bilan|faits|évolutions|indicateurs
by
de l’énergie durable
www.smartguide.be
SmartGuide
2014
état des lieux du secteur
Sta...
vous propose une offre combinée répondant à votre attente
avec la collaboration de
Full Omnium Support PV
Surveillance con...
Smartguide de l’énergie durable 3sommaire |
Editorial........................................................................
4
Colophon
Le SmartGuide de l’énergie durable est édité par l’APERe asbl, Association
pour la Promotion des Energies Renou...
Smartguide de l’énergie durable 5
Editorial
SmartGuide 2014
Plus clair, plus dynamique, plus engagé
Cette deuxième édition...
6
viser 100% d’énergies renouvelables
(er)
L’énergie durable assure, pour tous et dans la durée, un accès
aux services éne...
Smartguide de l’énergie durable 7partie 1 : analyses transversales |
Partie 1
Analyses
transversales
8
2013, la crise gagne le monde. On n’hésite plus à parler de
récession. Partout, et tout particulièrement en Europe, l’ac...
Smartguide de l’énergie durable 9partie 1 : analyses transversales |
le 5e
rapport du GIEC impose une piqûre
de rappel
Six...
10
L’histoire se souvient d’abord des drames, des scandales et
des coups de gueule. Et dans un premier temps, ce qu’on est...
Smartguide de l’énergie durable 11partie 1 : analyses transversales |
De Solwatt à Qualiwatt
Volte-face meurtrière
Dès jan...
12
Une tendance moyenne est calculée par la méthode des
moindres carrés sur la dernière période d’un an et de 5 ans.
Le ta...
Smartguide de l’énergie durable 13partie 1 : analyses transversales |
Marché belge – Clients professionnels
Electricité
Fi...
14
Marché international
Marché du pétrole
Malgré des hauts et des bas du prix spot, une tendance
moyenne à la hausse du pr...
Smartguide de l’énergie durable 15partie 1 : analyses transversales |
Marché de gros de l’électricité
Le prix de gros de l...
16
Texte
Titre
ChâpeauLe Cluster TWEED (Technologie Wallonne Energie -
Environnement et Développement durable) est une org...
17Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états |
Partie 2
L’utilis...
18
S’il est vrai que, depuis 2010, la consommation primaire
ou consommation intérieure brute (CIB) de la Belgique
n’a cess...
19Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états |
Côté consommation...
20
Contexte
Un lourd passif
On a pris l’habitude de considérer, de manière un peu sché-
matique, que l’habitat comptait po...
21Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états |
Les résultats son...
22
REPÈRES STATISTIQUES
Avec un DJ 15/15 annuel de 2.138 à Uccle, 2013 a été une an-
née qui a nécessité davantage de beso...
23Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états |
Transports et URE...
24
Enfin, l’effort se fait de plus en plus pressant sur le compor-
tement du citoyen en termes de déplacements. Il s’agit ...
25Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états |
Industrie et URE
...
26
généraliser au sein des entreprises. Ces audits ont rendu
plus évidents aux yeux des gestionnaires les différents
poste...
27Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états |
Electricité et UR...
28
Ces interrogations se situent au cœur du combat que livrent
aujourd’hui les énergéticiens européens pour garder la main...
Smartguide de l’énergie durable 29partie 3 : éVOLUTION DES FILIERES |
Partie 3 :
éVOLUTION
DES FILIèRES
30
Les sources renouvelables d’énergie sont des énergies de flux
qui se régénèrent en permanence au rythme du soleil et de...
Smartguide de l’énergie durable 31partie 3 : éVOLUTION DES FILIERES |
Vent - Repère statistique
Données annuelles
TAB. 6 :...
32
FIG. 18 : Evolution mensuelle de la pluviométrie à Uccle de 2009 à 2013
Source : IRM
FIG. 19 : Evolution de la consomma...
Smartguide de l’énergie durable 33partie 3 : éVOLUTION DES FILIERES |
0
2
4
6
8
10
12
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2...
34
0
2
4
6
8
10
12
14
16
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
TWh
Biomasse domestique Biomasse non domestique
CES Pompe...
Smartguide de l’énergie durable 35partie 3 : éVOLUTION DES FILIERES |
© APERe – Bruno Claessens
36
En 2011, la biomasse (dont les déchets organiques) a couvert
68% de la consommation d’énergies renouvelables au sein
de...
Smartguide de l’énergie durable 37partie 3 : éVOLUTION DES FILIERES |
VOUS VOUS
CHAUFFEZ ENCORE
COMME AVANT?
Comme vous, D...
38
Contexte
Une prise de conscience tardive
En Wallonie, et jusqu’en 2001, la création de chaufferies (au-
tomatiques) au ...
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable

1 491 vues

Publié le

Le Smartguide 2014 de l'#energie durable est sorti! Cette année, The Smart Company y a participé et vous parle de Flexenergy! Et s'il était possible de gérer les unités de production et de consommation d'énergie? (Plus d'info: http://bit.ly/1q0iL2E) #renewables #energyefficiency #smartgrid #ICT #cleanweb #cleantech

Publié dans : Environnement
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 491
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
174
Actions
Partages
0
Téléchargements
42
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Smartguide 2014 - Le guide de l'énergie durable

  1. 1. bilan|faits|évolutions|indicateurs by de l’énergie durable www.smartguide.be SmartGuide 2014 état des lieux du secteur Statistiques & chiffres clés évolution par filière Intelligence des réseaux Répertoire Editeurresponsable:MichelHuart.RueRoyale,35-1000Bruxelles.Nepasjetersurlavoiepublique. 20€TTC-Horsfraisd’envoi
  2. 2. vous propose une offre combinée répondant à votre attente avec la collaboration de Full Omnium Support PV Surveillance continue et intervention rapide de dépan- nage afin de garantir un bon état de production au moins 345 jours par an (95%) Assurance Tous Risques Electronique Couverture complète de tous les éléments composant votre installation photovoltaïque, c’est-à-dire : panneaux, onduleurs, optimiseurs, compteurs et supervision ATI Premium Service EN SAVOIR + www.ati-be.com Numéro vert : 0800 75 555 Outil gratuit PV-Estim et devis en ligne sur www.soleilmax.com Depuis 1986, A.T.I. vous accompagne pour faire de votre projet électrique une réussite Votre compteur CV doit tourner ! installation photovoltaïque existante
  3. 3. Smartguide de l’énergie durable 3sommaire | Editorial................................................................................................................................................................ p.5 Vers une énergie durable..................................................................................................................... p.6 Partie 1 : analyses transversales 2013 dans le monde....................................................................................................................................... p.8 2013 en Belgique............................................................................................................................................. p.10 Prix de l’énergie en 2013.............................................................................................................................. p.12 Partie 2 : L’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états Consommation énergétique ..................................................................................................................... p.18 Bâtiment.............................................................................................................................................................. p.20 Transport............................................................................................................................................................. p.23 Industrie............................................................................................................................................................... p.25 Electricité............................................................................................................................................................ p.27 Partie 3 : évolution des filières Statistiques des sources d’énergies renouvelables........................................................................ p.30 Biomasse............................................................................................................................................................. p.36 Solaire photovoltaïque.................................................................................................................................. p.43 Solaire thermique............................................................................................................................................ p.46 Eolien..................................................................................................................................................................... p.48 Hydroélectricité................................................................................................................................................ p.54 Géothermie........................................................................................................................................................ p.57 Pompes à chaleur............................................................................................................................................ p.59 Partie 4 : infrastructures Cogénération et réseaux de chaleur...................................................................................................... p.64 Réseaux et stockage..................................................................................................................................... p.65 Partie 5 : Répertoire des acteurs publics en Belgique............................. p.69 Sommaire
  4. 4. 4 Colophon Le SmartGuide de l’énergie durable est édité par l’APERe asbl, Association pour la Promotion des Energies Renouvelables - www.apere.org. Rédaction • Jean CECH • Johann DUMORTIER • Christophe HAVEAUX • Michel HUART • Suzanne KEIGNAERT Expertises • Bruno CLAESSENS (APERe) • Johanna D’HERNONCOURT (APERe) • Eric DUMONT (UMONS) • Francis FLAHAUX (FRW) • Gregory NEUBOURG (APERe) • Laurent SOMER (ValBiom) • Benjamin WILKIN (APERe) • Laurent Anzalone (ValBiom) • Cécile Heneffe (ValBiom) • Pierre Martin (ValBiom) Contact Christophe HAVEAUX – chaveaux@apere.org Régie publicitaire Expansion www.expansion.be Contact Carole Mawet – carole.mawet@expansion.be Version numérique disponible gratuitement en ligne Version imprimée : 20 € TTC - Hors frais d’envoi www.smartguide.be Le SmartGuide s’appuie sur l’expertise développée par la revue Renouvelle, qui analyse chaque mois l’actualité de l’énergie durable. Renouvelle est réalisé avec le soutien de : Avec la collaboration de
  5. 5. Smartguide de l’énergie durable 5 Editorial SmartGuide 2014 Plus clair, plus dynamique, plus engagé Cette deuxième édition du SmartGuide conserve, sur le plan de la démarche, le même objectif que la première édition : vous aider à apprécier le chemin parcouru par la transition énergétique d’une année à l’autre à travers la pro- gression du renouvelable. Nous avons surtout cherché à la rendre plus lisible à travers une structure qui part systématiquement d’une situation existante – le contexte - pour aboutir à un certain nombre de perspectives qui apparaissent déjà clairement pour les années à venir. En nous attardant, le cas échéant, sur ses dimensions ‘techno- logies’ et ‘métiers’. Nous avons également voulu rendre cette structure plus cohérente par rapport aux objectifs de l’APERe, définis par la Charte pour une énergie durable, et à notre suivi de l’actualité dans Renouvelle. Après un rappel des principaux développements de l’année écoulée – actualité internationale, nationale et évolution des prix-, votre SmartGuide 2014 prend donc appui sur une première partie centrée sur ce qui fait le fondement de notre démarche : l’utilisation rationnelle de l’énergie – l’URE. Nous la déclinons dans quatre domaines essentiels : le bâtiment, les transports, l’industrie et la production d’électricité. Nous vous y livrons à la fois les chiffres clés et les inter- prétations forcément subjectives qu’ils inspirent. Viennent ensuite les évolutions constatées au sein des filières renouvelables, au regard des chiffres les plus parlants, et les développements récents en matière d’infrastructures énergétiques. Avec la même dynamique de présentation : contexte, avancées, technologies, métiers, perspectives. Enfin, notre répertoire des acteurs publics vous permettra de rapidement trou- ver un contact utile. Bonne lecture ! éditorial |
  6. 6. 6 viser 100% d’énergies renouvelables (er) L’énergie durable assure, pour tous et dans la durée, un accès aux services énergétiques elle implique l’équilibre entre une offre énergétique basée sur des sources renouvelables et une demande maîtrisée par une utilisation rationnelle de l’énergie (comportements judicieux et équipements efficients). utilisation rationnelle de l’énergie (ure) L’URE assure en suffisance l’accès aux services énergétiques. Elle fait le choix des solutions individuelles et collectives qui induisent la plus petite consommation d’énergie elle combine comportements judicieux et équipements énergétiquement efficients. Vers une énergie durable Des notions à concrétiser Comportement judicieux 1. Faire la chasse au gaspillage Exemples : extinction des lumières inutiles, suppression d’achats superflus 2. Adapter le mode de vie et les activités Exemples : sobriété, consommation au meilleur moment, transports en commun 3. Accroître la durée de vie des biens Exemples : entretien du matériel, choix d’équipements à longue durée de vie Equipement efficient 1. Technologies qui réduisent les pertes de conversion Exemples : chaudières à haut rendement, ampoules économiques, électroménagers A++ 2. Objets et infrastructures qui réduisent les consommations d’énergie associées à leur usage Exemples : véhicules légers, isolation d’un bâtiment, noyaux d’habitat 3. Matériaux et services à moindre énergie incorporée (énergie grise) Exemples : circuits courts, isolants naturels, produits de saison Équipement Tendance Energie durable Comportement Renouvelable ER URE Fig. Extrait de la charte pour une énergie durable : www.apere.org Une démarche URE est complète si elle agit à tous les niveaux suivants :
  7. 7. Smartguide de l’énergie durable 7partie 1 : analyses transversales | Partie 1 Analyses transversales
  8. 8. 8 2013, la crise gagne le monde. On n’hésite plus à parler de récession. Partout, et tout particulièrement en Europe, l’ac- tivité économique a plongé. Sur le plan énergétique, avec le ralentissement de la production, cela offre l’illusion d’une consommation d’énergie qui se tasse. Mais cela révèle aussi un secteur électrique qui se retrouve soudain en surcapaci- té. Au point que certaines unités de production en viennent à être mises à l’arrêt faute de rentabilité (Renouvelle n°58, p.4 et Renouvelle n°60, p.1). à la recherche d’une transition équitable Les prix de l’énergie ont chuté avec la demande, mais on a le sentiment de payer de plus en plus cher. Et là, on pointe surtout du doigt la montée en puissance des renouvelables. Celle qui a été voulue par l’Europe – les fameux objectifs 20/20/20. On est d’autant plus enclin à l’incriminer qu’elle a un coût qui apparaît très vite sur la facture des particuliers comme des industriels : il est désormais deux fois plus élevé en Europe qu’aux Etats-Unis et 20% de plus qu’en Chine. Pourtant, selon une étude de la Commission européenne, le soutien aux renouvelables n’aurait qu’un impact limité : 7,2% dans l’augmentation de la facture de l’industrie, 5,4% dans celle des ménages. Le principal élément qui fait gonfler les prix de l’énergie en Europe, c’est sa dépendance aux impor- tations : 54% en 2011. Et ce sont précisément nos efforts en matière d’efficacité énergétique et dans le développement des renouvelables qui tempèrent cette dérive. Beaucoup ont le sentiment que la colonne ‘débit’ du renouvelable (les coûts de la transition) occulte systématiquement la colonne ‘crédit’ (ses apports en termes financiers, industriels et envi- ronnementaux). Qu’importe, les Etats n’ont plus de sous. Ils se sont déjà sai- gnés à blanc pour renflouer leurs banques victimes de la bulle financière. Industriels et particuliers réclament un allè- gement de leur facture énergétique (Renouvelle n°58, p.4). L’Europe rechigne à se lancer, comme les Etats-Unis, sur la piste des gaz de schistes - histoire de regagner un peu d’in- dépendance énergétique ? Eh bien, le bouc émissaire est tout trouvé : on va revoir, sinon supprimer, tous ces coû- teux soutiens aux renouvelables. Après tout, ils ont eu leur chance : les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables ont été multipliés par 6 entre 2004 et 2012 ! Les investisseurs préfèrent attendre Cette remise en cause du statut privilégié des énergies re- nouvelables dans la transition énergétique, c’est la grosse tendance qui s’est affirmée en 2013. Les investisseurs qui doivent souvent leur survie à leur capacité d’anticipation ne n’y sont pas trompé. Ils avaient prévu le coup de longue date. En 2013, les investissements européens dans le renou- velable ont chuté de plus de 40% (tombant de 97,8 milliards en 2012 à 57,8 milliards). L’Europe s’est vue souffler la pre- mière place du marché au profit de la Chine (elle-même en recul en matière d’investissements). Et comme s’il manquait une image pour illustrer cette petite crise de doute, Désertec, l’un des projets phares qui portait l’espoir d’une réflexion énergique à grande échelle, auda- cieuse et ambitieuse, marque le pas (Renouvelle n°58, p.5). 2013, un tournant. Les énergies renouvelables jusque-là adulées en tant qu’alternatives potentielles aux ressources carbonées, voient leur statut privilégié d’enfant prodige de la classe énergétique contesté. En cause, une crise finan- cière qui n’en finit pas, une compétitivité technologique qui affleure çà et là, et quelques perspectives de ‘revenons-y’ ouvertes par les énergies fossiles non conventionnelles... Le temps d’une pause et d’un recadrage. Le renouvelable n’est plus l’enfant gâté de la planète énergie 87%En mars 2013, la production renouvelable du Portugal a couvert 87% des besoins en électri- cité du pays. C’était également le cas à 70% pour les trois premiers mois de l’année (Renouvelle n°53, p.4) ! Le chiffre International | 2013 dans le monde
  9. 9. Smartguide de l’énergie durable 9partie 1 : analyses transversales | le 5e rapport du GIEC impose une piqûre de rappel Six ans après son 4e rapport, le GIEC publie mi-2013, le Volume 1 de son nouveau et 5e rapport : « Change- ment climatique 2013 : les éléments scientifiques ». Pas de (bonnes) surprises, hélas. Le climat se réchauffe bel et bien et les activités humaines y sont pour beaucoup. La température à la surface du globe a été la plus élevée au cours des trois dernières décennies. Plus élevée qu’au cours de toute autre décennie depuis 1850. Estimations, prévisions, hypothèses confirment une fois de plus le che- min à suivre pour limiter les dégâts (Renouvelle n°54, p.4 et Renouvelle n°61, p.9). Cette confirmation au crayon gras des méfaits à venir des émissions de GES semble avoir laissé de marbre les déci- deurs réunis à Varsovie pour la Conférence sur le Climat. En dépit des exhortations de nombreuses délégations et du coup de gueule des ONG, ils se sont refusés à prendre des engagements concrets et forts pour freiner sinon maîtriser la tendance. La nature, de son côté, persiste et signe : 2013, est la 6e année la plus chaude depuis 1850. Le ‘conventionnel’ n’a pas dit son dernier mot Selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), c’est en 2013 que la production d’hydrocarbures conventionnels devrait entamer son déclin. Mais ce n’est pas pour autant le début de la fin des carburants fossiles de ce type. Pour prendre le relais, les Etats Unis comptent désormais sur les ressources dites ‘non conventionnelles’ (gaz et huiles de schistes essentiellement). L’Agence prévoit que cette filière permettra aux Etats-Unis de reprendre leur auno- mie énergétique et de ravir même à l’Arabie saoudite sa place de premier producteur mondial de pétrole. Cette piste suscite des tentations un peu partout dans le monde. Et même en Europe où quelques pays comme la Pologne, l’Allemagne ou le Royaume-Uni font déjà fi des craintes que son exploration sucite sur le plan écologique. Le charbon aussi – surabondant dans certains pays comme la Chine et l’Allemagne – retrouve grâce aux yeux de ceux qui voient dans les nouvelles technologies de séquestra- tion du carbone (CSC) le prétexte à parler de charbon ‘propre’ et à lui faire retrouver le chemin des fours. Le marché du CO2 ne joue pas son rôle On se réjouissait en début d’année 2013 du recul constaté des émissions globales de gaz à effet de serre (- 1,4% en 2012). On avait doublement tort. Car cette performance était essentiellement imputable à la crise économique. Et elle avait aussi pour effet désastreux de gonfler plus en- core la masse de quotas excécendaires mis sur le marché. 164 millions de quotas sont ainsi venus s’ajouter au gros milliard qui noyait déjà le système. Ce qui a fait tomber le prix de la tonne autour de 5 euros alors qu’il devrait dé- passer les 20 euros pour être un tant soit peu efficace et pousser les industriel à réduire drastiquement leurs émis- sions de GES. D’où l’idée de la Commission européenne de geler jusqu’à 2019 (« backloading ») 900 millions de quotas pour faire remonter le cours. Il a fallu toute l’année 2013 pour que les parlementaires européens y consentent du bout des lèvres (Renouvelle n°54, p.7). ZOOM Allemagne : une stratégie rentable Selon une étude de l’Institut Fraunhofer IWES, la transition énergétique est une vraie opportunité pour l’Allemagne. D’ici 15 à 20 ans, l’investisement annuel sera inférieur aux seules économies réalisées sur les importations d’énergies fossiles. Dans la foulée, 92 entreprises et associations professionnels du renouvelable interpellent la Commission euro- péenne : « Un objectif européen ambitieux en matière d’énergies renouvelables stimulera la croissance verte, créera 570.000 emplois supplémentaires et économisera 260 milliards d’importations d’énergie fossile » (Renouvelle n°55 p.4). 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 -60 -40 -20 0 20 40 60 80 Coûts/Bénéfices(milliardsd’euro) Année Bénéfices (Achat de combustibles fossiles évités) Coûts « Photovoltaïque » Coûts « Éolien onshore » Coûts « Eolien offshore » Coûts « d’infrastructure » Coûts « Transports électriques » Coût « stockage (Power2Gas et autres systèmes) » Coûts « Pompes à chaleur » Coûts « Isolation des bâtiments » Bénéfices-Coûts FIG. 1 : Diagramme coût/bénéfice de la transition énergétique allemande Hypothèses : Pas de taux d’actualisation sur le capital et prix de l’énergie constant Source : Fraunhofer IWES - http://www.iwes.fraunhofer.de
  10. 10. 10 L’histoire se souvient d’abord des drames, des scandales et des coups de gueule. Et dans un premier temps, ce qu’on est surtout tenté de retenir de l’année écoulée, c’est ce qui nous a fait frôler la déroute. Une concurrence chinoise débridée, un système de soutien au photovoltaïque résidentiel qui met un an à sortir de l’ornière et laisse tout un secteur K.O. (Renouvelle n°51, p.1). De nouvelles implantations éoliennes qui jouent les pestiférées dans le débat médiatique. La valo- risation de la biomasse qui se carambole sur fond de pénu- rie alimentaire. Des crêpages de chignon télévisés autour d’un climatoscepticisme suranné. Des querelles d’experts à propos de la norme ‘zéro énergie’... Mais comme souvent, le brouhaha occulte le travail de fond qui avance en coulisse. Du global au particulier L’année 2013 voit émerger la vision stratégique à long terme (2050) adoptée en mai par le gouvernement fédéral, tra- çant les grandes orientations qui font consensus en matière de développement durable.... et bien entendu les choix énergétiques qui la sous-tendent (Renouvelle n°56, p.1). Et dans la foulée, on s’intéressera de près aux différents scé- narios élaborés pour imaginer une Belgique sevrée du car- bone. Avec à chaque fois un même souci d’échapper aux visions fantasmées pour développer des approches prag- matiques, en écoutant l’ensemble des acteurs. Et tant pis si, consensus oblige, la vigueur des engagements concrets laisse parfois sur sa faim. Car on avance par ailleurs dans le pratico-pratique. On se concentre sur le concret Voyez la laborieuse émergence du nouveau cadre éolien wallon (Renouvelle n°52, p.1), l’élaboration méticuleuse d’un plan Qualiwatt pour calmer et résorber les poussées de fièvre dans le photovoltaïque résidentiel, la patiente, mais indispensable mise au point d’un nouveau Schéma de Déve- loppement de l’Espace Régional (SDER)... Voyez aussi les réflexions très concrètes et ambitieuses menées autour de la directive de performance énergétique des bâtiments et plus largement des villes durables de demain. Voyez le tra- vail de structuration et de rationalisation engagé pour faire converger dans une nouvelle structure – BERA – le travail de recherche belge dans les domaines de l’énergie. Voyez les différentes cartographies développées par le Cluster Tweed pour mettre en lumières les forces et faiblesses des chaînes de valeur au sein des filières renouvelables. Voyez la mise en place, toujours au niveau national, d’un système harmonisé et intégré – RESCERT – de certification professionnelle au sein des filières. Voyez le Championnat des énergies renou- velables et derrière lui, toute cette mise en ordre de bataille qui se fait jour au niveau local... C’est tout un secteur qui semble avoir atteint l’âge de raison. PEB Zéro énergie : un objectif qu’on peut toucher du doigt Le rêve d’architecte visionnaire s’est mué en projet de société. Une décennie à peine aura suffi. L’impulsion de la directive européenne de 2002 dite PEB y est pour beaucoup. Mais c’est sans doute à l’engouement créa- tif des concepteurs du bâti (architectes et ingénieurs- architectes principalement) que l’on devra le profond changement de mentalité qui s’est opéré depuis. Vu le secteur, on peut imaginer que cela prendra du temps à se concrétiser largement sur le terrain. Mais c’est claire- ment en marche. Passif d’abord, zéro énergie ensuite, énergie positive peut être un jour, le secteur du bâti- ment devrait sortir à terme de la frange des obèses de la classe énergétique. Forte de ce constat, l’Europe a choisi de battre le fer tant qu’il est chaud. La nou- velle directive ‘Recast’ 2010/31/UE, entrée en vigueur en 2013, affiche des ambitions qui feraient pâlir d’envie les technocrates européens en charge des transports. Une ambition relayée avec volontarisme par la Région bruxelloise dont les bâtiments engloutissent à eux seuls les trois quarts de la consommation finale d’énergie de la Région (Renouvelle n°57, p.1). 2013, année mouvementée pour le secteur des renouvelables. Des dossiers polémiques d’abord, comme la remise en cause des systèmes de soutien publics ou des nouvelles implantations éoliennes terrestres. Mais en toile de fond, le secteur prend ses marques et se professionnalise. Derrière les prises de position politiques, les professionnels se tiennent à l’écart des déclarations de principe et des invectives. On se parle, on s’organise, on se structure. Le métier qui entre. Vers l’âge de raison 2013 en Belgique
  11. 11. Smartguide de l’énergie durable 11partie 1 : analyses transversales | De Solwatt à Qualiwatt Volte-face meurtrière Dès janvier 2013, ce n’était déjà plus une surprise pour personne : le régime Solwatt avait fait son temps ; le mécanisme wallon de soutien au photovoltaïque allait être révisé. Toute l’année écoulée avait été émaillée d’évaluations et de déclarations sur l’impact financier du système des certificats verts dans le résidentiel. Les montants évoqués étaient assez surréalistes pour qu’on s’attende à un changement de cap radical. Il l’a été puisque le nouveau système proposé en fin d’an- née, Qualiwatt, excluait tout simplement la formule du certificat vert à valeur variable pour se retrancher sur une formule de prime avec garantie de retour sur investissement. Avant même d’être précisément formulée, l’effet d’annonce s’est révélé meurtrier. En quelques mois, l’onde de choc avait jeté au sol une bonne partie des acteurs économomiques du secteur : selon la fédération Agoria, le secteur aurait perdu 1.250 emplois en 2013 dont la grande majorité dans la filière photovoltaïque. Mais, renforcée par les rumeurs propagées partout en Europe, l’annonce avait aussi distillé le doute dans toutes les filières. Avec en sus, un terrible sentiment de vulnérabilité. La poule aux œufs d’or est passée à la casserole budgétaire. Blackout La Belgique continue à se faire peur Une fois encore, à la veille des frimas, d’aucuns avaient évoqué les risques de blackout. Et ce n’était pas sans arrière-pensées : sortie programmée (mais pas encore totalement phasée) du nucléaire, crise de croissance du réseau, perte de compétitivité des centrales au gaz, poids du renouvelable... En juillet, le Conseil des ministres approuve le plan Wathelet. Il insiste sur la nécessité de peaufiner la gestion de la demande, de muscler les inter- connexions... Mais il instaure aussi la mise en réserve fi- nancée de centrales de production dont les énergéticiens avaient évoqué la fermeture pour cause de non-rentabi- lité. Il évoque même des appels d’offres pour de nouvelles unités... tout en confirmant la prolongation de Tihange1. ACCORDS DE BRANCHE Nos industriels gardent le cap L’efficacité énergétique fait son chemin au sein des entre- prises. Alors qu’elle bénéficie depuis 2011 d’une norme ISO (50001), elle est boostée depuis une dizaine d’années par les accords de branche. Ces conventions sectorielles en vigueur dans plus de 177 entreprises et 217 secteurs indus- triels ont dégagé des résultats appréciables (14,5% d’éco- nomies et 18% ce CO2 évités en 2010). Elles ont donc été prolongées et renforcées en 2013 à travers des accords de branche dits ‘de deuxième génération’, qui intègrent désormais : des indices d’évaluation affinés, un périmètre plus large pour la mesure des émissions de GES et une feuille de route obligatoire. Ces accords ouvrent égale- ment la voie aux systèmes d’énergies renouvelables pour optimaliser les résultats à atteindre. Bref, un pas plus loin (Renouvelle n°53, p.8).
  12. 12. 12 Une tendance moyenne est calculée par la méthode des moindres carrés sur la dernière période d’un an et de 5 ans. Le taux de croissance annuel moyen (TCAM) est exprimé par un pourcentage équivalent à un index annuel de type Xn = X0 (1+index)n (Renouvelle n°59, p.12) Bois – Bûches, plaquettes, pellets Prix le plus bas et généralement plus stable. Cependant, une augmentation du prix des pellets a été constatée en 2013. Elle est de +15 à 20% par rapport à l’an passé. (Voir encadré « Pellet, superstar dans la section biomasse »). Sur une période de 5 ans, l’index annuel est de +2,8% pour les pellets et +1% pour les bûches. Produits pétroliers - Mazout Les prix des produits pétroliers évoluent par vagues au gré des effets des cotations internationales (pétrole brut et taux de change $/€). Actuellement, la tendance à un an est la baisse (-1,8%). Sur 5 ans, l’augmentation des prix du mazout est de +14,5% par an. Index annuel de déc. 2012 à déc. 2013 : -1,8% Index annuel de déc. 2008 à déc. 2013 : +14,5% Gaz naturel Les prix du gaz naturel évoluent « par vagues ». Une baisse sen- sible est apparue début de l’année 2013 qui se traduit par une tendance de – 5,1% sur les douze derniers mois. Sur 5 ans, l’aug- mentation des prix du gaz naturel se situe à +7,6% par an. Index annuel de déc. 2012 à déc. 2013 : -5,1% Index annuel de déc. 2008 à déc. 2013 : +7,6% Electricité – Tarif simple Les prix de l’électricité évoluent « par vagues ». Après une aug- mentation constatée fin 2012 et une baisse début 2013, les prix affichent une légère augmentation. Ces douze derniers mois, la tendance moyenne est une augmentation de +1,4%. Sur 5 ans, l’augmentation est de +4,1% par an. Index annuel de déc. 2012 à déc. 2013 : +1,4% Index annuel de déc. 2008 à déc. 2013 : +4,1% Inflation Index annuel de déc. 2012 à déc. 2013 : +0,9% Index annuel de déc. 2008 à déc. 2013 : +2,5% Des évolutions contrastées Fig. 2 : évolution 2008-2013 des prix des produits énergétiques achetés par les ménages Source : Renouvelle 2,9 3,9 5,8 8,4 10,8 23,5 24,5 7,9 0 5 10 15 20 25 30 12/20 0 80 3/20 0 9 0 6/20 0 9 0 9/20 0 9 12/20 0 90 3/20 100 6/20 100 9/20 1012/20 100 3/20 110 6/20 110 9/20 1112/20 110 3/20 120 6/20 120 9/20 1212/20 120 3/20 130 6/20 130 9/20 1312/20 13 cEUR/kWh (PCI) Bois plaquettes (30% HR) Bois bûches (séchées 1 an) Bois pellets ou granulés (vrac) Mazout (2000 l) Electricité tarif simple Gaz naturel Propane vrac Electricité tarif bi-horaire (3200+1600) cEUR/kWh (PCI) Prix de l’énergie en 2013 Marché belge – ménages
  13. 13. Smartguide de l’énergie durable 13partie 1 : analyses transversales | Marché belge – Clients professionnels Electricité Fin 2013, selon la méthodologie de la CREG, la facture annuelle d’un client professionnel consommant 50.000 kWh par an d’électricité est la plus petite en France et la plus élevée en Allemagne. La Belgique se situe à la deuxième place. Parmi les 5 pays, le Royaume Uni a le prix le plus élevé pour la composante énergie la Belgique présente les coûts de réseau les plus élevés, l’Allemagne a une composante taxe plus éle- vée et en France les tarifs régulés sont toujours d’application. (Renouvelle n°49, p.10) Gaz naturel Fin 2013, selon la méthodologie de la CREG, la facture annuelle d’un client professionnel consommant 100.000 kWh par an de gaz naturel est la plus petite en Belgique et la plus élevée aux Pays-Bas. Consultez l’Observatoire des prix de l’énergie 0 5.000 10.000 15.000 janv-2013 janv-2014 janv-2013 janv-2014 janv-2013 janv-2014 janv-2013 janv-2014 janv-2013 janv-2014 BE DE FR NL UK Energie Réseau Taxes Fig.3 : Facture d’électricité (all-in) pour un client professionnel (50.000 kWh/an) janvier 2013 et janvier 2014 Comparaison entre la Belgique (BE), l’Alle- magne (DE), la France (FR), la Grande Bre- tagne (UK) et les Pays-Bas (NL) Source : CREG FIG.4 : Factures de gaz naturel (all-in) pour un client professionnel (100.000 kWh/an) janvier 2013 et janvier 2014 Comparaison entre la Belgique (BE), l’Allemagne (DE), la France (FR), la Grande Bretagne (UK) et les Pays bas (NL) Source : CREG Facture annuelle moyenne (all in) gaz naturel pour client professionnel (100.000 kWh/an) entre 2013 et 2014 0 1.000 2.000 3.000 4.000 5.000 6.000 7.000 janv-2013 janv-2014 janv-2013 janv-2014 janv-2013 janv-2014 janv-2013 janv-2014 janv-2013 janv-2014 BE DE FR NL UK Energie Réseau Taxes  www.apere.org/observatoire
  14. 14. 14 Marché international Marché du pétrole Malgré des hauts et des bas du prix spot, une tendance moyenne à la hausse du prix du pétrole s’observe nettement depuis l’an 2000 : de 20$ courant, il est aujourd’hui à plus de 100$. Une multiplication par 5 en 13 ans. Et demain, il est fort probable que les projections de l’AIE soient revues systématiquement à la hausse comme le constate Jean- Marc Jancovici (Renouvelle n°52, p.5). Cette augmentation est le signe d’une époque proche du pic de la ressource. Pendant combien de temps pourrons- nous encore faire la fête grâce à nos ressources fossiles ? Le constat de Jean-Marc Jancovici est sans appel : « La crois- sance permanente, c’est fini. Nous rentrons dans un monde à croissance contrainte ». Conséquence d’un système européen d’échange de quotas d’émissions inefficace, le marché d’échange des émissions de CO2 (EU ETS Carbon) reste désespérément excédentaire de- puis 2011. La valeur de la tonne de CO2 a chuté de 20 € à 5 € et ne montre pas de signe de remontée (Renouvelle n°54, p.7). Pour rappel, une tonne de CO2 est émise lors de la combustion de 2,7 barils de pétrole. En d’autres termes, pour ceux qui sont soumis à l’obligation de marché ETS, avec 5 € la tonne de CO2 , le prix du baril de pétrole est augmenté de 1,85 € ou 2,8 $, soit + 2%. Dérisoire ! Marché européen des émissions de carbone FIG. 4 : Evolution du prix spot du baril de pétrole Brent Source : U.S. Energy Information Administration (EIA) http://www.eia.gov FIG. 5 : Evolution du prix de la tonne équivalent CO2 sur le marché européen des quotas d’émissions (EU ETS carbon) Source : Thomson Reuters Point Carbon 0 20 40 60 80 100 120 140 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 20 0 0 20 0 1 20 0 2 20 0 3 20 0 4 20 0 5 20 0 6 20 0 7 20 0 8 20 0 9 20 10 20 11 20 12 20 13 20 14 $courant Spot price Courbe de tendance moyenne
  15. 15. Smartguide de l’énergie durable 15partie 1 : analyses transversales | Marché de gros de l’électricité Le prix de gros de l’électricité sur le marché long terme (Y+1) et court terme (day ahead) montre une tendance à la baisse depuis 2011. L’écart entre les prix sur les marchés en Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Allemagne, s’est creusé, l’Alle- magne présentant les prix les moins élevés et les Pays-Bas les prix les plus élevés. (Renouvelle n°56, p.12). Cette tendance à la baisse du prix de gros de l’électricité est à contre-courant des évolutions du prix de gros du gaz et du pétrole. Elle est imputable à différents facteurs tels que la faiblesse de la conjoncture économique, le faible coût des émissions de carbone (Cfr. marché des émissions de carbone), mais aussi par le fort développement de la production d’éner- gie d’origine renouvelable, prioritaire sur le réseau. (Renouvelle n°55, p.1). Cet effet a été constaté de manière évidente en dé- cembre 2013 (Renouvelle n°61, p.2). 35 40 45 50 55 60 65 1/12/2010 1/01/2011 1/02/2011 1/03/2011 1/04/2011 1/05/2011 1/06/2011 1/07/2011 1/08/2011 1/09/2011 1/10/2011 1/11/2011 1/12/2011 1/01/2012 1/02/2012 1/03/2012 1/04/2012 1/05/2012 1/06/2012 1/07/2012 1/08/2012 1/09/2012 1/10/2012 1/11/2012 1/12/2012 1/01/2013 1/02/2013 1/03/2013 1/04/2013 1/05/2013 1/06/2013 1/07/2013 1/08/2013 1/09/2013 1/10/2013 1/11/2013 1/12/2013 1/01/2014 1/02/2014 BE Y+1 NL Y+1 DE Y+1 FR Y+1 / MWh FIG. 6 : Evolution du prix de l’électricité (marché international long terme Y+1) en Belgique, Pays-Bas, Allemagne et France entre fin 2010 et début 2014 Source : CREG Marché de gros du gaz naturel Le prix du gaz sur les marchés à court et long terme augmente d’année en année depuis 2009. Sur la période 2012-2013, la hausse de prix a été moins marquée sans doute due à des volumes annuels réduit de 11,7%. Le prix de gros du marché M+1 s’élevait à 27,1 €/MWh en moyenne en 2013 en Europe et de 9,3 €/MWh aux USA. En 2013, la consommation totale de gaz naturel en Belgique a été de 183 TWh, soit en baisse de 1,3% par rapport à 2012 malgré une saison de chauffe plus rude (voir les statistiques dj15/15 dans la rubrique « URE – bâtiment »). C’est la forte baisse de consommation des grands clients industriels (-11,7% par rapport à 2012) qui marque cette tendance. (Source : Synergrid) FIG. 7 : Evolution du prix du gaz (marché international long terme M+1) entre 2012 et 2014. Henry HUB : USA ; PEG Nord : FR ; NCG, GASPOOL : DE ; TTF, ZIG : BE Source : CREG
  16. 16. 16 Texte Titre ChâpeauLe Cluster TWEED (Technologie Wallonne Energie - Environnement et Développement durable) est une organisa- tion wallonne rassemblant une centaine d’entreprises actives dans le secteur de l’énergie durable. Le Cluster joue un rôle majeur en matière de business développement dans les secteurs de « l’énergie du- rable ». Par énergie durable, on entend : • les sources d’énergie renouvelable ; • la mise en oeuvre de process permettant la réali- sation d’économies d’énergie, l’efficacité énergé- tique et la réduction des gaz à effet de serre dont le CO2 , au niveau industriel et dans le secteur tertiaire • le développement de produits visant les mêmes effets, à l’intention de l’industrie, du tertiaire ou de particuliers (produits et services « verts »). Pour favoriser les investissements en production et ex- ploitation de l’énergie durable, le Cluster TWEED s’orga- nise selon les axes principaux suivants : • La mise en réseau des acteurs du secteur via l’organisation de conférences, d’évènements de networking, de visites d’entreprises... ; • Le soutien technique au montage de projets d’inves- tissement / de RD dans le secteur ; • La promotion des compétences des membres du Cluster, notamment lors de missions/salons à l’in- ternational ; • La réalisation d’une veille technologique ; • L’organisation de « groupes projets » qui regroupent des entreprises aux compétences complémentaires afin de répondre à des appels d’offre régionaux ou européens et d’offrir des solutions globales aux clients dans des projets de taille industrielle ; • La réalisation d’études de marché et d’analyses économique et technologique sur la thématique de l’énergie durable. Membres de TWEED TWEED compte plus de 100 membres dont 80% d’entreprises. Les membres de TWEED sont des entreprises possédant un siège social et/ou opérationnel en Région wallonne (ou en Région bruxelloise) ac- tives dans la branche d’activité « énergie durable », tous secteurs confondus. On y trouve des entreprises tels que des assembleurs d’équipements, fabricants de composants, producteurs d’énergie mais également des entreprises de services, bureau d’études, traders de certificats CO2 ou encore des centres de formation, centres de recherches, ser- vices universitaires et autres partenaires publics. ASBL Cluster TWEED Rue Natalis 2 4020 Liège (Belgique) +32 4 242 47 60 info@clustertweed.be www.clustertweed.be TVA : BE0896.051.752 Contact : Mr. Cédric Brüll Directeur cbrull@clustertweed.be Source : Cluster TWEED
  17. 17. 17Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états | Partie 2 L’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états
  18. 18. 18 S’il est vrai que, depuis 2010, la consommation primaire ou consommation intérieure brute (CIB) de la Belgique n’a cessé de diminuer (de l’ordre de 4% par an) et que la consommation finale tend elle aussi à baisser sensiblement dans les trois Régions, il paraît hasardeux d’y voir une ten- dance lourde en termes de transition énergétique. Le ralen- tissement économique constaté depuis le début de la crise n’y est sans doute pas étranger. Il s’est nécessairement tra- duit dans la CIB, tant au niveau de l’industrie qu’à celui des transports. De même, les conditions climatiques doivent également être prises en compte, en particulier dans les dépenses liées aux bâtiments. En outre, il faut tenir compte du fait que 2/3 de l’énergie finale est consommée en Région flamande où la tendance à la baisse ne semble pas aussi régulière qu’au niveau national. Quoi qu’il en soit, en 2012, 37% de la consommation finale était imputable à l’industrie, 35% au domestique et 28% aux transports. Cette consommation finale est en légère baisse, mais à des degrés divers dans les trois secteurs (voir gra- phique). On relèvera enfin que la consommation moyenne par tête d’habitant se situe autour de 5,5 tonnes équivalent pétrole (tep) par an. La Flandre culminant autour de 5,9 tep/hab, la Wallonie à 4,7 tep/hab et Bruxelles à 1,7 tep/hab (Renou- velle n°54, p.12). Une dépendance énergétique très contrastée Cette consommation a exigé l’achat et l’importation de 4,2 millions de tonnes de charbon, 170 millions de barils de pétrole et 16 km3 de gaz naturel, ainsi que l’extraction de près de 500.000 tonnes de minerai d’uranium. Ce qui témoigne d’un taux de dépendance qui reste élevé en Bel- gique (74%) par rapport à la moyenne européenne (53,3%). Une moyenne où se mêlent des pays totalement dépen- dants de leurs importations comme Malte, dépendants à 100%, le Luxembourg ou Chypre (97%) et des pays comme le Danemark qui était en 2012 le seul exportateur net d’énergie (- 3%). A l’échelle des statistiques annuelles, la transition énergétique s’avère pareille aux changements climatiques qui la motivent : insaisissable. Cela tient à la diversité et à la complexité des éléments qui interagissent en permanence pour en modifier la trajectoire. Une transition à pas comptés Consommation énergétique FIG. 9 : Evolution de la consommation primaire d’énergie par vecteur en Belgique, entre 2003 et 2012. Source : Eurostat FIG. 10 : Evolution de la consommation finale d’énergie par Région entre 1990 et 2012 Source : Wallonie : SPW-DGO4, Flandre : Vito, Bruxelles : Bruxelles Environnement, Belgique : Eurostat 0 10 20 30 40 50 60 70 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Autre Chaleur nucléaire Gaz Naturel Pétrole Combustible Solide Mtep 0 10 20 30 40 50 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 20002001200220032004200520062007200820092010 2011 2012 Mtep Wallonie Bruxelles Flandre Belgique
  19. 19. 19Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états | Côté consommation finale – principalement des combus- tibles solides (charbon, biomasse), du carburant (38% de produits pétroliers, 29% de gaz naturel) et de l’électricité (19%) – on notera surtout l’évolution contrastée de l’indus- trie et du secteur domestique. Comme on le verra dans la suite de ce bilan annuel, c’est effectivement en descendant dans la répartition de cette consommation par secteurs – industrie, bâtiment, trans- ports... - que l’on verra se dessiner les contours d’une tran- sition énergétique qui est en chemin et qui progresse à pas comptés. 2/3C’est la part de la Région flamande dans la consom- mation finale d’énergie en Belgique. De quoi donner du relief aux chiffres. Le chiffre 3% 38% 29% 19% 11% Combustibles solides Pétrole Gaz naturel Electricité Autre (énergies renouvelables + déchets) 0 10 20 30 40 50 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Industrie Domestique Transport Autre Mtep FIG. 11 : Consommation finale d’énergie par vecteur énergétique en Belgique en 2012 Source : Eurostat FIG. 12 : Evolution de la consommation finale d’énergie par secteur entre 2003 et 2012 en Belgique Source : Eurostat
  20. 20. 20 Contexte Un lourd passif On a pris l’habitude de considérer, de manière un peu sché- matique, que l’habitat comptait pour un bon tiers dans l’appétit énergétique des pays au nord de l’Europe. Cette proportion - rapportée à l’industrie et au transport - est largement dépassée dans quelques grandes villes comme Bruxelles. En cause bien sûr un parc immobilier souvent ancien (un bon tiers de nos maisons ont plus de 65 ans), édifié à une époque où le prix des combustibles ne consti- tuait pas une préoccupation majeure des ménages pas plus que dans le secteur tertiaire. A une époque aussi où, pour ce qui concerne le résidentiel, la villa quatre façades aux vastes volumes intérieurs illustrait l’idéal en termes de réus- site sociale. D’où l’expression ‘passoire énergétique’ qui qualifie ce type de logements. Ils peuvent devenir aujourd’hui la cause d’une précarité énergétique pour ceux qui n’arrivent pas à suivre l’augmentation des charges énergétiques (Renouvelle n°53, p.1). Stratégie Les outils du changement C’est ce qui, au début des années 2000, avait justifié le développement au niveau européen d’une stratégie tout spécialement orientée sur une remise à niveau dynamique du patrimoine immobilier européen (1). Dans cette ‘boîte à outils’, un instrument majeur : une certification énergétique classée de A++ à E qui, à terme, tiendrait lieu de véritable carte d’identité à tout bâtiment public ou privé. Ce n’est qu’au tournant des années 2010 que le système est entré en application en Belgique. Avec un scepticisme évident au niveau du secteur immobilier. « L’immobilier dans l’expecta- tive », titrions-nous encore en novembre 2011 (Renouvelle n°38, p.1). Deux ans plus tard, le train était lancé et on pou- vait considérer que 10% des bâtiments du parc résidentiel wallon disposaient d’une carte d’identité énergétique (Re- nouvelle n°51, p.4). Mais l’objectif de la démarche était aussi de peser sur les comportements. Celui des concepteurs et des investisseurs comme celui des usagers. Il fallait non seulement qu’archi- tectes et bureaux d’études s’approprient cet objectif de performance énergétique, que les fournisseurs et corps de métiers reconsidèrent leur production et adaptent leurs pratiques, mais aussi que les usagers et/ou propriétaires acceptent d’en payer le prix sur foi des promesses d’écono- mies substantielles sur le moyen et le long terme. Et acces- soirement, il importait aussi que les media fassent suffisam- ment écho aux efforts des pionniers pour que l’évolution fasse tache d’huile. Stratégie payante, puisque, au vu des premiers résultats en- grangés, l’Europe décidait, fin 2013 de relever ses exigences en matière de performance énergétique des bâtiments, en exigeant que toutes les nouvelles constructions présentent, d’ici 2021, une consommation énergétique quasi nulle. Avancées Le secteur immobilier met les bouchées doubles Contrairement à ce qu’on aurait pu penser au départ, l’en- semble du secteur immobilier belge s’est assez rapidement engouffré dans la voie PEB. Au point que cette dernière est devenue en quelques années un enjeu majeur dans la construction et la rénovation. Les concepteurs ont entraîné derrière eux les fabricants de matériaux, d’équipements de chauffage et de ventilation et une large partie des candidats bâtisseurs et promoteurs. Un véritable ‘effet de mode’ encou- ragé à la fois par les aides et primes accordées par les pou- voirs publics (un budget de 31 millions consacré aux primes wallonnes en 2012) et par les coûts croissants des énergies. La thématique énergie est désormais largement présente dans les foires et salons gravitant autour de l’habitat. Et les média répètent en boucle le message : la PEB, c’est l’avenir. La Région bruxelloise – où la voracité énergétique de l’habi- tat est particulièrement préoccupante – anticipe même les exigences européennes en faisant de la construction pas- sive la norme dès 2015 ! (1) La première directive 2002/91/CE sur la performance énergétique des bâtiments a été réactualisée en 2010 par la directive 2010/31/UE. La rumeur médiatique est parfois plus parlante que les données statistiques. Mise en piste chez nous au début des années 2010, la stratégie de performance énergétique européenne appliquée au bâtiment (PEB) n’a pas mis cinq ans à dépasser le scepticisme qui l’avait accueillie à ses débuts. Effet de mode ou évolution majeure ? Le train PEB atteint sa vitesse de croisière Bâtiments et URE
  21. 21. 21Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états | Les résultats sont au rendez-vous : au cours des dix der- nières années, en normalisant selon la rigueur du climat (à l’aide des degrés/jours), la consommation énergétique des Bruxellois aurait baissé de quasi 25% en dépit de l’augmen- tation de la population. Les autorités y voient le résultat à la fois de la stratégie PEB et, outre les incitants publics, de diverses initiatives ciblées telles que la mise à l’honneur de Bâtiments exemplaires (Renouvelle n°48, p.4), le Défi éner- gie, ou le programme PLAGE (Plan local d’action pour la gestion énergétique – Renouvelle n°59, p.5) appliqué aux bâtiments publics. Plus largement, l’engouement manifesté pour les approches énergétiques de l’habitat a fait tache d’huile en suscitant un intérêt renouvelé pour le concept de « quartier durable » ou de « ville durable » (Renouvelle n°58, p.1 et p.6) déve- loppé dans de nombreux pays d’Europe et d’ailleurs avec un regard nouveau et bien plus global sur le ‘vivre en ville’ qui sera le lot des deux tiers d’entre nous d’ici quarante ans... Acteurs L’émulation professionnelle joue à plein Le succès de la dynamique PEB développée dans nos trois Régions est encore largement occulté par le passif évoqué plus haut et le rythme relativement lent de la rénovation et des nouvelles constructions. Mais il s’agit à n’en pas dou- ter d’un mouvement de fond. Et celui-ci doit beaucoup au dynamisme d’acteurs professionnels – architectes, urba- nistes ensembliers... - gravitant principalement autour de la plateforme ‘Maison Passive’ initiée en Flandre (Passiefhuis- plateform). Le rôle de quelques concepteurs architectes très engagés semble avoir été ici déterminant. Au point parfois de susciter la réaction de professionnels soucieux de ne pas tomber dans certains excès contreproductifs en termes de rentabilité. Mais l’ingéniosité et la créativité des solutions avancées ont débouché sur une adhésion de plus en plus large de la profession et l’émergence de formations, de métiers et de technologies (régulation, domotique, ven- tilation, etc.) souvent inspirés de pays voisins plus avancés dans ces matières, mais qui sont en passe de révolutionner la réflexion urbanistique. Perspectives Zéro énergie avec l’intégration du renouvelable La tendance désormais est claire : l’horizon du secteur im- mobilier, c’est le NZEB (Nerly Zero Energy Building) (Re- nouvelle n°57, p.1 et p.8). Et pour atteindre cet objectif ul- time, le travail sur l’enveloppe des bâtiments, les systèmes de chauffage et de refroidissement ainsi que la ventilation ne suffiront pas. L’idée est clairement de mettre les éner- gies renouvelables à contribution, via des pistes comme le BIPV (Building Integrated Photovoltaïcs – Renouvelle n°50, p.1) – le chauffe-eau solaire, ou les pompes à chaleur qui ont encore du mal à décoller. Par le biais aussi d’un travail d’o ptimisation en profondeur sur les normes, la certification, la formation et la labélisation des intervenants, histoire de tirer le meilleur parti des technologies et de maximiser la qualité des interventions techniques. Un travail déjà percep- tible avec le lancement, en 2013, de la labellisation ResCert (Renouvelle n°60, p.64). Les efforts porteront aussi sur une densification de l’habitat : les logements vont devoir s’habituer à se serrer les uns contre les autres pour se tenir au chaud... De nombreux bâtiments passifs voient le jour en Belgique. Parmi ceux-ci, le projet Bruyn-Est, initié par le CPAS de Bruxelles et conçu par le bureau d’architecture B612 Associates, verra fleurir 56 éco-logements basse énergie. © B612 Associates
  22. 22. 22 REPÈRES STATISTIQUES Avec un DJ 15/15 annuel de 2.138 à Uccle, 2013 a été une an- née qui a nécessité davantage de besoins de chauffage que l’année 2012 et encore davantage que 2011. Par contre l’hiver 2014 a été particulièrement clément (Renouvelle n°61, p.9). Le degré-jour est le principal paramètre influençant la consommation finale du domestique. Plus il est élevé, plus les besoins de chauffage sont importants - surtout dans le parc de bâtiments à moindre performance énergétique. On constate bien l’impact de la rigueur climatique sur l’évo- lution de la consommation finale du domestique, mais son impact aujourd’hui semble légèrement atténué. Est-ce le signe de l’amélioration de la performance énergétique du parc de bâtiment en Belgique ? Sans doute couplé aussi à un prix de l’énergie en croissance qui influence aussi les comportements de chauffe. - 25%C’est la diminution de la consommation énergétique des Bruxellois au cours des dix dernières années, alors que la population régionale, elle, a augmenté régulièrement. Le chiffre TAB. 1 : Evolution de la Consommation Finale du domestique en Belgique Source : Eurostat 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 CF domestique (Mtep) 14,8 14,8 14,9 14,1 13,0 14,4 13,7 14,9 12,7 12,5 TAB. 2 : Evolution du degré-jour 15/15 à Uccle Source : IRM 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Dj15/15 1.920 1.894 1.829 1.798 1.578 1.828 1.820 2.309 1.515 1.915 2.138
  23. 23. 23Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états | Transports et URE Contexte Bloqués dans les embouteillages Cela fait des années que ce triste record se renouvelle : la Belgique est le pays le plus embouteillé du monde. Elle compte trois de ses principales villes dans le top 15 de la congestion automobile. Cela tient bien sûr à la forte densité de la population de notre pays. Mais aussi au fait que plus de 80% de nos déplacements se font encore en voiture et souvent seuls au volant. Résultat : l’efficacité énergétique de nos automobiles a beau faire des progrès notables, les chiffres globaux de consommation (et d’émissions) restent élevés, malgré une légère baisse en 2012. Et dans une éco- nomie qui fonctionne à flux tendus, et où le secteur automo- bile compte quelques 300 entreprises et emploie 85.000 travailleurs (10% de la main-d’œuvre industrielle), ce n’est pas près de changer. Nous sommes comme bloqués dans un immense embouteillage intellectuel et technologique, où les moyens de communication ne cessent de se perfection- ner, mais dans le même temps la pression sur le transport physique s’accentue sans cesse. Un constat d’autant plus angoissant que les pays émergents suivent fidèlement notre ‘exemple’ sur ce terrain. Leur intensité en transport est en passe de nous dépasser. Cela fait déjà des années que l’on cherche une issue. Et elle sera forcément mondiale à bien des égards... Stratégie à la recherche d’itinéraires de délestage Compte tenu de l’importance prise par le transport routier dans notre système économique comme dans notre vie quotidienne, l’Europe a bien du mal à faire baisser la part des transports dans notre consommation énergétique. Partout, elle se heurte au lobbying d’une industrie qui use de moyens colossaux pour préserver ses intérêts. Sur les routes, dans l’industrie, comme dans les airs, les velléités réglementaires et fiscales de l’Union Européenne sont systématiquement freinées sous des prétextes sociaux et/ou de compétitivité. Les autorités européennes voudraient bien mettre le sec- teur aéronautique devant ses responsabilités environne- mentales, mais elles peinent à obtenir de lui une contribu- tion minimale à l’effort climatique. Elles cherchent en vain à contraindre le secteur automobile à plus de frugalité, mais les chiffres d’émissions de CO2 claironnés par la publicité ne se confirment guère à l’usage. L’Europe plaide vainement pour l’intermodalité, une fiscalité équitable dans le trans- port par route, un développement des solutions alternatives à l’automobile et aux carburants fossiles (lire la thématique biocarburant, p.41-42). Autant de solutions partielles, mais pourtant indispensables, dont aucune n’est à elle seule en mesure d’inverser, ni même de freiner la tendance. Avancées Véhicules électriques et nouvelles orientations Dans un pays où le crédo reste « ma voiture, c’est ma liberté », la marge de manœuvre des autorités publiques reste limi- tée. Les avancées technologiques sur les performances de moteurs sont bien réelles, mais elles ont du mal à compen- ser la progression des immatriculations et à juguler l’effet rebond. Le dernier Salon de l’Automobile de Bruxelles a, une fois de plus, enregistré une affluence record (585.000 visiteurs) et les grosses cylindrées ne se sont jamais si bien vendues. Le passage à la propulsion électrique reste limité (moins de 40.000 véhicules vendus depuis 2010) et objec- tivement contestable. La voiture électrique n’en était pas moins la coqueluche du dernier Salon de Francfort. En Nor- vège, la Tesla Modèle S électrique (un des modèles les plus aboutis actuellement) est arrivée, en septembre dernier, en tête des ventes de véhicules neufs. Et dans le monde, 3,7 millions de véhicules électriques et hybrides ont été vendus en 2011. Donc on avance, en particulier au Royaume-Uni et au Danemark. On notera aussi le succès grandissant des VAE (vélos à assistance électrique, scooter et motos électriques) et du cyclopartage dans les villes. Troisième grand secteur de consommation énergétique, les transports semblent soumis à une logique implacable. Plus le PIB augmente, plus le transport des personnes en nombre de km/passager grimpe. De même pour le transport de marchandises. Et comme la croissance semble un dogme incontournable et que ce secteur fonctionne en très large majorité avec des carburants fossiles, les émissions globales de gaz à effet de serre ne sont pas près de baisser... Un laborieux cheminement vers une mobilité durable
  24. 24. 24 Enfin, l’effort se fait de plus en plus pressant sur le compor- tement du citoyen en termes de déplacements. Il s’agit de lui faire comprendre que les habitudes acquises à l’époque où les routes et le ciel étaient dégagés et les carburants bon marché n’ont désormais plus cours. Progressivement, les politiques tendent à se réorienter en matière d’aména- gement du territoire et d’utilisation du réseau routier (éco- taxes). Mais là aussi le citoyen-usager fait de la résistance. On l’a vu en 2013 avec le Xième projet de taxation au kilo- mètre. Un projet désormais reporté à 2016 pour les camions et tout de suite après pour les particuliers... Acteurs Le citoyen au coeur du jeu Dans l’immédiat, sur le chemin de la transition énergétique, les constructeurs automobiles n’ont pas trop de soucis à se faire. Les pétroliers non plus. Les compagnies aériennes à peine plus, puisque jusqu’ici, elles sont parvenues à re- pousser la taxe carbone qui planait sur leurs destinations européennes. Les transporteurs routiers, eux, ont obtenu un sursis jusqu’en 2016. Ils auront largement le temps d’ici là d’occuper les routes pour faire pression sur les autorités publiques. Reste le citoyen, plus isolé que jamais pour faire face à la nécessité de maîtriser les émissions de GES dues à ses déplacements. Ici, le terme ‘rationnelle’ de l’acronyme URE prend réellement tout son sens : il s’agit bien pour le citoyen de ‘revenir à la raison’ lorsqu’il envisage ses dépla- cements. C’est à lui qu’il appartiendra de reconsidérer sa manière d’envisager ceux-ci, en mettant à profit les outils de plus en plus nombreux mis à sa disposition. Les particuliers peuvent désormais s’improviser chauffeurs de taxi ou transporteurs de colis, grâce aux applications de géolocalisation telles que Djump et Uber, avec une rétribution financière à la clef. Voilà qui pourrait induire un profond changement de com- portement et résorber lentement les embouteillages dans les grandes zones urbaines. Perspectives En route pour l’altermobilité et les territoires centraux ! Si l’on envisage l’avenir immédiat en termes de transports, c’est surtout au niveau de l’altermobilité que l’on perçoit les perspectives les plus concrètes. Outre les transports en commun (qui peinent à satisfaire la demande) et le RER qui promet d’ici quelques années de désengorger Bruxelles, on est tenté de lorgner dans le désordre sur des formules comme le transport à la demande, les centrales de mobilité, le covoiturage, le carsharing, les vélos partagés, etc. On sent déjà émerger dans certaines villes un attrait nouveau pour une mobilité douce qu’encouragent encore timidement les autorités. Celles-ci pourront désormais compter sur les nouvelles orientations en matière d’aménagement du territoire et en particulier dans la politique de renforcement des centralités, comme inscrit dans le nouveau Schéma de Développement de l’Espace Régional (SDER) soumis à enquête publique en ce début d’année 2014 en Wallonie. Il en est ainsi de la struc- ture territoriale proposée à travers notamment le concept de « territoires centraux » dans lesquels devront se concentrer à l’avenir résidence, équipements et services. (Renouvelle n°60, p.4) De quoi faire infléchir tout doucement les comportements et préparer un regard nouveau sur les déplacements. Repères STATISTIQUES La consommation finale du transport concerne quasi exclusivement des produits pétroliers. Plus de 80% concerne les transports routiers, 15% le transport aérien et 1% le transport ferroviaire, soit 1,6 TWh sur l’année. La part du fluvial est négli- geable. Les transports maritimes ne sont pas compris ainsi qu’une partie des transports aériens internationaux. 3,7millions C’est le nombre de véhicules électriques et hybrides qui ont été vendus dans le monde. Le chiffrE TAB. 3 : Evolution de la consommation finale des transports en Belgique Unités : Mtep Source : Eurostat 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 CF transport (Mtep) 10,3 10,3 10,0 9,7 9,6 11,3 11,1 10,8 10,7 9,8
  25. 25. 25Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états | Industrie et URE Avec un petit tiers de la consommation finale du pays et un niveau qui est grosso modo revenu à ce qu’il était bien avant la crise, l’industrie belge, dotée de quelques secteurs électro-intensifs, souffre de plus en plus de sa trop faible efficacité énergétique. En cause : le coût des énergies et le manque de liquidités dû à la crise et qui l’empêche de moderniser ses outils, à l’instar de ses voisins et principaux partenaires allemands... L’efficience énergétique tarde à gagner l’industrie belge Contexte Entre le marteau et l’enclume Du point de vue de sa performance énergétique, le tissu industriel belge est loin d’être uniforme. Progressivement, à la faveur de sa relative prospérité, la Flandre a pris une cer- taine avance dans la modernisation de ses outils industriels. Les politiques incitatives régionales sur le terrain semblent avoir encore accentué son différentiel de compétitivité in- dustrielle par rapport à la Wallonie. Cependant, la Belgique accuse toujours un retard vis-à-vis des pays voisins. Selon une étude menée par le consultant Roland Berger à la demande de Febeliec (fédération des grands consommateurs d’énergie), la tonne d’acier, de pa- pier ou de ciment produite en Belgique entraînerait par rap- port à certains de nos voisins un supplément de coût éner- gétique qui pourrait aller au-delà de 45% selon les cas. D’où une récrimination constante de l’industrie quant au prix des énergies et des services associés. Celle-ci venant s’ajouter aux protestations récurrentes des fédérations patronales sur les coûts salariaux. C’est dans ce contexte que les entreprises belges sont invi- tées, comme leurs consœurs (et par ailleurs concurrentes) européennes, à presser l’allure vers les objectifs des direc- tives air-climat. Stratégie Le management a pris le pouvoir Très clairement, la stratégie énergétique de nos industriels s’est notablement améliorée ces dernières années, motivée par une nécessaire adaptation à la concurrence désormais mondiale. Les grandes entreprises belges ont adopté le ma- nagement ‘à l’américaine’, notamment dans les domaines liés à l’environnement, au climat et à l’énergie. La feuille de route qui s’impose à tous s’appelle aujourd’hui ISO14001, EMAS (Système européen d’audit et de management en- vironnemental) et, depuis 2011, ISO50001. Cette dernière norme mondiale donne désormais aux gestionnaires des grandes entreprises les directives et orientations à suivre pour définir stratégiquement leur gestion énergétique. Des normes volontaires sans doute, mais qui n’en constituent pas moins pour toutes les entreprises des balises pratique- ment incontournables. Même pour les PME qui, en tant que fournisseurs (potentiels) des premières, ont tout intérêt à s’en inspirer si elles veulent rester dans la course. La dernière directive en date, relative à l’efficacité énergétique (2012/27/ UE), ne dit pas autre chose en incluant dans ses mesures contraignantes (art.8) les audits énergétiques et systèmes de management de l’énergie. Elle prévoit également une évaluation complète du potentiel pour l’application de la cogénération à haut rendement et de réseaux efficaces de chaleur et de froid d’ici le 31 décembre 2015 (art. 14). Avancées Les accords de branche creusent leur trou Inspirés par le modèle hollandais, les accords de branches s’imposent désormais en Belgique. Ces accords volontaires sont signés par les gouvernements régionaux avec diffé- rents secteurs industriels, en échange d’un engagement des entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et à ré- duire leurs émissions de GES. Forte du succès rencontré par les premiers accords engrangés dès 2003 (16 conventions signées concernant 177 entreprises et 217 sites industriels), la Wallonie a lancé en 2012 une nouvelle salve d’accords de deuxième génération. Il s’agit d’amener les entreprises à aller plus loin en comptant sur un effet d’entraînement au niveau d’un nombre croissant d’entreprises (Renouvelle n°53, p.8). Acteurs Le coaching énergétique s’impose Les audits énergétiques – inscrits dans les normes évoquées plus haut et dans les accords de branche – tendent à se
  26. 26. 26 généraliser au sein des entreprises. Ces audits ont rendu plus évidents aux yeux des gestionnaires les différents postes stratégiques à surveiller. Les équipements concernés – chaudières, compresseurs, groupes de froid, etc. - sont en effet souvent peu visibles (même s’ils sont souvent équipés de compteurs) et viennent grever la facture énergétique. La généralisation des audits a suscité l’émergence dans les grandes entreprises électro-intensives et dans les bureaux- conseils au service des plus petites, de responsables aguer- ris à la lecture d’une comptabilité énergétique et capables d’y identifier des gisements d’économie jusque-là totale- ment ignorés. Un potentiel d’économies souvent étonnant. De quoi justifier la présence, permanente ou périodique, au sein de l’entreprise, de coaches énergétiques capables à la fois de repérer les failles, de les signaler au management et de piloter des actions de remédiation au cœur des équipes chargées de la conduite des équipements concernés. Une nouvelle fonction, voire un nouveau métier qui tend à s’im- poser même au sein des plus petites structures... Perspectives Un boulevard pour la gestion de la demande L’évolution des productions d’électricité vers d’avantage de sources renouvelables et décentralisées est un nouveau défi pour les gestionnaires de réseau et les régulateurs quant au maintien de l’équilibre entre l’offre et la demande d’électrici- té. Une part importante de la réponse se trouve dans la ges- tion de la demande (« Demand Side Management » - DSM) pratiquée déjà par certains grands consommateurs d’éner- gie. Cette gestion leur permet, en faisant jouer la flexibilité au sein de leur process, de dégager des avantages écono- miques via notamment des contrats interruptibles avec Elia (Gestionnaire du réseau de transport - GRT) (Renouvelle n°60, p.4). De son côté, le GRT y voit un moyen efficace d’assurer la sécurité d’approvisionnement dont il a la charge. Selon un sondage mené en 2013, en collaboration avec Febeliec et Energyville, Elia a identifié au niveau des entreprises répon- dantes (totalisant 13,6% de la consommation d’électricité en 2012) une capacité flexible potentielle de 631 MW dont 134 MW ne sont pas encore utilisés de manière ‘intelligente’ pour diminuer les coûts énergétiques. Deux tiers de cette capacité peuvent être appelés très rapidement pour faire face à des pointes de consommation (voir graphique). De quoi se faire une idée du potentiel global éventuellement disponible de l’industrie belge en matière de gestion de la demande. Une donnée que le GRT compte bien approfon- dir pour envisager à moyen terme, avec les autres gestion- naires de réseau et les autres partenaires de marché, une utilisation systématique de la gestion de la demande dans les contrats de fourniture. En 2012, plus de 70% de la CF de l’industrie est localisée en Flandre. Les secteurs de la chimie (organique et inorganique et la production d’engrais) et de la sidérurgie ont consommé 5,1 Mtep en Flandre et 1,4 Mtep en Wallonie. Suite à l’arrêt du dernier haut-fourneau wallon en août 2011, en Wallonie, le secteur des minéraux non métalliques (1,2 Mtep) a dépassé celui de la sidérurgie en tant que branche industrielle la plus énergivore. Elle comprend principalement la production de ciment, de chaux et de verre. Les autres secteurs industriels énergivores sont les métaux non ferreux, l’assemblage, l’agroalimen- taire et le papier. En région bruxelloise, l’activité industrielle représente 0,05 Mtep avec l’assemblage automobile comme secteur industriel le plus énergivore. (Source : bilans régionaux provisoires VITO, DGO4, Bxl-Env) 0 100 200 300 400 500 600 700 5 min 15 min 1..2h 8h 24h Capacitéflexiblecumulée(MW) Temps de réaction Capacité flexible non utilisée : 134 MW Capacité flexible utilisée : 497 MW Capacité flexible totale : 631 MW Repères statistiques TAB. 4 : Evolution de la consommation finale de l’industrie en Belgique Unités : Mtep Source : Eurostat 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 CF industrie (Mtep) 13,0 12,6 11,8 12,5 12,3 12,1 9,7 11,8 13,8 13,3 FIG. 13 : Puissance interruptible en fonction du temps de réaction Sources : Elia, Febeliec, EnergyVille
  27. 27. 27Smartguide de l’énergie durablepartie 2 : l’utilisation rationnelle de l’énergie dans tous ses états | Electricité et URE Jadis relativement basique, la production d’électricité est devenue, en Belgique aussi, un secteur d’activité comme un autre : soumis à la concurrence, technologiquement de plus en plus complexe, propulsé au cœur d’une transition énergétique qui n’était pas dans ses gènes, mais qui lui impose de revoir ses pratiques et de se diversifier. Une méta- morphose acrobatique menée au pas de charge. Un secteur métamorphosé aux prises avec ses démons... Contexte Une consommation annuelle de 80 TWh L’industrie belge dévore à elle seule près de la moitié de l’électricité mise sur le marché (de l’ordre de 80 TWh par an) dont deux tiers pour la partie flamande du pays. Le tertiaire vient ensuite, à hauteur de 27% avec une consommation ré- gulièrement en hausse. Nos ménages consomment le solde de la production soit environ un quart. FIG. 14 : Evolution de la consommation d’électricité par secteur entre 2003 et 2013 en Belgique Source : Eurostat 0 20 40 60 80 100 20 0 3 20 0 4 20 0 5 20 0 6 20 0 7 20 0 8 20 0 9 20 10 20 11 20 12 *20 13 TWh totalAutreLogementTransportTertiaireIndustrie Evolution Un combat pour un enjeu essentiel : notre futur mix énergétique Actuellement, la production électrique belge (71.600 GWh en 2012) repose à 54% sur le nucléaire, suivi par le gaz (29,8%) et le charbon (7,1%). Or, notre consommation se maintient à un niveau de l’ordre de 80 TWh par an*. La Belgique importe donc une partie de son électricité, soit pour compenser son manque de production soit pour tenir compte de prix plus avantageux sur les marchés voi- sins. Les importations se font auprès des trois pays avec lesquels nous sommes interconnectés : France, Pays-Bas, Luxembourg. Le solde net de ces échanges sur l’année 2012 est une importation de 10 TWh. Le chiffre de 2013 devrait être relativement équivalent et devrait se caractériser par une augmentation des importations et une diminution des exportations. Cela s’explique notamment par la mise hors service en 2012 de deux centrales (452 MW au total), jugées non rentables car elles ne tournaient plus suffisamment pour que leur coût de revient soit concurrentiel. Il revenait moins cher d’acheter l’électricité sur le marché que de faire tourner ces unités. A l’inverse, quelque 719 MW de capa- cité supplémentaires ont été mises en service. Essentiel- lement l’unité TGV de Duferco à Marcinelle pour 405 MW et le parc éolien offshore de C-Power pour 184,5 MW. Ce qui illustre bien le combat qui se livre sur ce secteur stra- tégique, alors que la Belgique a décidé d’abandonner la filière nucléaire d’ici 2025. Questions cruciales : comment seront redistribuées d’ici là les capacités mises hors course et quel sera en finale le mix énergétique de notre pays ?
  28. 28. 28 Ces interrogations se situent au cœur du combat que livrent aujourd’hui les énergéticiens européens pour garder la main (Renouvelle n°58, p.4). -20 -15 -10 -5 0 5 10 15 TWh Solde export-import Pays-Bas Luxembourg France 2008 2009 2010 2011 2012 2008 2009 2010 2011 2012 2008 2009 2010 2011 2012 2013 IMPORT EXPORT FIG. 15 : Evolution annuelle des importations/exportations d’électricité entre 2008 et 2013 Source : Elia Perspectives Un challenge pour le renouvelable Le renouvelable est-il en mesure d’assurer le relais et de se substituer au nucléaire ? Différentes recherches ont soupe- sé le problème et ont répondu par l’affirmative. Le Portugal en a fait l’expérience en 2013 en atteignant en mars une pro- duction mensuelle équivalente à 87% de sa consommation (Renouvelle n°53, p.4). Ce qui tend à confirmer que 100% d’énergies renouvelables n’est en rien un objectif irréaliste. Reste que cet objectif comporte un certain nombre d’obstacles qu’il conviendra de surmonter et pas seulement au niveau financier. L’une des plus délicates réside dans la variabilité de certaines productions pour laquelle le réseau électrique n’est actuel- lement pas dimensionné. La gestion intelligente du réseau et les solutions de stockage – notamment individualisé au niveau des logements – joueront ici un rôle-clef pour inté- grer largement ces productions variables (lire la rubrique « Réseau et stockage p.65-68 »). L’électricité est, on le sait, instantanée. A tout instant, le réseau électrique est tenu d’équilibrer la puissance de pro- duction avec celle de consommation. Pour la Belgique, la charge d’équilibre varie entre 5.800 MW et 14.000 MW. En 2013, la valeur la plus faible (5.922MW) a été mesurée le dimanche 28 juillet entre 15h45 et 16h00. C’est la deuxième année consécutive qu’ELIA constate que la valeur minimale est atteinte pendant la journée en électricité et non la nuit : c’était une journée bien ensoleillée sur le parc photovol- taïque belge comme le rappelle l’historique de la météo des énergies renouvelables (1). La charge maximale (13.385 MW) a été enregistrée, elle, le jeudi 17 janvier 2013 entre 17h45 et 18h00, assez logiquement à la fin d’une glaciale journée d’hiver. (1) www.meteo-renouvelable.be * Par ailleurs, Synergrid considère que 1,4 TWh sont autoconsommés en Belgique. traditionnellement plus ‘vorace’
  29. 29. Smartguide de l’énergie durable 29partie 3 : éVOLUTION DES FILIERES | Partie 3 : éVOLUTION DES FILIèRES
  30. 30. 30 Les sources renouvelables d’énergie sont des énergies de flux qui se régénèrent en permanence au rythme du soleil et de ses dérivés (le vent, les cours d’eau, les vagues, les courants marins, la chaleur naturelle et la croissance de la biomasse), ainsi que des marées et de la chaleur naturelle issue de la géothermie. La biomasse et la chaleur naturelle géothermique étant sous une forme stockée, leur exploitation doit veiller à maintenir le caractère renouvelable de leur stock énergétique. (Cfr. Charte pour une énergie durable) La production des énergies renouvelables dépend de la ressource et de sa variabilité. Nous avons sélectionné les indicateurs de suivi des principales ressources belges dont le flux varie selon un rythme annuel, mensuel et journalier : soleil, vent, cours d’eau. Nous présentons les évolutions de ces dernières années et dressons un bilan pour l’année 2013. La biomasse a l’avantage de nous mettre à disposition une forme d’énergie stockée. Elle est le résultat de la transfor- mation de la lumière solaire par la photosynthèse. Dans de bonnes conditions (eau et nutriments), le rendement de conversion annuel (soleil ➞ biomasse) est de l’ordre de 0,6%. Le rayonnement annuel que reçoit une surface horizontale non ombragée est de 1.057 +/- 100 kWh/m2 à Bruxelles. Le rayonnement direct représente 45 à 50% de cet apport éner- gétique annuel, le reste étant fourni par le diffus. La production normalisée annuelle solaire photovoltaïque pour une inclinaison et une orientation optimales à Bruxelles est en moyenne 968 +/-60 kWh/kWc sur les 5 dernières années. Statistiques des sources d’énergies renouvelables Soleil - Repère statistique TAB. 5 : Evolution du rayonnement solaire annuel sur une surface horizontale (source : IRM) et de la production solaire photovoltaïque normalisée (source : EnergizAIR) 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Moyenne Rayonnement annuel (kWh/m2 ) 1.151 1.034 1.056 1.040 998 1.023 1.087 1.056 1.087 1.041 (1.000) 1.057 Production normalisée annuelle solaire PV (kWh/kWc) ND ND ND ND ND ND 985 923 1.032 964 938 968 Bilan 2013 En terme d’irradiation solaire, 2013 se situe parmi les années les moins bonnes de ces 5 dernières. Un déficit par rapport à la normale a été constaté en hiver et au printemps 2013. 0 50 100 150 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre kWh/kWc 2009 2010 2011 2012 2013 FIG. 16 : Evolution de la production normalisée mensuelle solaire photovoltaïque entre 2009 et 2013 Capteurs orientés vers le Sud et inclinés de 35° à Bruxelles Source : EnergizAIR La production normalisée photovoltaïque est un indicateur valable pour le suivi du rayon- nement solaire. En effet, la mesure du rayon- nement solaire par pyromètre est très bien corrélée avec la production photovoltaïque normalisée (Renouvelle n°57, p.12).
  31. 31. Smartguide de l’énergie durable 31partie 3 : éVOLUTION DES FILIERES | Vent - Repère statistique Données annuelles TAB. 6 : Evolution du taux de charge éolien en Belgique Source : EnergizAIR à partir des données Elia 2010 2011 2012 2013 Taux de charge annuel onshore (%) 26,4 23,7 Taux de charge annuel offshore (%) 39,8 40,9 L’énergie fournie par l’éolien dépend principalement du vent (vitesse, taux de turbulences) et des caractéristiques des éoliennes (dimension et courbe de charge). Pour suivre la ressource éolienne, l’indicateur utilisé est le suivi du taux de charge éolien. Il est disponible en temps réel grâce à la météo des énergies renouvelables (EnergizAIR). Taux de charge Pour un intervalle de temps déterminé, le taux de charge éolien est le rapport de l’énergie effectivement produite par l’éolienne à l’énergie qui pourrait être produite si elle fonctionnait en régime continu à sa puissance nominale. D’après les productions électriques réelles du parc éolien connecté sur le réseau de transport géré par ELIA, le taux de charge annuel sur terre (onshore) est de l’ordre de 25% et celui en mer (offshore) de l’ordre de 40%. La Belgique est soumise à une circulation générale de vents d’ouest perturbée par des cycles dépressionnaires d’échelle synoptique. En été (juillet et août), le rythme est généralement plus calme et se traduit par moins de vent à cette saison. Bilan 2013 2013 a été une année normale avec un vent présent toute l’année sauf en juillet, août et de manière anormale aussi septembre. Le taux de charge annuel moyen a été de 23,7% sur terre et 40,9% pour l’éolien en mer. La moyenne annuelle pondérée par la puissance installée est de 28,8%. Le mois de décembre 2013 se distingue avec un taux de charge de plus de 40% sur terre et plus de 53% en offshore. Sans surprise, juillet et août ont été les mois les moins produc- tifs. Un record de production a été mesuré le 21 décembre 2013 (Renouvelle n°60, p.11). 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Eolien onshore Eolien offshore Belgique (onshore+offshore) FIG. 17 : Evolution du taux de charge éolien mensuel Source : EnergizAIR (sur base des données Elia)
  32. 32. 32 FIG. 18 : Evolution mensuelle de la pluviométrie à Uccle de 2009 à 2013 Source : IRM FIG. 19 : Evolution de la consommation finale belge à partir de sources renouvelables par usage : chaleur (C-SER), électricité (E-SER) et transport (T-SER) Sources : Bilans régionaux SPW-DGO4, Bruxelles-Environnement, VITO 0 5 10 15 20 25 30 0 50 100 150 200 janv.-09m ars-09 m ai-09 juil.-09sept.-09 nov.-09janv.-10m ars-10 m ai-10 juil.-10sept.-10 nov.-10janv.-11m ars-11 m ai-11 juil.-11sept.-11 nov.-11janv.-12m ars-12 m ai-12 juil.-12sept.-12 nov.-12janv.-13m ars-13 m ai-13 juil.-13sept.-13 nov.-13 Hauteur (mm) Jours de pluie sur le mois hauteur (mm) Nb jours/mois 0 5 10 15 20 25 30 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 % SER 2,3% 2,7% 3,0% 3,3% 4,6% 5,0% 5,2% 6,8% T-SER GWh 80 81 1.061 1.151 2.905 3.862 3.698 3.817 E-SER GWh 2.152 2.958 3.477 4.351 5.637 6.732 8.430 10.402 C-SER GWh 9.482 10.179 10.448 11.269 11.968 14.665 12.847 14.283 TWh Cours d’eau – Repère statistique TAB. 7 : Evolution de la pluviométrie à Uccle Source : IRM 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Moyenne Précipitation Uccle (mm) 671 914 751 835 880 862 764 914 815 977 816 838 Nombre de jours de pluie 157 198 200 180 204 209 190 201 187 212 180 194 Les données de pluviométrie sont l’indicateur de l’évolution des cours d’eau. La régularité des précipitations donnent au cours d’eau de bons débits pour une exploitation hydroélectrique. énergies renouvelables
  33. 33. Smartguide de l’énergie durable 33partie 3 : éVOLUTION DES FILIERES | 0 2 4 6 8 10 12 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013* TWh Biomasse (hors incinération) Photovoltaïque Eolien onshore Eolien offshore Hydroélectricité Biomasse (incinération) FIG. 20 : Evolution de la consommation électrique belge issue de sources renouvelables. *2013 : Estimation APERe Source : Bilans régionaux SPW-DGO4, Bruxelles-Environnement, VITO En huit ans, la part des énergies renouvelables dans la consommation finale de la Belgique est passée de 2,3% en 2005 à 6,8% en 2012. (Cfr. statistique de la consommation finale p.19-22). Parmi les trois usages, la chaleur (C-SER) contribue de ma- nière prépondérante à la consommation finale. En 2012, elle représente 14,3 TWh et contribue à 50%. Il s’agit principale- mentde combustibles biomasse. L’électricité renouvelable (E-SER) présente la croissance la plus remarquable. Elle est passée de 2,2 à 10,4 TWh en 8 ans. En 2012, sa contribution au bilan renouvelable est de 37%. La production est issue de centrales thermiques à la biomasse,des éoliennes (onshore et offshore) et du parc solaire photovoltaïque. Les biocarburants ont été intro- duits dans le circuit de distribution des carburants à partir de 2007. Avec 3,8 TWh, en 2012, leur contribution au bilan renouvelable est de 13%. Les biocarburants représentent 4,5% de l’énergie consommée par le secteur du transport en 2012. (Source Eurostat). En ce qui concerne la part des énergies renouvelables dans la consommation finale des Régions, la Wallonie atteint 9,5%, la Flandre 5,5% et Bruxelles 1,7% (chiffres 2012). Les proportions détaillées des Régions sont présentées dans l’observatoire des énergies renouvelables de l’APERe. Electricité renouvelable La production d’électricité à partir de ressource renouvelable (E-SER) connaît depuis 2005 une croissance régulière avec un taux de croissance annuel moyen de l’ordre de 24%. Les filières photovoltaïque et éolienne présentent les plus grandes évolutions, quasi inexistante en 2005, elles produisent aujourd’hui plus de la moitié de la production E-SER. La production de la biomasse a triplé en huit ans. La production hydroélectrique reste globalement stable avec des différences selon les variations du régime hydrique annuel. En 2013, la production belge de 12 TWh d’E-SER est princi- palement issue de centrales thermiques à la biomasse (4,6 TWh-valeur 2012), des éoliennes (3,9 TWh) et du parc solaire photovoltaïque (2,6 TWh). La part biomasse de l’inci- nération (0,6 TWh) et l’hydroélectricité au fil de l’eau (0,4 TWh) ont une moindre contribution. Fin 2013, la puissance installée de production électrique à partir de ressource renouvelable est estimée à 5,9 GW dont 51% par les panneaux solaires photovoltaïques (3 GW), 29% par l’éolien (1,7 GW), 16% par la biomasse (0,9 GW), 3% par l’incinération (0,15 GW) et 2% par l’hydroélectricité au fil de l’eau (0,11 GW).
  34. 34. 34 0 2 4 6 8 10 12 14 16 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 TWh Biomasse domestique Biomasse non domestique CES Pompe à chaleur chauffage et ECS Géothermie FIG. 21 : Evolution de la consommation de chaleur belge issue de sources renouvelables Source : Bilans régionaux SPW-DGO4, Bruxelles-Environnement, VITO La production de chaleur à partir de ressources renouvelables (C-SER) connaît depuis 2005 une croissance régulière avec un taux de croissance annuel moyen de 6%. Comparée à la production d’électricité, le niveau de croissance est moindre. L’année 2010 se démarque avec une part plus importante d’utilisation de bois de chauffage dans le secteur domestique. En effet, 2010 a été une année exceptionnellement froide comme en atteste le niveau élevé de DJ 15/15. La chaleur renouvelable est quasi exclusivement fournie par les combustibles issus de la biomasse. La part des chauffe- eau solaires, des pompes à chaleur et de la géothermie sont comparativement nettement plus réduits (moins de 4%). Gardons à l’esprit que dans le secteur du logement (1/4 de la consommation finale), par rapport aux seuls besoins éner- gétiques du bâtiment, les chauffe-eau solaires et les pompes à chaleur peuvent contribuer de manière significative. Cependant, leur contribution sera significative uniquement si l’enveloppe du bâtiment atteint de bons niveaux d’isolation et d’étanchéité. CHALEUR renouvelable (C-SER) Pour 2013, la production estimée de 3,8 TWh d’électricité en Wallonie est issue à 38% de la biomasse, 36% de l’éolien onshore, 15% du solaire photovoltaïque et 9% de l’hydroélec- tricité. En Flandre, les 6,5 TWh d’électricité produits sont issus à 48% de la biomasse, 30% du solaire photovoltaïque, 15% de l’éolien et 7% de l’incinération. A Bruxelles, les 100 GWh produits sont principalement issus de l’incinérateur (68%), des panneaux solaires photovoltaïques (25%) et de la biomasse (7%). Remarque : L’incinération est un système d’élimination des déchets dont une partie est issue de la biomasse. La chaleur fatale qui en résulte peut être partiellement valorisée pour pro- duire de l’électricité (rendement de 25-30% max). Par convention de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) et d’Eurostat, seule la fraction organique (biomasse) des déchets est considérée comme renouvelable. Le taux d’humidité et la fraction massique de la biomasse dépend de la gestion des déchets des intercommunales.
  35. 35. Smartguide de l’énergie durable 35partie 3 : éVOLUTION DES FILIERES | © APERe – Bruno Claessens
  36. 36. 36 En 2011, la biomasse (dont les déchets organiques) a couvert 68% de la consommation d’énergies renouvelables au sein de l’Union européenne. La plus grande partie de cette bio­ énergie a été produite à partir de bois (47,8% de la consom- mation). Le reste de la biomasse ainsi que les déchets ont fourni 20,2% de la consommation d’énergies renouvelables (source AEBIOM). En Belgique, la biomasse a couvert 96% de la consomma- tion de chaleur renouvelable (2012) et 38% de la production d’électricité renouvelable (hors incinération) (2012). En 2010, les objectifs fixés dans le plan d’action national pour les énergies renouvelables ont été légèrement dépas- sés. Cependant, en 2011, les bioénergies ont représenté 43% de l’objectif de consommation de 2020. La production d’énergie à partir de biomasse sera donc amenée à considé- rablement augmenter dans les années à venir. D’où l’intérêt d’envisager de façon distincte, en fonction des usages énergétiques envisageables – combustion, biomé- thanisation, biocarburant - le potentiel à exploiter au sein de cette filière majeure et son évolution récente. L’ensemble de la matière organique vivante – la biomasse – constitue la source la plus importante d’énergie renou- velable pour la fourniture de chaleur et d’électricité (bioénergie), ainsi que pour le transport. Au-delà des conflits d’usage qu’elle peut susciter du fait de ses nombreuses formes d’utilisation (alimentation, énergie, chimie, etc.), son potentiel en tant que source d’énergie renouvelable est considérable en Belgique... Biomasse Une filière en croissance Source : ValBiom
  37. 37. Smartguide de l’énergie durable 37partie 3 : éVOLUTION DES FILIERES | VOUS VOUS CHAUFFEZ ENCORE COMME AVANT? Comme vous, DDG ne se contente pas des technologies du passé. Nos poêles et inserts créent non seulement une atmosphère agréable mais contribuent également à la réalisation d’importantes économies d’énergie en chauffant toute votre maison grâce à son système exclusif de raccordement au chauffage central! Rendez-vous sur notre site pour en découvrir toutes les possibilités. fr.ddg.be L’AGRÉMENT DU FEU DE BOIS - LE CONFORT DU CHAUFFAGE CENTRAL www.pastabal.com L’ACTU DE L’ÉNERGIE DURABLE .org Chaque mois, Renouvelle vous propose une sélection d’informations et de liens pertinents ! Développements concrets en Wallonie, à Bruxelles, en Flandre et dans le monde Avancées technologique et application Débats et enjeux Statistiques, agenda et ouvrages de référence Bref, 12 pages essentielles pour vous guider dans vos activités citoyennes et professionnelles. • •• •
  38. 38. 38 Contexte Une prise de conscience tardive En Wallonie, et jusqu’en 2001, la création de chaufferies (au- tomatiques) au bois n’était encore le fait que d’initiatives isolées et essentiellement dans le secteur industriel (scie- ries et industries du bois). Il n’y avait aucun projet public ni réseau de chaleur au bois. C’est en 2001 que la Wallo- nie a officiellement structuré sa politique via le Plan Bois- Energie Développement Rural (PBEDR). Initialement, ce Plan était destiné au secteur public avec la Fondation Rurale de Wallonie comme coordonnateur et Facilitateur. Il a rapidement été étendu aux secteurs privés domestique et industriel avec ValBiom comme animateur principal. La Val- biom et la FRW sont aujourd’hui respectivement Facilitateur Bois-Energie pour le secteur public et privé. A Bruxelles et en Flandre, il n’y a pas de politique spécifique en faveur du bois-énergie, ni de Facilitateur dédié à cette filière. Avancées La course aux kWh moins chers est lancée Dans le secteur domestique, la filière a vu s’améliorer le parc existant de poêles à buches, même s’il reste de gros efforts pour éradiquer les installations peu performantes et les pra- tiques douteuses quant au bon usage du bois bûche. On constate surtout une percée importante des poêles et chau- dières automatiques aux granulés de bois. Enfin, les chau- dières alimentées à la biomasse « non-bois » (par exemple, le miscanthus) se multiplient timidement en Wallonie - un important potentiel est identifié à ce niveau. La course aux performances et aux kWh moins chers est donc bien lancée. D’après une enquête initiée par Eurostat, près de 400.000 foyers européens seraient en tout ou en partie chauffés au bois. Dans le secteur industriel, outre les chaudières à alimentation automatique que l’on retrouve essentielle- ment dans les petites industries du bois, on relève surtout quelques grosses unités de cogénération, favorisées par la mise en place des certificats verts et le renchérissement des combustibles fossiles. Près de 150 entreprises seraient équipées de chaudières ou d’unités de cogénération au bois allant de 50 kW à plusieurs dizaines de MWth. Dans le secteur public, on retrouve presqu’exclusivement des installations thermiques, le plus souvent destinées à alimenter un réseau de chaleur. Une soixantaine de projets publics sont fonctionnels avec des puissances allant de 15 kW à environ 1 MWth. On assiste donc depuis quelque temps à une montée en puissance des réseaux de chaleur (lire la thématique en p.64). Ceux-ci présentent l’avantage de mutualiser la pro- duction de chaleur et, idéalement, de réaliser des écono- mies d’échelle (amélioration de l’efficacité, réduction des coûts et de la pollution). En Wallonie, on recense 26 réseaux de chaleur alimentés par une chaudière bois dans le sec- teur public pour une longueur de réseau cumulée de plus de 8 kilomètres. En outre, 38 projets sont à l’étude. Le début de l’année 2014 est d’ores et déjà marqué par le démarrage effectif du réseau de chaleur de Malempré, fonctionnant aux plaquettes de bois (Renouvelle n°62, p.9). Ce projet est ini- tié et développé par les habitants eux-mêmes. Une coopé- rative locale gère ainsi l’approvisionnement énergétique du village. L’indépendance voulue par les habitants est double : d’une part vis-à-vis des combustibles fossiles, d’autre part vis-à-vis du marché du bois lui-même puisque la chaudière devra consommer préférentiellement des plaquettes pro- duites dans les environs. Pour les projets du secteur public, le SPW et la FRW ont aussi mis en place un monitoring de tous les réseaux de plus de 200 mètres consommant au moins l’équivalent de 500.000 kWh/an. Une vingtaine de paramètres sont éva- lués en temps réel et périodiquement... afin de s’assurer que les projets fonctionnent bien conformément aux attentes et selon les règles de l’art. De mémoire d’homme, la combustion du bois a toujours été la principale source de chaleur de nos sociétés. Depuis peu, le perfectionnement des systèmes de chauffage au bois, les réseaux de chaleur et la cogénération (biomasse) et la biomasse ont apporté une dimension nouvelle à cette filière, la mettant directement en concurrence avec les formes de production centralisées reposant sur les énergies fossiles. Un premier pas dans la bonne direction ? Un nouveau regard sur le chauffage au bois Combustion et cogénération – bois énergie

×