouge 3. Pourcentage des rapatriés ou PDI qui n’ont pas accès à la nourriture de base, à l’eau potable et à l’assainissement (WASH), à un abri et à la santé comparé aux autres habitants. Orange 4. Pourcentage des enfants rapatriés ou PDI ayant accès à l’école primaire dans des conditions adéquates et reçoivent une éducation de qualité comparé au reste de la population. Vert
  • 25. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 25 5. Pas de barrière administrative ou légale empêchant la scolarisation les enfants de rapatriés ou réfugiés. Vert 6. Pourcentage de rapatriés ou PDI vivant dans des abris surpeuplés par rapport au reste de la population locale. Orange 7. Les rapatriés et réfugiés ne font pas l’objet d’obstacles pour l’accès aux services publics, à l’assistance, à l’envoi d’argent de l’étranger en comparaison avec le reste de la population locale. Vert Moyens de subsistance 1. Il n’y a pas d’obstacles légaux ou administratifs à l’emploi et aux activités économiques des rapatriés ou PDI auxquels les autres membres de la population ne font pas face. Vert 2. . Le taux de chômage parmi les rapatriés et PDI comparé au reste de la population de la zone. Orange 3. Le type et les conditions de travail des rapatriés/PDI par rapport au reste de la population de la zone y compris le taux de travail informel, l’accès à un travail décent etc. Vert 4. Le niveau de pauvreté des rapatriés / PDI en comparaison avec le reste de la population locale. Rouge Restitution des logements, terres et biens 1. Existence de mécanismes accessibles qui permettent l’accès à la terre ou à la sécurité de l’occupation (droit aux logements, terres et biens). Orange 2. Pourcentage de rapatriés/PDI n’ayant pas d’habitat convenable en comparaison avec le reste de la population locale. Orange 3. Rapatriés/PDI qui ont accès à des programmes de soutien (y compris des crédits) pour sécuriser et/ou améliorer logement, terre et bien en comparaison avec la population locale. Orange
  • 26. 26 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Critère Sous-critère Indicateurs Note → Sécurité légale Documentation 1. Les hommes et femmes rapatriés ou déplacés internes ne font pas face à des obstacles pour obtenir des actes de naissance, carte d’identité ou autre document personnel nécessaire aux démarches légales ou de la vie courante. Orange 2. Les mécanismes pour obtenir ces documents sont financièrement accessibles pour les rapatriés / PDI. Rouge 3. Pourcentage de PDI / rapatriés sans certificat de naissance, cartes d’identité ou autres documents important dans le contexte national comparé au reste de la population locale. Rouge Réunification familiale 1. Des mécanismes ont été mis en place pour la réunification des familles séparées. Il n’y a pas de restriction de mouvement empêchant la réunification des familles. Les PDI / rapatriés sont acceptés par leur famille étendue ou leur clan. 2. Nombre d’enfants ou de personnes dépendantes déplacés ou rapatriés qui n’ont pas été réunifiés avec leur famille. 3. Nombre d’enfants séparés ou non accompagnés déplacés ou rapatriés pour qui une évaluation de l’intérêt de l’enfant est nécessaire mais n’a pas été conduite. Participation à la vie publique 1. Les rapatriés / PDI ne font pas l’objet d’obstacles administratifs ou légaux de la part de la population locale les empêchant de voter, d’être élus, de travailler dans les services publics. 2. Le pourcentage des PDI ou rapatriés adultes participants aux élections en comparaison de la population locale. Accès à la justice et à la réparation 1. Existence de mécanismes accessibles qui ont un mandat légal et la capacité d’apporter des réparations pour les préjudices vécus par les PDI / rapatriés, y compris des violations perpétrées par des acteurs non étatiques. Vert 2. Pourcentage de PDI / rapatriés qui considèrent que les préjudices subis ont fait l’objet de réparation et que la justice a été restaurés / rendue. Orange
  • 27. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 27 Initiatives régionales traitent du déplacement prolongé et des solutions durables • AU Common African Position on Humanitarian Effectiveness – un pilier sur les solutions durables ; • Le Secrétariat régional sur les solutions durables (Regional Durable Solutions Secretariat (ReDSS)) – créé en 2014 ; coalition de 11 Organisations de la société civile (OSC) ; une plateforme de coordination et information qui agit comme un agent provocateur pour stimuler le développement de la politique sur les solutions durables en Afrique de l’Est ; • IGAD - planifie de mettre en place un sécréterait pour un groupe de travail sur le déplacement forcé et migration mixte en 2016-05-10 ; • ICGLR – Comité technique pour opérationnaliser le Protocole sur les droits de propriété des personnes de retour dans la région des Grands Lacs (le Burundi préside le groupe de travail) ; • Solutions Alliance – une plateforme au niveau global depuis avril 2014 avec des chapitres nationaux en Somalie, Tanzanie, Ouganda et Zambie. Responsable de l’élaboration de l’agenda politique mondial sur les solutions durables. Les Initiatives nationales dans la région • Somalia IDP Solutions Initiative – sous la direction du Coordinateur humanitaire avec l’appui de plusieurs agences et de l’ancien Rapporteur spécial sur les PDI (Walter Kalin). Une stratégie compréhensive sur l’intégration locale des PDI dans huit provinces, avec une approche axée sur la collectivité et la communauté ; • Kenya Joint Turkana Initiative – l’intégration économique informelle des réfugiés somaliens dans le camp de Kakuma pour améliorer les conditions socio-économique des réfugiés et le développement économique de la communauté hôte ; • Ouganda Refugee & Host Population Empowerment Programme (ReHOPE) – dirigé par le UNHCR pour soutenir le renforcement de la résilience des réfugiés et des communautés hôtes. Ce programme multisectoriel rassemble tous les acteurs, ainsi que le secteur privé, pour renforcer les capacités des réfugiés à préparer leur retour dans leur pays d’origine ; accroitre les emplois et revenus durables dans les quartiers affectés par les réfugiés ; initier une coopération économique entre réfugiés et communauté hôte / un dialogue communautaire pour une coexistence pacifique ; • Ethiopie Out of Camp policy – pour les jeunes érythréens réfugiés qui sont permis de résider dans les centres urbains pour se soutenir indépendamment (une solution alternatives que d’être basé dans les camps quant l’option de retour et l’accès à la protection sont respectivement sévèrement et seulement limites ; • RDC – Une stratégie sur les solutions durables est en développement. Une approche des Solutions durables basée sur le genre, la diversité et la participation Les conflits et les catastrophes affectent les gens différemment selon l’âge, le genre, l’appartenance à un groupe, à une ethnie ou à une minorité (religieuse, linguistique etc.) L’âge fait référence aux différentes étapes du cycle de vie de la personne : les enfants, les adolescents, les adultes et les personnes âgées sont exposés à des risques différents, et ont des besoins différents en termes de protection et leurs capacités à exercer leurs droits sont également différentes. Le genre fait référence aux rôles attribués par construction sociale aux femmes, filles, hommes et garçons. L’égalité des genres fait référence à l’égalité dans la jouissance de leurs droits, de leurs responsabilités, et de leurs opportunités. La diversité se réfère à la variété des valeurs, attitudes, perspectives culturelles, croyances, origines ethniques, nationalités, capacité, santé, statut social, savoir-faire, et autres caractéristiques personnelles spécifiques.
  • 28. 28 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 L’approche « solutions durables » basée sur le genre, la diversité et la participation est une approche participative basée sur la communauté. Elle vise à : • S’assurer que les femmes, hommes, filles et garçons de tous âges et de tous profils soient impliqués en tant que partenaires actifs dans toutes les phases de la stratégie pour les solutions durables ; • Reconnaître la résilience, les capacités et les ressources des populations ; • Consolider les capacités et les stratégies des communautés pour assurer leurs propres solutions durables. Elle implique des discussions avec les femmes, les garçons, les filles, et les hommes afin d’analyser ensemble les risques de protection auxquels ils font face. C'est sur base de cette analyse participative que la planification et les stratégies de protection sont conçues. En plus de la collecte de données désagrégées par âge et sexe, cette analyse permet d’avoir des informations sur les potentiels problèmes, les déséquilibres et vulnérabilité et d’assurer une meilleure planification des besoins pour les solutions durables. Travaux en groupes : obstacles et défis locaux aux solutions durables au Burundi Lors de travaux en groupes, les participants ont identifié les obstacles à l’accès aux moyens de subsistance et à l’autonomisation, les compétences, des savoir-faire et des stratégies employés par les PDI ou rapatriés qui pourraient être soutenus par les acteurs de développement ainsi les opportunités locales en termes d’accès à des moyens de subsistance et d’autonomisation pour les PDI et rapatriés. Obstacles à l’accès aux moyens de subsistance : • L’extrême pauvreté de beaucoup de familles de PDI et de rapatriés : celles-ci sont si dépourvues de moyens d’existence qu’elles tombent dans la catégorie des indigents. Ces familles ont encore besoin d’une assistance humanitaire diversifiée (abris, aide alimentaire, assistance aux soins de santé et à la scolarisation des enfants, etc.). • La difficulté d’accès aux facteurs de production, notamment le manque de terres cultivables ou dont l’accès est difficile ; l’absence de mécanismes de financement comme le micro crédit ; et l’accès à certaines techniques d’agriculture ou d’élevage. • La faible diversification de la production, en dehors de l’agriculture. Dans ce secteur, la fragilité des familles est souvent liée à la faible rentabilité de la plupart des initiatives jusqu’ici promues. • L’absence de capitaux. Compétences, savoir-faire et stratégies employés par les PDI ou rapatriés qui pourraient être soutenus par les acteurs de développement : • l’abondance et la disponibilité de la main d’œuvre active, surtout pour la mise en œuvre des activités à Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) et la possibilité d’impliquer les femmes ; • l’existance d’un certain savoir-faire pour la gestion des petites activités de production, acquis sur les lieux d’exil, comme le travail du bois et de la menuiserie, de la soudure, de la pêche, du petit élevage, etc.) ; • l‘abondance des certains matériaux locaux de construction. Opportunités locales en termes d’accès aux moyens de subsistance et à l’autonomisation des PDI et rapatriés : • l’existence des associations, de leur expérience, et la possibilité de les organiser en groupements très productifs ; • l’existence de projets d’appui au développement local dans la plupart des régions concernées, mais qui ne sont pas suffisamment mis à contribution pour la réintégration économique des rapatriés et des personnes déplacée internes ; • l’existence de certaines institutions de micro-finance comme : l’UCODE, la COOPEC, etc. etqui pourraient être mises à profit dans le financement des activités ;
  • 29. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 29 • les potentialités liées au lac Tanganyika et aux ports, aux palmeraies et autres plantations (café, thé, tabac, riz, etc.) ; • l’existence de marchés inexplorés, surtout dans les pays voisins et dans certaines communautés urbaines et semi urbaines ; • L’implication du secteur privé. Résultats des travaux en groupes sur l’approche genre Du fait de l’analphabétisme résultant de son accès limité à l’éducation formelle ; la plupart des femmes déplacées ignorent leurs droits. Elles sont souvent victimes de violences basées sur le genre (VBG), y compris de violences domestiques. C’est pour cette même raison qu’elles n’ont pas pleinement conscience de l’importance des d’avoir documents personnels en leur possession. La première recommandation porte sur la nécessité de scolariser toutes les filles et de sensibiliser les ménages à cette nécessité. La deuxième recommandation porte sur l’alphabétisation des femmes : sensibiliser les femmes (PDI et rapatriées) sur leur droit est nécessaire, de même que les sensibiliser à l’acquisition de documents personnels. Le régime sur la succession ne permet pas aux femmes d’accéder à la terre. Le gouvernement et le Parlement devraient adopter une loi sur les droits de succession. Beaucoup de femmes sont victimes silencieuses des violences basées sur le genre, y compris les violences domestiques. Les participants à l’atelier ont recommandé l’adoption d’une loi sanctionnant les auteurs de VBG. Moyens de subsistance / l’Approche 3x6 L’Approche 3X6 (en trois phases et six étapes) a été présentée comme une des approches développées par le PNUD et développée au Burundi en 2010. Elle a fait ses preuves ailleurs pour la promotion des moyens d’existence, et contribue à l’autonomisation des rapatriés et des personnes déplacées internes. L’approche 3x6 est basée sur la satisfaction des besoins immédiats, mais avec une vision sur le long terme qui crée les conditions indispensables à l’amélioration de la résilience des ménages, de la communauté, et des institutions locales. L’Approche 3x6 comporte une série d’actions intégrées et séquentielles qui rendent possible la réintégration socio-économique des déplacés, des rapatriés et des autres populations affectés par une crise. Vers la Durabilité 3 Appropriation 2 Inclusion 1 Générer des revenus 2 “Joint Venture” 4 Accéder aux marchés 6 Engager 1 Épargne 3 Investir 5 §Participation Volontaire §Conduite par la Communauté §Création de Dividendes Communes §Stimulation de l’Economie Locale §Investissement de l’Épargne Individuelle-Collective §Partage des Risques §Analyse des Opportunités § Acteurs du Développement §Chaine des valeurs §Création de l’Emploi Durable
  • 30. 30 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 L’étape de l’engagement Elle est à la base les travaux de reconstruction / réhabilitation communautaire sur le Plan de développement communautaire. Le programme travaille sur place avec des comités existants, ou crée des comités mixtes. Ceux-ci sont chargés de mettre en œuvre le processus de sélection des priorités de réhabilitation communautaire à laquelle participeront les déplacés, les rapatriés et la population la plus vulnérable. Le processus participatif de la communauté (sans exclure les jeunes) à la définition des critère de vulnérabilité, et à la sélection des plus vulnérables qui participeront aux travaux de réhabilitation, est un pilier de cette étape. L’étape de la génération de revenus Le travail de reconstruction / réhabilitation crée des emplois temporaires salariés qui bénéficient aux plus vulnérables : cela leur permet d’avoir un revenu pour répondre à leurs besoins immédiats. Les dépenses en salaire représentent une injection importante d’argent dans l’économie locale. Les travailleurs sont également obligés d’épargner un pourcentage de leur salaire. Cette épargne leur servira à investir plus tard dans un projet et à développer une vision pour leur futur. L‘étape de l’épargne L’obligation d’épargner est une condition incontournable pour pouvoir participer au programme. Pendant la première phase, celui-ci aide les participants à mettre ensemble leur épargne pour démarrer une activité économique lors de la deuxième phase du programme. L’investissement de leur épargne dans un projet commun, permet aux participants de s’approprier une part dans le projet tout en partageant le risque avec les autres participants au projet. L’étape de “joint venture” L’analyse coût/bénéfice d’une idée de projet avant son exécution, permet d’assurer sa viabilité économique, notamment grâce au financement complémentaire que le PNUD injecte dans le capital de démarrage. Cette approche est basée sur le choix et la création d’opportunités. Elle permet aux participants de devenir proactifs dans leur propre développement. L’étape « investir » La consolidation de l’épargne et les contributions additionnelles du programme permettront aux participants d’avoir un montant suffisant pour démarrer leur activité lors de la phase II. Le démarrage de l’activité économique permet aux participants de s’engager avec d’autres acteurs, et de créer les réseaux nécessaires à la consolidation et à l’extension de leurs activités. Par exemple, l’enregistrement de l’association ou de l’entreprise, le renforcement de la micro finance vont aider à investir dans d’autres activités – C’est l’exemple d’une association de femmes qui cultive le riz. Après la vente de leur production ces femmes vont investir leur revenu dans l’achat de bétail. L’étape d’accès aux marchés Analyse des chaînes de valeur pour identifier les potentialités d’accès aux marchés. Création d’emplois et arrangements politiques et institutionnels pour faciliter la croissance économique. Une approche collaborative : les acteurs humanitaires et de développement Le Principe 28 des principes directeurs des Nations Unies sur les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays stipule qu’« Il revient au États (…) de créer des conditions propices aux solutions durables (retour librement consenti, dans la sécurité et la dignité, des PDI ou leur réinstallation volontaire), de fournir aux PDI les moyens nécessaires, de faciliter la réintégration des PDI ».
  • 31. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 31 Le Cadre IASC sur les solutions durables exige l’engagement rapide et coordonné des différents acteurs : ceux- ci doivent travailler ensemble, dès le début du processus. Une coordination efficace entre les acteurs du développement, les organisations humanitaires et les autorités officielles est essentielle. Le Secrétaire général préconise de « saisir les occasions qui s’offrent au lendemain d’un conflit exige que les acteurs internationaux soient au minimum capables de s’assurer une réponse cohérente, rapide et efficace » dans plusieurs domaines, y compris le retour et la réintégration des PDI et des réfugiés en toute sécurité, et dans des conditions viables. À cet effet, le Secrétariat général des Nations Unies a adopté un cadre conceptuel sur les solutions durables pour les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays ; un guide opérationnel sur la mise en œuvre de ce cadre a été élaboré. Le processus de mise en œuvre de ce cadre comporte neufs étapes. Le Secrétaire général préconise : • Le développement d’une stratégie sur les solutions durables sous la direction du Coordinateur résident des Nations Unies ; • Un processus collectif : PNUD + UNHCR en appui technique. • Logement, terres et autres biens Présentation de la Commission nationale sur les terres et les biens (CNTB). L’exposant a mis l’accent sur le logement, terre, et autres biens tout en proposant des solutions durables et a articulé sa présentation sur les activités réalisées les terres, les autres biens, les problèmes rencontrés et les recommandations. Au cours de la réalisation de ses activités, la CNTB a traité les dossiers litigieux des rapatriés, des déplacés, des dispersés, des sans terres, et tous sont réhabilités dans leur droit de la même manière conformément à la loi. Tableau 6 : Activités CNTB réalisées de 2006 au 31 décembre 2015 1 ère étape Délégation provinciale 2 e étape sous commission de recours Réglés à l’amiable Dossiers enregistrés Dossiers clôturés Dossiers en suspens Dossiers enregistrés Dossiers clôturés Dossiers en suspens 43 378 31 997 11 381 3042 736 2306 28 955 a. Le logement • plus de 80 % des rapatriés et des déplacés ont tous en commun le manque criant de logement du fait que leurs habitations ont étés détruites ou spoliées surtout pour le premier groupe exilé ou dispersé du fait des événements tragiques qu’ a connu notre pays les années qui ont suivi l’accession à l’indépendance. b. La terre • La terre est considérée par tout Burundais comme une richesse inégalable et inégalée. À la CNTB, les cas de sinistrés qui réclament leurs propriétés foncières se comptent par milliers et la plupart ont déjà été réhabilités. Depuis la création de la CNTB en 2006, des solutions variées ont été proposées aux sinistrés, entre autres la restitution des terres, les arrangements à l’amiable par le partage de la propriété foncière d’une manière volontaire et librement consenti entre les parties en conflit, la demande au gouvernement d’attribuer des terres aux sinistrés sans terre.
  • 32. 32 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 c. Les autres biens La plupart des sinistrés pensent que la CNTB traite des dossiers fonciers. Cependant, des milliers de cas de litiges relatifs aux autres biens ont été enregistrés à la CNTB, entre autre le gros et le petit bétail, les produits commerciaux des magasins et boutiques, des véhicules, des vélos, les équipements immobiliers, des récoltes laissées dans les maisons et dans les champs, etc. • Lorsque le spoliateur n’est pas connu, c’est la C.V.R qui s’occupera de ces litiges au moment opportun. Au cas où le sinistré plaignant connaît le spoliateur, c’est la CNTB qui traite ce dossier litigieux par médiation ou par décision prise après recours. Problèmes rencontrés • La contrainte budgétaire ; • Certains administratifs ne collaborent pas avec la CNTB à sa satisfaction ; • Utilisation des faux documents ; • Disparition des témoignages ; • Pour les déplacés, certains administratifs et politiciens les empêchent de regagner leurs collines d’origine pour diverses raisons. Échanges Les participants ont fustigé le comportement de certaines autorités locales qui détournent les terres identifiées par l’État pour les PDI et rapatriés pour les attribuer à d’autres. Le ministère des Affaires sociales va attribuer une attestation de possession provisoire attestant que les personnes qui ont reçu des parcelles de vie ont pleine possession de ces terres en attendant les attributions officielles et définitives du ministère de l’Aménagement du territoire qui a la gestion foncière dans ses attributions. Exposé sur le logement durable par MDPGHASG Introduction L’accès au logement décent est considéré comme un droit (et non un privilège) au même titre que l’accès à la nourriture, à l’eau, aux soins de santé, à l’éducation etc. La planification et la mise en œuvre de solutions durables doivent tenir compte des besoins d’assistance en matière de logement La planification/mise en œuvre de solutions durables doivent tenir en compte de l’assistance en matière de logement. Types de logement/maison Au Burundi, dans le cadre de la recherche de solutions durables aux sinistrés dont les rapatriés, les PDI, les expulsés et les Ex-combattants, cette assistance a pris deux formes à savoir : • maisons individuelles construites sur les collines ; • maisons individuelles construites dans les villages ruraux intégrés(VRIs) pour les sinistrés sans terre/référence ou ceux qui retrouvent leurs terre/maisons occupés (cas des rapatriés de 1972). Maisons individuelles sur les collines : Les maisons construites sur les collines ont comme dimension 7mx5 soit une superficie de 35m2. Chaque maison comprend 3 pièces dont 1 salon et 2 chambres. L’approche adoptée pour la construction implique pleinement les bénéficiaires dans les travaux de construction. Chaque bénéficiaire participe à la fabrication des briques adobes et à l’élévation des murs.
  • 33. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 33 L’assistance offerte à chaque bénéficiaire comporte deux aspects : • l’appui technique dans l’élévation des murs, la pose de la charpente et la couverture de la maison ; • L’octroi du kit de construction, composé notamment de tôles, des clous, des perches, des portes et des fenêtres. Pour les personnes extrêmement vulnérables comme les handicapés, les personnes âges, enfants seuls, chefs de ménage etc. la construction de leurs maisons est entièrement prise en charge. Exemples de maisons individuelles construites sur les collines Maisons construites dans les Villages ruraux intégrés (VRI) Il s’agit des maisons construites pour les sinistrés sans terre /référence et ceux qui retrouvent leurs terre/maisons occupées. Cette approche de solutions durables a été en 2008 dans le cadre du rapatriement et de la réintégration de cette catégorie de sinistrés ayant une vulnérabilité particulière. Ainsi, un programme de Villages ruraux intégrés a été initié et mis en œuvre par le gouvernement et ses partenaires en vue d’apporter des améliorations aux maisons précédemment construites pour les sinistrés dans les VRI d’avant 2008. Ces améliorations ont porté sur : • Viabilisation des sites (canalisations maçonnée) ; • Protection sommaires des murs externes ; • Intégration d’autres infrastructures sociales comme les écoles primaires, centres de santé, adduction d’eau, terrain de jeux, etc. • Octroi de terres agricoles.
  • 34. 34 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Maisons construites dans un Village rural intégré Résultats atteints Entre 2002 et 2014, 126 500 maisons environs ont été construites dans le cadre du programme de rapatriement et de réintégration des sinistrés mis en place par le gouvernement du Burundi avec l’appui de ses partenaires. Près de 120 000 maisons ont été construites sur les collines tandis que près de 6500 maisons ont été construites dans les Villages ruraux intégrés. Les contraintes Il s’agit principalement, pendant la courte période de la saison sèche (3 mois), de fabriquer les briques adobe indispensables à la construction des maisons. Les maisons construites dans les VRI nécessitent la construction de murs extérieurs pour apporter une protection supplémentaire contre les intempéries. Les VRI sont en effet construits sur des terres dénudées et, malgré le reboisement qui accompagne la construction des maisons, leur durée de vie n’est prolongée qu’entre 5 et 10 ans supplémentaires. De plus, l’extrême pauvreté des bénéficiaires ne leur permet pas d’entretenir et d’améliorer leurs maisons pour les rendre encore plus durables. Une nouvelle approche pour construire des maisons plus durables dans les VRI Une nouvelle approche pour trouver des solutions durables aux contraintes relatives à la construction des maisons, à la vulnérabilité des briques adobe face à la pluie et à la pauvreté des bénéficiaires, a été expérimentée dans les VRI avec l’usage des briques stabilisées au ciment. Cette approche a été adoptée par le Gouvernement et ses partenaires en 2013. Les maisons comportent également une douche, des latrines et une cuisine. Des projets pilotes basés sur cette nouvelle approche ont été initiés à Rutana, Bubanza, Cibitoke et Bujumbura Rural.
  • 35. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 35 Cette approche intègre la méthode HIMO (Haute Intensité de Main d’œuvre) combinée à l’approche 3x6. Elle permet aux bénéficiaires des maisons et de la communauté d’accueil d’avoir accès à un emploi rémunéré. Contraintes Ces nouvelles maisons et annexes présentent un défi majeur, car elles coûtent relativement cher par rapport à celles construites avec des matériaux semi durables. Le coût d’une maison varie ainsi entre 7000 et 9000 dollars américains selon l’emplacement des sites. C’est en grande partie pour cette raison que l’accès à un logement décent n’est pas couvert pour beaucoup des rapatriés et expulsés de Tanzanie. Ceux-ci vivent, avec d’autres sinistrés, dans des maisons d’urgence construites dans les VRI aménagés avant 2008. Recommandations pour la stratégie nationale sur les solutions durables en faveur des personnes sinistrées La dernière session a été consacrée aux travaux en groupe constitués pour formuler des recommandations. Après synthèse des différents travaux, les participants ont convenu des recommandations suivantes : 1. Élaborer une stratégie de mobilisation de fonds en vue de planifier le développement des solutions durables au profit des rapatriés et des personnes déplacées internes ; 2. Sensibiliser la population à la loi relative aux violences basées sur le genre et lutter contre l’impunité ; 3. Assurer l’accès à la terre des personnes affectées par le déplacement en revitalisant les activités de la CNTB et par la sécurisation des droits fonciers (certificat foncier et accès à la justice), notamment pour les femmes ; 4. Ratifier et mettre en œuvre la Convention de Kampala ; 5. Mener une étude sur l’intégration économique en vue de mobiliser des fonds qui assureront l’autonomisation des populations affectées ; 6. Collecter et gérer des données sur les conditions de vie et les solutions durables des personnes affectées par le déplacement, et en assurer la maitrises par les instances nationales ; Type de maison construites en briques stabilisée avec ses annexes (latrines, douche et cuisine) à Maramvya et Bujumbura Rural.
  • 36. 36 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 7. Consolider et étendre les programmes de développement qui ont fait preuve de résultats tangibles et permettre leur mise à l’échelle en partenariat avec d’autres intervenants ; 8. Rendre disponibles les moyens financiers nécessaires pour relocaliser les sinistrés occupant les terres de particuliers ; 9. Normaliser le statut des sites de déplacés et rapatriés pour mettre fin à leur statut actuel ; 10. Redynamiser et renforcer les mécanismes existants de coordination et de collaboration entre tous les intervenants, et à tous les niveaux ; 11. Renforcer les mécanismes existants de sécurité et de prévention des conflits et de cohésion, en vue de la consolidation de la paix ; 12. Promouvoir des campagnes de sensibilisation et de vulgarisation de la stratégie révisée au niveau de l’administration et des bénéficiaires afin d’obtenir son appropriation nationale et une meilleure maitrise des droits.
  • 37. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 37 Séance de clôture Le Directeur général de la réintégration des sinistrés a débuté la séance de clôture par la lecture des recommandations issues de l’atelier. Ensuite, Le directeur pays adjoint, chargé des programme au PNUD, a lu le message de circonstance du Coordonnateur résident. Il a été suivi par le Secrétaire permanent au Ministère des Droits de la Personne Humaine des Affaires Sociales et du Genre, qui a prononcé le discours de clôture de l’atelier au nom du Ministre empêché. Les textes des différents discours sont repris en annexe du présent rapport. Les prochaines étapes En prolongement des activités de l’atelier, les membres du GTSD se sont réunis pour l’évaluation de l’atelier, qui fut reconnu unanimement comme un véritable succès et ont fixé les prochaines étapes en vue de pendre en compte différentes recommandations issues de l’atelier. Il s’agit : • De finaliser le rapport de l’atelier ; • D’élaborer le document sur la Stratégie nationale de réintégration révisée ; • De renforcer le cadre de coordination en matière de promotion et de mise en œuvre des solutions durables, afin de s’assurer de leur intégration dans les cadres de planification existants (UNDAF, CSLP III) ; • De procéder à un état des lieux de la mise en œuvre des solutions durables pour que les meilleures expériences puissent servir de modèles pour : − L’Organisation des ateliers de sensibilisation/formation sur les solutions durables au niveau des provinces ; − L’élaboration d’un programme conjoint (Gouvernement/Nations Unies) pour la promotion et la mise en œuvre des solutions durables dans différents secteurs.
  • 38. 38 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Annexe Agenda Jour 1 Horaire Thèmes + Activités Responsable 08h30 – 09h00 09h00 – 09h30 Arrivée et installation des participants Ouverture de l’atelier (15 min) Attentes et objectifs de l’atelier (10 min) Présentation de l’agenda (5 min) Logistique : équipe d’organisation MDPHASG Facilitateur : Consultante Modérateur : MDPHASG 09h30 – 10h00 Concepts et principes régissant les solutions durables Échanges en séance plénière IDMC : Facilitateur 10h00 – 10h15 Pause – café Logistique 10h15 – 11h15 Situation Globale, Régionale des solutions durables (30 min) Rapatriés /PDI et les solutions durables au Burundi (30 min) Facilitateur/UNHCR MDPHASG 11h15 – 12h00 12h00 – 12h30 Réfugiés burundais dans la sous-région (20 min) Témoignage Présentation des résultats du DTM : principaux mouvements, tendances, chiffres et problèmes de protection spécifiques (20 min) UNHCR IOM 12h30 – 13h30 Déjeuner Logistique 13h30 – 15h00 Travaux en groupes : cartographie des personnes affectées par le déplacement, opportunités et obstacles aux solutions durables + restitution Facilitateur : Consultante 15 h00 – 15h30 Pause – café Logistique 15h30 – 16h30 Cadres juridiques et principes régissant les solutions durables (Convention de Kampala, Convention de Genève, Pacte des Grands Lacs et cadre sur les Solutions Durables) Facilitateur : Consultante
  • 39. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 39 Jour 2 Horaire Thèmes + Activités Responsable 08h30 – 10h30 Critères de réalisation des solutions durables + cadre ReDSS (Regional Durable Solutions Secretariat, basé à Nairobi) (40 min) Approche 3 x 6 (20 min) Travaux de groupes (60 min) Restitution Facilitateur : Consultante - Représentant de ReDSS PNUD Facilitateur : Consultante 10h30 – 11h00 Pause – café Logistique 11h00 – 12h30 Une approche basée sur le genre et la participation pour la recherche de solutions durables (30 min) Travaux de groupes & restitution (60 min) Facilitateur : Consultante 12h30 – 13 h30 Déjeuner Logistique 13h30 – 15h00 Une approche collaborative : acteurs humanitaires et de développement (20 min) Initiatives régionales (courte intervention) (5 min) Coordination et solutions durables au Burundi : présentation du GTSD et de ses objectifs. (20 min) Travaux en groupes (40 min) Restitution Facilitateur : Consultante Représentant de ReDSS - MDPHASG Facilitateur : Consultante 15h30 – 17h00 Logement, terres et autres biens au cœur des solutions durables (20 min) Logement, Terres et autres Biens et solutions durables au Burundi (20 min) Travaux en groupes (40 min) Facilitateur : Consultante CNTB /MDPHASG Facilitateur : Consultante
  • 40. 40 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 Jour 3 Horaire Thèmes + Activités Responsable 8h30 – 9 h30 Récapitulation du jour 2 et Restitution des travaux sur les LTB Facilitateur : Consultante 9h30 – 10h30 Recommandations de l’atelier en vue de la formulation de la révision, de la Stratégie nationale de réintégration Facilitateur : Consultante 10h30 – 11h00 Pause – café Logistique 11h00 – 11h30 Lecture des recommandations et engagements des partenaires Modérateur : MDPHASG 11h30 – 12h00 Évaluation + conclusion Facilitateur : Consultante 12h00 – 12h30 Clôture MDPHASG
  • 41. Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 41 Liste des participants N° NOM ET PRÉNOM ORGANISATION PROVENANCE COURRIEL 1 Ir. NGENDABANYIKWA Felix MDPHASG Mairie felisengendabanyikwa@gmail.com 2 NIYONKURU Raymond Min Jeunesse Mairie niyoraymond@gmail.com 3 KWIZERA Jean Claude Min Dev Com Mairie kwizerajeanclaude78@gmail.com 4 NDUWIMANA Liliane MDPHASG Mairie nduwimanaliliane@yahoo.fr 5 NKORIPFA Corneille MDPHASG Mairie nkoripfa@yahoo.fr 6 SIMBARAKIYE Révérien MDPHASG Mairie simbarakiye08@yahoo.fr 7 HATUNGIMANA Chantal MDPHASG Mairie hatungimana.chantal@yahoo.fr 8 NTAWUKIRISHIGA Thaddée Assemblée Nat. Mairie leguthageo@gmail.com 9 YAMUREMYE Fabien MDPHASG Mairie proparesi@gmail.com 10 NTAKARUTIMANA Rénovat MDPHASG Mairie ntaren@yahoo.com 11 HATUNGIMANA Blandine MDPHASG Mairie hblondine@gmail.com 12 NDAYIRAGIJE Boniface MDPHASG Mairie ndayiboniface@yahoo.fr 13 KAYITESI Odette CNTB Mairie okayitesi125@yahoo.fr 14 SINDAYIHEBURA Rénovat Présidence de la République Mairie sinrénovat@yahoo.fr 15 SINDAYIHEBURA Séverin Deuxième Vice- Présidence Mairie sindaseve@yahoo.fr 16 MUHIMPUNDU J. d'Arc Min Agri Mairie muhijane@yahoo.fr 17 SINDAYIGAYA Ferdinand Déplacé Mairie 18 RURATOTOYE Pauline Communauté Hote(AFRABU) Mairie rpauline2000@yahoo.fr 19 NZAMBIMANA Adrien Mairie de Bujumbura Mairie adrienzambi@yahoo.fr 20 MBONAYO Nicolas CNTB Mairie hanijambo@yahoo.co.uk 21 KIMARAMIZIRO Nkurikiye CNTB Mairie nkimara@yahoo.co.uk 22 BIZIMANA Joseph CNTB Mairie bizimajo@yahoo.fr 23 SAKE Mathieu ACPDH Mairie acpdh_bdi@yahoo.fr 24 NTAKIYICA Nicodème SP/CNCA Mairie ntanicodème@gmail.com 25 SINDIBUTUME Celestin MPDHASG Mairie csindibutume@yahoo.fr 26 HABONIMANA Nestor Admin. Provinciale Rutana habonestor@gmail.com 27 SAIDI Anicet Admin. Provinciale Cibitoke anisetsaidi2014@yahoo.fr 28 NDEREYIMANA Stanislas Admin. Provinciale Makamba nderestany@yahoo.fr 29 MANIRAMBONA Vénant Admin. Provinciale Prov. Gitega mvenant02@yahoo.fr 30 NIJIMBERE Daniel Admin. Provinciale Prov. Muyinga provincemuyinga@gmail.com 31 BIRUKUNDI Mamerthe Admin. Communale Ruhororo 32 KADERI Béatrice Admin. Communale Rugombo 33 NDUWIMANA J. Claude Admin. Communale Nyanza_Lac 34 HASHAZINKA M. Claudine Admin. Communale Busoni hashclaud@gmail.com 35 MANIRAKIZA Phocas Rapatrié Com. Rumonge 36 GATERETSE Antoinette Rapatrié Com. Rugombo 37 NGENZEBUHORO Pierre Déplacé Com. Ruhororo 38 GACECE Sylvestre CRB Gitega sgacece@gmail.com 39 KATABARUMWE Madeleine OHCDH-B Bujumbura mkatabarumwe@ohchr.org 40 NGARUKO Aloys OIM Bujumbura angaruko@iom.int
  • 42. 42 Atelier recherche de solutions durables et relèvement précoce des personnes affectées par la crise – 27-29 avril 2016 N° NOM ET PRÉNOM ORGANISATION PROVENANCE COURRIEL 41 NDUWAMUNGU Emmanuel COPED Bujumbura ndunuel2002@yahoo.fr 42 MUTUTA William UNHCR Makamba mututa@unhcr.org 43 ROZENKRANZ Eva WVI Bujumbura eva-rosenkranz@wvi.org 44 NTACONAYIGIZE Bonaventure Caritas Burundi Bujumbura bonaudantaco@gmail.com 45 NINDORERA Yves Ambassade de Belgique Bujumbura yves.nindorera@dipldel.fed.be 46 NDIAYE NdeyePenda UNHCR Bujumbura ndiayend@unhcr.org 47 FRONTINI Matteo UN-RCO Bujumbura matteo.frontini@one.un.org 48 MBENGUE Yannick UNHCR Bujumbura mbengue@unhcr.org 49 NDUWIMANA Louis PNUD Bujumbura nduwimanalouis@gmail.com 50 TALL Madani UNHCR Bujumbura tallma@unhcr.org 51 Craig Castro PNUD Bujumbura craig.castro@undp.org 52 GROSS Roderik IRC Bujumbura roderik.gross@rescue.org 53 Reine Anani FAO Bujumbura Reine.Anani@fao.org 54 EMERSON Natacha OCHA Bujumbura emerson@un.org 55 SOTA Pierre UNFPA Bujumbura sota@unfpa.org 56 Amadou Sow OCHA Bujumbura sow@un.org 57 BARIKANGA Eric PAM Bujumbura eric.barikanga@wfp.org 58 NTIBAKIJE Pie UNESCO Bujumbura p.ntibakije@unesco.org 59 NDUWIMANA Jean Bosco Min.Intérieur Bujumbura jeanduwimana@yahoo.fr 60 NKUNZIMANA Pierre Justin ARS Bujumbura assoresi@yahoo.fr 61 MINANI Yves FIDA Bujumbura minaniy@yahoo.fr 62 BIBARA Jean Marie Délégation de l'Union Européenne Bujumbura jean-marie.bibara@eeas.europa.eu 63 NKESHIMANA Appolinaire Min.Environnement Mairie aponkes@yahoo.fr 65 SIBOMANA Edouard OHCDH-B Bujumbura esibomana@ohchr.org 66 BAZUBWABO Louis UNESCO Bujumbura l.bazubwabo@unesco.org 68 MUKERARUGENDO Jules Radio Scolaire Nderagakura Mairie mukerarugendo1@yahoo.fr 69 NITUNGA Rose PNUD Bujumbura rose.nitunga@undp.org 70 KIGEME Marie Ange PNUD Bujumbura ange.kigeme@undp.org 71 O. Bataille IOM Bujumbura obataille@iom.int 72 BRIZARD Patrice PNUD Bujumbura patrice.brizard@undp.org