Finance de Marché

200 vues

Publié le

cette présentations porte sur les concepts et les principes de base de la finance de marché

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
200
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Finance de Marché

  1. 1. Plan I. Introduction; II. Distinction entre finance de marché et finance d’entreprise; III. Les différentes classifications des marchés financiers; IV. L’origine récente de la finance moderne; V. Les conséquences de la finance moderne; VI. Certaines stratégies et concepts financiers; VII. Conclusion; 2
  2. 2. Introduction La finance de marché est le secteur de la finance par lequel se déroule le fonctionnement des opérations sur les marchés financiers. Elle s’intéresse aux émissions et aux opérations de transactions portant sur des titres de placement et de financement, ainsi à l'évaluation des prix potentiels et les risques des divers actifs de placement. les participants sont Les institutions financières (banques centrales, banques commerciales, sociétés de gestion d'actifs, les assureurs,…), les sociétés, et enfin les particuliers. la Couverture de risque, l'arbitrage, la spéculation. Sont les principales opérations de la finance de marché. La finance de marché comporte intrinsèquement des risques financiers qu'il convient de mesurer et d'évaluer afin de définir des stratégies d'investissement. 3
  3. 3. Distinction entre finance de marché et finance d’entreprise les deux disciplines appliquent les même techniques de base (actualisation, capitalisation , calcul actuariel,…). Finance de marché traite de l’organisation et du fonctionnement des marchés financiers nationaux et internationaux, les objectifs recherchés peuvent être des opérations de financement, de placement, de couverture des risques, de spéculation et d’arbitrage. Elle met l’accent sur le comportement des investisseurs en présence des marchés financiers. Elle nécessite une connaissance des techniques complexes, ainsi une meilleur connaissance du contexte et de la conjoncture dans lesquels les opérations sont réalisées. 4
  4. 4. Finance d’entreprise s’intéresse au poursuite constante de la création de valeur inhérente au fait que la rentabilité des investissements soit supérieur aux couts des ressources L’analyse et la gestion financière sont les principales outils utilisé dans la finance d’entreprise 5
  5. 5. Les différentes classifications des marchés financiers A) Classification par types de technique Trois techniques financière dominent • Les techniques cambiaires : réservées à l’intermédiation bancaires, elle portent sur le court terme . Les principales marchés sont le marché des changes (on achète et on vend) et le marché interbancaire ( on prête et on emprunte). • Les techniques de financement des investissements et de placement : concernent trois marché qui sont les crédits financiers internationaux, les valeurs mobilières qui sont les action (titre de propriété) et les obligations (titre de créance), et en fin les titres de créances négociables (TCN). • Les techniques de couvertures des risques et de spéculation et les marchés dérivés : concernent les marchés de gré à gré et les marché organisés. 6
  6. 6. B) Classification en fonction de la date de l’opérations ( marché primaire et marché secondaire) • Le marché primaire est le marché de neuf, il concerne l’émission des titres (action et obligation) pour la première fois, seul le marché primaire permet les financement. • Le marché secondaire est le marché de l’occasion , il permet iniquement les placements et assure la liquidité du marché, la plupart des valeurs mobilières transitent par un marché boursier, il s'agit d’un marché organisé. 7
  7. 7. C) Classification en fonction du lieu de réalisation de l’opération Cette classification est importante en matière juridique, on distingue trois possibilités : • Les opérations nationales réalisées par l’opérateur dans son pays, il doit respecter les réglementations locales. • Les opérations étrangères réalisées par l’opérateur dans un pays étranger devant respecter à la fois les réglementations de la place d’accueil et celle de son pays. • Les opérations proprement internationales. 8
  8. 8. D) Classification en fonction de l’existence ou non d’une réglementation ( marchés de gré à gré et marché organisés ) • le marché ou les parties sont en contacte directe et fixent librement les conditions des transaction sont dits de gré à gré. • pour rendre le marché plus transparent et également pour élargir le nombre des intervenants a été créé le marché dit organisé, il se caractérise par une gestion organisé par les organismes officiels, avec des standards fixant les quantités, date de livraison, monnaie, plage horaire pour la diffusion des cours. 9
  9. 9. E) Classification selon les modalités de règlement/livraison ( marchés au comptant: spot, marchés à terme ferme: forward ou future, et à terme conditionnel: option ) • Marché au comptant ou spot : livraison et règlement s’effectuent dès conclusion d’une transaction. • Marché à terme ferme : livraison et règlement s’effectuent à une date fixée ultérieure à la transaction, dite échéance, mais dont les conditions sont déterminées lors de la transaction qui reste irrévocable. • Marché à terme conditionnel: appelé marché d’option, on n’échange pas les biens contre règlement mais le droit d’acheter ou de vendre un bien à une date fixée et à un prix fixé, ce droit est acheté moyennant une prime encaissée par le vendeur du droit au début de l’opération, à l’échéance, si les conditions du marché déplaisent à l’acheteur, il peut renoncer à son droit d’acheter ou de vendre et perd la prime; si il lui conviennent, il exerce son droit. 10
  10. 10. F) Distinction entre marché organisés dérivés sur commodities et sur actifs financiers • marché organisé dérivé sur commodities : ce marché est réservé aux matières premières et énergétiques et les marchandises, généralement désignées par « commodities » ( les produits agricoles, l’énergie, les métaux non ferreux, etc…). • marché organisé dérivé sur actifs financier : il s’agit d’un marché officiel d’instruments monétaires et financiers ( monnaie, taux d’intérêt monétaires et obligataire, indice boursier, etc…). 11
  11. 11. G) Classification selon les risques financiers Les marchés dérivés ont deux objectifs fondamentaux: la spéculation et la couverture des risques, les deux étant évidemment liés, le spéculateur jouant indirectement un rôle d’assureur couvrant ces risques . Les principales catégories des risques sont : Les risques de taux d’intérêt Les risques de marchés Les risques de cours de changes 12
  12. 12. H) Acteur des marché à terme Ce sont les acteurs jouant sur l’avenir, autrement dit comment ces acteurs font face à un risque ( aversion ou acceptation). • qui assure la liquidité des transactions. • qui guettent des distorsions infimes et ponctuelle des marchés pouvant laisser des gains presque certains. • accepte le risque dans l’espoir d’un profit, en évaluant la relation entre risque et rendement. • voulant vendre leur marchandise a un prix sûr, il transfère le risque Producteur Spéculateur animateurarbitragiste 13
  13. 13. L’origine récente de la finance moderne A) La mutation politico-juridique ( phénomène de déréglementation) Avant les années 80, les marchés financiers étaient très réglementés à cause de la crise des années 30. A partir des années 80 on procède à la libre circulation des capitaux ( démantèlement du contrôle des changes, création de nouveaux produits, de nouveaux marché) . La tendance et orienté vers la privatisation ( marché des action) et la marchéisation. 14
  14. 14. B) La mutation géographique (phénomène de mondialisation et globalisation) Les frontières s’ouvrent et les marchés financiers nationaux s’intègrent dans la sphère internationale grâce aux libérations juridiques. La finance est devenue planétaire (mondialisation), et les marchés eux-mêmes sont décloisonnés (globalisation). L’intégration des différents segments (monétaire, obligataire, devise, options,…) allant du jour le jour au très long terme. C) La mutation techniques Crées de nombreux produits financiers ( les swaps, les forward, les options), ces innovations financières ont pu voir le jour grâce aux progrès technologique dans l’informatique et la télécommunication. Swap: un contrat qui est établit entre deux parties dans le but d’échanger une valeur contre une autre 15
  15. 15. Les conséquences de la finance moderne A) Les trading rooms (salle de marché) C’est l’endroit permettant aux professionnels d’opérer sur les marchés financiers. Les grandes banques ont aujourd’hui des selles de marchés ou il faut dissocier le front office (opérateur) du back et du middle office (comptable contrôleurs). B) Les ratios prudentiels destinés aux banques les risques les plus importants ont été étudier par les autorités nationales et internationales, en particulier la banque des règlements internationaux qui a élaboré le fameux ratio cooke, ce ratio exige que les banque doit disposer de 8% de capitaux propres en fonction de leurs risques de crédit et de marché (bale 1). Ce ratio a été modifié au début de 2001 et entrée en vigueur en 2004, et devenu le ratio de Mac Donough ou (bale 2). 16
  16. 16. C) Le ratings ( notation) c’est une appréciation codifiée d’une émission de titres de créances, (obligation et billets de trésoreries), toute grande société qui emprunte sur les marché obligataires doit être notée. Les principales sociétés d’audit qui délivrent sont : Moody’s, Standard & Poor’s et Fitch . Il sont implantées sur toutes les grandes places financières, Le tableau ci-après indique les grilles de notation: Ratings court terme Moody’s Standard & Poor’s Capacité de remboursement la meilleure, avec 2 ou 4 degrés selon l’organisme P1 P2 A1+ A1 A2 A3 Capacité satisfaisante, mais sensibilité aux aléas conjoncturels P3 B Capacité incertaine - C En défaut ou probabilité de défaut à l’échéance - D 17
  17. 17. Ratings long terme Investment Garde N,B:Baa3 et BBB- constituent les seuils acceptables pour investissement jugé peu risqué. Au-delà c’est la catégorie spéculative Moody’s Standard & Poor’s Capacité de remboursement extrêmement forte-quasiment sans risque Aaa AAA Capacité de remboursement très forte Aa1 Aa2 Aa3 AA+ AA AA- Capacité de remboursement forte, mais sensibilité plus grande aux évolutions défavorables qui peuvent survenir dans l’environnement économique A1 A2 A3 A+ A A- Bonne capacité de remboursement, qui peut toutefois être influencée par des évolutions défavorables de la conjoncture Baa1 Baa2 Baa3 BBB+ BBB BBB- Speculative Garde Capacité de remboursement incertaine Ba1 Ba2 Ba3 BB+ BB BB- Capacité de remboursement très incertaine, forte sensibilité aux aléas conjoncturels B1 B2 B3 B+ B B- Mauvaise qualité , possibilité de défaut de paiement Caa CCC Très mauvaise qualité, défauts de paiement hautement probables Ca CC Qualité la plus médiocre, faible de retrouver un jour une qualité satisfaisante, voir déjà en défaut paiement C C D 18
  18. 18. D) Les risques de krach boursier : Désigne un effondrement brutal et spectaculaire des cours des actions cotées en bourse et plus généralement des valeurs mobilières. Une krach boursier est possible quand sont réunies les trois cause suivantes : Causes économiques • L’économie mondiale (les pays industrialisé), enregistre des déséquilibres entraine une récession internationale • Baisse des profits des entreprises, par conséquent les cours des actions baissent Causes financières (bulles spéculatives ) • Le prix de marché s’éloigne d’un prix normal • Les investisseurs sont motivés non seulement par la valeur intrinsèque des actions mais par l’anticipation générale de la hausse future (la bulle ne vient pas de ce que l’on pense soi-même mais de ce que l’on croit que les autres pensent) Causes techniques • Recours non maitrisé de les nouvelles techniques financières • Les correction techniques de marché ( décrochage entre actions et obligations, arbitrages massifs des investisseurs) 19
  19. 19. E) Risque de fraudes financières La déréglementation et la mondialisation ont amplifié ce risque. Ils sont de deux ordres L’insuffisance de control des transactions Le blanchiment des capitaux par des montages financiers sophistiqués 20
  20. 20. F) La restructuration du monde bancaire Elles ont connu une importante évolution, concernant trois axes : • Une tendance à privilégier un système spécialisé avec une répartition d’activités entre banque d’affaires et banque commerciale. • Une tendance vers les regroupements par acquisitions et des fusions pour atteindre la « taille critique ». • Une tendance à la désintermédiation dans les circuits de financement provoquant une réduction des investissements par crédits bancaires au profit d’investissements sur les marchés de capitaux . 21
  21. 21. G) La titrisation : C’est une opération par laquelle une société(établissement de crédit ou entreprise commerciale) cède les créances qu’elle détient sur sa clientèle à un Fonds commun de titrisation de créances (FCTC) , qui finance l’acquisition en émettant des titres sur le marché. Schéma de titrisation 22
  22. 22. Cette technique financière présente des avantages à la fois pour les émetteurs et les investisseurs. Pour les émetteurs Pour les investisseurs • une source de financement alternative au crédit bancaire ou à l’injection des fonds propres, • un transfert des risques aux investisseurs, • une amélioration des ratios prudentiels, • un coût de financement optimisé compte tenu de la qualité des actifs cédés, • une amélioration de la rentabilité économique, • une levée de fonds importante et adossée à des créances existantes ou futures. • la diversification du portefeuille dans des produits innovants et variés en terme de maturité et de modalités de remboursement, • la possibilité d’investir dans des titres avec un profil risque /rendement optimisé grâce au mécanisme de rehaussement de crédit. 23
  23. 23. Certaines stratégies et concepts financiers A) Les offres publiques : Une offre publique est une procédure boursière formalisant l’engagement irrévocable d’un initiateur d’acquérir la pleine propriété des titres cotés d’une société cible. • offre publique de vente (OPV): c’est une offre publique faite par des actionnaires à tous les épargnants qui le souhaitent, de leur vendre des actions d'une société selon des conditions précises de quantité et de prix. • offre publique de retrait : c’est la procédure qui permet aux actionnaires détenant la majorité des droits de vote d’une société cotée de faire connaître publiquement qu’elles se proposent de racheter les titres cotés de ladite société, afin de permettre aux actionnaires minoritaires de se retirer du capital social. 24
  24. 24. • offre publique d'échange : c’est la procédure qui permet à une personne physique ou morale, agissant seule ou de concert, dénommée l'initiateur, de faire connaître publiquement qu'elle se propose d'acquérir, par échange de titres, tout ou partie des titres donnant accès au capital social ou aux droits de vote d'une société dont les titres sont inscrits à la cote. • offre publique d'achat : dite OPA est la procédure qui permet à une personne physique ou morale, agissant seule ou de concert, de faire connaître publiquement qu'elle se propose, d'acquérir, contre rémunération en numéraires, les titres donnant accès au capital ou aux droits de vote de ladite société dont les titres sont cotés en Bourse. 25
  25. 25. B) Principaux indicateurs financiers • capitalisation boursière d’une entreprise : c'est la valorisation d'une société à partir de son cours boursier. Elle est égale au nombre d'actions constituant le capital social d'une société cotée multiplié par son cours de Bourse. • Le flottant : c’ est la part du capital d'une société cotée, détenue par le public et composant de ce fait la partie circulante de son capital, c'est-à-dire la partie susceptible de faire l'objet de transactions sur le marché. • indice boursier : c’est une valeur calculée par le regroupement des valeurs des titres de plusieurs sociétés. C'est un outil statistique qui sert à mesurer la performance d'une Bourse ou d'un marché. • Price earning ratio : c'est le rapport entre le cours boursier d'une entreprise et son bénéfice après impôt. On l'appelle aussi multiple de capitalisation des bénéfices. Ce ratio est le plus souvent utilisé pour évaluer une société cotée. 26
  26. 26. C) Stratégie financières Capitale risque : c’ est un investissement, généralement sous forme d'argent, apporté au profit d'une jeune entreprise par des investisseurs. Ce financement prend la forme d'une prise de participation au capital de ladite entreprise. Pour les investisseurs, le capital-risque permet d'apporter du capital, un réseau et de l'expérience au profit d'une entreprise naissante, innovante et au futur prometteur. Au moment de sa création. Le principal risque pour les investisseurs est de ne jamais trouver acquéreur pour revendre leurs actions si l'entreprise ne se développe pas, ou de tout perdre si la société est dissoute. Néanmoins, les gains dont ils peuvent bénéficier sont susceptibles de dépasser leurs espérances si l'entreprise connaît le succès escompté. Pour les entreprises, le capital-risque leur permet de bénéficier de fonds à un stade de développement où il est souvent difficile d'obtenir des prêts bancaires. 27
  27. 27. • Finance islamique : Le terme finance islamique recouvre l’ensemble des transactions et produits financiers conformes aux principes de la Charia, qui supposent l’interdiction de l’intérêt, de l’incertitude, de la spéculation, l’interdiction d’investir dans des secteurs considérés comme illicites (alcool, tabac, paris sur les jeux, etc.), ainsi que le respect du principe de partage des pertes et des profits. • Micro-finance :offre de produits et services financiers aux populations pauvres, exclues des systèmes financiers traditionnels. le microcrédit est la dimension la plus connue de la micro-finance, celle-ci comporte toutefois une vaste gamme de produits et services, aussi indispensables que le compte courant, l’épargne, les transferts de fonds, ainsi que l’assurance. 28
  28. 28. En somme , pour un professionnel, la finance de marché est le résultat d’une synthèse entre l’économie , la gestion et le droit. Le schéma ci-après correspond à la pratique: 29
  29. 29. Conclusion Nous avons exposé les grandes lignes de la finance de marché ainsi que ces principales interactions. Dans ce qui suit, nous allons étudier les marchés financiers ainsi que ces principaux enjeux et contraints. 30

×