POURQUOI CE CONSTAT? 
 Participation de Mme Sylvie Gagnon à la Table ronde sur le thème 
« Aller plus loin, oui, mais pou...
2002 SELON TECHNOCOMPÉTENCES 
 50 entreprises 
 2000 emplois dont 1200 dédiés au eLearning 
 En croissance depuis 1999 ...
PORTRAIT 2014 DU ELEARNING AU QUÉBEC 
 40 entreprises conceptrices de formation en ligne 
 60% nouvelles entreprises par...
Portrait 2014 - Défis 
 Défis 
 Les clients cherchent à réduire les coûts 
 Nécessité de solutions et services axés sur...
TENDANCES 
 Les clients cherchent des solutions souples, des outils d’aide à la 
tâche, de la micro-formation, plus d’aut...
TENDANCES 
 La norme TinCan API et son « Learning Record Store » qui répertorie 
les acquis de façon autonome des système...
SUR LE SUJET 
Répertoires utilisés: 
 « Profil de l’industrie et de la main-d’oeuvre québécoise en eLearning », 
2002, pa...
E learning au Québec_2014
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

E learning au Québec_2014

730 vues

Publié le

Comment se porte de eLearning au Québec en 2014? Quelles sont les tendances?

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
730
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
16
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

E learning au Québec_2014

  1. 1. POURQUOI CE CONSTAT?  Participation de Mme Sylvie Gagnon à la Table ronde sur le thème « Aller plus loin, oui, mais pour aller où? », lors du Forum du CLIFAD, (Comité de liaisons inter-ordres en formation à distance 2014).  Qui est Sylvie Gagnon?  Associée chez Synergie Conseil en TI  Fondatrice et ex-directrice générale de TECHNOCompétences, de 1997 à 2013  Analyse réalisée en préparation de la table ronde:  Révision des répertoires de 2002 et 2003 publiés par TECHNOCompétences et l’Alliance numérique  Entrevues auprès de cadres d’entreprises du eLearning et de gestionnaires de la formation en entreprise 2
  2. 2. 2002 SELON TECHNOCOMPÉTENCES  50 entreprises  2000 emplois dont 1200 dédiés au eLearning  En croissance depuis 1999 Un marché fragile en transition!  C’est un constat de marché en transition appelé à se restructurer rapidement au cours des 3 à 5 prochaines années.  La taille restreinte des entreprises et la faible présence sur le marché international représentent des obstacles significatifs à surmonter. 3
  3. 3. PORTRAIT 2014 DU ELEARNING AU QUÉBEC  40 entreprises conceptrices de formation en ligne  60% nouvelles entreprises par rapport à 2002  10 entreprises qui offrent des solutions technologiques  Présence faible sur le marché international - tant pour la conception que les solutions technologiques Deux types d’organisation du travail dans les entreprises de eLearning  Employés permanents (exemple de CAE, Ellicom, Alia – NVS)  Petite équipe travaillant avec contractants à mandat spécifique (exemple de Par Deux)
  4. 4. Portrait 2014 - Défis  Défis  Les clients cherchent à réduire les coûts  Nécessité de solutions et services axés sur cet objectif pour les entreprises utilisatrices  Rentabiliser l’investissement sur un petit marché comme le Québec  (Re) positionner le service comme maintien des savoirs, levier de transformation organisationnelle  Positionnement correspondant aux tendances chez les entreprises utilisatrices  Grosse offre de formation à distance en anglais pour garnir le catalogue de formation interne des grandes entreprises  Offre restreinte en français – prédominance en santé et sécurité au travail
  5. 5. TENDANCES  Les clients cherchent des solutions souples, des outils d’aide à la tâche, de la micro-formation, plus d’autonomie une fois le produit livré.  Les clients préfèrent apprendre à faire du eLearning que de donner un contrat clé en main.  Le produit du eLearning fait partie d’une approche pédagogique très diversifié (« blended learning »), en fait plus que jamais.  Les produits offerts vont vers de la formation multijoueurs plutôt qu’un seul apprenant à la fois.  On parle plus de « Social Learning » - apprentissage par mimétisme, que de pédagogie conventionnelle, sans interaction entre apprenants.  La réalité virtuelle fait graduellement son entrée dans les produits offerts.
  6. 6. TENDANCES  La norme TinCan API et son « Learning Record Store » qui répertorie les acquis de façon autonome des systèmes de gestion des apprentissages devraient prendre son envol.  La norme SCORM est délaissée par son concepteur dans les prochaines années pour le Training and Learning Architecture (http://www.adlnet.gov/tla/)  « Originating from the expanding community needs collected through a variety of means, the TLA (Ttraining and Learning Architecture) is not intended to replace SCORM, but upon completion will supercede the capabilities of SCORM. It will allow for tracking of learning experiences beyond simply recording completion data and scores, and will facilitate the design of modern learning scenarios that are not encumbered by specific device requirements. Each TLA component will provide backward compatibility and best practices to ease transitions from SCORM. »
  7. 7. SUR LE SUJET Répertoires utilisés:  « Profil de l’industrie et de la main-d’oeuvre québécoise en eLearning », 2002, par SECOR pour le compte de TECHNOCompétences et l’Alliance numériQC. Demander à TECHNOCompétences: info@technocompetences.qc.ca  « Mise à jour des données sur la main-d’oeuvre de l’industrie de e-learning au Québec 2003 » http://www.technocompetences.qc.ca/sites/technocompetences.qc.ca/fil es/uploads/industrie/etudes-et-rapports/2003/eLearning_2003.pdf Sources récentes:  Preparing for Next Generation of eLearning, part 1, 2014 sur SlideShare.net.  Preparing for Next Generation of eLearning, part 2, 2014 sur SlideShare.net. Pour rejoindre Sylvie Gagnon: sgagnon@sctii.com ou 514-572-1237

×