SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  199
Télécharger pour lire hors ligne
la fJ*i.L.‘l""&
51/ JUHJJEJ lL‘:EX%
XE
YRK 373.167.1:811.133.1
55K 81.2<Dp-922
590
P e u, e H 3 e H T u : xav-umnar cbnnonorwaecmx uayx E. SI. fapmuua,
xannnnar dmnonorwaecxmx Hayx T. l'l. Hmmua,
aacnyxennu y~mTenb Pd) T. T. Fononauoaa
lluaaihn ypoxoa M BHGLUHGG ocbopmnenne y~4e6nm<a aunommn
xynoxnmx-nuaanep IO. B. Xpncmq
Nous adressons nos remerciements
a Noélle Velly, directeur du service Magazine,
pour son aimable autorisation a exploiter les emissions
de la Radio France Internationale
a des fins pédagogiques.
Bynoaa I‘. M.
590 <DpaHu,yac|<m71 nsux : Y‘-485. mm XI K11. um. c yrny6r|. u3y~|ermeM
¢p. as. / I". VI. Byénoaa, A. H. Tapacoaa. 2-e man. — M. :
pocaemeuue, 2006. — 199 c. : M11. — ISBN 5-09-015488-0.
YAK 373.167.i:811.133.1
SSK 81.209-922
ISBN 5-09-015488-0 © Magarenscvao Jlpocaeuzenue», 2004
© Xynoxecraennoe ocbopuneune.
Manarenscrao -pocaemeuue», 2004
Bce npaaa aammuenu
L
4-
-,
¢ Un texte peut traduire une position personnelle de l’auteur
ou du narrateur, c'est-a-dire son opinion ou ses sentiments
(positifs ou négatifs).
O |_’auteur est celui qui a écrit une histoire. Le narrateur est
celui qui la raconte.
O Dans une narration ou une description, le narrateur peut
jouer le role:
d’un personnage qui raconte ce qu’il voit (le point de vue
interne);
d’un témoin extérieur au récit, c'est-a-dire qu’il raconte ce
qu’il voit sans participer a l'action (le point de vue
exteme);
de celui qui sait et voit tout (le point de vue omniscient).
sez a ment Ie texte suivant.1 . Li ttentive
--*=‘aulom—naa ‘dotrltuamldetrltysl-Mycop.
2 oourohux — c'rpap,anwec- 0T5D0¢H
mi ° doployor qch — pacnycxan,
3 Incision r - uanpea rmverm-Ivan»
‘ aclor — nnnms
UN SAULE'
J’ai tué un saule qui ne m'avait rien fait. Je ne suis pas fiére. ll végé-
tait depuis cinq ans et donnait un air soureteuxz a la terrasse. Pourtant
il avait des joies srement. ll fétait le printemps a sa facon: les bour-
geons oubliaient completement de garnir les branches, mais sortaient
joyeusement le long du tronc: ce saule ne voulait pas
pleurer.
~Tu ne vas tout de méme pas garder ca?» me disait Jean chaque éte.
J’ai donc pris mon scalpel et mes gants et la décision d’opérer.
Une incisiona, un trou, quelques coups de pioche et j’ai saisi le fréle
petit tronc entre mes mains. Les racines claquaient les unes apres
les autres comme si j‘arrachais une dent. ll y tenait a la vie, mon
saule! J’ai eu envie de le scier‘ en petits morceaux pour l’achever
3
LESTEXTESETSEXPRMERNTERPRETER
DOSSIER
d’un coup: la paresse et Ie respect humain m’ont retenue. Et il ago-
nise Ientement sur le tas d’ordures derriere Ies bambous au fond du
ii; verger. Je ne peux m’empécher d’a||er le voir chaque matin. Quand
L Ies bourgeons seront-ils prévenus qu’il s’est passé quelque chose de
grave? Parmi Ies détritus5, ils continuent a déployere Ieurs petites
feuilles d’un vert émouvant qui m’est un vivant reproche.
J’ai pris la resolution de ne plus jamais tuer un arbre.
B. et F. Groult, Le Féminin pluriel
2. Répondez aux questions:
1. Quel est |'objectif de ce texte? De quel type de texte s’agit-ii?
2. Qui en est l’auteur?
3. A quelle personne le récit est-il fait? Qui est le narrateur (la nar-
ratrice)?
4. Est-eile intérieure ou extérieure au récit (le point de vue interne
ou externe)?
5. ou se passe l’action?
6. Quel fait est raconté? S’agit-i| d’un fait present ou passé?
> Le point de vue interne est toujours propre aux textes a la 1'8
personne. Le narrateur est le personnage qui dit <<je». ll présente
Ies faits selon son point de vue personnel.
L Le point de vue externe est neutre.
Le point de vue omniscient peut etre neutre (objectif) ou person-
nel (subjectif).
0 Une prise de position personnelle peut se traduire a |’aide des mar-
ques ci-dessous.
A. Le choix du
Mots annoncant ou présentant une prise de position
e Verbes (ou iocu- — penser, croire, estimer, trouver, juger, supposer,
tions verbales) sembler (il me semble que...), il est certain (pro-
d’0pinion ou de bable, possible...) que...;
jugement
Verbes de mode — devoir, falloir, pouvoir, vou|oir...;
e Adverbes (ou |o- — absolument, bien sur, certainement, évidemment,
cutions adver- peut-etre, sans doute...;
biales) — a mon avis, selon moi, selon mon point de vue,
pour ma part, quant a moi, a ma connaissance...
4
DOSSIER
Verbes (ou locu- —- aimer, apprécier, adorer, éprouver de la
tions verbales) pour, regretter, détester, ha'|'r, avoir en horreur...;
de sentiment
Adverbes — bien, mal...; heureusement, malheureusement,
malencontreusement...;
Noms — ce type, un imbecile, une espece d’idiot
Adjectifs — éblouissant, magnifique, triste, accablant... .
passion
Suffixes
Suffixes diminutifs jardinet m, tour% f, pélotltel, gentillet(te)...;
Suffixes péjoratifs mangeaille f, paperi f, écrivamer... .
0 Une idée importante, un sentiment dominant peuvent étre reflétés dans
le champ thématique d’un texte. Par exemple, Ies mots plaisir, gaieté,
féte, enthousiasme; content, rav/, fou de bonheur; /oyeusement;
danser, rire évoquent la joie.
3. Répondez aux questions et justifiez votre réponse par des
exemples tirés du texte:
1. Le point de vue de la narratrice est-il neutre ou personnel?
2. Quelie est sa fagon de parler de son acte? Quels sont les mots
dépreciatifs qu’elle empioie?
3. Quels sentiments éprouve-t-elle vis-a-vis du saule coupé?
4. Quelie est sa fagon de parler du saule? Quelles sont Ies marques
de la personnification de |’arbre?
5. Quelle resolution la narratrice a-t-elle prise?
6. Repérez Ies mots qui présentent son opinion. Remplissez le
tableau.
Verbe de jugement Verbe de mode Adverbe
B. La syntaxe:
Types de phrases et modes
Phrase déclara- Tu ne vas pas le contredire. (a I’indicatif)
tive J’aimerais planter des cerisiers. (au conditionnel)
Phrase interroga- Est-ce que c’est vrai? (a I’indicatif)
tive Je te mentirais, moi? (au conditionnel)
Phrase imoérative Fais-le le plus vite possible. (2 l’impératif)
Qu’il s’en aille! (au subjonctif)
Proposition inoiso Si j’ose dire, entre nous (soit on), j’espere.
Exclamation et mise en relief
Exclamation Que c’est drole!
Segmentation ll y croyait, a cela.
TOUFS Drésenttifs C’est la paresse qui en est coupable.
5 I
Mots évaluatifs (exprimant une opinion favorable ou défavorable) -
0
ERNTERPRETERLESTEXTESETS'EXPRM
DOSSIER
-1-
Flelisez attentivement le texte.
6
4. coins du monde.
-~ — Oui, probablement. ll y a un peu de cela. J'ai du respect pour
a imposées, et qui sont fausses et nuisibles, comme la passion de
_.,. croire qu'on est, parce qu'on possede. Acheter, acheter, acheter...
_,_ rais pas m'en passer. Pourquoi ajouter l'encombrement du monde?
~~-~ culté. Je regretterais les oiseaux, l'écureuil, et c'est tout. ou qu'on
H
4. Ouel est le r6le des phrases exclamative et lnterrogative dans
Ie réclt?
35%;
rt» Usez le texte en diagonale et repondez par oral aux questions:
“ 0ulperle?Apmpoedequel?
— Vous aimez cette maison?
— Oui, elle est modeste, elle est petite, elle est
pratique. On pourrait y ajouter une piece, mais c'est
iustement ce que je ne veux pas faire. Ne pas sup-
primer un brin d'herbe‘. Donner le sentiment que
c'est une halte au bord de la route. Je n‘aime pas
l’idée d‘étre trop encombré de possessions. On en
garde toujours trop. Et le peu de terre qui entoure
la maison, c'est déja bien suffisant; on s’y perd
meme en éte comme dans une forét.
Bien s0r, si j'étais plus jeune, si j'avais une énergie plus grande
» a dépenser dans les choses d’ordre materiel, ce qui me tenterait ce
serait une immense ferme, pour avoir des parties complétement
sauvages, pour étre vraiment dans les bois, dans les champs. J’aurais
<» une petite maison, j'y réunirais quelques amis: ce serait une espece
de ~=c0mmunauté»... J'ai en téte une liste de gens avec qui on
aimerait faire cette experience. lls viendraient a peu pres de tous les
' I
— Vous étes un peu ~hippie»2 en somme?
les ~hippies». lls tachent de rejeter beaucoup de choses qu'on leur
Je n’achete jamais rien sans me demander si au fond je ne pour-
D’ailleurs, je pourrais mettre la clé sous la porte sans aucune diffi-
- meurea, on meurt sur une planéte.
D'apres Marguerite Yourcenar,‘ Les yeux ouverts
‘ Ne pas supprimer un brin d'herbe — ne rien changer.
2 Un hippie — personne qui refuse les valeurs de la société.
» 3 00 qu'on meure... — lhe 6u nu yumpanvi...
‘ Marguerite Yourcenar (1903-1987), ecrivain francais d'origine beige, est la 1"
femme recue a l'Academie francaise en 1981.
DOSSIER
1. Objectif du texte.
1. De quel genre de publication s’agit-il?
2. Quel est l’objectif du texte d’apres son titre?
2. Organisation du texte.
1. Quelle question constitue le point de départ du texte? Qui la pose?
2. Comment se montre M. Yourcenar a l'égard de la <<société de con-
sommation»?
3. Quelle est son opinion au sujet de hippies?
4. Quelle espece de gens aimerait-elle accueillir dans sa maison?
de sa maison et ses amis? Remplissez le tableau suivant
Syntaxe Exemples et Ieur interprétation
5. Comment se fait voir la position personnelle de l'auteur a l’égard
tive
Phrase imperative I
Phrase interroga-
Exclamation
1 Mise en relief
6. A quoi sert le conditionnel dans ce texte?
7. Relevez Ies mots qui expriment une prise de position personnelle.
Remplissez le tableau.
Mots exprimant une opinion ou un sentiment
Verbes (locutions verbales)
verbes de mode verbes de sentiment verbes évaluatifs
Adverbes et locutions adverbiales
Noms Adjectifs
9°!“-‘
3. Commentaire des phrases.
. << ...la passion de croire qu’on est, parce qu’on posséde.»
...je pourrais mettre la clé sous la porte.»
pourrais pas m’en passer.»
Je n’achete jamais rien sans me demander si au fond je ne
7
0
l
4
LESTE)(TESETS’EXPRMERNTERPRETER
Q DOSSIER
s e as Enrichissez vstres vocabzxlaire
I Au fond (du coeur) <> B rny6v|He ,u,yum.
0 Encombrer qch de qch <> remplir en entassant et en faisant
obstacle au libre usage des choses:
encombrer Ia chambre de choses inu-
tiles.
v Halte f <> arrét m.
Q Halte! (interjection) <> CTo|7|!
v Se passer de qch <> vivre sans: On ne peut pas se pas-
ser d’argent.
0 Pratique <> qui s’applique aux intéréts matériels:
Une ménagere doit avoir Ie sens pra-
tique.
0 Pratique f <> experience f: Ia pratique de chaque
jour; en pratique: II faut mettre ces
décisions en pratique.
Q Supprimer qch <> faire disparaitre: En supprimant ce
mur, on agrandirait Ia piece.
v Tenter qn <> éveiller le désir, l’envie de qn, séduire:
Cela ne me tente guere.
1. Lesquelles de ces expressions expriment:
le désaccord? la certitude? l’hésitation? l’insignifiance?
Dire tantot noir, tantot blanc. Mettre sa main au feu.
Croire dur comme fer que... Ne pas peser Iourd.
Ne vouloir rien avoir a faire avec... Sauter aux yeux.
2. Lisez la definition suivante:
Tempérament m: ensemble des dispositions physiques innées d'un
individu qui détermineraient son caractére.
Dictionnaire Bordas
Voila quatre especes principales de temperament: un sanguin, un
flegmatique, un co/érique et un mélancolique. Réunissez les deux
colonnes selon le sens.
Un sanguin qui est peu actif, lent, sensible, éprouve une
tristesse vague
Un flegmatique qui est dynamique, impulsif, impatient, s'em-
porte facilement
Un colérique qui a un comportement calme, peu émotif,
garde son sang-froid
Un mélancolique qui est actif, energique, dynamique, sociable,
qui a le débit rapide
lnterrogez-vous sur votre comportement et essayez d’identifier
votre tempérament et celui de vos amis.
8 l
DOSSIER
q)Et v_o_tr-enavis ?
d’exemples précis.
fiez le mot qui l’introduit:
et du vrai?
; vrai et le vrai ne soit pas nouveau...
susonoormées CGMPLETIVES
principale. Elle répond :51 la question <<Quoi?».
exiger...), de sentiment (se réjouir...), de savoir (sav0ir...).
Une complétive peut étre introduite par:
I la conjonction que:
A Je crois que tout va bien.
pourquoi, comment, combien, quel (question indirecte):
A Je veux savoir si tu viendras ou non.
A Je sais exactement ce qui m'attend et ce que je ferai
A Demande-lui comment ils nous ont retrouvés.
I les mots exclamatifs: comme, combien, 9 quel point:
A Si tu savais comme je suis étonné!
ll n’est au subjonctif qu’apres que, si la principale exprime:
nécessaire, il est utile, il est important...):
A Je voudrais que vous révisiez cette lecon.
A Elle attend que tu le lui dises.
A ll est necessaire que nous y revenions.
- K‘ ,~ 21
i L.LTEII,ITZliiIlZZ"I'"Z§IIIIf"‘ 1:1‘? 133:;:;f:::1;;;:;;;¢::;;;7;r1,;It - ~ ~ V» V. I ~~ ~~~~»_-~;m=>@@=>;;;.) "
I Et vous, vous voyez la vie en rose ou en noir? lllustrez votre réponse
1. Dans le texte, repérez une subordonnée complétive et identi-
— Que dites-vous de mon dernier livre? ll y a dedans du nouveau
Fr“ — Sans doute... Dommage seulement que le nouveau ne soit pa
§ .,_, , .0 L_‘<.§ Pw M, ._,, W. ,. ._,_V,, W -,{._.., ,.,.V _.-.. .‘..‘.,,~t,,>,,,.M,...Y._ ‘KA» *4. -..- . ....y‘...._<.....-;....‘~.~»--,.,..->..,_,........< _- ~
Une complétive est complement d’objet du verbe de la proposition
On la trouve apres les verbes de declaration (dire, affirmer. . .), d‘opinion
(penser, croire...), de perception (voir, entendre... ), de volonté (vouloir,
I les mots interrogatifs: si, qui, lequel ce que, ce qui, quand, 00
Le verbe de la subordonnée est é l’indicatif ou au conditionnel.
I la volonté: un désir ou une demande (vouloir, désirer, souhaiter, avoir
envie, aimer, aimer mieux, préférer, prier, demander, ordonner, 1
exiger, défendre, permeltre, attendre, il faut, il vaut mieux, il est
3. Comment appelle-t-on celui qui prend les choses du bon c6té, "
qui attend l’avenir avec confiance? Et celui qui dramatise tout?
7 l
1
I 4
|
l
9 1
SEXPRMERNTERPRETERLESTE)(TESET
DDSSIER
NB! Quand les verbes dire, ecrire, prévenir, crier expriment un ordre,
ils sont suivis du subjonctif. A comparerz
A Dis-lui qu’i| soit ici. A Dis-lui que je suis ici.
I un sentiment (se réjouir, étre content, étre heureux, étre ravi, re-
gretter, étre mécontent, étre chagriné, étre désolé, il est dommage,
il est fécheux, étre étonné, avoir peur, craindre...):
A Je suis content qu’i|s soient revenus.
A Tu es étonné qu’i| n’y ait pas de lettres de sa part?
A ll est regrettable qu’on ne nous ait pas prévenus.
NB! Aprés les verbes avoir peur et craindre, a la forme affirmative,
s’emp|oie souvent un ne explétif:
A J’ai peur qu’i| ne pleuve. 5OlOCb, -no 6y,aeT )J,O)K,D,b.
A J’ai peur qu’i| ne pleuve pas. 5O|OCb, '-no ;J,o>i<,u,;| He 6yaeT.
I un doute, une supposition (douter, supposer, il est possible (douteux,
impossible, incroyable, peu probable...), il n’est pas st.“/r (vrai...), ne
pas penser (croire)...):
A Je doute qu’il fasse beau.
t A II est possible qu‘il se soit senti mieux.
A ll n’est pas vrai qu‘elle se soit trompée.
j 2. Dans les phrases, relevez les subordonnées et identifiez Ieur
Wpe:
~ subordonnée complétive
subordonnée relative
1. Et le peu de terre qui entoure la maison, c‘est déja bien suffisant.
2. Je n’achete jamais rien sans me demander si au fond je ne pour-
rais pas m’en passer.
3. lls tachent de rejeter beaucoup de choses qu’on Ieur a imposées,
et qui sont fausses et nuisibles.
~ I ~;., -~1~'=' 1. if .7 ,_,-43' g _. . j _€ .,<~;<¥__j<f;_ ‘ —_-, ;:j.%;';. ‘*" ;-__<j;l;-»..~.; 1. ;'_;».;.:._ ;»~;'~,£-;~2~_;~. s:?;..~=.>§~»_, ;£s»~.'_i~;;.—§- ; {$51, :~.x ~;:.=.;: _53‘»~iE'!?¢/>‘i>,.»,~iea'_7»'§:‘:_ . s
' < > * ‘ " ' Pisa _~.;_;.:;~::: .1"§.;_ v. ~ <
1. Observez et retenez:
Frangais -> russe
Hapeqvie pourquoi Bb|pa>|<aeT He TOJ1bK0 l'|pW~l|/IHY, HO l/1 uenb.
Pourquoi ajouter l’encombrement ,£l1m L/ero (c KaKo171 uenbio) 3axnaM-
du monde? J'IFtTb Bce Boi<pyr?
I.
10
Type de subordonnée N9 ~
l
DOSSIER
Frangais -> russe
A peu pres Bb|pa)Ka8T l'lpVl6J‘ll/13l/1T6J1bHOCTb I/I Fl8p€B0,l1VlTCH K3.K <<no~m/1»,
<<npv||v|epHo», <<I'lp|/|6J'lVl3VlTeIlbHO>>, <<o|<ono», <<6onee vu1v| Mei-iee».
lls viendraient a peu prés de tous OHM pwexam/I 6b! rI0=ITM M3 Bcex
Ies coins du monde! yr0m<0B Mvlpal
2. Traduisez par oral Ies phrases ci-dessous:
so a) 1. Pourquoi est-ce que tu n’as pas mis en pratique ses conseils?
2. Pourquoi ajouter tout un passage a cette composition?
C’est a peu pres la meme chose.
ll est a peu pres midi.
C’est a peu pres exact.
0'i
P°!°.-‘
3. Traduisez oralement le texte (lignes 11-18).
A. 1. Quelle idée vous faites-vous de M. Yourcenar?
2. Comment imaginez-vous le mode de vie de cette commu-
nauté dont parle M. Yourcenar? ( 100 mots environ.)
1 B. Evaluons votre prise de position.
GRILLE D’EVALUATlON
Organisation du texte écrit /10
mots evaluatifs, mots annongant et présentant la position per- /5
sonnelle
types de phrases et modes /3
connecteurs /2
Correction linguistique /10
s morphoiogie (conjugaison, accord...) /3
syntaxe (ordre des mots, phrases simples, phrases com- /3
plexes)
s orthographe (accents...) /2
ponctuation /2
Total /20
11
' Justifiez votre réflexion en I'i||ustrant d'exemp|es. Y
.:~ ‘ I ~ . . a ‘*'~z¢-;:..~...s==<>r¢;<:1.v"’§1;"- -'»s—3§z /'"e‘;,».~=1~;'~§<€t>7_;'/as: :1. '~ . '
1 . 1
<¢i§.<i,,., < ,Q5... K P .» 18.. F‘ ; it; ; YE-2.” is ». I ,
. ~ ’*“*>i..’ ' * . . > r ‘ ‘ .
1
0
LESTEXTESETSEXPRMEHNTERPRETER
DOSSIER
> Lisez le texte en diagonale et repondez par oral aux questions:
Gui parle‘? A propos de quoi?
Je n’aime pas Ies vacances. ll faut dire que ne faisant rien de
mes mains, je n’en ressens pas le besoin. Je ne sais meme pas ce
que c’est. ll parait que c'est du repos, un changement de rythme et
d’habitude. Je n’en ai pas envie. Mon rythme est ce qu’il est. Lent
D et sans surprise. Mes habitudes sont plutot des manies et je crains
de les perdre si je pars comme tout le monde au mois d’ao0t. Elles
me supportent et m’aident a me supporter Elles sont simples et je
ne demande qu une chose. qu on ne me derange pas, qu on me Ies
laisse telles quelles...
Je n’aime pas les vacances parce que je n’aime pas les voyages.
Courir dans une gare en portant une valise Iourde dans une main, un
sac dans l’autre, Ies billets entre Ies dents, faire la queue dans un
aeroport pour enregistrer Ies bagages, supporter la nervosite des va-
canciers qui ont peur de l’avion, étre bouscule par un groupe de
possible, chercher un taxi... tout cela je vous le laisse et je prefere
me retirer dans un coin de la maison pour ecouter le silence et réver
aux amours cruelles‘...
r r Mais je ne peux pas me retirer. Je n’ai pas droit a la solitude. Je
20 suis moi aussi, a mon corps defendant, un vacancier classique, par-
tant aux heures de pointe, sourant de tous Ies maux. Je n’ai meme
pas le droit de protester, ni de marquer ma mauvaise humeur: les en-
fants sont impitoyables; ils se moquent eperdument de toutes ces
considerations, et l’unique chose qui Ies interesse c'est de retrouver
125 leurs copains pour courir, nager, danser, chanter...
Tahar Ben Jellounz, Le premier amour est toujours le dernier
‘ Au smgulier, Ie nom amour est du masculin, mars employé au plunel, il est du
feminin: /es amours cruel/es.
2 Tahar Ben Jelloun (ne en 1944), écrlvain francophone.
> Relisez attentivement le texte.
1. Objectif du texte.
» 1. Quel est l’objectif du texte d’apres son titre?
is sportifs insouciants, partir en retard, arriver fatigue a une heure im- ~
12
s
2
s
3
. v
l
4-@m
311;... ;.~_f»"~§,:.:‘t$==;,=:1 .~ . MM ._ , ~~;;*'***_ --*2“ 7 -am r r l,
..,;.yv .:';,~f_.',$as=_"*»""<§~?‘?*—"'"'**"“ "'"’¢;-“M » ¥ W? -,.......»=¢1:»' "‘ " ~ .. ~ 5:
‘;f' ' .-2=E¢;'?2 §g?5|7§¢z'.§#P->=‘l>‘@»>»1m2">,'..._..:-"1 —».M.,,,<,¢»_ .,.:_;._;_u_ .. .__.__~~ ,,___»,,,,._,.,.>:1;,»¢ .... ,~ _=...-M*¥i!.. ~;. »
., ,”,~.ec.W _ 5
ii
Itl
»
I
9
kl-1TiV1~<..,.....~.,.._N_WNI~1"9,.-H.,.
i .
5 13
E
DOSSIER
3.
2. A quelle personne le texte est-il redige? “
Le narrateur, est-il interieur ou exterieur a son texte?
2. Organisation du texte.
.°°!“.‘*
Pourquoi le texte est-il redige au present?
Quelle pourrait etre la profession du narrateur?
Pour quelles raisons n’aime-t-i| pas Ies vacances et Ies voyages?
4. Comment fait-ii voir son opinion defavorable a |’egard des voyages?
a) Rempiissez le tableau ci-dessous.
Mots évaluatifs
Groupes
verbaux
Groupes
nominaux
sel
b) Relevez des phrases imperatives, une phrase a l’ordre des mots
expressif et interpretez-Ies.
5. Comment apparait son caractere a travers ses reflexions sur Ies
vacances et Ies voyages? C’est un bon pere? A-t-il de |’humour,
on vous?
3. Commentaire des phrases.
1.
2. <<||s se moquent eperdument de toutes ces considerations.»
<<Je n’ai pas droit a la solitude.»
Enriehissez votre voeabnlaire
~ A son corps defendant <> malgre soi, a contrecoeur.
0 Avoir droit a qch <> VlMeTb npaao Ha ‘-ITO-J11/I602 Je n’ai pas
~ Avoir le droit de faire qch <> l/lM€Tb npaso ,D,6J'|8Tb qro-nv|6o: Je
n’ai pas Ie droit de protester.
~ Bousculer qn <> pousser par inadvertance: Les pas-
sagers presses Ie bousculaient.
~ Consideration f <> motif m, raison f que l’on considere
pour agir: Je ne peux pas entrer dans
~ Considerer qch <> envisager, par un examen attentif, cri-
tique, examiner: considérer une chose
v Considerer comme <> tenir pour: Je Ie considére comme un
droit a Ia solitude.
ces considerations.
sous tous ces aspects.
ami.
Eperdument <> 6es naivmrvi, 6e3yMHo, B Bb|CLUei/I ore
nei-M: /ls s’en moquent éperdument.
— MM B Bbicu.iei71 creriei-M Ha
I'IJ'I6B8Tb.
3TO H3-
LESTE)(TESETSEXPRMERNTERPRETER
DOSSlER
~ Heure f de pointe <> qac I'll/lK; aux heures de pointe — B
'-laCbI l'lVlK.
~ lmpitoyable <> qui est sans pitié: Les enfants sont
t impitoyables.
v Marquer qch <> exprimer, montrer: marquer sa mau-
vaise humeur.
“ v Marque f <> trace f: Regarde, il y a des marques
dans Ia neige; marque f de commer-
ce — label m, etiquette f.
Y ~ Se moquer de qn/qch <> tourner qn/qch en ridicule: Les en-
fants se moquent de Iui, de son al-
lure.
~ Nervosité f <> état m d’excitation nerveuse pas-
sagere, irritation f.
0 Réver a qch <> penser vaguement, imaginer: Je réve
aux vacances.
v Ressentir qch <> éprouver: Je n’en ressens pas Ie
besoin.
v Vacancier m <> personne f en vacances, estivant m.
1. Groupez les mots selon qu’ils expriment un sentiment (un état)
positif ou négatif:
la joie le plaisir le déplaisir
le chagrin la tristesse l’insatisfaction
la gaieté le soulagement la peur
la satisfaction l’esp0ir la colere
le regret la deception l‘ennui
2. Donnez les contraires des sentiments (des etats) suivants:
le plaisir l’espoir
la satisfaction l’amour
la gaieté le comique
3. Dans quelles situations de votre vie étes-vous:
décu(e)? ins0uciant(e)?
ravi(e)? malheureux(se)?
surpris(e)? agacé(e)?
triste? satisfait(e)?
4. Lesquelles de ces expressions expriment des sentiments
comme:
la surprise? la tristesse? la peur? Pinsatisfaction? la joie?
Avoir le moral a zero. Avoir la chair de poule.
Pleurer a chaudes larmes. Rester sur sa faim.
Trembler comme une feuille. Etre au septieme ciel.
Rester cloué sur place. Couper le souffle.
5. Quel personnage littéraire appelle-t-on <<le chevalier de la
Triste-Figure»?
14
I.
Q
8
2
i.
it
*2
L‘
I
" DOSSlER
Q E1" votre avis ?
° Quelles qualités de vos amis appréciez-vous le plus?
- .. . . '§#*F*“““*~ ... “’“"'._,_.,. ¢
-“'“ ;I
PHRASE COMPLEXE A SUBORDONNEE CIRCONSTANCIELLE
Les subordonnées circonstancielles indiquent Ies circonstances qui
caractérisent l'action.
Elles sont des complements circonstanciels de cause, de temps, de
but, de condition, de conséquence, de concession et de comparaison.
1. Dans le texte, repérez une subordonnée et identifiez sa valeur.
Un voyageur est seul dans un compartiment de chemin de fer.
Brusquement surgit un homme masque, revolver au poing.
— Donnez-moi votre fricl
Le voyageur répond, tout tremblant:
— Mais je n’ai pas un sous sur moi!
— Alors, pourquoi tremblez-vous?
— Parce que j’ai cru que c’était un controleur. Et je n'ai pas de bil-
let non plus...
SUBORDONNEES DE CAUSE
La subordonnée de cause répond a la question <<Pourquoi?» ou <<A
cause de qu0i?».
Elle peut étre a l'indicatif ou au subjonctif selon la conjonction qui
l’introduit:
Indicatif Subjonctif
s parce que -— noroiviy qro; Tax |<a|< ce n’est pas que, non que — He
(suit la principale) TO, ‘-lTO6bl§ He noromy, qro
s comme — T8K i<a|<; l'lOCKO)1bKy
(précéde la principale)
s puisque, si - noc|<onb|<y; pas
s du fait que — BBI/lJJ,y Toro, '~|To
ssi c’est parce que, si c'est
que — ecnvi TO aro noromy qro
A Je ne sors pas parce qu’il pleut.
A Comme il pleuvait, je restais chez moi.
A ll n’y est pas entré du fait que le bureau était fermé.
A Si elle se tait, c’est qu’elle n’a rien a dire.
A Claude ne m‘appelle pas, non qu’elle soit fachée, mais parce
qu’elle est prise.
1 5 i
l
l
l
I
i
l
0
NTERPRETERLESTEXTESETSEXPRMER
DOSSIER
2. Dans les phrases, relevez les subordonnées et identifiez leur
W961
subordonnée complétive
subordonnée relative
subordonnée de cause
1. ll faut dire que ne faisant rien de mes mains, je n’en ressens pas
le besoin.
2. Je ne sais meme pas ce que c’est.
3. II paraTt que c’est du repos, un changement de rythme et d’habi-
tude.
4. Je n’aime pas Ies vacances parce que je n’aime pas les voyages.
5. l_'unique chose qui Ies intéresse c’est de retrouver leurs copains.
1. Observez et retenez:
Type de subordonnée N9 '
Frangals -> russe- B
~ Cnoao chose v|MeeT o6o6uJ,e|-||-|oe 3H8‘-IGHVIG VI npv| nepeB0p,e ero ‘-l8C-
TO onycKa|oT.
qu’on ne me dérange pas. MBHH He 6ecno|<0vu1v|.
Je ne demande qu’ une chose: i Fl npo|.uy TOJ1bKO 06 OAHOMI ‘-lTO6b|
3
: KOHCTDYKLLVIFI étre + de + IAHCDMHVITVIB Mo>KeT l'|€p6B0,|J,VITbCF| v||-|q>|A|-MTv1-
BOM vmvl |'|pVl,113T0‘-IHb|M npe;J,n0>|<e|-|v|eM.
L’unique chose qui les intéresse ELIMHCTBBHHOB, “ITO WX I/IHTBDBCYQT,
c’est de retrouver leurs copains ero H8I7ITl/1 caovnx npvmTene|7| pm: npo-
pour jouer. ;1on>|<eHvm I/lFpbl.
Mon but est de réaliser mes pro- Mon U,8J'|b cocromr B TOM, '-/T06bI 00y-
jets. LLIGCTBI/ITb MOI/1 nnan-|b|.
2. Traduisez par oral les phrases ci-dessous:
a) 1. L’unique chose :51 quoi je pense, c’est de faire ce voyage.
2. Je ne veux qu’une chose: qu’on me laisse partir.
b) 1. Mon but est de les aider.
2. Sa decision est de ne pas quitter Paris cet été.
16 »
DOSSIER
l <»
' 5 uencen
l , -
3. Traduisez par oral:
Article 24
Toute personne a droit au repos et aux
Ioisirs et notamment a une limitation
raisonnable de Ia durée du travail et a
des congés payés periodiques.
La Declaration universelle
des droits de /’Homme
. » 7
' r r
E‘ ' » 1 u V
. .. ~ 3
".
~ r ' V
A. 1. Faites un dialogue entre le narrateur et ses enfants qui dis-
cutent de leurs prochaines vacances. lls ne sont pas du
méme avis. Chacun expose ses idées.
2.Vous écrivez une lettre a votre cousin ou vous parlerez de
la discussion qui a eu lieu en famille au sujet des vacances
et oil vous exposerez les raisons des uns et des autres ( 100
mots environ).
0 Vous ferez un texte argumenté et illustré d’exemples précis.
B. Evaluons votre prise de position (voir Ia grille d’évaluati0n a Ia
page 11).
> Lisez le texte en diagonals et répondez par oral aux questions:
Qui parle? A propos de quoi?
.... ,
Ma seule regle est de bien comprendre. Je ne présente pas les
choses sous un aspect particulier pour qu’e||es plaisent. Je ne
marchande pas mes informations. Seul clans mon bureau, je travaille
a la maniére d’un moine ou d’un professeur. Nul n‘est la pour m’in-
Entre quatre murs, j’ai pour matériaux la réalité qui m’est con-
stamment fournie par les dépéches d’agences, les extraits de jour-
naux, les notes politiques. J’essaie simplement d’y voir clair, d’y met-
tre de |’ordre. L’image que je me serai faite, j’essaierai ensuite de Ia
traduire en formules qui la rendent facile a comprendre. Je tente de
<<rendre Vévénement».
Mon travail est celui, a la fois d’un peintre et d’un artisan.
J apparais le moins possible. Mon désir est de ne pas étre présent.
Je m'e1'-force de montrer d’ou viennent les choses et ou elles vont;
les causes et les résultats des événements, Ieur orientation.
17
0
0
EXPRMER
DOSSIER
ment. Bien qu’il soit dans la
20 tion personnelle intervient.
Certains diront qu’un presentateur ne peut pas s'effacer reelle-
coulisse, le metteur en scene a plus de
responsabilites que Ies acteurs dans le spectacle. Quand je choisis
dans mes materiaux et que je compose mon article, mon interpreta-
Aucun autre ne concevrait Ies choses
NTERPRETERLESTEXTESETS
tout ce qui me passe par la
Je n’invente ni n’imagine
vaille a la refleter au mieux.
soit plus facile.
> Relisez attentivement le texte
comme moi. Aucun ne Ieur donnera le meme tour. Ma presence est
de tous les instants. Cette declaration ne signifie pas que je raconte
tete.
rien. Je m’oblige a la fidelite. Quand je
rapporte l’opinion d’un notable, d’un mouvement, d’un parti, je tra-
Quand je decris une situation, mon tra-
vail est seulement de la faire mieux voir. J‘en force certains faits et
c’est en cela que <<j’apparais>>, mais c’est afin que la comprehension
J. Grandmougin, Editions de la Table Ronde
_ it . .
- - to '--~-=- - :-<- .~ -.> <= 7;. -:;.:e.4:,; *5 ==~., .1 .2.W» *~*-="'=*-' 1”" W -".-W
—~* ’ "--'-1+“ ‘ ~ ' ‘W
travail?
4. A quelles etapes de son
interpretation personnelle?
le tableau.
1 . Objectif du texte.
1. Quel est l’objectif du texte d’apres son titre?
2. A quelle personne est-il redige?
2. Organisation du texte. 1-
1. Pourquoi le texte est-il redige au present?
2. Quelle est la seule regle que le journaliste s’est imposee dans son
3. Suit—il la méme methode quand il rapporte l’opinion d’un mouve-
ment, d’un parti ou decrit une situation?
travail reconnait-il l’inten/ention de son
5. Quelles sont Ies marques de sa position personnelle? Completez
Marques et Ieur interpretation
Vocabulaire
Mode
Mise en relief
Phrases negatives
6. Reperez le vocabulaire qui se rapporte au journalisme.
18 2
DOSSIER
d’un professeur.
2. <<Mon travail est celui, a la fois, d’un peintre et d’un artisan.»
i s Enrsiehisssez vs*t:re~ vscabulaire r '
. Commentaire des phrases.
1. <<Seul dans mon bureau, je travaille a la maniere d’un moine ou
>>
Forcer qch <> tirer plus qu’on ne peut en tirer: Ce
lnfluencer qn <> soumettre a son influence: Je ne veux
S’eacer <> disparaitre plus ou moinsz Ce souvenir
Moine m <> un religieux vivant en communauté.
Présentateur m <> une personne qui présente un spec-
S’obliger a qch <> se lier par l’obligation, promettre: Je
Rapporter qch <> répéter ce qu’on a lu ou entendu: Je
Sous cet aspect <> de ce point de vue, sous cet angle.
3.l_‘indii"férence
4.Le regret
* I
5. L insatisfaction
6.l_’irritation
Complétez les phrases par les interjections suivantes:
:'>F-°!‘.-‘
Exprimez votre attitude vis-a-vis des situations suivantes. ‘
(Employez les phrases exclamatives.) |
1. Votre ami a résolu un probléme compliqué. (Ia fascination)
2. Nous sommes un vendredi 13. (la satisfaction)
3. Tu es enfin revenu! (Ia joie)
4. Mon chien a disparu. (la tristesse)
5. Tu as entendu sa musique? (l’admiration)
<>
i . On exprime souvent ses émotions a I’aide des interjections.
Réunissez les deux colonnes selon le sens:
1.|_’admiration El Dommage!
2.La surprise El Chouette!
— ll a manque de courage! — Je réve ou quoi?
Ce n’est pas possible! Poltron!
ll n’a pu rien dire. Aie!
Tu m’as marché sur le pied. Pauvre type!
journaliste force certains faits.
pas influencer ton choix.
ne s’effacera jamais.
tacle, a la radio, au music-hall, etc.;
ici: une personne qui presente des
faits.
m’obIige a Ia fidélité.
rapporte l’opinion d’un parti.
Tiens!
Et alors?
Encore!
(Ah,) zut, (alors)!
0
a 1 9 ‘
(I
ETSEXPRMERNTERPRETERLESTEXTES
DOSSIER
4. Quels appels fait-on:
quand commence un incendie?
quand un voleur est en train de saisir votre sac?
quand on est agressé?
Q E1" vo1'|~e avis ?
0 Un journaliste doit-il étre objectif?
1. Dans le texte, repérez une subordonnée et identifiez sa valeur.
‘M ‘,>.~.> .0. *4?‘ . . ., . ...».. , . ~->402:/~‘rr~> ., M,“W,..(.,-.._M@.-,>.A.M.-..,._.¢_-...,....s..,:._.... ».... ,,..__W ‘4|''I~<'nI‘;>CJ:-qQ4»<I~)r->(~‘3Vv* W." _.~ . . V , s ..,.>.g
ll est sept heures du matin. Un adorable bambin vient d’entrer dansi
la chambre de ses parents et il tire sa mere par le bras:
'_"" — Maman! C’est l’heure...
= — Hein? Quoi? fait la mere encore tout ensommeillee. C’est l’heure§
de quoi?
— De réveiller papa pour qu’il vienne me réveiller...
La subordonnée de but répond é la question <<Dans quel but?».
Elle ne s’emploie qu’au subjonctifz
l&%%%%
e iii;e?@%%§%%%%%%§§§§§%%§§§§§§§§§§%§§§§§§§?§€?3%%%%% ~ * @l
pour que, afin que -— ‘-lT06bI, Je te le répete, pour que tu Ie re—
pm: TOFO ‘-lTO6bl tiennes.
‘V Afin que tout soit clair, il a precise.
de facon que, de maniere que, * ll se cache derriere la maison, de
de sorte que — Tax, '~lTO6bl facon que son frere ne le voie pas.
2. Expliquez |’emploi du subjonctif dans les phrases suivantes:
1. Je ne presente pas les choses sous un aspect particulier pour
qu’elles plaisent.
2. J’en force certains faits et c’est en cela que <<j’apparais», mais
c’est an que la comprehension soit plus facile.
*~e~~ s*"AP?f=i§§??§[?i§§iT§fsl ,
1. Obsenlez et retenez:
Frangais —> russe
|-|pVl,l1aTO‘-IHOG O6CTOFlT€J'|bCTB8HHO€ I'lpe,UJ1O)K€Hl/I6 MO)KeT I'l€p6BO,[l,|/lTbCFl
C l'lOMOU.|,blO CIIOBOCO‘-IGTHHVIFI C 36CTp8KTHbIM CyLLl6CTBl/lTeJ1bHblM.
20
l
»
1
DOSSlEFl
Quand je compose mon article, l‘lpi/i H3l'lVlC8Hl/1!/1 CT8Tbl/1 51 Bblpa)KalO
mon interpretation personnelle CBOIO nv|~|Hy|o l"lO3l/lLl,VllO.
intervient.
a KoHcTpy|<u,vm vuvm + npvmaratenbnoe + a + vmcbmuvrrms c y|<a3aHv|eM Ha
npv|3Ha|< npeilmeta |v|o>|<eT |‘l€p8BO,lJ,V|TbC9l l‘IpVl,lJ,aTO‘-lHblM onpep,env|Tenb-
HblM npe,u,no>|<eHv|e|v| vmvi Flpl/lflal'aT8J"lbHb|M.
Une image facile a comprendre. KapTv||-||<a, KOT0pylO nerKo l'lOHFlTb.
KapTv|H|<a, nerxan tum l'lOHMM8Hl/1Fl.
e KoHcTpy|<u,w;| étre la/il y a + pour + VIHCDVIHVITI/1B BblCTyl'la8T B ponvi
onpe,u,eneHv|s| VI l'lGp€BO,lJ,VlTC9l l'lpl/l,£l,aTO‘-lHbIM Ol'lp€£l,8J'll/lT6J1bHb|M.
l
Nul n’est la pour m’influencer. VI HGT Hl/IKOFO, KTO Mor 61>! Ha Mei-m
FIOBIII/ITb.
o"0 *1-I
!>.-*9°!>.-*
1
2. Traduisez par oral les phrases ci-dessous:
C’est un travail difficile a faire.
C’est un probleme facile a résoudre.
II y a des hommes pour faire ce travail.
Elle est trés attentive, quand elle lit.
Quand il répond, il ne regarde personne.
3. Traduisez par écrit le texte (lignes 16-29).
at e I
Y; *§.’.=§P .~' I .4 . s
A. 1. Vous etes partiellement d’accord avec la these:
<<La prise de position du iournaliste exposée dans le texte
(la position objective ou subjective) dépend du type
d’article qu’on rédige.»
' Cherchez les arguments pour et les arguments contre.
2. Rédigez un texte ou vous défendez la these:
<<L’eau est un ami et un ennemi de l’homme.» (100 mots en-
viron.)
0 lllustrez votre prise de position par les exemples correspondants.
I B. Evaluons votre prise de position (voir la grille d’évaluation a la
page 11).
21
Frangais -> russe _
LESTEXTESETSEXPFIMERNTERPRQTER
DOSSIER
I 1
*3
ii
. v
4-q..r.,_,.. »‘ 'r 4
s;: -2 "4
»EATRE
:5» Lisez le texte en diagonale et repondez par oral aux questions:
Qul parlo? A propoo do quol?
Dans toutes Ies conversations on me demandait
ce que je faisais, et ie disais: ~<Je suis etudiant en
theatre». La premiere piece que j'ai vue, c'etait Don
Juan joue par la troupe de Gabriel Monnet, qui ve-
nait de Bourges et qui jouait a Chateauroux. Je de-
vais avoir 13 ans: c’etait donc apres le premier voy-
age... J'étais deja alle beaucoup au cinema, ou on
entrait sans payer. J’ai vu tous Ies premiers Poiret
et Serrault‘, j'ai vu Jean Marais’, tous Ies films
americains. J'étais fasciné par la salle, l'esprit de la
salle et cet ecran blanc qui, tout d’un coup, s'ani-
mait... Je voulais toujours étre de l’autre cate...
Finalement je n’ai jamais vu Ies acteurs vieillir, au
cinema. Pour moi c'etaient des aventures, il y avait
la lumiere, le soleil... le contraste entre la salle noire
et la lumiere de l’ecran... Pour ca, le cinema j’y etais acquis depuis
Iongtemps. Mais au theatre, j'ai ete tres surpris. Je suis entre cote
scene pour ne pas payer — je ne payais jamais — je me suis faufile
a travers Ies accessoires de la piece et je me suis retrouve dans Ies
coulisses, avec deja une drole de sensation. Et puis, je suis
descendu dans la salle, tranquille, au moment du noir... Et j'ai ete
tres frappe par le theatre. Parce que lorsqu’on vit comme moi en pro-
vince —- et en plus dans la délinquance — on n’est pas du tout aver-
ti. C’est un etonnement de voir des gens sur la scene qui respirent
le meme air que nous et qui se mettent a parler comme Don Juan
de Moliere, avec des vers et tout, des costumes. lls etaient presque
ridicules... C'etait la premiere impression. J’ai vu des gens deguises
qui avaient l'air de s'amuser. Et puis, j'ai vu le reve encore une fois,
V mais c’etait plus difficile. En tout cas c'est a cause de cette unique
piece que j'avais vue que je disais: -Je suis etudiant en theatre».
Gerard Depardieu. Robert Chazal,
Gerard Depardieu ou I'Autodidacte inspire
(la transcription d‘une interview)
§;‘,
ll-
' Jean Poiret (acteur et auteur) et Michel Serrault (acteur), deux comiques, de-
butent a l'ecran dans Ies annees soixante du XX" siecle.
Jean Marais (1913-1998). un celebre acteur de cinema.
‘I> Fielisez attentivement le texte.
22
'1 .».»..c..
DOSSIER
"“.-=’ .11-.. ~~....-.»=..a.» »~--~ .-me .. . , -*'~ * .....
'1. Objectif du texte.
1. De quel genre de publication s’agit-il?
2. Quel est l'objectif de ce texte?
3. L’auteur et le narrateur, est-ce la meme personne?
2. Organisation du texte.
1. Pourquoi le texte abonde-t-il en points de suspension?
2. Quel est le plan temporel du texte?
3. Quels sont les temps employes dans le texte? Quelle est la valeur
du present?
4. Quelles sont les impressions de Gerard Depardieu face au cine-
ma? Relevez les elements du texte qui les traduisent, groupez-les
dans l’ordre logique.
5. Quelle est la premiere impression de Gerard Depardieu face au
theatre? Et la seconde? Completez le tableau suivant:
Premiere impression Seconde impression
6. Dans le texte, relevez les mots qui se rapportent au champ the-
matique du theatre et faites entrer, dans le tableau, ceux qui ont le
sens suivant:
Theatre: genre litteraire Theétre: lieu de representation
3. Commentaire.
1. <<...les accessoires de la piece» ;
2. <<Je vouiais toujours etre de l’autre cote...».
Enrichissez votre vocabulaire
~ Autodidacte m <> qui s’est instruit lui-meme, sans
maitre.
~ Deguiser qn <> l’habiller d’une facon qui change
completement son aspect, qui le fait
ressembler a quelqu’un d’autre: Il est
deguise en Indien.
~ Delinquance f <> ensemble m des crimes et des delits
consideres sur le plan social: Ia delin-
quance juvenile.
~ Se faufiler <> se glisser adroitement quelque part:
se faufiler dans un passage etroit.
23
~
0
ETS'EXPRMERNTEHPRETERLESTEXTES
DOSSIER
sens du mot:
2.Représentation f
3.Distribution f
4.Régie f
1. Reliez les deux colonnes e l’aide du chiffre correspondant au
1.Mise en scene f El liste f des personnages et indication f du
lieu, de l'époque de l’action
realisation f du décor
action f de jouer une piece de théatre
organisation f matérielle d’un spectacle
5.Copr0duction f choix m du jeu des acteurs, des mouve-
ments, des décors
6.Scénographie f El liste f des acteurs
7.Didascalie f initiale III production f d’un spectacle par deux ou
plusieurs producteurs
2. Quel genre de pieces préférez-vous? Pourquoi? Trouvez, dans
un dictionnaire, la définition des genres.
drame m comédie f
mélodrame m tragédie f
psychodrame m tragi-comédie f
3. Quelle est la regle des trois unites dans les tragedies clas-
siques?
4. De qui le metteur en scene a-t-il besoin pour monter la piece?
Quelle est la fonction de chacun?
5. Quelle est la réaction du public:
— quand une representation lui plait beaucoup;
— quand elle ne lui plait pas du tout?
1. Dans le texte, relevez les subordonnées et identifiez leur
valeur.
Un monsieur apprend a reconnaitre les divers feux de signalisation
a sa femme.
— C’est tres simple, lui dit-il. Quand c’est vert, tu fonces. Quand
c’est orange, tu ralentis. Quand c’est rouge, tu t’arrétes. Et quand
je deviens tout pale, c’est que tu as fait le contraire de ce que je'
viens de t’exp|iquer... l
SUBORDONNEES DE TEMPS
La subordonnée de temps répond a Ia question <<Ouand?» ou
<<Depuis quand?».
Elle exprime la simultanéite, Ia postériorité ou l’antériorité par rap-
port a |’action de Ia principale.
~
24
DOSSIER
Elle peut etre a i’indicatif ou au subjonctif selon la conjonction qui
|'introduit:
lndicatif Subjonctif
Simultanéité Antériorité Postériorité
quand, lorsque —— e quand, lorsque — s jusqu’e ce que—p,o
|<orp,a, no|<a Korna Tex nop, noi<a
au moment ou — B apres que — nocne avant que (ne) -TOT MOMGHT, |<or,o,a TOFO KHK npe>K.£I.e ‘-IGM
pendant que, tandis depuis que — c Tex
que, alors que — B nop |<a|<
TO spew: |<a|<
chaque fois que -— i des que, aussitot
Ka)K,D,bll/I D33, |<a|< QUG — |<a|< TOJ'lbKO
A Au moment ou elle montait i’esca|ier, on |’a appelée.
A Chaque fois que je regarde cette comédie, je ris aux larmes.
A Des que cet acteur paraftra sur ia scene, des appiaudissements
retentiront.
A Depuis qu’i| avait /u cette piece, il y pensait toujours.
A Je suis reste dans la salle jusqu’e ce que le public soit parti.
A Le rideau est tombé avant que i‘acteur ait ni Ie monologue.
W99:
Type de subordonnée N9
subordonnée complétive
~ subordonnée relative
subordonnée de cause
e subordonnée de temps
2. Dans les phrases, relevez les subordonnées et identifiez leur
1. La premiere piece que j'ai vue, c’etait Don Juan.
2. Dans toutes les conversations on me demandait ce que je fai-
sais...
3. (a) Parce que (b) |orsqu’on vit comme moi en province — et en
plus dans la delinquance — on n’est pas du tout averti.
4. J’étais déja allé beaucoup au cinema, ou on entrait sans payer.
25
0
NTERPRETERLESTEXTESETSEXPRMEH
DOSSIER
~;_ , »‘ -, . ,, .,.;.,. . .. -,, _,- »~~z "3
1. Observe: et retenez:
Franqais -> russe
n3CCVlBH3 i<oHcTpyi<u,vm so cbpanuyscxom nauxe H8 Bcema nepeao11m-
on pyccxo naccmano xoi-icTpyi<uMe|71; 910 MOXGT 6l>lTb axrviai-can KOH-
CTDYKUMFI.
J’étais fasciné par la salle. Fl 6w1 sawapoaan aanom.
...j’ai été tres frappé par Ie Tearp nopasvin MBHFI.
théétre.
C'est + vim: acrpaxmoe + de + vii-|¢uHmua H8 ecema MO>K6T nepe-
aomnbcn nocnoauo.
C'est un étonnement de voir des YAMBMT8/1bH0 BMA8Tb H8 cuewe INO-
gens sur la scene qui respirent le J18“. KOTODHB D.bIl1I8T TQM Xe B03113’-
méme air que nous... XOM. "T0 M Ml>I---
C’est une joie pour moi de vous 3T0 P8.110CTb 11.119 M8H BMA8Tb B80
voir ici! 3ll8Cb! / Kaxan panocrb mm Mensa au-
£18Tb sac anecb!
2. Traduisez par oral les phrases ci-dessous:
a) 1. Ce spectacle a été évoqué par beaucoup de critiques.
2. On est étonné par sa maniere de réciter les vers.
b) 1. C'est une bétise d’insister sur cela.
2. C'est une joie de l’entendre chanter!
3. Traduisez par oral le texte suivant:
Le théétre antique
Le théétre grec, situé dans un sanctuaire, est un bétiment a ca-
ractere religieux. Les premiers theatres de pierre, tres simples, appa-
raissent au |V° siecle avant Jésus-Christ. Les representations ont lieu
en plein air, les gradins étant adossés a une pente de colline creusée
en hémicycle. La scene, circulaire, se trouve dans le bas. Derriere Ia
scene se dresse un mur percé de portes, et représentant un décor
fixe. Les théétres grecs d'Epidaure et de Pergame jouissent de vues
exceptionnelles sur des paysages immenses.
Dictionnaire Encyclopédique 2000
56
DOSSIER
‘ , ‘
%"@ . in i B » ~ 5, . Y» - is . a = r r > ~
.<~_.»r,g»¢»;~,.i.,§;'%;;.-;;»,;;;{ me; ,.. 4 Q i-,5 ~ ;-it LU r , Eg $41, Z? , l i 3:, .
"3? ~l $4’-%»v;*:.§~;¥ii§,f'~ aw ~ ' V . ' =»
' ‘ "1""? §;"”‘1 -11‘? %i»%:i‘J‘§3"< .“‘Z‘u? ‘ lu» Le.‘ ".,i~‘~{‘"*";. ' /1 M » M L "
A. 1.Vous avez assisté 2 une representation theatrale. Racontez
cette scene.
' Votre recit devra laisser place a la description et a vos sentiments.
2. Qu’est-ce pour vous le theatre? ( 150 mots environ.)
' Votre point de vue peut etre positif ou negatif.
B. Evaluons votre prise de position (voir la grille d’evaluation a la
page 11).
EVALUATION 9
> Observez le texte suivant:
REGIE
La regie est le point nevralgique du theatre. C’est par cette plaque
tournante que passent toutes les activites du theatre, depuis l‘idee
creatrice du metteur en scene jusqu’a la recherche (et le paiement
parfois) des accessoires.
Sans une regie devouee, consciente de ses obligations parfois en-
nuyeuses, Ie theatre ne sera jamais le lieu privilegie ou les celebra-
tions dramatiques et satiriques de Ia condition humaine pourront etre
donnees, .il sera seulement une usine. Un certain produit, solide cer-
' tainement, en sortira, mais non un objet que l’on aime et dont on
f conserve en soi-meme l‘histoire et la presence.
J. Vilar, Lettre au Directeur
‘ Questions
> Expliquez Ie sens du mot <<regie» ( 1 point).
> Quels sont les procedes qui sen/ent a exprimer la prise de position
personnelle de l’auteur? Completez le tableau suivant (3 points):
Syntaxe Mots évaluatifs
27
0
ERLESTEXTESETSEXPRMNTERPRETER
DOSSIER
(apporter) il y a six mois.
numérotées (4 points):
P
in» Completez ce texte par les formes verbales vouiues (2 points):
BENOIT (écrivant une lettre). Mon fiis Q moi tout seul... C’est comme
ca que je te (appeler) ‘quand tu ne (étre) pas encore en ége de
comprendre Ztout ce que ces mots (pouvoir) signifier pour moi et
pour toi. Ou, plus tard, squand tu (dormir), ou maintenant encore
4quand je (étre) seul et 5que je te (parler)... comme ce (étre) le cas
en ce moment. Et si les mots (tomber) presque malgré moi sur le
papier, 6c’est qu’i|s (étre épuisés) d’avoir tourné et retourné toute la
nuit autour de moi, sans pouvoir t’atteindre.
LAURENT (lisant Ia leltre). ll faut 7que je te (parler) Bpuisque hier soir
je (avoir) la bétise de me taire, de ne pas te dire tout simp|ement...:
Tiens! Je (recevoir) une lettre des Editions Marionneau. On me (de-
mander) de passer demain 9 |’administration entre trois et cinq. Qa
(devoir) étre pour me redonner le manuscrit du roman 9que je leur
pp» Dans ie texte ci-dessus, identifiez les types des subordonnées
GRAMMAIRE 6 oints
F. Dorin, Le tube
Type de subordonnée N9
subordonnée relative
subordonnée complétive
subordonnée de cause
subordonnée de temps
EXPRESSION ECRITE 10points
pi-» Queiles qualités devrait avoir un metteur en scene, selon vous?
Rédigez un récit bien structure ( 130 mots environ).
28
~
,
»
¢
-
-
4,.
‘Vt:
p.
-
V‘I‘W'
0
I
,‘~
-,
0
I -
§,
now
;»-_»
“-,,.1
I
yr~
‘-b
4
.,.‘,,_U
‘I
Q
F
F
I
at
,4
w4‘_a*1"§*r'1}'t"
"L"
.1,“-a‘1'~';='1@
“it
Lv
L» Vous commencez alors par choisir un evenement dont vous voulez
J
a-A.-.=
parler.% ,
1;‘ , ,..,> .. ,. 1.7,,..;;_
' La premiere etape, c’est-a-dire le dialogue-evenement, comporte
,. , t 3 , t
,
, a
;;i
iijfossisniiii
0 C’est un dialogue en situation ou un participant racon-
te a son interlocuteur un evenement qui lui est arrive. Cet
evenement peut etre heureux, ou malheureux, ou neutre.
ll faut donc
trouver un comportement verbal adequat a |’evenement re-
late;
obsen/er le deroulement logique de l’evenement;
poser les bonnes questions et reagir d’une fagon conve-
nable a |’evenement relate, ainsi qu’a l’imprevu represen-
te par |’autre participant;
montrer a |’inter|ocuteur son attitude: etonnement, plaisir,
compassion, regret, etc.
° C’est une transposition monologale du sujet traite lors
de i’échange dialogal. C’est donc un expose oral qui s’ar-
ticule autour de trois axes: il s’agit de reconstituer fidele-
ment la trame de |’evenement vecu ou raconte par l’inter-
locuteur, de se referer a ce qui a ete dit dans la situation
dialogale et d’exprimer son attitude. L’expose peut etre
suivi d'un entretien avec le professeur ou un eléve de la
classe.
' C’est un monologue oral structure.
ll faut donc:
a presenter, decrire une situation, une activite, un evene-
ment, les situer dans le temps et dans l’espace; les racon-
ter de maniere simple mais coherente;
exprimés et leurs nuances;
porter une appreciation positive / negative;
construire son expose: l’introduire, puis developper et en-
suite conclure.
~51,-',~ -»-"f t Uii il‘*-4,‘-If‘ "é .2-1-, ‘ ": 1,-*7: -2 ‘” ?'t“»»*€;‘i3’-ii§’€»§': V” . E353
beaucoup de points communs avec la technique de dialogue simule
(voir Dossier 2 dans le livre de l’e/eve de la Xe). Mais, ici, c’est a
vous de choisir un sujet ainsi que votre <<personnage».
rm» “ - ‘
I» .."‘
percevoir et relater les difterents sentiments, points de vue , W
W; 1»
;f£ >
’ at
> Des le début vous communiquez a votre interlocuteur tous les dé- e
J‘:
1; "'9' > Vous pensez a bien terminer l’é-change en préparant une cloture p
0 La seconde étape, c’est-a-dire la transposition monologale du dia-
1 '6"
"Us V
rs descriptif (voir Dossier 1 dans Ie /ivre de l’éIéve de la Xe). Pour con-
struire votre exposé: ”
> vous écoutez le dialogue attentivement en repérant les mots clés qui 1%
SEDOCUMENTER
wk
~2.'r~
15 > vous exprimez votre prise de position a propos de Pévénement et de
i ses <<acteurs» (positive, negative, neutre); ,
> vous pensez a la structure de votre exposé: introduction, développe- e
1. T’ i W »r‘<
*9 . ~ ‘V w ii‘
Y» 1» .» 1‘
~ k_ a.!z1 -. sras V‘ !_
»> 3 ix
‘ .» "" W: H » 1 K .;~  1‘ 4, . . 4*V ‘ 11,, I '>* "/9:. 1 ="§ "" ~ 5 I"
vouiez jouer en tant que conteur de l‘événement.
tails qui vous paraissent indispensables pour reussir l’échange 5,7
dialogal. '
Ensuite, sur une feuille de papier, vous faites son scenario en répon-
dant aux questions: qui, quoi, quand, ou, pourquoi et comment.
> Vous trouvez un comportement verbal adéquat au role que vous
logique et naturelle.
i logue-événement, s’apparente beaucoup a la technique d’exposé
~ repondent aux questions: qui, quoi, quand, ou, pourquoi et comment; 1
* > vous éliminez l’information qui vous parait inutile et vous ajoutez celle
que vous croyez indispensable pour raconter l’evénement de maniere
i simple et cohérente;
p» Ecoutez Penregistrement du dialogue entre Isabelle et Marie-
Christine, reconstituez les répliques d’lsabelle.
|., -
/
)< M.2 — non / qu‘est-c(e) qui lui estvarrivé
l.3 — a
-5?
M.6 — mais zut m(ais) alors qu’est-c(e) qu’elleAa fait
l.7 —
as "' ,,
] > vous choisissez une attitude envers l’événement et ses <<acteurs>>;
ment, conclusion.
M.4 — oh c’est pas vrai / mais on l'a vu partir l’aut(r)e jour ~
xv,
n-.
1. DIALOGUE-EVENEMENT VET SA TRANSPOSITION EN “MoNo|.oc.uE~
<A<=~E$ A RATE -
4
, M y"'r' ~» »»
i |v|.8 - oui
{.
%»
I
~
I1-
;‘ »
I“'I
*s
>'-
»
X”
57 M.,6— maiseooute 1
‘ly'‘,<~/
3,3.
i_|-ha
§_-_
'|
Q"?!"<i7"§:t'I.
‘Q’'~l<‘ 4
i";VA'¥gr
01
lI9
-d M.,0— oi": / et puis alors en plug Paul qui d(e)vait l’attendre a Tallinn ¥
__ M.12— il avait prévu l’attend(re) juste cg jour-la
‘:1 |-15
l-19 i
' |-21
. |-23
1 , ,_
Gt
/ ,
/ /—
M.,4— oh zut / la pauvre Agnes / elle va elle va ét(re) furieuse at
Cf)
/R
,8— oh / en plug elle d(e)vait partir pour trois jours / elle va s en
va s’ennuyer comme tout écoute / et Paul
'.I‘'1''_
1:;
#42.
‘">a=:~
»
.4
w
' 5 I
M.20— mais nonAmais attends ecoute cgst pas p0ssib(|e) pa(r)ce qu en ,
plug elle a l(e) billet / attends elle a |(e) billet dg rgtour dg A
Paul
,‘ , ,
M.22-— m(ais) écoute c’est c’est c’est une catastrophe / cette histoire
M.24— mais elle peut prendre unvavion “
/- ,;
Y' >1
4-<
PW '_'
.'§--
PM».
Q-a M.26— éc0uteAi(|) faut qu‘elle prenne i(l) faut absolument qu‘elle
L prenne unvavion / c’est pas possible ~ ~
‘¢ iv" * ,4 4* —
~ Q 4
D 1*»
n.!_s‘ii!
--~
.‘ |‘27
M.28— écoute allons lui téléph0nerAhein
M, “ ,, ~ L _);,.,.
s
, W ‘V
~»
~ w
+
-5
1. Quelles sont les relations entre Isabelle, Marie-Christine et Agnes? “
<1:
UJ
I-C:
U)
L
LE
|-is
Q
L-U
D:
LU
M est arrive? Comment reagissent-elles par rapport a l’evene-
formulee. Attribuez |’information au personnage correspondant.
p-A Reponoez auk questions suivantes:
'-'-' Qui l’attendait, pourquoi?
levant ce que disent les Iocutrices. Dans un premier temps, ne pas i
lseoocumswt
Evénement Agnes Paul
Marie-
’ 1 se trouver Gros Jean comme devant — OCT3TbC c HOCOM t
Reecoutez les monologues, classez les informations figurant dans les
)7 , >7,
t. . 11,,‘ 7,,’ - ,._ , t ,< ,, I tr Q
V
Justifiez votre réponse. ~
ou devait partir Agnes? Pour combien de temps?
Pourquoi a-t-elle rate son train?
Quel etait le but de son voyage?
GNTRAGE
Gwwwwweww
Qu'est-ce qu’elle devait ramener a la personne qui l’attendait?
A qui en a-t-elle parle?
Quelle solution ses amies voulaient-elles proposer a Agnes?
Comment voulaient-elles le faire?
Comment Agnes a-t-elle vecu l’evenement?
pl» Ecoutez le dialogue de nouveau, remplissez les tableaux 1 et 2 en re- 1
C remplir les colonnes marquees /. '
.,.- '
tableau i, Information: Qu’apprenez-vous sur Agnes et Paul?
Agnes / Paul
i Tableau 2. Prise de position: Comment les Iocutrices vivent-elles ce qui
ment, par rapport a Agnes et a Paul? Notez les articula- “
teurs employes.
Isabelle
A Christine
~=1-~_~» If 7*?‘ ’.,-»-,-» §‘<¢>1*~n><~<;I= -s,wq_-:.-=;n___,w:.‘,-=1§;'=‘—,,—;:e,~;,<N<;,,ms. J-,—,;_; _*.._,;.;;:, ':,.:,..,, F4*E'¥“ >~ -~~
‘ avoir ras le bol de qn ou de qch — en avoir assez .
une téte de linotte -— personne tres étourdie
avoir marre de qn ou de qch, en avoir marre — en avoir assez
Q» Voici trois monologues: N°1 (Marie-Christine), N°2 (Isabelle) et N°3
‘ (Marie-Christine). Lors de l’ecoute, revenez au tableau 1 et, dans les
colonnes marquees /, notez le numero du monologue ou apparait l’in-
formation figurant dans le tableau. g
tableaux 3, 4, 5 d’apres les criteres suivants: ajoutee / omise / re- [4
a M
7 " Tableau 3
If * .
98 o4 ,
I
1.f.rvr»~"*
‘F
, _
‘I
~~
nages ajou- omise re for-
tée mulée
1)elle devait partir en train a Li
_’.
‘I4
<-
“Vl."»3",;~‘~.‘
>
';»';1('.'1,
1' D
_Y§:§‘§<w7:»ff=;r;i:-frtiv
8.,
M7;
Q
_ ‘ end gaché *
at
)1 J 6) il l’attendait pour pouvoir pas- V
" * ser le week-end avec elle I
_.
Q
‘Al
,-
~ ~ 12) il faut qu’elle se débrouille soit
f“ en prenant l’avion, soit en
.
*‘- idée pour le week-end
~ 0
4._
4 . t at
- ,_
W ,
_* ’ L
"*1
.- téléphonant, en télégraphiant a
l'h6tel a Paul, en lui envoyant
'23- de l’argent
~__“1 15) il est perdu la-bas tout seul
a»
Qt *4
Monologue N 1 Pe,.sOn_ Information
* Tallinn pour trois jours "
IT!
~
2) le matin son réveil n’a pas
: 3) le taxi avangait Ientement
4) elle est arrivée a la gare trois
minutes apres le depart de son
train
5) pour elle ga veut dire un week- -
All 7) c’est elle qui possédait son bil-
let de retour
1 8) il n’avait pas pu acheter son bil-
A let a Moscou avant son depart
9) il est tout seul a Tallinn
~ 10) il ne sait pas comment revenir
parce qu’il n’a pas le billet
11)je crois qu il n a pas pris beau-
4 13) elle a essayé de téléphoner, elle
ne comprenait rien
j 14) il faut qu’elle trouve une autre
sonné a la bonne heure
CD
lTl
3-a>
i 0--1
.v , ‘m
».»
. ‘Q _w
a-
@-
@-
@-
coup d argent avant de partir »
17) elle doit etre tout a fait désolée
' Q)
82%
4» - -
W2 e - -
time ment tee m"'ee
I‘ Q I ' ' ‘ I
‘e .~<.»¢=
~A_/1 s» , , . . .
4 _
*
Exies
09“ /2
16) elle est toujours active et tout
z
r we .
Monologue N” 2 Pe'$°"' Information
pour lui expliquer ce qui est ar-
Qt
' dernier
;
14!-¢
7) elle était triste comme tout, elle
”,,@~» 8) elle a essayé de téléphoner, elle
mt.
" “ 6) je sais pas pourquoi il y avait un
 j Qt embouteillage comme
T d’habitude la circulation est flu-
w
4)
L j; j |'Université
4 5) il ne comprenait pas du tout Ia
,~ v
ide
¢ as
9) il était déja parti deux jours
*1"
£4‘? a
..1:~I V!~4
9‘-~,,
1, :1 ~ ~ ~ _ -. , , ,. + Q~ V» ~, I ,7 Q‘ A - w 4,,» At'<;.; TM ~ , -.; I ,3 $_ "4 2» ~ **
er . ' M '41 2 M ~
Monologue N°1 Person- Information
na es . .
9 a]ou- omlse refor-
de ne pas etre partie
Tableau 4
nages/
é véne 3]OU omlse re f0 r-
1) j ai teléphone a Paul I autre jour
rive avec Agnes ie week-end
or ) elle devait partir pour trois jours
3)ga a ete une h|st0|re abomi
nable
eile était partie a |‘heure de
e w
fig.
situation, ne faisait aucun effort
<28, *
en avait meme les larmes aux
"‘ yeux, la pauvre
~ ne comprenait rien
i avant
10) il avait prévu de l’attendre juste
M J”; ce jour-la ‘
11)iI n’était pas prévenu
" , _ , ,, , V .. = x M > _. ~ ‘W is ~* ‘F . .
,~ ;_ I ‘It ‘ , ' ,3: ~< ‘V ‘"7 , » W r ““ _,~
@ W av ~ I » -, ,5 ,- , ~.t as
» 1-11* ~. ~ ~
,1, 41% ~ t ' -i ~ =1 W "e-» - rm ~ ' is ~ - 1:» M
,, '$ , ~ rs Q ui
'2'
Ma, “ . ,,,*", V“ W ~* “* *3 ,1 * f
~
fDOStSlER * ,, ~ ~ E ; ~ W
w , ~.
i tée mulée r
F 6,;
av
se
»
U
l’
>4 F
1. A ., ., 6
,_
€
événe- a]ou- omise refor
' ment té€ mulée
’ V! ,w
J‘!Q‘ .3
1‘
12) on a cherché, on a vraiment fait
Ie tour des possibilités, on est
allé voir Ia compagnie d'avia-
~_ at tion, si on ne pouvait pas pren-
‘wt'1?’-ii
i
dre au dernier moment un
avion, on a fait toutes les de-
marches
'H‘fl‘
3-.,t,f
13) on a appris que les avions ne
circulaient pas ce jour-la a
cause du mauvais temps
.“‘l“‘C£(
sf’‘a
14) il faut absolument que je té|é-
phone a Paul pour Iui expliquer
tout ga
,~':§w
<-
15)c’est Iui qui s’est trouve Gros ‘"
Jean comme devant a Tallinn
tout seul, sans billet, sans argent
.Q rt‘I ‘'
1
16) il a d0 telephoner, se faire
preter de |’argent par des gens
de passage
17) ga a été un week-end plutot
»_‘_
V3 Tabiezsu £5
‘Ji. *§“ IMonologue N" 3 Per$°"' Information
I. e Monologue N” 2 Pe'$°"' Information
i--.. nages/ ‘m
.- ‘ ‘ U},
k1 1
-Q réussi »
w _ 1»
-"' nages/ rl} L
evene a;ou omise re for
L1.L2
1) moi, j’en ai ras le bol de cette
V ~
’ "" fnent tée mulée ‘Q’ ~
' fille x
e-.. 2) au lieu de mettre son réveil g
w %
1
assez tot pour pouvoir prendre
son petit déjeuner, se coiffer,
I -» -1 1
1* Ԥ-as
. _
~ , ‘<- a la derniere minute
)
¢<
4) elle a essaye de telephoner, elle
ne comprenait rien
J
". 5) enfin c’est ce qu’el|e raconte,
r 1,] tu sais comment elle est -4*
W.-I.
-‘I’ "3 ‘
" *~ V ' an w t ~ “
< 5 ~, ‘ " W ., 1 , ‘ " W “
-= I ., V
,, t. » -. _ _
1. i ’v a
' a * -,;,;.,,: H” " " ’
s habiller, et cetera, elle |’a mis t *
‘¢%‘_' . ,..z*~
3 elle était en retard *-
1 f
1»
¢
i
3> *
. »
rn
Ȣ_ ~< ~ '-W
1 'i“__“: V7
.1‘
,,w
Q» H
1»
z
ll le retour
=:- ~< '1
l
» 1*» ,1* 12
,»_ W»
D0éuME
I 4» LLl
,.
W
:7».
v
’~’ ! 7
a
T.’
1»
A 1 de ses actes, qu’elle trouve un
e
‘CC
g 10) il devait l’attendre a Tallinn W
$0)
“ 16)c’est une téte de linotte, c’est
“~ W t. ’ m» U M
‘~“4~»' ‘ I
,1“ E "  >‘ ~w " a
~rY‘~
“‘“’  ,’ ‘ ~:= ,,., W I 3 '
, o?@@s~E@~ ~ , 1
Monologue N° 3 Pe"$°"' Information
nages/ L
événe- a1ou- omlse re for- v
ment tée mulée
6) moi, je trouve que cest inad-
missible
7) quand on essaie de partir en
voyage, on fait en sorte de pre-
parer son voyage correctement
elle devait partir pour trois jours
V7! .2
elle avait acheté le billet de re-
tour de Paul
Si
11)il est tout seul a Tallinn main-
tenant
12) il ne peut pas rentrer ~
-s
13) il n’a pas son billet d’avion pour
*1 14) il n’a pas d’argent
15) elle dit: oh bah c est pas grave
je vais lui téléphoner, on va
s’arranger, et cetera
une fille qui pense a rien
17) qu est-ce qu on va faire de Paul
la-bas
‘F’
18) il faut qu’on lui envoie un taxi,
a Paul, pour revenir de Tallinn a
Moscou en taxi "
-
19) il faut qu’elle se débrouille, elle
a 28 ans, elle est responsable
moyen
20) moi, je ne m’0ccupe pas de
cette atfaire, tu entends, je ne
m’en occupe pas, c’est fini,
c’est fini, c’est fini, c’est fini
21)j’en ai marre de tout ga, j’en ai
marre, marre, marre ~»
, __ ,,,_.;;,W. ‘ ,1 ~¢~ “
. , , a ».»
' 1->
~L.
1» »><
, V , ) ,
¢ s. 7 ‘:9 v
» 9. Comment est-elle marquee dans les deux autres monologues?
- 10 - ’
r
>
- Transposez le dialogue 1 en monologue d’Agnes et de Paul. Realisez
b-
P
n
>
an
I’
>
>.
p
>
U".
¢
Q
'-
>
111'!"
' En ecoutant vos productions, faites un exercice d’auto-evaluation.
'Y'!'{'T
7
. DOSSIER
2. Quelle nouvelle information concernant Agnes apparait dans les
3. Qu’est-ce qui n’a pas ete repris dans les monologues?
4. Lequel de ces trois monologues vous parait-il le plus logique? Le
5. Dans lequel la locutrice prend-elle une position active en donnant
6. En quoi ‘la structure du monologue exprimant une attitude negative
7. Quel monologue se rapproche le plus du dialogue? Pourquoi?
- 8. Dans quel monologue la prise de position du locuteur est la plus
11.Y a-t-il des faits contradictoires concernant Paul? Dans quel mono-
12. Qu’est-ce que Marie-Christine reproche a Agnes dans son mono-
Comparez les tableaux 1, 3, 4 et 5 pour repondre aux questions sui-
vantes:
1. Quels faits ont ete repris plus ou moins fidelement dans les mono-
logues? Comment pouvez-vous l’expliquer?
monologues neutres? Pourquoi y a-t-il des ajouts? Est-ce necessaire
d’y avoir recours d’apres vous?
plus objectif? Le mieux structure? Justiez votre reponse.
un coup de main a Agnes? Justiez votre reponse.
est-elle differente des monologues neutres? Pourquoi?
marquee? A l’aide de quels moyens se realise-t-elle? '
. Dans quel monologue trouve t-on le plus d information nouvelle con-
cernant Paul?
logue?
logue exprimant une prise de position negative?
une strategie neutre (Agnes, Paul), une strategie d’autoculpabilisation
(Agnes), une strategie de comprehension et d’indulgence (Paul).
Enregistrez votre expose sur bande magnetique.
Agnes, qui vient de rater son train, telephone a Paul. lmprovisez ce
dialogue, enregistrez-le sur bande magnetique. Faites sa transposition
en monologue, enregistrez-la. Ecoutez en classe.
lmaginez la fin de cette histoire. Comment Paul s’en est-il tire?
Realisez une strategie neutre et argumentez votre reponse.
Enregistrez-la sur bande magnetique.
1'_/ l-’ -
Mettez des notes dans la grille d’evaluation a la page 38.
it cl A
ts?
0
I as t . ~ .. "t. ~~ ~ "M. ~~ 4‘, . ' V. W . . r t ';' . » .. . ~ »~ Y- I . 1
W»
Tm
at . »= *1‘
‘-oossmn A » 5 K I it »
GRILLE D’EVALUATlON ”
r Iit Capacité a communiquer /30
LES.
it
iii
Ost
TVR
“Z.
0... 0
senocumsntéa
, I
t Ii selection des informations indispensables pour relater |’évé- /4
7 nement
ff 0 jugements de valeur concernant le locuteur lui-méme ou ies /3
. w réalisation adequate d‘une stratégie discursive /4
2. 1D,lALO-GU EA-EVENEMENT . E1'~'isA ._‘T.RALl§l1sPFO-$;i;1*§QN"IEN . -
~ -WV) ~. A o . = ; t_ .
ks vantes:
I comprehension de Ia consigne /2
reformulation monologale du scénario:
articulateurs qui servent a structurer le discours /3
' dialogismes qui servent a maintenir le contact avec Ie pub- /3
|IC
surgissements du sujet qui fait son autocommentaire /3
autres
it pertinence des arguments /4
B coherence de l‘exp0sé /4
Correction linguistique /1 0
* vocabulaire précis et exact /4
I correction morpho-syntaxique /3
I correction prosodique et phonétique /3
Total /40
> Ecoutez l’enregistrement du dialogue et répondez aux questions sui-
1. Que faisait Chloé a Bayonne? Etait-elle seule la-bas? A quelle A
époque? .
2. Locaiisez Bayonne sur Ia carte.
3. Depuis combien de temps est-eile rentrée a Paris?
4. A quelle heure partait le train pour Paris?
5. Quel type de train était-ce? .
6. Est-ce qu’elles ont réservé leurs places ?
7. Qui a acheté leurs billets de retour? Quand?
8. Qu’ont-elies fait avant de monter dans ie train?
9. Expliquez pourquoi Ies jeunes filles se sont trompées de train (don- A
nez tous Ies détails).
10. A quel moment ont-elles compris leur erreur?
11.Y a-t-il eu un controle dans le train Bayonne-Biarritz? Pourquoi?
; . m Q ~ ‘~
!~’
m
.
is.
* ~~ ,.;,, 4,, . .. V77‘ .. M _ . ,
I.-I 2 .. . 1 1, W » ~ a Q .-. . _ . !» I W--
. *5“ , »“ ~ 3, 4 _A 1», _ . . » ,,,§_
‘t "¢ g *5

B'-
iv
~ -
‘Wu
7 1
>
fwd‘-
it
-rrw<*:1
Q..
$1»
la-‘L1
F‘ gs-
‘--
I54.
Pr‘.~v@
‘M J. .
PfF 2»
Q
‘U
Er,
'0:
‘Q
yve
11'. 12
Q
. Est-ce que Biarritz est loin de Bayonne?
1:; .
.01
,, IQ
“Q
1-
-.»/”‘ 21. Qu’est-ce que Chloe dit a propos de sa mere?
Q
24:»
iZ~ 15. Qu’est-ce qui Ies a retenues a Biarritz?
a
~ 16
fit (donnez tous Ies details).
"' 17 ~
‘ii 19. Combien cotait, a peu pres, leur billet?
.x . 22
"-<
20. Quel a ete le montant de l’amende a payer?
13. Qui Ies attendait, ou et pourquoi?
14. En arrivant a Biarritz, est-ce que Chloe a telephone a Paris? _ ~
Pourquoi? "
.Expliquez pourquoi la nuit passee a Biarritz n’a pas ete agreable »
.A quelie heure ont-elles pris le train pour Paris?
18. Comment a réagi le controleur a leur histoire? Pourquoi? *
.Comment s’est terminee cette histoire?
.3» 23. Comment Chloe a-t-elle pris cet incident? . “
24. A quel moment de la conversation Ludovic dit <<merci a la SNCF»? ”
j Et pourquoi? ” ~.»
.1; rive a Chloe. Combien d’episodes peut-ii avoir? Commencez par don-
J;
> Ecoutez ie dialogue de nouveau, faites un scenario de ce qui est ar- ii
ner un titre a chaque episode. En rédigeant le scenario, iaissez une QK
‘, * 7 TTIGFQB DOUF |8S O'|I€S.
§__
 .1 . .. "~" " __ an - “ 4 VI; ,,_ '
“T " ., ml. "‘“' ' §_ * "“ V ~ ~ .i_
~ ,, .,, _ M 9 . .
‘~ §~
. . ., ,, . 5- ‘ . »..'. . 11 ‘V . . ' ‘v‘ < 1. -W,
:==pt"~ » ._ V.» I #1 ,,,“ a 4» 'n>.v; V,
K . . A
/ * ~ - ., M .,, “ "‘ * *~ 1- ..__ ti " J!
aw . v» C »a. . ~ , ,,_., ~ ?I
.' , ‘ .. * ~ A» ~.
* at . ,1 “ 4" t * "' ~ w w
are .. ‘Q
,
71. W1’
~
~ ,. W , , C, ‘>9
QQ.
¢,C“1%,
2..
itIL
ma.
“*1.
I v
.
13", V
SEDOCUMENTERETCONTRACTERLESTEXTES
DOSSIER
' Modéle de scenario ' Notes
BAYONNE. Chloe et sa soeur passent leurs vacances
au bord de la mer.
LA GARE DE BAYONNE. ll est 16 heures 45. Les jeunes
filles arrivent avec tous leurs bagages. Elles com-
postent leurs billets.
(a vous de continuer)
- Choisissez quelques episodes pour les jouer en classe. Par exemple,
I'episode DANS LE TGV BIARRITZ-PARIS ou il y a trois -acteurs»: Chloe,
sa soeur et le controleur.
"> Voici le monologue de Chloe. En l'ecoutant, vous allez dans votre sce-
nario et vous soulignez tout ce qu'elle a repris.
or.» En ecoutant de nouveau le monologue, notez dans la marge de votre
scenario les details qu'elle a ajoutes.
1 Repondez aux questions suivantes:
1. Quels faits ont ete repris plus ou moins fidelement dans Ie mono-
logue? Comment pouvez-vous |'expliquer?
2. Qu‘est-ce que Chloe ajoute sur elle-meme dans le monologue?
Pourquoi le fait-elle? Est-ce necessaire d'apres vous?
3. Qu‘est-ce qu’elIe n’a pas repris dans le monologue? Pouvez-vous
dire pourquoi?
4. A quel moment son monologue se rapproche-t-il le plus du dialogue?
Justifiez votre reponse.
5. Abregez le monologue de Chloe en evacuant tout ce qui est
secondaire (5 lignes).
3-» Transposez le dialogue 2 en monologue de la soeur de Chloe, de
Ludovic et de la mere de Chloe. Realisez une strategie neutre (la soeur
de Chloe, Ludovic, la mere de Chloe), une strategie d'autoculpabiIi-
sation (la scxaur de Chloe), une strategie de comprehension et de ca-
maraderie (Ludovic), une strategie d'inquietude et d'indulgence (la
mere de Chloe). Enregistrez votre expose sur bande magnetique. En
l'ecoutant, faites un exercice d'auto-evaluation. Mettez les notes dans
la grille d'evaluation a la page 38.
40
vantes:
-.
>
' 8. Qu’a dit le propriétaire du cafe en ap-
s
111'
0
DOSSIER
-"lr
7. Quand et ou a-t-il appris le resultat du
9.P0urqu0i Ludovic a-t-il failli tomber
10. ou a-t-il cache son billet? Pourquoi
attrape-nigaud m — ruse grossiere
cagnotte f - 1) caisse commune des membres d'une association, d'un
groupe; somme recueillie par cette caisse; 2) dans certains jeux de hasard,
somme d‘argent qui s’accumule au l des tirages et qu'on peut gagner dans
sa totalité
tomber dans les pommes — s‘évanouir, perdre connaissance
la Pléiade — 1) nom donné, dans l’histoire littéraire, a plusieurs groupes
de 7 poetes, en reference aux 7 filles d‘Atlas. La Pléiade la plus célebre est
celle qui existe en France sous Henri ll (époque de Renaissance). Elle reu-
nit autour de Pierre de Ronsard et de Joachim du Bellay, les poetes (Remi
Belleau, Etienne Jodelle, Jean Antoine de Bait, Pontus de Tyard (Thiard),
Jacques Peletier du Mans, remplacé a sa mort par Jean Dorat) qui pren-
nent pour modele Ie lyrisme antique. Ouvert a toutes les recherches de
l’humanisme, ce courant Iitteraire a profondément renouvele la poésie
francaise; 2) nom d'une collection poétique dont chaque volume est con-
sacré a un poete francais
arrhes f pl — somme d‘argent qu'on verse a la conclusion d'un contrat
pour en assurer l'exécution
Ecoutez l'enregistrement du dialogue 3, répondez aux questions sui-
1. Qu’est-ce qui est arrivé a Ludovic?
2. Notez la date du tirage. Que signifie-t-elle pour
les Franoais?
3. Qu‘a-t-il entendu? Ou se trouvait-il en ce mo-
ment-la?
4. Quelle somme était en jeu?
5. Combien a-t-il payé son bulletin de loto?
6. Comment a-t-il trouvé les numeros pour remplir
son bulletin de
loto?
tirage?
prenant le résultat du tirage? Par quel
moyen a-t-il su que le gagnant avait
validé son bulletin chez lui?
dans les pommes?
a-t-il eu peur?
41
0
0
SEDOCUMENTERETCONTRACTEFILESTEXTES
I
DOSQER
4 J
£~
l
11.0u est-il alle?
12.A qui voulait-il annoncer la grande nouvelle?
13. Pourquoi a-t-il change d'avis?
14. ou a-t-il cache son billet? Pourquoi?
15.Qui lui a offert la collection La Pleiade? A quelle occasion?
16.Qu’a-t-i| fait le lendemain apres le travail?
17.Qu‘a-t-il decouvert le soir chez Iui? Reconstituez tout ce qui s'est
passe en details.
18.Qui est Claude? Qui est Virginie?
19. De combien de temps dispose le gagnant pour se presenter?
Qu‘est-ce qui se passe s‘il ne se presente pas?
20. Pourquoi cherchait-il Virginie?
21.Quand a-t-il revu Virginie? om?
22.Que|s sentiments a-t-il eprouves en la revoyant? Pourquoi?
23.Combien d’argent Ludovic a-t-il finalement gagne?
24. Quelles sont les relations entre Ludovic et Chloe? Justifiez votre
reponse.
25.Est-ce que Chloe prend son histoire au serieux? Justifiez votre
reponse.
26.Quel role a joue Claude dans cette histoire?
2-|$
Faites un scenario de ce que Ludovic a fait en apprenant qu’il etait le
supergagnant. Votre scenario commence lorsque Ludovic l'apprend et
il s'arrete le lendemain matin. Relevez aussi les autocommentaires
dont il se sert pour decrire chacun de ses actes. Fiemplissez le
tableau. A vous de choisir le temps du recit. Vous pouvez le faire au
present, au passe compose ou au passe simple. Mais faites attention
a Ia concordance des temps.
Scenario Autocommentaires
42
1%
0

..
. V >
‘i. ,-
Q
1*», ,_ g , . ,§ , l _ , 4‘ , ,. , ¥v . .
->°n‘;W:< 4» xi? “J4‘ in
F’/.. =».
hi,
i
> Faites le meme travail de scenario et d autocommentaires pour
T1 ' I 'A
F»
Scenario Autocommentarres
em
l’episode qu‘on pourrait appeler Ludovic cherche Virginie. jff
i l i s
1» at # ~r ~r as is t rrossisn Q
v ;
A
z
ix
‘~ J *
_¢=-
§>
-I
r 5»
;f] pose sur bande magnétique.
- _-,9 >3
. +
9 -,
a
7*‘
A .0
;r.l£iai£?€‘
~
V“
p» Ecoutez de nouveau le dialogue 3, faites sa transformation en mono- s
logue de Ludovic, de Chloé, de Claude, de Virginie, du propriétaire du
cafe qui a vendu a Ludovic le billet gagnant. Choisissez une de ces
strategies: neutre, enthousiaste, de jalousie, de camaraderie. N'0ubliez
pas de faire une introduction et une conclusion. Enregistrez votre ex-
Avez-vous déja gagné au loto? Racontez cette histoire. Enregistrez-la.
Mettez les notes dans la grille d’évaluati0n a la page 38.
a>
l ea
as
> En écoutant vos productions, faites un exercice d’auto-evaluation.
in
11 X
0 J “’
/h
ti.»
w
.
A »
=.
"' ‘“,my» ~*=s.-»
qr
=~
-§;~
7v =~“
>
~ ~x L " ' g‘ K , 3~ »;,
g *' - ~ » Q a ,,. . W *6 W,1 Q _ a A a J 5» M X“ e » ~
sersw. ' ‘ Q ‘L ‘ N, *‘““ . = " L = , ;- ‘ "*
4 m ., $ - 1 4
, Q gs. I l r .
=1:
1. . - , » q s rr ~ - -
! _ ,,' *7, , , .* 1 _ ; N , .~
, Q; :1 4, i . . ‘°"1*~1- ¢< ‘W ¢ §. , ~ '
"1 W *‘~;a .“»" 1* “ Y “ " ' ‘ “’- er" I I t. 4,
. & Q
Vi
w at sem ‘ as -, - "'=‘S _ gm W ._ .~~
..' ' LPv»5§:‘,V& * w * ‘ . ~‘~ ‘wv W ~* E I»
> -t; »= Q - V M '1“
~=~
é
Q Jw
=
1.
1
.»
J
-
l publiée par le journal Les Clés de l’8Oi'U3lii'é
d’abord présentant les lettres des lecteurs, ensuite
aux questions.
Vous
a:rt:.cle<<Prois au bord de la CIILS8 de nerf»
(Les Clés, n°364) o; plusieurs auteurs exp
comblen vous étes plus ou 11101118 <<nuls».
'%§?os reactions eta|ent previsibles. Cecl etant, on ne peut que con-
Un silence de votre part nous stater que certains vivent mal la re-
aurait largement étonnés. Pour lation professeurs-éléves. Un malaise
la trés grande majorité, les propos existe. Et peut-étre que la grande
défendus par Philippe Milner (dans A majorité silencieuse se reconnait
bas les é/eves !) ou encore par Nicolas dans les propos des uns et des
Revol (auteur de Sale prof !), vous autres. Pas facile d'étre prof de nos
hérissent le poil. Vous vous déclarez jours. Pas facile, non plus, d'étre
<< choqués », << indignés >>, << horri- éleve.
fiés >>, << consternés >>... bref, c'est la En effet, les parents demandent
colére. A vrai dire, vous adoptez beaucoup aux professeurs d‘une part,
plusieurs attitudes face a cette pro- et a leurs enfants d'autre part, afin
duction littéraire (qui soit dit en pas- que ces derniers réussissent. Pour
sant, réalise actuellement de bons réussir, les éléves demandent aussi
scores dans les ventes de livres). beaucoup aux professeurs qui se
ll y a ceux qui cherchent a rela- retrouvent investls de multiples mis-
tiviser et surtout a calmer le jeu en sions: enseigner, conselller, orienter
disant haut et fort << Arrétons de mais aussi parfois pallier les manques
généraliser, et remettons-nous en de certains parents, ou répondre a
question >>. ll y a ceux qui n'ap- des questions qui touchent la société
prouvent pas du tout de tels propos, dans son ensemble. Alors parfois, les
mais qui tentent de comprendre. nerfs craquent. La solution? Le dia-
<< Bon d'accord, parfois on y va logue, encore et toujours. Restons
peut-étre un peu fort. >> Et puis, zenl...
surtout, il y a ceux qui répliquent é
boulets rouges. << Que les profs se
regardent avant de nous insulter. » C/aude Faber %
‘ Rester zen [zch] fam — rester calme, serein, philosophique. (Le zen — école
bouddhiste.)
W,;:,;;:;:";;“t;t::‘§ “;i:i:**g:;1f::;?;;i"*“"'“”"::f;;T;f;::;:f:*“"‘*“'""”““”LlII;i“::;TW:Z1“;;TWW-e ""””““;, "W
Le soir tombait de tout son poids‘
Au-dessus de la riviere
Je rangeais mes cannes
On ne voyait plus que du feuz
La tete ailleurs dans ses prieres
ll m’a semblé voir trop brlller ses yeux
Je lui ai dit
Souvent, les poissons sont bien plus affectueux
Apres, je te parlerai de l’amour
Si je me souviens un peu
Elle m’a dit
Elle a dit justement c’est ce que je voudrais savoir
Et j’ai dit viens t‘asseoir dans la cabane du pécheur
Tes réves sont toujours trop clairs ou trop noirs3
Alors, viens faire toi meme le mélange des couleurs‘
Sur les murs de la cabane du pécheur
Je lui ai dit
On voit les lumieres
Y’a srement quelqu’un qui écoute
Lé-haut dans l’univers
Peut-étre tu demandes plus qu’il ne peut5?
Elle m’a dit
Elle a dit justement c’est ce que je voudrais savoir
Et j’ai dit viens t’asse0ir dans la cabane du pécheur
Tes reves sont toujours trop clairs ou trop noirs
Alors, viens faire toi-meme le mélange des couleurs
Sur les murs de la cabane du pécheur
DU
l'Fl
1-
pi?
' Un texte qui exprime et defend Ia prise de position per-
sonneile du narrateur est un texte argumentatif. II est a la
1'6 ou a Ia Se personne.
' Un tel texte peut renfermer un ensemble d’arguments (une
argumentation) qui cherche a faire admettre ou a prouver
une opinion (une these).
' |_’objectif du texte argumentatif est de convaincre Ie lecteur
par Ia logique de son raisonnement.
1. Lisez attentivement le texte suivant.
‘ prendre de la peine — (no)Tpy- " 4 en venir 5 bout de qch — cnpa-
p,vm=cs1 BMTbC
1 2
fonds m — 38MIiFi 5 ot m —- >KaTBa, KOTODHH np0xo-
3 héritage m — |-:acne,u,c'rB0 AMT B HBFYCTB A
' dega, deié — 3,D,8Cb I/I Tam
1
LE LABOUREUR ET SE5 ENFANTS
i Travaillez, prenez de la peine‘.
C’est ie fondsz qui manque ie moins.
Un riche Iaboureur, sentant sa mort prochaine,
§ Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
5 <<Gardez-vous, leur dit-ii de vendre l’héritage3,I
c
e Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est cache dedans.
" Je ne sais pas |’endroit; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez a bout4.
10 Remuez votre champ des qu’on aura fait |’o0t5.
Creusez, fouiilez, béchez, ne iaissez nulie place
O0 la main ne passe et repasse.»
~ Le pere mort, les fils vous retournent le champ,
51
~
ETSEXPRMERNTERPRETERLESTE)(TES
DOSSIER
Deca, delas, partout; si bien qu’au bout de l’an
15 ll en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le pere fut sage
De leur montrer, avant sa mort,
' Que le travail est un trésor.
La Fontaine
2. Répondez aux questions:
1. Qui est l’auteur de ce texte?
2. Quel est le genre du texte? Motivez votre réponse.
3. A quel probleme le laboureur est-il confronté?
4. Qui doit-il convaincre?
5. De quoi cherche-t-il a convaincre? (= Quelle est sa these?)
6. Par quelle espéce d’argument tente-t-il de le faire: par un argu-
ment logique, les sentiments ou un exemple?
7. A-t-il reussi? Justifiez-le.
8. Quelle est la morale de la fable?
P.T...‘!.‘?.’!.'?.‘?..$!}!.‘.?...?.
° Qu’est-ce qui fait le patrimoine (l’héritage commun de la nation) cul-
turel d’un pays?
L’argumentation peut se réaliser de plusieurs facons:
par un argument logique,
par les sentiments,
par un exemple.
Lisez le texte en diagonale et répondez a la question:
‘ Quel est le theme du texte?
Certains médecins sont souvent SUFS d’eux-memes. lls inspirent
la crainte, le respect, parfois l’admirati0n. Comme leurs mains
touchent le corps malade, elles deviennent, de ce fait, sacrées, et
leur profession est proche d’une sorte de cérémonie magique. Alors
* : 5 ils ne sont plus des hommes comme les autres: parés de mystere,
0
ils acceptent trop souvent de revétir <<l’habit de sorcier>> lorsqu’ils
a mettent leur blouse blanche.
52
DOSSIER
Etre medecin, qu'est-ce que c'est? Celui
qui peut dire qu‘il est attire par Ies malades
"W n'est pas un bon médecin. Pourquoi avoir
pour Ies malades plus d'affection que pour
Ies autres hommes? ll faut détester la ma-
ladie, mais il ne faut pas aimer Ies malades.
ll faut detester la maladie, comme il faut
V détester la pauvrete. ll faut étre médecin
L
pour qu‘il n’y ait pas de malades. Les bonnes infirmieres sont celles
qui aiment Ies bien portants et qui aiment, dans l'homme alité‘ le
bien portant qu‘il va redevenir. Les mauvaises infirmieres sont celles
qui aiment Ies malades, qui s'occupent d'eux comme on s’occupe
q d’un enfant, qui Ies traitent comme des étres diminués, plus ou
moins satisfaits de se trouver dans cette situation.
Et le malade, lui, qui est-il? Si chaque malade pose un probleme
aider a résoudre un probleme dont la solution pourra, éventuelle
4 ment, servir a un autre malade. Dans un service hospitalier moderne
ou I'on s'attaque a des maladies difficiles, graves, encore incurables,
particulier, chaque malade n'est pas un cas particulier. ll doit aussi ‘
Ies malades sont utiles Ies uns aux autres.
ll existe cependant, c'est vrai, des malades qui exagerent leur
cas; car ils ne sont que des hommes et peuvent étre bons ou mau-
vais. Pour quelques-uns, leur maladie est l'aventure de leur vie et
leur donne soudain une importance qu'ils n'espéraient plus en meme
temps qu’un inepuisable sujet de conversation. lls jouent un role,
prenant leur revanche sur l'anonymat, la médiocrité.
Leon Schwarzenberc, Pierre Viansson-Ponté, Changer Ia morl
*5 ‘ L'homme alite — qui doit rester couche.
> Relisez attentivement le texte.
1. Objectlf du texte.
1. Qui sont Ies auteurs du texte? Ouelle pourrait étre leur profes-
sion?
2. Quel est l'objectif de ce texte?
3. De quel type de texte s'agit-il?
2. Organisation du texte.
1. Ouelle est la these des auteurs a propos des medecins? Et a pro-
pos des malades?
2. Quels sont leurs arguments?
3. Fielevez un exemple qui illustre l'argument concernant Ies
malades.
53
9
uzsTEXTESETsEXPRMER3%NTERPRETER
DOSSIER
i 4. Comment est l’argumentation: objective ou subjective?
i Remplissez ce tableau:
Marques de position personnelle
Proposition incise
Adverbe
Verbes de mode
Verbes de senti-
ment
Groupes nominaux
. 5. Relevez toutes les interrogations dans le texte. A quoi ser/ent-
elles ?
6. Repérez les connecteurs qui relient les paragraphes l’un a l’autre.
3. Commentaire des phrases.
1. <<Les médecins sont souvent s0rs d’eux-memes.»
2. <<Les mauvaises infirmieres sont celles... qui les traitent comme
des étres diminues.»
3. <<On s’attaque a des maladies difficiles, graves, encore incu-
rables.>>
4. <<ll taut étre médecin pour qu’il n’y ait pas de malades.»
5. <<lls acceptent trop souvent de revetir <<l’habit de sorcier» lorsqu’ils
mettent leur blouse blanche.»
Enrichissez votre vocabulaire
~ S’attaquer a qch <> ici: commencer a s’en occuper active-
ment: s’attaquer aux maladies.
v Hospitalier <> relatif aux hopitauxz un service hospi-
talier.
' lncurable <> qui ne peut étre guéri: une maladie in-
curable.
v lnépuisable <> qu’on ne peut épuiser: une source
inépuisable de renseignements.
~ Parer <> ici: attribuer (une qualité): parer de
mystere. ‘
v Prendre la revanche <> reprendre l’avantage sur qn: Ila pris
sur qn/ qch la revanche sur son adversaire.
v Revétir qch <> mettre sur soi (un habillement special):
revétir l’habit de sorcier.
' Sacré <> ici: qui est digne d’un respect absolu,
qui a un caractere de valeur absolue: un
. souvenir sacré.
54
%
i
5
s
L
r
;,

E £277 I»
1
v Traiter qn <> se comporter a |’egard de qn: ll me
1
-l>(.0|)—*N
3. Devinez le sens des expressions et des proverbes suivants et
&>-4~
i1. 2
traite comme un enfant.
. Expliquez le sens des mots suivants:
la cure Ia convalescence un bien portant
Reunissez les deux colonnes selon le sens:
. generaliste m I] Tpaamatonor
. stomatoiogiste m III oTonapv|Hror|or
. ophtaimologiste m II! xv|pypr
oto-rhino-laryngologiste m El |<ap,u,v|onor
. traumatolognste m El p9HTF6HOJ'IOl'
. cardiologue m I] Tepanesr
. radiologue m II! cToMaTor|or
. chirurgien m II! o|<ynv|cT
traduisez-les:
. ll est solide comme le Pont-Neuf. 3. La santé passe richesse.
. ll est sain et sauf. 4. Quand la sante va tout va.
s 4. Faites de petits récits en employant les mots suivants:
Un patient: avoir une santé robuste, se porter bien/mal, attraper une
maladie, tomber malade, souffrir d’une maladie, avoir le rhume (la
grippe), etre enrhume (grippe), avoir de la fievre (de la temperature),
avoir mal a la gorge (a la téte...), se casser le bras (la jambe), aller
mal, appeler un medecin, garder le lit, prendre un medicament, en-
trer en convalescence, guerir.
’ Un médecin: examiner, ausculter, prendre le pouls, administrer
(prescrire) un medicament (une mixture), faire une piqre, hospi-
taliser, operer, soigner.
ifo .¢.’r..x.<e.t.rs..sax.i§...?.
' Les mauvaises inrmieres sont celles qui aiment les malades?
_ -- a . .» - »
* - “- 5."? -' "*7"5‘“‘°’~‘?'--~'--V ,4" £1 ,,.~;;. 1%-,f“2=',,_ ,:,".i%7‘< . ,....,...,,,.., V7 V ;I,,,»§=,;, -3 "
is 1. Dans le texte, repérez une subordonnée de consequence et
r i relevez les mots conjonctifs.
On a pu lire sur une boite d’un medicament:
<<Ce remede est si fort qu'iI ne peut etre administre qu’a une per-
sonne en parfaite sante.>>
-._..~.., . ._
I
55
DOSSIER
mwmm_
~
LESTEXTESETSEXPRMERNTERPRETER
_ A
DOSSIER
SUBORDONNEES DE CONSEQUENCE
La subordonnée de consequence repond a la question <<A quel re-
: sultat?».
Elle est a l’indicatif ou au subjonctif selon la conjonction qui l’intro-
- duit.
Indicatif Subjonctif
I si bien que, de (telle) sorte I assez (de) pour que — ,u,ocTa-
que, de (telle) maniere que — TO‘-IHO ~iTo6b|
Ta|< qro
I au point que, a tel point que -— I trop (de) pour que —— cnv||.u|<o|v|
,u,0 Ta|<0|7| creneuvi qro ‘~lTO6bl
I sique,tellementque-— I apres les conjonctions de la
Tai< Lrro; Ta|<ol7| '~lT0 colonne de gauche, si la principale
est a la forme negative ou inter-
rogative
I Si, tellement, assez (de), trop (de) + nom, adjectif, adverbe font partie
de Ia principale.
A ll a de la fievre si bien qu’il doit garder le lit.
~ A ll faisait froid au point qu’il claquait des dents.
La mixture était si amere que l’enfant ne voulait pas l’avaler.
A La blessure est trop légere pour que j‘y fasse attention.
A Est-ce qu’il fait si chaud qu’il fail/e ouvrir les fenétres?
I 2. Quel est le type des subordonnées dans les phrases ci-dessous?
Type de subordonnée N9
I subordonnée relative
I subordonnée de consequence
I subordonnée de cause
1. ll existe cependant des malades qui exagerent leur cas.
2. Comme leurs mains touchent le corps malade, elles deviennent,
de ce fait, sacrées.
3. Dans un sen/ice hospitalier moderne cu l’0n s’attaque a des ma-
ladies graves, les malades sont utiles les uns aux autres.
4. Son état est trop grave pour qu’0n puisse le transporter.
~ ~ ~
I 1. Observez et retenez:
56
DOSSIER
Frangais -> russe
I Une sorte de + mvm = ('-ITO-TO / H6‘-ITO Bpqae, KaK0171-To) MO)KGT Bblpa-
)KaTb Tpy,u,Ho onpenennembm O6b9KTI
...Ieur profession est proche mx npoqneccvm H€'~ITO Bpo,ae Kon-
d’une sorte de céremonie ma- ,u,oBcKoro ,u,e17|c-rsa / Cp0,£lHM KOJ'lJJ,OB-
gique. CKOMy ,u,ei7|cTBy.
J’éprouvais une sorte d’angoisse. Fl I/lC|'Ib|Tb|BaJ'l K3KyIO-TO Tpesory.
I B83111/HHble l'J1aFOJ'lbl VI O6OpOTbl co anaqei-mem ,E|,OJ'l)K8HCTBOBaH|/19! nepe-
BO,[|,91TC, |<a|< npasvmo, 663111/I‘-lHb|Ml/1 rnaronalvm |/mm |-|ape~|vm|v|v|: Hyxa-:0,
/-:eo6x0,a1/1M0, H8,£U76)KMT.
II faut détester la maladie, mais il Cne,ayeT HGHGBI/l,£l,eTb 6OI163Hb, HO He
ne faut pas aimer Ies malades. Hy)KHO mo6v|'rb 6OJ'|bHb|X.
2. Traduisez par oral les phrases suivantes:
a) 1.E||e porte sur la téte une sorte de coie.
2.C’est une sorte de jeu de concours.
b) 1.|| est important de le comprendre.
2.l| faut patienter.
s 3.|l est nécessaire d’examiner ce malade.
3. Traduisez par oral le texte (Iignes 22-27).
w 1. . . .
“ ~ * ~ . MW M.<_,.¢:~;.~;r? x ;~ » » .
» .. ..1r»¢..*.=: Mai? ;, ¢ 1' ' t
. , Rn4 t .~~.. ‘. "l.3”°E§'<;,:.‘ ..1‘9-.,':?."~,*“’»‘v»~ ‘,+' ‘tm.~;w~e.‘~ *f“,*§,~z“.. ~ " #1 .~.;.»‘ “‘*‘w;‘%"~‘»M - . ” 
A. 1. Que pensez-vous de ces malades qui exagerent leur cas?
i 2. Qu’est-ce que c’est, selon vous, étre un bon médecin?
- Aimeriez-vous devenir médecin? ( 150 mots environ.)
I Donnez une reponse bien structurée et justiée.
B. Evaluons votre argumentation.
GRILLE D’EVALUATlONI IOrganisation du texte argumentatif /12
I structure de |’argumentation (these, arguments...) /5
I fagon d’argumenter /2
I moyens d’argumenter (connecteurs, vocabulaire, syntaxe) /5
Correction linguistique /8
I morpho-syntaxe /5
I orthographe /2
I ponctuation /1
Total /20
57
~
9
NTERPRETERLESTEXTESETS’EXPRMER
DOSSIER
unssrioowimmne L
.-t» ’ ' ' he
texte 2 / LE c-our D’EXPLORER...
u» l_isez le texte en diagonale et repondez a la question:
Quel est ls theme du texts?
Le gout d'explorer est une pulsion fonda-
; mentale, aussi bien chez l'etre humain que
' chez le petit chat. Sa justification premiere est
~
de l‘ordre du pur plaisir de decouvrir.
4
Jusqu'ot‘i peut-on aller au nom de la con-
naissance? Peut-on la considérer comme un
but en soi? Comme une fin ultime, justifiant
tous les moyens? Sinon, ou convient-il de met-
tre la barre? Quels risques, quelles impru-
dences sont justifies?
La meme interrogation se pose par rapport
aux prouesses techniques. On appelle ~folie
technologique» la these defendue par certains
scientifiques, selon laquelle tout ce qui peut étre
fait doit etre fait.
La question est tout a fait a l‘ordre du jour dans le domaine des
manipulations genetiques. Sur les implications a long terme, sur les
risques de jouer a l'apprenti sorcier avec les genes humains, certains
se contentent du commentaire traditionnel: “Si vous ne le faites pas,
quelqu'un d'autre le fera.»
Le probleme n‘est pas nouveau. Lucrece‘ en parle a propos des
animaux feroces dresses pour la guerre. Les strateges de l'armee
carthaginoise avaient imagine de lancer dans la bataille des taureaux
ou des elephants furieux bardes de ferrailles tranchantes. Mais, sur-
prise 6 combien desagreable, dans le feu de l’action, les bétes af-
folees confondent allegrement amis et ennemis. On a mis rapidement
fin a cette “folie technologique». De la meme facon, et pour des
raisons analogues, on a arrete l'utilisation des gaz assez tot pendant
la guerre de 1914.
ll existe aujourd'hui entre les grandes puissances de la planete un
-moratoire» sur le developpement des armes bacteriologiques. Les
representants de ces nations ont mis au point et signe un traité ou
chacun s’engage a interrompre définitivement toutes recherches
visant a etudier et a perfectionner ces armes redoutables.
Ces traités sont-ils respectés? En gros, oui, meme s‘il y a des in-
fractions. La encore, il y va de l‘interet mutuel de tous les partici-
pants. Pas plus que les elephants carthaginois, les virus ne sauraientz
distinguer les <<bons» et les ~<mechants».
Ces exemples donnent une premiere limite a la folie tech-
nologique: la sun/ie de l'experimentateur en tant qu'espece. Cette di-
mension du probleme est nouvelle.
La possibilité pour l’humanite de s'exterminer elle-meme, inexis-
tante jusqu’a tres recemment, est un des effets positifs de la puis-
58
DOSSIER
sance des moyens de destruction. Le technicien le plus témeraire est
45> acculé a réechir. L'éthique est entree de force dans le domaine de
Ia recherche scientifique.
Hubert Reeves, L'heure de s'enivrer
‘ Lucrece — poets et philosophe iatin du I" siecle avant Jesus-Christ, auteur
d'un ouvrage oeiebre De Ia Nature.
2 Les virus ne sauraient distinguer...: au registre soutenu, la particuie pas est omise
apres pouvoir, savoir, oser, cesser.
Relisez attentivement le texte.
1. Objectif du texte.
1. Quelle pourrait étre la profession de l'auteur de ce texte?
2. Quel est l'objectif du texte?
3. De quel type de texte s’agit-il?
2. Organisation du texte.
1. Quelle est l'idee principale du texte?
2. Quelles sont les theses qui s'opposent dans le texte?
3. Quelle est l'argument de certains généticiens?
4. Relevez les exemples historiques et moderne. Quel est leur role
dans l'argumentation de l’auteur?
5. Par quel procéde le locuteur fait-il appel a la réflexion du lecteur
dans Ie 2° paragraphe?
6. Par quels moyens sont relies les paragraphes (connecteur,
lexique...)? Remplissez le tableau ci-dessous:
Paragraphes Moyans de Ilan
(DID
ii ~—A
7. Ouelle est la structure du texte (introduction, développement,
conclusion)?
8. Le titre de l'extrait vous semble-t-il bien correspondre a son con-
tenu? Donnez au texte un autre titre.
3. Commentaire des phrases.
1. ~ La meme interrogation se pose par rapport aux prouesses tech-
niques. »
2. ~La possibilité pour l'humanité de s'exterminer elle-méme, ...est
un des effets positifs de la puissance des moyens de destruction.»
59
9
DOSSlER
LESTEXTESETSEXPRMERNTERPRETER
Enrichissez votzre voeabulaire
Acculer qn a qch/a <> mettre qn dans une situation pénible:
faire qch La crise économique a acculé l’en-
treprise a la faillite.
Etre accule a qch/a <> étre réduit a qch/a faire qch: De pe-
faire qch tits commercants sont acculés at quitter
ces lieux.
Affolé ‘ <> qui perd son calme: La foule affolée
se met a courir.
A long terme <> qui doit se réaliser dans longtemps.
Aseptiser qch <> rendre exempt de microbes: aseptiser
une plaie.
Au nom de <> BO vnvm Ll6l'O-J'l.Z au nom de la con-
naissance.
Bardé <> étre couvert d’une armure: bardé de
fer.
_ v Barre f <> ici: dispositif m qui commande le gou
vernail d’un bateau: mettre la barre a
gauche.
Se contenter de qch <> étre satisfait de qch: se contenter d’un
repas par jour.
De force <> qui exige de la force: un tour de force.
Destruction f <> action f de détruire: la destruction
d’une ville par des bombardements.
Ethique f <> morale f.
Explorer qch <> examiner; etudier avec soin: explorer
une zone polaire.
|mplication(s) f <> consequence f.
Infraction f <> violation f d’un engagement, d’une loi:
une infraction a la régle.
Mettre fin a qch <> faire cesser, terminer qch: mettre fin at
la guerre.
Moratoire m <> disposition f légale qui accorde un
délai.
Mutuel <> qui implique un rapport double et si-
multané: une responsabi/ité mutuelle.
Prouesse f <> acte m de courage, d’héro'|'sme, ex-
ploit m;
<> ici (ironique): action f remarquable: II
raconte partout ses prouesses sportives.
Pulsion f <> l/lMl'|y!'lbC, TOJ'l‘-lOK.
Redoutable <> dangereux, qui est a redouter: un ad-
versaire redoutable.
Témeraire <> hardi a l‘excés, aventureux: ll est
téméraire dans ses jugements.
Traité m <> p,oroBop: conclure un traité de paix.
i ~ Tranchant <> qui est dur et effilé, peut couper: un
A couteau tranchant.
‘ ~ Ultime <> dernier, final (dans le temps): une fin
ultime.
1. Quelle est la fonction des personnes suivantes?
1. un explorateur 4. un généticien
2. un technicien 5. un scientique
3. un stratege de l’armée 6. un expérimentateur
2. Quelles découvertes scientifiques ou inventions techniques ont
été faites en Russie et en France?
Employez Ies mots suivants: découvreur m, inventeur m; faire de la
j recherche (rechercher), faire des experiences, explorer, voir,
s’apercevoir que, deviner, tomber sur, experimenter, repérer, con-
stater, découvrir, inventer, verifier.
§.T...‘!.‘?.’f.'?.‘?..9§!.‘.?...?.
' La loi, doit-elle controler les manipulations génétiques? Justifiez
votre avis.
“..— l
*
1. Repérez dans le texte une subordonnée et identifiez-la.
Une dame demande a un petit garcon: k
— Est-ce que tu aimes aller a l’école?
— Faut bien! répond le petit garoon, s’il n’y avait pas d’école il n’y
aurait pas de vacances!
. SUBORDONNEES DE couomow
“ La subordonnée de condition répond a la question <<A quelle condi-
i tion?».
1;
Elle est a l’indicatif, au conditionnel ou au subjonctif selon la con-
jonction qui l’introduit.
é J
Indicatif Conditionnel Subjonctif
I si—ecnv|,ecr|v| 6bl I au cas ou — B I a condition que —
cnyqae, ecnvi (6bl) npm ycnosmvi, ecnvi
f‘ A Si j’avais eu plus de temps, je l’aurais déja prouvé.
f A Au cas 00 tu accepterais, laisse-moi un mot.
- A Je te passe cet appareil, a condition que tu respectes son mode
d’emploi.
6
DOSSlER
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b
11 fr b

Contenu connexe

Similaire à 11 fr b

La langue comme expérience
La langue comme expérienceLa langue comme expérience
La langue comme expérienceviolainelochu
 
Francuzka mova-11-klas-klymenko-2019-11
Francuzka mova-11-klas-klymenko-2019-11Francuzka mova-11-klas-klymenko-2019-11
Francuzka mova-11-klas-klymenko-2019-11kreidaros1
 
11 fm k_2019_11rik
11 fm k_2019_11rik11 fm k_2019_11rik
11 fm k_2019_11rik4book
 
Francuzka mova-10-klas-klymenko-2010-9
Francuzka mova-10-klas-klymenko-2010-9Francuzka mova-10-klas-klymenko-2010-9
Francuzka mova-10-klas-klymenko-2010-9kreidaros1
 
10 франц клименко_9год_2010_укр
10 франц клименко_9год_2010_укр10 франц клименко_9год_2010_укр
10 франц клименко_9год_2010_укрAira_Roo
 
Le complément d'objet indirect
Le complément d'objet indirectLe complément d'objet indirect
Le complément d'objet indirectjude louis
 
Basesappliqueesallemand
BasesappliqueesallemandBasesappliqueesallemand
Basesappliqueesallemandbadr zaimi
 
Basesappliqueesallemand (2)
Basesappliqueesallemand (2)Basesappliqueesallemand (2)
Basesappliqueesallemand (2)Khaled Naas
 
Peut-on tout réparer ? (extrait)
Peut-on tout réparer ? (extrait)Peut-on tout réparer ? (extrait)
Peut-on tout réparer ? (extrait)Guy Boulianne
 
Ldb Ri-scosse_Fabrice Le Floch - Jeux creativite
Ldb Ri-scosse_Fabrice Le Floch - Jeux creativiteLdb Ri-scosse_Fabrice Le Floch - Jeux creativite
Ldb Ri-scosse_Fabrice Le Floch - Jeux creativitelaboratoridalbasso
 
Planned To Unplanned
Planned To UnplannedPlanned To Unplanned
Planned To UnplannedRachel Hawkes
 
Lecture 2 La phrase dans tous les sens (2)
Lecture 2 La phrase dans tous les sens (2)Lecture 2 La phrase dans tous les sens (2)
Lecture 2 La phrase dans tous les sens (2)Christophe Gagne
 
Bruce le mouton qui découvre le monde
Bruce le mouton qui découvre le mondeBruce le mouton qui découvre le monde
Bruce le mouton qui découvre le mondeLeonidas Partsanakis
 

Similaire à 11 fr b (20)

La langue comme expérience
La langue comme expérienceLa langue comme expérience
La langue comme expérience
 
1
11
1
 
Francuzka mova-11-klas-klymenko-2019-11
Francuzka mova-11-klas-klymenko-2019-11Francuzka mova-11-klas-klymenko-2019-11
Francuzka mova-11-klas-klymenko-2019-11
 
11 fm k_2019_11rik
11 fm k_2019_11rik11 fm k_2019_11rik
11 fm k_2019_11rik
 
Francuzka mova-10-klas-klymenko-2010-9
Francuzka mova-10-klas-klymenko-2010-9Francuzka mova-10-klas-klymenko-2010-9
Francuzka mova-10-klas-klymenko-2010-9
 
10 франц клименко_9год_2010_укр
10 франц клименко_9год_2010_укр10 франц клименко_9год_2010_укр
10 франц клименко_9год_2010_укр
 
Le pronom relatif dont qui que
Le pronom relatif dont qui queLe pronom relatif dont qui que
Le pronom relatif dont qui que
 
Le complément d'objet indirect
Le complément d'objet indirectLe complément d'objet indirect
Le complément d'objet indirect
 
10 fr b
10 fr b10 fr b
10 fr b
 
10 fr b
10 fr b10 fr b
10 fr b
 
10 fr b
10 fr b10 fr b
10 fr b
 
Le début du 2e bimestre
Le début du 2e bimestreLe début du 2e bimestre
Le début du 2e bimestre
 
Basesappliqueesallemand
BasesappliqueesallemandBasesappliqueesallemand
Basesappliqueesallemand
 
Basesappliqueesallemand (2)
Basesappliqueesallemand (2)Basesappliqueesallemand (2)
Basesappliqueesallemand (2)
 
Peut-on tout réparer ? (extrait)
Peut-on tout réparer ? (extrait)Peut-on tout réparer ? (extrait)
Peut-on tout réparer ? (extrait)
 
Ldb Ri-scosse_Fabrice Le Floch - Jeux creativite
Ldb Ri-scosse_Fabrice Le Floch - Jeux creativiteLdb Ri-scosse_Fabrice Le Floch - Jeux creativite
Ldb Ri-scosse_Fabrice Le Floch - Jeux creativite
 
Planned To Unplanned
Planned To UnplannedPlanned To Unplanned
Planned To Unplanned
 
Le corps (francais)
Le corps (francais)Le corps (francais)
Le corps (francais)
 
Lecture 2 La phrase dans tous les sens (2)
Lecture 2 La phrase dans tous les sens (2)Lecture 2 La phrase dans tous les sens (2)
Lecture 2 La phrase dans tous les sens (2)
 
Bruce le mouton qui découvre le monde
Bruce le mouton qui découvre le mondeBruce le mouton qui découvre le monde
Bruce le mouton qui découvre le monde
 

Plus de Svinka Pepa

8 klas osnovi_zdorovja_bekh_2016
8 klas osnovi_zdorovja_bekh_20168 klas osnovi_zdorovja_bekh_2016
8 klas osnovi_zdorovja_bekh_2016Svinka Pepa
 
Li5xignts9in8cf1qvlj signature-42f40f538d46eb82129fc396f337aa183f9ceda448ebb6...
Li5xignts9in8cf1qvlj signature-42f40f538d46eb82129fc396f337aa183f9ceda448ebb6...Li5xignts9in8cf1qvlj signature-42f40f538d46eb82129fc396f337aa183f9ceda448ebb6...
Li5xignts9in8cf1qvlj signature-42f40f538d46eb82129fc396f337aa183f9ceda448ebb6...Svinka Pepa
 
7 klas ukrajinska_mova_golub_2015
7 klas ukrajinska_mova_golub_20157 klas ukrajinska_mova_golub_2015
7 klas ukrajinska_mova_golub_2015Svinka Pepa
 
8 klas fizika_serduchenko_2016
8 klas fizika_serduchenko_20168 klas fizika_serduchenko_2016
8 klas fizika_serduchenko_2016Svinka Pepa
 
8 klas fizika_zasekina_2016
8 klas fizika_zasekina_20168 klas fizika_zasekina_2016
8 klas fizika_zasekina_2016Svinka Pepa
 
8 klas fizika_zasekina_2016_pog
8 klas fizika_zasekina_2016_pog8 klas fizika_zasekina_2016_pog
8 klas fizika_zasekina_2016_pogSvinka Pepa
 
8 klas francuzka_mova_klimenko_2016_4
8 klas francuzka_mova_klimenko_2016_48 klas francuzka_mova_klimenko_2016_4
8 klas francuzka_mova_klimenko_2016_4Svinka Pepa
 
8 klas geometrija_merzljak_2016_ros
8 klas geometrija_merzljak_2016_ros8 klas geometrija_merzljak_2016_ros
8 klas geometrija_merzljak_2016_rosSvinka Pepa
 
8 klas ispanska_mova_redko_2016_4
8 klas ispanska_mova_redko_2016_48 klas ispanska_mova_redko_2016_4
8 klas ispanska_mova_redko_2016_4Svinka Pepa
 
8 klas mistectvo_gajdamaka_2016
8 klas mistectvo_gajdamaka_20168 klas mistectvo_gajdamaka_2016
8 klas mistectvo_gajdamaka_2016Svinka Pepa
 
8 klas literatura_voloshhuk_2016
8 klas literatura_voloshhuk_20168 klas literatura_voloshhuk_2016
8 klas literatura_voloshhuk_2016Svinka Pepa
 
11 klas khudozhnja_kultura_miropolska_2011
11 klas khudozhnja_kultura_miropolska_201111 klas khudozhnja_kultura_miropolska_2011
11 klas khudozhnja_kultura_miropolska_2011Svinka Pepa
 
Anglijska mova 7klas nesvit_2015
Anglijska mova 7klas nesvit_2015Anglijska mova 7klas nesvit_2015
Anglijska mova 7klas nesvit_2015Svinka Pepa
 
Anglijska mova 6klas_nesvit
Anglijska mova 6klas_nesvitAnglijska mova 6klas_nesvit
Anglijska mova 6klas_nesvitSvinka Pepa
 
Fizika 7klass bozhinova
Fizika 7klass bozhinovaFizika 7klass bozhinova
Fizika 7klass bozhinovaSvinka Pepa
 
Francuzka 4klas klymenko
Francuzka 4klas klymenkoFrancuzka 4klas klymenko
Francuzka 4klas klymenkoSvinka Pepa
 
Geometrija zbirnyk 11klas_merzljak
Geometrija zbirnyk 11klas_merzljakGeometrija zbirnyk 11klas_merzljak
Geometrija zbirnyk 11klas_merzljakSvinka Pepa
 

Plus de Svinka Pepa (20)

8 klas osnovi_zdorovja_bekh_2016
8 klas osnovi_zdorovja_bekh_20168 klas osnovi_zdorovja_bekh_2016
8 klas osnovi_zdorovja_bekh_2016
 
Li5xignts9in8cf1qvlj signature-42f40f538d46eb82129fc396f337aa183f9ceda448ebb6...
Li5xignts9in8cf1qvlj signature-42f40f538d46eb82129fc396f337aa183f9ceda448ebb6...Li5xignts9in8cf1qvlj signature-42f40f538d46eb82129fc396f337aa183f9ceda448ebb6...
Li5xignts9in8cf1qvlj signature-42f40f538d46eb82129fc396f337aa183f9ceda448ebb6...
 
7 klas ukrajinska_mova_golub_2015
7 klas ukrajinska_mova_golub_20157 klas ukrajinska_mova_golub_2015
7 klas ukrajinska_mova_golub_2015
 
8 klas fizika_serduchenko_2016
8 klas fizika_serduchenko_20168 klas fizika_serduchenko_2016
8 klas fizika_serduchenko_2016
 
8 klas fizika_zasekina_2016
8 klas fizika_zasekina_20168 klas fizika_zasekina_2016
8 klas fizika_zasekina_2016
 
8 klas fizika_zasekina_2016_pog
8 klas fizika_zasekina_2016_pog8 klas fizika_zasekina_2016_pog
8 klas fizika_zasekina_2016_pog
 
8 klas francuzka_mova_klimenko_2016_4
8 klas francuzka_mova_klimenko_2016_48 klas francuzka_mova_klimenko_2016_4
8 klas francuzka_mova_klimenko_2016_4
 
8 klas geometrija_merzljak_2016_ros
8 klas geometrija_merzljak_2016_ros8 klas geometrija_merzljak_2016_ros
8 klas geometrija_merzljak_2016_ros
 
8 klas ispanska_mova_redko_2016_4
8 klas ispanska_mova_redko_2016_48 klas ispanska_mova_redko_2016_4
8 klas ispanska_mova_redko_2016_4
 
8 klas mistectvo_gajdamaka_2016
8 klas mistectvo_gajdamaka_20168 klas mistectvo_gajdamaka_2016
8 klas mistectvo_gajdamaka_2016
 
8 klas literatura_voloshhuk_2016
8 klas literatura_voloshhuk_20168 klas literatura_voloshhuk_2016
8 klas literatura_voloshhuk_2016
 
9 um g_2017
9 um g_20179 um g_2017
9 um g_2017
 
12 161101170846
12 16110117084612 161101170846
12 161101170846
 
11 klas khudozhnja_kultura_miropolska_2011
11 klas khudozhnja_kultura_miropolska_201111 klas khudozhnja_kultura_miropolska_2011
11 klas khudozhnja_kultura_miropolska_2011
 
11 161101170737
11 16110117073711 161101170737
11 161101170737
 
Anglijska mova 7klas nesvit_2015
Anglijska mova 7klas nesvit_2015Anglijska mova 7klas nesvit_2015
Anglijska mova 7klas nesvit_2015
 
Anglijska mova 6klas_nesvit
Anglijska mova 6klas_nesvitAnglijska mova 6klas_nesvit
Anglijska mova 6klas_nesvit
 
Fizika 7klass bozhinova
Fizika 7klass bozhinovaFizika 7klass bozhinova
Fizika 7klass bozhinova
 
Francuzka 4klas klymenko
Francuzka 4klas klymenkoFrancuzka 4klas klymenko
Francuzka 4klas klymenko
 
Geometrija zbirnyk 11klas_merzljak
Geometrija zbirnyk 11klas_merzljakGeometrija zbirnyk 11klas_merzljak
Geometrija zbirnyk 11klas_merzljak
 

11 fr b

  • 2. YRK 373.167.1:811.133.1 55K 81.2<Dp-922 590 P e u, e H 3 e H T u : xav-umnar cbnnonorwaecmx uayx E. SI. fapmuua, xannnnar dmnonorwaecxmx Hayx T. l'l. Hmmua, aacnyxennu y~mTenb Pd) T. T. Fononauoaa lluaaihn ypoxoa M BHGLUHGG ocbopmnenne y~4e6nm<a aunommn xynoxnmx-nuaanep IO. B. Xpncmq Nous adressons nos remerciements a Noélle Velly, directeur du service Magazine, pour son aimable autorisation a exploiter les emissions de la Radio France Internationale a des fins pédagogiques. Bynoaa I‘. M. 590 <DpaHu,yac|<m71 nsux : Y‘-485. mm XI K11. um. c yrny6r|. u3y~|ermeM ¢p. as. / I". VI. Byénoaa, A. H. Tapacoaa. 2-e man. — M. : pocaemeuue, 2006. — 199 c. : M11. — ISBN 5-09-015488-0. YAK 373.167.i:811.133.1 SSK 81.209-922 ISBN 5-09-015488-0 © Magarenscvao Jlpocaeuzenue», 2004 © Xynoxecraennoe ocbopuneune. Manarenscrao -pocaemeuue», 2004 Bce npaaa aammuenu
  • 3. L 4- -, ¢ Un texte peut traduire une position personnelle de l’auteur ou du narrateur, c'est-a-dire son opinion ou ses sentiments (positifs ou négatifs). O |_’auteur est celui qui a écrit une histoire. Le narrateur est celui qui la raconte. O Dans une narration ou une description, le narrateur peut jouer le role: d’un personnage qui raconte ce qu’il voit (le point de vue interne); d’un témoin extérieur au récit, c'est-a-dire qu’il raconte ce qu’il voit sans participer a l'action (le point de vue exteme); de celui qui sait et voit tout (le point de vue omniscient). sez a ment Ie texte suivant.1 . Li ttentive --*=‘aulom—naa ‘dotrltuamldetrltysl-Mycop. 2 oourohux — c'rpap,anwec- 0T5D0¢H mi ° doployor qch — pacnycxan, 3 Incision r - uanpea rmverm-Ivan» ‘ aclor — nnnms UN SAULE' J’ai tué un saule qui ne m'avait rien fait. Je ne suis pas fiére. ll végé- tait depuis cinq ans et donnait un air soureteuxz a la terrasse. Pourtant il avait des joies srement. ll fétait le printemps a sa facon: les bour- geons oubliaient completement de garnir les branches, mais sortaient joyeusement le long du tronc: ce saule ne voulait pas pleurer. ~Tu ne vas tout de méme pas garder ca?» me disait Jean chaque éte. J’ai donc pris mon scalpel et mes gants et la décision d’opérer. Une incisiona, un trou, quelques coups de pioche et j’ai saisi le fréle petit tronc entre mes mains. Les racines claquaient les unes apres les autres comme si j‘arrachais une dent. ll y tenait a la vie, mon saule! J’ai eu envie de le scier‘ en petits morceaux pour l’achever 3
  • 4. LESTEXTESETSEXPRMERNTERPRETER DOSSIER d’un coup: la paresse et Ie respect humain m’ont retenue. Et il ago- nise Ientement sur le tas d’ordures derriere Ies bambous au fond du ii; verger. Je ne peux m’empécher d’a||er le voir chaque matin. Quand L Ies bourgeons seront-ils prévenus qu’il s’est passé quelque chose de grave? Parmi Ies détritus5, ils continuent a déployere Ieurs petites feuilles d’un vert émouvant qui m’est un vivant reproche. J’ai pris la resolution de ne plus jamais tuer un arbre. B. et F. Groult, Le Féminin pluriel 2. Répondez aux questions: 1. Quel est |'objectif de ce texte? De quel type de texte s’agit-ii? 2. Qui en est l’auteur? 3. A quelle personne le récit est-il fait? Qui est le narrateur (la nar- ratrice)? 4. Est-eile intérieure ou extérieure au récit (le point de vue interne ou externe)? 5. ou se passe l’action? 6. Quel fait est raconté? S’agit-i| d’un fait present ou passé? > Le point de vue interne est toujours propre aux textes a la 1'8 personne. Le narrateur est le personnage qui dit <<je». ll présente Ies faits selon son point de vue personnel. L Le point de vue externe est neutre. Le point de vue omniscient peut etre neutre (objectif) ou person- nel (subjectif). 0 Une prise de position personnelle peut se traduire a |’aide des mar- ques ci-dessous. A. Le choix du Mots annoncant ou présentant une prise de position e Verbes (ou iocu- — penser, croire, estimer, trouver, juger, supposer, tions verbales) sembler (il me semble que...), il est certain (pro- d’0pinion ou de bable, possible...) que...; jugement Verbes de mode — devoir, falloir, pouvoir, vou|oir...; e Adverbes (ou |o- — absolument, bien sur, certainement, évidemment, cutions adver- peut-etre, sans doute...; biales) — a mon avis, selon moi, selon mon point de vue, pour ma part, quant a moi, a ma connaissance... 4
  • 5. DOSSIER Verbes (ou locu- —- aimer, apprécier, adorer, éprouver de la tions verbales) pour, regretter, détester, ha'|'r, avoir en horreur...; de sentiment Adverbes — bien, mal...; heureusement, malheureusement, malencontreusement...; Noms — ce type, un imbecile, une espece d’idiot Adjectifs — éblouissant, magnifique, triste, accablant... . passion Suffixes Suffixes diminutifs jardinet m, tour% f, pélotltel, gentillet(te)...; Suffixes péjoratifs mangeaille f, paperi f, écrivamer... . 0 Une idée importante, un sentiment dominant peuvent étre reflétés dans le champ thématique d’un texte. Par exemple, Ies mots plaisir, gaieté, féte, enthousiasme; content, rav/, fou de bonheur; /oyeusement; danser, rire évoquent la joie. 3. Répondez aux questions et justifiez votre réponse par des exemples tirés du texte: 1. Le point de vue de la narratrice est-il neutre ou personnel? 2. Quelie est sa fagon de parler de son acte? Quels sont les mots dépreciatifs qu’elle empioie? 3. Quels sentiments éprouve-t-elle vis-a-vis du saule coupé? 4. Quelie est sa fagon de parler du saule? Quelles sont Ies marques de la personnification de |’arbre? 5. Quelle resolution la narratrice a-t-elle prise? 6. Repérez Ies mots qui présentent son opinion. Remplissez le tableau. Verbe de jugement Verbe de mode Adverbe B. La syntaxe: Types de phrases et modes Phrase déclara- Tu ne vas pas le contredire. (a I’indicatif) tive J’aimerais planter des cerisiers. (au conditionnel) Phrase interroga- Est-ce que c’est vrai? (a I’indicatif) tive Je te mentirais, moi? (au conditionnel) Phrase imoérative Fais-le le plus vite possible. (2 l’impératif) Qu’il s’en aille! (au subjonctif) Proposition inoiso Si j’ose dire, entre nous (soit on), j’espere. Exclamation et mise en relief Exclamation Que c’est drole! Segmentation ll y croyait, a cela. TOUFS Drésenttifs C’est la paresse qui en est coupable. 5 I Mots évaluatifs (exprimant une opinion favorable ou défavorable) -
  • 6. 0 ERNTERPRETERLESTEXTESETS'EXPRM DOSSIER -1- Flelisez attentivement le texte. 6 4. coins du monde. -~ — Oui, probablement. ll y a un peu de cela. J'ai du respect pour a imposées, et qui sont fausses et nuisibles, comme la passion de _.,. croire qu'on est, parce qu'on possede. Acheter, acheter, acheter... _,_ rais pas m'en passer. Pourquoi ajouter l'encombrement du monde? ~~-~ culté. Je regretterais les oiseaux, l'écureuil, et c'est tout. ou qu'on H 4. Ouel est le r6le des phrases exclamative et lnterrogative dans Ie réclt? 35%; rt» Usez le texte en diagonale et repondez par oral aux questions: “ 0ulperle?Apmpoedequel? — Vous aimez cette maison? — Oui, elle est modeste, elle est petite, elle est pratique. On pourrait y ajouter une piece, mais c'est iustement ce que je ne veux pas faire. Ne pas sup- primer un brin d'herbe‘. Donner le sentiment que c'est une halte au bord de la route. Je n‘aime pas l’idée d‘étre trop encombré de possessions. On en garde toujours trop. Et le peu de terre qui entoure la maison, c'est déja bien suffisant; on s’y perd meme en éte comme dans une forét. Bien s0r, si j'étais plus jeune, si j'avais une énergie plus grande » a dépenser dans les choses d’ordre materiel, ce qui me tenterait ce serait une immense ferme, pour avoir des parties complétement sauvages, pour étre vraiment dans les bois, dans les champs. J’aurais <» une petite maison, j'y réunirais quelques amis: ce serait une espece de ~=c0mmunauté»... J'ai en téte une liste de gens avec qui on aimerait faire cette experience. lls viendraient a peu pres de tous les ' I — Vous étes un peu ~hippie»2 en somme? les ~hippies». lls tachent de rejeter beaucoup de choses qu'on leur Je n’achete jamais rien sans me demander si au fond je ne pour- D’ailleurs, je pourrais mettre la clé sous la porte sans aucune diffi- - meurea, on meurt sur une planéte. D'apres Marguerite Yourcenar,‘ Les yeux ouverts ‘ Ne pas supprimer un brin d'herbe — ne rien changer. 2 Un hippie — personne qui refuse les valeurs de la société. » 3 00 qu'on meure... — lhe 6u nu yumpanvi... ‘ Marguerite Yourcenar (1903-1987), ecrivain francais d'origine beige, est la 1" femme recue a l'Academie francaise en 1981.
  • 7. DOSSIER 1. Objectif du texte. 1. De quel genre de publication s’agit-il? 2. Quel est l’objectif du texte d’apres son titre? 2. Organisation du texte. 1. Quelle question constitue le point de départ du texte? Qui la pose? 2. Comment se montre M. Yourcenar a l'égard de la <<société de con- sommation»? 3. Quelle est son opinion au sujet de hippies? 4. Quelle espece de gens aimerait-elle accueillir dans sa maison? de sa maison et ses amis? Remplissez le tableau suivant Syntaxe Exemples et Ieur interprétation 5. Comment se fait voir la position personnelle de l'auteur a l’égard tive Phrase imperative I Phrase interroga- Exclamation 1 Mise en relief 6. A quoi sert le conditionnel dans ce texte? 7. Relevez Ies mots qui expriment une prise de position personnelle. Remplissez le tableau. Mots exprimant une opinion ou un sentiment Verbes (locutions verbales) verbes de mode verbes de sentiment verbes évaluatifs Adverbes et locutions adverbiales Noms Adjectifs 9°!“-‘ 3. Commentaire des phrases. . << ...la passion de croire qu’on est, parce qu’on posséde.» ...je pourrais mettre la clé sous la porte.» pourrais pas m’en passer.» Je n’achete jamais rien sans me demander si au fond je ne 7 0 l 4
  • 8. LESTE)(TESETS’EXPRMERNTERPRETER Q DOSSIER s e as Enrichissez vstres vocabzxlaire I Au fond (du coeur) <> B rny6v|He ,u,yum. 0 Encombrer qch de qch <> remplir en entassant et en faisant obstacle au libre usage des choses: encombrer Ia chambre de choses inu- tiles. v Halte f <> arrét m. Q Halte! (interjection) <> CTo|7|! v Se passer de qch <> vivre sans: On ne peut pas se pas- ser d’argent. 0 Pratique <> qui s’applique aux intéréts matériels: Une ménagere doit avoir Ie sens pra- tique. 0 Pratique f <> experience f: Ia pratique de chaque jour; en pratique: II faut mettre ces décisions en pratique. Q Supprimer qch <> faire disparaitre: En supprimant ce mur, on agrandirait Ia piece. v Tenter qn <> éveiller le désir, l’envie de qn, séduire: Cela ne me tente guere. 1. Lesquelles de ces expressions expriment: le désaccord? la certitude? l’hésitation? l’insignifiance? Dire tantot noir, tantot blanc. Mettre sa main au feu. Croire dur comme fer que... Ne pas peser Iourd. Ne vouloir rien avoir a faire avec... Sauter aux yeux. 2. Lisez la definition suivante: Tempérament m: ensemble des dispositions physiques innées d'un individu qui détermineraient son caractére. Dictionnaire Bordas Voila quatre especes principales de temperament: un sanguin, un flegmatique, un co/érique et un mélancolique. Réunissez les deux colonnes selon le sens. Un sanguin qui est peu actif, lent, sensible, éprouve une tristesse vague Un flegmatique qui est dynamique, impulsif, impatient, s'em- porte facilement Un colérique qui a un comportement calme, peu émotif, garde son sang-froid Un mélancolique qui est actif, energique, dynamique, sociable, qui a le débit rapide lnterrogez-vous sur votre comportement et essayez d’identifier votre tempérament et celui de vos amis. 8 l
  • 9. DOSSIER q)Et v_o_tr-enavis ? d’exemples précis. fiez le mot qui l’introduit: et du vrai? ; vrai et le vrai ne soit pas nouveau... susonoormées CGMPLETIVES principale. Elle répond :51 la question <<Quoi?». exiger...), de sentiment (se réjouir...), de savoir (sav0ir...). Une complétive peut étre introduite par: I la conjonction que: A Je crois que tout va bien. pourquoi, comment, combien, quel (question indirecte): A Je veux savoir si tu viendras ou non. A Je sais exactement ce qui m'attend et ce que je ferai A Demande-lui comment ils nous ont retrouvés. I les mots exclamatifs: comme, combien, 9 quel point: A Si tu savais comme je suis étonné! ll n’est au subjonctif qu’apres que, si la principale exprime: nécessaire, il est utile, il est important...): A Je voudrais que vous révisiez cette lecon. A Elle attend que tu le lui dises. A ll est necessaire que nous y revenions. - K‘ ,~ 21 i L.LTEII,ITZliiIlZZ"I'"Z§IIIIf"‘ 1:1‘? 133:;:;f:::1;;;:;;;¢::;;;7;r1,;It - ~ ~ V» V. I ~~ ~~~~»_-~;m=>@@=>;;;.) " I Et vous, vous voyez la vie en rose ou en noir? lllustrez votre réponse 1. Dans le texte, repérez une subordonnée complétive et identi- — Que dites-vous de mon dernier livre? ll y a dedans du nouveau Fr“ — Sans doute... Dommage seulement que le nouveau ne soit pa § .,_, , .0 L_‘<.§ Pw M, ._,, W. ,. ._,_V,, W -,{._.., ,.,.V _.-.. .‘..‘.,,~t,,>,,,.M,...Y._ ‘KA» *4. -..- . ....y‘...._<.....-;....‘~.~»--,.,..->..,_,........< _- ~ Une complétive est complement d’objet du verbe de la proposition On la trouve apres les verbes de declaration (dire, affirmer. . .), d‘opinion (penser, croire...), de perception (voir, entendre... ), de volonté (vouloir, I les mots interrogatifs: si, qui, lequel ce que, ce qui, quand, 00 Le verbe de la subordonnée est é l’indicatif ou au conditionnel. I la volonté: un désir ou une demande (vouloir, désirer, souhaiter, avoir envie, aimer, aimer mieux, préférer, prier, demander, ordonner, 1 exiger, défendre, permeltre, attendre, il faut, il vaut mieux, il est 3. Comment appelle-t-on celui qui prend les choses du bon c6té, " qui attend l’avenir avec confiance? Et celui qui dramatise tout? 7 l 1 I 4 | l 9 1
  • 10. SEXPRMERNTERPRETERLESTE)(TESET DDSSIER NB! Quand les verbes dire, ecrire, prévenir, crier expriment un ordre, ils sont suivis du subjonctif. A comparerz A Dis-lui qu’i| soit ici. A Dis-lui que je suis ici. I un sentiment (se réjouir, étre content, étre heureux, étre ravi, re- gretter, étre mécontent, étre chagriné, étre désolé, il est dommage, il est fécheux, étre étonné, avoir peur, craindre...): A Je suis content qu’i|s soient revenus. A Tu es étonné qu’i| n’y ait pas de lettres de sa part? A ll est regrettable qu’on ne nous ait pas prévenus. NB! Aprés les verbes avoir peur et craindre, a la forme affirmative, s’emp|oie souvent un ne explétif: A J’ai peur qu’i| ne pleuve. 5OlOCb, -no 6y,aeT )J,O)K,D,b. A J’ai peur qu’i| ne pleuve pas. 5O|OCb, '-no ;J,o>i<,u,;| He 6yaeT. I un doute, une supposition (douter, supposer, il est possible (douteux, impossible, incroyable, peu probable...), il n’est pas st.“/r (vrai...), ne pas penser (croire)...): A Je doute qu’il fasse beau. t A II est possible qu‘il se soit senti mieux. A ll n’est pas vrai qu‘elle se soit trompée. j 2. Dans les phrases, relevez les subordonnées et identifiez Ieur Wpe: ~ subordonnée complétive subordonnée relative 1. Et le peu de terre qui entoure la maison, c‘est déja bien suffisant. 2. Je n’achete jamais rien sans me demander si au fond je ne pour- rais pas m’en passer. 3. lls tachent de rejeter beaucoup de choses qu’on Ieur a imposées, et qui sont fausses et nuisibles. ~ I ~;., -~1~'=' 1. if .7 ,_,-43' g _. . j _€ .,<~;<¥__j<f;_ ‘ —_-, ;:j.%;';. ‘*" ;-__<j;l;-»..~.; 1. ;'_;».;.:._ ;»~;'~,£-;~2~_;~. s:?;..~=.>§~»_, ;£s»~.'_i~;;.—§- ; {$51, :~.x ~;:.=.;: _53‘»~iE'!?¢/>‘i>,.»,~iea'_7»'§:‘:_ . s ' < > * ‘ " ' Pisa _~.;_;.:;~::: .1"§.;_ v. ~ < 1. Observez et retenez: Frangais -> russe Hapeqvie pourquoi Bb|pa>|<aeT He TOJ1bK0 l'|pW~l|/IHY, HO l/1 uenb. Pourquoi ajouter l’encombrement ,£l1m L/ero (c KaKo171 uenbio) 3axnaM- du monde? J'IFtTb Bce Boi<pyr? I. 10 Type de subordonnée N9 ~ l
  • 11. DOSSIER Frangais -> russe A peu pres Bb|pa)Ka8T l'lpVl6J‘ll/13l/1T6J1bHOCTb I/I Fl8p€B0,l1VlTCH K3.K <<no~m/1», <<npv||v|epHo», <<I'lp|/|6J'lVl3VlTeIlbHO>>, <<o|<ono», <<6onee vu1v| Mei-iee». lls viendraient a peu prés de tous OHM pwexam/I 6b! rI0=ITM M3 Bcex Ies coins du monde! yr0m<0B Mvlpal 2. Traduisez par oral Ies phrases ci-dessous: so a) 1. Pourquoi est-ce que tu n’as pas mis en pratique ses conseils? 2. Pourquoi ajouter tout un passage a cette composition? C’est a peu pres la meme chose. ll est a peu pres midi. C’est a peu pres exact. 0'i P°!°.-‘ 3. Traduisez oralement le texte (lignes 11-18). A. 1. Quelle idée vous faites-vous de M. Yourcenar? 2. Comment imaginez-vous le mode de vie de cette commu- nauté dont parle M. Yourcenar? ( 100 mots environ.) 1 B. Evaluons votre prise de position. GRILLE D’EVALUATlON Organisation du texte écrit /10 mots evaluatifs, mots annongant et présentant la position per- /5 sonnelle types de phrases et modes /3 connecteurs /2 Correction linguistique /10 s morphoiogie (conjugaison, accord...) /3 syntaxe (ordre des mots, phrases simples, phrases com- /3 plexes) s orthographe (accents...) /2 ponctuation /2 Total /20 11 ' Justifiez votre réflexion en I'i||ustrant d'exemp|es. Y .:~ ‘ I ~ . . a ‘*'~z¢-;:..~...s==<>r¢;<:1.v"’§1;"- -'»s—3§z /'"e‘;,».~=1~;'~§<€t>7_;'/as: :1. '~ . ' 1 . 1 <¢i§.<i,,., < ,Q5... K P .» 18.. F‘ ; it; ; YE-2.” is ». I , . ~ ’*“*>i..’ ' * . . > r ‘ ‘ . 1
  • 12. 0 LESTEXTESETSEXPRMEHNTERPRETER DOSSIER > Lisez le texte en diagonale et repondez par oral aux questions: Gui parle‘? A propos de quoi? Je n’aime pas Ies vacances. ll faut dire que ne faisant rien de mes mains, je n’en ressens pas le besoin. Je ne sais meme pas ce que c’est. ll parait que c'est du repos, un changement de rythme et d’habitude. Je n’en ai pas envie. Mon rythme est ce qu’il est. Lent D et sans surprise. Mes habitudes sont plutot des manies et je crains de les perdre si je pars comme tout le monde au mois d’ao0t. Elles me supportent et m’aident a me supporter Elles sont simples et je ne demande qu une chose. qu on ne me derange pas, qu on me Ies laisse telles quelles... Je n’aime pas les vacances parce que je n’aime pas les voyages. Courir dans une gare en portant une valise Iourde dans une main, un sac dans l’autre, Ies billets entre Ies dents, faire la queue dans un aeroport pour enregistrer Ies bagages, supporter la nervosite des va- canciers qui ont peur de l’avion, étre bouscule par un groupe de possible, chercher un taxi... tout cela je vous le laisse et je prefere me retirer dans un coin de la maison pour ecouter le silence et réver aux amours cruelles‘... r r Mais je ne peux pas me retirer. Je n’ai pas droit a la solitude. Je 20 suis moi aussi, a mon corps defendant, un vacancier classique, par- tant aux heures de pointe, sourant de tous Ies maux. Je n’ai meme pas le droit de protester, ni de marquer ma mauvaise humeur: les en- fants sont impitoyables; ils se moquent eperdument de toutes ces considerations, et l’unique chose qui Ies interesse c'est de retrouver 125 leurs copains pour courir, nager, danser, chanter... Tahar Ben Jellounz, Le premier amour est toujours le dernier ‘ Au smgulier, Ie nom amour est du masculin, mars employé au plunel, il est du feminin: /es amours cruel/es. 2 Tahar Ben Jelloun (ne en 1944), écrlvain francophone. > Relisez attentivement le texte. 1. Objectif du texte. » 1. Quel est l’objectif du texte d’apres son titre? is sportifs insouciants, partir en retard, arriver fatigue a une heure im- ~ 12 s 2 s 3 . v l 4-@m 311;... ;.~_f»"~§,:.:‘t$==;,=:1 .~ . MM ._ , ~~;;*'***_ --*2“ 7 -am r r l, ..,;.yv .:';,~f_.',$as=_"*»""<§~?‘?*—"'"'**"“ "'"’¢;-“M » ¥ W? -,.......»=¢1:»' "‘ " ~ .. ~ 5: ‘;f' ' .-2=E¢;'?2 §g?5|7§¢z'.§#P->=‘l>‘@»>»1m2">,'..._..:-"1 —».M.,,,<,¢»_ .,.:_;._;_u_ .. .__.__~~ ,,___»,,,,._,.,.>:1;,»¢ .... ,~ _=...-M*¥i!.. ~;. » ., ,”,~.ec.W _ 5 ii Itl »
  • 13. I 9 kl-1TiV1~<..,.....~.,.._N_WNI~1"9,.-H.,. i . 5 13 E DOSSIER 3. 2. A quelle personne le texte est-il redige? “ Le narrateur, est-il interieur ou exterieur a son texte? 2. Organisation du texte. .°°!“.‘* Pourquoi le texte est-il redige au present? Quelle pourrait etre la profession du narrateur? Pour quelles raisons n’aime-t-i| pas Ies vacances et Ies voyages? 4. Comment fait-ii voir son opinion defavorable a |’egard des voyages? a) Rempiissez le tableau ci-dessous. Mots évaluatifs Groupes verbaux Groupes nominaux sel b) Relevez des phrases imperatives, une phrase a l’ordre des mots expressif et interpretez-Ies. 5. Comment apparait son caractere a travers ses reflexions sur Ies vacances et Ies voyages? C’est un bon pere? A-t-il de |’humour, on vous? 3. Commentaire des phrases. 1. 2. <<||s se moquent eperdument de toutes ces considerations.» <<Je n’ai pas droit a la solitude.» Enriehissez votre voeabnlaire ~ A son corps defendant <> malgre soi, a contrecoeur. 0 Avoir droit a qch <> VlMeTb npaao Ha ‘-ITO-J11/I602 Je n’ai pas ~ Avoir le droit de faire qch <> l/lM€Tb npaso ,D,6J'|8Tb qro-nv|6o: Je n’ai pas Ie droit de protester. ~ Bousculer qn <> pousser par inadvertance: Les pas- sagers presses Ie bousculaient. ~ Consideration f <> motif m, raison f que l’on considere pour agir: Je ne peux pas entrer dans ~ Considerer qch <> envisager, par un examen attentif, cri- tique, examiner: considérer une chose v Considerer comme <> tenir pour: Je Ie considére comme un droit a Ia solitude. ces considerations. sous tous ces aspects. ami. Eperdument <> 6es naivmrvi, 6e3yMHo, B Bb|CLUei/I ore nei-M: /ls s’en moquent éperdument. — MM B Bbicu.iei71 creriei-M Ha I'IJ'I6B8Tb. 3TO H3-
  • 14. LESTE)(TESETSEXPRMERNTERPRETER DOSSlER ~ Heure f de pointe <> qac I'll/lK; aux heures de pointe — B '-laCbI l'lVlK. ~ lmpitoyable <> qui est sans pitié: Les enfants sont t impitoyables. v Marquer qch <> exprimer, montrer: marquer sa mau- vaise humeur. “ v Marque f <> trace f: Regarde, il y a des marques dans Ia neige; marque f de commer- ce — label m, etiquette f. Y ~ Se moquer de qn/qch <> tourner qn/qch en ridicule: Les en- fants se moquent de Iui, de son al- lure. ~ Nervosité f <> état m d’excitation nerveuse pas- sagere, irritation f. 0 Réver a qch <> penser vaguement, imaginer: Je réve aux vacances. v Ressentir qch <> éprouver: Je n’en ressens pas Ie besoin. v Vacancier m <> personne f en vacances, estivant m. 1. Groupez les mots selon qu’ils expriment un sentiment (un état) positif ou négatif: la joie le plaisir le déplaisir le chagrin la tristesse l’insatisfaction la gaieté le soulagement la peur la satisfaction l’esp0ir la colere le regret la deception l‘ennui 2. Donnez les contraires des sentiments (des etats) suivants: le plaisir l’espoir la satisfaction l’amour la gaieté le comique 3. Dans quelles situations de votre vie étes-vous: décu(e)? ins0uciant(e)? ravi(e)? malheureux(se)? surpris(e)? agacé(e)? triste? satisfait(e)? 4. Lesquelles de ces expressions expriment des sentiments comme: la surprise? la tristesse? la peur? Pinsatisfaction? la joie? Avoir le moral a zero. Avoir la chair de poule. Pleurer a chaudes larmes. Rester sur sa faim. Trembler comme une feuille. Etre au septieme ciel. Rester cloué sur place. Couper le souffle. 5. Quel personnage littéraire appelle-t-on <<le chevalier de la Triste-Figure»? 14 I. Q 8 2 i. it *2 L‘ I
  • 15. " DOSSlER Q E1" votre avis ? ° Quelles qualités de vos amis appréciez-vous le plus? - .. . . '§#*F*“““*~ ... “’“"'._,_.,. ¢ -“'“ ;I PHRASE COMPLEXE A SUBORDONNEE CIRCONSTANCIELLE Les subordonnées circonstancielles indiquent Ies circonstances qui caractérisent l'action. Elles sont des complements circonstanciels de cause, de temps, de but, de condition, de conséquence, de concession et de comparaison. 1. Dans le texte, repérez une subordonnée et identifiez sa valeur. Un voyageur est seul dans un compartiment de chemin de fer. Brusquement surgit un homme masque, revolver au poing. — Donnez-moi votre fricl Le voyageur répond, tout tremblant: — Mais je n’ai pas un sous sur moi! — Alors, pourquoi tremblez-vous? — Parce que j’ai cru que c’était un controleur. Et je n'ai pas de bil- let non plus... SUBORDONNEES DE CAUSE La subordonnée de cause répond a la question <<Pourquoi?» ou <<A cause de qu0i?». Elle peut étre a l'indicatif ou au subjonctif selon la conjonction qui l’introduit: Indicatif Subjonctif s parce que -— noroiviy qro; Tax |<a|< ce n’est pas que, non que — He (suit la principale) TO, ‘-lTO6bl§ He noromy, qro s comme — T8K i<a|<; l'lOCKO)1bKy (précéde la principale) s puisque, si - noc|<onb|<y; pas s du fait que — BBI/lJJ,y Toro, '~|To ssi c’est parce que, si c'est que — ecnvi TO aro noromy qro A Je ne sors pas parce qu’il pleut. A Comme il pleuvait, je restais chez moi. A ll n’y est pas entré du fait que le bureau était fermé. A Si elle se tait, c’est qu’elle n’a rien a dire. A Claude ne m‘appelle pas, non qu’elle soit fachée, mais parce qu’elle est prise. 1 5 i l l l I i l
  • 16. 0 NTERPRETERLESTEXTESETSEXPRMER DOSSIER 2. Dans les phrases, relevez les subordonnées et identifiez leur W961 subordonnée complétive subordonnée relative subordonnée de cause 1. ll faut dire que ne faisant rien de mes mains, je n’en ressens pas le besoin. 2. Je ne sais meme pas ce que c’est. 3. II paraTt que c’est du repos, un changement de rythme et d’habi- tude. 4. Je n’aime pas Ies vacances parce que je n’aime pas les voyages. 5. l_'unique chose qui Ies intéresse c’est de retrouver leurs copains. 1. Observez et retenez: Type de subordonnée N9 ' Frangals -> russe- B ~ Cnoao chose v|MeeT o6o6uJ,e|-||-|oe 3H8‘-IGHVIG VI npv| nepeB0p,e ero ‘-l8C- TO onycKa|oT. qu’on ne me dérange pas. MBHH He 6ecno|<0vu1v|. Je ne demande qu’ une chose: i Fl npo|.uy TOJ1bKO 06 OAHOMI ‘-lTO6b| 3 : KOHCTDYKLLVIFI étre + de + IAHCDMHVITVIB Mo>KeT l'|€p6B0,|J,VITbCF| v||-|q>|A|-MTv1- BOM vmvl |'|pVl,113T0‘-IHb|M npe;J,n0>|<e|-|v|eM. L’unique chose qui les intéresse ELIMHCTBBHHOB, “ITO WX I/IHTBDBCYQT, c’est de retrouver leurs copains ero H8I7ITl/1 caovnx npvmTene|7| pm: npo- pour jouer. ;1on>|<eHvm I/lFpbl. Mon but est de réaliser mes pro- Mon U,8J'|b cocromr B TOM, '-/T06bI 00y- jets. LLIGCTBI/ITb MOI/1 nnan-|b|. 2. Traduisez par oral les phrases ci-dessous: a) 1. L’unique chose :51 quoi je pense, c’est de faire ce voyage. 2. Je ne veux qu’une chose: qu’on me laisse partir. b) 1. Mon but est de les aider. 2. Sa decision est de ne pas quitter Paris cet été. 16 »
  • 17. DOSSIER l <» ' 5 uencen l , - 3. Traduisez par oral: Article 24 Toute personne a droit au repos et aux Ioisirs et notamment a une limitation raisonnable de Ia durée du travail et a des congés payés periodiques. La Declaration universelle des droits de /’Homme . » 7 ' r r E‘ ' » 1 u V . .. ~ 3 ". ~ r ' V A. 1. Faites un dialogue entre le narrateur et ses enfants qui dis- cutent de leurs prochaines vacances. lls ne sont pas du méme avis. Chacun expose ses idées. 2.Vous écrivez une lettre a votre cousin ou vous parlerez de la discussion qui a eu lieu en famille au sujet des vacances et oil vous exposerez les raisons des uns et des autres ( 100 mots environ). 0 Vous ferez un texte argumenté et illustré d’exemples précis. B. Evaluons votre prise de position (voir Ia grille d’évaluati0n a Ia page 11). > Lisez le texte en diagonals et répondez par oral aux questions: Qui parle? A propos de quoi? .... , Ma seule regle est de bien comprendre. Je ne présente pas les choses sous un aspect particulier pour qu’e||es plaisent. Je ne marchande pas mes informations. Seul clans mon bureau, je travaille a la maniére d’un moine ou d’un professeur. Nul n‘est la pour m’in- Entre quatre murs, j’ai pour matériaux la réalité qui m’est con- stamment fournie par les dépéches d’agences, les extraits de jour- naux, les notes politiques. J’essaie simplement d’y voir clair, d’y met- tre de |’ordre. L’image que je me serai faite, j’essaierai ensuite de Ia traduire en formules qui la rendent facile a comprendre. Je tente de <<rendre Vévénement». Mon travail est celui, a la fois d’un peintre et d’un artisan. J apparais le moins possible. Mon désir est de ne pas étre présent. Je m'e1'-force de montrer d’ou viennent les choses et ou elles vont; les causes et les résultats des événements, Ieur orientation. 17 0
  • 18. 0 EXPRMER DOSSIER ment. Bien qu’il soit dans la 20 tion personnelle intervient. Certains diront qu’un presentateur ne peut pas s'effacer reelle- coulisse, le metteur en scene a plus de responsabilites que Ies acteurs dans le spectacle. Quand je choisis dans mes materiaux et que je compose mon article, mon interpreta- Aucun autre ne concevrait Ies choses NTERPRETERLESTEXTESETS tout ce qui me passe par la Je n’invente ni n’imagine vaille a la refleter au mieux. soit plus facile. > Relisez attentivement le texte comme moi. Aucun ne Ieur donnera le meme tour. Ma presence est de tous les instants. Cette declaration ne signifie pas que je raconte tete. rien. Je m’oblige a la fidelite. Quand je rapporte l’opinion d’un notable, d’un mouvement, d’un parti, je tra- Quand je decris une situation, mon tra- vail est seulement de la faire mieux voir. J‘en force certains faits et c’est en cela que <<j’apparais>>, mais c’est afin que la comprehension J. Grandmougin, Editions de la Table Ronde _ it . . - - to '--~-=- - :-<- .~ -.> <= 7;. -:;.:e.4:,; *5 ==~., .1 .2.W» *~*-="'=*-' 1”" W -".-W —~* ’ "--'-1+“ ‘ ~ ' ‘W travail? 4. A quelles etapes de son interpretation personnelle? le tableau. 1 . Objectif du texte. 1. Quel est l’objectif du texte d’apres son titre? 2. A quelle personne est-il redige? 2. Organisation du texte. 1- 1. Pourquoi le texte est-il redige au present? 2. Quelle est la seule regle que le journaliste s’est imposee dans son 3. Suit—il la méme methode quand il rapporte l’opinion d’un mouve- ment, d’un parti ou decrit une situation? travail reconnait-il l’inten/ention de son 5. Quelles sont Ies marques de sa position personnelle? Completez Marques et Ieur interpretation Vocabulaire Mode Mise en relief Phrases negatives 6. Reperez le vocabulaire qui se rapporte au journalisme. 18 2
  • 19. DOSSIER d’un professeur. 2. <<Mon travail est celui, a la fois, d’un peintre et d’un artisan.» i s Enrsiehisssez vs*t:re~ vscabulaire r ' . Commentaire des phrases. 1. <<Seul dans mon bureau, je travaille a la maniere d’un moine ou >> Forcer qch <> tirer plus qu’on ne peut en tirer: Ce lnfluencer qn <> soumettre a son influence: Je ne veux S’eacer <> disparaitre plus ou moinsz Ce souvenir Moine m <> un religieux vivant en communauté. Présentateur m <> une personne qui présente un spec- S’obliger a qch <> se lier par l’obligation, promettre: Je Rapporter qch <> répéter ce qu’on a lu ou entendu: Je Sous cet aspect <> de ce point de vue, sous cet angle. 3.l_‘indii"férence 4.Le regret * I 5. L insatisfaction 6.l_’irritation Complétez les phrases par les interjections suivantes: :'>F-°!‘.-‘ Exprimez votre attitude vis-a-vis des situations suivantes. ‘ (Employez les phrases exclamatives.) | 1. Votre ami a résolu un probléme compliqué. (Ia fascination) 2. Nous sommes un vendredi 13. (la satisfaction) 3. Tu es enfin revenu! (Ia joie) 4. Mon chien a disparu. (la tristesse) 5. Tu as entendu sa musique? (l’admiration) <> i . On exprime souvent ses émotions a I’aide des interjections. Réunissez les deux colonnes selon le sens: 1.|_’admiration El Dommage! 2.La surprise El Chouette! — ll a manque de courage! — Je réve ou quoi? Ce n’est pas possible! Poltron! ll n’a pu rien dire. Aie! Tu m’as marché sur le pied. Pauvre type! journaliste force certains faits. pas influencer ton choix. ne s’effacera jamais. tacle, a la radio, au music-hall, etc.; ici: une personne qui presente des faits. m’obIige a Ia fidélité. rapporte l’opinion d’un parti. Tiens! Et alors? Encore! (Ah,) zut, (alors)! 0 a 1 9 ‘
  • 20. (I ETSEXPRMERNTERPRETERLESTEXTES DOSSIER 4. Quels appels fait-on: quand commence un incendie? quand un voleur est en train de saisir votre sac? quand on est agressé? Q E1" vo1'|~e avis ? 0 Un journaliste doit-il étre objectif? 1. Dans le texte, repérez une subordonnée et identifiez sa valeur. ‘M ‘,>.~.> .0. *4?‘ . . ., . ...».. , . ~->402:/~‘rr~> ., M,“W,..(.,-.._M@.-,>.A.M.-..,._.¢_-...,....s..,:._.... ».... ,,..__W ‘4|''I~<'nI‘;>CJ:-qQ4»<I~)r->(~‘3Vv* W." _.~ . . V , s ..,.>.g ll est sept heures du matin. Un adorable bambin vient d’entrer dansi la chambre de ses parents et il tire sa mere par le bras: '_"" — Maman! C’est l’heure... = — Hein? Quoi? fait la mere encore tout ensommeillee. C’est l’heure§ de quoi? — De réveiller papa pour qu’il vienne me réveiller... La subordonnée de but répond é la question <<Dans quel but?». Elle ne s’emploie qu’au subjonctifz l&%%%% e iii;e?@%%§%%%%%%§§§§§%%§§§§§§§§§§%§§§§§§§?§€?3%%%%% ~ * @l pour que, afin que -— ‘-lT06bI, Je te le répete, pour que tu Ie re— pm: TOFO ‘-lTO6bl tiennes. ‘V Afin que tout soit clair, il a precise. de facon que, de maniere que, * ll se cache derriere la maison, de de sorte que — Tax, '~lTO6bl facon que son frere ne le voie pas. 2. Expliquez |’emploi du subjonctif dans les phrases suivantes: 1. Je ne presente pas les choses sous un aspect particulier pour qu’elles plaisent. 2. J’en force certains faits et c’est en cela que <<j’apparais», mais c’est an que la comprehension soit plus facile. *~e~~ s*"AP?f=i§§??§[?i§§iT§fsl , 1. Obsenlez et retenez: Frangais —> russe |-|pVl,l1aTO‘-IHOG O6CTOFlT€J'|bCTB8HHO€ I'lpe,UJ1O)K€Hl/I6 MO)KeT I'l€p6BO,[l,|/lTbCFl C l'lOMOU.|,blO CIIOBOCO‘-IGTHHVIFI C 36CTp8KTHbIM CyLLl6CTBl/lTeJ1bHblM. 20 l » 1
  • 21. DOSSlEFl Quand je compose mon article, l‘lpi/i H3l'lVlC8Hl/1!/1 CT8Tbl/1 51 Bblpa)KalO mon interpretation personnelle CBOIO nv|~|Hy|o l"lO3l/lLl,VllO. intervient. a KoHcTpy|<u,vm vuvm + npvmaratenbnoe + a + vmcbmuvrrms c y|<a3aHv|eM Ha npv|3Ha|< npeilmeta |v|o>|<eT |‘l€p8BO,lJ,V|TbC9l l‘IpVl,lJ,aTO‘-lHblM onpep,env|Tenb- HblM npe,u,no>|<eHv|e|v| vmvi Flpl/lflal'aT8J"lbHb|M. Une image facile a comprendre. KapTv||-||<a, KOT0pylO nerKo l'lOHFlTb. KapTv|H|<a, nerxan tum l'lOHMM8Hl/1Fl. e KoHcTpy|<u,w;| étre la/il y a + pour + VIHCDVIHVITI/1B BblCTyl'la8T B ponvi onpe,u,eneHv|s| VI l'lGp€BO,lJ,VlTC9l l'lpl/l,£l,aTO‘-lHbIM Ol'lp€£l,8J'll/lT6J1bHb|M. l Nul n’est la pour m’influencer. VI HGT Hl/IKOFO, KTO Mor 61>! Ha Mei-m FIOBIII/ITb. o"0 *1-I !>.-*9°!>.-* 1 2. Traduisez par oral les phrases ci-dessous: C’est un travail difficile a faire. C’est un probleme facile a résoudre. II y a des hommes pour faire ce travail. Elle est trés attentive, quand elle lit. Quand il répond, il ne regarde personne. 3. Traduisez par écrit le texte (lignes 16-29). at e I Y; *§.’.=§P .~' I .4 . s A. 1. Vous etes partiellement d’accord avec la these: <<La prise de position du iournaliste exposée dans le texte (la position objective ou subjective) dépend du type d’article qu’on rédige.» ' Cherchez les arguments pour et les arguments contre. 2. Rédigez un texte ou vous défendez la these: <<L’eau est un ami et un ennemi de l’homme.» (100 mots en- viron.) 0 lllustrez votre prise de position par les exemples correspondants. I B. Evaluons votre prise de position (voir la grille d’évaluation a la page 11). 21 Frangais -> russe _
  • 22. LESTEXTESETSEXPFIMERNTERPRQTER DOSSIER I 1 *3 ii . v 4-q..r.,_,.. »‘ 'r 4 s;: -2 "4 »EATRE :5» Lisez le texte en diagonale et repondez par oral aux questions: Qul parlo? A propoo do quol? Dans toutes Ies conversations on me demandait ce que je faisais, et ie disais: ~<Je suis etudiant en theatre». La premiere piece que j'ai vue, c'etait Don Juan joue par la troupe de Gabriel Monnet, qui ve- nait de Bourges et qui jouait a Chateauroux. Je de- vais avoir 13 ans: c’etait donc apres le premier voy- age... J'étais deja alle beaucoup au cinema, ou on entrait sans payer. J’ai vu tous Ies premiers Poiret et Serrault‘, j'ai vu Jean Marais’, tous Ies films americains. J'étais fasciné par la salle, l'esprit de la salle et cet ecran blanc qui, tout d’un coup, s'ani- mait... Je voulais toujours étre de l’autre cate... Finalement je n’ai jamais vu Ies acteurs vieillir, au cinema. Pour moi c'etaient des aventures, il y avait la lumiere, le soleil... le contraste entre la salle noire et la lumiere de l’ecran... Pour ca, le cinema j’y etais acquis depuis Iongtemps. Mais au theatre, j'ai ete tres surpris. Je suis entre cote scene pour ne pas payer — je ne payais jamais — je me suis faufile a travers Ies accessoires de la piece et je me suis retrouve dans Ies coulisses, avec deja une drole de sensation. Et puis, je suis descendu dans la salle, tranquille, au moment du noir... Et j'ai ete tres frappe par le theatre. Parce que lorsqu’on vit comme moi en pro- vince —- et en plus dans la délinquance — on n’est pas du tout aver- ti. C’est un etonnement de voir des gens sur la scene qui respirent le meme air que nous et qui se mettent a parler comme Don Juan de Moliere, avec des vers et tout, des costumes. lls etaient presque ridicules... C'etait la premiere impression. J’ai vu des gens deguises qui avaient l'air de s'amuser. Et puis, j'ai vu le reve encore une fois, V mais c’etait plus difficile. En tout cas c'est a cause de cette unique piece que j'avais vue que je disais: -Je suis etudiant en theatre». Gerard Depardieu. Robert Chazal, Gerard Depardieu ou I'Autodidacte inspire (la transcription d‘une interview) §;‘, ll- ' Jean Poiret (acteur et auteur) et Michel Serrault (acteur), deux comiques, de- butent a l'ecran dans Ies annees soixante du XX" siecle. Jean Marais (1913-1998). un celebre acteur de cinema. ‘I> Fielisez attentivement le texte. 22
  • 23. '1 .».»..c.. DOSSIER "“.-=’ .11-.. ~~....-.»=..a.» »~--~ .-me .. . , -*'~ * ..... '1. Objectif du texte. 1. De quel genre de publication s’agit-il? 2. Quel est l'objectif de ce texte? 3. L’auteur et le narrateur, est-ce la meme personne? 2. Organisation du texte. 1. Pourquoi le texte abonde-t-il en points de suspension? 2. Quel est le plan temporel du texte? 3. Quels sont les temps employes dans le texte? Quelle est la valeur du present? 4. Quelles sont les impressions de Gerard Depardieu face au cine- ma? Relevez les elements du texte qui les traduisent, groupez-les dans l’ordre logique. 5. Quelle est la premiere impression de Gerard Depardieu face au theatre? Et la seconde? Completez le tableau suivant: Premiere impression Seconde impression 6. Dans le texte, relevez les mots qui se rapportent au champ the- matique du theatre et faites entrer, dans le tableau, ceux qui ont le sens suivant: Theatre: genre litteraire Theétre: lieu de representation 3. Commentaire. 1. <<...les accessoires de la piece» ; 2. <<Je vouiais toujours etre de l’autre cote...». Enrichissez votre vocabulaire ~ Autodidacte m <> qui s’est instruit lui-meme, sans maitre. ~ Deguiser qn <> l’habiller d’une facon qui change completement son aspect, qui le fait ressembler a quelqu’un d’autre: Il est deguise en Indien. ~ Delinquance f <> ensemble m des crimes et des delits consideres sur le plan social: Ia delin- quance juvenile. ~ Se faufiler <> se glisser adroitement quelque part: se faufiler dans un passage etroit. 23 ~
  • 24. 0 ETS'EXPRMERNTEHPRETERLESTEXTES DOSSIER sens du mot: 2.Représentation f 3.Distribution f 4.Régie f 1. Reliez les deux colonnes e l’aide du chiffre correspondant au 1.Mise en scene f El liste f des personnages et indication f du lieu, de l'époque de l’action realisation f du décor action f de jouer une piece de théatre organisation f matérielle d’un spectacle 5.Copr0duction f choix m du jeu des acteurs, des mouve- ments, des décors 6.Scénographie f El liste f des acteurs 7.Didascalie f initiale III production f d’un spectacle par deux ou plusieurs producteurs 2. Quel genre de pieces préférez-vous? Pourquoi? Trouvez, dans un dictionnaire, la définition des genres. drame m comédie f mélodrame m tragédie f psychodrame m tragi-comédie f 3. Quelle est la regle des trois unites dans les tragedies clas- siques? 4. De qui le metteur en scene a-t-il besoin pour monter la piece? Quelle est la fonction de chacun? 5. Quelle est la réaction du public: — quand une representation lui plait beaucoup; — quand elle ne lui plait pas du tout? 1. Dans le texte, relevez les subordonnées et identifiez leur valeur. Un monsieur apprend a reconnaitre les divers feux de signalisation a sa femme. — C’est tres simple, lui dit-il. Quand c’est vert, tu fonces. Quand c’est orange, tu ralentis. Quand c’est rouge, tu t’arrétes. Et quand je deviens tout pale, c’est que tu as fait le contraire de ce que je' viens de t’exp|iquer... l SUBORDONNEES DE TEMPS La subordonnée de temps répond a Ia question <<Ouand?» ou <<Depuis quand?». Elle exprime la simultanéite, Ia postériorité ou l’antériorité par rap- port a |’action de Ia principale. ~ 24
  • 25. DOSSIER Elle peut etre a i’indicatif ou au subjonctif selon la conjonction qui |'introduit: lndicatif Subjonctif Simultanéité Antériorité Postériorité quand, lorsque —— e quand, lorsque — s jusqu’e ce que—p,o |<orp,a, no|<a Korna Tex nop, noi<a au moment ou — B apres que — nocne avant que (ne) -TOT MOMGHT, |<or,o,a TOFO KHK npe>K.£I.e ‘-IGM pendant que, tandis depuis que — c Tex que, alors que — B nop |<a|< TO spew: |<a|< chaque fois que -— i des que, aussitot Ka)K,D,bll/I D33, |<a|< QUG — |<a|< TOJ'lbKO A Au moment ou elle montait i’esca|ier, on |’a appelée. A Chaque fois que je regarde cette comédie, je ris aux larmes. A Des que cet acteur paraftra sur ia scene, des appiaudissements retentiront. A Depuis qu’i| avait /u cette piece, il y pensait toujours. A Je suis reste dans la salle jusqu’e ce que le public soit parti. A Le rideau est tombé avant que i‘acteur ait ni Ie monologue. W99: Type de subordonnée N9 subordonnée complétive ~ subordonnée relative subordonnée de cause e subordonnée de temps 2. Dans les phrases, relevez les subordonnées et identifiez leur 1. La premiere piece que j'ai vue, c’etait Don Juan. 2. Dans toutes les conversations on me demandait ce que je fai- sais... 3. (a) Parce que (b) |orsqu’on vit comme moi en province — et en plus dans la delinquance — on n’est pas du tout averti. 4. J’étais déja allé beaucoup au cinema, ou on entrait sans payer. 25 0
  • 26. NTERPRETERLESTEXTESETSEXPRMEH DOSSIER ~;_ , »‘ -, . ,, .,.;.,. . .. -,, _,- »~~z "3 1. Observe: et retenez: Franqais -> russe n3CCVlBH3 i<oHcTpyi<u,vm so cbpanuyscxom nauxe H8 Bcema nepeao11m- on pyccxo naccmano xoi-icTpyi<uMe|71; 910 MOXGT 6l>lTb axrviai-can KOH- CTDYKUMFI. J’étais fasciné par la salle. Fl 6w1 sawapoaan aanom. ...j’ai été tres frappé par Ie Tearp nopasvin MBHFI. théétre. C'est + vim: acrpaxmoe + de + vii-|¢uHmua H8 ecema MO>K6T nepe- aomnbcn nocnoauo. C'est un étonnement de voir des YAMBMT8/1bH0 BMA8Tb H8 cuewe INO- gens sur la scene qui respirent le J18“. KOTODHB D.bIl1I8T TQM Xe B03113’- méme air que nous... XOM. "T0 M Ml>I--- C’est une joie pour moi de vous 3T0 P8.110CTb 11.119 M8H BMA8Tb B80 voir ici! 3ll8Cb! / Kaxan panocrb mm Mensa au- £18Tb sac anecb! 2. Traduisez par oral les phrases ci-dessous: a) 1. Ce spectacle a été évoqué par beaucoup de critiques. 2. On est étonné par sa maniere de réciter les vers. b) 1. C'est une bétise d’insister sur cela. 2. C'est une joie de l’entendre chanter! 3. Traduisez par oral le texte suivant: Le théétre antique Le théétre grec, situé dans un sanctuaire, est un bétiment a ca- ractere religieux. Les premiers theatres de pierre, tres simples, appa- raissent au |V° siecle avant Jésus-Christ. Les representations ont lieu en plein air, les gradins étant adossés a une pente de colline creusée en hémicycle. La scene, circulaire, se trouve dans le bas. Derriere Ia scene se dresse un mur percé de portes, et représentant un décor fixe. Les théétres grecs d'Epidaure et de Pergame jouissent de vues exceptionnelles sur des paysages immenses. Dictionnaire Encyclopédique 2000 56
  • 27. DOSSIER ‘ , ‘ %"@ . in i B » ~ 5, . Y» - is . a = r r > ~ .<~_.»r,g»¢»;~,.i.,§;'%;;.-;;»,;;;{ me; ,.. 4 Q i-,5 ~ ;-it LU r , Eg $41, Z? , l i 3:, . "3? ~l $4’-%»v;*:.§~;¥ii§,f'~ aw ~ ' V . ' =» ' ‘ "1""? §;"”‘1 -11‘? %i»%:i‘J‘§3"< .“‘Z‘u? ‘ lu» Le.‘ ".,i~‘~{‘"*";. ' /1 M » M L " A. 1.Vous avez assisté 2 une representation theatrale. Racontez cette scene. ' Votre recit devra laisser place a la description et a vos sentiments. 2. Qu’est-ce pour vous le theatre? ( 150 mots environ.) ' Votre point de vue peut etre positif ou negatif. B. Evaluons votre prise de position (voir la grille d’evaluation a la page 11). EVALUATION 9 > Observez le texte suivant: REGIE La regie est le point nevralgique du theatre. C’est par cette plaque tournante que passent toutes les activites du theatre, depuis l‘idee creatrice du metteur en scene jusqu’a la recherche (et le paiement parfois) des accessoires. Sans une regie devouee, consciente de ses obligations parfois en- nuyeuses, Ie theatre ne sera jamais le lieu privilegie ou les celebra- tions dramatiques et satiriques de Ia condition humaine pourront etre donnees, .il sera seulement une usine. Un certain produit, solide cer- ' tainement, en sortira, mais non un objet que l’on aime et dont on f conserve en soi-meme l‘histoire et la presence. J. Vilar, Lettre au Directeur ‘ Questions > Expliquez Ie sens du mot <<regie» ( 1 point). > Quels sont les procedes qui sen/ent a exprimer la prise de position personnelle de l’auteur? Completez le tableau suivant (3 points): Syntaxe Mots évaluatifs 27
  • 28. 0 ERLESTEXTESETSEXPRMNTERPRETER DOSSIER (apporter) il y a six mois. numérotées (4 points): P in» Completez ce texte par les formes verbales vouiues (2 points): BENOIT (écrivant une lettre). Mon fiis Q moi tout seul... C’est comme ca que je te (appeler) ‘quand tu ne (étre) pas encore en ége de comprendre Ztout ce que ces mots (pouvoir) signifier pour moi et pour toi. Ou, plus tard, squand tu (dormir), ou maintenant encore 4quand je (étre) seul et 5que je te (parler)... comme ce (étre) le cas en ce moment. Et si les mots (tomber) presque malgré moi sur le papier, 6c’est qu’i|s (étre épuisés) d’avoir tourné et retourné toute la nuit autour de moi, sans pouvoir t’atteindre. LAURENT (lisant Ia leltre). ll faut 7que je te (parler) Bpuisque hier soir je (avoir) la bétise de me taire, de ne pas te dire tout simp|ement...: Tiens! Je (recevoir) une lettre des Editions Marionneau. On me (de- mander) de passer demain 9 |’administration entre trois et cinq. Qa (devoir) étre pour me redonner le manuscrit du roman 9que je leur pp» Dans ie texte ci-dessus, identifiez les types des subordonnées GRAMMAIRE 6 oints F. Dorin, Le tube Type de subordonnée N9 subordonnée relative subordonnée complétive subordonnée de cause subordonnée de temps EXPRESSION ECRITE 10points pi-» Queiles qualités devrait avoir un metteur en scene, selon vous? Rédigez un récit bien structure ( 130 mots environ). 28
  • 29. ~ , » ¢ - - 4,. ‘Vt: p. - V‘I‘W' 0 I ,‘~ -, 0 I - §, now ;»-_» “-,,.1 I yr~ ‘-b 4 .,.‘,,_U ‘I Q F F I at ,4 w4‘_a*1"§*r'1}'t" "L" .1,“-a‘1'~';='1@ “it Lv L» Vous commencez alors par choisir un evenement dont vous voulez J a-A.-.= parler.% , 1;‘ , ,..,> .. ,. 1.7,,..;;_ ' La premiere etape, c’est-a-dire le dialogue-evenement, comporte ,. , t 3 , t , , a ;;i iijfossisniiii 0 C’est un dialogue en situation ou un participant racon- te a son interlocuteur un evenement qui lui est arrive. Cet evenement peut etre heureux, ou malheureux, ou neutre. ll faut donc trouver un comportement verbal adequat a |’evenement re- late; obsen/er le deroulement logique de l’evenement; poser les bonnes questions et reagir d’une fagon conve- nable a |’evenement relate, ainsi qu’a l’imprevu represen- te par |’autre participant; montrer a |’inter|ocuteur son attitude: etonnement, plaisir, compassion, regret, etc. ° C’est une transposition monologale du sujet traite lors de i’échange dialogal. C’est donc un expose oral qui s’ar- ticule autour de trois axes: il s’agit de reconstituer fidele- ment la trame de |’evenement vecu ou raconte par l’inter- locuteur, de se referer a ce qui a ete dit dans la situation dialogale et d’exprimer son attitude. L’expose peut etre suivi d'un entretien avec le professeur ou un eléve de la classe. ' C’est un monologue oral structure. ll faut donc: a presenter, decrire une situation, une activite, un evene- ment, les situer dans le temps et dans l’espace; les racon- ter de maniere simple mais coherente; exprimés et leurs nuances; porter une appreciation positive / negative; construire son expose: l’introduire, puis developper et en- suite conclure. ~51,-',~ -»-"f t Uii il‘*-4,‘-If‘ "é .2-1-, ‘ ": 1,-*7: -2 ‘” ?'t“»»*€;‘i3’-ii§’€»§': V” . E353 beaucoup de points communs avec la technique de dialogue simule (voir Dossier 2 dans le livre de l’e/eve de la Xe). Mais, ici, c’est a vous de choisir un sujet ainsi que votre <<personnage». rm» “ - ‘ I» .."‘ percevoir et relater les difterents sentiments, points de vue , W
  • 30. W; 1» ;f£ > ’ at > Des le début vous communiquez a votre interlocuteur tous les dé- e J‘: 1; "'9' > Vous pensez a bien terminer l’é-change en préparant une cloture p 0 La seconde étape, c’est-a-dire la transposition monologale du dia- 1 '6" "Us V rs descriptif (voir Dossier 1 dans Ie /ivre de l’éIéve de la Xe). Pour con- struire votre exposé: ” > vous écoutez le dialogue attentivement en repérant les mots clés qui 1% SEDOCUMENTER wk ~2.'r~ 15 > vous exprimez votre prise de position a propos de Pévénement et de i ses <<acteurs» (positive, negative, neutre); , > vous pensez a la structure de votre exposé: introduction, développe- e 1. T’ i W »r‘< *9 . ~ ‘V w ii‘ Y» 1» .» 1‘ ~ k_ a.!z1 -. sras V‘ !_ »> 3 ix ‘ .» "" W: H » 1 K .;~ 1‘ 4, . . 4*V ‘ 11,, I '>* "/9:. 1 ="§ "" ~ 5 I" vouiez jouer en tant que conteur de l‘événement. tails qui vous paraissent indispensables pour reussir l’échange 5,7 dialogal. ' Ensuite, sur une feuille de papier, vous faites son scenario en répon- dant aux questions: qui, quoi, quand, ou, pourquoi et comment. > Vous trouvez un comportement verbal adéquat au role que vous logique et naturelle. i logue-événement, s’apparente beaucoup a la technique d’exposé ~ repondent aux questions: qui, quoi, quand, ou, pourquoi et comment; 1 * > vous éliminez l’information qui vous parait inutile et vous ajoutez celle que vous croyez indispensable pour raconter l’evénement de maniere i simple et cohérente; p» Ecoutez Penregistrement du dialogue entre Isabelle et Marie- Christine, reconstituez les répliques d’lsabelle. |., - / )< M.2 — non / qu‘est-c(e) qui lui estvarrivé l.3 — a -5? M.6 — mais zut m(ais) alors qu’est-c(e) qu’elleAa fait l.7 — as "' ,, ] > vous choisissez une attitude envers l’événement et ses <<acteurs>>; ment, conclusion. M.4 — oh c’est pas vrai / mais on l'a vu partir l’aut(r)e jour ~ xv, n-. 1. DIALOGUE-EVENEMENT VET SA TRANSPOSITION EN “MoNo|.oc.uE~ <A<=~E$ A RATE -
  • 31. 4 , M y"'r' ~» »» i |v|.8 - oui {. %» I ~ I1- ;‘ » I“'I *s >'- » X” 57 M.,6— maiseooute 1 ‘ly'‘,<~/ 3,3. i_|-ha §_-_ '| Q"?!"<i7"§:t'I. ‘Q’'~l<‘ 4 i";VA'¥gr 01 lI9 -d M.,0— oi": / et puis alors en plug Paul qui d(e)vait l’attendre a Tallinn ¥ __ M.12— il avait prévu l’attend(re) juste cg jour-la ‘:1 |-15 l-19 i ' |-21 . |-23 1 , ,_ Gt / , / /— M.,4— oh zut / la pauvre Agnes / elle va elle va ét(re) furieuse at Cf) /R ,8— oh / en plug elle d(e)vait partir pour trois jours / elle va s en va s’ennuyer comme tout écoute / et Paul '.I‘'1''_ 1:; #42. ‘">a=:~ » .4 w ' 5 I M.20— mais nonAmais attends ecoute cgst pas p0ssib(|e) pa(r)ce qu en , plug elle a l(e) billet / attends elle a |(e) billet dg rgtour dg A Paul ,‘ , , M.22-— m(ais) écoute c’est c’est c’est une catastrophe / cette histoire M.24— mais elle peut prendre unvavion “ /- ,; Y' >1 4-< PW '_' .'§-- PM». Q-a M.26— éc0uteAi(|) faut qu‘elle prenne i(l) faut absolument qu‘elle L prenne unvavion / c’est pas possible ~ ~ ‘¢ iv" * ,4 4* — ~ Q 4 D 1*» n.!_s‘ii! --~ .‘ |‘27 M.28— écoute allons lui téléph0nerAhein M, “ ,, ~ L _);,.,. s , W ‘V ~» ~ w +
  • 32. -5 1. Quelles sont les relations entre Isabelle, Marie-Christine et Agnes? “ <1: UJ I-C: U) L LE |-is Q L-U D: LU M est arrive? Comment reagissent-elles par rapport a l’evene- formulee. Attribuez |’information au personnage correspondant. p-A Reponoez auk questions suivantes: '-'-' Qui l’attendait, pourquoi? levant ce que disent les Iocutrices. Dans un premier temps, ne pas i lseoocumswt Evénement Agnes Paul Marie- ’ 1 se trouver Gros Jean comme devant — OCT3TbC c HOCOM t Reecoutez les monologues, classez les informations figurant dans les )7 , >7, t. . 11,,‘ 7,,’ - ,._ , t ,< ,, I tr Q V Justifiez votre réponse. ~ ou devait partir Agnes? Pour combien de temps? Pourquoi a-t-elle rate son train? Quel etait le but de son voyage? GNTRAGE Gwwwwweww Qu'est-ce qu’elle devait ramener a la personne qui l’attendait? A qui en a-t-elle parle? Quelle solution ses amies voulaient-elles proposer a Agnes? Comment voulaient-elles le faire? Comment Agnes a-t-elle vecu l’evenement? pl» Ecoutez le dialogue de nouveau, remplissez les tableaux 1 et 2 en re- 1 C remplir les colonnes marquees /. ' .,.- ' tableau i, Information: Qu’apprenez-vous sur Agnes et Paul? Agnes / Paul i Tableau 2. Prise de position: Comment les Iocutrices vivent-elles ce qui ment, par rapport a Agnes et a Paul? Notez les articula- “ teurs employes. Isabelle A Christine ~=1-~_~» If 7*?‘ ’.,-»-,-» §‘<¢>1*~n><~<;I= -s,wq_-:.-=;n___,w:.‘,-=1§;'=‘—,,—;:e,~;,<N<;,,ms. J-,—,;_; _*.._,;.;;:, ':,.:,..,, F4*E'¥“ >~ -~~ ‘ avoir ras le bol de qn ou de qch — en avoir assez . une téte de linotte -— personne tres étourdie avoir marre de qn ou de qch, en avoir marre — en avoir assez Q» Voici trois monologues: N°1 (Marie-Christine), N°2 (Isabelle) et N°3 ‘ (Marie-Christine). Lors de l’ecoute, revenez au tableau 1 et, dans les colonnes marquees /, notez le numero du monologue ou apparait l’in- formation figurant dans le tableau. g tableaux 3, 4, 5 d’apres les criteres suivants: ajoutee / omise / re- [4 a M
  • 33. 7 " Tableau 3 If * . 98 o4 , I 1.f.rvr»~"* ‘F , _ ‘I ~~ nages ajou- omise re for- tée mulée 1)elle devait partir en train a Li _’. ‘I4 <- “Vl."»3",;~‘~.‘ > ';»';1('.'1, 1' D _Y§:§‘§<w7:»ff=;r;i:-frtiv 8., M7; Q _ ‘ end gaché * at )1 J 6) il l’attendait pour pouvoir pas- V " * ser le week-end avec elle I _. Q ‘Al ,- ~ ~ 12) il faut qu’elle se débrouille soit f“ en prenant l’avion, soit en . *‘- idée pour le week-end ~ 0 4._ 4 . t at - ,_ W , _* ’ L "*1 .- téléphonant, en télégraphiant a l'h6tel a Paul, en lui envoyant '23- de l’argent ~__“1 15) il est perdu la-bas tout seul a» Qt *4 Monologue N 1 Pe,.sOn_ Information * Tallinn pour trois jours " IT! ~ 2) le matin son réveil n’a pas : 3) le taxi avangait Ientement 4) elle est arrivée a la gare trois minutes apres le depart de son train 5) pour elle ga veut dire un week- - All 7) c’est elle qui possédait son bil- let de retour 1 8) il n’avait pas pu acheter son bil- A let a Moscou avant son depart 9) il est tout seul a Tallinn ~ 10) il ne sait pas comment revenir parce qu’il n’a pas le billet 11)je crois qu il n a pas pris beau- 4 13) elle a essayé de téléphoner, elle ne comprenait rien j 14) il faut qu’elle trouve une autre sonné a la bonne heure CD lTl 3-a> i 0--1 .v , ‘m ».» . ‘Q _w a- @- @- @- coup d argent avant de partir »
  • 34. 17) elle doit etre tout a fait désolée ' Q) 82% 4» - - W2 e - - time ment tee m"'ee I‘ Q I ' ' ‘ I ‘e .~<.»¢= ~A_/1 s» , , . . . 4 _ * Exies 09“ /2 16) elle est toujours active et tout z r we . Monologue N” 2 Pe'$°"' Information pour lui expliquer ce qui est ar- Qt ' dernier ; 14!-¢ 7) elle était triste comme tout, elle ”,,@~» 8) elle a essayé de téléphoner, elle mt. " “ 6) je sais pas pourquoi il y avait un j Qt embouteillage comme T d’habitude la circulation est flu- w 4) L j; j |'Université 4 5) il ne comprenait pas du tout Ia ,~ v ide ¢ as 9) il était déja parti deux jours *1" £4‘? a ..1:~I V!~4 9‘-~,, 1, :1 ~ ~ ~ _ -. , , ,. + Q~ V» ~, I ,7 Q‘ A - w 4,,» At'<;.; TM ~ , -.; I ,3 $_ "4 2» ~ ** er . ' M '41 2 M ~ Monologue N°1 Person- Information na es . . 9 a]ou- omlse refor- de ne pas etre partie Tableau 4 nages/ é véne 3]OU omlse re f0 r- 1) j ai teléphone a Paul I autre jour rive avec Agnes ie week-end or ) elle devait partir pour trois jours 3)ga a ete une h|st0|re abomi nable eile était partie a |‘heure de e w fig. situation, ne faisait aucun effort <28, * en avait meme les larmes aux "‘ yeux, la pauvre ~ ne comprenait rien i avant 10) il avait prévu de l’attendre juste M J”; ce jour-la ‘ 11)iI n’était pas prévenu " , _ , ,, , V .. = x M > _. ~ ‘W is ~* ‘F . . ,~ ;_ I ‘It ‘ , ' ,3: ~< ‘V ‘"7 , » W r ““ _,~ @ W av ~ I » -, ,5 ,- , ~.t as » 1-11* ~. ~ ~ ,1, 41% ~ t ' -i ~ =1 W "e-» - rm ~ ' is ~ - 1:» M ,, '$ , ~ rs Q ui '2' Ma, “ . ,,,*", V“ W ~* “* *3 ,1 * f ~ fDOStSlER * ,, ~ ~ E ; ~ W w , ~. i tée mulée r F 6,; av se »
  • 35. U l’ >4 F 1. A ., ., 6 ,_ € événe- a]ou- omise refor ' ment té€ mulée ’ V! ,w J‘!Q‘ .3 1‘ 12) on a cherché, on a vraiment fait Ie tour des possibilités, on est allé voir Ia compagnie d'avia- ~_ at tion, si on ne pouvait pas pren- ‘wt'1?’-ii i dre au dernier moment un avion, on a fait toutes les de- marches 'H‘fl‘ 3-.,t,f 13) on a appris que les avions ne circulaient pas ce jour-la a cause du mauvais temps .“‘l“‘C£( sf’‘a 14) il faut absolument que je té|é- phone a Paul pour Iui expliquer tout ga ,~':§w <- 15)c’est Iui qui s’est trouve Gros ‘" Jean comme devant a Tallinn tout seul, sans billet, sans argent .Q rt‘I ‘' 1 16) il a d0 telephoner, se faire preter de |’argent par des gens de passage 17) ga a été un week-end plutot »_‘_ V3 Tabiezsu £5 ‘Ji. *§“ IMonologue N" 3 Per$°"' Information I. e Monologue N” 2 Pe'$°"' Information i--.. nages/ ‘m .- ‘ ‘ U}, k1 1 -Q réussi » w _ 1» -"' nages/ rl} L evene a;ou omise re for L1.L2 1) moi, j’en ai ras le bol de cette V ~ ’ "" fnent tée mulée ‘Q’ ~ ' fille x e-.. 2) au lieu de mettre son réveil g w % 1 assez tot pour pouvoir prendre son petit déjeuner, se coiffer, I -» -1 1 1* ‘§-as . _ ~ , ‘<- a la derniere minute ) ¢< 4) elle a essaye de telephoner, elle ne comprenait rien J ". 5) enfin c’est ce qu’el|e raconte, r 1,] tu sais comment elle est -4* W.-I. -‘I’ "3 ‘ " *~ V ' an w t ~ “ < 5 ~, ‘ " W ., 1 , ‘ " W “ -= I ., V ,, t. » -. _ _ 1. i ’v a ' a * -,;,;.,,: H” " " ’ s habiller, et cetera, elle |’a mis t * ‘¢%‘_' . ,..z*~ 3 elle était en retard *- 1 f 1» ¢ i 3> * . » rn
  • 36. »¢_ ~< ~ '-W 1 'i“__“: V7 .1‘ ,,w Q» H 1» z ll le retour =:- ~< '1 l » 1*» ,1* 12 ,»_ W» D0éuME I 4» LLl ,. W :7». v ’~’ ! 7 a T.’ 1» A 1 de ses actes, qu’elle trouve un e ‘CC g 10) il devait l’attendre a Tallinn W $0) “ 16)c’est une téte de linotte, c’est “~ W t. ’ m» U M ‘~“4~»' ‘ I ,1“ E " >‘ ~w " a ~rY‘~ “‘“’ ,’ ‘ ~:= ,,., W I 3 ' , o?@@s~E@~ ~ , 1 Monologue N° 3 Pe"$°"' Information nages/ L événe- a1ou- omlse re for- v ment tée mulée 6) moi, je trouve que cest inad- missible 7) quand on essaie de partir en voyage, on fait en sorte de pre- parer son voyage correctement elle devait partir pour trois jours V7! .2 elle avait acheté le billet de re- tour de Paul Si 11)il est tout seul a Tallinn main- tenant 12) il ne peut pas rentrer ~ -s 13) il n’a pas son billet d’avion pour *1 14) il n’a pas d’argent 15) elle dit: oh bah c est pas grave je vais lui téléphoner, on va s’arranger, et cetera une fille qui pense a rien 17) qu est-ce qu on va faire de Paul la-bas ‘F’ 18) il faut qu’on lui envoie un taxi, a Paul, pour revenir de Tallinn a Moscou en taxi " - 19) il faut qu’elle se débrouille, elle a 28 ans, elle est responsable moyen 20) moi, je ne m’0ccupe pas de cette atfaire, tu entends, je ne m’en occupe pas, c’est fini, c’est fini, c’est fini, c’est fini 21)j’en ai marre de tout ga, j’en ai marre, marre, marre ~» , __ ,,,_.;;,W. ‘ ,1 ~¢~ “ . , , a ».» ' 1-> ~L. 1» »>< , V , ) , ¢ s. 7 ‘:9 v
  • 37. » 9. Comment est-elle marquee dans les deux autres monologues? - 10 - ’ r > - Transposez le dialogue 1 en monologue d’Agnes et de Paul. Realisez b- P n > an I’ > >. p > U". ¢ Q '- > 111'!" ' En ecoutant vos productions, faites un exercice d’auto-evaluation. 'Y'!'{'T 7 . DOSSIER 2. Quelle nouvelle information concernant Agnes apparait dans les 3. Qu’est-ce qui n’a pas ete repris dans les monologues? 4. Lequel de ces trois monologues vous parait-il le plus logique? Le 5. Dans lequel la locutrice prend-elle une position active en donnant 6. En quoi ‘la structure du monologue exprimant une attitude negative 7. Quel monologue se rapproche le plus du dialogue? Pourquoi? - 8. Dans quel monologue la prise de position du locuteur est la plus 11.Y a-t-il des faits contradictoires concernant Paul? Dans quel mono- 12. Qu’est-ce que Marie-Christine reproche a Agnes dans son mono- Comparez les tableaux 1, 3, 4 et 5 pour repondre aux questions sui- vantes: 1. Quels faits ont ete repris plus ou moins fidelement dans les mono- logues? Comment pouvez-vous l’expliquer? monologues neutres? Pourquoi y a-t-il des ajouts? Est-ce necessaire d’y avoir recours d’apres vous? plus objectif? Le mieux structure? Justiez votre reponse. un coup de main a Agnes? Justiez votre reponse. est-elle differente des monologues neutres? Pourquoi? marquee? A l’aide de quels moyens se realise-t-elle? ' . Dans quel monologue trouve t-on le plus d information nouvelle con- cernant Paul? logue? logue exprimant une prise de position negative? une strategie neutre (Agnes, Paul), une strategie d’autoculpabilisation (Agnes), une strategie de comprehension et d’indulgence (Paul). Enregistrez votre expose sur bande magnetique. Agnes, qui vient de rater son train, telephone a Paul. lmprovisez ce dialogue, enregistrez-le sur bande magnetique. Faites sa transposition en monologue, enregistrez-la. Ecoutez en classe. lmaginez la fin de cette histoire. Comment Paul s’en est-il tire? Realisez une strategie neutre et argumentez votre reponse. Enregistrez-la sur bande magnetique. 1'_/ l-’ - Mettez des notes dans la grille d’evaluation a la page 38. it cl A ts? 0
  • 38. I as t . ~ .. "t. ~~ ~ "M. ~~ 4‘, . ' V. W . . r t ';' . » .. . ~ »~ Y- I . 1 W» Tm at . »= *1‘ ‘-oossmn A » 5 K I it » GRILLE D’EVALUATlON ” r Iit Capacité a communiquer /30 LES. it iii Ost TVR “Z. 0... 0 senocumsntéa , I t Ii selection des informations indispensables pour relater |’évé- /4 7 nement ff 0 jugements de valeur concernant le locuteur lui-méme ou ies /3 . w réalisation adequate d‘une stratégie discursive /4 2. 1D,lALO-GU EA-EVENEMENT . E1'~'isA ._‘T.RALl§l1sPFO-$;i;1*§QN"IEN . - ~ -WV) ~. A o . = ; t_ . ks vantes: I comprehension de Ia consigne /2 reformulation monologale du scénario: articulateurs qui servent a structurer le discours /3 ' dialogismes qui servent a maintenir le contact avec Ie pub- /3 |IC surgissements du sujet qui fait son autocommentaire /3 autres it pertinence des arguments /4 B coherence de l‘exp0sé /4 Correction linguistique /1 0 * vocabulaire précis et exact /4 I correction morpho-syntaxique /3 I correction prosodique et phonétique /3 Total /40 > Ecoutez l’enregistrement du dialogue et répondez aux questions sui- 1. Que faisait Chloé a Bayonne? Etait-elle seule la-bas? A quelle A époque? . 2. Locaiisez Bayonne sur Ia carte. 3. Depuis combien de temps est-eile rentrée a Paris? 4. A quelle heure partait le train pour Paris? 5. Quel type de train était-ce? . 6. Est-ce qu’elles ont réservé leurs places ? 7. Qui a acheté leurs billets de retour? Quand? 8. Qu’ont-elies fait avant de monter dans ie train? 9. Expliquez pourquoi Ies jeunes filles se sont trompées de train (don- A nez tous Ies détails). 10. A quel moment ont-elles compris leur erreur? 11.Y a-t-il eu un controle dans le train Bayonne-Biarritz? Pourquoi? ; . m Q ~ ‘~ !~’ m . is.
  • 39. * ~~ ,.;,, 4,, . .. V77‘ .. M _ . , I.-I 2 .. . 1 1, W » ~ a Q .-. . _ . !» I W-- . *5“ , »“ ~ 3, 4 _A 1», _ . . » ,,,§_ ‘t "¢ g *5 B'- iv ~ - ‘Wu 7 1 > fwd‘- it -rrw<*:1 Q.. $1» la-‘L1 F‘ gs- ‘-- I54. Pr‘.~v@ ‘M J. . PfF 2» Q ‘U Er, '0: ‘Q yve 11'. 12 Q . Est-ce que Biarritz est loin de Bayonne? 1:; . .01 ,, IQ “Q 1- -.»/”‘ 21. Qu’est-ce que Chloe dit a propos de sa mere? Q 24:» iZ~ 15. Qu’est-ce qui Ies a retenues a Biarritz? a ~ 16 fit (donnez tous Ies details). "' 17 ~ ‘ii 19. Combien cotait, a peu pres, leur billet? .x . 22 "-< 20. Quel a ete le montant de l’amende a payer? 13. Qui Ies attendait, ou et pourquoi? 14. En arrivant a Biarritz, est-ce que Chloe a telephone a Paris? _ ~ Pourquoi? " .Expliquez pourquoi la nuit passee a Biarritz n’a pas ete agreable » .A quelie heure ont-elles pris le train pour Paris? 18. Comment a réagi le controleur a leur histoire? Pourquoi? * .Comment s’est terminee cette histoire? .3» 23. Comment Chloe a-t-elle pris cet incident? . “ 24. A quel moment de la conversation Ludovic dit <<merci a la SNCF»? ” j Et pourquoi? ” ~.» .1; rive a Chloe. Combien d’episodes peut-ii avoir? Commencez par don- J; > Ecoutez ie dialogue de nouveau, faites un scenario de ce qui est ar- ii ner un titre a chaque episode. En rédigeant le scenario, iaissez une QK ‘, * 7 TTIGFQB DOUF |8S O'|I€S. §__ .1 . .. "~" " __ an - “ 4 VI; ,,_ ' “T " ., ml. "‘“' ' §_ * "“ V ~ ~ .i_ ~ ,, .,, _ M 9 . . ‘~ §~ . . ., ,, . 5- ‘ . »..'. . 11 ‘V . . ' ‘v‘ < 1. -W, :==pt"~ » ._ V.» I #1 ,,,“ a 4» 'n>.v; V, K . . A / * ~ - ., M .,, “ "‘ * *~ 1- ..__ ti " J! aw . v» C »a. . ~ , ,,_., ~ ?I .' , ‘ .. * ~ A» ~. * at . ,1 “ 4" t * "' ~ w w are .. ‘Q , 71. W1’ ~ ~ ,. W , , C, ‘>9 QQ. ¢,C“1%, 2.. itIL ma. “*1. I v . 13", V
  • 40. SEDOCUMENTERETCONTRACTERLESTEXTES DOSSIER ' Modéle de scenario ' Notes BAYONNE. Chloe et sa soeur passent leurs vacances au bord de la mer. LA GARE DE BAYONNE. ll est 16 heures 45. Les jeunes filles arrivent avec tous leurs bagages. Elles com- postent leurs billets. (a vous de continuer) - Choisissez quelques episodes pour les jouer en classe. Par exemple, I'episode DANS LE TGV BIARRITZ-PARIS ou il y a trois -acteurs»: Chloe, sa soeur et le controleur. "> Voici le monologue de Chloe. En l'ecoutant, vous allez dans votre sce- nario et vous soulignez tout ce qu'elle a repris. or.» En ecoutant de nouveau le monologue, notez dans la marge de votre scenario les details qu'elle a ajoutes. 1 Repondez aux questions suivantes: 1. Quels faits ont ete repris plus ou moins fidelement dans Ie mono- logue? Comment pouvez-vous |'expliquer? 2. Qu‘est-ce que Chloe ajoute sur elle-meme dans le monologue? Pourquoi le fait-elle? Est-ce necessaire d'apres vous? 3. Qu‘est-ce qu’elIe n’a pas repris dans le monologue? Pouvez-vous dire pourquoi? 4. A quel moment son monologue se rapproche-t-il le plus du dialogue? Justifiez votre reponse. 5. Abregez le monologue de Chloe en evacuant tout ce qui est secondaire (5 lignes). 3-» Transposez le dialogue 2 en monologue de la soeur de Chloe, de Ludovic et de la mere de Chloe. Realisez une strategie neutre (la soeur de Chloe, Ludovic, la mere de Chloe), une strategie d'autoculpabiIi- sation (la scxaur de Chloe), une strategie de comprehension et de ca- maraderie (Ludovic), une strategie d'inquietude et d'indulgence (la mere de Chloe). Enregistrez votre expose sur bande magnetique. En l'ecoutant, faites un exercice d'auto-evaluation. Mettez les notes dans la grille d'evaluation a la page 38. 40
  • 41. vantes: -. > ' 8. Qu’a dit le propriétaire du cafe en ap- s 111' 0 DOSSIER -"lr 7. Quand et ou a-t-il appris le resultat du 9.P0urqu0i Ludovic a-t-il failli tomber 10. ou a-t-il cache son billet? Pourquoi attrape-nigaud m — ruse grossiere cagnotte f - 1) caisse commune des membres d'une association, d'un groupe; somme recueillie par cette caisse; 2) dans certains jeux de hasard, somme d‘argent qui s’accumule au l des tirages et qu'on peut gagner dans sa totalité tomber dans les pommes — s‘évanouir, perdre connaissance la Pléiade — 1) nom donné, dans l’histoire littéraire, a plusieurs groupes de 7 poetes, en reference aux 7 filles d‘Atlas. La Pléiade la plus célebre est celle qui existe en France sous Henri ll (époque de Renaissance). Elle reu- nit autour de Pierre de Ronsard et de Joachim du Bellay, les poetes (Remi Belleau, Etienne Jodelle, Jean Antoine de Bait, Pontus de Tyard (Thiard), Jacques Peletier du Mans, remplacé a sa mort par Jean Dorat) qui pren- nent pour modele Ie lyrisme antique. Ouvert a toutes les recherches de l’humanisme, ce courant Iitteraire a profondément renouvele la poésie francaise; 2) nom d'une collection poétique dont chaque volume est con- sacré a un poete francais arrhes f pl — somme d‘argent qu'on verse a la conclusion d'un contrat pour en assurer l'exécution Ecoutez l'enregistrement du dialogue 3, répondez aux questions sui- 1. Qu’est-ce qui est arrivé a Ludovic? 2. Notez la date du tirage. Que signifie-t-elle pour les Franoais? 3. Qu‘a-t-il entendu? Ou se trouvait-il en ce mo- ment-la? 4. Quelle somme était en jeu? 5. Combien a-t-il payé son bulletin de loto? 6. Comment a-t-il trouvé les numeros pour remplir son bulletin de loto? tirage? prenant le résultat du tirage? Par quel moyen a-t-il su que le gagnant avait validé son bulletin chez lui? dans les pommes? a-t-il eu peur? 41 0
  • 42. 0 SEDOCUMENTERETCONTRACTEFILESTEXTES I DOSQER 4 J £~ l 11.0u est-il alle? 12.A qui voulait-il annoncer la grande nouvelle? 13. Pourquoi a-t-il change d'avis? 14. ou a-t-il cache son billet? Pourquoi? 15.Qui lui a offert la collection La Pleiade? A quelle occasion? 16.Qu’a-t-i| fait le lendemain apres le travail? 17.Qu‘a-t-il decouvert le soir chez Iui? Reconstituez tout ce qui s'est passe en details. 18.Qui est Claude? Qui est Virginie? 19. De combien de temps dispose le gagnant pour se presenter? Qu‘est-ce qui se passe s‘il ne se presente pas? 20. Pourquoi cherchait-il Virginie? 21.Quand a-t-il revu Virginie? om? 22.Que|s sentiments a-t-il eprouves en la revoyant? Pourquoi? 23.Combien d’argent Ludovic a-t-il finalement gagne? 24. Quelles sont les relations entre Ludovic et Chloe? Justifiez votre reponse. 25.Est-ce que Chloe prend son histoire au serieux? Justifiez votre reponse. 26.Quel role a joue Claude dans cette histoire? 2-|$ Faites un scenario de ce que Ludovic a fait en apprenant qu’il etait le supergagnant. Votre scenario commence lorsque Ludovic l'apprend et il s'arrete le lendemain matin. Relevez aussi les autocommentaires dont il se sert pour decrire chacun de ses actes. Fiemplissez le tableau. A vous de choisir le temps du recit. Vous pouvez le faire au present, au passe compose ou au passe simple. Mais faites attention a Ia concordance des temps. Scenario Autocommentaires 42
  • 43. 1% 0 .. . V > ‘i. ,- Q 1*», ,_ g , . ,§ , l _ , 4‘ , ,. , ¥v . . ->°n‘;W:< 4» xi? “J4‘ in F’/.. =». hi, i > Faites le meme travail de scenario et d autocommentaires pour T1 ' I 'A F» Scenario Autocommentarres em l’episode qu‘on pourrait appeler Ludovic cherche Virginie. jff i l i s 1» at # ~r ~r as is t rrossisn Q v ; A z ix ‘~ J * _¢=- §> -I r 5» ;f] pose sur bande magnétique. - _-,9 >3 . + 9 -, a 7*‘ A .0 ;r.l£iai£?€‘ ~ V“ p» Ecoutez de nouveau le dialogue 3, faites sa transformation en mono- s logue de Ludovic, de Chloé, de Claude, de Virginie, du propriétaire du cafe qui a vendu a Ludovic le billet gagnant. Choisissez une de ces strategies: neutre, enthousiaste, de jalousie, de camaraderie. N'0ubliez pas de faire une introduction et une conclusion. Enregistrez votre ex- Avez-vous déja gagné au loto? Racontez cette histoire. Enregistrez-la. Mettez les notes dans la grille d’évaluati0n a la page 38. a> l ea as > En écoutant vos productions, faites un exercice d’auto-evaluation. in 11 X 0 J “’ /h ti.» w . A » =. "' ‘“,my» ~*=s.-» qr =~ -§;~ 7v =~“ > ~ ~x L " ' g‘ K , 3~ »;, g *' - ~ » Q a ,,. . W *6 W,1 Q _ a A a J 5» M X“ e » ~ sersw. ' ‘ Q ‘L ‘ N, *‘““ . = " L = , ;- ‘ "* 4 m ., $ - 1 4 , Q gs. I l r . =1: 1. . - , » q s rr ~ - - ! _ ,,' *7, , , .* 1 _ ; N , .~ , Q; :1 4, i . . ‘°"1*~1- ¢< ‘W ¢ §. , ~ ' "1 W *‘~;a .“»" 1* “ Y “ " ' ‘ “’- er" I I t. 4, . & Q Vi w at sem ‘ as -, - "'=‘S _ gm W ._ .~~ ..' ' LPv»5§:‘,V& * w * ‘ . ~‘~ ‘wv W ~* E I» > -t; »= Q - V M '1“ ~=~ é Q Jw = 1.
  • 44.
  • 45.
  • 47. l publiée par le journal Les Clés de l’8Oi'U3lii'é d’abord présentant les lettres des lecteurs, ensuite aux questions. Vous a:rt:.cle<<Prois au bord de la CIILS8 de nerf» (Les Clés, n°364) o; plusieurs auteurs exp comblen vous étes plus ou 11101118 <<nuls». '%§?os reactions eta|ent previsibles. Cecl etant, on ne peut que con- Un silence de votre part nous stater que certains vivent mal la re- aurait largement étonnés. Pour lation professeurs-éléves. Un malaise la trés grande majorité, les propos existe. Et peut-étre que la grande défendus par Philippe Milner (dans A majorité silencieuse se reconnait bas les é/eves !) ou encore par Nicolas dans les propos des uns et des Revol (auteur de Sale prof !), vous autres. Pas facile d'étre prof de nos hérissent le poil. Vous vous déclarez jours. Pas facile, non plus, d'étre << choqués », << indignés >>, << horri- éleve. fiés >>, << consternés >>... bref, c'est la En effet, les parents demandent colére. A vrai dire, vous adoptez beaucoup aux professeurs d‘une part, plusieurs attitudes face a cette pro- et a leurs enfants d'autre part, afin duction littéraire (qui soit dit en pas- que ces derniers réussissent. Pour sant, réalise actuellement de bons réussir, les éléves demandent aussi scores dans les ventes de livres). beaucoup aux professeurs qui se ll y a ceux qui cherchent a rela- retrouvent investls de multiples mis- tiviser et surtout a calmer le jeu en sions: enseigner, conselller, orienter disant haut et fort << Arrétons de mais aussi parfois pallier les manques généraliser, et remettons-nous en de certains parents, ou répondre a question >>. ll y a ceux qui n'ap- des questions qui touchent la société prouvent pas du tout de tels propos, dans son ensemble. Alors parfois, les mais qui tentent de comprendre. nerfs craquent. La solution? Le dia- << Bon d'accord, parfois on y va logue, encore et toujours. Restons peut-étre un peu fort. >> Et puis, zenl... surtout, il y a ceux qui répliquent é boulets rouges. << Que les profs se regardent avant de nous insulter. » C/aude Faber % ‘ Rester zen [zch] fam — rester calme, serein, philosophique. (Le zen — école bouddhiste.)
  • 48.
  • 49. W,;:,;;:;:";;“t;t::‘§ “;i:i:**g:;1f::;?;;i"*“"'“”"::f;;T;f;::;:f:*“"‘*“'""”““”LlII;i“::;TW:Z1“;;TWW-e ""””““;, "W Le soir tombait de tout son poids‘ Au-dessus de la riviere Je rangeais mes cannes On ne voyait plus que du feuz La tete ailleurs dans ses prieres ll m’a semblé voir trop brlller ses yeux Je lui ai dit Souvent, les poissons sont bien plus affectueux Apres, je te parlerai de l’amour Si je me souviens un peu Elle m’a dit Elle a dit justement c’est ce que je voudrais savoir Et j’ai dit viens t‘asseoir dans la cabane du pécheur Tes réves sont toujours trop clairs ou trop noirs3 Alors, viens faire toi meme le mélange des couleurs‘ Sur les murs de la cabane du pécheur Je lui ai dit On voit les lumieres Y’a srement quelqu’un qui écoute Lé-haut dans l’univers Peut-étre tu demandes plus qu’il ne peut5? Elle m’a dit Elle a dit justement c’est ce que je voudrais savoir Et j’ai dit viens t’asse0ir dans la cabane du pécheur Tes reves sont toujours trop clairs ou trop noirs Alors, viens faire toi-meme le mélange des couleurs Sur les murs de la cabane du pécheur DU l'Fl 1-
  • 50.
  • 51. pi? ' Un texte qui exprime et defend Ia prise de position per- sonneile du narrateur est un texte argumentatif. II est a la 1'6 ou a Ia Se personne. ' Un tel texte peut renfermer un ensemble d’arguments (une argumentation) qui cherche a faire admettre ou a prouver une opinion (une these). ' |_’objectif du texte argumentatif est de convaincre Ie lecteur par Ia logique de son raisonnement. 1. Lisez attentivement le texte suivant. ‘ prendre de la peine — (no)Tpy- " 4 en venir 5 bout de qch — cnpa- p,vm=cs1 BMTbC 1 2 fonds m — 38MIiFi 5 ot m —- >KaTBa, KOTODHH np0xo- 3 héritage m — |-:acne,u,c'rB0 AMT B HBFYCTB A ' dega, deié — 3,D,8Cb I/I Tam 1 LE LABOUREUR ET SE5 ENFANTS i Travaillez, prenez de la peine‘. C’est ie fondsz qui manque ie moins. Un riche Iaboureur, sentant sa mort prochaine, § Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins. 5 <<Gardez-vous, leur dit-ii de vendre l’héritage3,I c e Que nous ont laissé nos parents. Un trésor est cache dedans. " Je ne sais pas |’endroit; mais un peu de courage Vous le fera trouver, vous en viendrez a bout4. 10 Remuez votre champ des qu’on aura fait |’o0t5. Creusez, fouiilez, béchez, ne iaissez nulie place O0 la main ne passe et repasse.» ~ Le pere mort, les fils vous retournent le champ, 51 ~
  • 52. ETSEXPRMERNTERPRETERLESTE)(TES DOSSIER Deca, delas, partout; si bien qu’au bout de l’an 15 ll en rapporta davantage. D’argent, point de caché. Mais le pere fut sage De leur montrer, avant sa mort, ' Que le travail est un trésor. La Fontaine 2. Répondez aux questions: 1. Qui est l’auteur de ce texte? 2. Quel est le genre du texte? Motivez votre réponse. 3. A quel probleme le laboureur est-il confronté? 4. Qui doit-il convaincre? 5. De quoi cherche-t-il a convaincre? (= Quelle est sa these?) 6. Par quelle espéce d’argument tente-t-il de le faire: par un argu- ment logique, les sentiments ou un exemple? 7. A-t-il reussi? Justifiez-le. 8. Quelle est la morale de la fable? P.T...‘!.‘?.’!.'?.‘?..$!}!.‘.?...?. ° Qu’est-ce qui fait le patrimoine (l’héritage commun de la nation) cul- turel d’un pays? L’argumentation peut se réaliser de plusieurs facons: par un argument logique, par les sentiments, par un exemple. Lisez le texte en diagonale et répondez a la question: ‘ Quel est le theme du texte? Certains médecins sont souvent SUFS d’eux-memes. lls inspirent la crainte, le respect, parfois l’admirati0n. Comme leurs mains touchent le corps malade, elles deviennent, de ce fait, sacrées, et leur profession est proche d’une sorte de cérémonie magique. Alors * : 5 ils ne sont plus des hommes comme les autres: parés de mystere, 0 ils acceptent trop souvent de revétir <<l’habit de sorcier>> lorsqu’ils a mettent leur blouse blanche. 52
  • 53. DOSSIER Etre medecin, qu'est-ce que c'est? Celui qui peut dire qu‘il est attire par Ies malades "W n'est pas un bon médecin. Pourquoi avoir pour Ies malades plus d'affection que pour Ies autres hommes? ll faut détester la ma- ladie, mais il ne faut pas aimer Ies malades. ll faut detester la maladie, comme il faut V détester la pauvrete. ll faut étre médecin L pour qu‘il n’y ait pas de malades. Les bonnes infirmieres sont celles qui aiment Ies bien portants et qui aiment, dans l'homme alité‘ le bien portant qu‘il va redevenir. Les mauvaises infirmieres sont celles qui aiment Ies malades, qui s'occupent d'eux comme on s’occupe q d’un enfant, qui Ies traitent comme des étres diminués, plus ou moins satisfaits de se trouver dans cette situation. Et le malade, lui, qui est-il? Si chaque malade pose un probleme aider a résoudre un probleme dont la solution pourra, éventuelle 4 ment, servir a un autre malade. Dans un service hospitalier moderne ou I'on s'attaque a des maladies difficiles, graves, encore incurables, particulier, chaque malade n'est pas un cas particulier. ll doit aussi ‘ Ies malades sont utiles Ies uns aux autres. ll existe cependant, c'est vrai, des malades qui exagerent leur cas; car ils ne sont que des hommes et peuvent étre bons ou mau- vais. Pour quelques-uns, leur maladie est l'aventure de leur vie et leur donne soudain une importance qu'ils n'espéraient plus en meme temps qu’un inepuisable sujet de conversation. lls jouent un role, prenant leur revanche sur l'anonymat, la médiocrité. Leon Schwarzenberc, Pierre Viansson-Ponté, Changer Ia morl *5 ‘ L'homme alite — qui doit rester couche. > Relisez attentivement le texte. 1. Objectlf du texte. 1. Qui sont Ies auteurs du texte? Ouelle pourrait étre leur profes- sion? 2. Quel est l'objectif de ce texte? 3. De quel type de texte s'agit-il? 2. Organisation du texte. 1. Ouelle est la these des auteurs a propos des medecins? Et a pro- pos des malades? 2. Quels sont leurs arguments? 3. Fielevez un exemple qui illustre l'argument concernant Ies malades. 53 9
  • 54. uzsTEXTESETsEXPRMER3%NTERPRETER DOSSIER i 4. Comment est l’argumentation: objective ou subjective? i Remplissez ce tableau: Marques de position personnelle Proposition incise Adverbe Verbes de mode Verbes de senti- ment Groupes nominaux . 5. Relevez toutes les interrogations dans le texte. A quoi ser/ent- elles ? 6. Repérez les connecteurs qui relient les paragraphes l’un a l’autre. 3. Commentaire des phrases. 1. <<Les médecins sont souvent s0rs d’eux-memes.» 2. <<Les mauvaises infirmieres sont celles... qui les traitent comme des étres diminues.» 3. <<On s’attaque a des maladies difficiles, graves, encore incu- rables.>> 4. <<ll taut étre médecin pour qu’il n’y ait pas de malades.» 5. <<lls acceptent trop souvent de revetir <<l’habit de sorcier» lorsqu’ils mettent leur blouse blanche.» Enrichissez votre vocabulaire ~ S’attaquer a qch <> ici: commencer a s’en occuper active- ment: s’attaquer aux maladies. v Hospitalier <> relatif aux hopitauxz un service hospi- talier. ' lncurable <> qui ne peut étre guéri: une maladie in- curable. v lnépuisable <> qu’on ne peut épuiser: une source inépuisable de renseignements. ~ Parer <> ici: attribuer (une qualité): parer de mystere. ‘ v Prendre la revanche <> reprendre l’avantage sur qn: Ila pris sur qn/ qch la revanche sur son adversaire. v Revétir qch <> mettre sur soi (un habillement special): revétir l’habit de sorcier. ' Sacré <> ici: qui est digne d’un respect absolu, qui a un caractere de valeur absolue: un . souvenir sacré. 54
  • 55. % i 5 s L r ;, E £277 I» 1 v Traiter qn <> se comporter a |’egard de qn: ll me 1 -l>(.0|)—*N 3. Devinez le sens des expressions et des proverbes suivants et &>-4~ i1. 2 traite comme un enfant. . Expliquez le sens des mots suivants: la cure Ia convalescence un bien portant Reunissez les deux colonnes selon le sens: . generaliste m I] Tpaamatonor . stomatoiogiste m III oTonapv|Hror|or . ophtaimologiste m II! xv|pypr oto-rhino-laryngologiste m El |<ap,u,v|onor . traumatolognste m El p9HTF6HOJ'IOl' . cardiologue m I] Tepanesr . radiologue m II! cToMaTor|or . chirurgien m II! o|<ynv|cT traduisez-les: . ll est solide comme le Pont-Neuf. 3. La santé passe richesse. . ll est sain et sauf. 4. Quand la sante va tout va. s 4. Faites de petits récits en employant les mots suivants: Un patient: avoir une santé robuste, se porter bien/mal, attraper une maladie, tomber malade, souffrir d’une maladie, avoir le rhume (la grippe), etre enrhume (grippe), avoir de la fievre (de la temperature), avoir mal a la gorge (a la téte...), se casser le bras (la jambe), aller mal, appeler un medecin, garder le lit, prendre un medicament, en- trer en convalescence, guerir. ’ Un médecin: examiner, ausculter, prendre le pouls, administrer (prescrire) un medicament (une mixture), faire une piqre, hospi- taliser, operer, soigner. ifo .¢.’r..x.<e.t.rs..sax.i§...?. ' Les mauvaises inrmieres sont celles qui aiment les malades? _ -- a . .» - » * - “- 5."? -' "*7"5‘“‘°’~‘?'--~'--V ,4" £1 ,,.~;;. 1%-,f“2=',,_ ,:,".i%7‘< . ,....,...,,,.., V7 V ;I,,,»§=,;, -3 " is 1. Dans le texte, repérez une subordonnée de consequence et r i relevez les mots conjonctifs. On a pu lire sur une boite d’un medicament: <<Ce remede est si fort qu'iI ne peut etre administre qu’a une per- sonne en parfaite sante.>> -._..~.., . ._ I 55 DOSSIER mwmm_ ~
  • 56. LESTEXTESETSEXPRMERNTERPRETER _ A DOSSIER SUBORDONNEES DE CONSEQUENCE La subordonnée de consequence repond a la question <<A quel re- : sultat?». Elle est a l’indicatif ou au subjonctif selon la conjonction qui l’intro- - duit. Indicatif Subjonctif I si bien que, de (telle) sorte I assez (de) pour que — ,u,ocTa- que, de (telle) maniere que — TO‘-IHO ~iTo6b| Ta|< qro I au point que, a tel point que -— I trop (de) pour que —— cnv||.u|<o|v| ,u,0 Ta|<0|7| creneuvi qro ‘~lTO6bl I sique,tellementque-— I apres les conjonctions de la Tai< Lrro; Ta|<ol7| '~lT0 colonne de gauche, si la principale est a la forme negative ou inter- rogative I Si, tellement, assez (de), trop (de) + nom, adjectif, adverbe font partie de Ia principale. A ll a de la fievre si bien qu’il doit garder le lit. ~ A ll faisait froid au point qu’il claquait des dents. La mixture était si amere que l’enfant ne voulait pas l’avaler. A La blessure est trop légere pour que j‘y fasse attention. A Est-ce qu’il fait si chaud qu’il fail/e ouvrir les fenétres? I 2. Quel est le type des subordonnées dans les phrases ci-dessous? Type de subordonnée N9 I subordonnée relative I subordonnée de consequence I subordonnée de cause 1. ll existe cependant des malades qui exagerent leur cas. 2. Comme leurs mains touchent le corps malade, elles deviennent, de ce fait, sacrées. 3. Dans un sen/ice hospitalier moderne cu l’0n s’attaque a des ma- ladies graves, les malades sont utiles les uns aux autres. 4. Son état est trop grave pour qu’0n puisse le transporter. ~ ~ ~ I 1. Observez et retenez: 56
  • 57. DOSSIER Frangais -> russe I Une sorte de + mvm = ('-ITO-TO / H6‘-ITO Bpqae, KaK0171-To) MO)KGT Bblpa- )KaTb Tpy,u,Ho onpenennembm O6b9KTI ...Ieur profession est proche mx npoqneccvm H€'~ITO Bpo,ae Kon- d’une sorte de céremonie ma- ,u,oBcKoro ,u,e17|c-rsa / Cp0,£lHM KOJ'lJJ,OB- gique. CKOMy ,u,ei7|cTBy. J’éprouvais une sorte d’angoisse. Fl I/lC|'Ib|Tb|BaJ'l K3KyIO-TO Tpesory. I B83111/HHble l'J1aFOJ'lbl VI O6OpOTbl co anaqei-mem ,E|,OJ'l)K8HCTBOBaH|/19! nepe- BO,[|,91TC, |<a|< npasvmo, 663111/I‘-lHb|Ml/1 rnaronalvm |/mm |-|ape~|vm|v|v|: Hyxa-:0, /-:eo6x0,a1/1M0, H8,£U76)KMT. II faut détester la maladie, mais il Cne,ayeT HGHGBI/l,£l,eTb 6OI163Hb, HO He ne faut pas aimer Ies malades. Hy)KHO mo6v|'rb 6OJ'|bHb|X. 2. Traduisez par oral les phrases suivantes: a) 1.E||e porte sur la téte une sorte de coie. 2.C’est une sorte de jeu de concours. b) 1.|| est important de le comprendre. 2.l| faut patienter. s 3.|l est nécessaire d’examiner ce malade. 3. Traduisez par oral le texte (Iignes 22-27). w 1. . . . “ ~ * ~ . MW M.<_,.¢:~;.~;r? x ;~ » » . » .. ..1r»¢..*.=: Mai? ;, ¢ 1' ' t . , Rn4 t .~~.. ‘. "l.3”°E§'<;,:.‘ ..1‘9-.,':?."~,*“’»‘v»~ ‘,+' ‘tm.~;w~e.‘~ *f“,*§,~z“.. ~ " #1 .~.;.»‘ “‘*‘w;‘%"~‘»M - . ” A. 1. Que pensez-vous de ces malades qui exagerent leur cas? i 2. Qu’est-ce que c’est, selon vous, étre un bon médecin? - Aimeriez-vous devenir médecin? ( 150 mots environ.) I Donnez une reponse bien structurée et justiée. B. Evaluons votre argumentation. GRILLE D’EVALUATlONI IOrganisation du texte argumentatif /12 I structure de |’argumentation (these, arguments...) /5 I fagon d’argumenter /2 I moyens d’argumenter (connecteurs, vocabulaire, syntaxe) /5 Correction linguistique /8 I morpho-syntaxe /5 I orthographe /2 I ponctuation /1 Total /20 57 ~
  • 58. 9 NTERPRETERLESTEXTESETS’EXPRMER DOSSIER unssrioowimmne L .-t» ’ ' ' he texte 2 / LE c-our D’EXPLORER... u» l_isez le texte en diagonale et repondez a la question: Quel est ls theme du texts? Le gout d'explorer est une pulsion fonda- ; mentale, aussi bien chez l'etre humain que ' chez le petit chat. Sa justification premiere est ~ de l‘ordre du pur plaisir de decouvrir. 4 Jusqu'ot‘i peut-on aller au nom de la con- naissance? Peut-on la considérer comme un but en soi? Comme une fin ultime, justifiant tous les moyens? Sinon, ou convient-il de met- tre la barre? Quels risques, quelles impru- dences sont justifies? La meme interrogation se pose par rapport aux prouesses techniques. On appelle ~folie technologique» la these defendue par certains scientifiques, selon laquelle tout ce qui peut étre fait doit etre fait. La question est tout a fait a l‘ordre du jour dans le domaine des manipulations genetiques. Sur les implications a long terme, sur les risques de jouer a l'apprenti sorcier avec les genes humains, certains se contentent du commentaire traditionnel: “Si vous ne le faites pas, quelqu'un d'autre le fera.» Le probleme n‘est pas nouveau. Lucrece‘ en parle a propos des animaux feroces dresses pour la guerre. Les strateges de l'armee carthaginoise avaient imagine de lancer dans la bataille des taureaux ou des elephants furieux bardes de ferrailles tranchantes. Mais, sur- prise 6 combien desagreable, dans le feu de l’action, les bétes af- folees confondent allegrement amis et ennemis. On a mis rapidement fin a cette “folie technologique». De la meme facon, et pour des raisons analogues, on a arrete l'utilisation des gaz assez tot pendant la guerre de 1914. ll existe aujourd'hui entre les grandes puissances de la planete un -moratoire» sur le developpement des armes bacteriologiques. Les representants de ces nations ont mis au point et signe un traité ou chacun s’engage a interrompre définitivement toutes recherches visant a etudier et a perfectionner ces armes redoutables. Ces traités sont-ils respectés? En gros, oui, meme s‘il y a des in- fractions. La encore, il y va de l‘interet mutuel de tous les partici- pants. Pas plus que les elephants carthaginois, les virus ne sauraientz distinguer les <<bons» et les ~<mechants». Ces exemples donnent une premiere limite a la folie tech- nologique: la sun/ie de l'experimentateur en tant qu'espece. Cette di- mension du probleme est nouvelle. La possibilité pour l’humanite de s'exterminer elle-meme, inexis- tante jusqu’a tres recemment, est un des effets positifs de la puis- 58
  • 59. DOSSIER sance des moyens de destruction. Le technicien le plus témeraire est 45> acculé a réechir. L'éthique est entree de force dans le domaine de Ia recherche scientifique. Hubert Reeves, L'heure de s'enivrer ‘ Lucrece — poets et philosophe iatin du I" siecle avant Jesus-Christ, auteur d'un ouvrage oeiebre De Ia Nature. 2 Les virus ne sauraient distinguer...: au registre soutenu, la particuie pas est omise apres pouvoir, savoir, oser, cesser. Relisez attentivement le texte. 1. Objectif du texte. 1. Quelle pourrait étre la profession de l'auteur de ce texte? 2. Quel est l'objectif du texte? 3. De quel type de texte s’agit-il? 2. Organisation du texte. 1. Quelle est l'idee principale du texte? 2. Quelles sont les theses qui s'opposent dans le texte? 3. Quelle est l'argument de certains généticiens? 4. Relevez les exemples historiques et moderne. Quel est leur role dans l'argumentation de l’auteur? 5. Par quel procéde le locuteur fait-il appel a la réflexion du lecteur dans Ie 2° paragraphe? 6. Par quels moyens sont relies les paragraphes (connecteur, lexique...)? Remplissez le tableau ci-dessous: Paragraphes Moyans de Ilan (DID ii ~—A 7. Ouelle est la structure du texte (introduction, développement, conclusion)? 8. Le titre de l'extrait vous semble-t-il bien correspondre a son con- tenu? Donnez au texte un autre titre. 3. Commentaire des phrases. 1. ~ La meme interrogation se pose par rapport aux prouesses tech- niques. » 2. ~La possibilité pour l'humanité de s'exterminer elle-méme, ...est un des effets positifs de la puissance des moyens de destruction.» 59 9
  • 60. DOSSlER LESTEXTESETSEXPRMERNTERPRETER Enrichissez votzre voeabulaire Acculer qn a qch/a <> mettre qn dans une situation pénible: faire qch La crise économique a acculé l’en- treprise a la faillite. Etre accule a qch/a <> étre réduit a qch/a faire qch: De pe- faire qch tits commercants sont acculés at quitter ces lieux. Affolé ‘ <> qui perd son calme: La foule affolée se met a courir. A long terme <> qui doit se réaliser dans longtemps. Aseptiser qch <> rendre exempt de microbes: aseptiser une plaie. Au nom de <> BO vnvm Ll6l'O-J'l.Z au nom de la con- naissance. Bardé <> étre couvert d’une armure: bardé de fer. _ v Barre f <> ici: dispositif m qui commande le gou vernail d’un bateau: mettre la barre a gauche. Se contenter de qch <> étre satisfait de qch: se contenter d’un repas par jour. De force <> qui exige de la force: un tour de force. Destruction f <> action f de détruire: la destruction d’une ville par des bombardements. Ethique f <> morale f. Explorer qch <> examiner; etudier avec soin: explorer une zone polaire. |mplication(s) f <> consequence f. Infraction f <> violation f d’un engagement, d’une loi: une infraction a la régle. Mettre fin a qch <> faire cesser, terminer qch: mettre fin at la guerre. Moratoire m <> disposition f légale qui accorde un délai. Mutuel <> qui implique un rapport double et si- multané: une responsabi/ité mutuelle. Prouesse f <> acte m de courage, d’héro'|'sme, ex- ploit m; <> ici (ironique): action f remarquable: II raconte partout ses prouesses sportives. Pulsion f <> l/lMl'|y!'lbC, TOJ'l‘-lOK. Redoutable <> dangereux, qui est a redouter: un ad- versaire redoutable. Témeraire <> hardi a l‘excés, aventureux: ll est téméraire dans ses jugements. Traité m <> p,oroBop: conclure un traité de paix.
  • 61. i ~ Tranchant <> qui est dur et effilé, peut couper: un A couteau tranchant. ‘ ~ Ultime <> dernier, final (dans le temps): une fin ultime. 1. Quelle est la fonction des personnes suivantes? 1. un explorateur 4. un généticien 2. un technicien 5. un scientique 3. un stratege de l’armée 6. un expérimentateur 2. Quelles découvertes scientifiques ou inventions techniques ont été faites en Russie et en France? Employez Ies mots suivants: découvreur m, inventeur m; faire de la j recherche (rechercher), faire des experiences, explorer, voir, s’apercevoir que, deviner, tomber sur, experimenter, repérer, con- stater, découvrir, inventer, verifier. §.T...‘!.‘?.’f.'?.‘?..9§!.‘.?...?. ' La loi, doit-elle controler les manipulations génétiques? Justifiez votre avis. “..— l * 1. Repérez dans le texte une subordonnée et identifiez-la. Une dame demande a un petit garcon: k — Est-ce que tu aimes aller a l’école? — Faut bien! répond le petit garoon, s’il n’y avait pas d’école il n’y aurait pas de vacances! . SUBORDONNEES DE couomow “ La subordonnée de condition répond a la question <<A quelle condi- i tion?». 1; Elle est a l’indicatif, au conditionnel ou au subjonctif selon la con- jonction qui l’introduit. é J Indicatif Conditionnel Subjonctif I si—ecnv|,ecr|v| 6bl I au cas ou — B I a condition que — cnyqae, ecnvi (6bl) npm ycnosmvi, ecnvi f‘ A Si j’avais eu plus de temps, je l’aurais déja prouvé. f A Au cas 00 tu accepterais, laisse-moi un mot. - A Je te passe cet appareil, a condition que tu respectes son mode d’emploi. 6 DOSSlER